Conception : Éric Loddé. Imprimé en France (IOC/BRO/2010/5) UNESCO/COI 2010 (3027_10)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception : Éric Loddé. Imprimé en France (IOC/BRO/2010/5) UNESCO/COI 2010 (3027_10)"

Transcription

1

2 Les appellations employées dans cette publication et la présentation des données qui y gurent n impliquent de la part du Secrétariat de l UNESCO aucune prise de position quant au statut juridique des pays ou territoires, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. À des ns bibliographiques, le présent document doit être cité comme suit : Élévation et variabilité du niveau de la mer - Résumé à l intention des décideurs, UNESCO/COI 2010 Ce résumé, publié sous la direction de T. Aarup, J.A. Church, W.S. Wilson et P.L. Woodworth, est fondé (outre les références qu'il contient) sur le document suivant : Church, J.A., Aarup T., Woodworth P.L., Wilson W.S., Nicholls R.J., Rayner R., Lambeck K., Mitchum G.T., Steffen K., Cazenave A., Blewitt G., Mitrovica J.X. et Lowe J.A. (2010) Sea Level Rise and Variability Synthesis and Outlook for the Future. (Chapter 13 in Understanding Sea Level Rise and Variability dir. publ. Church J.A., Woodworth P.L., Aarup T. et Wilson W.S. Wiley-Blackwell) Cette brochure émane d'un atelier sur l'élévation et la variabilité du niveau de la mer, tenu sous les auspices du Programme mondial de recherches sur le climat à la Commission océanographique intergouvernementale de l'unesco à Paris, en L'atelier avait pour but de rassembler toute l'expertise scienti que pertinente pour identi er les incertitudes liées à cette élévation et à cette variabilité, passées et futures, ainsi que les recherches et les programmes d'observations nécessaires pour les réduire. L'atelier a réuni 163 scienti ques de 29 pays, représentant une large gamme d'expertise, et a été soutenu par 34 organisations. On trouvera davantage d'informations à son sujet et des recommandations sur les besoins en observations sur le site : Conception : Éric Loddé Imprimé en France (IOC/BRO/2010/5) UNESCO/COI 2010 (3027_10)

3 ÉLÉVATION ET VARIABILITÉ DU NIVEAU DE LA MER Résumé à l intention des décideurs Les zones côtières ont considérablement évolué au cours du XX e siècle : peuplement, économie et urbanisation ont connu la croissance. De nos jours, les zones côtières basses (moins de 10 m d altitude) regroupent à peu près 10 % de la population mondiale (McGranahan et al., 2007). Les 136 villes portuaires de plus d un million d habitants regroupent 400 millions de personnes, dont quelque 10 % sont exposées à une inondation centennale (Nicholls et al., 2008). Le quatrième rapport d évaluation du Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC, 2007) mentionne, pour la période qui va de à , une élévation du niveau de la mer de 18 à 79 cm, comprenant une possible contribution dynamique rapide des nappes glaciaires (ou inlandsis). L évaluation souligne également que cette dernière, qui provient de changements dans la dynamique des glaces, est tout à fait incertaine et qu on ne peut exclure une plus forte élévation. Le développement côtier constant et rapide rend la société de plus en plus vulnérable face à l élévation et à la variabilité du niveau de la mer, comme l ouragan Katrina l a bien montré à la Nouvelle-Orléans en D autres aspects du changement climatique et les affaissements de terrain aggravent beaucoup ce phénomène, encore que leurs contributions relatives varient selon le lieu (Nicholls et Cazenave, 2010). Il faut mieux comprendre l élévation et la variabilité du niveau de la mer pour en faire des projections plus fiables, et par là même contribuer à améliorer la planification, la gestion et l adaptation face aux nombreuses pressions subies par les régions côtières. LE PROBLÈME LE NIVEAU DE LA MER A VARIÉ DE PLUS DE 100 m DURANT LES CYCLES GLACIAIRES Au cours des cycles glaciaires du dernier million d années, le niveau de la mer a oscillé de plus d une centaine de mètres, au rythme de la croissance et de la décroissance des nappes glaciaires, tout spécialement celles du nord de l Europe et de l Amérique (fig. 1). Ces variations et celles, concomitantes, de la température moyenne du globe étaient provoquées par des changements du rayonnement solaire sur la surface terrestre (résultant de variations de l orbite et de l orientation de l axe de la terre) et amplifiées par des réactions liées aux modifications de l albédo terrestre et de la concentration des gaz à effet de serre. 20 Fig. 1. Niveau de la mer au cours des derniers ans, comparé à la situation présente. Cette estimation de Rohling et al. (2009) est fondée sur des mesures du 18O des carbonates dans le centre de la mer Rouge, qui offrent une série temporelle plus continue que les paléoinférences directes. Niveau moyen de la mer (m) Temps (milliers d'années avant le présent) 1

4 ÉLÉVATION ET VARIABILITÉ DU NIVEAU DE LA MER Résumé à l intention des décideurs La planète a connu des températures semblables à celles qu'on attend pour la fin du XXI e siècle lors de la dernière période interglaciaire, il y a quelque 125 mille ans. Les paléo-données pour cette époque indiquent des taux d'élévation de 6 à 9 m par millénaire, un niveau de la mer plus élevé de 6 à 9 m que le nôtre, et des températures polaires supérieures de 3 à 5 C. Ces conditions thermiques peuvent constituer une analogie utile pour le XXI e siècle et au-delà. Pendant les 100 mille ans suivants, la mer est descendue à quelque 130 m en dessous des valeurs actuelles, lors de la formation des nappes glaciaires européenne et américaine. De moins 20 à moins 7 mille ans, les nappes ont fondu, et la mer est montée rapidement, en moyenne de 1 m par siècle, pendant des millénaires, avec, pendant la déglaciation, des pics qui pouvaient atteindre plusieurs mètres. Il y a 6 à 2 mille ans environ, le mouvement se ralentit. Au cours des deux derniers millénaires, jusqu'au XVIII e siècle, les données indiquent peu de changement. LA MER MONTE PLUS VITE Les carottes de sédiments côtiers et autres paléo données, les quelques enregistrements marégraphiques de longue durée (avant 1900), les reconstitutions du XX e siècle et les données des altimètres satellitaires, tout indique que le taux d'élévation du niveau de la mer s'est accru d'un ordre de grandeur - d'un maximum de quelques dixièmes de millimètres par an durant les millénaires précédents à quelque 1,7 mm au XX e siècle. Depuis 1993, le taux a dépassé 3 mm, supérieur à ce qu'avait connu n'importe quelle période de durée semblable au cours du siècle (fig. 2). Fig. 2. Niveau moyen de la mer de 1870 à 2008 avec une estimation mise à jour de l'écart type d'après Church et White (2006 ; en rouge), d'après Jevrejeva et al. (2006 ; en vert) et de 1950 à 2000 d'après Holgate et Woodworth (2004 ; en bleu). Les données de TOPEX/Poseidon/Jason-1 et -2 (avec un traitement standard comme dans Church et White, 2006), de 1993 à 2008, sont en noir. Les séries ont été calées à une valeur commune au début des enregistrements altimétriques en Niveau moyen de la mer (mm) 50 0 CSIRO (mise à jour de Church et White) Jevrejeva et al. (lissée) Holgate et Woodworth Séries temporelles harmonisées en Année 2

5 POURQUOI LA MER MONTE-T-ELLE Nombre de processus physiques contribuent à l'évolution du niveau de la mer, et aucun d'entre eux ne s'avère spatialement uniforme (fig. 3). À l'échelle de la décennie, les principaux apports viennent de la fonte des glaciers et des calottes glaciaires (qui a augmenté dans les années 1990) et de la dilatation thermique des couches supérieures de l'océan. La dilatation des couches profondes et les nappes glaciaires y contribuent à un moindre degré mais sensiblement. Le niveau est également influencé par les retenues des barrages et l'extraction de l'eau des aquifères. Domingues et al. (2008) ont fourni, pour la période , une explication approximative de l'élévation observée (fig. 4, tableau 1), en combinant des estimations révisées de la dilatation thermique des couches supérieures de l'océan et de l'influence des glaciers et calottes glaciaires, à des estimations raisonnables encore que moins certaines de l'apport de l'océan profond, par dilatation thermique, et des inlandsis groenlandais et antarctique. Depuis 2003, les techniques de pointe qui nous permettent de mieux comprendre le bilan du niveau de la mer sont l'altimétrie et la gravimétrie satellitaires, pour mesurer les variations du volume et de la masse de l'océan et des glaces, et les flotteurs-profileurs Argo, pour les températures des couches supérieures de l'océan et leur dilatation thermique. Ces observations, avec d'autres, montrent une contribution croissante des glaciers de montagne et des calottes, comme des inlandsis du Groenland et de l'antarctique, dont la glace tombe dans l'océan. L'amincissement dynamique rapide de leurs bordures est particulièrement inquiétant. Toutefois, les séries de données sont encore courtes, quelques divergences demeurent et les estimations quantitatives physiquement fondées pour le XXI e siècle sont incomplètes. Il est important de mieux comprendre tout ce qui contribue à l'élévation du niveau de la mer : cela permettra vraisemblablement de mieux définir les observations dont auront besoin les modèles climatiques utilisés pour les projections de cette élévation dans le cinquième rapport d'évaluation que le GIEC doit rendre en Emmagasinage terrestre de l'eau, extraction de l'eau souterraine, construction de retenues, variations du ruissellement et percolation dans les aquifères Qu'est-ce qui fait varier le niveau de la mer? Variations dans la circulation superficielle et profonde de l'océan, et ondes de tempête Mouvements verticaux de la terre, y compris les ajustements isostatiques glaciaires, les mouvements tectoniques et la subsidence dans les deltas Le réchauffement de l'océan provoque une dilatation de l eau Échange d'eau accumulée sur terre sous forme de glaciers et de calottes avec l'océan Fig. 3. Les processus qui contribuent à l'évolution du niveau de la mer. Adapté de "Causes of sea level rise from climate change (2002)". Dans les cartes de "GRID-Arendal" et la bibliothèque de graphiciels du PNUE. graphic/causes-of-sea-levelrise-from-climate-change 3

6 ÉLÉVATION ET VARIABILITÉ DU NIVEAU DE LA MER Résumé à l intention des décideurs Fig. 4. L'élévation totale observée du niveau de la mer et ses composantes. (a) Ces dernières sont la dilatation thermique dans les premiers 700 m (en rouge), dans l'océan profond (orange), les inlandsis antarctique et groenlandais (en cyan), les glaciers et calottes (en gris) et le stockage terrestre (en vert). (b) La somme des contributions fi gure en bleu. Sur celle-ci, l'estimation de l'écart type pour la dilatation thermique des couches supérieures de l océan est indiquée par des traits bleus fins. Les niveaux de la mer estimés par Domingues et al. (2008) sont en noir, par Jevrejeva et al. (2006) en pointillés jaunes, et en pointillés rouges fi gurent les observations des altimètres satellitaires. L'estimation de l'écart type est représentée en grisé. Toutes les séries temporelles ont été lissées selon une moyenne glissante sur 3 ans et se réfèrent à 1961 (d'après Domingues et al. 2008). Niveau de la mer (mm) a b Niveau de la mer (mm) Niveau thermostérique de la mer profonde Nappes glaciaires de l'antarctique et du Groenland Glaciers et petites calottes glaciaires Somme des composantes ci-dessus Niveau de la mer Niveau de la mer Niveau de la mer (altimétrie satellitaire) Tableau 1. Contributions à l'élévation du niveau de la mer pour la période 1961 à 2003, d'après Domingues et al Contribution Élévation Dilatation thermique dans les 700 m supérieurs 0.5 ± 0.1 mm/an Dilatation thermique en dessous de 700 m 0.2 ± 0.1 mm/an Glaciers et calottes glaciaires 0.5 ± 0.2 mm/an Nappe glaciaire groenlandaise 0.1 ± 0.1 mm/an Nappe glaciaire antarctique 0.2 ± 0.4 mm/an Total des contributions 1.5 ± 0.4 mm/an Élévation observée 1.6 ± 0.2 mm/an 4 RÉGIONALISATION DE L'ÉLÉVATION DU NIVEAU DE LA MER L'élévation du niveau de la mer doit être régionalisée car c'est régionalement ou localement qu'associée aux mouvements de la terre, elle affecte le plus directement la société et l'environnement. Les données d'altimétrie satellitaire montrent d'importantes variations régionales (fig. 5), certains endroits ayant connu quelque cinq fois le taux moyen depuis Toutefois, ces écarts dans une série altimétrique relativement courte sont essentiellement dus à la variabilité du climat, particulièrement dans l'océan Pacifique équatorial. Ils dépendent de la circulation océanique induite par divers schémas de vents associés à des phénomènes climatiques comme El Niño et l'oscillation australe et se reflètent dans les formes régionales de la dilatation thermique de l océan. Au cours du XXI e siècle, le climat continuera de changer. Les communautés côtières seront affectées par la combinaison de l'élévation du niveau de la mer à long terme, de sa variabilité naturelle et, bien sûr, d'aléas extrêmes provoqués par les tempêtes et les vagues.

7 ÉQ N 1993 à 2009 Fig. 5. Distribution spatiale du taux d'élévation du niveau de la mer, pointé relativement au taux mondial moyen pour la période janvier 1993 à décembre 2009, d'après les mesures des altimètres satellitaires (disponibles à sealevel/). 60 S 90 E O mm/an Les variations de masse des nappes glaciaires (comme des glaciers et calottes) jouent aussi sur la distribution régionale de l'élévation du niveau de la mer, par le biais de changements du champ gravitationnel terrestre et des mouvements élastiques de la croûte. En conséquence, la contribution des inlandsis a pour effet un niveau relatif de la mer plus faible à proximité de leurs zones d'évanescence, et une élévation supérieure à la moyenne mondiale (d environ 20 %) à grande distance. Ils peuvent donc affecter de façon disproportionnée des régions éloignées et potentiellement vulnérables. LES PROJECTIONS DU GIEC QUANT À L'ÉLÉVATION DU NIVEAU DE LA MER SONT SEMBLABLES DANS LE TROISIÈME ET LE QUATRIÈME RAPPORT D'ÉVALUATION Le troisième rapport d'évaluation du GIEC (GIEC, 2001 ; TAR) présentait les projections moyennes des modèles en 2100, comparées à 1990, pour tous les scénarios possibles concernant les gaz à effet de serre ; cela représentait de 30 à 50 cm (en grisé sombre sur la fig. 6). La gamme complète des modèles pour tous les scénarios possibles donne environ 20 à 70 cm (grisé clair). Toutes les projections réunies, y compris celles qui autorisent des estimations d'incertitude pour les apports des glaces de terre, donnent une élévation de 9 à 88 cm (lignes noires extérieures). Dans le quatrième rapport d'évaluation (GIEC, 2007 ; AR4), les projections des modèles sont en deux parties. La première est une estimation de l'élévation (avec un coefficient de confiance de 90 %) due à la dilatation thermique de l'océan, aux glaciers et calottes, et aux inlandsis (modélisée) ; elle représente une élévation de 18 à 59 cm en 2095 (la barre magenta). Ce résultat est semblable à celui du TAR (la zone en grisé clair), quoique légèrement plus faible. La seconde partie tient compte d'une possible réponse dynamique rapide des inlandsis du Groenland et de l'antarctique ouest, qui pourrait accélérer l'élévation. Dans ce cas de figure, une estimation ad hoc permet d'ajouter une marge supplémentaire de 10 à 20 cm (la barre rouge). Toutefois, comme on ne comprend pas suffisamment cette réponse dynamique, cet ajout ne figure pas dans le quatrième rapport d évaluation, les modèles nécessaires à des estimations quantitatives n'étant pas disponibles. Le GIEC (2007) a aussi déclaré clairement qu'une valeur plus forte n'était pas exclue. Quand on les compare de cette façon, les projections des troisième et quatrième rapports d évaluation pour le XXI e siècle se ressemblent, particulièrement à l'extrémité supérieure de la gamme. 5

8 ÉLÉVATION ET VARIABILITÉ DU NIVEAU DE LA MER Résumé à l intention des décideurs Fig. 6. Projections de l'élévation du niveau de la mer au XXI e siècle. Les lignes et les grisés montrent l'élévation mondiale moyenne pour la période , d'après le rapport d'évaluation du GIEC (2001) (le grisé sombre est la fourchette de la moyenne des modèles pour la gamme de scénarios des gaz à effet de serre considérée, le grisé clair inclut tous les modèles et tous les scénarios et les lignes extérieures comprennent une incertitude supplémentaire pour la glace de terre). Les projections du quatrième rapport d évaluation de 2007 (coeffi cient de confi ance 90 %) sont représentées par les barres de 2095, la barre magenta étant la gamme des projections et la rouge une gamme étendue tenant compte de l'effet additionnel, possible mais mal quantifié, d'une réponse dynamique des inlandsis du Groenland et de l'antarctique au réchauffement climatique. La flèche rouge indique que «des valeurs supérieures ne sont pas exclues, mais que la connaissance des phénomènes n'est pas suffisante pour évaluer leur vraisemblance ou donner la meilleure estimation ou la limite supérieure de l'élévation» ; d'après Church et al. (2008). Niveau moyen de la mer à l échelle mondiale (m) 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 Des valeurs supérieures ne sont pas exclues Contributions supplémentaires de possibles processus dynamiques des nappes glaciaires Projections des modèles Année LE NIVEAU DE LA MER SUIT ACTUELLEMENT LA PARTIE HAUTE DES PROJECTIONS De récentes observations d'altimètres satellitaires, de 1993 à 2006 (fig. 7), et des mesures côtières de 1990 à 2001 (Rahmstorf et al., 2007) montrent que le niveau de la mer suit de près la limite supérieure des projections de 2001 du troisième rapport d évaluation. Comme montré ci-dessus, c'est aussi équivalent à celle de 2007 de l'ar4, après inclusion des incertitudes liées aux glaces de terre. Des mesures altimétriques récentes indiquent que la mer continue de monter, depuis 1993, à un rythme proche de cette limite supérieure. Cela ne veut pas dire qu'elle continuera ainsi : l'élévation peut diverger au-dessus ou en dessous de ces valeurs, en fonction du changement climatique naturel ou anthropique. Reconnaissant que la mer s'élève actuellement à un rythme proche de la limite supérieure des projections du GIEC, quelques auteurs (Rahmstorf, 2007 ; Grinsted et al., 2009) ont mis au point des modèles paramétriques relativement simples de l'élévation, fondés sur la relation entre les données historiques mondiales observées du niveau de la mer et les températures de l'atmosphère à la surface du globe. Ces modèles semi-empiriques donnent en général des projections supérieures à celles du quatrième rapport d évaluation du GIEC. Ils tentent de contourner notre limitation dans la compréhension des contributions possibles Fig. 7. Élévation du niveau de la mer observée par des marégraphes et des altimètres satellitaires, comparée aux projections du troisième rapport d évaluation. Les données viennent principalement de marégraphes (annuelles, en rouge) et d'altimètres satellitaires (trimestrielles, en bleu, jusqu'à la mi- 2006). D'après une fi gure de Rahmstorf et al et material/observations_vs_ projections.ppt Variation du niveau de la mer (cm) Données marégraphiques (reconstituées) Altimétrie satellitaire GIEC Avec les incertitudes supplémentaires liées aux glaces de terre Projections des modèles Année 6

9 des inlandsis ; mais les processus responsables de l'élévation ne sont pas explicitement pris en compte, ils sont remplacés par quelques paramètres statistiques. La validité de ces modèles est contestée ; il faut d'urgence évaluer leur usage et leur domaine d'application. LA MER VA CONTINUER DE MONTER PENDANT DES SIÈCLES En dehors de la région polaire, les glaciers et calottes représentent une faible quantité de glace (moins de 40 cm d'équivalent élévation du niveau de la mer, si tous devaient fondre), ce qui limite leur contribution à l'élévation. Toutefois, la dilatation thermique de l'océan se poursuivra pendant des siècles, même après que la concentration dans l'atmosphère des gaz à effet de serre aura été stabilisée, à cause de la lenteur du transfert de chaleur de la surface aux profondeurs de l'océan. L'élévation finale dépendra de cette concentration et de la température de l'atmosphère ; les simulations des modèles climatiques suggèrent quelque chose de l'ordre de 0,5 m par degré Celsius de réchauffement mondial. À plus long terme, l'inquiétude majeure réside dans les inlandsis antarctique et groenlandais. La surface et la masse qui fondent au Groenland s'accroissent (il y a là assez d'eau pour faire monter le niveau de la mer d environ 7 m). Les simulations des modèles indiquent que la fonte en surface ne sera pas compensée par la neige, ce qui conduira à une température de stabilisation formant un seuil au-dessus duquel l'inlandsis déclinera durablement pour des millénaires. Ce seuil devrait être atteint lorsque la température moyenne de la planète aura augmenté juste de 3,1 ± 0,8 C (un écart type) par rapport aux temps préindustriels. Sans diminution des émissions de gaz à effet de serre, ce seuil sera vraisemblablement franchi au cours du XXI e siècle ; la planète connaîtra alors une élévation du niveau de la mer de plusieurs mètres, ce qui prendrait des siècles ou des millénaires, avec la seule fonte de surface. Le débit des glaciers et le flux de glace des nappes groenlandaises et antarctiques semblent indiquer une réaction dynamique, qui pourrait conduire à un taux d'élévation plus rapide que si leur surface seule fondait. À partir de contraintes cinématiques, Pfeffer et al. (2008) estiment physiquement indéfendable une élévation dépassant les 2 m en 2100 ; 80 cm semblent plus plausibles, et concorderaient avec les estimations hautes du GIEC comme avec le taux actuel. Une telle valeur implique toutefois une accélération significative de la contribution des nappes. Pour mieux estimer le rythme et le calendrier de cette montée, au XX e siècle et au-delà, il faut d'urgence mieux comprendre les processus responsables des changements dans les inlandsis. ÉVOLUTION DES PHÉNOMÈNES EXTRÊMES Ce sont les événements extrêmes (périodes où le niveau dépasse la moyenne) qui font ressentir le plus durement l'élévation du niveau de la mer. Entre autres, les nombreuses ondes de tempête associées aux forts cyclones qui ont provoqué bien des pertes en vies humaines dans les pays de faible altitude, tels que le Bangladesh, et celles qui ont frappé le nord-ouest de l'europe en 1953 et Les exemples les plus récents en sont l'ouragan Katrina à la Nouvelle-Orléans et le cyclone Nargis au Myanmar. L'analyse de ces événements au XX e siècle indique que les inondations côtières d'une hauteur donnée sont plus courantes aujourd'hui qu'au début du siècle. Il faut avant tout l imputer aux variations du niveau moyen de la mer, plutôt qu à une évolution de la fréquence ou de l'intensité des tempêtes. D'après les analyses effectuées en nombre d'endroits, il est vraisemblable qu'en 2100 les actuelles inondations centennales pourraient advenir plus d'une fois par an. De même, dans les cas les plus graves, le niveau sera plus élevé et les conséquences plus importantes. On ne sait guère si le réchauffement mondial va multiplier ou aggraver les tempêtes. Les changements devraient dépendre des régions. Si les pôles se réchauffent davantage que les tropiques, cette moindre différence de températures pourrait se traduire par une réduction en nombre et intensité des tempêtes aux latitudes moyennes, et leur augmentation aux latitudes hautes. Le quatrième rapport d évaluation du GIEC conclut que, dans leur majorité, les modèles montrent un déplacement vers les pôles des trajectoires des tempêtes si le climat se réchauffe. 7

10 ÉLÉVATION ET VARIABILITÉ DU NIVEAU DE LA MER Résumé à l intention des décideurs 8 Prévoir l'évolution des tempêtes tropicales comporte beaucoup d'incertitudes : leur faible échelle horizontale nécessite l'usage de modèles à haute résolution. Lorsqu'on augmente la concentration des gaz à effet de serre, les modèles couplés de la circulation générale océanatmosphère prévoient un accroissement de la température de surface de la mer et de l'humidité de l'air dans les zones tropicales. Des résultats récents font état de cyclones tropicaux plus rares mais plus violents. NIVEAU DE LA MER ET SOCIÉTÉ - DE LA NÉCESSITÉ D'ATTÉNUER LES EFFETS Il sera indispensable d'atténuer les effets du changement climatique pour éviter à la planète les conséquences les plus désastreuses de l'élévation du niveau de la mer, comme celles susceptibles d advenir si l'océan poursuit sa dilatation thermique ou si les inlandsis du Groenland ou de l'antarctique s'effondrent en partie. Dans le scénario des plus fortes émissions de gaz à effet de serre du quatrième rapport d évaluation du GIEC (GIEC, 2007), les projections pour 2100 sont à peu près 50 % plus élevées que dans celui des plus faibles. À plus long terme, la dilatation thermique de l'océan est en gros proportionnelle au réchauffement climatique, et l'inlandsis du Groenland devrait largement disparaître sous l'effet du changement climatique anthropique si l'on ne réduit pas substantiellement les émissions. NIVEAU DE LA MER ET SOCIÉTÉ - DE LA NÉCESSITÉ DE S'ADAPTER Même si l'atténuation réussit, il sera indispensable de s'adapter à la montée de la mer. Au cours du XXI e siècle, le niveau dépassera nettement les limites actuelles. Cet effet sera exacerbé là où les côtes s'affaissent, pour des raisons naturelles ou du fait de l'homme, comme dans nombre de deltas densément peuplés et leurs villes. L'élévation du niveau de la mer aura de multiples conséquences, notamment : (1) des inondations côtières plus fréquentes, (2) des changements dans les écosystèmes, comme la perte de marais salants et de mangroves, (3) l érosion accrue des plages et des falaises meubles, et (4) la salinisation de l'eau de surface et des nappes phréatiques. Des estimations indicatives suggèrent que, de nos jours, environ 200 millions de personnes et un billion de dollars d infrastructures sont menacées par des inondations côtières. Ce danger croît rapidement, essentiellement à cause de tendances socioéconomiques, et, en l'absence d'adaptation, les risques augmentent quand la mer monte. Une adaptation adéquate peut réduire considérablement les effets de l'élévation du niveau de la mer. On peut planifier soit de se retirer des zones vulnérables préalablement définies, soit de s'en accommoder en modifiant les infrastructures côtières et en construisant des installations telles que des centres de protection contre les cyclones, soit de s'en protéger lorsque la région en vaut la peine. Une telle planification est plus rentable et moins perturbante qu'une adaptation forcée par des événements extrêmes, et doit être entreprise en fonction de toutes les pressions résultant d'un développement côtier rapide. MIEUX COMPRENDRE POUR RÉDUIRE LES COÛTS On comprend beaucoup mieux l'élévation et la variabilité du niveau de la mer grâce à l'amélioration considérable, au cours de la dernière décennie, des systèmes d'observation (in situ et satellitaire) et des modèles du climat. Toutefois, on ne comprend pas suffisamment bien les facteurs qui contrôlent le niveau mondial moyen et sa répartition régionale, d'où la large gamme des projections actuelles pour le XXI e siècle. Les décisions concernant le niveau d'atténuation requis des gaz à effet de serre et la planification de l'adaptation doivent reposer sur des bases solides ; il faut donc améliorer l'observation et la modélisation des océans, des glaciers et calottes, des inlandsis groenlandais et antarctique ; il faut détecter les signes avant-coureurs de tout accroissement dans la contribution de ces derniers : que sera-t-elle au cours du XXI e siècle et après? C'est, pour l'instant, l'incertitude dominante. Dans certaines régions, une part importante de la gestion de la zone côtière consiste à planifier des interventions en cas d'événement extrême et à donner rapidement l'alerte ; pour ce faire, il faut améliorer la modélisation des ondes de tempête et ses applications opérationnelles. Afin que les États puissent accéder aux informations qui leur sont nécessaires pour planifier leur adaptation, il faut constamment poursuivre la mise en œuvre des systèmes d'observation et améliorer les modèles climatiques et les outils locaux d'aide à la décision.

11 RÉFÉRENCES Church J.A. et White N.J. (2006) A 20th century acceleration in global sea-level rise. Geophysical Research Letters 33, L Church J.A., White N.J., Aarup T., Wilson W.S., Woodworth P.L., Domingues C.A. et al. (2008) Understanding global sea levels: past, present and future. Sustainability Science 3, Domingues C.M., Church J.A., White N.J., Gleckler P.J., Wijffels S.E., Barker P.M. et Dunn J.R. (2008) Improved estimates of upper-ocean warming and multidecadal sea-level rise. Nature 453, Grinsted A., Moore J.C. et Jevrejeva S. (2010) Reconstructing sea level from paleo and projected temperatures 200 to Climate Dynamics 34, Holgate S.J. et Woodworth P.L. (2004) Evidence for enhanced coastal sea level rise during the 1990s. Geophysical Research Letters 31, L Jevrejeva S., Grinsted A., Moore J.C. et Holgate S. (2006) Nonlinear trends and multiyear cycles in sea level records. Journal of Geophysical Research 111, C McGranahan G., Balk D. et B. Anderson (2007) The rising tide: assessing the risks of climate change and human settlements in low elevation coastal zones. Environment and Urbanization, 19, Nicholls, R.J. et al. (2008) Ranking port cities with high exposure and vulnerability to climate extremes: Exposure estimates, OECD Environment Working papers, No. 1, Editions de l OCDE, doi: / Nicholls, R.J. et A. Cazenave (2010) Sea-level rise and its impact on coastal zones, Science, 328, Pfeffer W.T., Harper J.T. et O Neel S. (2008) Kinematic constraints on glacier contributions to 21st-century sea-level rise. Science 321, Rahmstorf S. (2007) A semi-empirical approach to future sea-level rise. Science 315, Rahmstorf S., Cazenave A., Church J.A., Hansen J.E., Keeling R.F., Parker D.E. et Somerville R.C.J. (2007) Recent climate observations compared to projections. Science 316, 709. Rohling E.J., Grant K., Bolshaw M., Roberts A.P., Siddall M., Hemleben C.H. et Kucera M. (2009) Antarctic temperature and global sea level closely coupled over the past five glacial cycles. Nature Geoscience 2,

12 Commission océanographique intergouvernementale (COI) Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture 1, rue Miollis Paris Cedex 15, France Tél. : Télécopie : Site Web :

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Sélection de messages clefs du rapport de synthèse du 5 e rapport d évaluation du GIEC

Sélection de messages clefs du rapport de synthèse du 5 e rapport d évaluation du GIEC Sélection de messages clefs du rapport de synthèse du 5 e rapport d évaluation du GIEC Paris, le 3 novembre 2014 Dans l'attente de la publication de la traduction officielle en langue française sous la

Plus en détail

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière

Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Une approche régionale pour l'analyse du changement climatique : le climat ne connaît pas de frontière Par Lucie Vincent 1 et Enric Aguilar 2 1 Climate Research Division, Environment Canada, Toronto, Canada

Plus en détail

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau

Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Appréhender le changement climatique et ses incidences pour l eau Méthodes d étude et projections Serge Planton Météo-France, CNRM/GAME Projections climatiques à l échelle planétaire Projections climatiques

Plus en détail

CHAP I : Les climats passés de la Terre

CHAP I : Les climats passés de la Terre CHAP I : Les climats passés de la Terre Les variations climatiques sont étudiées à deux échelles de temps : - le dernier million d années où la continuité des enregistrements géologiques permet d observer

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS 1900, QUEL CLIMAT FUTUR?

CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS 1900, QUEL CLIMAT FUTUR? 1800 CHANGEMENT CLIMATIQUE PARIS LE CHANGEMENT CLIMATIQUE À PARIS ÉVOLUTION DU CLIMAT À PARIS DEPUIS, QUEL CLIMAT FUTUR? PARIS-MONTSOURIS, LA MÉMOIRE DU CLIMAT PARISIEN Depuis 1872, différents paramètres

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Fondements scientifiques du Changement Climatique

Fondements scientifiques du Changement Climatique Module 1 Mai 2015 Fondements scientifiques du Changement Climatique 11.05.2015 Seite 1 Contenu La machine climatique L effet de serre Changements observés dans le climat et dans d autres indicateurs Augmentation

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

des Risques d'inondation

des Risques d'inondation des Risques d'inondation PAR DÉBORDEMENT DE LA RIVIÈRE MARNE SUR LE SECTEUR DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE GUIDE DE RECOMMANDATIONS POUR L'INTERPRÉTATION DE LA BANDE D'INCERTITUDE DU ZONAGE RÉGLEMENTAIRE À L'ÉCHELLE

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie urbaine.

Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie urbaine. Conférence internationale «Faire la ville durable. Inventer une nouvelle urbanité» 20 et 21 janvier 2011 Le Grand Pari(s) du changement climatique? Villes, métropoles, et nouveaux défis de la météorologie

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique

Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Lignes directrices relatives à la réduction des débris spatiaux du Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique A. Historique 1. Depuis que le Comité des utilisations pacifiques de

Plus en détail

Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments

Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Comité consultatif sur la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Révision de la réglementation en efficacité énergétique des bâtiments Colloque BOMA Québec présenté par Mario Canuel, TP

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Anny Cazenave (et aussi B. Meyssignac, W. Llovel, M. Becker et O. Henry) LEGOS-CNES, Toulouse. CNFGG, 6 mars 2012

Anny Cazenave (et aussi B. Meyssignac, W. Llovel, M. Becker et O. Henry) LEGOS-CNES, Toulouse. CNFGG, 6 mars 2012 Niveau de la mer et climat Observation, causes et impacts Anny Cazenave (et aussi B. Meyssignac, W. Llovel, M. Becker et O. Henry) LEGOS-CNES, Toulouse CNFGG, 6 mars 2012 Energies fossiles GES réchauffement

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place

Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Les émissions de polluants par les transports causant la brume et les solutions à mettre en place Dr. HUANG Cheng, ingénieur sénior, Académie des sciences de l'environnement de Shanghai Le brouillard de

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune

Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune Agence Locale de l Energie et du Climat de Plaine Commune Surdose de CO 2 : Nos villes sont-elles prêtes? Bouleversements climatiques : nous n avons pas d ours polaire, mais nous sommes concernés. En 2013,

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE

VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE VARIABILITÉ DES IMPACTS DU CHANGEMENT CLIMATIQUE DANS LES OUTRE-MER FRANÇAIS DES OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE Virginie DUVAT Professeure, université de la Rochelle, Membre du GIEC, auteure du chapitre «Small

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale

Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale Evolution de la Fécondité et de la Planification familiale A la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, tenue au Caire en 1994, 179 pays ont approuvé un Programme d action qui

Plus en détail

L influence des astres sur. le climat terrestre

L influence des astres sur. le climat terrestre L influence des astres sur le climat terrestre Laurent LONDEIX Introduction Le Soleil nous apporte chaleur et lumière. Ses conjonctions avec la Terre donnent le rythme des jours et des nuits, des saisons,

Plus en détail

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT Commune de Lully Assemblée communale du 2 mai 2012 Bases légales Selon la loi des communes, article 10 et 43 Support et conseil Par la Maison

Plus en détail

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower

Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower Information Technique Derating en température du Sunny Boy et du Sunny Tripower On parle de «derating» en température lorsque l onduleur réduit sa puissance afin de protéger les composants contre toute

Plus en détail

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle

Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Le Changement climatique à la Martinique : descente d échelle Séminaire Carib Risk Cluster Juin 2014 - Conseil Général de Martinique P. PALANY - Météo-France Antilles-Guyane Resp. Division études, Climat,

Plus en détail

Trafic, véhicules et réseaux routiers

Trafic, véhicules et réseaux routiers Les transports représentent une composante fondamentale de l économie, en soi et en tant que facteur de production pour la plupart des autres activités économiques. Ils ont de nombreux d effets sur l environnement

Plus en détail

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Fiche de travail: questionnaires

Fiche de travail: questionnaires Fiche de travail: questionnaires Objectifs: mieux faire comprendre aux élèves les effets du changement climatique. Sources documentaires: www.climatechange.eu.com: guide de l'élève: «Le changement climatique,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 10 février 1998 Français Original: anglais E/CN.17/1998/7/Add.1 Commission du développement durable Sixième session 20 avril-1er mai 1998 Progrès

Plus en détail

Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles

Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles Le changement climatique contemporain depuis 1850 : caractéristiques et causes possibles Institut Français Mayence, le 5 mars 2015 Vincent Moron Aix-Marseille Université CEREGE, UM 34 CNRS moron@cerege.fr

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

SIMUL ONU EXERCICE DE NEGOCIATION DIPLOMATIQUE. A Lille les 9 et 10 décembre 2014

SIMUL ONU EXERCICE DE NEGOCIATION DIPLOMATIQUE. A Lille les 9 et 10 décembre 2014 SIMUL ONU EXERCICE DE NEGOCIATION DIPLOMATIQUE A Lille les 9 et 10 décembre 2014 SIMUL ONU EXERCICE DE NEGOCIATION DIPLOMATIQUE A Lille les 9 et 10 décembre 2014 Une expérience originale, enrichissante

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 ADIA Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES ADIA 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz présents

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l'energie Combustion de Combustibles 1. Quels sont les gaz généralement inclus dans le secteur de l'énergie, conformément au

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Estimation des variations du niveau de la mer en Martinique et dans la Carai be insulaire et conse quences a moyen et long terme

Estimation des variations du niveau de la mer en Martinique et dans la Carai be insulaire et conse quences a moyen et long terme Estimation des variations du niveau de la mer en Martinique et dans la Carai be insulaire et conse quences a moyen et long terme Pascal SAFFACHE* et Yoann PELIS** * Professeur des Universités, UA, Géographe-aménageur

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

INTRODUCTION. Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1.

INTRODUCTION. Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1. 1 INTRODUCTION Recommendations du GIEC en matière de bonnes pratiques et de gestion des incertitudes pour les inventaires nationaux 1.1 Table des matières 1 INTRODUCTION 1.1 DEVELOPPEMENT DU PROGRAMME...

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble

Description du modèle de potentiel archéologique. 14A.1 Vue d ensemble 14A Description du modèle de potentiel archéologique 14A.1 Vue d ensemble Les méthodes classiques de reconnaissance pédestre associées aux sondages souterrains représentent la manière la plus précise et

Plus en détail

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque

Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Magmatisme (6) Principales caractéristiques du magmatisme associé au contexte intraplaque Il existe un certain nombre de volcans qui ne se trouvent pas en limite de plaque : on dit qu ils sont en contexte

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards!

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Louis GILL professeur et économiste, Dép. des sciences économiques, UQÀM (10 janvier 2006) Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Un

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Comment l analyse Monte-Carlo fonctionne-t-elle dans? Comment interpréter les résultats de l analyse de sensibilité Monte-Carlo? L analyse de sensibilité Monte-Carlo est

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

Les critères d identification des pays les moins avancés

Les critères d identification des pays les moins avancés Les critères d identification des pays les moins avancés Vue d ensemble Ce document reprend les éléments présentés sur le site du Comité des politiques de développement http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_criteria.shtml

Plus en détail

Le Changement Climatique Observé dans l Océan

Le Changement Climatique Observé dans l Océan Journée Océanographique Christian Le Provost Saint-Brieuc, 25 mai 2012 Le Changement Climatique Observé dans l Océan Gaël ALORY gael.alory@legos.obs-mip.fr Océan + Atmosphère = Climat Echanges d énergie:

Plus en détail

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES A L ECOLE INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE Les changements climatiques a l'ecole 1 OBJECTIFS Á la fin de cette session, le participant sera capable

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France

Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France XIV ème colloque de l Association de comptabilité nationale 6 8 juin 2012 Session comptabilité de l environnement : Les coûts non payés liés aux émissions de gaz à effet de serre en France Commissariat

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

d énergie dans le monde

d énergie dans le monde L énergie, la vie Sur la Terre, le soleil est la source fondamentale d énergie : toutes les autres sources d énergie en découlent, directement ou indirectement. L énergie est indispensable à la plupart

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE

ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE ALLOCUTION D ISABELLE COURVILLE PRÉSIDENTE DU CONSEIL BANQUE LAURENTIENNE LORS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES DE LA BANQUE LAURENTIENNE 1 er avril 2015 NOTES DE L ALLOCUTION PRONONCÉE PAR MADAME

Plus en détail

Les bases scientifiques du changement climatique

Les bases scientifiques du changement climatique Les bases scientifiques du changement climatique Introduction sur le GIEC Observations du changement climatique Attribution des causes du changement climatique Projections du changement climatique futur

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013

Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Observations Observations de de Vénus Vénus dans dans le le proche proche infrarouge infrarouge Christophe Pellier Giuseppe Monachino EPSC Londres, 12 septembre 2013 Objectifs Objectifs Mesurer la rotation

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant!

Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! >> Sylvain Pigeon, ingénieur, BPR ENVIRONNEMENT Évaluer la rentabilité de sa toiture sur la fosse à lisier: c est payant! Il est reconnu que le recouvrement des fosses à lisier offre plusieurs avantages

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Ozone Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les effets sur la santé de trois principaux polluants de l'air ont été revus

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail