COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU JEUDI 12 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Réussir la transmission d'une entreprise métiers d'art

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU JEUDI 12 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Réussir la transmission d'une entreprise métiers d'art"

Transcription

1 COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE DU JEUDI 12 SEPTEMBRE 10H30-11H30 Réussir la transmission d'une entreprise métiers d'art Intervenants Marcelle Lubrano-Guillet, entreprise Guillet Olivier Mellerio, entreprise Mellerio dits Meller Fabienne Saligue, Maison Fey Jean-François Perche, Moissonnier. Modérateur : Alexis Govciyan, directeur de l'institut supérieur des Métiers (ISM), en charge du label d'état Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV). Alexis Govciyan remercie les Ateliers d'art de France, en particulier son président Serge Nicole, d'avoir réussi à organiser ce magnifique salon au Grand Palais. Il souligne que cette manifestation, qui met à l'honneur les métiers d'art dans un lieu aussi exceptionnel, est une première mondiale. Il présente ensuite le thème de cette première conférence, qui est la transmission d'une entreprise de métiers d'art. Il rappelle que cette notion de transmission a toujours existé dans l'histoire de l'humanité, en lien étroit avec la notion de tradition : en latin, «traditio» signifie «transmettre». Toutefois, dans les métiers d'art, la création est omniprésente et bien souvent, c'est également l'innovation qui est transmise. Alexis Govciyan est directeur de l ISM qui décerne le label d'état EPV à des entreprises territoriales d'exception, alliant trois caractéristiques majeures : un savoir-faire rare, la maîtrise de techniques d'excellence et une renommée nationale, voire internationale. Naturellement, la transmission se fait à travers la formation. Dans ce cadre, la CCI de Paris a développé un programme très important de formation et d'accompagnement, qui sera opérationnel en Alexis Govciyan présente le premier intervenant : Olivier Mellerio, de l'entreprise de joaillerie Mellerio dits Meller. Cette maison a fêté ses 400 ans d'existence en 2013, mais en réalité, le début d'activité de la famille Mellerio est encore plus ancien, puisqu'il a démarré en Alexis Govciyan souligne le caractère exceptionnel de cette entreprise d'excellence, qui appartient toujours à la même famille depuis sa création, et interroge son représentant sur cette transmission de génération en génération depuis près de cinq siècles. Olivier Mellerio retrace brièvement l'histoire de sa famille qui est venue d'italie en 1515, grâce à un privilège accordé par la reine Marie de Médicis à trois villages italiens, autorisant les artisans qui en étaient originaires à faire commerce dans tout le royaume sans être soumis aux réglementations en vigueur. À cette époque, les Mellerio étaient des colporteurs itinérants qui vendaient des objets en cristal taillé. Le privilège dont ils ont bénéficié a subsisté jusqu'à la Révolution française. Ensuite, Mellerio est devenu le joaillier des impératrices Joséphine et Eugénie et des familles régnantes d'europe. Cette famille a donc 1

2 connu une clientèle exceptionnelle en exerçant le même métier pendant 14 générations. Aujourd'hui, la 15 e génération a pris le relais. Selon Olivier Mellerio, il n'existe aucune recette particulière pour assurer la pérennité sur le long terme d'une entreprise familiale. Cependant, il convient de ne pas perdre de vue deux aspects importants. Tout d'abord, il faut réinventer le modèle d'entreprise à chaque génération. Olivier Mellerio insiste sur la nécessité d innover : la transmission doit allier la tradition et la création. Ensuite, il faut absolument garder à l esprit que rien n est acquis : en dépit de l héritage du savoir-faire et du patrimoine légués par les ancêtres et malgré le travail accompli depuis des décennies, voire des siècles, l entreprise peut disparaître. Une vigilance constante s impose, surtout dans les entreprises de métiers d art dont la stratégie s'inscrit dans la création et dans la fabrication sur mesure, sans entrer dans l industrialisation de la production. Alexis Govciyan aborde la question de la transmission qui s'organise différemment selon qu'elle s'effectue au sein d'une même famille ou en dehors du cercle familial. Il souhaite savoir s'il existe des problématiques particulières dans le cadre d une transmission familiale, notamment sur le plan financier. Olivier Mellerio évoque le débat interne, qui revient à chaque génération, entre les membres de la famille qui pensent qu'il est temps de vendre et ceux qui tiennent viscéralement à la continuité de l entreprise familiale. Ces derniers doivent absolument veiller à conserver la majorité pour conserver l entreprise au sein de la famille. Olivier Mellerio signale que ce débat n'existe que s il y a des héritiers. Au Japon, les dirigeants d'entreprise qui n'ont pas d'héritiers ont la possibilité d'adopter la personne de leur atelier considérée comme étant la plus compétente. Celle-ci prend alors le nom de la famille et continue à faire vivre l'entreprise après le retrait de son «adoptant». En France, à défaut d'héritier, ceux qui ne souhaitent pas vendre peuvent passer par le système de la fiducie, qui permet de confier leur entreprise à un fiduciaire chargé de gérer l'entreprise pendant une ou deux générations, puis de la transmettre aux générations suivantes. En l'occurrence, la maison Mellerio dits Meller a créé une holding familiale à 100 %, avec des filiales immobilière et opérationnelle. Grâce à des joint-ventures créés par le biais de la filiale opérationnelle, elle a pu ouvrir le capital à l'international et bénéficier ainsi des fonds propres indispensables à son développement. Olivier Mellerio observe que si ce dispositif a permis de renforcer la solidité financière de l'entreprise, il convient cependant d'être extrêmement attentif et de veiller aux équilibres avec la plus grande vigilance pour pouvoir conserver le contrôle familial. Alexis Govciyan remercie Olivier Mellerio pour son témoignage. Il présente Marcelle Lubrano-Guillet qui a transmis récemment son entreprise familiale de parures florales. La maison Guillet, qui existe depuis 1896, a fourni aussi bien les plus grands créateurs de mode que les décorateurs et costumiers de théâtre et de cinéma. Depuis 2006, elle a rejoint Chanel en tant que Maison des métiers d'art. Alexis Govciyan interroge Marcelle Lubrano-Guillet sur le cheminement qui l'a conduite à transmettre une entreprise familiale à un grand nom du luxe. Marcelle Lubrano-Guillet retrace l'histoire de la maison Guillet, que son grand-père a créée à Nantes en 1896, puis installée à Paris. Jusqu'en 1939, le père et le grand-père de Marcelle Lubrano-Guillet ont beaucoup travaillé pour l'étranger, surtout pour l'amérique du Sud qui représentait 80 % de ses exportations. Après la guerre, il s'agissait plutôt de décorer 2

3 des grandes vitrines (par exemple, pour la maison Hermès) et d'honorer des commandes passées à l'occasion de grands événements. La maison a également travaillé pour le monde du spectacle vivant et du cinéma et fourni la reine d'angleterre. Parallèlement, Marcelle Lubrano-Guillet a innové en se lançant dans la création de mode, ce qui lui a permis de collaborer avec les plus grands créateurs, aussi bien en France qu'à l'étranger : Chanel, Lacroix, Ungaro, Louis Féraud, Sonia Rykiel, Dior, Nina Ricci, Armani, Dolce & Gabanna, etc. Elle a également travaillé pour les créateurs japonais pendant une vingtaine d années. Marcelle Lubrano-Guillet a toujours eu le souci de la transmission de ce métier très rare, pour lequel n existe qu un CAP départemental. À ce jour, elle a formé une cinquantaine de personnes. À la soixantaine, son mari et elle-même ont commencé à songer à la transmission. Leurs trois fils ayant choisi une autre voie et ne souhaitant pas reprendre l'entreprise familiale, Marcelle Lubrano-Guillet et son mari ont tenu à protéger le patrimoine et le savoir-faire attaché à leur maison. Aussi, ils ont cherché les fournisseurs et les clients les plus importants dans leur entourage, susceptibles de reprendre l'entreprise. La maison Chanel représentait 25 % de leur chiffre d'affaires depuis des années et manifestait un vif attachement au métier de la parure florale. C'est donc à Chanel que la maison Guillet a été cédée en Après ce rachat, Marcelle Lubrano-Guillet est restée dans l entreprise pendant trois ans et son mari, pendant deux ans. Ils se sont retirés après s'être assuré que les jeunes qu'ils avaient formés étaient désormais capables de prendre la relève. Marcelle Lubrano-Guillet ne cache pas qu'après un tel passé et un tel investissement personnel dans une entreprise qui faisait partie d'elle-même, la rupture a été très difficile. Néanmoins, elle insiste sur la nécessité de préparer la transmission de l'entreprise suffisamment tôt pour se donner la chance de se lancer dans une seconde vie. Pour sa part, elle s'investit à fond dans la transmission des savoir-faire d'excellence et dans la vitalité du secteur des métiers d'art, à travers l'association des Maîtres d'art dont elle est la présidente. Alexis Govciyan souligne qu'en acceptant de céder son entreprise à Chanel, les dirigeants de la maison Guillet ont préservé non seulement l'entreprise et son savoir-faire, mais aussi les emplois des salariés. Marcelle Lubrano-Guillet ajoute que cela a également permis de sauvegarder l'extraordinaire patrimoine constitué par les outils de l'atelier. Alexis Govciyan passe ensuite la parole à Jean-François Perche qui a repris depuis quatre ans l'entreprise Moissonnier, fabricant de meubles d'art depuis Alors qu'il venait d'un secteur complètement différent, Jean-François Perche a parfaitement réussi cette reprise, développant même Moissonnier à l'international. Alexis Govciyan lui demande de raconter cette expérience. Jean-François Perche indique qu'auparavant, il dirigeait un grand groupe agroalimentaire, très éloigné de l'univers du luxe et de la création. Il y a quelques années, ses pas l'ont mené vers cette entreprise familiale qu il a reprise, au plus fort de la crise économique qui touchait beaucoup de petites et moyennes entreprises. Après une année difficile, il a néanmoins réussi à développer la maison en développant une activité commerciale très soutenue, tout en préservant ses valeurs fondamentales et son cœur de métier. Aujourd'hui, Moissonnier est présent dans une cinquantaine de pays et réalise 80 % de son chiffre d'affaires à l'international. Jean-François Perche reconnaît que cette reprise n'a pas été facile. Les salariés étaient inquiets de voir arriver un repreneur venant d'un univers complètement différent. Aussi, il a 3

4 pris soin d'accompagner les équipes en interne pour les aider à évoluer face aux enjeux économiques, tout en respectant la sensibilité de chacun. Peu à peu, de nouvelles méthodes se sont mises en place et la maison est entrée dans une nouvelle dynamique. Jean-François Perche souligne qu'il a fallu s'adapter et faire preuve de beaucoup de tact ; dans une entreprise familiale depuis 160 ans, où travaillent des ébénistes, des sculpteurs, des artistes et des maîtres d'art, il n'est pas question d'appliquer à la lettre les techniques de marketing préconisées par les écoles de commerce. Aussi, Jean-François Perche s'est beaucoup attaché à la communication interne, pour faire comprendre aux collaborateurs les intérêts commerciaux de la maison. Il a également pris soin de les associer aux grandes décisions stratégiques. Ces moments d'échanges et de partage ont permis d'organiser différemment le fonctionnement des ateliers pour les adapter au développement international. Alexis Govciyan remercie Jean-François Perche de son intervention et se tourne vers Fabienne Saligue qui a repris depuis deux ans la maison Fey, spécialisée dans la gainerie d'ameublement. Désireuse de reprendre une entreprise du patrimoine vivant, Fabienne Saligue est venue trouver Alexis Govciyan à l'institut Supérieur des Métiers pour lui demander un soutien et des conseils, car venant d'un monde extérieur, elle ne connaissait pas le milieu des métiers d'art. Aujourd'hui, Alexis Govciyan lui demande de raconter cette expérience de reprise réussie. Fabienne Saligue commence par expliquer son parcours. Après une formation en école de commerce, elle a entamé une carrière de consultante en marketing pour des PME. Souhaitant aller au-delà du rôle de conseil et se lancer dans l'action sur le terrain, elle a décidé de racheter une entreprise et n'a pas hésité un seul instant sur le secteur qui l'intéressait : le patrimoine vivant. Elle est donc allée à l ISM où elle a demandé une liste d'entreprises répondant à trois critères : premièrement, le monde de la décoration ; deuxièmement, une implantation en région parisienne ; troisièmement, une taille critique d'entreprise correspondant à une fourchette de prix d'achat. L ISM s'est montré très réactif et lui a communiqué très rapidement une liste d'entreprises correspondant au profil souhaité. Fabienne Saligue précise que l ISM lui a également apporté une aide pour constituer son dossier, notamment sur le plan financier. Grâce à son soutien, elle a obtenu des prêts d'honneur sans intérêt de la Région, qui ont contribué à augmenter son niveau de capitaux propres. En moins d'un an, Fabienne Saligue a pris contact avec une demi-douzaine d EPV. Elle en a visité trois et après avoir étudié chaque dossier, son choix s est porté sur la maison Fey qu elle a achetée le 1 er octobre Elle a découvert le métier de la gainerie d art et d ameublement, qu'elle ne connaissait pas et qu'elle a tout de suite apprécié. Elle s est vite sentie adoptée par l'équipe qui est assez jeune (une trentaine d'années en moyenne), ce qui revêt une grande importance à ses yeux, car à long terme, cela lui permet de penser que l'entreprise perdurera après son départ. De plus, le métier très rare de gainierdoreur ne s'enseigne plus du tout, il n'est que brièvement abordé dans la formation de maroquinier. Aussi, il est primordial de transmettre le savoir-faire. Fabienne Saligue compte sur ses salariés pour assurer la relève. Elle souligne qu'en dépit des difficultés qui sont inévitables lors de toute reprise, cette aventure s'est avérée très gratifiante grâce à l'équipe qu'elle a rencontrée. Elle ne tarit pas d'éloges sur ses collaborateurs qui sont à la fois professionnels, motivés et très ouverts à l'innovation. Ce dernier aspect est indispensable pour que l'entreprise puisse durer. Dans cette optique, la maison Fey vient de lancer deux nouvelles gammes à base de cuir de Cordoue brodé et de cuir brodé main. 4

5 Alexis Govciyan remercie Fabienne Saligue et aborde la question du financement, cruciale lors de la transmission ou du développement d'entreprise. En ce domaine, il sollicite l'intervention d'isabelle Ginestet-Naudin, de Bpifrance (ex-cdc Entreprises), qui va prochainement lancer un fonds d'investissement dédié uniquement aux EPV. Isabelle Ginestet-Naudin remercie la Commission nationale de labellisation des Entreprises du Patrimoine vivant de l avoir accueillie, car cela lui a donné l'occasion de connaître la richesse et la diversité des entreprises candidates au label. Dans ce cadre, Alexis Govciyan lui a demandé d'accompagner un groupe de travail sur le financement. En effet, au sein de Bpifrance, Isabelle Ginestet-Naudin gère depuis 2004 des fonds dédiés aux entreprises créatives. Elle confirme la prochaine création d'un fonds destiné aux savoir-faire d'excellence. Elle précise que l'accompagnement des EPV s'adapte à la typologie des métiers qui y sont exercés ; le temps passé à la réalisation d un objet d art étant souvent très long, le soutien se déroule sur des cycles plus longs que pour les entreprises traditionnelles, qui sont plutôt basées sur un rapide retour sur investissement. Elle ajoute que ces fonds ne s'adresseront qu'à des entreprises d'une certaine taille, réalisant un minimum de euros de chiffre d'affaires. Olivier Mellerio signale une autre possibilité de financement pour les entreprises du patrimoine vivant : les dons des particuliers assujettis à l'isf. En investissant dans une PME dans la limite de , toute personne soumise à l ISF peut bénéficier d'une réduction d'impôt de 50 %, à condition d investir pendant cinq ans au minimum. Ce financement est très intéressant pour les entreprises de métiers d'art, car il est sans intérêts, sans dividendes et il permet de créer des actions sans droit de vote. Par ailleurs, bon nombre de ces investisseurs deviennent par la suite des clients. Olivier Mellerio regrette que très peu d'entreprises pensent à ce système particulièrement attractif : la plupart recourent à des sociétés d'intermédiation qui prélèvent des commissions, minorant ainsi l'avantage fiscal. Olivier Mellerio fait également observer que bien souvent, lorsque l entreprise a été transmise, la nouvelle équipe n'a pas toujours la crédibilité nécessaire vis-à-vis des banques ; les ratios qu elle présente ne sont pas forcément très bons et il existe beaucoup d'incertitudes sur la réalisation du nouveau modèle. Les entreprises traversent donc une période de fragilité. Pour les aider, des réflexions sont en cours pour essayer de mettre au point de nouveaux systèmes de financement. En tant qu'élu de la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris (CCIP), Olivier Mellerio annonce qu un programme intitulé «Transmission», soutenu par le ministère de l Industrie, a vu le jour en septembre 2011, co-financé par la CCI et la Direction générale de la Compétitivité, de l'industrie et des Services. Pendant deux années, quarante entreprises ont été accompagnées au moment lors de leur cession ou de leur transmission. M. Sauvage, de la CCIP, détaille les différentes prestations qui leur sont proposées : diagnostic, estimation de leur valeur, recherche active de repreneurs si besoin. Pour bénéficier de cette aide, les entreprises doivent être implantées en Île-de-France, compter au moins deux à trois salariés et exercer une activité relevant de la nomenclature des métiers d'art. M. Sauvage indique que ce programme a été prolongé jusqu en décembre et qu une dizaine d entreprises pourront en bénéficier pour que la CCIP atteigne son objectif de cinquante entreprises soutenues. Il ajoute que par la suite, cette expérience fera l objet d un rapport décrivant les méthodes utilisées, dans le but de rédiger ultérieurement un guide. 5

6 Alexis Govciyan le remercie pour cette intervention. Il invite l assistance à communiquer largement sur ce dispositif et à en parler aux entreprises qui pourraient être intéressées. Dans la salle, un participant demande aux repreneurs s ils ont cherché à se former au métier exercé dans l entreprise rachetée, afin d asseoir leur légitimité vis-à-vis de l ancienne équipe. Jean-François Perche répond qu il s est posé la question au départ, mais il s est rendu compte qu il ne fallait surtout pas essayer de jouer les ébénistes face aux artisans d exception présents dans l entreprise. Il souligne que de toute manière, ce n était pas ce que les salariés attendaient de lui. Fabienne Saligue a tenu le même raisonnement ; son équipe ne lui demande pas d être performante en gainerie, mais de comprendre les problèmes de l entreprise et d apporter des solutions. Toutefois, elle cite une personne de son entourage qui a repris une entreprise de maroquinerie et qui a souhaité passer un CAP de maroquinier, avec succès. Marcelle Lubrano-Guillet partage l avis de Fabienne Saligue et Jean-François Perche. Lorsqu'elle était à la tête de la maison Guillet, elle maîtrisait parfaitement les fondamentaux du métier puisqu'elle y baignait depuis le plus jeune âge, mais lors de la cession de son entreprise, elle a pu constater que le directeur possédait toutes les compétences requises pour diriger une EPV, sans être passé par l'apprentissage de la fleur artificielle. Pour elle, cette étape n'est pas nécessaire, à condition de s'intéresser aux métiers d'art et de prendre en considération les observations des chefs d'atelier. Un manager apporte autre chose : le développement de l'entreprise, les orientations stratégiques, les compétences administratives, l'innovation. Olivier Mellerio rappelle cependant que ce sont les produits qui font le succès des métiers d'art ; aussi, il est important que le repreneur respecte les valeurs, le style, le savoirfaire et la culture de l'entreprise. Alexis Govciyan indique qu aujourd'hui, 25 % des dirigeants d'entreprise artisanale viennent de l'enseignement supérieur. Ils n'ont pas suivi la carrière classique des artisans en passant par des CAP, mais leur formation leur permet de porter un autre regard sur les entreprises de métiers d'art. Dans la salle, un ébéniste dirigeant une EPV labellisée indique qu'il envisage de céder son entreprise. Le label reposant entièrement sur son savoir-faire, il cherche un repreneur en capacité de maintenir l'entreprise au niveau exigé par le label. Aussi, il demande à Alexis Govciyan si l ISM envisage de mettre en place une bourse d'offres et de demandes pour les cessions d'entreprise, pour être certain de trouver un repreneur suffisamment qualifié. Alexis Govciyan rappelle que ce label d'état est tout récent, puisqu'il existe depuis À ce jour, plus de 1000 entreprises sont labellisées EPV sur entreprises en France. La création et la mise en route de ce label ont pris un certain temps. Alexis Govciyan estime qu'effectivement, il est temps de mettre en place un système plus organisé en identifiant au mieux les besoins des entreprises, y compris en termes de transmission. Il y a deux ou trois ans, 15 % des entreprises labellisées étaient à transmettre dans les cinq à dix ans à venir. Il est donc nécessaire de créer un dispositif, en coopération avec d'autres organismes tels que la CCI. Alexis Govciyan énumère les associations auxquelles peuvent s adresser les EPV qui ont besoin de soutien financier ou de conseils. Il cite notamment l ECTI, association de retraités proposant leurs services aux PME. 6

7 M. Amsellem, directeur général de l ECTI, évoque une action menée pour des entreprises labellisées EPV en Auvergne : «Infiniment Luxe» est un regroupement permettant aux entreprises de mutualiser leurs moyens et de bénéficier d'un accompagnement sur des salons à l'étranger. Olivier Mellerio approuve cette initiative et souligne que pour beaucoup d'entreprises de métiers d'art de petite ou de moyenne taille, la mutualisation des moyens financiers et humains est la seule façon de réussir le développement à l international, même si c est parfois difficile à mettre en œuvre. Jean-François Perche et Fabienne Saligue sont interrogés sur leur façon de faire accepter les aspects de marketing à une équipe plutôt habituée à des valeurs artisanales traditionnelles. Jean-François Perche répond que la notion de création est restée au cœur de la vie de l'entreprise. Christine Duval, directrice générale de Moissonnier, précise que même si elle est issue d'une direction marketing d un grand groupe, elle a évité à tout prix d utiliser les techniques classiques de marketing et le vocabulaire qui y est associé. À son sens, la meilleure attitude consiste à être à l écoute des salariés et à encourager la créativité. À partir de là, il est possible de mettre au point une stratégie commerciale adaptée à l entreprise, sans créer de tensions au sein de l équipe. Elle est appuyée par Fabienne Saligue qui estime que dans une entreprise de métier d art, il est évidemment nécessaire de faire de marketing, mais discrètement vis-à-vis de l équipe et surtout, sans en utiliser le vocabulaire, celui-ci étant souvent rédhibitoire pour les collaborateurs. Pour sa part, elle essaie de développer le plus possible la création et dès son arrivée, elle a pu constater que les salariés en étaient fortement demandeurs. Alexis Govciyan remercie vivement Marcelle Lubrano-Guillet, Fabienne Saligue, Olivier Mellerio et Jean-François Perche pour leurs interventions. (Applaudissements.) 7

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design

Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design Les principaux dispositifs de soutien aux PME/TPE des métiers de la création, de la mode et du design NB : L objectif de ce document n est pas d être exhaustif mais de présenter les aides les plus adaptées

Plus en détail

DES NOUVEAUX EXPOSANTS RÉVÉLÉS PAR LE SALON INTERNATIONAL DU PATRIMOINE CULTUREL 2012

DES NOUVEAUX EXPOSANTS RÉVÉLÉS PAR LE SALON INTERNATIONAL DU PATRIMOINE CULTUREL 2012 DES NOUVEAUX EXPOSANTS RÉVÉLÉS PAR LE 2012 Toujours en quête de nouveautés et reconnu pour la qualité de ses exposants, le Salon offre l opportunité de découvrir, pour son édition 2012, ces femmes et ces

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création.

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création. Christian LE LANN, président de la Chambre de métiers et de l artisanat de Paris, les membres élus, Fabrice JUGNET, secrétaire général et l ensemble du personnel vous souhaitent d excellentes fêtes de

Plus en détail

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI (adsbygoogle = window.adsbygoogle []).push({}); franchisé WSI Témoignage d'un Témoignage d'un franchisé Midas Témoignages de franchisés Autosmart Témoignages de franchisés La Mie Câline Témoignages franchisé

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise»

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» Vendredi 8 novembre 2013 CONTACTS PRESSE : CG74 LESLIE GROS 04 50 33 49 89 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30 CMA SYLVAIN POULLET

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Comment réussir la succession de son entreprise familiale?

Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Contenu Service : Démarrer mon projet... 2 Service : Evaluer mon entreprise... 3 Service : Réaliser un diagnostic de mon entreprise... 4 Service

Plus en détail

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire

Les clés de la transmission. Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Les clés de la transmission Jean-Marc BOUDY- Bred Banque Populaire Sommaire La transmission : un enjeu stratégique Une réglementation en adaptation continue Les attentes des chefs d entreprise Les clés

Plus en détail

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er

TITRE Ier DISPOSITIONS GENERALES. Article 1 er DECISION REGLEMENTAIRE N 12 DU 2 MARS 1948 DU CENTRE NATIONAL DE LA CINEMATOGRAPHIE RELATIVE AUX AUTORISATIONS D'EXERCICE DE LA PROFESSION modifiée par décisions n 12 bis du 18 mai 1949, 12 ter du 3 août

Plus en détail

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire?

Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Et si l économie sociale créait une mutuelle d épargne solidaire? Les entreprises d'économie sociale placent encore souvent leurs réserves dans des banques classiques. Aujourd hui, la crise financière

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

Paris, le 5 février 2013. Le directeur des services académiques de l éducation nationale chargé du 1 er degré

Paris, le 5 février 2013. Le directeur des services académiques de l éducation nationale chargé du 1 er degré MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Paris, le 5 février 2013 Affaire suivie par : Audrey LEDERMANN Chef du bureau DE3 audrey.ledermann@ac-paris.fr

Plus en détail

Je veux remettre mon entreprise

Je veux remettre mon entreprise 1) Je veux remettre mon entreprise a. Je prépare mon projet b. Je recherche un repreneur c. Je discute avec un repreneur d. Je négocie avec un repreneur e. Je contractualise la remise de mon entreprise

Plus en détail

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs

Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs Étude Pré-salon auprès des investisseurs décideurs actifs L investissement boursier - Octobre 2011 - A: INFOPRO Communications De: OpinionWay Charles-Henri d Auvigny / Philippe Le Magueresse / Pascal Novais

Plus en détail

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014

ENTREPRISE ET CREDITS D IMPOT. Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Salon des entrepreneurs 5 février 2014 Quelle est la différence entre une réduction d impôt et un crédit d impôt? La réduction d impôt vient en déduction de l impôt. Dans le cas où le montant de la réduction

Plus en détail

COMMENT DEVENIR RICHE?

COMMENT DEVENIR RICHE? FINADOC www.finadoc.com et www.conseils-financiers.com Prendre de la hauteur de vue sur la finance et le patrimoine. De meilleures décisions en toute indépendance. COMMENT DEVENIR RICHE? Bureaux : 270

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

Cas n 1 - La gouvernance et la stratégie de marque partagée de l Alsace

Cas n 1 - La gouvernance et la stratégie de marque partagée de l Alsace Table ronde «Marketing territorial : focus sur deux expériences remarquables» Organisé en partenariat avec la Chaire «Attractivité et Nouveau Marketing Territorial» de Sciences Po Aix Présenté par Joël

Plus en détail

Pour accompagner votre parrainage!

Pour accompagner votre parrainage! Pour accompagner votre parrainage! Chères Marraines, Chers Parrains, Ce livret a pour objectif de répondre à la demande de certains d entre vous et de vous transmettre les retours d expérience d autres

Plus en détail

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social.

AIDE À DOMICILE. Le métier abordé dans ce film est celui d aide à domicile qui relève du secteur social. JE SUIS... Santé - Social - Soins esthétiques AIDE À DOMICILE Réalisation : Luc Millet Production exécutive : CRIPT Sylvestre Audiovisuel Production : Educagri éditions, DRAF SRFD Pays de la Loire, ONISEP

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective

APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective APPEL A PROPOSITION ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective POEC CONSULTANT D ENTREPRISE EN PORTAGE SALARIAL Une opération cofinancée par le FPSPP Date

Plus en détail

2009-2011: une première mission de prospection exogène

2009-2011: une première mission de prospection exogène 2009-2011: une première mission de prospection exogène Le contexte Dès 2007, les acteurs institutionnels (Etat, Conseil Régional d'aquitaine, Conseil Général des Landes, Communautés de Communes d Hagetmau,

Plus en détail

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP

OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP La Note Juridique automne 2014 OPTIMISATION FISCALE DE L INVESTISSEMENT START UP Investir au capital d une société start-up est risqué mais nécessaire au développement de l activité des entreprises françaises.

Plus en détail

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES

ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES avril 2011 ACCORD DE PLACE SUR LA MÉDIATION DU CRÉDIT AUX ENTREPRISES Entre: - L'Etat, représenté par Madame Christine LAGARDE, ministre de l'economie, des Finances et de l'industrie et par Monsieur Frédéric

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective à destination des demandeurs d'emploi bénéficiaires de l'obligation d'emploi Secrétaire comptable

Plus en détail

- Deuxième vague - 7 juin 2011

- Deuxième vague - 7 juin 2011 Le Baromètre e-commerce des petites entreprises - Deuxième vague - 7 juin 2011 Méthodologie Cible : L échantillon du «Baromètre e-commerce des petites entreprises» a été constitué selon la méthode des

Plus en détail

L attention du public est attirée sur les risques liés à cette opération qui figurent à la section facteurs de risques dudit prospectus.

L attention du public est attirée sur les risques liés à cette opération qui figurent à la section facteurs de risques dudit prospectus. investissement diversifié réduire son isf EN INVESTISSANT DANS LES PME investissement de 5 ans minimum stabilité du portefeuille avantage fiscal optimisé L attention du public est attirée sur les risques

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE A LA CREATION

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE INDIVIDUELLE A LA CREATION PRÉFET DE LA RÉUNION Direction des affaires culturelles océan Indien Service du développement culturel Affaire suivie par Service Arts-plastiques Poste 02 62 21 90 69 Références AIC 2015 DOSSIER DE DEMANDE

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

A plus transmission 2014

A plus transmission 2014 A plus transmission 2014 Fonds d investissement de Proximité Durée de blocage de 6 ans minimum pouvant aller jusqu à 8 ans maximum sur décision de la société de gestion (soit jusqu au 31/12/2022) A plus

Plus en détail

DOSSIER EXPOSANT. Co-organisé par. la Ville de Vitrolles, la Chambre de Commerce et d'industrie Marseille Provence, Vitropole Entreprendre

DOSSIER EXPOSANT. Co-organisé par. la Ville de Vitrolles, la Chambre de Commerce et d'industrie Marseille Provence, Vitropole Entreprendre DOSSIER EXPOSANT Co-organisé par la Ville de Vitrolles, la Chambre de Commerce et d'industrie Marseille Provence, Vitropole Entreprendre en partenariat avec et le soutien de : Dossier exposant CCI Marseille

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

MLD Pour résumer en une page...

MLD Pour résumer en une page... MLD Pour résumer en une page... MLD est une entreprise spécialisée depuis 2002 dans la gestion des campagnes de liens sponsorisés, en France, à l'international et dans la plupart des langues. Le résultat

Plus en détail

1. Le service Commercial

1. Le service Commercial La fonction Commerciale Sommaire 1. Le service Commercial... 1 2. Les enjeux :... 1 3. La technique de vente :... 2 4. La gestion de la force de vente :... 2 5. Les principales fonctions commerciales :...

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des s Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Lycée Professionnel Saint joseph. Electriciens Sans Frontières

Lycée Professionnel Saint joseph. Electriciens Sans Frontières CREATION D'UNE SALLE INFORMATIQUE AU LYCEE TECHNIQUE D'ANTSIRABE A MADAGASCAR Août 2008 Lycée Professionnel Saint joseph en partenariat avec Electriciens Sans Frontières Sommaire de notre dossier Présentation

Plus en détail

KORAMIC BUILDING PRODUCTS DEVIENT KORAMIC INVESTMENT GROUP

KORAMIC BUILDING PRODUCTS DEVIENT KORAMIC INVESTMENT GROUP S i n c e 1 8 8 3 KORAMIC BUILDING PRODUCTS DEVIENT KORAMIC INVESTMENT GROUP KORAMIC BUILDING PRODUCTS, groupe industriel producteur de matériaux de construction, devient KORAMIC INVESTMENT GROUP, un holding

Plus en détail

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer

entreprendre prêt d honneur accompagner créer financer reprendre développer expertiser parrainer entreprendre prêt d honneur accompagner créer reprendre financer développer expertiser parrainer rapport d activité 2013 1 Sommaire P 5 Chiffres clés 2013 p 6 De l accueil au comité P 7 Le financement

Plus en détail

Alsace. Alsace : 5 articles trouvés -- Tirage connu : 465627 exemplaires

Alsace. Alsace : 5 articles trouvés -- Tirage connu : 465627 exemplaires Alsace Alsace : 5 articles trouvés -- Tirage connu : 465627 exemplaires Date de publication Nom du média Support de publication Tirage 22/02/2008 Les DNA Presse écrite 182623 26/02/2008 France Bleu Alsace

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière

S'informer sur l'adoption. Le Conseil général et vous. p3 L'adoption dans l'aube en 2000. p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière Sommaire p1 p2 p3 S'informer sur l'adoption Le Conseil général et vous L'adoption en France p3 L'adoption dans l'aube en 2000 p4 Deux modes d'adoption : simple ou plénière p5 Qui peut demander à adopter

Plus en détail

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5

Des conseillers en gestion de risques ultra-spécialisés. P. 3. L'innovation au cœur de la stratégie de développement de Bessé P. 5 Les hommes et les femmes de Bessé sont des experts ultra-spécialisés dans la gestion des risques et des assurances des entreprises. Plus que simples courtiers, leur métier est centré sur le conseil sur-mesure

Plus en détail

Le sujet comporte 7 pages numérotées de 1/7 à 7/7 1/7 Deux organisations aux finalités différentes peuvent voir leurs intérêts converger. : 1) Caractérisez les deux organisations présentées : l organisation

Plus en détail

Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions

Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions POURQUOI LE LOUVRE A-T-IL BESOIN DE VOTRE SOUTIEN? Le musée du Louvre est une institution publique qui reçoit une subvention de la part de l Etat pour

Plus en détail

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences.

LES NOTES D ALTAÏR. L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. LES NOTES D ALTAÏR L intégration des œuvres d art dans l ISF : une mesure lourde de conséquences. Altair Think tank culture médias interpelle les parlementaires afin qu ils prennent le temps de la réflexion

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte

Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte Développement d un réseau de prospection TUNIS, 29-30 - 31 Janvier 2003 Paola Morris, Ceipiemonte 1 1. Le contexte international et les investissements à l étranger 2 Les dévelopements récents Plus de

Plus en détail

Un peu d'histoire. professionnels réalisés tous deux à l'étranger je compte me lancer et. ma carrière.

Un peu d'histoire. professionnels réalisés tous deux à l'étranger je compte me lancer et. ma carrière. FREELANCE_LES PREMIERS PAS 1 J'ai souhaité rédiger cet article afin d'étoffer le caractère ludique de mon rapport mais aussi parce qu'à la suite de ce Master TSM et de ces stages professionnels réalisés

Plus en détail

EMIRATS ARABES UNIS- DUBAÏ / ABU DHABI

EMIRATS ARABES UNIS- DUBAÏ / ABU DHABI MISSION D AFFAIRES PRET A PORTER DECORATION- AMEUBLEMENT ACCESSOIRES - TEXTILE TECHNIQUE - DUBAÏ / ABU DHABI Du 27/02/2012 au 29/02/2012 OBJECTIFS DE LA MISSION Découvrir et cerner le fonctionnement du

Plus en détail

Préparer une mission de prospection. Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011

Préparer une mission de prospection. Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011 Préparer une mission de prospection Service du Commerce Extérieur Mardi 31 mai 2011 Le voyage professionnel est considéré aujourd'hui comme l'un des outils les plus efficaces de la prospection export.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE BASE 10

DOSSIER DE PRESSE BASE 10 DOSSIER DE PRESSE BASE 10 Avec le projet Base 10, la Communauté de Communes du Pays Thibérien choisit une solution innovante pour le développement économique de son territoire. La collectivité répond ainsi

Plus en détail

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DE L OIT TURIN RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS D EMPLOI DU PERSONNEL ENGAGÉ POUR LES PÉRIODES DE COURTE DURÉE

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DE L OIT TURIN RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS D EMPLOI DU PERSONNEL ENGAGÉ POUR LES PÉRIODES DE COURTE DURÉE CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DE L OIT TURIN RÈGLEMENT RÉGISSANT LES CONDITIONS D EMPLOI DU PERSONNEL ENGAGÉ POUR LES PÉRIODES DE COURTE DURÉE Mai 1997 Règle TABLE DES MATIERES Page Fondement et champ

Plus en détail

Cercle de confiance Numérique des Industries Stratégiques

Cercle de confiance Numérique des Industries Stratégiques 1. Objectifs et enjeux Le numérique introduit des innovations de rupture. En permettant de réduire les cycles et les coûts il induit des transformations profondes. Le CNIS est un programme de l AFNeT dont

Plus en détail

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres

Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres Justitia et Pace Institut de Droit international Session de Lisbonne - 1995 Les obligations des entreprises multinationales et leurs sociétés membres (Quinzième Commission, Rapporteur : M. Andreas Lowenfeld)

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique

OCA African Desk. Audit et Conseil des opérations en Afrique Audit et Conseil des opérations en Afrique 2 Le société OCA OCA est une société d'audit, de Conseil et d'expertise Comptable. Fondée en 1984 par Alain Ouaniche, OCA intervient à tous les stades de la vie

Plus en détail

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création.

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création. SERVICES DE LA FORMATION Prospecter et fidéliser grâce aux réseaux sociaux- Facebook 29 et 30 juin 2015 Aujourd hui, les réseaux sociaux font partie de notre quotidien pour un usage privé ou professionnel.

Plus en détail

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE

Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE Membre du Groupe AG2R LA MONDIALE PIERRE DE LUNE PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Optimiser la fiscalité de votre patrimoine Accéder à une gestion financière sur mesure Diversifier votre épargne

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger

SOMMAIRE. 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à partir de 120 jours à l étranger SOMMAIRE Cap Export : Pour Mieux Exporter 1. Favoriser l emploi des jeunes à l export Un crédit d impôt export étendu 2. Partir gagner des marchés à l étranger 2-1. Déduction de l impôt sur le revenu à

Plus en détail

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation Pour repenser son organisation au sortir d'un plan de départs volontaires, l'industriel SEPR a "osé" solliciter la participation de ses salariés. Avec succès. Réflexions de Pierre Casadei, Directeur des

Plus en détail

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS)

La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) La Bourse aux Financements Solidaires (BFS) 1/ Contexte Socio-économique global La BFS est née d'un double constat. D'une part, le parcours d'un créateur d'entreprise ou d'activité est difficile, particulièrement

Plus en détail

Découvrez les Artisans d Art qui vous entourent

Découvrez les Artisans d Art qui vous entourent Découvrez les Artisans d Art qui vous entourent Contact Roland Le Joliff-Service communication 06.69.22.44.92 roland.lejoliff@cma-var.fr www.cma-var.fr Avril 2014 2 / 10 1 er avril 2014 En avant première

Plus en détail

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la définition

Plus en détail

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute Communiqué de presse Octobre 2007 ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour, l'accompagnement est la clé de la satisfaction client. «Gagner du temps, être plus réactif» «Hyper convivialité et souplesse d utilisation»

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique.

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique. ACOMPTEA, en réponse à des questions diverses posées par ses clients, a pris l initiative de rédiger ce livre blanc. Le choix d un cabinet d expertise est déterminant car il va vous accompagner dans le

Plus en détail

" Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!"

 Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin! Neyron Tramoyes Beynost Saint Maurice de Beynost Miribel Thil Aimer sa ville, c est la faire vivre! Moi, j adhère! " Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin!" A l'ère de la mondialisation,

Plus en détail

GUIDE du créateur et du repreneur d'entreprise

GUIDE du créateur et du repreneur d'entreprise GUIDE du créateur et du repreneur d'entreprise Vous souhaitez créer ou reprendre une entreprise, le Crédit Agricole Alpes Provence vous accompagne. UNE RELATION DURABLE, ICI, ÇA CHANGE LA VIE www.ca-alpesprovence.fr

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective à destination des demandeurs d'emploi

APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES. Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective à destination des demandeurs d'emploi APPEL A PROPOSITIONS ET CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre de la Préparation Opérationnelle à l'emploi Collective à destination des demandeurs d'emploi Diagnostiqueur immobilier Date 02/07/2014 Appel à propositions

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE Bureaux 11-13 avenue de la Division Leclerc 94234 Cachan Cedex 01 49 84 85 85 contact@lafabrique-valdebievre.fr www.lafabrique-valdebievre.fr

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Statuts d'expertsuisse Association suisse des experts en audit, fiscalité et fiduciaire, Ordre Fribourgeois

Statuts d'expertsuisse Association suisse des experts en audit, fiscalité et fiduciaire, Ordre Fribourgeois Statuts d'expertsuisse Association suisse des experts en audit, fiscalité et fiduciaire, Ordre Fribourgeois I. Dénomination, secteur géographique Art. 1 Dénomination Il existe une association, dénommée

Plus en détail

Quiblier CONSEIL. Présentation de notre cabinet et de nos différentes solutions pour la gestion de vos Ressources Humaines

Quiblier CONSEIL. Présentation de notre cabinet et de nos différentes solutions pour la gestion de vos Ressources Humaines Quiblier CONSEIL Solutions Ressources Humaines sur-mesure Présentation de notre cabinet et de nos différentes solutions pour la gestion de vos Ressources Humaines Recrutement Evaluation Assessment center

Plus en détail

CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL

CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL Public : les responsables associatifs, salariés ou non, qui souhaitent insérer dans ce secteur professionnel un projet (action culturelle, festival ). 2 modules

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE)

Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Janvier 2010 Lignes directrices relatives à la notion de personnes politiquement exposées (PPE) Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

Quels financements publics pour une start-up?

Quels financements publics pour une start-up? Quels financements publics pour une start-up? Photomontage Journal du Net Outre les investisseurs en capital-risque, il existe d'autres leviers de développement pour les start-up de l'e-business. Collectivités

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

La nouvelle taxe professionnelle «La Contribution Economique Territoriale»

La nouvelle taxe professionnelle «La Contribution Economique Territoriale» La nouvelle taxe professionnelle «La Contribution Economique Territoriale» PARTIE 1 : La cotisation foncière des entreprises (CFE) LES ELEMENTS IMPORTANTS A RETENIR Elle touche, en principe, toutes les

Plus en détail

Quels services à la MDA?

Quels services à la MDA? Compte rendu de l'atelier du vendredi 7 novembre 2014 Quels services à la MDA? Animation de la rencontre : Dans la poursuite de la réunion du vendredi 17 octobre, a eu lieu à la MJC du St Gaudinois, un

Plus en détail

Créer un syndicat UNSA Territoriaux

Créer un syndicat UNSA Territoriaux Créer un syndicat UNSA Territoriaux Qui peut constituer le syndicat? Deux conditions : avoir une activité professionnelle, être syndiqué. Ces deux conditions sont issues du préambule de la constitution

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO

DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO Opération PLATO Programme 2008-2009 Un tremplin pour les PME / PMI Dossiier «ENTREPRISE» 1 DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO 1- DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO L'origine de PLATO PLATO est un programme de

Plus en détail

SARL THERON & FILS UNE ENTREPRISE LODÉVOISE HISTORIQUE REÇOIT LE LABEL ENTREPRISE DU PATRIMOINE VIVANT. dossier de presse

SARL THERON & FILS UNE ENTREPRISE LODÉVOISE HISTORIQUE REÇOIT LE LABEL ENTREPRISE DU PATRIMOINE VIVANT. dossier de presse SARL THERON & FILS Seulement 8 entreprises possèdent ce label sur le département de l'hérault UNE ENTREPRISE LODÉVOISE HISTORIQUE REÇOIT LE LABEL ENTREPRISE DU PATRIMOINE VIVANT dossier de presse dossier

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE 17/11/2011 L'entreprise peut être désignée par un ensemble de signes distinctifs. Une entreprise individuelle est identifiable par son nom commercial,

Plus en détail