familiale La revanche de l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "familiale La revanche de l entreprise"

Transcription

1 La revanche de l entreprise familiale Protectrices, identitaires, affectives Malgré leur paternalisme, face à un libéralisme victime de ses excès, ces entreprises présentent de solides vertus. Par Anne-Cécile Geoffroy et Laure Dumont rise financière, crise économique, crise de confiance remettent en première ligne les entreprises familiales. Longtemps associées au paternalisme et au népotisme, éclipsées par un libéralisme triomphant soucieux de rentabilité à tout prix, elles offrent désormais, face à un actionnariat anonyme, un capitalisme à visage humain. Soumises aux mêmes contraintes du marché que les autres, ces entreprises appliquent une autre grille de lecture, se battent avec d autres armes. Elles aussi délocalisent, elles aussi licencient mais en tout dernier recours. Surtout, elles s autorisent à investir sur le long terme. «La crise actuelle montre à quel point la rentabilité à très court terme s est révélée un puissant destructeur de valeurs», explique Gilles Verrier, consultant en ressources humaines. «Les valeurs choisies par ces entreprises sont plus communément d ordre identitaire, ajoute Thierry Wellhoff, directeur de l agence de communication Wellcom. Quand elles sont dirigées par des hommes et des femmes qui incarnent l entreprise, elles sont souvent plus cohérentes que les autres entreprises qui se choisiront des valeurs morales, généralement suspectes vis-à-vis de l extérieur.» Et elles ne sont pas quantité négligeable. Selon les économistes David Thesmar et David Sraer (au- teurs d un article sur les entreprises familiales paru dans le Journal of the European Economic Association de juin 2007), elles constituent l immense majorité des PME et «rassemblent environ les deux tiers des entreprises cotées à la Bourse de Paris et près de la moitié des sociétés du CAC 40. Même aux États- Unis, pays de l entreprise managériale, où les fondateurs ont souvent tendance à passer la main et à revendre leurs actions, environ un tiers des firmes du S & P 500 sont encore détenues par la famille de leur fondateur». Sans être le havre de paix que les désabusés des groupes cotés leur prêtent parfois, les entreprises familiales sont parvenues à transformer cinq de leurs singularités en atouts. LA FAMILLE, ACTIONNAIRE PONDÉRÉ est une spécificité française : chez nous plus qu ailleurs, le capital des entreprises familiales reste durablement entre les mains de la famille fondatrice. C est le cas pour 64,8 % des entreprises familiales cotées, alors qu elles ne sont que 23,7 % au Royaume-Uni. Les Anglo- Saxons sont globalement plus enclins à passer la main, à ouvrir le capital à des actionnaires extérieurs qui apporteront de l argent et de l air frais. «En réalité, le vrai capital d une société familiale, souligne un manager extérieur à la famille d une petite PME, c est son fondateur.» Voilà une 14 Liaisons sociales magazine / avril 2009

2 Tout ce que l on gagne est réinjecté dans l entreprise, on travaille pour ses enfants autre manière d expliquer que les entreprises familiales entretiennent un rapport au temps différent. Tout s y mesure à l échelle de la vie d un homme, et pas seulement au rythme des cotations. D après une étude réalisée par KPMG en 2007, les familles auraient ainsi tendance à faire des placements moins risqués et à moins s endetter, gérant leur patrimoine en «bon père de famille». Moins soumises que leurs concurrentes à une rentabilité financière qui exige d alimenter chaque année les portefeuilles d actionnaires extérieurs, elles peuvent accepter ponctuellement de perdre de l argent, comme le souligne ce directeur financier : «Si, durant une année ou deux, nous perdons de l argent, non seulement ce n est pas grave, mais c est assumé. Dans une société familiale, tout ce que l on gagne est réinjecté dans l entreprise, on travaille pour ses enfants. S ils ont des salaires, les membres de la famille ne se versent pas systématiquement de dividendes.» Dominique Jacquemard, P-DG d Olympia et seule actionnaire jusqu en 2006, ne s en est pas versé pendant dix ans, à l époque où l entreprise traversait les pires difficultés. Cette gestion des fonds propres explique que, dans le paysage des PME familiales, l actionnariat salarié reste encore très marginal. C est seulement quand elles atteignent une taille critique qu elles intègrent dans leur politique RH les outils de rémunération indirecte, devenus par ailleurs incontournables dans les entreprises non familiales. Pour décourager les prédateurs éventuels, Pierre Fabre, patron des laboratoires éponymes (9500 salariés dans le monde), 82 ans et sans héritier, a transféré 65 % de son capital en 2008 à une fondation d entreprise. Parallèlement, 90 % des salariés détiennent actuellement 6 % du capital. À terme, ce montant doit passer à 10 %. L entreprise abonde chaque achat d action en favorisant ses collaborateurs les plus anciens : au-delà de quinze ans d ancienneté, pour une action acquise, la société en offre trois. «Pour les salariés, le fait d être actionnaires et d appartenir à une entreprise non cotée en Bourse est une garantie forte d indépendance et de protection», reconnaît Christian Bobillo, élu FO, le syndicat majoritaire au sein de Pierre Fabre. Ce groupe pharmaceutique indépendant, souvent critiqué pour son paternalisme 16 Liaisons sociales magazine / avril 2009 et ses réseaux d influence locaux, a habilement tourné la critique à son avantage et à celui de ses salariés, leur garantissant la durabilité de ses engagements. UN ANCRAGE LOCAL PROTECTEUR es entreprises familiales marquent durablement leur territoire d origine et y restent viscéralement attachées. Pour la plupart, pas question d abandonner le berceau historique pour un siège social anonyme dans une quelconque capitale, et ce malgré un développement international qui pourrait justifier une rationalisation des trajets. Un parti pris que les élus locaux soutiennent volontiers tant son impact est lourd socialement et économiquement. À Clermont-Ferrand, où personnes travaillent encore à la manufacture Michelin, on estime qu un emploi sur trois est directement lié au géant du pneu. Et si les œuvres sociales ont aujourd hui bel et bien disparu, la cartographie de la ville en garde les traces. Même chose dans la région de Sochaux, où un emploi industriel sur quatre est induit par PSA. Chez Solvay, cette implication locale est cruciale: «Nous avons signé une charte sur le développement durable et la responsabilité sociétale de l entreprise, raconte Jean-Claude Gaudriot, le DRH Europe de l entreprise belge de chimie. Concrètement, elle implique des plans de formation et d action ainsi que des engagements citoyens de notre part au niveau local, autour de chacun de nos établissements. Nous sommes résolument dans une logique de coconstruction.» Même philosophie chez Pierre Fabre, acteur important du pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé de Castres. Bruno Bonduelle, de l entreprise éponyme, préside la chambre de commerce du grand Lille, tandis que René Zingraff, longtemps cogérant de Michelin, est bien qu à la retraite depuis 2006 toujours élu à la CCI de Clermont. Un de ses anciens collègues représente pour sa part l industriel clermontois au sein de l antenne régionale du Medef. La discrétion a longtemps été l apanage des entreprises familiales. Aujourd hui, leurs dirigeants sortent de l ombre et se plient plus volontiers aux codes du management moderne. Delluc/XPN-Réa - Rentz/Getty Images/AFP - Sipa Press Toute la famille C Il y a le père, Philippe, P-DG de l entreprise et inventeur de sacs à main et de bagages en tout genre. La mère, Michèle, responsable du réseau de boutiques. La fille, Sophie, directrice artistique. Le fils cadet, Olivier, veille à la destinée de la marque outre-atlantique, et enfin Jean, l aîné, assume la direction opérationnelle de l entreprise. Ensemble, ils mènent avec discrétion, mais avec talent, la barque UN MANAGEMENT PROFESSIONNALISÉ l devient même possible de faire carrière dans une entreprise familiale sans appartenir au cercle restreint de la famille! «Avec la mondialisation, nous ne pouvons pas rester centrés sur nousmêmes, à moins de nous scléroser. Accorder sa confiance à des dirigeants extérieurs à la famille est important», assure Stéphane Lehning, président des laboratoires homéopathiques du même nom (270 salariés). Représentant de la troisième génération à la tête de l entreprise familiale installée dans le petit village de Sainte- Barbe, en Lorraine, il s est entouré de deux directeurs généraux pour l épauler. «L un travaille sur les aspects financiers et de gestion, l autre sur la production», explique-t-il. Les familles étant de moins en moins nombreuses, et les individus plus libres de leurs choix professionnels, les viviers familiaux s amoindrissent. Le recours à des extérieurs devient vital. «Il est fréquent

3 PHILIPPE PDG MICHÈLE RESPONSABLE DES BOUTIQUES OLIVIER RESPONSABLE DE LA FILIALE AMÉRICAINE assegrain aux manettes de Longchamp JEAN SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SOPHIE ( ÉPOUSE DELAFONTAINE) DIRECTRICE ARTISTIQUE de la marque Longchamp, maroquinier depuis 1948, qui a célébré l année dernière ses 60 ans. Cet anniversaire a d ailleurs été marqué par le prix de la Saga familiale de l année 2008, décerné par BFM à la famille Cassegrain. Voilà donc une véritable affaire de famille. Elle a commencé au lendemain de la guerre dans une petite boutique des grands boulevards parisiens. Le père de Philippe Cassegrain y vendait des articles pour fumeurs. Afin d écouler un stock de pipes, il a l idée de les habiller de cuir et lance ainsi la marque. Quand il arrive dans l entreprise au début des années 70, Philippe Cassegrain apporte à cette maison, devenue le temple des femmes chics, sa touche de modernité. Il invente tout d abord des bagages en toile de Nylon et, surtout, lance au début des années 90 la gamme Pliage, qui fait le succès de la marque: des sacs à main judicieux, inspirés des origamis japonais, pliables et dépliables à l envi, en toiles multicolores. Avec un chiffre d affaires de 250 millions d euros, dont 60% réalisés à l international, 750 salariés et une production maintenue aux deux tiers en France, Longchamp continue de faire, autant que possible, de l «artisanat organisé». Tout en restant farouchement attaché à son indépendance. Les Cassegrain ont jusqu à présent résisté à la cotation boursière et ne cèdent pas aux appels des grands du luxe qui lorgnent cette marque astucieuse, fidèle à ses valeurs. Reste à pérenniser l héritage et à faire mentir le vieil adage qui veut que la première génération construise, la deuxième développe et la troisième détruise. L. D. aujourd hui de voir des familles actionnaires majoritaires déléguer une partie des fonctions opérationnelles à des managers extérieurs, quand ce n est pas la totalité de ces fonctions. Une façon de lutter contre le népotisme qui a pu ronger quelques entreprises», souligne Jacque- Antoine Malarewicz, psychiatre et coach de dirigeants. C est le cas de la famille Bettencourt avec L Oréal ou encore celui de la famille Daher. Si Patrick Daher est bien P-DG de l équipementier éponyme, il a choisi de s entourer exclusivement de cadres venant de l extérieur. «Chez Solvay, indique de son côté Jean-Claude Gaudriot, la famille fondatrice souhaite que seuls ses enfants les plus brillants intègrent l entreprise. Actuellement, les présidences du conseil d administration et du comité exécutif sont exercées par des dirigeants qui ont fait leur carrière au sein du groupe. Cinq membres de la famille siègent (sur 17) au conseil d administration et un seul au comité exécutif.» Plus l entreprise grandit, moins l origine 32% C est le ratio dettes/capitaux propres des entreprises familiales françaises. Celui des PME et des grandes entreprises s élève à 78%. KPMG Entreprises, «L entreprise familiale : une entreprise décidément pas comme les autres», 2007). familiale est acceptée comme un critère de compétence. Bernard Folliet, patron des Cafés Folliet (400 salariés), créés par son arrière-grand-mère, est, sur ce sujet, intransigeant. «Je suis dans une logique de compétence. Garder le pouvoir ne m intéresse pas. Ce qui est stimulant, c est d observer ce que j ai construit et comment je peux encore le développer. Sans me sentir le gardien d un temple.» L homme n a pas hésité à ouvrir son capital à deux investisseurs au début des années 90 pour racheter des sociétés sans trop s endetter. «Les entreprises familiales mènent un travail important sur la gouvernance, commente Christine Blondel, directrice de programme au Centre international Wendel pour l entreprise familiale, à l Insead. Il était courant que les conseils d administration ne servent que de chambre d enregistrement. C est de moins en moins le cas.» Malgré ces efforts de professionnalisation, les entreprises ne sont pas à l abri des phénomènes de cour et de réseaux, qui Liaisons sociales magazine / avril

4 Le patron des labos Lehning vante le dialogue avec ses syndicalistes tous issus du syndicat maison peuvent nuire à leur gouvernance. Il n est pas rare qu un dirigeant s entoure d un premier cercle de proches, famille ou amis. Les affaires se règlent alors sur le parvis de l église le dimanche ou entre le café et l armagnac, et échappent au management professionnel. Chez Pierre Fabre, ce phénomène a longtemps été palpable. La direction distinguait les «patriotes», garde rapprochée de Pierre Fabre présente depuis les débuts, des «mercenaires», venus de l extérieur et soupçonnés de ne pas adhérer à la culture maison. 49% des entreprises familiales n ont aucun plan de succession. Enquête mondiale de PWC, «Faire la différence», UN PATERNALISME SOUS-JACENT Castres, on se souvient encore de l inauguration du nouveau siège de la branche dermocosmétique. Pour l occasion, Pierre Fabre avait convié salariés à dîner. À son arrivée, il fut accueilli par un tonnerre d applaudissements dix-huit minutes durant. Bien loin des organisations matricielles et des centres de décision nébuleux, les sociétés familiales ont l avantage de privilégier les relations interpersonnelles entre le chef d entreprise et ses équipes. «Le patron incarne l entreprise. C est tout l intérêt pour les salariés qui, du coup, donnent le meilleur d eux-mêmes car ils savent pour qui ils travaillent. C est important dans un monde d incertitudes où l aléatoire est anxiogène», explique Pierre Angel, professeur des universités et coach de dirigeants. «Il existe un contrat tacite entre l employeur et ses salariés, ajoute Christine Blondel, de l Insead. Si ces entreprises rémunèrent moins bien leurs salariés, elles s engagent moralement à maintenir l emploi.» Difficile pour Vygon, grosse PME familiale spécialisée dans le matériel médical, d attirer les meilleurs talents sur son nom. «Notre seul argument est d offrir une certaine sécurité pour l avenir. Nous passons un contrat moral avec nos salariés. Un contrat qui se situe au niveau du non-dit mais qui nous oblige à nous comporter de façon responsable et respectueuse avec eux. De leur côté, les salariés nous montrent une vraie fidélité et développent un sentiment d appartenance à l entreprise», constate Stéphane Régnault, président du directoire de l entreprise fondée en 1962 par les grands-parents de son épouse. Ces liens chargés d affect n épargnent pas les syndicats et teintent les relations sociales de paternalisme. Stéphane Lehning se félicite du dialogue instauré avec ses représentants syndicaux tous issus du syndicat maison créé dans le courant des années 80. «Mon père portait déjà une attention toute particulière au comité d entreprise et lui donnait souvent la primeur des informations, comme lorsqu il a choisi de prendre sa retraite, raconte-t-il. Aujourd hui, nous avons décidé, avec le CE, d être attentifs aux conséquences de cette crise sur les proches de nos collaborateurs. Si certains connaissent des difficultés, je le saurai très vite car le dialogue est sans tabou.» Sans tabou, mais toujours sous contrôle. Bernard Folliet, le patron des Cafés Folliet, ne s en cache pas : «J ai toujours tenu à présider les comités d entreprise et les réunions des délégués du personnel. C est pour moi le pouls de l entreprise. Dans l ensemble, nous avons des relations sociales assez simples.» Sauf au moment du rachat de la marque Tropico en L entreprise a doublé ses effectifs. «Jusqu alors j avais une sorte de légitimité au sein du personnel. Tout le monde me connaissait», note Bernard Folliet. La légitimité s est effritée, mais cela ne l a pas empêché de dénoncer tous les acquis sociaux des ex-tropico «pour les réaligner au plus bas», indique-t-il. Finis, les Ticket Restaurant, désormais les salariés ont droit à 1 kilo de café Folliet par mois! Ce qui a suscité colère et incompréhension, mais pas de conflit pour autant. L économiste Thomas Philippon met bien en lumière cette absence de combativité dans le Capitalisme d héritiers (éditions Seuil, collection «La République des idées», 2007) : «Le taux de syndicalisation et le taux de conflits sont deux fois plus faibles dans les entreprises familiales. [ ] Elles ont nettement tendance à décourager la représentation syndicale. Le capitalisme familial permet de limiter les conflits en diminuant le rôle des syndicats.» Liaisons sociales magazine / avril

5 Les mots clés du capitalisme familial L idée selon laquelle l entreprise familiale gagne à s ouvrir à l extérieur progresse CHARTE: peu de familles en rédigent une, mais quand elle existe comme chez les Mulliez elle a une valeur forte. Selon l étude KPMG réalisée en 2007, plus l entreprise est importante en taille, plus elle éprouve le besoin de formaliser ses principes de gouvernance et ses valeurs. LA MAISON: c est ainsi qu est souvent nommé le siège de l entreprise. La symbolique est d autant plus forte que l entreprise est le patrimoine de la famille. «L attachement peut y être équivalent à celui que l on a pour une maison de famille», précise Christine Blondel, du Centre international Wendel pour l entreprise familiale de l Insead. PATERNALISME: cette manière de diriger «avec une bienveillance condescendante et autoritaire» (Larousse) est totalement dépassée et remplacée par ce que les chercheurs appellent un «contrat tacite» entre employeurs et salariés. PATRON: dans l entreprise, on l appelle Monsieur Jean ou Madame Monique, pour distinguer les différents membres de la famille quand ils portent le même patronyme. Il arrive aussi que les enfants qui travaillent avec leurs parents leur donnent du Monsieur ou Madame X pour éviter de trop familiers «papa» et «maman». PERSONNEL : pour qualifier leurs salariés, les dirigeants opteront pour le terme de «personnel», car «les hommes ne sont pas des ressources». Autre spécificité, les salariés peuvent avoir des appellations particulières qui révèlent un sentiment d appartenance fort: les Décathloniens à Décathlon, les «Bibs» chez Michelin. RISQUE: les entreprises familiales seraient plus prudentes: on parle d ailleurs de gestion «en bon père de famille». Selon l étude KPMG, elles recourent peu à l emprunt et privilégient les investissements à faible risque. SECRET: pas de famille sans secrets et, de fait, les entreprises familiales privilégient la discrétion. «Ce qui se révèle in fine comme un avantage compétitif sur leurs concurrents, souligne Randel S. Carlock, de l Insead, car idées et stratégies sont développées dans l ombre.» SUCCESSION: c est le sujet qui travaille les dirigeants d entreprise et la raison pour laquelle ils consultent en général coachs et conseillers. Selon KPMG, 38% des dirigeants souhaitent transmettre leur entreprise en priorité à un membre de leur famille. Seules 15,9 % des sociétés à actionnariat dispersé n ont aucun délégué syndical. Dans les entreprises familiales, ce chiffre passe à 25 %. Éric Bouvet, secrétaire du CE de Canson, découvre cette réalité depuis le rachat du papetier par la famille Hamelin au groupe Arjowiggins en janvier Sur le site d Annonay, depuis le dernier plan social (65 personnes licenciées), plus de DRH ni de service formation. «C est le directeur administratif et financier qui assure désormais ces fonctions en lien avec le responsable du site, assure le syndicaliste CGT. Les salariés n ont plus d informations sur l entreprise. Nous ne connaissons plus le chiffre d affaires ni le résultat d exploitation. Le groupe Hamelin met en avant la concurrence et la nécessité de garder ces chiffres secrets.» Pour le consultant Gilles Verrier, tout dépend de la qualité du management. DRH du groupe Décathlon entre 2000 et 2004, il reconnaît n avoir jamais rencontré les organisations syndicales. «Les relations sociales s organisaient au niveau de chaque pays. Et même là, ce ne sont pas les réunions du comité d entreprise et du CHSCT qui rythmaient la vie de l entreprise. La qualité du management, à laquelle la famille Leclercq apportait une véritable attention, asséchait finalement toutes les revendications des salariés.» UNE SUCCESSION MOINS RIGIDE uand elles choisissent de continuer à diriger en famille, réussir la succession est l un des principaux défis auxquels sont confrontées les entreprises pour assurer l avenir. Aux États- Unis, l accompagnement des familles dirigeantes est devenu un business et les family advisors sont légion. En France, HEC a lancé un programme de formation pour «se préparer à diriger l entreprise familiale». De son côté, le psychiatre Pierre Angel planche avec des Québécois sur le coaching de ce que ces derniers appellent «les familles en affaires». «Un dirigeant d entreprise familiale, souligne-t-il, doit redoubler d efforts pour éviter les embûches, qu elles soient de nature fiscale, légale ou psychologique. Lors des successions, des problèmes de territoires, de rivalités fraternelles ou intergénérationnelles peuvent surgir» et s avérer rédhibitoires. D après une étude mondiale réalisée par PWC, un tiers seulement de ces entreprises passe à la génération suivante et, en moyenne, leur durée de vie ne dépasse pas cinquante ans. Ce taux de mortalité élevé justifie que les survivants s unissent et se soutiennent. C est précisément l objectif des Hénokiens qui réunit des entreprises familiales d au moins 200 ans, dont le capital appartient à la famille fondatrice et qui sont dirigées par un de ses membres. Créée en 1981, cette association qui ne compte que 40 membres originaires de huit pays différents est un lieu d échange où la question de la succession est très présente. C est un sujet complexe, qui vient cristalliser toute la symbolique propre aux «familles en affaires», dans un perpétuel et délicat mélange des genres : l héritage à transmettre, le patrimoine à préserver, le remplacement du père, l égalité de traitement des enfants, les préférences et les affinités, le devoir filial La confiance occupe une place centrale dans ce processus. A priori, qui peut, mieux qu un fils ou une fille, poursuivre l aventure entrepreneuriale d une famille? «Prendre la direction de l entreprise a été ma première vraie décision de chef d entreprise, se souvient Stéphane Lehning. Je trouvais complètement fou que l histoire se termine comme ça. Je ne souhaitais pas que cette société tombe entre les mains de fonds d investissement qui n auraient sans doute pas été suffisamment proches de notre métier.» Une forme de pression implicite, presque un devoir moral que Bernard Folliet, P-DG des Cafés Folliet, a également vécus : «Je me suis fait coincer par mon père en rentrant de l armée. Soit je prenais sa suite, soit il laissait les rênes de l entreprise à un membre extérieur. J ai dû me décider dans la seconde et j ai dit oui. J avais imaginé faire mon apprentissage dans une autre entreprise, de BTP, me nourrir d autres expériences pour revenir quelques années plus tard.» Mais l idée selon laquelle l entreprise familiale gagne à s ouvrir sur l extérieur, autant pour former la génération montante que pour intégrer des profils extérieurs à la famille, fait son chemin. Christine Blondel note même un basculement : «Avant, c était ressenti comme une honte d envisager la vente. Plus maintenant, si cela permet à l entreprise de survivre.» Le souci de pérennité dépasserait désormais les liens du sang? Un signe de maturité. 20 Liaisons sociales magazine / avril 2009

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT

SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT SERVICES FINANCIERS SAVOIR BIEN GUIDER LE CLIENT DIDIER BERT COLLABORATION SPÉCIALE Tarik Haned est planificateur financier à la Caisse Desjardins des Versants du mont Royal, à Outremont. Il répond à nos

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

renforcer votre jeune entreprise

renforcer votre jeune entreprise Parrainés Profitez de l expérience de chefs d entreprises aguerris pour renforcer votre jeune entreprise Pierre Grimaldi PARRAINÉ - Apéro Fiesta www.lyon-ville-entrepreneuriat.org par Lyon Ville de l Entrepreneuriat

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE 26/01/2012 RIOU Glass remonte à la source dans la filière du verre plat pour devenir floatier RIOU Glass, jusqu à présent transformateur de produits verriers, vient de finaliser le rachat auprès de Saint-Gobain

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides 1 Principes de gouvernance Les entrepreneurs n ont pas encore fait évolué leur activité en société. Les entrepreneurs activent un conseil d administration.

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

LES BASES DU MANAGEMENT

LES BASES DU MANAGEMENT LES BASES DU MANAGEMENT Formation Managers Présentation : Le management est art difficile qui s apprend : il s agit toujours d une médiation, d une priorisation, et il est par nature en perpétuel recommencement

Plus en détail

Union régionale des Scop d Aquitaine

Union régionale des Scop d Aquitaine Union régionale des Scop d Aquitaine DOSSIER DE PRESSE AVEC LE SOUTIEN DE NOS PARTENAIRES : Sommaire Page 3 1) Les Scop, les salariés co-entrepreneurs Page 4 2) Un modèle entrepreneurial d actualité Page

Plus en détail

8 bonnes raisons. papier!

8 bonnes raisons. papier! 8 bonnes raisons DE PASSER informatisée, INCONDITIONNELS DU crayon ET A UNE GESTION COMMERCIALE POUR LES DU papier! le passage informatisée. Laurent PARERA, Fondateur d EOLE Concept et créateur de GC Soft,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises ENTREPRISES ACHETEUSES Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises Cécile Rioux, Responsable des achats, et Nicolas Pernet, Trésorier du CE d'apicil, ont fait appel à Nathalie

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2008. L Institut de Beauté à Domicile Imaginé il y a 40 ans et toujours dans l air du temps!

DOSSIER DE PRESSE 2008. L Institut de Beauté à Domicile Imaginé il y a 40 ans et toujours dans l air du temps! L Institut de Beauté à Domicile Imaginé il y a 40 ans et toujours dans l air du temps! DOSSIER DE PRESSE 2008 Contact Presse 3d Communication Adélaïde Mulot +33 (0) 1 46 05 87 87 amulot@3dcommunication.fr

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale?

La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? La décentralisation et l externalisation modifient-elles les frontières de l action territoriale? Atelier n 20 Bernard FALCAND, CFTC, membre du bureau national d orientation du CNFPT, Jean-Charles GLATIGNY,

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES?

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? En tant qu apprenti je bénéficie des mêmes droits et obligations que les autres salariés de l entreprise? Vrai. Du fait que vous soyez «salarié», vous devez vous

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

: 20 ans passés au service. de l emploi. au Luxembourg! DOSSIER DE PRESSE. DLSI fête ses vingt années de présence au Grand-Duché du Luxembourg.

: 20 ans passés au service. de l emploi. au Luxembourg! DOSSIER DE PRESSE. DLSI fête ses vingt années de présence au Grand-Duché du Luxembourg. : 20 ans passés au service de l emploi au Luxembourg! DLSI fête ses vingt années de présence au Grand-Duché du Luxembourg. Le groupe coté en bourse, implanté principalement en France, en Allemagne, en

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Pack d information courtier en formation

Pack d information courtier en formation Pack d information courtier en formation 1 EFFICOURS GLOBAL Réseau de courtier en formation Le réseau EFFICOURS vous permet de développer votre activité de conseiller en formation indépendant. Tel un franchisé,

Plus en détail

Christophe Inzirillo Frank Bournois. L intelligence sportive au service du manager

Christophe Inzirillo Frank Bournois. L intelligence sportive au service du manager Christophe Inzirillo Frank Bournois L intelligence sportive au service du manager Chapitre 1 L intelligence stratégique, l art de la compétition «Agir en primitif et prévoir en stratège.» René Char Figure

Plus en détail

transition for success management

transition for success management transition management Manager de transition est un métier qui ne s improvise pas. Les conditions qui garantissent le succès du changement sont multiples et complexes. Fontenay Managers a contribué à développer

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

INDÉPENDANT POUR LA VIE! DÉCOUVREZ LA PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE SOCIALE

INDÉPENDANT POUR LA VIE! DÉCOUVREZ LA PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE SOCIALE INDÉPENDANT POUR LA VIE! DÉCOUVREZ LA PENSION LIBRE COMPLÉMENTAIRE SOCIALE PARCE QU ÊTRE INDÉPENDANT, C EST PLUS QU UN STATUT, C EST UN ÉTAT D ESPRIT 2 INDÉPENDANT POUR LA VIE, L AVENIR COMMENCE AUJOURD

Plus en détail

Restructuration et mutations industrielles dans le secteur Textile-Habillement

Restructuration et mutations industrielles dans le secteur Textile-Habillement nt requis pour visionner cette image. Restructuration et mutations industrielles dans le secteur Textile-Habillement GPEC 2ème génération Pour une gestion stratégique de l emploi et des compétences Elvi

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Relève entrepreneuriale

Relève entrepreneuriale 9 e édition Juin 2015 MISE EN CANDIDATURE Relève entrepreneuriale Sous la présidence d honneur de Louis Vachon, président et chef de la direction, Banque Nationale lesmedaillesdelareleve.com En collaboration

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Etude QUALITATIVE auprès des dirigeants

Etude QUALITATIVE auprès des dirigeants Etude QUALITATIVE auprès des dirigeants et QUANTITATIVE auprès des salariés La crise? Une opportunité et un rendez vous manqué! «AVANT»: DES ENTREPRISES DÉJÀ EN MOUVEMENT PERMANENT Mondialisation Financiarisation

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015)

Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Illustration de la politique immobilière de l EPG dans une région, celle de Plateau-Champagne (Août 2015) Ce rapport explique comment la politique immobilière de l EPG est concrètement mise en œuvre dans

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats

STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION. La performance achats. Vous & nous pour transformer vos achats STRATÉGIE ET ORGANISATION / NÉGOCIATIONS / FORMATIONS / RECRUTEMENT ET DÉLÉGATION La performance achats Vous & nous pour transformer vos achats Crop and co Créateur de performance achats Depuis 2004, chez

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015

Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations. Avril 2015 Entreprises familiales Baromètre Nouvelles Générations Avril 2015 Sommaire Préambule Méthodologie Profils des répondants Profils des entreprises Profils des participants Rejoindre l entreprise familiale

Plus en détail

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise Observatoire des entreprises Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise 2009 1 i Observatoire des entreprises Santé de l entreprise

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

France Télécom - Orange Réalisé par Déborah COTTE _ 2009 / 2010

France Télécom - Orange Réalisé par Déborah COTTE _ 2009 / 2010 management et communication l entreprise le contexte externe la problématique les préconisations France Télécom - Orange Réalisé par Déborah COTTE _ 2009 / 2010 France Télécom Orange, historique 1991:

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale

Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Management intergénérationnel De la génération Y à l innovation managériale Contexte Introduction «Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l autorité et n on aucun respect pour

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

«La Génération Y face à l Entreprise»

«La Génération Y face à l Entreprise» «La Génération Y face à l Entreprise» Résultats Octobre 2010 15, Place de la République, 75003 Paris Tél. : 01 78 94 90 00 http://www.opinion-way.com Méthodologie Méthodologie Étude réalisée auprès d un

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3. I - L entreprise, son fonctionnement page 4

Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3. I - L entreprise, son fonctionnement page 4 CAFE ALEES - ETHIQUE ET POUVOIR Pouvoir équitable des parties prenantes Jean-Claude MONIER Le 26/04/2012 Introduction les éléments de la réflexion page 2 l entreprise système page 3 I - L entreprise, son

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC. Rabat, le 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CLOTURE DE LA RENCONTRE DU CLUB DES CHEFS D ENTREPRISE FRANCE MAROC Rabat, le 4 avril 2013 Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Construisez votre projet en toute sécurité

Construisez votre projet en toute sécurité Construisez votre projet en toute sécurité arez et p é r P roj hui p e r vot ujourd' dès a ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Toutes les garanties de Vous constituez votre épargne à votre rythme

Plus en détail

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX

OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX OPTIMISATION DES COûTS SOCIAUX Nos experts analysent les coûts sociaux de votre entreprise tout en préservant votre organisation, et ce, sans aucune incidence sur les droits

Plus en détail