EUROBAROMETRE 46.0 LES EUROPEENS ET LE SOLEIL. La Direction Générale V/F/2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EUROBAROMETRE 46.0 LES EUROPEENS ET LE SOLEIL. La Direction Générale V/F/2"

Transcription

1 EUROBAROMETRE 46.0 LES EUROPEENS ET LE SOLEIL POUR La Direction Générale V/F/2 Emploi, Relations industrielles, Affaires sociales PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE sa - RAPPORT COMPLET - Février 1997

2 Ce sondage d opinion a été réalisé à la demande de la Commission européenne (Direction Générale Emploi, Relations industrielles, Affaires sociales ). Il a été effectué dans l ensemble des pays de l Union européenne, entre le 12 octobre et le 11 novembre 1996, sous la coordination générale de INRA(EUROPE) - European Coordination Office, situé à Bruxelles. Le questionnaire, le nom des instituts associés à la recherche, ainsi que divers renseignements techniques (méthodes d échantillonnage, composition de l échantillon, etc.) figurent en annexe. Le présent rapport n engage en aucune façon la responsabilité de la Commission européenne. La langue originale de ce rapport est le français.

3 LES EUROPEENS ET LE SOLEIL TABLE DES MATIERES INTRODUCTION I. CE QUI EST PERÇU COMME BON ET COMME MAUVAIS 3 II. LES HABITUDES ET COMPORTEMENTS AU SOLEIL 13 III. LE DEGRE D ACCORD 23 IV. LA PROTECTION LA PLUS EFFICACE CONTRE LE SOLEIL 33 V. LES DEUX AUTRES PROTECTIONS LES PLUS EFFICACES CONTRE LE SOLEIL 38 VI. LA FREQUENCE D UTILISATION DES BANCS ET LAMPES SOLAIRES 48 VII. LA CAMPAGNE EUROPEENNE CONTRE LE CANCER DE LA PEAU 56 Annexes : Spécifications techniques Questionnaire Spécifications spéciales

4 INTRODUCTION Le sondage d opinion analysé dans le présent rapport a été effectué, entre le 12 octobre et le 11 novembre 1996, dans le cadre de l Eurobaromètre 46.0, à la demande de la Direction Générale V/F/2 Emploi, Relations industrielles, Affaires sociales de la Commission européenne. Le présent rapport aborde la perception qu ont les Européens de questions touchant à l exposition au soleil. Il se subdivise en six sections : 1. Le soleil et ce qui est perçu comme néfaste et comme bénéfique pour la santé 2. Les habitudes et comportements au soleil 3. Le degré d accord avec certaines opinions au sujet du soleil et de ses effets 4. La protection la plus efficace contre le soleil 5. Les deux autres protections les plus efficaces 6. La fréquence d utilisation des bancs et lampes solaires 7. La campagne européenne contre le cancer de la peau Dans chaque pays, ces questions ont été soumises à un échantillon représentatif de la population nationale âgée de 15 ans au moins. Au total, personnes ont été interrogées, soit, en moyenne, quelque personnes par pays sauf en Allemagne (2.000 : dans l ex-allemagne de l Est et dans l ex-allemagne de l Ouest) et au Royaume-Uni (1.300 : en Grande-Bretagne et 300 en Irlande du Nord). Le sondage étudié ici se fonde sur un ensemble de questions semblables à celles posées lors d un sondage réalisé au printemps 1996 (Eurobaromètre 45.1). Ce sondage a fait l objet d un rapport et des comparaisons seront parfois réalisées afin d étudier l évolution de l opinion publique sur le sujet. Il importe également de préciser que les chiffres relatifs à l Union européenne dans son ensemble qui figurent dans ce rapport sont une moyenne pondérée des chiffres nationaux. Pour chaque pays, la pondération utilisée est la part de la population nationale de 15 ans et plus au sein de la population communautaire de 15 ans et plus.

5 2 Il convient aussi de noter que le total des pourcentages présentés dans les tableaux de cette étude peut dépasser 100% lorsque le répondant a la possibilité de donner plusieurs réponses à une même question. Ce total peut également ne pas atteindre exactement 100%, mais un nombre très proche (par exemple, 99% ou 101%), du fait des arrondis. Enfin, il importe de préciser que, dans ce rapport, l abréviation SR signifie Sans Réponse (i.e. refus de répondre à la question posée) et l abréviation NSP, Ne Sait Pas.

6 3 LE SOLEIL ET LA SANTE I. CE QUI EST PERÇU COMME BON ET COMME MAUVAIS La perception qu ont les Européens du caractère néfaste ou bénéfique du soleil est évaluée à l aide d une question présentant un ensemble de comportements ou de situations typiques. Il leur est demandé de dire si à leur avis la santé en pâtit ou en profite (cf. Libellé de la question p.7). Error! Not a valid link. Comme on le constate dans le tableau suivant (tableau 1), à l échelon européen, les réponses des citoyens autorisent un classement en termes de comportements les moins mauvais. On notera que la moyenne ne dépasse la barre de 2 ( Ni bon, ni mauvais ) que deux fois sur 192 occasions (cf. tableau 1). Ces comportements les moins mauvais sont identiques par rapport à ceux identifiés lors du sondage précédent; ils sont Etre bronzé, Utiliser une crème ou une huile solaire 1 pour accélérer le bronzage et Sortir au soleil sans lunettes solaires. Il convient de remarquer que le premier item n est pas un comportement mais bien une des conséquences de l exposition à une source d UV (soleil ou banc 2 solaire). Tous les autres comportements sont estimés encore plus néfastes, dans une plus ou moins grande mesure, pour la santé. Laisser les enfants jouer au soleil sans crème solaire, sans chapeau, casquette ou parasol, ou encore prendre un bain de soleil entre midi et 3 heures de l après-midi sont les situations jugées les plus nuisibles. La santé des enfants prime donc dans l ensemble de ces considérations. En abordant les résultats nationaux, rappellons que l ensoleillement, de même que les températures, varient considérablement d un Etat membre à l autre. S ajoutent à cela des habitudes, mais aussi des conceptions du bronzage différentes non explorées par cette étude. Les différences nationales les plus flagrantes sont les mêmes que celles du sondage précédent : les Espagnols, les Italiens et les Allemands de l ex-rda estiment moins que la 1 Sous la dénomination crème solaire seront regroupées à la fois les crèmes et huiles solaires, ces deux catégories n ayant pas été distinguées dans les questions. 2 Même remarque que ci-dessus, mais à propos des catégories banc et lampe solaires.

7 4 moyenne européenne qu être bronzé soit mauvais pour la santé. Ils se rapprochent plutôt de l option Ni bon, ni mauvais. Laisser les enfants jouer au soleil sans un T-shirt, utiliser une crème solaire pour accélérer le bronzage, sortir au soleil sans lunettes solaires sont considérés comme encore néfastes pour la santé mais plus fortement par rapport au résultat du printemps. En effet, c est surtout en Belgique et en Allemagne de l Ouest que les jugements ont sensiblement changé et où utiliser une crème solaire pour accélérer le bronzage est davantage perçu comme mauvais. La même tendance se répète en Belgique, Grèce et Portugal quant à l option sortir au soleil sans lunettes solaires. La tendance inverse est observée chez les Autrichiens qui pensent que chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances est un peu moins néfaste. En Suède et Finlande, le bain de soleil entre midi et 3h de l après-midi est considéré comme moins dangereux que dans les autres pays. Les Allemands (en particulier ceux de l ex-rda) et les Autrichiens se rapprochent à nouveau de l option Ni bon, ni mauvais en ce qui concerne l utilisation d une crème solaire pour accélérer le bronzage. Cette utilisation est donc perçue comme moins néfaste que chez leurs voisins européens, de même que chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances, comme le pensent tout autant les Suédois. Mis à part le fait d être bronzé qui retient un score assez élevé dans chaque état membre et qui est donc considéré comme ni bon ni mauvais pour la santé, les Suédois, les Hollandais et les Belges pensent que le moins néfaste des comportements proposés consiste à sortir au soleil sans lunettes solaires. Les Allemands (en particulier ceux de l ex-rda), les Hollandais et Autrichiens se rapprochent aussi de cette option neutre quand on évalue le fait d utiliser un banc ou une lampe solaire. Chaque pays européen considère qu être bronzé est la situation présentant le moins de risque pour la santé. Par contre, les Hollandais comme les Portugais estiment que se faire dorer entre midi et 3 h de l après-midi est bien plus néfaste à la santé. Les produits auto-bronzants semblent ne pas avoir la cote chez les Grecs, les Italiens, les Espagnols, les Danois, les Irlandais et les Suédois puisqu ils jugent ceux-ci comme assez mauvais pour la santé. La santé des enfants semble être une priorité pour les Allemands, les Irlandais et les Britanniques car ceux-ci considèrent que les laisser jouer au soleil sans crème solaire

8 5 représente la plus mauvaise chose contenue dans la liste. Les Français sont aussi très proches de cet avis mais pensent tout comme les Portugais que l absence du chapeau, de la casquette ou du parasol est encore plus mauvaise. Les Luxembourgeois se méfient plus du soleil si les enfants jouent sans chapeau, casquette ou parasol. Les Britanniques estiment dans une même mesure que l absence de chapeau, casquette ou parasol et/ou de crème solaire sont les situations les plus nuisibles pour l enfant. Par ailleurs, pour les Finlandais, chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances représente la situation la plus risquée pour la santé. Il est intéressant de clore le chapitre en établissant une liste des options qui représentent le plus de risques aux yeux des Européens.

9 6 le plus mauvais pour la santé perçu par nationalité les Belges prendre un bain de soleil entre midi et 3h de l après midi les Danois utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules autobronzantes les Allemands laisser les enfants au soleil sans crème solaire les Grecs utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules auto-bronzantes les Espagnols utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules autobronzantes les Français laisser les enfants au soleil sans chapeau, casquette ou parasol les Irlandais laisser les enfants au soleil sans T-shirt ou crème solaire les Italiens utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules autobronzantes les Luxembourgeois laisser les enfants au soleil sans chapeau, casquette ou parasol les Hollandais prendre un bain de soleil entre midi et 3h de l après midi les Autrichiens laisser les enfants au soleil sans crème solaire les Portugais laisser les enfants au soleil sans chapeau, casquette ou parasol les Finlandais chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances les Suédois laisser les enfants au soleil sans chapeau, casquette ou parasol les Britanniques laisser les enfants au soleil sans chapeau, casquette, parasol ou crème solaire De cette liste ressort un tiercé assez clair : 1. les enfants courent le plus de risques s ils ne portent pas de protection de la tête (rappelons qu il s agit d une perception et non d un fait établi) 2. les produits auto-bronzants sont jugés assez néfastes 3. laisser les enfants jouer au soleil sans crème solaire est aussi perçu comme très néfaste.

10 7 Question 16: Pour chacun des points que je vais vous citer, pourriez-vous me dire si vous considérez que c est bon ou mauvais pour la santé? A. Etre bronzé(e) B. Laisser les enfants jouer au soleil sans un chapeau, une casquette ou un parasol C. Laisser les enfants jouer au soleil sans un T-shirt D. Laisser les enfants jouer au soleil sans crème ou huile solaire E. Chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances F. Prendre un bain de soleil entre midi et 3 heures de l après-midi G. Utiliser une crème ou une huile solaire pour accélérer le bronzage H. Sortir au soleil sans chapeau ou sans casquette I. Sortir au soleil sans lunettes solaires J. Sortir au soleil sans avoir mis une crème ou une huile solaire K. Utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules auto-bronzantes L. Utiliser un banc ou une lampe solaire Tableau 1 : Le soleil - Ce qui est perçu comme bon ou mauvais (moyennes nationales et UE15 sur 3 points, Bon reçoit un coefficient de 3, Ni bon, ni mauvais (SPONT.), de 2, Mauvais, de 1; les NSP/SR sont exclus du calcul. Le point central correspond au score 2 ) Pays A B C D E F G H I J K L B DK WD D OD GR E F IRL I L NL A P FIN S UK UE UE

11 8 Quelles sont les variations de l'opinion selon les caractéristiques sociodémographiques? Cinq variables, essentiellement le sexe, l âge, le niveau d études, le niveau d opinion leadership et la profession, nous aideront à mieux circonscrire le profil de ces Européens (cf. tableau 2). On peut observer que les hommes tout comme les femmes jugent chacune des options comme mauvaises pour la santé. Mais, les hommes se montrent en général moins méfiants que les femmes sauf pour l usage des produits auto-bronzants. L âge intervient ainsi que plus on est jeune, moins on considère que chacune des situations proposées puisse avoir des effets néfastes sur la santé. Les écarts de moyennes observés entre les plus jeunes et les plus âgés vont jusqu à 0.26 ( Etre bronzé ). Il convient de remarquer que les avis convergent lorsque l on envisage le caractère dangereux du soleil pour les enfants laissés sans protection telle que crème ou huile solaire. L âge auquel on a interrompu ses études intervient également puisque plus on a quitté le réseau d enseignement tôt, plus on se méfie du soleil. Ceci est vrai pour la plupart des situations décrites, les exceptions étant : laisser les enfants jouer au soleil sans crème ou huile solaire, où la classe des Européens ayant interrompu leurs études avant 16 ans est rejointe par celle des citoyens ayant interrompu les leurs entre 16 et 19 ans et par la classe des étudiants; chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances et utiliser une crème solaire pour accélérer le bronzage, où ils sont rejoints par ceux ayant poursuivi les plus longues études; utiliser un produit auto-bronzant ou un banc solaire, où le groupe de ceux encore aux études rejoint l avis de ceux ayant interrompu leurs études entre 16 et 19 ans. L index de leadership d opinion nous permet de dire que les «leaders --» se présentent comme aussi méfiants que les «leaders ++». Les chômeurs se positionnent comme les moins méfiants par rapport aux effets du soleil en ce qui concerne le fait d être bronzé, celui de chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances, prendre un bain de soleil entre midi et 3 heures de l après-midi,

12 9 utiliser une crème solaire pour accélérer le bronzage, sortir au soleil sans chapeau ou sans casquette ou encore utiliser un banc solaire. Cette catégorie de chômeurs est rejointe par celle des managers pour ce qui est de laisser les enfants jouer au soleil sans chapeau, casquette ou parasol. Par ailleurs, les indépendants sont moins méfiants que les autres par rapport au fait de laisser les enfants jouer au soleil sans un T-shirt. Deux autres options sont jugées de façon égale par les indépendants et les chômeurs; il s agit de laisser les enfants jouer au soleil sans crème solaire et de sortir au soleil sans lunettes solaires. Enfin, la classe des travailleurs manuels considère les produits auto-bronzants moins mauvais que les autres catégories sociodémographiques. Rappelons que, dans l ensemble de ces considérations, les moyennes sont toujours faibles et indiquent par là le fait que les Européens ont plutôt tendance à considérer le soleil comme plus néfaste que bénéfique et, dans le meilleur des cas, ni positif, ni négatif.

13 10 Question 16: Pour chacun des points que je vais vous citer, pourriez-vous me dire si vous considérez que c est bon ou mauvais pour la santé? A. Etre bronzé(e) B. Laisser les enfants jouer au soleil sans un chapeau, une casquette ou un parasol C. Laisser les enfants jouer au soleil sans un T-shirt D. Laisser les enfants jouer au soleil sans crème ou huile solaire E. Chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances F. Prendre un bain de soleil entre midi et 3 heures de l après-midi G. Utiliser une crème ou une huile solaire pour accélérer le bronzage H. Sortir au soleil sans chapeau ou sans casquette I. Sortir au soleil sans lunettes solaires J. Sortir au soleil sans avoir mis une crème ou une huile solaire K. Utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules auto-bronzantes L. Utiliser un banc ou une lampe solaire Tableau 2 : Le soleil - Ce qui est perçu comme bon ou mauvais (moyenne pour chaque variable sociodémographique sur 3 points, Bon reçoit un coefficient de 3, Ni bon, ni mauvais (SPONT.), de 2, Mauvais, de 1; les NSP/SR sont exclus du calcul. Le point central correspond au score 2 ) Variables A B C D E F G H I J K L Sexe Hommes Femmes Age Niveau d études <= Etudiants Opinion Leadership index Profession Indépendants Managers Autre cols blancs Travailleurs manuels Ménagères Chômeurs UE UE

14 11 Un élément nouveau par rapport au sondage précédent consiste au lancement d une vaste campagne contre le cancer auprès des Etats-membres européens. Aussi, dans l espoir de mettre en évidence des comportements et attitudes particuliers, nous avons utilisé les résultats des questions liées à la perception de cette campagne (questions 22 et 23). La question 22 porte sur la perception d une campagne européenne contre le cancer de la peau qui a pris place durant l été, tandis que la question 23 concerne la perception de la campagne L Europe contre le cancer qui s est déroulée au début du mois d octobre. 3 Question 16: Pour chacun des points que je vais vous citer, pourriez-vous me dire si vous considérez que c est bon ou mauvais pour la santé? A. Etre bronzé(e) B. Laisser les enfants jouer au soleil sans un chapeau, une casquette ou un parasol C. Laisser les enfants jouer au soleil sans un T-shirt D. Laisser les enfants jouer au soleil sans crème ou huile solaire E. Chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances F. Prendre un bain de soleil entre midi et 3 heures de l après-midi G. Utiliser une crème ou une huile solaire pour accélérer le bronzage H. Sortir au soleil sans chapeau ou sans casquette I. Sortir au soleil sans lunettes solaires J. Sortir au soleil sans avoir mis une crème ou une huile solaire K. Utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules auto-bronzantes L. Utiliser un banc ou une lampe solaire Tableau 2bis : Le soleil - Ce qui est perçu comme bon ou mauvais (moyenne pour chaque question sur la campagne sur 3 points, Bon reçoit un coefficient de 3, Ni bon, ni mauvais (SPONT.), de 2, Mauvais, de 1; les NSP/SR sont exclus du calcul. Le point central correspond au score 2 ) UE15 Q.22: Entendu parler d une campagne européenne contre le cancer de la peau? Q.23: Entendu parler de la campagne L Europe contre le cancer? Oui Non Oui Non 1.82 A B C D E F G H I J K L L analyse détaillée de la perception de la campagne européenne par les citoyens est contenue dans le chapitre VII.

15 12 D une part, les citoyens ayant entendu parler d une campagne européenne considèrent les options citées en général comme plus néfastes en comparaison à ceux qui n en ont pas entendu parler. En ce qui concerne la campagne d été, les différences sont infinitésimales dans la plupart des cas. Toutefois, on remarque des écarts importants dans les cas suivants: - concernant l utilisation d une crème solaire pour accélérer le bronzage ou un autre produit tel que des pilules auto-bronzantes où ce sont ceux qui ont entendu parler de la campagne d été qui considèrent plus que les autres ces types de produits comme mauvais pour la santé, ( = 0.11); - un autre écart important ( = 0.9) est également lié à un moyen artificiel pour bronzer puisqu il s agit de l utilisation d un banc solaire qui est aussi jugé comme plus mauvais pour la santé par ceux qui ont entendu parler de la campagne d été. Par ailleurs, certaines actions sont jugées moins néfastes chez ceux qui ont entendu parler de la campagne d été. Ces actions sont Laisser les enfants jouer au soleil sans un T-shirt, Laisser les enfants jouer au soleil sans crème ou huile solaire, Chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances, Prendre un bain de soleil entre midi et 3 heures de l après-midi. En ce qui concerne la campagne d octobre, les écarts sont encore moins grands entre les avis de ceux qui ont entendu parler de la campagne et ceux qui ne l ont pas perçue. Les citoyens qui en ont entendu parler jugent chaque option plus mauvaise par rapport aux autres. Il serait donc possible que, suite à la campagne, les citoyens aient pris davantage conscience des effets nuisibles dûs au soleil.

16 13 II. LES HABITUDES ET COMPORTEMENTS AU SOLEIL Alors que nous venons de voir quelles étaient les perceptions des Européens par rapport à ce qu il est bon ou moins bon de faire au soleil, nous nous penchons maintenant sur ce qu ils font effectivement dans les situations décrites. Error! Not a valid link. Les Européens délaissent les protections solaires dans la plupart des cas. En effet, ils sortent au soleil assez fréquemment sans chapeau ou casquette. Les lunettes solaires sont aussi moins souvent utilisées. Ils vont parfois au soleil sans avoir mis de crème solaire et s il leur arrive d en acheter, ils accordent tout de même de l intérêt à son indice de protection. Les enfants font l objet d une grande attention puisqu on ne les laisse pratiquement jamais jouer au soleil sans protection (cf. tableau 3). Les cinq comportements les plus fréquents sont semblables à ceux étudiés lors du sondage précédent. Toutefois, une petite amélioration s inscrit dans ces comportements. En effet, chacun de ceux-ci diminue en fréquence. Même si être bronzé reste une habitude assez répandue, les Européens ne recourent pratiquement jamais aux produits autobronzants. Exception faite chez les Autrichiens et les Allemands qui n hésitent pas à user de moyens artificiels dans ce but. D ailleurs, le bronzage est l objectif principal des vacances pour bon nombre de citoyens et surtout pour les Autrichiens et les Allemands.

17 14 C est en Autriche et en Suède que l on cherche à bronzer le plus vite possible au début des vacances. Comme constaté précédemment, les Autrichiens suivis de près par les Allemands utilisent le plus souvent une crème solaire pour accélérer le bronzage ou même des pilules auto-bronzantes tandis que les Danois et Portugais sont ceux pour qui ces solutions présentent le moins d attrait avec un net rejet des comprimés autobronzants par les Portugais. Les Autrichiens et les Allemands semblent accorder une valeur particulière au bronzage puisque non seulement ils n hésitent pas à recourir aux moyens artificiels mis à leur disposition pour l accélérer, mais que de surcroît ils partent en vacances plus fréquemment que les autres nationalités dans l espoir de revenir bronzés. Si l on rencontre un Européen bronzé, il s agira le plus souvent d un citoyen du Danemark, de Suède, de Grèce ou d Italie car ces quatre nationalités déclarent être le plus fréquemment bronzées. Mais ce n est pas pour autant qu ils utilisent des moyens artificiels. Les Grecs seulement utilisent un peu plus souvent que les trois autres Européens bronzés une crème solaire pour accélérer le bronzage. Pour se protéger du soleil, les Danois portent fréquemment un chapeau, les Suédois et Grecs appliquent une crème. Les Italiens choisissent plutôt les lunettes solaires. Qu en est-il des enfants? Les enfants Français ne jouent pratiquement jamais au soleil sans un chapeau une casquette ou un parasol, alors que les enfants Portugais portent un T-shirt au soleil. Les Britanniques et Allemands, eux, ont à la fois chapeau et T-shirt. En Finlande, les têtes blondes ne sont pas très protégées : les enfants jouent parfois au soleil sans crème et/ou T-shirt. Les parents Hollandais et Danois ont tendance à laisser leur progéniture le plus fréquemment au soleil sans protection ni de la tête ni du torse. Quels sont les Etats membres où l on cherche le plus fréquemment à bronzer rapidement au début des vacances? C est la Suède et l Autriche qui arrivent en tête. A l opposé, c est au Luxembourg, au Portugal et en Finlande que les citoyens cherchent le moins fréquemment à bronzer dès leur arrivée sur leur lieu de vacances. Dans le même esprit, on constate que prendre un bain de soleil aux heures où les rayons du soleil sont les plus violents attire plus particulièrement les Suédois et, dans une moindre mesure, les Finlandais. Tandis que cela n attire spécialement ni les Luxembourgeois, ni les Portugais.

18 15 Les pays du Nord de l Europe sont ceux où l on a le plus tendance à sortir au soleil sans se protéger la tête, le Danemark, la Suède, les Pays-Bas, la Belgique occupent ainsi les premières places. La protection des yeux contre les rayons solaires est la moins fréquente en Finlande, au Portugal et en Suède alors qu elle est la plus fréquente au Luxembourg. Les crèmes ou huiles solaires sont les moins fréquemment utilisées dans les trois pays scandinaves au contraire de l ex-allemagne de l Ouest. Les Grecs, les Belges et les Autrichiens prêtent le moins d attention aux indices de protection des crèmes solaires qu ils achètent. Les Britanniques, les Suédois et les Danois sont les plus attentifs à cet égard. Pour la quasi-totalité des situations considérées, les Luxembourgeois obtiennent des scores inférieurs à la moyenne européenne. La seule action dont le score n est pas inférieur à cette moyenne concerne la faible utilisation de produits auto-bronzants et, même dans ce cas, il lui est égal. Le Royaume-Uni adopte aussi des scores inférieurs ou égaux à la moyenne européenne. Le comportement qui fait exception concerne la prise d un bain de soleil entre midi et trois heures de l après-midi. Les Etats membres s alignant dans la moyenne européenne sont l Espagne, la France, l Irlande et l Italie. L Allemagne s inscrit dans la moyenne européenne sauf pour les scores supérieurs liés à l utilisation de moyens artificiels pour bronzer et pour le fait de partir en vacances avec l objectif de se faire bronzer. Les Grecs ont des comportements s alignant dans la moyenne européenne avec un score nettement inférieur relatif au fait qu ils accordent très peu d attention à l indice de protection des crèmes qu ils achètent. Le Danemark se distingue par le fait que ses scores sont supérieurs à la moyenne européenne surtout en ce qui concerne le fait d être bronzé et de sortir au soleil sans chapeau ou casquette. Le score qui est nettement inférieur aux autres Etats membres porte sur l utilisation d une crème accélérant le bronzage.

19 16 Par ailleurs, les scores des pays scandinaves sont généralement supérieurs à la moyenne européenne. Ainsi, une nette hausse se note chez les Autrichiens qui cherchent à bronzer le plus vite possible et appliquent une crème pour ce faire. Les Finlandais, qui affichent un taux assez bas dans la protection contre le soleil, ne protègent pas systématiquement les enfants à l aide d une crème ou d un T-shirt et les adultes euxmêmes ne font pas grand usage des lunettes ou crèmes. Ce comportement se retrouve chez les Suédois qui, en plus, déclarent assez souvent être bronzés, et chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances.

20 17 Question 19: Pourriez-vous me dire, pour chacune des choses suivantes, si vous le faites souvent, parfois, pratiquement jamais ou jamais? A. Etre bronzé(e) B. Laisser vos enfants jouer au soleil sans un chapeau, une casquette ou un parasol C. Laisser vos enfants jouer au soleil sans un T-shirt D. Laisser les enfants jouer au soleil sans crème ou huile solaire E. Chercher à bronzer le plus vite possible au début des vacances F. Prendre un bain de soleil entre midi et 3 heures de l après-midi G. Utiliser une crème ou une huile solaire pour accélérer le bronzage H. Sortir au soleil sans chapeau ou sans casquette I. Sortir au soleil sans lunettes solaires J. Sortir au soleil sans avoir mis une crème ou une huile solaire K. Utiliser un produit qui accélère le bronzage tel que des pilules auto-bronzantes L. Acheter une crème ou une huile solaire sans faire attention à son indice de protection M. Partir en vacances avec l objectif principal de se faire bronzer Tableau 3 : Les habitudes et comportements au soleil (moyennes nationales et UE15 sur 3 points, Souvent reçoit un coefficient de 3, Parfois, de 2, Pratiquement jamais ou jamais, de 1; les NSP/SR sont exclus du calcul. Le point central correspond au score 2 ) Pays A B C D E F G H I J K L M B DK WD D OD GR E F IRL I L NL A P FIN S UK UE UE

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE

LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE LES EUROPEENS ET LA QUALITE DE VIE RAPPORT REDIGE PAR INRA (EUROPE) EUROPEAN COORDINATION OFFICE S.A. POUR La Direction Générale Emploi et Affaires sociales Sécurité sociale et intégration sociale Recherche

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 81 Printemps 2014 LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : juin 2014 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction générale

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010 Eurobaromètre Eurobaromètre spé Eurobaromètre spécial 355 EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Commission Européenne Pauvreté et exclusion sociale Rapport Eurobaromètre spécial 355

Plus en détail

Mardi 15 octobre 2013 00h00

Mardi 15 octobre 2013 00h00 Communiqué de presse Sondage CSA - Europ Assistance 7 ème baromètre Santé & Société Les opinions des Américains sur leurs systèmes de santé se dégradent tandis que celles des Européens restent très hétérogènes

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire Pour un bronzage sage Guide pour un utilisateur averti de banc solaire -18 C est surtout durant les longs mois d hiver que le manque de soleil incite les amateurs de soleil à aller le chercher ailleurs

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Eurobaromètre spécial Commission européenne Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Terrain : septembre - octobre 2009 Publication : avril 2010 Eurobaromètre 327 / Vague TNS Opinion

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

FLASH EB 131. Le Marché unique

FLASH EB 131. Le Marché unique FLASH EB 131 Le Marché unique Réalisé par EOS Gallup Europe à la demande de la Commission Européenne (Direction Générale «Markt») Sondage géré et organisé par la Direction Générale «Presse et Communication»

Plus en détail

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR PROFITEZ DU SOLEIL EN TOUTE SÉCURITÉ Nous profitons tous du soleil et en connaissons ses bienfaits : il dope le moral et favorise

Plus en détail

QUIZ 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ

QUIZ 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ QUIZ? 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ Testez vos enfants 10 questions pour jouer avec vos enfants 2. Nous sommes tous sensibles au soleil. VRAI! Le soleil est dangereux pour

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Les relations de l Union européenne avec ses voisins

Les relations de l Union européenne avec ses voisins Eurobaromètre Spécial Commission européenne Les relations de l Union européenne avec ses voisins Un sondage sur les attitudes en l Union européenne Terrain : mai juin 2007 Publication : septembre 2007

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LES LANGUES

LES EUROPEENS ET LES LANGUES Eurobaromètre Commission européenne LES EUROPEENS ET LES LANGUES Terrain : Mai Juin 2005 Publication : Septembre 2005 Eurobaromètre Spécial 237-Vague 63.4 TNS Opinion & Social Sondage commandité et coordonné

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012

Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012 NOTE DETAILLEE Les Français et leur perception de l école maternelle et élémentaire avant la rentrée 2012 Etude Harris Interactive pour le Syndicat National Unitaire des Instituteurs et Professeurs des

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

La recherche scientifique dans les médias

La recherche scientifique dans les médias Eurobaromètre Spécial Commission européenne La recherche scientifique dans les médias Terrain : avril mai 2007 Publication : décembre 2007 Résumé Eurobaromètre Spécial 282 / Vague 67.2 TNS Opinion & Social

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Apprivoisons le soleil!

Apprivoisons le soleil! Apprivoisons le soleil! une initiative de la Communauté française 1. Sommaire soleil et plaisir, bien-être soleil et risques pour la santé soleil et prévention baignades et bains de soleil activités sportives

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014

Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Baromètre Ipsos / Europ Assistance Intentions et préoccupations des Européens pour les vacances d été Synthèse Ipsos pour Europ Assistance 13 Mai 2014 Contacts Ipsos Public Affairs : Fabienne SIMON 01

Plus en détail

La santé dentaire. Terrain: Octobre 2009 Publication: Février 2010

La santé dentaire. Terrain: Octobre 2009 Publication: Février 2010 Eurobaromètre Special 330 EUROBAROMETRE Spécial 330 La santé dentaire Terrain: Octobre 2009 Publication: Février 2010 Rapport Eurobaromètre Special 330 / Wave TNS Opinion & Social Sondage commandité par

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Les pratiques en matière d e-commerce transfrontalier par les individus de l Union Européenne

Les pratiques en matière d e-commerce transfrontalier par les individus de l Union Européenne LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Entreprises & Organisation industrielle Les pratiques en matière d e-commerce transfrontalier par les individus de l Union Européenne Ludivine MARTIN - CEPS/INSTEAD Sybil PAGNY

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

«LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange. Février 2014

«LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange. Février 2014 «LES FRANÇAIS & LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES» Etude de l Institut CSA pour Orange Février 2014 La fiche technique du sondage Echantillon de 1002 individus âgés de 18 ans et plus représentatif

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Rapport final. Présenté à : Par :

Rapport final. Présenté à : Par : Légumes offerts sur les marchés publics : détermination des attentes des consommateurs (salubrité, provenance, qualité, etc.) et de la volonté de la production à répondre à ces attentes Rapport final Présenté

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013

Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Satisfaction des stagiaires de BRUXELLES FORMATION Résultats 2013 Cahier méthodologique, tableau récapitulatif 2009-2013 et Matrices importance/performance Mars 2014 Service Études et Statistiques Table

Plus en détail

Les Français et l Europe

Les Français et l Europe Les Français et l Europe Avec Avril 205 Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle au Département Politique Opinion Gaspard

Plus en détail

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes SOMMAIRE LES CONSTATS... 3 LA METHODOLOGIE... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 Google? Oui, mais pas que...4 Connectés, même en vacances!...4

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

Tablette tactile : la nouvelle nounou?

Tablette tactile : la nouvelle nounou? Observatoire Orange - Terrafemina Tablette tactile : la nouvelle nounou? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 13 ème vague d un baromètre

Plus en détail

Le travail non déclaré au sein de l Union européenne

Le travail non déclaré au sein de l Union européenne Eurobaromètre Spécial Commission européenne Le travail non déclaré au sein de l Union européenne Terrain : mai juin 2007 Publication : octobre 2007 Rapport Eurobaromètre Spécial 284 / Vague 67.3 TNS Opinion

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Les soins de santé en Europe et aux Etats-Unis

Les soins de santé en Europe et aux Etats-Unis Les soins de santé en Europe et aux Etats-Unis Résultats du baromètre 2011 et évolutions observées depuis 2006 - Synthèse 1 Introduction La Santé est un enjeu majeur pour les opinions publiques. C est

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Les jeunes et les métiers de l industrie

Les jeunes et les métiers de l industrie Novembre 2013 Institut Lilly N 111442 Contacts : Damien Philippot / Esteban Pratviel 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude A - B - C - D - Le

Plus en détail

dans le peloton européen

dans le peloton européen 1 résultats européens La Belgique : dans le peloton européen L enquête Mediappro, menée parallèlement dans neuf pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Grèce, Italie, Pologne, Portugal et

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012

L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 L enquête Adult Education Survey (AES) 2011-2012 Patrick Pommier Département Formation professionnelle et insertion professionnelle des jeunes CNIS Formation emploi revenus du 31 mars 2009 AES : une enquête

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (marques, dessins et modèles) Notes explicatives concernant le formulaire d opposition 1. Remarques générales 1.1 Utilisation du formulaire Le

Plus en détail

L été est arrivé et les vacances aussi.

L été est arrivé et les vacances aussi. L été est arrivé et les vacances aussi. Toute la famille se prépare pour aller à la plage, es-tu prêt à en profiter avec eux? Hélios et Hélia ont hâte de retrouver leurs amis et surtout de profiter de

Plus en détail

Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance

Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance Regards de Français sur les objets connectés dans le domaine de l assurance Sondage Ifop pour AILANCY 4 juin 2015 N 113049 Contacts Ifop : Frédéric Dabi - Directeur Général Adjoint Alexandre Bourgine Chargé

Plus en détail

Le changement climatique

Le changement climatique Eurobaromètre spécial 372 Commission européenne Le changement climatique RAPPORT Eurobaromètre spécial 372 / Vague TNS opinion & social Terrain : juin 2011 Publication : octobre 2011 Ce sondage a été commandé

Plus en détail

Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents

Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents Sommaire 3 LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR L ÉPARGNE: UN CONTEXTE NOUVEAU POUR L ÉPARGNE CONSTITUÉE

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Systèmes de rémunération des fonctionnaires

Systèmes de rémunération des fonctionnaires MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE EDITION 2014 Systèmes de rémunération des fonctionnaires Etude comparative internationale Outils de la GRH SYSTEMES DE REMUNERATION DES FONCTIONNAIRES

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail