La gouvernance de l entreprise familiale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gouvernance de l entreprise familiale"

Transcription

1 QUESTIONS DE GOUVERNANCE La gouvernance de l entreprise familiale 77 conseils pratiques aux administrateurs, actionnaires et dirigeants Pascal Viénot en collaboration avec Christine Blondel, Thierry Colatrella, Serge Gautier, Agnès Touraine Préface de Daniel Lebègue

2 77 conseils et bonnes pratiques de gouvernance à l usage des administrateurs, actionnaires et dirigeants Ce livre - et c est son originalité - transpose les principes adoptés par les grandes structures en développant un ensemble de recommandations pratiques à l usage des entreprises familiales et patrimoniales qui représentent l essentiel du tissu économique français. Il aborde aussi bien : J la mise en place de chartes de gouvernance familiale, J les péchés, les vertus et les comportements attendus des administrateurs, J la présence des femmes au sein des conseils, J le bon emploi des compétences des commissaires aux comptes, J l analyse des risques, J la motivation et l évaluation des conseils. De plus, il aide à comprendre les interactions entre gouvernance d entreprise et gouvernance familiale, entre conseil d administration et conseil de famille, et propose des instruments pour les organiser. Cet ouvrage pratique et unique, sur un thème essentiel pour la réussite des entreprises, est réalisé par PASCAL VIÉNOT, administrateur indépendant et directeur des programmes de gouvernance d HEC Executive Education. Il s est appuyé sur les compétences reconnues de : CHRISTINE BLONDEL, THIERRY COLATRELLA, SERGE GAUTIER et AGNÈS TOURAINE. barbary-courte.com Dirigée par l Institut Français des Administrateurs, réseau de référence des administrateurs en France, la collection QUESTIONS DE GOUVERNANCE propose des ouvrages essentiels et accessibles touchant aux principaux thèmes de la gouvernance. Elle est destinée aux administrateurs, aux actionnaires, aux dirigeants, mais aussi à tous ceux, nombreux, qu intéressent ces sujets aujourd hui reconnus comme majeurs dans la vie des entreprises. Code éditeur : G53796 ISBN : :HSMCLC=ZX\^[X: 25

3 La gouvernance de l entreprise familiale 77 conseils pratiques aux administrateurs, actionnaires et dirigeants

4 Éditions d Organisation Groupe Eyrolles 61, bld Saint-Germain Paris Cedex 05 Institut Français des Administrateurs <http://www.ifa-asso.com> Le code de la propriété intellectuelle du 1 er juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s est généralisée notamment dans l enseignement, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957 il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l Éditeur ou du Centre Français d Exploitation du Droit de Copie, 20, rue des Grands- Augustins, Paris., 2007 ISBN :

5 COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE La gouvernance de l entreprise familiale 77 conseils pratiques aux administrateurs, actionnaires et dirigeants Pascal Viénot en collaboration avec Christine Blondel Thierry Colatrella Serge Gautier Agnès Touraine

6 Questions de gouvernance La collection Questions de gouvernance propose des ouvrages essentiels touchant aux principaux thèmes de la gouvernance. Conçue pour être accessible à un large public, elle est destinée aux administrateurs, aux actionnaires, aux dirigeants, mais aussi à tous ceux, nombreux, qu intéressent ces sujets aujourd hui reconnus comme majeurs dans la vie des entreprises. Elle est le fruit de la collaboration entre Eyrolles/Editions d organisation et l Institut Français des Administrateurs, réseau de référence des administrateurs en France. L IFA rassemble aussi bien des administrateurs indépendants que des administrateurs exerçant des fonctions exécutives, représentant l Etat ou les salariés. Par son action de promotion des meilleures pratiques, l IFA concourt à leur diffusion au sein des entreprises de toutes tailles, cotées ou non, familiales ou à actionnariat ouvert, sociétés mutualistes, coopératives ou publiques, associations ou fondations. Questions de gouvernance donne la parole à des auteurs reconnus, choisis pour leur expertise et leur capacité à valoriser l apport des meilleures pratiques de gouvernance. ***

7 Sommaire Les auteurs... IX Préface Entreprises familiales : la gouvernance est aussi votre affaire... XI Chapitre I 7 comportements vertueux dans la gouvernance des entreprises familiales (PASCAL V IÉNOT)... 1 Ne pas attendre... 1 Ne pas rester seul : inventer sa gouvernance... 3 Organiser cette gouvernance : rédiger un règlement intérieur... 5 Séparer gouvernance d entreprise et gouvernance de famille... 7 Fédérer les actionnaires familiaux Anticiper le futur : identifi er et susciter des successeurs Envisager les risques de l administrateur Chapitre II 7 étapes pour mettre en place une charte de gouvernance familiale (PASCAL V IÉNOT) Commencer par la généalogie Identifi er les attentes des membres de la famille Concevoir la charte Cheminer avec équité Choisir un dispositif Incarner la charte Faire vivre la charte Chapitre III 7 étapes essentielles de la gestion des risques (THIERRY COLATRELLA) Faire le lien entre la stratégie de l entreprise et les opérations Formaliser ses risques pour mieux les gérer Risques stratégiques Risques opérationnels V

8 SOMMAIRE Impliquer et responsabiliser les acteurs Intégrer le risque pour optimiser les opérations Constituer des moyens de preuve de diligence et de bonne foi Servir de réfl exion pour le contrôle de gestion et la mission du commissaire aux comptes Aider le conseil dans sa mission de contrôle Chapitre IV Les 7 péchés capitaux de l administrateur (PASCAL V IÉNOT) L absence Le confl it d intérêt Le déni des actionnaires La passivité L incompétence Le laxisme éthique L erreur stratégique Chapitre V Les 7 qualités attendues des administrateurs extérieurs dans les entreprises familiales (PASCAL V IÉNOT) Le discernement Le courage L autonomie La disponibilité La transparence L accountability L implication Chapitre VI Les 7 règles d or des processus de décision équitables dans les entreprises familiales ou «Fair Process» (CHRISTINE BLONDEL) Communiquer et permettre à tous d exprimer leur point de vue Encourager la clarté Être cohérent Être ouvert au changement Garder un souci d équité S aider des 5 étapes Utiliser le schéma des 3 cercles VI

9 SOMMAIRE En conclusion : la relation entre «Fair Process» et gouvernance Chapitre VII 7 moyens de motiver ou d utiliser au mieux les compétences des administrateurs d entreprises familiales et patrimoniales (SERGE GAUTIER) Établir une relation de confi ance par un contrat moral Leur faire connaître l entreprise et son environnement Organiser les séances du conseil et fournir des informations adaptées Donner aux administrateurs une juste rémunération Rémunérer l implication professionnelle des administrateurs Une juste rémunération Une rémunération motivante liée à la situation et aux résultats de l entreprise Une répartition inégalitaire des jetons de présence Faire travailler l administrateur sur un domaine particulier Constituer une véritable équipe Favoriser l énergie collective Chapitre VIII 7 arguments en faveur de la mixité dans les conseils d administration (AGNÈS TOURAINE ET CHRISTINE BLONDEL) Respecter des principes fondamentaux Améliorer la gouvernance Améliorer la rentabilité Respecter ses clientes/consommatrices Reconnaître l actionnariat féminin Motiver les salariés Former et sélectionner les futures dirigeantes Chapitre IX 7 façons de bien utiliser les commissaires aux comptes dans les entreprises familiales (SERGE GAUTIER) Comprendre et expliquer l entreprise Interroger les commissaires aux comptes sur la nature de leur mission et sur leurs conclusions VII

10 SOMMAIRE Apprendre à mesurer les risques et à apprécier la qualité du contrôle interne Comprendre, analyser et arrêter les comptes Améliorer la qualité de l information fi nancière Impliquer les commissaires aux comptes dans certaines démarches juridiques Faciliter leurs travaux, pour qu ils donnent le meilleur de leur compétence Chapitre X 7 raisons et moyens d évaluer l efficacité du conseil dans les entreprises familiales (THIERRY COLATRELLA) S assurer du bon fonctionnement du conseil et de ce que les questions sont convenablement débattues Mesurer la contribution effective de chaque administrateur et l adaptation de la composition du conseil Motiver les administrateurs à participer, à être actifs, et à dynamiser le conseil Démontrer aux actionnaires la création de valeur Les techniques d évaluation Exemples de restitution L information des actionnaires Conclusion 7 questions à poser en conseil dans les entreprises familiales et patrimoniales (PASCAL V IÉNOT) Quelle est notre stratégie? Quel niveau de risque sommes-nous prêts à accepter? À qui confi er la mise en œuvre de cette stratégie? Comment externaliser les risques? Quelles conséquences en cas de survenance des risques? Comment l entreprise est-elle notée? Quelle rentabilité devons-nous dégager au minimum? Bibliographie VIII

11 Les auteurs Christine Blondel Directrice exécutive du Centre international Wendel pour l entreprise familiale à l Insead. Consultante et administratrice d entreprises familiales. Polytechnique, MBA INSEAD. Thierry Colatrella Expert comptable et commissaire aux comptes. Associé chez KPMG SA, spécialisé dans le domaine de la gouvernance d entreprise. Conseil de groupes nationaux et internationaux. Coauteur de Pénalement responsable, le contrôle interne qui dérange, Éditions d Organisation, Serge Gautier Expert-comptable et commissaire aux comptes. Président de la Société Continental Audit. Animateur de séminaires de gouvernance des PME pour l IFA. Auteur du Guide pratique de l Administrateur de société, Éditions Gualino, Agnès Touraine Cofondatrice et partner d Acte III Consultants. Précédemment consultante chez McKinsey, PDG de Liris Interactive puis de Vivendi Universal Publishing, coordonnatrice des travaux de l IFA sur la Mixité des Conseils. IEP Paris, MBA Columbia University New York. Pascal Viénot Directeur des Programmes de gouvernance, HEC Executive Education. Administrateur indépendant et consultant auprès d entreprises familiales. Précédemment directeur financier de sociétés cotées et directeur général d un fonds d investissement. Membre des Commissions PME et Études de l IFA. HEC, MBA Columbia University New York. Vous pouvez contacter les auteurs IX

12

13 Préface Entreprises familiales : la gouvernance est aussi votre affaire PAR DANIEL LEBÈGUE, PRÉSIDENT DE L IFA Cet ouvrage consacré à l entreprise familiale et à la gouvernance d entreprise, conçu et réalisé par Pascal Viénot avec le concours d éminents spécialistes de la matière, est le premier d une collection que l Institut Français des Administrateurs et le groupe Eyrolles-Éditions d Organisation ont décidé de publier autour du thème de la gouvernance et de l exercice du métier d administrateur de société. Cette initiative répond à une demande croissante d information, d apport d expertise et d échange de bonnes pratiques qui ne se limite plus aux acteurs dirigeants, administrateurs, investisseurs, professionnels de l audit, du droit et du management des grandes sociétés cotées, mais qui émane également, et de plus en plus, du monde des PME, des entreprises publiques et mutualistes et même du secteur associatif. C est un signe des temps que le premier ouvrage publié dans ce cadre s adresse à l entreprise familiale. Pour cette dernière, la recherche d une bonne gouvernance, c est-à-dire de processus de direction et de contrôle de l entreprise qui concilient au mieux, efficacité de la gestion, sécurité pour les actionnaires et pérennité de l entreprise, est un enjeu essentiel en terme de performance économique et de préservation du patrimoine familial. XI

14 PRÉFACE Mais il est évident que les règles et les standards applicables aux grandes sociétés cotées, ne peuvent pas et ne doivent pas être appliqués en l état à des entreprises moyennes ou petites, dont l actionnariat est unipersonnel ou familial. Ces entreprises-là ont besoin de simplicité, de souplesse et surtout de pratiques de gouvernance adaptées à leur taille, à leur culture, à la structure de leur actionnariat. La gouvernance ne doit pas être pour elles un ensemble de règles obligatoires, de procédures et de sanctions, mais une boîte à outils mise à leur disposition pour améliorer la prise de décision et les relations entre actionnaires, managers et partenaires de l entreprise. C est, je le crois, la vertu et la valeur ajoutée de l ouvrage de Pascal Viénot que de proposer aux acteurs de l entreprise familiale un guide de bonnes pratiques, mais aussi un recensement des erreurs à éviter, à charge pour eux d en faire le meilleur usage. Identifier les meilleures pratiques, les partager, les faire connaître aux dirigeants et aux administrateurs, contribuer ainsi à améliorer la gouvernance dans notre pays, c est également l objectif premier que s assigne l IFA, l association professionnelle des administrateurs exerçant leur activité en France. XII

15

16 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX Chapitre I 7 comportements vertueux dans la gouvernance des entreprises familiales PAR PASCAL VIÉNOT Un ouvrage sur le gouvernement des entreprises n est pas un traité de morale. Du moins pas officiellement. C est donc de comportements vertueux plutôt que de vertus que ce premier chapitre traitera, de comportements visant à identifier et maîtriser les risques accrus auxquels sont confrontées les entreprises familiales et patrimoniales. Sans ignorer pour autant que les quatre vertus cardinales reconnues trouvent parfaitement leur place au sein des conseils d administration. Force (détermination et clarté de la vision stratégique) ; Tempérance (maîtrise des enjeux et contrôle) ; Justice (équilibre shareholders/stakeholders) ; Prudence (gestion des risques). Ne pas attendre Toute entreprise grandit, mais peu atteignent le stade du CAC 40 ou du SBF 250. L immense majorité des 3 millions d entreprises recensées par l INSEE sont familiales et de dimension modeste. La France compte 1

17 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX moins de 2000 groupes employant plus de 300 salariés 1, et guère plus de sociétés cotées domestiques. C est peu. Très peu. Or c est autour des «rares» entreprises cotées qu ont été élaborées les recommandations (rapports Viénot, Bouton, Lasserre ) et les lois (NRE, LSF, Breton ) qui ont jeté les fondements du gouvernement d entreprise en France. Serait-ce à dire que ce sujet ne concerne que les grands groupes et que les entreprises patrimoniales en sont exemptées? À l évidence non, car la bonne gouvernance est d abord une affaire de principes, de valeurs, avant d être un domaine réglementaire. Seule l ancienneté introduit une différence entre les entreprises : elles naissent PME, deviennent familiales quand la seconde génération rejoint l équipe dirigeante, puis patrimoniales quand leur actionnariat s émiette au sein de la famille par l effet des successions. Mais leurs valeurs essentielles restent inchangées. Le XIX e siècle ignorait la gouvernance, mais les familles employaient des gouvernantes pour appendre à leurs rejetons à bien se comporter en société. La société a changé, elle est devenue anonyme. Mais les règles sont restées : ne pas mentir devenu sincérité des comptes ; ne pas tricher devenu impératif de transparence ; ne pas voler devenu respect des principes d éthique ; respect d autrui devenu prise en compte des stakeholders ; responsabilité inchangé et aggravé! Les préoccupations fondamentales de la gouvernance sont éternelles et universelles. Elles ne concernent pas une catégorie particulière d entreprises. Toutes, quelles que soient leur structure et leur dimension, sont concernées par cette recherche d équilibre et d efficacité entre les préoccupations du management, des actionnaires, de la famille et de la société civile. C est là le domaine de la gouvernance. 1 Rapport sur la gouvernance des PME patrimoniales, commission PME de l IFA, juin

18 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX L important pour une entreprise familiale est donc de reconnaître qu elle est concernée, et de se mettre en route, à son rythme, sur le chemin de la gouvernance. Et cette mise en route doit intervenir très tôt! Dans le cas des startup, par exemple, les investisseurs qui soutiennent le projet souhaitent presque toujours être représentés au conseil d administration. Mais si l entrepreneur attend cette demande pour s interroger sur les vi sages qu il souhaiterait retrouver auprès de lui, voire pour constituer formellement son conseil, il est trop tard. Il a perdu l initiative de sa composition. Une fois les investisseurs présents au capital, il lui devient beaucoup plus difficile d imposer les administrateurs de son choix pour équilibrer la présence des financiers, alors qu il aurait pu les introduire auparavant et rendre leur éviction difficile. Ne pas rester seul : inventer sa gouvernance Le pire pour un entrepreneur est d être seul, sans pairs de confiance avec lesquels partager ses interrogations, et auprès desquels demander conseil. L idéal est certainement de disposer d un cercle de proches, compétents, indépendants et efficaces. Cette configuration est précisément celle qui se retrouve dans les conseils d administration, décrits dans le rapport Bouton comme devant résulter «d un savant dosage de compétence, d expérience et d indépendance au service de l intérêt de la société et de ses actionnaires». Mais ce serait une erreur de faire de l existence d un véritable conseil une exigence absolue pour les entreprises de toutes les dimensions. Trop d entrepreneurs ont refusé de s engager sur le chemin de la gouvernance par crainte des lourdeurs et des coûts entraînés par la mise en place d une solution idéale présentée comme unique. Alors que rien n interdit dans un premier temps que ces compétences ne soient recherchées en dehors de conseils formels. Quitte à formaliser la nature de ces échanges ultérieurement. 3

19 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX Nombreux sont les chefs d entreprise ayant développé une relation privilégiée avec un cercle de proches de confiance, expert-comptable, avocat, autre entrepreneur, voire actionnaire minoritaire familial, ami ou cousin. Cette pratique n a rien de répréhensible, et constitue une première étape satisfaisante si les interlocuteurs répondent à des critères simples de compétence, d expérience, d indépendance, d absence de complaisance, s ils mesurent l étendue de leur responsabilité implicite, et si cette relation est structurée : quels que soient les participants, il ne doit pas s agir de déjeuners amicaux mais de séances de travail régulières et organisées. Ainsi, le président d une importante entreprise de pâtisserie industrielle a-t-il mis en place autour de lui un réseau d advisors 2 avec lesquels il organise des consultations régulières, dans les domaines aussi diversifi és que la productivité, le droit, la fi nance et la gastronomie, tous les domaines dans lesquels les membres de son conseil d administration (intégralement constitué au sein de sa proche famille) ne pouvaient guère lui apporter. Les lois définissent un dispositif minimum de gouvernance, correspondant à un souci de normalisation et de transparence. Mais un législateur ne pourra jamais, ni garantir la compétence des membres de la famille, ni faire accepter à cette dernière la présence d administrateurs extérieurs souvent considérés comme des intrus. Alors, faute de se résigner à l inefficacité de conseils exclusivement composés au sein de la parentèle, une bonne pratique peut consister à mettre en place des structures parallèles informelles ayant la même finalité. Le Code Buysse de corporate governance des entreprises belges non cotées 3 précise ainsi que : «en guise d amorce d un conseil d administration actif, il peut être indiqué d instituer un conseil d avis qui fonctionne comme une caisse de résonance pour le chef d entreprise». 2 Advisor : terme anglais signifiant conseiller, souvent employé en gouvernance pour éviter la confusion avec un membre de conseil de surveillance (conseiller), de conseil d administration (administrateur), voire un consultant. 3 Cf. bibliographie en fin d ouvrage. 4

20 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX Un groupe de distribution spécialisée de l est de la France a ainsi constitué, hors conseil, un comité stratégique qui réunit tous les mois autour de son président trois professionnels expérimentés issus des milieux de la stratégie, de la banque et du marketing pour réfl échir aux risques et aux enjeux du développement. Le président teste auprès d eux ses idées, répond à leurs interrogations souvent plus incisives que celles d administrateurs policés puis prend ses décisions. Ces dernières sont ensuite présentées, expliquées et formalisées au sein d un conseil 100 % familial qui devient ainsi un instrument de formation et de préparation de la succession. Une autre entreprise de distribution alimentaire a conservé la forme de SARL adoptée à sa création, mais fonctionne maintenant avec un conseil de cinq gérants, dont beaucoup de structures plus importantes envieraient le professionnalisme et l efficacité. L essentiel pour chaque entreprise est donc d inventer la formule qui lui conviendra le mieux, quitte à s éloigner des chemins battus et à réinterpréter les dispositions réglementaires. Ainsi certains fonds d investissement, actionnaires importants par nature, font-ils le choix de ne pas détenir de mandats, d élire des administrateurs indépendants voire de demander à ce que leurs représentants assistent en auditeurs «libres» aux conseils. Ce qui n est guère satisfaisant au plan des responsabilités, mais vraisemblablement plus efficace pour des structures ayant de nombreuses participations à gérer. Organiser cette gouvernance : rédiger un règlement intérieur Il n est pas ici question du règlement intérieur de l entreprise, définissant les zones non-fumeurs ou précisant les heures d ouverture des bureaux et les conditions d accès aux locaux. Mais du règlement intérieur du conseil. Car, quelle que soit la forme de gouvernance retenue, conseil formel, cercle d advisors, consultants, comité scientifique ou stratégique, ses travaux ont besoin d être organisés pour être efficaces. 5

21 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX Ce règlement intérieur sera élaboré et discuté entre les acteurs du gouvernement d entreprise, puis présenté aux actionnaires familiaux. Il pourra être approuvé formellement par eux en assemblée générale et s imposera alors juridiquement aux associés 4, ou sera simplement enregistré, sans avoir de valeur juridique contraignante, mais avec une valeur morale forte. Les principaux sujets abordés dans un tel règlement intérieur sont : l organisation des réunions : dates de réunion, fréquence, documentation, délai de mise à disposition, compte rendu le processus de prise de décision (dans le cas d un conseil classique) : organisation des votes, délégation, pouvoirs, délibérations la composition du conseil : présence d indépendants, répartition des sièges entre branches de la famille, règles de limite d âge, rotation ou remplacement éventuel des membres l organisation des travaux : avec ou sans comités, avec ou sans spécialisation des administrateurs sur certains types de dossiers ; le rappel des devoirs des membres de l organe de gouvernance 5 : loyauté, défense de l intérêt social, absence de conflit d intérêt, confidentialité, indépendance, diligence, devoir d expression le choix éventuel d un mode d évaluation du bon fonctionnement de la gouvernance (du système et des participants). Enfin, l adoption d un règlement intérieur est souvent le seul moyen pour une entreprise familiale de recruter un directeur général salarié. Ce directeur général disposant de par la loi des pouvoirs «les plus étendus», c est-à-dire de pouvoirs illimités, nombre d entreprises familiales répugnent à rechercher des compétences en dehors du cercle des associés, même si les talents de ces derniers sont limités. Ils craignent avant tout les conséquences que pourraient avoir sur leur patrimoine les décisions d un dirigeant non actionnaire. 4 Les dispositions du règlement intérieur ne peuvent pas être contraires aux statuts. 5 Cf. la charte de l administrateur publiée par l IFA en

22 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX Le règlement intérieur, sans réduire juridiquement les pouvoirs d engagement du directeur général vis-à-vis des tiers, permet de fixer des limites à la délégation de pouvoir que lui consent le conseil, c est-à-dire de définir des limites au-delà desquelles il aura à rendre compte personnellement en cas de dépassement. Ces limites porteront classiquement sur des plafonds (d emprunt, d investissement, de garanties ) et/ou des types d opération (acquisitions, cessions, rapprochements, diversifications), voire d autres recrutements clés. Les associés auront ainsi la certitude que leur patrimoine ne pourra pas être mis à mal par les initiatives d un dirigeant extérieur sans leur accord. Séparer gouvernance d entreprise et gouvernance de famille L apparition de la seconde génération est souvent une source de conflits. Et rares sont les entreprises patrimoniales n en ayant pas connu lorsqu elles atteignent la troisième. Mais au fond, rien de plus naturel : qu y a-t-il de commun entre deux cousins de même âge ayant l un le pouvoir, la considération, le salaire, les notes de frais, le bureau, la voiture, la secrétaire, et l autre qui ne perçoit qu un maigre dividende et paye l ISF sur des titres ne constituant pas son instrument de travail. Ce type de situation débouche inévitablement sur des orientations stratégiques divergentes : une branche de la famille visera la plus-value immédiate en privilégiant une cession industrielle, une autre aspirera à la liquidité par une cotation en Bourse, une dernière préférera le maintien de l indépendance et le réinvestissement, en acceptant l absence de dividende. Un groupe pharmaceutique français en a ainsi fait récemment la difficile expérience. Or ce n est pas au sein du conseil de l entreprise que ce genre de débat doit être mené : quelle que soit leur origine, quelle que soit la «branche» de la famille à laquelle ils appartiennent, c est à l intérêt social et non au leur que les administrateurs doivent se référer. C est donc dans d autres instances que de telles discussions doivent avoir lieu : du conseil de famille à la holding familiale les variantes 7

23 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX abondent de ce que le Code Buysse désigne sous le nom de «Forum Familial, [fonctionnant comme une] plateforme de communication et d information, et, le cas échéant de consultation, sur toutes les questions concernant l entreprise». Mais encore faut-il avoir la volonté de progresser et de surmonter les comportements «hérités»! Les univers respectifs des différents acteurs sont résumés dans le schéma présenté en page suivante, qui fait ressortir les décalages existants entre les thém atiques et les instances juridiques : la gouvernance de famille, dont l organe peut être le conseil de famille, traite de structure de patrimoine, de contrôle et de pouvoir. Elle formule des objectifs de rentabilité et arrête des plafonds de risques, qui seront repris par ses représentants au conseil d administration ; le gouvernement d entreprise traduit les attentes exprimées par la famille en terme de stratégie d entreprise, supervise sa mise œuvre par le management, contrôle les résultats et en informe les actionnaires. Son organe est le conseil d administration ; la gestion est le fait de managers concentrés sur la réalisation des objectifs fixés par le conseil. Le conseil d administration ainsi que le management comportant aussi bien des membres de la famille que des professionnels extérieurs, chaque acteur doit garder présent à l esprit en permanence ce triple référentiel pour resituer toute décision dans le contexte approprié de responsabilité. Une entreprise cotée française, encore contrôlée par des descendants du fondateur, voit ainsi sa pérennité menacée par la diffi culté des branches à arbitrer entre compétence et permanence familiale au sein de la direction générale. Et par le déplacement au niveau du conseil d administration de débats qui devraient avoir lieu dans la holding. 8

24 7 COMPORTEMENTS VERTUEUX Gouvernance de Famille Gouvernance d Entreprise Gestion Famille Actionnaires Stratégie Contrôle Entreprise Mise en œuvre Stratégie Dirigeants Management Administrateurs Conseil d Administration «Cousins» Conseil de Famille Opérations Les trois univers de la gouvernance Pour faciliter la séparation entre gouvernance d entreprise et gouvernance de famille, l instrument le plus efficace est la charte de gouvernance familiale. Très répandue au sein des Family Businesses d outre-atlantique, mais encore peu utilisée en France, elle compte parmi les bonnes pratiques de gouvernance des entreprises patrimoniales. Son élaboration et son amélioration continue constituent la dé marche de progrès la plus efficace pour introduire des principes de bonne gouvernance au sein d une entreprise familiale. Elle fait l objet du chapitre II. Ainsi le dispositif «idéal» de gouvernance des entreprises patrimo niales devrait-il comprendre les trois documents suivants pour organiser les relations entre tous les acteurs : une charte de gouvernance familiale, régissant les relations entre les membres de la famille et leurs pairs ainsi qu avec l entreprise ; une charte de l administrateur énonçant les principes et règles de comportement en conseil ; un règlement intérieur organisant la vie sociale et encadrant les pouvoirs. 9

La gouvernance de l entreprise familiale

La gouvernance de l entreprise familiale COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE La gouvernance de l entreprise familiale 77 conseils pratiques aux administrateurs, actionnaires et dirigeants Pascal Viénot en collaboration avec Christine Blondel

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

La gouvernance dans les grandes associations et fondations

La gouvernance dans les grandes associations et fondations La gouvernance dans les grandes associations et fondations Institut Français des Administrateurs Evaluer son Conseil d administration 7 rue Balzac 75008 PARIS Tel. : 01 55 65 81 32 - email : contact@ifa-asso.com

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

3.3 Les membres sont nommés par le Conseil annuellement après l assemblée annuelle des actionnaires de la Société.

3.3 Les membres sont nommés par le Conseil annuellement après l assemblée annuelle des actionnaires de la Société. 1. INTERPRÉTATION ET OBJECTIFS La présente charte doit être interprétée et appliquée conjointement avec les autres chartes et les politiques de gouvernance adoptées par le Conseil. La présente charte énonce

Plus en détail

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides 1 Principes de gouvernance Les entrepreneurs n ont pas encore fait évolué leur activité en société. Les entrepreneurs activent un conseil d administration.

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT

Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT I. RÔLE Le rôle du comité d audit de la Société (le «comité d audit») consiste à aider le conseil d administration (le «conseil») à surveiller

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIRECTION DES AFFAIRES CORPORATIVES Conseil d administration Approbation initiale : 26 mai 2011 CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE I- MANDAT Conformément à la Loi constituant

Plus en détail

La gouvernance de l entreprise familiale

La gouvernance de l entreprise familiale QUESTIONS DE GOUVERNANCE La gouvernance de l entreprise familiale 77 conseils pratiques aux administrateurs, actionnaires et dirigeants Pascal Viénot en collaboration avec Christine Blondel, Thierry Colatrella,

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

transition for success management

transition for success management transition management Manager de transition est un métier qui ne s improvise pas. Les conditions qui garantissent le succès du changement sont multiples et complexes. Fontenay Managers a contribué à développer

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015 Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations Avril 2015 Sommaire Préambule Méthodologie Profils des répondants Profils des entreprises Profils des participants Rejoindre l entreprise familiale

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

Sommaire. Objectif de ce livret. Qui sommes-nous? Quels sont nos métiers? Un constat simple. Compréhension des enjeux et des défis

Sommaire. Objectif de ce livret. Qui sommes-nous? Quels sont nos métiers? Un constat simple. Compréhension des enjeux et des défis L entrepreneur face à ses choix patrimoniaux Sommaire Objectif de ce livret Qui sommesnous? Quels sont nos métiers? Un constat simple Compréhension des enjeux et des défis Suivi d un processus équitable

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les dirigeants.

Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Les entreprises familiales vues par les dirigeants. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société, entre pérennité et changement Contact : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT

LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT LUXEMBOURG, LE 9 NOVEMBRE 2015 AVIS RELATIF AU PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DES SOCIÉTÉS D IMPACT SOCIÉTAL (SIS) ET AU PROJET DE RÈGLEMENT GRAND-DUCAL RELATIF À LA COMPOSITION ET AU FONCTIONNEMENT DE

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE FIDREX Société d expertise comptable et de commissariat aux comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE www.fidrex.com EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R. 823-21 DU CODE DE COMMERCE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

Charte d éthique et de comportement

Charte d éthique et de comportement Charte d éthique et de comportement Préambule Le groupe BDO France, membre à part entière du réseau international BDO, effectue des missions de nature variées dans les domaines de l audit, du conseil financier

Plus en détail

Cours de Master 2 Management & ressources humaines. Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels

Cours de Master 2 Management & ressources humaines. Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels Cours de Master 2 Management & ressources humaines Module III La gestion de la ressource IIIB des salariés professionnels Plan du cours Partie I : La fonction RH Partie II : Les déterminants d un management

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier

FCPI. Diadème Innovation. Pour concilier innovation et immobilier FCPI Diadème Innovation Pour concilier innovation et immobilier Diadème Innovation II, défiscalisation, innovation et immobilier Diadème Innovation II, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, a pour

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 3 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 Etabli en application de l article R823-21 du Code de Commerce 1 Présentation du cabinet 1.1 Description du cabinet Monsieur Laurent ARROUASSE exerce

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

UNE FAMILLE, DES VALEURS. «RÉUNIR SOUS UN MÊME TOIT LE PASSÉ ET L AVENIR, AUJOURD HUI.»

UNE FAMILLE, DES VALEURS. «RÉUNIR SOUS UN MÊME TOIT LE PASSÉ ET L AVENIR, AUJOURD HUI.» UNE FAMILLE, DES VALEURS. Les valeurs sont essentielles car elles donnent du sens à notre vie. Nos convictions et nos principes sont façonnés sur notre expérience ainsi que par l héritage transmis de nos

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail