Critique des conditions de la durabilité : application aux indices de développement durable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Critique des conditions de la durabilité : application aux indices de développement durable"

Transcription

1 Travail de fin d études DEA en gestion de l environnement IGEAT-ULB Critique des conditions de la durabilité : application aux indices de développement durable Bruno Kestemont Sous la direction du Prof Edwin Zaccaï (CEDD-IGEAT-ULB) Président du jury : Prof Walter Hecq (CEESE-ULB) Membres du jury : Prof Christian Vandermotten (IGEAT-ULB) Prof Pierre Cornut (IGEAT-ULB) Prof Daou Joiris (Centre d Anthropologie culturelle ULB) 1

2 REMERCIEMENTS Je tiens tout d abord à remercier vivement le professeur Edwin Zaccaï de m avoir fait confiance initialement, puis de m avoir conseillé, orienté judicieusement et encore encouragé puis relu pendant la préparation de ce travail. Je suis un pur produit du CEESE, où le professeur Walter Hecq m a aidé à faire mes premiers pas dans la recherche sur les indicateurs et modèles d environnement et de développement durable, et qui n a jamais refusé, depuis, de m abreuver de ses connaissances étendues et de ses conseils. Les professeurs Daou Joiris et Christian Vandermotten m ont donné chacun dans leur domaine des conseils et orientations déterminantes pour les voies que j ai décidé de creuser, quoiqu il me reste pas mal de chemin à parcourir dans leur direction. Je pense que feu le professeur Paul Duvigneaud avait réussi à m enseigner la fibre du «développement durable» avant qu on n en parle en ces termes. En me laissant partir étudier les flux écologiques d un village indien, en guise de mémoire d agronomie, il devait peut-être se douter du «choc» de ce genre de vécu sur les certitudes de l occidental rationnel «écologiste» et «développeur» bien trempé que j étais à la fin de mes études. Le véritable enseignement, je le dois au peuple de Guinée-Bissau, en particulier mes homologues guinéens et mes voisins balantes de Caboxanque ainsi qu à leurs interprètes culturels que furent Channah Bentein et Dominique Temple. Il me faut dans cette optique encore remercier tous les partenaires des projets «suivis» par ma femme et qui passent à la maison se confronter à mes questions parfois saugrenues sur le développement durable en Afrique: Assane Diop, Sogi Ndiaye, Juliette Compaore, Hortense Yameogo, Gabriel Sobgo, Zéphyrin Belemzigri etc. Je n oublie pas Véronique Wemaere ni le Dr.Moussa Badji, respectivement ma femme et mon cousin à plaisanterie qui, en bons cerveaux du développement, ne se laissent pas impressionner par le premier argument théorique venu. Cela ne se fait pas, mais je vais quand même remercier feu ma grand-mère, pour un sens étonnant des générations passées et futures, et ma mère et encore ma femme pour le sens des générations présentes que je néglige parfois. Je dois enfin tout particulièrement remercier le Dr. Marc Totté d avoir accepté de lire le manuscrit et de discuter plusieurs des thèses avancées. Je suis redevable à mon employeur, l Etat belge, pour m avoir attribué un crédit de formation pour la réalisation de ce travail. Je m arrangerai pour que ce travail ne tombe pas dans les mains des oubliés. 2

3 L AUTEUR Ingénieur agronome «tropical» de l ULB après avoir séjourné 6 mois dans un village indien pour un mémoire en écologie humaine, BK a ensuite travaillé à un projet de crédit rural dans le Sud de la Guinée-Bissau. Il y a séjourné pendant 2 ans et demi dans un village de riziculteurs balantes à partir duquel il a visité une centaine de villages des 13 ethnies différentes. Il revint comme chercheur au Centre d Economie politique de l ULB où il mena pendant 4 ans une étude (néoclassique) des disparités de développement en Belgique. Dans le même temps, il suivit les cours de la licence en Civilisation africaine. Il se consacra aussi à plusieurs études, avec le Professeur Hecq, sur les échanges de droits de polluer et les émissions atmosphériques du secteur énergétique. Il travailla ensuite trois ans comme consultant, en particulier au sein de la DG-Environnement (Task- Force de l Agence européenne de l environnement) sous la direction du professeur Bourdeau, puis pour le Forum international de bioéthique, l Agence européenne de l environnement et des bureaux d étude en environnement. Las de courir après les contrats, il revint à l ULB (CEESE) pour une banque de métadonnées sur le développement durable. Il est aujourd hui responsable des statistiques de l environnement à l INS et réalise des études pour Eurostat. 3

4 TABLE DES MATIERES PREAMBULE...8 INTRODUCTION GENERALE...9 Objectifs...11 Objectif général...11 Objectif spécifique...11 Résultats attendus...13 HYPOTHESES...14 Introduction...14 Hypothèses implicites...14 Les mobiles du commanditaire...16 Hypothèses explicites...17 Hypothèses sur les théories du développement économique...17 Hypothèses philosophiques...17 Hypothèses sur les indicateurs et la science :...18 PREMIERE PARTIE : MODELES ECONOMIQUES DU DEVELOPPEMENT INSOUTENABLE...20 INTRODUCTION...21 CHAPITRE I. LA PLACE DE L ECONOMIE DANS LE DEVELOPPEMENT DURABLE...22 Introduction...22 Définition du développement durable...22 Le rôle central de l économie...23 Délimitation du domaine d intervention de l économie...24 Différentes manières d étendre le domaine d action de la science économique?...27 La victoire du modèle néoclassique : est-elle méritée?...29 Conclusion...31 CHAPITRE II. LA THEORIE NEOCLASSIQUE...32 Introduction...32 Rappel des hypothèses de la théorie néoclassique...32 L utilitarisme...33 L hypothèse de croissance infinie...34 Hypothèse de rationalité des acteurs, et hypothèse d efficience informationnelle des marchés...34 Le domaine d intervention de l économie de l environnement...38 Quelques exemples récents d avatars de la théorie néoclassique...40 Les recettes du FMI créent la pauvreté...40 Les règlements de l OMC menacent la survie écologique et la sécurité alimentaire...41 La démocratie suivant le modèle néoclassique...42 Les limites de l internalisation des coûts sociaux et environnementaux...43 Les limites de la dématérialisation de l économie...45 Conclusion...46 CHAPITRE III. QUELLES ALTERNATIVES?...48 Nouveaux modèles économiques

5 Le modèle chinois...50 Economie écologique (le lien entre environnement et économie)...51 Conclusion...51 DEUXIEME PARTIE : ELARGIR LES HORIZONS...53 INTRODUCTION...54 CHAPITRE I. MÉTHODE DE RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE...55 Introduction...55 Le processus politique : l indispensable participation...55 Modes de participation dans la prise de décision...57 Le processus scientifique : ouvrir le débat...57 La recherche participative...59 Méthode...62 Méthode de participation virtuelle...62 CHAPITRE II. L ÉCONOMIE DE RÉCIPROCITÉ...66 De l observation anthropologique à la réciprocité...66 La sphère relationnelle...66 La réciprocité...68 L économie de réciprocité, la réciprocité dans l économie, et les générations futures...71 Ce qui compte dans la réciprocité, c est la relation elle-même, non ses protagonistes...75 Réciprocité et charité...77 Réciprocité, animisme, religions et environnement...78 Les critiques du modèle de l identité culturelle...79 L exercice du droit des peuples à l autodétermination...80 La réciprocité dans l Afrique moderne...83 La réciprocité dans l Afrique rurale...84 L approche de la vieillesse en occident...88 La réciprocité dans la culture occidentale...89 Echanges intéressés dans les économies de réciprocité...89 Le monde moderne est-il dans une phase avancée de développement?...91 L enseignement de Darwin...92 Les peuples réciproques sont-ils anhistoriques?...94 Résistance chez les Balantes...94 Enseignements...97 Mais la culture occidentale est-elle vraiment dominée par l économie marchande?...97 et par la raison? Conclusion CHAPITRE III. INTÉGRATION DES DIMENSIONS DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Introduction Modèles, langage commun, unités communes et réductionnisme Quelques enseignements de la robotique Outils politiques Outils mathématiques : comment agréger des dimensions différentes Le coût de l addition des pommes et des poires

6 Modèle étendu, avec externalités et internalités L intégration de plusieurs dimensions L indispensable prise en compte du «reste du monde» Externalités et internalités Conclusion CHAPITRE IV. VERS UNE THÉORIE GÉNÉRALE DES EXTERNALITÉS? Introduction Modèle général à une dimension Les stocks sous un nouveau regard Les externalités/internalités ne sont pas symétriques Il n est pas possible de symétriser les relations entre dimensions Généralisation du modèle d externalités, à plusieurs dimensions Les externalités ne sont pas additives Toute substitution a un coût Premiers enseignements Principe de non substituabilité L hypothèse d externalitsé/internalités additionnelles négatives Conclusions TROISIEME PARTIE : INDICES ET INDICATEURS DE DEVELOPPEMENT DURABLE INTRODUCTION CHAPITRE I. APPROCHES PRINCIPALES POUR MESURER LE DEVELOPPEMENT DURABLE Les jeux d indicateurs Le PIB et les comptes nationaux étendus Le PIB Les comptes nationaux étendus Les systèmes de comptabilité environnementale et sociale Les comptes biophysiques Les indices à poids égaux Les indices à poids inégaux Le problème de pondération Les analyses d éco-efficience CHAPITRE II. CRITIQUES COMMUNES A LA PLUPART DES ESSAIS D INDICATEURS DE DEVELOPPEMENT DURABLE Introduction Les préférences ne sont pas linéaires Problèmes de responsabilité et d affectation Responsabilités en horizons successifs Etude de cas. La crédibilité de l Environmental Sustainability Index du World Economic Forum : entre perception et réalité Choix des variables Base de comparaison des pays Méthode d agrégation d indicateurs différents Imports/exports de problèmes environnementaux Méthode d estimation des changements au cours du temps Estimation des données manquantes Crédibilité des variables de base

7 Qu en est-il d autres variables? Impact des erreurs sur le classement Pourquoi un tel succès? Impacts secondaires de l ESI Conclusion Conclusion sur les indicateurs et indices CHAPITRE III. EXEMPLES DE PRISE EN COMPTE DU «RESTE DU MONDE» Introduction NAMEA et la répartition des émissions suivant les producteurs ou les consommateurs Approche des émissions intégrées dans les produits Empreinte écologique, déficit écologique Conclusion CHAPITRE IV. ANALYSE ET COMPARAISON DE QUELQUES INDICES Introduction Des classements opposés L horizon de quelques indices courants Conclusions préliminaires CONCLUSION ANNEXES ANNEXE I : Modèles de développement selon Bajoit L évolution des modèles de développement d après Guy Bajoit (adapté d Iteco, 2003, Bajoit 1990 et 1997) Parenté entre théories du développement et idéologies de l industrialisation (Bajoit, 1990) Discussion ANNEXE II: ajustements structurels en Guinée-Bissau ANNEXE III : Economie et durabilité: conflit ou convergences? ANNEXE IV : Les célèbres Bijagos, coupés du monde? ANNEXE V : La puissance intrinsèque de l Avoir ANNEXE VI : La propriété privée BIBLIOGRAPHIE

8 PREAMBULE Ce travail de fin d étude de DEA est conçu comme une version préliminaire de la thèse de doctorat dans laquelle il s inscrit. Il est par conséquent incomplet. En particulier, les chapitres sont ouverts à toute critique et suggestion: des lectures peuvent encore en renforcer ou en nuancer l argumentation. Le travail est en outre loin d avoir abouti à sa fin. Après avoir critiqué l existant et proposé des voies de recherche, il reste à : -approfondir l analyse des indices actuels -définir de manière plus exacte des critères d évaluation des indices ou indicateurs de durabilité globale ; -étudier la faisabilité d un «social footprint», voir d un «footprint» tout court en terme de durabilité globale; Nous espérons être alors à même d aider la recherche d indices de développement durable à se focaliser ou au moins à éviter les voies probablement sans issues du style du «PIB vert». 8

9 INTRODUCTION GENERALE On assiste aujourd hui, dans les sphères de décision ayant un impact planétaire, à une poussée néolibérale sans précédent, fort critiquée par le courant altermondialiste, les groupes de pression écologistes et les pays du tiers monde, mais peu entravée dans la pratique. Ces mouvements contestataires, dans leur diversité, n ont en effet apparemment aucune alternative mobilisatrice sous la main. Il ne suffit en effet pas seulement de critiquer, mais aussi de donner de l espoir, un projet de société. Le développement durable pourrait être la base de cette alternative, même si ou parce que ses contours sont assez flous. La pensée néolibérale tend à réduire l implication de l Etat, donc des régulations, au strict minimum «pour favoriser une concurrence parfaite». Avec ou sans l aide des Etats capitalistes, elle se répand dans les sphères de décision. Sur le plan économique, elle s inspire de la théorie néoclassique. Or, cette théorie repose, nous le verrons, sur des fondements fragiles. Le plus préoccupant est sans doute qu elle ignore les «externalités» sociales et environnementales, spatiales et temporelles. Autrement dit, l application orthodoxe et dogmatique de la théorie néoclassique peut mener : -à l épuisement des ressources naturelles ; -à la saturation des capacités de renouvellement de l environnement (pollutions) ; -à des catastrophes distributionnelles (famines, etc) ; -à des problèmes éthiques divers ; -à la perte de diversité en général (biodiversité, diversité culturelle, ) ; -à des conflits violents; -à des accidents d impact planétaire (nucléaire, effet de serre, trou d ozone, ) ; -à l explosion démographique ; -à l oubli des générations futures. Bref, la durabilité du développement n est pas inscrite dans la théorie néoclassique. Après avoir rapidement passé en revue quelques théories économiques alternatives, nous chercherons à identifier la meilleure méthode de travail possible pour contribuer à la recherche sur une problématique à cheval entre la connaissance scientifique et la négociation politique. Nous verrons alors si la théorie de la réciprocité ne peut pas servir de point de départ vers une théorie établissant les liens entre les sphères sociales, économiques et environnementales. L anthropologie montre des exemples d intégration des différents aspects du développement durable dans de nombreuses cultures. Le problème d intégration de dimensions «incomparables» n est pas une sinécure. Surtout s il s agit de trouver des indicateurs ou indices montrant le chemin du développement durable de manière simple et persuasive. Ceci nous mènera naturellement à creuser la notion d externalité : ce concept n est-il pas générique à la problématique du développement durable? Nous tenterons sans grande conviction de formuler une théorie générale des externalités et verrons quels 9

10 enseignements on peut en tirer : le développement durable peut-il être mis en formules? Quelques initiatives permettant la «prise en compte du reste du monde» seront présentées à titre d exemple et comme source d inspiration pour le futur. Ces exemples seront choisis dans le domaine de l environnement, comme souvent dans ce travail de DEA en «gestion de l environnement». L objectif est cependant de dépasser la dualité économie-environnement. Une théorie générale n est pas encore à l ordre du jour, mais ces initiatives vont peut-être dans la bonne direction. La construction d indicateurs de développement durable joue un rôle de véhicule d information, de catalyseur de débats et de construction culturelle d un projet de société commun à l ensemble de l Humanité. Les indices, en particulier ceux qui opèrent des classements entre pays plus ou moins «modèles» sur la voie du développement durable, comme l Empreinte écologique du WWF ou l ESI (environmental sustainability index) du Forum économique mondial, ont en particulier une force de communication qui en font des catalyseurs médiatiques puissants. Une analyse critique de certains d entre eux nous permettra de «sentir» en pratique à quels écueils supplémentaires on peut s attendre. Un petit tableau tentera ensuite de dessiner les contours flous de critères devant permettre de tester la pertinence des différents indices pour le développement durable. Cette partie du travail servira en fait surtout à discuter vers quelle direction la recherche d indices pourrait s orienter, mais sans conclusion définitive. 10

11 Objectifs Objectif général Ce mémoire est une contribution à la création d outils destinés à aider les décideurs au sens large (y compris le grand public) à adopter un mode de développement qui soit durable au niveau local mais surtout au niveau global, càd qui ne mette pas en danger l Humanité d aujourd hui, par exemple à l autre bout de la planète, ni les générations futures. Objectif spécifique L'objectif est de mettre en place un cadre d analyse permettant de dégager des alternatives aux indices socio-économiques ou environnementaux les plus populaires pour tenter d'établir une prise en compte plus complète de différentes composantes du développement durable, en particulier les externalités spatio-générationnelles et les points de vue culturels. Beaucoup d indices ou indicateurs représentent des agrégations ou proxies. Nous allons essayer d expliciter les théories sous-jacentes de quelques indices de développement durable et analyser leur prise en compte des différentes externalités. Le terme «externalités» sera défini au sens le plus large, incluant toute influence, négative ou positive d une évolution sur : -d autres lieux (le reste du monde), d un point de vue géographique, en particulier le tiers monde ; -d autres temps, en particulier les générations futures ; -d autres domaines (par exemple, impact du marchand sur le non marchand, de l économique sur l environnemental, du culturel sur l économique etc.) -et ce à des horizons différents L idée maîtresse est que tout modèle de développement, qu il soit élaboré ou non, est limité par son cadre de référence et ses hypothèses, et ne permet pas d observer ce qu il ne prévoit pas et qu on appellera externalités. Le terme désigne à l origine tout impact d une décision économique marchande sur d autres sphères «sans valeur marchande», par exemple la qualité de l air. Mais une décision de protection du tigre, sur base écologique, engendrera également des «externalités» sur la sphère économique (par exemple, un coût d opportunité des forêts protégées, non disponibles pour des activités marchandes). L élaboration de normes de production pour un pays donné peut entraîner une délocalisation vers d autres pays aux normes moins sévères (exemple : travail des enfants, normes environnementales), auquel cas la croissance peut se faire au détriment d autres pays. La croissance d un pays peut également se faire au prix d une acculturation, de la perte de valeurs éthiques fondamentales. Notre thèse est que beaucoup d indicateurs sont biaisés par leur négligence des externalités (spatiales en particulier), ce qui peut renforcer artificiellement des conclusions opérationnelles prédéterminées et «non durables». Les méthodes et indices de la littérature seront donc présélectionnés en vue d un test futur suivant des points de vues spatiaux, culturels, philosophiques et contextuels 11

12 contrastés. Soumis au «regard de l autre», ils révéleront peut-être des forces et faiblesses en tant qu outils soi-disant «scientifiques», «universels», ou «exportables». Nous partirons du postulat qu un bon modèle de développement durable, et les indicateurs qui en découlent, devraient résister au test d universalité pour la portion où cette universalité est indispensable (le niveau global). En effet, l objectif supérieur étant universel («sauver la planète», «sauver l humanité»), il doit exister, par delà l inévitable diversité spatiale et temporelle, par delà le «pluriversalisme nécessairement relatif» (Latouche, 2001), des conditions communes, des règles de vie minimales applicables à tous, une sorte de «dix commandements» pour que l humanité puisse se développer de manière équitable et soutenable. Les psychologues, les anthropologues et même les généticiens savent bien que des «structures élémentaires» unissent les humanités les plus diverses. Si par contre il faut choisir des indicateurs adaptés aux contextes 1 c est qu il n existe pas de théorie suffisamment robuste du développement durable global. A partir de ces utopiques «indicateurs incontestables», construits sur le socle élémentaire commun, il devrait être possible de construire un indice synthétique, aussi parlant que l Ecological footprint ou que l Environmental sustainability index, mais moins facile à critiquer ou, au moins, lançant le débat dans d autres directions. 1 adaptés à l échelle, aux conditions du lieu, au public visé et à chaque niveau de soutenabilité (voir Zaccaï, 2002 p. 217), 12

13 Résultats attendus A partir de l explication de quelques modèles et indices courants, nous espérons construire in fine des critères d évaluation des indices, ou une typologie permettant d en situer les domaines de pertinence. La manière dont sont prises en compte les différentes formes d externalités interviendra dans ces critères. Après avoir mis en évidence les principales limites des cadres conceptuels courants du développement durable, nous tenterons de présenter des voies d amélioration sur base des apports de la théorie de la réciprocité. L intégration des différentes théories sociales, économiques et écologiques à un modèle de développement durable sera à peine abordée dans le cadre restreint de ce mémoire. Une rapide analyse des principaux indices devrait permettre de dresser un cadre conceptuel pour la détermination future d indices de développement durable prenant en compte les horizons plus ou moins lointains : «reste du monde» sur le plan géographique, générationnel et thématique. 13

14 HYPOTHESES Introduction Le développement durable est à la croisée de la Science et du Politique: -De la Science parce qu il se déroule sous certaines contraintes objectives, mesurables scientifiquement, comme par exemple l épuisement des ressources naturelles. -Du Politique parce qu il s agit d un projet de société. Le caractère subjectif du développement durable impose une délimitation du sujet suivant des hypothèses et choix de valeurs propres à chacun. Les conclusions seront différentes suivant que, par exemple, on attache la plus haute valeur à l égalité ou à la liberté individuelle, au respect de traditions ou à la performance etc 2. On ne pourrait donc pas parler de développement durable sans poser un cadre de travail, une «vision du monde». Comme la science doit garder une image de neutralité, les enjeux de chacun s expriment parfois dans la manière d orienter les recherches ou de présenter les résultats. Il faut donc trouver une méthode scientifique, en sciences du développement durable, qui permette d éviter autant que possible l écueil de la fausse objectivité. Nous commencerons donc par poser nos hypothèses de travail. Pour rompre avec la tradition, et pour répondre à la préoccupation de nombreux auteurs issus des pays du Tiers Monde, abordons pour commencer le problème de notre propre référentiel culturel. Hypothèses implicites La culture du chercheur et les mobiles du commanditaire peuvent influencer les résultats. Exposer ces modèles implicites sur papier peut contribuer à éviter quelques pièges de fausses vérités. La culture et l histoire de vie de chacun déterminent une manière de voir le monde qui lui est propre. Il semble généralement admis que de grandes «cultures», voire «civilisations» transcendent la culture de chacun. Verhelst (1996) définit la culture comme «l ensemble complexe des solutions qu une société humaine hérite, adopte ou invente pour relever les défis de son environnement». Nous partirons du postulat que chacun a non pas une mais des appartenances culturelles, sa culture personnelle se situant à la croisée de plusieurs cultures. 2 On partira du principe qu il «n y a pas de valeurs qui soient transcendantes à la pluralité des cultures pour la simple raison qu une valeur n existe comme telle que dans un contexte culturel donné» (Latouche, 2001). 14

15 «Les contours des cultures sont flous, indéfinis, interpénétrés ( ) et évoluent sans cesse de sorte qu il est impossible de définir à quelle culture quelqu un appartient (de Sardan, 1995, p.71). Les linguistes ont montré que la langue était un support de culture 3. Si la nature (le contexte de vie matérielle et social) intervient également dans la culture 4, Godelier (1984) a montré que la culture déterminait plus la manière d appréhender la nature que l inverse. Les replis identitaires auxquels on assiste en période de crise s articulent souvent autour de religions ou de langues 5 (sinon de race ou de prétextes éthiques travestis). La formation et l expérience de vie façonnent également une partie importante de la culture de chacun. Les universitaires du monde entier trouvent facilement des terrains d entente. De même, les paysans ou les chasseurs-cueilleurs, les chefs d état ou les esclaves, les adultes ou les enfants, les hommes ou les femmes, les dominants ou les exclus ont, de manière transversale, des «zones de culture» semblables. Par la culture de chacun, j entends donc ici une perception particulière, à la croisée entre son genre, son appartenance linguistique, philosophique ou religieuse, sociale, son âge, son statut familial, son histoire personnelle, mais aussi ses conditions matérielles ou sa «classe sociale». Les groupes culturels sont donc nécessairement diffus, et l identification culturelle est en partie conjoncturelle et historique. Tous ces groupes culturels diffus ont des codes et des représentations de «parties du monde» qui combinées, font la représentation du monde de chacun. Si l on combine les 6800 langues dans le monde (UNESCO, 2001), les deux sexes, et toutes ces composantes, cela fait beaucoup de «groupes culturels» (parfois minuscules) très différents les uns des autres. Les chercheurs n y échappent pas. Ils font déjà partie, pour la plupart, des «scientifiques», ce qui biaise certainement leur réflexion 6. 3 Les trois classes de substantifs (féminin/masculin/neutre) des langues européennes structurent inconsciemment le monde d une autre manière que les 14 classes bantoues par exemple (Grégoire, 1989). Leenhardt (1947) s appuie sur la langue pour décrire les fondements de la culture canaque qui se trahit tant par le choix du vocabulaire (ce que l on nomme et ce que l on ne distingue pas, les analogies) que de la grammaire (manières différentes d exprimer notre «possessif» par exemple). 4 Pour Marx, ce n est pas la conscience des hommes qui détermine leur être ; c est inversement, leur être social qui détermine leur conscience (Politzer, 1936, p. 209). La notion de classes sociales en est à mon avis une vision réductrice. 5 Le conflit iraquien suscite l appel à la solidarité «arabe» ou «musulmane». L alliance occidentale se trouve fracturée et des voix s élèvent pour la remplacer par l Anglosphère, qui constituerait une uniformité de civilisation, un «empire de liberté» (Ponnuru, 2003). 6 Des théoriciens affirment que les étudiants étrangers aux USA sont des «immigrants de l Empire puis des émigrants de l Empire» véhiculant ses valeurs en particulier, «les économistes viennent apprendre à croire au libre-échange, les juristes et les politologues viennent apprendre à croire à la démocratie libérale et à l Etat de droit» (Kurth, 2003). Le comportement moderne, occidental, de la plupart des élites du Tiers Monde, voir des Nations-Unies, pourrait refléter ce point de vue. Comment dès lors ne pas considérer comme Feyerabend (1979, p.332) que la Science «n est qu une des nombreuses formes de pensées qui ont été développées par l homme, mais pas forcément la meilleure?». Tout dépend bien entendu comment on définit le mot «science». On l entend ici de manière très normative, telle qu elle est institutionnalisée dans les universités, et qui s oppose aux disciplines dites «douces». Zimmerman (1971, p. 54) considère que «la science est inévitablement politique» et explique le scientisme américain par la «conviction que la science était bonne pour le 15

16 D autre part, l appartenance des chercheurs et des développeurs au monde moderne (d autant plus s il s agit de chercheurs occidentaux), biaise aussi certainement leur réflexion. Bajoit (1990) relève que les quatre principales théories sociologiques et politiques du développement sont toutes issues du modèle culturel des sociétés industrielles et, à ce titre, ethnocentristes. Les mobiles du commanditaire Le commanditaire est celui qui pose les questions auxquelles une recherche doit apporter des réponses. Mais «il est bien certain par ailleurs que la manière même de poser les questions interdit parfois la réponse ou fait que la réponse est interprétable autrement» (Godelier, 1977). Comme nous avons vu que la science du développement durable ne peut pas prétendre à l objectivité, il est légitime de se poser la question des mobiles du commanditaire de toute étude. Les perceptions de l environnement peuvent varier fortement, même en restant scientifiques, suivant les convictions des chercheurs (voir Zaccaï et al, 2003) ou des commanditaires. De même, toute étude sur le développement porte en elle des a priori sur la validité des indicateurs utilisés. Ce travail est influencé par les conceptions de l écologie économique (Faucheux,1995), avec une forte préoccupation tiers-mondiste. Autant l Environnementaliste sceptique (Lomborg, 2001) et beaucoup de conseillers économiques américains influents semblent croire aux vertus écologiques du seul marché, autant ce courant de pensée part du postulat que le développement durable ne peut se faire sans intervention d autres formes de pouvoirs. Si ce travail arrivait à refléter ce qu un paysan «pauvre et déconnecté» (Sachs et al, 2002) aurait «commandité» en matière d indicateurs de développement durable, une partie des objectifs serait atteint. De même que dans un service public, on s efforce d être au service de chacun, on essayera dans cette recherche d être au service de ce paysan moyen improbable de l autre bout du monde, et des «générations futures». Vaste programme pour lequel nous nous joignons aux millions de gens séduits par le concept mobilisateur de «développement durable». bien-être à long terme du capitalisme américain, et ce qui était bon pour la capitalisme américain était bon pour l humanité» tout en dénonçant le caractère parfois monstrueux de l utilitarisme ou du dogmatisme scientifique (recherche de La Vérité, rationalisme froid) dans l Occident du XXè siècle. On pourrait aussi définir la science comme «un ensemble de méthodes pour augmenter la réflexivité et qui peut prendre différentes formes selon les cultures» (Totté, 2003). 16

17 Hypothèses explicites En plus des hypothèses implicites ou inconscientes liées à la culture, la science, la manière de poser les questions ou les mobiles du commanditaire, le présent travail repose sur une série d hypothèses sans lesquelles le raisonnement qui suit ne tiendrait plus. Au moins, si le lecteur ne croit vraiment pas à ces hypothèses, il ne perdra pas son temps à lire la suite 7. A quelques exceptions près marquées d un «*», nous ne démontrerons pas ces hypothèses qui ont été démontrées ou développées par ailleurs 8. Contentons-nous pour l instant d une simple liste. Hypothèses sur les théories du développement économique -notre développement actuel n est pas durable (voir Rees, Daly, Lux, etc)* -le modèle économique néoclassique ne peut, intrinsèquement, pas mener au développement durable (voir Goldsmith, Faucheux etc) * -l internalisation des coûts sociaux et environnementaux inter ou intragénérationnels est un emplâtre sur une jambe de bois*; -il faut donc trouver des alternatives (voir Faucheux et Noël)* -ces alternatives sont possibles, elles passent par une théorie englobante qui dépasse la seule sphère marchande (voir Passet etc) -les notions de capital total (et de capacité de charge) ont un rôle à jouer dans la définition du développement durable, sous certaines conditions* -l économie écologique propose une voie intéressante (voir Rees, Faucheux etc) -les théories d empreinte écologique peuvent être généralisées à une théorie d empreinte multidimensionnelle (notamment empreinte sociale et empreinte temporelle) Hypothèses philosophiques Commençons par trois hypothèses apparemment contradictoires 9 : -il existe, au-delà des différences culturelles, des principes humains fondamentaux sur lesquels on peut asseoir une théorie générale du bien être et du développement durable 10 -principe de relativité générale du concept de développement (voir Zaccaï, 2002), ce qui risque de mettre à mal l hypothèse précédente* 7 Si les hypothèses néoclassiques avaient été rappelées à chaque démonstration, que de temps l humanité aurait gagné! 8 Pour l essentiel, on se reportera aux publications de la mouvance «Ecological economics» ou la publication «L Ecologiste», version française de «The Ecologist». 9 Une manière de résoudre leur contradiction apparente serait de penser qu il devrait y avoir un principe général de développement durable auquel tout le monde pourrait adhérer, du type : un développement qui ne mette pas en cause la survie de la collectivité la plus large (mondiale) et qui prend des formes très différentes selon les cultures et l appréhension des limites temporelles et spatiales de cette «collectivité». Selon cette acceptation, les USA auraient par exemple une définition très restreinte liée à des «limites» exiguës : c est avant tout le développement des USA et aujourd hui. Le troisième principe dit, suivant cette conception, que le politique est primordial pour réguler les intérêts divergents et les rapports de force qui «orientent» les manières de penser ce développement (Totté, 2003). 10 hypothèses partagées par Sen, 1999, et le courant utilitariste par exemple, mais que nous devrons vérifier 17

18 -la science ne pourra jamais maîtriser le développement durable : celui-ci sera toujours un art politique dans lequel intuition, participation et négociations sont inévitables (principe d irréductibilité à une vérité unique, principe de subjectivité)*; Nos autres hypothèses philosophiques sont, dans le désordre : -la fin est dans les moyens et, pour le développement durable, aucun horizon ne peut être sacrifié : si l éthique est indispensable pour les finalités, elle l est aussi pour les moyens d y arriver.* -la participation aux prises de décision est essentielle au processus de développement durable (voir Bauler, 2003)* -cette participation est également nécessaire à la recherche d un développement durable* -principe de transition scientifique (impact culturel différé des innovations majeures de connaissance fondamentale) : la majorité des décideurs (du public aux scientifiques) baignent dans une atmosphère culturelle correspondant aux connaissances scientifiques d il y a plus d une génération (ex : darwinisme social, théories économiques, évolutionnisme en anthropologie culturelle etc), et le savant n y échappe pas nécessairement, en dehors de sa spécialité. Cette particularité a des implications sur la décision et sur la recherche multidisciplinaire ;* 11 -quelle que soit la théorie, on ne devrait jamais perdre de vue les hypothèses sousjacentes.* -le «reste du monde» (au sens le plus large) doit être pris en compte pour la durabilité* Hypothèses sur les indicateurs et la science : -les indicateurs sont un outil utile d aide à la décision, mais ils doivent être développés dans ce cadre englobant -le développement d indicateurs de développement durable est une affaire de science et de politique (voir Boulanger et al, 2003, p. 6). -ils ne peuvent représenter qu un modèle imparfait de la réalité 12 -il n est pas possible de construire un indice unique parfait* (Zaccaï, 2002, Vandermotten et Marissal, 1998), mais les indicateurs peuvent servir dans un contexte d aide multicritère et multiacteurs à la décision (voir Vincke, 1989); -hypothèse optimiste du capital de connaissance: si le capital de connaissance (pas seulement scientifique) augmente, le potentiel de développement durable s agrandit ; -les préférences ne sont pas linéaires* 11 par manque de temps, nous devrons analyser cette hypothèse intuitive dans un prochain travail. Il semble par exemple que les économistes surestiment les capacités de la science (Keyfitz, 1994), que les notions d économie du commun des mortels restent limitées aux grands principes économiques développés par A. Smith en 1776, que la théorie évolutionniste, dépassée en anthropologie, influence encore beaucoup de décideurs, que des théories racistes du début du siècle continuent à alimenter des interprétations «sérieuses», que la théorie économique néoclassique elle-même est devenue la base d une grand partie des politiques économiques alors que la nouvelle génération de chercheurs tend à la remettre en cause 12 «Mais il faut à ce moment-là que le modèle explique tout ce qui a été collecté sur le terrain, tout. La description empirique devrait être expliquée, reproduite dans un modèle, et non pas appauvrie dans un modèle. Un modèle ne doit pas laisser tomber la moitié des faits.» (Godelier, 1977). 18

19 -le développement durable est un processus autoévolutif et d autoéducation; il se pourrait que des indicateurs (auto)évolutifs en logique floue 13 puissent nous aider à cerner le «comportement» du développement durable 14 -il y a des indicateurs «durables», utiles sur le long terme, et des indicateurs conjoncturels, indispensables sur le court terme -des critères de robustesse inter dimensionnelle peuvent aider à sélectionner un noyau dur d indicateurs plus ou moins «durables» (nécessité de tester les indicateurs dans un cadre multidimensionnel, notamment interculturel)* 13 Càd où un gradient de probabilité d être sur un chemin de développement durable remplace la notion habituelle de «bon» ou «mauvais» (voir Faucheux et Noël, 1995, pp ). Ce point est lié à la non linéarité des préférences, à laquelle on a ajouté un processus d auto-apprentissage, d autosugestion (donc d autocorrélation : ce que l on pense aujourd hui est lié à ce que l on pensait hier, indépendamment de toute «vérité» objective). 14 L idée est inspirée de ce qui se passe en robotique, où d après Floreano (2002), l'autoévolution (même simplement logicielle) est la clé de l'intelligence, la modélisation classique étant trop faible pour résoudre des problèmes complexes. La recherche d une solution peut être déterministe (modélisation) ou au contraire aléatoire ; le dernier cas est illustré par le comportement des fourmis. Or les indicateurs relèvent habituellement de la modélisation. Mais comme ils s appliquent à un système complexe, une voie à creuser serait peut-être des formes de modélisation simplistes (règles de base) appliquée de manière aléatoire au système. Remarquons que la théorie néoclassique relève sans doute de cette dernière catégorie. 19

20 PREMIERE PARTIE : MODELES ECONOMIQUES DU DEVELOPPEMENT INSOUTENABLE 20

Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de dév...

Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de dév... 1 sur 5 25/10/2007 4:04 Critique des conditions de la durabilité: application aux indices de développement durable. Bruno Kestemont Mémoire de DEA Version révisée, 2004 IGEAT-ULB Sous la direction du Prof

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse La Nouvelle Controverse Pour sortir de l impasse controverse_001-176.indd 3 06/01/14 11:23 «La voie prise depuis deux siècles ne peut que conduire à une impasse tragique». Hans Jonas Le Principe Responsabilité.

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Des cartes pour comprendre un monde complexe

Des cartes pour comprendre un monde complexe Des cartes pour comprendre un monde complexe Propositions de séquences en TES/L et en TS sur le cours introductif de géographie par Damien LOQUAY, EEMCP2 en Tunisie Ce que disent les programmes Terminale

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013

ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques. ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 ECO L1 - - Qu est-ce que l économie? modèles micro et macroéconomiques - ECO L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2013 PLAN DE LA CONFERENCE Introduction à l Analyse économique - Maximisation

Plus en détail

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES 1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES DESCRIPTION L analyse des parties prenantes est une approche structurée permettant de comprendre un système en précisant l intérêt, les besoins et les préoccupations

Plus en détail

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie»

«Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» «Bases de données géoréférencées pour la gestion agricole et environnementale en Roumanie» Dr. Alexandru BADEA Directeur Applications Spatiales Agence Spatiale Roumaine Tél : +40(0)744506880 alexandru.badea@rosa.ro

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations 2011 Cher membre, cher sympathisant, Comme vous le savez peut-être déjà, les équipes d Ingénieurs Sans Frontières vous offrent la possibilité de vous investir à travers une grande

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES COLLECTION RENCONTRES EUROPÉENNES UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES Éditeur : Catherine FLAESCH-MOUGIN 2 0 0 9 ISBN 978-2-8027-2696-8 D / 2009 / 0023 / 34 2009 Etablissements

Plus en détail

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE

CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI UN ESSAI DE SYNTHESE CHAPITRE VI : UN ESSAI DE SYNTHESE Introduction 1) La relation dialectique entre dynamiques démographiques et développement 2) Les dynamiques démographiques et les théories

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION SUR L EAU, L ENVIRONNEMENT, LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET LES GRANDS PARCS Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique 484, route 277, Saint-Léon-de-Standon,

Plus en détail

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques

Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques COMITE CONSULTATIF DE BIOETHIQUE Avis n 5 du 9 février 1998 relatif à la protection des inventions biotechnologiques Demande d avis, en date du 22 février 1996, de Monsieur Elio Di Rupo, Vice-Premier Ministre,

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

«Planète cherche éco-construction. Ici et là, des solutions durables au quotidien»

«Planète cherche éco-construction. Ici et là, des solutions durables au quotidien» CONFERENCE DE LA CITE DES SCIENCES Mercredi 24 janvier 2007 OKSANA MONT, professeur à l International Institute for industrial environmental economics, Université de Lund, Suède «Planète cherche éco-construction.

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Ecoles européennes Bureau du Secrétaire Général Ref. : 2010-D-441-fr-5 Orig. : FR PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Préambule aux programmes SUIVI DU COMITE PEDAGOGIQUE MIXTE DES 9,

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières

L action publique a conduit à l élaboration de type top down la politique agrocarburant et permis la construction de quatre modèles de filières Perceptions et Jeu d acteurs dans la construction de l action publique et des modes de gouvernance dans la filière agrocarburant burkinabé et les effets structurants potentiels sur le développement du

Plus en détail

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020

solutions Investir dans des Plan stratégique 2015-2020 International Development Research Centre Centre de recherches pour le développement international Investir dans des solutions Plan stratégique 2015-2020 LE MOT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL Je suis très fier

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 4ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Santé et numérique Thème de la journée contributive : Junior ESSEC 04/02/2015

Plus en détail

Code d'éthique de la recherche

Code d'éthique de la recherche Code d'éthique de la recherche Ce texte reprend le code d'éthique de la FPSE de l'université de Genève, avec une adaptation des références aux instances académiques. Cette version est plus particulièrement

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Indicateurs de développement durable et SNDD

Indicateurs de développement durable et SNDD Indicateurs de développement durable et SNDD Christian Brodhag DIDD Séminaire mercredi 13 juin 2007 Les grandes dates du développement durable 1972 Conférence des Nations Unies sur l environnement, Stockholm

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs? Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif,

Plus en détail

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE

Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Chapitre 2 LE CAS PRATIQUE Demande de conseil. Le cas pratique est un exercice juridique qui, à l instar d une personne se trouvant en situation de litige avec autrui, demande conseil. C est un exercice

Plus en détail

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI

LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI ÉDITORIAL LES NON-ALIGNÉS D HIER À AUJOURD HUI MICHEL ROGALSKI Privé de la présence de Fidel Castro pour cause de maladie, le XIV e Sommet des Non-alignés s est tenu en septembre 2006 à La Havane. L usage

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

La necessité de cr6er un lieu, i L ORSTO, où l on pourrait

La necessité de cr6er un lieu, i L ORSTO, où l on pourrait AVANT-PROPOS En janvier 1985, I ORSTOM, Institut Français de Recherche Scientifique pour le Développement en Coopération, décidait d organiser en collaboration avec le CIE, Centre International de l Enfance,

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre

La crise écologique. Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre La crise écologique Perspectives anticapitalistes pour la préservation de la vie sur Terre Qu est-ce que la crise écologique? Le réchauffement climatique? La destruction des forêts? La fin du pétrole?

Plus en détail

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION Un texte d accompagnement au séminaire de la FORRES 2006 Guy Pelletier, Professeur Université de Sherbrooke Il n y a pas d ascension dans l exercice

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Appel à contributions 43 ème Congrès de l'uplegess EM Strasbourg Business School - 27-30 mai 2015

Appel à contributions 43 ème Congrès de l'uplegess EM Strasbourg Business School - 27-30 mai 2015 Appel à contributions 43 ème Congrès de l'uplegess EM Strasbourg Business School - 27-30 mai 2015 Les voix de l Europe : pratiques plurilingues, identités et circulation des savoirs L Europe est-elle un

Plus en détail

Libéralisation dans l assurance accidents

Libéralisation dans l assurance accidents Libéralisation dans l assurance accidents Exposé de Lucius Dürr, Directeur de l Association Suisse d Assurances, présenté à la conférence de presse du 25 janvier 2006 Mesdames, Messieurs, Ainsi que le

Plus en détail

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance?

Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 mars 2015 à 13:38 Chapitre 1 Quelles sont les sources de la croissance? Notions : PIB, IDH, investissement, progrès technique, croissance endogène, productivité

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

LES RELATIONS PUBLIQUES

LES RELATIONS PUBLIQUES Andrea Catellani, Caroline Sauvajol-Rialland LES RELATIONS PUBLIQUES Préfaces Jean-Luc Letouzé Thierry Libaert DES MÊMES AUTEURS Caroline Sauvajol-Rialland, Infobésité, Vuibert, 2013. Caroline Sauvajol-Rialland,

Plus en détail

Cérémonie d ouverture (Beijing, 25 février 2010) M. Assane Diop Directeur exécutif Bureau international du Travail, Genève ***

Cérémonie d ouverture (Beijing, 25 février 2010) M. Assane Diop Directeur exécutif Bureau international du Travail, Genève *** 2010 International Forum on Economic Globalization and Trade Unions International Financial Crisis and the Role of Trade Unions Employment Crisis and Sustainable Development Cérémonie d ouverture (Beijing,

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE?

LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE? LA VERITABLE EGALITE EST-ELLE SOUHAITABLE? Vincent Aubert, chercheur-associé à Etopia Décembre 2008 www.etopia.be 111111 Page 1 sur 5 La véritable égalité est-elle souhaitable? La façon dont la question

Plus en détail