Quels enseignements peut-on attendre d un concept d équilibre de moyen terme?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quels enseignements peut-on attendre d un concept d équilibre de moyen terme?"

Transcription

1 Quels enseignements peut-on attendre d un concept d équilibre de moyen terme? F. Thibault 1 Centre d Économie de Paris-Nord (CEPN) CNRS-UMR Université Paris Nord Février 2002 JEL : E61, E1, C32 et C51 1 UFR sciences économiques, 99 av. J.-B. Clément Villetaneuse L auteur tient à remercier J.-W. Angel, K. Bouthevillain, P. Morin et J. Oudinet pour leurs critiques et remarques sur une version préliminaire de ce document.

2 Introduction Qu elles concernent le chômage, les taux de change, le partage de la valeur ajoutée, l économie dans son ensemble ou la croissance... la plupart des analyses économiques élaborent leur diagnostic en faisant référence à l équilibre de moyen terme. Considéré comme un point de repère indispensable à la compréhension de situations effectives plus éphémères, il renseigne - à la fois - sur ce vers quoi l économie doit tendre et se maintenir (un point fixe) et sur les moyens d y parvenir (le processus) à un horizon relevant de la politique économique. Si commune que soit cette démarche, le concept d équilibre sur lequel elle doit se fonder n a jamais été consensuel. Nul doute que si le système d ordre supérieur dont parle LEIJONHUFVUD (1995) existe 2, il nous reste pour le moment inaccessible. Ainsi, au-delà de la définition première de l équilibre proposée par GUERRIEN (1996), dans son Dictionnaire d analyse économique, «situations où rien ne bouge car les agents ne sont pas incités à modifier leur plan compte tenu de l information dont ils disposent et des contraintes qu ils subissent.» (GUERRIEN, Page 190) les débats commencent. Débats théoriques d abord puisque l équilibre dépend d une succession de choix opérée par le modélisateur concernant les caractéristiques des agents (goûts, ressources...), le cadre institutionnel dans lequel ils établissent leurs plans et leurs croyances concernant les réactions des autres agents et du «système» dans son ensemble. Le plus important de ces choix et probablement le plus négligé dans les travaux de politique économique est le traitement du temps. Il opère pourtant une distinction fondamentale entre les équilibres intertemporels et les équilibres temporaires qui va largement déterminer les caractéristiques des variables d équilibre et notamment la nature des anticipations, le rôle joué par l incertitude, la capacité des autorités publiques à réguler le système ou encore la nature des politiques économiques à conduire. 2 Système qui gèrerait effectivement le monde mais qui ne nous est pas directement abordable.

3 Débats entre praticiens ensuite puisque les conseils de politique économique sont généralement construits pour fournir des orientations de moyen terme alors que cet horizon temporel n a aucun équivalent théorique précis. Il reste au praticien à donner un contenu objectif à une notion qui n en a pas de sorte que sa conception du temps va fortement déterminer ses résultats.

4 I. LE TEMPS ET L EQUILIBRE ECONOMIQUE Les travaux théoriques traitant de l interaction entre le temps et l équilibre jalonnent l histoire de la pensée économique depuis MARSHALL, WALRAS, HICKS, LINDAHL, KEYNES, MALINVAUD 3 Leur synthèse et leur approfondissement dépasseraient largement le cadre de cet article dont l objectif essentiel est de fournir quelques éléments de cadrage qui sont trop souvent absents des débats combinant concept d équilibre et conseils de politique économique 4. Dans cette partie, nous nous contenterons donc de reprendre certains aspects des analyses fondatrices de WALRAS (1874) dans Éléments d économie politique pure, et de MARSHALL (1890) dans Principles of Economics, qui restent encore d actualité dans les débats portant sur la définition de l équilibre. I.1 De l équilibre intertemporel à l équilibre temporaire La réalisation de l équilibre, défini en introduction, suppose la satisfaction de trois conditions (D ASPREMONT et alii, 1989). La première est la rationalité individuelle : c est en parfaite connaissance que les agents sélectionnent un état comme le meilleur et le retiennent pour constituer l équilibre. Cette condition garantit la stabilité de l état atteint puisque les individus n ont alors aucune incitation à modifier leur comportement. La seconde condition requise est la compatibilité des actions : les plans de tous les agents doivent être mutuellement cohérents et simultanément réalisables. Enfin, la dernière condition nécessaire à la réalisation de l équilibre est la conformité des anticipations : «(...) la rationalité des actions exige (...) la conformité de l ensemble des aspects pertinents de la conjoncture où elles sont nées avec la perception qu en avaient leurs auteurs. Cette conformité des perceptions - troisième élément caractéristique de l équilibre - conditionne l absence d incitation (...) à s écarter des représentations 3 Pour des travaux récents, voir notamment le numéro spécial de Recherches Économiques de Louvain (1989) ou le numéro de la Revue Économique (1995) consacré à l économie hors de l équilibre. 4 Pour cette même raison, les notions d optimum et d unicité de l équilibre ne seront pas directement abordées.

5 de l environnement entretenues auparavant» (DOS SANTOS FERREIRA, Page 401) WALRAS et MARSHALL associent systématiquement l équilibre à chacune de ces caractéristiques. Pourtant les concepts qu ils décrivent ont bien peu de points communs. L équilibre walrasien suppose un système clos de marchés interdépendants (équilibre général) et un processus d ajustement par les prix. Il est essentiellement abstrait, axiomatique, stable et «statique». Ce dernier adjectif reflète surtout la réalisation immédiate de l équilibre : le processus de tâtonnement a lieu avant l ouverture des marchés grâce au commissaire-priseur dont le rôle est d afficher les prix puis de centraliser l ensemble des offres et des demandes. L équilibre marshallien, suppose un bien homogène plus ou moins isolé des autres marchés (équilibre partiel) et un processus d ajustement par les quantités. Il est souvent qualifié de pragmatique, d instable et de «dynamique». Mais ce n est pas dans cette description des équilibres statiques (conçus comme les points fixes d un processus) que l essentiel des divergences entre MARSHALL et WALRAS est perceptible. C est dans l analyse de l interaction entre le temps et l équilibre qu elles apparaissent. Pour s en apercevoir, il est nécessaire d aller en amont de l équilibre et d analyser le processus qui conduit l économie vers ce point fixe. Il est également indispensable de se placer en aval et de voir l évolution de l équilibre au cours du temps. Plongeons d abord l économie en dynamique. Immédiatement, la condition de conformité des anticipations devient l exigence de leur exactitude. Dans le cadre walrasien, cette nouvelle nécessité n a aucune incidence sur la réalisation de l équilibre. Le recours à l existence d un système complet de marchés permet aux agents de faire - dès l instant initial - des choix intertemporels sur tous les biens présents et futurs, à des prix déterminés et connus de tous. Anticipations et réalisations ne se distinguent que d un point de vue conceptuel puisque l incertitude n existe pas 5. Cette absence d interaction entre le temps et l équilibre conduit à conserver son aspect statique à l analyse de WALRAS. 5 Il faut probablement distinguer ici entre le concept d équilibre walrasien, tel qu il est aujourd hui défini, des écrits de WALRAS eux-mêmes. En effet, la modélisation axiomatique de l équilibre walrasien intertemporel proposé par ARROW et DEBREU a sûrement conduit à affirmer la nature parfaite des anticipations des agents et à ignorer les questions de déséquilibre et de

6 «La portée réelle de l hypothèse en question [des anticipations parfaites dans le système d équations walrasien] est, donc, que les idées des individus concernant le futur sont telles que leurs actions conduisent exactement à l état qu ils avaient anticipé» (LINDAHL, Page 285) En dehors de ce cadre, le constat que des erreurs d anticipations ont été commises concernant des situations définitivement passées, ne peut conduire qu à réviser des plans virtuels (dont les fondements ne peuvent d ailleurs être qualifiés de naturel au sens où nous l entendrions sur un sentier stationnaire). C est ce choix que fait MARSHALL. Il conçoit les anticipations comme un élément fondamental du processus menant à l équilibre, dans la mesure où les actions, des offreurs et des demandeurs, sont dissociées dans le temps. Lorsque les producteurs établissent leur programme de maximisation, ils anticipent un prix d offre correspondant à la quantité qu ils décident de fabriquer. Mais le prix de demande effectif, qui est le prix auquel ils pourront effectivement écouler cette marchandise, n aura aucune raison d être égal au prix d offre anticipé. Dans ces conditions, il devient impossible de confondre anticipations et réalisations. Le temps s accompagne chez MARSHALL de l incertitude qui ôte à l existence de l équilibre le caractère systématique qu il possède chez WALRAS. prévisions. Ainsi, dans sa parabole du lac, WALRAS (1874) évoque davantage un cadre d anticipations rationnelles : «Finalement, afin de se rapprocher davantage de la réalité, nous devons abandonner l hypothèse d une période de marché annuelle et adopter à la place l hypothèse d un marché continu. De cette façon, nous passons de l état statique à la dynamique. [Ce marché continu], tend perpétuellement vers l équilibre sans jamais l atteindre réellement, car le marché n a pas d autre manière de s approcher de l équilibre que le tâtonnement et, avant que le but ne soit atteint, il doit renouveler ses efforts et recommencer de nouveau, toutes les données de base du problème, c est-à-dire les quantités initialement possédées, les utilités procurées par les biens et services, les coefficients techniques, l excès du revenu sur la consommation, les besoins en capital, etc., ayant changé entre-temps. Vu de cette manière, le marché est comme un lac agité par le vent, où l eau cherche de façon incessante son niveau sans jamais l atteindre. Mais tandis qu il y a des jours où la surface du lac est presque lisse, il n y a pas un seul jour où la demande effective de produits et de services est égale à l offre effective et où le prix de vente des produits est égal au coût des services productifs utilisés pour les fabriquer... Comme un lac est, certaines fois, secoué jusque dans ses profondeurs par un ouragan, le marché est parfois secoué de violents désordres par des crises, qui sont des perturbations de l équilibre, soudaines et générales. Plus nous saurons de choses à propos des conditions idéales de l équilibre, plus nous serons capables de contrôler ou de prévenir les crises.» (WALRAS, Section 322)

7 La condition de rationalité individuelle, exigée par la définition de l équilibre, doit également être précisée dans ce contexte dynamique. Dans le cadre walrasien, les anticipations sont nécessairement parfaites, puisque les agents sont supposés connaître l avenir et le fonctionnement de l économie, avec certitude 6. Mais la possibilité que les agents marshalliens puissent commettre des erreurs ne signifie pas qu ils soient irrationnels. Avec GROSSMAN (1981), DOS SANTOS FERREIRA (1989) s attache à démontrer le contraire. Bien plus, il soutient que les premières intuitions, de ce qui sera qualifié plus tard d anticipation rationnelle, se trouvent dans les écrits de MARSHALL 7 : «Bref, la rationalité des actions suppose des anticipations rationnelles ou, plus exactement rationnellement formées» 8. En effet, quel que soit l horizon sur Ceci ne change rien, par contre à la nature invariante de l équilibre. Au contraire, cette parabole est très claire à ce sujet. 6 Dans son article «From Walras s General Equilibrium to Hicks s Temporary Equilibrium», INGRAO (1989) rappelle que MORGENSTEN avait souligné, dès 1935, l incohérence qui existe entre l hypothèse d anticipations parfaites et celle de tâtonnement. Malgré sa pertinence, cette critique n est jamais évoquée. 7 Selon GROSSMAN (1981), les anticipations marshalliennes sont adaptatives à court terme et rationnelles en longue période. DOS SANTOS FERREIRA (1989) juge cette interprétation comme une lecture trop keynésienne des écrits de MARSHALL. Il considère que les anticipations marshalliennes sont systématiquement rationnelles, y compris dans le très court terme. 8 Elles n ont cependant pas la même signification que le concept standard d anticipations rationnelles. En effet, il faut rappeler avec GUERRIEN (1996) que les anticipations rationnelles désignent un cas particulier de prévision parfaite dans lequel il peut exister des évènements aléatoires mais où l anticipation est parfaite car elle est faite à partir des lois de probabilité effectivement suivies par les phénomènes étudiés. Des anticipations rationnelles ne conduisent pas systématiquement à des prévisions parfaites mais les erreurs effectuées ne peuvent être systématiques sans quoi les agents s en apercevraient et intégreraient cette information dans leurs calculs. La rationalité sous-jacente au concept d anticipations rationnelles est donc très forte puisqu elle suppose, en plus de l utilisation au mieux de l information disponible, la connaissance du vrai modèle de l économie (lois suivies à un facteur aléatoire près). Comme les anticipations rationnelles sont un cas particulier de prévisions parfaites, elles présentent les mêmes caractéristiques et notamment elles supposent l équilibre permanent et l auto-réalisation des croyances des agents.

8 lequel ils raisonnent (à long terme pour accroître leur stock de capital ou à très court terme pour vendre une marchandise non stockable), les agents fondent leurs décisions sur l exploitation au mieux de l information disponible et sur la représentation du mode de fonctionnement de l économie qu ils ont en tête (celle-ci peut concerner les mécanismes de marché, l évolution des prix ou encore la démographie et les mouvements migratoires ). Ils agissent donc rationnellement, tout en ne connaissant pas le vrai modèle de l économie. La conception du temps de WALRAS et MARSHALL conduit ainsi à décrire des agents très différents. Les uns sont entièrement responsables de leurs actions puisqu ils agissent en parfaite connaissance de cause (de sorte que l équilibre est nécessairement très proche de la réalité) tandis que les autres sont voués à un tâtonnement perpétuel au fur et à mesure qu ils corrigent leurs erreurs (ce qui signifie qu il peut exister des déséquilibres durables). Plaçons à présent l économie dans un cadre séquentiel et voyons de quelle manière le temps structure l équilibre. Dans ce but, nous pouvons considérer les trois périodes «étalon» qui se retrouvent généralement dans la littérature économique : celle de l échange pur ; celle du processus de production et celle du processus d accumulation. WALRAS s attache à toutes les aplanir pour faire du temps une seule et même période. Quand il traite de la théorie de l échange pur - que nous avons déjà évoquée -, il peut assez aisément conduire cet exercice : le seul processus existant est celui de la formation des prix tandis que l échange lui-même n est pas analysé. Mais deux difficultés apparaissent, dès qu il s intéresse au processus de production. La première a trait à la transformation des marchandises qui permet la production de nouveaux services ou produits par la combinaison de services ou produits existants. Pour surmonter la modification induite des conditions du marché, WALRAS précise que le processus de production est également établi par les agents avant l échange et qu il est représenté durant le tâtonnement par des bons. La seconde difficulté qu il doit dépasser réside dans la prise en compte du temps nécessaire à l exécution du processus de production. Là, WALRAS (1874) est contraint de faire «purement et simplement abstraction de ce délai (...)». C est d ailleurs la même attitude qu il adopte pour traiter le processus d accumulation de capitaux neufs (la production des biens de production nécessaires à la production des autres biens). Bien que la durée requise soit plus longue, il se place dans un cadre temporel suffisamment réduit pour que les conséquences de l accumulation, sur la production ultérieure d autres produits, puissent être négligées : la production de bien de production est instantanée et, elle aussi, est réglée au cours du tâtonnement par des bons. Nous sommes bien alors dans le cas d un équilibre atemporel, «statique» mais non stationnaire.

9 L approche marshallienne est strictement inverse. Tout au long des Principles of Economics, la nécessité de ne jamais dissocier le temps de l équilibre est soulignée : «Les marchés dépendent du temps dont disposent les forces de l offre et de la demande pour converger vers l équilibre aussi bien que de l aire sur laquelle elles peuvent agir. Et cet élément de Temps requiert pour l instant plus d attention que celui de l Espace. La nature de l équilibre lui-même et celles des causes par lesquelles il est déterminé dépendent de la longueur de la période sur laquelle le marché est considéré. Nous devrions trouver que si la période est courte, l offre est limitée par les stocks existants ; si la période est plus longue, l offre sera plus ou moins influencée par le coût de production du bien en question ; et si la période est très longue, ce coût sera lui même influencé par le coût de production du travail et des choses matérielles requises pour produire ce bien.» (MARSHALL, Pages ). La prise en compte de la durée incompressible de l échange et de la production oblige, selon MARSHALL, à découper le temps en quatre grandes périodes. Dans chacune d entre elles, le prix est gouverné par la relation entre la demande et l offre mais le contenu de l offre est modifié. A très court terme, pour la détermination des prix de marchés, il représente le stock disponible du bien en question. A court terme, pour la détermination des prix normaux (le terme Normal se référant ici à des périodes courtes de quelques mois ou d un an), l offre correspond globalement à ce qui peut être produit pour le prix en question étant donné le stock d équipement disponible. A moyen terme, pour la détermination des prix normaux (lorsque le terme Normal se réfère à des périodes longues de plusieurs années), l offre fait référence à ce qui peut être produit par un équipement qu il est lui-même rentable de produire et d exploiter pendant un temps donné. Enfin, à long terme, les déterminants des mouvements séculaires du prix normal sont causés par la croissance progressive de la connaissance, de la population, du capital et des changements de conditions de l offre et même de la demande : «Quand l offre et la demande sont sur un équilibre stable, si n importe quel accident déplace l échelle de production de sa position d équilibre, des forces rentreront immédiatement en jeu qui tendront à l y ramener (...). Mais dans la vie réelle, de telles oscillations sont rarement aussi rythmiques que celles d une pierre suspendue dans le vide à l aide d une ficelle (...). Par conséquent, l offre et la demande ne peuvent en pratique toutes deux demeurer inchangées pour une longue période de temps mais sont en changement constant ; et chacun de leur changement altère le montant d équilibre et le prix d équilibre, et donc donnent de

10 nouvelles positions aux centres autour desquels oscillent le montant et le prix.» (MARSHALL, Page 289) Nous sommes loin de l intertemporalité walrasienne puisque l équilibre que décrit MARSHALL y compris à long terme - est daté et localisé. Et dans chacune des quatre périodes qu il évoque, les anticipations sont fondamentales. En fonction de leur représentation du mode de fonctionnement de l économie, les agents définissent les variables à prévoir. Par exemple, pour anticiper leurs dépenses salariales à moyen terme et décider ensuite de leurs investissements, les producteurs prennent en compte le niveau du salaire courant mais également les mouvements migratoires éventuels, l orientation des enfants par leurs parents vers les secteurs offrant les meilleures rémunérations et l influence des fluctuations de l offre de travail qui en découlent sur le salaire. Pour décider du niveau de leur offre à court terme, ils considèrent le niveau de la demande et leurs anticipations sur la nature de la concurrence (nombre de producteurs) actuelle et à venir ou celles portant sur leur pouvoir de marché (capacité d imposer leur prix). Mais comme le souligne DOS SANTOS FERREIRA (1989), c est encore sur le très court terme que la spécificité des anticipations marshalliennes est la plus évidente. Le cadre d analyse est alors très proche de celui de l échange pur proposé par WALRAS, puisque l offre est limitée par les quantités disponibles. Pourtant ceci ne va rien ôter au caractère décisif des prévisions marshalliennes. Si une marchandise est stockable, les marchands fixeront le niveau de l offre en fonction de leurs anticipations sur l état à venir du marché. Si une marchandise est non stockable, il n est plus nécessaire d élaborer des prévisions portant sur les périodes futures. Il est cependant toujours indispensable de faire des anticipations sur le mode de fonctionnement réel des marchés. Dans la mesure où, il n existe pas chez MARSHALL de mode de centralisation de l information (comme commissaire-priseur walrasien), ni de connaissance parfaite de l économie, chaque agent décentralisé agit en fonction de ses connaissances «parfaites». Ce sont elles qui font qu il ne procédera à aucun achat et à aucune vente si le prix effectif est trop différent du prix qu il considère comme normal. Et c est parce qu il agit ainsi que le prix effectif ne s éloignera jamais trop du prix d équilibre. Des transactions peuvent donc avoir lieu à un prix différent du prix d équilibre dans la mesure où ce dernier est approché et non vérifiable. Elles peuvent également s effectuer à différents prix au cours de la période en raison du temps que prend l échange et donc de la possibilité

11 que le prix a de varier. Échanges et formation des prix constituent ici un même processus 9. Au contraire du concept d anticipations rationnelles standard, la réalisation de l équilibre chez MARSHALL n implique pas que toutes les prévisions soient réalisées (celles concernant la période de marché et celles concernant les périodes ultérieures). Seule la justesse des anticipations portant sur la période courante du processus de transactions est exigée. Les plans des agents ne sont donc que temporairement compatibles (et non indéfiniment) et les anticipations sur lesquelles ils fondent leurs offres et leurs demandes peuvent parfaitement être erronées. Autrement dit, il ne s agit pas d un d équilibre d anticipations rationnelles mais bien d un équilibre temporaire Ces notions d exploitation de l ensemble de l information disponible, que DOS SANTOS FERREIRA (1989) qualifie d anticipations rationnellement formées en présence d incertitude et de compétence des opérateurs, pourraient être rapprochées du concept de rationalité procédurale proposée par SIMON (1986) ou des travaux sur les routines décisionnelles. Le premier désigne la rationalité limitée non pas par l absence de rationalité des agents mais pas la contrainte qu ils ont de prendre des décisions qui leur paraissent les «meilleures» alors qu ils ne disposent pas de toute l information (monde «flou»). Les seconds insistent sur le fait que les agents ne s adaptent pas à un environnement complexe par des comportements de plus en plus complexes mais, a contrario, en adoptant des comportements routiniers (HEINER, 1983). De même DAY (1995) et LEIJONHUFVUD (1995) insistent sur les moyens développés par les individus pour appréhender le mode de régulation du système. Loin d avoir un comportement d optimisation intertemporel, ils fixent des règles et établissent des institutions stables qui leur permettent de définir des routines décisionnelles. 10 Il semble que la présentation académique de l analyse marshallienne en terme d équilibre partiel ait conduit à oublier sa pensée concernant l équilibre temporaire. L introduction de ce concept est plus généralement attribuée à HICKS, même si certains auteurs contestent cette paternité (DOS SANTOS FERREIRA (1989) lui préfère MARSHALL, INGRAO (1989) l attribue à LINDAHL (1939)).

12 I.2 La théorie du déséquilibre comme troisième voie? La détermination de toute variable d équilibre repose sur un premier choix fondamental entre approche temporaire et approche intertemporelle. Choisir la première, c est admettre que les anticipations représentent un des éléments fondamentaux de la vie économique qui conditionnent le niveau de l équilibre et sa réalisation. C est aussi choisir la voie de la complexité. D une part, les anticipations constituent une grandeur floue variant avec les circonstances de sorte qu il n est pas possible de les appréhender en faisant exclusivement référence aux fondamentaux de l économie (ce qui aurait pour avantage de leur donner une forme relativement précise et immuable). Il est donc nécessaire de prendre en compte - en plus des éléments observables des variables telles que l «amour du jeu», les comportements routiniers, le «climat des affaires», la capacité de l État à réduire l incertitude (par les grands projets menés, par la distribution des revenus qu il assure, par les règles qu il édicte ). D autre part, les anticipations et l incertitude peuvent mettre à mal l existence même de l équilibre. Premièrement, si l ensemble des agents demande simultanément un même bien parce qu ils anticipent tous que son prix va augmenter, l insuffisance de l offre empêchera la réalisation de l équilibre temporaire. Ce dernier suppose donc la diversité des anticipations (au contraire des anticipations rationnelles). Deuxièmement, les agents peuvent parvenir à la banqueroute, soit parce qu ils ont fait des choix erronés, soit parce qu ils ont décidé de se mettre volontairement en situation d endettement maximum. Afin d éviter ce cas de figure, il est nécessaire de supposer l existence de systèmes de sanctions (GUERRIEN, 1989). Malgré ces difficultés, c est cette voie qu ont choisi KNIGHT, LINDAHL, HICKS et qui marque la pensée de KEYNES. Pour qualifier cette dernière, INGRAO (1990) parle d ailleurs de «théorie générale de l incertitude». Pourtant, beaucoup de keynésiens ont négligé cet aspect (LEIJONHUFVUD, 1968). A cet égard, HICKS apparaît comme un personnage ambigu 11. D un côté, son œuvre est suffisamment marquée par le concept d équilibre temporaire pour que sa paternité lui soit attribuée. De l autre côté, il 11 Dans un article récent, DE VROEY (1999) le qualifie d ailleurs de «brouilleur de cartes» et écrit : «HICKS a le défaut d avoir hésité entre WALRAS et MARSHALL et d avoir pensé qu il était possible de prendre chez l un et l autre de ces auteurs ce qu il aimait tout en reléguant ce qu il y trouvait de non valable. Selon moi, une telle synthèse ne devrait pas être entreprise» (DE VROEY, Page 80)

13 fait disparaître toute notion d incertitude du modèle IS-LM qu il propose en 1936 et qui fonde la Synthèse néoclassique. Ainsi, il pose le taux d intérêt comme le prix égalisant l offre et la demande de monnaie et non comme la récompense au renoncement de la thésaurisation et il réduit l efficacité marginale du capital au taux d intérêt nominal (KEYNES (1937), JABKO (1990)). Opter pour un cadre intertemporel, c est admettre que tout déplacement de l économie au-delà de la courte période est un déplacement de l équilibre. Dans ces conditions, les variables d équilibre restent nécessairement très proches des variables effectives et les agents sont obligatoirement responsables puisqu ils ont rationnellement fait leur choix. Les développements modernes des travaux portant sur la notion d équilibre ont tendance à préférer cette approche. Il est vrai qu elle présente plusieurs avantages. Elle autorise une rationalisation des problèmes et un recours aux instruments mathématique et économétrique à des fins d application. Elle permet de calculer un ensemble d indicateurs économiques susceptibles de servir d aides à la décision (niveau d équilibre des taux d intérêt, distinction entre chômage transitoire et chômage d équilibre ). Ainsi que le note GAFFARD (2000), elle est capable de mimer la réalité et «acquiert cette capacité de rendre intelligible, dans les termes du langage qui lui sont propres, n importe quelle situation observable», y compris avec la théorie des cycles réels, les fluctuations de l activité économique qui jusqu à présent étaient conçus comme des écarts à l équilibre. Mais si elle fournit indéniablement des éléments de réflexion essentiels, sa portée reste très limitée. Comme l écrit LEIJONHUFVUD (1995) : «Ainsi donc, les économistes ont développé une armada fantastique de méthodes d optimisation. Ces méthodes sont en réalité très utiles pour traiter d une large variété de problèmes. Mais l optimisation peut être appliquée seulement si toutes les conséquences des actions alternatives peuvent être sérieusement dressées à l avance ( ). La violation de la Complexité Hiérarchique réside dans cette hypothèse que l agent économique représentatif comprend complètement son environnement, c est-à-dire, comprend complètement le système d ordre supérieur auquel il appartient. Dans de tels modèles, il n y a pas de place pour la véritable surprise ou pour l émergence de phénomènes et par conséquent pas de besoin réel des mécanismes de marché ou d autres formes d adaptation décidées. ( ) Et, bien sûr, pas besoin d économistes». (LEIJONHUFVUD, Page 1499)

14 Entre ces deux lectures opposées d une même réalité économique, se dessine un gouffre infranchissable. Certains parlent de «no bridge». Pourtant, par plusieurs aspects, la théorie des équilibres temporaires à prix fixes apparaît comme une troisième voie, empruntant aux analyses de MARSHALL et de ses successeurs, les notions d incertitude, d anticipations et de déséquilibre et à l analyse axiomatique de l approche walrasienne sa formulation mathématique et ses fondements microéconomiques. Cette alternative est séduisante. Pour juger sa pertinence, il est plus aisé de comparer la théorie des équilibres à prix fixes à celle de KEYNES, puisque la première affirme aller au-delà de la seconde, laquelle est fondée sur le rejet du cadre intertemporel. Développée sous l impulsion initiale de CLOWER (1965) et LEIJONHUFVUD (1968), l approche des équilibres temporaires reconnaît le déséquilibre comme une caractéristique majeure du fonctionnement des économies décentralisées Développée sous l impulsion initiale de CLOWER (1965) et LEIJONHUFVUD (1968), cette approche reconnaît le déséquilibre comme une caractéristique majeure du fonctionnement des économies décentralisées 12. Elle fonde cette affirmation en prenant comme postulat fondamental la contestation de l hypothèse de parfaite flexibilité des prix à court terme : les prix sont fixés pour la période étudiée mais peuvent bouger d une période à l autre. Cette non-flexibilité empêche alors les prix de s ajuster automatiquement à leur valeur walrasienne pour laquelle l offre est égale à la demande sur tous les marchés. En outre, la théorie des équilibres temporaires à prix fixes va au-delà du raisonnement de KEYNES en intégrant les aspects de l offre qu il avait négligés et qui ont conduit à confiner son analyse au court terme (le niveau de la production est déterminé par la demande de biens et les contraintes de rentabilité qui limitent l offre ne sont pratiquement pas prises en compte). Au total, l ambition de cette théorie est double : d une part, décrire le fonctionnement des marchés lorsque les prix n égalisent pas systématiquement l offre et la demande et rendre compte de la diversité des situations envisageables qui en découle (notamment l existence d équilibres de sous-emploi avec chômage involontaire) et d autre part, étudier les fondements micro-économiques de la macroéconomie (PICARD, 1985). 12 Ne parle-t-on pas d ailleurs de théorie du déséquilibre?

15 Pratiquement, en l absence de commissaire-priseur walrasien organisant un tâtonnement sur les prix préalable à la réalisation des échanges, ceux fixés n égalisent spontanément les offres et les demandes globales. Dans ces circonstances, si les agents effectuent immédiatement des transactions, elles laisseront subsister - dans la grande majorité des cas - des déséquilibres. Leur connaissance (théorique) constitue pour les agents des contraintes quantitatives qui s imposent à eux, limitent leurs transactions et dont ils vont se servir pour reformuler leurs propositions d échanges. Les prix ne sont plus alors l unique vecteur par lequel l information est transmise aux agents : le tâtonnement se fait également sur signaux-quantités. Loin de faciliter la tâche du commissaire-priseur, cette hypothèse la rend plus délicate puisque c est lui qui doit définir les règles de rationnement (sachant qu il peut en exister une infinité) qui vont rendre compatibles les plans des agents. Ce processus conduit à distinguer avec CLOWER les transactions désirées ou notionnelles - fonction du seul vecteur de prix - des demandes effectives qui tiennent compte de l information que constituent les contraintes quantitatives. Ce processus (virtuel) se déroule alors jusqu à ce que les agents ne modifient plus leurs plans, bien qu ils sachent qu ils ne seront que partiellement exécutés (K équilibre). Comme dans le cas de la concurrence parfaite, aucun déséquilibre effectif n est observable puisque aucune transaction n est réalisée avant l obtention de la situation satisfaisante. D un point de vue plus appliqué, les travaux de MALINVAUD tendent également à faire admettre la théorie des équilibres temporaires à prix fixes comme la troisième voie. Ainsi, dans son ouvrage de 1983, «Essais sur la théorie du chômage», il s intéresse au lien entre profitabilité et niveau de l emploi. Il mêle régulièrement cadre walrasien et anticipations, équilibre économique et profitabilité. Il souligne la nécessité de réfléchir aux indicateurs de profitabilité, à la modélisation des anticipations, au rôle fondamental de l investissement Mais aussi stimulant que soit ce courant, il est indispensable d en relativiser l apport. Ainsi, dès le début de son ouvrage Théorie du déséquilibre et politique économique, PICARD (1985) écrit : Selon notre hypothèse, une part importante des dérèglements que connaissent aujourd hui, à des degrés divers, les économies occidentales, pourrait être expliquée par la déficience de ce mécanisme régulateur que constitue la flexibilité des prix et des salaires (PICARD, Page 8)

16 Cette citation rappelle qu il existe, pour les théoriciens des équilibres temporaires à prix fixes, un postulat plus fondamental que celui de la rigidité des prix : la supériorité de l approche de WALRAS. En effet, si le mode de formation des prix et des salaires reposait sur une flexibilité parfaite, l économie tendrait selon eux - naturellement vers un équilibre général walrasien 13. Or KEYNES s est toujours opposé à cette idée. C est même pour la combattre qu il a dessiné une nouvelle théorie. De même, l analyse marshallienne de l équilibre temporaire se trouve totalement évincée. Ainsi, tout en soutenant que cette approche constitue le cadre adéquat à l étude du lien entre profitabilité et chômage et qu elle se révèle un instrument précieux pour définir des mesures de politiques économiques, MALINVAUD (1983) précise que son domaine de validité se limite aux cas où les déséquilibres (offres ou demandes excédentaires) sont faibles, c est-à-dire au voisinage de l équilibre walrasien. Dans tous les autres cas, la théorie des équilibres temporaires à prix fixes reconnaît que le mécanisme de concurrence par les prix jouerait, y compris à court terme (CODDINGTON, 1978). En outre, la démonstration de l existence d équilibres de sous-emploi (avec chômage involontaire) qu elle conduit en adoptant le point de vue néoclassique de l individualisme méthodologique, repose sur un léger aménagement du cadre de la concurrence parfaite (GUERRIEN, 1989). Ainsi, l existence du multiplicateur est démontrée en recourant aux effets de report des rationnements qui sont liés à la nonflexibilité des prix : lorsque sa contrainte de rationnement est desserrée, l agent augmente ses offres et ses demandes ce qui desserre la contrainte d autres agents Ce raisonnement est bien loin des propos de KEYNES. En supposant implicitement l existence d un système complet de marchés, la théorie des équilibres temporaires à prix fixes ignore ici l incertitude qui est au cœur de l approche keynésienne (et a fortiori 13 MALINVAUD (1983) ajoute toutefois une précision. Soit, on utilise un modèle simple (comme son modèle de 1983) et alors la flexibilité des prix ne suffit pas à la réalisation de l équilibre walrasien (sauf par hasard) car il n y a aucune raison pour que la production de plein-emploi soit égale à la production de pleine utilisation des capacités de production. Soit, on fait deux hypothèses supplémentaires : (1), il est toujours rentable de produire à pleine capacité et (2) l offre de travail peut se réduire en cas de taux de salaire trop bas mais la réalisation de l équilibre walrasien pourrait nécessiter des ajustements substantiels et irréalistes du système des prix.

17 de MARSHALL). Elle ignore également l une de ses conséquences essentielles : la monnaie. Certes celle-ci n est pas absente des modèles d équilibres à prix fixes, mais elle n est qu un bien qui donne une certaine utilité (un argument de la fonction d utilité) en procurant du bien futur. Autrement dit, la propriété essentielle de liquidité (et la préférence pour la liquidité qui en découle) que KEYNES accordait à la monnaie n est pas prise en compte (KEYNES (1936,1937)). De la même façon, la définition de la demande effective mentionnée ci-dessus est très différente de celle que KEYNES développe dans ses écrits. Enfin, le cadre d analyse de la théorie des équilibres à prix fixes reste celui de l optimisation intertemporelle puisque les décisions d allocation dépendent des signaux perçus pendant la période étudiée (sous forme de prix et de contraintes quantitatives) mais aussi des anticipations formées sur les valeurs futures des différents paramètres à partir d un schéma de l économie connu de l ensemble des agents.

18 II. LE TEMPS ET LA PRATIQUE ECONOMIQUE Les orientations de politique économique sont souvent conduites avec pour toile de fond une analyse de moyen terme. En France, la Direction de la Prévision, l INSEE ou encore l OFCE se prêtent chaque année à un exercice de prévisions à un horizon de 5 ans qui permet de fixer les grandes tendances à venir de l économie française et de ses principaux partenaires. Dans les organismes internationaux (OCDE, FMI, WEFA ) cette pratique est également courante. En outre, de nombreux guides de politique économique, qui font l objet d évaluations régulières, sont estimés à «moyen terme» : la croissance potentielle, les taux de change ou le taux de chômage d équilibre... LEIJONHUFVUD souligne d ailleurs l intérêt de cette période d analyse : «Les représentations analytiques du comportement en économie se situent aux deux extrêmes avec, d un côté, les modèles d optimisation sur un horizon infini (stochastique) qui constituent l état de l art aujourd hui et, de l autre côté, les modèles adaptatifs gouvernés par de simples effets de retour sans fondement rationnel particulier. Aucun de ces extrêmes n est particulièrement raisonnable. Les comportements dynamiques dans les modèles à horizon infini tendent à trop lisser et ceux sans mémoire ni anticipation adaptative tendent à être chaotiques trop facilement. Le monde réel se situe quelque part entre les deux». (LEIJONHUFVUD, Page 1504) Pourtant, cet exercice reste extrêmement délicat dans la mesure où le moyen terme n a aucun équivalent théorique précis. Le praticien qui travaille à l évaluation d un équilibre sur cet horizon hybride, doit donc assumer deux sources d arbitraires : le choix d un modèle théorique et le choix d un concept de moyen terme. II.1 Le moyen terme : un horizon normatif Dans les Principles of Economics, MARSHALL écrivait : «Il nous faut souligner la distinction déjà faite entre prix normal et prix moyen. La moyenne des prix de n importe quel ensemble de ventes peut être réalisée sur un jour ou une semaine ou une année ou n importe quelle autre période de temps ; ou il peut s agir de la moyenne des ventes à un instant donné sur de nombreux marchés ; ou il peut s agir de la moyenne de nombreuses moyennes. Mais les conditions qui sont supposées normales pour n importe quel ensemble de ventes ne sont pas exactement les mêmes que celles qui vont prévaloir pour les autres : et c est donc seulement par accident qu un prix moyen sera un prix normal ; c est-àdire le prix qu un ensemble de conditions données tendent à produire. C est

19 seulement dans un état stationnaire que le terme normal signifie toujours la même chose : c est là et seulement là que «prix moyen» et «prix normal» sont synonymes» (MARSHALL, Page 309), après avoir signalé : «Le fait que les conditions générales de la vie ne soient pas stationnaires est la source de nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés ceux qui cherchent à appliquer aux problèmes pratiques les doctrines économiques.» (MARSHALL, Page 289) En insistant sur le recours aux analyses «moyennes» auquel procèdent les praticiens pour combler leurs difficultés à connaître à chaque instant les résultats observables dans un cadre stationnaire, MARSHALL rappelle la distance infranchissable qui sépare ces deux niveaux d appréhension de la réalité. Une approche moyenne, et notamment de moyen terme, ne peut prétendre s apparenter à une approche normale. Elle est nécessairement normative et ce, même si elle est conduite à partir du vrai modèle de l économie. Dans leur article sur les taux de change d équilibre fondamentaux, BOROWSKI, COUHARDE et THIBAULT (1998b), soulignent que selon les cibles de moyen terme retenues pour les équilibres interne (niveau de la production potentielle) et externe (objectifs de balance courante), le diagnostic peut parfaitement passer d une surévaluation à une sous-évaluation pour un taux de change donné. Certes, ce constat ne poserait aucune difficulté si l ensemble des analystes s accordait sur le niveau de ces cibles. Mais tel n est pas le cas. En matière d objectifs de balance courante, la seule certitude est, qu à très long terme, ils doivent être nuls dans tous les pays 14. Cependant l application de cette hypothèse sur un horizon de politique économique conduit à réduire la période durant laquelle les mécanismes économiques sont susceptibles d œuvrer de sorte que les déséquilibres mis en évidence ne peuvent servir de référence lors des débats de politiques économiques et que les mesures qui devraient être appliquées pour les résoudre ne peuvent être considérées comme réalistes (encadré n 1). 14 Les difficultés liées à la détermination du rythme de croissance potentielle sont développées dans la suite de l article.

20 La difficulté devient alors d arbitrer entre crédibilité politique et fondements théoriques du discours. L horizon de moyen terme permet de doser entre ces deux contraintes. Mais son absence de contenu clair offre la possibilité de définir des concepts plus flous qui conduisent souvent à des évaluations sur «mesure» (il suffit pour s en rendre compte de comparer les évaluations existantes des cibles de croissance interne ou de balance courante). Ainsi, dans son article fondateur sur les taux de change d équilibre, WILLIAMSON (1994) propose de substituer aux cibles nulles, le concept intermédiaire de «niveau soutenable de la balance courante» qu il fonde sur une approche en termes de balance structurelle : le taux de change d équilibre doit permettre d égaliser le solde structurel du compte courant (i.e. une fois corrigé des fluctuations de court terme) aux flux de capitaux nets «normaux» 15. A moyen terme, les pays peuvent enregistrer des déséquilibres durables de leur compte courant, s'accompagnant inévitablement de flux de capitaux. 15 Normal n est pas ici employé dans le sens marshallien évoqué plus haut.

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050

La productivité du travail et le salaire moyen par tête à l horizon 2050 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du mercredi 26 septembre 2007 à 9 h 30 «Actualisation des projections à long terme : les hypothèses» Document N 04 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques FMI 21 mars 2012 1 Plan de l exposé 1. Cadre budgétaire:

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

Économie Introduction du cours

Économie Introduction du cours Économie Introduction du cours Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Economie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http://cred.u-paris2.fr/node/69

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES

DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES DES TAUX À TERME POUR QUOI FAIRE? TROIS ILLUSTRATIONS SIMPLES Après un bref rappel de la filiation dans laquelle se situe ce travail, on propose trois utilisations simples des taux d intérêt à terme. ROLAND

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 2

Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 2 Chapitre 2 : La démarche prévisionnelle Introduction 2 La démarche prévisionnelle : Prépare l entreprise à exploiter les atouts et affronter les difficultés qu elle rencontrera dans l avenir. Comporte

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique Chapitre 1: Introduction à la science économique 1 Objectif: Définir l économique Tous les problèmes économiques proviennent du fait qu il y a rareté : nos besoins excèdent les ressources dont nous disposons

Plus en détail

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs

1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte de ses objectifs LA GESTION DU RENDEMENT Plan Introduction 1.1. Définition 1.2. Gestion du rendement dans une entreprise 1.2.1. Étapes d un processus de gestion du rendement 1.2.2. Accompagnement du salarié dans l atteinte

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO

Guide de la formation à la gestion et la comptabilité IDECO La connaissance n est pas un objet comme les autres La connaissance est une information à laquelle vous donnez du sens. Ce processus de construction des connaissances est de ce fait très personnel, lié

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée)

Thème 7. Introduction de la monnaie. (Le modèle IS-LM en économie fermée) Thème 7. Introduction de la monnaie (Le modèle IS-LM en économie fermée) A taux d intérêt inchangé, l introduction des impôts progressifs et de l ouverture aux échanges réduit fortement le multiplicateur.

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R

DOCUMENT FONCTIONNEL Analyse de sensabilité Monte Carlo Niveau 2 R DANS CE DOCUMENT, IL S'AGIT DE : Comment l analyse Monte-Carlo fonctionne-t-elle dans? Comment interpréter les résultats de l analyse de sensibilité Monte-Carlo? L analyse de sensibilité Monte-Carlo est

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail