COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU JEUDI 12 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Réussir la transmission d'une entreprise métiers d'art

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU JEUDI 12 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Réussir la transmission d'une entreprise métiers d'art"

Transcription

1 COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU JEUDI 12 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Réussir la transmission d'une entreprise métiers d'art Intervenants Marcelle Lubrano-Guillet, entreprise Guillet Olivier Mellerio, entreprise Mellerio dits Meller Fabienne Saligue, Maison Fey Jean-François Perche, Moissonnier. Modérateur : Alexis Govciyan, directeur de l'institut supérieur des Métiers (ISM), en charge du label d'état Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV). Alexis Govciyan remercie les Ateliers d'art de France, en particulier son président Serge Nicole, d'avoir réussi à organiser ce magnifique salon au Grand Palais. Il souligne que cette manifestation, qui met à l'honneur les métiers d'art dans un lieu aussi exceptionnel, est une première mondiale. Il présente ensuite le thème de cette première conférence, qui est la transmission d'une entreprise de métiers d'art. Il rappelle que cette notion de transmission a toujours existé dans l'histoire de l'humanité, en lien étroit avec la notion de tradition : en latin, «traditio» signifie «transmettre». Toutefois, dans les métiers d'art, la création est omniprésente et bien souvent, c'est également l'innovation qui est transmise. Alexis Govciyan est directeur de l ISM qui décerne le label d'état EPV à des entreprises territoriales d'exception, alliant trois caractéristiques majeures : un savoir-faire rare, la maîtrise de techniques d'excellence et une renommée nationale, voire internationale. Naturellement, la transmission se fait à travers la formation. Dans ce cadre, la CCI de Paris a développé un programme très important de formation et d'accompagnement, qui sera opérationnel en Alexis Govciyan présente le premier intervenant : Olivier Mellerio, de l'entreprise de joaillerie Mellerio dits Meller. Cette maison a fêté ses 400 ans d'existence en 2013, mais en réalité, le début d'activité de la famille Mellerio est encore plus ancien, puisqu'il a démarré en Alexis Govciyan souligne le caractère exceptionnel de cette entreprise d'excellence, qui appartient toujours à la même famille depuis sa création, et interroge son représentant sur cette transmission de génération en génération depuis près de cinq siècles. Olivier Mellerio retrace brièvement l'histoire de sa famille qui est venue d'italie en 1515, grâce à un privilège accordé par la reine Marie de Médicis à trois villages italiens, autorisant les artisans qui en étaient originaires à faire commerce dans tout le royaume sans être soumis aux réglementations en vigueur. À cette époque, les Mellerio étaient des colporteurs itinérants qui vendaient des objets en cristal taillé. Le privilège dont ils ont bénéficié a subsisté jusqu'à la Révolution française. Ensuite, Mellerio est devenu le joaillier des impératrices Joséphine et Eugénie et des familles régnantes d'europe. Cette famille a donc 1

2 connu une clientèle exceptionnelle en exerçant le même métier pendant 14 générations. Aujourd'hui, la 15 e génération a pris le relais. Selon Olivier Mellerio, il n'existe aucune recette particulière pour assurer la pérennité sur le long terme d'une entreprise familiale. Cependant, il convient de ne pas perdre de vue deux aspects importants. Tout d'abord, il faut réinventer le modèle d'entreprise à chaque génération. Olivier Mellerio insiste sur la nécessité d innover : la transmission doit allier la tradition et la création. Ensuite, il faut absolument garder à l esprit que rien n est acquis : en dépit de l héritage du savoir-faire et du patrimoine légués par les ancêtres et malgré le travail accompli depuis des décennies, voire des siècles, l entreprise peut disparaître. Une vigilance constante s impose, surtout dans les entreprises de métiers d art dont la stratégie s'inscrit dans la création et dans la fabrication sur mesure, sans entrer dans l industrialisation de la production. Alexis Govciyan aborde la question de la transmission qui s'organise différemment selon qu'elle s'effectue au sein d'une même famille ou en dehors du cercle familial. Il souhaite savoir s'il existe des problématiques particulières dans le cadre d une transmission familiale, notamment sur le plan financier. Olivier Mellerio évoque le débat interne, qui revient à chaque génération, entre les membres de la famille qui pensent qu'il est temps de vendre et ceux qui tiennent viscéralement à la continuité de l entreprise familiale. Ces derniers doivent absolument veiller à conserver la majorité pour conserver l entreprise au sein de la famille. Olivier Mellerio signale que ce débat n'existe que s il y a des héritiers. Au Japon, les dirigeants d'entreprise qui n'ont pas d'héritiers ont la possibilité d'adopter la personne de leur atelier considérée comme étant la plus compétente. Celle-ci prend alors le nom de la famille et continue à faire vivre l'entreprise après le retrait de son «adoptant». En France, à défaut d'héritier, ceux qui ne souhaitent pas vendre peuvent passer par le système de la fiducie, qui permet de confier leur entreprise à un fiduciaire chargé de gérer l'entreprise pendant une ou deux générations, puis de la transmettre aux générations suivantes. En l'occurrence, la maison Mellerio dits Meller a créé une holding familiale à 100 %, avec des filiales immobilière et opérationnelle. Grâce à des joint-ventures créés par le biais de la filiale opérationnelle, elle a pu ouvrir le capital à l'international et bénéficier ainsi des fonds propres indispensables à son développement. Olivier Mellerio observe que si ce dispositif a permis de renforcer la solidité financière de l'entreprise, il convient cependant d'être extrêmement attentif et de veiller aux équilibres avec la plus grande vigilance pour pouvoir conserver le contrôle familial. Alexis Govciyan remercie Olivier Mellerio pour son témoignage. Il présente Marcelle Lubrano-Guillet qui a transmis récemment son entreprise familiale de parures florales. La maison Guillet, qui existe depuis 1896, a fourni aussi bien les plus grands créateurs de mode que les décorateurs et costumiers de théâtre et de cinéma. Depuis 2006, elle a rejoint Chanel en tant que Maison des métiers d'art. Alexis Govciyan interroge Marcelle Lubrano-Guillet sur le cheminement qui l'a conduite à transmettre une entreprise familiale à un grand nom du luxe. Marcelle Lubrano-Guillet retrace l'histoire de la maison Guillet, que son grand-père a créée à Nantes en 1896, puis installée à Paris. Jusqu'en 1939, le père et le grand-père de Marcelle Lubrano-Guillet ont beaucoup travaillé pour l'étranger, surtout pour l'amérique du Sud qui représentait 80 % de ses exportations. Après la guerre, il s'agissait plutôt de décorer 2

3 des grandes vitrines (par exemple, pour la maison Hermès) et d'honorer des commandes passées à l'occasion de grands événements. La maison a également travaillé pour le monde du spectacle vivant et du cinéma et fourni la reine d'angleterre. Parallèlement, Marcelle Lubrano-Guillet a innové en se lançant dans la création de mode, ce qui lui a permis de collaborer avec les plus grands créateurs, aussi bien en France qu'à l'étranger : Chanel, Lacroix, Ungaro, Louis Féraud, Sonia Rykiel, Dior, Nina Ricci, Armani, Dolce & Gabanna, etc. Elle a également travaillé pour les créateurs japonais pendant une vingtaine d années. Marcelle Lubrano-Guillet a toujours eu le souci de la transmission de ce métier très rare, pour lequel n existe qu un CAP départemental. À ce jour, elle a formé une cinquantaine de personnes. À la soixantaine, son mari et elle-même ont commencé à songer à la transmission. Leurs trois fils ayant choisi une autre voie et ne souhaitant pas reprendre l'entreprise familiale, Marcelle Lubrano-Guillet et son mari ont tenu à protéger le patrimoine et le savoir-faire attaché à leur maison. Aussi, ils ont cherché les fournisseurs et les clients les plus importants dans leur entourage, susceptibles de reprendre l'entreprise. La maison Chanel représentait 25 % de leur chiffre d'affaires depuis des années et manifestait un vif attachement au métier de la parure florale. C'est donc à Chanel que la maison Guillet a été cédée en Après ce rachat, Marcelle Lubrano-Guillet est restée dans l entreprise pendant trois ans et son mari, pendant deux ans. Ils se sont retirés après s'être assuré que les jeunes qu'ils avaient formés étaient désormais capables de prendre la relève. Marcelle Lubrano-Guillet ne cache pas qu'après un tel passé et un tel investissement personnel dans une entreprise qui faisait partie d'elle-même, la rupture a été très difficile. Néanmoins, elle insiste sur la nécessité de préparer la transmission de l'entreprise suffisamment tôt pour se donner la chance de se lancer dans une seconde vie. Pour sa part, elle s'investit à fond dans la transmission des savoir-faire d'excellence et dans la vitalité du secteur des métiers d'art, à travers l'association des Maîtres d'art dont elle est la présidente. Alexis Govciyan souligne qu'en acceptant de céder son entreprise à Chanel, les dirigeants de la maison Guillet ont préservé non seulement l'entreprise et son savoir-faire, mais aussi les emplois des salariés. Marcelle Lubrano-Guillet ajoute que cela a également permis de sauvegarder l'extraordinaire patrimoine constitué par les outils de l'atelier. Alexis Govciyan passe ensuite la parole à Jean-François Perche qui a repris depuis quatre ans l'entreprise Moissonnier, fabricant de meubles d'art depuis Alors qu'il venait d'un secteur complètement différent, Jean-François Perche a parfaitement réussi cette reprise, développant même Moissonnier à l'international. Alexis Govciyan lui demande de raconter cette expérience. Jean-François Perche indique qu'auparavant, il dirigeait un grand groupe agroalimentaire, très éloigné de l'univers du luxe et de la création. Il y a quelques années, ses pas l'ont mené vers cette entreprise familiale qu il a reprise, au plus fort de la crise économique qui touchait beaucoup de petites et moyennes entreprises. Après une année difficile, il a néanmoins réussi à développer la maison en développant une activité commerciale très soutenue, tout en préservant ses valeurs fondamentales et son cœur de métier. Aujourd'hui, Moissonnier est présent dans une cinquantaine de pays et réalise 80 % de son chiffre d'affaires à l'international. Jean-François Perche reconnaît que cette reprise n'a pas été facile. Les salariés étaient inquiets de voir arriver un repreneur venant d'un univers complètement différent. Aussi, il a 3

4 pris soin d'accompagner les équipes en interne pour les aider à évoluer face aux enjeux économiques, tout en respectant la sensibilité de chacun. Peu à peu, de nouvelles méthodes se sont mises en place et la maison est entrée dans une nouvelle dynamique. Jean-François Perche souligne qu'il a fallu s'adapter et faire preuve de beaucoup de tact ; dans une entreprise familiale depuis 160 ans, où travaillent des ébénistes, des sculpteurs, des artistes et des maîtres d'art, il n'est pas question d'appliquer à la lettre les techniques de marketing préconisées par les écoles de commerce. Aussi, Jean-François Perche s'est beaucoup attaché à la communication interne, pour faire comprendre aux collaborateurs les intérêts commerciaux de la maison. Il a également pris soin de les associer aux grandes décisions stratégiques. Ces moments d'échanges et de partage ont permis d'organiser différemment le fonctionnement des ateliers pour les adapter au développement international. Alexis Govciyan remercie Jean-François Perche de son intervention et se tourne vers Fabienne Saligue qui a repris depuis deux ans la maison Fey, spécialisée dans la gainerie d'ameublement. Désireuse de reprendre une entreprise du patrimoine vivant, Fabienne Saligue est venue trouver Alexis Govciyan à l'institut Supérieur des Métiers pour lui demander un soutien et des conseils, car venant d'un monde extérieur, elle ne connaissait pas le milieu des métiers d'art. Aujourd'hui, Alexis Govciyan lui demande de raconter cette expérience de reprise réussie. Fabienne Saligue commence par expliquer son parcours. Après une formation en école de commerce, elle a entamé une carrière de consultante en marketing pour des PME. Souhaitant aller au-delà du rôle de conseil et se lancer dans l'action sur le terrain, elle a décidé de racheter une entreprise et n'a pas hésité un seul instant sur le secteur qui l'intéressait : le patrimoine vivant. Elle est donc allée à l ISM où elle a demandé une liste d'entreprises répondant à trois critères : premièrement, le monde de la décoration ; deuxièmement, une implantation en région parisienne ; troisièmement, une taille critique d'entreprise correspondant à une fourchette de prix d'achat. L ISM s'est montré très réactif et lui a communiqué très rapidement une liste d'entreprises correspondant au profil souhaité. Fabienne Saligue précise que l ISM lui a également apporté une aide pour constituer son dossier, notamment sur le plan financier. Grâce à son soutien, elle a obtenu des prêts d'honneur sans intérêt de la Région, qui ont contribué à augmenter son niveau de capitaux propres. En moins d'un an, Fabienne Saligue a pris contact avec une demi-douzaine d EPV. Elle en a visité trois et après avoir étudié chaque dossier, son choix s est porté sur la maison Fey qu elle a achetée le 1 er octobre Elle a découvert le métier de la gainerie d art et d ameublement, qu'elle ne connaissait pas et qu'elle a tout de suite apprécié. Elle s est vite sentie adoptée par l'équipe qui est assez jeune (une trentaine d'années en moyenne), ce qui revêt une grande importance à ses yeux, car à long terme, cela lui permet de penser que l'entreprise perdurera après son départ. De plus, le métier très rare de gainierdoreur ne s'enseigne plus du tout, il n'est que brièvement abordé dans la formation de maroquinier. Aussi, il est primordial de transmettre le savoir-faire. Fabienne Saligue compte sur ses salariés pour assurer la relève. Elle souligne qu'en dépit des difficultés qui sont inévitables lors de toute reprise, cette aventure s'est avérée très gratifiante grâce à l'équipe qu'elle a rencontrée. Elle ne tarit pas d'éloges sur ses collaborateurs qui sont à la fois professionnels, motivés et très ouverts à l'innovation. Ce dernier aspect est indispensable pour que l'entreprise puisse durer. Dans cette optique, la maison Fey vient de lancer deux nouvelles gammes à base de cuir de Cordoue brodé et de cuir brodé main. 4

5 Alexis Govciyan remercie Fabienne Saligue et aborde la question du financement, cruciale lors de la transmission ou du développement d'entreprise. En ce domaine, il sollicite l'intervention d'isabelle Ginestet-Naudin, de Bpifrance (ex-cdc Entreprises), qui va prochainement lancer un fonds d'investissement dédié uniquement aux EPV. Isabelle Ginestet-Naudin remercie la Commission nationale de labellisation des Entreprises du Patrimoine vivant de l avoir accueillie, car cela lui a donné l'occasion de connaître la richesse et la diversité des entreprises candidates au label. Dans ce cadre, Alexis Govciyan lui a demandé d'accompagner un groupe de travail sur le financement. En effet, au sein de Bpifrance, Isabelle Ginestet-Naudin gère depuis 2004 des fonds dédiés aux entreprises créatives. Elle confirme la prochaine création d'un fonds destiné aux savoir-faire d'excellence. Elle précise que l'accompagnement des EPV s'adapte à la typologie des métiers qui y sont exercés ; le temps passé à la réalisation d un objet d art étant souvent très long, le soutien se déroule sur des cycles plus longs que pour les entreprises traditionnelles, qui sont plutôt basées sur un rapide retour sur investissement. Elle ajoute que ces fonds ne s'adresseront qu'à des entreprises d'une certaine taille, réalisant un minimum de euros de chiffre d'affaires. Olivier Mellerio signale une autre possibilité de financement pour les entreprises du patrimoine vivant : les dons des particuliers assujettis à l'isf. En investissant dans une PME dans la limite de , toute personne soumise à l ISF peut bénéficier d'une réduction d'impôt de 50 %, à condition d investir pendant cinq ans au minimum. Ce financement est très intéressant pour les entreprises de métiers d'art, car il est sans intérêts, sans dividendes et il permet de créer des actions sans droit de vote. Par ailleurs, bon nombre de ces investisseurs deviennent par la suite des clients. Olivier Mellerio regrette que très peu d'entreprises pensent à ce système particulièrement attractif : la plupart recourent à des sociétés d'intermédiation qui prélèvent des commissions, minorant ainsi l'avantage fiscal. Olivier Mellerio fait également observer que bien souvent, lorsque l entreprise a été transmise, la nouvelle équipe n'a pas toujours la crédibilité nécessaire vis-à-vis des banques ; les ratios qu elle présente ne sont pas forcément très bons et il existe beaucoup d'incertitudes sur la réalisation du nouveau modèle. Les entreprises traversent donc une période de fragilité. Pour les aider, des réflexions sont en cours pour essayer de mettre au point de nouveaux systèmes de financement. En tant qu'élu de la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris (CCIP), Olivier Mellerio annonce qu un programme intitulé «Transmission», soutenu par le ministère de l Industrie, a vu le jour en septembre 2011, co-financé par la CCI et la Direction générale de la Compétitivité, de l'industrie et des Services. Pendant deux années, quarante entreprises ont été accompagnées au moment lors de leur cession ou de leur transmission. M. Sauvage, de la CCIP, détaille les différentes prestations qui leur sont proposées : diagnostic, estimation de leur valeur, recherche active de repreneurs si besoin. Pour bénéficier de cette aide, les entreprises doivent être implantées en Île-de-France, compter au moins deux à trois salariés et exercer une activité relevant de la nomenclature des métiers d'art. M. Sauvage indique que ce programme a été prolongé jusqu en décembre et qu une dizaine d entreprises pourront en bénéficier pour que la CCIP atteigne son objectif de cinquante entreprises soutenues. Il ajoute que par la suite, cette expérience fera l objet d un rapport décrivant les méthodes utilisées, dans le but de rédiger ultérieurement un guide. 5

6 Alexis Govciyan le remercie pour cette intervention. Il invite l assistance à communiquer largement sur ce dispositif et à en parler aux entreprises qui pourraient être intéressées. Dans la salle, un participant demande aux repreneurs s ils ont cherché à se former au métier exercé dans l entreprise rachetée, afin d asseoir leur légitimité vis-à-vis de l ancienne équipe. Jean-François Perche répond qu il s est posé la question au départ, mais il s est rendu compte qu il ne fallait surtout pas essayer de jouer les ébénistes face aux artisans d exception présents dans l entreprise. Il souligne que de toute manière, ce n était pas ce que les salariés attendaient de lui. Fabienne Saligue a tenu le même raisonnement ; son équipe ne lui demande pas d être performante en gainerie, mais de comprendre les problèmes de l entreprise et d apporter des solutions. Toutefois, elle cite une personne de son entourage qui a repris une entreprise de maroquinerie et qui a souhaité passer un CAP de maroquinier, avec succès. Marcelle Lubrano-Guillet partage l avis de Fabienne Saligue et Jean-François Perche. Lorsqu'elle était à la tête de la maison Guillet, elle maîtrisait parfaitement les fondamentaux du métier puisqu'elle y baignait depuis le plus jeune âge, mais lors de la cession de son entreprise, elle a pu constater que le directeur possédait toutes les compétences requises pour diriger une EPV, sans être passé par l'apprentissage de la fleur artificielle. Pour elle, cette étape n'est pas nécessaire, à condition de s'intéresser aux métiers d'art et de prendre en considération les observations des chefs d'atelier. Un manager apporte autre chose : le développement de l'entreprise, les orientations stratégiques, les compétences administratives, l'innovation. Olivier Mellerio rappelle cependant que ce sont les produits qui font le succès des métiers d'art ; aussi, il est important que le repreneur respecte les valeurs, le style, le savoirfaire et la culture de l'entreprise. Alexis Govciyan indique qu aujourd'hui, 25 % des dirigeants d'entreprise artisanale viennent de l'enseignement supérieur. Ils n'ont pas suivi la carrière classique des artisans en passant par des CAP, mais leur formation leur permet de porter un autre regard sur les entreprises de métiers d'art. Dans la salle, un ébéniste dirigeant une EPV labellisée indique qu'il envisage de céder son entreprise. Le label reposant entièrement sur son savoir-faire, il cherche un repreneur en capacité de maintenir l'entreprise au niveau exigé par le label. Aussi, il demande à Alexis Govciyan si l ISM envisage de mettre en place une bourse d'offres et de demandes pour les cessions d'entreprise, pour être certain de trouver un repreneur suffisamment qualifié. Alexis Govciyan rappelle que ce label d'état est tout récent, puisqu'il existe depuis À ce jour, plus de 1000 entreprises sont labellisées EPV sur entreprises en France. La création et la mise en route de ce label ont pris un certain temps. Alexis Govciyan estime qu'effectivement, il est temps de mettre en place un système plus organisé en identifiant au mieux les besoins des entreprises, y compris en termes de transmission. Il y a deux ou trois ans, 15 % des entreprises labellisées étaient à transmettre dans les cinq à dix ans à venir. Il est donc nécessaire de créer un dispositif, en coopération avec d'autres organismes tels que la CCI. Alexis Govciyan énumère les associations auxquelles peuvent s adresser les EPV qui ont besoin de soutien financier ou de conseils. Il cite notamment l ECTI, association de retraités proposant leurs services aux PME. 6

7 M. Amsellem, directeur général de l ECTI, évoque une action menée pour des entreprises labellisées EPV en Auvergne : «Infiniment Luxe» est un regroupement permettant aux entreprises de mutualiser leurs moyens et de bénéficier d'un accompagnement sur des salons à l'étranger. Olivier Mellerio approuve cette initiative et souligne que pour beaucoup d'entreprises de métiers d'art de petite ou de moyenne taille, la mutualisation des moyens financiers et humains est la seule façon de réussir le développement à l international, même si c est parfois difficile à mettre en œuvre. Jean-François Perche et Fabienne Saligue sont interrogés sur leur façon de faire accepter les aspects de marketing à une équipe plutôt habituée à des valeurs artisanales traditionnelles. Jean-François Perche répond que la notion de création est restée au cœur de la vie de l'entreprise. Christine Duval, directrice générale de Moissonnier, précise que même si elle est issue d'une direction marketing d un grand groupe, elle a évité à tout prix d utiliser les techniques classiques de marketing et le vocabulaire qui y est associé. À son sens, la meilleure attitude consiste à être à l écoute des salariés et à encourager la créativité. À partir de là, il est possible de mettre au point une stratégie commerciale adaptée à l entreprise, sans créer de tensions au sein de l équipe. Elle est appuyée par Fabienne Saligue qui estime que dans une entreprise de métier d art, il est évidemment nécessaire de faire de marketing, mais discrètement vis-à-vis de l équipe et surtout, sans en utiliser le vocabulaire, celui-ci étant souvent rédhibitoire pour les collaborateurs. Pour sa part, elle essaie de développer le plus possible la création et dès son arrivée, elle a pu constater que les salariés en étaient fortement demandeurs. Alexis Govciyan remercie vivement Marcelle Lubrano-Guillet, Fabienne Saligue, Olivier Mellerio et Jean-François Perche pour leurs interventions. (Applaudissements.) 7

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant

«Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» Présentation du guide pratique du cédant Dossier de presse Sommaire «Mode, luxe, métiers d art : comment transmettre votre PME?» : Un guide pratique à l issue du dispositif de soutien aux TPE/PME Conférence du 5 mars 2014 Communiqué de presse

Plus en détail

Entreprise du Patrimoine Vivant. L excellence des savoir-faire français. Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE

Entreprise du Patrimoine Vivant. L excellence des savoir-faire français. Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE Entreprise du Patrimoine Vivant L excellence des savoir-faire français Mars 2015 DOSSIER DE PRESSE 2 UNIVERS : Équipements professionnels Un label original Le label «Entreprise du Patrimoine Vivant» (EPV)

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise Enquête Préambule La transmission de son entreprise est le dernier acte du dirigeant et souvent l un des plus importants de sa vie professionnelle. Au plan macro

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CESSION

LES ETAPES DE LA CESSION NOTICE LES ETAPES DE LA CESSION Janvier 2014-1 - - 1 - La cession d une entreprise est un cap difficile à passer pour le dirigeant : pas toujours évident en effet de laisser, entre les mains d un tiers,

Plus en détail

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design NB : L objectif de ce document n est pas d être exhaustif mais de présenter les aides les plus adaptées

Plus en détail

Les reprises et cessions d'entreprises

Les reprises et cessions d'entreprises Les reprises et cessions d'entreprises 007 / 00 Etude réalisée pour : Méthodologie Le CSOEC et l ACFCI Echantillon : Echantillon de 0 dirigeants repreneurs ou futurs cédants, issu d un échantillon national

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise?

Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise? GUIDE DU CEDANT Pourquoi vous préparer à transmettre votre entreprise? Quels que soient la taille ou le type de l entreprise, sa cession est un acte de gestion qui ne s improvise pas. Les conséquences

Plus en détail

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design NB : L objectif de ce document n est pas d être exhaustif mais de présenter les aides les plus adaptées

Plus en détail

Conditions générales d Utilisation

Conditions générales d Utilisation Conditions générales d Utilisation Chapitre 1 - Préambule Dans l objectif de ces missions d appui au développement du secteur artisanal, la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Tarn-et-Garonne (CMA

Plus en détail

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services»

RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» RESOLUTION Avis du CEE - Séance du 10/12/2008 «Projet d évolution de l organisation de la Branche Energie Services» Le Comité d Entreprise Européen, réuni en séance extraordinaire le 10 décembre 2008,

Plus en détail

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI (adsbygoogle = window.adsbygoogle []).push({}); franchisé WSI Témoignage d'un Témoignage d'un franchisé Midas Témoignages de franchisés Autosmart Témoignages de franchisés La Mie Câline Témoignages franchisé

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 04 juin 2013 3ème Journées de la Transmission d Entreprise Près de 3.000 participants au cœur de l actualité de l entreprise www.lesjte.com Ce sont près de 3000 participants

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS INSTITUTIONNELLES 2012

CATALOGUE DES FORMATIONS INSTITUTIONNELLES 2012 CATALOGUE DES FORMATIONS INSTITUTIONNELLES 2012 ACADEMIE : Lieu où sont rassemblées des personnes reconnues pour leurs compétences, leur savoir et ayant pour mission de veiller à la transmission et à la

Plus en détail

Les acteurs publics et privés se mobilisent pour les Gazelles

Les acteurs publics et privés se mobilisent pour les Gazelles Les acteurs publics et privés se mobilisent pour les Gazelles D ores et déjà, de nombreux partenaires ont annoncé leur mobilisation pour accompagner les Gazelles dans la poursuite de leur croissance :

Plus en détail

SAINT- LIZIER (09) Hôtel-Dieu et Palais des Evêques Journées Européennes des Métiers d Art. 5,6,7 avril 2013

SAINT- LIZIER (09) Hôtel-Dieu et Palais des Evêques Journées Européennes des Métiers d Art. 5,6,7 avril 2013 SAINT- LIZIER (09) Hôtel-Dieu et Palais des Evêques Journées Européennes des Métiers d Art 5,6,7 avril 2013 Dossier de communication novembre 2012 Les métiers d'art, vitrine du savoir-faire français Les

Plus en détail

Bilan d'activité 2013

Bilan d'activité 2013 Coopérative d Activités et d Emploi généraliste d'ille et Vilaine Bilan d'activité 2013 Développement économique Création d'activités et d'entreprises Accompagnement de parcours Numéro SIRET : 437 827

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le mardi 19 mai 2015 à Nantes. Les membres des Sup Porteurs de la création 44 :

DOSSIER DE PRESSE. Le mardi 19 mai 2015 à Nantes. Les membres des Sup Porteurs de la création 44 : DOSSIER DE PRESSE Le mardi 19 mai 2015 à Nantes 1 Les membres des Sup Porteurs de la création 44 : Le réseau des Sup'Porteurs de la Création 44 est soutenu par : Contact Presse : Marie Le Saint CCI Nantes

Plus en détail

Sommaire. Objectif de ce livret. Qui sommes-nous? Quels sont nos métiers? Un constat simple. Compréhension des enjeux et des défis

Sommaire. Objectif de ce livret. Qui sommes-nous? Quels sont nos métiers? Un constat simple. Compréhension des enjeux et des défis L entrepreneur face à ses choix patrimoniaux Sommaire Objectif de ce livret Qui sommesnous? Quels sont nos métiers? Un constat simple Compréhension des enjeux et des défis Suivi d un processus équitable

Plus en détail

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise»

Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse Lancement des «Oséades de la création d entreprise» Mardi 9 octobre 2012 CONTACTS PRESSE : CG74 ALEXANDRA CARRAZ 04 50 33 50 02 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30

Plus en détail

2013-2014 u n cejeorae ti n

2013-2014 u n cejeorae ti n j 2013- E u cn e r ea tion 2014 ÉDITORIAL LYNE COHEN-SOLAL ADJOINTE AU MAIRE DE PARIS,CHARGÉE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DES PROFESSIONS INDÉPENDANTES ET DES MÉTIERS D ART «Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4 Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire FISAC : Action n 4 L Artisanat en Maurienne Quelques chiffres 1 152 entreprises artisanales (11,5% des entreprises artisanales de Savoie)

Plus en détail

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création.

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création. SERVICES DE LA MATINEE D INFORMATION Financer la création, la reprise ou le développement de son entreprise Cette rencontre, co-animée par les Banques Populaires, vous présentera les solutions existantes

Plus en détail

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement

1. Garanties accordées sur les interventions en matière d innovation et d investissement Fiche N : 504 Version : 20/06/2014 Les interventions de Bpifrance en garantie des financements bancaires Mots clés : Bpifrance, financements, investissements, international, garantie Objet : présenter

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions Stock-options et Attributions Gratuites d Actions 1 P remière banque privée en France en termes d actifs sous gestion, BNP Paribas a mis en place une organisation et des équipes totalement dédiées à la

Plus en détail

Préprogramme thématique

Préprogramme thématique Préprogramme thématique Avec plus de 100 conférences et ateliers sur 2 jours, le Salon des Entrepreneurs s impose comme un lieu de formation, d information et d échanges, incontournable pour les créateurs

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

Principales aides dans le secteur des métiers d art

Principales aides dans le secteur des métiers d art Principales aides dans le secteur des métiers d art Le secteur des métiers d art, composé à 99 % des TPE 1, bénéficie des aides générales à la création / reprise d entreprises en faveur des PME. Les détails

Plus en détail

27/05/2010 LES DISPOSITIFS D AIDES AUX ENTREPRISES DU CONSEIL REGIONAL NORD PAS DE CALAIS

27/05/2010 LES DISPOSITIFS D AIDES AUX ENTREPRISES DU CONSEIL REGIONAL NORD PAS DE CALAIS LES DISPOSITIFS D AIDES AUX ENTREPRISES DU CONSEIL REGIONAL NORD PAS DE CALAIS 1 Direction de l Action Economique Service ICE - Innovation et Compétitivité des Entreprises - Pôles de Compétitivité et Pôles

Plus en détail

Qui mieux qu un chef d entreprise peut accompagner un nouvel entrepreneur?

Qui mieux qu un chef d entreprise peut accompagner un nouvel entrepreneur? DOSSIER DE PRESSE Qui mieux qu un chef d entreprise peut accompagner un nouvel entrepreneur? Contact presse : Corinne PRIGENT Directrice 06 73 11 17 85 cprigent@reseau-entreprendre.org Sommaire Sommaire...

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Pôle des Métiers d'art Est Ensemble Dossier de candidature

Pôle des Métiers d'art Est Ensemble Dossier de candidature Pôle des Métiers d'art Est Ensemble Dossier de candidature Pourquoi une charte «Pôle Métiers d Art - Est Ensemble»? Poursuivant la politique volontariste de soutien aux métiers d art initiée par la Ville

Plus en détail

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Sommaire 22.08.2011 AG PME Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Au Delà Du Profit : philosophie d'une entreprise française

Plus en détail

FICHE RESSOURCE REGION ALSACE

FICHE RESSOURCE REGION ALSACE FICHE RESSOURCE REGION ALSACE 1. Identification des acteurs régionaux des Métiers d Art Institutionnels : Conseil Régional Philippe RICHERT Président Maison de la Région 1 place Adrien Zeller BP 91006

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Assurance, banque, finance» Spécialité :

Plus en détail

Subventions et prêt d honneur. Ayez le réflexe CCI!

Subventions et prêt d honneur. Ayez le réflexe CCI! Subventions et prêt d honneur Ayez le réflexe CCI! PM UP Les lauréats PM up bénéficient pendant trois ans : d une subvention régionale pouvant atteindre 250 000 sur l ensemble de leur plan de développement

Plus en détail

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions Cette toute première phase de réflexion, pas forcément simple ni évidente, devra se faire en deux temps. Ainsi, vous serez d abord

Plus en détail

LES ENTREPRISES FRANÇAISES MONDIALES ET L'USAGE DU FRANÇAIS...

LES ENTREPRISES FRANÇAISES MONDIALES ET L'USAGE DU FRANÇAIS... Chambre de commerce et d'industrie de Varis LES ENTREPRISES FRANÇAISES MONDIALES ET L'USAGE DU FRANÇAIS... Pour une entreprise immergée dans une compétition mondiale chaque jour plus acharnée, le choix

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

2009-2011: une première mission de prospection exogène

2009-2011: une première mission de prospection exogène 2009-2011: une première mission de prospection exogène Le contexte Dès 2007, les acteurs institutionnels (Etat, Conseil Régional d'aquitaine, Conseil Général des Landes, Communautés de Communes d Hagetmau,

Plus en détail

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr OPÉRATION JEUNES-ARTISANAT Spécial entreprises POURQUOI CETTE OPÉRATION? La force économique d un pays, ce sont ses

Plus en détail

Revue de Presse sur le Fabriqué en France : Jouets

Revue de Presse sur le Fabriqué en France : Jouets Revue de Presse sur le Fabriqué en France : Jouets Date : février 2014-mai 2014 Proposé par : SémioConsult Auteur : Anne-Flore Maman Larraufie, PhD Contact : anne-flore.maman@semioconsult.com SémioConsult

Plus en détail

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires

Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Compte-rendu de l'atelier du 13 février 2013 sur L innovation et la R & D dans les industries agroalimentaires Pilotes : M. Pascal FLEUREAU EURIAL, M. Jean-François CRETET - LES RUCHERS DU GUE Copilote

Plus en détail

Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement

Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement Donnez-vous toutes les chances de réussir votre reprise d entreprise : votre projet, votre accompagnement et votre financement Salon des entrepreneurs de Paris Mercredi 4 février 2015 à 16 heures 30 Janvier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PREMIERES JOURNÉES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE

DOSSIER DE PRESSE PREMIERES JOURNÉES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE DOSSIER DE PRESSE PREMIERES JOURNÉES DE LA TRANSMISSION D ENTREPRISE 2 jours d information et de conseil sous l égide des notaires et des experts-comptables PALAIS DES CONGRES PARIS 23 ET 24 JUIN 2011

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création.

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création. Christian LE LANN, président de la Chambre de métiers et de l artisanat de Paris, les membres élus, Fabrice JUGNET, secrétaire général et l ensemble du personnel vous souhaitent d excellentes fêtes de

Plus en détail

APPEL D'OFFRE AGEFOS PME NORMANDIE ACCOMPAGNEMENT GPEC. Cahier des charges

APPEL D'OFFRE AGEFOS PME NORMANDIE ACCOMPAGNEMENT GPEC. Cahier des charges APPEL D'OFFRE AGEFOS PME NORMANDIE ACCOMPAGNEMENT GPEC Cahier des charges mars 2012 AGEFOS PME - NORMANDIE 1 Sommaire Sommaire... 2 1. Présentation d AGEFOS PME... 3 2. Présentation du projet... 3 2.1.

Plus en détail

La non transmission du savoir passé : Un mémoire

La non transmission du savoir passé : Un mémoire La non transmission du savoir passé : Un mémoire Présenté à : Ministère de la culture, des communications et de la condition féminine Présenté par : Thomas Belot Février 2008 La protection et la restauration

Plus en détail

Rapport d activité 2012

Rapport d activité 2012 79% Hommes 53% Indépendants 5% Créer du lien, favoriser les échanges entre entrepreneurs, rompre la solitude des chefs d entreprise, tels sont les enjeux des Réseaux des créateurs BGE : Oxygène. entreprises

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative. Présentation Horesca du 18 juin 2012

Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative. Présentation Horesca du 18 juin 2012 Les instruments de la SNCI et de la Mutualité de Cautionnement et d Aide aux Commerçants, société coopérative Présentation Horesca du 18 juin 2012 03/12/09 L entrepreneur et le financement de son projet

Plus en détail

Comment transférer de l'argent de votre société dans votre patrimoine privé?

Comment transférer de l'argent de votre société dans votre patrimoine privé? Comment transférer de l'argent de votre société dans votre patrimoine privé? Photos Roularta / Reporters Agency & Corbis Images Votre société vient de clôturer un bel exercice comptable? La tentation peut

Plus en détail

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015

COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE. CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE CCI de Bordeaux 25 novembre 2015 COMMENT REUSSIR LA CESSION DE SON ENTREPRISE 8 étapes pour aboutir N 1 : Réaliser un bilan retraite et réfléchir au repreneur

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

Atelier animé par : France REVOL - Espace Entreprendre - CCI Grenoble. David EYBERT-GUILLON - Caisse d Epargne Rhône-Alpes

Atelier animé par : France REVOL - Espace Entreprendre - CCI Grenoble. David EYBERT-GUILLON - Caisse d Epargne Rhône-Alpes Atelier animé par : France REVOL - Espace Entreprendre - CCI Grenoble David EYBERT-GUILLON - Caisse d Epargne Rhône-Alpes DEFINIR LE PROJET DE REPRISE Etude commerciale Etude financière Adéquation Homme

Plus en détail

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise»

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» Vendredi 8 novembre 2013 CONTACTS PRESSE : CG74 LESLIE GROS 04 50 33 49 89 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30 CMA SYLVAIN POULLET

Plus en détail

Comment réussir la succession de son entreprise familiale?

Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Contenu Service : Démarrer mon projet... 2 Service : Evaluer mon entreprise... 3 Service : Réaliser un diagnostic de mon entreprise... 4 Service

Plus en détail

INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE TISSAGE A BRAS

INVENTAIRE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATERIEL DE LA FRANCE TISSAGE A BRAS TISSAGE A BRAS Présentation sommaire Identification : Tissage d un métier actionné à la main Personne(s) rencontrée(s) Bruno et Gaëlle Lesteven Localisation (région, département, municipalité) Bretagne,

Plus en détail

COMMENT DEVENIR RICHE?

COMMENT DEVENIR RICHE? FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. COMMENT DEVENIR RICHE? Bureaux : 270

Plus en détail

Rapport d'activité 2011 Saint-Denis

Rapport d'activité 2011 Saint-Denis Aubervilliers Epinay-sur-Seine Ile-Saint-Denis La Courneuve Pierrefitte-sur-Seine Rapport d'activité 2011 Saint-Denis Saint-Ouen Stains Villetaneuse Les chiffres clés 2011 2 210 contacts 167 personnes

Plus en détail

2 événements qui ont guidé sa réflexion et qui sont au coeur de la vie culturelle :

2 événements qui ont guidé sa réflexion et qui sont au coeur de la vie culturelle : Conférence consultative régionale de la culture Vendredi 17 décembre 2010 ECONOMIE CULTURELLE ET EMPLOI Jean Louis Sagot Duvauroux : activité de réflexion et activité artistique (Bamako, Mali). Sollicité

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION LE MÉCANISME JURIDIQUE DE LA SUBROGATION Le mécanisme de la subrogation Introduction La subrogation est un mécanisme juridique qui permet au créancier (A) qui est payé par une autre personne (B) que son

Plus en détail

RESPONSABLE MARKETING

RESPONSABLE MARKETING LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : ÉCONOMIE - GESTION - FINANCE RESPONSABLE MARKETING Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 35 s L'enseignement de découverte professionnelle

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Mode, luxe, métiers d art : Comment transmettre votre PME? Guide pratique du cédant

Mode, luxe, métiers d art : Comment transmettre votre PME? Guide pratique du cédant Mode, luxe, métiers d art : Comment transmettre votre PME? Guide pratique du cédant Pascal-Louis Sauvage Filière création mode design CCI Paris Février 2014 Préface Réussir la transmission de nos entreprises

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

SALON DE L ENTREPRISEL. Comment financer son projet d entreprise d

SALON DE L ENTREPRISEL. Comment financer son projet d entreprise d SALON DE L ENTREPRISEL Comment financer son projet d entreprise d? 11h15 à 11H50 Créateurs : les aides pour un financement réussi 11h 55 à 12h30 Dirigeants : les solutions pour financer votre développement

Plus en détail

Dossier de presse 2003/2004. Contact Yann Gautier, Directeur général Tél. 01 53 98 12 07 yann.gautier@securitas.fr

Dossier de presse 2003/2004. Contact Yann Gautier, Directeur général Tél. 01 53 98 12 07 yann.gautier@securitas.fr Dossier de presse 2003/2004 Contact Yann Gautier, Directeur général Tél. 01 53 98 12 07 yann.gautier@securitas.fr Sommaire 1 2 3 4 5 Introduction 3 SEGA : quinze ans d'expérience dans les services d'accueil

Plus en détail

DIRIGEANTS D ENTREPRISES

DIRIGEANTS D ENTREPRISES DIRIGEANTS D ENTREPRISES Communication à caractère publicitaire HAUT DE BILAN / PATRIMOINE PRIVÉ CE_8P_CE_DIRIGEANTS360_10_08.indd 1 10/08/11 20:08 Forte de l appui et de la puissance financière du groupe

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN SOLO

ENTREPRENDRE EN SOLO ENTREPRENDRE EN SOLO Quand une personne se lance seule dans la création d entreprise, d un point de vue juridique, elle se demande d une manière générale s il vaut mieux l exploiter sous forme individuelle

Plus en détail

NOUS CRÉONS LES LIENS ENTREPRENEURS D AUJOURD HUI ET DE DEMAIN

NOUS CRÉONS LES LIENS ENTREPRENEURS D AUJOURD HUI ET DE DEMAIN NOUS CRÉONS LES LIENS ENTREPRENEURS D AUJOURD HUI ET DE DEMAIN 2 3 UNE MISSION CENTRÉE SUR LA RELÈVE DES DIRIGEANTS, CONCENTRÉE SUR LES BESOINS DES ENTREPRENEURS Le (CTEQ) a pour mission de traiter l enjeu

Plus en détail

Propriété Industrielle

Propriété Industrielle la Propriété Industrielle & l entreprise La propriété intellectuelle recouvre la propriété industrielle, la propriété littéraire et artistique (le droit d auteur et les droits voisins) ainsi que la protection

Plus en détail

LES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DU PSE

LES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DU PSE Réunion ANDRH Midi-Pyrénées Lundi 23 février 2009 LES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DU PSE Quelle gestion des effectifs dans la période de crise actuelle? Compte rendu des étudiants du Master 2 Management des

Plus en détail

I) Présentation de DELOITTE

I) Présentation de DELOITTE I) Présentation de DELOITTE a) La création Deloitte 1845: William Deloitte, descendant d'une famille française crée son premier cabinet à Londres en 1845. 1925: Ce précurseur développe son cabinet et s'associe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE BASE 10

DOSSIER DE PRESSE BASE 10 DOSSIER DE PRESSE BASE 10 Avec le projet Base 10, la Communauté de Communes du Pays Thibérien choisit une solution innovante pour le développement économique de son territoire. La collectivité répond ainsi

Plus en détail

LE TOUR DE FRANCE DU LBO FAIT ÉTAPE À SAINT ETIENNE

LE TOUR DE FRANCE DU LBO FAIT ÉTAPE À SAINT ETIENNE LE TOUR DE FRANCE DU LBO FAIT ÉTAPE À SAINT ETIENNE L es 4 visages du LBO --- mbi obo mbo spin-off I nvitation Lundi 12 novembre 2007 à 17h00 à l Ecole Supérieure de Commerce de Saint-Etienne Vous êtes

Plus en détail

La Cour de l Industrie (11 e ) :

La Cour de l Industrie (11 e ) : Dossier de presse Paris, mai 2013 La Cour de l Industrie (11 e ) : Inauguration du premier bâtiment réhabilité Contact presse : SEMAEST Sabrina LE BOURGEOIS s.lebourgeois@semaest.fr T. 01 43 45 00 05 06

Plus en détail

INVITATION REUSSIR D ENTREPRISE. Avec le soutien de TRANSMISSION POUR REPRISE

INVITATION REUSSIR D ENTREPRISE. Avec le soutien de TRANSMISSION POUR REPRISE INVITATION Avec le soutien de POUR REUSSIR SA TRANSMISSION OU SA REPRISE D ENTREPRISE Chaque année, plusieurs milliers d entreprises changent de main Les techniques sont complexes et le contexte financier,

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

+ aliath. aliath fête ses deux ans d'existence au service de la gouvernance

+ aliath. aliath fête ses deux ans d'existence au service de la gouvernance + aliath aliath fête ses deux ans d'existence au service de la gouvernance Créé fin 2011, aliath vient de célébrer son deuxième anniversaire et souhaite en profiter pour faire un premier bilan de son activité

Plus en détail

Guide du Parrainage. 43 rue Paul Ligneul 72 100 Le Mans Tél : 02.43.57.72.72 Fax : 02.43.87.01.02

Guide du Parrainage. 43 rue Paul Ligneul 72 100 Le Mans Tél : 02.43.57.72.72 Fax : 02.43.87.01.02 Guide du Parrainage 43 rue Paul Ligneul 72 100 Le Mans Tél : 02.43.57.72.72 Fax : 02.43.87.01.02 1 SOMMAIRE «Le Parrainage, une dynamique à promouvoir» Le parrainage p.4 Dimensions du parrainage p.5 Le

Plus en détail

Financer son Entreprise

Financer son Entreprise 1 En élaborant votre business plan, vous avez évalué vos besoins et établi votre plan de financement. Subventions, prêts, garanties, aides fiscales et sociales En fonction de votre profil, de votre lieu

Plus en détail

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création.

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création. SERVICES DE LA Colloque #TendancesNumériques 19 mars 2015 Rappel A l occasion de la Semaine nationale de l artisanat et en partenariat avec l Institut supérieur des métiers (ISM), la CMAP organise, le

Plus en détail

UBIFRANCE, Un réseau au service des PME du numérique

UBIFRANCE, Un réseau au service des PME du numérique UBIFRANCE, Un réseau au service des PME du numérique UBIFRANCE, votre partenaire privilégié à l international UBIFRANCE accompagne les entreprises françaises dans leur démarche à l'export, selon leurs

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine

GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE. Développer harmonieusement votre patrimoine GESTION PRIVÉE GESTION DE FORTUNE Développer harmonieusement votre patrimoine 1 Un partenaire proche, fiable, solide Développer son patrimoine nécessite une relation de proximité. Avec plus d un million

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

Droit de la protection de la propriété industrielle et commerciale :

Droit de la protection de la propriété industrielle et commerciale : Droit de la protection de la propriété industrielle et commerciale : Chapitre I La théorie des droits privatifs de la propriété industrielle et commerciale : Section 1 La notion de la propriété industrielle

Plus en détail

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er DECISION REGLEMENTAIRE N 12 DU 2 MARS 1948 DU CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE RELATIVE AUX AUTORISATIONS D'EXERCICE DE LA PROFESSION modifiée par décisions n 12 bis du 18 mai 1949, 12 ter du 3 août

Plus en détail

DES NOUVEAUX EXPOSANTS RÉVÉLÉS PAR LE SALON INTERNATIONAL DU PATRIMOINE CULTUREL 2012

DES NOUVEAUX EXPOSANTS RÉVÉLÉS PAR LE SALON INTERNATIONAL DU PATRIMOINE CULTUREL 2012 DES NOUVEAUX EXPOSANTS RÉVÉLÉS PAR LE 2012 Toujours en quête de nouveautés et reconnu pour la qualité de ses exposants, le Salon offre l opportunité de découvrir, pour son édition 2012, ces femmes et ces

Plus en détail

La NEWSLETTER d AUTHEC N 18 OCTOBRE 2009 «llu u pourr vous»

La NEWSLETTER d AUTHEC N 18 OCTOBRE 2009 «llu u pourr vous» La NEWSLETTER d AUTHEC N 18 OCTOBRE 2009 «llu u pourr vous» L édito Mesdames, Messieurs, Une nouvelle saison s amorce en espérant qu elle soit moins tendue que la précédente. En attendant les nouvelles

Plus en détail

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Thierry de Chambure, Directeur Exécutif d UBS Wealth Management, en charge des activités Produits & Services Mai Trinh, Directeur Exécutif

Plus en détail