Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe"

Transcription

1 Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe Abm / direction médicale et scientifique / pôle OFAS 1

2 2

3 3

4 Rôle et place de l Agence de la biomédecine dans le processus de financement L Agence ne finance pas et n est pas tutelle des établissements de santé Dialogue continu et constructif avec la DGOS : évolution du modèle Écoute des professionnels, modélisation, estimations Rôle de passeur Exemples récents - Machines perfusion - Donneur vivant - À l étude : financement des TEC, surcoûts HLA etc Toutes les modalités de la T2A pour un financement spécifique

5 UN FINANCEMENT SPECIFIQUE DU PRELEVEMENT ET DE LA GREFFE 1. Recensement du donneur potentiel 2. Prélèvement 3. Greffe et suivi 4. Activité transversale et connexe à la greffe

6 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Financement du recensement 1 - Le forfait annuel CPO «Coordination des Prélèvements d Organes» Couvre les charges en personnel médical, para-médical et administratif de la coordination hospitalière des prélèvements 6

7 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses 1. Forfait annuel CPO (suite) Calculé à l activité et éventuellement «lissé» sur 3 ans par les SRA et le pôle OFAS en lien avec les ARS Alloué à l établissement de santé par les ARS Répartition du montant global : 88% pour le recensement des SME pour le don d organes et 12 % pour le recensement de donneurs de tissus 7

8 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses CPO : forfaits de base 2012 Coordination : secteur public Montant 2012 (en ) A+ Animation du réseau et mission d'études cliniques - et au moins 20 donneurs recensés - et au moins 10 prélèvements de tissus A2 A Autorisation prélèvement d'organes et de tissus Animation du réseau - et au moins 20 donneurs recensés - et au moins 10 prélèvements de tissus - et au moins 20 organes prélevés par les équipes locales Animation du réseau et mission d'études cliniques - et au moins 20 donneurs recensés - et au moins 10 prélèvements de tissus B Entre 10 et 19 donneurs recensés et plusieurs prélèvements de tissus C Entre 1 et 9 donneurs recensés et plusieurs prélèvements de tissus D Autorisation de prélèvement de tissus uniquement

9 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses CPO : moyens humains préconisés par niveau d activité Depuis 2005, l Agence a mis en place la certification des coordinations hospitalières de prélèvements d organes et de tissus. Pour obtenir la certification, et tout en maintenant un niveau d activité en cohérence avec le forfait alloué, la répartition des moyens humains doit converger vers le niveau préconisé Forfait ETP médical ETP paramédical ETP Secrétariat Nb de TEC* A A A B C D

10 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Cornées CPO : 2 composantes tissus Niveau Nb de donneurs prélevés de cornées Montant 2012 (en ) 1 5 à à à à et Niveau Autres tissus Nb de donneurs prélevés d'os et de tissus mous de l'appareil locomoteur + nb de donneurs prélevés de vaisseaux (veines et artères) + nb de donneurs prélevés de valves cardiaques + nb de donneurs prélevés de peau Montant 2012 (en ) 1 5 à à à à et

11 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses illustration du CPO Soit un CHU doté d une coordination hospitalière de prélèvement. Au cours de la période allant du 1 er novembre 2010 au 31 octobre 2011, la coordination a recensé 35 donneurs décédés, a prélevé des cornées sur 22 donneurs, et a prélevé des tissus autres (os, vaisseaux, valves cardiaques et peau) sur 6 donneurs. En 2012, le CHU bénéficierait donc d un financement total de qui se répartit selon ces règles : 1 forfait A+ en qualité de CHU autorisé à la greffe et en charge de réaliser un recueil d information (postes de TEC), 1 supplément «cornée» de niveau 3 (22 donneurs prélevés) 1 supplément «autres tissus» de niveau 1 (6 donneurs prélevés) 11

12 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses 2 - UN ACTE MARQUEUR dans la CCAM «suppléance hémodynamique et ventilatoire d un patient en état de mort encéphalique, en vue d un prélèvement d organes» donne droit au supplément réanimation 12

13 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Financement du prélèvement Forfait prélèvement d organe PO Vise à couvrir les dépenses de : - diagnostic de mort encéphalique, - l occupation du bloc, - bilans biologiques, - typage HLA du donneur, - transport du corps et conservation des organes - acte chirurgical (pas le transport de l équipe) Facturable pour chaque prélèvement réalisé en fonction du ou des organe(s) prélevé(s)

14 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Financement du prélèvement Les forfaits PO sont rattachés au séjour PMSI du donneur Forfaits attribués à l établissement siège du prélèvement : P01 à 4 et forfait «indemnité» pour l établissement qui salarie le chirurgien préleveur (refacturation en cas de déplacement d une équipe chirurgicale) : PO5 à 9

15 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses A destination de l établissement qui réalise le prélèvement Forfait DESCRIPTION DES PRELEVEMENTS TARIF 2012 en PO1 Prélèvements du ou des reins et/ou du foie ,86 PO2 Prélèvements du ou des reins, du foie, du cœur, du pancréas, du ou des poumons et ou de l intestin, ou prélèvement d au moins 7 organes ,85 PO3 Autres prélèvements d organes ,37 PO4 Prélèvements d organes sur cœur arrêté ,81

16 1 Recensement 2- Prélèvement 3 - Greffe 4-Suivi des greffés A destination de l établissement de rattachement du chirurgien préleveur Forfait Nature Tarifs 2012 en PO5 Prélèvement de rein(s) 404,74 PO6 Prélèvement du foie 404,74 PO7 Prélèvement de poumon(s) 516,04 PO8 Prélèvement de cœur ou du bloc «cœur poumon» 485,69 PO9 Prélèvement de pancréas 607,11 16

17 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Règles de codage des PO Forfaits liste 1 : PO1 à 4 Ils ne sont facturables que pour les donneurs décédés (DDME ou DDAC) Un seul forfait est facturable par donneur Le PO3 «autres» est utilisé pour les cas non décrits par les PO1, 2 et 4 17

18 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Règles de codage des PO (suite) Forfaits liste 2 : PO5 à 9 et POA Un ou plusieurs forfaits sont facturables par donneur (mais pas de doublon possible du même forfait) Le prélèvement d un organe (ou paire d organe) autorise la facturation d 1 seul forfait Les forfaits sont facturables pour tout donneur décédé, en dehors du POA pour les DDAC Le PO9 (pancréas) est utilisé pour l intestin 18

19 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Règles de codage des PO (suite) Forfaits liste 2 : PO5 à 9 et POA (suite) Si deux équipes sont mobilisées pour le prélèvement d un même organe (ou paire d organe) un seul PO est facturable (mutualisation du prélèvement) Le partage d un organe (split poumon, split foie) n autorise pas la facturation d un PO6 ou PO7 en sus Le prélèvement du cœur pour greffe des valves permet la facturation d un PO8 Si les reins son perfusés le POA remplace le PO5 (cf. cidessous financement machines) 19

20 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Financement du prélèvement chez le donneur vivant REIN pas de GHM spécifique : GHM 11C03 «interventions majeures sur les reins et uretères» : GHS niv1 = 4286 tarif 2012 vs mais création en 2012 d un GHS spécifique et majoré dès lors que diagnostic principal codé DV de rein arrêté du 29/2/2012 : +16% soit 4974 pour le niv. 1 pour 2013 questionnement sur l incitation à la pratique de la cœlioscopie mais taux atteint 75% (contre 45% en 2007 et 62% en 2010) FOIE : plusieurs GHS - GHM (lié à acte CCAM) pas du tout spécifique

21 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Financement de la greffe et du suivi GHM-GHS de la CM Transplantation d organe (étbnts publics autorisés) 2 - Rejet de greffe (public ou privé en hospitalisation complète) 3 - Surveillance des greffés (public ou privé en hospit. complète ou ambulatoire)

22 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Exemples de tarifs GHS N GHM Libellé Niveau de sévérité Tarifs 2011 (en ) Tarifs 2012 (en ) Evolution tarif (en %) 27C , ,94 +0,16% 27C052 Transplantations , ,94 +0,16% 27C053 cardiaques , ,94 +0,16% 27C , ,22 +0,16% 27C , ,15 +0,16% 27C052 Transplantations , ,15 +0,16% 27C053 Cœur+assistance , ,14 +0,16% 27C , ,42 +0,16% 27C , ,41 +0,16% 27C062 Transplantations rénales , ,81 +0,16% 27C , ,63 +0,16% 27C , ,94 +0,16% 22

23 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Tarifs GHS de rejet Libellé Niveau de sévérité Nb de séjours PMSI 2011 Tarifs 2012 (en ) Evolution tarifs en % Privé Public Privé Public Privé Public , ,87 0,16% -0,65% Rejets de greffe , ,57 0,16% -1,53% , ,12 0,16% -1,04% , ,43 0,16% -0,10% Rejets de greffe, très courte durée ,06 688,41 0,16% 0,16% 23

24 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Exemples de tarifs GHS de suivi N GHM Libellé Niveau de sévérité Nb de séjours PMSI 2011 Tarifs 2012 (en ) Evolution tarifs en % Privé Public Privé Public Privé Public 04M ,25 819,72 +0,16% +1,17% 04M212 Suivis de greffe , ,13 +0,16% +1,78% 04M213 pulmonaire , ,2 +0,16% +0,16% 04M , ,32 +0,16% +0,16% 05K151 Surveillances de greffes , ,96 +0,16% +0,16% 05K152 de coeur avec acte , ,98 +0,16% +0,16% 05K153 diagnostique par voie vasculaire , ,78 +0,16% +0,16% 05K , ,68 +0,16% +0,16% Surveillances de greffes de coeur 05K15J avec acte diagnostique par voie , ,49 +0,16% +0,16% vasculaire, en ambulatoire 24

25 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Financement des activités connexes à la greffe Le forfait annuel greffe FAG Finance les dépenses transversales et connexes à la greffe Concerne la greffe d organe, la prise en charge des donneurs vivants et la greffe de cellules souches

26 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Le FAG couvre : Financement des activités transversales à la greffe la coordination des activités de transplantation avec donneurs décédés et vivants, l environnement nécessaire à la prise en charge des greffés par des psychologues, des diététiciens et des assistants sociaux, les astreintes de chirurgie, d anesthésie et d infirmiers, le transport des équipes de greffe en cas de déplacement en vue d un prélèvement, le coût de transport des greffons,

27 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Le FAG couvre (suite) le HLA pour cross match au moment de la greffe, le typage HLA des patients nouvellement inscrits en liste d attente et le coût du suivi HLA des inscrits, et la prise en charge des donneurs vivants pour la part non facturable à l assurance maladie (bilan, transport, hôtellerie, compensation salariale, ticket modérateur, forfait journalier ) La recherche et l achat de greffons de cellules souches, le typage du donneur et du receveur Depuis 2012, le FAG finance également la mise à disposition d un parc de machines à perfusion des reins

28 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Forfait Annuel Greffe FAG ORGANES 2012 (en ) Rein Autres organes Par tranche de 10 greffes (avec un minimum de 5 greffes), Par tranche de 10 patients inscrits (avec un minimum de 5 greffes), par tranche de 3 utilisations de machine à perfusion, pour la perfusion Par tranche de 5 donneurs vivants (moyenne sur 3 années, elle doit au moins être égale à 1) Remarque : le nombre de donneurs vivants à comptabiliser pour le FAG correspond aux nombre de greffes réalisées à partir de donneurs vivants. Le montant forfaitaire du FAG tient compte du fait qu environ la moitié des donneurs vivants qui entreprennent une démarche de prélèvement ne vont pas au terme du processus. 28

29 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses illustration du FAG organes soit un site de greffe qui a réalisé l année «n-1»l activité suivante : 12 greffes de rein, 4 greffes d autres organes, Greffe de rein : 32 patients inscrits au 1er janvier de l année «n- 1» sur liste d attente et 18 inscrits en cours d année (32+18=50), Greffe autres : 5 patients inscrits au 1er janvier de l année «n-1» sur liste d attente et 3 inscrits en cours d année (5+3=8), et 10 greffes de rein à partir de donneurs vivants l année «n-1», 4 l année «n-2» et 0 l année «n-3» 29

30 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses 1 montant par palier de greffe Nb greffe > 5 Rein : 2ème tranche (de 11 et 20) Autres organes : 1 ère tranche (de 1 à 10) financement de : (2 x ) + (1 x ) = montant par palier de patients inscrits Nb greffe >5 Rein : 5ème tranche (de 41 à 50) Autres organes : 1ère tranche (de 1 à 10) financement de : (5 x ) + (1 x ) = montant par palier de donneurs vivants Nb greffe avec DV moyennée sur 3 ans = 4,7 (soit (10+4+0)/3) > 1 Nb greffe avec DV : 1 ère tranche (1 à 5) financement de : (1 x ) = Au total pour ces trois composantes du FAG le site de greffe bénéficie d un financement en début d année «n» de :

31 Dépenses totales France entière hors suivi des porteurs de greffons, liste en sus Dépenses en millions d'euros par an pour 4600 greffes Recherche d'un donneur Pélèvement des donneurs "CPO" 36 réanimation 2.5 décédés "PO" 15.5 vivants "GHS" 1 en % Activités transversales à la greffe "FAG" % Greffe et rejet de greffe "GHS" % % 6% 31

32 1 Recensement 2- Prélèvement 3 Greffe et suivi 4-activ. transverses Conclusion T2A hôpital : + de 263 M pour greffes + Suivi : porteurs de greffons Le financement T2A s est adapté à la complexité de la prise en charge de la greffe (recensement, greffe, suivi) 2 forfaits annuels (FAG et CPO) + 1 forfait activité (PO) + 3 séries de tarifs GHM-GHS 32

33 Zoom sur le financement des machines à perfusion 33

34 Machines à perfusion rationnel scientifique amélioration des performances de la greffe de rein* : - meilleure évaluation de la qualité du greffon (tests de viabilité), - meilleur taux de reprise de la fonction primaire du greffon, - reprise de la fonction rénale plus précoce (et donc moindre recours à la dialyse en post-greffe), - meilleure survie à un an du greffon (essais randomisés comparant des greffons perfusés à des greffons en conservation statique) les patients décédés SME recensés par les coordinations hospitalières sont de plus en plus souvent considérés comme des donneurs dits «limite», ou «à critères élargis» (vieillissement, modifications des causes de décès, ) les machines permettent d envisager une augmentation significative des greffes * Moers C, Smits JM, Maathuis MH et al. Machine perfusion or cold storage in deceased donor kidney transplantation. N Engl J Med 2009;360:7-19. Treckmann J, Moers C, Andreas P. et al. Machine perfusion versus cold storage for preservation of kidneys from expanded criteria donors after brain death Transplantation 2011;24: Moers C et al. Machine Perfusion or Cold Storage in Deceased-Donor Kidney Transplantation. Letter to the Editor. N Engl J Med 2009;360:

35 NEJM 2012* : analyse de la survie greffons à 3 ans Donneurs EME Standards et critères élargis 91% vs. 87%; Adjusted HR for graft failure, 0.60; p = 0.04 Donneurs EME à critères élargis 86% vs. 76% adjusted HR, 0.38; P = 0.01 Moers C et all, N Engl J Med 366 ; 23, 2012 empruntée à Corinne Antoine 35

36 Machines à perfusion rationnel économique Etude CNAMTS 2007 : Coût de prise en charge moyen en dialyse pendant un an = en hémodialyse et de en dialyse péritonéale Données du registre REIN : 93% des patients présents en dialyse au 31/12/2009 sont traités par hémodialyse et 7,1 % par dialyse péritonéale coût moyen annuel pour les 2 modalités de traitement = soit sur 10 ans Patient greffé dans l année = année de suivi post-greffe = sur 10 ans : patient porteur de greffon fonctionnel coûte en moyenne à l Assurance Maladie un total de sur 10 ans, la prise en charge d un patient greffé est donc en moyenne inférieure de par rapport à celle d un patient dialysé Analyse coût / bénéfice (macro) : années de dialyse évitées par l augmentation du nombre de greffes réduction de la durée du séjour de greffe et du recours à la dialyse 36

37 Estimations 2009 : coût-bénéfice Années de dialyse Séances de dialyse Patients greffés en plus année n n+1 n+2 n+3 n+4 n+5 Patients en post greffe 37

38 Rationnel macro-économique et décisions pour 2012 C est le nombre d années de dialyse évitées qui est le principal facteur de rentabilité Ce nombre est lié au nombre de porteurs de greffons fonctionnels en sus Le nb de porteurs de greffons en sus dépend essentiellement du nb de greffons prélevés en sus De plus en plus de donneurs à critères élargis les machines permettent d envisager une augmentation significative des greffes et une meilleure survie de ces greffes Cette mesure a été portée dans le cadre du PLFSS 2012 et instruite dans le cadre du GDR IRCT (instruction ARS 27 janvier 2012) Chantier prioritaire campagne 2012 acté par la DGOS : attente d une montée en charge rapide (objectifs cibles dans l instruction GDR IRCT) 38

39 Machines à perfusion - estimations Abm Hypothèses de calcul des reins de donneurs à critères élargis : à partir des données 2010 Montée en charge prévue sur 5 années Tout le territoire est équipé de machines en 2015 Il y a 3 machines par CHU Part des reins mis sous machines : 45% en 2015 d après les estimations basées sur critères UNOS Montée en charge à l'horizon 2015 nb total de reins reins sous machine en % nb reins sous machine nb de CHU équipés nb de machines (3 pour chaque CHU en 2015) nb d'utilisations dans l'année par machine % 5% 10% 20% 30% 45%

40 PO1 : idem Machines à perfusion, financements 2012 Nouveau forfait PO : POA «Prélèvement et mise sous machine à perfusion des deux reins» - pour le site du chirurgien préleveur - correspond au PO5 majoré pour prise en compte du temps chirurgical de canulation des 2 reins + paramétrage + surveillance avant départ de la machine Proposition Abm-DGOS : doublement du PO5 actuel = 808 Nouvelle ligne du FAG - Valorisation par utilisation de machine à perfusion, pour la perfusion des deux reins : proposition Abm-DGOS : par tranche de 3 donneurs soit 6 reins : 8800 Arrêté 29/2/2012 FAG = Charges couvertes pour l établissement greffeur site de stockage amortissement des machines, maintenance biomédicale et de gestion du logiciel intégré à la machine, consommables, personnel de coordination et/ou de reconditionnement des machines, transport pour le retour vers le site de stockage (les autres frais de transport sont inclus dans le FAG). NB coût d achat intégré dans l estimation par l Abm 40

41 Forfaits prélèvement à destination de l établissement de rattachement de l équipe chirurgicale FORFAITS PO DE PRÉLÈVEMENT (A destination de l'établissement de rattachement de l'équipe chirurgicale de prélèvement) Tarifs 2012 (en ) PO 5 Prélèvement de rein(s) PO 6 Prélèvement du foie PO 7 Prélèvement de poumon(s) PO 8 Prélèvement de coeur ou du bloc «coeur poumon» PO 9 Prélèvement de pancréas PO A Prélèvement et mise sous machine à perfusion des deux reins

42 Forfait annuel greffe FAG ORGANES 2012 (en ) Rein Autres organes Par tranche de 10 greffes (avec un minimum de 5 greffes), Par tranche de 10 patients inscrits * (avec un minimum de 5 greffes), Par tranche de 3 utilisations de machines à perfusion, pour la perfusion des deux reins Par tranche de 5 donneurs vivants ** (moyenne sur 3 années, elle doit au moins être égale à 1)

43 Machines à perfusion, exemple de calcul du FAG Soit un site de stockage qui a mis à disposition l année N -1ses machines pour perfuser les deux reins de 20 donneurs à critère élargi (critères UNOS). Il bénéficie en début de campagne T2A de l année N d un montant de : = 7(ème tranche) x 8814 Ne pas oublier : en sus de la facturation d 1 d 1 PO1 et d 1 d 1 POA pour le prélèvement 43

44 Montant du FAG machines nb de donneurs de reins

45 Financements 2012, conséquences Conséquences codage Donneur vivant de rein : en 2012 GHS + 16% sur le codage du diagnostic principal (attention pas de facturation PO3 pour un DV de rein) Nouveaux forfaits PO perfusion Conséquences Donneur DCE Saisie des items «machines» dans CRISTAL Machines : conséquences organisationnelles Les machines pour DDAC sont sanctuarisées Les sites de greffe doivent acquérir des machines pour les prélèvements de reins DCE Maintenance de ces machines : au niveau de ces sites La régulation implique 3 machines disponibles par site Organisations envisageables sites de stockage : 3 machines par CHU ou mutualisation sur une plateforme de perfusion 45

46 Qui fait quoi L établissement «tête de réseau» ou plateforme (= CHU site de greffe) en termes logistiques : Achète les machines (investissement) Achète les consommables Assure la maintenance des machines Assure le transport des machines vers le lieu de prélèvement et leur retour depuis le lieu de greffe en termes d activité : Prélève Greffe Eventuellement envoie ses chirurgiens prélever L établissement préleveur non greffeur en termes d activité : prélèvement Recensement et séjour du donneur EME (diagnostic) Bilan biologique du donneur, typage HLA, etc Bloc Eventuellement : CHU non encore équipé de machines en termes d activité Prélève Greffe Eventuellement envoie ses chirurgiens prélever scenarios 46

47 Scénario 1 : le CHU A est site de stockage des machines ; il assure le prélèvement et la greffe, 2 ème greffon régional ou national Envoi 2è greffon sous machine CHU B greffeur GHS greffe FAG PO1 + POA GHS greffe FAG CHU A préleveur ET greffeur Retour machine FAG machine perf 47

48 Scénario 2 : le chirurgien du CHU A (site de stockage) se déplace pour le prélèvement et assure la greffe (greffon local) - 2ème greffon régional ou national PO1 étbnt préleveur non greffeur Equipe chir avec 2 machines CHU B greffeur Envoi 2è greffon sous machine (après attribution) GHS greffe Retour machine FAG Retour équipe chir avec 2 greffons sous machine FAG machine perf POA CHU A chirurgien préleveur site greffeur GHS greffe FAG 48

49 Scénario 3 : l étbnt préleveur n est pas greffeur, le CHU A (site de stockage) greffe le greffon local - 2è greffon régional ou national PO1 + POA Envoi 2è greffon sous machine étbnt préleveur non greffeur CHU B greffeur Retour machine GHS greffe FAG Envoi 2 machines Retour 1er greffon sous machine FAG machin e perf CHU A greffeur GHS greffe FAG 49

50 Scénario 4 : l étbnt préleveur n est pas greffeur, le site de stockage CHU A ne greffe pas mais prête les machines 1er greffon local, 2è greffon régional ou national PO1 + POA étbnt préleveur non greffeur Envoi 2è greffon sous machine Envoi 2 machines pour le PO CHU C greffeur Retour machine GHS greffe FAG GHS greffe FAG Envoi 1er greffon sous machine CHU B greffeur Retour machine CHU A site de stockage ou plateforme FAG machine perf Attention : le CHU A doit percevoir le FAG machine, alors qu il n a pas greffé 50

51 Règles d attribution du financement : CMS de l Abm mars 2012 Pour le forfait POA : comme le PO5 1 er principe préalable : si une équipe de greffe refuse un rein DCE perfusé : considéré comme un refus équipe (pas de déconditionnement d un rein perfusé) 2 ème principe : le recueil des données sur la perfusion dans CRISTAL est obligatoire afin que l activité de perfusion soit validée pour l attribution du financement Règle d attribution du financement : les 2 reins DCE perfusés au bloc de prélèvement : le rein local et le rein régional ou national 51

52 Règles d attribution du financement (2) Donneur non CE/UNOS pas de perfusion Donneur CE/UNOS et perfusion des 2 reins sur site de prélèvement oui Donneur CE/UNOS et perfusion d un 1 rein sur site de prélèvement oui si justification médicale, non sinon Donneur CE/UNOS et perfusion du rein local sur site de greffe non (priorité à l utilisation des machines sur le lieu de prélèvement) Donneur CE/UNOS et perfusion du rein non local sur site de greffe parce que machines non mises à dispo àvoir DANS TOUS LES CAS : situation à expertiser par le SRA selon les informations recueillies (CRISTAL et équipes), et l analyse au cas par cas, en particulier de la disponibilité des machines 52

53 FAG Machine 2012 Basé sur déclaratif Reins non perfusés par paire mais règles non établies en 2011 Financement d amorçage, signal politique Etablissement Nb reins perfusés 2011 FAG perfusion REINS 2012 HOPITAL SAINT LOUIS (AP-H) GROUPE HOSP. PITIE SALPETRIERE (AP-HP) HOPITAL DE BICETRE (AP-HP) HOPITAL DE RANGUEIL CHU TOULOUSE CHU PELLEGRIN CHRU BRETONNEAU TOURS CHU NANTES CHU LA MILETRIE POITIERS ZIPR 7 en 2011 : 40 reins perfusés ZIPR 5 en 2011 : 9 reins perfusés ZIPR 6 en 2011 : 26 reins perfusés NB : les 38 perfusions du CHU E. Herriot (HCL) n ont pas été prises en compte car financées dans le cadre d un PHRC 53

54 Questionnements sur la «rentabilité» du forfait Parler d équilibre et non pas de rentabilité Les forfaits actuels permettent de couvrir les charges de consommables mais pas l investissement Il faut baisser en priorité le coût des consommables Maintien d un prix modéré pendant la phase de montée en charge Envisager les achats groupés : uniha Faire jouer la concurrence 2012 (et 2013) : année(s) de montée en charge, il faudra évaluer le dispositif et l ajuster si besoin en termes de niveau de financement en termes de règles de financement, car les CHU doivent d équiper de machines transportables 54

55 55

56 Fabricants : concurrence? Seules les machines transportables sont compatibles avec le projet Deux fabricants : ORS et IGL (marquage CE obtenu) ORS déjà connu (machines DDAC) IGL prêt (marquage CE, démonstration) Difficultés subsistent pour les 2 fabricants Neutralité Abm Life Port / ORS IGL / Waves autorisations, marquages CE oui oui coût achat machine HT machines machines coût consommable HT (kit par rein) reins /an kits /an coût logiciel inclus inclus coût assurance annuelle (facultative) poids glace sac de transport avec roulettes kg? 28 kg interruption système pas d'interruption système oui, trop grand pour AF, SNCF oui, taille? autonomie 24h 2x12h 56

57 57

58 Merci pour votre écoute plaquette T2A : 58

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES Edito Dans le contexte budgétaire de plus en plus contraint auquel sont

Plus en détail

MODALITES DE FINANCEMENT

MODALITES DE FINANCEMENT MODALITES DE FINANCEMENT 2014 DES ACTIVITES DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Benoit Rajau pour l Agence de la biomédecine Edito Dans le contexte

Plus en détail

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 FINANCEMENT DES MISSIONS DE RECUEIL D INFORMATIONS RELATIVES AUX ACTIVITES DE GREFFE D ORGANES ET DE CSH NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 L Agence de la biomédecine (Abm) a pour mission de suivre et d

Plus en détail

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe JMPG 26 Mars 2008 Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe Dr Nadine RIBET-REINHART DMS Pôle évaluation Dr Christian LAMOTTE SRA Grand Ouest Les sources du financement: Supplément

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau : Plateaux techniques et prises en charge hospitalières

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ Établissements de santé MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction de la régulation de l offre de soins _ Bureau plateaux techniques

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

MODALITÉS DE FINANCEMENT DES ACTIVITÉS DE PROCRÉATION EMBRYOLOGIE ET GÉNÉTIQUE HUMAINES ET DE PRÉLÈVEMENT ET GREFFE D ORGANES

MODALITÉS DE FINANCEMENT DES ACTIVITÉS DE PROCRÉATION EMBRYOLOGIE ET GÉNÉTIQUE HUMAINES ET DE PRÉLÈVEMENT ET GREFFE D ORGANES MODALITÉS DE FINANCEMENT DES ACTIVITÉS DE PROCRÉATION EMBRYOLOGIE ET GÉNÉTIQUE HUMAINES ET DE PRÉLÈVEMENT ET GREFFE D ORGANES Ce document reprend les dispositifs de financement de la nouvelle campagne

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES.

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. LE GUIDE POUR TOUT COMPRENDRE En collaboration avec les hôpitaux et les associations

Plus en détail

Insuffisance rénale chronique

Insuffisance rénale chronique Programme GDR en Picardie Insuffisance rénale chronique Dr Matthieu Derancourt Référent médical IRC ARS Picardie ELEMENTS DE CONTEXTE 2 Contexte Instruction validée par le CNP le 17 décembre 2010 Visa

Plus en détail

Donner ses organes : comment s y prendre?

Donner ses organes : comment s y prendre? 01 Dire son choix sur le don d organes et connaître celui de ses proches, c est se donner toutes les chances de respecter la volonté de chacun. La greffe d organes sauve des vies La greffe d organes est

Plus en détail

Format de RSA groupé en CCAM (219)

Format de RSA groupé en CCAM (219) GENRSA : Manuel d utilisation Janvier 2012 Format de RSA groupé en CCAM (219) Libellé Taille Début Fin Remarques Numéro FINESS 9 1 9 Numéro de version du format du RSA 3 10 12 219 N d'index du RSA 10 13

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE LE GUIDE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE L Agence de la biomédecine est une agence publique nationale de l État créée par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DES TABLEAUX MAT2A STC

GUIDE DE LECTURE DES TABLEAUX MAT2A STC GUIDE DE LECTURE DES TABLEAUX MAT2A STC REMARQUES : Les tableaux réalisés par MAT2A présentent des variables calculées sur les données télétransmises. Ces données sont comparées : - aux données de l année

Plus en détail

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Dispositif de certification Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a initié la procédure de certification des coordinations

Plus en détail

ET SI ON EN PARLAIT?

ET SI ON EN PARLAIT? le guide en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? PEUT-ON DONNER DE SON VIVANT? A QUI FAIRE CONNAÎTRE SA DÉCISION? Quels organes peut-on donner? OUI LA GREFFE D ORGANES SAUVE DES VIES! Dire son choix

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

La Transplantation Rénale au Maroc

La Transplantation Rénale au Maroc La Transplantation Rénale au Maroc Résultats et perspectives Pr. Benyounès Ramdani benyounsramdani@gmail.com Journées de l infirmier, SMN, 10/5/ 2013, Casablanca Pourquoi réaliser une greffe rénale chez

Plus en détail

Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus. Avril 2010

Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus. Avril 2010 Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et/ou de tissus Avril 2010 Référentiel d auto-évaluation des coordinations hospitalières de prélèvement d organes

Plus en détail

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Dominique VAN DEYNSE Coordinateur Principal Centre de Transplantation UCL Préambule Chaque hôpital est un hôpital donneur 7 Centres de

Plus en détail

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX Services internes 5.1 TARIFS DES SERVICES Les tarifs interprovinciaux des services internes sont déterminés par le Comité de coordination des ententes interprovinciales en assurance santé (CCEIAS). Le

Plus en détail

Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé

Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé Les mécanismes de financement, le cadre comptable et financier des établissements de santé Alain Tessier Mars 2015 A partir de 2004 les établissements de santé publics et privés ont mis en œuvre un nouveau

Plus en détail

LA TARIFICATION A L ACTIVITE

LA TARIFICATION A L ACTIVITE LA TARIFICATION A L ACTIVITE (réforme de l allocation de ressources des établissements de santé) Pour plus d informations, contacter la Mission T2A par mail : tarification-mt2a@sante.gouv.fr 1 LA NOTION

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Greffes d organes : nouvelle régulation pour le transport aérien des équipes chirurgicales de 19 CHU. Communiqué de Presse P.2

Greffes d organes : nouvelle régulation pour le transport aérien des équipes chirurgicales de 19 CHU. Communiqué de Presse P.2 DOSSIER DE PRESSE Greffes d organes : nouvelle régulation pour le transport aérien des équipes chirurgicales de 19 CHU SOMMAIRE Communiqué de Presse P.2 Santé publique.- Rapidité, qualité et sécurité du

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Tarification à l Activité (T2A)

Tarification à l Activité (T2A) 27 28 Novembre 2009 Scanner le haut de la page des assises Codage CCAM V11 Mode d emploi pour le Cardiologue Alain Dibie, Département de Pathologie Cardiaque, Institut Mutualiste Montsouris, Paris alain.dibie@imm.fr

Plus en détail

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES

POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES POINT PRESSE MENSUEL DON D ORGANES [ Contact presse ARS : Sarah Izza 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr ] 1 Communiqué Campagne régionale d information et de sensibilisation sur le don d organes à

Plus en détail

Etablissement français des Greffes

Etablissement français des Greffes PLAN DE FORMATION de l 2003 à l attention des personnels des Etablissements de Santé, des personnels des Banques de Tissus, des personnels des Unités de Cytaphérèse THEMES Prélèvements et greffes d'organes

Plus en détail

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES

METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES METHODOLOGIE POUR ACCROITRE LE POOL DE DONNEURS PULMONAIRES Marc STERN Groupe de Transplantation Pulmonaire Hôpital Foch Aucun conflit d intérêt à déclarer Le greffon pulmonaire Bien rare et insuffisant:

Plus en détail

Osons en parler, parlons en!

Osons en parler, parlons en! Le Don d Organes d et de Tissus : Osons en parler, parlons en! Dr Patrick JAMBOU Médecin coordonnateur des prélèvements CHU de Nice et réseau PACA-Est / Haute-Corse Jocelyne HENSELER Infirmière coordinatrice

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Pièce jointe : Annexe : Schéma de passage à la T2A : décomposition des BP 2004

Pièce jointe : Annexe : Schéma de passage à la T2A : décomposition des BP 2004 Liberté. Égalité. Fraternité REPUBLIQUE FRANCAISE Ministère de la santé, de la famille, et des personnes handicapées DIRECTION DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS Sous- Direction des affaires

Plus en détail

Vadémécum LA GREFFE D ORGANES. en 7 fiches pratiques. Version

Vadémécum LA GREFFE D ORGANES. en 7 fiches pratiques. Version Vadémécum LA GREFFE D ORGANES en 7 fiches pratiques Version NOVEMBRE 2013 PRÉAMBULE 1/3 PRÉAMBULE Ce vadémécum est destiné aux inspecteurs des agences régionales de santé (ARS), qu ils soient amenés à

Plus en détail

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire

Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Le donneur en vue d une transplantation pulmonaire Nicola Santelmo Chirurgie Thoracique Groupe de Transplantation Pulmonaire de Strasbourg Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Coordinateur: Pr Gilbert

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

Chef du service de régulation et d appui

Chef du service de régulation et d appui E DITORIAL Nous avons le plaisir de vous présenter le rapport du service de régulation et d appui (SRA) de l Agence de la biomédecine pour l année 2012. Reflet de l activité des établissements de santé

Plus en détail

La greffe rénale un choix à préparer

La greffe rénale un choix à préparer La greffe rénale un choix à préparer Dr François Bayle CHU Grenoble - Néphrologie Fédération Grenoble Transplantation 3 ème rencontres d Education Thérapeutique Lyon - 15 Novembre 2013 Une nouvelle qui

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

Agence technique de l'information sur l'hospitalisation

Agence technique de l'information sur l'hospitalisation Agence technique de l'information sur l'hospitalisation NOTICE TECHNIQUE n CIM-MF 2012 du 12 mars 2012 Objet : Campagne tarifaire 2012 : nouveautés relatives aux prestations EMETTEUR Service CIM-MF Personnes

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent Dr J.FARRET Onco gériatre Clinique St Vincent Groupe médical :100 praticiens Anesthésie réanimation

Plus en détail

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement Antoine Audry Coordonnateur, Philippe Maugendre, Faiez Zannad

Plus en détail

Chiffres clés CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BORDEAUX

Chiffres clés CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BORDEAUX Chiffres clés CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE BORDEAUX 2008 Chiffres-clés 2008 Inauguration Ouverture du Centre François-Xavier Michelet le 11 janvier 2008, en présence de Monsieur Alain Juppé, Ancien

Plus en détail

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux July 4, 2013 Proposition de stage (Master 2 en Biostatistique/Epidémiologie): Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients

Plus en détail

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Processus de validation et de prise en charge de l innovation médicale en France Recherche translationnelle Recherche clinique Cognitive Non comparative

Plus en détail

Ententes interprovinciales en assurance santé

Ententes interprovinciales en assurance santé 284 À l intention des directeurs généraux et des directeurs des finances des établissements hospitaliers autorisés à facturer des services hospitaliers rendus à des résidents des autres provinces et des

Plus en détail

Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14

Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14 Stratégie de la CNAMTS sur la Télémédecine Collège des Economistes de la Santé 30/04/14 Couverture STRATEGIE DE LA CNAMTS SUR LA TELEMEDECINE 2 La télémédecine est un sujet stratégique pour la CNAMTS,

Plus en détail

Impact économique d un projet d investissement

Impact économique d un projet d investissement Impact économique d un projet d investissement Bruno Rossetti (CHRU LILLE) Directeur Délégué à l urbanisme et au projet Sud Directeur délégué au Pôle Cardio Vasculaire Pulmonaire Conseiller à l ANAP Benoît

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES

ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES Il est rappelé que les données transmises par l'etat à la CNAMTS - citées infra «engagements de l Etat» - sont destinées à un usage technique par les services de la CNAMTS

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Projet Achat du CHU de Nantes Intervention du 14 Janvier 2013 aux Journées Achats de l AMUE. Page 1

Projet Achat du CHU de Nantes Intervention du 14 Janvier 2013 aux Journées Achats de l AMUE. Page 1 Projet Achat du CHU de Nantes Intervention du 14 Janvier 2013 aux Journées Achats de l AMUE Alexandra CENTRE BENOISTEL HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NANTES I Projet achat Direction des achats Page 1 PLAN

Plus en détail

EDITORIAL. Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale de l Agence de la biomédecine

EDITORIAL. Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale de l Agence de la biomédecine EDITORIAL Les formations proposées par l chaque année aux professionnels exerçant dans les champs d activité dont elle a la charge, se renouvellent et s enrichissent en fonction des besoins et des nouvelles

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui?

Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Hospitalisation traditionnelle versus chirurgie ambulatoire : quels enjeux, quels impacts et pour qui? Catherine Noguès, Sandrine Baffert Journée «Conception innovante des politiques publiques» 28 mars

Plus en détail

Construction du Nouveau CHU d Amiens

Construction du Nouveau CHU d Amiens Construction du Nouveau CHU d Amiens Mise en service des bâtiments hierry VELEINE coordinateur du Pôle Investissements et Logistique Hopitech Amiens - 05 octobre 2012 - mise en service du Nx CHU d'amiens

Plus en détail

Agence technique de l'information sur l'hospitalisation

Agence technique de l'information sur l'hospitalisation Agence technique de l'information sur l'hospitalisation NOTICE TECHNIQUE n CIM-MR /ME 133-1-2010 du 02 mars 2010 Objet : Campagne tarifaire et budgétaire 2010 : nouveautés relatives aux prestations EMETTEUR

Plus en détail

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public

Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus. Le don d organes et de tissus. Information du public Coordination Hospitalière de Prélèvements d Organes et de Tissus Le don d organes et de tissus Information du public GENERALITES Le don d organes et la greffe représentent une priorité de santé publique.

Plus en détail

ATELIER NOUVELLE GOUVERNANCE. Professeur Thierry May

ATELIER NOUVELLE GOUVERNANCE. Professeur Thierry May ATELIER NOUVELLE GOUVERNANCE Professeur Thierry May Nouvelle gouvernance hospitalière Plan Hôpital 2007 Relance investissement hospitalier Incitation financière par T2A Organisation en Pôle Expérimentation

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Elements financiers équipes en maisons, pôles et centres de santé en quartiers populaires

Elements financiers équipes en maisons, pôles et centres de santé en quartiers populaires Elements financiers équipes en maisons, pôles et centres de santé en quartiers populaires Contexte En 2011, il a semblé intéressant à l ACSBE 1, alors en montage de projet de centre de santé associatif,

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

CAPACITÉ. Lits et places par établissement. Cimiez 322 lits et 4 places. Pasteur 307 lits et 67 places. Archet 1 & 2. Autres structures :

CAPACITÉ. Lits et places par établissement. Cimiez 322 lits et 4 places. Pasteur 307 lits et 67 places. Archet 1 & 2. Autres structures : 1 CAPACITÉ Lits et places par établissement Le CHU de Nice c est 1 602 lits & 155 places. Cimiez 322 lits et 4 places Archet 1 & 2 552 lits et 73 places Pasteur 307 lits et 67 places 2 Saint-Roch 218 lits

Plus en détail