Cartographie automatique de l énergie solaire en fonction du relief

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cartographie automatique de l énergie solaire en fonction du relief"

Transcription

1 Cartographie automatique de l énergie solaire en fonction du relief Rémy Durand, JeanPaul LEGROS, C. SAMIE, E. HENSEL, B. Baculat To cite this version: Rémy Durand, JeanPaul LEGROS, C. SAMIE, E. HENSEL, B. Baculat. Cartographie automatique de l énergie solaire en fonction du relief. Agronomie, EDP Sciences, 1981, 1 (1), pp <hal > HAL Id: hal https://hal.archivesouvertes.fr/hal Submitted on 1 Jan 1981 HAL is a multidisciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 Cartographie automatique de l énergie solaire en fonction du relief Rémy DURAND* JeanPaul LEGROS C. SAMIE* E. HENSEL* B. BACULAT* * Station de Bioclimatologie, Centre national de Recherches Agronomiques, LN.R.A., Versailles ** Chaire de Géologie et de Science du Sol, Centre de Recherches Agronomiques, LN.R.A., Ecole Nationale Supérieure Agronomique, 9, Place Viala, Montpellier Cedex. *** Station de Bioclimatologie, Centre de Recherches Agronomiques d Avignon, I.N.R.A., Domaine SaintPaul, Montfavet. RÉSUMÉ Rayonnement solaire, Relief, Exposition, Cartographie automatique. Les auteurs présentent une bibliothèque de programmes (fig. 3) permettant la cartographie automatique de l éclairement énergétique d origine solaire pour une région accidentée. Celleci est quadrillée de «sectons» dont on détermine la pente et l orientation. Pour chacun de ces «sectons» on calcule l irradiation globale quotidienne selon les procédures mises au point par PERRIN DE BRICHAMBAUT (1978), légèrement modifiées pour tenir compte de l occultation éventuelle du soleil par le relief. Le programme de calcul d irradiation globale a été testé, pour deux années climatiquement très différentes, sur 8 stations métropolitaines et une station de la Guadeloupe (Antilles). Les résultats sont satisfaisants. Il n a pu être testé que pour une seule surface inclinée (fig. 1), mais là encore, les résultats sont encourageants. Le programme de calcul des ombres portées est en cours de confrontation avec une autre méthode. Les estimations des valeurs absolues du rayonnement étant bonnes, les variations du rayonnement en fonction de la topographie doivent être bien meilleures. ABSTRACT Sofar radiation, Relief, Exposition, Automatic mapping. Automatic mapping of solar radiation on hilly regions The authors present a computer program library (fig. 3) to get automatic mapping of the incoming solar radiation on hilly regions. The landscapes are squared into cells or «sectons» of which slope and orientation are determined. The daily irradiation of each «secton is calculated according to processes perfected by PERRIN DEBRICHAMBA UT (1978), but slightly modified to take into account the possible occultation of the sun by relief. The program of the total irradiation reckoning was tested during two years of very different weathers in 9 climatic stations for horizontal areas : 8 in France and the last one in the Guadeloupe (French West Indies). The results are satisfying in general. Furthermore the program was checked on a sloping area, but in a single case (fig. 1), here again, the results are rather good. The program of the cast shadows calculation is being compared with another method. Since the radiation absolute values estimates are satisfying, the radiation variations in terms of topography should be much better. INTRODUCTION Les ressources en énergie solaire sont importantes à considérer, qu on se place au point de vue biologique, agronomique ou industriel. Divers programmes informatiques et tables d ensoleillement fournissent à ce sujet de nombreuses estimations (FUGGLE, 1970; DOGNIAUX, 1973; SWIFT, 1976; ES IM, 1978 ; TRICAUD, 1978). Cependant les tables, qui exigent interpolations et approximations, ne sont pas d un maniement très aisé. Il en est de même pour les programmes qui manquent parfois de souplesse pour s adapter aux problèmes bioclimatologiques spécifiques à l I.N.R.A. C est pourquoi nous avons décidé de bâtir une collection complète de huit algorithmes (bibliothèque FLASH) ayant pour objet l élaboration de cartes de rayonnement en fonction de la topographie et de l ensoleillement moyen. Ces cartes sont tracées automatiquement selon des techniques antérieurement mises au point dans le cadre de recherches portant sur la cartographie assistée par ordinateur (L EGROS et HE NSE L, 1977 ; BONNERIC, 1978). Les aspects scientifiques de ces travaux de cartographie de l énergie solaire vont être résumés. On présentera d abord le principe des calculs, ensuite les difficultés relatives aux modèles utilisés, enfin les contrôles effectués. En fait cette étude ne concerne pour l instant que le rayonnement d origine solaire incident. Elle sera éventuellement poursuivie pour calculer le bilan des rayonnements

3 Calcul Calcul Calcul Intégration Généralisation (rayonnement net) ou celui des radiations photosynthétiquement actives (PAR). L analyse informatique et la programmation ont été assurées par les chercheurs du département Science du Sol de l I.N.R.A. Les éléments de cosmographie, de climatologie et la bibliographie ont été rassemblés et sélectionnés par les chercheurs du département Bioclimatologie. Le travail s inscrit dans le cadre de l action thématique programmée de la CEE «Potentialité de Production». I. PRINCIPE DU CALCUL DE L ÉNERGIE SOLAIRE Le calcul de l irradiation globale quotidienne a été effectué à partir des formules de PERRIN DE BRICHAMBAUT (1978), on trouvera les principales en annexe 2. Cependant le calcul de la composante directe, tel qu il est proposé, n est pas satisfaisant dans tous les cas : aucune formule générale ne peut rendre compte du fait que le soleil est masqué par le relief, ici ou là, à telle ou telle heure de la journée. Aussi nous avons dû réaliser des intégrations numériques, cas par cas, en calculant la position du soleil et son inclinaison par rapport à la surface considérée, ceci à des intervalles de temps rapprochés (un quart d heure). La précision obtenue devient alors suffisante à l échelle de temps qui nous intéresse réellement (la décade, le mois, l année...). Les principales étapes logiques du calcul de l énergie sont les suivantes : 1. instant donné, 2. de la position du soleil dans le ciel à un de l énergie incidente après traversée de l atmosphère, 3. de l énergie reçue sur une surface donnée, caractérisée par sa pente et son orientation, 4. dans le temps pour la journée, le mois, la période végétative ou l année dans l espace pour un périmètre déterminé et cartographie automatique des résultats. Nous ne présenterons pas ici le détail de toutes ces opérations mais nous mentionnerons les points essentiels. Position du soleil dans le ciel La position du soleil dans le ciel dépend du lieu, de la date et de l heure. Elle est calculée d abord en coordonnées équatoriales (déclinaison, ascension droite). Ensuite, un changement de système d axes permet la définition des coordonnées horizontales en un point donné : azimut (angle avec la direction au sud) et hauteur (angle avec le plan horizontal). A ce niveau, nous nous sommes appuyés entièrement sur les travaux réalisés au sein du département Bioclimatologie de l LN.R.A. (DURAN D, 1979) (cf. annexe 1). Rayonnement direct Aux confins de l atmosphère l énergie solaire incidente 1. varie très légèrement dans l année en fonction de l éloignement de la terre au soleil. Au sol, l intensité du rayonnement direct 1 dépend des caractéristiques de la couche d air traversée (épaisseur en fonction de la hauteur du soleil, nébulosité, pollution, etc...). Toute une série d approximations sont nécessaires. 1 a été calculée en fonction des facteurs suivants : trajet du rayonnement solaire direct dans l atmosphère, altitude, hauteur du soleil audessus de l horizon h, et trouble atmosphérique moyen T. Faute de données plus précises, T a été estimé par une relation linéaire entre les valeurs moyennes de 2,5 en janvier et 3,8 en juillet, citées par PERRIN DE BRICHAMBAUT (1978) (cf. annexe 2). La composante directe de l éclairement d une surface de pente i et d azimut a est proportionnelle à 1 et au cosinus de l angle w de la direction du soleil avec la normale à la surface, angle qui se calcule mathématiquement (annexe 1). La composante directe de l irradiation quotidienne Bi&dquo; est obtenue par sommation des valeurs positives du produit 1 cos w du lever au coucher du soleil (par pas de 15 minutes par exemple). La somme est multipliée par la fraction d insolation pour tenir compte des instants pendants lesquels le soleil est masqué par les nuages. Rayonnement diffus D Ce rayonnement vient s ajouter au rayonnement direct pour constituer le rayonnement global. Sa part est faible par ciel clair en milieu de journée mais il est égal au global par ciel couvert. On peut le décomposer en deux parties : une venant du ciel et des nuages, l autre représentant l énergie réfléchie par le sol et la végétation vers la surface considérée. Si le calcul des parts respectives de l une par rapport à l autre est possible dans le cas d une surface inclinée disposée sur un terrain plat (VARLETGRANCHER, 1975), une telle estimation est quasi impossible dans le cas d un terrain montagneux où les cas de figure sont très nombreux (par exemple surface dans le fond d une vallée encaissée ou au contraire sur un plateau). Pour nous affranchir de cette complexité et compte tenu des nombreuses approximations faites par ailleurs, nous avons choisi d évaluer D par sa valeur moyenne sur un terrain horizontal et dégagé en utilisant la démarche proposée par PERRIN DE BRICHAMBAUT (1978) (annexe 2): Dans un premier temps, on estime le rayonnement global par ciel clair G, en estimant séparément les composantes directes B1 et de diffusion D,. On tient compte du facteur de trouble T et de la différence entre la latitude du lieu et la déclinaison du soleil 8. Des formules semiempiriques permettent de s affranchir de l intégration. Ensuite le rayonnement global est estimé à partir de G, et de la fraction d insolation «par une formule dérivée de celle d A NGS TRÔ M. Enfin le rapport D/G est obtenu à partir du rapport et de a. Di/G l On remarquera que, compte tenu de cette estimation, on n obtiendra pas de différence de rayonnement selon les surfaces considérées les jours où le ciel est constamment couvert. L irradiation globale journalière Gi,. d une surface d inclinaison i et d orientation a s obtient alors en ajoutant les composantes directes B;! et diffuse D, puis en divisant la somme par le cosinus de l inclinaison pour tenir compte du fait qu une surface inclinée est plus grande que sa projection sur un plan horizontal. Intégration des résultats dans le temps Toutes ces approximations ne sont évidemment valables que statistiquement. Elles seront donc d autant meilleures que la période pendant laquelle on aura sommé l énergie sera plus grande. Pour la réalisation de cartes thématiques, on se préoccupe de faire ressortir les différences dues à la topographie et on

4 travaille habituellement sur les normales. Il est alors possible, sans perdre trop d information, de répéter le calcul à intervalles réguliers (semaine, décade, mois à la rigueur) et de multiplier le résultat par le nombre de jours de la période. Le programme laisse le choix de la périodicité à l utilisateur. Généralisation dans l espace Des cartes énergétiques peuvent êtres obtenues si l on connaît la pente et l orientation en tous les points de la région qu on veut caractériser. Dans les faits, on se contente de calculer une déclivité et une exposition moyennes dans chacun des petits carrés ou rectangles obtenus en superposant une grille régulière au fond topographique. Ces surfaces élémentaires de forme géométrique peuvent être qualifiées de «sectons»(boulaine, 1978). Les données correspondant aux sectons sont enregistrées sur disque magnétique (altitude, orientation, pente). A l occasion des travaux de cartographie assistée par ordinateur, déjà mentionnés et réalisés au sein du département Science du Sol, de tels fichiers ont été constitués pour plusieurs régions de France (carte de Vichy à 1/100000, Parc Naturel Régional du Pilat, Vignoble d Arbois). Jusqu à présent, l enregistrement des expositions était manuel, le travail était long et fastidieux. Un effort d automatisation est en cours à l LN.R.A., à partir de fichiers de cotes d altitudes obtenues aux noeuds d une maille régulière. Ces fichiers sont fournis par l Institut Géographique National. Leur conversion en expositions a déjà été réalisée (MALLET, 1974 et 1976 ; HOUSSAY, 1978) mais des adaptations sont en cours pour que les programmes s appliquent mieux aux besoins agronomiques et bioclimatiques (BACHAcou, 1979 ; BACHAC OU et Cll., 1979). II. ANALYSE DES HYPOTHÈSES Dans ce genre de problème, on se trouve confronté à des calculs dont la précision est très variable. On a été ainsi amené à avancer quelques hypothèses simplificatrices de travail qui affectent plus ou moins la valeur des résultats. Elles concernent soit les calculs astronomiques, soit les données climatiques, soit les paramètres topographiques. Paramètres astronomiques Malgré un certain nombre d approximations, le calcul des paramètres astronomiques est d une très grande précision, probablement toujours supérieure à 1 p La constante solaire 10 est connue avec précision de l ordre de 2 p. 100, ce qui est encore largement suffisant pour le but que nous nous proposons. La précision de l intégration dépend du pas de temps choisi, de la latitude et de l époque de l année. Pour une latitude moyenne de 45 en hiver, elle est inférieure à 0,5 p. 100 avec un pas de temps de 1 minute, 4 p. 100 pour 15 minutes et8 p. 100 pour une demiheure. En été, ces incertitudes sont réduites de moitié environ. Un pas de temps de un quart d heure semble donc raisonnable. Paramètres climatiques L incertitude devient beaucoup plus grande : elle concerne la durée d insolation et le coefficient de trouble. On peut raisonnablement apprécier l erreur sur la durée d insolation à environ 5 p L erreur sur la durée du jour (durée d insolation théorique), calculée, est négligeable sauf lorsque l horizon n est pas dégagé au lever et au coucher du soleil : l azimut variant chaque jour, l incertitude peut être grande en cas d horizon accidenté. Dans le modèle on a supposé implicitement que l ennuagement est uniformément réparti au cours de la journée. Il semble (DOG NIAUX, 1976) que ce soit souvent le cas à l échelle statistique ; mais il est aussi évident qu en montagne ou au bord de la mer, certaines heures sont plus ensoleillées que d autres (PERRIN DE BRICHAMBAUT, 1978). Or, 4 heures d ennuagement au milieu de la journée n ont pas le même effet que 4 heures en début ou en fin de journée. Il est difficile d apprécier l erreur due à cela, mais elle peut dépasser 10 p L incertitude sur le facteur de trouble T est encore plus grande. On admet généralement que T varie de 2 à 5 selon que le ciel est très pur ou très brumeux. Mais on ne dispose pas de mesure systématique en réseau pour ce paramètre. Il existe bien des formules empiriques (DOGNIAUX, 1976 ; PE RRIN DE BRICHA MBAUT, 1978) pour calculer T en fonction de la hauteur du soleil, de l épaisseur d eau condensable (que l on peut évaluer à partir de la tension de vapeur au sol) et du coefficient de trouble d ANGSTROM (qui varie selon que le site est rural, urbain ou industriel), mais ces formules sont valables pour un ciel serein. En attendant des informations plus précises, nous nous sommes contentés des approximations de PERRIN DE BRICHAMBAUT (1978) : «en valeurs moyennes mensuelles, dans les régions tempérées et à faible altitude, T varie entre 2,5 l hiver (janvier, février) et 3,8 l été (juillet, août). Surtout durant les mois de transition (octobre, mai), les fluctuations de T peuvent être très importantes d un jour à l autre, ou même de la moyenne mensuelle d une année à celle de l année suivante». Cette incertitude a des conséquences importantes puisque, en faisant varier T de 5 à 2 on fait varier 1 dans un rapport de 1 à 2 pour une hauteur du soleil de 20 et de 1 à 1,4 pour une hauteur de 60. La variation du diffus, en sens inverse, compense en partie cette dérive. Paramètres topographiques Coordonnées géographiques Toutes choses étant égales par ailleurs, l énergie journalière ne dépend pas de la longitude du lieu mais elle varie avec la latitude. Dans ces conditions, il faut se demander si l on peut négliger les variations de latitude à l intérieur d une petite région donnée afin de limiter le volume des calculs : un point situé à peu près au milieu de la zone serait seul pris en considération... Une carte de France IGN à l échelle du 1/100 OOOe représente en hauteur 40km, soit 22 minutes d angle. L approximation introduite correspond, dans ces conditions, à la moitié soit 11 minutes. Nous avons calculé que l erreur sur l éclairement journalier serait alors inférieure à 0,2 p. 100 en été et à 0,8 p. 100 en hiver. Compte tenu de la précision atteinte (voir cidessous), une telle simplification paraît raisonnable pourvu que le périmètre étudié ait une extension de moins de 100 km dans le sens NordSud. Pente et orientation Il n est pas toujours possible de définir avec précision la pente ou l orientation dans chaque secton repéré au sol. Par exemple falaise succédant à un plateau, talweg, ligne de

5 crête, etc... une valeur moyenne serait sans signification. Il y a donc indétermination dans un tel cas. Or, l ensoleillement numérique ne peut être calculé que si la pente et l orientation sont définies simultanément. Dans le cas du Parc Naturel Régional du Pilat, qui nous a servi de secteur test à diverses reprises, le bilan s établit de la manière suivante :. estimation de la pente impossible : 9 p. 100 des sectons,. estimation de l orientation impossible : 20 p. 100 des sectons,! estimation de l ensoleillement impossible : 24 p. 100 des sectons. Pour la feuille de Vichy les résultats sont meilleurs car le relief est moins heurté (ensoleillement déterminé pour 92 p. 100 des sectons). Au niveau de la production du document final on peut : soit laisser blancs les sectons indéterminés, soit les regrouper avec leurs voisins immédiats (lisibilité maximale de la carte), soit leur affecter une énergie égale à celle qui est reçue par les surfaces planes (erreur minimisée statistiquement). III. TEST DU MODÈLE ET DISCUSSION Le modèle étant destiné à évaluer l éclairement énergétique sur d assez longues périodes de végétation, nous l avons testé sur des valeurs mensuelles. Le rayonnement est calculé le 15 de chaque mois avec la fraction d insolation moyenne du mois, puis multiplié par le nombre de jours du mois et comparé à la somme des valeurs journalières mesurées. La comparaison avec les données de la Station de mesures actinométriques de la Météorologie Nationale à Carpentras, sur une surface horizontale et sur une surface parallèle à l axe de la terre, est satisfaisante (fig. 1). Les écarts relatifs sont inférieurs à 15 p. 100 et l écart relatif moyen est de 2 p. 100 pour le capteur horizontal et de 5 p. 100 pour le capteur incliné. Une comparaison a été également faite, pour deux années clin:atiques différentes (1976 et 77), entre les rayonnements globaux mesurés et calculés en 9 stations de l I.N.R.A. dont une en Guadeloupe (STEFCE, 1977). Sur les 204 valeurs mensuelles calculées, 98 sont surestimées, 106 sousestimées et l écart relatif moyen est de 10 p Mais il faut remarquer que quelques valeurs mesurées sont manifestement aberrantes (écart relatif pouvant dépasser 70 p. 100). Elles ont été par la suite éliminées de la banque de données. Les coefficients de variation des sommes mensuelles de rayonnement global variant de 10 p. 100 (en août) à 19 p. 100 (en février et décembre) (Versailles ), les valeurs calculées permettent donc une assez bonne approximation de l énergie reçue une année donnée. Les différences entre les sectons, calculées toutes avec les mêmes approximations des facteurs climatiques, doivent donc être, une année donnée, bien représentatives des différences d énergie réellement reçue. Seules, des vallées souvent envahies par le brouillard ou des sommets dépassant généralement les nuages peuvent avoir un rayonnement calculé surestimé dans le premier cas, sousestimé dans le second. Aussi peuton considérer que les différences d éclairement des différents sectons de la carte de Vichy calculées par le programme SPOT (fig. 2) sont valables, même si les différences entre classes ne sont que de 2,5 p On remarquera par ailleurs que ces différences correspondent aux différences relatives de rayonnement global extraterrestre annuel sur 2 degrés de latitude, soit environ 200 km. On retrouve donc, sur la carte, des sectons qui reçoivent autant d énergie, à ennuagement égal, que des surfaces horizontales du nord au sud de la France.

6 CONCLUSION Le modèle utilisé permet donc de calculer l irradiation globale de surfaces diversement orientées et inclinées avec une précision relativement bonne sur une période assez longue. La précision relative semble meilleure si l on veut comparer deux années entre elles ou, surtout, différentes surfaces entre elles. Le modèle s applique donc particulièrement bien au problème que nous nous sommes posé de réaliser une cartographie d ensoleillement moyen d une région. La carte (fig. 2) en est un exemple ; il subsiste cependant une certaine incertitude dans l évolution du rayonnement diffus ; la prise en compte des énergies réfléchies par les différentes surfaces sur le secton étudié est en effet délicate. Toute une série d applications sont prévisibles au niveau de la recherche pure et au niveau de l aménagement du territoire. En effet, l énergie solaire est un paramètre très important dans la photosynthèse, le bilan hydrique du sol, l évolution génétique des profils pédologiques, la productivité des cultures, etc... Pour répondre aux demandes et faciliter l emploi de ce modèle, dans la pratique, il est nécessaire de disposer d algorithmes de calculs appropriés, suffisamment souples et nombreux. C est dans cet esprit que nous avons mis au point les programmes de la bibliothèque FLASH. Celleci n a pas été présentée dans le cours du texte car seules importaient, à ce niveau, les bases scientifiques qui ont servi de charpente aux calculs. Le lecteur, intéressé par l utilisation des programmes, trouvera en annexe 3, tous les renseignements utiles. Reçu le 1e mai Accepté le l0octobre 1980.

7

8 des des des des On Les Les ANNEXE 3 Présentation de la bibliothèque FLASH La bibliothèque FLASH comprend huit programmes de base articulés en trois chaînes de travail. On peut réaliser (fig. 3) : calculs d énergie pour toute une série de points donnés dispersés (programme SPOT), cartes d énergie reçue sans tenir compte des effets de masque dus aux reliefs (programmes SOLEIL + HELIO + SUNLIT 1), cartes de durées d ensoleillement (programmes SOLEIL + OMBRE + SUNLIT 2), cartes d énergie reçue comptetenu des phénomènes d ombrage (programmes SOLEIL + LUMIÈRE + SUNLIT 3). Le langage source utilisé est PL 1 qui convient simultanément au calcul scientifique et à la gestion de fichiers. L ensemble de la bibliothèque représente 885 lignes d instructions dans l état actuel de développement. 1. Programme SOLEIL Détermine la position du soleil dans le ciel toutes les 15 minutes en un lieu précis pour un jour donné. Le calcul est automatiquement répété autant de fois que nécessaire entre deux dates choisies avec une périodicité laissée à l appréciation de l utilisateur. Par exemple : définition de la position du soleil à Montpellier, tous les dix jours, depuis le 1&dquo; octobre jusqu au 30 juin de l année suivante. Dans le même temps, le programme calcule, autant de fois que nécessaire, le rapport de la durée d insolation à la durée du jour. Contraintes doit disposer des durées journalières d insolation (au moins si l on souhaite poursuivre jusqu à la détermination de l énergie reçue). deux dates extrêmes, qui limitent la période considérée, sont choisies, soit à l intérieur d une même année, soit dans deux années successives. Les années bissextiles sont automatiquement prises en compte. options prises ici sont valables (et limitatives) pour tous les programmes situés à l aval. On fournit dans l ordre : le nom du lieu de référence, la longitude (,, &dquo;), la latitude, la date de début (jour, mois, année), la date de fin, la périodicité du calcul en nombre de jours. Enfin, on enregistre les durées journalières d insolation pour toute la tranche de temps considérée. Résultats fournis sur listing et stockés sur fichier magnétique (fichier APOLLON). 2. Programme HELIO Reprenant les données du fichier APOLLON, ce programme calcule l énergie solaire reçue au sol pour diverses conditions de pente et d orientation. Les résultats sont édités sous forme de tableaux à double entrée (8 orientations x 12 classes de pentes en degrés). On obtient un tableau par période élémentaire (semaine, décade, mois...), plus un tableau final correspondant à la sommation des précédents. Le programme HELIO est donc particulièrement adapté au calcul de l énergie reçue par une culture donnée sur l ensemble du cycle végétatif.

9 Contraintes HELIO teste seulement l influence de la déclivité et de l orientation des sectons. Ceuxci sont supposés à la même altitude et très voisins géographiquement. En effet les variations des coordonnées X, Y et Z ne sont pas prises en compte par le programme qui se réfère à un point «central». On néglige également le relief vrai de la région (éventuelles ombres portées). Altitude moyenne Z de la région prise en compte (les coordonnées X et Y ont déjà été fournies au niveau de SOLEIL). Les tableaux de résultats sont obtenus sur listing et en même temps stockés dans le fichier ENERGIE. 3. Programme SUNLIT 1 (cartographie) La pente et l orientation de chaque secton sont lues dans le fichier CARTE. On se reporte ensuite aux tables fournies par HELIO (fichier ENERGIE) et on détermine par interpolation linéaire quelle quantité approximative d énergie a été reçue par le secton considéré. Enfin, SUNLIT 1 assure la segmentation des résultats en classes et l appel des programmes de dessin. Ceuxci (BONIMPRI et BONTRA) ont été mis au point dans une première phase des travaux (BONNERIC1978). Contraintes Ce sont celles d HELIO. Les résultats obtenus ne sont valables que pour des secteurs pas trop montagneux et pas trop étendus (moins de 500 m de dénivelée, moins de 50 km du nord au sud). La carte peut être dessinée pour n importe laquelle des périodes prises en compte. Si l étude porte sur un an et correspond à un pas mensuel, on pourra ainsi obtenir 13 cartes, la dernière correspondant au total annuel. Pour cela, il faut fournir d abord le numéro de la période choisie, la n + 1ième période étant, par convention, la somme des n premières. Il faut également définir les quantités d énergie retenues comme limites de classes après en avoir précisé le nombre. Pour assurer la lisibilité de la carte nous nous sommes limités à un maximum de 8 classes (+ 1 classe obligatoirement affectée au cas indéterminé ). Les résultats sont d abord visualisés sur écran ou imprimante. Lorsqu ils sont satisfaisants, la table à tracer fournit un document définitif de meilleure qualité, en noir ou en trois couleurs. à l échelle désirée. 4. Programme OMBRE Connaissant la position du soleil dans le ciel, il est possible de calculer pour chaque secton, la durée théorique d insolation, c estàdire la période pendant laquelle la source lumineuse n est pas masquée par les reliefs avoisinants ou par l exposition du sol. Il s agit donc d une approche presque qualitative du problème de l ensoleillement. Cela peut être utile dans différentes optiques, en phytosociologie notamment. Contraintes Comptetenu du découpage de la région en sectons, le relief n est modélisé que très grossièrement par une série de parallélépipèdes placés debout. Le dessin des ombres est forcément approximatif, aussi des problèmes de précision apparaissent. Une vérification est en cours par comparaison avec une maquette de la région de Vichy, réalisée en relief puis photographiée en remplaçant le soleil par un projecteur. Ce travail est entrepris en collaboration avec le C.N.R.S. de Toulouse suivant des méthodes antérieurement mises au point (ARLÈS, 1977). Par ailleurs, on ne tient pas compte, dans le programme, de la nébulosité. Enfin, la région est supposée peu étendue, comme précédemment. Il faut fournir la largeur des sectons (estouest), leur hauteur (nordsud), leur nombre maximum sur une ligne de la grille et leur nombre maximum sur une colonne. Le programme fait appel au fichier APOLLON (positions du soleil) et au fichier CARTE (pente, altitude et orientation des sectons). Pour chaque secton on imprime les coordonnées, le nombre d heures de soleil, le nombre d heures d ombre. La période prise en compte est celle qui a été définie au niveau du programme SOLEIL. Les résultats sont également stockés dans le fichier ECLAIR. 5. Programme SUNLIT 2 (cartographie) Intervient à l aval d OMBRE ; il sert à préparer l édition des cartes correspondantes. Comme SUNLIT 1, il assure la segmentation des résultats en classes et l appel des programmes de dessin déjà mentionnés. Nombre de seuils, puis valeurs des seuils, c estàdire au choix : durées théoriques d insolation en heures, durées de réduction d insolation en heures, mêmes quantités mais exprimées en proportion de la durée théorique du jour (ou des jours) pris en compte. Cartes sur imprimante, écran ou table à tracer. 6. Programme LUMIÈRE Le calcul de l énergie reçue est réalisé mais en tenant compte cette fois des phénomènes d occultation du soleil par les collines ou montagnes. Contraintes Chaque secton représente, dans le paysage, un cas unique. Pour chacun les calculs doivent être répétés, sinon en entier, du moins dans une large proportion. Il en résulte que les «tempsordinateurs» sont très importants (48 minutes CPU pour sectons). L emploi de ce programme est justifié seulement pour les régions fortement montagneuses. La région est supposée peu étendue.

10 : voir OMBRE Coordonnées des sectons et quantité d énergie reçue en joules par m2 pour la période considérée. Stockage magnétique de ces résultats dans le fichier DAMIER. 7. Programme SUNLIT 3 (cartographie) Intervient à l aval de LUMIERE ; il sert essentiellement, comme ses homologues SUNLIT 1 et SUNLIT 2, à préparer l édition des cartes correspondantes. Il assure la segmentation des résultats en classes et l appel des programmes de dessin. Nombre de seuils, puis valeurs des seuils exprimées en quantité d énergie reçue en joules par M2 pour la période. Carte sur imprimante, écran ou table à tracer. 8. Programme SPOT Les programmes précédents répondent à des problèmes de cartographie régionale : la période prise en compte est au choix de l utilisateur mais on suppose que le périmètre est assez peu étendu pour que la longitude et la latitude puissent être considérées comme constantes dans le secteur considéré. Le programme SPOT, au contraire, calcule l énergie solaire annuelle (par pas mensuel) pour une série de points éparpillés à travers la France, l Europe ou l ensemble du globe. On fournit les références du secton, ses coordonnées (en degrés), son altitude (en mètres), sa pente (en p. 100), son orientation (en degrés). Pour des résultats précis, il faut également donner les durées d insolation mensuelles en dixièmes d heure. Energie mensuelle et énergie annuelle en joules/m. Fraction moyenne d insolation. Contraintes Le calcul est en réalité fait pour le 15 de chaque mois et le résultat obtenu est multiplié par le nombre de jours du mois. L année est supposée non bissextile. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES Arlès J., Méthode analogique de cartographie de l ensoleillement théorique journalier. Bull. Ecol., 8 (3), Bachacou J., Le calcul automatique des pentes. Contribution à l opération «Vichy > du contrat «carte de potentialité CEE». Doc. Ronéo. LN.R.A. Biométrie, 22 p. Bachacou J., MarinLaflèche A., Rémy J. C., Vachez Evelyne, Calcul automatique des pentes aux noeuds d un réseau régulier pour une lecture automatique au 1/25 eooo de la carte des sols de l Aisne. Doc. Ronéo, I.N.R.A. Biométrie, 38 p. Baille A., Reich P., Seguin B., Hodin A., Van Chi N., Calcul des réductions d insolation dues aux panaches des réfrigérants atmosphériques. Note interne I.N.R.A. Bioclimatologie, Avignon. Bonneric Ph., Conception et réalisation d un système cartographique appliqué à la pédologie. Mémoire d Ingénieur du C.N.A.M. Informatique de Gestion. Centre Régional Associé de Montpellier. 130 p. Boulaine J., Projet de Taxonomie Pédologique. Doc. Ronéo. LN.A.P.G., 20 p. Desvignes F., Le rayonnement solaire. Acta electroni. 18 (4), Dogniaux R., Eclairement énergétique par ciel serein de parois orientées et inclinées. Instit. Roy. Meteo. Belgique Miscallaneae, série B, 25 et 26. Dogniaux R., Programme de calcul pour la prédétermination précise des éclairements énergétiques et lumineux en relation avec l utilisation de l énergie solaire. In «Electricité Solaire». Colloque International de Toulouse, 918. Durand R., Calcul des paramètres de position du soleil. Note interne LN.R.A. Bioclimatologie, Versailles. Esim, Tables d ensoleillement maximal pour la France. Collection de l Ecole Supérieure d Ingénieurs de Marseille. EDI SUD, 149 p. Fuggle R. F., A computer programme for determining direct shortwave radiation income on Slopes. Climat Bull. Mac Gill. Univ. (7), 810. Houssay Ph., Exploitation de modèles numériques de terrain. Cartographie de la pente et de l ensoleillement. Département de Géomatique IGN. 16 p. Legros J. P., Hensel E., Les concepts de base du Système I.N.R.A. 6 de Cartographie Assistée par Ordinateur. Actes du Se Colloque Informatique et Biosphère, Paris, 144 à 166. Mallet J. L., Présentation d un ensemble de méthodes et techniques de la cartographie automatique numérique. Sciences de la Terre. Informatique Géologique (4). Mallet J. L., Programmes de cartographie automatique, présentation de la bibliothèque CARTOLAB. Sciences de la Terre. Informatique Géologique (7). Perrin de Brichambaut, Estimation de l énergie solaire In Electricité Solaire. Colloque International de Toulouse, 994 à Perrin de Brichambaut, Estimation de l Energie Solaire disponible au sol. La Météorologie, VI Série (15), 5 à 45. Roulleau J., Trochon R., Météorologie générale. Tome 1, 141 p. GauthierVillars. Stefce, Valeurs de rayonnement global et de durée d insolation observées dans les stations climatologiques de l LN.R.A. Service d Etudes Climatiques, Montfavet, 150 p. Swift L. W., Algorithm for solar radiation on Mountain Slopes. Water. Resour. Res., 12 (1), Tricaud J. F Atlas énergétique du rayonnement solaire pour la France. Pyc Edition, Paris, 278 p. Varlet Grancher C., Variation et estimation de l énergie d origine solaire reçue sur des plans d inclinaison et d azimut variables. Ann. Agron., 26 (3),

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011)

Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Télédétection Radar Chapitre 2 : Géométrie des images radar et effets du relief (Cours Télédétection Radar Jean-Paul Rudant ERAIFT Avril-Mai 2011) Ce chapitre présente successivement les effets du relief

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation.

Le Soleil. Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil Structure, données astronomiques, insolation. Le Soleil, une formidable centrale à Fusion Nucléaire Le Soleil a pris naissance au sein d un nuage d hydrogène de composition relative en moles

Plus en détail

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER Utilisation d images dérivées d un jeu de données LIDAR pour la détection automatisée de vestiges archéologiques (programme de recherche méthodologique LiDARCHEO) Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET,

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

Lecture graphique. Table des matières

Lecture graphique. Table des matières Lecture graphique Table des matières 1 Lecture d une courbe 2 1.1 Définition d une fonction.......................... 2 1.2 Exemple d une courbe........................... 2 1.3 Coût, recette et bénéfice...........................

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

Optimisation d une fonction de transmission d ordres

Optimisation d une fonction de transmission d ordres Optimisation d une fonction de transmission d ordres pour driver à très haute isolation galvanique. Application aux modules IGBT pour onduleurs multi-niveaux MMC (Multilevel Modular Converters). Sokchea

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

Une charte éthique pour le Big Data

Une charte éthique pour le Big Data Une charte éthique pour le Big Data Primavera De Filippi To cite this version: Primavera De Filippi. Une charte éthique pour le Big Data. Documentaliste - Sciences de l Information, ADBS, 2013, pp.8-9.

Plus en détail

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan)

Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan) Bénédicte Tratnjek To cite this version: Bénédicte Tratnjek. Carte postale d un habitat sur cour (Abidjan). Les Cafés géographiques, rubrique à comité de lecture

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif.

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif. Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif Claire-Charlotte Butez, Francesco Beretta To cite this version:

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée SOMMAIRE 1 LA CARTE 1.1 Les types de carte 1.2 Les différentes échelles 1.3 - Les informations figurants sur les cartes au 1/25000 ème 1.3.1 - Le cadre 1.3.2 Les couleurs

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien!

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Alain Couillault, Karen Fort To cite this version: Alain Couillault, Karen Fort. Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545 Mesures de la charge électrique de gouttelettes d eau ou de solutions salines au cours de processus d évaporation, ou de condensation de vapeur d eau sur elles Jessica Dubois To cite this version: Jessica

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique E. Bichat To cite this version: E. Bichat. Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Sillage Météo. Notion de sillage

Sillage Météo. Notion de sillage Sillage Météo Les représentations météorologiques sous forme d animation satellites image par image sont intéressantes. Il est dommage que les données ainsi visualisées ne soient pas utilisées pour une

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION

BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION BILAN THERMIQUE ETE : CAHIER DES CHARGES POUR LE CALCUL D UN BILAN THERMIQUE DE CLIMATISATION Avant de commencer le calcul du bilan thermique, le technicien devra connaître tous les facteurs qui pourront

Plus en détail

Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/A-) ECO

Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/A-) ECO Version: Mars 2014 Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/-) ECO 1. Introduction e présent document permet de calculer facilement le degré de lumière naturelle pour la demande Minergie-Eco.

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes M. Aubert To cite this version: M. Aubert. Famille continue de courbes terminales du spiral

Plus en détail

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16

1. Au commencement est l appareil photo... 1. 2. Notions de photographie 15. 3. Le matériel... 21. Temps de pose... 16 1. Au commencement est l appareil photo.... 1 Les différents types de capteurs.. 2 Les capteurs CCD........... 3 Les capteurs CMOS.......... 3 Taille des capteurs.......... 4 Format et qualité des images....

Plus en détail

CAPE: Context-Aware Agile Business Process Engine

CAPE: Context-Aware Agile Business Process Engine CAPE: Context-Aware Agile Business Process Engine Irina Rychkova, Manuele Kirsch Pinheiro, Bénédicte Le Grand To cite this version: Irina Rychkova, Manuele Kirsch Pinheiro, Bénédicte Le Grand. CAPE: Context-Aware

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Sciences et Technologies de la Gestion. Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES

SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Sciences et Technologies de la Gestion. Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES SESSION 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de la Gestion Communication et Gestion des Ressources Humaines MATHÉMATIQUES Durée de l épreuve : 2 heures Coefficient : 2 Dès que le sujet

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du

Les sciences de l éducation et les sciences de la. en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du Les sciences de l éducation et les sciences de la communication en dialogue : à propos des médias et des technologies éducatives. L université En Ligne : du dispositif empirique à l objet de recherche,

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Résumé non technique. Tableaux d estimation

Résumé non technique. Tableaux d estimation Résumé non technique Tableaux d estimation 4 Chapitre 1 Introduction 5 E n application de la directive européenne 2002/49/CE, et de ses retranscriptions en droit français (décret 2006-361 du 24 mars 2006

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques?

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques? Contributions pratiques d une géostatistique raisonnée en environnement : méthodes et application à la cartographie nationale de la pollution par l ozone en France Nicolas Jeannée, GEOVARIANCES 49bis av.

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES

INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES INTRODUCTION À L ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS et Université de Pau Domaine

Plus en détail

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Abdelkader Baaziz To cite this version: Abdelkader Baaziz. Apport du Knowledge Management dans l amélioration

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

Mesurer les altitudes avec une carte

Mesurer les altitudes avec une carte www.ign.fr > Espace éducatif > Les fiches thématiques > Lecture de la carte Mesurer les altitudes avec une carte Les cartes topographiques ne sont pas uniquement une représentation plane de la surface

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge Les déterminants du volume d aide professionnelle pour les bénéficiaires de l APA à domicile : le rôle du reste-à-charge Cécile Bourreau-Dubois, Agnès Gramain, Helen Lim, Jingyue Xing, Quitterie Roquebert

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

La précision dans les mesures RTK

La précision dans les mesures RTK La précision dans les mesures RTK Gilles Wautelet Unité de géomatique Club d utilisateurs du PICC & dix ans de Walcors Wépion, le 6 décembre 2013 Quelle est la précision de la technique GPS-RTK? Annoncée

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE

ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE BAZEILLE Stéphane MOUGEL Baptiste IUP3 ALGORITHMES POUR LA VISUALISATION SCIENTIFIQUE EN Année 2003/2004 1 TABLE DES MATIERES Home... 3 Introduction.... 3 Marching Square... 4 Algorithme....4 Programmation...4

Plus en détail

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique Etude des convertisseurs statiques continucontinu à résonance, modélisation dynamique J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier To cite this version: J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier. Etude des convertisseurs

Plus en détail

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques

Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Microfiltration tangentielle des boissons. Influence des caractéristiques hydrodynamiques Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN AIM To cite this version: Martine Mietton-Peuchot, V. Milisic, R. BEN

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ

F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ Auteur : S.& S. Etienne F7n COUP DE BOURSE, NOMBRE DÉRIVÉ TI-Nspire CAS Mots-clés : représentation graphique, fonction dérivée, nombre dérivé, pente, tableau de valeurs, maximum, minimum. Fichiers associés

Plus en détail

1S9 Balances des blancs

1S9 Balances des blancs FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S9 Balances des blancs Type d'activité Étude documentaire Notions et contenus Compétences attendues Couleurs des corps chauffés. Loi de Wien. Synthèse additive.

Plus en détail

Question 1 : Sur votre compte-rendu, indiquer les réponses pour les positions a et b des interrupteurs.

Question 1 : Sur votre compte-rendu, indiquer les réponses pour les positions a et b des interrupteurs. 2 nde MPI Le Binaire 1 / 8 I) Le codage 1) Présentation du L informatique utilise des courants électriques, des aimantations, des rayons lumineux... Chacun de ces phénomènes met en jeu deux états possibles

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler

Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler Nº 761 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 325 Principe du vélocimètre sanguin à effet Doppler Réflexion des ultrasons et effet Doppler par R. MÉLIN Lycée Ernest Bichat - 54301 Luneville Les appareils médicaux

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance

SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance SPOT4 (Take 5) : Sentinel-2 avec deux ans d avance Olivier Hagolle Mercredi 6 février 2012 Sentinel-2 : révolution du suivi de la végétation par télédétection 13 bandes spectrales, résolution 10m à 20m,

Plus en détail

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE.

BILAN HYDRIQUE ET BESOIN D IRRIGATION DE LA CEREALICULTURE EN REGION SEMI-ARIDE. Résumé Des travaux de recherches combinant les précipitations annuelles et les températures, classent la zone d étude dans le climat méditerranéen de l étage semi-aride (Seltzer, 1949; Emberger, 1955).

Plus en détail

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre?

COMPTE-RENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Claire FORGACZ Marion GALLART Hasnia GOUDJILI COMPTERENDU «MATHS EN JEANS» LYCEE OZENNE Groupe 1 : Comment faire une carte juste de la Terre? Si l on se pose la question de savoir comment on peut faire

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail