ASSEMBLÉE NATIONALE RAPPORT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSEMBLÉE NATIONALE RAPPORT"

Transcription

1 N 1407 N 232 ASSEMBLÉE NATIONALE SÉNAT CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE Enregistré à la présidence de l Assemblée natinale le 18 février 1999 Annexe au prcès-verbal de la séance du février 1999 OFFICE PARLEMENTAIRE D'ÉVALUATION DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES RAPPORT SUR L APPLICATION DE LA LOI N DU 29 JUILLET 1994 RELATIVE AU DON ET À L UTILISATION DES ÉLÉMENTS ET PRODUITS DU CORPS HUMAIN, À L ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION ET AU DIAGNOSTIC PRÉNATAL par M. Alain CLAEYS, Député et M. Claude HURIET, Sénateur Dépsé sur le Bureau de l'assemblée natinale par M. Jean-Yves LE DÉAUT, Vice-Président de l'office. Dépsé sur le Bureau du Sénat par M. Henri REVOL, Président de l'office. Biéthique

2 TABLE DES MATIÈRES Intrductin * Première partie : Observatins générales * I La li et les décrets d applicatin : lenteurs et retards * 1. Le bilan * 2. Les causes invquées * II La li et les principes : de quelques difficultés de mise en œuvre * 1. Le cnsentement préalable * 2. L intégrité de la persnne * 3. La sécurité sanitaire * III La li et les avancées scientifiques et techniques : suplesse et évlutivité * IV La li et l encadrement des activités d assistance médicale à la prcréatin : des myens de cntrôle insuffisants * Deuxième partie : Dn et utilisatin des éléments et prduits du crps humain * I - Les bjectifs visés par le législateur de 1994 * 1. Sumettre la transplantatin à un encadrement juridique restaurant le climat de cnfiance indispensable à sn dévelppement * 1.1. Une législatin parcellaire et lacunaire * 1.2. Une cnjncture défavrable * 2. Mettre les activités de prélèvement et de transplantatin à l'abri des pratiques mercantiles *

3 3. Favriser l'expressin par les dnneurs d'un cnsentement libre et éclairé * 4. Organiser les activités de prélèvement et de transplantatin sur des bases ratinnelles et bjectives garantissant, ntamment, l'égalité d accès au dn des receveurs * 5. Garantir la sécurité sanitaire des transplantatins * II - Situatin générale de la transplantatin : dnnées statistiques * 1. Greffes d'rganes * 2. Greffes de cellules suches hématpïétiques (CSH) * 3. Prélèvements et greffes de tissus * 3.1. Crnées * 3.2. Tissus * III - Les prélèvements sur dnneur vivant * 1. La li et la pratique * 1.1. Un drit marqué par une rientatin restrictive * 1.2. Une pratique très limitée qui crrespnd à la vlnté du législateur * La situatin en France * La situatin dans les autres pays eurpéens * 2. Adaptatins et mdificatins envisageables * 2.1. Les évlutins et prgrès techniques dans le dmaine de la transplantatin avec dnneur vivant *

4 La transplantatin rénale : une pratique maîtrisée et curnnée de succès * La transplantatin hépatique : une pratique récente et peu dévelppée * La transplantatin pulmnaire : une pratique encre inusitée en France * La transplantatin cardiaque en dmin * Les greffes de cellules suches hématpïétiques (CSH) : les nuveaux types de prélèvement * 2.2. L'rigine du dn : l'pprtunité d'un élargissement des catégries de dnneurs * Pur quels mtifs? * Seln quelles mdalités? * 2.3. Le cnsentement au dn d'rgane * En cas de prélèvement sur une persnne majeure et capable * En cas de prélèvement de melle sur un mineur * Les situatins nn prévues par la li * 2.4. Le cnsentement au dn de tissus et cellules * Remarques générales *

5 Le régime des résidus pératires * Le régime des prélèvements sur embryns et fœtus mrts * IV - Les prélèvements sur persnnes décédées * 1. L'rganisatin du cnsentement seln la li de 1994 : une cnstructin juridique cmplexe traduisant une vlnté de cnciliatin entre slidarité cllective et vlnté individuelle * 2. L'applicatin de la li : une mise en œuvre tardive et certains effets critiqués * 2.1. Les prélèvements à visée thérapeutique : des résultats à ce jur difficilement mesurables * Un impact psychlgique limité, dans l'attente d'une infrmatin large et méthdique du public * La lente mise en place du registre natinal autmatisé * Le témignage de la famille : les aménagements suhaitables * 2.2. Les prélèvements médic-scientifiques : la li cmprmet-elle la pratique des autpsies? * La lettre et l'esprit des textes * Débat sur des dispsitins cntestées * 2.3. Les prélèvements pst mrtem de tissus et cellules : un encadrement qui reste à préciser *

6 V - L'encadrement des activités de prélèvement et de transplantatin * 1. Les cnditins médicales du prélèvement : principes et pratiques * 1.1. Séparatin des cmpétences et cllabratin des équipes * 1.2. Annymat et traçabilité * 2. L'autrisatin des établissements : une mise en œuvre encre partielle * 2.1. Les prélèvements et transplantatins d'rganes * 2.2. Les prélèvements, la cnservatin et l'utilisatin de tissus et cellules * 3. La répartitin et l'attributin des greffns : des règles clarifiées * 4. L'inscriptin des patients nn résidents sur la liste d'attente * 5. Circulatin transfrntière, éthique et sécurité sanitaire : la nécessaire harmnisatin eurpéenne * VI - La li face aux perspectives uvertes par la recherche * 1. Les xéngreffes : une perspective encre incertaine dnt les risques ne peuvent être évalués avec certitude * 1.1. Une réalité expérimentale pur l instant décevante * 1.2. Une cmmunauté scientifique dans l'expectative face aux risques ptentiels * 1.3. La nécessité d'un encadrement législatif *

7 2. La cnstitutin de banques de cellules suches : une ptentialité thérapeutique cnsidérable dnt le dévelppement renvie au prblème de la recherche sur l'embryn * Trisième partie : L assistance médicale à la prcréatin et le diagnstic prénatal * I - Les bjectifs visés par le législateur de 1994 * 1. Cnsacrer une apprche médicalisée de la prcréatin à partir d une définitin fndée sur les évlutins pssibles des techniques * 2. Prendre en cmpte l intérêt de l enfant à naître plutôt que le drit à l enfant * 3. Cnférer un caractère subsidiaire à l assistance médicale à la prcréatin avec tiers dnneur * 4. Sumettre les activités d assistance médicale à la prcréatin à un encadrement réglementaire strict * 5. Refuser tute réificatin de l embryn en l enturant d un certain nmbre de prtectins sans aller tutefis jusqu à lui cnférer un véritable statut * II La fécndatin in vitr en chiffres * 1. Fécndatin in vitr " classique " * 2. La fécndatin par micr-injectin intracytplasmique d un spermatzïde dans l vcyte (ICSI) * III - Les techniques d assistance médicale à la prcréatin : la li et les pratiques * 1. Une définitin très large au plan législatif mais incmplète au plan réglementaire *

8 2. Une technique pré-fécndatire qui appelle un véritable encadrement : la stimulatin varienne * 2.1. Définitin et finalité * 2.2. Les incnvénients de la stimulatin varienne * 2.3. Les slutins envisagées par diverses instances * 3. Les techniques de fécndatin in vitr : le recurs crissant aux micr-injectins * 3.1. De la FIV " classique " à l ICSI : chrnique d un succès inattendu * 3.2. Les risques des micr-injectins pur les enfants à naître : un débat qui renvie à celui, plus général, sur les méthdes de la prcréatin assistée * Les risques de la technique * Le débat sur la méthde * 4. Les techniques pst-fécndatires : le transfert multiple d embryns et la cnservatin des embryns surnuméraires * 4.1. La nn-limitatin du nmbre d embryns transférés et ses cnséquences * 4.2. La cnservatin des embryns : de l embryn " en attente " à l embryn " rphelin " * 5. La li face au dévelppement des techniques de clnage * 5.1. Les récentes avancées scientifiques *

9 5.2. Réactins internatinales et psitins angl-saxnnes * 5.3. Les barrières juridiques édifiées en 1994 snt-elles suffisantes? * IV L accès des cuples à l assistance médicale à la prcréatin * 1. Les cnditins d rdre médical * 1.1. Le diagnstic de l infertilité * 1.2. La transmissin d une maladie d une particulière gravité : le cas des cuples sér-différents * 2. Les cnditins d rdre scial * 2.1. L exigence d une durée minimale de vie cmmune pur les cuples nn mariés : mise en œuvre et pertinence * 2.2. Un cuple en âge de prcréer : critère physique u exigence sciale? * 2.3. " Un cuple vivant " : la relance du débat sur le transfert pst mrtem d embryn * 3. Le puvir de cntrôle dévlu aux praticiens * 4. L assistance médicale à la prcréatin avec tiers dnneur * 4.1. Le dn de gamètes : pratique et cntraintes * La situatin du dn : insuffisance de l ffre et timidité de la prmtin * La déterminatin légale de la qualité de dnneur : faire partie d un cuple ayant prcréé *

10 La gratuité du dn * L interdictin du dn " dirigé " et le prblème de l annymat * 4.2. La mise en œuvre de l AMP avec tiers dnneur * Le caractère d " ultime indicatin " de l AMP avec tiers dnneur (IAD) * La limitatin du nmbre des naissances à partir des gamètes d un seul dnneur * L applicatin des règles de sécurité sanitaire * V L embryn in vitr : ambiguïtés juridiques et attentes scientifiques * 1. L embryn in vitr et la li de 1994 * 1.1. L embryn hrs des catégries du drit en l absence d un statut explicite * 1.2. Un statut implicite déduit d un certain nmbre de règles prtectrices * 1.3. L embryn et la recherche : la difficile interprétatin de l article L du Cde de la santé publique * 1.4. Le diagnstic préimplantatire sur l embryn in vitr : une mise en pratique retardée * 2. Le débat relatif à l élargissement de la recherche sur l embryn : psitins françaises, eurpéennes et étrangères * 2.1. Les psitins françaises *

11 " Le respect de la vie dès sn rigine " * " La persnnificatin différée " * Les rientatins tracées par le Cmité cnsultatif natinal d éthique * 2.2. Psitins étrangères, eurpéennes et internatinales : des apprches très diversifiées * La diversité des apprches étrangères * La difficulté d une psitin eurpéenne cmmune * L absence d une prise de psitin, même nn cntraignante, à l écheln internatinal * 3. Quelle alternative pur le législateur? * VI Le diagnstic prénatal * 1. Cnsentement éclairé et cnseil génétique * 2. Les établissements et labratires autrisés à pratiquer les examens de DPN * VII L encadrement des activités d assistance médicale à la prcréatin * 1. L agrément des praticiens : spécialité, respnsabilité et multidisciplinarité * 2. L autrisatin des établissements et labratires : des myens d évaluatin et de cntrôle encre insuffisants * Cnclusin * Examen du rapprt par l Office Auditins

12 INTRODUCTION L article 21 de la li n du 29 juillet 1994 relative au dn et à l utilisatin des éléments et prduits du crps humain, à l assistance médicale à la prcréatin et au diagnstic prénatal, avait dnné cmpétence à l Office parlementaire d évaluatin des chix scientifiques et technlgiques pur prcéder à une évaluatin de sn applicatin avant que cette li ne fasse l bjet d un nuvel examen par le Parlement dans un délai de cinq ans après sn entrée en vigueur. Pur la première fis, l Office se truvait saisi par le législateur luimême d une missin d évaluatin. L riginalité de cette saisine par rapprt aux cnditins habituelles d exercice de sa missin n a pas été sans cnséquences sur les mdalités seln lesquelles a été cnduite ntre étude. 1) Le champ de l évaluatin L étude devait être centrée sur la li n Cependant, la démarche glbale adptée par le législateur lui-même en 1994 et les évidentes cmplémentarités unissant le texte dnt nus étins saisis et la li n relative au respect du crps humain cnduisaient à s écarter d une appréciatin trp " sectrielle ". L Office nus en ayant laissé la latitude, nus avns même jugé utile de cnsacrer, au-delà du blc législatif de 1994, quelques auditins aux prblèmes que pse aux chercheurs l applicatin de la li du 20 décembre 1988 relative à la prtectin des persnnes qui se prêtent à des recherches bimédicales. Evaluer l applicatin de la li cnsistait d abrd à apprécier ses cnditins de mise en œuvre, à relever les bstacles rencntrés et à vérifier l adéquatin des règles aux bjectifs visés. Mais cela nus cnduisait aussi à replacer les nrmes juridiques dans l évlutin des cnnaissances et des techniques afin de mesurer leur capacité d adaptatin à cette dernière et les risques éventuels d bslescence, puisque cette préccupatin fndait en grande partie la démarche adptée par le législateur de L ampleur des buleversements scientifiques qui se snt prduits depuis cinq ans mntre que cette précautin était sage et incitera sans dute à pérenniser le principe d une révisin péridique dnt le rythme reste à déterminer. La li devait être également replacée dans sn envirnnement internatinal. On peut suligner, sans faire preuve d un esprit ccardier, que la cnstructin législative engagée en 1988 et pursuivie en 1994 allait bien au delà des dispsitins prises par d autres pays et qu elle a

13 pu inspirer la rédactin de la Cnventin eurpéenne sur les drits de l hmme et la bimédecine signée à Ovied en 1996 et de la Déclaratin universelle sur le génme humain et les drits de l hmme adptée par l Assemblée générale des Natins-Unies en décembre Ces avancées très psitives ne divent pas cnduire à ignrer la disparité des répnses qui peuvent être dnnées d un Etat à l autre à des questins aussi essentielles que le clnage humain, la brevetabilité du génme, la recherche sur l embryn u l utilisatin des tests génétiques. La recherche n a pas de frntières et le législateur ne peut se satisfaire d un " splendide islement " s il veut cnférer une réelle efficacité aux règles édictées à l écheln natinal. 2) La méthde L bjectif de ntre étude n était pas de préjuger les chix futurs du législateur mais d éclairer la réflexin des cmmissins parlementaires qui préparernt l examen en séance plénière du prjet de li présenté par le Guvernement. C est dire qu n truvera dans ce rapprt plus d interrgatins que de répnses. Dans certains cas, des slutins nt pu être suggérées. Dans d autres ntamment pur ce qui cncerne la recherche sur l embryn in vitr- nus nus en smmes tenus à une présentatin des psitins en présence et des différentes vies qui peuvent être empruntées. Aller plus lin eût été utrepasser ntre rôle. Nus nus smmes appuyés, pur mener à bien ce travail, sur deux surces d infrmatin : l avis des chercheurs, praticiens et " usagers " recueilli au curs des auditins qui nt été rganisées de mai à décembre Bien que leur cntenu ait été largement repris dans le crps du rapprt, il nus a paru utile d en faire figurer en annexe le cmpte rendu exhaustif ; la réflexin menée parallèlement par d autres instances. Nus avns pu utilement nus référer au très riche rapprt (" Réflexins sur le drit de la santé ") publié par le Cnseil d Etat en 1998, aux avis du Cmité cnsultatif natinal d éthique, de l Académie de médecine et du Cnseil natinal de l rdre des médecins publiés en juin 1998, au rapprt établi en 1997 par la Cmmissin natinale de médecine et de bilgie de la reprductin et du diagnstic prénatal. L apprche eurpéenne des prblèmes nus a été facilitée par les différents avis qu a émis de 1996 à 1998 le Grupe eurpéen d éthique des sciences et des nuvelles technlgies institué par la Cmmissin eurpéenne.

14 Nus tenns enfin à exprimer ns remerciements aux tris experts qui nus nt apprté le cncurs de leur cmpétence éclairée tut au lng de ce travail : M. Claude GRISCELLI, directeur général de l INSERM, le dcteur Laurence ESTERLE, respnsable du service des prgrammes de l INSERM, et M. Jean-Pierre DUPRAT, prfesseur de drit public à l Université Mntesquieu-Brdeaux IV.

15 PREMIÈRE PARTIE : OBSERVATIONS GÉNÉRALES On expsera ici, utre un bilan de l applicatin réglementaire de la li, un certain nmbre de remarques synthétisant des cnstatatins dévelppées dans les deux autres parties du rapprt. I. LA LOI ET LES DÉCRETS D APPLICATION : LENTEURS ET RETARDS La parutin tardive des textes réglementaires cnditinnant l applicatin des lis cnstitue un mal récurrent sur lequel les parlementaires interpellent régulièrement le puvir exécutif et dnt les spécialistes de la science administrative fnt vlntiers un sujet d étude. Il est vrai que le législateur cntribue lui-même à l entretenir en impsant trp systématiquement l exigence d un décret en Cnseil d Etat pur des dispsitins qui se satisferaient d une place mins élevée dans la hiérarchie des nrmes administratives. Mais il cnvient de remarquer que ces effets dilatires snt particulièrement préjudiciables lrsqu ils s appliquent à un texte dnt la lngévité a été vlntairement réduite afin que sn efficacité puisse être appréciée au terme de cinq années d applicatin et avant une remise sur le métier. Sur certains pints, cmme n le verra, tut véritable travail d évaluatin s avère impssible, sit que la li vienne tut juste d être effectivement mise en œuvre, sit qu elle n ait encre truvé aucun cmmencement d exécutin. Cet incnvénient mérite d être suligné cmpte tenu de la tendance de plus en plus fréquente, et dans sn principe parfaitement justifiée, visant à sumettre les textes législatifs à des révisins péridiques lrsqu ils s appliquent à des matières scientifiques et techniques sujettes à des buleversements rapides. 1. Le bilan Les tableaux ci-après dressent l état de la mise en applicatin réglementaire pur chacun des chapitres de la li du 29 juillet DON ET UTILISATION DES ÉLÉMENTS ET PRODUITS DU CORPS HUMAIN A - Textes publiés (par rdre chrnlgique)

16 Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Article 4, L Article 2, L Article 5, L à L Article 4, L Article 5, L Article 5, L Article 6, L Article 5, L 671-7, alinéa Objet Dtatin de l'efg Prduits du crps humain auxquels ne s'appliquent pas les articles L à L Prélèvements d'rganes sur persnnes vivantes Hmlgatin des règles de répartitin et d'attributin des greffns Cnditins d'établissement du cnstat de la mrt Cnditins d'autrisatin des établissements effectuant des prélèvements d'rganes Cnditins d'autrisatin des établissements effectuant des prélèvements de tissus Fnctinnement et gestin du registre des refus de prélèvement d'rganes pst mrtem Date de publicatin Décret n du 10/10/94 Décret n du 04/08/95 Décret n du 29/04/96 Arrêté du 06/11/96 Décret n du 02/12/96 Décret n du 01/04/97 Décret n du 30/05/97

17 3 Article 2, L Règles de sécurité sanitaire applicables au prélèvement et à la cllecte de prduits du crps humain à des fins thérapeutiques Décret n du 09/10/97 B - Textes en attente Surce législative Article 2, L Article 2, L , alinéa 3 Article 5, L Article 6, L Article 6, L , alinéa 2 Article 6, L Article Objet Mdalités de rembursement des frais engagés par une persnne qui se prête au prélèvement d'éléments de sn crps u à la cllecte de ses prduits Cnditins dans lesquelles s'exerce la vigilance cncernant les éléments et prduits du crps humain, les prduits autres que les médicaments qui en dérivent ainsi que les dispsitifs médicaux les incrprant Liste des rganes qui peuvent être cnservés Déterminatin des situatins médicales dans lesquelles le prélèvement de tissus et de cellules et la cllecte de prduits sur une persnne décédée snt autrisés Cnditins d'autrisatin des établissements effectuant la transfrmatin, la cnservatin, la distributin et la cessin de tissus et cellules Règles financières et écnmiques applicables à la transfrmatin, la distributin et la cessin des tissus et cellules Déterminatin des activités de greffes de tissus

18 6, L Article 6, L Article 7, L et cellules requérant une haute technicité u nécessitant des dispsitins particulières dans l'intérêt de la santé publique Cnditins et mdalités de délivrance des autrisatins de prcéder à la transfrmatin, distributin, cessin et greffes de tissus et cellules Cnditins à remplir par les établissements u rganismes réalisant des préparatins cellulaires à partir du prélèvement de cellules suches hématpïétiques et de cellules smatiques mnnucléées. Cf., en utre, les décrets d'applicatin des articles L 676-2, L et L relatifs aux thérapies génique et cellulaire, résultant de la li n du 28 mai 1996 prtant diverses mesures d'rdre scial. ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) A - Textes publiés (par rdre chrnlgique) Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Objet Date publicatin de Article 8, L Obligatins relatives à la cnservatin des embryns Décret n du 06/05/ 95 Article 8, L Définitin des actes cliniques et bilgiques d'amp Décret n du 06/05/

19 Article 8, L , alinéa 10 Article 10, L 184-1, alinéa 4, et L 673-5, alinéa 2 Article 11, L et L Article 11, L Article 11, L 184-3, alinéa 5 Règles de sécurité sanitaire relatives à l'amp Fnctinnement des rganismes et établissements pratiquant les activités de recueil, traitement, cnservatin et cessin de gamètes et bligatins auxquelles ils snt tenus Fnctinnement des établissements et labratires pratiquant l'amp Etablissement et cnservatin des registres relatifs aux gamètes et embryns cnservés par les établissements et labratires autrisés Organisatin et fnctinnement de la Cmmissin natinale de médecine et de bilgie de la 95 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 12/11/ 96 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 12/11/ 96 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du

20 Article 8, L 152-8, alinéa 6 Article 14, L , alinéa 6 Article 11, L reprductin et du diagnstic prénatal Cnditins d'autrisatin des études menées sur l'embryn Autrisatin des établissements pratiquant le diagnstic préimplantatire Mdalités de présentatin du rapprt annuel d'activité des établissements u labratires autrisés à pratiquer l'amp et le DPN 06/05/ 95 Décret n du 27/05/ 97 Décret n du 24/03/ 98 2 arrêté s du 10/02/ 98 B - Texte en attente Surce législative Article 8, L 152-5, alinéa 7 Objet Mdalités d'applicatin de la prcédure d'accueil d'embryn DIAGNOSTIC PRÉNATAL (DPN) Textes publiés (par rdre chrnlgique) Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Objet Date de publicatin

21 Article 12, L , alinéa 2 Article 12, L , alinéa 4 Cnditins de réalisatin des analyses de cytgénétique et de bilgie en vue d'établir un DPN Missin, rôle et cnditins de créatin et d'agrément des centres de DPN pluridisciplinaires Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 28/05/ 97 Décret n du 28/05/ 97 (Textes en attente : néant) MÉDECINE PRÉDICTIVE ET IDENTIFICATION GÉNÉTIQUE Texte publié Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Article 22, L Objet Agrément des persnnes habilitées à prcéder à des identificatins par empreintes génétiques Date de publicatin Décret n du 06/02/ 97 (Textes en attente : néant) Vir cependant le décret d'applicatin de la li n du 4 février 1995

22 qui dit préciser les cnditins de prescriptin et de réalisatin des tests. COMITÉ CONSULTATIF NATIONAL D'ÉTHIQUE (CCNE) Texte publié Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Article 23 Objet Cmpsitin et fnctinnem ent du CCNE Date de publicatin Décret n du 29/05/ 97 (Textes en attente : néant) Plusieurs cnstats s impsent à la lecture de ces tableaux. S agissant de la partie " greffes " de la li, plusieurs décrets essentiels pur sa mise en œuvre (autrisatin des établissements, registre des refus, règles de sécurité sanitaire) nt subi un retard variant entre 32 et 39 mis. L installatin du registre des refus n a été effective qu au début de l été Restent par ailleurs en suffrance les dispsitins relatives au rembursement des frais engagés par les dnneurs et la réglementatin applicable aux activités de greffe de tissus et cellules, d une part, de cnservatin, transfrmatin, distributin, cessin, imprtatin et exprtatin de tissus et cellules, d autre part. Il cnvient en utre de suligner le blcage qui affecte la mise en œuvre des dispsitins relatives aux thérapies géniques et cellulaires, primitivement renvyées au puvir réglementaire par la li de 1994 puis insérées dans la li du 28 mai 1996 prtant diverses mesures d rdre sanitaire, scial et statutaire. Plus de 32 mis après la

23 prmulgatin de ce texte, les prcédures d autrisatin des établissements u rganismes, d autrisatin des prduits de thérapie génique et cellulaire et les prtcles d essai des thérapies géniques snt tujurs suspendus à la parutin des décrets d applicatin. Dans le dmaine de l assistance médicale à la prcréatin et du diagnstic prénatal, les retards nt été beaucup mins sensibles pur ce qui tuche à l rganisatin et au fnctinnement des structures d AMP, les difficultés venant ici davantage, cmme n l analysera plus lin, des cnditins dans lesquelles nt été délivrés les autrisatins et les agréments. Sur deux pints essentiels, cependant, la li n a pu être mise en œuvre que très tardivement : les cnditins d autrisatin des études menées sur l embryn nt été fixées par le décret du 27 mai Cncrètement, cmme a pu le suligner le prfesseur JOUANNET lrs de sn auditin, un prjet d étude financé par la Délégatin à la recherche clinique de l AP-HP en 1996 a dû attendre, pur être sumis à l agrément de la Cmmissin natinale de médecine et de bilgie de la reprductin et du diagnstic prénatal (CNMBRDP), la parutin du décret en mai 1997 puis celle, en avril 1998, d un frmulaire réglementaire sans qu une décisin ait pu être prise avant la fin nvembre de la même année ; la pratique du diagnstic préimplantatire ne débutera que dans le curant de l année 1999 : le décret fixant les cnditins d autrisatin des établissements n a été publié que le 24 mars 1998 et l évaluatin des praticiens admis à le mettre en œuvre pse des prblèmes délicats tenant au faible nmbre d experts français en cette matière ; quant à la prcédure d accueil d un embryn par un cuple tiers, elle n a pu recevir, faute de texte, aucun cmmencement d applicatin. Sujette, dans sn principe même, à de nmbreuses critiques, sera-t-elle recnsidérée avant même d avir pu être mise à l épreuve? En ce qui cncerne, enfin, les dispsitins relatives à la médecine prédictive, à l identificatin génétique et à la recherche génétique, le décret du 6 février 1997 a bien fixé les cnditins d agrément des persnnes habilitées à pratiquer les tests, mais la li n du 4 février 1995 prtant diverses dispsitins d rdre scial a ensuite renvyé les cnditins de prescriptin et de réalisatin des tests à un texte réglementaire qui n est pas encre paru et tute évaluatin de la li est dnc sur ce pint impssible.

24 2. Les causes invquées La Directin générale de la santé suligne que les retards, parfis cnsidérables, qui nt affecté la parutin des textes d applicatin ne tiennent pas à des prblèmes d rdre éthique mais à des difficultés techniques, ntamment pur la partie de la li relative aux dns d rganes. Ces textes abrdaient des champs nuveaux nécessitant le recurs à une expertise médic-scientifique afin d'en garantir l'adéquatin à la science et l'applicabilité. C'était ntamment le cas pur les banques de tissus, activité mal cnnue impliquant une recnnaissance du terrain avec le cncurs de l'efg et une inspectin des services décncentrés précédée d'une frmatin des persnnels. L'expertise n'a pu être mise en œuvre qu'après l'installatin du Cnseil médical et scientifique de l'efg. Pur certains textes, l'élabratin des règles de bnne pratique devait précéder la parutin du décret d'applicatin. Pur d'autres (cnstat de la mrt, registre des refus, banques de tissus, thérapie cellulaire, médecine prédictive), une crdinatin devait s'établir entre plusieurs centres d'expertise. Certaines dispsitins de la li snt d'une particulière cmplexité : les mdalités du cnsentement divent être mises en œuvre par des médecins qui n'nt pas une frmatin juridique ; les cellules à usage thérapeutique snt sumises à des régimes très diversifiés : cellules sanguines, cellules suches hématpïétiques, cellules à autre destinatin que la thérapie cellulaire, thérapie cellulaire, thérapie génique, melle sseuse. Certaines dispsitins psent des prblèmes d'interprétatin : ainsi en va-t-il des règles tuchant le cnsentement applicable aux prélèvements pst mrtem. L'abndance des textes d'applicatin à élabrer (32 au ttal) cntraste avec les myens limités en persnnel de la DGS (2 fnctinnaires du cadre A, effectif récemment prté à 3). Il a dnc fallu établir un rdre de prirités tenant cmpte de la mise en place des structures de cnservatin (sumises à l'agrément de la CNMBRDP), sachant par ailleurs que les textes existant dans le cadre

25 de la législatin antérieure permettaient dans certains cas de parer au risque de vide juridique. On ajutera à ces diverses explicatins les effets " en cascade " qu a prduits la perspective, jugée prche à partir d une certaine date, de nuvelles dispsitins législatives. Ainsi a-t-n retardé la mise au pint des décrets relatifs à la vigilance d une part, au régime des cellules d autre part, jusqu à l adptin de la li du 1 er juillet 1998 sur la sécurité sanitaire. II. LA LOI ET LES PRINCIPES : DE QUELQUES DIFFICULTÉS DE MISE EN ŒUVRE Si la méthde glbale adptée par le législateur en 1994 n a pas cnduit à instaurer une hiérarchie entre les lis n 653 et 654, puisqu un certain nmbre de règles fndamentales se truvent énncées dans l une et l autre, la secnde n en a pas mins eu pur fnctin essentielle de traduire " techniquement " dans le Cde de la santé publique les principes que la première avait inscrits dans le Cde civil. La pratique a révélé un certain nmbre de décalages résultant du cntenu même de la li u de ses mdalités d applicatin. 1. Le cnsentement préalable Tut en cnsacrant ce principe fndamental, la li n 654 y a apprté, pur des raisns pratiques, une atténuatin en sumettant à la règle du cnsentement présumé la plupart des prélèvements d rganes sur persnnes décédées. Cette présmptin n a véritablement de sens que si le public en est crrectement infrmé. Or, les actins en ce dmaine restent encre trp limitées. Le champ d applicatin de ce cnsentement présumé n a pas été clairement précisé par la li, dnt les difficultés d interprétatin nt cmpliqué l élabratin des textes d applicatin. Il sera sans dute nécessaire de distinguer plus nettement le régime des autpsies, celui des prélèvements à visée thérapeutique et celui des prélèvements à visée scientifique. Le principe du cnsentement n a pas été frmellement appliqué aux résidus pératires ni, fait plus préccupant encre, aux prélèvements sur embryns et fœtus mrts qui se truvent ainsi placés à cet égard dans une srte de " n man s land juridique ". Dans certains cas, le décret a dû pallier les missins de la li pur rganiser une infrmatin cmplète du patient, préalable indispensable

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE N.B. : Le masculin est utilisé au sens générique; il désigne autant les femmes que les hmmes ARTICLE 1 OBJET 1. La Faculté de médecine de l

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LA PROTECTION DES LOGICIELS CADRE LÉGISLATIF Li du 3 juillet 1985 : recnnaissance du lgiciel cmme œuvre de l esprit Directive cmmunautaire du 14

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES

GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES GUIDE DU PROGRAMME DE VÉRIFICATION DE LA CONFORMITÉ ET DE L UTILISATION DES DONNÉES DU FICHIER CENTRAL DES SINISTRES AUTOMOBILES Nvembre 2009 Table des matières Intrductin...1 1. Règles de cnfrmité...3

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis Cnstat Désrmais, tutes les entreprises, même les plus petites, se divent d'être présentes sur Internet. La créatin de sites demeure cûteuse, particulièrement en termes de maintenance. Le marché manque

Plus en détail

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience

Créer un outil pour les non-professionnels de la statistique : Récit d une expérience Créer un util pur les nn-prfessinnels de la statistique : Récit d une expérience Stéphane HERAULT cntact@adscience.fr I. INTRODUCTION Dcteur en Bilgie-Santé, les quelques années pendant lesquelles j ai

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS Guide d intégrité dans la cnduite des affaires Plitiques glbales Service Éthique & Cnfrmité La relatin de bimérieux avec ses partenaires Chez bimérieux, nus

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE Snt éligibles au de la Fndatin Médéric Alzheimer les thèses de dctrat en sciences humaines et sciales et en santé publique sutenues entre le 15 septembre 2013 et le 31 mai 2015 et

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

I N A M I Institut National d Assurance Maladie-Invalidité

I N A M I Institut National d Assurance Maladie-Invalidité I N A M I Institut Natinal d Assurance Maladie-Invalidité Circulaire aux Offices de tarificatin Circ. OT 2011/023 Service des Sins de Santé Crrespndant: Blandine Divry Attaché Tél: 02/739 78 01 Fax: 02/739

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE?

FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? FOCUS: LA PARTICIPATION A LA PERMANENCE DES SOINS EST- ELLE TOUJOURS VOLONTAIRE? Plusieurs d entre vus se snt plaints du fait que, malgré le fait qu ils sient nn vlntaires pur participer à la permanence

Plus en détail

En collaboration avec la direction territoriale du MFA

En collaboration avec la direction territoriale du MFA Prpsitins pur faciliter l utilisatin de l Entente de services de garde à cntributin réduite. En cllabratin avec la directin territriale du MFA Nus recherchns des slutins visant à : Simplifier le prcessus;

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Scénario 2 : La promesse

Scénario 2 : La promesse Scénari 2 : La prmesse D enise est infirmière auxiliaire autrisée depuis 10 ans, Elle exerce dans une clinique externe d un grand hôpital général. Aujurd hui, elle est chargée de prendre sin d Amanda,

Plus en détail

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES

INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCES 1.1. Qualificatin juridique En applicatin de la directive eurpéenne 2002/92/CE du 9 décembre 2002 sur l intermédiatin en assurance (dite DIA), l article L. 511-1 I du Cde des

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline Jeux d argent : l apprt de l autdiscipline Le secteur des jeux de hasard et d argent se dte de règles déntlgiques par sa publicité EN RESUME Les annnceurs du secteur des jeux de hasard et d argent nt suhaité

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

Délibération n 01/2014

Délibération n 01/2014 Délibératin n 01/2014 instituant un régime de licence pur la pêche prfessinnelle autur des Dispsitifs Cncentrateurs de Pissns ancrés dans les eaux du département de la Réunin. Vu le règlement (CE) n 2371/2002

Plus en détail

Vu le code Général des Collectivités Territoriales, et notamment les articles L.5214-27 et L.5721-1 et suivant,

Vu le code Général des Collectivités Territoriales, et notamment les articles L.5214-27 et L.5721-1 et suivant, REPUBLIQUE FRANÇAISE -------------------------- DEPARTEMENT LANDES EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE D YCHOUX NOMBRE DE MEMBRES Afférents au Cnseil Municipal En exercice

Plus en détail

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires

Groupe ERAMET. MODIFICATION CGT - Rajouter avenant 1 et 2 Paris le 18 octobre 2012. Préambule. 1. Salariés bénéficiaires Grupe ERAMET Accrd Cmpte Epargne Temps Grupe MODIFICATION CGT - Rajuter avenant 1 et 2 Paris le 18 ctbre 2012 Préambule La Directin du Grupe ERAMET et les Organisatins Syndicales nt suhaité cmpléter les

Plus en détail

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs Dssier de Presse 1 ier guide Interactif pur créateurs et entrepreneurs «Une applicatin innvante accmpagnée par les leaders du marché» www.e-parcurs.fr (Micrsft, Gan Assurances, Cegid, Accr Services France,

Plus en détail

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI AIGUISEZ VOTRE APPROCHE DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU Vus êtes: ROYAUME-UNI A LONDRES LE JEUDI 3 DECEMBRE 2009 - Distributeur - E-cmmerçant - Respnsable e-cmmerce - Respnsable d agence

Plus en détail

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014 Cadre d interventin des aides versées aux emplyeurs d apprentis : Créatin d une aide au recrutement à cmpter du 1 er juillet 2014 Adpté par délibératin 15.03.21.19 du 20.03.2015 et abrgeant les délibératins

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Avenir des GAEC Agrément et transparence

Avenir des GAEC Agrément et transparence Analyse/résumé Janvier 2015 PAC 2014-2020 Avenir des GAEC Agrément et transparence Pôle réginal Écnmie & Prspective La France a btenu dans la négciatin cmmunautaire sur la PAC de faire inscrire juridiquement

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

Nouveautés apportées à l assessment-tool

Nouveautés apportées à l assessment-tool Nuveautés apprtées à l assessment-tl La dcumentatin et les utils d aide de Friendly Wrk Space snt régulièrement révisés, actualisés et dévelppés. Ainsi, la directive a une nuvelle fis été mise à jur en

Plus en détail

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA

ÉTAPES CLÉS DE LA RÉPONSE AUX VIOLATIONS DU RESPECT DE LA AVIS DE PRATIQUE DE L OMBUDSMAN DU MANITOBA Les avis de pratique snt préparés par l Ombudsman du Manitba afin d aider les persnnes qui utilisent la législatin. Leur bjet en est un de cnseil seulement et

Plus en détail

REGLEMENT INTERNE de l Unité de Recherche CIAMS

REGLEMENT INTERNE de l Unité de Recherche CIAMS Déclaratin générale : REGLEMENT INTERNE de l Unité de Recherche CIAMS L unité de recherche dénmmée «Cmplexité, Innvatin et Activités Mtrices et Sprtives» (CIAMS) a pur vcatin de favriser le dévelppement

Plus en détail

REGLEMENT COMPLET «3D World Koksijde»

REGLEMENT COMPLET «3D World Koksijde» REGLEMENT COMPLET «3D Wrld Kksijde» ARTICLE 1 Sciété rganisatrice ASSA ABLOY, situé au Heide 9, 1780 Wemmel, rganise du 03/07/2015 au 31/07/2015 inclus un jeu natinal avec bligatin d achat appelé «Yale

Plus en détail

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté

Procédure de Gestion de la présence au travail et du Retour au travail adapté Prcédure de Gestin de la présence au travail et du Retur au travail adapté déculant de la plitique intégrée en santé, sécurité et bien-être au travail (2012) DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

CACES ou autorisation de conduite?

CACES ou autorisation de conduite? ntre réussite : vus faire réussir CACES u autrisatin de cnduite? pur être autrisé à cnduire un charit élévateur Sit le salarié passe un certificat «cariste» CACES = Certificat d Aptitude à la Cnduite En

Plus en détail

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1 Cllque 07-05-2015 Rapprt de l'atelier 1 P.1 MON PLAN D'URGENCE COMMUNAL: À QUEL NIVEAU EN EST-IL ET COMMENT CONCRÈTEMENT LE FAIRE AVANCER? QUESTION 1: COMMENT ÉTABLIR UN ÉTAT DES LIEUX DE MON PLAN D URGENCE

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes :

DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes : CAHIER DE PROGRAMME TECHNOLOGIE DE RADIODIAGNOSTIC (142.A0) DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pur btenir un diplôme d études cllégiales, vus devez avir satisfait aux tris cnditins suivantes : 1. Avir

Plus en détail

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale La Burse Étienne-Beauclair Banque Natinale Burse d' excellence destinée aux persnnes ayant une déficience visuelle pur la réalisatin de prjets nvateurs 15 000 $ Dépsez vs candidatures entre Le 15 décembre

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP»

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» Département de la frmatin et de la sécurité Service de l'enseignement Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» 2 Table

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services

Qualité de service. Business Together with Microsoft Online Services Cnventin de Services Applicatins Managées Qualité de service Business Tgether with Micrsft Online Services La présente annexe spécifie les engagements de qualité de service applicables au service «Business

Plus en détail

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique

Article I - Objet. Article II - Conditions d'utilisation de la eboutique Identificatin du prestataire de service Nm et adresse : TransGirnde Tel : 0974 500 033 Fax : S.A.S. au capital de RCS Siret : - APE : E-mail : Site web : transgirnde.fr Ci-après dénmmée : TransGirnde Cnditins

Plus en détail

L Association sans but lucratif, asbl

L Association sans but lucratif, asbl L Assciatin sans but lucratif, asbl 1. Intrductin Lrsque deux u plusieurs persnnes s'asscient pur mettre des activités u des biens en cmmun, cette cllabratin est qualifiée, du pint de vue juridique, de

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions Dns des entreprises Vus êtes une entreprise, relevant de l IS (impôt sur les sciétés) u de l IR (impôt sur le revenu)? Vus puvez apprter un sutien matériel à une assciatin u une fndatin à travers des pératins

Plus en détail

Division des Statistiques du Commerce Extérieur

Division des Statistiques du Commerce Extérieur Fnctin : Chef de Service Statistiques des Imprtatins Versin : FONCTION : CHEF DE SERVICE STATISTIQUES DES IMPORTATIONS DEPARTEMENT : DIVISION : SERVICE : RESPONSABLE HIERARCHIQUE : RESPONSABLE FONCTIONNEL

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

PAR CES MOTIFS. Renvoie les parties à se pourvoir au principal ainsi qu'elles aviseront, mais dès à présent,

PAR CES MOTIFS. Renvoie les parties à se pourvoir au principal ainsi qu'elles aviseront, mais dès à présent, Cnstructin prjet 09.03.2015 PAR CES MOTIFS Le Président du Tribunal de grande instance, Juge des référés, statuant publiquement, par rdnnance, Renvie les parties à se purvir au principal ainsi qu'elles

Plus en détail

Projets petite enfance enfance

Projets petite enfance enfance 17/5/10 Réunin petite enfance éléments préparatires page 1/5 Prjets petite enfance enfance Cmité de suivi schéma fil d échanges : Rappel des champs relatifs à la préparatin du Cntrat Enfance Jeunesse (CEJ)

Plus en détail

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN

GUIDE pour la CONDUITE D ENTRETIEN GUIDE pur la CONDUITE D ENTRETIEN - 1 - 1. La situatin d entretien L entretien s éligne des échanges spntanés que l n rencntre qutidiennement en situatin de travail. Une situatin finalisée à durée limitée

Plus en détail