Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger"

Transcription

1 Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

2 *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance rénale. *Il est aujourd hui admis que la transplantation rénale à partir de donneur vivant, donne de meilleurs résultats que celle par donneur cadavérique sans pour autant exposer le donneur à des risques inconsidérés. *Le rôle de l imagerie dans cette procédure est incontournable, avant la greffe, il permet : -de vérifier l intégrité des deux reins. -de faire une étude morphologique et fonctionnelle pour la sélection du rein à prélever.

3 *Savoir comment explorer un donneur vivant dans un bilan pré-greffe rénale. *Connaitre les variantes anatomiques de l artère rénale. *Connaitre les variantes anatomiques de la veine rénale. *Connaitre les variantes anatomiques des voies urinaires. *Savoir faire une approche fonctionnelle du transplant rénal. *Connaitre les critères de sélection du rein à prélever.

4 *Les reins sont des organes paires situés dans la région lombaire, en arrière de la cavité péritonéale. *Le parenchyme rénal est constitué d un cortex, périphérique, et d une médulla centrale. Le cortex rénal est la zone de filtration glomérulaire. La médulla est constituée de zones triangulaires : les pyramides. *La vascularisation rénale est assurée par les éléments du pédicule rénal, qui est composé dans 75 % des cas d une artère et d une veine. *La vascularisation du rein est de type terminal.

5 Les artères rénales naissent au même niveau des faces latérales de l aorte abdominale, au tiers inférieur de L1, à environ 2 cm en dessous de l origine de l artère mésentérique supérieure. Elles ont un trajet oblique en bas et en arrière, vers chaque hile rénal. Leur diamètre est de 6 à 8 mm, et leur longueur de 3 à 4 cm à gauche et de 5 à 6 cm à droite.

6 *Les veines rénales ont pour origine la réunion des veines intrarénales à l intérieur du sinus rénal. *Le diamètre des veines rénales est de 10 mm, et leur longueur de 2 à 3 cm à droite et 7 à 8 cm à gauche. *Les veines rénales ont un trajet antérieur par rapport aux artères et se terminent sur les faces latérales de la veine cave inférieure, à hauteur de L1-L2. *Leur ostium cave est avalvulé.

7 *L appareil urinaire est constitué par les cavités pyélo-calicielles, les deux uretères, la vessie et l urètre. *Le pyélon a deux faces qui répondent aux ramifications vasculaires pré et rétropyéliques éli. Dans sa portion extrasinusale le pyélon est situé en arrière du pédicule rénal. *La vascularisation artérielle des uretères est segmentaire. La portion lombaire initiale reçoit le rameau urétéral de l artère rénale, anastomosé au cercle artériel du rein. Le deuxième rameau important provient de l artère iliaque interne. 1. Muscle grand psoas 2. vaisseaux génitaux ; 3. artère iliaque primitive gauche ; 4. artère iliaque externe gauche ; 5. artère iliaque interne gauche ; 6. artère ombilicale gauche ; 7. artère obturatrice gauche ; 8. artère utérine gauche ; 9. artère vaginale ; 10. artère vésicale inférieure.

8 Le rein se développe en trois étapes; le mésonéphros, qui n'est que transitoirement fonctionnel chez l'embryon entre la 6ème et la 10ème semaine, le pronéphros, qui régresse à la 8ème semaine et n'est jamais fonctionnel et le métanéphros qui est l ébauche définitive du rein.ce dernier a une situation sacrée, sa migration depuis son origine jusqu'à sa localisation sous diaphragmatique à la fin du développement est à l origine de nombreuses variations artérielles.

9 *Durant la période de septembre 2008 à mai 2009, nous avons exploré 101 donneurs de rein vivants apparentés et volontaires. *Nous avons exploré 78 donneurs par scanner multibarrettes et 23 donneurs par IRM. *Tous les donneurs étaient éligibles à une greffe rénale avec un bilan biologique et une fonction rénale corrects, et un examen échographique et doppler confirmant la présence des deux reins. *La moyenne d âge était de 42,5 ans (âge entre 18 et 60 ans). *Nous avons confronté les données radiologiques aux données opératoires chez 94 sujets opérés, 4 donneurs ont été récusés pour des raisons anatomiques, les 3 autres à causes d anomalies de découverte fortuite (pyélonéphrite, dysplasie rénale, sténose rénale). *Toutes les néphrectomies ont été réalisées à ciel ouvert.

10 MATERIELS: *Nous avons exploré 56 donneurs par scanner multibarrettes (Somatom 16 Siemens) et 22 donneurs par un scanner (Aquilion one Toshiba 320 barrettes). *Nous avons utilisé un produit de contraste non ionique type Xenetix avec une concentration d iode à 350 mg /ml. *Pour une meilleure distension de l appareil urinaire nous avons utilisé une injection de Furosémide à 20 mg immédiatement avant l injection de produit de contraste pour induire une hyperdiurèse et obtenir une opacification permanente des uretères. *23 donneurs ont été explorés par IRM 1.5 T (AVANTO Siemens). *Nous avons utilisé un produit de contraste paramagnétique Dotarem.Le Furosémide a aussi été utilisé.

11 METHODES: scanner 16 barrettes Nous avons utilisé un protocole biphasique, selon les paramètres décrits: *Une acquisition au temps artériel tardif: centrée sur les deux reins avec déclenchement de l acquisition à 120 UH. *Une acquisition à 4mn :centrée sur les voies urinaires avec réduction des KV à 80. Paramètres d acquisition: Kv :120 Mas: 200 à 240 Collimation 0.75x16 Pitch : 1.5 Vit rot : 9.3ms Paramètres d injection: Volume : 100 à120 cc Débit :4à 5 cc/s Les coupes natives sont ensuite reconstruites en 0.75mm pour la première série et 1mm pour la deuxième série.

12 METHODES: scanner 320 barrettes Nous avons utilisé un protocole biphasique, selon un mode volumique au temps artériel tardif centrée sur les deux reins avec déclenchement de l acquisition à 150 UH avec un temps de rotation à 0.5 s et une couverture de 16 cm. L examen est réalisé sans apnée. *Une acquisition à 4mn :centrée sur les voies urinaires avec réduction des KV à 80. *Chez 4 donneurs nous avons utilisé une acquisition dynamique (perfusion). Paramètres d acquisition: KV :120 Mas:200 à240 Pas de pitch Collimation :0.5 Temps rot: 0.5 s Paramètres d injection: Volume :50 à 60 cc Débit : 5cc/s *Les coupes natives sont ensuite reconstruites en 0.5 mm pour la première série et 1mm pour la deuxième série.

13 METHODES: IRM *Nous avons utilisé le protocole suivant: Une acquisition axiale T2 HASTE centrées sur les reins. des séquence en écho de gradient 3D avec une boite couvrant l aorte abdominale les deux reins et les vaisseaux iliaques. Paramètres d acquisition: TR : 200 TE :4 Angle de bascule : 90 Matrice : 256X256 Epaisseur de coupe :5mm FOV :320 à 370 *Pour l évaluation fonctionnelle, nous avons réalisé des séquences dynamiques et calculé la courbe de rehaussement vasculaire dans chaque rein chez 4 donneurs âgés de plus de 50 ans.ces donneurs ont bénéficié d une scintigraphie rénale.

14 Les critères d inclusion dans l analyse morphologique: *État du parenchyme rénal *Nombre d artères rénales et leur trajet. *Nombre de veines rénales et leur trajet. *Etat de l appareil urinaire. Les critères d inclusion de l analyse fonctionnelle: *Volume *Courbe de rehaussement vasculaire

15 *Le prélèvement du rein gauche est souvent préféré du fait de la longueur importante de la veine rénale gauche. *En cas d artères rénales multiples c est le rein qui a une artère unique qui sera prélevé. * A anatomie égale c est le rein le meilleur rein qui sera préservé pour le donneur.

16 *Anomalies parenchymateuses A droite :Angioscanner en reconstructions MIP3D et MPR en axial.distribution modale des artères rénales avec cicatrices parenchymateuses du rein droit en regard des calices témoignant d une néphrite, décrites comme lobulations fœtales à l échographie. A gauche en haut :Angio-scanner en reconstructions MIP 3D : kystes rénaux polaires supérieur et inférieur gauches,réalisant un défect parenchymateux. A gauche en bas :IRM en séquence T2 Haste axiale: kyste polaire supérieur gauche. le nombre, la taille et le siège des kystes doit figurer dans le compte rendu.

17 *Les résultats morphologiques des variantes anatomiques de l artère rénale : Sensibilité Scanner 16 B Scanner 320 B IRM Artères 100% 100% 100% principales p Artères accessoires 98% 99% 96% Division proximale 99% 100% 98%

18 *Anatomie modale * ** Angioscanner en reconstructions VRT, MPR axiales et MIP 3D. Anatomie modale : les artères rénales sont de bon calibre, naissent à hauteur de L1 en dessous de l artère mésentérique supérieure ;elles ont un trajet horizontal en avant des veines rénales. Leur calibre et leur longueur doivent être précisés. La veine rénale droite, courte passe en avant de l artère. La veine rénale gauche,plus longue,passe en avant de l artère rénale gauche puis entre l artère mésentérique supérieure(*) et l aorte(**), pour rejoindre la veine cave inférieure.

19 *Variantes anatomiques de l artère rénale Angioscanner en reconstructions MIP 3D ; VRT et MPR axiales : distribution modale des artères rénales avec Artère rénale courte à gauche (3cm). Sur l image du haut à gauche la veine est comprimée, entre l aorte et l artère mésentérique supérieure, c est le Nutcracker Syndrome. Le donneur présentait des douleurs lombaires épisodiques non expliquées.

20 *Variantes anatomiques de l artère rénale En haut: Angioscanner en reconstructions MIP 3D et MPR curvilignes :Division précoce de l artère rénale gauche au niveau de l ostium, avec artère capsulaire supérieure. A gauche en bas :Angioscanner en reconstructions MIP 3D :division précoce de l artère rénale gauche à moins de 1cm de l ostium. Les divisions précoces ne constituent pas une contre-indication au don mais doivent être signalées pour prévoir la procédure chirurgicale.

21 *Variantes anatomiques de l artère rénale Artères rénales multiples.a droite : Angioscanner en reconstructions MPR curvilignes et VRT : deux artères hilaires droites de même calibre. A gauche :Angio-IRM en reconstructions VRT et MPR axiales : présence de deux artères hilaires gauches de même calibre.l artère rénale droite présente une division précoce. Les artères rénales multiples ne constituent pas elles aussi une contre-indication à la néphrectomie et la distance entre l ostium et la division de l artère doit être mesurée sur les coupes axiales.

22 *Variantes anatomiques de l artère rénale Artères rénales multiples.de droite à gauche: Angioscanner en reconstructions VRT : une artère principale droite et d une artère accessoire hilaire fine. Angioscanner en reconstructions VRT :deux artères principales hilaires gauches et une artère accessoire fine entre les deux artères principales.angio-irm en reconstruction MIP3D : une artère principale gauche et une artère accessoire hilaire fine. En bas :Angioscanner en reconstructions VRT: A gauche,artères rénales doubles l une alimentant le pole supérieur et l autre le pole inférieur. A droite une artère principale droite et d une artère accessoire hilaire prenant naissance au niveau de la face antérieure de l aorte.

23 *Variantes anatomiques de l artère rénale A droite : Anomalie de naissance des artères rénales. Angioscanner en reconstructions curvilignes et VRT : présence d une artère rénale accessoire droite avec naissance haute, notez la compression par le pilier du diaphragme. A gauche en haut: Angioscanner en reconstructions MIP 3D :naissance haute de l artère principale droite. A gauche en bas : Angioscanner en reconstructions MIP 3D: Anomalie de trajet: Artère rénale gauche de trajet courbe à concavité supérieure.

24 *Variantes anatomiques de l artère rénale Artères rénales multiples.en haut de droite à gauche: Angioscanner en reconstructions VRT : artère accessoire alimentant le pole inférieur : polaire inférieure gauche. Angioscanner en reconstructions curvilignes et VRT: artère accessoire alimentant le pole supérieur : polaire supérieure gauche. Angioscanner en reconstructions VRT : deux artères accessoires polaires inférieures, une à droite et une à gauche. Le nombre des artères rénales peut varier entre deux à six artères par paire de reins.le calibre des artères accessoires,leur trajet et leur naissance doit être précisé, pour permettre au chirurgien de gérer les possibilités d anastomoses des petites artères.

25 *Variantes anatomiques de l artère rénale En haut Angioscanner en reconstructions VRT et MPR axiales : l artère principale droite présente un trajet habituel en arrière de la veine rénale,l artère polaire inférieure passe en arrière de la veine cave inférieure. En bas Angioscanner en reconstructions axiales : artère polaire inférieure passant en avant de la veine cave inférieure. Les artères polaires inférieures ont un trajet en avant ou en arrière de la veine cave inférieure.

26 *Les résultats morphologiques des variantes anatomiques de la veine rénale : Sensibilité Scanner 16B Scanner 320 B IRM Veine gauche pré- aortique Veine gauche rétroaortique 100% 100% 100% 98% 98% 96% Veine gauche circumaortique 96% 97% 96% Veines rénales multiples 95% 97% 95%

27 *Variantes anatomiques de la veine rénale De droite à gauche: Angioscanner en reconstructions curvilignes : abouchment de la veine gonadique dans la veine rénale gauche. Angioscanner en reconstructions curvilignes abouchement de la veine gonadique dans la branche postérieure de la veine rénale gauche.angio-irm en reconstructions VRT et MIP 3D: confluence de la veine lombaire et de la veine gonadique dans la veine rénale gauche :Récessus réno-azygolombaire. En bas : Angioscanner en reconstructions curvilignes : abouchement de la veine lombaire dans la veine rénale gauche. Les afférences de la veine rénale doivent être bien décrites en cas de prélèvement rénal par laparoscopie.

28 *Variantes anatomiques de la veine rénale ** * De droite à gauche,angioscanner en reconstructions MIP axiales, coronales et VRT : la veine gauche décrit un trajet oblique vers le bas et passe derrière l aorte pour s aboucher dans la veine cave inférieure,souvent à hauteur de la veine rénale droite : veine gauche rétro-aortique. Cette anomalie de trajet est important à décrire car il conditionne la voie d abord chirurgicale. En bas reconstruction VRT du même donneur,qui montre le passage de la veine rénale gauche en arrière de l artère principale (*) et en arrière de l aorte(**).

29 *Variantes anatomiques de la veine rénale En haut à droite :Angioscanner en coupes axiales MIP, veine rénale gauche avec à la fois branche pré-aortique et branche rétro-aortique i : c est la l veine circumaortique. A gauche et en bas à droite: reconstructions curvilignes et MPR axiales, montrant le trajet des segments de la veine circumaortique avec en coupe axiale haut passant par la branche rétroaortique et en bas coupe axiale passant par la branche pré-aortique.

30 *Variantes anatomiques de la veine rénale De droite à gauche :Angio- canner en reconstructions MPR coronales confluence tardive des branches de la veine rénale gauche. Angio-scanner en reconstructions MPR coronales : la veine rénale présente deux branches qui s abouchent indépendamment dans la veine cave inférieure. Angiocanner en reconstructions MPR coronales :tronc commun court de la veine rénale droite,la veine gonadique gauche s abouche dans la branche postérieure de la veine rénale homonyme. Angio-canner en reconstructions MPR obliques :veines gonadiques multiples, se drainant dans la veine rénale gauche (flèches).

31 *Variantes anatomiques de la veine rénale De droite à gauche :Angioscanner en reconstructions MPR coronales: deux veines rénales droites de même calibre :veines rénales multiples. Angioscanner en reconstructions MPR coronales et axiales : Veine rénale droite accessoire drainant le pole inférieur du rein: veine polaire inférieure. En bas :Angioscanner en reconstructions MPR coronales: deux veines rénales de même calibre à droite et veine accessoire polaire inférieure gauche s abouchant dans la veine gonadique, cette dernière s abouche dans la veine rénale principale.

32 *Variantes anatomiques de la veine rénale Angio-scanner en reconstructions MIP 3D et VRT : Présence de deux veines polaires inférieures gauches satellites d une artère polaire inférieure, avec abouchement anormal dans la veine iliaque primitive gauche. veines rénales multiples avec abouchement anormal. la veine principale gauche nait en avant de l artère mais plus haut. Notez la naissance basse de l artère principale droite, alors que l artère rénale droite nait normalement au dessous de l artère mésentérique supérieure.

33 *Variantes anatomiques des voies urinaires *Les résultats morphologiques des variantes anatomiques de l appareil urinaire sont de 100% tant en scanner 16 barrettes ou 320 barrettes qu en IRM. *Les systèmes doubles représentent la variante la plus fréquente. Uro-scanner en reconstruction VRT: duplicité urétéro-pyélo-calicielle bilatérale incomplète avec abouchement des deux uretères au niveau pelvien. C est l atypie urinaire la plus rencontrée.

34 A droite Uro-scanner en reconstruction VRT.A gauche, Angio-scanner en reconstructions MIP coronales: Dilatation des tiers supérieur et moyen de l uretère droit en amont d une compression vasculaire par l artère et la veine bi-caeco-appendiculaire dans le cadre d une dysplasie colique.

35 *Variantes anatomiques des voies urinaires A droite : Uro-scanner en reconstruction VRT: empreinte vasculaire (bords parallèles) sur la tige du groupe caliciel supérieur responsable d une dilatation d amont: Syndrome de Fraley. En haut: Uro-scanner en reconstruction VRT et 3D MIP: Pyélon gauche globuleux, avec retard de lavage du produit de contraste à l épreuve d hyperdiurèse : Syndrome de la jonction pyélo-urétérale.

36 *Anomalies de découverte fortuite Angioscanner en reconstructions MIP 3Det VRT. A droite en haut : fibrodysplasie intimale du tronc de l artère rénale gauche. A droite en bas : sténose athéromateuse proximale de l artère polaire inférieure gauche. En haut à gauche: plaque calcifiée de l ostium de l artère rénale gauche sur aorte athéromateuse. En bas à gauche : anévrysme sacculaire à collet étroit de la branche pyélique antérieure de l artère rénale droite.

37 *Approche fonctionnelle : *Nous avons eu un retard d excrétion urinaire chez 2 donneurs explorés en scanner. *Chez un donneur la scintigraphie a confirmé le retard d excrétion à droite, et c est le rein gauche qui a été prélevé,bien que présentant deux artères hilaires à gauche et une artère principale à droite. *Chez le deuxième donneur, chez qui le retard d excrétion était à gauche, avec une distribution modale la néphrectomie a été réalisée à droite. *le volume séparé de chaque rein a été calculé par le logiciel de volume dédié, et intégré au compte rendu.

38 *Approche fonctionnelle : *17 donneurs âgés de plus de 50 ans en IRM, 11 en scanner et 6 ont bénéficié d une scintigraphie rénale pour évaluer la fonction rénale séparé de chaque rein. *La courbe de rehaussement permet de déceler les asymétries de d intensité de rehaussement de chaque rein.les résultats comparés à ceux de la scintigraphie étaient concordants.

39 *Toutes les méthodes d imagerie en coupes utilisées ont permis une analyse satisfaisante des artères et des veines rénales principales. *La sensibilité pour la détection des variantes artérielles et des atypies veineuses par le scanner multibarrettes 16 coupes se rapproche de celle du scanner 320 coupes. *La performance du scanner 320 barrettes est liée à la réduction du temps d acquisition et donc de l apnée qui passe de 12s en scanner 16 barrettes à 0.5S versus scanner 320 barrettes. Cette diminution du temps d acquisition permet une réduction de l irradiation, et une diminution de la quantité de produit de contraste à injecter.

40 *Toujours dans un souci de réduction de l irradiation,l utilisation d un temps artériel tardif permet d analyser à la fois les artères et les veines rénale ; la néphrectomie à ciel ouvert, ne nécessite pas une description détaillée du système veineux rénal et péri-rénal, car la méconnaissance des atypies veineuses n a pas d incidence sur la procédure chirurgicale. Par contre la néphrectomie par laparoscopie,exige une évaluation anatomique plus précise,et donc un protocole triphasique. *L acquisition sans contraste à la recherche de calcifications a aussi été supprimée dans notre protocole, ces dernières sont visibles sur la séquence vasculaire en serrant les fenêtres.

41 *L IRM représente une technique non invasive pour l exploration du donneur vivant, c est une technique non irradiante et dont le produit de contraste est bien toléré. *Les résultats de la sensibilité de la détection des artères rénales accessoires et des atypies veineuses sont inférieures à celles du scanner du fait de sa faible résolution spatiale et temporelle. *Le champ d exploration antéro-postérieur en IRM est étroit et peut faire occulter la détection d artères accessoires. *Du fait de sa résolution en contraste,l IRM a une grande sensibilité dans la détection des petites anomalies parenchymateuses.

42 *Le volume est un paramètre fonctionnel propre à chaque rein, il ne nécessite pas une acquisition supplémentaire. des études ont montré que le volume rénal était proportionnel au capital néphronique, qui est un reflet de la filtration glomérulaire. La connaissance du volume permet de choisir le rein le plus volumineux. *La mesure de la courbe d intensité en scanner nécessite des acquisitions répétées et donc une irradiation supplémentaire en scanner. *La mesure de la courbe d intensité en IRM, représente un moyen prometteur,mais les résultats ne sont pas encore concluants, fonction de plusieurs paramètres variables.

43 *Le bilan radiologique pré-greffe dans la transplantation rénale à donneurs vivants comporte une évaluation morphologique pour préparer p la procédure chirurgicale.l approche fonctionnelle constitue actuellement une étape nécessaire pour le choix du rein à prélever et dans le fonctionnement du transplant rénal chez le receveur. *L imagerie en coupe quelle soit en scanner multibarrettes ou en IRM joue un grand rôle dans cette évaluation.

44 1 -FRANK-H NETTER.Atlas d'anatomie humaine 2-SEELEY STEPHENS : Anatomy And Physiology 6 ème Edition 3-D. ANGLICHEAU, J. ZUBER, F. MARTINEZ, A. MEJEAN, N. PATEY, O.HELENON ; Transplantation rénale :réalisation et complications EMC Radiodiagnostic Nephrologie E-10 4-WALKER TG, GELLER SC, DELMONICO FL, WALTMAN AC, ATHANASOULIS CA. Donor Renal Angiography: g Its Influence On The Detection To Use The Right Or The Left Kidney. AJR1988 ; 151 : PA SMITH, LE RATNER, FC LYNCH, FM CORL, AND EK FISHMAN.role of CT angiography in the preoperative evaluation for laparoscopic nephrectomy RadioGraphics 1998; 18: RUSSELL N. LOW ET AL.Potential renal transplant donors: evaluation with gadolinium-enhanced MR angiography and MR urography.radiology 1998; 207: SJOERD W. VAN DEN DOOL.Functional Renal Volume: Quantitative Analysis at Gadolinium-enhanced MR Angiography Feasibility Study in Healthy Potential Kidney. DonorsRadiology 2005; 236:

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

LA TRANSPLANTATION RENALE CHEZ L'ADULTE PAR DONNEUR VIVANT EXPERIENCE DU SERVICE D UROLOGIE DU CHU HASSAN II DE FES

LA TRANSPLANTATION RENALE CHEZ L'ADULTE PAR DONNEUR VIVANT EXPERIENCE DU SERVICE D UROLOGIE DU CHU HASSAN II DE FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2013 Thèse N 031/ 13 LA TRANSPLANTATION RENALE CHEZ L'ADULTE PAR DONNEUR VIVANT

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique

Plus en détail

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1)

J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) J. Goupil (1), A. Fohlen (1), V. Le Pennec (1), O. Lepage (2), M. Hamon (2), M. Hamon-Kérautret (1) (1) Pôle d Imagerie, service de Radiologie, CHU Caen (2) Pôle Cardio-thoracique, service de Chirurgie

Plus en détail

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 Appareil respiratoire-organogénèse de l appareil digestif Cours du Pr. PRUDHOMME Séance préparée par Anissa BARAKAT, Caroline

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges

Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Coloscopie virtuelle, Coloscanner à l eau et aux hydrosolubles : Techniques, Indications, Images pièges Y. Fargeaudou, M. Boudiaf, M. Abitbol, P. Soyer, A. Merlin, V. Calmels, R. Rymer Service de radiologie

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Le système vasculaire

Le système vasculaire 1 I LES VAISSEAUX DU COEUR ARTERES CORONAIRES : elles sillonnent dans le sillon coronaire, elles donnent naissance à des branches qui pénètrent dans le cœur et chacune des artères irrigue un territoire

Plus en détail

LES CONTUSIONS DU REIN

LES CONTUSIONS DU REIN LES CONTUSIONS DU REIN Table des matières Table des matières 3 I - Épidémiologie 9 II - Mécanismes lésionnels 11 A. 1. Choc direct...11 B. 2. Lésions indirectes...11 C. 3. Plaies pénétrantes...11 D. 4.

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique des

Plus en détail

Comité National de l Enfance 13 boulevard Lefebvre 75015 Paris

Comité National de l Enfance 13 boulevard Lefebvre 75015 Paris Comité National de l Enfance 13 boulevard Lefebvre 75015 Paris L INFECTION URINAIRE CHEZ L ENFANT Conférence présidée par le Docteur Jean LAVAUD Président du Comité National de l Enfance avec la participation

Plus en détail

Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive

Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive Auteur : N. Fleury J. Schwartz K. Hadaya P.-Y. Martin C. Iselin Numéro : 3136 Sujet: Urologie La transplantation

Plus en détail

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative).

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative). TP 2 ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique

Plus en détail

Chapitre 10 : Développement de l'appareil circulatoire Table des matières

Chapitre 10 : Développement de l'appareil circulatoire Table des matières Chapitre 10 : Développement de l'appareil circulatoire Table des matières 2014 Introduction 0 1. LA CIRCULATION EMBRYONNAIRE (4ème semaine du développement) 0 1.1. Formation des vaisseaux extra-embryonnaires

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM N.LABONNE(1) - C.LEFONDEUR(2) - A.BLUM(1) (1) Service d Imagerie Guilloz CHU NANCY (2) Direction du Système d Information CHU NANCY www.imagerieguilloz.com

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE

NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE NEPHROGRAMME ISOTOPIQUE EXPLORATION DE L HYPERTENSION RENO-VASCULAIRE D r Eric OUHAYOUN Service de Médecine Nucléaire - P r J.P. Esquerré CHU Purpan Toulouse - France Néphrogramme isotopique Principe :

Plus en détail

IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir

IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir CHU Henri Mondor IRM hépatique: ce que le manipulateur doit savoir P.Zerbib, A.Luciani, F.Pigneur, R.Raymond, A.Rahmouni CHU Henri Mondor Créteil Service Imagerie Médicale Pr.A.RAHMOUNI Objectifs Comprendre

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

IRM pelvienne dynamique

IRM pelvienne dynamique IRM pelvienne dynamique Valérie Laurent, Laurent Bresler Service de Radiologie Adultes Hôpital de Brabois CHU - NANCY Introduction Gde fréquence des troubles de la statique pelvienne Diagnostic et traitement

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque

Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque Imagerie TDM et IRM des obstacles du bas cholédoque O Bruot, V Laurent, P.A Ganne, C Barbary, S Corby, E Kermarrec, S Béot, D Régent Service de Radiologie Brabois Adultes JFR Octobre 2006 CHU NANCY Préface

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel

Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel Développement d'une nouvelle interface utilisateur multi-modalité en scanner interventionnel E. de Kerviler, C. de Bazelaire, P. Coulon*, S. Gotman**, J Yanof***, C. Bauer***J. Sapir**. Service de Radiologie,

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques

Introduction. Introduction. Anatomie descriptive. Hanche et douleur. Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche. Sémiologie et lésions anatomiques Introduction Anatomie, sémiologie et chirurgie de la hanche Caractère inadapté de la hanche aux fonctions vitales et cérébrales? = prévalence de la coxarthrose 1.3% à 80 ans incidence 80/100 000 par an

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE LARYNX Le larynx est un conduit aérien qui joue un rôle essentiel dans la phonation mais aussi dans la respiration. Suite au larynx, se trouve la glotte, une zone rétrécie qui délimite les voies aériennes

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

Les hypertensions artérielles de l enfant. B. Llanas Hôpital des enfants Bordeaux

Les hypertensions artérielles de l enfant. B. Llanas Hôpital des enfants Bordeaux Les hypertensions artérielles de l enfant B. Llanas Hôpital des enfants Bordeaux De grandes différences! Physiologique PA = DC x RAS PA = FC x VES x RAS = «L enfant n est pas un adulte en miniature» De

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant

Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant 41-102-A-10 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant A. Feifer, M. Anidjar La transplantation rénale est le traitement de choix chez le patient en phase finale de maladie rénale. Grâce au développement

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales

Voxar 3D TM. Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales Voxar 3D TM Suite logicielle pour la visualisation et l analyse avancées des images médicales FAMILLE DE PRODUITS VOXAR 3D TM Fonctions et caractéristiques VOXAR 3D TM (workstation) VOXAR 3D ENTERPRISE

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu

Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu Apports de la TDM thanatologique dans les décès par armes à feu T. MARTINELLI 1, V. SCOLAN 2, F. PAYSAN 2, D. COLLOMB 1, L. BARRET 1, G.FERRETTI 1 Services de Radiologie 1 et de Médecine Légale 2 CHU -

Plus en détail

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007

Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur. DIU Imagerie CV 2007 Le compte rendu de scanner et d IRM du cœur DIU Imagerie CV 2007 Importance de la communication Interface entre secrétariats de radiologie et de cardiologie Adaptation du schéma proposé par l ESC (07/06)

Plus en détail

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX Anatomie de la pyramide nasale Types morphologique du nez I/- INTRODUCTION : Les fosses nasales ou nez représentent le segment initial des voies respiratoires. Il

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme

Mise au point sur l IRM l troubles de la statique pelvienne chez la femme Mise au point sur l IRM l et les troubles de la statique pelvienne chez la femme V.FAUTH P.MESTDAGH M.COSSON J.P.LUCOT E.PONCELET Service d imagerie d médicalem Hôpital Jeanne de Flandres - CHRU Lille

Plus en détail

IMAGERIE en PELVI PERINEOLOGIE de la PERSONNE AGEE

IMAGERIE en PELVI PERINEOLOGIE de la PERSONNE AGEE IMAGERIE en PELVI PERINEOLOGIE de la PERSONNE AGEE Frank Boudghène Hopital Tenon - Université Paris 6 PLACE de l IMAGERIE TROUBLES IRRITATIFS du VIEILLISSEMENT Ø Distinguer vieillissement physiologique

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif

Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Imagerie des lésions traumatiques du muscle iliopsoas chez le sportif Lionel Pesquer, Pascal Huot, Maryse Moinard, Gérald Paris, Alain Silvestre, Philippe Meyer Clinique du sport de Bordeaux - Mérignac

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle)

Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Traitement des calculs urinaires par fragmentation (Lithotripsie par ondes de choc extracorporelle) Le traitement des calculs urétéraux et rénaux a beaucoup changé depuis 1980 avec la venue d un appareil

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

MÉTHODES DIAGNOSTIQUES DE STÉNOSE DE L ARTÈRE RÉNALE

MÉTHODES DIAGNOSTIQUES DE STÉNOSE DE L ARTÈRE RÉNALE MÉTHODES DIAGNOSTIQUES DE STÉNOSE DE L ARTÈRE RÉNALE Mai 2004 Service Évaluation Technologique - 1 - Pour recevoir la liste des publications de l Anaes, il vous suffit d envoyer vos coordonnées à l adresse

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique

Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique ARTICLE ORIGINAL Progrès en Urologie (1999), 9, 233-238 Comparaison du scanner spiralé sans contraste et de l urographie intraveineuse dans le diagnostic de la colique néphrétique Jean-François THIBEAU

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Echographie et Ceinture Pelvienne

Echographie et Ceinture Pelvienne Echographie et Ceinture Pelvienne Centre d imagerie ostéo-articulaire Clinique du sport de Mérignac Philippe MEYER avril 2005 Echographie et Ceinture Pelvienne En complément du bilan radiographique Bilatérale

Plus en détail

Protocole de dissection de la SOURIS

Protocole de dissection de la SOURIS Protocole de dissection de la SOURIS Matériel nécessairen - Une paire de petit ciseaux - Une sonde cannelée - 2 paires de pinces fines - épingles Epingler la souris Fixer la souris en extension sur le

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION

MANUEL D'UTILISATION MANUEL D'UTILISATION VP PLANNING 1.0 Application mobile Android Visible Patient SAS RCS Strasbourg TI 794 458 125 1 place de l'ho pital 67000 Strasbourg, FRANCE Capital social : 58330 Tél.: 33 (0)3 88

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web

Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web Refining Radiology Formation en Présentielle et Conférence Web www.medical-professionals.com 1 IRM Essentiel 1900 $* Revoir les principes physiques de l IRM Apprendre les bases de fonctionnement Maîtriser

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998

MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998 Collège Hospitalo-Universitaire de Chirurgie Pédiatrique MANUEL DE CHIRURGIE PÉDIATRIQUE (chirurgie viscérale) Année 1998 TRAUMATISMES DE L ABDOMEN. J.M. GUYS INTRODUCTION I - LE MECANISME DES LESIONS

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Modélisation tridimensionnelle des vertèbres types Application en radio anatomie et en radiologie interventionnelle

Modélisation tridimensionnelle des vertèbres types Application en radio anatomie et en radiologie interventionnelle Université de Franche-Comté U.F.R. Sciences Médicales et Pharmaceutiques C.H.U. J. Minjoz, BESANCON Service de Radiologie A Modélisation tridimensionnelle des vertèbres types Application en radio anatomie

Plus en détail

GESTION D UN SCANNER

GESTION D UN SCANNER MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE GESTION D UN SCANNER DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2-3), Pr M Claudon (2-3) 1 - Radiolor 2 - CHU de Nancy 3 GCS Bois le

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Traumatismes pelviens

Traumatismes pelviens Traumatismes pelviens Baptiste Vallé Desc Mu Nov 2012 GENERALITES Traumatismes fréquents, graves, violents et générés à haute énergie: Polytraumatisme: AVP, chute de grande hauteur Pronostic vital en jeu

Plus en détail