Planification d une substitution rénale: que faut-il savoir?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Planification d une substitution rénale: que faut-il savoir?"

Transcription

1 CURRICULUM Forum Med Suisse 8;8: Planification d une substitution rénale: que faut-il savoir? Hanno Elsässer a, Nick Hoyer b, Michael Dickenmann a a Klinik für Transplantationsimmunologie und Nephrologie, Universitätsspital Basel, b Facharzt für Allgemeinmedizin, Gstaad Quintessence Il faut envisager une substitution rénale avec une filtration glomérulaire de à 3 ml/min ou un à deux ans avant l insuffisance rénale terminale prévue. Le choix est à faire entre transplantation rénale, dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale) et pas de substitution rénale. En l absence de contre-indication, la transplantation est le traitement de choix, car sa morbidité et sa mortalité sont inférieures à celles de la dialyse. La transplantation d un rein d un donneur vivant est la meilleure option. Elle peut éviter une période de dialyse, a les meilleurs résultats à long terme et des avantages aussi bien sociaux qu économiques. L hémodialyse et la dialyse péritonéale sont deux techniques équivalentes. Le choix doit se faire avec le patient et son néphrologue. Les patients âgés ont eux aussi avec la dialyse un avantage de survie et de qualité de vie, pour autant qu ils ne présentent aucune autre maladie grave. Les complications de l insuffisance rénale chronique doivent être traitées en conséquence. Summary Planning of renal replacement therapy: what should be known? Start planning renal replacement therapy with a GFR between and 3 ml/min or one to two years before estimated time of end-stage renal failure. Choice between kidney transplantation and dialysis (hemo- or peritoneal dialysis) or the decision to abstain from renal replacement therapy. Kidney transplantation is the modality of choice in case of no contraindications. Living donor kidney transplantation is preferred as the results are the best. The decision between hemodialysis and peritoneal dialysis, two equivalent procedures, should be made together with the patient, the primary care physician and the nephrologists. Elderly patients without relevant comorbidities benefit from the hemodia - lysis in terms of survival and quality of life. Complications of chronic kidney failure should be treated meticulously to delay the progression of the disease. Introduction Environ 7% de la population des pays industrialisés, soit un demi-million de personnes en Suisse, ont une insuffisance rénale chronique (filtration glomérulaire [GFR] <9 ml/min) [1]. Le nombre de patients atteignant le stade terminal d une néphropathie et chez lesquels se pose la question d une substitution rénale a régulièrement augmenté ces dernières années. En Suisse, quelque 33 patients sont actuellement en hémodialyse et 3 en dialyse péritonéale. Il est estimé que 45 patients vivent avec un rein greffé fonctionnel. Dans cet article, nous voudrions donner les informations nécessaires pour bien conseiller les patients en insuffisance rénale chronique sur les différentes options de substitution rénale. Options de substitution rénale Une insuffisance rénale terminale n est pas compatible avec la vie. La discussion du recours ou non à telle ou telle substitution rénale doit être entamée tôt, à savoir à partir d un GFR entre et 3 ml/min. La prise de décision du patient et des ses proches, avec son médecin traitant et son néphrologue, permet d empêcher de mauvais choix sous la pression du temps et améliore le pronostic à long terme. La figure 1 x montre les options devant être discutées avec le patient. La première question, la plus importante, est si le patient veut une substitution rénale, si cette indication est médicalement appropriée et quelles seront les répercussions probables de cette substitution sur sa qualité de vie. Le médecin traitant joue là un rôle central, car c est lui qui connaît le mieux le patient dans sa globalité. Il n y a que très peu de données sur la décision de renoncer à toute substitution rénale et de mourir d urémie, mais il y a toujours des patients qui choisissent cette option. Si le but est une substitution rénale, la décision doit être prise individuellement en fonction de plusieurs facteurs. La volonté du patient et sa qualité de vie sont au premier plan. De graves amputations de Vous trouverez les questions à choix multiple concernant cet article à la page 67 ou sur internet sous

2 CURRICULUM Forum Med Suisse 8;8: Prise de décision dans l insuffisance rénale chronique progressive Substitution rénale Traitement de soutien n en veut pas pour des raisons personnelles, il faut alors choisir entre l hémodialyse et la dialyse péritonéale, deux techniques efficaces d épuration extrarénale. C est le patient qui doit prendre la décision finale de substitution rénale, après avoir reçu toutes les informations nécessaires de son néphrologue. Dialyse Transplantation Transplantation d un rein d un donneur vivant ou liste d attente? Hémodialyse Dialyse péritonéale la qualité de vie, par exemple la dépendance dans les activités courantes, une pathologie démentielle à un stade avancé, un très grand âge ou de multiples problèmes médicaux influencent naturellement la décision. Des questions d ordre éthi - que ou religieux, sans oublier l avis de la famille et des proches, peuvent l orienter. Il est important de savoir qu en Suisse il n y a aucune limitation (âge ou autres facteurs) à l accès à telle ou telle technique de dialyse. Dialyse ou transplantation? Donneur vivant Liste d attente Figure 1 Prise de décision dans l insuffisance rénale chronique progressive. Si la décision de la substitution rénale est prise, il faut répondre à la question: quelle est la meilleure méthode pour le patient? La transplantation rénale (donneur vivant ou liste d attente) est l alternative à la dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale). Les avantages de la transplantation sur la dialyse sont une plus longue espérance de vie [2], une meilleure qualité de vie [3], une morbidité cardiovasculaire plus faible, de meilleures chances de conserver une capacité de travail [3] et des coûts plus bas [4]. Les conditions à remplir pour une transplantation sont une espérance de vie de quelques années, un état général conservé, l absence de cardiopathie ischémique imposant une intervention, des artères pelviennes intactes, pas de malignome (ou traité à visée curative, pas de récidive) et une bonne compliance. L âge des patients n est pas déterminant, car il n existe aucune limite supérieure fixe à la transplantation rénale. L état général et les facteurs cités ci-dessus sont bien plus importants. Des patients de plus de 7 ans peuvent eux aussi profiter d une transplantation, pour autant qu ils remplissent les critères médicaux ad hoc [5]. Et surtout, la possibilité de transplantation rénale est fonction de la disponibilité d un organe. Nous ne répéterons jamais assez qu il faut tout faire pour augmenter le don d organes en Suisse. Si une transplantation n entre pas en considération pour des raisons médicales, ou si le patient La transplantation d un rein d un donneur vivant est la méthode de substitution rénale ayant les meilleurs résultats quant à la survie du greffon (fig. 2 x), la survie des patients, leur qualité de vie et le rapport coût efficacité. Elle permet de planifier la transplantation longtemps à l avance et de déterminer le moment optimal pour l intervention. Idéalement, il est possible de la pratiquer à titre préemptif, c.-à-d. sans dialyse préalable. La transplantation d un rein d un donneur vivant raccourcit en outre la liste d attente et contribue à réduire le manque d organes. Qui est candidat à une transplantation d un rein d un donneur vivant? Les critères importants sont présentés dans le tableau 1 p. En plus de critères médicaux, la décision du donneur doit être prise en toute liberté, sans influence d intérêts financiers ou autres. Cette décision doit se prendre après examen psychologique approfondi. Les donneurs de reins vivants ne sont actuellement plus seulement les membres de la famille, mais souvent le partenaire du receveur, des amis ou connaissances. La compatibilité sanguine (AB) entre donneur et receveur n est plus une condition sine qua non pour un don de rein. Grâce à Survie du greffon (%) Donneurs vivants ((n = 932) Donneurs décédés (n = 61862) années Figure 2 Survie du greffon (%) en fonction du donneur. Registre des données de centres de transplantation européens, durée d observation Référence: Collaborative Transplant Study (CTS K-1511E-7).

3 CURRICULUM Forum Med Suisse 8;8: Tableau 1. Critères importants pour être donneur de rein vivant. Don volontaire 18 ans au moins, pas de limite d âge supérieure Aucune contre-indication médicale Clairance de la créatinine >6 ml/min, pas de protéinurie Aucun malignome, aucune maladie systémique Pas d hypertension artérielle non traitée ni de complications secondaires d une hypertension artérielle Si le patient se décide pour une thérapie par dialyse, ou s il n est pas question pour lui de transplantation rénale, deux techniques de dialyse sont envisageables: l hémodialyse et la dialyse péritonéale. Les avantages de ces deux méthodes sont présentés au tableau 2 p. Qu est-ce que l hémodialyse implique pour le patient? En règle générale, trois séances de quatre heures chacune l attendent chaque semaine. Le transport au cenune préparation ad hoc du receveur, il est actuellement possible de transplanter des reins de donneurs de groupes sanguins incompatibles avec le même bon résultat que pour les organes compatibles [6]. Le facteur Rhésus ne joue aucun rôle dans la transplantation rénale et il n est même pas nécessaire d en tenir compte. Avec beaucoup de chance, il est même possible de profiter d un donneur altruiste, car il y a des personnes en parfaite santé qui contactent un centre de transplantation dans l intention de donner un de leurs reins à un receveur inconnu de la liste d attente. Le don d un rein d un donneur vivant présente un risque acceptable pour le donneur. En plus des risques inhérents à toute intervention chirurgicale, il s agira de contrôler à long terme sa fonction rénale, sa tension artérielle et une éventuelle protéinurie. Cette tâche est assumée en Suisse par le registre suisse des donneurs vivants (SOL- DHR), pour diagnostiquer le plus tôt possible toute éventuelle complication et la traiter. Le risque d hypertension artérielle n est que légèrement accru par rapport à la population suisse moyenne à partir d env. 65 ans. Si la possibilité de recevoir un rein d un donneur vivant n existe pas, si le patient veut une transplantation et s il est qualifié pour, il est inscrit sur la liste d attente d un rein d une personne décédée. La distribution d organes est réglée par Swisstransplant selon la Loi sur la transplantation au niveau suisse. Certains critères médicaux et l attente jouent un rôle majeur. Comme le montre la figure 3 x, le nombre des donneurs en Suisse est faible comparativement à celui de la plupart des autres pays d Europe. La conséquence est qu au début 7, plus de 6 patients étaient en attente d un rein d un donneur décédé. En fonction du groupe sanguin, le délai d attente pour une greffe de rein est maintenant de un à six ans, et ce sont les patients du groupe qui doivent attendre le plus longtemps. Les raisons de ce nombre insuffisant de donneurs d organes en Suisse sont multiples. La nouvelle Loi sur la transplantation devrait contribuer à ce que les structures soient meilleures et l information plus active. Planification d une transplantation rénale Les examens en vue d une transplantation rénale doivent se faire rapidement, à savoir avec un GFR entre et 3 ml/min, soit deux ans environ avant l insuffisance rénale terminale prévue. Il reste ainsi suffisamment de temps pour évaluer les donneurs vivants potentiels. Si la possibilité d une greffe de rein d un donneur vivant est donnée, le patient peut être transplanté à titre préemptif, c.-à-d. sans dialyse préalable. La transplantation rénale préemptive est la meilleure variante possible en matière de morbidité et de mortalité, comparativement à la transplantation suite à une période de dialyse, et doit donc être choisie autant que possible. Si l option d un donneur vivant n est pas donnée, la nouvelle Loi sur la transplantation, en vigueur depuis juillet 7, donne aux patients dont le GFR calculé est 915 ml/min, ou devant être dialysés dans les 18 mois à venir en raison de la dynamique de la perte fonctionnelle, la possibilité de figurer sur la liste d attente avant le début de la dialyse déjà. Ce délai d attente est alors pris en compte dans l attribution d un organe. Le problème du manque d organes n est pas résolu pour autant, mais l égalité des chances reste acquise. Dialyse, hémodialyse ou dialyse péritonéale? Figure 3 Nombre de dons d organes en Europe par million d habitants. Référence: Swisstransplant, rapport annuel 6.

4 CURRICULUM Forum Med Suisse 8;8: Tableau 2. Avantages d une technique de dialyse sur l autre. Hémodialyse Suivi médical régulier Autoresponsabilité moins grande Limitation du traitement à environ 3 4 heures par semaine Confrontation moins importante à la maladie Le centre de dialyse peut devenir un lieu de rencontre sociale Dialyse péritonéale Continuité du traitement 24/24 heures et 7/7 jours Plus grande autoresponsabilité Diurèse autonome maintenue plus longtemps Plus grande flexibilité dans l organisation de la vie privée et professionnelle Dialyse (n = 1) Ttt conservateur (n =15) Dialyse (n = 17) Ttt conservateur (n = 3) Dialyse (n = 35) Ttt conservateur (n = 47) tre de dialyse et le retour à domicile doivent être assurés. Le patient doit souvent respecter des mesures diététiques. La condition de l efficacité d une dialyse est un abord vasculaire sûr, de préférence un shunt artérioveineux au niveau du poignet (par ex. Cimino) ou du bras (par ex. basilaire). Si les vaisseaux sont difficiles d accès, il est possible d envisager un shunt prothétique ou une sonde implantée. Un avantage de l hémo - dialyse sur la dialyse péritonéale est le suivi médical régulier pendant les séances de dialyse, et la limitation à trois fois quatre heures par semaine permet une confrontation avec la maladie limitée dans le temps. La moins grande responsabilité personnelle pendant l hémodialyse est un avantage de plus pour les patients incapables d assumer eux-mêmes la responsabilité de leur traitement. Un autre avantage est que le centre de dialyse devient avec le temps un important lieu de rencontre sociale, pour les patients isolés notamment. Les avantages de la dialyse péritonéale sur l hémodialyse sont la continuité du traitement sur 24 h, la plus grande autoresponsabilité et une diurèse spontanée (résiduelle) prolongée, à morbidité et mortalité comparables. Pour de nombreux patients, l argument majeur pour la dialyse péritonéale est l autonomie nettement plus grande, permettant d organiser sa vie professionnelle avec une grande flexibilité. La condition pour la dialyse péritonéale est l implantation d une sonde à travers la paroi abdominale dans la cavité péritonéale. Le changement de sachet de dialyse plusieurs fois par jour, obligatoire, impose une confrontation continuelle avec la maladie. Le patient en dialyse péritonéale doit aussi respecter quelques règles diététiques. Un contrôle médical de routine est rare. Les contre-indications (relatives) de la dialyse péritonéale sont de précédentes interventions majeures au niveau de l abdomen, des hernies inguinales non opérées, de graves problèmes pulmonaires, le manque d espace à domicile ou l incapacité (physique ou intellectuelle) d effectuer les différentes opérations. Le choix du mode de dialyse dépend de la préférence du patient. Il faut lui présenter les deux, et la décision finale lui appartient, en accord avec un soignant expérimenté et un néphrologue Axe des x: jours après chute du GFR <15 ml/min Figure 4 Comparaison entre traitement conservateur et dialyse chez des patients âgés (>75 ans) ayant un GFR <15 ml/min (courbe de survie selon Kaplan-Meier) avec et sans dialyse [7]. Haut: pour patients ayant une cardiopathie ischémique. Milieu: pour patients ayant deux graves comorbidités ou plus. Bas: pour patients sans cardiopathie ischémique. Dialyse des personnes âgées Le médecin traitant est souvent confronté à la question de savoir si la dialyse présente encore un avantage de survie chez un patient âgé, surpassant les inconvénients d un tel traitement sur sa qualité de vie. Il a pu être démontré que la prolongation de la vie des patients âgés (>75 ans) dépend des comorbidités, et notamment de la présence d une cardiopathie ischémique [7]. La figure 4 x montre les constatations sur la survie

5 CURRICULUM Forum Med Suisse 8;8: GFR <3 ml/min 3 prévoir la substitution 1 re question: substitution oui ou non? 2 e question: transplantation possible? de dialyse. Avec une bonne préparation à l hémodialyse, la qualité de vie des patients en insuffisance rénale terminale et de ceux devant être en dialyse n est pas différente de celle des patients souffrant d autres graves maladies [8]. 3 e question: donneur vivant? 4 e question: hémodialyse ou dialyse péritonéale? Figure 5 Algorithme à suivre avant une substitution rénale. d une analyse effectuée chez 129 patients de plus de 74 ans. La survie sous traitement conservateur est la même que sous dialyse chez les patients souffrant de cardiopathie ischémique, et pratique - ment la même chez ceux présentant deux comorbidités ou plus (diabète, dysfonction ventriculaire gauche, cardiopathie ischémique, artériopathie occlusive périphérique, artériopathies systémi - ques, malignomes, BPCO à un stade avancé, pathologies psychiatriques, cirrhose, etc.). Pour les patients de plus de 74 ans en bon état général, insuffisance rénale mise à part, l avantage de survie est clair, bien que les patients du groupe témoin sans dialyse aient reçu un traitement de soutien non négligeable (érythropoïétine par exemple). La qualité de vie sous dialyse est influencée par le fait que les patients se rendent comme prévu et parfaitement préparés aux premières séances Traitement des complications de l insuffisance rénale chronique En conclusion, ne l oublions pas: le traitement des complications de l insuffisance rénale chronique est une priorité absolue. Il permet de ralentir la progression de la maladie et de diminuer le risque cardiovasculaire. Hypertension artérielle, déséqui - libres entre calcium phosphate et acides bases, anémie rénale doivent être rapidement diagnostiqués et traités. Il est recommandé de présenter assez tôt les insuffisants rénaux à un néphrolo - gue, de manière à ralentir le plus possible la progression de la néphropathie, à en diagnostiquer et traiter rapidement les complications. La figure 5 x résume les étapes indispensables à franchir avant d envisager une méthode de substitution rénale. Il est important de discuter à temps ces questions entre le patient, son méde - cin traitant et un néphrologue, et d y répondre. Ce n est qu ainsi que les mauvaises décisions prises sous la pression du temps peuvent être évitées. Correspondance: PD Dr Michael Dickenmann Klinik für Transplantationsimmunologie und Nephrologie Universitätsspital CH-431 Basel Références 1 K/DOQI clinical practice guidelines for chronic kidney disease: evaluation, classification, and stratification. Chronic Kidney Disease Work group. Am J Kidney Dis. 2;39:S1. 2 Levey AS, Beto JA, Coronado BE, Eknoyan G, Foley RN, Kasiske BL, et al. Controlling the epidemic of cardiovascular disease in chronic renal disease: What do we know? What do we need to learn? Where do we go from here? National Kidney Foundation Task Force on Cardiovascular Disease. Am J Kidney Dis. 1998;32: Jofre R, Lopez-Gomez JM, Moreno F, Sanz-Guajardo D, Valderrabano F. Changes in quality of life after renal transplantation. Am J Kidney Dis. 1998;32:93. 4 Salonen T, Reina T, Oksa H, Sintonen H, Pasternack A. Cost analysis of renal replacement therapies in Finland. Am J Kidney Dis. 1998;42: Rao PS, Merion RM, Ashby VB, Port FK, Wolfe RA, Kayler LK, Rao et al. Renal transplantation in elderly patients older than 7 years of age: results from the Scientific Registry of Transplant Recipients. Transplantation. 7;83: Tydén G, Donauer L, Wadström J, Kumlien G, Wilpert J, Nilsson T, et al. Implementation of a Protocol for AB-incompatible kidney transplantation a three-center experience with 6 consecutive transplantations. Transplantation. 7;83 89: Murtagh FE, Marsh JE, Donhoe P, Ekbal NJ, Sheerin NS, Harris FE. Dialysis or not? A comparative survival study of patients over 75 years with chronic kidney disease stage 5. Nephrol Dial Transplant. 7;22: Loos C, Briancon S, Frimat L, Hanesse B, Kessler M. Effect of End-Stage Renal Disease on the Quality of life of older Patients. JAGS. 3;51:

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Les reins sont foutus

Les reins sont foutus Les reins sont foutus quelles sont les avenues? F O R M A T I O N C O N T I N U E Vous voyez en relance M me Bouthillier, 83 ans, atteinte d insuffisance cardiaque ischémique, d hypertension artérielle,

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

news L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse

news L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse swisstransplant 4 L évolution des dons d organes issus de donneurs vivants en Suisse Sous dons d organes issus de donneurs vivants, on entend le prélèvement d un organe chez une personne saine avec une

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4

Anémie et maladie rénale chronique. Phases 1-4 Anémie et maladie rénale chronique Phases 1-4 Initiative de qualité en matière d issue des maladies rénales de la National Kidney Foundation Saviez-vous que l initiative de qualité en matière d issue des

Plus en détail

Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004

Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 2 Programme d actions Insuffisance rénale chronique 2002 2003-2004 1. L insuffisance chronique terminale touche environ 45 000 malades.

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile

Diatélic DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile DP : télémédecine pour la prévention des aggravations de santé des dialysés à domicile Jacques CHANLIAU, François CHARPILLET, Pierre-Yves DURAND, Robert HERVY, Jean-Pierre THOMESSE, Luis VEGA Résumé. DP

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Centre universitaire de santé McGill, Montréal, Québec, Canada Objectifs 1) Connaître les causes de dyslipidémie après greffe d organes 2) Décrire le traitement

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

UN MODÈLE DE RÉFLEXION ÉTHIQUE : LES DONNEURS VIVANTS

UN MODÈLE DE RÉFLEXION ÉTHIQUE : LES DONNEURS VIVANTS UN MODÈLE DE RÉFLEXION ÉTHIQUE : LES DONNEURS VIVANTS M. Gabolde. Laboratoire d Éthique médicale, de Droit de la santé et de Santé publique, Faculté de Médecine Necker, Université Paris V, 156 rue de Vaugirard,

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

La prise en charge des insuffisants rénaux chroniques au stade terminal État des lieux

La prise en charge des insuffisants rénaux chroniques au stade terminal État des lieux La prise en charge des insuffisants rénaux chroniques au stade terminal État des lieux Pr. Larbi ABID La maladie rénale chronique que l on nomme insuffisance rénale chronique (IRC) se définit soit par

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Dons de rein de personnes vivantes à L'Hôpital d'ottawa

Dons de rein de personnes vivantes à L'Hôpital d'ottawa Dons de rein de personnes vivantes à L'Hôpital d'ottawa 1 Dons de rein de personnes vivantes à L'Hôpital d'ottawa Table des matières 1. Introduction 2. Les reins Emplacement Fonction Maladie Possibilités

Plus en détail

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES Première Journée du Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant REPOUSSER LES LIMITES DE LA CHIRURGIE BARIATRIQUE DANS LES OBESITES MASSIVES AVEC COMORBIDITES

Plus en détail

Information pour les patients dialysés qui prennent du chlorhydrate de sévélamer (RENAGEL)

Information pour les patients dialysés qui prennent du chlorhydrate de sévélamer (RENAGEL) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RENAGEL de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimalisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel.

SWISSTRANSPLANT. Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes. Fondée en 1985. Informations : Tel. SWISSTRANSPLANT Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d organes Fondée en 1985 Informations : Tel. 0800 570 234 2 2 Historique de la transplantation rénale Evénements marquants Dates

Plus en détail

Méthodes d évaluation médico-économique

Méthodes d évaluation médico-économique Chapitre 3 : Méthodes d évaluation médico-économique Professeur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire

Plus en détail

Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon)

Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon) Dr Agnès Caillette-Beaudoin, Medecin-directeur, Calydial (Lyon) Intervention personnalisée à tous les stades de la Maladie Rénale Chronique Prévention de la progression de la maladie rénale Consultation

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients

Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients Programme cantonal Diabète une réponse de santé publique au service des patients Dr Isabelle Hagon- Traub Mme Léonie Chinet Direc:on Programme cantonal Diabète Maladies chroniques: préoccupations partagées

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

INTRODUCTION. La greffe de rein a soixante ans

INTRODUCTION. La greffe de rein a soixante ans Et si on en parlait? INTRODUCTION INTRODUCTION «La greffe de rein a soixante ans Cette grande avancée médicale a été marquée par le rôle décisif des donneurs vivants. Des hommes et des femmes qui souhaitaient

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

MAROC GREFFE DIALYSE MAGREDIAL

MAROC GREFFE DIALYSE MAGREDIAL MAROC GREFFE DIALYSE MAGREDIAL Le Ministère de la Santé à travers la Direction des Hôpitaux et des Soins Ambulatoires remercie tous ceux qui ont contribué à la réflexion, à l'élaboration et l'appui à la

Plus en détail

Vous êtes concerné par l'insuffisance rénale : LA GREFFE DE REIN Qu en est-il en Nouvelle-Calédonie?

Vous êtes concerné par l'insuffisance rénale : LA GREFFE DE REIN Qu en est-il en Nouvelle-Calédonie? Vous êtes concerné par l'insuffisance rénale : LA GREFFE DE REIN Qu en est-il en Nouvelle-Calédonie? émoignages è Marie Rose 54 ans : «Tous les soirs, je devais me brancher à une machine pour être dialysée

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE

TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE TRAITEMENT DE L ANÉMIE AU COURS DE L INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE DE L ADULTE RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, mai 2005 Afssaps - 143/ 147, bd Anatole France

Plus en détail

Insuffisance rénale. Définition. o Insuffisance rénale aiguë

Insuffisance rénale. Définition. o Insuffisance rénale aiguë Insuffisance rénale Définition o Insuffisance rénale aiguë Se traduit par un brusque arrêt de la filtration des déchets du sang et de la production d urine. Associée à un déséquilibre de l organisme en

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab

Cluster I care Rhône Alpes propose une rencontre professionnel / industrie en mode Living Lab Naissance du projet CALYDIAL, Etablissement de santé lyonnais s est lancé dans le développement d un programme de télémédecine sur tous ses domaines d activité autorisé : dialyse péritonéale, hémodialyse

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

L essentiel sur le don de rein de donneur vivant

L essentiel sur le don de rein de donneur vivant L essentiel sur le don de rein de donneur vivant Brochure destinée aux donneurs suisses de rein vivants 3 e édition, complétée, automne 2005 Pr Dr méd. Jürg Steiger Dr méd. Michael Dickenmann Dr méd. Michael

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Direction générale de l offre de soin

Direction générale de l offre de soin Apport de la télémédecine en matière de coopération territoriale 1. Une nouvelle organisation de l offre sanitaire pour mieux répondre aux besoins des populations 2. Comment organiser des activités de

Plus en détail

Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE. Coordination de transplantation 02 477 60 99

Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE. Coordination de transplantation 02 477 60 99 Information au patient TRANSPLANTATION RÉNALE Coordination de transplantation 02 477 60 99 Transplantation Rénale 1. Introduction Pour le patient qui présente un stade avancé d insuffisance rénale, la

Plus en détail

Hypertension et maladie rénale chronique. (Pour les personnes atteintes de MRC aux stades 1 4)

Hypertension et maladie rénale chronique. (Pour les personnes atteintes de MRC aux stades 1 4) Hypertension et maladie rénale chronique (Pour les personnes atteintes de MRC aux stades 1 4) Initiative de qualité relative aux conséquences des maladies du rein de la National Kidney Foundation (NKF-KDOQI

Plus en détail

Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive

Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive Auteur : N. Fleury J. Schwartz K. Hadaya P.-Y. Martin C. Iselin Numéro : 3136 Sujet: Urologie La transplantation

Plus en détail

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès.

Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Informations sur le don d organes, de tissus et de cellules en cas de décès. Décidezvous. Sinon, vos proches devront le faire pour vous. Le court-métrage sur le sujet transplantinfo.ch Vous pouvez être

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques

Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques 07/01/2015 LLORCA Clémence L2 CR : BRASSIER Julia SSH Véronique DELAPORTE 10 pages Transplantations d'organes Aspects éthiques et psychologiques Plan A. L'insuffisance rénale chronique terminale I. Généralités

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

L enquête des Etats Généraux du Rein : la dure réalité des maladies rénales

L enquête des Etats Généraux du Rein : la dure réalité des maladies rénales L enquête des Etats Généraux du Rein : la dure réalité des maladies rénales L objectif était clair : donner la parole aux personnes malades, en leur laissant une grande liberté pour s exprimer. Fidèle

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI)

PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) PRINCIPE ET FONCTIONNEMENT DES DÉFIBRILLATEURS AUTOMATIQUES IMPLANTABLES (DAI) 2 Défibrillateur Automatique Implantable SOMMAIRE Introduction Indications Principe du DAI Historique Composants et structure

Plus en détail

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014

FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 FMC «Val de Creuse» Argenton-sur-Creuse Mercredi 08 Janvier 2014 Dr Yves Moreau 2014 La prévalence de la FA double à chaque décennie après 50 ans et approche 10% chez les sujets de plus de 80 ans (Framingham

Plus en détail

Accompagner une personne atteinte d insuffisance rénale chronique. Guide à l usage des proches

Accompagner une personne atteinte d insuffisance rénale chronique. Guide à l usage des proches Accompagner une personne atteinte d insuffisance rénale chronique Guide à l usage des proches Sommaire 4 L insuffisance rénale 5 Les différents traitements de l insuffisance rénale 10 L annonce de la maladie

Plus en détail

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse

en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? Dossier de presse Le don d organes en nouvelle-calédonie Le don de son vivant Depuis une vingtaine d années, des patients souffrant d insuffisance rénale sont

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, Montréal Julia Sohi

Plus en détail

Analyse d impact budgétaire d une augmentation de la transplantation rénale au Québec

Analyse d impact budgétaire d une augmentation de la transplantation rénale au Québec Analyse d impact budgétaire d une augmentation de la transplantation rénale au Québec Décembre 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en services sociaux Analyse économique

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la

deux tâches dans le tableau et à cliquer sur l icône représentant une chaîne dans la barre d outils. 14- Délier les tâches : double cliquer sur la MS Project 1- Créer un nouveau projet définir la date du déclenchement (début) ou de la fin : File New 2- Définir les détails du projet : File Properties (permet aussi de voir les détails : coûts, suivi,

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail