UN MODÈLE DE RÉFLEXION ÉTHIQUE : LES DONNEURS VIVANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UN MODÈLE DE RÉFLEXION ÉTHIQUE : LES DONNEURS VIVANTS"

Transcription

1 UN MODÈLE DE RÉFLEXION ÉTHIQUE : LES DONNEURS VIVANTS M. Gabolde. Laboratoire d Éthique médicale, de Droit de la santé et de Santé publique, Faculté de Médecine Necker, Université Paris V, 156 rue de Vaugirard, Paris Cedex 15, Service de Pédiatrie générale, CHU Bicêtre, 78 rue du Général Leclerc, Le Kremlin Bicêtre Cedex INTRODUCTION Le recours au donneur vivant en transplantation suscite des questions éthiques complexes, relatives notamment à l information de ces patients particuliers que sont les donneurs vivants, à l expression de leur consentement, à la prise de décision médicale en situation d incertitude ou aux conditions de validation d une pratique médicale innovante. Si ces questions sont inhérentes à toute forme d exercice médical, le prélèvement d organe sur un donneur vivant les pose avec une acuité toute particulière, qui tient d une part au caractère transgressif de cet acte, assimilable en dernier recours à la mutilation d une personne bien portante, avec son consentement, mais pour le bénéfice d un tiers, et d autre part au conflit de devoirs contradictoires auxquels est assujetti le médecin vis-à-vis du donneur et du receveur [1]. Cette transgression du principe hippocratique du «primum non nocere» qui trouve son corollaire dans l interdiction légale de toute atteinte à l intégrité du corps d un individu hors nécessité thérapeutique directe, suscite l interrogation quant aux conditions susceptibles de permettre, à défaut de garantir, la légitimité du recours au donneur vivant [2]. Ce questionnement nous a conduit, dans une double perspective au carrefour entre pratique médicale et norme juridique, à une réflexion sur les garants de la protection du donneur vivant. Protection qui, si elle ne peut résumer à elle seule les fondements de la légitimité du don d organe entre vifs, en constitue néanmoins une condition préalable [3]. 1. MÉTHODE A l analyse de la législation française encadrant le prélèvement d organe sur une personne vivante a ainsi succédé une enquête de terrain auprès des transplanteurs français, visant à préciser les modalités et la qualité de la protection conférée aux donneurs d organe en France. Cette enquête portant sur les pratiques et sur leur perception a été menée de janvier à septembre 1998 auprès des différents membres des équipes de transplantation

2 622 MAPAR 2003 rénale, hépatique et pulmonaire françaises. Un questionnaire anonymisé a été adressé, pour les 46 équipes de greffe rénale et les 23 équipes de greffe hépatique, au responsable médical et chirurgical, à l anesthésiste référent, au psychiatre ou psychologue, et à l infirmière coordinatrice de prélèvement ou à la surveillante de soins et, pour les 18 équipes de greffe pulmonaire, aux responsables médical et chirurgical de l unité. Une relance a été effectuée 6 à 8 semaines après le premier envoi. Les réponses au questionnaire ont été analysées avec le logiciel Epi-info (CDC, Atlanta). 2. RÉSULTATS 2.1. ÉVOLUTION DES FONDEMENTS JURIDIQUES DE LA PROTECTION DES DONNEURS VIVANTS Le prélèvement d organe sur un donneur vivant constituait à ses débuts dans les années 60 une pratique juridiquement incertaine, car il n était explicitement prévu par aucun texte juridique et pouvait donc être assimilé à des «coups et blessures volontaires» [4]. La loi Caillavet a mis fin le 22 décembre 1976 à cette imprécision tout en conservant un certain libéralisme, puisque aucun lien particulier n était requis entre donneur et receveur et que le prélèvement était autorisé sur les mineurs sous certaines conditions. Les lois de bioéthique adoptées le 29 juillet 1994 ont ensuite imprimé une évolution restrictive, grâce à un formalisme accru du recueil du consentement du donneur et à une stricte définition du cercle des donneurs potentiels, limité aux majeurs de la famille au 1 e degré de parenté du receveur et, en cas d urgence exclusivement, au conjoint [5]. Restreignant ainsi l importance accordée préalablement à la capacité d autodétermination des sujets, ces dispositions ont institué de fait une relative subsidiarité du prélèvement sur donneur vivant par rapport au prélèvement post-mortem. Elles n ont cependant pas figé l évolution du droit de la transplantation, puisque le législateur de 1994 avait prévu leur réexamen dans un délai de cinq ans. Le projet de loi adopté en première lecture le 22 janvier 2002 à l Assemblée Nationale s est ainsi inscrit dans une tendance inverse à celle qui avait conduit de la loi Caillavet aux lois de bioéthique. Il prévoit en effet le ré-élargissement du cercle des donneurs vivants, les possibilités de don d organe étant étendues à toutes les personnes susceptibles de faire état «d un lien étroit et stable» avec le receveur, sous couvert de l autorisation d un comité de cinq experts, chargé d examiner tous les cas de dons extra-familiaux et extra-conjugaux. A l instar des travaux préparatoires qui l ont précédé [6, 7], ce projet de loi traduit diverses tendances caractéristiques de l évolution actuelle du droit médical : Le relatif déclin de l impériosité des critères biologiques, puisque la proximité affective entre donneur et receveur prévaut maintenant sur la proximité génétique. L importance croissante accordée à l autonomie des sujets [8], avec une mise en exergue de la valeur fondamentale du consentement du donneur, puisqu il n est plus possible d opposer à un candidat au don sa non-appartenance à la famille du receveur. L atténuation, sinon la levée du tabou que constituait l argument de la pénurie de greffons cadavériques, maintenant invoqué pour justifier le développement du recours au donneur vivant [6]. Enfin, la procéduralisation du droit de la transplantation [9], c est-à-dire la dévolution du pouvoir normatif à des instances tierces, en l occurrence les comités d experts, dont l appréciation contextuelle, au cas par cas, de chaque situation de don, se substitue à l uniformité de la norme juridique. Diversement appréciée, la procéduralisation conduit ainsi à une certaine souplesse, sinon à la variabilité d appréciation de situations pourtant similaires.

3 Ethique DIVERSITÉ DES PRATIQUES FRANÇAISES DU PRÉLÈVEMENT D ORGANE SUR UN DONNEUR VIVANT Notre enquête a été centrée sur l étude de certaines étapes qui constituent des «moments-clés» du prélèvement d organe sur une personne vivante, en ce qu ils mettent particulièrement en jeu la protection des donneurs et sont ainsi générateurs de tensions éthiques spécifiques. Le pourcentage élevé de réponses obtenues a conféré à cette enquête une représentativité satisfaisante (toutes catégories socio-professionnelles confondues, le taux de réponse à ce questionnaire a été respectivement de 55 % (110 sur 220), 55 % (64 sur 115) et 42 % (18 sur 43) pour les équipes de greffe rénale, hépatique et pulmonaire. La sur-représentation, parmi les réponses obtenues, des praticiens pratiquant régulièrement des greffes avec donneur vivant a permis une excellente analyse des pratiques du prélèvement d organe sur un donneur vivant (les chirurgiens et médecins ayant répondu à notre enquête ont effectué 100 % du total des greffes rénales et pulmonaires effectuées en France avec un donneur vivant et 96 % des greffes hépatiques avec donneur vivant) APPROCHE DES DONNEURS POTENTIELS, INFORMATION ET RECUEIL DE LEUR CONSENTEMENT Les modalités d information des proches d un patient en attente de greffe quant à la possibilité de recourir à un donneur vivant soulèvent la question de la primauté du respect du strict volontariat au don d une part ou du devoir d information exhaustive quant aux différentes techniques de greffe existantes d autre part. Elles varient selon les équipes d une information active et incitative à une attitude attentiste, en passant par la délivrance systématique d une information neutre et non réitérée, pratique la plus répandue, qui tente d éviter tant l écueil d une coercition exercée sur les proches du receveur que celui du défaut d information, avec pour conséquence une possible «perte de chance» pour le receveur [10]. L information des donneurs potentiels quant aux risques et conséquences du prélèvement d organe constitue un élément crucial de la qualité «éclairée» du consentement du donneur. Elle diffère selon les équipes tant sur le plan de la forme (orale exclusivement ou étayée par un document écrit) que du fond, notamment en ce qui concerne le risque vital peropératoire. Les procédures de recueil du consentement du donneur par les équipes médicales participent quant à elles de la dimension «libre» de ce consentement. Elles diffèrent selon les centres, certains recueillant eux-mêmes le consentement du donneur, en deux temps, éventuellement après un délai de réflexion imposé, de façon parfois très solennelle, par écrit, devant témoins ou encore en proposant au donneur un alibi médical dans le cas où il souhaiterait se rétracter ultérieurement, allant ainsi nettement au-delà des exigences légales ÉVALUATION MÉDICALE ET CRITÈRES D EXCLUSION DES DONNEURS L exhaustivité du bilan réalisé lors de l évaluation médicale des donneurs potentiels et la rigueur des critères retenus pour exclure ou sélectionner un donneur potentiel constituent les pré-requis d une protection efficace des donneurs et relèvent du principe de précaution, dont l applicabilité à cette pratique effectuée hors nécessité thérapeutique directe pour les donneurs paraît pertinente [11]. Or l évaluation des donneurs potentiels est conduite selon les centres de façon plus ou moins approfondie [12]. Pour exemple, le bilan d hémostase ne comprend la recherche de facteurs prédisposant aux thromboses, tel le déficit en anti-thrombine III ou en protéine S, que dans une minorité de centres, bien que les accidents thrombo-emboliques soient parmi les complications graves les plus fréquentes après néphrectomie.

4 624 MAPAR 2003 De même la recherche de pré-diabète est-elle plus ou moins approfondie, alors que le risque de développement de néphropathie après néphrectomie est accrû en cas de diabète. Divers spécialistes (anesthésistes, néphrologues et chirurgiens notamment) concourent à l évaluation des donneurs potentiels, mais le recours à des intervenants extérieurs aux compétences diverses (néphrologue indépendant de l équipe, qui n est pas soumis au même conflit de devoirs contradictoires vis-à-vis du patient en attente de greffe et du donneur, psychologue ou travailleur social) est exceptionnellement systématique. Les critères d exclusion des candidats au don sont caractérisés par la même diversité, qui reflète vraisemblablement l importance variable accordée par les professionnels de santé aux divers risques somatiques ou psychologiques courus par les donneurs. Ainsi la limite d âge des donneurs fluctue de 45 à 75 ans selon les centres, avec une médiane à 65. Un chiffre de clairance de la créatinine inférieur à 80 ml.min -1 /1,73 m 2 constitue une contre-indication au don pour plus de 80 % des centres mais cette limite varie selon les centres de 60 à 100. La place de critères d exclusion d ordre psychosocial, tels un grand isolement social ou les antécédents de toxicomanie, est très dépendante des équipes SÉLECTION DES DONNEURS Les modalités du processus décisionnel qui conduit à retenir ou à récuser le donneur potentiel soulèvent la question de la responsabilité qui incombe à l équipe médicale et de la place faite à la volonté du donneur. Les équipes de greffe assument dans leur majorité cette décision seules et écartent de façon systématique tout candidat au don qui présenterait un risque médical accru en cas de prélèvement d organe ; certaines prennent leur décision conjointement avec un médecin tiers, indépendant de l équipe de greffe, «avocat» du donneur qui représente ses intérêts, cette démarche étant portée à son extrême dans de rares centres où la responsabilité de l évaluation du donneur est confiée à une équipe indépendante de celle qui prend en charge le receveur ; enfin une minorité d équipes associe à des degrés divers le donneur à la prise de décision. Cette variabilité dans l importance accordée à la volonté du donneur potentiel lors de la décision finale de pratiquer ou non sur lui le prélèvement s inscrit certainement pour partie dans l opposition qui prévaut entre un courant «paternaliste» de la pratique médicale, qui fait primer la protection des personnes sur toute autre valeur [13], et un courant «autonomique», qui favorise le respect de la volonté de la personne et de sa capacité à prendre les décisions médicales qui la concernent [14] ACCEPTABILITÉ DE LA DIVERSITÉ DES PRATIQUES FRANÇAISES? L hétérogénéité des pratiques médicales, pour partie dépendante de l expérience des centres, est comparable à celle qui a été décrite dans des cultures plus favorables au donneur vivant, aux Etats-Unis notamment [15]. Deux de ses dimensions doivent être soulignées. La première, procédurale, a trait aux modalités d approche, d information et de recueil du consentement des donneurs. Elles retentissent sur les conditions dans lesquelles le candidat au don prend sa décision et, in fine, sur les caractéristiques «libre et éclairé» du consentement du donneur, qui constitue l un des piliers de la protection des donneurs, telle qu elle est prévue par la loi. La seconde concerne les étapes d évaluation, de sélection et de suivi des donneurs, qui sont susceptibles d influer sur les risques somatiques et psychologiques inhérents au prélèvement. Elle confère donc une variabilité théorique à la protection dévolue aux donneurs. L acceptabilité d une telle hétérogénéité, certes usuelle dans le champ médical, paraît ici discutable, au regard de l obligation d équité vis-à-vis de l ensemble des donneurs

5 Ethique 625 impliqués dans une procédure effectuée pour le bénéfice d un tiers. Ceci conduit à proposer, aux fins de pratiques plus harmonieuses, permettant de garantir à tous les donneurs les conditions les plus propices à un consentement libre et éclairé et une minimalisation des risques somatiques et psychologiques courus, une codification consensuelle, au plan national, des procédures du prélèvement d organe sur donneur vivant. De nombreux professionnels en appellent ainsi à l élaboration et à l adoption, sous l égide de l Etablissement Français des Greffes, de règles de bonnes pratiques, à l instar de diverses guidelines déjà existantes [16] PERCEPTION NUANCÉE DU PRÉLÈVEMENT D ORGANE SUR DONNEUR VIVANT PAR LES TRANSPLANTEURS FRANÇAIS L opinion des professionnels français sur la place respective des donneurs vivants et décédés, leur analyse de l évolution de l encadrement juridique du prélèvement sur donneur vivant, leur perception des difficultés inhérentes à la qualification et la mise en œuvre de cette pratique nouvelle et leur jugement quant au consentement des donneurs, suscitent diverses réflexions quant aux précautions à prendre pour garantir au mieux la protection des donneurs EROSION DE LA PRÉFÉRENCE POUR LE DONNEUR DÉCÉDÉ? Les transplanteurs portent une appréciation contrastée, plus souvent positive que négative, sur la greffe avec donneur vivant, quel que soit l organe considéré. Une petite majorité d entre eux prévoit l intensification du recours au donneur vivant dans le futur. Leur préférence va pour près d un tiers d entre eux au donneur vivant, dans l absolu, remettant en question la prééminence du choix traditionnel fait en faveur de la promotion du prélèvement sur donneur cadavérique. L existence d une certaine discordance entre la large acceptation théorique du donneur vivant et le faible recours effectif à celui-ci, en pratique, doit cependant être soulignée APPRÉCIATION CONTRASTÉE DU PROJET DE LOI La communauté des transplanteurs est également divisée quant au bien-fondé de l assouplissement des dispositions législatives qui encadrent le don d organe. Une petite majorité seulement est en faveur de l élargissement du cercle des donneurs, sous réserve d un contrôle étroit, et cette diversité d opinions contraste avec l unanimité des propositions faites par les différentes instances sollicitées dans la perspective du réexamen des lois de bioéthique [6, 7]. Il y a par contre quasi-unanimité des transplanteurs à s opposer au critère de l urgence, dont la pertinence est récusée QUALIFICATION ET MISE EN ŒUVRE DU DON ENTRE VIFS : DIFFICULTÉS Le recours au donneur vivant en transplantation hépatique et, a fortiori, en transplantation pulmonaire, soulève la question des modalités de validation d une pratique médicale innovante et des conditions adéquates de l élaboration et de l adoption de ces protocoles nouveaux. La qualification du don entre vifs comme pratique médicale validée, innovante ou expérimentale, est l objet d une dissension certaine parmi les transplanteurs. Le recours au donneur vivant en transplantation pulmonaire est qualifié de validé par 10 % des transplanteurs, alors que 45 % des praticiens le disent innovant, et 45 % expérimental. Or de cette qualification dépend le cadre éthique et juridique dans lequel il convient de considérer la pratique et, par conséquent, des niveaux et instruments de protection différents pour les personnes qui s y prêtent [17]. Il pourrait ainsi être proposé que certains impératifs requis par l éthique de la recherche et de l innovation, tels l intervention d une instance régulatrice extérieure chargée d apprécier le bien-fondé de la pratique et sa légitimité,

6 626 MAPAR 2003 s appliquent à la greffe pulmonaire avec donneur vivant, à l instar de la démarche adoptée lors des premières greffes hépatiques avec donneur vivant [18]. Seule une minorité d équipes de greffe françaises a recouru à des instances tierces, telles un comité d éthique, au moment de définir et de mettre en œuvre leur protocole de prélèvement sur donneur vivant [19]. On est ainsi conduit à s interroger sur le risque d un effet paradoxal de l encadrement juridique de la greffe avec donneur vivant sur la protection des donneurs, l existence de dispositions légales spécifiques au prélèvement sur donneur vivant pouvant dissuader d envisager cette pratique en tant que procédure innovante ou expérimentale CONSENTEMENT DU DONNEUR : CONDITION SINE QUA NON MAIS INSUFFISANTE? Les transplanteurs portent une appréciation réservée sur le consentement du donneur. Une majorité de psychiatres et psychologues estime que diverses pressions, plus ou moins conscientes, internes ou externes, entravent la liberté du consentement du donneur, et que la compréhension souvent moyenne des conséquences du don et l impulsivité de la décision, tout particulièrement en situation d urgence, mettent en cause le caractère éclairé du consentement. La littérature médicale, très circonspecte à ce sujet [20], semble corroborer cette réserve, qui se reflète dans certaines des pratiques révélées par notre enquête, telles l imposition d un délai de réflexion au candidat au don ou son exclusion lorsque le bilan médical a révélé un facteur de risque particulier, éventuellement même contre son avis. Le consentement du donneur est donc perçu par les professionnels comme une pierre angulaire indispensable, mais fragile, de la protection du donneur. CONCLUSION Le prélèvement d un organe sur une personne vivante demeure un acte exceptionnel en France, puisqu il ne permet aujourd hui que moins de cinq pour cent du total des greffes. Il suscite cependant des questions paradigmatiques de toute réflexion éthique sur les pratiques médicales. En effet, si le dilemme moral est ici rendu particulièrement aigu par le caractère non thérapeutique de l acte pour le donneur, il n en constitue pas moins, à des titres et degrés divers, le dénominateur commun de situations rencontrées quotidiennement, lorsque doivent s équilibrer respect de l autonomie des patients et responsabilité médicale, ou lorsque prévaut l incertitude quant aux risques et bénéfices de thérapeutiques innovantes. Témoignent de tels dilemmes la chirurgie esthétique, autre geste sans nécessité thérapeutique directe au sens strict du terme, ou encore l information avant anesthésie des sujets dont l altération des facultés de compréhension rend incertain le caractère pleinement éclairé du consentement. En matière de prélèvement d organe, une place centrale est ainsi dévolue à l anesthésiste dans la protection des donneurs, de par l importance de son rôle dans l évaluation médicale et l information du donneur, et de par son indépendance plus grande vis-à-vis du patient en attente de greffe, ce qui lui confère naturellement la position «d avocat médical» du donneur. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Rhodes R. A review of ethical issues in transplantation. Mt Sinai J Med 1994;61:77-82 [2] Moulin AM. La crise de la transplantation d organes, à la recherche de la «compatibilité» culturelle. Diogène 1995;172:76-97 [3] Elliott C. Doing harm: living organ donors, clinical research and The tenth man. J Med Ethics 1995;21:91-96

7 Ethique 627 [4] Savatier J. Les prélèvements sur le corps humain au profit d autrui. Les petites Affiches 1994;149:8-13 [5] Dickens BM. Protecting the human body against the person: French laws on uses of bodily materials. J Intern Bioeth 1996;7:16-19 [6] Comité consultatif national d éthique pour les sciences de la vie, Avis n 60 sur le Réexamen des lois de bioéthique, 25 juin 1998 [7] Académie Nationale de Médecine. Propositions pour la révision des lois du 29 juillet Bull Acad Nat Med 1998;182: [8] Rameix S. Un point de vue philosophique sur le rapport du CCNE «Consentement éclairé et information des patients qui se prêtent à des actes de soin ou de recherche». Les Cahiers du CCNE 1998;17:23-31 [9] Lenoble J. Droit et communication, Paris, Les Editions du Cerf, 1994 [10] Mémeteau C. Perte de chance et responsabilité médicale. Gazette du Palais 1997;297:22-29 [11] Kasiske BL, Ravenscraft M, Ramos EL, Bia MJ, Danovitch GM. The evaluation of living renal transplant donors: clinical practice guidelines. J Am Soc Nephrol 1996;7: [12] Gabolde M, Hervé C, Moulin AM. Evaluation, selection and follow-up of live kidney donors: a review of current practice in French renal transplant centres. Nephrol Dial Transplant 2001;16: [13] Wolf M. Le consentement dans la pratique médicale en France: aspects philosophiques, juridiques, sociologiques et médicaux, [thèse]. Paris, France: Université Paris V, 1997 [14] Spital A. Living organ donation. Shifting responsibility. Arch Intern Med 1991;151:234-5 [15] Bia MJ, Ramos EL, Danovitch GM, Gaston RS, Harmon WE, Leichtman AB, Lundin PA, Neylan J, Kasiske BL. Evaluation of living renal donors. The current practice of US transplant centers. Transplantation 1995;60:322-7 [16] Working Party of the British Transplantation Society and the Renal Association. United Kingdom Guidelines for living donor kidney transplantation. January [17] Lind, SE. Innovative medical therapies: between research and practice. Clin Res 1988;36: [18] Singer PA, Siegler M, Whitington PF, Lantos JD, Emond JC, Thistlethwaite JR, Broelsch CE. Ethics of liver transplantation with living donors. N Engl J Med 1989;321:620-2 [19] Comité consultatif national d éthique, Avis sur un programme de transplantation hépatique chez l enfant à partir d un lobe de foie prélevé chez l un des parents, 18 mai 1993 [20] Fellner C, Marshall J. Kidney donors - the myth of informed consent. Amer J Psychiatr 1970;126: Remerciements Nous remercions vivement tous les membres des services de transplantation rénale, hépatique et pulmonaire qui ont bien voulu participer à cette enquête et sans qui ce travail n aurait pas été possible. Ce travail a été financé grâce à l Etablissement Français des Greffes.

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon

Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon Fiche n 1 : La recherche sur lʼembryon L autorisation de la recherche sur l embryon est un enjeu majeur pour l innovation thérapeutique Toute recherche sur l embryon humain est actuellement interdite,

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011

L Udaf de l Isère. se positionne sur. les lois de. bioéthique. Dossier de presse. janvier 2011 L Udaf de l Isère se positionne sur les lois de bioéthique Dossier de presse janvier 2011 Contact : Marie Catrice 04 76 85 13 23 - mcatrice-udaf38@orange.fr 2 rue de Belgrade, 38000 Grenoble La Bioéthique?

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation

Déclaration d Istanbul. contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Déclaration d Istanbul contre le trafic d organes et le tourisme de transplantation Préambule La transplantation d organes, l un des miracles médicaux du vingtième siècle, permet de prolonger et d améliorer

Plus en détail

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001

Programme qualité. de l association suisse des services d aide et de soins à domicile. Projet 02 Octobre 2001 Programme qualité de l association suisse des services d aide et de soins à domicile Projet 02 Octobre 2001 A propos de la consultation auprès des associations cantonales 24.10.2001-21.11.2001 1. Situation

Plus en détail

Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997

Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997 Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997 INTRODUCTION I- Etat des lieux: la "crise de la transplantation" La transplantation rénale est aujourd'hui

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Infirmier(e) Anesthésiste et

Infirmier(e) Anesthésiste et Infirmier(e) Anesthésiste et Anesthésiste-Réanimateur : coopération et responsabilités Claude Ecoffey Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale 2, Hôpital Pontchaillou, Université Rennes 1, 35033 Rennes

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE Cas cliniques CAS N 1 M. X, subit une première dilatation oesophagienne par endoscopie. Il est re-programmé un mois plus tard pour vérification sous anesthésie. On décide

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc

Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc Démarrage du prélèvement d organes et de Tissus sur donneurs décédés au Maroc B.Ramdani Président du coneil consultatif de Transplantation d'organes et de tissus humains benyounsramdani@gmail.com 1 INTRODUCTION

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

La transplantation d embryon post-mortem

La transplantation d embryon post-mortem Paris, le 6 janvier 2010 SECRETARIAT GENERAL SERVICE DES AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES BUREAU DU DROIT COMPARE La transplantation d embryon post-mortem (Allemagne, Belgique, Espagne, Pays-Bas,

Plus en détail

S. Fantoni Praticien hospitalier, Docteur en droit, CHRU Lille, Université Nord de France CRDP

S. Fantoni Praticien hospitalier, Docteur en droit, CHRU Lille, Université Nord de France CRDP S. Fantoni Praticien hospitalier, Docteur en droit, CHRU Lille, Université Nord de France CRDP Responsabilité morale Responsabilité pénale : présence, usage ou trafic de produits stupéfiants au sein de

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation

Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Du donneur aux receveurs ou Rôle du Coordinateur de Transplantation Dominique VAN DEYNSE Coordinateur Principal Centre de Transplantation UCL Préambule Chaque hôpital est un hôpital donneur 7 Centres de

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES RÉGISSEURS DE LA RÉGIE DES ALCOOLS, DES COURSES ET DES JEUX

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES RÉGISSEURS DE LA RÉGIE DES ALCOOLS, DES COURSES ET DES JEUX CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES RÉGISSEURS DE LA RÉGIE DES ALCOOLS, DES COURSES ET DES JEUX PRÉAMBULE Le présent code est destiné à préserver et à renforcer le lien de confiance des administrés à

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2012 Les principes décrits valent pour tous, que vous soyez : un candidat-assuré qui souhaite conclure une assurance ; un assuré désirant

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Charte de fonctionnement du

Charte de fonctionnement du Charte de fonctionnement du Version 3 PREAMBULE Cette charte a pour objet de définir les modalités de mise en œuvre et de fonctionnement du Collège de Réflexion Ethique (C.R.E.) de l Adapei-Aria de Vendée.

Plus en détail

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Le questionnaire a été élaboré par la Commission d éthique de la SRLF : Didier

Plus en détail

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne

Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne Département fédéral de Justice et Police A l att. de Madame la Conseillère fédérale Madame Simonetta Sommaruga Palais fédéral Ouest 3003 Berne RR/tm 312 Berne, le 31 mai 2011 Modification de la Constitution,

Plus en détail

L information des aidants et le secret médical

L information des aidants et le secret médical 1 L information des aidants et le secret médical Destinée à l ensemble des professionnels de santé (médecin, infirmier, kinésithérapeute, etc.), cette fiche entend préciser ce que vous pouvez dire aux

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Droits et accueil des usagers

Droits et accueil des usagers Système de santé Droits et accueil des usagers Les règles d accessibilité aux informations de santé à caractère personnel Que ce soit lors d une consultation en ville ou, au sein d un établissement de

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Études sur la traduction et le multilinguisme

Études sur la traduction et le multilinguisme Études sur la traduction et le multilinguisme Contrôle de la qualité de documents dans les administrations publiques et les organisations internationales Résumé 2/2013 Traduction Europe Direct est un service

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

A- La licéité du traitement des données à caractère personnel de la santé.

A- La licéité du traitement des données à caractère personnel de la santé. Note juridique relative à la demande du Service Public Fédéral Santé Publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement d enregistrer dans les hôpitaux les patients traités pour des détresses

Plus en détail

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Demande d informations additionnelles. 2.1.003 Version

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Demande d informations additionnelles. 2.1.003 Version Numéro de PNF: Remplace: Objet: Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Demande d informations additionnelles 2.1.003 Version Demande d informations additionnelles Date d entrée en vigueur Catégorie

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

La protection de vos données médicales chez l assureur

La protection de vos données médicales chez l assureur La protection de vos données médicales chez l assureur Brochure 2009 2 Questions & Réponses fréquentes FAQ 2009 La communication de données est le point de passage obligé pour le bon fonctionnement de

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 Patrick Martowicz, Magistrat, Ministère de la justice et des libertés, Direction des affaires civiles et du Sceau,

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 17 décembre 2007 N 482 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 5 décembre 2007. PROPOSITION

Plus en détail

Texte de références déontologiques : présentation

Texte de références déontologiques : présentation Texte de références déontologiques : présentation L A.N.P.F. s est donné comme objectif, en 1995, d élaborer et de poser, de façon dynamique et évolutive, des principes déontologiques spécifiques au Placement

Plus en détail

Réponse de la. Fédération Suisse des Psychologues. à la consultation sur l article constitutionnel relatif à la recherche sur l être humain

Réponse de la. Fédération Suisse des Psychologues. à la consultation sur l article constitutionnel relatif à la recherche sur l être humain Réponse de la Fédération Suisse des Psychologues à la consultation sur l article constitutionnel relatif à la recherche sur l être humain ainsi que sur la loi relative à la recherche sur l être humain

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

La prise en charge de la douleur liée au prélèvement sanguin en consultation multidisciplinaire : vers une amélioration continue

La prise en charge de la douleur liée au prélèvement sanguin en consultation multidisciplinaire : vers une amélioration continue La prise en charge de la douleur liée au prélèvement sanguin en consultation multidisciplinaire : vers une amélioration continue P. de Dreuzy, A. Legouée, Équipe infirmière des consultations multidisciplinaires

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Paris, le 13 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Problèmes éthiques posés par l informatisation de la prescription hospitalière des médicaments et en particulier des cytotoxiques

Problèmes éthiques posés par l informatisation de la prescription hospitalière des médicaments et en particulier des cytotoxiques Problèmes éthiques posés par l informatisation de la prescription hospitalière des médicaments et en particulier des cytotoxiques S. Alkhallaf, H. Cornille, B. Markowska, Nicole Delepine Groupe «éthique

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D ANTHROPOLOGIE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT DE DIDACTIQUE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D HISTOIRE... 3

ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D ANTHROPOLOGIE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT DE DIDACTIQUE... 2 ASSEMBLÉE DU DÉPARTEMENT D HISTOIRE... 3 LES PROFESSEURS ET PROFESSEURS DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ET LE MOUVEMENT CONTRE LA HAUSSE DES DROITS DE SCOLARITÉ RÉSOLUTIONS ADOPTÉES PAR LES ASSEMBLÉES DE DÉPARTEMENT AU PRINTEMPS 2012 ASSEMBLÉE DU

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE

PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE PRINCIPES DIRECTEURS DE L OMS SUR LA TRANSPLANTATION DE CELLULES, DE TISSUS ET D ORGANES HUMAINS 1 PRÉAMBULE 1. Ainsi que le Directeur général l a fait observer dans son rapport à la soixante-dix-neuvième

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)?

DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)? Session professionnelle 301 DANS QUELLES CIRCONSTANCES L INFIRMIER ANESTHESISTE (IADE) PEUT-IL REMPLACER LE MEDECIN ANESTHESISTE- REANIMATEUR (M.A.R)? T. Faucon (Cadre Supérieur I.A.D.E.), Service d anesthésie,

Plus en détail

POLE DE LA SOLIDARITE DEPARTEMENTALE

POLE DE LA SOLIDARITE DEPARTEMENTALE POLE DE LA SOLIDARITE DEPARTEMENTALE Guide de l adoption dans le département du CANTAL A l usage des futurs adoptants Décembre 2013 SOMMAIRE Préambule... p. 1 Qu est-ce que l adoption?... p. 2 Qui peut

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : D. B. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 603 N o d appel : AD-15-210 ENTRE : D. B. Demandeur et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail