Aperçu critique sur les dispositions de la loi Alur relatives au contrôle de l usage d habitation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aperçu critique sur les dispositions de la loi Alur relatives au contrôle de l usage d habitation"

Transcription

1 1157 ÉTUDE IMMOBILIER LOGEMENT La loi n du 24 mars 2014 (Alur) modifie, sans bouleversement, certains aspects du contrôle de l usage d habitation issu de l ordonnance n du 8 juin 2005 et de la loi n du 4 août Une série de mesures contribue à étendre le champ territorial du contrôle tout en lui apportant quelques retouches techniques. Les dispositions les plus importantes, et les plus discutées par les parlementaires, s attachent à recadrer le développement des meublés de tourisme. L ensemble est entré en vigueur le 27 mars Aperçu critique sur les dispositions de la loi Alur relatives au contrôle de l usage d habitation L Étude rédigée par Guillaume Daudré et Patrick Wallut Guillaume Daudré est notaire assistant. Patrick Wallut est notaire honoraire. 1 - La loi Alur «vise à mettre en œuvre une stratégie globale, cohérente et de grande ampleur destinée à réguler les dysfonctionnements du marché, à protéger les propriétaires et les locataires, et à permettre l accroissement de l offre de logements dans des conditions respectueuses des équilibres des territoires» 1. Il n est guère surprenant que ses auteurs se soient intéressés à la réglementation des changements d usage : celle-ci demeure un outil de protection des logements existants dans les centres urbains où s exerce une forte pression pour transformer ceux-ci en bureaux, commerces ou cabinets de professions libérales. Ce texte fournit l occasion au pouvoir normatif d apporter quelques adaptations ou compléments d ordre 1 V. l exposé des motifs du projet de loi. LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N AVRIL 2014 Page 33

2 1157 ÉTUDE IMMOBILIER technique (1), avec en ligne de mire les locations meublées touristiques (2). Toutes ces mesures ont passé avec succès le filtre du contrôle de constitutionnalité, à l exception d une seule jugée trop contraignante pour les copropriétaires 2. Nombreuses sont les dispositions de la loi Alur qui nécessitent un décret d application. Celles ici commentées n en font pas partie et ne prévoient pas de dispositif transitoire. Par conséquent elles sont entrées en vigueur le lendemain de la publication de la loi au Journal officiel, soit le 27 mars Dispositions communes à l ensemble des changements d usage 2 - La loi nouvelle procède à divers ajustements des dispositions du Code de la construction et de l habitation (CCH) relatives aux changements d usage des locaux d habitation. A. - Champ d application territorial du contrôle de l usage 1 Application aux zones franches urbaines (L. n , 24 mars 2014, art. 17) 3 - L article L du CCH édictait que «Les dispositions de l article L ne sont pas applicables dans les zones franches urbaines». La raison en est aisément compréhensible ; au sein de ces zones défavorisées, dans lesquelles le rapport emploi/habitat est le plus souvent défavorable à l activité professionnelle ou commerciale, il avait été souhaité par le législateur que puissent s implanter librement, soit des professions libérales, soit des activités industrielles ou commerciales génératrices d emplois et de services de proximité. 4 - Il est donc étonnant que la loi Alur abroge l article L Les raisons en restent obscures, ce d autant que l exposé des motifs du projet de loi et les débats dans chacune des assemblées ne nous éclairent pas sur la cause de cette abrogation 3, ni d ailleurs sur ses effets sur la pérennité des changements d usage opérés sous le bénéfice de l article L Faculté d extension aux communes situées dans les «zones tendues» (L. n , 24 mars 2014, art. 16, 3 ) 5 - L article L du CCH prévoyait déjà une faculté d extension aux communes non visées par l article L Le maire, qui est pourtant l acteur principal du contrôle de l usage, n est pas compétent pour décider de son application lorsqu elle apparaît opportune et peut seulement proposer à l autorité administrative de prendre la décision d extension. 6 - La loi Alur modifie la procédure existante mais uniquement pour les communes appartenant à une zone d urbanisation continue de plus de habitants définie à l article 232 du Code général des impôts (CGI). Pour rendre applicable l article L sur tout ou partie du territoire de ces communes, une délibération de l organe délibérant de l établissement public de coopération intercommunale (EPCI) compétent en matière de plan local d urbanisme (PLU) ou, à défaut, du conseil municipal, suffira désormais. 7 - L article 232 du CGI concerne la taxe annuelle sur les logements vacants ; elle «est applicable dans les communes appartenant à une zone d urbanisation continue de plus de cinquante mille habitants où existe un déséquilibre marqué entre l offre et la demande de logements, entraînant des difficultés sérieuses d accès au logement sur l ensemble du parc résidentiel existant ( )». La liste des communes où la taxe est instituée est fixée par décret. 8 - Il était inusuel, jusqu à présent, que le champ territorial du contrôle de l usage se base sur un texte fiscal ; cette référence n en est pas moins pertinente si l on considère que cette taxe a vocation à s appliquer dans les zones où les tensions immobilières sont les plus fortes. Et, outre le fait que d autres mesures de la loi Alur prennent appui sur l article 232 du CGI, cet article est devenu par ailleurs, notamment à la suite de récentes réformes du droit de l urbanisme, un critère d application géographique de diverses dispositions totalement extérieures au droit fiscal. 9 - En application du décret n du 10 mai 2013, 1151 communes sont actuellement visées par l article 232, ce texte visant non seulement les communes de plus de habitants, mais également l ensemble des communes, petites ou grandes, jouxtant celles-ci 4. Il est douteux que, sauf nécessité ponctuelle, la majorité de ces communes limitrophes des métropoles se sentent concernées par la police de l usage. À moins que certaines d entre elles soient encouragées dans cette voie par l attrait nouveau que 2 Cons. const., déc. 20 mars 2014, n DC. 3 Selon les rapporteurs de la Commission des affaires économiques au Sénat, cette abrogation serait «pleinement cohérente» avec les autres dispositions de la loi Alur renforçant la régulation de la location meublée temporaire (Rapport n 65, 9 oct. 2013, p. 99). Il est néanmoins permis de douter que les locations touristiques soient fréquentes dans les ZFU 4 Agglomérations concernées : Ajaccio, Annecy, Arles, Bastia, Bayonne, Beauvais, Bordeaux, Draguignan, Fréjus, Genève Annemasse, Grenoble, La Rochelle, La Teste-de-Buch Arcachon, Lille, Lyon, Marseille Aix-en-Provence, Meaux, Menton Monaco, Montpellier, Nantes, Nice, Paris, Saint-Nazaire, Sète, Strasbourg, Thonon-les-Bains, Toulon, Toulouse. Page 34 LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N AVRIL 2014

3 ÉTUDE IMMOBILIER 1157 constitue le contrôle renforcé des locations meublées saisonnières (V. infra II, B)? Un nouveau problème surgit : le contrôle de la récurrence des locations, et où met-on la barre? Celles-ci y trouveront une incitation supplémentaire à la poursuite des contrevenants! B. - Pouvoirs des agents assermentés (L. n , 24 mars 2014, art. 15) 10 - L article L du CCH est complété afin de doter les agents assermentés de la Ville de Paris et des communes de la petite couronne où le service du logement est départemental des mêmes prérogatives que les agents des services municipaux des autres communes Ces agents sont habilités à visiter les locaux à usage d habitation et, en cas de carence de l occupant ou du gardien du local, ils peuvent, au besoin, se faire ouvrir les portes et visiter les lieux en présence du commissaire de police (CCH, art. L ). Ils constatent les conditions dans lesquelles sont effectivement occupés les locaux et ils peuvent recevoir toute déclaration et se faire présenter par les propriétaires, locataires ou autres occupants des lieux toute pièce ou document établissant ces conditions (CCH, art. L ). C. - Perception des amendes et astreintes versées par les contrevenants (L. n , 24 mars 2014, art. 18) 12 - Le produit des amendes et astreintes prononcées par le juge judiciaire en cas d infraction aux dispositions de l article L sera attribué à la commune dans laquelle est situé l immeuble (CCH, art. L modifié) Auparavant le produit des amendes était intégralement versé à l Agence nationale de l habitat (ANAH). Ce versement au profit d un établissement public d État avait été mis en place bien avant la décentralisation des compétences opérée en la matière par la loi n de modernisation de l économie du 4 août 2008 ; aussi n est-il pas incohérent que le montant des sanctions financières soit aujourd hui affecté au budget des communes ayant la charge du contrôle de l usage. 2. Dispositions particulières aux logements meublés 14 - Ce sont, à l évidence, les mesures relatives aux locations meublées qui retiendront l attention car c est là que résident les nouveautés les plus significatives et les plus attendues 6. A. - Définition des locations meublées constituant un changement d usage (L. n , 24 mars 2014, art. 16, 1 et 2 ) 15 - Un alinéa destiné à définir les meublés soumis au contrôle de l usage est inséré à la fin de l article L : «Le fait de louer un local meublé destiné à l habitation de manière répétée pour de courtes durées à une clientèle de passage qui n y élit pas domicile constitue un changement d usage au sens du présent article» Cette précision laisse le lecteur quelque peu dubitatif. Était-il nécessaire de rappeler que ce type d occupation ne constitue pas de l habitation au sens de l article L , alors que cet article édicte déjà que sont «des locaux destinés à l habitation ( ) les locaux meublés donnés en location dans les conditions de l article L », c est-à-dire ceux constituant la résidence principale du preneur? Sauf à considérer qu il importait de préciser que, l article L indiquant que «Constituent des locaux destinés à l habitation toutes catégories de logements et leurs annexes, y compris», l énumération qui suit n est pas limitative et qu il convenait expressément d en exclure la location meublée pour de courts séjours. La jurisprudence parisienne ne s y était pas trompée et avait déjà considéré que les locations meublées qui se situaient hors du champ d application de l article L du CCH ne rentraient pas dans la définition de l habitation au sens de l article L Cette lecture des textes pouvait se recommander de réponses 5 Cette précision légale procure une meilleure assise juridique à la jurisprudence sur la force probante des éléments produits par les contrôleurs assermentés de la ville de Paris, V. CA Paris, pôle 1, 3 e ch., 4 sept. 2012, n 11/ Comme en témoigne une littérature abondante et parfois critique, v. notamment dans la presse juridique : M. Pialoux, Les locations meublées de courte durée vs CCH et copropriété : Rev. loyers 2013, p L. de Redon et M. Seraine, La location saisonnière d un bien meublé à Paris : qui peut faire quoi, où et comment? : Loyers et copr. 2013, étude L. Goutalier, L affectation de logements d habitation en appartements meublés pour des locations de courte durée (à vocation touristique ou de loisir) : Cahiers Cridon Lyon 2012, n 64, p G. Daudré et P. Wallut, Locations meublées de courte durée. Le permis de louer à Paris : JCP N 2012, n 15, act. 429 ; Loyers et copr. 2012, alerte D. Blaise, Locations meublées touristiques de locaux d habitation d habitation à Paris : des infractions sanctionnées en l absence d autorisation préalable de changement d usage : AJDI 2012, p V. Canu, Les locations meublées touristiques à Paris : D. 2012, p V. Canu et A. Rebibo, Changement d usage et location meublée de courte durée : Gaz. Pal. 18 sept. 2010, p CA Paris, pôle 1, 3 e ch., 24 mai 2011, n 10/23802 : AJDI 2011, p. 532, note G. Daudré - CA Paris, pôle 1, 4 e ch., 8 juin 2012, n 11/ CA Paris, pôle 1, 3 e ch., 4 sept. 2012, n 11/21971 : Loyers et copr. 2012, repère 9, par J. Monéger - CA Paris, pôle 1, 2 e ch., 5 déc. 2013, n 12/ LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N AVRIL 2014 Page 35

4 1157 ÉTUDE IMMOBILIER ministérielles qui annonçaient une évolution législative dont la loi Alur est l aboutissement La nouvelle rédaction de l article L introduit une relative flexibilité dans la caractérisation du changement d usage : ce n est pas le recours occasionnel à la location meublée de courte durée, mais la répétition de ces locations à une clientèle de passage qui n élit pas domicile dans le logement, qui est assujettie à autorisation. Échappe donc au régime de l autorisation préalable de changement d usage toute location d un local meublé destiné à l habitation qui ne répond pas à l un des critères édictés par les nouvelles dispositions de l article L C est le cas notamment, mais pas seulement, du logement loué dans les conditions fixées par l article L , ainsi que le suggère la décision du Conseil constitutionnel Un nouveau problème surgit : le contrôle de la récurrence des locations, et où met-on la barre? Le législateur n encadre pas la période de référence pendant laquelle la répétition révèle un changement d usage. Et, dans le souci d éviter tout effet de seuil, il ne précise pas davantage la notion de «courte durée» : s agit-il uniquement, comme le laissent entendre les débats parlementaires 9, de la location meublée saisonnière à la nuitée ou à la semaine principalement destinée aux touristes, ou s agit-il également de la location meublée temporaire, de plusieurs mois, destinée aux personnes en situation de transition de logement? REMARQUE Les bailleurs devront donc rester prudents, tant les critères liés à la périodicité et à la durée des locations laissent une marge d appréciation importante à l Administration et, le cas échéant, au juge La définition des locations contrôlées est assortie d une exception figurant au dernier alinéa d un nouvel article L A : «Lorsque le local à usage d habitation constitue la résidence principale du loueur, au sens de l article 2 de la loi n du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n du 23 décembre 1986, l autorisation de changement d usage prévue à l article L du présent code ou celle prévue au présent article n est pas nécessaire pour le louer pour de courtes durées à une clientèle de passage qui n y élit pas domicile» Selon l article 2 de la loi n du 6 juillet 1989, luimême modifié par la loi Alur, «La résidence principale est entendue comme le logement occupé au moins huit mois par an, sauf obligation professionnelle, raison de santé ou cas de force majeure, soit par le preneur ou son conjoint, soit par une personne à charge au sens du Code de la construction et de l habitation». Cette définition sert notamment à délimiter le domaine d application du nouveau statut d ordre public des contrats de location de logements meublés (art nouveau, L. n , 6 juill. 1989) dont la durée légale demeure pourtant fixée à un an minimum et neuf mois pour les étudiants (L. n , 6 juill. 1989, art nouveau) L exception de la résidence principale est bienvenue pour les loueurs en meublés. Elle concerne toutes les autorisations de changement d usage, y compris les autorisations temporaires (V. infra 2, B). La ville de Paris, en ce qui la concerne, avait déjà officiellement admis cette exception. REMARQUE Le propriétaire (ou le locataire autorisé par son bailleur 12 ) doit pouvoir librement, si le local demeure sa résidence principale, soit louer certaines des pièces de son logement en chambres d hôtes, soit le louer en totalité lorsqu il s absente de celui-ci pour des vacances ou un déplacement professionnel de relative courte durée Mais, l exception une fois admise, restent les limites de son application : s il s agit de la location provisoire de l entier logement, quelle est la limite de durée acceptable sur l année? La référence à l article 2 de la loi du 6 juillet 1989 apporte une réponse précise. Une occupation effective pendant huit mois par le loueur, son conjoint ou une personne à charge est suffisante sauf circonstances justifiant une occupation d une durée moindre ; le reste de l année, le logement peut être loué sans qu il soit exigé d obtenir une autorisation de changement d usage, ni de déposer une déclaration auprès de la mairie (C. tourisme, art. L modifié). B. - Régime d autorisation temporaire (L. n , 24 mars 2014, art. 16, 2 ) 23 - Un nouvel article L A accorde aux communes la faculté d instaurer un régime d autorisation limitée dans le 8 Rép. min. n et : JOAN Q, 11 juin 2013, p Rép. min. n : JOAN Q, 10 sept. 2013, p ; JCP N 2013, n 38, act JO Sénat CR 23 oct V. à titre de comparaison, la jurisprudence sur l assujettissement à l IS des SCI donnant habituellement en location des locaux meublés, CE, 28 déc. 2012, n : Rec. CE 2012, tables p. 715 et 719 ; AJDI 2013, p. 843, obs. J.-P. Maublanc. 11 La loi Alur introduit dans la loi de 1989 un nouveau Titre Ier bis intitulé «Des rapports entre bailleurs et locataires dans les logements meublés résidence principale» auquel renvoie l article L du CCH. 12 Ce qui ressort de l emploi du mot «loueur» par le dernier alinéa de l article L A du CCH. Page 36 LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N AVRIL 2014

5 ÉTUDE IMMOBILIER 1157 temps et soumise à des critères spécifiques pour les locations meublées 13 constitutives d un changement d usage : «Une délibération du conseil municipal peut définir un régime d autorisation temporaire de changement d usage permettant à une personne physique de louer pour de courtes durées des locaux destinés à l habitation à une clientèle de passage qui n y élit pas domicile. La délibération fixe les conditions de délivrance de cette autorisation temporaire par le maire de la commune dans laquelle est situé l immeuble après avis, à Paris, Marseille et Lyon, du maire d arrondissement concerné. Elle détermine également les critères de cette autorisation temporaire, qui peuvent porter sur la durée des contrats de location, sur les caractéristiques physiques du local ainsi que sur sa localisation en fonction notamment des caractéristiques des marchés de locaux d habitation et de la nécessité de ne pas aggraver la pénurie de logements. Ces critères peuvent être modulés en fonction du nombre d autorisations accordées à un même propriétaire. Si la commune est membre d un établissement public de coopération intercommunale compétent en matière de plan local d urbanisme, la délibération est prise par l organe délibérant de cet établissement. Le local à usage d habitation bénéficiant de cette autorisation temporaire ne change pas de destination, au sens du 2 du I II de l article L du Code de l urbanisme. Lorsque le local à usage d habitation constitue la résidence principale du loueur, au sens de l article 2 de la loi n du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n du 23 décembre 1986, l autorisation de changement d usage prévue à l article L du présent code ou celle prévue au présent article n est pas nécessaire pour le louer pour de courtes durées à une clientèle de passage qui n y élit pas domicile» Ce dispositif offre une grande souplesse de mise en œuvre aux collectivités ; en pratique, il suscite plusieurs difficultés : La «délibération du conseil municipal» (ou de l EPCI) constitue-t-elle une modification du règlement municipal en vigueur, s il existe? Si la ville (ou l EPCI) n a pas établi de règlement communal, peut-elle, indépendamment, prendre une telle délibération ne visant que les autorisations temporaires pour les locations meublées? Cette délibération «peut définir un régime d autorisation temporaire» ; cette initiative est laissée au bon vouloir de l organe délibérant, qui en fixe les limites et modalités selon les caractéristiques locales et la nécessité de ne pas aggraver la pénurie de logements ; ainsi, sur le territoire d une même commune, les quartiers touristiques pourront être soumis à des règles différentes des autres secteurs. Le terme «temporaire» doit-il s entendre sur la durée de validité de l autorisation? Ou faut-il comprendre que la possibilité accordée au bailleur est limitée à certaines périodes de l année? Le bailleur doit être «une personne physique» ; on en comprend bien la raison : le législateur veut écarter de ce dispositif dérogatoire les sociétés qui font profession de loueurs en meublés saisonniers ; mais fallait-il, pour autant, en exclure les sociétés civiles immobilières à caractère familial? Qu est-ce que «louer pour de courtes durées»? S agit-il de toute location d une durée inférieure au délai de huit mois visé à l article 2 de la loi du 6 juillet 1989 définissant la résidence principale du preneur? Ou de toute location d une durée inférieure au délai d un an visé par l article 25-7 de la même loi fixant la durée minimum des contrats de locations meublées à titre de résidence principale? Mais peut-être le législateur entend-il voir fixer par la délibération la durée de chaque location en nombre de jours, semaines ou mois? La délibération doit déterminer «les critères de cette autorisation» ; l application en est sans doute délicate et certains critères seront difficiles à définir ; des conditions restrictives, qui imposeraient par exemple une durée minimum trop longue aux contrats de location meublée, aboutiraient, dans les faits, à une interdiction D autres points méritent d être relevés : La question de la péremption de l autorisation temporaire se pose du fait du silence de la loi ; selon la lecture que donne le Conseil constitutionnel de l article L A, il appartient aux autorités locales «de préciser les conditions dans lesquelles cette autorisation temporaire cesse de produire effet», étant précisé «qu une telle autorisation, à la différence de celle prévue à l article L , ne peut voir sa délivrance subordonnée à une compensation sous la forme d une transformation concomitante en habitation de locaux ayant un autre usage». Aucune procédure de changement de destination n est à prévoir au titre du droit de l urbanisme ; cette précision pourrait s avérer utile à Paris où, en vertu du PLU actuel, les locations meublées qui ne relèvent pas de l article L du CCH appartiennent à la destination Hébergement hôtelier (et non à la destination Habitation). En revanche le régime d autorisation temporaire ne prétend pas déroger à l application des dispositions du Code du tourisme relatives aux meublés de tourisme. En l absence de délibération définissant un régime d autorisation temporaire, ces locations ne sont pas interdites, cependant elles restent soumises au régime de droit commun des articles L et L ; par exemple à Paris, en application du règlement adopté par le Conseil de Paris en décembre et 13 On s étonne de l imprécision du texte qui omet d indiquer que seules sont visées les locations «meublées» ainsi qu en attestent les travaux préparatoires et les discussions parlementaires particulièrement animées sur ce sujet. 14 P. Wallut, L heure de la décentralisation pour le contrôle du changement d usage de logements : JCP N 2009, n 13, LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N AVRIL 2014 Page 37

6 1157 ÉTUDE IMMOBILIER modifié en février , il demeure nécessaire d obtenir, selon la procédure actuelle, une autorisation préalable de changement d usage avec compensation, sauf si le logement constitue la résidence principale du loueur. C. - Accord préalable de l assemblée générale des copropriétaires (L. n , 24 mars 2014, art censuré) 26 - L article 19 de la loi Alur prévoyait d insérer un article L B ainsi rédigé : «Si l assemblée générale des copropriétaires d un immeuble relevant du statut de la copropriété souhaite que soit soumise à son accord préalable, à la majorité définie à l article 24 de la loi n du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis, toute demande d autorisation de changement d usage d un local destiné à l habitation faisant partie de la copropriété par un copropriétaire aux fins de le louer pour de courtes durées à une clientèle de passage, elle le décide à la majorité de l article 25 de la même loi. Ces dispositions ne s appliquent pas à l autorisation temporaire mentionnée à l article L A. Le premier alinéa du présent article s applique sans préjudice des éventuelles règles relatives aux modalités d autorisation du changement d usage d un local qui figurent dans le règlement de copropriété de l immeuble, défini à l article 8 de la loi n du 10 juillet 1965 précitée». Ces dispositions ont été déclarées non conformes à la Constitution au motif que le législateur «a ainsi, dans des conditions contraires à l article 2 de la Déclaration de 1789, permis à l assemblée générale des copropriétaires de porter une atteinte disproportionnée aux droits de chacun des copropriétaires» En censurant l article 19 de la loi Alur le juge constitutionnel fait sauter un verrou de taille dont on ne pourra jamais mesurer les retombées réelles même si, compte tenu de l opposition quasi générale des autres copropriétaires à ce type d occupation (et le législateur en a certainement conscience), il est probable qu il aurait été difficile pour un copropriétaire de développer, dans son local d habitation, une telle activité. REMARQUE Les bailleurs continueront donc de bénéficier de la jurisprudence libérale de la Cour de cassation selon laquelle si le règlement de copropriété autorise l occupation des locaux privatifs à usage de professions libérales, la location meublée saisonnière doit pouvoir être pratiquée, dans la mesure où elle ne crée pas de nuisances plus importantes 16. Cette jurisprudence n est pas affectée par la loi Alur et conserve toute sa valeur. D. - Obligation d information des intermédiaires rémunérés (L. n , 24 mars 2014, art. 11) 28 - Devant le constat que le cadre réglementaire n est pas respecté par un nombre important de mises en location, il est apparu nécessaire aux auteurs de la loi Alur de préciser que les intermédiaires rémunérés ont l obligation d informer les loueurs de leurs obligations relatives à la déclaration des meublés de tourisme et à l autorisation de changement d usage Dans ce sens, un article L est introduit dans le Code de tourisme : «Toute personne qui se livre ou prête son concours contre rémunération, par une activité d entremise ou de négociation ou par la mise à disposition d une plateforme numérique, à la mise en location d un logement soumis à l article L du présent code et aux articles L et suivants du Code de la construction et de l habitation, informe le loueur des obligations de déclaration ou d autorisation préalables prévues par ces articles et obtient de lui, préalablement à la location du bien, une déclaration sur l honneur attestant du respect de ces obligations» Sur le fond, la loi n aggrave pas les obligations des intermédiaires immobiliers, tradationnellement tenus par un dévoir général d information ; par contre, elle clarifie et responsabilise le rôle des intermédiaires numériques qui mettent en relation sur internet l offre et la demande de location meublée touristique. Sur la forme, la nouveauté consiste à obtenir du loueur en meublé une déclaration sur l honneur attestant qu il a rempli ses obligations. Reste à savoir si, et dans quelles conditions, ces intermédiaires pourraient se voir reprocher un manque de diligence dans la vérification de la sincérité d une telle déclaration. Pour aller plus loin : G. Daudré et P. Wallut, Changements d usage des locaux d habitation. De l affectation à l usage, la réforme de l article L du CCH - Préface H. Périnet-Marquet : LexisNexis, coll. Litec Professionnels, G. Daudré et P. Wallut, Contrôle de l usage d habitation : de nouvelles règles pour Paris : JCP N 2011, n 13, 1113 ; Loyers et copr. 2011, étude Cass. 3 e civ., 8 juin 2011, n : JurisData n ; Bull. civ. 2011, III, n 97 ; JCP G 2011, doctr. 1298, H. Périnet-Marquet ; Loyers et copr. 2011, comm. 253, obs. G. Vigneron ; AJDI 2012, p. 435, obs. D. Tomasin. Page 38 LA SEMAINE JURIDIQUE - NOTARIALE ET IMMOBILIÈRE - N AVRIL 2014

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES A Paris au moins 30 000 logements ont été soustraits du marché de l habitation pour être loués à des touristes. Le site Airbnb

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot

INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 OBJET. 1/Le plafond de loyer à appliquer afin de pouvoir bénéficier du dispositif Duflot INFORMATION PROFESSIONNELLE UCI n 01 2013 RUBRIQUE Fiscalité Décret 2012-1532 du 29 déc. 2012 NOR : ETLL1240760D Journal officiel du 30 déc. 2012 Loi de finances pour 2013 du 29 déc. 2012 NOR : EFIX1234869L

Plus en détail

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012

Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 Novembre 2011 Recherche d amiante : de nouvelles obligations pour les propriétaires à compter du 1 er février 2012 La réglementation sur l amiante a fait l objet depuis de nombreuses années de plusieurs

Plus en détail

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE APPARTEMENT MEUBLE LOUE POUR DE COURTES DUREES A PARIS PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE DROIT IMMOBILIER 37.000.000 de nuitées en hôtellerie à Paris pour l année 2011 le chiffre d affaire généré rend envieux

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Bureau de la Protection des Locaux d'habitation Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH.

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. LOI «ALUR» COPROPRIETE Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. L immatriculation des copropriétés Chaque copropriété devra être immatriculée

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris

Francis Polizzi, Sous-directeur du permis de construire et du paysage de la rue, Ville de Paris Le caractère exécutoire des décisions prises par le maire sur les demandes d autorisation d urbanisme, la transmission au préfet de ces décisions et le contrôle de légalité. Francis Polizzi, Sous-directeur

Plus en détail

LA VENTE AU DEBALLAGE

LA VENTE AU DEBALLAGE Paris, le 20 juin 2009 Département Administration et Gestion Communales JM/MB : Note n 7 Affaire suivie par Judith MWENDO ( 01 44 18 13 60) LA VENTE AU DEBALLAGE Défini à l article L 310-2 du code de commerce,

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-17-08 N 73 du 11 JUILLET 2008 IMPOT SUR LE REVENU. REDUCTIONS D IMPOT AU TITRE DES INVESTISSEMENTS LOCATIFS REALISES DANS LE SECTEUR

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

PORTANT APPLICATION A LYON DES DISPOSITIONS DES ARTICLES L 631-7 ET SUIVANTS DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION

PORTANT APPLICATION A LYON DES DISPOSITIONS DES ARTICLES L 631-7 ET SUIVANTS DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION REGLEMENT PORTANT APPLICATION A LYON DES DISPOSITIONS DES ARTICLES L 631-7 ET SUIVANTS DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION Article 1 er L autorisation de changement d usage est accordée à titre

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique Depuis le 1er janvier 2009, la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) remplace : - la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 143 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 1 er décembre 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à lutter contre les «marchands de sommeil»,

Plus en détail

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES

PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES PUBLICITE IMMOBILIERE MENTIONS OBLIGATOIRES OU INTERDITES Mise à jour de la Loi du 17 mars 2014 relative à la consommation et de la Loi du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové,

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 58 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la communication des collectivités territoriales, PRÉSENTÉE Par M. Jean-Claude

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES TFB-13 2014 TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BÂTIES EXONÉRATION EN FAVEUR DES ENTREPRISES NOUVELLES POUR LES ETABLISSEMENTS QU ELLES ONT CREES OU REPRIS A UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ Code Général des

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi Alur Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi ALUR - Principales dispositions en copropriété 13/15 Objectif : Les principales dispositions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-702 du 19 juin 2015 modifiant le décret n o 72-678 du 20 juillet 1972 fixant les conditions

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

ARBITRAGE INTERNATIONAL

ARBITRAGE INTERNATIONAL ARBITRAGE INTERNATIONAL LE NOUVEAU DROIT FRANÇAIS DE L ARBITRAGE Yvan GUILLOTTE Avril 2011 La France vient de se doter d un corpus de règles modernes (Décret n 2011-48 du 13 janvier 2011) laissant aux

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS Articles L. 342-1 et L. 342-2 du CCH

Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS Articles L. 342-1 et L. 342-2 du CCH Projet de loi ALUR Article 48 relatif à la création de l ANCOLS suite à adoption en première lecture par les deux chambres Synthèse des points principaux Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 169-11 SUR LES USAGES CONDITIONNELS DE LA VILLE DE CAUSAPSCAL

RÈGLEMENT NUMÉRO 169-11 SUR LES USAGES CONDITIONNELS DE LA VILLE DE CAUSAPSCAL RÈGLEMENT NUMÉRO 169-11 SUR LES USAGES CONDITIONNELS DE LA VILLE DE CAUSAPSCAL MODIFIÉ PAR : Règlement numéro 192-13 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 LES DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.1

Plus en détail

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine

Observatoire Local des Loyers. de l agglomération toulousaine Observatoire Local des Loyers de l agglomération toulousaine Un loyer médian de 10,40 /m² sur l agglomération toulousaine en 2014 En dehors de la localisation, trois paramètres ont une forte influence

Plus en détail

J irai dormir chez vous! La loi Duflot s attaquera-t-elle au short-renting?

J irai dormir chez vous! La loi Duflot s attaquera-t-elle au short-renting? J irai dormir chez vous! La loi Duflot s attaquera-t-elle au short-renting? Atelier présidé par Geneviève Bahler, présidente des hôteliers du Synhorcat Sur Twitter : #defisynhorcat Geneviève BAHLER, Présidente

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Les locations meublées : la règlementation applicable

Les locations meublées : la règlementation applicable Les locations meublées : la règlementation applicable Mise à jour le 3 septembre 2015 Cette fiche technique a été actualisée le 3 septembre 2015 suite à la publication des lois n 2014-366 pour l accès

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux. Version consolidée au 12 octobre 2015

Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux. Version consolidée au 12 octobre 2015 Décret n 2008-512 du 29 mai 2008 relatif à la formation statutaire obligatoire des fonctionnaires territoriaux Version consolidée au 12 octobre 2015 Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat».

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Brèves d actualité : - La loi

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI

DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI DOMICILIATION DES ENTREPRISES ET EXERCICE DE L'ACTIVITE CHEZ SOI 30/01/2014 La domiciliation de l entreprise, correspond à l adresse administrative de l entreprise, qui doit être déclarée au CFE (Centre

Plus en détail

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29

JORF n 0095 du 21 avril 2012. Texte n 29 1 JORF n 0095 du 21 avril 2012 Texte n 29 DECRET Décret n 2012-528 du 19 avril 2012 relatif au fonds d assurance formation des chefs d entreprise exerçant une activité artisanale NOR: EFII1126169D Publics

Plus en détail

Stratégie de développement et de gestion des établissements d hébergement touristique du Vieux-Québec

Stratégie de développement et de gestion des établissements d hébergement touristique du Vieux-Québec Stratégie de développement et de gestion des établissements d hébergement touristique du Vieux-Québec Division de la Gestion du territoire - Juillet 2008 Plan de la présentation Mise en contexte Portrait

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-12-06 N 125 du 25 JUILLET 2006 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. EXONERATION. OPERATIONS REALISEES PAR LES PROTHESISTES DENTAIRES. (CGI, art. 261-4-1

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES.

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. VILLE DE DOLBEAU-MISTASSINI RÈGLEMENT NUMÉRO 1325-07 (Modifié par 1364-08) PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE CRÉDIT DE TAXES AUX ENTREPRISES. PRÉAMBULE : ATTENDU que le conseil municipal de la ville de

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme

La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme La réglementation applicable aux Meublés de Tourisme L article D. 324-1 du Code de tourisme définit les meublés de tourisme comme étant : «Des villas, appartements, ou studios meublés, à l'usage exclusif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Décret n o 2012-124 du 30 janvier 2012 relatif à la mise en œuvre

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

Communauté de Communes du Val de l Ailette LA TAXE DE SEJOUR GUIDE D APPLICATION

Communauté de Communes du Val de l Ailette LA TAXE DE SEJOUR GUIDE D APPLICATION Communauté de Communes du Val de l Ailette LA TAXE DE SEJOUR GUIDE D APPLICATION PRÉSENTATION Pourquoi la taxe de séjour sur tout le territoire du Val de l Ailette? La Communauté de Communes du Val de

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

L ADIL GUADELOUPE VOUS INFORME

L ADIL GUADELOUPE VOUS INFORME Juin 2015 n 015 15 À jour au 1 er juin 2015 Contrats types de location de logement à usage de résidence principale Décret n 2015-587 du 29.5.15 : JO du 31.5.15 / Arrêté du 29.5.15 : JO du 31.5.15 L ADIL

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 482 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 22 mars 2012 PROPOSITION DE LOI visant à lutter contre la pratique de la vente à la découpe, PRÉSENTÉE Par MM. Joël LABBÉ,

Plus en détail

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES

LES HEURES SUPPLEMENTAIRES LES HEURES SUPPLEMENTAIRES Définition Les heures supplémentaires sont toujours celles effectuées au-delà de la durée légale hebdomadaire de 35 heures ou d une durée considérée comme équivalente dans certaines

Plus en détail

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT ET LE LOYER DANS LE PARC PRIVÉ Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 Eléments constitutifs du bail / Page 2 Durée du bail / Page 5 Renouvellement du bail / Page 5 Fixation

Plus en détail

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME Qu est-ce qu un meublé de tourisme? Définitions du Code du Tourisme (art. D324-1 et D324-2) : «Les meublés de tourisme sont des villas, appartements ou studios

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

VILLE DE LA CROIX VALMER. TAXE DE SéJOUR

VILLE DE LA CROIX VALMER. TAXE DE SéJOUR VILLE DE LA CROIX VALMER TAXE DE SéJOUR taxe de séjour Commune de La Croix Valmer Sommaire: - Qu est que la taxe de séjour?... - Qui est assujetti à la taxe de séjour?... - Les tarifs... - Les réductions,

Plus en détail

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux L article 68 de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 (n 2012-1510 du 29 décembre 2012, JO du 4 janvier

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» La location meublée François Longin 1 www.longin.fr Plan La location de biens Le marché de la location meublée Aspects juridiques

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail