PROGRAMME. Jeudi 28 et vendredi 29 mai 2015 LES JOURNÉES DE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE Solidarité. Médecine personnalisée Altruisme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME. Jeudi 28 et vendredi 29 mai 2015 LES JOURNÉES DE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE 2015. Solidarité. Médecine personnalisée Altruisme"

Transcription

1 PROGRAMME Jeudi 28 et vendredi 29 mai Université Paris Descartes

2 Jeudi 28 mai Vendredi 29 mai 10h00-11h30 page 3 Plénière d ouverture Les 10 ans de l Agence de la biomédecine 11h30-13h00 pages 3 et 4 La solidarité à l échelle des échanges internationaux de cellules souches hématopoïétiques La prise en charge individuelle du diagnostic prénatal : le centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal La demande de greffe dans les collectivités d Outre-Mer La révolution technologique en génétique 14h00-15h30 pages 5 et 6 Le donneur décédé après arrêt circulatoire - Maastricht 3 L assistance médicale à la procréation et l infertilité Les tissus La prise en charge des maladies rares 9h30-11h00 pages 9 et 10 L organisation du prélèvement chirurgical : les modèles étrangers L accueil d embryon L attribution des greffons L innovation en greffe de cellules souches hématopoïétiques 11h30-13h00 page 11 Plénière de clôture, solidarité et altruisme 14h00-16h00 pages 11 et 12 La coopération européenne dans le domaine de la transplantation Les nouvelles cellules thérapeutiques Le donneur vivant La médecine : de l innovation à la pratique 16h00-18h00 pages 7 et 8 La coopération internationale dans le domaine de la transplantation (hors Union-européenne) La thérapie cellulaire avec cellules souches pluripotentes : où en sommes-nous? L allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : où en sommes-nous? La médecine : les examens de pharmacogénétique associés à la prescription de médicaments 2

3 Programme du jeudi 28 mai 10h00-11h30 Plénière d ouverture Les 10 ans de l Agence de la biomédecine et demain Le rôle de l Agence de la biomédecine dans le paysage sanitaire français. Avec les témoignages et regards croisés : - du Pr Didier Houssin, dernier directeur général de l Etablissement français des Greffes - de Mme Carine Camby, directrice générale de l Agence de la biomédecine de 2005 à de Mme Emmanuelle Prada-BordenavE, directrice générale de l Agence de 2008 à de Mme Anne Courrèges, directrice générale de l Agence de la biomédecine depuis de M. Marc Grassin, philosophe, membre du conseil d orientation de l Agence de la biomédecine depuis de M. Jean-Louis Touraine, député, membre de l Opecst, membre du conseil d orientation de l Agence de la biomédecine depuis h30-13h00 La solidarité à l échelle des échanges internationaux de cellules souches hématopoïétiques Pr Eliane GLUCKMAN, Dr Fabienne POUTHIER La recherche d'un greffon de cellules souches hématopoïétiques, pour un patient sans donneur intra-familial compatible, nécessite de s'appuyer sur un réseau international de registres et de banques de sang placentaire, interconnectés et solidaires. Aucun pays au monde ne peut fournir de façon autonome des greffons de cellules souches hématopoïétiques à ses patients, car la compatibilité HLA est très rare entre individus non apparentés. Les échanges internationaux sont donc essentiels. Ils permettent chaque année à plus de patients de toutes origines de bénéficier d'une greffe de cellules souches hématopoïétiques. - La place des registres de donneurs dans la recherche de greffons de cellules souches hématopoïétiques : exemple du registre France Greffe de Moelle - Dr Federico GARNIER - Le logiciel EMDISCORD : un exemple de mutualisation de données au service des patients - M. Amar BAOUZ - L information des familles sur le don de sang placentaire à l échelle de l Europe - Dr Catherine FAUCHER 3

4 La prise en charge individuelle du diagnostic prénatal : le centre pluridisciplinaire de diagnostic prénatal Dr Sixte BLANCHY, Pr Francis PUECH Il existe 49 centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal (CPDPN) répartis sur le territoire national. Ces centres, constitués de médecins experts en pathologie fœtale, constituent des pôles de compétences en matière de diagnostic prénatal et de thérapeutique fœtale. La première partie de la session est centrée sur le fonctionnement des CPDPN, leurs missions et leur organisation. La seconde partie permettra de comprendre l itinéraire individuel des femmes enceintes confrontées à la découverte d une anomalie de l enfant attendu, ou de celles qui redoutent la récidive d une affection familiale dans leur descendance. - Le fonctionnement des centres pluridisciplinaire de diagnostic prénatal en France - Pr Jean-Marie JOUANNIC - Le parcours individuel des femmes / centres pluridisciplinaire de diagnostic prénatal - Mme Erika LAVROFF-TEISSIERE, Mme Bérangère DUCLOS La demande de greffe dans les collectivités d Outre-Mer M. Patrick HOUSSEL, Dr Patrice GUERRINI L accès à la greffe dans les collectivités d Outre-Mer reste difficile pour les patients. Cette session sera l occasion de faire un état des lieux de l offre de soins en Outre-Mer et de rapporter l expérience de la Polynésie française qui a réalisé ses premières greffes. - La présentation générale de l offre de soins en Outre-Mer - Dr Esméralda LUCIOLLI - Le démarrage du prélèvement sur donneur décédé en Polynésie française - Dr Pascale TESTEVUIDE La révolution technologique en génétique Dr Brigitte SIMON BOUY, Mme Dominique PETON - KLEIN La génétique médicale est en train de vivre une révolution technologique. En effet, l arrivée du NGS (Next generation sequencing ou séquençage de nouvelle génération) dans l offre de soins ouvre les portes du génome, et va profondément modifier l approche du diagnostic génétique que ce soit dans les laboratoires ou au niveau des consultations. L objet de la session «Révolution technologique en génétique» est d expliquer les enjeux de cette génétique du futur déjà présente. - Les 10 ans de thématiques liées à la génétique - Mme Pascale LEVY - Les évolutions techniques - Pr Marc DELPECH - L apport des nouvelles techniques en médecine - Pr Philippe JONVEAUX 4

5 13h00-14h00 Déjeuner 14h00-15h30 Le donneur décédé après arrêt circulatoire - Maastricht 3 Dr Didier DOREZ, M. André Le TUTOUR Le don d organes à partir de donneurs décédés après arrêt circulatoire s est développé dans de nombreux pays depuis de nombreuses années. La France a mis très récemment en place les dispositifs réglementaires et techniques pour le don à partir de donneurs de la catégorie III de Maastricht 3, c est-à-dire les personnes pour lesquelles une décision de limitation ou d arrêt programmé des thérapeutiques est prise en raison du pronostic des pathologies ayant amené la prise en charge en réanimation. Cette session sera l occasion de faire le point sur les pratiques dans les autres pays et les perspectives en France. - An overview of end-of-life practices relevant to organ donation in europe - Pr Paul MURPHY - Le problème éthique pour le réanimateur - Pr René ROBERT - Le programme Maastricht 3 en France - Dr Corinne ANTOINE, Dr François MOUREY L assistance médicale à la procréation et l infertilité Dr Géraldine JANODY, Dr Joëlle BELAISCH-ALLART Cette session consacrée à l assistance médicale à la procréation et à l infertilité va aborder plus particulièrement trois sujets : - La démarche entreprise sur les dix années qui viennent de s écouler sur la collecte et l exploitation des données issues des tentatives réalisées en France, avec une évaluation de l activité des centres clinico-biologiques d assistance médicale à la procréation dans une optique de transparence pour la société, d aide et d accompagnement pour les professionnels. - Dans la perspective d une évaluation objective de l adéquation entre l offre de soins et les besoins en terme d assistance médicale à la procréation, une approche géographique a été réalisée intégrant des variables telles que l âge des femmes, l indicateur conjoncturel de fécondité, la localisation des centres afin d apprécier le temps d accès, les flux des patients et de disposer ainsi d un indicateur théorique ou réel de l offre de soins. - Le développement et surtout le suivi d indicateurs de la santé reproductive sont un véritable enjeu de santé publique. Les travaux réalisés et à venir s appuyant notamment sur les données accessibles via le registre des tentatives de fécondation in vitro seront abordés dans cette présentation. - Les 10 ans du registre FIV et d évaluation des centres d'assistance médicale à la procréation en France - Pr Dominique ROYERE - L offre de soins en assistance médicale à la procréation - M. Florian BAYER - Les indicateurs de fertilité - Dr Joëlle LE MOAL 5

6 Les tissus Dr Martine CHATELUT, Dr Mohamed JARRAYA Depuis 2012, plusieurs coordinations hospitalières se sont engagées dans la démarche de coopération entre professionnels de santé qui permet la réalisation du prélèvement de cornées par du personnel non médical ; où en est-on de cette activité sur le plan national? La coordination du centre hospitalier d Avignon expose son retour d expérience après une année de pratique. Quels sont les enjeux du prélèvement de tissus? Les enjeux consistent aujourd hui pour chacun à maîtriser le contexte dans lequel son activité s inscrit, mesurer l impact des évolutions réglementaires, évaluer la situation européenne et envisager les mesures à prendre. - L'évolution des pratiques et le transfert de compétences - Dr Didier NOURY, Mme Nicole LACHHAB - Les enjeux : banques et greffeurs - Dr Isabelle MARTINACHE La prise en charge des maladies rares Mme Ana RATH, M. Christian COTTET Comme l Agence de la biomédecine, les centres de référence des maladies rares ont dix ans d existence. Suite au premier Plan national maladies rares (PNMR de ), quinze centres de référence ont été labellisés pour les maladies neuromusculaires, ainsi que trois centres de compétences. La création de ces centres a permis la reconnaissance des maladies rares en France. Pour aider la recherche et améliorer la prise en charge des patients, le 2 ème Plan national maladies rares (PNMR de ) vient d être prolongé. Les deux communications de cette session illustrent l essor de la médecine. - La dystrophie facioscapulohumerale : nouvelle démarche thérapeutique - Pr Jacques MERCIER - L'exemple de pathologie : la prise en charge des myopathies - Dr Christine BARNERIAS 15h30-16h00 Pause café 6

7 16h00-18h00 La coopération internationale dans le domaine de la transplantation (hors Union européenne) Dr Béatrice SENEMAUD, Dr Radhia KRAIBA, M. Daniel MAROUDY La coopération internationale de l Agence de la biomédecine hors Union européenne est une coopération institutionnelle et technique. Elle vise à développer et à pérenniser l activité de don, de prélèvement et de greffe du pays demandeur dans un cadre réglementaire et éthique afin d offrir aux patients un accès aux soins de qualité dans leur propre pays et afin de prévenir les risques de trafic d organes. Aujourd hui, les coopérations en cours de l Agence de la biomédecine sont de nature bilatérale et multilatérale, et concernent le Maghreb, le Liban et la Moldavie. - Les 10 ans de l Agence de la biomédecine (2005-) : les enjeux de la coopération internationale - Dr Karim LAOUABDIA-SELLAMI - La culture du don au Maghreb - M. Mohamed Salah Ben Ammar - Le démarrage du prélèvement d organes et de tissus sur donneur décédé au Maroc - Dr Benyounès RAMDANI - L appui à l Agence de transplantation moldave pour le développement du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules en Moldavie - M. Grigore ROMANCIUC La thérapie cellulaire avec cellules souches pluripotentes : où en sommes-nous? Pr Jean-Pierre JOUET, M. Arnaud DE GUERRA Depuis sa création en 2005, l Agence est habilitée à délivrer des autorisations de recherche sur l embryon humain et les cellules souches embryonnaires humaines. Depuis 10 ans, ce domaine qui était alors quasi-inexistant en France, a considérablement évolué et présente aujourd hui des équipes de très haut niveau, dont certaines sont impliquées dans d importantes collaborations internationales. Cette session présentera le bilan des 10 ans de recherche sur l embryon en France, en ciblant particulièrement trois projets avec des débouchées cliniques à court ou moyen terme : une étude visant à traiter l insuffisance cardiaque ischémique (collaboration entre l équipe du Pr Ménasché et l équipe du Pr Larghero), un projet visant à développer une thérapie cellulaire des maladies neuro-dégénératives (Dr Anselme Perrier), et une étude visant à produire des globules rouges à l aide de cellules souches pluripotentes (Dr Hélène Lapillone). - Les 10 ans de la recherche sur l embryon - M. Samuel ARRABAL - Le traitement de l insuffisance cardiaque à l aide de cellules souches embryonnaires humaines - Pr Jérôme LARGHERO - La production de globules rouges à l aide de cellules souches pluripotentes - Dr Hélène LAPILLONNE - La thérapie cellulaire des maladies neuro-dégénératives - Dr Anselme PERRIER 7

8 L allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : où en sommes-nous? Pr Jean-Hugues DALLE, Dr Françoise AUDAT Le but de cette séance est de cibler, dans le cadre du sujet très vaste des allogreffes non apparentées de cellules souches hématopoïétiques, les indications et les résultats des greffes, la comparaison des résultats de greffes en fonction de la source de cellules souches hématopoïétiques. Seront abordées également, les greffes à partir des sources alternatives de cellules souches hématopoïétiques, comme les greffes d unités de sang placentaire et les greffes à partir d un donneur intrafamilial non HLA identique, partageant avec le patient un seul haplotype (greffe haplo-identique). Depuis le développement des inhibiteurs de tyrosine kinase, la place de l allogreffe dans la LMC et, plus largement, dans l ensemble des hémopathies associées au chromosome de Philadelphie, est en constante redéfinition. - Les allogreffes non apparentées - Pr Ibrahim YACOUB-AGHA - Les allogreffes de sang placentaire - Dr Regis PEFFAULT DE LATOUR - Les allogreffes haplo-identiques - Pr Didier BLAISE - Les allogreffes versus la thérapie ciblée - Pr Philippe ROUSSELOT La médecine : les examens de pharmacogénétique associés à la prescription de médicaments Dr Coffi MEGNIGBETO La pharmacogénétique est l étude du lien entre certaines caractéristiques génétiques constitutionnelles d un individu et la réponse de l organisme à l égard des médicaments. Il s agit d un examen génétique. Comme les autres tests compagnons, il permet de tendre vers une médecine plus ou au minimum adaptée à l individu. Cette discipline est en plein essor. L objet de cette session est de présenter un état des lieux de la pharmacogénétique en France et d expliquer le parcours d un médicament associé à un test compagnon afin de mieux appréhender ce que pourrait être la médecine de demain. - L'état des lieux - Dr Laurent BECQUEMONT - Un nouveau paramètre de prescription des médicaments : les tests compagnons - M. Loïc GUILLEVIN 8

9 Programme du vendredi 29 mai 9h30-11h00 L organisation du prélèvement chirurgical : les modèles étrangers Mme Deborah CVETOJEVIC, Dr Didier NOURY L organisation du prélèvement chirurgical fait actuellement l objet d une réflexion pilotée par le ministère de la santé (DGOS), incluant les sociétés savantes de chirurgie, les associations et l Agence de la biomédecine. Dans un contexte de besoin croissant de greffons, il est en effet urgent de s interroger sur les leviers organisationnels qui permettraient d améliorer l efficience de cette activité difficile et exigeante à tous points de vue (disponibilité de multiples acteurs, coordination, logistique, coûts ). L éclairage apporté par les modèles mis en œuvre dans d autres pays est apparu indispensable. - Les équipes mobiles néerlandaises et la certification des chirurgiens au prélèvement - Mme Candide FONT-SALA - L'expérience québecoise - M. Pierre MARSOLAIS - L'expérience française - Dr Olivier HUOT L accueil d embryon Pr Jean-Marie KUNSTMANN, Dr Bernard NICOLLET Cette session va aborder les modalités d organisation de l accueil d embryon et les difficultés auxquelles se trouvent confrontés les couples qui souhaitent interrompre leur projet parental, l objectif étant d identifier des pistes d amélioration de l accès à cette alternative pour les couples d accéder à un projet parental. - Les aspects organisationnels - Dr Françoise MERLET - Le choix des couples dans la situation d arrêt du projet parental - Dr Jacqueline MANDELBAUM 9

10 L attribution des greffons Pr Patrick NIAUDET, Mme Yvanie CAILLE Les premières règles de répartition des greffons apparaissent en Le prélèvement et l attribution sont alors essentiellement locaux. Le développement rapide des greffes d organes, le souhait d améliorer l équité d accès des patients, la sécurité (biovigilance), l efficience et la transparence, vont amener les législateurs à créer l EfG, puis il y a 10 ans l Agence de la biomédecine. La création en 2008 de la direction opérationnelle du prélèvement et de la greffe, suivie en 2010 du pôle national de répartition des greffons (PNRG), concrétise le rôle important que joue l Agence de la biomédecine, dans l élaboration des règles de répartition, la régulation des prélèvements, la répartition et l attribution des organes. - Les 10 ans de l Agence : De l allocation des greffons aux centres de greffe, à l allocation des greffons aux patients et la création du PNRG - Pr Olivier BASTIEN - Le nouveau score Rein - Dr Christian Jacquelinet, Pr Maryvonne HOURMANT - La prédiction de la dysfonction chronique après une transplantation pulmonaire, un exemple de médecine 4P, préventive, prédictive, et participative - Pr Christophe PISON L innovation en greffe de cellules souches hématopoïétiques Pr Gérard SOCIE, Dr Evelyne MARRY La greffe de cellules souches hématopoïétiques est une option thérapeutique majeure dans la prise en charge des maladies graves du sang. Chaque décennie est marquée par des évolutions décisives, tant dans la prise en charge pré-, per- et post greffe des patients, la thérapie cellulaire appliquée aux greffons de cellules souches hématopoïétiques, voire le niveau de résolution optimisé des typages HLA... La session «innovation en greffe de cellules souches hématopoïétiques» se veut être une fenêtre ouverte vers les nouveaux horizons qui se profilent! - Le registre France Greffe de Moelle : 10 ans d activité au sein de l Agence de la biomédecine - Dr Evelyne MARRY - L'expansion des greffons de sang placentaire - Pr Noël MILPIED - L'impact de la NGS (new generation sequencing) sur la qualité des typages HLA - Dr Katy LATHAM - Les perspectives cliniques liées à la production de globules rouges à l aide de cellules souches pluripotentes - Dr Luc DOUAY 11h00-11h30 Pause café 10

11 11h30-13h00 Plénière de clôture, solidarité et altruisme Le point de vue du sociologue Philippe Bataille, directeur d études à l EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), directeur du CADIS (centre d Analyse et d Intervention Sociologiques) et membre du centre d éthique clinique de l hôpital Cochin. L intervention sera suivie d une table ronde et d un échange avec la salle. 13h00-14h00 Déjeuner 14h00-16h00 La coopération européenne dans le domaine de la transplantation Dr Karim LAOUABDIA-SELLAMI, Pr Lionel ROSTAING En matière de don et de transplantation d organes, la Commission Européenne s est fixé comme objectif d harmoniser les pratiques. Il s agit notamment d améliorer la qualité et la sécurité des organes prélevés et greffés en Europe et d accroître la disponibilité des organes. Elle s est dotée pour y répondre de deux mécanismes d action : la directive dite «organes» adoptée en juillet 2010, et un plan d action pour renforcer la coopération entre les États membres. Ceux-ci font l objet de plusieurs projets à financements européens, l Agence participe à la majorité d entre eux. - Les projets de la Commission européenne et l harmonisation des pratiques - Mme Candide FONT-SALA - La présentation de la plateforme européenne d échange d organes - Mme Candide FONT-SALA, Dr Olivier HUOT - South Alliance Transplant : collaboration avec certaines agences européennes - M. Efstratios CHATZIXIROS - La coopération franco-suisse pour les échanges d organes - Dr Franz IMMER Les nouvelles cellules thérapeutiques Dr Laure COULOMBEL L Agence est particulièrement impliquée dans la veille concernant le développement de thérapies cellulaires utilisant des cellules souches pluripotentes, notamment dans le cadre de ses activités d encadrement des recherches sur l embryon et les cellules souches embryonnaires humaines. Cette session fera le point sur certaines des dernières découvertes et des derniers développements dans ce domaine, avec la description de la transdifférenciation in vivo de cellules pancréatiques chez la souris dans le traitement du diabète (Dr Collombat), l état des connaissances sur le transfert de noyau somatique chez l homme et chez l animal (Dr Beaujean) et la mise au point récente d une technique de transfert nucléaire dans la prévention des maladies mitochondriales (Pr Steffann). - La transdifférenciation dans le traitement du diabète - Dr Patrick COLLOMBAT - Le transfert de noyau somatique chez l homme et chez l animal - Dr Nathalie BEAUJEAN - Le transfert nucléaire dans les maladies mitochondriales - Dr Julie STEFFANN-NORDMANN 11

12 Le donneur vivant Pr Jean-Pierre JOUET, Mme Marie-Claire PAULET La greffe à partir de donneur vivant ne peut avoir lieu que grâce à la solidarité exprimée par les donneurs ou leur famille et ne présente pas de bénéfice individuel direct. La prise en charge indispensable de ces donneurs, du prélèvement au suivi à long terme relève d un encadrement médical et réglementaire dont l organisation et les résultats permettent à la fois d augmenter le nombre de donneurs mais aussi de mieux les sélectionner, au bénéfice de la sécurité du donneur mais aussi du patient greffé. Un comité d experts complète le dispositif en prenant en compte les spécificités du donneur mineur de cellules souches hématopoïétiques. - L'organisation du suivi des donneurs à l échelle de l Europe - Dr Jörg HALTER - L accueil, l abord par le comité donneur vivant de l enfant donneur de cellules souches hématopoïétiques - Pr François BEAUFILS - L'étude sur le devenir à long terme des donneurs vivant de rein : L'étude norvégienne - Pr Christophe LEGENDRE - Les résultats de l Etude qualité de vie des donneurs vivants de rein - Pr Serge BRIANÇON La médecine : de l innovation à la pratique Dr Cédric CARBONNEIL, Pr Jacques BELGHITI L objectif de cette session : «médecine : de l innovation à la pratique» est, à partir d études multicentriques et/ou de cohortes de sujets, d optimiser l appariement des greffons pour un patient particulier ou un groupe de patients. Dans la cohorte CKDREIN une étude des causes (y compris des biomarqueurs prédictifs de l évolution), des complications et donc de l identification des meilleures stratégies de prise en charge de la maladie pour tel malade, est, dans le cadre de l étude OPTIMATCH, d améliorer pour les patients en attente de greffe hépatique leur survie et leur qualité de vie par un appariement «optimal» du greffon hépatique au patient en attente. - Quelles perspectives avec la cohorte CKDREIN? - Mme Julie DECHEFDEBIEN - L'étude Optimatch (greffe hépatique) - Pr Cyrille FERAY - La thérapeutique connectée titre en attente de confirmation - Dr Jean-François THEBAUD 12

13 ", solidarité et altruisme" Conception graphique : S Cape événements

PROGRAMME. Jeudi 28 et vendredi 29 mai 2015 LES JOURNÉES DE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE 2015. Solidarité. Médecine personnalisée Altruisme

PROGRAMME. Jeudi 28 et vendredi 29 mai 2015 LES JOURNÉES DE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE 2015. Solidarité. Médecine personnalisée Altruisme PROGRAMME Jeudi 28 et vendredi 29 mai Université PARIS Descartes Jeudi 28 mai Vendredi 29 mai 10h00-11h30 page 3 Plénière d ouverture Les 10 ans de l Agence de la biomédecine 11h30-13h00 pages 3 et 4 La

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Cellules souches et Médecine régénératrice

Cellules souches et Médecine régénératrice DIPLOME D'UNIVERSITE 2015 / 2016 Cellules souches et Médecine régénératrice Ce Diplôme Universitaire est ouvert aux étudiants des écoles doctorales des Universités Paris / Paris-Saclay, aux cliniciens

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE

LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE LES 10 ANS DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE A L AGENCE DE LA BIOMEDECINE Dr Evelyne MARRY Directrice DIRECTION PRELEVEMENT GREFFE - CSH Agence de la biomédecine 1 LE REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer PO 3.2.2 version n 1 page1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Procédure de recueil de consentements du donneur Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer Date d application : 1/12/2007

Plus en détail

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 CONSTRUCTION DE LA VISION 2025 COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 LA VISION 2025 EST AU CARREFOUR DE TROIS DYNAMIQUES Industrie Sociétés savantes Flux de découvertes scientifiques et développement

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Insuffisance rénale chronique

Insuffisance rénale chronique Programme GDR en Picardie Insuffisance rénale chronique Dr Matthieu Derancourt Référent médical IRC ARS Picardie ELEMENTS DE CONTEXTE 2 Contexte Instruction validée par le CNP le 17 décembre 2010 Visa

Plus en détail

PROGRAMME DU SEMINAIRE

PROGRAMME DU SEMINAIRE PROGRAMME DU SEMINAIRE Séminaire de lancement du réseau régional sur la professionnalisation des formations de l enseignement supérieur 12, 13 et 14 Novembre 2013 Université de Ouagadougou, Burkina Faso

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières

Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières Conférence de l IUFRS Université de Lausanne 18 décembre 2012 Introduire les pratiques avancées en France: contribution du master en sciences cliniques infirmières C.Debout,, Inf, PhD Département des Sciences

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Etablissement français des Greffes

Etablissement français des Greffes PLAN DE FORMATION de l 2003 à l attention des personnels des Etablissements de Santé, des personnels des Banques de Tissus, des personnels des Unités de Cytaphérèse THEMES Prélèvements et greffes d'organes

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on?

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? Annie MEINIEL Joelle VERGE Qu est-ce que la bioéthique? Bio = Vivant Éthique = Morale C'est la discipline qui étudie les problèmes moraux soulevés par la recherche biologique

Plus en détail

Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale

Emmanuelle PRADA BORDENAVE Directrice générale Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2011, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2012, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr

Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Synthèse d activités 2014 www.genethon.fr Missions Généthon a pour mission la conception, le développement préclinique et clinique ainsi que la production de médicaments de thérapie génique pour les maladies

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire)

Plus en détail

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint

Karim LAOUABDIA SELLAMI Directeur général adjoint Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité d assistance médicale à la procréation (AMP) en 2012, dresse le bilan de la situation de chaque région au regard de ces activités. Les

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-32 du 14 janvier 2014 relatif aux diagnostics anténataux NOR : AFSP1323594D Publics concernés

Plus en détail

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants

Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales. 22 octobre 2013. Pause réseautage et visite des exposants 8 : 00 am 9 : 00 am 9 : 00 am 10 : 00 am Jour 1 : Les concepts Les forces du système de santé québécois Comparaisons internationales 22 octobre 2013 8 : 00 Inscription et accueil 8 : 30 Ouverture Président

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges Centre Hospitalier Esquirol de Limoges La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges 18 JUIN 2015 Mars 2015 2005 2015: 10

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

La Gestion globale et intégrée des risques

La Gestion globale et intégrée des risques La Gestion globale et intégrée des risques (Entreprise-wide Risk Management ERM) Une nouvelle perspective pour les établissements de santé Jean-Pierre MARBAIX Directeur Technique Ingénierie Gestion des

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Cellules souches: différents types de cellules souches, utilisation en médecine régénératrice et question d éthique

Cellules souches: différents types de cellules souches, utilisation en médecine régénératrice et question d éthique GENOTOUL 2009 GénômeS, Biologie, Société Développements récents et nouveaux enjeux sociétaux Cellules souches: différents types de cellules souches, utilisation en médecine régénératrice et question d

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie

LE TYPAGE HLA. Première étape vers la greffe apparentée. Pour vous, pour la vie LE TYPAGE HLA Première étape vers la greffe apparentée Pour vous, pour la vie Introduction Une personne de votre famille a besoin d une allogreffe de cellules souches, aussi connue sous le nom de greffe

Plus en détail

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Le questionnaire a été élaboré par la Commission d éthique de la SRLF : Didier

Plus en détail

Agence de la biomédecine an 1 Liens avec la SFGM-TC. Bernard Loty Directeur médical et scientifique

Agence de la biomédecine an 1 Liens avec la SFGM-TC. Bernard Loty Directeur médical et scientifique Agence de la biomédecine an 1 Liens avec la SFGM-TC Bernard Loty Directeur médical et scientifique L Agence de la biomédecine après l Établissement français des greffes Création par la loi de bio-éthique

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics

BPJEPS Spécialité Loisirs Tous Publics. Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015. Avignon. Marseille BPJEPS. Loisirs Tous Publics Spécialité Loisirs Tous Publics Du 3 novembre 2014 au 15 décembre 2015 Avignon Marseille Loisirs Tous Publics Les métiers de l animation Depuis plus de vingt ans, nous formons les professionnels de l animation

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

HAS : mission de la CEPP. Observatoire du marché et des prix des aides techniques (CNSA)

HAS : mission de la CEPP. Observatoire du marché et des prix des aides techniques (CNSA) HAS : mission de la CEPP Observatoire du marché et des prix des aides techniques (CNSA) CEPP une des 7 commissions de la Haute Autorité de Santé 2 LA CEPP Missions : Trois missions encadrées par un décret

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

INTERNATIONAL - EUROPE LA SOLIDARITÉ À L ÉCHELLE DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏÉTIQUES

INTERNATIONAL - EUROPE LA SOLIDARITÉ À L ÉCHELLE DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏÉTIQUES Cette session est animée par le Pr Éliane GLUCKMAN, hématologue, directrice des groupes de recherche Eurocord et Monacord, et le Dr Fabienne POUTHIER - La place des registres de donneurs dans la recherche

Plus en détail

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles

Institut Mines-Télécom. Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles Chaire de recherche Valeurs et politiques des informations personnelles 1- L ère des données massives 2 Un déluge de données devenu réalité quotidienne 3 + 1 Zettabytes en 2011 médias Contenus des utilisateurs

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux?

Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux? Aide à domicile : enjeux territoriaux, atouts sociétaux? 30 septembre au 1 er octobre 2013 INSET d Angers quand les talents grandissent, les collectivités progressent Lundi 30 septembre 2013 8 h 30 Accueil

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Journée DES Santé Publique 15.12.2014

Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Journée DES Santé Publique 15.12.2014 Sommaire 1. Pathologies concernées par le plan des MND 2. Plan Alzheimer 2008-2012 1. Présentation 2. Évaluation 3. Retour d expérience 3. Plan Maladies Neuro-Dégénératives

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Secteur Protégé d Hématologie

Secteur Protégé d Hématologie INFORMATIONS PATIENTS Secteur Protégé d Hématologie Centre accrédité de greffe de moelle osseuse et de cellules souches d hématopoïétiques Le Secteur d Hématologie est destiné à des patients atteints de

Plus en détail

Passage en assemblée plénière 14. Passage en section sociale 10. 10 12.10.10. Parlement ASSEMBLÉE NATIONALE. deuxième lecture

Passage en assemblée plénière 14. Passage en section sociale 10. 10 12.10.10. Parlement ASSEMBLÉE NATIONALE. deuxième lecture RAPPORT ANNUEL 2011 Année de la révision de la loi de bioéthique Suite aux États généraux de la loi de bioéthique de 2009 lancés par la ministre de la Santé, Rapport de la Mission d information de l Assemblée

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

Comment rendre le système de santé plus efficace? Brigitte Dormont Université Paris Dauphine et CAE

Comment rendre le système de santé plus efficace? Brigitte Dormont Université Paris Dauphine et CAE Comment rendre le système de santé plus efficace? Brigitte Dormont Université Paris Dauphine et CAE JECO, Lyon, 15 novembre 2013 1 Contexte Les dépenses de santé croissent plus rapidement que le PIB En

Plus en détail

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis,

Allocution Ouverture Hopipharm 2011 Nantes. Chers Amis, Chers Amis, Hopipharm fait escale en 2011 sur la côte atlantique et nos confrères de l Ouest nous font le grand plaisir de nous accueillir dans leur belle ville de Nantes pour ces trois journées intenses

Plus en détail

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 FINANCEMENT DES MISSIONS DE RECUEIL D INFORMATIONS RELATIVES AUX ACTIVITES DE GREFFE D ORGANES ET DE CSH NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 L Agence de la biomédecine (Abm) a pour mission de suivre et d

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Don de moelle osseuse

Don de moelle osseuse Don de moelle osseuse c est ma chance vous! Agence relevant du ministère de la santé Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de

Plus en détail

Open Access et gestion des données dans Horizon 2020: intégrer les nouveaux attendus dans vos projets de recherche Programme provisoire

Open Access et gestion des données dans Horizon 2020: intégrer les nouveaux attendus dans vos projets de recherche Programme provisoire FACILITATE OPEN SCIENCE TRAINING FOR EUROPEAN RESEARCH 612425 Open Access et gestion des données dans Horizon 2020: intégrer les nouveaux attendus dans vos projets de recherche Programme provisoire Universités

Plus en détail

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement

L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement L innovation dans les technologies de santé, l exemple de la télémédecine Quel cadre, quels niveaux de preuves, quelles modalités de déploiement Antoine Audry Coordonnateur, Philippe Maugendre, Faiez Zannad

Plus en détail

8 OCTOBRE MATIN 9H00-10H00 // OUVERTURE (AUDITORIUM) 10h00-11h30. 10h00-11h30. Atelier sur la prise en charge à domicile après chirurgie ambulatoire

8 OCTOBRE MATIN 9H00-10H00 // OUVERTURE (AUDITORIUM) 10h00-11h30. 10h00-11h30. Atelier sur la prise en charge à domicile après chirurgie ambulatoire 8 OCTOBRE MATIN 08h00 8H00-9H00 // ACCUEIL 09h00 9H00-10H00 // OUVERTURE (AUDITORIUM) SALLE COLBERT SALLE BONAPARTE AUDITORIUM VAUBAN SALLE PUGET SALLE RAIMU 1 SALLE RAIMU 2 ESPACE SHOW CASE-1 ESPACE SHOW

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

POSER LA PROBLÉMATIQUE

POSER LA PROBLÉMATIQUE Dans le cadre de l'observatoire régional des prescriptions et du médicament, les Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie de Franche-Comté et de Bourgogne ainsi que les Facultés de Médecine et

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention

1 re PARTIE. Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention 1 re PARTIE Recherche et Politiques publiques : nouvel enjeu de la prévention Table ronde N 1 Les réponses de l état : quelles politiques publiques pour la recherche? Ont pris part aux débats : Pr Mathieu

Plus en détail

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris I - Bilan de la GPA dans le monde II - La situation actuelle en France III - Les possibilités d évolution dans la perspective de la révision des lois de bioéthique

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE GROUPE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE CAREMEAU Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES cedex 9 CENTRE MULTIDISCIPLINAIRE DE DIAGNOSTIC PRENATAL Tél. secrétariat : 04.66.68.43.67

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail