Technologies clés, Technologies critiques, quelles stratégies pour l'avenir? SYNTHESE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Technologies clés, Technologies critiques, quelles stratégies pour l'avenir? SYNTHESE"

Transcription

1 Technologies clés, Technologies critiques, quelles stratégies pour l'avenir? SYNTHESE Compagnie européenne d'intelligence stratégique (CEIS) Auteur : Virginie VACCA Décembre 2003 Le contenu de cette étude n'engage que son auteur

2 Note de synthèse Contexte de l étude La France veut protéger ses technologies sensibles. L initiative en cours de Bercy, visant à se doter des capacités d interdire une prise de contrôle étrangère dans des domaines de souveraineté confirme cette volonté. Deux facteurs conjoncturels ont favorisé la prise de conscience, par les décideurs, de cette vulnérabilité : D une part, les rachats de PME/PMI de haute technologie par des fonds d investissements étrangers, comme ce fût encore le cas récemment SAFT, filiale d Alcatel et fournisseur mondial de batteries portables spécialisées pour l aéronautique civile et militaire ou les torpilles D autre part, les mesures restrictives prises par les Etats-Unis quant aux exportations de matériels jugés sensibles à la suite des attentats du 11 septembre, et ses conséquences en terme d approvisionnements pour l industrie de défense. Mais ces épisodes soulèvent surtout une question de fond, celle du choix des technologies à protéger Certes le plan prospectif à 30 ans permet de doter la DGA et le ministère de la défense d une grande visibilité sur les capacités technologiques à préserver ou à développer ; de même, la culture de la double source instaurée par le ministère de la défense vis-à-vis de ses fournisseurs directs, les incitant à doubler au moins leurs sources d approvisionnements, est une précaution capitale. Toutefois, des lacunes se sont installées, d une part à l égard des fournisseurs indirects, et plus encore à l égard de l évolution des technologies clés purement civiles, appelées un jour ou l autre à intégrer nombre de systèmes voir à les remplacer (fût-ce au prix d un important durcissement). Le résultat de ce constat est un besoin grandissant de visibilité sur certaines évolutions technologiques, et surtout sur le tissu mouvant des PME/PMI non directement impliquées dans la défense qui en détiennent les compétences. Pour prévenir les incidents et exploiter au mieux son arsenal juridique, la France doit connaître l étendue et le détail de ce qu elle doit protéger. 13/07/04 Copyright CEIS 2003 Page 1 sur 1

3 Objectifs et périmètre de cette étude Cette étude a pour principal objectif de mettre en place une méthode d identification et d évaluation des technologies critiques spécifiquement adaptée aux problématiques de défense. Pour illustrer cette méthodologie, une liste non exhaustive mais représentative de technologies clés a été identifiée par la CEIS et évaluée par l ADIT, en vue de définir leur degré de criticité. Le périmètre de cette étude privilégie l aéronautique et du spatial, donc dans une large mesure les domaines aéroterrestre et aérospatial (dont C4ISRK, guerre électronique, drones, problématiques liées au traitement de l information, à la propulsion, à la consommation d énergie sur des systèmes embarqués etc.). Les conventions retenues pour cette étude sont les suivantes : Une technologie désigne la mise en œuvre des propriétés fondamentales de la matière pour produire des objets manufacturés [source : ONERA], simples composants ou produits (ensemble de composant remplissant une seule fonction); Une technologie clé, dans le contexte de cette étude, désigne une technologie indispensable à la réalisation ou au fonctionnement d un matériel ou d un système d arme, et par extension le maintien des capacités opérationnelles des forces armées ; Une technologie critique est une technologie clé dotée d un certain nombre de caractéristiques telles que l absence d alternative technologique, le nombre d acteurs qui la maîtrise ou son caractère transversal (lorsque la technologie ou le composant entre dans la fabrication de plusieurs produits ou systèmes de défense) ; Principaux résultats et faits remarquables 1 Market Pull Vs Technology push L identification des technologies clés se situe à l intersection de deux grandes tendances, d une part l évolution des grands besoins de défense, et d autre part celle des technologies dont les avancées voire les ruptures auront des retombées significatives pour la Défense. Le «Market Pull» désigne dans ce contexte l évolution des besoins de défense, ses objectifs capacitaires et les technologies à acquérir ou développer pour les satisfaire. Il englobe plusieurs phénomènes structurels : 13/07/04 Copyright CEIS 2003 Page 2 sur 1

4 L approche capacitaire française et européenne (groupes capacitaires ECAP) : domaines liés à l'appréciation de situation et à la maîtrise de l'information en temps réel, à la défense anti-missiles, aux drones et aux nouvelles techniques de guerre électronique (concept SEAD) ; La double convergence des préoccupations de défense et de sécurité : o Evolution de la défense vers des opérations de maîtrise de la violence, de combat urbain, avec un accent mis sur la planification à froid et à chaud, les moyens de renseignement, la surveillance de la prolifération, la détection des menaces NRBC ou des missiles guidés IR o Renforcement des préoccupations du civil en matière de sécurité depuis le 11 septembre : moyens de surveillance (drones, applications à base de SIG, etc.), équipement d avions de ligne pour la détection de missiles balistiques etc. Auxquels il convient d ajouter la protection des infrastructures sensibles, et le renforcement de la sécurité physique et logique des réseaux. Cette tendance a pour conséquence d accroître le potentiel commercial de produits dérivés de l imagerie, de l électronique et du spatial et leurs dérivés (traitement du signal, liaisons optiques, applications laser, technologies IR etc ). Les drones sont également promus à un bel avenir, sous réserve de pouvoir s intégrer dans l espace aérien (objets de développements spécifiques à l ONERA et d études EPMES). C est précisément sur ces domaines que la France s est imposée au sein d ECAP, et qu elle pourra maintenir et développer son potentiel technologique et industriel. La guerre dite «en réseau» (Network Centric Warfare) ou, très schématiquement, la nécessité de réagir vite face à des situations imprévues : aujourd hui la capacité à intégrer différents systèmes, à gérer une multitude de liaisons simultanées, à assurer la permanence de la ou des liaisons deviennent autant d enjeux technologiques clés. A court et moyen terme, la gestion intelligente des ruptures de liaisons (procédures de contrôle embarquées, pour satellites ou pour aéronefs) voire l autonomie complète des vecteurs en sont également. Auxquels il convient d ajouter la miniaturisation des équipements et l optimisation de leur consommation électrique, domaines dans lesquels se manifestent déjà nombre de ruptures. La géolocalisation précise des cibles et l usage expansif du GPS montrent également à quel point Galileo constitue un enjeu pour l Europe. Le «Technology Push», c'est-à-dire l évolution des sciences et des technologies, ses tendances lourdes, ses ruptures potentielles, et ses retombées potentielles sur les systèmes ou la manière de les concevoir est également considérable. Parmi les tendances lourdes les plus notables cette étude a retenu la montée en puissance de l optique, des nanotechnologies, de l informatique quantique, la mise au point de nouveaux matériaux et de nouvelles sources d énergie. Au-delà des ruptures attendues dans chacun de ces domaines, il faut également noter une convergence accrue des technologies et la mise en place d équipes de recherche pluridisciplinaire, particulièrement dans les bio et nanotechnologies. L essentiel de ces 13/07/04 Copyright CEIS 2003 Page 3 sur 1

5 thématiques sont intégrées au 6 ème PCRD européen, et fédérées au sein des vastes réseaux nationaux d innovation et de recherche technologique (RRIT). Plusieurs d entre eux auront des retombées directes et significatives pour la défense ; c est en particulier le cas des RRIT nano et micro-technologies, travaux sur le futur supersonique, Terre et espace, piles à combustible, télécommunications, matériaux et procédés Cette synthèse ne présente pas le détail des technologies identifiées et retenues pour cette étude, mais les deux exemples ci-dessous illustrent assez bien l intensité technologique de certaines thématiques (ci-dessous la guerre électronique) ou systèmes (ici Galileo, mais également certains développements plus amont sur les drones ou les prochaines générations d antennes actives, non développés ici) 2 La guerre électronique, condensé de technologies clés La guerre électronique est un des domaines ou les sauts technologiques se succèdent de manière très nette, autrefois avec le développement de technologies hyperfréquences, puis celui des technologies numériques à très haute intégration pour l élimination du bruit de fond et l identification de cibles. Les techniques de brouillage à large bande, motrices pour le développement de circuits intégrés rapides ont également requis des efforts intenses dans le domaine des tubes de puissance, des antennes actives à balayage électronique à base de circuits monolithiques hyperfréquences à Arséniure de Gallium, et des antennes à formation de faisceaux par le calcul. Dans le domaine optronique l'effort s'est porté sur les lasers de puissance, et la protection des avions civils contre la menace que constitue la prolifération des missiles portables à guidage infrarouge. Le durcissement des systèmes de guidage missile vis-à-vis des contremesures, et la généralisation des systèmes d armes "multicapteurs " ont appelé la mise au point de systèmes de détection missiles ainsi que de nouvelles combinaisons de modes d action comme le brouillage par énergie dirigée. Enfin, l attention porte également sur la notion cruciale de compatibilité électromagnétique, notamment dans le cadre des nouveaux systèmes embarqués multi-missions. 3 GALILEO, promoteur exemplaire de technologies clés GALILEO sera vraisemblablement l une des plus belles et des plus ambitieuses créations européennes. Au plan industriel et commercial, la navigation par satellites commande un secteur aval d équipements terriens (aéronautique, transport et telecoms en particulier) 13/07/04 Copyright CEIS 2003 Page 4 sur 1

6 pour un marché que la commission européenne évalue à 12 milliards d euros en 2010 et à 28 milliards en , et pour lequel le contrôle du segment spatial est déterminant ; En matière de défense, le GPS intègre désormais bon nombre de systèmes d armes et ses récepteurs équipent un nombre croissant de combattants. Mais surtout, les Etats-Unis se sont dotés d une capacité de discrimination du signal leur permettant de neutraliser, par simple changement de clé de chiffrement, l ensemble des équipements dépendant de leur système. Sans Galileo, aucune armée ne pourra prétendre à une quelconque autonomie. Il faut également signaler la mise en place d un référentiel géodésique (Galileo Terrestrial Reference Frame, GTRF), dont l enjeu est évidemment crucial pour nombre d applications embarquées. Parmi les nombreuses technologies déployées ou en phase de l être ont été étudiés plusieurs aspects à fortes externalités civiles et/ou militaires dont l enjeu dépasse de loin la seule mise en œuvre de Galileo, telles que : l intégration du GPS dans les instruments mobiles de communication ; Le circuit intégré SAASM (selective available and anti-spoofing module), fourniture cryptographique du GPS de nouvelle génération (GPS3) ; le PRS (Public Regulated Service), homologue européen du signal militaire américain PPS, associé au système Galileo ; Les horloges atomiques à refroidissement d atomes, horloges, horloges spatialisables les plus compactes et les plus performantes jamais développées en Europe et offrant un maximum de précision pour nombre d applications civiles et militaires ; Les corrélateurs massifs, permettant d économiser considérablement la puissance machine ou capacité de calcul (CPU) nécessaire sur le récepteur GPS ; et par extension les processeurs optiques, offrant une puissance de calcul miniaturisée sans précédent au bénéfice de multiples applications dans des domaines tels que les prévisions météorologiques et l ensemble des applications défense nécessitant de puissantes capacités de calcul embarquées. 4 Une dualité omniprésente L étude de certaines ruptures technologiques confirme l imbrication grandissante des technologies, et la réduction tendancielle des spécificités défense. Aussi, l approche des technologies clés doit désormais couvrir un large spectre de savoir-faire et de développements essentiellement civils à très fortes externalités, parmi lesquels : Les matériaux structuraux : maîtrise des signatures électromagnétiques, matériaux pour la propulsion, matériaux pour dômes, matériaux et systèmes intelligents. 1 ANAE, «Un système de positionnement, Galileo», Paris, /07/04 Copyright CEIS 2003 Page 5 sur 1

7 Les nanosciences pour l aéronautique et l exploration de l espace : nanoinstrumentation, revêtements nanostructurés, capteurs L électronique de puissance et les nouvelles sources d énergie, cruciale pour l ensemble des microsystèmes et systèmes embarqués : projets de refroidissement électronique, batteries pour électronique portable, piles à combustibles Freins à carbone et procédés de conception et fabrication de pièces pour train d atterrissage, deux domaines très spécifiques où le savoir-faire de Messier-Bugatti semble inégalé. De nombreux aspects logiciels sont également à inscrire au rang des «technologies clés», particulièrement dans les domaines jouxtant la sûreté ou la sécurité des systèmes, ou mériteraient de faire l objet d études amont : Le nouveau protocole Internet IPv6 (déjà opérationnel, et proposé en natif par un petit nombre de fournisseurs d accès) et ses opportunités en termes de mobilité, de confidentialité et d'intégrité des données, mais également d'authentification et de non répudiation des données. ; Le i et la sécurité des réseaux sans-fil en général, ses conséquences éventuelles sur le marché de la PMR des prochaines années. La politique à adopter à l égard des logiciels libres, particulièrement des logiciels de chiffrement (GnuPG); La cryptographie quantique, dont les échéances se rapprochent après une série d expériences réussies de transmission et l annonce récente du lancement de la première infrastructure à clé quantique intégrée du monde. Ce type de transmission est déjà à l étude pour la communication entre satellites ; Les procédures de contrôle embarquées (On-Board Control Procedure (OBCP)) ; on pense notamment aux applications spatiales de type Cryosat ou Beagle II) ; Les architectures de sécurité : infrastructures de clés publiques, contrôles d accès mandataires, chiffrement au niveau transport et au niveau application ; l intérêt de Palladium ou d un «Palladium like» compatible TCPA mérite plus ample réflexion, audelà des polémiques déjà soulevées ; La recherche de nouveaux standards de type corba/pre-corba pour l intégration de systèmes de systèmes (gestion d un grand nombre de liaisons notamment, type SCCOA) ; La sûreté des systèmes embarqués en général (navigation automatique d aéronefs, poursuite de missiles, tous systèmes d armes) ; Et parmi les nombreux autres développements logiciels : l interface homme-machine, les logiciels dits «critiques», la conception de véhicules intelligents et communicants (Atterrissage tout temps, interventions en milieux hostiles etc.), les algorythmes de compression, le transfert et traitement d image haute résolution 5 Les racines du succès : recherche fondamentale et savoir-faire 13/07/04 Copyright CEIS 2003 Page 6 sur 1

8 Hormis certaines dépendances, la France occupe encore une position forte sur nombre de technologies, et le dit «fossé» qui la sépare des Etats-Unis reste essentiellement capacitaire, plus que technologique ; Un écart que la nouvelle Europe de l armement a précisément vocation à combler. Parmi ses facteurs clés de succès, la France détient des compétences inégalées dans certaines sciences dures, mathématiques fondamentales et physique des transferts notamment, qui ont plus ou moins directement conduit à des réalisations telles que le laser Megajoule, à terme le plus puissant du monde. La dichotomie souvent décriée entre recherche fondamentale et recherche appliquée est paradoxalement un facteur clé de ce foisonnement scientifique ; à charge pour les acteurs publics d encourager le développement de structures de valorisation compétentes et expérimentées, sans sombrer dans la tentation américaine du tout appliqué. Les grands instituts de recherche appliquée de la défense, CEA et ONERA sont pour l instant les mieux habilités à mettre en perspective le potentiel des chercheurs, aux stades les plus amont, et les futures applications de défense. Enfin, il faut bien noter que la technologie n est que la partie la plus visible du patrimoine intellectuel. La capacité à modéliser des systèmes complexes, les capacités de maîtrise d œuvre et d intégration, les savoir-faire spécifiques nécessaires à la réalisation de certains produits ou systèmes sont autant d actifs intangibles participant au maintien ou à l acquisition de compétences clés. Les critiques concernant le niveau de brevets déposés chaque année par la France font régulièrement abstraction de la partie non brevetées voire non brevetable de son activité industrielle. Ainsi certains avionneurs n ont-il que peu de crainte à voir s échapper des plans détaillés de leurs systèmes, tant le savoir-faire développé en interne est peu transférable et peu reproductible. Il en va de même pour la maîtrise de la fabrication de trains d atterrissage ou de freins à carbone et bien d autres domaines. Ces compétences devront donc par la suite être identifiées et protégées (installations et maind œuvre) au même titre que les technologies, et peut-être plus encore. 13/07/04 Copyright CEIS 2003 Page 7 sur 1

L état de l industrie aérospatiale canadienne

L état de l industrie aérospatiale canadienne Le 2013 rapport Report 2014 L état de l industrie aérospatiale canadienne Survol de la présentation Contexte L écosystème aérospatial canadien L impact économique L innovation (R et D) La production d

Plus en détail

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE EQUIPEMENTIER DE PREMIER RANG Aéronautique Défense Sécurité CONFIDENTIEL / NOVEMBRE 2011 CHIFFRES CLES Répartition du chiffre d affaires 2010 Equipements

Plus en détail

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation

LA GEOLOCALISATION. Mise en situation LA GEOLOCALISATION Mise en situation Connaître sa position a toujours été une préoccupation de l homme qui a développé les moyens nécessaires pour s orienter et se déplacer. LA GEOLOCALISATION Sommaire

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS INITIALES DES ÉCOLES D OFFICIERS DE L ARMÉE DE L AIR

CATALOGUE DES FORMATIONS INITIALES DES ÉCOLES D OFFICIERS DE L ARMÉE DE L AIR CATALOGUE DES FORMATIONS INITIALES DES ÉCOLES D OFFICIERS DE L ARMÉE DE L AIR 2014-2015 CATALOGUE DES FORMATIONS INITIALES DES ÉCOLES D OFFICIERS DE L ARMÉE DE L AIR SOMMAIRE Présentation générale... 3

Plus en détail

Groupe de travail Infrastructures de recherche

Groupe de travail Infrastructures de recherche Groupe de travail Infrastructures de recherche Note sur les particularités des infrastructures pour une recherche dans le numérique Version internet - 30/04/2015 Les plates- formes numériques, outils et

Plus en détail

Les technologies Thales à bord du Rafale

Les technologies Thales à bord du Rafale Les technologies Thales à bord du Rafale Un avion de combat omnirôle Le Rafale est l avion de combat le plus avancé de sa génération. Il offre des capacités multimission qui lui permettront de rester pleinement

Plus en détail

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions

La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions La gestion des risques en entreprise de nouvelles dimensions Octobre 2006 La pratique de la gestion des risques en entreprise devient plus cruciale et plus complexe de jour en jour. Les entreprises doivent

Plus en détail

INNOVATION LA SNCF TESTE DES DRONES POUR INSPECTER LES OUVRAGES D ART

INNOVATION LA SNCF TESTE DES DRONES POUR INSPECTER LES OUVRAGES D ART INNOVATION LA SNCF TESTE DES DRONES POUR INSPECTER LES OUVRAGES D ART INNOVATION LA SNCF TESTE DES DRONES POUR INSPECTER LES OUVRAGES D ART Le 5 novembre, SNCF a procédé à des tests de drones pour inspecter

Plus en détail

L innovation en systèmes de transport intelligent (STI) 7 juin 2006

L innovation en systèmes de transport intelligent (STI) 7 juin 2006 Certifié ISO 9001:2000 www.cimeq.qc.ca info@cimeq.qc.ca L innovation en systèmes de transport intelligent (STI) 7 juin 2006 Auteur : Marcel Daoust, ing., directeur, Centre d innovation en microélectronique

Plus en détail

INGÉNIEUR DE BUREAU D'ÉTUDES... 2 INGENIEUR CONCEPTION (MECANIQUE)... 3 INGENIEUR RECHERCHE&DEVELOPPEMENT STRUCTURE... 4

INGÉNIEUR DE BUREAU D'ÉTUDES... 2 INGENIEUR CONCEPTION (MECANIQUE)... 3 INGENIEUR RECHERCHE&DEVELOPPEMENT STRUCTURE... 4 FICHES MÉTIERS SOMMAIRE INGÉNIEUR DE BUREAU D'ÉTUDES... 2 INGENIEUR CONCEPTION (MECANIQUE)... 3 INGENIEUR RECHERCHE&DEVELOPPEMENT STRUCTURE... 4 INGENIEUR DE RECHERCHE A L ONERA... 5 INGENIEUR DEVELOPPEUR

Plus en détail

Falcon Watch Système de surveillance à distance RF-5400

Falcon Watch Système de surveillance à distance RF-5400 communicationsassurées Falcon Watch Système de surveillance à distance RF-5400 Aiguisez vos sens Falcon Watch Surveillance à distance. Toute la journée, toute la nuit. Harris connaît les besoins en matière

Plus en détail

INFORMATION CONNECTED

INFORMATION CONNECTED INFORMATION CONNECTED Solutions Métiers Primavera pour l Industrie des Services Publics Gestion de Portefeuilles de Projets Garantir l Excellence Opérationnelle grâce à la Fiabilité des Solutions de Gestion

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

LOT N 2 MICRO-DRONES GRAND PUBLIC

LOT N 2 MICRO-DRONES GRAND PUBLIC MINISTERE DE L INTERIEUR Service de l achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure Sous-direction des achats bureau des Marchés Publics Place Beauvau 75 800 PARIS CAHIER DES CLAUSES

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

Les systèmes embarqués et les tendances technologiques: une évolution constante, une innovation continue!

Les systèmes embarqués et les tendances technologiques: une évolution constante, une innovation continue! Les systèmes embarqués et les tendances technologiques: une évolution constante, une innovation continue! Vasiliki Sfyrla Une approche des systèmes embarqués Les systèmes embarqués existent depuis longtemps.

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

Baromètre industriel québécois Un portrait inédit du secteur manufacturier québécois

Baromètre industriel québécois Un portrait inédit du secteur manufacturier québécois Baromètre industriel québécois Un portrait inédit du secteur manufacturier québécois Une initiative de Introduction Sous-Traitance industrielle Québec (STIQ) Fondée en 1987, STIQ est une association d

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances

IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances IBM Software IBM Business Process Manager - Simplicité et performances Gérer ses processus métier et bénéficier d une visibilité totale avec une plateforme de BPM unique IBM Software 2 IBM Business Process

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique

Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Référentiel des métiers de la spécialité Instrumentation - Automatique - Informatique Copyright 2015 Polytech Annecy-Chambéry

Plus en détail

Joint AAL Information and Networking Day. 21 mars 2012

Joint AAL Information and Networking Day. 21 mars 2012 Joint AAL Information and Networking Day 21 mars 2012 Présentation TéSA a pour objet : la mise en commun de moyens permettant de : rassembler et accueillir des doctorants ou post-doctorants dont les thèses

Plus en détail

L INSTITUT NATIONAL DE L INFORMATION GÉOGRAPHIQUE ET FORESTIÈRE UN ACTEUR DU NUMÉRIQUE AU SERVICE DES TERRITOIRES

L INSTITUT NATIONAL DE L INFORMATION GÉOGRAPHIQUE ET FORESTIÈRE UN ACTEUR DU NUMÉRIQUE AU SERVICE DES TERRITOIRES L INSTITUT NATIONAL DE L INFORMATION GÉOGRAPHIQUE ET FORESTIÈRE UN ACTEUR DU NUMÉRIQUE AU SERVICE DES TERRITOIRES UN OPÉRATEUR DE RÉFÉRENCE L Institut national de l information géographique et forestière

Plus en détail

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation

Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation La passion de l'excellence Plan d actions Recherche, Technologie et Innovation Comités et séminaires RTI Phase : Initiation - Détection 1 Projets Objectif Faciliter les échanges entre les membres de NAE

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle

Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intelligence économique : Rôle de l expert-comptable dans la mise en place d une veille stratégique et concurrentielle Intervenants : Mardi 5 septembre 2006 Séance 14h00 15h30 Janin AUDAS, EC,CAC, Arezki

Plus en détail

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS

Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme. Bruno Mortaigne DS/MRIS Innovation dans les applications de Défense Intérêt du biomimétisme Lancement centre Européen de Biomimétisme de Senlis 20 Septembre 2012 Bruno Mortaigne DS/MRIS AU CŒUR DU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE LES

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL INTERPRETE ANALYSTE EN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L IMAGE NIVEAU IV

CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL INTERPRETE ANALYSTE EN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L IMAGE NIVEAU IV CENTRE DE FORMATION ET D INTERPRETATION INTERARMEES DE L IMAGERIE DE CREIL INTERPRETE ANALYSTE EN SCIENCES ET TECHNIQUES DE L IMAGE NIVEAU IV METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES REFERENTIEL D ACTIVITE ET DE

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS

MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS MASTER INFORMATIQUE ET INGENIERIE DES SYSTEMES COMPLEXES PARCOURS SIGNAL ET TELECOMMUNICATIONS Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation Nature de la formation : Diplôme national

Plus en détail

De haut vol : radiosurveillance aéroportée fiable

De haut vol : radiosurveillance aéroportée fiable De haut vol : radiosurveillance aéroportée fiable Site élevé vue panoramique : ce cliché bénéficie pleinement au nouveau système de radiosurveillance et de radiolocalisation sur plates-formes aéroportées.

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Le programme d armement 2015 ogramme 15 Pr

Le programme d armement 2015 ogramme 15 Pr Programme 15 Le programme d armement 2015 1 Vue d ensemble 4 Le programme d armement 2015 Conduite 6 Système de drones de reconnaissance 15 250 mio. fr. (ADS 15) Efficacité à l engagement 8 Simulateur

Plus en détail

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr

Synthèse Janvier 2014. numérique & territoires. d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr numérique & territoires Synthèse Janvier 2014 Impact territorial des Réseaux d Initiative Publique (RIP) www.groupecaissedesdepots.fr synthèse Le diagnostic établi fin 2013 par l IDATE pour le compte de

Plus en détail

Améliorer la logistique : des outils simples, de nouvelles organisations

Améliorer la logistique : des outils simples, de nouvelles organisations N 2-2003 Fiche n 671 Mots clés! Approvisionnement! Logistique! Nouvelles technologies Améliorer la logistique : des outils simples, de nouvelles organisations Introduction Depuis plusieurs années, de nouvelles

Plus en détail

Préface FREDERIC JENNY

Préface FREDERIC JENNY FREDERIC JENNY Professeur d Économie, ESSEC Business School Co-directeur du Centre Européen de Droit et d Economie Président du Comité de la concurrence de l OCDE Ce livre explore les relations entre la

Plus en détail

L Informatique aujourd hui : Nouveaux défis scientifiques et réflexions sur la recherche

L Informatique aujourd hui : Nouveaux défis scientifiques et réflexions sur la recherche L Informatique aujourd hui : Nouveaux défis scientifiques et réflexions sur la recherche Joseph Sifakis Directeur de Recherche CNRS Laboratoire VERIMAG Paris, 23 juin 2008 L évolution de l Informatique

Plus en détail

!"##""" $%$ &"'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs

!## $%$ &'$# 1. Modéliser et qualifier la relation entre les tuteurs et les formateurs !"##""" $%$ &"'$# F.S.E. Demandé F.S.E. Accordé 1. CONTEXTE Le projet collectif relation / Entreprises par l approche compétences vise à donner une suite et créer de nouveaux liens transversaux entre les

Plus en détail

Exploiter l information remontée par le SI

Exploiter l information remontée par le SI Exploiter l information remontée par le SI Synthèse de la conférence thématique du CLUSIF du 14 octobre 2014. Il est un domaine de la sécurité des systèmes d information qui s applique tant en termes de

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030

Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Animation d ateliers prospectifs sur les TIC dans le bâtiment à l horizon 2030 Sommaire Partie 1 : Méthodologie de la démarche Partie 2 : Vision prospective Partie 3 : Plan d action Partie 4 : Annexes

Plus en détail

Compagnie Méditerranéenne d Analyse et d Intelligence Stratégique

Compagnie Méditerranéenne d Analyse et d Intelligence Stratégique Compagnie Méditerranéenne d Analyse et d Intelligence Stratégique CMAIS - L intelligence au service de l informa on Veille Conseil Stratégie E-Réputaon Communicaon Geson des risques www.cmais-strat.com

Plus en détail

Positionnement par satellites GPS et applications de navigation à l extérieur et de localisation à l intérieur

Positionnement par satellites GPS et applications de navigation à l extérieur et de localisation à l intérieur Positionnement par satellites GPS et applications de navigation à l extérieur et de localisation à l intérieur Dates : 22 et 23 juin 2010 Lieu : Ecole Supérieure Privée d Ingénierie et de Technologies

Plus en détail

Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI

Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI Déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI Un InfoDossier d IDC 2015 Introduction Les organisations peinent à déterminer quelle somme dépenser en matière de sécurité des TI, un investissement

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Ingénieur diplômé de l Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et Microtechniques Autorité responsable de la certification (cadre

Plus en détail

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT)

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D INNOVATION TECHNOLOGIQUE (3IT) Conception, intégration et valorisation : des nanotechnologies aux systèmes et à leurs applications NOTRE VISION L INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE

Plus en détail

Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015. Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015

Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015. Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015 Evolution des normes ISO 9001 et 14001 v 2015 Laurent BOULINGUEZ AXE Octobre 2015 OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION Connaître les principales évolutions des normes 9001 et 14001 2 LES NORMES 9001 & 14001 v2015

Plus en détail

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation

La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Crédit photo : Hlp - DISSAUX La filière de l informatique : synthèse de l étude des besoins de professionnalisation Mars 2014 (à partir de l étude validée en juin 2013) CONTEXTE Dans un marché mondial

Plus en détail

Tour d horizon des «smart» innovations présentées au Mobile World Congress 2014

Tour d horizon des «smart» innovations présentées au Mobile World Congress 2014 DOSSIER DE PRESSE BARCELONE, LE 24 FEVRIER 2014 Tour d horizon des «smart» innovations présentées au Mobile World Congress 2014 Retrouver Sunpartner Technologies Pavillon France / Ubifrance - Hall 5 Stand

Plus en détail

Intelligence Economique et Innovation

Intelligence Economique et Innovation Intelligence Economique et Innovation Caroline Mothe Professeur des Universités IAE Savoie Mont-Blanc Sommaire 1. Constats 2. Le concept 3. Le paradoxe 4. Zoom sur Echelon et Frenchelon 5. Vision du marché

Plus en détail

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV

Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP. Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Le Centre de Recherche Onera de Salon-de-Provence : CROSP Les Unités de Recherche : MVA, RIM et PSEV Département Optique Théorique et Appliquée (DOTA) Modélisation de dispositifs optroniques et Validations

Plus en détail

NIVEAU : 3ING GEC-CSM

NIVEAU : 3ING GEC-CSM NIVEAU : 3ING GEC-CSM Techniques 1 de conception et technologies de fabrication des 01/06/2015 Cis 10h30 à 12h 1h30 Analyse et synthèse de circuits analogiques 4 03/06/2015 10h30 à 12h 1h30 Traitement

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES

GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES SOMMAIRE GROUPE 1 GROUPE 2 GROUPE 3 : SYSTEMES EMBARQUES 3 GROUPE 4 : CAPTEURS ET INSTRUMENTATION GROUPE 5 : SIMULATION ET MODELISTATION GROUPE 6 : TECHNOLOGIES EMERGENTES Défis aéronautiques Observation

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

NEXEYA pilote le projet collaboratif ACOVAS.

NEXEYA pilote le projet collaboratif ACOVAS. Le 12 juin 2013, pilote le projet collaboratif ACOVAS. Le projet ACOVAS, porté par, a été labellisé par le pôle AEROSPACE VALLEY dans le domaine d activités Systèmes Complexes et Intégration. ACOVAS est

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF

MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF MANUEL UTILISATEUR DU RECEPTEUR HAICOM HI-303MMF 1 SOMMAIRE DU MANUEL UTILISATEUR I. LE POSITIONNEMENT PAR GPS..3 II. INTRODUCTION - GPS HAICOM HI-303MMF... 4 III. COMPOSITION DU PACK GPS...5 IV. INSTALLATION

Plus en détail

La dualité consiste à tirer parti de l exploitation de compétences, de technologies,

La dualité consiste à tirer parti de l exploitation de compétences, de technologies, La dualité comme moyen de repenser la position stratégique des firmes * Valérie Mérindol et David W. Versailles Co-directeurs de la chaire newpic (new Practices for Innovation and Creativity) de Paris

Plus en détail

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences

Objectifs. Programme. Publics. Informations/inscriptions. Responsable : M. Olivier de Viron, Maître de Conférences Master 2 Télédétection et techniques spatiales Parcours professionnel : Systèmes spatiaux de navigation et géolocalisation Mention : Sciences de la Terre, de l environnement et des planètes Responsable

Plus en détail

Activité d Intégration en Environnement Durci

Activité d Intégration en Environnement Durci Activité d Intégration en Environnement Durci Notre Offre Intégrer des équipements dans des racks configurables, des baies faradisées, des shelters et véhicules blindés. Faciliter la mise en œuvre des

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة

وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة وزارة السكنى والتعمير وسياسة المدينة Phase 3 Planification de la solution retenue et stratégie de changement Elaboration du Schéma Directeur du Système d Information des agences urbaines 2013 Sommaire

Plus en détail

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE)

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) Qu est ce que l intelligence économique (IE)? L intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

LES FORMATIONS. Sécurité Économique. Département. Déceler, Étudier, Former

LES FORMATIONS. Sécurité Économique. Département. Déceler, Étudier, Former Déceler, Étudier, Former LES FORMATIONS Département Sécurité Économique Le Département Sécurité Économique de l INHESJ dispense des formations de haut niveau sur les thèmes liés à la protection (sécurité/sûreté)

Plus en détail

«Vers le véhicule connecté»

«Vers le véhicule connecté» «Vers le véhicule connecté» Le cercle des idées Quimper Technopole-Cornouaille Jeudi 26 septembre 2013 Philippe COSQUER : Chargé de Projets ] Moteur d idées pour véhicules spécifiques [ Le Pôle de compétitivité

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

CHALLENGES NUMERIQUES

CHALLENGES NUMERIQUES Programme d Investissements d Avenir CHALLENGES NUMERIQUES Appel à manifestation d intérêt Cahier des charges ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET https://extranet.bpifrance.fr/projets-innovants-collaboratifs/

Plus en détail

Informatique et création numérique

Informatique et création numérique Enseignement d exploration en classe de seconde 30 septembre 2015 Groupe de Formation-Action EE ICN Lycée Koeberlé de Sélestat Horaire Objectifs de l enseignement Une dimension interdisciplinaire Perspectives

Plus en détail

Répartition des exportations internationales du secteur de l instrumentation en 2009. (Exportations de produits fabriqués ou transformés au Québec)

Répartition des exportations internationales du secteur de l instrumentation en 2009. (Exportations de produits fabriqués ou transformés au Québec) Québec Chef de file en instrumentation Développement économique Innovation Exportation Aperçu de l industrie Le secteur de l instrumentation au Québec, c est : environ 145 établissements de fabrication,

Plus en détail

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français L opinion des consommateurs français sur : Le niveau de sécurité des données personnelles pour chaque industrie Les organisations collectant des données personnelles via les appareils connectés Les recherches

Plus en détail

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS

GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS GEOLOCALISATION ET NAVIGATION A L AIDE DES SIGNAUX GNSS Thierry.Chapuis@cnes.fr 08/04/2014 1 EVOLUTION DU SYSTÈME GNSS 1995-2005 2005-2014 2014 GPS GNSS-1 GNSS-2 GLONASS Pas de garantie de service Dégradation

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

neuron Une coopération européenne efficace

neuron Une coopération européenne efficace DIRECTION GÉNÉRALE INTERNATIONALE Décembre 2012 neuron Une coopération européenne efficace I - INTRODUCTION 2 II - LES OBJECTIFS DU PROGRAMME neuron 3 III - L ORGANISATION DU PROGRAMME 4 IV - UN SCHEMA

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Ce certificat de Qualification Professionnelle (ou CQP ARE) fait partie des actions collectives du FAFIEC pour l année 2010/2011

Ce certificat de Qualification Professionnelle (ou CQP ARE) fait partie des actions collectives du FAFIEC pour l année 2010/2011 Certificat de qualification Professionnelle Administrateur des Réseaux Entreprise 2 ans 139 jours Ce certificat de Qualification Professionnelle (ou CQP ARE) fait partie des actions collectives du FAFIEC

Plus en détail

AÉRIENNE UNE STRATÉGI. Organisation. n de l aviation. Montréal, 19 1.1. SOMMAIRE et à moyen terme. la surveillance. fusion de. tions du 5.3.

AÉRIENNE UNE STRATÉGI. Organisation. n de l aviation. Montréal, 19 1.1. SOMMAIRE et à moyen terme. la surveillance. fusion de. tions du 5.3. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL AN-Conf/12-WP/146 31/10/12 Français et anglais seulement 1 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 Point

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE

sommaire dga maîtrise de l information...6 2 LA CYBERDéFENSE La cyberdéfense sommaire LE PACTE DéFENSE CYBER...3 La cyberdéfense au ministère de la Défense...4 L organisation opérationnelle de la Cyberdéfense...5 l expertise technique en cyberdéfense dga maîtrise

Plus en détail

Catalogue. des formations initiales ÉCOLE DE L AIR SALON-DE-PROVENCE

Catalogue. des formations initiales ÉCOLE DE L AIR SALON-DE-PROVENCE Catalogue ÉCOLE DE L AIR SALON-DE-PROVENCE des formations initiales 2015-2016 SOMMAIRE Présentation...3 Formation du chef et du combattant...5 Formation aéronautique...6 Formation académique aux sciences

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

RECUEIL DE DONNÉES RELATIVES À LA PROTECTION DU

RECUEIL DE DONNÉES RELATIVES À LA PROTECTION DU RECUEIL DE DONNÉES RELATIVES À LA PROTECTION DU POTENTIEL SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DE LA NATION (PPST) ELÉMENTS D INFORMATION LIMINAIRES SUR LE DISPOSITIF PPST Contexte du dispositif Les atteintes au

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

Aérodrome de Nice - Côte d Azur Mise en service de procédures d approche RNAV (GNSS) directe et de précision en piste 04

Aérodrome de Nice - Côte d Azur Mise en service de procédures d approche RNAV (GNSS) directe et de précision en piste 04 Aérodrome de Nice - Côte d Azur Mise en service de procédures d approche RNAV (GNSS) directe et de précision en piste 04 1 2 Sommaire Préambule 1. Quelques définitions 2. Les projets sur l aéroport de

Plus en détail

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011

Club de l automation. EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique. 31 mars 2011 Club de l automation EDF et les démarches d éco-efficacité-énergétique 31 mars 2011 Agenda Présentation synthétique du groupe EDF et l efficacité énergétique Le dispositif CEE Zoom sur Netseenergy 2 -

Plus en détail

Bienvenue à l IUT de Belfort-Montbéliard

Bienvenue à l IUT de Belfort-Montbéliard Bienvenue à l IUT de Belfort-Montbéliard Sommaire Les systèmes électroniques embarqués dans l automobile -Définition d un système embarqué -Les systèmes embarqués et l automobile -Le multiplexage -Les

Plus en détail

communicationsassurées FALCON II RF-5800H-MP Radio portable haute fréquence

communicationsassurées FALCON II RF-5800H-MP Radio portable haute fréquence communicationsassurées FALCON II RF-5800H-MP Radio portable haute fréquence Haute fréquence. Le meilleur des communications La radio RF-5800H-MP représente l ultime combinaison de performances de pointe

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity.

Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution PPM de CA Clarity. PRESENTATION DE LA TECHNOLOGIE : INNOVATION ET TRANSFORMATION DES ACTIVITES Generali France optimise la visibilité et la gestion de l ensemble du portefeuille de projets informatiques grâce à la solution

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes

Evaluation de la conformité. Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Evaluation de la conformité Vous recherchez des solutions à la hauteur de vos exigences Au cœur d un marché mondial, concurrentiel, en évolution de plus en

Plus en détail

Métiers et Opportunités d emplois

Métiers et Opportunités d emplois Ensemble, plus vite, plus haut La filière aéronautique et spatiale en Poitou-Charentes Présentation AEROTEAM Métiers et Opportunités d emplois 6 et 7 mai à Rochefort & Niort Agnès Galas 1 SOMMAIRE La filière

Plus en détail

GRR EEM Réseau Matériaux

GRR EEM Réseau Matériaux GRR EEM Réseau LOMC GPM AMME LECAP SMS PBS ESITPA 100n m CRISMAT CIMAP... CRT A&S UMS = Le Havre + Caen IRMA = Rouen + Caen METSA = Rouen + Caen LABEX = Rouen + Caen 1 Réseau 2013 : 7 Laboratoires et CRT

Plus en détail