La transplantation hépatique à donneur vivant apparenté : aspects techniques et résultats à propos de 28 cas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transplantation hépatique à donneur vivant apparenté : aspects techniques et résultats à propos de 28 cas"

Transcription

1 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : La transplantation hépatique à donneur vivant apparenté : aspects techniques et résultats à propos de 28 cas Liver transplantation in living related donor : techniques and results about 28 cases A. Graba *, K. Bentabak *, K. Boudjemaa **, B. Griene ***, D. Benmoussa ***, N. Fellah ***, T. Boucekine ****, N. Debzi ****, S.E. Bendib *****, S.A. Feraoun, M. Lakehal **, J.M. Bodin **, M. Attig *, M. Saidani *, M.W. Boubnider *, Nµ Kheidri *, F. Benbelkacem *, K. Cherchar *, C. Bouzid *, F. Yahiatene ***, A. Amroun ***, D. Ourad ***, F. Rezzoug ***, S. Nemouche ***, A. Nani ****, N. Afredj ****, N. Terki *****, H. Ait Kaci ******, Y. Oukaci ******, M. Reghis ******, T. Benathmane *******, M. Aribi ******* Groupe de transplantation Alger-Rennes / * Service de Chirurgie «A», CPMC / ** Service de transplantation Hépatique, CHU Rennes / *** Service d Anesthésie Réanimation, CPMC / **** Service d Hépato Gastro-entérologie, CHU Mustapha / ***** Service de Radiologie, Biologie, Hémoglobine, Anatomie Pathologie, CPMC / ****** Centre de Transfusion Sanguine, CHU Mustapha / ******* Service Psychiatrie, CHU Mustapha Mots clés Transplantation technique chirurgie foie donneur vivant intrafamilial insuffisance hépatique groupe transplantation Alger-Rennes. Résumé Les auteurs ont réalisé 28 transplantations hépatiques de février 2003 à ce jour. Les donneurs sont 13 hommes et 15 femmes avec un âge moyen de 26 ans(18 à 58 ans). Ils sont apparentés 24 fois au premier degré avec le receveur. Il a été réalisé dans 26 cas un foie droit, dans 1 cas un foie gauche et 1 donneur n a pas été prélevé. Les receveurs sont 18 hommes et 10 femmes avec un âge moyen de 32 ans (16 à 55 ans).l indication est posée pour cirrhose 8 fois au stade Child Pugh B et 20 fois au stade C. La transplantation est réalisée en position ortho topique selon la méthode du Piggy-back. Le rétablissement de la continuité biliaire est fait par anastomose bilio-biliaire 21 fois d et 6 fois par anastomose hépatico-jéjunale. Chez les donneurs la mortalité est nulle, une morbidité majeure a été notée 5 fois dont deux réinterventions. Aucune complication à distance n a été relevée. La morbidité chez les receveurs est de 64.3% (18 cas)dominée par les complications infectieuses et biliaires. La mortalité post opératoire précoce est de 8. Deux décès sont survenus à 6 et à 11 mois par complications biliaires et septiques 18 greffés sont vivants (64.3% ) avec un recul compris entre 10 et 80 mois avec une médiane de 38 mois. notre expérience nous encourage à persévérer dans cette voie en attendant un programme de transplantation à donneur cadavérique.haut du formulaire Keywords Transplantation surgical techniques liver family living donor liver deficiency transplantation group Algiers-Rennes Abstract The authors performed 28 liver transplants from February 2003 to date. The donors were 13 men and 15 women with a mean age of 26 years (18 to 58 years). There are 24 related both first degree recipient. Was achieved in 26 cases a right liver, in one case a left liver,and one donor has not been charged. Recipients are 10 women and 18 men with a mean age of 32 years (16 to 55 years). The indication is raised to 8 times cirrhosis in stage Child Pugh B and 20 times at stage C. Transplantation is performed in ortho topical by the method of Piggy-back. The restoration of biliary continuity is made by bilio-biliary anastomosis in 21 cases d and 6 times an hepaticojejunal anastomosis. Results in donors: mortality is zero, a major morbidity was rated 5 times including two reoperations (one hemoperitoneum, one phrenic abscess. No complications at a distance has been found. Morbidity among recipients is 64.3% (18 cases) dominated by infectious biliary, renal, and immunosuppression problems. Postoperative mortality was 8 cases (3 infections,2 no primary graft function, 1 thrombosis of the artery graft, 1 syndrome of ischemia reperfusion, 1Intraoperative hemorrhage. Two deaths occurred at 6 and 11 months by biliary and septic complication. Total of 18 transplant recipients are alive with a decline of between 10 and 80 months with a median of 38 months. Our experience encourages us to persevere in this way while waiting for a transplant program with cadaveric donor. Correspondance : Disponible en ligne sur Académie nationale de chirurgie. Tous droits réservés.

2 33 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : Introduction et Historique La Transplantation Hépatique est actuellement le traitement de choix des hépatopathies chroniques et aigues en phase terminale et, ainsi que des cas sélectionnés de carcinome hépatocellulaire sur cirrhose, et de certaines maladies métaboliques du foie. Depuis la 1 ère transplantation hépatique réalisée par Thomas E. Starzl (1)à Denver (USA) sur donneur cadavérique, cette thérapeutique s est développée après l introduction de la cyclosporine en 1980 permettant de traiter des milliers de malades à travers le monde (environ 1000 cas/an en France). Des Progrès ont été réalisés grâce au concept de réduction du greffon développé par H.Bismuth et D. Houssin (1984) qui a permis de greffer des enfants avec un foie réduit(2). Pichlmayr (3) en Allemagne a mis au point la technique du split (1990) qui permet de greffer 2 malades avec un seul greffon Raia (4) au Brésil ( 1988) rapporte le 1 er cas de THDV pédiatrique et Strong (5) le 1 er succès. En 1994 Makuuchi (6) à Tokyo réalise une transplantation hépatique à donneur vivant chez l adulte en utilisant le foie gauche. En 1994 Tanaka (7) à Kyoto utilise le foie droit avec succès. A Alger, les auteurs ont démarré un programme de THDVA en février 2003 grâce à un Partenariat avec l équipe de Rennes (8) et ce en l absence d un programme de transplantation hépatique à donneur cadavérique dans le pays. Matériel et méthodes Les Receveurs 28 THDVA ont été entreprises à ce jour, 20 malades au stade Child Pugh C et 8 Child-Pugh B, 18 hommes et 10 femmes avec un âge moyen de 32 ans (16 à 55 ans). L Etiologie de l insuffisance hépatique était représentée par : 6 Cirrhoses virales dont VHC et 2 VHB 5 Syndromes de Budd chiari 5 Cirrhoses auto-immunes 4 Cirrhoses Crypto-Génétique 3 Cirrhoses Nutritionnelles 2 Cirrhoses Biliaires Primitives et 3 Cirrhoses Biliaires Secondaires (1 Cholangite Sclérosante Primitive, 1 maladie de Caroli, 1 Traumatisme iatrogène de la Voie Biliaire Principale) Les Donneurs Ont été 12 hommes et 16 femmes âgés de 18 à 58 ans avec une moyenne de 26 ans. Ils sont tous apparentés aux receveurs. 24 fois au 1 er degré : 7 sœurs, 8 filles, 4 frères, 3 fils, 2 pères et 4 fois au 2 ème degré : 2 neveux, 1 tante, 1 cousine. Les donneurs étaient iso groupes avec le receveur, et non iso Rh 1 fois. Les donneurs bénéficient d une évaluation psychologique et sociale, clinique, biologique, sérologique, puis d une imagerie non invasive, Bili-IRM et TDM Multibarette (Fig 4 :trifurcation portale) qui a permis de remplacer l Angiographie coeliomésentérique (Fig. 1 :artère hépatique modale- Fig.2 :artère hépatique droite exclusive - Fig.3 :contre indifigure 1 figure 3 figure 2 figure 4

3 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : cation artérielle à la bipartition hépatique) Depuis la greffe N 19, une ponction biopsie hépatique est réalisée systématiquement. Le volume du greffon est évalué grâce au scanner volumétrique qui permet de calculer les ratio rapportés au poids du donneur et du receveur. Le ratio poids du greffon sur poids du receveur est de 0,8 à 2,3 ( 1,4 de moyenne).le prélèvement du foie droit est le plus souvent nécessaire pour greffer un adulte. Le ratio foie restant du donneur au sur poids du donneur est compris entre 0,8 et 1, le foie restant chez le donneur doit être suffisant pour assurer une fonction hépatique correcte et éviter une insuffisance hépatique post opératoire. Il a été réalisé 26 hépatectomies droites, le prélèvement d un foie gauche 1 seule fois pour greffer un adolescent, et 1 donneur n a pas été prélevé. 3- Technique Chirurgicale : Le prélèvement du foie droit chez le donneur est réalisé par incision de Makuuchi ; la possibilité du prélèvement est confirmée par l exploration per opératoire, l échographie opératoire et la cholangiographie transcystique après cholécystectomie ; dissection des éléments du pédicule hépatique (Fig, 5 :mise sur lac de l artère hépatique droite Fig. 6 : mise sur lac de la veine porte droite), épreuve de clampage de la veine porte droite pour faire apparaitre le plan de la scissure principale. Puis la bipartition du parenchyme hépatique (Fig 7 : section parenchymateuse et hémostase au bistouri à ultrason «ultracision» et à la pince bipolaire Fig 8 : bipartition hépatique : section intra parenchymateuse sans clampage vasculaire) est réalisée sans clampage après mobilisation du foie droit en utilisant la méthode du «hanging», après avoir placé un lac dans l espace de Couinaud (9). La section des pédicules vasculaires et biliaires est faite en dernier ( Fig 9 : les 2 foies sont séparés avec leurs pédicules vasculaires conservés). Le prélèvement du greffon est réalisé dés que figure 5 figure 6 figure 8 figure 7 figure 9

4 35 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : l hépatectomie totale est terminée chez le receveur, et ce afin de réduire le temps d ischémie froide. Une cholangiographie de contrôle est réalisée en fin d intervention chez le donneur. Le greffon est traité sur «Back Table» (Fig. 10 a, b, c, d :back table,traitement du greffon), il est pesé, lavé avec du liquide de conservation et emballé stérilement. Il a été réalisé une anastomose entre l artère du greffon et un greffon Saphène interne une fois (Fig11 : anastomose artérielle avec un greffon interne sur back table) et 1 reconstruction d une veine sus hépatique avec un greffon Saphène interne La durée de l ischémie froide a varié entre 4h et 15 minutes avec une moyenne de 2 heures. figure 10 a-b-c-d figure 11 a-b-c

5 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : figures figures La TH est réalisée en position orthotopique selon la technique de piggy-back, après l hépatectomie totale du foie natif( Fig 12: pièce d éxérèse du foie natif cirrhose biliare primitive -Fig13. Pièce d exérèse du foie natif Budd Chiari 14 : phase anhépatique), en laissant des pédicules vasculaires et biliaires longs. Une anastomose portocave temporaire a été nécessaire 2 fois. Le greffon est préparé ( Fig 15 : présentation du greffon), puis réalisation des anastomoses veineuses : veine hépatique (Fig 16 : double implantation sur la VCI ) et veine porte (Fig 17 : anastomose porto-porte) puis déclampage veineux ( Fig 18 : phase d implantation du greffon et reconstruction vasculaire et biliaire) mettant fin à l ischémie froide. L anastomose artérielle est délicate, et elle

6 37 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : a nécessité l interposition d un greffon Saphène interposé à 6 reprises (Fig 11 : anastomose artérielle avec un greffon saphène interne sur back table). La continuité biliaire a été rétablie 21 fois par anastomose Bilio-biliaire avec un drainage biliaire externe et 6 fois par une anse grêle monté en Y à la Roux. La durée opératoire moyenne a été de 7 h20mn avec des extrêmes de 6 à 9h Les soins péri-opératoires Dans tous les cas l Immunosuppression est démarrée avant l implantation du greffon, les receveurs ont reçu en moyenne 7 culots globulaires et 10 plasma frais congelé, et 1 litre de sang en autotransfusion. Le suivi post opératoire est réalisé en soins intensifs et obéit à un protocole préétabli Pour les donneurs : antibioprophylaxie pendant 48 heures et surveillance clinique, biologique, et par l imagerie Pour les receveurs : une triple immunosuppression est entreprise, cyclosporine, mycophenolate mofétil et les stéroïdes, ainsi qu une antibioprophylaxie débutée au bloc opératoire. Une surveillance en soins intensifs et un monitorage sont réalisées, avec un examen clinique régulier, des bilans biologiques biquotidiens et un écho doppler quotidien la 1 ère semaine. En cas d apparition de signes infectieux, une batterie d examens bactériologiques est préscrite. Cependant, il faut reconnaître qu une bonne sécrétion biliaire dés les premières heures est un gage de succès de la greffe. Une cholangiographie post opératoire est réalisée au 21ème jour (Fig. 19 cholangio post-op receveur 21j) Une TDM de contrôle est faite à 1 mois (Fig. 20 contrôle à 1 mois : regénération hépatique et veine porte) Résultats Résultats chez les donneurs La durée d hospitalisation est en moyenne de 19 jours avec des extrêmes compris entre 11 et 30 jours. La mortalité a été nulle 14 donneurs ont eu des suites simples (50%) 05 donneurs ont présenté des complications majeures (17%,3%) 1 hémopéritoine réopéré à J0 1 abcés sous phrénique réopéré à J15 1 pneumothorax per opératoire drainé à J0 1 thrombose partielle de la veine porte et 1 thrombose de la veine hépatique sont traités par anticoagulants 9 donneurs ont présenté des complications mineures (32,2%) : 3 collections abdominales résolutives 2 abcès de paroi 3 infections bronchiques 1 infection urinaire Les donneurs ont été suivis 48 mois en moyenne (avec un recul compris entre 8 et 84 mois). Aucune complication à distance n est relevée. Les donneurs ont repris normalement leur activité. Résultats chez les receveurs (J0 à J60) La durée d hospitalisation est comprise entre 18 et 66 jours avec une médiane de 38 jours. 10 receveurs (35,7%) ont bénéficié de suites opératoires simples. figures La morbidité post-opératoire précoce a concerné 18 greffés (64,3%) dominée par les complications septiques, biliaires, rénales, métaboliques et de l immunosuppression. Une réintervention pour bilome infecté en relation avec une fistule biliodigestive a été nécessaire et traitée par drainage de contact avec des suites simples et 2 receveurs ont nécessité une réintervention précoce l un pour péritonite et l autre pour un drainage au contact par voie coelioscopique. La mortalité péri-opératoire précoce au cours de l hospitalisation initiale a été de 8 cas (27%). 2 cas à J27 et J52 par péritonite post opératoire 2 cas à J6 et J8 par Dysfonction primaire du greffon 1 cas à J47 par thrombose de l artère du greffon 1 cas à J4 par sepsis grave 1 cas à J0 par hémorragie per opératoire 1 cas syndrome d ischémie reperfusion avec défaillance multi viscérale. Le Follow-Up des greffés Les greffés sont soumis à une triple Immuno-supression et à une surveillance rigoureuse selon un protocole : examen chimique, examens biologiques (bilan hépatique, rénal, de la coagulation, FNS, ionogramme et un dosage du taux de cyclosporine). Cette surveillance est ensuite prescrite chaque semaine les 03 premiers mois puis tous les 15 jours jusqu à 6 mois puis tous les mois jusqu à 1 an, puis au moins 4 contrôles par an. Une échographie hépatique est pratiquée à 3, 6 et 12 mois. Une biopsie du greffon est réalisée à 1 an en cas de TH par Cirrhose Virale C.

7 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : Dans la THDV, le temps d ischémie froide est réduit : 15mn à 04h au lieu de 08h. Il y a aussi des avantages immunologiques, il y a moins de rejet que la greffe à donneur cadavérique. Les contres indications chez le donneur (14) figure 21 Des soins dentaires et gynécologiques ont été nécessaires. Un traitement médical peut être nécessaire dans certaines situations : Anti vitamine K en cas de TH pour Buddchari. Hypotenseur si hypertension artérielle induite par la cyclosporine, et traitement d un Diabète compliquant l immuno suppression. Antiviraux en cas d infection au CMV. Un traitement anti rejet en cas de suspicion de rejet. 8 malades (29%) ont présenté des complications biliaires dont 3 fistules anastomotiques,4 stenoses anastomotiques et 1 cholepéritoine après ablation de drain biliaire réopéré par voie coelioscopique. Un bilome a été drainé par voie transpariétale. 2 Sténoses de la VBP (Fig. 21 sténose partielle anastomose bilio biliaire) dont une associée à une sténose de la veine porte traitée l une par anastomose hépatico-jéjunale (après anastomose bilio-biliaire) et l autre par dilatation instrumentale portale et biliaire avec succès. 2 dilatations instrumentales de sténose de la VBP dont une s est avérée létale. Mortalité à Distance 2 greffés décèdent à 6 et 11 mois de complications biliaires et septiques. Au total 18 greffés sont vivants (64,2%) avec un recul de 12 à 80mois et une médiane de 42 mois. Discussion La transplantation hépatique à donneur vivant (THDV) repose sur la segmentation hépatique decrite par C. Couinaud (9-10).C est ainsi que le chirurgien peut prelever un foie droit pour greffer un adulte, un foie gauche pour greffer un sujet maigre, et un lobe gauche pour un enfant. Par ailleurs, on connait depuis longtemps l utilité de l embolisation portale pour induire une hypertrophie controlatérale avant chirurgie (11-12). La régéneration hépatique est notée aussi bien chez le donneur que chez le receveur (13). Après 30 jours, le foie peut atteindre 90% de son volume initial, avec une fonction hépatique correcte. Quels sont les avantages de THDV La greffe est programmée, les équipes sont bien préparées, les couples donneurs receveurs aussi. Le greffon d un donneur vivant est souvent de meilleure qualité que celui du donneur cadavérique, lorsque ce dernier a séjourné longtemps en réanimation. Elles sont évaluées au cours du bilan pré greffe : Age<18 ans Troubles Psychiatriques sévères ou invalidants. Infections virales Anomalies de la coagulation obésité morbide le volume du greffon ne doit pas être inférieur à 0.8% du poids du receveur (GRWR) et ne doit pas être supérieur à 70% du foie natif (10). Stéatose hépatique supérieur à 30% Fibrose hépatique. particularités anatomiques du foie (Anomalies artérielles) Le volume du greffon était calculé selon la formule de Heineman (15) ou d Urata (16). Le prélèvement du foie droit est le plus souvent nécessaire chez l adulte ( ). Le taux d éligibilité au don chez les candidats donneurs est de 40% dans notre série. Ce taux varie de 15% à 85% dans les séries Japonaises. Les indications et les contres indications de la TH sont précisées dans les différentes conférences de consensus (BETHESDA 1983, Paris 1993 et LYON 2005(20).Les contres indications absolues sont : les défaillances viscérales graves : cœur- poumons et cerveau un déficit immunitaire congénital l infection extra hépatique non contrôlée par le traitement antibiotique les contres indications relatives sont : l âge avancé et l état physiologique. l état psychique et en particulier la non compliance au traitement Il n y a pas de contre indications liées à l état général, mais les malades Unos 2 A, CHILD PUGH supérieur à 13 et MELD supérieur à 30 ont une mortalité post opératoire très élevée. Les Risques chez le donneur posent un problème éthique majeur à toutes les équipes de transplantation (21) : La morbidité chez le donneur est un risque réel évalué entre 20 et 40%, et 5 à 10% de complications majeures(22). La morbidité est plus importante après prélèvement du foie droit (40%) par rapport à celui du foie gauche (10%). Elle est constituée d une insuffisance hépatique transitoire, de complications hémorragiques, biliaires et infectieuses. La mortalité chez le donneur est de 0,2% dans le Registre Européen de Transplantation ELTR (5 DC sur 2409 TH DV)(23). La mortalité aux USA est de 0.5% après hépatectomie droite et 0.1 % après lobectomie gauche. En France sur 460 greffes à donneur vivant, il y a eu 2 décès chez le donneur (0.43%). Les résultats chez les receveurs sont comparables à celle de la transplantation hépatique à donneur cadavérique, alors que les receveurs de la THDV sont souvent en situation plus critique (24). Cependant il y a plus de thrombose de l artère du greffon et plus de complications biliaires (30% dans notre série). Dans la série du Registre Européen de THDV(23) la survie à 5

8 39 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : ans du greffon et du patient est de 64% et 70% chez l adulte, identique à la transplantation à donneur cadavérique. Par contre chez l enfant, elle est de 77% et de 84%, supérieure à la THDC. Globalement la THDV ne représente que 4% de transplantations hépatiques en Europe (2409/66377). Conclusions et recommandations Dans notre pays la réalisation de la transplantation hépatique à donneur vivant constitue un véritable défit à relever par toute l équipe de transplantation. Le prélèvement sur cadavre est légal, mais il y a des contraintes culturelles et organisationnelles. Nous avons à chaque fois greffé les malades dans la situation était la plus grave. Cependant, il faudrait aller vers le don utile, compte tenu des risques encourus par le donneur vivant. Par ailleurs, il faut assurer une meilleure protection psychologique et sociale du donneur vivant. Et enfin, notre pays se doit de promouvoir le don d organe cadavérique par la création d une agence de bioéthique Questions Y. Chapuis. Notre confrère A. Graba vient par cette excellente communication apporter une contribution remarquable au dossier du recours aux donneurs vivants en transplantation hépatique et je tiens à l en remercier. Il a parfaitement illustré les aspects techniques et rappelé les contraintes éthiques qui s attachent à ce type de greffe. Il m incite à y revenir à la lumière d un travail récent. En effet le sujet est si important qu un groupe de travail de l Académie de Médecine m a permis, au terme d une consultation de personnalités françaises impliquées dans ce type de greffe, d établir un rapport assorti de recommandations adopté par l ensemble de cette Académie en mars dernier. ( Bull.Acad.Natle.Méd. 2009, 193, N 3,pp ) Il n est pas question ici, dans cette intervention d en détailler le contenu qui porte à la fois sur la greffe de foie et la greffe de rein. Je retiendrais d abord en terme de bénéfice/risque pour le donneur et le receveur en matière de greffe de foie les points suivants. Chez l adulte en raison du risque de complication, voire de mortalité à la suite du prélèvement d un foie droit chez le donneur ce type de greffe est abandonné pour l instant, dans deux centres au moins : celui de Beaujon dirigé par Jacques Belghiti et celui de Cochin où travaillent mes anciens collaborateurs au premier chef Olivier Soubrane. En effet si la mortalité dans la série de notre collègue est nulle, et je l en félicite, elle est comprise selon les Centres mondiaux entre 0,2 et 1 %. En France sur un total de 460 greffes de ce type la mortalité est de 0,4% ce qui pose question. Indépendamment de ce risque, celui de complications n est pas négligeable. Une enquête récente de l Agence de la Biomédecine révèle sur une série de 74 donneurs de foie droit au cours de l année 2004 avec un suivi de 1 an, un taux global de complications de 50% immédiates et secondaires et parmi elles 10% de complications sévères immédiates. Le volume du foie prélevé joue un rôle considérable. Jacques Belghiti a remarquablement démontré les troubles circulatoires survenant dans le greffon tandis qu une insuffisance hépatique est possible chez le donneur. Quant aux résultats en terme de complications et de survie chez le receveur ils sont moins bons que ceux obtenus avec un foie d origine cadavérique. Il en va différemment chez l enfant, bénéficiaire d un lobe gauche, avec chez le donneur aucune mortalité, 10% de complications et en regard une survie chez le receveur de 80 à 90% à 5 ans, équivalente à celle obtenue avec un lobe gauche d origine cadavérique. Mais indépendamment des résultats bruts, des études récentes de psychologues et sociologues ont mis en relief les conséquences psychologiques, sociales, professionnelles pour les donneurs. Sans m étendre sur ce chapitre essentiel documenté dans le Rapport auquel j ai fait allusion j insisterai enfin sur l importance de l encadrement législatif qui figure d ailleurs dans la loi de bioéthique d Aout 2004 et qui confirmera sans doute l intervention indispensable d avis extérieurs, compétents et indépendants, et ouvrira, comme nous l avons souhaité dans le rapport un statut du donneur vivant afin de le prémunir des préjudices ultérieurs liés à son geste de don. Réponse. Je suis très honoré par vos compliments particulièrement chaleureux adressés a mon endroit à l occasion de la présentation du travail du groupe de transplantation Alger - Rennes. J ai été très intéressé par votre intervention ainsi que par le rapport que vous avez présenté à l Académie Nationale de Médecine le 24 Mars 2009 relatif au «recours aux donneurs vivants en transplantation d organes». Je partage totalement vos préoccupations à propos des contraintes éthiques et des aspects techniques inhérents à ce type de greffe. La sécurité du donneur représente le souci majeur de toute l équipe de transplantation d où la nécessité d une sélection rigoureuse des candidats donneurs et d un encadrement psychologique approprié avant et après le prélèvement d organe. Les risques encourus par les donneurs vivants en transplantation hépatique doivent être mis en balance par rapport au bénéfice attendu chez les receveurs, souvent en situation critique. Dans notre pays, le prélèvement sur cadavre est légal, mais ne s est pas développé en raison de contraintes culturelles, cultuelles et organisationnelles ce qui justifie dans notre pratique le recours au donneur vivant apparenté dans l attente du développement d un programme de greffe d organe à donneur cadavérique. B. Launois. Je voudrais vous féliciter pour ce beau travail, d autant qu une équipe qui m est chère y a participé. Vous avez bien fait de faire l historique des transplantations à donneur vivant puisque le première réalisée avec succès a été effectuée par xxxxx chez des malades japonais pour lesquels les transplantations cadavériques n étaient pas possibles. J ai constaté que vous aviez opéré des malades difficiles. J ai vu notamment qu il y avait 5 Bud-Chiari. S agissait-il de Bud-Chiari opérés de 1 ère tentative ou de 2 ème opération après échec d une dérivation? Réponse. Je vous remercie pour vos compliments d autant que l équipe de transplantation de Rennes est partie prenante. Les 5 greffés pour syndrome de Budd- Chiari ont été opérés de première intention au stade d insuffisance hépatique terminale. L hépatectomie totale chez ces malades a nécessité une hépatotomie antérieure première en raison du volume du foie pathologique. La veine hépatique est directement implantée sue la veine cave inférieure. En post- opératoire, ces malades nécessitent une anticoagulation au long cours. Commentaires d'y. Chapuis Notre confrère A. Graba vient par cette excellente communication apporter une contribution remarquable au dossier du recours aux donneurs vivants en transplantation hépatique et je tiens à l en remercier. Il a parfaitement illustré les aspects techniques et rappelé les contraintes éthiques qui s attachent à ce type de greffe. Il m incite à y revenir à la lumière d un travail récent. En effet le sujet est si important qu un groupe de travail de l Académie de Médecine m a permis, au terme d une consultation de personnalités françaises impliquées dans ce type de

9 e-mémoires de l'académie Nationale de Chirurgie, 2010, 9 (2) : greffe, d établir un rapport assorti de recommandations adopté par l ensemble de cette Académie en mars dernier. ( Bull.Acad.Natle.Méd. 2009, 193, N 3,pp ) Il n est pas question ici, dans cette intervention d en détailler le contenu qui porte à la fois sur la greffe de foie et la greffe de rein. Je retiendrais d abord en terme de bénéfice/risque pour le donneur et le receveur en matière de greffe de foie les points suivants. Chez l adulte en raison du risque de complication, voire de mortalité à la suite du prélèvement d un foie droit chez le donneur ce type de greffe est abandonné pour l instant, dans deux centres au moins : celui de Beaujon dirigé par Jacques Belghiti et celui de Cochin où travaillent mes anciens collaborateurs au premier chef Olivier Soubrane. En effet si la mortalité dans la série de notre collègue est nulle, et je l en félicite, elle est comprise selon les Centres mondiaux entre 0,2 et 1 %. En France sur un total de 460 greffes de ce type la mortalité est de 0,4% ce qui pose question. Indépendamment de ce risque, celui de complications n est pas négligeable. Une enquête récente de l Agence de la Biomédecine révèle sur une série de 74 donneurs de foie droit au cours de l année 2004 avec un suivi de 1 an, un taux global de complications de 50% immédiates et secondaires et parmi elles 10% de complications sévères immédiates. Le volume du foie prélevé joue un rôle considérable. Jacques Belghiti a remarquablement démontré les troubles circulatoires survenant dans le greffon tandis qu une insuffisance hépatique est possible chez le donneur. Quant aux résultats en terme de complications et de survie chez le receveur ils sont moins bons que ceux obtenus avec un foie d origine cadavérique. Il en va différemment chez l enfant, bénéficiaire d un lobe gauche, avec chez le donneur aucune mortalité, 10% de complications et en regard une survie chez le receveur de 80 à 90% à 5 ans, équivalente à celle obtenue avec un lobe gauche d origine cadavérique. Mais indépendamment des résultats bruts, des études récentes de psychologues et sociologues ont mis en relief les conséquences psychologiques, sociales, professionnelles pour les donneurs. Sans m étendre sur ce chapitre essentiel documenté dans le Rapport auquel j ai fait allusion j insisterai enfin sur l importance de l encadrement législatif qui figure d ailleurs dans la loi de bioéthique d Aout 2004 et qui confirmera sans doute l intervention indispensable d avis extérieurs, compétents et indépendants, et ouvrira, comme nous l avons souhaité dans le rapport un statut du donneur vivant afin de le prémunir des préjudices ultérieurs liés à son geste de don. Références 1. Starzl TE, Marchioro TL, Vonkaulla KN, Hermann G, Brittain RS, Waddell WR. Homotransplantation of the liver in Humans.Surg Gynecol Obstet 1963 ; 117 : Bismuth H, Houssin D. Reduced-sized orthotopic liver graft in hepatic transplantation in childrensurgery (3): Pichlmayr R Ring B Gubernatis G Hauss J Buzendahl H Transplantation einer Spenderleber auf zwei Empfänger (Splitting Transplantation). eine neue méthode in der Weiterentwicklung der Lebersegmenttransplantation. Langenbecks Arch Chir 1988 ;373 ; Reduced-sized orthotopic liver graft in hepatic transplantation in children.surgery 1984 ; 95 (3) : Raia S, Nery JR, Mies S. Liver transplantation from live donors.lancet 1989 ; 2 (8661) : Strong RW, Lynch SV, Ong TH, Matsunami H, Koido Y, Balderson GA. Successful liver transplantation from a living donor to her son. N. Engl J Med 1990 ; 322 (21) : Makuuchi M, Kawasaki S, Noguchi T, Hashikura Y, Matsunamiç H, Hayashi K, et Al. Donor hepatectomy for living related partial liver transplantation. Surgery 1993 ; 113 (4) : Yamaoka Y, Washida M, Honda K, Tanaka K, Mori K, Shimahara Y, et al. Liver transplantation using a right lobe graft from a living related donor. Transplantation 1994; 57 (7) : Boudjema. K. Transplantation hépatique à partir d un donneur vivant ; GECBB 2001, vol 25, N 8-9, p Couinaud C. Le foie. Etude anatomique et chirurgicale. Masson, Couinaud C. Anatomie chirurgicale du foie. Hépatectomie. Paris. Encyclopédie médico- chirurgicale n et 40780, De Baere T, Roche A, Vavasseur D, Therasse E, indushekar S, Elias D et al. Portal vein embolization : Utility for inducing left hepatic lobe hypertrophy before surgery. Radiology 1993 ; 188 (1) : Imamura H, Shimada R, Kubota M, Matsuyama Y, Nakayama A, miyagawa S, et al. Preoperative portal vein embolization : an audit of 84 patients. Hepatology 1999 ; 29 (4) Hata S, Sugawara Y, Kishi Y, Niiya T, Kaneko J, Sano K, et al. Volume regeneration after right liver donation. Liver Transpl 2004 ; 10 (1) : Vatentin-Gamazo C, Malago M, Karliova M, Lutz JT, Frilling A, Nadalin S, et al. Experience after the evaluation of 700 potential donors for living transplantation in a single center. Liver transpl 2004 ; 10 (7) : Heinemann A, Wischhusen F, Puschel K, Rogiers X. Standard liver volume in the caucasian population. Liver Transpl Surg 1999 ; 5 (5) : Urata K, Kawasaki S, Matsunami h, hashikura Y, Ikegami T, Ishizone S, et al. Calculation of child and adult standard liver volume for liver transplantation. Hepatology 1995 ; 21 (5) : Malago M, Testa G, Frilling A, Nadalin S, Valentin-Gamazo C, Paul A, et al. Right living donor liver transplantation : an option for adult patients : single institution experience with 74 patients. Ann Surg 2003 ; 238 (-) : ; discussion Trotter JF, Talamantes M, McClurre M, Wachs M, Bak T, Trouillot T, et al. Right hepatic lobe donation for living donor liver transplantation : impact on donor quality of life. Liver Transpl 2001 ; 7 (6) : Kiuchi T, Kasahara M, uryuhara K, Inomata Y, Uemoto S, Asonuma K, et al. Impact of graft size mismatching on graft ptognosis in liver transplantation from living donors. Transplantation 1999 ; 67 (2) : Alexis Laurent. Transplantation hépatique a partir d un donneur vivant. Indications de la transplantation hépatique ; conférence de consensus Lyon 2005; Azoulay.D - Bismuth. H. Le donneur vivant dans la transplantation hépatique Gastroentérologie Clinique et Biologie Vol 24 N 8-9 ANN2E Chapuis Y. Le recours aux donneurs vivants en transplantation d organes.rapport Académie Nationale de Médecine 24 mars Adam R Karam V Fischer L Kilik M Lerut I Neuhause P Kalicinski P Castaing D De Hemptinne B- B Boillot Tokat Y Klempnauer J O grady J Revillon Y Belghiti J Burra P. Transplantation hépatique avec donneur vivant en Europe : Etude du Registre européen de transplantation ( ELTR) sur patients. 24. Boillot O, delafosse B, Mechet I, Boucaud C, Pouyet M. Small-forsize partial liver graft in an adult recipient ; a new transplant technique. Lancet 2002 ; 359 (9304):

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE C. Hoeffel L. Azizi M. Lewin A. Belkacem L. Arrivé JM. Tubiana Radiologie Hôpital Saint-Antoine Paris 12 INTRODUCTION La cholangio-irm est devenue le meilleur examen d'exploration

Plus en détail

Début d un programme adulte de donneurs vivants de foie en Suisse

Début d un programme adulte de donneurs vivants de foie en Suisse Schweiz Med Wochenschr 2000;130:1199 1205 Peer reviewed article G. Mentha, Ph. Morel, P. Majno, E. Giostra, L. Rubbia, M. Bednarkiewicz, E. Van Gessel, C.-E. Klopfenstein, J. Romand, A. Hadengue Début

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX

LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES. Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX LES INDICATIONS CHIRURGICALES AU COURS DES PANCREATITES AIGUES Dr Ahmed GUIRAT AHU Service de Chirurgie Générale de SFAX INTRODUCTION Pancréatite aigues : 2 formes anatomopathologiques: les pancréatites

Plus en détail

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC

Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Lithiase intrahépatique : le syndrome LPAC Raphaëlle Audollent CHU de Brest Homme de 36 ans d origine espagnole Motif d hospitalisation 2 épisodes récents d angiocholite ATCD personnel: Cholécystectomie

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

FOIE, CHIMIOTHERAPIE ET CHIRURGIE

FOIE, CHIMIOTHERAPIE ET CHIRURGIE 63 FOIE, CHIMIOTHERAPIE ET CHIRURGIE Alain Sauvanet Pôle des Maladies de l Appareil Digestif, Service de Chirurgie Hépatique et Pancréatique, Hôpital Beaujon, Clichy Des métastases hépatiques se développent

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition

15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition INFORMATION DES PATIENTS 15 ème Journée Nationale du Sommeil Sommeil et Nutrition Dr Michel AST Patient type Une femme dans 80 % des cas 40 ans 120 kg / 1,66 m soit un imc de 43 Chirurgie de rattrapage

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER

Chirurgie de L Obésité. Pr Ibrahim DAGHER Chirurgie de L Obésité Pr Ibrahim DAGHER Evolution de la Chirurgie Leçon d'anatomie Dr Nicolaes Tulp 1632 La Haye - Mauritshuis Museum Nouvelles technologies chirurgicales Evolution de la Chirurgie Les

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013 Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand SFT, 25 Octobre 2013 Les principales maladies hépatiques -Hépatopathies dues au

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

Localisation des tumeurs hépatiques assistée par ordinateur : Évaluation des performances d'une méthode semi automatique innovante

Localisation des tumeurs hépatiques assistée par ordinateur : Évaluation des performances d'une méthode semi automatique innovante Localisation des tumeurs hépatiques assistée par ordinateur : Évaluation des performances d'une méthode semi automatique innovante Service de Radiologie Pr Valette Centre Hospitalier Lyon Sud A.Muller,

Plus en détail

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques

Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Analyse clinico-biologique des causes d infections sur prothèses de hanche ou genou: une aide à l évaluation des pratiques Dr Frédéric Luzerne chirurgien orthopédiste Dr Patrick Morin anesthésiste Emmanuelle

Plus en détail

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon

Prise en charge médicale des cancers du hile. Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Prise en charge médicale des cancers du hile Fabien Fumex Hôpital Jean Mermoz Lyon Sténoses biliaires Multiples causes mais dominées par les sténoses malignes Le niveau de sténose est toujours un élément

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

La transplantation hépatique. avec donneur vivant parental. A. réflexion éthique à la lumière de notre expérience des trente premiers patients

La transplantation hépatique. avec donneur vivant parental. A. réflexion éthique à la lumière de notre expérience des trente premiers patients LIBRE OPINION médecine/sciences 1997 ; 13 : 353-7 La transplantation hépatique avec donneur vivant parental : réflexion éthique à la lumière de notre expérience des trente premiers patients Jean Bernard

Plus en détail

ÉVALUATION PRÉLIMINAIRE La transplantation

ÉVALUATION PRÉLIMINAIRE La transplantation n o 24 oct. 2003 Avant que l OCC ne décide d évaluer une technologie de la santé, une évaluation préliminaire des écrits est effectuée. Les évaluations préliminaires reposent sur une recherche documentaire

Plus en détail

La greffe solidaire entre séropositifs

La greffe solidaire entre séropositifs La greffe solidaire entre séropositifs 1. la greffe de foie liée aux hépatites virales La greffe de foie consiste à remplacer le foie chez un malade dont le foie est en très mauvais état et ne fonctionne

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY

La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY La FISTULE APRES SLEEVE GASTRECTOMY JM Chevallier La FISTULE après SLEEVE Sleeve = procédure la plus fréquemment réalisée en France (18 000 en 2013) Grande efficacité à court terme Bonne qualité de vie

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Maladie de Rendu-Osler Octobre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

Le drainage percutané dans les collections de l abdomen

Le drainage percutané dans les collections de l abdomen Le drainage percutané dans les collections de l abdomen J.F. Delattre, D, Lubrano, N. Levy-Chazal, J.P. Palot et J.B. Flament. Correspondance : Professeur Jean François DELATTRE Service de Chirurgie Générale

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire

Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Dépistage, diagnostic et traitement du carcinome hépatocellulaire Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Fédération Digestive Hôpital Purpan et INSERM U531 Toulouse 38 Japon 30 Incidence

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR

TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES. DESC réa, dec.2006 H.VINOUR TRAUMATISMES HEPATIQUES GRAVES DESC réa, dec.2006 H.VINOUR Epidémiologie Traumatisme abdominal: fréquent AVP 75%, chutes, accidents de sport Rate: 46% Foie: 33% Gravité: Hémorragie+++ Lésions associées

Plus en détail

TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES. Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie

TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES. Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES Paul Legmann Radiologie A Pôle Imagerie TRAITEMENT DES TUMEURS HEPATIQUES Carcinome hépato-cellulaire : Sans traitement : survie à 5 ans < à 5 % (CHC sur cirrhose) Traitement

Plus en détail

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle

Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle Traitement chirurgical dans l hypertension artérielle pulmonaire Pr. Abid Abdelfatteh XXIème Journée Nationale de Médecine Interne 30 Octobre 2010- Monastir Introduction L HTAP est caractérisée par anormale

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

Objectifs de formation

Objectifs de formation Objectifs de formation OBJECTIFS THÉORIQUES A - Généralités I - ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 111 - Anatomie du système circulatoire - Description et variations anatomiques - Projections cutanées, rapports et

Plus en détail

Chirurgie de l obésité

Chirurgie de l obésité Chirurgie de l obésité Dr Ch. de Séguin (clinique Saint Louis Ganges ) 12/06/2008 L obésité problème majeur de santé publique Complications de l obésité Diabète et obésité Quels obèses? Classification

Plus en détail

Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe

Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe Un bilan à la fin du millénaire : plus de 5 500 greffes d organe par Jean-Jacques Haxhe (1930 - professeur émérite 1996) Les greffes d organes sont un des fleurons des cliniques universitaires et du département

Plus en détail

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux July 4, 2013 Proposition de stage (Master 2 en Biostatistique/Epidémiologie): Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Janvier 2003 CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE RECOMMANDATIONS DE LA

Janvier 2003 CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE RECOMMANDATIONS DE LA Janvier 2003 RECOMMANDATIONS DE LA CHOLANGIO- PANCRÉATOGRAPHIE RÉTROGRADE ENDOSCOPIQUE ET SPHINCTÉROTOMIE BILIOPANCRÉATIQUE J.-C. LETARD, D. SAUTEREAU, J.-M. CANARD Avec la collaboration de : G. GAY (Nancy),

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

Mythes et Réalités en Transplantation

Mythes et Réalités en Transplantation Mythes et Réalités en Transplantation Michel R. Pâquet, MD, PhD Steven Paraskevas, MD, PhD Cours de transplantation d'organes Université de Montréal et Université McGill Montréal le 14 avril 2012 Éligibilité

Plus en détail

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G.

LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier. Service de Chirurgie générale et digestive Hôpital Européen G. LA CHIRURGIE ACTUELLE DE L OBESITE MORBIDE J.M. Chevallier Epidémiologie Obésité Obésité sévère (IMC > 40) 1980 6.1 % - 1991 6.5 % - 1997 8.5 % 0.3 % 2000 10.1 % - 2003 11.2 % 0.6 % (360 000) Insee / OBEPI

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS INTRA-ABDOMINALES Diapositives réalisées par le comité des référentiels de la SPILF à partir des Recommandations Formalisées d Experts (RFE) organisées par la SFAR 17 décembre

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Cathéters centraux. Dr S.VERDY

Cathéters centraux. Dr S.VERDY Cathéters centraux Dr S.VERDY Définition de la VVC Un cathéter est dit central quand son extrémité est - dans la veine cave supérieure si sa pose se fait par la veine sous-clavière DT ou G, ou par la veine

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

SOMMAIRE. Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps

SOMMAIRE. Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps SOMMAIRE Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps Déclarations d'incidents liés à l'utilisation de source d'énergie : les données de

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

La greffe rénale un choix à préparer

La greffe rénale un choix à préparer La greffe rénale un choix à préparer Dr François Bayle CHU Grenoble - Néphrologie Fédération Grenoble Transplantation 3 ème rencontres d Education Thérapeutique Lyon - 15 Novembre 2013 Une nouvelle qui

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE

TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L OBESITE J.P. MARMUSE FAUT ' IL OPERER LES OBESES? CHIRURGIE DE L OBESITE DEFINITION DE L OBESITE Excès de masse grasse délétère pour la santé IMC > 30 kg / m² CLASSIFICATION

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

Drainage des sutures digestives

Drainage des sutures digestives Drainage des sutures digestives Pourquoi? Comment? Le risque: la fistule! Conséquences: abcès, péritonite, sepsis, décès En cas de réintervention: pas de sutures stomies - Sutures et anastomoses: cicatrisation

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

Conduite à tenir devant une cholestase

Conduite à tenir devant une cholestase XI journée de l AGERT Conduite à tenir devant une cholestase Pr Ass Diffaa Azeddine Service de gastroenterologie CHU Mohamed VI Introduction Définition: diminution ou arrêt de passage de la bile vers le

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Rôle du foie dans l équilibre acido-basique S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Quelques rappels ph = log (1/[H+ ]) Métabolisme aérobie Oxydation des lipides et hydrates de carbone CO2

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies.

La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. La fistule gastro-bronchique: une complication redoutable des sleeve gastrectomies. A.GUILLAUD, L.REBIBO,D. MOSZKOWICZ, M. NEDELCU, O.FACY, F.RECHE,C.ARVIEUX. DESC Poitiers juin 2013. 2-3% fistule après

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

Les grossesses gémellaires compliquées du syndrome transfuseur transfusé

Les grossesses gémellaires compliquées du syndrome transfuseur transfusé Brochure d accueil à l usage des parents : Les grossesses gémellaires compliquées du syndrome transfuseur transfusé Centre Maladies Rares STT Hôpital Necker Enfants Malades Réalisée sous la direction du

Plus en détail

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15

Table des matières I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 Table des matières CHAPITRE 1 EXPLORATIONS EN HÉPATOLOGIE 15 I. LA PONCTION BIOPSIE HÉPATIQUE (PBH) 15 II. TIPS (TRANSJUGULAR INTRAHEPATIC PORTOSYSTEMIC SHUNT 17 OU SHUNT INTRA-HÉPATIQUE PORTO-SYSTÉMIQUE)

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire

Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Item 105 : Surveillance des porteurs de valve et de prothèse vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières

Plus en détail

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE

ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE ACTUALITES EN HEPATO-GASTRO- ENTEROLOGIE Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro-Entérologue CHG Haguenau Dr Pierre OSWALD Radiologie CHG Haguenau MESSAGE SONORE DU DR BERNARD WILLEMIN NOUS EXPLIQUANT QUELS

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail