familiale La revanche de l entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "familiale La revanche de l entreprise"

Transcription

1 La revanche de l entreprise familiale Protectrices, identitaires, affectives Malgré leur paternalisme, face à un libéralisme victime de ses excès, ces entreprises présentent de solides vertus. Par Anne-Cécile Geoffroy et Laure Dumont rise financière, crise économique, crise de confiance remettent en première ligne les entreprises familiales. Longtemps associées au paternalisme et au népotisme, éclipsées par un libéralisme triomphant soucieux de rentabilité à tout prix, elles offrent désormais, face à un actionnariat anonyme, un capitalisme à visage humain. Soumises aux mêmes contraintes du marché que les autres, ces entreprises appliquent une autre grille de lecture, se battent avec d autres armes. Elles aussi délocalisent, elles aussi licencient mais en tout dernier recours. Surtout, elles s autorisent à investir sur le long terme. «La crise actuelle montre à quel point la rentabilité à très court terme s est révélée un puissant destructeur de valeurs», explique Gilles Verrier, consultant en ressources humaines. «Les valeurs choisies par ces entreprises sont plus communément d ordre identitaire, ajoute Thierry Wellhoff, directeur de l agence de communication Wellcom. Quand elles sont dirigées par des hommes et des femmes qui incarnent l entreprise, elles sont souvent plus cohérentes que les autres entreprises qui se choisiront des valeurs morales, généralement suspectes vis-à-vis de l extérieur.» Et elles ne sont pas quantité négligeable. Selon les économistes David Thesmar et David Sraer (au- teurs d un article sur les entreprises familiales paru dans le Journal of the European Economic Association de juin 2007), elles constituent l immense majorité des PME et «rassemblent environ les deux tiers des entreprises cotées à la Bourse de Paris et près de la moitié des sociétés du CAC 40. Même aux États- Unis, pays de l entreprise managériale, où les fondateurs ont souvent tendance à passer la main et à revendre leurs actions, environ un tiers des firmes du S & P 500 sont encore détenues par la famille de leur fondateur». Sans être le havre de paix que les désabusés des groupes cotés leur prêtent parfois, les entreprises familiales sont parvenues à transformer cinq de leurs singularités en atouts. LA FAMILLE, ACTIONNAIRE PONDÉRÉ est une spécificité française : chez nous plus qu ailleurs, le capital des entreprises familiales reste durablement entre les mains de la famille fondatrice. C est le cas pour 64,8 % des entreprises familiales cotées, alors qu elles ne sont que 23,7 % au Royaume-Uni. Les Anglo- Saxons sont globalement plus enclins à passer la main, à ouvrir le capital à des actionnaires extérieurs qui apporteront de l argent et de l air frais. «En réalité, le vrai capital d une société familiale, souligne un manager extérieur à la famille d une petite PME, c est son fondateur.» Voilà une 14 Liaisons sociales magazine / avril 2009

2 Tout ce que l on gagne est réinjecté dans l entreprise, on travaille pour ses enfants autre manière d expliquer que les entreprises familiales entretiennent un rapport au temps différent. Tout s y mesure à l échelle de la vie d un homme, et pas seulement au rythme des cotations. D après une étude réalisée par KPMG en 2007, les familles auraient ainsi tendance à faire des placements moins risqués et à moins s endetter, gérant leur patrimoine en «bon père de famille». Moins soumises que leurs concurrentes à une rentabilité financière qui exige d alimenter chaque année les portefeuilles d actionnaires extérieurs, elles peuvent accepter ponctuellement de perdre de l argent, comme le souligne ce directeur financier : «Si, durant une année ou deux, nous perdons de l argent, non seulement ce n est pas grave, mais c est assumé. Dans une société familiale, tout ce que l on gagne est réinjecté dans l entreprise, on travaille pour ses enfants. S ils ont des salaires, les membres de la famille ne se versent pas systématiquement de dividendes.» Dominique Jacquemard, P-DG d Olympia et seule actionnaire jusqu en 2006, ne s en est pas versé pendant dix ans, à l époque où l entreprise traversait les pires difficultés. Cette gestion des fonds propres explique que, dans le paysage des PME familiales, l actionnariat salarié reste encore très marginal. C est seulement quand elles atteignent une taille critique qu elles intègrent dans leur politique RH les outils de rémunération indirecte, devenus par ailleurs incontournables dans les entreprises non familiales. Pour décourager les prédateurs éventuels, Pierre Fabre, patron des laboratoires éponymes (9500 salariés dans le monde), 82 ans et sans héritier, a transféré 65 % de son capital en 2008 à une fondation d entreprise. Parallèlement, 90 % des salariés détiennent actuellement 6 % du capital. À terme, ce montant doit passer à 10 %. L entreprise abonde chaque achat d action en favorisant ses collaborateurs les plus anciens : au-delà de quinze ans d ancienneté, pour une action acquise, la société en offre trois. «Pour les salariés, le fait d être actionnaires et d appartenir à une entreprise non cotée en Bourse est une garantie forte d indépendance et de protection», reconnaît Christian Bobillo, élu FO, le syndicat majoritaire au sein de Pierre Fabre. Ce groupe pharmaceutique indépendant, souvent critiqué pour son paternalisme 16 Liaisons sociales magazine / avril 2009 et ses réseaux d influence locaux, a habilement tourné la critique à son avantage et à celui de ses salariés, leur garantissant la durabilité de ses engagements. UN ANCRAGE LOCAL PROTECTEUR es entreprises familiales marquent durablement leur territoire d origine et y restent viscéralement attachées. Pour la plupart, pas question d abandonner le berceau historique pour un siège social anonyme dans une quelconque capitale, et ce malgré un développement international qui pourrait justifier une rationalisation des trajets. Un parti pris que les élus locaux soutiennent volontiers tant son impact est lourd socialement et économiquement. À Clermont-Ferrand, où personnes travaillent encore à la manufacture Michelin, on estime qu un emploi sur trois est directement lié au géant du pneu. Et si les œuvres sociales ont aujourd hui bel et bien disparu, la cartographie de la ville en garde les traces. Même chose dans la région de Sochaux, où un emploi industriel sur quatre est induit par PSA. Chez Solvay, cette implication locale est cruciale: «Nous avons signé une charte sur le développement durable et la responsabilité sociétale de l entreprise, raconte Jean-Claude Gaudriot, le DRH Europe de l entreprise belge de chimie. Concrètement, elle implique des plans de formation et d action ainsi que des engagements citoyens de notre part au niveau local, autour de chacun de nos établissements. Nous sommes résolument dans une logique de coconstruction.» Même philosophie chez Pierre Fabre, acteur important du pôle de compétitivité Cancer-Bio-Santé de Castres. Bruno Bonduelle, de l entreprise éponyme, préside la chambre de commerce du grand Lille, tandis que René Zingraff, longtemps cogérant de Michelin, est bien qu à la retraite depuis 2006 toujours élu à la CCI de Clermont. Un de ses anciens collègues représente pour sa part l industriel clermontois au sein de l antenne régionale du Medef. La discrétion a longtemps été l apanage des entreprises familiales. Aujourd hui, leurs dirigeants sortent de l ombre et se plient plus volontiers aux codes du management moderne. Delluc/XPN-Réa - Rentz/Getty Images/AFP - Sipa Press Toute la famille C Il y a le père, Philippe, P-DG de l entreprise et inventeur de sacs à main et de bagages en tout genre. La mère, Michèle, responsable du réseau de boutiques. La fille, Sophie, directrice artistique. Le fils cadet, Olivier, veille à la destinée de la marque outre-atlantique, et enfin Jean, l aîné, assume la direction opérationnelle de l entreprise. Ensemble, ils mènent avec discrétion, mais avec talent, la barque UN MANAGEMENT PROFESSIONNALISÉ l devient même possible de faire carrière dans une entreprise familiale sans appartenir au cercle restreint de la famille! «Avec la mondialisation, nous ne pouvons pas rester centrés sur nousmêmes, à moins de nous scléroser. Accorder sa confiance à des dirigeants extérieurs à la famille est important», assure Stéphane Lehning, président des laboratoires homéopathiques du même nom (270 salariés). Représentant de la troisième génération à la tête de l entreprise familiale installée dans le petit village de Sainte- Barbe, en Lorraine, il s est entouré de deux directeurs généraux pour l épauler. «L un travaille sur les aspects financiers et de gestion, l autre sur la production», explique-t-il. Les familles étant de moins en moins nombreuses, et les individus plus libres de leurs choix professionnels, les viviers familiaux s amoindrissent. Le recours à des extérieurs devient vital. «Il est fréquent

3 PHILIPPE PDG MICHÈLE RESPONSABLE DES BOUTIQUES OLIVIER RESPONSABLE DE LA FILIALE AMÉRICAINE assegrain aux manettes de Longchamp JEAN SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SOPHIE ( ÉPOUSE DELAFONTAINE) DIRECTRICE ARTISTIQUE de la marque Longchamp, maroquinier depuis 1948, qui a célébré l année dernière ses 60 ans. Cet anniversaire a d ailleurs été marqué par le prix de la Saga familiale de l année 2008, décerné par BFM à la famille Cassegrain. Voilà donc une véritable affaire de famille. Elle a commencé au lendemain de la guerre dans une petite boutique des grands boulevards parisiens. Le père de Philippe Cassegrain y vendait des articles pour fumeurs. Afin d écouler un stock de pipes, il a l idée de les habiller de cuir et lance ainsi la marque. Quand il arrive dans l entreprise au début des années 70, Philippe Cassegrain apporte à cette maison, devenue le temple des femmes chics, sa touche de modernité. Il invente tout d abord des bagages en toile de Nylon et, surtout, lance au début des années 90 la gamme Pliage, qui fait le succès de la marque: des sacs à main judicieux, inspirés des origamis japonais, pliables et dépliables à l envi, en toiles multicolores. Avec un chiffre d affaires de 250 millions d euros, dont 60% réalisés à l international, 750 salariés et une production maintenue aux deux tiers en France, Longchamp continue de faire, autant que possible, de l «artisanat organisé». Tout en restant farouchement attaché à son indépendance. Les Cassegrain ont jusqu à présent résisté à la cotation boursière et ne cèdent pas aux appels des grands du luxe qui lorgnent cette marque astucieuse, fidèle à ses valeurs. Reste à pérenniser l héritage et à faire mentir le vieil adage qui veut que la première génération construise, la deuxième développe et la troisième détruise. L. D. aujourd hui de voir des familles actionnaires majoritaires déléguer une partie des fonctions opérationnelles à des managers extérieurs, quand ce n est pas la totalité de ces fonctions. Une façon de lutter contre le népotisme qui a pu ronger quelques entreprises», souligne Jacque- Antoine Malarewicz, psychiatre et coach de dirigeants. C est le cas de la famille Bettencourt avec L Oréal ou encore celui de la famille Daher. Si Patrick Daher est bien P-DG de l équipementier éponyme, il a choisi de s entourer exclusivement de cadres venant de l extérieur. «Chez Solvay, indique de son côté Jean-Claude Gaudriot, la famille fondatrice souhaite que seuls ses enfants les plus brillants intègrent l entreprise. Actuellement, les présidences du conseil d administration et du comité exécutif sont exercées par des dirigeants qui ont fait leur carrière au sein du groupe. Cinq membres de la famille siègent (sur 17) au conseil d administration et un seul au comité exécutif.» Plus l entreprise grandit, moins l origine 32% C est le ratio dettes/capitaux propres des entreprises familiales françaises. Celui des PME et des grandes entreprises s élève à 78%. KPMG Entreprises, «L entreprise familiale : une entreprise décidément pas comme les autres», 2007). familiale est acceptée comme un critère de compétence. Bernard Folliet, patron des Cafés Folliet (400 salariés), créés par son arrière-grand-mère, est, sur ce sujet, intransigeant. «Je suis dans une logique de compétence. Garder le pouvoir ne m intéresse pas. Ce qui est stimulant, c est d observer ce que j ai construit et comment je peux encore le développer. Sans me sentir le gardien d un temple.» L homme n a pas hésité à ouvrir son capital à deux investisseurs au début des années 90 pour racheter des sociétés sans trop s endetter. «Les entreprises familiales mènent un travail important sur la gouvernance, commente Christine Blondel, directrice de programme au Centre international Wendel pour l entreprise familiale, à l Insead. Il était courant que les conseils d administration ne servent que de chambre d enregistrement. C est de moins en moins le cas.» Malgré ces efforts de professionnalisation, les entreprises ne sont pas à l abri des phénomènes de cour et de réseaux, qui Liaisons sociales magazine / avril

4 Le patron des labos Lehning vante le dialogue avec ses syndicalistes tous issus du syndicat maison peuvent nuire à leur gouvernance. Il n est pas rare qu un dirigeant s entoure d un premier cercle de proches, famille ou amis. Les affaires se règlent alors sur le parvis de l église le dimanche ou entre le café et l armagnac, et échappent au management professionnel. Chez Pierre Fabre, ce phénomène a longtemps été palpable. La direction distinguait les «patriotes», garde rapprochée de Pierre Fabre présente depuis les débuts, des «mercenaires», venus de l extérieur et soupçonnés de ne pas adhérer à la culture maison. 49% des entreprises familiales n ont aucun plan de succession. Enquête mondiale de PWC, «Faire la différence», UN PATERNALISME SOUS-JACENT Castres, on se souvient encore de l inauguration du nouveau siège de la branche dermocosmétique. Pour l occasion, Pierre Fabre avait convié salariés à dîner. À son arrivée, il fut accueilli par un tonnerre d applaudissements dix-huit minutes durant. Bien loin des organisations matricielles et des centres de décision nébuleux, les sociétés familiales ont l avantage de privilégier les relations interpersonnelles entre le chef d entreprise et ses équipes. «Le patron incarne l entreprise. C est tout l intérêt pour les salariés qui, du coup, donnent le meilleur d eux-mêmes car ils savent pour qui ils travaillent. C est important dans un monde d incertitudes où l aléatoire est anxiogène», explique Pierre Angel, professeur des universités et coach de dirigeants. «Il existe un contrat tacite entre l employeur et ses salariés, ajoute Christine Blondel, de l Insead. Si ces entreprises rémunèrent moins bien leurs salariés, elles s engagent moralement à maintenir l emploi.» Difficile pour Vygon, grosse PME familiale spécialisée dans le matériel médical, d attirer les meilleurs talents sur son nom. «Notre seul argument est d offrir une certaine sécurité pour l avenir. Nous passons un contrat moral avec nos salariés. Un contrat qui se situe au niveau du non-dit mais qui nous oblige à nous comporter de façon responsable et respectueuse avec eux. De leur côté, les salariés nous montrent une vraie fidélité et développent un sentiment d appartenance à l entreprise», constate Stéphane Régnault, président du directoire de l entreprise fondée en 1962 par les grands-parents de son épouse. Ces liens chargés d affect n épargnent pas les syndicats et teintent les relations sociales de paternalisme. Stéphane Lehning se félicite du dialogue instauré avec ses représentants syndicaux tous issus du syndicat maison créé dans le courant des années 80. «Mon père portait déjà une attention toute particulière au comité d entreprise et lui donnait souvent la primeur des informations, comme lorsqu il a choisi de prendre sa retraite, raconte-t-il. Aujourd hui, nous avons décidé, avec le CE, d être attentifs aux conséquences de cette crise sur les proches de nos collaborateurs. Si certains connaissent des difficultés, je le saurai très vite car le dialogue est sans tabou.» Sans tabou, mais toujours sous contrôle. Bernard Folliet, le patron des Cafés Folliet, ne s en cache pas : «J ai toujours tenu à présider les comités d entreprise et les réunions des délégués du personnel. C est pour moi le pouls de l entreprise. Dans l ensemble, nous avons des relations sociales assez simples.» Sauf au moment du rachat de la marque Tropico en L entreprise a doublé ses effectifs. «Jusqu alors j avais une sorte de légitimité au sein du personnel. Tout le monde me connaissait», note Bernard Folliet. La légitimité s est effritée, mais cela ne l a pas empêché de dénoncer tous les acquis sociaux des ex-tropico «pour les réaligner au plus bas», indique-t-il. Finis, les Ticket Restaurant, désormais les salariés ont droit à 1 kilo de café Folliet par mois! Ce qui a suscité colère et incompréhension, mais pas de conflit pour autant. L économiste Thomas Philippon met bien en lumière cette absence de combativité dans le Capitalisme d héritiers (éditions Seuil, collection «La République des idées», 2007) : «Le taux de syndicalisation et le taux de conflits sont deux fois plus faibles dans les entreprises familiales. [ ] Elles ont nettement tendance à décourager la représentation syndicale. Le capitalisme familial permet de limiter les conflits en diminuant le rôle des syndicats.» Liaisons sociales magazine / avril

5 Les mots clés du capitalisme familial L idée selon laquelle l entreprise familiale gagne à s ouvrir à l extérieur progresse CHARTE: peu de familles en rédigent une, mais quand elle existe comme chez les Mulliez elle a une valeur forte. Selon l étude KPMG réalisée en 2007, plus l entreprise est importante en taille, plus elle éprouve le besoin de formaliser ses principes de gouvernance et ses valeurs. LA MAISON: c est ainsi qu est souvent nommé le siège de l entreprise. La symbolique est d autant plus forte que l entreprise est le patrimoine de la famille. «L attachement peut y être équivalent à celui que l on a pour une maison de famille», précise Christine Blondel, du Centre international Wendel pour l entreprise familiale de l Insead. PATERNALISME: cette manière de diriger «avec une bienveillance condescendante et autoritaire» (Larousse) est totalement dépassée et remplacée par ce que les chercheurs appellent un «contrat tacite» entre employeurs et salariés. PATRON: dans l entreprise, on l appelle Monsieur Jean ou Madame Monique, pour distinguer les différents membres de la famille quand ils portent le même patronyme. Il arrive aussi que les enfants qui travaillent avec leurs parents leur donnent du Monsieur ou Madame X pour éviter de trop familiers «papa» et «maman». PERSONNEL : pour qualifier leurs salariés, les dirigeants opteront pour le terme de «personnel», car «les hommes ne sont pas des ressources». Autre spécificité, les salariés peuvent avoir des appellations particulières qui révèlent un sentiment d appartenance fort: les Décathloniens à Décathlon, les «Bibs» chez Michelin. RISQUE: les entreprises familiales seraient plus prudentes: on parle d ailleurs de gestion «en bon père de famille». Selon l étude KPMG, elles recourent peu à l emprunt et privilégient les investissements à faible risque. SECRET: pas de famille sans secrets et, de fait, les entreprises familiales privilégient la discrétion. «Ce qui se révèle in fine comme un avantage compétitif sur leurs concurrents, souligne Randel S. Carlock, de l Insead, car idées et stratégies sont développées dans l ombre.» SUCCESSION: c est le sujet qui travaille les dirigeants d entreprise et la raison pour laquelle ils consultent en général coachs et conseillers. Selon KPMG, 38% des dirigeants souhaitent transmettre leur entreprise en priorité à un membre de leur famille. Seules 15,9 % des sociétés à actionnariat dispersé n ont aucun délégué syndical. Dans les entreprises familiales, ce chiffre passe à 25 %. Éric Bouvet, secrétaire du CE de Canson, découvre cette réalité depuis le rachat du papetier par la famille Hamelin au groupe Arjowiggins en janvier Sur le site d Annonay, depuis le dernier plan social (65 personnes licenciées), plus de DRH ni de service formation. «C est le directeur administratif et financier qui assure désormais ces fonctions en lien avec le responsable du site, assure le syndicaliste CGT. Les salariés n ont plus d informations sur l entreprise. Nous ne connaissons plus le chiffre d affaires ni le résultat d exploitation. Le groupe Hamelin met en avant la concurrence et la nécessité de garder ces chiffres secrets.» Pour le consultant Gilles Verrier, tout dépend de la qualité du management. DRH du groupe Décathlon entre 2000 et 2004, il reconnaît n avoir jamais rencontré les organisations syndicales. «Les relations sociales s organisaient au niveau de chaque pays. Et même là, ce ne sont pas les réunions du comité d entreprise et du CHSCT qui rythmaient la vie de l entreprise. La qualité du management, à laquelle la famille Leclercq apportait une véritable attention, asséchait finalement toutes les revendications des salariés.» UNE SUCCESSION MOINS RIGIDE uand elles choisissent de continuer à diriger en famille, réussir la succession est l un des principaux défis auxquels sont confrontées les entreprises pour assurer l avenir. Aux États- Unis, l accompagnement des familles dirigeantes est devenu un business et les family advisors sont légion. En France, HEC a lancé un programme de formation pour «se préparer à diriger l entreprise familiale». De son côté, le psychiatre Pierre Angel planche avec des Québécois sur le coaching de ce que ces derniers appellent «les familles en affaires». «Un dirigeant d entreprise familiale, souligne-t-il, doit redoubler d efforts pour éviter les embûches, qu elles soient de nature fiscale, légale ou psychologique. Lors des successions, des problèmes de territoires, de rivalités fraternelles ou intergénérationnelles peuvent surgir» et s avérer rédhibitoires. D après une étude mondiale réalisée par PWC, un tiers seulement de ces entreprises passe à la génération suivante et, en moyenne, leur durée de vie ne dépasse pas cinquante ans. Ce taux de mortalité élevé justifie que les survivants s unissent et se soutiennent. C est précisément l objectif des Hénokiens qui réunit des entreprises familiales d au moins 200 ans, dont le capital appartient à la famille fondatrice et qui sont dirigées par un de ses membres. Créée en 1981, cette association qui ne compte que 40 membres originaires de huit pays différents est un lieu d échange où la question de la succession est très présente. C est un sujet complexe, qui vient cristalliser toute la symbolique propre aux «familles en affaires», dans un perpétuel et délicat mélange des genres : l héritage à transmettre, le patrimoine à préserver, le remplacement du père, l égalité de traitement des enfants, les préférences et les affinités, le devoir filial La confiance occupe une place centrale dans ce processus. A priori, qui peut, mieux qu un fils ou une fille, poursuivre l aventure entrepreneuriale d une famille? «Prendre la direction de l entreprise a été ma première vraie décision de chef d entreprise, se souvient Stéphane Lehning. Je trouvais complètement fou que l histoire se termine comme ça. Je ne souhaitais pas que cette société tombe entre les mains de fonds d investissement qui n auraient sans doute pas été suffisamment proches de notre métier.» Une forme de pression implicite, presque un devoir moral que Bernard Folliet, P-DG des Cafés Folliet, a également vécus : «Je me suis fait coincer par mon père en rentrant de l armée. Soit je prenais sa suite, soit il laissait les rênes de l entreprise à un membre extérieur. J ai dû me décider dans la seconde et j ai dit oui. J avais imaginé faire mon apprentissage dans une autre entreprise, de BTP, me nourrir d autres expériences pour revenir quelques années plus tard.» Mais l idée selon laquelle l entreprise familiale gagne à s ouvrir sur l extérieur, autant pour former la génération montante que pour intégrer des profils extérieurs à la famille, fait son chemin. Christine Blondel note même un basculement : «Avant, c était ressenti comme une honte d envisager la vente. Plus maintenant, si cela permet à l entreprise de survivre.» Le souci de pérennité dépasserait désormais les liens du sang? Un signe de maturité. 20 Liaisons sociales magazine / avril 2009

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

L entreprise familiale, un modèle pour l avenir et pour tous

L entreprise familiale, un modèle pour l avenir et pour tous L entreprise familiale, un modèle pour l avenir et pour tous ÉDITIONS LIGNES DE REPÈRES Valérie TANDEAU DE MARSAC Préface de Blandine Mulliez, présidente de la Fondation Entreprendre 210 pages 22, octobre

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille.

«Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. «Les RH face aux nouveaux enjeux des collectivités», le 3 février 2010, à l IAE de Lille. Conférence réalisée par le Master 2 Management Public Territorial. Intervenants : - Monsieur Jean Louis BAJU, Directeur

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Base de données économiques et sociales

Base de données économiques et sociales les infos DAS - n 073 4 juin 2015 Base de données économiques et sociales La loi du 14 juin 2013 de sécurisation de l emploi 1 a entériné la création de la base de données économiques et sociales (BDES)

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité dans le cadre de la «Mobilisation pour la petite enfance et la parentalité», menée par le Ministère délégué chargé de la

Plus en détail

Groupe Alain Guiboud

Groupe Alain Guiboud Groupe Alain Guiboud A chacun ses objectifs, A chacun son opportunité. Frédéric M, Leader depuis 25 ans en vente directe dans le secteur des Produits de Beauté Naturels, du bien-être, des Parfums et des

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

renforcer votre jeune entreprise

renforcer votre jeune entreprise Parrainés Profitez de l expérience de chefs d entreprises aguerris pour renforcer votre jeune entreprise Pierre Grimaldi PARRAINÉ - Apéro Fiesta www.lyon-ville-entrepreneuriat.org par Lyon Ville de l Entrepreneuriat

Plus en détail

Etudes sur la performance, la notoriété, l image et la gouvernance des entreprises éponymes.

Etudes sur la performance, la notoriété, l image et la gouvernance des entreprises éponymes. Université Montesquieu Bordeaux IV Institut de Recherche en Gestion des Organisations Directeur : Gérard HIRIGOYEN Professeur des Universités, Université Montesquieu Bordeaux IV Président du Pôle Universitaire

Plus en détail

CINQ CONSEILS POUR CHOISIR SON CONSEILLER FINANCIER

CINQ CONSEILS POUR CHOISIR SON CONSEILLER FINANCIER CINQ CONSEILS POUR CHOISIR SON CONSEILLER FINANCIER Le Groupe Dalpé-Milette répond à quelques questions soulevées dans l article du Wall Street Journal, repris par le Journal de Montréal du 25 septembre

Plus en détail

Ce que les élus vont trouver dans la BDES

Ce que les élus vont trouver dans la BDES Ce que les élus vont trouver dans la BDES La BDES doit être le support de la consultation sur la stratégie de l entreprise. Elle doit réunir d ici fin 2016 toutes les informations soumises jusque-là de

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015

HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 HSBC Global Asset Management (France) Politique de vote - Mars 2015 Ce document présente les conditions dans lesquelles la société de gestion HSBC Global Asset Management (France) entend exercer les droits

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Introduction à la rémunération des cadres supérieurs

Introduction à la rémunération des cadres supérieurs Introduction à la rémunération des cadres supérieurs Résumé Au cours des dernières années, le niveau de rémunération des cadres supérieurs ainsi que le lien entre cette rémunération et la performance des

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises

L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises L actionnariat salarié, moteur de la compétitivité et renouveau de la gouvernance des entreprises Palais du Luxembourg Jeudi 4 avril 2013 Jacques Hérard Groupe Cegos La formation des actionnaires salariés

Plus en détail

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES

MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES UNIVERSITE DE BOURGOGNE MEMOIRE POUR UNE HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES Discipline : Sciences de Gestion Matière : Finance Candidate : Aurélie SANNAJUST Fonction : Maître de Conférences à l Université

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Assemblée générale. Questions/Réponses

Assemblée générale. Questions/Réponses Questions/Réponses Vous évoquez sans cesse l Europe, mais l Europe compte 27 Etats membres. La est-elle présente dans chacun de ces Etats? Dans certains pays, nous opérons à travers une filiale. C est

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Devenez fondateur. fondationdefrance.org

Devenez fondateur. fondationdefrance.org Devenez fondateur fondationdefrance.org Vous envisagez de créer une fondation Comment vous y prendre? Quelles questions vous poser avant de vous lancer? De quelles ressources devez-vous disposer? Quelle

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST

TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 1 2 TABLE DES MATIÈRES 7 QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 9 LE GROUPE QUILVEST WEALTH MANAGEMENT 13 LES VALEURS 19 LES SERVICES 23 LE GROUPE QUILVEST 6 Quilvest Wealth Management QUILVEST WEALTH MANAGEMENT

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques

FIRPS LA PRÉVENTION DES S PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS. www.firps.fr TRAVAUX DE LA FIRPS. Guide de bonnes pratiques FIRPS Fédération des Intervenants en Risques Psychosociaux LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LORS DES RESTRUCTURATIONS FIRPS www.firps.fr Janvier 2015 Conception & réalisation : agence ozinfos www.ozinfos.com

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

Relève entrepreneuriale

Relève entrepreneuriale 9 e édition Juin 2015 MISE EN CANDIDATURE Relève entrepreneuriale Sous la présidence d honneur de Louis Vachon, président et chef de la direction, Banque Nationale lesmedaillesdelareleve.com En collaboration

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

«L entraîneur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire» John Kessel

«L entraîneur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire» John Kessel «L entraîneur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire» John Kessel Pascale JOLY, Fondatrice du Cabinet : COACHDAFFAIRES Entrepreneur, Executive & Business Coach AAA Autodidacte,

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

FIP Entreprises familiales exportatrices II

FIP Entreprises familiales exportatrices II Entreprises familiales exportatrices II Fonds d investissement de proximité IR 2014 Entreprises familiales exportatrices II Points-Clefs Participer à la vie économique en accompagnant indirectement le

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois

«Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois «Retour sur les banques coopératives, grâce à Charles Milhaud» Michel Abhervé et Pierre Dubois Économie et Solidarités, vol. 39, n 2, 2008, p. 125-130. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES 1 ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES Vus La Loi n 2009-1437 du 24 novembre 2009 La Loi n 2010-1657 du 29 décembre 2010 Le Décret n 2010-1780 du 31 décembre

Plus en détail

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance!

L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! L Institut du Mentorat Entrepreneurial Wallon (IMEW) Cap sur la croissance! Le mentorat entrepreneurial en Wallonie pour : apporter un accompagnement d'excellence pour les PME à haut potentiel de croissance

Plus en détail

business center OCP RÉDUISEZ VOS IMPÔTS EN INVESTISSANT DANS UN ACTIF DURABLE www.ocpfinance.com

business center OCP RÉDUISEZ VOS IMPÔTS EN INVESTISSANT DANS UN ACTIF DURABLE www.ocpfinance.com OCP business center RÉDUISEZ VOS IMPÔTS EN INVESTISSANT DANS UN ACTIF DURABLE www.ocpfinance.com LE MARCHÉ DES CENTRES D AFFAIRES UN INVESTISSEMENT DANS UN ACTIF DURABLE OCP Business Center réalise l acquisition

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

GUIDE INVESTISSEURS. Donnez du sens à votre argent

GUIDE INVESTISSEURS. Donnez du sens à votre argent GUIDE INVESTISSEURS Donnez du sens à votre argent Happy Capital vous propose d investir via sa plateforme de crowdequity. Le but de ce guide est de vous présenter la méthode Happy Capital et le processus

Plus en détail

La réforme : une opportunité pour la fonction formation

La réforme : une opportunité pour la fonction formation Nombreux sont les articles concernant la réforme de la formation professionnelle. Grâce à ses experts qui récoltent l information législative et réglementaire à sa source, Demos fait un tour d horizon

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Avec les PME, investissons dans notre avenir

Avec les PME, investissons dans notre avenir Avec les PME, investissons dans notre avenir Holding de Participations ISF La Financière Xerys, Société en Commandite par Actions inscrite au Registre du Commerce et des Sociétés du Tribunal de Commerce

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

LA CAISSE DE PENSION DE LA SSPH

LA CAISSE DE PENSION DE LA SSPH LA CAISSE DE PENSION DE LA SSPH Newsletter Rétrospective et perspectives Informations à nos assurés Compréhension du certificat d assurance Organisation de la Fondation Genève, janvier 2013 Rétrospective

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Rachat d actions : les raisons d un engouement

Rachat d actions : les raisons d un engouement Rachat d actions : les raisons d un engouement Maher Abdia Chercheur au groupe ESC Troyes Sabri Boubaker Professeur associé au groupe ESC Troyes, chercheur à l Institut de recherche en gestion de l université

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

ERIC FRECHON. La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé aux fourneaux.

ERIC FRECHON. La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé aux fourneaux. Roméo Balancourt Roméo Balancourt ERIC FRECHON Portrait d un homme Portrait d un Chef La cuisine pour un vélo, cela semble bien surprenant. Et pourtant, c est bien pour cela qu Eric Frechon est arrivé

Plus en détail

La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel

La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel Différences principales Business Angel Spécialistes du capital-risques Personnel Entrepreneurs Gestionnaires financiers Argent

Plus en détail

A plus transmission 2014

A plus transmission 2014 A plus transmission 2014 Fonds d investissement de Proximité Durée de blocage de 6 ans minimum pouvant aller jusqu à 8 ans maximum sur décision de la société de gestion (soit jusqu au 31/12/2022) A plus

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique

NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique Septembre 2015 NEWSLETTER Le CMV au rythme de 3 siècles de musique Les 3 et 4 septembre dernier, le Crédit Mutuel de la Vallée a convié une partie de sa clientèle, officiels et autorités, notamment le

Plus en détail

C est quoi C est quoi une entreprise

C est quoi C est quoi une entreprise C EST C est QUOI quoi une entreprise? 2 3 sommaire Bienvenue dans l entreprise 3 Qu est-ce qu une entreprise? 4 Entreprises selon le nombre de salariés 6 Une entreprise, des métiers 8 Comment fonctionne

Plus en détail

Découvrez l univers d OTC Asset Management

Découvrez l univers d OTC Asset Management Découvrez l univers d OTC Asset Management PaulHenry Schmelck (60 ans) > Docteur en médecine Michel Gomart (50 ans) > HEC & Droit Xavier Faure (38 ans) > Polytechnique X Patrick de Roquemaurel (52 ans)

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009 BASTIDE LE CONFORT MEDICAL Société Anonyme au capital de 3.303.261 EUROS Siège Social : 12, avenue de la Dame - Centre Euro 2000 30132 CAISSARGUES R.C.S. NIMES B 305 635 039 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

La finance, facteur d inégalités

La finance, facteur d inégalités La finance, facteur d inégalités Olivier GODECHOT Cette étude montre que, contrairement aux idées reçues, les PDG et des superstars du sport ou du divertissement ne sont pas les premiers responsables de

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise :

Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir. Nous devons être fiers de pouvoir exécuter la décision prise : 1 Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux, Dans la tempête, il faut garder le cap, corriger le chemin. Dans un monde en mouvement perpétuel, rapide, incessant, il faut saisir l instant celui

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

Good Job Good Life Pour tout savoir sur le Bachelor de Toulouse Business School, 18 parcours de diplômés à découvrir en quelques clics

Good Job Good Life Pour tout savoir sur le Bachelor de Toulouse Business School, 18 parcours de diplômés à découvrir en quelques clics COMMUNIQUE DE PRESSE Toulouse, le 13 mai 2013 Good Job Good Life Pour tout savoir sur le Bachelor de Toulouse Business School, 18 parcours de diplômés à découvrir en quelques clics Trouver la bonne orientation

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque.

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Publié et mis en ligne le 5 février 2007 Un fonds commun de placement à risques (FCPR) est un fonds dont

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

NEGOCIATION SALARIALE 2015 PROCES-VERBAL DE DESACCORD

NEGOCIATION SALARIALE 2015 PROCES-VERBAL DE DESACCORD PEUGEOT CITROËN AUTOMOBILES NEGOCIATION SALARIALE 2015 PROCES-VERBAL DE DESACCORD En application de l article L. 2242-8 du Code du travail, Les Organisations Syndicales CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et

Plus en détail