Multi-Cluster Initial Rapid Assessment MIRA. Moyen Chari, Tandjilé, Mayo Kebbi Est - Tchad

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Multi-Cluster Initial Rapid Assessment MIRA. Moyen Chari, Tandjilé, Mayo Kebbi Est - Tchad"

Transcription

1 Multi-Cluster Initial Rapid Assessment MIRA Evaluation Initiale Rapide Multi-Cluster sur les inondations au Moyen Chari, Tandjilé, Mayo Kebbi Est - Tchad Clusters WASH, Santé, Protection, Sécurité Alimentaire et Sous Cluster Protection de l Enfance Septembre 8-15, 2012

2 Une évaluation conjointe menée par des membres des clusters Securité Alimentaire, WASH, Santé, Protection et Sous cluster Protection de l enfance, coordonnée par OCHA Membres: UNICEF, UNHCR, COOPI, OMS, CRS, CARE International, OCHA, LWF, FAO, WFP Avec l appui de: Belacd/Caritas, CRT et les Comités Régionaux d Action, World Vision, CELIAF, ONDR Photo Couverture: Des sinistrés attendent une distribution des vivres à Misseré, Tandjilé. Credit: OCHA Tchad

3 iii Sommaire 1.! INTRODUCTION!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!#! 2.! METHODOLOGIE!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!$! 3.! LES CAUSES DE LA CRISE ET DES FACTEURS SOUS-JACENTES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!%! 4.! SARH, MOYEN CHARI!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!&! 4.1 AMPLEUR DE LA CRISE ET LE PROFIL HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!&! 4.2 SITUATION DES POPULATIONS DANS LES REGIONS AFFECTEES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!'(! 4.3 CAPACITES DES ACTEURS NATIONAUX ET REPONSES!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!')! 4.4 CAPACITES DES ACTEURS INTERNATIONAUX ET REPONSES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!'*! 4.5 ACCES HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!'*! 4.6 COUVERTURE DES BESOINS ET GAPS!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!'*! 5.! MARO, MOYEN CHARI!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!'#! 5.1 AMPLEUR DE LA CRISE ET LE PROFIL HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!'#! 5.2 SITUATION DES POPULATIONS DANS LES REGIONS AFFECTEES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!'$! 5.3 CAPACITES DES ACTEURS NATIONAUX ET REPONSES!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!++! 5.4 CAPACITES DES ACTEURS INTERNATIONAUX ET REPONSES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!+)! 5.5 ACCES HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!+)! 5.6 COUVERTURE DES BESOINS ET GAPS!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!+)! 6.! LAI ET SES ENVIRONS, TANDJILE!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!+*! 6.1 AMPLEUR DE LA CRISE ET LE PROFIL HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!+*! 6.2 SITUATION DES POPULATIONS DANS LES R!GIONS AFFECTEES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!+$! 6.3 CAPACITES DES ACTEURS NATIONAUX ET REPONSES!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!)(! 6.4 CAPACITES DES ACTEURS INTERNATIONAUX ET REPONSES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!)+! 6.5 ACCES HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!))! 6.6 COUVERTURE DES BESOINS ET GAPS!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!))! 7.! BONGOR ET GOUNOUGAYA, MAYO KEBI!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!)*! 7.1 AMPLEUR DE LA CRISE ET LE PROFIL HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!)*! 7.2 SITUATION DES POPULATIONS DANS LES REGIONS AFFECTEES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!)#! 7.3 CAPACITES DES ACTEURS NATIONAUX ET REPONSES!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!)&! 7.4 CAPACITES DES ACTEURS INTERNATIONAUX ET REPONSES!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!),! 7.5 ACCES HUMANITAIRE!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!),! 7.6 COUVERTURE DES BESOINS ET GAPS!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!),! 8.! RECOMMANDATIONS ET PRIORITES STRATEGIQUES HUMANITAIRES!""""""""""""""""""""""""""""""!*'! -../0!12!3145/!6/4!1.789:-5/;94!<3/4!"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!**! -../0!112!589!6/!3-!:14418.!""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""!*%!

4 iv Figure 1 - Champs agricoles inondés dans la Tandjilé - OCHA

5 5 1. INTRODUCTION En Juillet et Aout 2012, des pluies diluviennes ont causé des inondations dans plusieurs localités du Tchad, notamment dans la région du Kanem, Guera, Sila, Salamat et les Départements du sud du Tchad, dont les plus touchés sont la Tandjilé, Mandoul et Mayo Kebbi Est et Ouest. Vu le manque dʼinformation sur les régions les plus affectées dans la région sud, le Coordonateur Humanitaire et lʼequipe Humanitaire Pays (HCT en anglais), avec lʼappui de la coordination Intercluster (ICC en anglais), ont chargé OCHA dʼorganiser une mission multi-cluster dʼévaluation rapide sur lʼimpacte humanitaire des inondations dans le Mayo Kebbi est, Tandjilé et Moyen Chari. Un groupe de travail technique a été établi avec des représentants des clusters WASH, Santé, Sécurité Alimentaire, Protection et du Sous-cluster protection de lʼenfance pour la planification. Le groupe de travail sʼest réuni deux fois pour la préparation de la mission, la révision des donnés secondaires, définition des scenarios de crises préliminaires et répartitions des tâches et responsabilités. OCHA a assuré une formation pour les membres de la mission sur les outils méthodologiques pour la mise en oeuvre des missions dʼévaluation rapides multi-clusters, selon les directives et guides émanant de lʼiasc Task force on needs assessment comme lʼapproche MIRA (Multi- Cluster Initial Rapid Assesment) et lʼiasc Guidance on Coordinated Assessments. La mission sʼest basée sur lʼexpérience et leçons tirées du groupe de travail sur les évaluations des besoins multi-secteur au Tchad, établi par le Coordonateur Humanitaire entre Novembre 2011 et Février La mission MIRA sur les inondations au sud du Tchad a eu comme 3 objectifs principales : La mise en œuvre d'une mission multi-cluster pour lʼévaluation de lʼimpact des inondations sur les communautés à Sarh et Maro au Moyen Chari, Laï et ses environs dans la Tandjilé, Gounougaya et Bongor dans le Mayo Kebbi. Identifier les besoins dʼurgence, les gaps de réponse et formuler des recommandations dʼactions aux Autorités nationales, aux organisations membres des clusters humanitaires et les bailleurs de fonds. Renforcement de capacités de la coordination des missions multi-secteurs dʼévaluation des besoins. En utilisant les outils méthodologiques développés par le IASC Needs Assessment Task Force, en conformité avec les recommandations de lʼagenda Transformative du IASC, cette initiative consolidera et renforcera la capacité de la communauté humanitaire au Tchad dʼorganiser des missions multi-clusters plus efficaces. La mission sʼest déroulé entre le 08 et 15 Septembre et a été composée par 13 fonctionnaires de plusières organisations humanitaires membres des clusters. Il sʼagit notamment de CARE International, FLM, CRS, COOPI, UNICEF, UNHCR, WFP, FAO, OMS et UNOCHA. La mission a compté avec lʼappui de la CRT, BELACD/CARITAS, World Vision International et les CRAs. Pour plus de détailles, veuillez se référer aux termes de référence de la mission en annexe.

6 6 2. METHODOLOGIE La méthodologie de la mission dʼévaluation a été adaptée au contexte des inondations au Sud du Tchad prenant comme base le manuel MIRA développé par lʼiasc Task Force on Needs Assessment. Une révision des données secondaires disponibles a été entamée par lʼéquipe lors de la deuxième réunion de préparation. Ces discussions ont permis de définir un scenario de crise préliminaire. En plus, des interviews avec des informateurs clés spécialistes sectoriels et des groupes des discussions spécifiques pour des hommes et femmes ont été organisés dans des zones identifiées comme prioritaires pour lʼobtention des données désagrégées, avec lʼutilisation de la méthode de échantillonnage ciblé (purposeful sampling). La ville de Sarh a été divisée entre 3 zones, notamment Sahr Rural, Sarh Urbaine près du fleuve et Sarh urbaine élevé. Laï et ses alentours ont été divisés entre Lai Urban, les sites de déplacés à Béré et les communautés au long de la route Lai-Djoumane. Gounougaya a été divisé entre le canton Gounou et le site de déplacés au quartier centre. Maro a été découpé entre deux zones de ciblage, notamment les zones rurale et Sido. Les groupes de travail à Bongor ont été organisés dans le site de déplacés Sile I et dans le nouveau site de déplacés dans la foret Tcharayé. Un groupe de discussion avec les hommes et un autre avec les femmes des villages au tour de la route Bongor-Kelo, au niveau de Ham, a été organisé aussi. Veuillez consulter lʼannexe 1 pour la liste des informateurs clés. Les analyses sur la situation humanitaire et ampleur de la crise sont basées sur lʼinformation récoltée directement de la population, des discussions avec des informateurs clés, des donnés secondaires disponibles et de lʼobservation directe des membres de lʼéquipe. Les gaps de réponse et besoins urgents ont étés définis en référence aux standards humanitaires minimaux SPHERE. Figure 2 Groupe de discussion avec les femmes déplacées à Béré, Tandjilé - OCHA

7 7 3. LES CAUSES DE LA CRISE ET DES FACTEURS SOUS-JACENTES Depuis la fin de la première semaine du mois de juillet, une grande partie des Régions du Tchad est inondée mettant de ce fait les populations dans une situation précaire. Ce phénomène cyclique est la résultante de deux principaux facteurs, notamment la forte pluviométrie et du débordement des fleuves. Indices pluviométriques enregistrés au 31 Juillet 2012* Région Localités Juillet 2012 en mm Moyen Chari Mayo Kebi Sarh Kyabé Moissala Moussafoyo Léré Gounougaya Bongor Lagon 830,4 376,3 556,6 711,6 639,5 766,8 468,0 513,8 Juillet 2010 en mm 227,7 236,5 N/A N/A 126,8 186,9 386,2 345,2 Juillet 2011 en mm 331,0 199,5 551,8 232,7 276,8 393,4 174,1 160,9 En effet, la plupart des régions inondées sont situées dans une zone de transition entre le climat oubanguien (tropical humide à petite saison sèche marquée par un Tandjilé* Lai NA N/A NA Mandoul Koumra Bédjondo Péni 307,4 318,1 333,5 292 N/A 337,5 *Information pour la Tandjilé non-disponible (Source: Ministère des Affaires Etrangères et DREM République du Tchad) 189,4 100,5 112,2 ralentissement des pluies entre une petite saison humide et une longue saison de pluie) et le climat sahélien (tropical sec à une saison de pluies), les pluies commencent par quelques précipitations en Avril (sensiblement 4 jours et à peu près 44 mm) et durent jusquʼen octobre en passant par des maxima de juillet, août et septembre avec une moyenne de 250mm en 15 jours. La moyenne annuelle établie sur vingt trois ans ( ) est de 1212,5mm répartis sur 76 jours. De plus, le profil topographique du Tchad est une cuvette drainée par plusieurs cours dʼeau et de lacs. La plupart des principaux cours dʼeau prennent source en Centrafrique et au Cameroun. La variation de leur niveau obéit au rythme pluviométrique dʼune part et dʼautre part à tout phénomène pouvant entrainer lʼaugmentation des fleuves tel que la Benoué et la Mbéré au Cameroun, lʼouham, la Yassa, la Bimingui pour ne citer que ceux ci en Centrafrique. Les facteurs déterminant de la vulnérabilité à ces inondations sont entre autres: La propension des certaines populations à habiter aux abords des fleuves et même à construire des maisons dans les anciens lits des fleuves devenus secs. Le Tchad ayant de longues périodes sèches, les lits de certains bras des fleuves ont été complètement asséchés et occupés. La qualité précaire des matériaux ayant servi à la construction des maisons notamment les briques en terre battue et le toit de chaume, très rarement les tôles pour les plus nantis ; Le manque de préparation à la gestion de tels types crises. Bien que récurrentes, les inondations ont toujours pris de cours l ensemble des acteurs au niveau du Tchad faute d un système d alerte fonctionnel d une part et de plan de contingence d autre part tant au niveau national que régional.

8 8 4. SARH, MOYEN CHARI Des fortes pluies diluviennes abattues plus tôt que prévu et le débordement du fleuve de Bahr- Kôh ont occasionné des inondations sur une grande étendue de la région de Moyen Chari, particulièrement dans le centre-ville Sarh, les villages environnants de Sarh et les villages riverains de deux fleuves (Chari et Bahr-Kôh), occasionnant dʼimportants dégâts aussi bien sur le plan matériel que sur le plan agricole et affectant les conditions de vie et la dignité des populations. La position géographique, le contexte lithologique du sol, le profil topographique de la commune de Sarh et surtout son altitude inférieure aux deux fleuves qui lʼentourent, le Chari et la Barh-Koh ont contribué aujourdʼhui à lʼaggravation du phénomène des inondations généralisées. Le centreville de Sarh reste moins touché du fait de lʼexistence de réseau de canalisation de la ville par rapport aux villages ruraux environnant le fleuve Barh-Koh qui sont sérieusement touchés par le débordement du fleuve de son lit habituel. 4.1 Ampleur de la crise et le profil humanitaire L impacte des inondations sur la Ville de Sarh Arrondissement Personnes Sinistrés Ménages Sinistrés Chambres Ecroulées Latrines Ecroulées Puits Ecroulés 1ere eme Clôtures Ecroulées 3eme eme eme eme TOTAL Source : La délégation de l Action Sociale, La Croix Rouge du Tchad au Moyen Chari et la Commune de Sahr 05 Septembre 2012 Il y a 583 personnes (87 ménages) déplacées (incluant 109 enfants de 0 à 5 ans et 43 femmes allaitantes) dans les structures de 2 écoles (lʼecole Tatala et le Lycée Technique Commercial) dans la ville de Sarh. Source: Liste dʼenregistrement de la Croix-Rouge du Moyen Chari LA REGION DU MOYEN CHARI Au niveau régional il y a une incohérence dans les informations relatives à lʼensemble de la population affectée. Les Autorités régionales et la Croix-Rouge du Moyen Chari sont en train de créer des équipes pour collecter des donnés sur lʼimpact des inondations afin dʼétablir les nécessités dʼintervention et les zones prioritaires. Les autorités régionales, par contre, ont focalisé leur priorité sur la collecte des informations concernant la situation agricole et le bétail.

9 9 Il y a personnes sinistrées et maisons/cases dans la Région du Moyen Chari selon les informations préliminaires contenues dans le «Rapport Bilan des Inondations de la Région du Moyen Chari» publié le 8 septembre 2012 par la Cellule Régionale de Crise. Les données concernant le Département de Lac Iro historiquement le plus affecté - ne sortent pas dʼune vue dʼensemble de la zone à cause de son accès difficile. Ces chiffres représentent une estimation initiale et générale de la situation. Les zones rurales les plus touchées sont celles: - au bord des fleuves suite à lʼinondation fluviale; - dans les plaines concaves suite à lʼinondation pluviale. Impacte des Inondations au Moyen Chari Département Personnes Sinistrés Maisons écroulés Département du Barh-Koh * Ville de Sarh Département du Lac Iro Ville de Kyabé Département de la Grande Silo Ville de Maro TOTAL *l équivalent de ménages basé sur un moyen de 8 personnes par ménage (Source: Cellule Régionale de Crise) Les taux de mortalité et de morbidité sont bas (4 cas de décès dʼadultes et 23 personnes blessées). La mission a travaillé étroitement avec les services de lʼondr en charge du développement agricole de la zone. Il ressort que des collectes dʼinformation ont été faites sur lʼimpact des inondations sur les cultures. Ces données sont provisoires et lʼondr actualise les informations (en cours). Ci-dessous les données recueillies fin Août Les données inscrites dans le tableau ci-dessous donnent en plus des informations du Moyen Chari celles du Mandoul car lʼondr Région Moyen Chari couvre également la région du Mandoul. Lʼimpact des inondations sur les cultures au Moyen Chari et Mandoul (Août 2012) Zones Sorgho Mil Pénicillaire Maïs Riz Arachide Ménages affectés Mandoul Oriental 1002,5-430,5 608,5 450, Mandoul Occidental Barh Sara 250, , Barh Kôh 3223,5 280,5 285, Lac Iro 66,5-7, Gde Sido 1552, ,5 111, TOTAL 8013,5 1861,5 2187, ,

10 10 Sources :Région ONDR Moyen Chari / Sarh Les données ci-dessus montrent que la culture dʼarachide (source de revenus) est la plus touchée ; viennent ensuite les principales céréales. Au total dans lʼensemble des deux grandes zones agricoles couvertes par lʼondr (Moyen Chari et Mandoul) ménages sont sérieusement affectés dans des zones localisées. La majeure partie des ménages agricoles affectés vivent aux abords des deux fleuves. Cette proximité avec le fleuve constitue un atout alternatif au retrait des eaux pour la culture de contre saison (maraîchage). 4.2 Situation des populations dans les regions affectées Sécurité alimentaire La situation alimentaire dans sa globalité sʼannonce très préoccupante actuellement dans la région mais nʼest pas alarmante. Les superficies inondées sont évaluées provisoirement à hectares sur un total de ha des emblavures selon la Cellule Régionale de Crise du Moyen Chari. Cette situation a évoluée de 9% par rapport aux données disponibles en août Cette situation alimentaire prendra avec certitude une ampleur plus importante au sortie de cette période de soudure. Les cultures habituellement plus précoces (maïs, arachide) pouvant aider les populations à se soulager de la période de soudure du mois dʼaoût pour la plupart sont entièrement recouvertes par les eaux de pluies. Dans certaines localités, les populations ont tenté de sauver quelques champs avant leurs inondations complètes en récoltant précocement certaines cultures (maïs, arachide, manioc) pour subvenir à leurs besoins immédiats. Mais notons que cette tentative reste insuffisante et déclenche déjà des inquiétudes sur la disponibilité et lʼaccès aux semences à long terme pour la prochaine campagne pluviale pour les ménages les plus pauvres. Dans certaines zones, ces inondations annoncent déjà précocement les conflits agriculteurs/éleveurs. Les plaines où pâturent habituellement les bétails sont sous les eaux. Les zones exondées où subsistent encore quelques cultures constituent aussi les refuges des éleveurs et ceci occasionne la destruction massive et rapide des champs créant ainsi des conflits entre les deux communautés. Mais toutefois, le dispositif de gestion de crises agriculteurséleveurs maîtrise jusquʼà ce jour la situation. Au passage de la mission, la disponibilité et lʼaccessibilité des denrées au niveau des marchés est dans lʼensemble appréciable. Les disponibilités céréalières des commerçants sont globalement moyennes. Il a été estimé à plus de 200 tonnes de céréales confondues sur le marché de Sarh sans compter des stocks retenus aux domiciles des desdits commerçants. Hormis les céréales, il y a une présence massive des autres denrées alimentaires : ce sont des produits secs à savoir les légumineuses et les oléagineux et les produits frais de la saison (feuilles, patates, vouazou et produits maraîchers).

11 11 Evolution des prix moyens mensuels à la consommation en période de soudure/inondation à Sarh (sac de 100 kg/fcfa) Marché Céréales Juillet Aout Sept. 12 Sept. 11 Ecart Sarh Mil Sorgho (Source: Groupement des commerçants Mais Riz Les stratégies dʼadaptation des populations affectées par la crise incluent la vente de bois de chauffe ; la migration vers les localités clémentes dʻaccueil ; la remontée précoce des transhumants vers les zones exondées et la cueillette des fruits, feuilles et tubercules sauvages de la nature. Santé Dʼaprès les autorités sanitaires, le paludisme, les maladies diarrhéiques et les maladies dermatologiques sont des maladies récurrentes. Le paludisme apparait comme étant une maladie ayant une incidence significative sur les sinistrés. Parmi les sinistrés, ce sont les enfants et les femmes qui souffrent le plus du paludisme à cause de manque de moustiquaires imprégnées et dʼinsecticides. Les cas de maladies diarrhéiques ne sont pas beaucoup signalés dans les centres sanitaires (source : CASE du Moyen Chari), compte tenu de lʼindisponibilité des données sanitaires sur les maladies hydriques et surtout diarrhéique avant et au moment des inondations. Il nʼy a pas des cas dʼépidémie de choléra ni de poliomyélite qui ont été notifiés. A la suite des inondations, il faut sʼattendre à un risque probable des maladies comme le choléra et autre maladies hydriques à caractère endémique. Access à lʼeau et hygiène Les conditions de vie des sinistrés de Sarh en matière dʼaccès à lʼeau et de services dʼassainissement est précaire. Lʼaccès à lʼeau potable et les pratiques familiales essentielles dʼhygiène de base au niveau communautaire restent problématiques surtout dans les villages touchés et le site proposé pour la relocalisation des sinistrés (Bâtiment ROMANO). A cet effet, la Division Régional de Service dʼassainissement de la ville de Sarh à la suite de sa première réponse a relevé le manque notoire des intrants de traitement de lʼeau et désinfection (eau de javel et chlore). Ce manque limite cruellement les activités dʼappui à la promotion dʼhygiène et assainissement. En effet, tous ces facteurs évoqués augmentent notamment le niveau de vulnérabilité de la communauté vis-à-vis des maladies hydriques et surtout diarrhéiques. Dʼaprès le rapport bilan des inondations de la Cellule Régionale de Crise, il a été fait mention de 1008 latrines écroulées et 744 puits envahis par les eaux dʼinondation. Le risque de pollution des sources dʼeau est réel et généralisé. En général selon les constats fait sur le terrain, le gap en terme de couverture des besoins dʼaccès à lʼeau et assainissement est énorme. Il faut se dire que ces inondations exigent également des mesures de prévention des maladies opportunistes telles que le choléra. La sensibilisation de proximité pour le changement de

12 12 comportement sur les risques sanitaires doit être considéré transversalement dans les activités de réponse. Logement Les 583 déplacés de la ville de Sarh proviennent du 2ème et 5ème Arrondissements qui sont les plus touchés. Certains déplacés ont en effet perdu leurs biens matériels, leur habitat et leurs sources de revenus. Les autorités régionales ont identifié un nouveau site Villa ROMANO - pour accueillir les 583 déplacés de la ville de Sarh qui sont actuellement accueillis dans deux écoles, afin de libérer les deux écoles pour la rentrée scolaire fixée au 1er octobre. Pendant les Discussions de Groupe, les déplacés ont fortement manifesté leur préoccupation et inquiétude par apport à lʼinsécurité du site ROMANO et ont exprimé leur désaccord dʼy être transférés. Dans les zones rurales, la plupart des sinistrés ont trouvé refuge chez leurs proches parents pour faire face à leur situation de vulnérabilité. Dʼautres sont hébergés dans des structures publiques existantes telles que les écoles (25 personnes au collège dʼenseignement Général du village de Kemnderé) et les églises (94 personnes du village Sako-Banda dans le canton Banda). La plupart des déplacés nʼont pas de moustiquaires, couvertures, nattes, produits dʼhygiène. Lʼintimité au sein de la famille nʼest pas préservée à cause de la promiscuité dans les salles. Les besoins dont les déplacés nécessitent sont: Tentes/bâches ; Moustiquaires, couvertures, nattes ; Kit dʼhygiène ; Nourriture dʼurgence Protection Parmi les personnes sinistrées il y a un grand nombre de personnes vulnérables notamment femmes enceintes et allaitantes, enfants de moins de 5 ans, personnes âgées, personnes handicapées. La réponse doit tenir en compte leur spécifique vulnérabilité. Le site ROMANO choisi pour abriter les sinistrés de la ville de Sarh nʼest pas adéquat à cause de manque de sécurité qui détermine un très haut niveau de risque surtout pour les enfants et les femmes qui représentent la majorité des personnes déplacées. Ces raisons sont les suivantes: Bâtiment-non clôturé, fissuré, présence de trou au niveau du planché; Structure abritant pendant des années des bandits ; Risque de viol de femmes et filles ; Risque de vol des biens ; Certains endroits non éclairés et cachés. La relocalisation des déplacés doit tenir en compte leur protection pour garantir leur sécurité physique, minimiser les dangers occasionnés aux enfants dans leur environnement et éviter les risques liés à la violence sexuelle et physique surtout pour les femmes et les filles.

13 13 Les sinistrés ont exprimé leur angoisse par rapport à leur déplacement et à leur condition de vulnérabilité pour laquelle un soutien psycho-social est nécessaire, selon les professionnels de santé qui souligne une tendance supérieure au cas de traumatisme. Il nʼy a pas eu de cas dʼenfants séparés et non-accompagnés soulignés, parce que cʼest commun que ces enfants soit récupérés dans la famille étendu. Par contre, il faut tenir compte que cette notion est trop difficilement perçue pour avoir la certitude que ces cas nʼexistent pas. En outre, la crise risque dʼamplifier la traite des enfants, déjà existant dans la région, ainsi que lʼexploitation et lʼabus aux enfants et la violence basée sur le genre contre les femmes et les filles qui nécessite des activités de prévention et de suivi au niveau communautaire. 4.3 Capacités des acteurs nationaux et réponses 97 millions de FCFA reçus par le Moyen Chari de la part des autorités nationales au 9 Sept 2012, dont : 66 millions alloués pour le départements du Lac Iro, Barh Ko et Grande Silo 31 millions alloué pour la Ville de Sarh Une Cellule de Crise présidé par le Gouverneur du Moyen Chari a été créée au niveau régional. La Cellule est composée des membres du Comité Régional dʼaction ainsi que des ONG nationales et de la Croix Rouge du Tchad au Moyen Chari. La Cellule de Crise est déjà intervenu sur les points suivants avec lʼappui de BELACD/CARITAS, la donation du Ministre délégué chargé des infrastructures à la Présidence, dʼun Député et de la Commune de Sarh: Lʼassistance aux déplacés en nourriture et savon. Lʼaménagement du site de la villa ROMANO - nettoyage du site, désinsectisation, désinfection, la construction des latrines, et lʼélectrification. Dʼautre part le Gouvernement a envoyé 12 tonnes de médicaments prédisposés pour la prise en charge du choléra à répartir entre les trois districts sanitaires de la région. De plus, le Service de la Division dʼhygiène et Assainissement de la région, avec lʼappui de lʼunicef et la Croix-Rouge, a traité puits avec du chlore et 55 latrines dans le cadre de la prévention du choléra. Le Gouvernement à travers une mission conduite par la Ministre de lʼaction Sociale, de la Famille et de la Solidarité Nationale accompagnée par le Ministre de lʼagriculture et le Ministre de lʼélevage a mis à disposition de francs CFA pour toute la Région du Moyen Chari. Le Comité de Crise a répartie les fonds dans les différentes zones sinistrés pour chaque département et pour la ville de Sarh. La Croix-Rouge du Tchad a des volontaires dans tous les départements de la région que mobilisent pour collecter des données et sont aussi disponibles pour dʼéventuelles distribution des vivres avec un soutien logistique. CELIAF, une ONG nationale, a la capacité de faire une mobilisation sociale en matière dʼhygiène et assainissement à travers ses comités dʼeau dans 36 villages de la région.

14 14 BELACD/CARITAS distribue des vivres aux ménages sinistrés et vulnérables (personnes âgées, personnes handicapées) pour une durabilité de deux mois dans les 3 départements du Moyen Chari en réponse à la situation dʼurgence. LʼONDR principal service décentralisé de lʼetat spécialisé dans le développement rural dispose dʼune solide expérience en terme dʼintervention agricole dʼurgence dans la zone. 4.4 Capacités des acteurs internationaux et réponses Il nʼy a pas dʼinterventions prévues par les acteurs humanitaires internationaux en ce moment. COOPI est situé à Sarh et travaille dans le cadre des projets de développement sur la sécurisation alimentaire dans les cantons périphériques au Parc National de Manda. 4.5 Accès Humanitaire La gravité des inondations est telle que la plupart des villages rurales dans le département du Bahr-Koh situés loin des axes principaux restent inaccessibles par voie routière et lʼaccès au département de Lac Iro est difficile. Dʼaprès les autorités, la situation dʼaccessibilité dans les régions affectées pourrait éventuellement sʼaggraver tout au long du mois de septembre à cause de la montée des eaux (crue) de fleuves (Chari et Barh-Koh). La piste dʼatterrissage à Sarh est fonctionnelle et devrait être envisagée pour la logistique des réponses dʼurgence. 4.6 Couverture des besoins et gaps Le gap principal ressorti de lʼévaluation est le manque dʼinformation sur les chiffres désagrégés (personnes affectées, déplacées, vulnérables, sans abris, blessées, maisons/écoles/latrines/points dʼeau complètement ou partiellement détruites) pour identifier les besoins et les zones prioritaires en dehors de la ville de Sarh. Le Gouvernement prévoit de résoudre cette lacune. Globalement la situation nʼest pas alarmante toutefois lʼampleur des risques est toujours inquiétante. En effet, les besoins de base ne sont pas encore totalement couverts, notamment des intrants pour la désinfection des puits et le traitement des eaux. Dans la ville de Sarh, le Gouvernement en collaboration avec des acteurs nationaux ont répondu aux besoins immédiats des personnes déplacées en distribuant de la nourriture et du savon. Ces personnes nécessiteront toujours dʼune assistance de NFIs pour répondre à leurs besoins de base pendant leur déplacement. Le Gouvernement a reconnu la priorité de libérer les écoles, où se trouvent actuellement les déplacés, pour la rentrée scolaire et a pris des mesures pour trouver une solution temporaire pour abrités ces déplacées dans la villa ROMANO. Cette solution néanmoins présente des

15 15 problèmes liés à la protection. Il est conseillé quʼun site alternatif soit mis à disposition ou bien que le site prévu soit sécurisé. Aux éventualités probables de lʼaggravation de la situation, les besoins principaux pour toutes les zones affectées sont les activités de prévention, non-actuellement en cours, dans le secteur dʼeau et assainissement et santé pour éviter des éventuelles épidémies et un stock de contingence au niveau région. Dans le domaine agricole, bien que des données provisoires faisant état du nombre de producteurs agricoles affectés existent, une évaluation des besoins réels et populations fragilisées par ces inondations reste à combler. Cependant, pour les ménages pauvres ayant perdu une part importante de leurs récoltes, une assistance pour les cultures de contre saison plus particulièrement le maraîchage permettrait aux ménages de retrouver une source de revenus. Le manque de présence et dʼappui des acteurs internationaux dans les départements de Barh- Koh et Lac Iro reste un gap réel. 5. MARO, MOYEN CHARI La crise dans le Département de la Grande Sido au Moyen Chari a été occasionnée par les grosses pluies qui ont inondé la préfecture de Maro. Depuis 2009 le département a connu de manière récurrente les inondations avec une certaine ampleur au niveau des camps des réfugiés a cause de la situation géophysique des camps. Le département de la grande Dido est situé à lʼextrême sud du Tchad juste à 20 km de la frontière tchado-centrafricaine, bordé à lʼouest par le département de Barh Koh, à lʼest par le département de lac Iro et éloigné de la préfecture de Sarh de 105 km. Il couvre une population totale de personnes dont population autochtone = et refugiés des deux camps : personnes Sources : Statistique de la sous Préfecture rurale de Maro Population réfugiée des camps : Moula : personnes Yaroungou ; personnes (Sources : service de data base de HCR Maro) 5.1 Ampleur de la crise et le profil humanitaire Le tableau ci-dessous montre l ampleur de la crise et le profil humanitaire dans le département de la Grande Sido. Sous-préfecture Ménages sinistres Personnes sinistrées Habitations écroulées Champs inondés Maro Commune ha Danamadji ha commune Maro rural ha

16 16 Danamadji rural ha Djeke Djeke ha Sido ha Total ha 5.2 Situation des populations dans les regions affectées La situation est visiblement dure et alarmante car plusieurs ménages dans les sous-préfectures du département visité ont vu leurs maisons et cases détruites, leurs champs complètement inondés, les latrines et points dʼeau inondés, ce qui a un impact négatif sur la situation sanitaire avec un risque élevé dʼépidémie au sein de la population aussi bien refugiée que locale. Sécurité alimentaire Le niveau de sécurité alimentaire dans la zone de Maro est passable au passage de la mission. La mercuriale ci-dessous présentée pour la commune de Maro montre lʼaccès et la disponibilité des produits. Comparaison des prix alimentaires Zone Sorg ho sac 100k g Penil. sac 100k g Riz decor t 1kg Mai s grai n 1kg MARO 2012 Moyenn e Rappel 2011 Hari cot 1kg Poi s de t.1k g Arac hides deco rt 1kg Se sa me 1k g Oig non cor o Ail cor o Bovi ns Unit e Ovi ns Uni te Cap rins Unit e Vol aill e Uni te Ecart % -18,42 +5,55 +11,11-11,11 0,00-41,66 +4,1 6 Source : Chef de secteur ONDR - 21,05-58,33-7,97-6,48-34,21 Les dégâts importants causés par les inondations sur les cultures laissent croire que la situation alimentaire va se détériorer si les pluies maintiennent leurs fréquences et leurs quantités importantes. De plus, il faut noter que les ennemis de culture tels que cicadelle sont déjà signalés dans la zone. Culture Situation dans les deux camps de réfugiés Sup. Inondées CAMP DE MOULA 152 ménages agricoles touchés Situation chez la population hôte Sup. Inondées Danamadji 599 Menages agricoles touches. Sup. Inondées Maro et Sido 2308 Menages agricoles touches.

17 17 SORGH ,5 O ARACHI DE MAIS Penicillair e NIEBE Coton ,5 Manioc Pois de 45 18,5 terre Patates 49 Voandzo 22.5 u Millet 5.25 Soja Sésame Riz ,5 Total CAMP DE YAROUNGOU: 2003 producteurs agricoles touchés SORGH O ARACHI DE MAIS Millet 389 RIZ ,25 Total N.B : Les données de la situation des autochtones décrites dans ce tableau ci haut ne prend en compte que trois sous préfectures a savoir Maro, Danamadji et Sido. Notons aussi que les réfugiés du Camps de Yaroungou qui avaient vu leurs rations diminuées seront sans doute encore plus fragilisés avec cette situation. Des solutions alternatives de contre saison sont à prendre en compte pour soulager les populations les plus affectées. Sur le plan de lʼélevage, quelques cas de pathologies ont été signalés notamment de la peau : la Dermatophilose. Avec lʼhumidité constante des enclos et lʼinsalubrité de lʼeau dʼabreuvage, il faut sʼattendre à des maladies, surtout de la voie respiratoire. Le risque de la fièvre aphteuse nʼest pas à exclure. La situation jusquʼici nʼest pas maitrisée du fait que dʼautres pluies continuent à tomber. Santé Les problèmes de santé identifiés se présentent de la façon suivante : Fréquence et croissance élevée des pathologies suivantes :

18 18 Hôpital de Danamadji Mois Cas de paludisme Décès dus au paludisme Cas de diarrhée Mai Juin Juillet Aout Septembre Décès dus a la diarrhée En dépit de cette situation de cas de croissance élevée du paludisme, le service de pédiatrie de lʼhôpital de District de Danamadji connait une rupture dʼarthemeter 20 mg. Aussi, il faut noter que malgré ces cas élevés de maladie diarrhéique dans ce contexte dʼinondation, aucune formation sur la prise en charge de choléra nʼa été organisée lʼattention du personnel soignant. Zone de responsabilité de Maro La mission sʼest rendue dans le village de Becana et a constate au cours du ʻfocus groupʼ des cas des infections cutanées survenues aussi bien chez les sujets adultes que chez les enfants. Il sʼagit des vésicules a début prurigineux qui sʼéclate laissant des croutes et sʼétendant de façon excentrique sans un endroit précis de prédilection, accompagnée de douleurs et parfois handicapante. Voir les photos. Dans le village de Mobo, il a été aussi évoqué lors des ʻfocus groupʼ des cas dʼinfections cutanées et de manque de prise en charge par les structures sanitaires liées au manque de médicaments. Les références des urgences dans les structures de second échelon demeure une des préoccupations majeures des populations. Les camps de réfugiés de Moula et de Yaroungou. Les pathologies dominantes dans les camps avant et pendant la crise mois paludisme Diarrhee acqueuse Infection respiratoire aigue < 18 ans > 18 ans < 18 ans > 18 ans < 18 ans > 18 ans Avril Mai

19 19 Juin Juillet Il faut signaler que la toiture des CNA et CNS se sont envolées avec destruction de tous les intrants et lʼécroulement de la maternité dans le camp de Yaroungou (condition aggravée par les inondations). Autres problèmes de santé Les inondations dans les villages visités ont rendu inaccessibles les centres de santé les plus proches, rendant ainsi difficile les prises en charge précoce des cas de maladies et lʼorganisation des stratégies avancées des activités vaccinales. En outre, il a été signalé des cas dʼaccidents avec blessures par suite dʼécroulement des certaines maisons sans décès et des cas dʼaccident des voies publiques suite aux glissades des usagers. Dans cette situation dʼinondation, au cours des ʻfocus groupʼ les participants ont signalé a lʼéquipe de la mission que les femmes et les enfants ont été parmi les groupes les plus affectés. WASH La situation de lʼapprovisionnement en eau, hygiène et assainissement pose un réel problème de santé publique, avec pratiquement plus de 634 puits ouvert complètement dans lʼeau, plus de 103 forages, 421 puits ouverts totalement inondés, il existe une adduction dʼeau qui alimente la ville de Maro mais ne fonctionne plus faute de chlore et carburant. Les latrines inondées, les déchets solides qui sont inondés et flottent de partout présente un risque criant surtout dans le camp de refugiés de Yaroungou. Il faut noter que le camp de Yaroungou complètement inonde ne dispose que dʼun seul point dʼeau pour une population pers. En plein processus de relocalisation, il faut noter que lʼong CARE international est en pied dʼœuvre pour installer les points dʼeau et les ouvrages sanitaires. Il existe un comité dʼassainissement dépourvu des matériels et avec des capacités limitées en termes de connaissance pour booster la promotion à lʼhygiène dans le département de Maro Les quelques forages installés par les organisations ne suffisent pas pour couvrir les besoins en eau dans ce département, la défécation à lʼair libre reste la plus pratiquée dans la zone évaluée. Il y a risque de communication entre point dʼeau et les latrines inondées. Jusquʼici, aucune

20 20 analyse de ces points dʼeau nʼa été faite ni son traitement et la population tant refugiés quʼautochtones continuent à consommer cette eau. Situation dans les camps La visite faite a permis dʼidentifier les dégâts causés par les pluies et enregistrés les abris écroulés et/ou abandonnés. De ce fait il ressort que les dégâts se chiffrent à environ : abris écroulés et/ou abandonnés 800 latrines pleines et écroulées Sur 24 pompes (soit 20 pompes à motricité humaine PMH de Marque India et 4 pompes de marque Vergnet), 16 sont fonctionnelles et 8 en panne. Parmi les 16 forages fonctionnels, seuls 1 forage est utilisé par la communauté pour le moment compte tenu de lʼéloignement des autres forages et lʼaccès difficile à cause de lʼeau. Les 5 fosses à ordures ne sont plus accessibles maintenant ainsi que les 6 aires de lavage. En général le camp de Yaroungou est totalement dans lʼeau et toute la population sʼest déplacée pour sʼinstaller elle-même en dehors du camp là où elle peut trouver de lʼespace sans eau. Nous estimons à les ménages du camp qui ont abandonné leurs abris écroulés et/ou inondés et qui nécessitent dʼêtre relocalisés dans un autre site. Camp de Moula: La problématique des eaux de pluie nʼest pas perçue de la même façon quʼau camp de Yaroungou car les dégâts causés au camp de Moula sont relativement moindres du fait que le de ménages ayant quitté leur domicile pour se réfugier à lʼécole en provenance des zones A, B, C et F et sont à environ 300 personnes. Les zones D, E et G ne sont peu touchés malgré quelques abris qui sont délabrés. Une vérification physique des infrastructures était effectuée conjointement avec la CNARR et cela ressort que tous les abris des 4 zones précitées (A, B, C, F) sont soit inondés ou mouillés et en état dʼécroulement. Toutes les latrines sont écroulées ou pleines dʼeau. Les usagers se servent des latrines chez les ménages voisins dans des zones exondées ou à lʼair libre avec risques de contamination. A ce jour, le centre de santé et la zone E se retrouve avec une importante quantité dʼeau suite à la pluie tombée au courant de cette semaine. Pour les quatre zones A, B, C et F, un total de 774 ménages sont à réinstaller contrairement à 519 ménages initialement rapportés et qui concernaient que trois zones seulement. Les 19 forages du camp sont tous fonctionnels mais six dʼentre eux ne sont plus accessibles à cause de lʼeau qui a envahi ces points dʼeau ; le reste des forages est pour le moment utilisé par la communauté. Les latrines dans ces zones ci-dessus citées ne sont pas fonctionnelles. Nous estimons le nombre de 600 latrines écroulées et/ou pleines. En somme la situation dans les deux camps des réfugiés de Maro demeure critique car rien nʼest à lʼabri de lʼinondation comparativement à lʼannée dernière où en cette même période la

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN. Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010

MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN. Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010 MISSION DE SUIVI/MONITORING DES SITES DE DEPLACES DANS LE NORD DU BENIN Date de la mission : Du 15 au 21 Décembre 2010 James Léon-Dufour, Physical Site Planner ERT/UNCHR Abraham Asondou, Field Program

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE. Du 07 au 12 Mars 2014

Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE. Du 07 au 12 Mars 2014 1 FAO CNR Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE Du 07 au 12 Mars 2014 Participants à la Formation Entretien avec un ménage de rapatrié

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

SITUATION GENERALE Description du phénomène

SITUATION GENERALE Description du phénomène BULLETIN N 007 REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana Tanindrazana Fandrosoana ------------------- MINISTERE DE L INTERIEUR ------------------ BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES -----------------

Plus en détail

Côte d Ivoire. Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord

Côte d Ivoire. Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord Côte d Ivoire Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord Côte d Ivoire Evaluation de la sécurité alimentaire à l Ouest et au Nord Données collectées en octobre 2013 Rapport préparé par

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

La Réforme Humanitaire

La Réforme Humanitaire La Réforme Humanitaire Edifier un système de réponse humanitaire plus efficace et prévisible é Lancée en 2005 par le Coordonnateur des Secours d Urgence ERC, USG Affaires Humanitaires. La réforme cherche

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet

Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de l évaluation finale du projet CARE International au Tchad B.P. 106 725,Avenue du Colonel Moll N Djamena, Republique du Tchad Tél: (+235) 52 27 79 Fax: (+235) 52 46 69 Termes de référence pour le recrutement d un consultant chargé de

Plus en détail

A agrafer à la fiche d enquête impérativement. Logement dans une concession avec cour et plusieurs logements

A agrafer à la fiche d enquête impérativement. Logement dans une concession avec cour et plusieurs logements 62 Numéro questionnaire (par équipe) Numéro échantillon Date de l enquête: Nom de la famille déplacée Ville/Commune Latitude (GPS) - si applicable 1. SITUATION ABRI 1. Comment définiriez-vous l abri actuel?

Plus en détail

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Plan de présentation. Contexte du plan. Rôle du CONASUR But du plan. Objectifs du plan. Méthodologie

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Draft du rapport de la mission de Monitoring humanitaire à Kabo et Moyenne Sido du 09 au 14 Mai 2014

Draft du rapport de la mission de Monitoring humanitaire à Kabo et Moyenne Sido du 09 au 14 Mai 2014 Draft du rapport de la mission de Monitoring humanitaire à Kabo et Moyenne Sido du 09 au 14 Mai 2014 Introduction Sur recommandation du Comité Humanitaire du Pays, un monitoring des activités humanitaires

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

Droit à l éducation. Portée et mise en œuvre

Droit à l éducation. Portée et mise en œuvre Droit à l éducation Portée et mise en œuvre Observation générale 13 sur le droit à l éducation (art. 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels) Organisation des Nations

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve Assistance Alimentaire

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission

Informations préliminaires sur le poste. Informations générales sur la mission : PROFIL DE POSTE Informations préliminaires sur le poste Intitulé du poste ADMINISTRATEUR BASE Pays & base d affectation GUINEE, COYAH Rattachement hiérarchique COORDINATEUR COYAH Création / Remplacement

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé INFORMATIONS GÉNÉRALES Termes de référence créés/mis à jour le 13 janvier 2015 Titre Secteur Lieu d affectation (ville, pays) Durée de l affectation Juriste associé

Plus en détail

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 INFORMATION PRESSE URGENCE ASIE DU SUD Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 A ce jour, l'unicef France a fait parvenir un total de 40 millions d'euros en Asie du Sud. Le dernier envoi, d'un

Plus en détail

Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Mars 2012 CONTEXTE. Evènements clés:

Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Mars 2012 CONTEXTE. Evènements clés: Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Mars 2012 Ce bulletin d information humanitaire, produit par le bureau régional OCHA pour l Afrique de l Ouest

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Février 2012 CONTEXTE. Evénements clés:

Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Février 2012 CONTEXTE. Evénements clés: Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Février 2012 Ce bulletin d information humanitaire, produit par le bureau régional OCHA pour l Afrique de l Ouest

Plus en détail

Fondation PPR 2009. Jean-Christophe Carius. Création internet & management web. conseil conception design réalisation

Fondation PPR 2009. Jean-Christophe Carius. Création internet & management web. conseil conception design réalisation Jean-Christophe Carius Création internet & management web conseil conception design réalisation 8, rue Lucien Leuwen 75020 Paris 06 07 58 82 82 jccarius@newsyntax.com Fondation PPR 2009 ÉDITEUR Fondation

Plus en détail

PLAN de CONTINGENCE CHOLERA

PLAN de CONTINGENCE CHOLERA PLAN de CONTINGENCE CHOLERA ACF Mission Juin 2014 1 RESUME Le choléra est une maladie bactérienne bien connu depuis le 19 ième siècle. Son fort pouvoir contaminant par l eau, les selles et les contacts

Plus en détail

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS

PRESENTATION DE L AMAB ET DE SES PRODUITS PRESENTATION DE L ET DE SES PRODUITS PRESENTATION L Assurance Mutuelle Agricole du Bénin en abrégé est une société d assurance mutuelle (SAM) à cotisations fixes avec conseil d administration, régie par

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE

EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE Système des Nations Unies UN Multi-cluster Rapid Assessment Mechanism McRAM EVOLUTION DE LA VULNERABILITE DES MENAGES DE LA VILLE DE TOLIARY PENDANT LA PERIODE DE CRISE POLITIQUE MCRAM JUILLET 2012 MADAGASCAR

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX Page 1 ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX 1 Introduction La présente étude a pour objet de mettre en concurrence lʼinvestissement dans un ou plusieurs appartements,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES

COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES COMMUNIQUE DE PRESSE RAPPORT PUBLIC DE LA COUR DES COMPTES SUR LES ENSEIGNEMENTS DES INONDATIONS DE 2010 SUR LE LITTORAL ATLANTIQUE (XYNTHIA) ET DANS LE VAR La Cour des comptes et les trois chambres régionales

Plus en détail

MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC

MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC 1 MISSION DE VERIFICATION D'INFORMATION ET PROTECTION DES CIVILES - AGUEL-HOC IEDA Relief 25 au 27 Juin 2014 Participants : Chef du bureau MINUSMA de Kidal ; Chef de mission IEDA-Relief ; Section Droits

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin

Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Evaluation réalisée avec l appui du F3E pour ELECTRICIENS SANS FRONTIERES (257 Ev) Evaluation du Projet «Pour un service d hydraulique pérenne» dans l Atacora au Bénin Date : Mai 2008 Auteur : Daniel THIEBA

Plus en détail

Bulletin humanitaire Haïti. La campagne de vaccination orale contre le choléra en Haïti atteint ses objectifs. Au sommaire FAITS SAILLANTS

Bulletin humanitaire Haïti. La campagne de vaccination orale contre le choléra en Haïti atteint ses objectifs. Au sommaire FAITS SAILLANTS Bulletin humanitaire Haïti Numéro 44 Septembre 2014 Au sommaire FAITS SAILLANTS Lutte contre l épidémie de choléra : près de 185,000 personnes ont reçu le vaccin contre le choléra dans trois départements

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A.

Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. Epidémiologie des accidents de la route au Togo BENISSAN A. SETODJI K. ABALO A. YAWOVI K. KOUSSOUGBO K. DOSSIM A. INTRODUCTION Moyens de transport = élément clé de expansion économique; Certains effets

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

De l intérêt croissant des bailleurs humanitaires pour l environnement

De l intérêt croissant des bailleurs humanitaires pour l environnement 44 w Dossier De l intérêt croissant des bailleurs humanitaires pour l environnement Par Blanche Renaudin Une étude portant sur l intégration de l environnement dans le secteur humanitaire 1 a été commanditée

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

BULLETIN DU CLUSTER SANTE

BULLETIN DU CLUSTER SANTE 1 BULLETIN DU CLUSTER SANTE SITUATION SANITAIRE SUITE AU CONFLIT ARME AU NORD MALI 11 AVRIL 2013 N 2 Points Clefs Situation sécuritaire toujours imprévisible dans les régions du nord notamment à Kidal

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux Cadre de travail Avec le soutien d ECHO, ACF a publié au second semestre 2012 une série de fiches techniques pour aider

Plus en détail

d Assurance Agricole du

d Assurance Agricole du Compagnie Nationale d Assurance Agricole du Sénégalé www.cnaas.sn cnaas@cnaas.sn NOTRE STATUT Fruit d un Partenariat Public Privé, la CNAAS est une société anonyme avec Conseil d Administration dadministration

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan

Asie centrale. Environnement opérationnel. Kazakhstan. Kirghizistan. Ouzbékistan. Tadjikistan. Turkménistan Environnement opérationnel Kazakhstan Kirghizistan Ouzbékistan Tadjikistan Turkménistan Les abondantes réserves de pétrole et de gaz de l Asie centrale expliquent en partie l importance géopolitique que

Plus en détail

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning.

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning. COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : CONDITIONS PRÉALABLES... 2 DESCRIPTION

Plus en détail

B. Positionnement stratégique dʼun 2e vecteur héliporté

B. Positionnement stratégique dʼun 2e vecteur héliporté B. Positionnement stratégique dʼun 2e vecteur héliporté CMH1 - Positionnement & développement 1.Positionnement dʼun 2ème hélicoptère wallon 2.Etude cartographique 3.Analyse cartographique 4.Analyse de

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Le risque inondation : comment s en protéger?

Le risque inondation : comment s en protéger? Franck Boston PRÉVENTION ET SÉCURITÉ Le risque inondation : comment s en protéger? RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité Le principal risque naturel susceptible d affecter l Île-de-France est

Plus en détail

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est

Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est SOIXANTE-HUITIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A68/INF./4 Point 20 de l ordre du jour provisoire 15 mai 2015 Situation sanitaire dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est Le Directeur

Plus en détail

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE

PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE PROJET CANTINE ET PROMOTION DE L HYGIENE EN MILIEU SCOLAIRE A TANGASSOGO ET GAH RAPPORT DE MISE EN OEUVRE Mai 2013 INTRODUCTION Le projet cantine et promotion de l hygiène en milieu scolaire est la suite

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012.

16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012. 16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012. Propos recueillis par Frantz Duval Le gouvernement veut en finir avec les logements précaires. Le programme 16/6 se

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION D EVALUATION RAPIDE DE LA SITUATON HUMANITAIRE DES PERSONNES DEPLACEES INTERNES DE «ACT Forum MALI» Mars 2013 Version finale

RAPPORT DE LA MISSION D EVALUATION RAPIDE DE LA SITUATON HUMANITAIRE DES PERSONNES DEPLACEES INTERNES DE «ACT Forum MALI» Mars 2013 Version finale RAPPORT DE LA MISSION D EVALUATION RAPIDE DE LA SITUATON HUMANITAIRE DES PERSONNES DEPLACEES INTERNES DE «ACT Forum MALI» Mars 2013 Version finale Source : OIM, Point de suivi des flux des populations,

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE 60 000 000 d habitants 30 000 000 de logements, dont : 26 000 000 de résidences principales, 2 000 000 de logements vacants, 2 000 000 de résidences secondaires, Sur les

Plus en détail

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal

Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Projet de création d'un centre de santé (dispensaire - maternité) à Diabal - Sénégal Organisme sollicitant la demande Association Pour le Développement de Diabal - Sénégal 10 rue de vannes 29 200 Brest

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

AFAFA 2013. Formation d animateurs en agroécologie SÉNÉGAL. «Reverdir le Sahel» Pratiques agroécologiques dans le bassin de Fatick

AFAFA 2013. Formation d animateurs en agroécologie SÉNÉGAL. «Reverdir le Sahel» Pratiques agroécologiques dans le bassin de Fatick AFAFA 2013 Formation d animateurs en agroécologie SÉNÉGAL «Reverdir le Sahel» Pratiques agroécologiques dans le bassin de Fatick Localisation du programme «Reverdir le Sahel» développé par AFAFA Cʼest

Plus en détail

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017

Cameroun. Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Cameroun Projet de descriptif de programme de pays 2013-2017 Le projet de descriptif de programme de pays relatif au Cameroun (E/ICEF/2012/P/L.35) a été présenté au Conseil d administration pour examen

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Le Réseau de Systèmes d Alerte Précoce contre la Famine Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Ouagadougou, Burkina Faso 18-20 Novembre 2013 Plan A. Qu est-ce que FEWS NET? B. Les

Plus en détail

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation

Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Présentation du programme ANO et de la démarche de capitalisation Le programme ANO (Assainissement Nord Ouest) a été mis en œuvre par un consortium de trois associations : o Action contre la Faim (ACF),

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

TCHAD, MAURITANIE, NIGER & BURKINA FASO

TCHAD, MAURITANIE, NIGER & BURKINA FASO UK PARIS FRANCE LYON BARCELONE FICHES TECHNIQUES ESPAGNE MAURITANIE BURKINA FASO NIGER TCHAD LIBAN GÉORGIE TURQUIE ARMÉNIE SYRIE TERRITOIRE PALESTINIEN OCCUPÉ AZERBAÏDJAN IRAK AFGHANISTAN PAKISTAN NÉPAL

Plus en détail

Comment améliorer la motivation du personnel?

Comment améliorer la motivation du personnel? Comment améliorer la motivation du personnel? Un personnel motivé représente un atout clé pour une organisation. Motiver le personnel doit être un des objectifs majeurs de la gestion des ressources humaines.

Plus en détail

Petit guide des évaluations rapides conjointes des besoins en matière d éducation. Le Cluster Éducation. mondial

Petit guide des évaluations rapides conjointes des besoins en matière d éducation. Le Cluster Éducation. mondial Petit guide des évaluations rapides conjointes des besoins en matière d éducation Le Cluster Éducation mondial Petit guide des évaluations rapides conjointes des besoins en matière d éducation Le Cluster

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE Une réunion de restitution de la rencontre des représentants de la société civile avec la délégation de l Union européenne le 21 Novembre 2014 en vue

Plus en détail