Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger"

Transcription

1 Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

2 *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance rénale. *Il est aujourd hui admis que la transplantation rénale à partir de donneur vivant, donne de meilleurs résultats que celle par donneur cadavérique sans pour autant exposer le donneur à des risques inconsidérés. *Le rôle de l imagerie dans cette procédure est incontournable, avant la greffe, il permet : -de vérifier l intégrité des deux reins. -de faire une étude morphologique et fonctionnelle pour la sélection du rein à prélever.

3 *Savoir comment explorer un donneur vivant dans un bilan pré-greffe rénale. *Connaitre les variantes anatomiques de l artère rénale. *Connaitre les variantes anatomiques de la veine rénale. *Connaitre les variantes anatomiques des voies urinaires. *Savoir faire une approche fonctionnelle du transplant rénal. *Connaitre les critères de sélection du rein à prélever.

4 *Les reins sont des organes paires situés dans la région lombaire, en arrière de la cavité péritonéale. *Le parenchyme rénal est constitué d un cortex, périphérique, et d une médulla centrale. Le cortex rénal est la zone de filtration glomérulaire. La médulla est constituée de zones triangulaires : les pyramides. *La vascularisation rénale est assurée par les éléments du pédicule rénal, qui est composé dans 75 % des cas d une artère et d une veine. *La vascularisation du rein est de type terminal.

5 Les artères rénales naissent au même niveau des faces latérales de l aorte abdominale, au tiers inférieur de L1, à environ 2 cm en dessous de l origine de l artère mésentérique supérieure. Elles ont un trajet oblique en bas et en arrière, vers chaque hile rénal. Leur diamètre est de 6 à 8 mm, et leur longueur de 3 à 4 cm à gauche et de 5 à 6 cm à droite.

6 *Les veines rénales ont pour origine la réunion des veines intrarénales à l intérieur du sinus rénal. *Le diamètre des veines rénales est de 10 mm, et leur longueur de 2 à 3 cm à droite et 7 à 8 cm à gauche. *Les veines rénales ont un trajet antérieur par rapport aux artères et se terminent sur les faces latérales de la veine cave inférieure, à hauteur de L1-L2. *Leur ostium cave est avalvulé.

7 *L appareil urinaire est constitué par les cavités pyélo-calicielles, les deux uretères, la vessie et l urètre. *Le pyélon a deux faces qui répondent aux ramifications vasculaires pré et rétropyéliques éli. Dans sa portion extrasinusale le pyélon est situé en arrière du pédicule rénal. *La vascularisation artérielle des uretères est segmentaire. La portion lombaire initiale reçoit le rameau urétéral de l artère rénale, anastomosé au cercle artériel du rein. Le deuxième rameau important provient de l artère iliaque interne. 1. Muscle grand psoas 2. vaisseaux génitaux ; 3. artère iliaque primitive gauche ; 4. artère iliaque externe gauche ; 5. artère iliaque interne gauche ; 6. artère ombilicale gauche ; 7. artère obturatrice gauche ; 8. artère utérine gauche ; 9. artère vaginale ; 10. artère vésicale inférieure.

8 Le rein se développe en trois étapes; le mésonéphros, qui n'est que transitoirement fonctionnel chez l'embryon entre la 6ème et la 10ème semaine, le pronéphros, qui régresse à la 8ème semaine et n'est jamais fonctionnel et le métanéphros qui est l ébauche définitive du rein.ce dernier a une situation sacrée, sa migration depuis son origine jusqu'à sa localisation sous diaphragmatique à la fin du développement est à l origine de nombreuses variations artérielles.

9 *Durant la période de septembre 2008 à mai 2009, nous avons exploré 101 donneurs de rein vivants apparentés et volontaires. *Nous avons exploré 78 donneurs par scanner multibarrettes et 23 donneurs par IRM. *Tous les donneurs étaient éligibles à une greffe rénale avec un bilan biologique et une fonction rénale corrects, et un examen échographique et doppler confirmant la présence des deux reins. *La moyenne d âge était de 42,5 ans (âge entre 18 et 60 ans). *Nous avons confronté les données radiologiques aux données opératoires chez 94 sujets opérés, 4 donneurs ont été récusés pour des raisons anatomiques, les 3 autres à causes d anomalies de découverte fortuite (pyélonéphrite, dysplasie rénale, sténose rénale). *Toutes les néphrectomies ont été réalisées à ciel ouvert.

10 MATERIELS: *Nous avons exploré 56 donneurs par scanner multibarrettes (Somatom 16 Siemens) et 22 donneurs par un scanner (Aquilion one Toshiba 320 barrettes). *Nous avons utilisé un produit de contraste non ionique type Xenetix avec une concentration d iode à 350 mg /ml. *Pour une meilleure distension de l appareil urinaire nous avons utilisé une injection de Furosémide à 20 mg immédiatement avant l injection de produit de contraste pour induire une hyperdiurèse et obtenir une opacification permanente des uretères. *23 donneurs ont été explorés par IRM 1.5 T (AVANTO Siemens). *Nous avons utilisé un produit de contraste paramagnétique Dotarem.Le Furosémide a aussi été utilisé.

11 METHODES: scanner 16 barrettes Nous avons utilisé un protocole biphasique, selon les paramètres décrits: *Une acquisition au temps artériel tardif: centrée sur les deux reins avec déclenchement de l acquisition à 120 UH. *Une acquisition à 4mn :centrée sur les voies urinaires avec réduction des KV à 80. Paramètres d acquisition: Kv :120 Mas: 200 à 240 Collimation 0.75x16 Pitch : 1.5 Vit rot : 9.3ms Paramètres d injection: Volume : 100 à120 cc Débit :4à 5 cc/s Les coupes natives sont ensuite reconstruites en 0.75mm pour la première série et 1mm pour la deuxième série.

12 METHODES: scanner 320 barrettes Nous avons utilisé un protocole biphasique, selon un mode volumique au temps artériel tardif centrée sur les deux reins avec déclenchement de l acquisition à 150 UH avec un temps de rotation à 0.5 s et une couverture de 16 cm. L examen est réalisé sans apnée. *Une acquisition à 4mn :centrée sur les voies urinaires avec réduction des KV à 80. *Chez 4 donneurs nous avons utilisé une acquisition dynamique (perfusion). Paramètres d acquisition: KV :120 Mas:200 à240 Pas de pitch Collimation :0.5 Temps rot: 0.5 s Paramètres d injection: Volume :50 à 60 cc Débit : 5cc/s *Les coupes natives sont ensuite reconstruites en 0.5 mm pour la première série et 1mm pour la deuxième série.

13 METHODES: IRM *Nous avons utilisé le protocole suivant: Une acquisition axiale T2 HASTE centrées sur les reins. des séquence en écho de gradient 3D avec une boite couvrant l aorte abdominale les deux reins et les vaisseaux iliaques. Paramètres d acquisition: TR : 200 TE :4 Angle de bascule : 90 Matrice : 256X256 Epaisseur de coupe :5mm FOV :320 à 370 *Pour l évaluation fonctionnelle, nous avons réalisé des séquences dynamiques et calculé la courbe de rehaussement vasculaire dans chaque rein chez 4 donneurs âgés de plus de 50 ans.ces donneurs ont bénéficié d une scintigraphie rénale.

14 Les critères d inclusion dans l analyse morphologique: *État du parenchyme rénal *Nombre d artères rénales et leur trajet. *Nombre de veines rénales et leur trajet. *Etat de l appareil urinaire. Les critères d inclusion de l analyse fonctionnelle: *Volume *Courbe de rehaussement vasculaire

15 *Le prélèvement du rein gauche est souvent préféré du fait de la longueur importante de la veine rénale gauche. *En cas d artères rénales multiples c est le rein qui a une artère unique qui sera prélevé. * A anatomie égale c est le rein le meilleur rein qui sera préservé pour le donneur.

16 *Anomalies parenchymateuses A droite :Angioscanner en reconstructions MIP3D et MPR en axial.distribution modale des artères rénales avec cicatrices parenchymateuses du rein droit en regard des calices témoignant d une néphrite, décrites comme lobulations fœtales à l échographie. A gauche en haut :Angio-scanner en reconstructions MIP 3D : kystes rénaux polaires supérieur et inférieur gauches,réalisant un défect parenchymateux. A gauche en bas :IRM en séquence T2 Haste axiale: kyste polaire supérieur gauche. le nombre, la taille et le siège des kystes doit figurer dans le compte rendu.

17 *Les résultats morphologiques des variantes anatomiques de l artère rénale : Sensibilité Scanner 16 B Scanner 320 B IRM Artères 100% 100% 100% principales p Artères accessoires 98% 99% 96% Division proximale 99% 100% 98%

18 *Anatomie modale * ** Angioscanner en reconstructions VRT, MPR axiales et MIP 3D. Anatomie modale : les artères rénales sont de bon calibre, naissent à hauteur de L1 en dessous de l artère mésentérique supérieure ;elles ont un trajet horizontal en avant des veines rénales. Leur calibre et leur longueur doivent être précisés. La veine rénale droite, courte passe en avant de l artère. La veine rénale gauche,plus longue,passe en avant de l artère rénale gauche puis entre l artère mésentérique supérieure(*) et l aorte(**), pour rejoindre la veine cave inférieure.

19 *Variantes anatomiques de l artère rénale Angioscanner en reconstructions MIP 3D ; VRT et MPR axiales : distribution modale des artères rénales avec Artère rénale courte à gauche (3cm). Sur l image du haut à gauche la veine est comprimée, entre l aorte et l artère mésentérique supérieure, c est le Nutcracker Syndrome. Le donneur présentait des douleurs lombaires épisodiques non expliquées.

20 *Variantes anatomiques de l artère rénale En haut: Angioscanner en reconstructions MIP 3D et MPR curvilignes :Division précoce de l artère rénale gauche au niveau de l ostium, avec artère capsulaire supérieure. A gauche en bas :Angioscanner en reconstructions MIP 3D :division précoce de l artère rénale gauche à moins de 1cm de l ostium. Les divisions précoces ne constituent pas une contre-indication au don mais doivent être signalées pour prévoir la procédure chirurgicale.

21 *Variantes anatomiques de l artère rénale Artères rénales multiples.a droite : Angioscanner en reconstructions MPR curvilignes et VRT : deux artères hilaires droites de même calibre. A gauche :Angio-IRM en reconstructions VRT et MPR axiales : présence de deux artères hilaires gauches de même calibre.l artère rénale droite présente une division précoce. Les artères rénales multiples ne constituent pas elles aussi une contre-indication à la néphrectomie et la distance entre l ostium et la division de l artère doit être mesurée sur les coupes axiales.

22 *Variantes anatomiques de l artère rénale Artères rénales multiples.de droite à gauche: Angioscanner en reconstructions VRT : une artère principale droite et d une artère accessoire hilaire fine. Angioscanner en reconstructions VRT :deux artères principales hilaires gauches et une artère accessoire fine entre les deux artères principales.angio-irm en reconstruction MIP3D : une artère principale gauche et une artère accessoire hilaire fine. En bas :Angioscanner en reconstructions VRT: A gauche,artères rénales doubles l une alimentant le pole supérieur et l autre le pole inférieur. A droite une artère principale droite et d une artère accessoire hilaire prenant naissance au niveau de la face antérieure de l aorte.

23 *Variantes anatomiques de l artère rénale A droite : Anomalie de naissance des artères rénales. Angioscanner en reconstructions curvilignes et VRT : présence d une artère rénale accessoire droite avec naissance haute, notez la compression par le pilier du diaphragme. A gauche en haut: Angioscanner en reconstructions MIP 3D :naissance haute de l artère principale droite. A gauche en bas : Angioscanner en reconstructions MIP 3D: Anomalie de trajet: Artère rénale gauche de trajet courbe à concavité supérieure.

24 *Variantes anatomiques de l artère rénale Artères rénales multiples.en haut de droite à gauche: Angioscanner en reconstructions VRT : artère accessoire alimentant le pole inférieur : polaire inférieure gauche. Angioscanner en reconstructions curvilignes et VRT: artère accessoire alimentant le pole supérieur : polaire supérieure gauche. Angioscanner en reconstructions VRT : deux artères accessoires polaires inférieures, une à droite et une à gauche. Le nombre des artères rénales peut varier entre deux à six artères par paire de reins.le calibre des artères accessoires,leur trajet et leur naissance doit être précisé, pour permettre au chirurgien de gérer les possibilités d anastomoses des petites artères.

25 *Variantes anatomiques de l artère rénale En haut Angioscanner en reconstructions VRT et MPR axiales : l artère principale droite présente un trajet habituel en arrière de la veine rénale,l artère polaire inférieure passe en arrière de la veine cave inférieure. En bas Angioscanner en reconstructions axiales : artère polaire inférieure passant en avant de la veine cave inférieure. Les artères polaires inférieures ont un trajet en avant ou en arrière de la veine cave inférieure.

26 *Les résultats morphologiques des variantes anatomiques de la veine rénale : Sensibilité Scanner 16B Scanner 320 B IRM Veine gauche pré- aortique Veine gauche rétroaortique 100% 100% 100% 98% 98% 96% Veine gauche circumaortique 96% 97% 96% Veines rénales multiples 95% 97% 95%

27 *Variantes anatomiques de la veine rénale De droite à gauche: Angioscanner en reconstructions curvilignes : abouchment de la veine gonadique dans la veine rénale gauche. Angioscanner en reconstructions curvilignes abouchement de la veine gonadique dans la branche postérieure de la veine rénale gauche.angio-irm en reconstructions VRT et MIP 3D: confluence de la veine lombaire et de la veine gonadique dans la veine rénale gauche :Récessus réno-azygolombaire. En bas : Angioscanner en reconstructions curvilignes : abouchement de la veine lombaire dans la veine rénale gauche. Les afférences de la veine rénale doivent être bien décrites en cas de prélèvement rénal par laparoscopie.

28 *Variantes anatomiques de la veine rénale ** * De droite à gauche,angioscanner en reconstructions MIP axiales, coronales et VRT : la veine gauche décrit un trajet oblique vers le bas et passe derrière l aorte pour s aboucher dans la veine cave inférieure,souvent à hauteur de la veine rénale droite : veine gauche rétro-aortique. Cette anomalie de trajet est important à décrire car il conditionne la voie d abord chirurgicale. En bas reconstruction VRT du même donneur,qui montre le passage de la veine rénale gauche en arrière de l artère principale (*) et en arrière de l aorte(**).

29 *Variantes anatomiques de la veine rénale En haut à droite :Angioscanner en coupes axiales MIP, veine rénale gauche avec à la fois branche pré-aortique et branche rétro-aortique i : c est la l veine circumaortique. A gauche et en bas à droite: reconstructions curvilignes et MPR axiales, montrant le trajet des segments de la veine circumaortique avec en coupe axiale haut passant par la branche rétroaortique et en bas coupe axiale passant par la branche pré-aortique.

30 *Variantes anatomiques de la veine rénale De droite à gauche :Angio- canner en reconstructions MPR coronales confluence tardive des branches de la veine rénale gauche. Angio-scanner en reconstructions MPR coronales : la veine rénale présente deux branches qui s abouchent indépendamment dans la veine cave inférieure. Angiocanner en reconstructions MPR coronales :tronc commun court de la veine rénale droite,la veine gonadique gauche s abouche dans la branche postérieure de la veine rénale homonyme. Angio-canner en reconstructions MPR obliques :veines gonadiques multiples, se drainant dans la veine rénale gauche (flèches).

31 *Variantes anatomiques de la veine rénale De droite à gauche :Angioscanner en reconstructions MPR coronales: deux veines rénales droites de même calibre :veines rénales multiples. Angioscanner en reconstructions MPR coronales et axiales : Veine rénale droite accessoire drainant le pole inférieur du rein: veine polaire inférieure. En bas :Angioscanner en reconstructions MPR coronales: deux veines rénales de même calibre à droite et veine accessoire polaire inférieure gauche s abouchant dans la veine gonadique, cette dernière s abouche dans la veine rénale principale.

32 *Variantes anatomiques de la veine rénale Angio-scanner en reconstructions MIP 3D et VRT : Présence de deux veines polaires inférieures gauches satellites d une artère polaire inférieure, avec abouchement anormal dans la veine iliaque primitive gauche. veines rénales multiples avec abouchement anormal. la veine principale gauche nait en avant de l artère mais plus haut. Notez la naissance basse de l artère principale droite, alors que l artère rénale droite nait normalement au dessous de l artère mésentérique supérieure.

33 *Variantes anatomiques des voies urinaires *Les résultats morphologiques des variantes anatomiques de l appareil urinaire sont de 100% tant en scanner 16 barrettes ou 320 barrettes qu en IRM. *Les systèmes doubles représentent la variante la plus fréquente. Uro-scanner en reconstruction VRT: duplicité urétéro-pyélo-calicielle bilatérale incomplète avec abouchement des deux uretères au niveau pelvien. C est l atypie urinaire la plus rencontrée.

34 A droite Uro-scanner en reconstruction VRT.A gauche, Angio-scanner en reconstructions MIP coronales: Dilatation des tiers supérieur et moyen de l uretère droit en amont d une compression vasculaire par l artère et la veine bi-caeco-appendiculaire dans le cadre d une dysplasie colique.

35 *Variantes anatomiques des voies urinaires A droite : Uro-scanner en reconstruction VRT: empreinte vasculaire (bords parallèles) sur la tige du groupe caliciel supérieur responsable d une dilatation d amont: Syndrome de Fraley. En haut: Uro-scanner en reconstruction VRT et 3D MIP: Pyélon gauche globuleux, avec retard de lavage du produit de contraste à l épreuve d hyperdiurèse : Syndrome de la jonction pyélo-urétérale.

36 *Anomalies de découverte fortuite Angioscanner en reconstructions MIP 3Det VRT. A droite en haut : fibrodysplasie intimale du tronc de l artère rénale gauche. A droite en bas : sténose athéromateuse proximale de l artère polaire inférieure gauche. En haut à gauche: plaque calcifiée de l ostium de l artère rénale gauche sur aorte athéromateuse. En bas à gauche : anévrysme sacculaire à collet étroit de la branche pyélique antérieure de l artère rénale droite.

37 *Approche fonctionnelle : *Nous avons eu un retard d excrétion urinaire chez 2 donneurs explorés en scanner. *Chez un donneur la scintigraphie a confirmé le retard d excrétion à droite, et c est le rein gauche qui a été prélevé,bien que présentant deux artères hilaires à gauche et une artère principale à droite. *Chez le deuxième donneur, chez qui le retard d excrétion était à gauche, avec une distribution modale la néphrectomie a été réalisée à droite. *le volume séparé de chaque rein a été calculé par le logiciel de volume dédié, et intégré au compte rendu.

38 *Approche fonctionnelle : *17 donneurs âgés de plus de 50 ans en IRM, 11 en scanner et 6 ont bénéficié d une scintigraphie rénale pour évaluer la fonction rénale séparé de chaque rein. *La courbe de rehaussement permet de déceler les asymétries de d intensité de rehaussement de chaque rein.les résultats comparés à ceux de la scintigraphie étaient concordants.

39 *Toutes les méthodes d imagerie en coupes utilisées ont permis une analyse satisfaisante des artères et des veines rénales principales. *La sensibilité pour la détection des variantes artérielles et des atypies veineuses par le scanner multibarrettes 16 coupes se rapproche de celle du scanner 320 coupes. *La performance du scanner 320 barrettes est liée à la réduction du temps d acquisition et donc de l apnée qui passe de 12s en scanner 16 barrettes à 0.5S versus scanner 320 barrettes. Cette diminution du temps d acquisition permet une réduction de l irradiation, et une diminution de la quantité de produit de contraste à injecter.

40 *Toujours dans un souci de réduction de l irradiation,l utilisation d un temps artériel tardif permet d analyser à la fois les artères et les veines rénale ; la néphrectomie à ciel ouvert, ne nécessite pas une description détaillée du système veineux rénal et péri-rénal, car la méconnaissance des atypies veineuses n a pas d incidence sur la procédure chirurgicale. Par contre la néphrectomie par laparoscopie,exige une évaluation anatomique plus précise,et donc un protocole triphasique. *L acquisition sans contraste à la recherche de calcifications a aussi été supprimée dans notre protocole, ces dernières sont visibles sur la séquence vasculaire en serrant les fenêtres.

41 *L IRM représente une technique non invasive pour l exploration du donneur vivant, c est une technique non irradiante et dont le produit de contraste est bien toléré. *Les résultats de la sensibilité de la détection des artères rénales accessoires et des atypies veineuses sont inférieures à celles du scanner du fait de sa faible résolution spatiale et temporelle. *Le champ d exploration antéro-postérieur en IRM est étroit et peut faire occulter la détection d artères accessoires. *Du fait de sa résolution en contraste,l IRM a une grande sensibilité dans la détection des petites anomalies parenchymateuses.

42 *Le volume est un paramètre fonctionnel propre à chaque rein, il ne nécessite pas une acquisition supplémentaire. des études ont montré que le volume rénal était proportionnel au capital néphronique, qui est un reflet de la filtration glomérulaire. La connaissance du volume permet de choisir le rein le plus volumineux. *La mesure de la courbe d intensité en scanner nécessite des acquisitions répétées et donc une irradiation supplémentaire en scanner. *La mesure de la courbe d intensité en IRM, représente un moyen prometteur,mais les résultats ne sont pas encore concluants, fonction de plusieurs paramètres variables.

43 *Le bilan radiologique pré-greffe dans la transplantation rénale à donneurs vivants comporte une évaluation morphologique pour préparer p la procédure chirurgicale.l approche fonctionnelle constitue actuellement une étape nécessaire pour le choix du rein à prélever et dans le fonctionnement du transplant rénal chez le receveur. *L imagerie en coupe quelle soit en scanner multibarrettes ou en IRM joue un grand rôle dans cette évaluation.

44 1 -FRANK-H NETTER.Atlas d'anatomie humaine 2-SEELEY STEPHENS : Anatomy And Physiology 6 ème Edition 3-D. ANGLICHEAU, J. ZUBER, F. MARTINEZ, A. MEJEAN, N. PATEY, O.HELENON ; Transplantation rénale :réalisation et complications EMC Radiodiagnostic Nephrologie E-10 4-WALKER TG, GELLER SC, DELMONICO FL, WALTMAN AC, ATHANASOULIS CA. Donor Renal Angiography: g Its Influence On The Detection To Use The Right Or The Left Kidney. AJR1988 ; 151 : PA SMITH, LE RATNER, FC LYNCH, FM CORL, AND EK FISHMAN.role of CT angiography in the preoperative evaluation for laparoscopic nephrectomy RadioGraphics 1998; 18: RUSSELL N. LOW ET AL.Potential renal transplant donors: evaluation with gadolinium-enhanced MR angiography and MR urography.radiology 1998; 207: SJOERD W. VAN DEN DOOL.Functional Renal Volume: Quantitative Analysis at Gadolinium-enhanced MR Angiography Feasibility Study in Healthy Potential Kidney. DonorsRadiology 2005; 236:

PROTOCOLE D EXPLORATION. DES VOIES URINAIRES Date de diffusion :

PROTOCOLE D EXPLORATION. DES VOIES URINAIRES Date de diffusion : Nom et signature des médecins délégants : Docteur Docteur Docteur PROTOCOLE D EXPLORATION Date de Validation : DES VOIES URINAIRES Date de diffusion : Date de révision : MATERIEL Echographe TOSHIBA APLIO

Plus en détail

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire J. CHARTON, E-M. KIEFFER, S. REBIH, G. BAZILLE, H. LANG, C. ROY Service

Plus en détail

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens

Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Imagerie en coupe des adénomes parathyroïdiens Dr Cassagneau Pierre Service d imagerie Pr Bartoli-Moulin Hôpital de la Timone - Marseille Place de l imagerie en coupe Très limitée Réservée en principe

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

ANATOMIE DU REIN ET DES VOIES URINAIRES

ANATOMIE DU REIN ET DES VOIES URINAIRES L appareil urinaire ANATOMIE DU REIN ET DES VOIES URINAIRES Aorte Rein Artère Uretère Veine cave inférieure Glande sur Hile Veine Jean Marie TRAWALE INSERM Unité U773 CRB3 Directeur de Recherche Docteur

Plus en détail

Imagerie et obstruction urinaire

Imagerie et obstruction urinaire Imagerie et obstruction urinaire -produits de contraste iodés hydrosolubles -radiations ionisantes D. REGENT -ni produits de contraste, ni radiations ionisantes jusqu'à la fin du 20 ème siècle l'urographie

Plus en détail

SÉMIOLOGIE RADIOLOGIQUE LA RADIOLOGIE DIGESTIVE

SÉMIOLOGIE RADIOLOGIQUE LA RADIOLOGIE DIGESTIVE SÉMIOLOGIE RADIOLOGIQUE LA RADIOLOGIE DIGESTIVE Dr M. BESSON Service de Radiologie, Trousseau, 2004 L Abdomen Sans Préparation Indications Les indications vont conditionner la technique de réalisation

Plus en détail

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan

Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Imagerie vasculaire: apport des nouvelles techniques dans le bilan Dr Lacroix V- Pr Hammer F Service de Chirurgie Vasculaire Service de Radiologie Interventionnelle 8 mai 2010 Journée ECU-UCL Sténoses

Plus en détail

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy

Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Exploration des Voies Biliaires en IRM Comment je fais? Valérie CROISE-LAURENT CHU Nancy Plan Protocole d exploration Interprétation Pièges à éviter Sémiologie des atteintes des voies biliaires Protocole

Plus en détail

L examen a pour but l étude des reins et des loges rénales, sans exploration des uretères et de la vessie d emblée.

L examen a pour but l étude des reins et des loges rénales, sans exploration des uretères et de la vessie d emblée. Génito-urinaire 167 URO Fiche 1 Exploration du rein : échographie Introduction L examen a pour but l étude des reins et des loges rénales, sans exploration des uretères et de la vessie d emblée. Indications

Plus en détail

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX

IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX IMAGERIE DU SYSTEME VEINEUX Imagerie normale et pathologique - Variations Dr Viviane Ladam-Marcus Service de Radiologie - HRD Système Veineux du membre supérieur Céphalique Basilique Thrombose 2 veines

Plus en détail

Développement de l appareil urinaire PCEM 2 2009/2010

Développement de l appareil urinaire PCEM 2 2009/2010 Développement de l appareil urinaire PCEM 2 2009/2010 Introduction Double origine: mésodermique et endodermique. Développement lié à celui de l appareil génital. Les reins définitifs seront fonctionnels

Plus en détail

Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires

Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires Intérêt de l'échographie volumique en pathologie urinaire infantile et adulte - résultats préliminaires D. Dumitriu, MA. Galloy, M. Claudon Service de Radiologie Pédiatrique, Hôpital d Enfants, CHU Brabois,

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE

BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE BILI-IRM ET CHIRURGIE BILIAIRE C. Hoeffel L. Azizi M. Lewin A. Belkacem L. Arrivé JM. Tubiana Radiologie Hôpital Saint-Antoine Paris 12 INTRODUCTION La cholangio-irm est devenue le meilleur examen d'exploration

Plus en détail

Rein et Voies Urinaires Embryologie de l'appareil urinaire. Embryologie de l'appareil urinaire

Rein et Voies Urinaires Embryologie de l'appareil urinaire. Embryologie de l'appareil urinaire 12/02/2015 FERON Caroline L3 CR : BAUMIER Vincent Rein et Voies Urinaires METZLER-GUILLEMAIN 14 pages Embryologie de l'appareil urinaire Plan A. Reins et voies urinaires hautes I. Développement II. Le

Plus en détail

HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant

HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant HNF1 Les anomalies rénales chez l enfant Tim Ulinski Service de Néphrologie Pédiatrique Armand -APHP & Université 6 Y1 Phénotype des anomalies de HNF1beta DIABETE - présentation clinique hétérogène - sécrétion

Plus en détail

Présentation d un logiciel d analyse fonctionnelle en uro-irm

Présentation d un logiciel d analyse fonctionnelle en uro-irm Présentation d un logiciel d analyse fonctionnelle en uro-irm PH Vivier, M. Dolores, P. Zhang, P. Vannoorenberghe, I. Gardin, J.N. Dacher LITIS EA 4108 Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rouen Service

Plus en détail

Malformations de l estomac

Malformations de l estomac Malformations de l estomac Pr Thierry Merrot Enseignement DESC viscéral Paris 2013 Embryologie Vers 4 à 5 semaines Dilatation tubulaire Partie distale de l intestin primitif antérieur Microgastrie anténatale

Plus en détail

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR

SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR SCANNER DES CORONAIRES PLACE DU MANIPULATEUR A CORRE MANIPULATRICE Scanner Chu Rouen A JARDEL MANIPULATEUR Scanner Chu Rouen JN DACHER RADIOLOGUE radiologie CHU ROUEN J THIEBOT RADIOLOGUE Chef de service

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T.

LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. LES CLES DU COMPTE RENDU SCANOGRAPHIQUE DE L ADENOCARCINOME PANCREATIQUE C. ROUSSEAU-CULLET, P-O. DUBOE, T. ROCHER, R.VIALLE, T. CASSAN, J-P TASU PLAN GENERALITES ANATOMIE DU PANCREAS CHIRURGIE PLACE DE

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

Radioanatomie du système veineux thoracique systémique

Radioanatomie du système veineux thoracique systémique Radioanatomie du système veineux thoracique systémique D.Ducreux, S.Chanalet, C-P. Raffaelli, M. Rouquette, J. Mouroux, B. Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Introduction Après un très bref rappel anatomique

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque.

ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: intérêt pour la resynchronisation cardiaque. ANATOMIE DES VEINES CORONAIRES: analyse par scanner 16 détecteurs et intérêt pour la resynchronisation cardiaque. V. Mathe-Bonnet (1), V Chabbert (1), P Mondoly (2), M Delay (2), F Joffre (1), H Rousseau

Plus en détail

Cancer du sein: préparons la reconstruction mammaire.

Cancer du sein: préparons la reconstruction mammaire. Cancer du sein: préparons la reconstruction mammaire. M Sahnoun (1), F Bidault (1), G Karsenti (2), F Kolb (2), S Canale (1), C Balleyguier (1), S Ammari (1), F Rimareix (2), N Leymarie (2), C Dromain

Plus en détail

EMBRYOLOGIE DE L APPAREIL URINAIRE

EMBRYOLOGIE DE L APPAREIL URINAIRE EMBRYOLOGIE DE L APPAREIL URINAIRE 13/01/2011 PCEM2 Dr BOULARD Véronique Laboratoire Biologie de la Reproduction et Cytogénétique CHU AMIENS INTRODUCTION INTRODUCTION Le développement de l appareil réno-urinaire

Plus en détail

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes

2/3 3/27/2013. DIUE / Capacité d'angiologie / DESC Médecine Vasculaire UFR Médecine Montpellier-Nîmes Méthodologie, évaluation des paramètres hémodynamiques VSM = 104+/-25 cm/sec RRA = 1,19+/-0,36 VSM = 93 +/-19 cm/sec RRA = 1,08 +/- 0, 34 Echo Doppler des Artères Rénales Jean Pierre Laroche (Avignon,

Plus en détail

Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier?

Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier? Les lésions traumatiques abdominales de l adulte: Comment les diagnostiquer? Comment les stadifier? EM Danse, BE Van Beers, P Goffette Université Catholique de Louvain UCL Cliniques Universitaires St-Luc

Plus en détail

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2

Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 Imagerie pré-opératoire : Phlébographie àl iode et au CO2 but Création d un abord natif le plus distal possible BILAN ADAPTE AU PATIENT : selon sa pathologie, son âge et ses ATCDS pourquoi un bilan pré-op?

Plus en détail

LA TRANSPLANTATION RENALE CHEZ L'ADULTE PAR DONNEUR VIVANT EXPERIENCE DU SERVICE D UROLOGIE DU CHU HASSAN II DE FES

LA TRANSPLANTATION RENALE CHEZ L'ADULTE PAR DONNEUR VIVANT EXPERIENCE DU SERVICE D UROLOGIE DU CHU HASSAN II DE FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2013 Thèse N 031/ 13 LA TRANSPLANTATION RENALE CHEZ L'ADULTE PAR DONNEUR VIVANT

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique

Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique Apport de l IRM pelvienne dynamique pour l exploration des troubles de la statique S Novellas,F Dausse,, P Chevallier,, M Fournol,, T Piche,, JN Bruneton Service d imagerie médicale Hopital de l archet

Plus en détail

Plan. Définition Evaluer la gravité

Plan. Définition Evaluer la gravité Interprétation du scanner multi-coupe devant une hémoptysie. Que doit savoir le radiologue? Plan Définition Evaluer la gravité Physiopathologie: - hémoptysie d origine artérielle bronchique - Hémoptysie

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 Appareil respiratoire-organogénèse de l appareil digestif Cours du Pr. PRUDHOMME Séance préparée par Anissa BARAKAT, Caroline

Plus en détail

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005

Bach-Segura P, Molho M. Exploration du contenu utérin par tomodensitométrie. SFIPP 2005 Scanner du squelette fœtal Protocole de réalisation Le rôle du manipulateur Karim Medjani 1, Brahim Aichaoui 1, Christiane Arduino 1, Kathia Chaumoitre 1, Claude d'ercole 2, Michel Panuel 1 1 Service d'imagerie

Plus en détail

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un

Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un 1 2 Les fistules artério-veineuses sont des communications directes entre une artère et une veine, crées par le chirurgien pour permettre d alimenter un circuit sanguin extra-corporel, le plus souvent

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

SCANNER ET DOSIMETRIE

SCANNER ET DOSIMETRIE Date 22/08/2006 Page 1 sur 6 REVISIONS révision date objet 01 13/01/03 Réactualisation du texte 02 10/12/03 Changement point de diffusion ; modification texte 03 18/08/04 Modification du texte 04 18/01/05

Plus en détail

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

COMPRESSION MEDULLAIRE

COMPRESSION MEDULLAIRE COMPRESSION MEDULLAIRE I - Les causes EXTRADURALES : RACHIDIENNES et EPIDURALES - Les TUMEURS OSSEUSES : surtout les METASTASES (sein, prostate, poumon, rein, thydoïde, organes génitaux, tube digestif,

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique CRO EN COELIOCHIRURGIE : PRINCIPES Chirurgie technologiquement dépendante

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications

La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications La promontofixation chez la femme: indications, techniques, imagerie et complications M Pouquet (1), M Mathonnet (1), H Caly (1), K Lacheheub (1), P Bouillet (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1)Limoges

Plus en détail

Résultats Localisation : incidence sagittale T2 Sus ou sous péritonéale ++ Distance séparant le pôle inférieur de la tumeur du pôle supérieur du sphincter interne =(marge distale ( incidences coronales)

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

MC. PROCEDURES SCANOGRAPHIQUES STANDARDISEES

MC. PROCEDURES SCANOGRAPHIQUES STANDARDISEES MC. PROCEDURES SCANOGRAPHIQUES STANDARDISEES MC.1 Scanographie du thorax (Th) o Scanographie du thorax standard (Th11) o Scanographie du thorax haute résolution (Th12) MC.2 Scanographie abdomino-pelvienne

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

Echographie du périnée

Echographie du périnée GE Healthcare Echographie du périnée Apport des modes volumiques dans l évaluation pré-opératoire et post-opératoire de la chirurgie de l incontinence et du prolapsus génital. Jean-Marc LEVAILLANT, Hôpital

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine :

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine : Le Péritoine 1 Introduction : Le péritoine est la séreuse qui enveloppe les organes digestifs. Les données embryologiques sont indispensables pour comprendre la topographie et les rapports du tube digestif.

Plus en détail

Intérêts de l'irm corps entier avec

Intérêts de l'irm corps entier avec Intérêts de l'irm corps entier avec séquences de diffusion en Oncolgie JC JOUVET 1, V THOMSON 1, M YANES 1, C JOURNE 1, M BAKIR 1,M DURIEUX 1, F DURUPT 2, Y BERTHEZENE 1 1. Service de Radiologie, Hôpital

Plus en détail

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN

Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Patiente de 42 ans présentant un syndrome anémique, bilan gynécologique normal, gastroscopie et coloscopie normales. Alexandre Prestat IHN Reformations MIP Temps artériel Temps portal Anatomie pathologique-macroscopie

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

Le système vasculaire

Le système vasculaire 1 I LES VAISSEAUX DU COEUR ARTERES CORONAIRES : elles sillonnent dans le sillon coronaire, elles donnent naissance à des branches qui pénètrent dans le cœur et chacune des artères irrigue un territoire

Plus en détail

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi

PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi PYELONEPHRITE OBSTRUCTIVE: QUELS MODES DE DRAINAGE? Pr. Ag. Fakhfakh Hammadi Service d Urolgie, d CHU Habib Bourguiba-Sfax Introduction PNA obstructive: Urgence médico-chirurgicale 31% des urgences chirurgicales

Plus en détail

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie

Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Echographie introïtale : Place en Pelvi-Périnéologie Club d Echanges en Pelvi-Périnéologie Samedi 4 octobre 2014 Institut Portman Dr philippe FARBOS Service de Radiologie (drs DESCAT, FARBOS, LEVANTAL,

Plus en détail

la création de l abord vasculaire : explorations «invasives»préopératoires

la création de l abord vasculaire : explorations «invasives»préopératoires le la création de l abord vasculaire : explorations «invasives»préopératoires but Création d un abord natif le plus distal possible BILAN ADAPTE AU PATIENT : selon sa pathologie, son âge et ses ATCDS pourquoi

Plus en détail

Les hernies de la bourse omentale

Les hernies de la bourse omentale Les hernies de la bourse omentale J-B. Meyer, F.Jausset, A.Oliver, C.Sellal, V.Laurent, M.Claudon, D.Régent CHU Nancy, Hôpital d adultes de Brabois, service de radiologie Plan I. Radio-anatomie Généralités

Plus en détail

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4

F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 F Walter 1, 2, Ch Nuehrenboerger 3, D Pape 4, P Page 1, J Azzolin 3, JF Calafat 1, J Vuillemin 1, R Seil 4 1. Service d Imagerie Médicale, Clinique d Eich CHL Luxembourg 2. Service d Imagerie Guilloz (Pr.Blum),

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE

PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE. Professeur F. JOFFRE PRINCIPES D UTILISATION DES EXAMENS D IMAGERIE Professeur F. JOFFRE La prise en charge d un patient passe largement par la réalisation d un ou plusieurs examens d imagerie. Ceci implique une connaissance

Plus en détail

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires

Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires Intérêt du scanner multi détecteur dans l évaluation des revascularisations coronaires JN Dacher, Rouen Bordeaux-Mérignac le 17 Novembre 2007 L indication première du scanner coronaire repose sur son excellente

Plus en détail

Sémiologie radiologique

Sémiologie radiologique UE4 Uro-Nephro Pr Schouman Claeys Le 13/12/12 de 8h30 à 10h30 RT : Benjamin Chiche RL : Victor de Roucy Sémiologie radiologique Cours 23 : imagerie urinaire, produits de contraste Cours 24 : imagerie des

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM N.LABONNE(1) - C.LEFONDEUR(2) - A.BLUM(1) (1) Service d Imagerie Guilloz CHU NANCY (2) Direction du Système d Information CHU NANCY www.imagerieguilloz.com

Plus en détail

LE CALENDRIER DES ECHOGRAPHIES FŒTALES

LE CALENDRIER DES ECHOGRAPHIES FŒTALES LE CALENDRIER DES ECHOGRAPHIES FŒTALES Drs. AZZA HAMMOU - HELA LOUATI - FAOUZIA ZOUARI I- INTRODUCTION : La pratique du diagnostic anténatal repose sur une organisation bien élaborée où les centres de

Plus en détail

LES CONTUSIONS DU REIN

LES CONTUSIONS DU REIN LES CONTUSIONS DU REIN Table des matières Table des matières 3 I - Épidémiologie 9 II - Mécanismes lésionnels 11 A. 1. Choc direct...11 B. 2. Lésions indirectes...11 C. 3. Plaies pénétrantes...11 D. 4.

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE

DEVELOPPEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE DEVELOPPEMENT DE L'APPAREIL URINAIRE DR. NOZHA CHAKROUN - FACULTÉ DE MÉDECINE DE SFAX Table des matières Table des matières 3 I - Développement des ébauches rénales 9 A. Pronéphros: structure éphémère...9

Plus en détail

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique des

Plus en détail

Etude d une pratique professionnelle : L échographiste et le gel échographique

Etude d une pratique professionnelle : L échographiste et le gel échographique Etude d une pratique professionnelle : L échographiste et le gel échographique Mots Clés : échographie, échographistes, hygiène médicale, distributeur automatique de gel échographique, gel échographique

Plus en détail

Aspect en imagerie des hernies du pli de l aine

Aspect en imagerie des hernies du pli de l aine Aspect en imagerie des hernies du pli de l aine Dr Olivier SISTERON Service de Radiologie - Polyclinique Saint-Jean Cagnes sur Mer Alpes-Maritimes - France Problèmes à essayer de résoudre en imagerie Quand

Plus en détail

ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS

ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS ENTERO-IRM PER OS ET PAR ENTEROCLYSE TECHNIQUES ET RESULTATS A Oudjit,, O Vignaux,, H Gouya,, M Guesmi,, S Silvera,, J Augui,, C Delin,, P Legmann Radiologie A U.F.R. Cochin- Port-Royal UNIVERSITE PARIS

Plus en détail

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

Pathologie de la sternoclaviculaire

Pathologie de la sternoclaviculaire Pathologie de la sternoclaviculaire Christian Dumontier: Institut de la Main & hôpital saint Antoine, Paris Marc Soubeyrand: hôpital du Kremlin-Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre Philippe Moreel: hôpital Gabriel

Plus en détail

Voies biliaires. Olivier Lucidarme

Voies biliaires. Olivier Lucidarme Voies biliaires Olivier Lucidarme VB intrahépatiques VB Principale Sgt hilaire Sgt épiploique Sgt rétro duodénopancréatique Sgt intrapariétal VB accessoire Vésicule Canal cystique Lithiase biliaire et

Plus en détail

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative).

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative). TP 2 ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique

Plus en détail

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2)

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) 1 Plan Introduction Généralités Anatomie et radio-anatomie Embryologie Etat de l art sur

Plus en détail

Intérêt de la TDM hélicoïdale dans les sinusites d origine dentaire : A propos de 16 cas

Intérêt de la TDM hélicoïdale dans les sinusites d origine dentaire : A propos de 16 cas Intérêt de la TDM hélicoïdale dans les sinusites d origine dentaire : A propos de 16 cas R Benboubker, N Moussali, H Belgadir, N El Benna, A Gharbi, A Abdelouafi Service de Radiologie 20 Août CHU Ibn Rochd

Plus en détail

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h

Goitre. Définition : 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)* Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Goitre Définition : Clinique Echographique : Volume > 18 ml/f, 20 ml/h Peut être diffus, micronodulaire ou macronodulaire 1 femme sur 7 et 1 homme sur 9 de 45 à 60 ans ont un goitre clinique (étude SU.VI.MAX)*

Plus en détail