«Transmettre, le défi de la continuité!»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Transmettre, le défi de la continuité!»"

Transcription

1 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Eric Ausloos/Belpress.com «Transmettre, le défi de la continuité!» ENQUETE SUR LA TRANSMISSION D ENTREPRISE AUPRES DES ENTREPRENEURS FRANCOPHONES Octobre 2013 E RÉALISÉE EN COLLABORATION AVEC :

2 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Ce document est une publication du Service d études d UCM National, réalisée en collaboration avec l Unizo. Siège social : rue Colonel Bourg , 1140 Bruxelles Contact : 081/ Auteur : Jonathan Lesceux, Conseiller, Service d études Comité de suivi & contribution : - Arnaud Deplae, Directeur, Service d études - Eléonore Dubois, Directrice, Développement économique - Julie Guillaume, Assistante administrative, Service d études - Gilles Vandorpe, Coordinateur études, Service d études de l Unizo - Aurélie Tahir, Conseillère, Développement économique - Charlie Tchinda, Conseiller, Service d études Éditeur responsable : Christine Lhoste, Secrétaire générale Date de publication : Octobre 2013 Page 2 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

3 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Table des matières : 1 Avant-propos Résumé Introduction Profil de l échantillon Caractéristiques des personnes interrogées Caractéristiques de l entreprise / activité Parcours des personnes interrogées Caractère familial de l activité Résultats de l enquête Changements envisagés à court terme Préparation et recherche du repreneur Connaissance de la valeur de l entreprise Motivations et options privilégiées pour la transmission d entreprise Principales difficultés (transmission et succession familiale) Principaux acteurs privilégiés dans le conseil en matière de transmission d entreprise et accompagnement UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 3

4 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Avant-propos Pour créer de l emploi et de la richesse, une économie a besoin d entreprises. La voie la plus classique pour entreprendre est la création d activité. Pourtant, la reprise d une activité existante s avère très souvent une alternative intéressante pour démarrer une activité. En effet, reprendre une entreprise est souvent plus couteux que la créer mais la pérennité de ce type d entreprise est plus forte. En effet, cela permet généralement de bénéficier dès le départ d un fonds de commerce et d un portefeuille de clients existants. Par ailleurs, le bon fonctionnement du processus de transmission est un élément important pour favoriser la compétitivité de l économie et stimuler l entrepreneuriat. En effet, s assurer que les entreprises survivent à leur créateur, c est garantir le maintien au moins partiel du savoir-faire qui a été créé. C est éviter de devoir à chaque fois tout recommencer à zéro, en pouvant soutenir le processus de croissance d une entreprise. Ce qui demande souvent plusieurs générations. En outre, un marché de la transmission efficace, garantit aux entrepreneurs de pouvoir bénéficier en fin de carrière des fruits du travail qu ils ont fourni en trouvant un repreneur prêt à payer un prix équitable. Cela incite également les entrepreneurs à continuer à investir dans leur entreprise même en fin de carrière parce qu ils peuvent envisager qu elle continuera à fonctionner après leur départ à la retraite. Malheureusement l opération n est pas toujours si simple. Différentes difficultés apparaissent, aussi bien du côté du cédant que du repreneur : aspects psychologiques, financement, difficultés fiscales, recherche de repreneurs ou d'une entreprise à reprendre L attention portée à la problématique de la transmission est d autant plus importante qu'en Wallonie, les chefs d entreprises vieillissent... Effectivement la proportion d indépendants âgés de plus de 50 ans y est passée de 35,7% à 41,6% entre 2002 et En Flandre, le constat est identique avec une proportion qui est passée de 32.6% à 38.3%. A Bruxelles, par contre, la population d indépendants rajeunit pour passer de 33.8% d indépendants âgés de plus de 50 ans à 31,3%. Face à cette situation, nos organisations se sont déjà mobilisées au travers d actions de sensibilisation, d accompagnement des entrepreneurs et de publications diverses qui sont détaillées plus spécifiquement dans ce document. Cette problématique reste néanmoins encore mal connue en Wallonie et à Bruxelles. L Unizo réalise depuis plusieurs années une étude approfondie sur les fins de carrière et la transmission d entreprise. Pour cette édition l UCM l a rejointe en réalisant une enquête similaire auprès des entrepreneurs francophones. L IRE a également collaboré à ce document, qui est publiée officiellement dans le cadre d une journée d études organisée par ses soins le 23 octobre Il s agit d ailleurs d une collaboration fructueuse que nous espérons pouvoir reproduire de manière régulière à l avenir, afin de renforcer l'importance des indépendants et des PME dans toutes les régions. Karel Van Eetvelt Administrateur Délégué d Unizo Philippe Godfroid Président d UCM National Page 4 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

5 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Contexte et méthodologie : 2 Résumé - La transmission d entreprise est une problématique qui se pose de manière de plus en plus pressante compte-tenu du vieillissement des indépendants : entre 2002 et 2012, la proportion d indépendants âgés de plus de 50 ans est passée de 35,7% à 41,6% en Wallonie, de 32.6% à 38.3% en Flandre et de 33.8% à 31,3% à Bruxelles (on y observe donc à contrario un rajeunissement). - L Unizo réalise depuis plusieurs années une étude approfondie sur les fins de carrière et la transmission d entreprise. En collaboration avec son homologue flamand, l UCM a réalisé pour la première fois une enquête similaire auprès des entrepreneurs francophones. - Certaines comparaisons sont faites avec l enquête menée par l Unizo auprès des entrepreneurs flamands. - Un échantillon représentatif de 785 entrepreneurs francophones (wallons et bruxellois) a été interrogé du 15 mai au 31 juin 2013 dans le cadre de cette enquête. Elle a été diffusée via divers médias de l UCM et d autre organisation comme l IRE. Mode de démarrage de l activité : - Plus des deux tiers (66,5%) des personnes interrogées ont démarré leur activité via la création d'une nouvelle affaire. Le tiers restant a démarré via la reprise d une activité existante : 16,5% des sondés ont démarré leur activité via l achat ou la reprise d une activité existante et 13,4% ont continué une entreprise familiale. - Le démarrage d une activité par la continuation d une entreprise familiale est presque deux fois plus répandu auprès des répondants flamands (20,3%) que des répondants francophones (13,4%). - La reprise d une activité existante est un mode de démarrage d une activité de moins en moins privilégié : 76% des entrepreneurs actifs depuis moins de 10 ans ont commencé leur activité via le démarrage d une nouvelle activité alors que cette proportion tombe à «seulement» 63% pour les entrepreneurs actifs depuis plus de 10 ans. Entreprises / activités familiales : - 70,8% des répondants flamands et 56,7% des répondants francophones sont actifs dans des entreprises familiales. Cela permet de penser qu il y a plus d entreprises familiales en Flandre que du côté francophone. - Les entreprises flamandes (37,9%) sont plus souvent détenues par la deuxième ou troisième génération que leurs homologues francophones (28,3%). Inversement, dans deux tiers des cas (67,3%) les entreprises francophones sont détenues par la première génération contre 57,9% pour les entreprises flamandes. Changements envisagés à court terme : - Près d un répondant sur quatre (23.9%) n a pas encore envisagé la transmission de son entreprise. Une majorité (53,5%) envisage néanmoins de céder son entreprise endéans les 5 prochaines années. UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 5

6 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Parmi les autres changements envisagés, c est la croissance qui est citée le plus souvent (envisagée par 30,3% des répondants). Préparation : recherche du repreneur & connaissance de la valeur de l entreprise - En termes de préparation, deux tiers des entrepreneurs (64,9%) qui envisagent la cession de leur entreprise dans les 5 années à venir n ont pas encore de repreneur en vue. De plus, une quasi majorité d entre eux (49,7%) n a entrepris aucune action pour en trouver un. - Pour les répondants qui envisagent la cession endéans les deux ans, la proportion d entrepreneurs n ayant pas de repreneur en vue, chute légèrement mais reste importante (61%). - Le bouche à oreille (46,8%) est de loin la méthode privilégiée pour trouver un repreneur. Le recours à une plateforme de reprise spécialisée arrive ensuite et est citée par 23,4% des répondants. - Seulement 17,9% des cédants potentiels ont une connaissance très précise de la valeur de leur entreprise et près d un tiers d entre eux (32,5 %) affirme ne pas la connaître. Lorsque la valeur de l entreprise est connue, cette estimation n a cependant pas toujours été validée par un professionnel externe (54,1%). Motivations et options privilégiées pour la transmission d entreprise - Presque la moitié des répondants (49,6%) cite l atteinte de l âge de la pension comme motif de la cession ou cessation de l activité. Viennent ensuite les motifs de santé (évoqués par 29,3% des répondants) et enfin, pour un quart des répondants, l absence de successeur au niveau familial. - La majorité des répondants (52,6%) envisage de céder son entreprise à des tiers externes à la famille, presqu un quart d entre eux envisage purement et simplement la cessation de ses activités. La transmission familiale n est envisagée que par 12,4% des répondants. Difficultés rencontrées - La détermination de la valeur de l entreprise (citée par 51,2 % des répondants) et le fait de trouver un repreneur (cité par 48,9 % des répondants) sont les deux points d attention principaux cités par les répondants. - Si l'on s intéresse uniquement aux entreprises familiales, les problématiques les plus souvent rencontrées sont sensiblement les mêmes. Trouver le bon successeur reste la principale source de préoccupation(35,6%) même si elle est moins souvent citée que pour l ensemble des répondants. Acteurs privilégiés dans le conseil en matière de transmission d entreprise et accompagnement - C est l expert-comptable qui est l acteur privilégié en matière de conseil sur la cession / transmission d entreprise cité par les répondants (cité par 48,8%). Les comptables ou l UCM sont également cités par environ un quart des répondants (respectivement 26,7% et 24,4%). Les réviseurs et les intermédiaires en reprise sont cités par 12% des répondants. - Si l'on se limite aux répondants dont l entreprise occupe plus de 10 personnes, on constate que l ordre change. Les experts comptables restent en première position (50,7% de taux de citations) tandis que les avocats et juristes arrivent en deuxième position (43,7%) et les réviseurs d entreprises en troisième position (28,2%). Page 6 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

7 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones La majorité des répondants (52,7%) envisage de débourser au maximum pour la préparation de la transmission /cession de son entreprise. Près d un quart d entre eux n envisage pas de dépenser d argent du tout pour cette préparation. Plus d un quart (26,9%) n a aucune idée du montant qu il va dépenser pour la transmission. UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 7

8 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones L enquête 3 Introduction L UCM s est largement inspirée du questionnaire utilisé par l Unizo pour réaliser cette enquête. En effet, l Unizo mène depuis plusieurs années une enquête sur la transmission d entreprises et les fins de carrière en Flandre. Elle a été présentée officiellement lors de la journée d étude de l Institut des réviseurs d'entreprise sur la transmission d entreprise organisée le 23 octobre Certaines questions spécifiques ont été posées uniquement aux entrepreneurs francophones afin d approfondir certaines problématiques qui tenaient à cœur en matière de transmission. De plus, afin de ne pas alourdir le questionnaire, on a opté de reporter à une autre édition de cette enquête les questions spécifiques à la fin de carrière. L enquête a été menée du 15 mai au 31 juin 2013 auprès de plus de indépendants wallons et bruxellois et diffusée via les médias de différentes organisations (UCM, IRE, APB ). 785 personnes y ont répondu en Wallonie et à Bruxelles au cours de cette période ce qui est statistiquement très pertinent. Elle porte sur la préparation des entrepreneurs, le mode de transmission envisagé, le processus de recherche des repreneurs Des questions spécifiques concernant le processus de transmission familiale ont été posées aux répondants qui mentionnaient qu'ils envisageaient de transmettre leur entreprise à des membres de leur famille. Néanmoins, il est apparu que la transmission familiale était un mode de transmission peu utilisé. C est pourquoi, le nombre de réponses obtenu par rapport à cette modalité spécifique de transmission ne nous a pas paru suffisant pour être repris dans ce document. Elles sont néanmoins disponibles sur demande et feront l objet d une exploitation ultérieure De plus, partant des constats posés dans cette étude, l UCM va organiser des focus groupes avec les participants à l enquête. Ceux-ci permettront d affiner nos propositions en matière de transmission d entreprise et de remettre aux responsables publics des recommandations pour faire face de la manière encore plus efficace possible au défi de la transmission d entreprise. Les actions De nombreuses actions sont déjà menées à différents niveaux pour faciliter le processus de transmission. Citons par exemple en Wallonie, l action «agent relais transmission» mise en œuvre par l UCM et la CCI Luxembourg et coordonnée par l Agence de Stimulation Economique et la SOWACCESS. Celle-ci couvre, via ses agents relais-transmission l ensemble de la Wallonie et est accessible à toutes les PME. Ces agents sensibilisent aussi bien les candidats cédants que repreneurs via l organisation de divers événements, les conseillent et les accompagnent tout au long du processus. Ils les orientent en fonction des besoins identifiés vers des professionnels de la transmission. La SOWACCESS, Société wallonne d'acquisitions et de Cessions d'entreprises a mis en place une plateforme qui couvre actuellement la Belgique, les Pays-Bas et la France afin de mettre en relation acquéreurs et cédants potentiels. Il existe aussi en Wallonie, des droits de succession et de donation pour les transmissions d entreprises qui sont réduits, sous certaines conditions, à 0%. De plus, une plateforme européenne «Transeo» a été mise en place afin d échanger les bonnes pratiques en matière de transmission d entreprises entre professionnels privés, publics et académiques en Europe Page 8 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

9 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones A Bruxelles, l ABE met à disposition des entreprises le portail BruTrade. Il s'agit d'une plateforme virtuelle dédiée à la rencontre entre l'offre et la demande en matière de transmission d'entreprises offrant en outre aux parties concernées la possibilité de communiquer en toute confidentialité. Les droits de succession et de donation sont également réduits à 3% en cas de transmission d entreprise en région bruxelloise. UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 9

10 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Caractéristiques des personnes interrogées 4 Profil de l échantillon La grande majorité des répondants sont des hommes (71,3%), un peu plus d un quart (28,7%) sont des femmes. Cette répartition est cohérente avec la répartition observée dans la population d indépendants en général (66% d hommes et 34% de femmes 1 ) qui est similaire, même si l'on observe une légère sousreprésentation de la population féminine. Graph. 1 : répartition par genre Une femme 28,7% Un homme 71,3% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% 80,0% Le questionnaire a été envoyé sans distinction d âge pour deux raisons : d une part, comme le confirme les résultats de l enquête, le départ à la retraite n est pas la seule raison qui motive un entrepreneur à céder son entreprise. D autre part, la plupart des questions ne s adresse pas spécifiquement aux personnes qui envisagent à brève échéance la transmission de leur entreprise. Néanmoins, l'on constate que l échantillon qui a répondu à l enquête est plus âgé que la population totale d indépendants. En effet, 71,3% des répondants ont plus de 44 ans, ce qui est supérieur au poids de cette catégorie dans la population totale d indépendants (52,6%). Cette surreprésentation des indépendants les plus âgés dans notre échantillon s explique par l objet de l enquête qui concerne davantage les indépendants les plus âgés. Cette surreprésentation renforce par ailleurs la pertinence des réponses obtenues puisque notre échantillon est beaucoup plus proche de la cession effective de l entreprise que la population globale. 1 Inasti 2012 Page 10 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

11 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Graph. 2 : répartition par âge 75 ou plus 2,2% Entre 65 et 74 ans 10,4% Entre 60 et 64 ans 16,4% Entre 55 et 59 ans 19,1% Entre 45 et 54 ans 23,2% Entre 35 et 44 ans 14,9% Entre 25 et 34 ans 11,6% Moins de 25 ans 2,2% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% Une part non-négligeable des répondants, 29,4%, est active depuis moins de 10 ans. La majorité des répondants (59, 5%) est néanmoins active depuis 10 à 40 ans. Une proportion relativement faible (9.3%) de répondants est active depuis plus de 40 ans. Graph. 3 : Depuis combien de temps êtes-vous actif comme indépendant? < 10 ans 29,4% ans 19,6% ans 23,7% ans 16,2% > 40 ans 9,3% Je ne suis pas indépendant 1,8% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% 30,0% UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 11

12 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Caractéristiques de l entreprise / activité L enquête porte sur l ensemble des indépendants et entreprises wallons et bruxellois francophones. Si l'on compare aux répartitions régionales de la population d indépendants et d entreprises ayant la forme de personne morale, l'on observe que la part de répondants bruxellois (17%) est plus faible que son poids réel 2 (28,7%) dans l ensemble Wallonie-Bruxelles. Cette sous-représentation des Bruxellois s explique en partie par deux raisons : d une part, l enquête ne s adressait qu aux francophones alors que les proportions utilisées pour la comparaison portent sur toutes les entreprises bruxelloises. D autre part, le tissu économique bruxellois est relativement plus jeune que le tissu wallon (78,6% des indépendants bruxellois ont moins de 55 ans contre 72,1% pour les indépendants belges) ce qui peut expliquer un intérêt plus faible pour la problématique de la transmission d entreprises qui faisait l objet de l enquête. Concernant, la répartition entre les différentes provinces wallonnes, l'on observe une légère surreprésentation des répondants de la province de Liège (25% des répondants) par rapport à leur poids réel (21,5%). Par ailleurs, la province de Namur (19,2% des répondants) est également surreprésentée par rapport à son poids réel (10,4%) dans l échantillon. Toutefois les résultats sont statistiquement significatifs. Graph. 4 : répartition régionale Liège 25,0% Hainaut Namur 19,2% 20,1% Bruxelles 17,0% Brabant wallon 12,1% Luxembourg 6,5% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% Les secteurs les plus représentés dans l échantillon sont les services aux entreprises (19,4%), le commerce de détail (16,9%) et les professions médicales et paramédicales (13,8%). Une part relativement marginale (13,8%) des répondants ressort d un secteur d activité non repris dans l analyse. Si l'on compare avec la ventilation sectorielle de l ensemble des entreprises actives en Wallonie et à Bruxelles 3, l échantillon présente une ventilation sectorielle cohérente. Le secteur du commerce de détail représente 16,9% de notre échantillon pour 20,7% de la population totale, le secteur des services aux entreprises représente 19,4% de notre échantillon pour 17,5% au niveau de la population totale. On observe par contre une surreprésentation de la catégorie «Professions médicales et paramédicales» dans notre échantillon ainsi qu une sous-représentation du secteur de la construction. 2 SPF Economie 2013, Entreprise ayant un numéro de TVA fin Belfirst 2013 Page 12 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

13 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Graph. 5 : ventilation sectorielle Services aux entreprises & autres professions libérales 19,4% Commerce de détail 16,9% Autre (veuillez préciser) : Professions médicales et paramédicales 13,8% 13,8% Services (hors services aux entreprises) 10,2% Construction 8,2% Horeca 6,4% Industrie Commerce de gros Transport & logistique Agriculture 4,8% 3,3% 1,9% 1,2% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% Les entreprises occupant maximum 5 personnes représentent plus des 3/4 de l échantillon sondé (76,8%). Si l on ne considère que les entreprises occupant au moins deux travailleurs 4, la part d entreprises occupant 10 personnes se situe à 82,3% ce qui est très proche de la proportion observée dans la population totale où les unités locales de moins de 10 travailleurs représentent 78,3% de la population totale d entreprises 5. Les entreprises occupant plus de 50 personnes représentent une proportion presque négligeable de l échantillon (1,7% ou 2,7% si l'on ne prend en compte que les entreprises occupant au moins un travailleur). Cette proportion est plus faible que les proportions généralement observées au niveau de l ONSS pour l ensemble Wallonie-Bruxelles où les employeurs de plus de 50 personnes représentent 4,8% des employeurs. 4 Afin de pouvoir comparer avec les chiffres de l ONSS 5 ONSS 2011 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 13

14 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Graph. 6 : ventilation par classe de taille ,2% 38,6% ,4% ,4% ,4% Plus de 500 0,3% 2,8% 1,0% 0,0% 5,0% 10,0% 15,0% 20,0% 25,0% 30,0% 35,0% 40,0% Environ 35,7% des répondants exercent leur activité sous forme de personne physique dont une petite partie à titre complémentaire (7,7%). Les répondants qui exercent leur activité sous forme de personne morale le font généralement sous forme de SPRL (43,7%) ou de SA (14,5%). Dans la catégorie «autres» se trouvent essentiellement des sociétés coopératives (SCRL) ou de sociétés à responsabilité illimitée (SNC ou société en commandite). Graph. 7 : forme juridique SPRL 43,7% Personne physique (indépendant à titre principal) 28,0% SA 14,5% Personne physique (indépendant à titre complémentaire) Autre (veuillez préciser) 7,7% 5,6% SPRL-S 0,6% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% Seulement 23,5% des répondants mentionnent avoir conclu un pacte d actionnaire. Néanmoins, il faut nuancer ce constat parce que 29,2% d entre eux sont le seul actionnaire de l entreprise ce qui implique que la question n est pas relevant. Page 14 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

15 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Graph. 8 : Avez-vous prévu un pacte d'actionnaires? Non parce que je suis le seul actionnaire 29,2% Non 47,3% Oui 23,5% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 4.3 Parcours des personnes interrogées Plus des deux tiers (66,5%) des personnes interrogées ont débuté leur activité via le démarrage d une nouvelle affaire. 16,5% des sondés ont démarré leur activité via l achat ou la reprise d une affaire existante et 13,4% ont continué une affaire familiale. La reprise d une activité reste donc un mode de démarrage d activité moins répandu que la création pure et simple mais néanmoins, il est loin d être anecdotique. Graph. 9 : mode de démarrage de l'activité Autre : 3,7% Continuation d'une entreprise familiale 13,4% Reprise/achat d'une affaire existante 16,5% Démarrage d'une nouvelle affaire 66,5% 0,0% 20,0% 40,0% 60,0% 80,0% Si l'on examine en détail en fonction de l âge de l activité, on observe que le démarrage d une nouvelle affaire est plus souvent privilégié par les entrepreneurs qui ont débuté «récemment» leur activité : 76% des entrepreneurs actifs depuis moins de 10 ans ont commencé leur activité via le démarrage d une nouvelle activité alors que ce n est le cas que pour 63% des entrepreneurs actifs depuis plus de 10 ans. UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 15

16 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Le démarrage d une activité indépendante via la continuation d une entreprise familiale en particulier, a presque diminué de moitié au cours des 10 dernières années : celle-ci était l option utilisée par 17% des répondants actifs depuis plus de 10 ans alors qu elle ne l est plus que pour 5,5% des entreprises répondantes actives depuis moins de 10 ans. Graph. 10 : mode de démarrage -comparaison actif > et < 10 ans Autres 3,7% 2,4% Continuation d'une entreprise familiale Reprise/achat d'une affaire existante 5,5% 17,0% 14,8% 17,7% Démarrage d'une nouvelle affaire 63,0% 76,0% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% 80,0% Actif < 10 ans Actif > 10 ans On constate également que le démarrage d une activité par la continuation d une entreprise familiale est presque deux fois plus répandu auprès des répondants flamands (20,3%) que des répondants francophones (13,4%). Le démarrage d une activité par le lancement d une nouvelle affaire est également légèrement moins répandu auprès des répondants flamands (63%) que des répondants francophones (66,5%). Graph. 11 : mode de démarrage - comparaison FR-NL Autres 2,2% 3,7% Continuation d'une entreprise familiale Reprise/achat d'une affaire existante 20,3% 13,4% 14,4% 16,5% Démarrage d'une nouvelle affaire 63,0% 66,5% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% NL FR Trois quarts des répondants interrogés (74,8%) ont démarré directement en tant qu indépendant à titre principal. Près de 22% ont d abord exercé leur activité à titre complémentaire, ce qui montre que ce statut reste un tremplin. Page 16 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

17 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Ces résultats sont extrêmement proches de ceux obtenus dans le cadre d une étude sur les starters 6 menée par l UCM où l on constatait que 76,2% des indépendants démarraient directement à titre principal. Graph. 12 : démarrage en tant indépendant à titre principal ou d'abord à titre complémentaire? Immédiatement indépendant à titre principal 74,8% D'abord indépendant à titre complémentaire 21,9% Pas d'application 3,3% 0,0% 20,0% 40,0% 60,0% 80,0% 6 UCM National -Service d études, Chiffres clés sur les starters et recommandations, Octobre UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 17

18 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Caractère familial de l activité La majorité (56,7%) des répondants considère que son entreprise est une entreprise familiale. Le critère utilisé était le fait que l entreprise était détenue par une ou plusieurs familles. Les 43,3% restants sont constitués de SPRL dont les associés n ont pas tous des liens de parenté entre eux. Graph. 13 : Caractère familal ou non de l'entreprise Non 43,3% Oui 56,7% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% La comparaison avec les résultats de l enquête menée par Unizo montre que l échantillon de répondants est composé d une part plus importante d entreprise familiale (70,8% pour les répondants flamands contre 56,7% pour les répondants francophones). Graph. 14 : Caractère familal ou non de l'entreprise Non 29,20% 43,3% Oui 56,7% 70,80% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% 80,0% NL FR C est la première génération qui est propriétaire de l entreprise dans plus de deux tiers des cas (67,3%). Dans environ un cas sur cinq (19,5%), l entreprise est détenue par la deuxième génération. Cela indique que dans près d un cas sur cinq l entreprise familiale a déjà fait l objet d une transmission au sein de la famille. Page 18 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

19 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones Graph. 15 : Quelle génération est actuellement propriétaire de votre entreprise? Première génération 67,3% Deuxième génération 19,5% Troisième génération 8,8% Quatrième génération 3,2% Autre (veuillez préciser) : 1,2% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% On constate également que les entreprises flamandes (37,9%) sont plus souvent détenues par la deuxième ou troisième génération que pour leurs homologues francophones (28,3%). Dans deux tiers des cas (67,3%) les entreprises francophones sont détenues par la première génération contre 57,9% pour les entreprises flamandes. Graph. 16 : Quelle génération est actuellement propriétaire de votre entreprise? (comparaison FR-NL) Première génération 57,9% 67,3% Deuxième génération 19,5% 26,0% Troisième génération 11,9% 8,8% Quatrième génération Autre (veuillez préciser) : 3,4% 3,2% 0,9% 1,2% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% 50,0% 60,0% 70,0% NL FR Ces entreprises familiales occupent dans la plupart des cas (68,9%) au moins un membre de la famille, qui est le plus souvent le compagnon ou la compagne (31,1%). Dans 43,5% des cas, un membre de la UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES Page 19

20 Enquête sur la transmission d entreprise auprès des entrepreneurs francophones famille potentiellement susceptible de la reprendre (enfants, neveux, nièces, petits-enfants, autres) est présent dans l entreprise. Graph. 17 : certains membres de la famille travaillent-ils aussi dans votre entreprise? (plusieurs réponses possibles) Oui, mon (ex) compagnon/compagne 35,9% Non, aucun membre de la famille ne travaille dans mon entreprise 31,1% Oui, mon(es) enfant(s) 27,9% Oui, autre(s) membre(s) de la famille 21,2% 0,0% 10,0% 20,0% 30,0% 40,0% Page 20 UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES

UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES

UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES ENQUETE SUR L ACCES AU FINANCEMENT DES INDEPENDANTS ET PME FRANCOPHONES JANVIER 2015 Ce document est une publication du Service d études d UCM National Siège social : rue

Plus en détail

«Prévenir les faillites aujourd hui pour soutenir la croissance de demain»

«Prévenir les faillites aujourd hui pour soutenir la croissance de demain» UCM NATIONAL SERVICE D ETUDES «Prévenir les faillites aujourd hui pour soutenir la croissance de demain» ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES FAILLITES ET LA SECONDE CHANCE AUPRÈS DES ENTREPRENEURS FRANCOPHONES

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d

sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d Faillites à Schaerbeek et démographie d des sociétés s au 30.09.2006 sources : Graydon, Ecodate et Guichet d Economie d locale de Schaerbeek Guichet d Economie d Locale de Schaerbeek Fondé par M. Etienne

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans COMMUNIQUÉ DE PRESSE 14,7% de la population belge sous le seuil de pauvreté 1 La microfinance : un outil important de réinsertion sociale en Belgique depuis 10 ans Forte hausse des demandes de microcrédits

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

L auto-entrepreneur : trois ans déjà!

L auto-entrepreneur : trois ans déjà! PROFIL DE L'AUTO-ENTREPRENEUR N 108 août 2012 L auto-entrepreneur : trois ans déjà! L introduction du régime de l auto-entrepreneur au 1 er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions

Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Faillites : évolution, dispositif et pistes d actions Table des matières : 1 Faits et chiffres... 2 1.1 Evolution... 2 1.1.1 Taux de faillite 2 1.1.2 Nombre absolu 2 1.2 Ventilation par classe de taille

Plus en détail

Comment réussir la succession de son entreprise familiale?

Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Contenu Service : Démarrer mon projet... 2 Service : Evaluer mon entreprise... 3 Service : Réaliser un diagnostic de mon entreprise... 4 Service

Plus en détail

Plateforme EUROQUITY. Bernard LIEBIN, Membre du CD Sowalfin. Conférence Presse, 6 février 2015

Plateforme EUROQUITY. Bernard LIEBIN, Membre du CD Sowalfin. Conférence Presse, 6 février 2015 Plateforme EUROQUITY Bernard LIEBIN, Membre du CD Sowalfin Conférence Presse, 6 février 2015 Ordre du jour 1. Contexte & Enjeux 2. La plateforme EUROQUITY 3. Le concept des Communautés 4. En pratique pour

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

Résultats enquête en ligne auprès Génération Y 07/2013

Résultats enquête en ligne auprès Génération Y 07/2013 Résultats enquête en ligne auprès Génération Y 07/2013 Méthodologie Enquête génération Y Méthodologie Enquête en ligne menée à la demande d ERGO Insurance SA par le bureau d étude ivox, entre mai et juin

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité

Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Les 10 étapes vers un patrimoine en toute sérénité Présentation d'optima Fondée en 1991 Indépendante 13.160 clients au 01/09/2010 316 collaborateurs Leader sur le marché belge Bureaux à Gand et à Braine-l

Plus en détail

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Sondage exclusif Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Un sondage exclusif mené par l Institut Think pour Sondage «Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding» mené par l Institut

Plus en détail

Financement des PME 2014

Financement des PME 2014 Financement des PME 2014 Donneur d ordre : SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Observatoire des PME Exécutant : UNIZO vzw (Avec la collaboration de l Université d Anvers) Ce rapport a été

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E»

Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E» Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Carnet «E» Carnet «E» Le transfert de la propriété au point de vue de la fiscalité Contexte du présent carnet Le PDG de la PME devra un jour

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

L ENTREPRENEURIAT FÉMININ EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

L ENTREPRENEURIAT FÉMININ EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE SOMMAIRE Avant-propos 5 Introduction 7 Mise en perspective 10 Les femmes entrepreneures dans le Plan d action «Entrepreneuriat 2020» 11 Définition,

Plus en détail

Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance

Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance 2013 Objectifs et méthodologie L'objectif de ce panorama est de mettre en évidence les différences de postures, de comportements et d'image entre hommes

Plus en détail

FAQ PRECAD PARCELLES

FAQ PRECAD PARCELLES FAQ PRECAD PARCELLES Qu entendons-nous par «arrêtés Precad»?... 2 Dans quel cas faut-il introduire une demande d identifiant(s) parcellaire(s) réservé(s)?... 2 L arrêté est-il d application pour un acte

Plus en détail

Conseils & Accompagnement

Conseils & Accompagnement Conseils & Accompagnement Se lancer comme indépendant en personne physique ou en société? Aidez-vous de notre tableau comparatif pour prendre votre décision. N'hésitez pas à contacter nos conseillers pour

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

: aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir?

: aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir? Paris, le 07 octobre 2009 er Baromètre Ciel Auto uto-entrepreneur : aujourd hui, un véritable succès et demain, quel avenir? 1 er Contexte du 1 er Baromètre Ciel Auto-Entrepreneur En mars dernier, Ciel,

Plus en détail

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP

Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW. Enquête CeFiP Kenniscentrum voor Financiering van KMO Centre de Connaissances du Financement des PME VZW Enquête CeFiP Financement des PME 2011 Table des matières Avant-propos 4 Executive summary 6 Introduction 10 Partie

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise

Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Sondage exclusif Les Français et l esprit d entreprise Un sondage exclusif mené par l Ins6tut Think pour 29/01/13 - Sondage «Les Français & l esprit d entreprise» mené par l Institut Think pour l APCE

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 Nouvelle étude CIM sur les habitudes de vision sur des nouveaux écrans Les Belges n ont jamais autant regardé de contenu TV. Le CIM, responsable pour les études d

Plus en détail

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance!

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! Le mentorat entrepreneurial en Wallonie pour : apporter un accompagnement d'excellence pour les PME à haut potentiel de croissance

Plus en détail

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS Le cas pratique suivant est un cas anonymis,é reprenant les principales problématiques liées à une offre de reprise. Il prend pour exemple une PME de

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Les différentes formes de sociétés et leur mode de fonctionnement

Les différentes formes de sociétés et leur mode de fonctionnement Mise à jour : 10/06/2014 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be Les différentes formes de sociétés

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3

Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3 Immobilier : Internet est indispensable pour 2 Français sur 3 Sondage Opinion Way pour MeilleursAgents Paris, le 2 décembre 2014 MeilleursAgents s intéresse à un sujet de société qui anime les débats depuis

Plus en détail

Table des matières. Rapport PME Belgique 2013

Table des matières. Rapport PME Belgique 2013 JANVIER 2014 Une publication de UNIZO vzw, de l UCM et de Graydon Belgium nv Redaction Gilles Vandorpe (Coordinateur Recherche UNIZO- Service d Etudes) Charlie Tchinda (Economiste-Statisticien UCM Service

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique.

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique. ACOMPTEA, en réponse à des questions diverses posées par ses clients, a pris l initiative de rédiger ce livre blanc. Le choix d un cabinet d expertise est déterminant car il va vous accompagner dans le

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 63

guide du créateur d entreprise 63 06 Choisir une forme juridique guide du créateur d entreprise 63 1. Entreprise individuelle ou société? Prendre la décision d exercer vos activités en tant qu indépendant en personne physique ou de constituer

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Le statut social des travailleurs indépendants Indépendant complémentaire

Le statut social des travailleurs indépendants Indépendant complémentaire Le statut social des travailleurs indépendants Indépendant complémentaire Une administration moderne, un service de qualité Sommaire Qu est ce qu un indépendant à titre complémentaire? 3 Personnes admises

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail»

La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail» La question RH du mois «Les salariés français, la charge et l addiction au travail» Juillet 2015 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage

Plus en détail

Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise

Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise Questionnaire : évaluation de la maturité d un projet de création d entreprise Réalisé (A) Bien avancé (B) En cours (C) Non fait (D) Le projet. La règle à suivre : avoir défini notre projet de manière

Plus en détail

Chambre des classes moyennes AVIS. Concernant la problématique des faillites des entreprises bruxelloises durant leurs trois premières années de vie

Chambre des classes moyennes AVIS. Concernant la problématique des faillites des entreprises bruxelloises durant leurs trois premières années de vie Chambre des classes moyennes AVIS Concernant la problématique des faillites des entreprises bruxelloises durant leurs trois premières années de vie 18 juillet 2013 Conseil économique et social de la Région

Plus en détail

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015

Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA. 11 août 2015 Étude nationale 2015 sur la rémunération des membres CFA 11 août 2015 Table des matières Profil des répondants sommaire 3 Mesures de rémunération sommaire 4 Profil d emploi sommaire 11 Méthodologie et

Plus en détail

Partie I - Les grandes règles de base de la responsabilité des dirigeants de sociétés. 1. La responsabilité au regard du Code des sociétés...

Partie I - Les grandes règles de base de la responsabilité des dirigeants de sociétés. 1. La responsabilité au regard du Code des sociétés... Table des matières Partie I - Les grandes règles de base de la responsabilité des dirigeants de sociétés 1. La responsabilité au regard du Code des sociétés...3 1.1. La faute de gestion.....................................

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Rôles et difficultés des maisons d enfants dans l accueil de la petite enfance en Belgique francophone

Rôles et difficultés des maisons d enfants dans l accueil de la petite enfance en Belgique francophone Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 15, décembre 2012 www.ftu.be/ep Rôles et difficultés des maisons d enfants dans l accueil de la petite enfance en Belgique

Plus en détail

Guide de planification testamentaire

Guide de planification testamentaire Servez-vous de ce guide de planification testamentaire avant de rencontrer votre avocat ou notaire pour rédiger votre testament. L information qu il renferme vous sera utile pendant vos entretiens avec

Plus en détail

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble!

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! Le Livret d accueil du Repreneur Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! 2 3. Sommaire Le CRA Ce livret a pour vocation de vous aider à utiliser d une manière optimale l

Plus en détail

Testez le degré de préparation de votre entreprise à la cession...

Testez le degré de préparation de votre entreprise à la cession... Testez le degré de préparation de votre entreprise à la cession... Cette version téléchargeable du questionnaire est une version brute, mise à votre disposition à titre indicatif. Il est bien entendu que

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

Le développement des missions de conseil fiscal

Le développement des missions de conseil fiscal Le développement des missions de conseil fiscal Intervenants Régis de BREBISSON Expert Comptable Cabinet DBA, Membre du groupement France Défi Didier PLANE Consultant Cabinet Avensi Consulting Sommaire

Plus en détail

Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants

Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants [ Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants U N E É T U D E E N F R A N C E E T D A N S L E M O N D E U N E É T U D E E N F R A N C E E T D A N S L E M O N D E sommaire Page 2 3 3 3 4

Plus en détail

LE COMPTABLE-FISCALISTE IPCF: PREMIER PARTENAIRE DES ENTREPRENEURS. Par Marc Van Thournout et Jean-Marie Conter, Comptables-fiscalistes agréés

LE COMPTABLE-FISCALISTE IPCF: PREMIER PARTENAIRE DES ENTREPRENEURS. Par Marc Van Thournout et Jean-Marie Conter, Comptables-fiscalistes agréés : PREMIER PARTENAIRE S ENTREPRENEURS Par Marc Van Thournout et Jean-Marie Conter, Comptables-fiscalistes agréés A. Le conseiller et partenaire privilégié des indépendants, PME, professions libérales et

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise?

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Raphaël Abou BluFinance Arnold Raicher Optimiser la cession Processus de décision Choix d un intermédiaire Processus de cession professionnel Témoignage

Plus en détail

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1 L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL UNE PREMIÈRE IMPRESSION POUR LA PLANIFICATION FINANCIÈRE Après des semaines de travail acharné et à la suite des accords de gouvernement conclus dans les trois régions

Plus en détail

Etes-vous un agriculteur qui exerce ses activités en personne physique? Les informations suivantes vous concernent.

Etes-vous un agriculteur qui exerce ses activités en personne physique? Les informations suivantes vous concernent. Depuis le 30/06/2009, les entreprises non-commerciales de droit privé ont l obligation légale de s inscrire à la BCE. Les agriculteurs (aussi bien les personnes physiques, que les personnes morales, ainsi

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

Contacts avec le médecin généraliste

Contacts avec le médecin généraliste Contacts avec le médecin généraliste Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642

Plus en détail

INVITATION REUSSIR D ENTREPRISE. Avec le soutien de TRANSMISSION POUR REPRISE

INVITATION REUSSIR D ENTREPRISE. Avec le soutien de TRANSMISSION POUR REPRISE INVITATION Avec le soutien de POUR REUSSIR SA TRANSMISSION OU SA REPRISE D ENTREPRISE Chaque année, plusieurs milliers d entreprises changent de main Les techniques sont complexes et le contexte financier,

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives. Janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits : bilan et perspectives Janvier 2012 SOMMAIRE Contexte Résultats détaillés Profil de l auto-entrepreneur..p.5 Exercice de l activité..p.12 Vivre

Plus en détail

vos objectifs Investir pour atteindre

vos objectifs Investir pour atteindre Investir pour atteindre vos objectifs Que ce soit pour prendre une retraite confortable, effectuer un achat important, financer les études de votre enfant ou épargner en vue de laisser un legs, investir

Plus en détail

EURONEXT.LIFFE. Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels. Principaux résultats. Département Finance EURONEXT.

EURONEXT.LIFFE. Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels. Principaux résultats. Département Finance EURONEXT. EURONEXT.LIFFE Options et Futures : usage et attitudes des investisseurs individuels Principaux résultats EURONEXT.LIFFE Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER / Véronique

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Memopharma. A qui le gant? NEWS. Périodique d assurances pour pharmaciens. Mai 2002

Memopharma. A qui le gant? NEWS. Périodique d assurances pour pharmaciens. Mai 2002 23 Memopharma Périodique d assurances pour pharmaciens Mai 2002 Tous les membres de la Caisse de Prévoyance des Pharmaciens sont invités aux Assemblées Générales Extraordinaire et Ordinaire dont voici

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France L Avenir des Retraites Après la vie active? Rapport France Sommaire 4 5 6 7 9 11 14 16 Avant-propos Introduction Principaux résultats Partie 1 - Le départ à la retraite Partie 2 - Les aspirations à la

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

Institut Pro-Actions. Valorisation du produit action

Institut Pro-Actions. Valorisation du produit action Institut Pro-Actions Valorisation du produit action Présentation des résultats BJ5780 De : Philippe Le Magueresse, Marc Rota, Laurent Gassie / OpinionWay A : Alain Metternich / Dominique Leblanc / Institut

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015

La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015 La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015 La visioconférence est un nouveau moyen de communication de plus en plus utilisé dans le monde professionnel. Les entreprises peuvent organiser des réunions

Plus en détail

PRECOMPTE PROFESSIONNEL. à partir du 1 janvier 2015. www.cgslb.be

PRECOMPTE PROFESSIONNEL. à partir du 1 janvier 2015. www.cgslb.be PRECOMPTE PROFESSIONNEL à partir du 1 janvier 2015 www.cgslb.be E.R. : Jan Vercamst Boulevard Poincaré 72-74 1070 Bruxelles 2015/02 Précompte professionnel à partir du 1er janvier 2015 Les barèmes du précompte

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail