ASSEMBLÉE NATIONALE RAPPORT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASSEMBLÉE NATIONALE RAPPORT"

Transcription

1 N 1407 N 232 ASSEMBLÉE NATIONALE SÉNAT CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE Enregistré à la présidence de l Assemblée natinale le 18 février 1999 Annexe au prcès-verbal de la séance du février 1999 OFFICE PARLEMENTAIRE D'ÉVALUATION DES CHOIX SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES RAPPORT SUR L APPLICATION DE LA LOI N DU 29 JUILLET 1994 RELATIVE AU DON ET À L UTILISATION DES ÉLÉMENTS ET PRODUITS DU CORPS HUMAIN, À L ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION ET AU DIAGNOSTIC PRÉNATAL par M. Alain CLAEYS, Député et M. Claude HURIET, Sénateur Dépsé sur le Bureau de l'assemblée natinale par M. Jean-Yves LE DÉAUT, Vice-Président de l'office. Dépsé sur le Bureau du Sénat par M. Henri REVOL, Président de l'office. Biéthique

2 TABLE DES MATIÈRES Intrductin * Première partie : Observatins générales * I La li et les décrets d applicatin : lenteurs et retards * 1. Le bilan * 2. Les causes invquées * II La li et les principes : de quelques difficultés de mise en œuvre * 1. Le cnsentement préalable * 2. L intégrité de la persnne * 3. La sécurité sanitaire * III La li et les avancées scientifiques et techniques : suplesse et évlutivité * IV La li et l encadrement des activités d assistance médicale à la prcréatin : des myens de cntrôle insuffisants * Deuxième partie : Dn et utilisatin des éléments et prduits du crps humain * I - Les bjectifs visés par le législateur de 1994 * 1. Sumettre la transplantatin à un encadrement juridique restaurant le climat de cnfiance indispensable à sn dévelppement * 1.1. Une législatin parcellaire et lacunaire * 1.2. Une cnjncture défavrable * 2. Mettre les activités de prélèvement et de transplantatin à l'abri des pratiques mercantiles *

3 3. Favriser l'expressin par les dnneurs d'un cnsentement libre et éclairé * 4. Organiser les activités de prélèvement et de transplantatin sur des bases ratinnelles et bjectives garantissant, ntamment, l'égalité d accès au dn des receveurs * 5. Garantir la sécurité sanitaire des transplantatins * II - Situatin générale de la transplantatin : dnnées statistiques * 1. Greffes d'rganes * 2. Greffes de cellules suches hématpïétiques (CSH) * 3. Prélèvements et greffes de tissus * 3.1. Crnées * 3.2. Tissus * III - Les prélèvements sur dnneur vivant * 1. La li et la pratique * 1.1. Un drit marqué par une rientatin restrictive * 1.2. Une pratique très limitée qui crrespnd à la vlnté du législateur * La situatin en France * La situatin dans les autres pays eurpéens * 2. Adaptatins et mdificatins envisageables * 2.1. Les évlutins et prgrès techniques dans le dmaine de la transplantatin avec dnneur vivant *

4 La transplantatin rénale : une pratique maîtrisée et curnnée de succès * La transplantatin hépatique : une pratique récente et peu dévelppée * La transplantatin pulmnaire : une pratique encre inusitée en France * La transplantatin cardiaque en dmin * Les greffes de cellules suches hématpïétiques (CSH) : les nuveaux types de prélèvement * 2.2. L'rigine du dn : l'pprtunité d'un élargissement des catégries de dnneurs * Pur quels mtifs? * Seln quelles mdalités? * 2.3. Le cnsentement au dn d'rgane * En cas de prélèvement sur une persnne majeure et capable * En cas de prélèvement de melle sur un mineur * Les situatins nn prévues par la li * 2.4. Le cnsentement au dn de tissus et cellules * Remarques générales *

5 Le régime des résidus pératires * Le régime des prélèvements sur embryns et fœtus mrts * IV - Les prélèvements sur persnnes décédées * 1. L'rganisatin du cnsentement seln la li de 1994 : une cnstructin juridique cmplexe traduisant une vlnté de cnciliatin entre slidarité cllective et vlnté individuelle * 2. L'applicatin de la li : une mise en œuvre tardive et certains effets critiqués * 2.1. Les prélèvements à visée thérapeutique : des résultats à ce jur difficilement mesurables * Un impact psychlgique limité, dans l'attente d'une infrmatin large et méthdique du public * La lente mise en place du registre natinal autmatisé * Le témignage de la famille : les aménagements suhaitables * 2.2. Les prélèvements médic-scientifiques : la li cmprmet-elle la pratique des autpsies? * La lettre et l'esprit des textes * Débat sur des dispsitins cntestées * 2.3. Les prélèvements pst mrtem de tissus et cellules : un encadrement qui reste à préciser *

6 V - L'encadrement des activités de prélèvement et de transplantatin * 1. Les cnditins médicales du prélèvement : principes et pratiques * 1.1. Séparatin des cmpétences et cllabratin des équipes * 1.2. Annymat et traçabilité * 2. L'autrisatin des établissements : une mise en œuvre encre partielle * 2.1. Les prélèvements et transplantatins d'rganes * 2.2. Les prélèvements, la cnservatin et l'utilisatin de tissus et cellules * 3. La répartitin et l'attributin des greffns : des règles clarifiées * 4. L'inscriptin des patients nn résidents sur la liste d'attente * 5. Circulatin transfrntière, éthique et sécurité sanitaire : la nécessaire harmnisatin eurpéenne * VI - La li face aux perspectives uvertes par la recherche * 1. Les xéngreffes : une perspective encre incertaine dnt les risques ne peuvent être évalués avec certitude * 1.1. Une réalité expérimentale pur l instant décevante * 1.2. Une cmmunauté scientifique dans l'expectative face aux risques ptentiels * 1.3. La nécessité d'un encadrement législatif *

7 2. La cnstitutin de banques de cellules suches : une ptentialité thérapeutique cnsidérable dnt le dévelppement renvie au prblème de la recherche sur l'embryn * Trisième partie : L assistance médicale à la prcréatin et le diagnstic prénatal * I - Les bjectifs visés par le législateur de 1994 * 1. Cnsacrer une apprche médicalisée de la prcréatin à partir d une définitin fndée sur les évlutins pssibles des techniques * 2. Prendre en cmpte l intérêt de l enfant à naître plutôt que le drit à l enfant * 3. Cnférer un caractère subsidiaire à l assistance médicale à la prcréatin avec tiers dnneur * 4. Sumettre les activités d assistance médicale à la prcréatin à un encadrement réglementaire strict * 5. Refuser tute réificatin de l embryn en l enturant d un certain nmbre de prtectins sans aller tutefis jusqu à lui cnférer un véritable statut * II La fécndatin in vitr en chiffres * 1. Fécndatin in vitr " classique " * 2. La fécndatin par micr-injectin intracytplasmique d un spermatzïde dans l vcyte (ICSI) * III - Les techniques d assistance médicale à la prcréatin : la li et les pratiques * 1. Une définitin très large au plan législatif mais incmplète au plan réglementaire *

8 2. Une technique pré-fécndatire qui appelle un véritable encadrement : la stimulatin varienne * 2.1. Définitin et finalité * 2.2. Les incnvénients de la stimulatin varienne * 2.3. Les slutins envisagées par diverses instances * 3. Les techniques de fécndatin in vitr : le recurs crissant aux micr-injectins * 3.1. De la FIV " classique " à l ICSI : chrnique d un succès inattendu * 3.2. Les risques des micr-injectins pur les enfants à naître : un débat qui renvie à celui, plus général, sur les méthdes de la prcréatin assistée * Les risques de la technique * Le débat sur la méthde * 4. Les techniques pst-fécndatires : le transfert multiple d embryns et la cnservatin des embryns surnuméraires * 4.1. La nn-limitatin du nmbre d embryns transférés et ses cnséquences * 4.2. La cnservatin des embryns : de l embryn " en attente " à l embryn " rphelin " * 5. La li face au dévelppement des techniques de clnage * 5.1. Les récentes avancées scientifiques *

9 5.2. Réactins internatinales et psitins angl-saxnnes * 5.3. Les barrières juridiques édifiées en 1994 snt-elles suffisantes? * IV L accès des cuples à l assistance médicale à la prcréatin * 1. Les cnditins d rdre médical * 1.1. Le diagnstic de l infertilité * 1.2. La transmissin d une maladie d une particulière gravité : le cas des cuples sér-différents * 2. Les cnditins d rdre scial * 2.1. L exigence d une durée minimale de vie cmmune pur les cuples nn mariés : mise en œuvre et pertinence * 2.2. Un cuple en âge de prcréer : critère physique u exigence sciale? * 2.3. " Un cuple vivant " : la relance du débat sur le transfert pst mrtem d embryn * 3. Le puvir de cntrôle dévlu aux praticiens * 4. L assistance médicale à la prcréatin avec tiers dnneur * 4.1. Le dn de gamètes : pratique et cntraintes * La situatin du dn : insuffisance de l ffre et timidité de la prmtin * La déterminatin légale de la qualité de dnneur : faire partie d un cuple ayant prcréé *

10 La gratuité du dn * L interdictin du dn " dirigé " et le prblème de l annymat * 4.2. La mise en œuvre de l AMP avec tiers dnneur * Le caractère d " ultime indicatin " de l AMP avec tiers dnneur (IAD) * La limitatin du nmbre des naissances à partir des gamètes d un seul dnneur * L applicatin des règles de sécurité sanitaire * V L embryn in vitr : ambiguïtés juridiques et attentes scientifiques * 1. L embryn in vitr et la li de 1994 * 1.1. L embryn hrs des catégries du drit en l absence d un statut explicite * 1.2. Un statut implicite déduit d un certain nmbre de règles prtectrices * 1.3. L embryn et la recherche : la difficile interprétatin de l article L du Cde de la santé publique * 1.4. Le diagnstic préimplantatire sur l embryn in vitr : une mise en pratique retardée * 2. Le débat relatif à l élargissement de la recherche sur l embryn : psitins françaises, eurpéennes et étrangères * 2.1. Les psitins françaises *

11 " Le respect de la vie dès sn rigine " * " La persnnificatin différée " * Les rientatins tracées par le Cmité cnsultatif natinal d éthique * 2.2. Psitins étrangères, eurpéennes et internatinales : des apprches très diversifiées * La diversité des apprches étrangères * La difficulté d une psitin eurpéenne cmmune * L absence d une prise de psitin, même nn cntraignante, à l écheln internatinal * 3. Quelle alternative pur le législateur? * VI Le diagnstic prénatal * 1. Cnsentement éclairé et cnseil génétique * 2. Les établissements et labratires autrisés à pratiquer les examens de DPN * VII L encadrement des activités d assistance médicale à la prcréatin * 1. L agrément des praticiens : spécialité, respnsabilité et multidisciplinarité * 2. L autrisatin des établissements et labratires : des myens d évaluatin et de cntrôle encre insuffisants * Cnclusin * Examen du rapprt par l Office Auditins

12 INTRODUCTION L article 21 de la li n du 29 juillet 1994 relative au dn et à l utilisatin des éléments et prduits du crps humain, à l assistance médicale à la prcréatin et au diagnstic prénatal, avait dnné cmpétence à l Office parlementaire d évaluatin des chix scientifiques et technlgiques pur prcéder à une évaluatin de sn applicatin avant que cette li ne fasse l bjet d un nuvel examen par le Parlement dans un délai de cinq ans après sn entrée en vigueur. Pur la première fis, l Office se truvait saisi par le législateur luimême d une missin d évaluatin. L riginalité de cette saisine par rapprt aux cnditins habituelles d exercice de sa missin n a pas été sans cnséquences sur les mdalités seln lesquelles a été cnduite ntre étude. 1) Le champ de l évaluatin L étude devait être centrée sur la li n Cependant, la démarche glbale adptée par le législateur lui-même en 1994 et les évidentes cmplémentarités unissant le texte dnt nus étins saisis et la li n relative au respect du crps humain cnduisaient à s écarter d une appréciatin trp " sectrielle ". L Office nus en ayant laissé la latitude, nus avns même jugé utile de cnsacrer, au-delà du blc législatif de 1994, quelques auditins aux prblèmes que pse aux chercheurs l applicatin de la li du 20 décembre 1988 relative à la prtectin des persnnes qui se prêtent à des recherches bimédicales. Evaluer l applicatin de la li cnsistait d abrd à apprécier ses cnditins de mise en œuvre, à relever les bstacles rencntrés et à vérifier l adéquatin des règles aux bjectifs visés. Mais cela nus cnduisait aussi à replacer les nrmes juridiques dans l évlutin des cnnaissances et des techniques afin de mesurer leur capacité d adaptatin à cette dernière et les risques éventuels d bslescence, puisque cette préccupatin fndait en grande partie la démarche adptée par le législateur de L ampleur des buleversements scientifiques qui se snt prduits depuis cinq ans mntre que cette précautin était sage et incitera sans dute à pérenniser le principe d une révisin péridique dnt le rythme reste à déterminer. La li devait être également replacée dans sn envirnnement internatinal. On peut suligner, sans faire preuve d un esprit ccardier, que la cnstructin législative engagée en 1988 et pursuivie en 1994 allait bien au delà des dispsitins prises par d autres pays et qu elle a

13 pu inspirer la rédactin de la Cnventin eurpéenne sur les drits de l hmme et la bimédecine signée à Ovied en 1996 et de la Déclaratin universelle sur le génme humain et les drits de l hmme adptée par l Assemblée générale des Natins-Unies en décembre Ces avancées très psitives ne divent pas cnduire à ignrer la disparité des répnses qui peuvent être dnnées d un Etat à l autre à des questins aussi essentielles que le clnage humain, la brevetabilité du génme, la recherche sur l embryn u l utilisatin des tests génétiques. La recherche n a pas de frntières et le législateur ne peut se satisfaire d un " splendide islement " s il veut cnférer une réelle efficacité aux règles édictées à l écheln natinal. 2) La méthde L bjectif de ntre étude n était pas de préjuger les chix futurs du législateur mais d éclairer la réflexin des cmmissins parlementaires qui préparernt l examen en séance plénière du prjet de li présenté par le Guvernement. C est dire qu n truvera dans ce rapprt plus d interrgatins que de répnses. Dans certains cas, des slutins nt pu être suggérées. Dans d autres ntamment pur ce qui cncerne la recherche sur l embryn in vitr- nus nus en smmes tenus à une présentatin des psitins en présence et des différentes vies qui peuvent être empruntées. Aller plus lin eût été utrepasser ntre rôle. Nus nus smmes appuyés, pur mener à bien ce travail, sur deux surces d infrmatin : l avis des chercheurs, praticiens et " usagers " recueilli au curs des auditins qui nt été rganisées de mai à décembre Bien que leur cntenu ait été largement repris dans le crps du rapprt, il nus a paru utile d en faire figurer en annexe le cmpte rendu exhaustif ; la réflexin menée parallèlement par d autres instances. Nus avns pu utilement nus référer au très riche rapprt (" Réflexins sur le drit de la santé ") publié par le Cnseil d Etat en 1998, aux avis du Cmité cnsultatif natinal d éthique, de l Académie de médecine et du Cnseil natinal de l rdre des médecins publiés en juin 1998, au rapprt établi en 1997 par la Cmmissin natinale de médecine et de bilgie de la reprductin et du diagnstic prénatal. L apprche eurpéenne des prblèmes nus a été facilitée par les différents avis qu a émis de 1996 à 1998 le Grupe eurpéen d éthique des sciences et des nuvelles technlgies institué par la Cmmissin eurpéenne.

14 Nus tenns enfin à exprimer ns remerciements aux tris experts qui nus nt apprté le cncurs de leur cmpétence éclairée tut au lng de ce travail : M. Claude GRISCELLI, directeur général de l INSERM, le dcteur Laurence ESTERLE, respnsable du service des prgrammes de l INSERM, et M. Jean-Pierre DUPRAT, prfesseur de drit public à l Université Mntesquieu-Brdeaux IV.

15 PREMIÈRE PARTIE : OBSERVATIONS GÉNÉRALES On expsera ici, utre un bilan de l applicatin réglementaire de la li, un certain nmbre de remarques synthétisant des cnstatatins dévelppées dans les deux autres parties du rapprt. I. LA LOI ET LES DÉCRETS D APPLICATION : LENTEURS ET RETARDS La parutin tardive des textes réglementaires cnditinnant l applicatin des lis cnstitue un mal récurrent sur lequel les parlementaires interpellent régulièrement le puvir exécutif et dnt les spécialistes de la science administrative fnt vlntiers un sujet d étude. Il est vrai que le législateur cntribue lui-même à l entretenir en impsant trp systématiquement l exigence d un décret en Cnseil d Etat pur des dispsitins qui se satisferaient d une place mins élevée dans la hiérarchie des nrmes administratives. Mais il cnvient de remarquer que ces effets dilatires snt particulièrement préjudiciables lrsqu ils s appliquent à un texte dnt la lngévité a été vlntairement réduite afin que sn efficacité puisse être appréciée au terme de cinq années d applicatin et avant une remise sur le métier. Sur certains pints, cmme n le verra, tut véritable travail d évaluatin s avère impssible, sit que la li vienne tut juste d être effectivement mise en œuvre, sit qu elle n ait encre truvé aucun cmmencement d exécutin. Cet incnvénient mérite d être suligné cmpte tenu de la tendance de plus en plus fréquente, et dans sn principe parfaitement justifiée, visant à sumettre les textes législatifs à des révisins péridiques lrsqu ils s appliquent à des matières scientifiques et techniques sujettes à des buleversements rapides. 1. Le bilan Les tableaux ci-après dressent l état de la mise en applicatin réglementaire pur chacun des chapitres de la li du 29 juillet DON ET UTILISATION DES ÉLÉMENTS ET PRODUITS DU CORPS HUMAIN A - Textes publiés (par rdre chrnlgique)

16 Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Article 4, L Article 2, L Article 5, L à L Article 4, L Article 5, L Article 5, L Article 6, L Article 5, L 671-7, alinéa Objet Dtatin de l'efg Prduits du crps humain auxquels ne s'appliquent pas les articles L à L Prélèvements d'rganes sur persnnes vivantes Hmlgatin des règles de répartitin et d'attributin des greffns Cnditins d'établissement du cnstat de la mrt Cnditins d'autrisatin des établissements effectuant des prélèvements d'rganes Cnditins d'autrisatin des établissements effectuant des prélèvements de tissus Fnctinnement et gestin du registre des refus de prélèvement d'rganes pst mrtem Date de publicatin Décret n du 10/10/94 Décret n du 04/08/95 Décret n du 29/04/96 Arrêté du 06/11/96 Décret n du 02/12/96 Décret n du 01/04/97 Décret n du 30/05/97

17 3 Article 2, L Règles de sécurité sanitaire applicables au prélèvement et à la cllecte de prduits du crps humain à des fins thérapeutiques Décret n du 09/10/97 B - Textes en attente Surce législative Article 2, L Article 2, L , alinéa 3 Article 5, L Article 6, L Article 6, L , alinéa 2 Article 6, L Article Objet Mdalités de rembursement des frais engagés par une persnne qui se prête au prélèvement d'éléments de sn crps u à la cllecte de ses prduits Cnditins dans lesquelles s'exerce la vigilance cncernant les éléments et prduits du crps humain, les prduits autres que les médicaments qui en dérivent ainsi que les dispsitifs médicaux les incrprant Liste des rganes qui peuvent être cnservés Déterminatin des situatins médicales dans lesquelles le prélèvement de tissus et de cellules et la cllecte de prduits sur une persnne décédée snt autrisés Cnditins d'autrisatin des établissements effectuant la transfrmatin, la cnservatin, la distributin et la cessin de tissus et cellules Règles financières et écnmiques applicables à la transfrmatin, la distributin et la cessin des tissus et cellules Déterminatin des activités de greffes de tissus

18 6, L Article 6, L Article 7, L et cellules requérant une haute technicité u nécessitant des dispsitins particulières dans l'intérêt de la santé publique Cnditins et mdalités de délivrance des autrisatins de prcéder à la transfrmatin, distributin, cessin et greffes de tissus et cellules Cnditins à remplir par les établissements u rganismes réalisant des préparatins cellulaires à partir du prélèvement de cellules suches hématpïétiques et de cellules smatiques mnnucléées. Cf., en utre, les décrets d'applicatin des articles L 676-2, L et L relatifs aux thérapies génique et cellulaire, résultant de la li n du 28 mai 1996 prtant diverses mesures d'rdre scial. ASSISTANCE MÉDICALE À LA PROCRÉATION (AMP) A - Textes publiés (par rdre chrnlgique) Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Objet Date publicatin de Article 8, L Obligatins relatives à la cnservatin des embryns Décret n du 06/05/ 95 Article 8, L Définitin des actes cliniques et bilgiques d'amp Décret n du 06/05/

19 Article 8, L , alinéa 10 Article 10, L 184-1, alinéa 4, et L 673-5, alinéa 2 Article 11, L et L Article 11, L Article 11, L 184-3, alinéa 5 Règles de sécurité sanitaire relatives à l'amp Fnctinnement des rganismes et établissements pratiquant les activités de recueil, traitement, cnservatin et cessin de gamètes et bligatins auxquelles ils snt tenus Fnctinnement des établissements et labratires pratiquant l'amp Etablissement et cnservatin des registres relatifs aux gamètes et embryns cnservés par les établissements et labratires autrisés Organisatin et fnctinnement de la Cmmissin natinale de médecine et de bilgie de la 95 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 12/11/ 96 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 12/11/ 96 Décret n du 06/05/ 95 Décret n du

20 Article 8, L 152-8, alinéa 6 Article 14, L , alinéa 6 Article 11, L reprductin et du diagnstic prénatal Cnditins d'autrisatin des études menées sur l'embryn Autrisatin des établissements pratiquant le diagnstic préimplantatire Mdalités de présentatin du rapprt annuel d'activité des établissements u labratires autrisés à pratiquer l'amp et le DPN 06/05/ 95 Décret n du 27/05/ 97 Décret n du 24/03/ 98 2 arrêté s du 10/02/ 98 B - Texte en attente Surce législative Article 8, L 152-5, alinéa 7 Objet Mdalités d'applicatin de la prcédure d'accueil d'embryn DIAGNOSTIC PRÉNATAL (DPN) Textes publiés (par rdre chrnlgique) Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Objet Date de publicatin

21 Article 12, L , alinéa 2 Article 12, L , alinéa 4 Cnditins de réalisatin des analyses de cytgénétique et de bilgie en vue d'établir un DPN Missin, rôle et cnditins de créatin et d'agrément des centres de DPN pluridisciplinaires Décret n du 06/05/ 95 Décret n du 28/05/ 97 Décret n du 28/05/ 97 (Textes en attente : néant) MÉDECINE PRÉDICTIVE ET IDENTIFICATION GÉNÉTIQUE Texte publié Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Article 22, L Objet Agrément des persnnes habilitées à prcéder à des identificatins par empreintes génétiques Date de publicatin Décret n du 06/02/ 97 (Textes en attente : néant) Vir cependant le décret d'applicatin de la li n du 4 février 1995

22 qui dit préciser les cnditins de prescriptin et de réalisatin des tests. COMITÉ CONSULTATIF NATIONAL D'ÉTHIQUE (CCNE) Texte publié Surce législative (li et articles crrespndants du Cde de la santé publique) Article 23 Objet Cmpsitin et fnctinnem ent du CCNE Date de publicatin Décret n du 29/05/ 97 (Textes en attente : néant) Plusieurs cnstats s impsent à la lecture de ces tableaux. S agissant de la partie " greffes " de la li, plusieurs décrets essentiels pur sa mise en œuvre (autrisatin des établissements, registre des refus, règles de sécurité sanitaire) nt subi un retard variant entre 32 et 39 mis. L installatin du registre des refus n a été effective qu au début de l été Restent par ailleurs en suffrance les dispsitins relatives au rembursement des frais engagés par les dnneurs et la réglementatin applicable aux activités de greffe de tissus et cellules, d une part, de cnservatin, transfrmatin, distributin, cessin, imprtatin et exprtatin de tissus et cellules, d autre part. Il cnvient en utre de suligner le blcage qui affecte la mise en œuvre des dispsitins relatives aux thérapies géniques et cellulaires, primitivement renvyées au puvir réglementaire par la li de 1994 puis insérées dans la li du 28 mai 1996 prtant diverses mesures d rdre sanitaire, scial et statutaire. Plus de 32 mis après la

23 prmulgatin de ce texte, les prcédures d autrisatin des établissements u rganismes, d autrisatin des prduits de thérapie génique et cellulaire et les prtcles d essai des thérapies géniques snt tujurs suspendus à la parutin des décrets d applicatin. Dans le dmaine de l assistance médicale à la prcréatin et du diagnstic prénatal, les retards nt été beaucup mins sensibles pur ce qui tuche à l rganisatin et au fnctinnement des structures d AMP, les difficultés venant ici davantage, cmme n l analysera plus lin, des cnditins dans lesquelles nt été délivrés les autrisatins et les agréments. Sur deux pints essentiels, cependant, la li n a pu être mise en œuvre que très tardivement : les cnditins d autrisatin des études menées sur l embryn nt été fixées par le décret du 27 mai Cncrètement, cmme a pu le suligner le prfesseur JOUANNET lrs de sn auditin, un prjet d étude financé par la Délégatin à la recherche clinique de l AP-HP en 1996 a dû attendre, pur être sumis à l agrément de la Cmmissin natinale de médecine et de bilgie de la reprductin et du diagnstic prénatal (CNMBRDP), la parutin du décret en mai 1997 puis celle, en avril 1998, d un frmulaire réglementaire sans qu une décisin ait pu être prise avant la fin nvembre de la même année ; la pratique du diagnstic préimplantatire ne débutera que dans le curant de l année 1999 : le décret fixant les cnditins d autrisatin des établissements n a été publié que le 24 mars 1998 et l évaluatin des praticiens admis à le mettre en œuvre pse des prblèmes délicats tenant au faible nmbre d experts français en cette matière ; quant à la prcédure d accueil d un embryn par un cuple tiers, elle n a pu recevir, faute de texte, aucun cmmencement d applicatin. Sujette, dans sn principe même, à de nmbreuses critiques, sera-t-elle recnsidérée avant même d avir pu être mise à l épreuve? En ce qui cncerne, enfin, les dispsitins relatives à la médecine prédictive, à l identificatin génétique et à la recherche génétique, le décret du 6 février 1997 a bien fixé les cnditins d agrément des persnnes habilitées à pratiquer les tests, mais la li n du 4 février 1995 prtant diverses dispsitins d rdre scial a ensuite renvyé les cnditins de prescriptin et de réalisatin des tests à un texte réglementaire qui n est pas encre paru et tute évaluatin de la li est dnc sur ce pint impssible.

24 2. Les causes invquées La Directin générale de la santé suligne que les retards, parfis cnsidérables, qui nt affecté la parutin des textes d applicatin ne tiennent pas à des prblèmes d rdre éthique mais à des difficultés techniques, ntamment pur la partie de la li relative aux dns d rganes. Ces textes abrdaient des champs nuveaux nécessitant le recurs à une expertise médic-scientifique afin d'en garantir l'adéquatin à la science et l'applicabilité. C'était ntamment le cas pur les banques de tissus, activité mal cnnue impliquant une recnnaissance du terrain avec le cncurs de l'efg et une inspectin des services décncentrés précédée d'une frmatin des persnnels. L'expertise n'a pu être mise en œuvre qu'après l'installatin du Cnseil médical et scientifique de l'efg. Pur certains textes, l'élabratin des règles de bnne pratique devait précéder la parutin du décret d'applicatin. Pur d'autres (cnstat de la mrt, registre des refus, banques de tissus, thérapie cellulaire, médecine prédictive), une crdinatin devait s'établir entre plusieurs centres d'expertise. Certaines dispsitins de la li snt d'une particulière cmplexité : les mdalités du cnsentement divent être mises en œuvre par des médecins qui n'nt pas une frmatin juridique ; les cellules à usage thérapeutique snt sumises à des régimes très diversifiés : cellules sanguines, cellules suches hématpïétiques, cellules à autre destinatin que la thérapie cellulaire, thérapie cellulaire, thérapie génique, melle sseuse. Certaines dispsitins psent des prblèmes d'interprétatin : ainsi en va-t-il des règles tuchant le cnsentement applicable aux prélèvements pst mrtem. L'abndance des textes d'applicatin à élabrer (32 au ttal) cntraste avec les myens limités en persnnel de la DGS (2 fnctinnaires du cadre A, effectif récemment prté à 3). Il a dnc fallu établir un rdre de prirités tenant cmpte de la mise en place des structures de cnservatin (sumises à l'agrément de la CNMBRDP), sachant par ailleurs que les textes existant dans le cadre

25 de la législatin antérieure permettaient dans certains cas de parer au risque de vide juridique. On ajutera à ces diverses explicatins les effets " en cascade " qu a prduits la perspective, jugée prche à partir d une certaine date, de nuvelles dispsitins législatives. Ainsi a-t-n retardé la mise au pint des décrets relatifs à la vigilance d une part, au régime des cellules d autre part, jusqu à l adptin de la li du 1 er juillet 1998 sur la sécurité sanitaire. II. LA LOI ET LES PRINCIPES : DE QUELQUES DIFFICULTÉS DE MISE EN ŒUVRE Si la méthde glbale adptée par le législateur en 1994 n a pas cnduit à instaurer une hiérarchie entre les lis n 653 et 654, puisqu un certain nmbre de règles fndamentales se truvent énncées dans l une et l autre, la secnde n en a pas mins eu pur fnctin essentielle de traduire " techniquement " dans le Cde de la santé publique les principes que la première avait inscrits dans le Cde civil. La pratique a révélé un certain nmbre de décalages résultant du cntenu même de la li u de ses mdalités d applicatin. 1. Le cnsentement préalable Tut en cnsacrant ce principe fndamental, la li n 654 y a apprté, pur des raisns pratiques, une atténuatin en sumettant à la règle du cnsentement présumé la plupart des prélèvements d rganes sur persnnes décédées. Cette présmptin n a véritablement de sens que si le public en est crrectement infrmé. Or, les actins en ce dmaine restent encre trp limitées. Le champ d applicatin de ce cnsentement présumé n a pas été clairement précisé par la li, dnt les difficultés d interprétatin nt cmpliqué l élabratin des textes d applicatin. Il sera sans dute nécessaire de distinguer plus nettement le régime des autpsies, celui des prélèvements à visée thérapeutique et celui des prélèvements à visée scientifique. Le principe du cnsentement n a pas été frmellement appliqué aux résidus pératires ni, fait plus préccupant encre, aux prélèvements sur embryns et fœtus mrts qui se truvent ainsi placés à cet égard dans une srte de " n man s land juridique ". Dans certains cas, le décret a dû pallier les missins de la li pur rganiser une infrmatin cmplète du patient, préalable indispensable

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016 APPEL À COMMUNICATIONS Cllque internatinal sur la mesure des prduits culturels numériques 9 au 11 mai 2016 Date limite de sumissin : 29 ctbre 2015 Cntexte La transfrmatin numérique des mdes de créatin,

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

Luxembourg, le 25 février 2008. Le processus de Bologne et les carrières auprès de la Fonction publique. Dossier de presse

Luxembourg, le 25 février 2008. Le processus de Bologne et les carrières auprès de la Fonction publique. Dossier de presse Luxemburg, le 25 février 2008 Le prcessus de Blgne et les carrières auprès de la Fnctin publique Dssier de presse 1 Le prcessus de Blgne et les carrières auprès de la Fnctin publique Le prcessus de Blgne

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de

Programme régional de soutien au développement et à la consolidation des organismes de formation spécialisée (préparatoire ou de loisir) en arts de Prgramme réginal de sutien au dévelppement et à la cnslidatin des rganismes de frmatin spécialisée (préparatire u de lisir) en arts de la Côte- Nrd À jur le 29 juin 2015 Table des matières Intrductin...

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

Réunion des entreprises d énergies renouvelables

Réunion des entreprises d énergies renouvelables Discurs de Mme Séglène Ryal Ministre de l Éclgie, du Dévelppement durable et de l Énergie Paris, le vendredi 16 janvier 2015 Réunin des entreprises d énergies renuvelables Mesdames et Messieurs, les chefs

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de travail

Modèle de règlement intérieur Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de travail Mdèle de règlement intérieur Cmité d Hygiène, de Sécurité et des Cnditins de travail Janvier 2015 Référence des textes : Le présent règlement intérieur a pur bjet de préciser, dans le cadre des lis et

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

1 OBJET DE LA CONSULTATION

1 OBJET DE LA CONSULTATION CONSULTATION DANS LE CADRE DE L ASSISTANCE SYSTEME ENVIRONNEMENTS INFORMATIQUES Z/OS, UNIX, WINDOWS AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA CONSULTATION Le CTIG suhaite btenir une assistance système

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

AVIS N 148 DU 9 OCTOBRE 2015 DU BUREAU DU CONSEIL DE L'EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEUSES

AVIS N 148 DU 9 OCTOBRE 2015 DU BUREAU DU CONSEIL DE L'EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEUSES 1 AVIS N 148 DU 9 OCTOBRE 2015 DU BUREAU DU CONSEIL DE L'EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES, RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES TRAVAILLEUSES VICTIMES DE FAUSSES COUCHES 1. JUSTIFICATION Tant

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE N.B. : Le masculin est utilisé au sens générique; il désigne autant les femmes que les hmmes ARTICLE 1 OBJET 1. La Faculté de médecine de l

Plus en détail

Coopération interdépartementale Haut-Rhin/Bas-Rhin Les exécutifs des deux Conseils Généraux examinent le projet du 3 e rapport commun

Coopération interdépartementale Haut-Rhin/Bas-Rhin Les exécutifs des deux Conseils Généraux examinent le projet du 3 e rapport commun Dssier de Presse Cpératin interdépartementale Haut-Rhin/Bas-Rhin Les exécutifs des deux Cnseils Généraux examinent le prjet du 3 e rapprt cmmun Lundi 17 septembre 2007 de 14 h 30 à 16 h salle de l Assemblée

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Orientations pour l appel à projets Recherche translationnelle en cancérologie - INCa DGOS

Orientations pour l appel à projets Recherche translationnelle en cancérologie - INCa DGOS Orientatins pur l appel à prjets Recherche translatinnelle en cancérlgie - INCa DGOS Les rientatins prpsées pur l appel 2011 snt les suivantes : l appel à prjets libres cuvre tus les champs de la recherche

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF

MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX. Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF MODELE DE DIRECTIVES SUR LE CLASSEMENT ET L ARCHIVAGE DES DOCUMENTS COMMUNAUX Micheline Guerry-Berchier, secrétaire générale ACF 1 1. Principe a. Qu entend-n par directives cmmunales? b. Intérêt de la

Plus en détail

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES

RECUEIL OFFICIEL RÈGLEMENTS, DIRECTIVES, POLITIQUES ET PROCÉDURES GESTION COURANTE Numér : 40.28 Page 1 de 13 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 2 2. OBJECTIFS... 2 3. CADRE LÉGAL ET NORMATIF... 2 4. CHAMP D APPLICATION... 3 4.1 Infrmatin et Actifs infrmatinnels... 3

Plus en détail

Fiche Liaison I.E.N./Ecoles N 2005/2006-01

Fiche Liaison I.E.N./Ecoles N 2005/2006-01 Premier Degré Circnscriptin d Olrn-Sainte-Marie http://www.ac-brdeaux.fr/primaire/64/lrn/ Olrn, le 3O aût 2005 Fiche Liaisn I.E.N./Ecles N 2005/2006-01 Au terme de ces vacances d été qui, je l espère nt

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualificatin : MQ 96 09 69 0142 (Cette fiche annule et remplace à cmpter Du 08/11//2012 la précédente fiche d identité) REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Intervention de Mme Isabelle Jégouzo L espace judiciaire européen dans le domaine pénal : dossiers d actualité

Intervention de Mme Isabelle Jégouzo L espace judiciaire européen dans le domaine pénal : dossiers d actualité SÉMINAIRE DE TRAVAIL DES MEMBRES DU RÉSEAU DES PRÉSIDENTS DES COURS SUPRÊMES DE L UNION EUROPÉENNE AVEC LES REPRÉSENTANTS DES INSTITUTIONS DE L UNION EUROPÉENNE Interventin de Mme Isabelle Jéguz L espace

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

La Fédération F3C-CFDT, représentée par M. Denis TOUATI. La Fédération CSFV-CFTC, représentée par M. Alexandre PICAUD

La Fédération F3C-CFDT, représentée par M. Denis TOUATI. La Fédération CSFV-CFTC, représentée par M. Alexandre PICAUD sur 7 travail. ECF, représenté par M. André VINCENT LECHAT Et D une part IFEC, représenté par M. Francis PRÊCHEUR Entre DE LA DUREE DU TRAVAIL - AVENANT 24 bis RELATIF AU CALCUL ANNUEL EN JOURS Branche

Plus en détail

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA.

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA. Winterthur, le 1.1.2010 Cnditins générales GEOBOX SA Technpark Winterthur Jägerstrasse 2 8406 Winterthur 1 Objet du cntrat GEOBOX SA furnit des prestatins à ses clients dans le but d assurer, autant pur

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

UNIVERSITE NOTRE DAME D HAITI Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé

UNIVERSITE NOTRE DAME D HAITI Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé Intrductin UNIVERSITE NOTRE DAME D HAITI Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé ADMISSION L admissin à la Faculté de Médecine de l Université Ntre Dame d Haïti entraîne une appartenance à l Institutin.

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S Le dispsitif du Fnds Scial d Aide aux Apprenti-e-s, entre dans le cadre d une véritable stratégie pur la sécurisatin du parcurs des Apprenti-e-s.

Plus en détail

Tiers payant social obligatoire synthèse de la situation

Tiers payant social obligatoire synthèse de la situation Tiers payant scial bligatire synthèse de la situatin Rétractes L article 53 de la li AMI a été mdifié à plusieurs reprises par Mme Onkelinx. Ces mdificatins cncernaient d une par le Tiers payant (art.53

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 Suivant les bjectifs du Réseau des femmes parlementaires des Amériques, les prirités d actin de la présidente du Réseau et les

Plus en détail

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE.

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. NOTE. Paulus jean-luis Cnseiller en Préventin Niveau 2. paulus.jean-luis@htmail.fr 1 La li du 4 aût 1996 sur le Bien-être a mdifié la terminlgie

Plus en détail

LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS. Sommaire

LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS. Sommaire NOTE D INFORMATION LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS L:/Circulaires 2009 NT/SG Réf : Rémunératin 7.4 SERVICE CARRIERE Octbre 2009 Références : - Li n 83-634 du 13 juillet 1983 prtant drits et bligatins

Plus en détail

Charte de l Audit Interne

Charte de l Audit Interne Charte appruvée par le Cnseil d Administratin de l Université de Strasburg (initiale : 08/06/2010 ; révisin : 25/09/12) Charte de l Audit Interne Charte de l Audit Interne Charte de l audit interne rganisant

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

Les solutions de paie et de gestion du personnel : du logiciel à l extermalisation

Les solutions de paie et de gestion du personnel : du logiciel à l extermalisation Les slutins de paie et de gestin du persnnel : du lgiciel à l extermalisatin Smmaire La gestin des ressurces humaines pur les PME 1. Intrductin 2. Le lgiciel 3. La paie manuelle 4. L expert cmptable 5.

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Michelle KLEIN Cnsultants SYNTHESE Réf : SYNT_LANDES DE GASCOGNE GTEC Versin : V1.1 Date : 05 nvembre 2010 PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Etude sur les ressurces humaines sur le territire du Pays des Landes

Plus en détail

LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. Le cadre législatif et règlementaire

LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL. Le cadre législatif et règlementaire Pascal Brchetn LA PÉNIBILITÉ DU PARCOURS PROFESSIONNEL Le cadre législatif et règlementaire 25 ctbre 2012 La pénibilité : un terme plysémique Pénibilité subjective/ pénibilité bjective(quelles interactins?)

Plus en détail

Que fait UNAMEC pour le secteur? Que font les membres de UNAMEC en faveur des soins de santé?

Que fait UNAMEC pour le secteur? Que font les membres de UNAMEC en faveur des soins de santé? UNAMEC est l assciatin prfessinnelle belge des fabricants, imprtateurs et distributeurs de dispsitifs médicaux et cmpte plus de 200 firmes, bn pur 80% du marché cncerné. Les membres snt subdivisés en 4

Plus en détail

Centre de réadaptation

Centre de réadaptation Centre de réadaptatin Cmment passer d une pratique clinique d expert à celui d une pratique clinique d accmpagnateur par des actes cliniques et administratifs cncrets? Intrductin Plusieurs recherches et

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION

LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LOGICIELS ET BASES DE DONNÉES PROTECTION ET VALORISATION LA PROTECTION DES LOGICIELS CADRE LÉGISLATIF Li du 3 juillet 1985 : recnnaissance du lgiciel cmme œuvre de l esprit Directive cmmunautaire du 14

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie

APPEL A PROJETS 2014. Modèles de tumeurs spontanées chez l animal pour la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A PROJETS 2014 Mdèles de tumeurs spntanées chez l animal pur la recherche translatinnelle en cancérlgie L'ITMO Cancer de l alliance natinale pur les sciences de la vie et de la santé (AVIESAN) en

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belsp.be Fiche de prjet pur les institutins publiques Cette fiche est remplie par une institutin

Plus en détail

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité Cnditins auxquelles un médecin dit répndre pur acquérir et maintenir la qualité d'accrédité (Texte appruvé par le Grupe de directin de l accréditatin du 15 février 2006) 1. Médecin bientôt agrée u récemment

Plus en détail

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015 Brdeaux, le 13 avril 2015 FICHE DE POSTE Empli repère CCN : Intitulé de pste : CONSEILLER NIVEAU II Référent Garantie Jeunes CONTEXTE ET DEFINITION La Garantie Jeunes est une des mesures nuvelles issues

Plus en détail

WEBSEMINAIRE. LOI NOTRe et Offices de Tourisme. Mercredi 29 juillet 2015

WEBSEMINAIRE. LOI NOTRe et Offices de Tourisme. Mercredi 29 juillet 2015 WEBSEMINAIRE LOI NOTRe et Offices de Turisme Mercredi 29 juillet 2015 Yannick BERTOLUCCI Chargé des Relatins institutinnelles Offices de Turisme de France Fédératin Natinale Li NOTRe Au prgramme La li

Plus en détail

Téléphonie mobile. Rapport du groupe d experts et avis de l Afsse du 7 juin 2005

Téléphonie mobile. Rapport du groupe d experts et avis de l Afsse du 7 juin 2005 Téléphnie mbile Rapprt du grupe d experts et avis de l Afsse du 7 juin 2005 Cadre de l expertise de l Afsse Lettre de saisine des ministères chargés de la santé et de l envirnnement du 3 février 2004 demandant

Plus en détail

RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chalon sur Saône COMPTE-RENDU

RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chalon sur Saône COMPTE-RENDU RENCONTRE CLUB «NTIC» - 2 JUILLET 2009 NICEPHORE CITE / Chaln sur Saône COMPTE-RENDU Fnctinnement du «Club» Suite aux différents échanges, il a été cnvenu d rganiser une nuvelle rencntre le 15 ctbre prchain

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président. COMM. IK COUR DE CASSATION Audience publique du 7 janvier 2014 Rejet M. ESPEL, président Purvi n B 12-29.190 Arrêt n 13 F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS

PRINCIPES ÉTHIQUES SOUS-JACENTS À L UTILISATION D ŒUVRES D ART POUR DES ACTIVITÉS DE LEVÉE DE FONDS Les dns d œuvres d art à fins caritatives Les artistes snt suvent sllicités pur faire dn d une u de plusieurs de leurs œuvres. Ces demandes peuvent prvenir d rganismes caritatifs, muséaux u autres. Un

Plus en détail

Direction de la ville et de la cohésion urbaine Mise en place et suivi d un PRE

Direction de la ville et de la cohésion urbaine Mise en place et suivi d un PRE Directin de la ville et de la chésin urbaine Mise en place et suivi d un PRE Le présent dcument a pur bjectif de dnner des repères aux acteurs mettant en œuvre un prjet lcal de réussite éducative (PRE)

Plus en détail

LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS DE TRAVAIL

LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS DE TRAVAIL FICHE OUTILS LES DIFFERENTS TYPES DE CONTRATS DE TRAVAIL Rédigé par Maïlis Massn (ASSOCIATION ARCHIMENE) 1. Le CDD 2. Le CDI 3. Le CDI Intermittent 4. Le Cntrat d Apprentissage 5. Le Cntrat de Prfessinnalisatin

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

Extrait Projet Associatif AEHM 2005 Site internet. PROJET ASSOCIATIF. Extrait à destination du site internet.

Extrait Projet Associatif AEHM 2005 Site internet. PROJET ASSOCIATIF. Extrait à destination du site internet. Extrait Prjet Assciatif AEHM 2005 Site internet. PROJET ASSOCIATIF Extrait à destinatin du site internet. 2005 1 Extrait Prjet Assciatif AEHM 2005 Site internet. Identité de l Assciatin L Assciatin Eurpéenne

Plus en détail

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation DSPR-DIR-02-01 Manuel de gestin Directive et prcédure : Expéditeur : Persnnel visé : Respnsable de sa mise en applicatin : Directin des services prfessinnels et de réadaptatin Persnnel du CR La Myriade

Plus en détail

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage . Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pur les vlntaires en recherche et sauvetage Objectif De furnir aux assciatins réginales de la GCAC des directives pur déterminer, enregistrer

Plus en détail

FICHE DE BONNE PRATIQUE

FICHE DE BONNE PRATIQUE FICHE DE BONNE PRATIQUE Prgramme d actins pur amélirer la préventin des vilences faites aux femmes, des vilences intrafamiliales, et l aide aux victimes TÉLÉPHONE PORTABLE D ALERTE POUR FEMMES VICTIMES

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail