Family business survey 2014 Conclusions pour la Belgique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Family business survey 2014 Conclusions pour la Belgique"

Transcription

1 Family business survey 2014 Conclusions pour la Belgique

2 Table des matières Aperçu des principales conclusions Vue d ensemble Principales conclusions : A. Performances et défis B. Internationalisation C. En quoi les entreprises familiales se différencient-elles D. Implication familiale et planification successorale E. Évolution vers l ère numérique et nouvelles tendances dans le monde Conclusions Slide 2

3 Aperçu des principales conclusions Par rapport à la moyenne mondiale, les entreprises familiales en Belgique ont moins progressé l an dernier et sont légèrement moins optimistes quant à la croissance future. Au cours des 12 derniers mois, 49 % ont connu une croissance (comparé à 65 % dans le monde) et 79 % envisagent une croissance de leur entreprise au cours des 5 prochaines années (comparé à 85 % dans le monde) Les entreprises familiales en Belgique ont, par rapport aux entreprises mondiales en général, davantage la perception de rencontrer des obstacles à leur croissance, en particulier la concurrence sur les prix, le besoin d innovation, le climat économique général et les problèmes de personnel. En termes d objectifs personnels et de l entreprise pour les 5 prochaines années, les priorités des propriétaires et gérants d entreprises familiales belges sont similaires à celles du reste du monde : réussite de l entreprise / survie à long terme et, pour y arriver, priorité aux compétences, à l innovation et au professionnalisme Les facteurs relatifs à la famille (création d emploi pour les membres de la famille) et à la diversification (nouveaux produits / secteurs, exportation) sont moins importants Slide 3

4 Aperçu des principales conclusions (suite) Les entreprises familiales en Belgique estiment, dans une large mesure, qu elles favorisent l économie et l emploi local mais sont moins convaincues de l avantage d être une entreprise familiale pour leur propre exploitation. Elles sont plus particulièrement moins enclines que la moyenne de reconnaître que les entreprises familiales sont mieux armées pour résister à la récession ou pour prendre plus de risques. Peut-être en réponse au climat économique plus rude, ces 2 dernières années ont été marquées par une diminution de la conviction que les entreprises familiales ont une responsabilité à soutenir l emploi et les initiatives communautaires. À présent, la conviction est plus forte qu en 2012 qu elles doivent adopter une approche décisionnelle à long terme et se renouveler à chaque génération. Les entreprises familiales en Belgique sont plus susceptibles que la moyenne d avoir eu leur entreprise dans la famille pendant au moins quatre générations. Elles sont aussi plus susceptibles de planifier de passer le flambeau à la prochaine génération plutôt que de vendre la propriété ou la remettre à flot. Néanmoins, environ un tiers transmettra la propriété à la génération suivante mais pas la direction de l entreprise. 85 % des entreprises familiales en Belgique ont instauré des procédures de gestion des problèmes / conflits familiaux (niveau équivalent à la moyenne mondiale : 83 %) Slide 4

5 Méthodologie interviews réalisées dans plus de 40 pays 74 interviews En Belgique 30 minutes en moyenne Toutes les interviews réalisées par téléphone Réalisées entre le 4 juin et le 31 juillet 2014 Dans l ensemble du rapport : = % du pays pour 2014 supérieur ou inférieur à la moyenne mondiale = % pour 2014 supérieur ou inférieur à celui de 2012 Slide 5

6 Profil d échantillons Slide 6

7 Échantillon de profils pour la Belgique : entreprises Comparé à l échantillon mondial, les entreprises belges sont plus enclines à être plus grandes (chiffres d affaires de plus de 100 millions de USD), plus anciennes (plus de 50 ans) et à atteindre au minimum la quatrième génération d entreprises. Chiffre d affaires (en USD) Âge de l entreprise 35% 64% 14% 13% 9% 9% 20% 20% 9% 16% 22% 16% 11% 6% 18% 31% 44% 38% $5-10m $11-20m $21-50m $51-100m $ m >$500m Under 20 years years 50+ years Secteur Secteurs représentés : Production : 32 % (30 %) Distribution : 12% (10 %) Détail : 11 % (11 %) Construction : 8 % (9 %) Activités économiques : 8 % (7 %) Secteur auto. & répar. : 7% (3 %) Autres : 5 % au maximum Nombre de générations 40% 30% 28% 28% 20% 22% 19% 11% 1 generation 2 generations 3 generations 4+ generations Slide 7

8 Échantillon de profil pour la Belgique : participants Rôle Membre de la famille 41% 49% 10% 8% 19% 23% 30% 19% 55% 64% 45% 36% CEO/MD Owner/ Partner Finance Director Other Board member Family Non-family Rôle de la famille dans l entreprise Âge 81% 90% 26% 25% 32% 34% 23% 22% 19% 10% 11% 10% 7% 8% Own and manage Just own don t manage Under or older Slide 8

9 Principales conclusions A Performances et défis de l organisation September 2014 Slide 9

10 Les entreprises belges sont moins enclines que la moyenne d avoir enregistré une croissance pendant le dernier exercice financier et sont plus enclines à planifier une consolidation à l avenir. Cependant, 14 % tablent sur une croissance agressive, ce qui correspond à la moyenne mondiale. Dernier exercice financier 5 prochaines années Croissance au cours du dernier exercice financier Objectifs de croissance (5 prochaines années) 3% 14% 12% 15% Croissance rapide et agressive Croissance des ventes 57% 49% 65% 65% 75% 65% 69% 70% Croissance stable Diminution des ventes 24% 24% 19% 18% 21% 20% 16% 13% Consolidation 1% 1% 2% 1% Réduction % des entreprises familiales belges qui prévoient une croissance sont confiantes dans leur capacité à l atteindre Slide 10

11 Les entreprises familiales belges sont confrontées aux mêmes problèmes que celles d autres pays, bien qu elles soient moins préoccupées par la politique du gouvernement pour les 12 prochains mois. Le développement des activités / des produits est signalé comme problème en croissance depuis Principaux problèmes internes au cours des 12 prochains mois Staff recruitment Company re-organisation Business/product development Cash flow/cost control Technology Availability of finance Profitability/margins 12% 13% 20% 19% 11% 15% 11% 11% 34% 28% (7%) 26% 25% 58% 49% Principaux problèmes externes au cours des 12 prochains mois Market conditions/ 69% Euro uncertainty 63% Competition Govt policy/regulation Fiscal tax regime Availability of finance 14% 8% 9% 12% 32% 32% 22% 33% Notre objectif est d avoir une organisation plus formelle, un groupe mieux intégré. (Entreprise familiale de troisième génération) Fabriquer de nouveaux produits pour de nouveaux marchés et attirer du personnel qualifié pour être en mesure d opérer ces changements. (Entreprise familiale de première génération) La crise générale, la réduction des modèles de dépenses des consommateurs. (Entreprise familiale de seconde génération) family business) Frais de personnel par kg considérablement supérieurs à ceux des autres pays avec des concurrents. (Entreprise familiale de troisième génération) (les chiffres entre parenthèses sont des % belges en 2012) Slide 11

12 Les entreprises familiales belges sont plus enclines que la moyenne à anticiper des défis à relever pour les 5 prochaines années. En particulier, la concurrence au niveau des prix, le climat économique général, la rétention des principaux collaborateurs et le besoin de professionnaliser les activités sont plus susceptibles d être mentionnés. 5 prochaines années Principaux défis dans les 5 années à venir Price competition Need to continually innovate General economic situation Attracting the right skills/talent Retaining key staff 48% 69% 58% 68% 64% 68% 56% 64% 61% 57% Need to professionalise Containing costs Complying with regulations Number of businesses competing Increasingly international environment Need for new technology Company succession planning 50% 40% 47% 44% 46% 42% 42% 42% 36% 33% 35% 41% 27% 36% Suppliers/supply chain Conflict between family members 8% 11% 19% 26% Slide 12

13 La récession et l environnement difficile qui en résulte ont probablement avivé la perception des entreprises familiales. Comme pour la moyenne mondiale, l avenir et la réussite à long terme de l entreprise se hissent en tête des futures priorités. Les principaux moteurs de la réussite commerciale se classent en deuxième position tandis que les aspects liés à la famille et à la communauté revêtent moins d importance Importance relative des objectifs personnels et économiques pour les 5 prochaines années (sur 100) 5 prochaines années Ensure company's long term future Improve profitability 13.1% 13.7% 16.4% 16.2% Run business more professionally More innovative Ensure staff are rewarded fairly Attract high quality skills 10.2% 8.8% 9.3% 9.3% 8.5% 9.4% 8.3% 10.1% Diversify into new products/sectors Different export markets Enjoy work and stay interested Ensure business stays in the family Grow as quickly as possible Contribute to the community / positive legacy Move into new regional markets in home country 5.8% 5.6% 5.7% 4.3% 5.5% 5.4% 5.0% 4.4% 4.3% 4.0% 3.9% 4.3% 3.4% 3.8% Create employment for other family members 0.8% 0.7% (Nouvelle question en 2014) Slide 13

14 Principales conclusions B Internationalisation Slide 14

15 Les entreprises belges sont actuellement plus enclines que la moyenne à se baser sur les ventes internationales, vu l internationalisation croissante prévue à l avenir. 38 % des ventes actuelles représentent les ventes internationales qui, selon les prévisions, constitueront pratiquement la moitié des ventes (45 %) à l avenir Les nouveaux pays pour les exportations se situeront principalement dans d autres marchés européens 5 prochaines années % moyen des ventes = international (basé sur toutes les entreprises, exportatrices et non exportatrices) Actuellement Dans 5 ans 38% 45% Pays / régions ayant connu la plus forte augmentation en 5 ans (Belgique)? Europe Americas Asia Pacific 24% 21% 80% USA: 12% France : 30 % Allemagne : 23 % Pays-Bas : 21 % Royaume-Uni : 8 % Russie : 8 % Africa 6% 25% 32% Middle East/Gulf No new countries 5% 2% Slide 15

16 Principales conclusions C En quoi les entreprises familiales se différencientelles? Slide 16

17 Les entreprises familiales belges ont généralement une perception positive de la manière dont se positionne leur secteur par rapport à d autres entreprises, particulièrement concernant la stabilité accrue et la création d emplois. Elles sont moins convaincues que la moyenne qu elles adoptent une approche à long terme, prennent plus de risques et peuvent mieux résister à la récession. D accord avec les affirmations relatives au comportement des entreprises familiales Ajoutent de la stabilité à une économie équilibrée Jouent un rôle important dans la création d emplois Évaluent la réussite différemment pas uniquement les bénéfices / croissance Se renouvellent à chaque génération 81% 73% 78% 78% 73% 71% 66% (47%) 56% Processus décisionnel plus rationnalisé / plus rapide Approche plus entrepreneuriale Approche décisionnelle à plus long terme 59% 69% 50% 59% 43% (25%) 55% Meilleure résistance à la récession Moindre ouverture aux nouvelles approches et nouvelles idées Plus de difficulté à bénéficier de la reprise (en raison de problèmes d accès au capital) Prise de risques plus importante 34% 47% 31% 36% 28% 34% 27% 38% Family business survey 2014 (les chiffres entre parenthèses sont des % en 2012) Slide 17

18 Les entreprises familiales belges estiment se différencier des autres pour les aspects qui touchent la rétention de leur personnel et leurs fortes valeurs culturelles mais elles sont moins enclines que la moyenne à ressentir un sens plus marqué de leur responsabilité à soutenir des initiatives communautaires (et cette perception a chuté depuis 2012) D accord avec les affirmations sur les points qui différencient les entreprises familiales des autres Elles font tout ce qui est possible pour retenir leur personnel, même en temps de crise 72% 81% La culture / les valeurs d entreprise ont tendance à être plus marquées 76% 73% Elle s ont un sens aïgu de leur responsabilité à soutenir l emploi 66% 76% Elles ont un sens aïgu de leur responsabilité à soutenir des initiatives communautaires 38% (56%) 59% (les chiffres entre parenthèses sont des % en 2012) Slide 18

19 Principales conclusions D Implication familiale et planification successorale Slide 19

20 Les entreprises familiales belges sont plus enclines que la moyenne de compter des collaborateurs externes à la famille parmi les membres du conseil d administration bien que la part non-familiale de la propriété soit similaire % d entreprises familiales ayant des collaborateurs externes à la famille parmi les membres du conseil 73% 65% % d entreprises familiales ayant des collaborateurs externes à la famille qui détiennent des actions 31% 34% % supplémentaire susceptible d offrir des actions à des collaborateurs externes à la famille au cours des 5 prochaines années 19% 18% Slide 20

21 L implication des membres de la famille dans l entreprise est similaire en Belgique à la moyenne mondiale. La proportion d entreprises qui rétribuent les membres de la famille autrement que par une implication directe avec l entreprise ou par l accès à la propriété de l entreprise a augmenté depuis Implication de la famille dans l entreprise % ayant des membres de la famille qui travaillent comme cadres supérieurs au sein de l entreprise 91% 93% % ayant des membres de la famille qui travaillent au sein de l entreprise mais pas comme cadres supérieurs 51% 49% % ayant des membres de la famille qui ne travaillent pas pour l entreprise mais qui en détiennent des actions 47% 48% % ayant des membres de la famille qui ne travaillent pas pour l entreprise mais qui sont rétribués autrement 19% 18% (7%) (les chiffres entre parenthèses sont des pourcentages de 2012) Slide 21

22 Comme pour la moyenne mondiale, des membres de la nouvelle génération travaillent dans un peu plus de la moitié des entreprises familiales belges Implication de la nouvelle génération dans l entreprise % d entreprises dans lesquelles des membres de la nouvelle génération travaillent comme cadres supérieurs 39% 43% Nouvelle génération travaillant pour l entreprise 55% % d entreprises dans lesquelles des membres de la nouvelle génération travaillent au sein de l entreprise mais pas comme cadres supérieurs 31% 28% 55% % d entreprises dans lesquelles des membres de la nouvelle génération ne travaillent pas pour l entreprise mais en détiennent des actions % d entreprises dans lesquelles des membres de la nouvelle génération ne travaillent pas pour l entreprise et ne détiennent pas d actions mais sont rétribués différemment 26% 23% 5% 7% (Nouvelle question en 2014) Slide 22

23 85% des entreprises familiales belges ont au moins mis en place une procédure ou un mécanisme de gestion des conflits (pourcentage proche de la moyenne mondiale : 83 %). Les entreprises belges sont plus enclines que la moyenne d avoir un conseil d entreprise et / ou un conseil de famille. Procédures mises en place Shareholders agreement Family council Incapacity and death arrangements Entry and exit provision 32% 33% 57% 54% 51% 50% 43% 41% Measuring and appraising performance Family constitution Third party mediator 22% 27% 38% 39% 38% 36% Conflict resolution mechanisms Nothing 16% 15% 17% 27% Slide 23

24 Environ la moitié des entreprises familiales a prévu des dispositions en matière successorale. Ces dispositions sont plus fiables et plus documentées que celles établies par la moyenne des entreprises. Planification successorale pour les principaux cadres dirigeants? % d entreprises ayant adopté une planification successorale au moins pour quelques cadres dirigeants All senior roles 14% 16% Most senior roles 19% 18% 50% 53% Small number of senior roles 18% 20% None 46% 44% (Nouvelle question en 2014) Slide 24

25 Comparé à 2012, un plus grand nombre d entreprises familiales belges a des plans bien précis pour l avenir. La vaste majorité d entre elles a l intention de transmettre la propriété à la prochaine génération mais environ un tiers a l intention d intégrer une équipe de direction dans l entreprise. Projets futurs Pass on management to next generation 40% 45% Pass on ownership but bring professional management in 32% 32% Sell/float Don't know 14% 5% (21%) 8% 20% Répartition pour la Belgique Vente à des investisseurs privés : 11 % Vente à une autre entreprise : 5 % Vente à une équipe de direction : 1 % Other 1% 4% (Les chiffres entre parenthèses sont des % de 2012) Slide 25

26 La survie et la continuité de l entreprise familiale et de ses valeurs sont essentielles, notamment se préparer à ce que réservera l avenir. QUEL HÉRITAGE DURABLE LES ENTREPRISES FAMILIALES SOUHAITENT-ELLES TRANSMETTRE? Beaucoup de commentaires se rapportent à l avenir ; poser les fondements d une croissance durable Pour la famille / la communauté Continuer de retenir, créer et soutenir l emploi au niveau local Maintenir une conscience sociale Préserver la famille au niveau financier et rester fidèle à ses valeurs Pour l entreprise Bien se positionner pour faire face aux changements futurs, se préparer à l avenir Assurer une santé financière et une croissance durable Adopter une structure et une gestion professionnelle, solide et forte «Assurer la pérennité de l entreprise, préserver l esprit de famille et rester une entreprise à vocation sociale dans un univers de plus en plus tourné vers les finances» (Entreprise familiale de première génération) «Être une société en croissance. Rester un employeur sûr. Retenir les collaborateurs-clés et assurer leur épanouissement professionnel» (Entreprise familiale de seconde génération) «Développer une entreprise économiquement saine, en étant souple, en innovant et en prenant des décisions stratégiques» (Entreprise familiale de troisième génération ) «Une organisation solide dans laquelle les organes décisionnels sont clairement définis. Dans laquelle chaque collaborateur sait quelles sont ses responsabilités et ce que l on attend de lui» (Entreprise familiale de troisième génération) Slide 26

27 Principales conclusions E Évolution vers l ère numérique et nouvelles tendances dans le monde Slide 27

28 Les entreprises familiales belges sont davantage susceptibles que la moyenne de reconnaître l importance d adapter leur organisation à un monde de plus en plus numérisé ; elles reconnaissent aussi que cette évolution peut nécessiter de recruter de nouveaux talents. D accord avec les affirmations portant sur le monde numérique Il est nécessaire d adapter l organisation à un monde de plus en plus numérisé 72% 84% Notre priorité est d attirer les talents pour assurer la conversion vers le numérique 43% 54% Il faut comprendre les avantages économiques tangibles du passage vers le numérique et dresser un plan réaliste pour les évaluer Le passage vers l ère numérique contribuera à accroître la prise de conscience organisationnelle 49% 57% 47% 64% (Nouvelle question en 2014) Slide 28

29 Comme pour la moyenne mondiale, les entreprises familiales en Belgique reconnaissent l importance des avancées technologiques et le déplacement de la puissance économique mondiale comme les deux principales tendances mondiales qui transformeront le monde économique au cours des 5 prochaines années 5 prochaines années Trois principales tendances qui transformeront le monde économique au cours des 5 prochaines années (Belgique) Top 3 : 61 % 65 % 49 % 84 % 34 % 24% 26% 18% 30% 15% 12% 11% 18% 22% 28% 24% 31% 11% 5% 18% Ranked 3rd Ranked 2nd Ranked 1st Demographic shifts Shift in global economic power Resource scarcity and climate change Technological advances Urbanisation Top 3 (mondial): 56 % 60 % 52 % 79 % 40 % (Nouvelle question en 2014) Slide 29

30 Conclusions Il ressort que la Belgique a connu un climat économique difficile ces deux dernières années et les entreprises prévoient un statu quo dans un avenir proche. Les entreprises belges sont davantage préoccupées que la moyenne par la conjoncture économique et par la concurrence sur les prix. Les entreprises belges reconnaissent la nécessité de répondre à ces défis et se classent au-dessus de la moyenne pour les aspects liés au fait d attirer, de recruter et de retenir les talents, au passage à l ère numérique et au besoin de professionnaliser et d innover. Il n est dès lors peut-être pas surprenant de constater que 20 % des entreprises belges envisagent une consolidation l an prochain. Les entreprises belges reconnaissent le rôle majeur que les entreprises familiales jouent dans l économie et la société mais elles attachent moins d importance que par le passé aux problèmes communautaires. Les problèmes familiaux et communautaires sont secondaires par rapport aux problèmes plus commerciaux. Les entreprises familiales belges semblent être raisonnablement bien placées en matière de procédures de gestion des conflits familiaux mises en place et elles sont plus susceptibles que la moyenne d avoir prévu une planification successorale fiable et documentée. Cette situation semble être le reflet du nombre élevé d entreprises en Belgique qui sont restées dans la famille pendant au moins quatre générations et des intentions de conserver l entreprise dans le giron familial à l avenir. Slide 30

31 Annexe September 2014 Slide 31

32 Profil d échantillons pour la Belgique : secteurs d activité Chiffre d affaires (en US $) Âge de la société 41% 35% 59% 64% 7% 9% 9% 5% 20% 16% 12% 9% 14% 16% 3% 6% 39% 31% $5-10m $11-20m $21-50m $51-100m $ m >$500m Under 20 years years 50+ years Secteur Secteurs représentés : 2012 Production : 32 % (39 %) Distribution : 12 % (15 %) Détail : 11 % (3 %) Construction : 8 % (19 %) Activités économiques : 8 %(0 %) Automob. & réparations : 7 % (11 %) Autres : 5 % ou moins Nombre de générations 32% 28% 28% 25% 22% 23% 20% 20% 1 generation 2 generations 3 generations 4+ generations Slide 32

33 Profil d échantillons pour la Belgique : participants Rôle Membre de la famille? % 41% 29% 27% 30% 47% 55% 53% 45% 19% 8% 10% CEO/MD Owner/ Partner Finance Director Other Board member Family Non-family Rôle de la famille dans l entreprise Âge 83% 81% 36% 26% 31% 32% 23% 17% 19% 11% 11% 16% 7% 7% Own and manage Just own don t manage Under or older Slide 33

34 2014 PricewaterhouseCoopers LLP. All rights reserved. In this document, refers to PricewaterhouseCoopers LLP (a limited liability partnership in the United Kingdom) which is a member firm of PricewaterhouseCoopers International Limited, each member firm of which is a separate legal entity JM-OS

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil juridique et fiscal

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil juridique et fiscal www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil juridique et fiscal L union fait la force Parce qu ils sont essentiels pour la qualité de votre

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans l Audit

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans l Audit www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans l Audit L union fait la force Parce qu ils sont essentiels pour la qualité de votre travail, nous accordons

Plus en détail

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Sommaire Méthodologie et approche 3 Le département marketing au Luxembourg: une fonction clef dans le support de la

Plus en détail

IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1

IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1 IODE Consulting I Intelligence on Demand Slide 1 Présentation Tableau de bord prospectif Définition Fonctions Perspectives Indicateurs Carte stratégique Vision globale IODE Consulting I Intelligence on

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010

Service de la promotion économique. Comment optimiser sa trésorerie Février 2010 Service de la promotion économique Comment optimiser sa trésorerie Introduction Les potentiels, les raisons et la portée de l optimisation des fonds de roulement et de la trésorerie sont très souvent sous-estimés

Plus en détail

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil économique

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil économique www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil économique L union fait la force Parce qu ils sont essentiels pour la qualité de votre travail,

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013

www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 www.pwc.lu Bale III et CRD IV - enjeux pour les entreprises et les trésoriers Conférence PME-PMI 10 Juin 2013 Bâle III n est qu une des réglementations à venir Toute une série d autres initiatives font

Plus en détail

Brochure de Presentation. (Janvier 2015)

Brochure de Presentation. (Janvier 2015) Brochure de Presentation (Janvier 2015) Présentation du Cabinet _Melhenas & Associés est un cabinet indépendant d expertise comptable, d audit et de conseil. _Notre métier, conseiller et accompagner nos

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

We Generate. You Lead.

We Generate. You Lead. www.contact-2-lead.com We Generate. You Lead. PROMOTE CONTACT 2 LEAD 1, Place de la Libération, 73000 Chambéry, France. 17/F i3 Building Asiatown, IT Park, Apas, Cebu City 6000, Philippines. HOW WE CAN

Plus en détail

La révolution des Métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences: quels enjeux pour l entreprise. Février 2015

La révolution des Métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences: quels enjeux pour l entreprise. Février 2015 La révolution des Métiers Nouveaux métiers, nouvelles compétences: quels enjeux pour l entreprise Février 2015 Agenda No Section 1 Introduction 2 L entreprise face aux mutations du travail 3 Les métiers

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine

Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Desk Chine en France Votre lien privilégié avec la Chine Pourquoi la France est-elle le pays à privilégier pour s implanter en Europe? * La France est l une des grandes économies de la zone euro : Deuxième

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI 9/12/2014 Cloud & Security Sommaire Rappel court de Cloud Pour quoi cette sujet est important? Données sensibles dans le Cloud Les risques Top

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique

La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique www.itjobboard.be T: + 32 (0)2 5035 364 Contexte L objectif de ce rapport est de résumer la situation actuelle du marché de l emploi informatique

Plus en détail

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions

Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Contracts for sales of carbon credits Les contrats de vente de réduction d'émissions Sonatrach Headquarters 7 November 2006 Adam Shepherd, Associate, Baker & McKenzie Baker & McKenzie International is

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION

CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION CADRE JURIDIQUE INTERNATIONAL POUR LA DÉVELOPPEMENT DE PROGRAMMES CONTRE LA CORRUPTION International Legal Framework for Development of Anti-Corruption Programs 1 AUGMENTATION DES ACCORDS CONTRE LA CORRUPTION

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Revenue Assurance : Pourquoi et comment maîtriser votre chaîne de revenu? Saunière Jean-Christophe Corcos Pascal Guédri Zouheir

Revenue Assurance : Pourquoi et comment maîtriser votre chaîne de revenu? Saunière Jean-Christophe Corcos Pascal Guédri Zouheir Revenue Assurance : Pourquoi et comment maîtriser votre chaîne de revenu? Saunière Jean-Christophe Corcos Pascal Guédri Zouheir *connectedthinking 19 février 2008 Agenda Qu est-ce que le Revenue Assurance?

Plus en détail

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America

Wallonia-Belgium A continuous success story. Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America Wallonia-Belgium A continuous success story Alphi CARTUYVELS Deputy General Manager Europe & North America I. ORGANISATION & STRATEGY II. FIGURES & RESULTS III.BELGIUM WALLONIA S ASSETS I. ORGANISATION

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Les grandes tendances RH 2014. 2015 Deloitte Conseil

Les grandes tendances RH 2014. 2015 Deloitte Conseil Les grandes tendances RH 2014 Localization Globalization Workforce Planning Leadership Pipeline Technical Capabilities BigData Analytics Retention and Engagement Employment Brand Le monde est devenu compliqué

Plus en détail

Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne

Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne Conseils sectoriels pour l emploi et les compétences à l'échelle de l Union européenne Document de synthèse Client : Commission européenne, Direction générale Emploi, affaires sociales et égalité des chances

Plus en détail

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up

Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Advisory Traitement fiscal des assainissements Petits déjeuners des PME et start-up Préambule Ce document est fondé sur le séminaire OREF du 28 septembre 2010 Yves Grangier Juriste, assistant manager PricewaterhouseCoopers

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année

BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année BTS BLANC MUC/NRC 1 ère année (Aucun document autorisé) Février 2010 Epreuve d Economie générale [2 heures] Questions de cours : A partir de vos connaissances de cours, répondez aux questions suivantes

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2

Avertissement. Copyright 2014 Accenture All rights reserved. 2 Avertissement Ce document et les informations contenues sont la propriété d Accenture. Ce document en totalité ou en partie, ne peut être reproduit sous aucune forme ni par aucun moyen sans autorisation

Plus en détail

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale

Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale Business Strategy Consommateurs connectés La distribution à l ère digitale 4e étude mondiale sur les web-acheteurs Agenda Page 1 Le digital au cœur du parcours d achat 1 2 Dynamisme du commerce en ligne

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology

Global State of Information Security Survey 2013. Antoine Berthaut Director Business Technology Global State of Information Security Survey 2013 24 mai 2013 Etat des Lieux dans le monde, en Europe et en Suisse Antoine Berthaut Director Business Technology Que se passe-t-il? Mai 2013 2 Florilège d

Plus en détail

PricewaterhouseCoopers Déjeuner des PME et des Start-up 21 janvier 2005

PricewaterhouseCoopers Déjeuner des PME et des Start-up 21 janvier 2005 Déjeuner des PME et des Start-up Jean-Pierre Steiner, responsable du Business Recovery Services Suisse romande *connectedthinking Contenu Rôle de la trésorerie Environnement financier d une entreprise

Plus en détail

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE EST EN PERTE DE VITESSE La France est la 5 e puissance économique mondiale et la 2 e europé enne en termes de PIB, avec un marché de

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

P R É S E N T A T I O N D E L A S O L U T I O N

P R É S E N T A T I O N D E L A S O L U T I O N P R É S E N T A T I O N D E L A S O L U T I O N Microsoft Hyper-V : optimisation de la continuité d activité et de la reprise sur sinistre dans les environnements Microsoft Hyper-V Hitachi Data Systems

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

The space to start! Managed by

The space to start! Managed by The space to start! Managed by ESA Business Incubation Centers (ESA BICs) : un programme de soutien à la création d entreprises L Agence Spatiale Européenne (ESA) dispose d un programme de transfert de

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012

Web Analytics. des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Web Analytics Comment Valoriser la Connaissance des Visiteurs en Ligne? Raquel de los Santos, Business Consultant Forum emarketing 2012 Agenda comscore en Quelques Chiffres Réseaux Sociaux : Etat des lieux

Plus en détail

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire

Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire 28/3/2011 ANNEXE 6 (Source: Electrabel) Evaluation de la prime de risques de la vente d une bande d énergie nucléaire Si nous vendons une bande d énergie nucléaire à certains clients, que nous garantissons

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC)

National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) National Director, Engineering and Maintenance East (Montreal, QC) Reporting to the General Manager, Engineering and Maintenance, you will provide strategic direction on the support and maintenance of

Plus en détail

FESTIVAL DE MUSIQUE DU GRAND MONCTON C. P. 1457, Moncton (Nouveau-Brunswick) E1C 8T6

FESTIVAL DE MUSIQUE DU GRAND MONCTON C. P. 1457, Moncton (Nouveau-Brunswick) E1C 8T6 FESTIVAL DE MUSIQUE DU GRAND MONCTON C. P. 1457, Moncton (Nouveau-Brunswick) E1C 8T6 FORMULAIRE D INSCRIPTION 2015 CLASSE : Solo Date limite d inscription : le 9 janvier 2015 Tout formulaire en retard

Plus en détail

Bill 70 Projet de loi 70

Bill 70 Projet de loi 70 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 70 Projet de loi 70 An Act respecting protection for registered retirement

Plus en détail

Bill 69 Projet de loi 69

Bill 69 Projet de loi 69 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 64 ELIZABETH II, 2015 Bill 69 Projet de loi 69 An Act to amend the Business Corporations Act and the

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. #ConnectedCommerce Global Survey 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE. #ConnectedCommerce Global Survey 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE #ConnectedCommerce Global Survey 2015 Les attentes du consommateur connecté 2015 : Expérience multi-screen, Social Shopping et Personnalisation Bruxelles, 23 April 2015 L étude mondiale

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you.

The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. General information 120426_CCD_EN_FR Dear Partner, The new consumables catalogue from Medisoft is now updated. Please discover this full overview of all our consumables available to you. To assist navigation

Plus en détail

PARIS ROISSY CHARLES DE GAULLE

PARIS ROISSY CHARLES DE GAULLE GPS 2 34 1 E 49 0 46 N GPS* 2 56 56 E 49 0 12 N Votre contact / Your contact: et / and: Accueil : Cabines téléphoniques publiques Reception: Public telephone kiosks Navette Shuttle AÉROPORT DE TT CAR TRANSIT

Plus en détail

Prof. PhD Mathias J. Rossi

Prof. PhD Mathias J. Rossi Prof. PhD Mathias J. Rossi Contact Professor, PhD Firstname Mathias Jacques Family Name Rossi Adresse School of Business Administration Fribourg Ch. du Musée 4 City 1700 Fribourg Country Switzerland Phone

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Variation totale en %

Variation totale en % jeudi 16 février 2012 Kingfisher annonce un chiffre d'affaires en progression de 2,2 % au quatrième trimestre, en hausse de 4,0 % à taux de change constants (+ 0,9 % à surface comparable). Le groupe prévoit

Plus en détail

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs

Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Township of Russell: Recreation Master Plan Canton de Russell: Plan directeur de loisirs Project Introduction and Stakeholder Consultation Introduction du projet et consultations publiques Agenda/Aperçu

Plus en détail

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS)

Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Une étude personnalisée de la série Technology Adoption Profile commandée par Bell Canada Juin 2014 Protéger l expérience client contre les attaques par déni de service distribué (attaques par DDOS) Introduction

Plus en détail

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.

Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum. Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot. Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Worshop on Dot.Mu Date: Jeudi 12 Avril 2012 L heure: 9h15 Venue: Conference Room,

Plus en détail

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers

Utilisation des véhicules au passage des frontières. Informations douanières pour entreprises et particuliers Utilisation des véhicules au passage des frontières Informations douanières pour entreprises et particuliers Informations douanières pour entreprises et particuliers concernant les véhicules utilisés au

Plus en détail

Coup d oeil sur la solution OpenScape Business

Coup d oeil sur la solution OpenScape Business Coup d oeil sur la solution OpenScape Business Transformez votre PME Pour que le travail soit accompli, il est essentiel de rester en contact avec les collègues et les clients, au bureau comme sur la route.

Plus en détail

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill

Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Instaurer un dialogue entre chercheurs et CÉR: pourquoi? Me Emmanuelle Lévesque Centre de génomique et politiques Université McGill Perceptions de perte de confiance dans la littérature récente: des exemples

Plus en détail

Lean approach on production lines Oct 9, 2014

Lean approach on production lines Oct 9, 2014 Oct 9, 2014 Dassault Mérignac 1 Emmanuel Théret Since sept. 2013 : Falcon 5X FAL production engineer 2011-2013 : chief project of 1st lean integration in Merignac plant 2010 : Falcon 7X FAL production

Plus en détail

UN PEU DE VOTRE CŒUR EST TOUJOURS À LYON... A PIECE OF YOUR HEART IS FOREVER IN LYON...

UN PEU DE VOTRE CŒUR EST TOUJOURS À LYON... A PIECE OF YOUR HEART IS FOREVER IN LYON... UN PEU DE VOTRE CŒUR EST TOUJOURS À LYON... A PIECE OF YOUR HEART IS FOREVER IN LYON... Diplômé(e)s et futur(e)s diplômé(e)s, les moments passés sur le campus d EMLYON ne s oublient pas... Etre membre

Plus en détail

PROFILS METIERS (Semestre 9)

PROFILS METIERS (Semestre 9) ENSEIGNEMENTS ACADEMIQUES DU DEPARTEMENT Management et Entrepreneuriat (2014-2015) PROFILS METIERS (Semestre 9) Ancré au cœur des connaissances transversales en sciences de gestion issues des deux premières

Plus en détail

ÉTUDE BDC ENTREPRISES À IMPACT ÉLEVÉ : ACCÉLÉRER LA COMPÉTITIVITÉ DU CANADA

ÉTUDE BDC ENTREPRISES À IMPACT ÉLEVÉ : ACCÉLÉRER LA COMPÉTITIVITÉ DU CANADA ÉTUDE BDC ENTREPRISES À IMPACT ÉLEVÉ : ACCÉLÉRER LA COMPÉTITIVITÉ DU CANADA Mai 2015 Introduction --------------------------------------------------------------------------------- 1 1. Définition des entreprises

Plus en détail

Les entreprises françaises et le coworking

Les entreprises françaises et le coworking Les entreprises françaises et le coworking Perceptions, pratiques et attentes Novembre 2011 A la demande de Mobilitis, l institut Opinionway a mené une étude sur la perception, les pratiques et les perspectives

Plus en détail

INTRODUCTION 1. LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE INTERNATIONALE

INTRODUCTION 1. LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE INTERNATIONALE Coup d'oeil, décembre 2000, volume 6, numéro 3 La planification stratégique internationale: les expériences du Maryland, de la Pennsylvanie et du Texas Réjeanne Poulin en collaboration avec Jacques Auger

Plus en détail

TROUVER UN EMPLOI EN AUSTRALIE

TROUVER UN EMPLOI EN AUSTRALIE 1. CV 1.1 PERSONAL DETAILS (DÉTAILS PERSONNELS) 1.2 EDUCATIONAL HISTORY (FORMATION ET QUALIFICATIONS) 1.3 CAREER/WORK HISTORY (EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE) 1.4 REFERREES (PERSONNES DE CONTACT) 2. COVER

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

ET LA RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE» BUSINESS WOMEN INVOLVED IN INNOVATION AND CORPORATE SOCIAL RESPONSIBILITY

ET LA RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE» BUSINESS WOMEN INVOLVED IN INNOVATION AND CORPORATE SOCIAL RESPONSIBILITY ECHANGES DE BONNES PRATIQUES ENTRE FEMMES CHEFS D ENTREPRISE ENGAGES DANS L INNOVATION ET LA RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE» BUSINESS WOMEN INVOLVED IN INNOVATION AND CORPORATE SOCIAL RESPONSIBILITY

Plus en détail

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA

Renewable Energy For a Better World. Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities ENERSA Renewable Energy For a Better World Transforming Haïti s energy challenges into wealth and job creating opportunities COMPANY PROFILE Haiti's only designer and MANUFACTURER of solar panels and solar appliances

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Bill 12 Projet de loi 12

Bill 12 Projet de loi 12 1ST SESSION, 41ST LEGISLATURE, ONTARIO 63 ELIZABETH II, 2014 1 re SESSION, 41 e LÉGISLATURE, ONTARIO 63 ELIZABETH II, 2014 Bill 12 Projet de loi 12 An Act to amend the Employment Standards Act, 2000 with

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

Dan Bar-On. Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits

Dan Bar-On. Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits Dan Bar-On Dialog as a means of dealing with conflicts Le dialogue comme modèle pour surmonter les conflits Imbuto asbl - Memos AEPCSM International Peace Camp Rwanda 12-27.12.2005 Apprendre des expériences

Plus en détail

Le marché de l épargne-retraite. Septembre 23, 2004

Le marché de l épargne-retraite. Septembre 23, 2004 Le marché de l épargne-retraite Septembre 23, 2004 Stratégie de développement des produits d épargne-retraite L épargne-retraite est un investissement de long-terme pour la retraite. Il s agit d un investissement

Plus en détail