Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs"

Transcription

1 La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1

2 Introduction La saine gestion du ph doit précéder celle de la fertilisation Le ph conditionne Processus chimiques disponibilité des éléments nutritifs Processus biologiques activité des organismes qui minéralisent m.o. et des organismes pathogènes (gale, hernie des crucifères) Propriétés physiques produits chaulants apportent Ca et Mg contribuant à la structuration du sol ph eau et ph tampon ph eau Mesure de l acidité active (ions H + dssolution du sol) Indique si oui ou non il faut chauler ph tampon Indicateur de l acidité potentielle (surface des colloïdes) Indique besoins en chaux pour relever le ph de départ jusqu au ph visé (optimal) 2

3 ph eau critique et Intervalle adéquat de ph ph eau critique Valeur sous laquelle les conditions sont sous optimales : culture affectée et rendement possible ph critique (sols minéraux) de 5,5 : sous ce seuil, risque de toxicité aluminique et manganique (sauf pour les cultures acidophiles) Intervalle adéquat de ph Potentiel agronomique du sol n est pas limité par le ph (grandes cultures : 6,0 7,0; pomme de terre : 5,2 6,2) Produits chaulants À base d ions carbonates (CO 2 3 ) comme le calcaire et autres pierres à chaux À base d ions hydroxydes (OH ) comme la chaux hydratée et les cendres de bois Valeur d un produit chaulant Pouvoir neutralisant (PN) Efficacité (E) Indice de valeur agricole (IVA) 3

4 Caractéristiques des produits chaulants Pouvoir neutralisant : capacité d un produit à neutraliser l acidité lacidité du sol par rapport aucaco 3 pur Efficacité : indice qui exprime (en %) le taux de réaction des particules du produit chaulant (pierre à chaux : basée sur la finesse de mouture) Indice de valeur agricole (IVA) de la chaux : IVA (%) = Pouvoir neutralisant (%) x Efficacité (%) Caractéristiques de la chaux agricole naturelle L indice de valeur agricole (IVA) peut être utilisé pour comparer la qualité des chaux selon les normes du BNQ Type de chaux H 2 O PN Efficacité min. IVA min. Chaux traditionnelle 10 % 85 % 73,0 % 62 % Chaux fine 5 % 85 % 84,8 % 72 % 4

5 Autres amendements calciques et magnésiens Cendres de bois Produits industriels provenant de procédés utilisant la pierre à chaux Chaux hydratée Poussières de four à cimenterie Boues de chaux des papetières Résidus provenant du désencrage des papiers blancs Biosolides (boues) chaulés Hydroxydes y de Ca ou K (ph 12 à 13) Carbonates et Hydroxydes Carbonates de Ca (ph ~ 9,5) Hydroxydes de Ca ou K (ph 12 à 13) Autres amendements calciques et magnésiens La plupart des ACM sont couverts par une norme BNQ Ils doivent avoir un PN d au moins 25 % (base sèche) pour être admissible à la certification Tous les ACM certifiés BNQ ont un IVA exprimé sur base humide. Ne pas corriger selon la teneur en eau (risque de surchaulage) C i ACM i i d élé Certains ACM contiennent aussi des éléments fertilisants et/ou de la matière organique 5

6 Corrections de l acidité du sol Quantité de chaux à apporter ph cible de 6,0 ou 6,5 pour plusieurs cultures (sols minéraux) ph cible de 5,4 en sol organique Besoins en chaux (tableau 3.4) IVA de 100 %, teneur en eau de 0 %, profondeur de sol de 17 cm (sol minéral) ou de 20 cm (sol organique) Corrections selon la profondeur d incorporation, selon IVA et s il y a lieu humidité (entre 0 et 2 %) Modalités d application de la pierre à chaux Sols G1 et G2 : limiter chaque application à 7 t/ha pour la chaux traditionnelle, entre 3 et 5 t/ha pour la chaux fine Sols G3 : limiter les doses entre 2 et 5 t/ha Travail réduit ou semis direct : amender le sol sur toute la profondeur de travail habituelle avant d établir ces pratiques. Chaulage d entretien : éviter des doses > à 3 t/ha 6

7 Chaulage des gazonnières et acidification du sol Besoins en chaux des gazonnières déjà établies : basés sur une chaux avec un IVA de 75 %, un ph cible de 6,5 et une profondeur de 3 4 cm de profondeur Acidification du sol : cultures de bleuet et de canneberge requièrent un ph très acide. Les recommandations en soufre pour les éricacées ph visé de 5,0 50 varient selon la texture (sable et sable loameux, loam sableux et loam) et le contenu en m.o. (<2 à >10) 7

8 Conférence de Anne Vanasse, agr., Ph.D. Période de questions 8

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture

2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture 2. Gestion du sol, fertilisation, nutrition des cultures et cultures de couverture Pour un guide complet sur la fertilité du sol, consulter la publication 611F du MAAO, Manuel sur la fertilité du sol.

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Août octobre 2010 n 6

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Août octobre 2010 n 6 Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be Août octobre 2010 n 6 Sommaire 041. Agriculture biologique et changement climatique 042. Agents conservateurs

Plus en détail

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel

10 en agronomie. Domaine. Les engrais minéraux. Livret d autoformation ~ corrigés. technologique et professionnel 10 en agronomie Les engrais minéraux Livret d autoformation ~ corrigés 8 Domaine technologique et professionnel Collection dirigée par Madeleine ASDRUBAL Ingénieur d agronomie ENESAD Département des Sciences

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015

Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence de clôture OUI Biomasse. www.oui-biomasse.info 1 26.06.2015 Umweltauswirkungen durch Biomassenutzung Etude d impact de l utilisation de la biomasse sur l environnement 26.Juni 2015 / 26 juin 2015 Akademiehotel Karlsruhe Abschlusskonferenz OUI Biomasse / Conférence

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin

Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin FICHE AGRI - MIEUX août 2011 Les principaux sols de la plaine et des collines du Bas-Rhin Pourquoi est-il important de connaître les sols? ARAA Objectifs de ce document Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Les cendres de poêles à bois

Les cendres de poêles à bois ARTICLE TECHNIQUE Les cendres de poêles à bois La valeur fertilisante des cendres de bois est reconnue depuis l Antiquité. Aujourd hui pourtant, les cendres issues du chauffage résidentiel sont souvent

Plus en détail

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de :

Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : GUIDE EXPLICATIF POUR LES CITOYENS RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES ENGRAIS ET DES PESTICIDES Les objectifs du règlement sur l utilisation des engrais et des pesticides sont de : Réduire l apport par ruissellement

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

"Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou"

Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats du projet Stratégie de Réduction des Déchets à Ouagadougou www.cifal-ouaga.org www.reseau-villes-africaines.org CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES AUTORITES/ACTEURS LOCAUX "Traitement et valorisation des déchets: Partage d expériences à travers les résultats

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

SECTION 1- Identification de la substance/du mélange et de la société / entreprise

SECTION 1- Identification de la substance/du mélange et de la société / entreprise Famille : AMENDEMENT MINERAL BASIQUE ENGRAIS AVEC ADDITIF AGRONOMIQUE NF U 44-204 Amendement calcaire, dolomie et gypse NFU 44-203 avec préparation microbienne : RHIZOCELL (AMM n 1110014) AGRI-BIOTECH

Plus en détail

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS

MISE EN DÉCHARGE. Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Une entreprise de Bayer et LANXESS MISE EN DÉCHARGE Introduction INTRODUCTION La mise en décharge, dans le respect de l environnement, de certains types de déchets est un complément important

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis.

Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis. Programme d appui pour un secteur agroalimentaire innovateur Essais sur l apport de différents types de matières organiques appliquées en bande à l implantation d un verger de cassis. Rapport final n 11-321

Plus en détail

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi

T 47. Cas des bétons coulés en place. Durabi Col l e c t i o n T e c h n i q u e C i m b é t o n T 47 Guide de prescription des ciments pour des constructions durables Cas des bétons coulés en place Durabi ilitédurabilité Sommaire 1 - Notion de durabilité...

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets

Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Ecoval : Solution économique et écologique pour le traitement de déchets Présentation d Ecoval Maroc 2 Sommaire Présentation d Ecoval Maroc Perception du Marché de déchets Objectifs de la plateforme Ecoval

Plus en détail

Quelques éléments de bibliographie :

Quelques éléments de bibliographie : Quelques éléments de bibliographie : La plupart des données et schémas sont issus des travaux de recherche du Laboratoire d Ecologie du Sol et de Biologie des Populations, Université de Rennes 1 (Cluzeau

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose

Notice Kocide Opti. DuPont. Opti. Kocide. Kocide Opti. La protection cuivre à petite dose Notice Kocide DuPont Kocide Kocide La protection cuivre à petite dose Les enjeux du cuivre en viticulture Le cuivre est un fongicide de contact à action strictement préventive, doté d un mode d action

Plus en détail

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE

PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE PLAN D EPANDAGE DES BOUES D EPURATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES EAUX USEES DES TROIS RIVIERES (63) RESUME NON TECHNIQUE STR/P8077/janvier 2013 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 PRESENTATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand

LIVRET D AMENAGEMENT. VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand 22 09 2010 VetAgro Sup, agro campus de Clermont Ferrand Mathieu BOOGHS Guillaume COUEPEL Caroline COUFFIGNAL Aurore DESGROUX Morgane GRASSELLY Estelle PAULHIAC LIVRET D AMENAGEMENT Vulgarisation d une

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses A. Dispositions générales La présente partie s applique à l arachide, au blé de printemps, au blé d hiver, au canola, à l épeautre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Profession : Géologue, spécialiste en pédologie appliquée et assainissement-dépollution des sols

CURRICULUM VITAE. Profession : Géologue, spécialiste en pédologie appliquée et assainissement-dépollution des sols CURRICULUM VITAE Nom : NYAMA ATIBAGOUA Bienvenu Employeur actuel : Depuis août 2002 à ce jour, MINRESI / Institut de Recherches Géologiques et Minières (IRGM) / Centre de Recherches Géologiques et Minières

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

INFOFICHE EB001 NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES PAVÉS ET DES DALLES DE RUE EN BÉTON

INFOFICHE EB001 NETTOYAGE ET ENTRETIEN DES PAVÉS ET DES DALLES DE RUE EN BÉTON EBEMA NV Dijkstraat 3 Oostmalsesteenweg 204 B-3690 Zutendaal B -2310 Rijkevorsel T +32(0)89 61 00 11 T +32(0)3 312 08 47 F +32(0)89 61 31 43 F +32(0)3 311 77 00 www.ebema.com www.stone-style.com www.megategels.com

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles

Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Ville de Laval Préparation du plan de gestion des matières résiduelles Rapport d étape 5 Évaluation de la pertinence de traiter les boues d épuration et de fosses septiques Version finale Date : Mai 2010

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Création de la pelouse

Création de la pelouse Dans un jardin, la pelouse reste un élément essentiel aux yeux de bien des jardiniers qui voient dans les gazons britanniques le comble du raffinement. Une pelouse offre plus d un attrait. Elle constitue

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Reconnaître les acides et les bases

Reconnaître les acides et les bases Mots clés 6.1 binaire Reconnaître les s et les bases oxy base Tu as étudié les composés chimiques et diverses réactions chimiques entre ces composés (chapitres 4 et 5). Tu étudieras maintenant deux types

Plus en détail

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface.

LE SOL : La qualité des résultats dépend de la préparation de la surface. COMMENT OBTENIR UNE BONNE PELOUSE? Tout le monde souhaite avoir un superbe gazon. Pour pouvoir profiter d'un espace de verdure impeccable, il ne suffit pas de le rêver. Il faut procéder étape par étape

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

MODE D'EMPLOI. ba76137f01 03/2013 4110 / 4110-3 CHAÎNES DE MESURE DU PH À ÉLECTROLYTE GEL

MODE D'EMPLOI. ba76137f01 03/2013 4110 / 4110-3 CHAÎNES DE MESURE DU PH À ÉLECTROLYTE GEL MODE D'EMPLOI ba76137f01 03/2013 4110 / 4110-3 CHAÎNES DE MESURE DU PH À ÉLECTROLYTE GEL 4110 La version actuelle du mode d'emploi est disponible sur Internet à l'adresse www.ysi.com. Coordonnées Copyright

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L OCRE FERREUX

CONFÉRENCE SUR L OCRE FERREUX 1. Qu est-ce que l ocre ferreux? 2. Problèmes associés aux dépôts d ocre 3. Mesures correctives : un aperçu! 1. Qu est-ce que l ocre ferreux? En présence d eau dans le sol, le fer réduit s oxyde lorsqu

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 SOMMAIRE

Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 SOMMAIRE Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et Corse Situation 2000-2010 Qualité des boues d épuration urbaines recyclées sur les bassins Rhône-Méditerranée et

Plus en détail

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè.

Les Confitures. Photo : M.Seelow / Cedus. Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. Photo : M.Seelow / Cedus Dossier CEDUS Avec la collaboration de l Université de Reims : Prof Mathlouthi, MC Barbara Rogè. LES CONFITURES TABLE DES MATIERES DYNAMIQUE INTRODUCTION I. DEFINITION DES CONFITURES

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Les amendements organiques : fumiers et composts

Les amendements organiques : fumiers et composts MODULE 7 CHAPITRE 12 Les amendements organiques : fumiers et composts SOMMAIRE 1. Les formes d azote, de phosphore et de potassium des fumiers et composts 2 1.1 Azote (N) et rapport C/N 2 1.2 Phosphore

Plus en détail

en grandes cultures Le «Guide des pratiques de conservation en grandes cultures» est disponible au coût

en grandes cultures Le «Guide des pratiques de conservation en grandes cultures» est disponible au coût P G U I D E D E S en grandes cultures ra t i q u e sde conserv a t i o n Ce feuillet est extrait du «Guide des pratiques de conservation en grandes cultures» publié par le CPVQ en mars 2000. Ce guide a

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme"

Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en forme Faire son compost Composter ses déchets pour un jardin et des plantes vertes en "forme" La fabrication du compost permet de réduire le volume de sa poubelle et de produire, à partir de déchets organiques

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

EM Aktiv + Fourrage carboné. Extraits de plantes fermentées. Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal.

EM Aktiv + Fourrage carboné. Extraits de plantes fermentées. Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal. EM Aktiv + Extraits de plantes fermentées Fourrage carboné Produit fermenté et biologiquement activé (ensilage) avec du charbon végétal. EM Aktiv+ pour chevaux Application et dosage: Administrer chaque

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES?

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? 1. CONSOMMATION DE PAPIER Les écoles primaires et secondaires bruxelloises consomment chaque année 250 millions de feuilles A4, soit environ

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau

Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Étape 1 : Balancer la chimie de l'eau Au printemps surtout et durant l'été, il sera important de contrôler et d'ajuster certain paramètres qui constituent la chimie de l'eau. Cet étape est bien souvent

Plus en détail

Les bases du compostage : lien entre maturité et usage du(des) compost(s).

Les bases du compostage : lien entre maturité et usage du(des) compost(s). Recherche Innovation Transfert de Technologie pour les Matières fertilisantes Organiques Les bases du compostage : lien entre maturité et usage du(des) compost(s). Nicolas THEVENIN Plan 1. Compostage :

Plus en détail

«Cette initiative. s avère un outil novateur qui mettra à la disposition de l industrie et des municipalités des façons éprouvées d implanter et

«Cette initiative. s avère un outil novateur qui mettra à la disposition de l industrie et des municipalités des façons éprouvées d implanter et L e gazon fait partie de notre vie quotidienne. En raison de ses multiples qualités, la pelouse se trouve au centre de nombreux aménagements paysagers, à peu près partout au Québec. Peut-on imaginer un

Plus en détail

Présentation Commerciale

Présentation Commerciale Présentation Commerciale Biogaskontor Plan de la présentation 1 Les technologies Naskeo 2 L offre commerciale 2 La société Naskeo Environnement en chiffres Société anonyme Capital de 63 000 Fonds propres

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil RÉSUMÉ La protection phytosanitaire des vignobles représente une des chaînons les plus importantes des systèmes de production viticole (Enoiu I., 2006, Tomoioagă, 2006). Les dépenses liées aux produits

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Murs en maçonnerie. de terre cuite. Maçonnerie de parement. Belgische Baksteenfederatie. Kartuizersstraat 19 bus 19-1000 Brussel

Murs en maçonnerie. de terre cuite. Maçonnerie de parement. Belgische Baksteenfederatie. Kartuizersstraat 19 bus 19-1000 Brussel Murs en maçonnerie de terre cuite Belgische Baksteenfederatie Kartuizersstraat 19 bus 19-1000 Brussel tel. 00 32 (0)2 511 25 81 fax. 00 32 (0)2 513 26 40 www.baksteen.be Maçonnerie de parement TABLES DES

Plus en détail