La prise en charge des insuffisants rénaux chroniques au stade terminal État des lieux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La prise en charge des insuffisants rénaux chroniques au stade terminal État des lieux"

Transcription

1 La prise en charge des insuffisants rénaux chroniques au stade terminal État des lieux Pr. Larbi ABID La maladie rénale chronique que l on nomme insuffisance rénale chronique (IRC) se définit soit par une atteinte rénale (histologique, sédiment urinaire anormal, imagerie pathologique); soit par un taux de filtration glomérulaire (GFR, glomerular filtration rate) inférieur à 60 ml/min/,73m pendant une durée de trois mois au minimum. L IRC aboutissant à l insuffisance rénale terminale nécessitant une dialyse ou une transplantation est un problème de santé publique majeur. En 004, le Pr. Salah, ancien chef de service de néphrologie au CHU Béni-Messous écrivait : «Le développement de l hémodialyse chronique en Algérie dans le cadre de la néphrologie était un choix stratégique pour les néphrologues. L Algérie devait être équipée en 990 de mille postes d hémodialyse environ pour une population approximative de 7 millions d habitants. Au cours de nos expériences certaines réticences manifestées par les familles des patients dialysés quant au don de rein a été constatée. Un travail de l équipe du CHU Béni- Messous, effectué entre 93 et 95 et présenté à la Conférence «Prospectives de la transplantation rénale en Algérie le 3 avril 95» montrait que moins de 5% des parents de dialysés étaient favorables au don d un rein alors que plus de 60% l étaient dans la population générale non concernée par les problèmes de dialyse. ans après la première greffe rénale (CHU Mustapha 96), moins de 00 transplantations ont été réalisées (0 par an) par deux équipe. Le Pr. H. Chaouch et Pr. Z. Klioua sont les premiers chirurgiens ayant pratiqué la greffe rénale en Algérie. Malgré des textes législatifs actuellement existants, le consensus moral, religieux et les multiples campagnes de sensibilisation de la population, la greffe à partir de donneur vivant ou de cadavre demeure rare». En 0, le même professeur dans une contribution au quotidien El Watan, rapporte que «le nombre de patients atteints d'insuffisance rénale chronique continue d'augmenter en Algérie. De 0 malades en 977 à 000 en 997 et à en 0, l'incidence de la maladie ne cesse de croître. A ce titre, il est utile de rappeler que tous les centres d'hémodialyse publics ou privés actuels ou futurs doivent être concernés par le dépistage précoce des maladies rénales, dans le cas contraire, pourquoi continuer à former des spécialistes qui ne feraient que de l'hémodialyse, celle-ci représentant l'échec de la prévention? Le second défi à relever est d'ordre démographique et économique. La maladie touche les citoyens, quel que soit leur âge, aussi bien des enfants, des jeunes et des personnes âgées. Les pouvoirs publics font face à cette problématique pour soigner tout le monde de la même manière. Il est cependant légitime de souligner que la néphrologie pédiatrique et du sujet âgé n'existent pas en Algérie. Des efforts doivent être consentis pour aider ces tranches de la population. Le projet de transplantation rénale lancé au milieu des années 90 était en très grande partie bâti sur l'idée de solidarité et de générosité intrafamiliale qui semblait très naturelle. Malheureusement, les faits ont prouvé que nos connaissances dans le domaine des sciences humaines et notre sentiment concernant le jugement des valeurs de la société n'étaient pas dans la vérité. Cela a été confirmé par le nombre réduit de donneurs vivants pour la greffe d'un parent du premier degré. Moins de 700 greffes rénales ont été effectuées dans le pays depuis 96 sur les patients dialysés, soit moins de %. Ce chiffre inférieur à % est confirmé en 009, en 00 et le sera en 0 et 0 si des mesures importantes ne venaient pas à être envisagées. Le démarrage de l hémodialyse rénale est indiqué dès une clairance de créatinine à 5 ml/min/,73 m², si apparition de signes d intoxication urémique non jugulés par le traitement conservateur (surcharge volémique, péricardite, hypertension artérielle sévère, acidose métabolique, hyperkaliémie menaçante, troubles digestifs, troubles neurologiques, malnutrition ) ; pour les patients diabétiques, la suppléance rénale peut être envisagée plus tôt si complications et systématiquement quand la clairance de la créatinine est inférieure à ml/min/,73 m².

2 Les centres d hémodialyse en Algérie Les centres de dialyse doivent répondre à des normes bien définies. En particulier, les générateurs doivent répondre aux normes définies par la loi et avoir une certification ISO ou CE en termes de sécurité, de stérilisation, et de qualité des matériaux. L Hémodiafiltration ne peut être réalisée que sur un générateur certifié pour cette thérapie. La réutilisation des dialyseurs est prohibée. La fistule artério-veineuse native est indiquée en première intention et doit être envisagée dès le stade 4 de la Maladie pour les malades suivis en néphrologie. Elle doit être d abord radio-céphalique. Confectionnée au moins deux mois avant la mise sous dialyse. Chaque centre doit former le personnel paramédical dans le soin et la traçabilité à établir dans la surveillance des voies d abords vasculaire afin de s assurer de la pérennisation de ceux-ci, d éviter les dysfonctionnements et d alerter le néphrologue pour entreprendre des mesures préventives. En 04, le nombre d insuffisants rénaux chroniques en dialyse est de 000 dont plus de 000 sont pris en charge dans des établissements privés conventionnés avec les caisses de sécurité sociale (CNAS et à un degré moindre CASNOS). Le budget alloué à ces centres privés de d hémodialyse est de l ordre de huit milliards de dinars. Ce chiffre est appelé à augmenter avec l augmentation du nombre d insuffisants rénaux (0 nouveaux cas/ habitants/an), si la transplantation rénale n est pas soutenue. Tableau I : répartition des centres d hémodialyse par et selon le secteur d activité (public ou privé) Wilaya Centres fonctionnels Centres fonctionnels Secteur public générateurs localisation Secteur privé Adrar Chef lieu + Chlef 04 4 Chef lieu + 3 daïras Laghouat 0 44 Chef lieu + daïra Oum El Bouaghi 0 3 Chef lieu + daïra Batna 06 Chef lieu + 5 daïras Bejaia 04 5 Chef lieu 3 daïras Biskra 03 5 Chef lieu Bechar 04 7 Chef lieu 3 daïras Blida 0 5 Chef lieu Générateurs Localisation Daïra non pourvue 0 0 0/ 0 Chef lieu 09/ /0 0 Chef lieu daïra 0 33 Chef lieu Chef lieu daïra 0 Chef lieu 0 3 Chef lieu Chef lieu 4 daïras 0/ 6/ 5/9 09/ 0/ 07/0

3 Bouira Chef lieu 4 daïras Tamanrasset 0 3 Chef lieu daïra Tébessa 05 7 Chef lieu 4 daïras Tlemcen Chef lieu Tiaret Chef lieu Tizi Ouzou 04 5 Chef lieu Chef lieu 07/ / Chef lieu Chef lieu 0 Chef lieu Chef lieu Alger 07 9 Daïras Dans des daïras Djelfa Chef lieu 0 0 Chef lieu Jijel 0 9 Chef lieu Chef lieu Sétif Chef lieu Saida 0 9 Chef lieu daïra Skikda Chef lieu Sidi bel Abbes 0 Chef lieu daïra Annaba 0 Chef lieu Guelma 0 6 Chef lieu daïra Constantine Chef lieu Médéa Chef lieu Mostaganem 03 4 Chef lieu Msila 04 5 Chef lieu Mascara 05 6 Chef lieu Chef lieu 0 4 Chef lieu daïra 0 3 Chef lieu Chef lieu 07 7 Chef lieu 0 4 Chef lieu Chef lieu daïra Chef lieu daïra 0 Chef lieu 07/ 6/0 0/4 7/ 0/3 0/ 09/0 5/0 03/06 0/3 3/5 05/06 0/0 04/06 4/9 07/ Chef lieu daïra / /6

4 Ouargla Chef lieu Oran Chef lieu daïra El Bayadh Chef lieu Illizi 0 Chef lieu daïra Bordj Bou Arreridj 0 5 Chef lieu daïra 0 Chef lieu Chef lieu daïra 0 0 Chef lieu 0/0 06/09 05/ / Chef lieu 0/0 Boumerdes daïras Chef lieu 07/ El Tarf 0 Chef lieu 0 Chef lieu 06/07 Tindouf 0 0 Chef lieu Tissemsilt 03 3 Chef lieu 0 4 Chef lieu 09/ Khenchela 03 5 Chef lieu 0 0 Chef lieu 05/0 Souk Ahras 0 30 Chef lieu daïra Chef lieu daïra 0/0 Tipaza daïras 04/0 Mila 03 3 Chef lieu Chef lieu daïra 07/0 Ain Defla 04 5 Chef lieu Naâma Chef lieu Ain Témouchent 03 3 Chef lieu Chef lieu 0/ /07 0 Chef lieu 06/09 Ghardaïa Chef lieu 0 Chef-lieu 04/09 Relizane Chef lieu 0 0 0/3 TOTAL /54 Ainsi sur un total de 40 générateurs répartis dans 35 centres, 033 générateurs (50,5%) sont au niveau de 56 centres privés. il faut néanmoins constater que la majorité des centres privés sont situés dans les chefs-lieux de et dans les grandes villes chef lieu de daïra et que huit

5 s et 37 daïras (67%) sont dépourvus de centre privé d hémodialyse. Outre ces 35 centres fonctionnels, 0 autres de statut privé, sont en cours de réalisation à travers le pays. Mais si on considère qu avec générateur on peut prendre en charge 6 malades (3 séances hebdomadaires pour chaque malade), le parc national de générateurs disponibles (40) dépasse celui requis (3000). Ce constat a amené le ministère chargé de la santé à sursoir à toute demande de réalisation de centre d hémodialyse privé, depuis le mois de février 03 et d engager une concertation avec le ministère du travail et des affaires sociales pour : partager et consolider la base de données nationales entre les ministères ; élaborer une carte nationale de la dialyse ; étudier la possibilité d encourager l investissement dans les s et daïras dépourvues ; voire le cas des 33 centres privés non conventionnés et des 0 centres privés ayant déjà l agrément de réalisation mais non conventionnés ; investir dans la ressource humaine médicale et paramédicale ; réfléchir à une convention type qui obligera les établissements privés à procéder au bilan pré-greffe dès malades dialysés. Centres d hémodialyse privés sans convention avec la CNAS Wilaya Daïra Nombre de générateur Nombre de centre Chlef Chlef 6 Oum El Bouaghi Oum El Bouaghi 6 Bejaia Bejaia Akbou 6 Biskra Biskra Blida Blida 5 Bouira Bouira Lakhdaria 7 Tizi Ouzou Azazga 4 Alger Hussein dey Dar El Beida Bouzareah Birmandreis Sidi M hamed Jijel Jijel 3 Sétif Sétif Ain Azel Saida Saida 5 Skikda Skikda 9 Annaba Annaba 3 Constantine Constantine 4 El Bayadh El Bayadh Boumerdes Khemis El Khechna Thénia Souk Ahras Souk Ahras Ain Defla Khemis Miliana

6 Ghardaïa Ghardaïa TOTAL Trente trois centres totalisant 340 générateurs ne disposent pas de conventions avec la Caisse Nationale des Assurés Sociaux (mais certains de ces centres disposent de conventions avec la CASNOS ou la caisse de sécurité militaire) et fonctionnent au ralenti voire sont complètement à l arrêt. Centres d hémodialyse en cours de réalisation Wilaya Commune Nombre de générateur Nombre de centre Chlef Ain Merane Oum El Bouaghi Oum El Bouaghi Batna Fesdisse Bejaia Bejaia Akbou Laazib 0 6 Biskra Biskra 0 Blida Boufarik 3 Bouira Bouira 37 3 Tlemcen Mchedellah Tlemcen Mansourah Remchi Tizi Ouzou Tizi Ouzou 33 Alger - 39 Djelfa Djelfa 7 Jijel Jijel 6 Sétif Sétif Ain Azel 9 9 Saida Saida Skikda Skikda Sedrata 0 Sidi Bel Abbes Sidi Bel Abbes 33 Annaba Annaba 6 El Bouni 9 Constantine Constantine Médéa Médéa 4 Mostaganem Mostaganem 6 Msila Msila 0 Ouargla Touggourt Oran Oran 5 4 Bordj Bou Arreridj Bordj Bou Arreridj Boumerdes Khemis El Khechna Isser 4 3

7 Boudouaou Boumerdes Bordj Menaiel El Tarf El Tarf El Oued El Oued 6 Souk Ahras Souk Ahras 3 Tipaza Douaouda Mila Oued Athmania Ain Defla El Attaf (En bleu, les régions ne disposant pas de centre ou insuffisamment pourvues) Nombre de cliniques d hémodialyse conventionnées avec la CASNOS : - cliniques d Alger : 34 - cliniques de Blida : 06 - cliniques d Oran : 06 - cliniques de Annaba : 06 - clinique de Tlemcen : 06 - clinique de Sétif : 06 - cliniques de Tizi Ouzou : 05 - cliniques de Tipaza : 05 - clinique de Bejaia : 04 - Cliniques de Bouira : 04 - cliniques de Batna : 03 - cliniques de Chlef : 03 - clinique de Ain Defla : 03 - clinique de Bordj Bou Arreridj : 03 - cliniques de Médéa : 03 - Cliniques de Boumerdes : 03 - cliniques de Guelma : 03 - Cliniques de Constantine : 0 - Cliniques de Mila : 0 - Cliniques de Souk Ahras : 0 - cliniques de Khenchela : 0 - cliniques de Sidi Bel Abbes : 0 - clinique de Laghouat 0 - Clinique d Oum El Bouaghi : 0 - Clinique de Jijel : 0 - clinique de Skikda : 0 - Clinique d El Tarf : 0 - clinique de Mostaganem : 0 - Clinique de Ouargla : 0 - clinique de Ghardaïa : 0 Ces 4 cliniques conventionnées avec la caisse de sécurité sociale (CASNOS), prennent en charge 7 malades assurés, pour un montant global de près de 600 millions de DA. Les caisses de sécurité sociale souhaitent proposer une convention type obligeant les établissements privés à procéder au bilan pré-greffe des malades dialysés. Cette volonté louable d orienter les cliniques privées vers la préparation des hémodialysés pour la transplantation rénale soulève la question du bilan de la greffe rénale en Algérie depuis 96 à ce jour. La greffe rénale en Algérie Sur le plan Réglementaire la loi sanitaire 5-05 du 6 Février 95 relative à la protection et à la promotion de la santé et en particulier ses articles ainsi que la loi du 90-7 du 3 Juillet 990 modifiant complétant la loi 5-05 (articles complété) définit les dispositions concernant le donneur (vivant ou cadavérique) et le receveur, le but, les conditions, les modalités et les aspects médico-légaux du prélèvement. D autres textes de loi ont permis la création de deux commissions médicales de prélèvement et transplantation de tissus et d organes humains (mars 99) ; la composition, organisation et fonctionnement du conseil national de l éthique des sciences de la santé (avril 996), l autorisation des prélèvements et/ou transplantation de tissus ou d organes humains (Octobre 000), les critères scientifiques permettant la constatation médicale et légale du décès (novembre 00), la création du Comité Médical National de Transplantation Rénale (novembre 006), la liste nominative des experts

8 médicaux du comité national des greffes d organes et de tissus et enfin en novembre 0 création de l Agence Nationale des Greffes. Implication des autorités religieuses par l affirmation et l élaboration d édits religieux favorables aux dons d organes et prélèvements d organes d un sujet en état de mort encéphalique. Les services agréés pour la transplantation rénale sont situés dans les CHU de Mustapha, Bab El Oued, Béni Messous, Blida, Tizi Ouzou, Tlemcen, Annaba, Oran, Batna, à l EHU d Oran et aux EHS Daksi de Constantine et à l EHS Dr. Maouche d Alger (ex. CNMS). A travers la lecture de ces textes de loi, on constate un engagement politique fort de l état pour la promotion de la transplantation d organes et greffes de tissus, la formation et contribution des compétences Algériennes établies à l étranger, le partenariat algéro-étranger et surtout une allocation budgétaire aux services agréés. Qu en est-il du bilan de la transplantation depuis la ère greffe rénale à donneur vivant apparenté, réalisée en 96? Depuis ses débuts en 96 et jusqu au mois de décembre 03 (7 ans), seulement 04 greffes rénales ont été réalisées, par ces établissements hospitaliers. Une étude faite entre 006 et 0 a montré que les hôpitaux réalisant le plus de greffes (0 à 30/an) sont représentés par l EHS Dr. Maouche, les CHU Mustapha, Blida et Béni Messous; les autres services agréés réalisant moins de 5 greffes par an. Selon la Société algérienne de néphrologie et de transplantation rénale, sur les 000 patients traités par dialyse. Un tiers d entre eux (6000) est candidat à une transplantation rénale. Le décalage entre le nombre de patients ayant besoin d'une greffe (6000) et le nombre de greffes réalisées (04) reste important. Or du point de vue financier, tous les arguments sont en faveur du développement de l activité de la transplantation rénale : un patient pris en charge dans un centre d hémodialyse revient à euros par an alors que la greffe est estimée à euros. Alors, pourquoi n arrive-t-on pas à sortir de ce cercle vicieux?. Selon certains, l argent serait le principal obstacle contre le développement de l activité de la greffe rénale dans notre pays. Le marché de l importation des consommables et équipements d hémodialyse, estimé actuellement à 0 millions de dollars, est en nette croissance avec une évolution de vente annuelle de 0%.

9 . En second lieu, se dresse comme obstacle au développement d activité de transplantation rénale, le refus de l élargissement du cercle légalement autorisé des donneurs vivants, aux conjoints ou à la famille par alliance. 3. En troisième lieu, l offre de soins est non suffisante, désorganisée, dépendante de quelques équipes qui travaillent dans des conditions souvent difficiles et qui peuvent arrêter, du jour au lendemain cette activité de greffe. 4. Pour les greffes rénales à partir de donneurs en état de mort encéphalique, l opinion publique n est pas assez préparée à l option du prélèvement d organes à partir de cadavres et il n y a pas à l heure actuelle d unité d urgence pouvant prendre en charge les patients accidentés en état de mort encéphalique. 5. La politique de la greffe rénale en Algérie souffre, en fait, d une absence de conviction et d un manque de détermination des pouvoirs publics à mettre en place l environnement indispensable au succès de cette entreprise. Jusqu à ce jour on n arrive pas à désigner un Directeur Général pour l Agence Nationale des Greffes comme on n a pas encore décidé de ce que sera le futur Institut National du Rein de Blida : un grand hôpital d hémodialyse et parfois de greffes comme cela se fait déjà au CHU de Blida où réellement un Institut avec des laboratoires de Recherche? Conclusion L IRC aboutissant à l insuffisance rénale terminale nécessitant une dialyse ou une transplantation est un problème de santé publique majeur. Il est donc important d identifier précocement une IRC afin de ralentir sa progression et de diminuer ses conséquences. Ces conséquences doivent être connues car leur prise en charge adéquate diminue la morbidité associée : anémie, hyperkaliémie, surcharge hydrique, anomalies du bilan phosphocalcique, problèmes de nutrition, acidose métabolique Une prise en charge néphrologique doit être mise en place précocement. En cas d IRC avancée, le néphrologue doit avoir un rôle plus important dans la prise en charge pour informer et préparer le patient à un traitement de substitution rénale : hémodialyse, dialyse péritonéale ou surtout transplantation. La Transplantation Rénale est la solution pour répondre à la demande de plus en plus croissante. Les efforts et investissements publics n ont malheureusement pas permis d atteindre les résultats espérés. Un nombre de 04 greffes rénales ont été réalisées en 7 ans, ce qui est loin de répondre au besoin des.000 insuffisants rénaux sous dialyse. Le développement de cette activité est lié à la mise au point de stratégies de suivi des patients; à la discussion des schémas thérapeutiques ; à la coordination entre les centres de dialyse et de transplantation; à l analyse des problèmes rencontrés dans le cadre du fonctionnement des différents centres greffeurs ; à l établissement d un fichier national des IRC, préalable à toute transplantation à partir de rein cadavérique ; à la formation d équipes de greffes pour une meilleure couverture au plan national en vue de transplanter le maximum de patients.

BILAN DES REALISATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES DE L ANNEE 2011

BILAN DES REALISATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES DE L ANNEE 2011 Services du Premier Ministre BILAN DES REALISATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES DE L ANNEE 2011 ------ 000 ------- I - Réalisations d infrastructures socio économiques II - Créations d emplois III - Réalisations

Plus en détail

Stratégie pour améliorer le classement de nos universités

Stratégie pour améliorer le classement de nos universités REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Stratégie pour améliorer le classement de nos universités Travail réalisé par la DGRSDT

Plus en détail

Meilleure appréhension des marchés et du positionnement de la PME :

Meilleure appréhension des marchés et du positionnement de la PME : I Mise à niveau des Petites et Moyennes Entreprises : La mise à niveau est un défi et un enjeu qui s inscrivent dans la démarche globale d amélioration de la compétitivité de l économie nationale en général

Plus en détail

INFP. Sanitaire, Froid et Climatisation. Institut National de la Formation Professionnelle

INFP. Sanitaire, Froid et Climatisation. Institut National de la Formation Professionnelle République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Formation et de l'enseignement Professionnels Institut National de la Formation Professionnelle INFP Sanitaire, Froid et Climatisation Projet

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires -

Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Rev. Energ. Ren. : Valorisation (1999) 209-214 Carte des Vents de l Algérie - Résultats Préliminaires - Laboratoire dévaluation du Potentiel Energétique, Centre de Développement des Energies Renouvelables

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Circulaire n 6 du 3 Dhou El Kaada 1431 H correspondant au 11 octobre 2010 relative

Plus en détail

Collections. Premier Recensement Economique - 2011 - Résultats Préliminaires de la première phase

Collections. Premier Recensement Economique - 2011 - Résultats Préliminaires de la première phase Collections Série E : Statistiques Economiques N 168 Premier Recensement Economique - 2011 - Résultats Préliminaires de la première phase Office National des Statistiques - Alger, janvier 2012 - Collections

Plus en détail

R a p p o r t d a c t i v i t é. P l u s q u u n e a s s u r a n c e, u n e A L L I A N C E

R a p p o r t d a c t i v i t é. P l u s q u u n e a s s u r a n c e, u n e A L L I A N C E R a p p o r t d a c t i v i t é P l u s q u u n e a s s u r a n c e, u n e A L L I A N C E RAPPORT D ACTIVITE ALLIANCE Assurances 2007 Sommaire Alliance en bref Message du Président Mot du Directeur Général

Plus en détail

Eléments de réflexion sur la classification, les revues et les soutenances

Eléments de réflexion sur la classification, les revues et les soutenances Eléments de réflexion sur la classification, les revues et les soutenances Extrait de la présentation de Monsieur Pr. H. Aourag (DG/DGRSDT) À l occasion de la réunion de CRUEst du 11/12/2013 http://www.nasr.dz/

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 08 51 ème ANNEE Mercredi 22 Rabie El Aouel 1433 Correspondant au JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES,

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

SOMMAIRE AMBITION RÉUSSITE PARTAGE PROXIMITÉ RAPPORT ANNUEL 2013. Historique Faits marquants 2013 Faits marquants de la compagnie Résultats

SOMMAIRE AMBITION RÉUSSITE PARTAGE PROXIMITÉ RAPPORT ANNUEL 2013. Historique Faits marquants 2013 Faits marquants de la compagnie Résultats RAPPORT ANNUEL 2013 01 AMBITION Entretien avec M. Hassen Khelifati Stratégie SOMMAIRE 02 RÉUSSITE Historique Faits marquants 2013 Faits marquants de la compagnie Résultats 03 PARTAGE Stratégie collaborateurs

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 38 49 ème ANNEE Dimanche 7 Rajab 1431 Correspondant au JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS,

Plus en détail

Ce Guide est également disponible sur les sites web des établissements universitaires

Ce Guide est également disponible sur les sites web des établissements universitaires CALENDRIER DES PRÉINSCRIPTIONS, RECOURS ET INSCRIPTIONS DÉFINITIVES Le 06 juillet 2015 : Début des «Portes ouvertes sur l université» dans tous les établissements d enseignement supérieur Le 06 juillet

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et du développement international

Ministère des Affaires étrangères et du développement international Ministère des Affaires étrangères et du développement international BILAN ET PERSPECTIVES SUR LES SEPULTURES CIVILES FRANCAISES EN ALGERIE 19 JUIN 2015 2 3 SOMMAIRE I Synthèse Page 5 II Première phase

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Programme National Mise à Niveau des PME.

Programme National Mise à Niveau des PME. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de l Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotion de l Investissement AGENCE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA PME Programme

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Plus qu une assurance, une Alliance

RAPPORT ANNUEL. Plus qu une assurance, une Alliance 2010 RAPPORT ANNUEL Plus qu une assurance, une Alliance 2 - Alliance Assurances Plus qu une assurance, une Alliance Les deux choses les plus importantes n apparaissent pas au bilan de l entreprise : sa

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données : ASTMSEDL

Guide d utilisation de la base de données : ASTMSEDL partenaire du Guide d utilisation de la base de données : ASTMSEDL Adresse: Rue la flanelle, cité Ain ellah Dely brahim Tél: (021) 91 03 52, Mob: (0770) 87 66 38, Fax: (021) 91 03 51 E mail: cadoc@cadoc.dz

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 16 51 ème ANNEE Mercredi 28 Rabie Ethani 1433 Correspondant au JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES,

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION DIRECTION DE LA PREVENTION

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION DIRECTION DE LA PREVENTION REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION DIRECTION DE LA PREVENTION Les programmes de Santé Maternelle et Infantile EVALUATION 2 0 0 1 1 Liste des Auteurs

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. matière d assurance maladie

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. matière d assurance maladie REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Présentation des réformes en cours en Algérie en matière d assurance maladie 2011 1 PRESENTATION

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

La Société de l Information en Algérie: Apports du CERIST

La Société de l Information en Algérie: Apports du CERIST La Société de l Information en Algérie: Apports du CERIST M. Benhamadi, A.El-Maouhab CERIST Mbenhamadi@wissal.dz Les technologies de l information et de la communication Les technologies de l'information

Plus en détail

Sommaire. Fonctionnement du Compte. Chèques et effets. OpérationS de Financement. Crédits aux particuliers. Réseau d Agences

Sommaire. Fonctionnement du Compte. Chèques et effets. OpérationS de Financement. Crédits aux particuliers. Réseau d Agences Sommaire Fonctionnement du Compte CONSERVATION DE TITRES Versements / Virements / Retraits Chèques et effets OpérationS de Financement RÉMUNÉRATION DES dépôts OPÉRATIONS DE COMMERCE INTERNATIONAL Crédits

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N ème ANNEE Mercredi Rajab Correspondant au mai 0 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS, AVIS,

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE REPUBLIQUE LGERIENNE DEMOCRTIQUE ET POPULIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE L RECHERCHE SCIENTIFIQUE rrêté n 137 du 07 oût 2008 portant habilitation de Master au titre de l année universitaire

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

www.mediasurvey-dz.com Présentation de l agence

www.mediasurvey-dz.com Présentation de l agence www.mediasurvey-dz.com Présentation de l agence Présentation de l agence Agence de communication globale (360 ). Un conseil 100 % local, une expertise média en développement depuis 2011. Différents pôles

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Equipements et Logiciels destinés aux universités/instituts de la liste 2 (voir Annexe)

Equipements et Logiciels destinés aux universités/instituts de la liste 2 (voir Annexe) Equipements et Logiciels destinés aux universités/instituts de la liste 2 (voir Annexe). Plate forme d enseignement à distance. Pack logiciel Microsoft : Qte Windows Svr Std 2003 French Dockit Getting

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon)

Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon) Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon) Intervention personnalisée à tous les stades de la Maladie Rénale Chronique Prévention de la progression de la maladie rénale Consultation

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Mesures de Soutien aux investissements dans le Sud et les Hauts - Plateaux

Mesures de Soutien aux investissements dans le Sud et les Hauts - Plateaux 27,Rue Mohamed Merbouche BP 414 - Hussein Dey - ALGER Tel : 021 77.32.62/63 - Fax : 021.77.32.57 E-mail:information@andi.dz - site web : www.andi.dz AGENCE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT

Plus en détail

Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004

Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 2 Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 1. L insuffisance chronique terminale touche environ 45 000 malades.

Plus en détail

ALLIANCE ASSURANCES ENTAME LA SECONDE PHASE

ALLIANCE ASSURANCES ENTAME LA SECONDE PHASE ALLIANCE ASSURANCES ENTAME LA SECONDE PHASE DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE AVEC INTRODUCTION DE L ACTION A LA COTE OFFICIELLE DE LA BOURSE D ALGER Alger- le 31 octobre 2010. Le jeudi 28 Octobre, Alliance

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données : RSC

Guide d utilisation de la base de données : RSC partenaire du Guide d utilisation de la base de données : RSC Adresse: Rue la flanelle, cité Ain ellah Dely brahim Tél: (021) 91 03 52, Mob: (0770) 87 66 38, Fax: (021) 91 03 51 E mail: cadoc@cadoc.dz

Plus en détail

ww IMPORTATION DE VÉHICULES COUP DE FREIN AUX QUATRE ROUES

ww IMPORTATION DE VÉHICULES COUP DE FREIN AUX QUATRE ROUES Horizons.PAGE Q U O T I D I E N N A T I O N A L MARDI 25 AOÛT 2015-10 DHOU EL QÎDA 1436 - N 5583 - PRIX 10 DA CHAMPIONNAT D AFRIQUE DE BOXE LES VERTS PRIVÉS DU TITRE l Quatre médailles d or pour nos pugilistes

Plus en détail

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Déclaration d Istanbul contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Préambule La transplantation d organes, l un des miracles médicaux du vingtième siècle, permet de prolonger et d améliorer

Plus en détail

ANNEXE 1 ENTREPRISES DE LA FILIERE

ANNEXE 1 ENTREPRISES DE LA FILIERE Commission Européenne Ministère de la PME et de l Artisanat ETUDE DE LA FILIERE BOIISSONS Algérie 2005 ANNEXES ANNEXE 1 ENTREPRISES DE LA FILIERE LISTE DES MEMBRES DE L APAB WILAYA ENTREPRISE TELEPHONE

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction Générale de la Régulation et de l Organisation des Activités Direction des Etudes de la Prospective et de l Information Economique

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 37 5 ème ANNEE Dimanche Ramadhan 434 Correspondant au JOURNAL OFFICIEL LA REPUBLIQUE ALGERIENNE MOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET CRETS ARRETES, CISIONS, AVIS, COMMUNICATIONS

Plus en détail

Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l Homme الرابطة الجزائرية للدفاع عن حقوق السنسان. Le calvaire sans fin des malades du cancer

Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l Homme الرابطة الجزائرية للدفاع عن حقوق السنسان. Le calvaire sans fin des malades du cancer Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l Homme الرابطة الجزائرية للدفاع عن حقوق السنسان http://droitdelhomme.over-blog.com laddhchlef@yahoo.fr laddhchlef@gmail.com http://facebook.com/laddhchlef

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 23 51 ème ANNEE Dimanche 30 Joumada El Oula 1433 Correspondant au JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES,

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

LE POTENTIEL ASSURABLE EN ASSURANCES DE PERSONNES

LE POTENTIEL ASSURABLE EN ASSURANCES DE PERSONNES Le développement des assurances «vie et capitalisation» étant fortement tributaire du marché financier, il nous parait plus réaliste d axer principalement les efforts sur le développement des produits

Plus en détail

Revue trimestrielle de la CNEP-Banque- s.p.a au capital de 14 000 000 000 DA - Siège social : 42, rue Khelifa Boukhalfa - Alger

Revue trimestrielle de la CNEP-Banque- s.p.a au capital de 14 000 000 000 DA - Siège social : 42, rue Khelifa Boukhalfa - Alger ue Cnep Revue trimestrielle de la -ue- s.p.a au capital de 14 000 000 000 DA - Siège social : 42, rue Khelifa Boukhalfa - Alger Cnep N 31 Novembre www.cnepbanque.dz Dans deux ans le Nouveau Belouizdad

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

(TRADUCTION FRANÇAISE)

(TRADUCTION FRANÇAISE) N 31 50 ème ANNEE Dimanche 3 Rajab 1432 Correspondant au JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS,

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

Colloque International sur les Politiques de Santé

Colloque International sur les Politiques de Santé République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière en collaboration avec Ecole Nationale Supérieure en Sciences Politiques Colloque International

Plus en détail

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile Jacques CHANLIAU, François CHARPILLET, Pierre-Yves DURAND, Robert HERVY, Jean-Pierre THOMESSE, Luis VEGA Résumé. DP

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

BALSAM - RÉSEAU NATIONAL DES CENTRES D ÉCOUTE

BALSAM - RÉSEAU NATIONAL DES CENTRES D ÉCOUTE Réseau NATIONAL DES CENTRES D'écoute DES FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE EN ALGÉRIE LES VIOLENCES CONTRE LES FEMMES EN Algérie CINQUIÈME RAPPORT DÉCEMBRE 2013 BALSAM - RÉSEAU NATIONAL DES CENTRES D ÉCOUTE

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Trans-Elec. Revue Trimestrielle Editée par la Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l'électricité GRTE. trait d'union du système

Trans-Elec. Revue Trimestrielle Editée par la Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l'électricité GRTE. trait d'union du système Trans-Elec Revue Trimestrielle Editée par la Société Algérienne de Gestion du Réseau de Transport de l'électricité N 02 Septembre 2010 Le service de transport, moteur de l activité transport Plan de Développement

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Élaboration de matrices d impacts des effets attendus de la télémédecine : applications aux chantiers prioritaires

Élaboration de matrices d impacts des effets attendus de la télémédecine : applications aux chantiers prioritaires RAPPORT D EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE Annexes Élaboration de matrices d impacts des effets attendus de la télémédecine : applications aux chantiers Version finale Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N 5 5ème ANNEE Mercredi 7 Joumada El Oula 5 Correspondant au 9 mars 0 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES,

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE N ème ANNEE Dimanche Joumada Ethania Correspondant au avril JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE CONVENTIONS ET ACCORDS INTERNATIONAUX - LOIS ET DECRETS ARRETES, DECISIONS,

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON

LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 2009 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON LES PETITS DOSSIERS DE L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DE LA SANTÉ NORD-PAS-DE-CALAIS 29 Numéro 22 UNE RÉGION DE DON Le Premier ministre a fait de l année 29, l année du don. En déclarant «grande cause nationale

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège

Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Implémentation d une fonction de coordination locale de don à la Clinique Saint-Joseph de Liège Pol Grosjean, infirmier chef des Soins Intensifs Virginie Libert, infirmière Sisu 2 ième Colloque Liégeois

Plus en détail

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Colloque Tic Santé,11 février 2010 Dr France Laffisse, Orange Healthcare Plan Télésurveillance

Plus en détail

Présenté par Mr. Djeddi Mohamed

Présenté par Mr. Djeddi Mohamed Quarantième anniversaire de la création de l Université des Sciences et des Technologies Houari Boumediene Forum Université Entreprises Du 04 au 05 Mai 2014 Présenté par Mr. Djeddi Mohamed Sommaire Le

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus

Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et de tissus Dispositif de certification Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a initié la procédure de certification des coordinations

Plus en détail

Rapport Télémédecine

Rapport Télémédecine Rapport Télémédecine ISIFC 2 emme année Année universitaire 2011-2012 La Télésurveillance Médicale à domicile : ETAT DE L ART ET PERSPECTIVES Taouphik DOUICH, Yassine EL HAKKOUNI. Tuteur : Mr. Jean Christophe

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Soutenir la pratique de la greffe rénale au Québec : pourquoi et comment. Mémoire de La Fondation canadienne du rein - division du Québec

Soutenir la pratique de la greffe rénale au Québec : pourquoi et comment. Mémoire de La Fondation canadienne du rein - division du Québec Soutenir la pratique de la greffe rénale au Québec : pourquoi et comment Mémoire de La Fondation canadienne du rein - division du Québec Juin 2013 Table des matières INTRODUCTION... 1 1. Présentation de

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

L enquête des Etats Généraux du Rein : la dure réalité des maladies rénales

L enquête des Etats Généraux du Rein : la dure réalité des maladies rénales L enquête des Etats Généraux du Rein : la dure réalité des maladies rénales L objectif était clair : donner la parole aux personnes malades, en leur laissant une grande liberté pour s exprimer. Fidèle

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

Planification d une substitution rénale: que faut-il savoir?

Planification d une substitution rénale: que faut-il savoir? CURRICULUM Forum Med Suisse 8;8:7 74 7 Planification d une substitution rénale: que faut-il savoir? Hanno Elsässer a, Nick Hoyer b, Michael Dickenmann a a Klinik für Transplantationsimmunologie und Nephrologie,

Plus en détail