2CEO LES CLÉS DE LA RÉUSSITE D'UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE. Avec la collaboration de :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2CEO LES CLÉS DE LA RÉUSSITE D'UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE. Avec la collaboration de :"

Transcription

1 2CEO LES CLÉS DE LA RÉUSSITE D'UNE Avec la collaboration de : Mai 2011

2 FEB ASBL Rue Ravenstein Bruxelles T F Conception et pre-press Landmarks Responsable des publications Stefan Maes Rédaction Johan Van Praet (FEB) Werner Lapage (BDO) Johan Vandenbroeck (BDO) Editeur responsable Olivier Joris Rue du Wolvenberg 17 B Bruxelles Dépôt légal D/0140/2011/4 Impression Geers Offset Vous pouvez vous procurer des exemplaires de cette brochure auprès de Paola Bulot, fax , ou via le site de la FEB : rubrique Pu bli ca tions Brochures gratuites Deze brochure is ook verkrijgbaar in het Nederlands Les informations contenues dans la présente brochure ont été rassemblées avec le plus grand soin possible par les experts de BDO. BDO et/ou la FEB ne peuvent en aucune manière être tenus pour responsables d éventuelles informations incomplètes ou erronées contenues dans la brochure. BDO et/ou la FEB ne peuvent en aucun cas être tenus pour responsables d éventuels dommages directs, indirects, secondaires, économiques ou consécutifs découlant de l utilisation des informations ou données tirées de la présente publication. Toute reproduction et/ou publication d un extrait quelconque de cette publication, par des moyens électroniques ou autres, en ce compris les systèmes d information automatiques, sont interdites sauf autorisation écrite préalable de l éditeur, à l exception de brèves citations aux fins de recension.

3 LES CLÉS DE LA RÉUSSITE D'UNE

4 AVANT-PROPOS Hans Wilmots CEO BDO Rudi Thomaes Administrateur délégué FEB Toute société se trouve un jour confrontée à la question d une transmission. Cette phase naturelle dans l évolution économique d une entreprise est intemporelle. Pourtant, le thème de cette brochure est d une actualité brûlante. Une récente enquête menée auprès des PME par De Tijd et L Écho démontre qu un peu plus d un quart des dirigeants d entreprise belges jugent grandes les chances que leur entreprise soit vendue dans les cinq ans. Ils espèrent ainsi pouvoir lui offrir les économies d échelle nécessaires à sa survie dans un monde globalisant. L absence de successeurs appropriés constitue une autre raison importante de se tourner vers une transmission. De moins en moins de dirigeants d entreprise souhaitent en effet contraindre leurs enfants à leur succéder. La Belgique étant, par excellence, un pays de PME qui repose essentiellement sur la force des entreprises familiales (allant des petits entrepreneurs indépendants aux grosses sociétés cotées en bourse), notre pays va au-devant d une vague de transmissions d entreprises au cours des dix prochaines années. La question incontournable de la succession ou de la transmission se pose chez de très nombreux entrepreneurs et on ne saurait y répondre à la légère. Une transmission n est pas un coup de tête, mais un processus bien réfléchi, qui s'étend facilement sur plusieurs années. Dans ce cadre, certaines considérations financières, fiscales et juridiques jouent un rôle crucial pour quiconque veut éviter les surprises désagréables. Nous leur consacrons dès lors, à juste titre, toute l attention qu elles méritent dans cette brochure. Dans un contexte purement familial, des facteurs psychologiques et émo- 2-FEB 2 CEO

5 AVANT-PROPOS tionnels interviennent plus encore que dans le cadre d une transmission classique. La transmission d une entreprise implique en effet très souvent une dimension supplémentaire dans un contexte familial, parce que les intérêts de l entreprise et les préférences familiales sont enchevêtrés, et qu ils peuvent même être contraires. Cette brochure vous aidera et vous accompagnera dans le cadre du trajet stimulant et passionnant de la transmission. L objectif n est toutefois pas de rassembler toutes les facettes de la transmission jusque dans les moindres détails en 68 pages. La matière est trop vaste et trop complexe pour cela. Mais notre but est de nous concentrer sur les principaux points d attention et pièges face auxquels les intéressés peuvent se retrouver. Nous confrontons ces principes théoriques aux expériences pratiques de chefs d'entreprise qui ont dirigé ou vécu une transmission de près. Nous sommes convaincus que cette brochure vous permettra de comprendre les différentes phases et facettes d une transmission. Nous espérons qu elle vous incitera à une réflexion indispensable sur l avenir de votre entreprise. Car une transmission est une des décisions les plus stratégiques qu un entrepreneur puisse prendre, et la maîtrise professionnelle du processus accompagnant une telle transmission est la clé de sa réussite. 3-FEB 2 CEO

6 SOMMAIRE Avant-propos 2 Comment cette brochure est-elle structurée? 7 La transmission de l entreprise : de quoi s agit-il, pourquoi et comment? 8 1. De quel type de transmission est-il question? 9 2. Les entreprises familiales bénéficient d une attention particulière 9 3. Motif de la transmission 9 4. Facteurs de succès pour une transmission aisée 10 Transmission de l'entreprise à un tiers 14 Déroulement du processus d acquisition Quels types d acquisition existe-t-il? 15 Fusion ou acquisition 15 Share deal ou asset deal Que sont les LBO, MBO et auctions? Qu'est-ce qu'une offre publique d'acquisition? Les différentes phases du processus d acquisition (privée) 16 Phase préparatoire 16 Phase de vente 17 Phase de clôture Comment mettre fin aux négociations? 20 La due diligence en pratique Les objectifs d une due diligence : que pouvez-vous en attendre? Quelle expertise est nécessaire dans l équipe de due diligence? L approche pratique d une due diligence Comment faire usage des résultats d une due diligence? 23 L évaluation de l entreprise (familiale) Prix, valeur et valeurs L approche stratégique et prévisionnelle Les méthodes d évaluation La valeur émotionnelle des entreprises familiales 27 Structuration de l acquisition Aspects juridiques 29 Quelle est la technique d acquisition la plus appropriée? 29 Impact du financement sur la structure de la transaction 31 4-FEB 2 CEO

7 SOMMAIRE Acquisition d une participation minoritaire Aspects fiscaux 32 Asset deal versus share deal 32 Plus-values pour le vendeur 32 Financement 33 Récupération de pertes 35 Impôt des sociétés - dividendes 35 Politique de ruling 36 Prélèvements Aspects relatifs au droit du travail 37 Droits et obligations des collaborateurs 37 Information et concertation avec les organes de concertation 37 Préparation de l acquisition de personnel 38 Harmonisation des conditions de travail après l acquisition 38 Les pensions complémentaires en cas d acquisition 38 Financement de l acquisition Quels sont les facteurs qui influencent le choix du financement? Quels sont les modes de financement externes typiques? 41 Financement bancaire traditionnel 41 Emission de nouvelles actions 42 Financement mezzanine 42 Financements alternatifs Comment convaincre les principaux acteurs d octroyer un financement? 43 Le dossier de crédit 43 Le mémorandum d information Influence de la crise financière sur le financement 43 Dispositions essentielles d un contrat d acquisition Prix de vente Signing/Closing Déclarations et garanties ( reps & warranties ) Clause de non-concurrence 46 La communication lors d une fusion ou acquisition Communiquez en interne et en externe Obtenez la confiance, l engagement et le soutien des collaborateurs Le rôle du CEO sortant et du CEO entrant 48 5-FEB 2 CEO

8 SOMMAIRE Transmission de l'entreprise au sein de la famille 50 Les différentes considérations : donation versus vente 51 La donation de l entreprise familiale La donation via notaire Le don manuel ou le don bancaire 51 Le don manuel (pour les titres au porteur) 51 Le don bancaire (pour les titres dématérialisés) 53 Conditions et modalités Droits de donation 53 La donation notariale 53 Le don manuel et le don bancaire La donation d entreprises familiales 54 La vente 56 L organisation du maintien du contrôle et des revenus 56 Droits de succession Les droits de succession Hériter de l entreprise familiale Testament 58 Contributions directes Share deal-holding 58 Scénario 1 : la holding est créée par un ou plusieurs enfants 60 Scénario 2 : la holding est créée par les parents 60 Scénario 3 : la holding est créée conjointement par les parents et les enfants Plus-values 60 Législation 61 Jurisprudence 61 Administration fiscale Financement 62 Le rôle du conseiller 66 Sources 68 6-FEB 2 CEO

9 Comment cette brochure est-elle structurée? Nous avons conçu cette brochure en deux parties. Dans la première partie, nous esquissons le contexte général dans lequel la transmission/acquisition d une entreprise s effectue et nous expliquons les conséquences de cette transmission/acquisition sous divers points de vue. Les aspects spécifiques propres à une transmission/ acquisition dans un contexte familial font plus particulièrement l objet de la deuxième partie. Nous illustrons les principes théoriques à l aide de différents exemples pratiques, basés sur des témoignages de dirigeants d entreprise qui ont été ou sont con fron tés à une transmission au sens large du terme. Le lecteur de la brochure pourra constater que, suivant le sujet abordé, l on se placera plutôt dans la pers pective de la transmission (dans le chef du cé - dant) ou dans celle de l acquisition (dans le chef de l acquéreur). La première partie de la brochure donne en particulier des informations sur les conséquences organisationnelles, financières, juridiques et fiscales d une transmission à un tiers. - Nous expliquons tout d abord les différentes étapes du processus d acquisition (du mémorandum d information au closing ) et consacrons une grande attention à son déroulement général ainsi qu aux divers types d acquisition. - Si vous vous demandez quelle est l utilité d une due diligence et comment on l applique dans la pratique, consultez immédiatement la page L évaluation de l entreprise est une des priorités en cas de transmission. Dans le cadre d une éva - luation d entreprise, existe-t-il une seule valeur universellement reconnue? Par ailleurs, quelle est la différence entre valeur et prix? Quelles sont les méthodes traditionnellement appliquées pour évaluer une entreprise (familiale)? Vous lirez la réponse à toutes ces questions dans le chapitre Évaluation d une entreprise, p En outre, nous nous attardons sur la structuration du processus d acquisition et prêtons une attention toute particulière aux aspects tant juridiques, fiscaux que relatifs au droit du travail, sans bien entendu oublier le financement de l acquisition. - Nous consacrons au contrat d acquisition un chapitre distinct dans lequel nous traitons en détail des principales clauses possibles, des conditions suspensives et d autres accords. - Après la signature du contrat d acquisition, l affaire est loin d être close. Le suivi mérite au moins autant d attention. À cet égard, nous songeons par exemple au rôle du dirigeant d entreprise sortant, à la continuité pour le personnel et à la communication qui joue un rôle essentiel dans le processus d acquisition. Dans la seconde partie de la brochure, nous zoomons sur la transmission dans le contexte familial. Le droit patrimonial familial et les conséquences fiscales y liées font l objet d une attention particulière. Sur le plan juridique, nous nous concentrons essentiellement sur les conséquences d une transmission d entreprise pour le droit des régimes matrimoniaux, le droit successoral et les droits de succession. En outre, nous expliquons, d un point de vue fiscal, les différentes techniques de transmission (do - nation, vente, testament) ainsi que l organisation des revenus avec un éventuel maintien du contrôle. 7-FEB 2 CEO

10 LA TRANSMISSION DE L ENTREPRISE : DE QUOI S AGIT-IL, POURQUOI ET COMMENT? La transmission de l entreprise : de quoi s agit-il, 1pourquoi et comment? La transmission d une entreprise est un processus qui requiert du temps et qui nécessite une préparation approfondie. Il est dès lors indispensable de se demander : de quoi s agit-il, pourquoi et comment? 8-FEB 2 CEO

11 LA TRANSMISSION DE L ENTREPRISE : DE QUOI S AGIT-IL, POURQUOI ET COMMENT? De quel type de transmission est-il question? La notion de transmission est très large et peut être définie de différentes manières, juridiques ou non. Dans le contexte de cette brochure, nous définissons une transmission comme suit : le transfert de la propriété juridique (de la majorité) des actions, dans le cadre duquel la direction effective est cédée aux nouveaux actionnaires (lorsqu il s agit d'un share deal ), ou de tout ou partie de l actif et du passif (lorsqu il s agit d un asset deal ). L acquéreur peut être trouvé au sein de la famille (contexte familial), au niveau du management ( management buy out ) ou parmi des tiers. Les entreprises familiales bénéficient d une attention particulière Les entreprises familiales constituent le moteur de l économie belge parce qu elles représentent la grande majorité des entreprises. Elles disposent d un certain nombre d'atouts bien spécifiques, comme une grande stabilité et une performance financière souvent plus importante que celle des entreprises non familiales. Pourtant, une récente étude révèle que les entreprises familiales sont souvent vendues meilleur marché que des entreprises similaires sans actionnariat familial (source : Institut de l Entreprise familiale, 2010). Ce sont là autant de raisons de consacrer, dans la seconde partie de cette brochure, une attention particulière à ce type d entreprise. L entreprise familiale peut être tant une entreprise unipersonnelle qu une grande entreprise cotée en bourse. La littérature regorge, en outre, de définitions divergentes de la notion d'entreprise familiale. Dans cette brochure, nous utilisons la même définition que celle employée par l Institut de l Entreprise familiale : dans une entreprise familiale, la majorité des actions sont détenues par la famille et au moins un membre de la famille siège au conseil d administration ou au management. Pour ce qui est des entreprises familiales cotées en bourse, il suffit que la famille détienne 25% des actions. Motif de la transmission La transmission d une entreprise est un processus qui requiert du temps et qui nécessite une préparation approfondie. Malheureusement, le cédant ne dispose pas toujours du confort et de la marge nécessaires pour aborder la transmission en ayant bien étudié la question. Des événements imprévus viennent parfois contrarier les plans, rendant une transmission forcée (à un membre de la famille ou à un tiers) inévitable. Par exemple lorsque le dirigeant d entreprise : - décède ; - se retrouve en incapacité de travail ; - décide subitement d arrêter de travailler ; - se trouve mêlé à un divorce ; - 9-FEB 2 CEO

12 LA TRANSMISSION DE L ENTREPRISE : DE QUOI S AGIT-IL, POURQUOI ET COMMENT? D autres circonstances, indépendantes de la personne du dirigeant d entreprise, donnent également lieu à la nécessité d une transmission à un tiers. Par exemple quand : - l entreprise et ses actionnaires disposent d une capacité financière insuffisante pour continuer à travailler en toute indépendance ou pour développer l'entreprise ; - l entreprise (familiale) ne trouve aucun repreneur valable en interne ; - Le proverbe Il faut réfléchir avant d agir est peut-être séculaire, mais il n a rien perdu de sa valeur Heureusement, les situations d urgence relèvent plus de l exception que de la règle et bon nombre de transmissions s effectuent sur une base volontaire. La transmission peut alors par exemple découler de l introduction d une offre extrêmement attrayante de la part d'un tiers intéressé. Ou intervenir parce que la génération suivante est prête à prendre la relève après avoir été progressivement préparée à mener l entreprise à bien. Facteurs de succès pour une transmission aisée Une transmission constitue un choix mûrement réfléchi, sauf dans les circonstances exceptionnelles susmentionnées. D où la grande importance que le cédant ait parfaitement conscience de la portée de son choix et des risques que celui-ci peut impliquer. Le proverbe Il faut réfléchir avant d agir est peut-être un proverbe séculaire, mais il n a, en tout cas, rien perdu de sa valeur. Bien au contraire. On ne peut prendre la décision de vendre qu après en avoir largement débattu avec les membres de sa famille, les actionnaires et les membres du conseil d'administration. Une fois le nœud tranché, il n y a plus moyen de revenir en arrière. Une transmission d entreprise est un processus irréversible dans le cadre duquel les intéressés s échangent des informations confidentielles et critiques de l entreprise. La réussite de la transmission dépend de di - vers facteurs objectifs. Indépendamment de cela, la psychologie joue souvent un rôle dé - terminant, et surtout dans un contexte familial. Pour aider les entreprises familiales à mener à bien leur succession, Jozef Lievens, fondateur de l'institut de l'entreprise familiale, a développé un outil web ingénieux et pragmatique (le Scorecard Opvolging - Il permet d'évaluer le climat de reprise à l'aide d'une dizaine de facteurs de succès, dans le cadre tant de la transmission d'une entreprise au sein de la famille que de la transmission à un tiers. Le cédant peut être dégagé de ses responsabilités et trouver un nouveau rôle. Il s'agit souvent d'un processus de conscientisation progressif, qui implique beaucoup d émotions. Le nouveau dirigeant est un successeur compétent et motivé. La compétence s exprime par des propriétés interhu- 10-FEB 2 CEO

13 LA TRANSMISSION DE L ENTREPRISE : DE QUOI S AGIT-IL, POURQUOI ET COMMENT? CASE SOUDAL Soudal mise sur une transmission naturelle Aujourd hui, Soudal est une multinationale qui occupe un peu plus de collaborateurs dans plus de 120 pays et qui est toujours détenue et dirigée à 100% par le pa - triarche Vic Swerts. La vente ou la reprise de Soudal est peu probable. L idéal serait que la propriété, le management et l'entrepreneuriat puissent rester aux mains de la famille. Mais la famille n offre aucune garantie de succès. Pour Vic Swerts (71), tout commença en 1966 sur l Ossenmarkt d Anvers. Âgé de 26 ans à l époque, il acheta une petite entreprise spécialisée dans le matériel de soudure et la fabrication de pâtes de réparation en polyester. La petite usine dut assez vite s agrandir et déménagea à Turnhout, où la SA Soudal fut fondée en Les exportations augmentèrent et 1992 vit la première d une série d acquisitions. Au cours de ces 10 à 15 dernières années, ce sont surtout des parties externes qui m ont demandé comment je vois la succession. Mes deux filles Jo et Nel n ont pas la vocation et mon fils Ben, qui est étudiant, est encore trop jeune. D un point de vue juridique, le transfert de la propriété a déjà été réglé par le biais d une Stichting Administratiekantoor (STAK). Le plus difficile, c est la transmission de l essence même de l entreprise : l entrepreneuriat et le management. Une onde de choc et la vie continue On ne peut protéger l entrepreneuriat sur le plan juridique. C est la raison pour laquelle Swerts s entoure de collaborateurs extrêmement engagés. On peut bien entendu toujours en trouver de meilleurs, mais pas tout aussi loyaux pour autant. Je me réjouis déjà de voir mon beau-fils l actuel directeur de Soudal Allemagne et mon fils poursuivre cette entreprise, à condition qu ils soient faits du bon bois. Pour moi, la loyauté prime sur les liens du sang pour le bien-être de Soudal. Soudal est une grande famille où la loyauté prime sur les liens du sang Ne craignez-vous pas une révolution de palais si vous disparaissez soudain? Si je meurs demain, ce sera une onde de choc pour Soudal. Mais tout reprendra ensuite son cours. Je suis peut-être ici tous les jours, mais ce sont mes collaborateurs qui effectuent le véritable travail. Ce ne sont plus des enfants. C est dans cette optique que je travaille depuis 30 ans à ma succession. Je crois en la réussite d une transmission naturelle grâce aux fondements que nous avons posés au cours des décennies passées. Ainsi, Soudal a depuis peu formalisé le conseil des sages en conseil d'administration et nommé 5 administrateurs externes. Aujourd hui, ils servent de caisse de résonance. Mais en cas de transmission à la prochaine génération, leur mission s étoffera également. Le fait que Soudal soit un groupe international ne donne qu'une dimension supplémentaire à la succession. Tout le monde spécule sur l avenir d Apple après Steve Jobs. Rien que l idée déjà. Si Jobs est le facteur qui limite la pérennité de l'entreprise, il a abordé sa mission de manière irresponsable. Soudal grandit chaque année sans prendre la grosse tête. 11-FEB 2 CEO

14 LA TRANSMISSION DE L ENTREPRISE : DE QUOI S AGIT-IL, POURQUOI ET COMMENT? maines (p.ex. intégrité, capacité à diriger,...), mais aussi par des qualités techniques et de management. La motivation et l enthousiasme sont aussi des éléments cruciaux. Il n'est pas inhabituel que le successeur familial acquière au préalable de l'expérience en dehors de l'entreprise pour ainsi avoir le temps d'apprendre de ses erreurs. Le transfert de la propriété est, dans bien des cas, tout aussi chargé en émotions que le transfert de la direction Le cédant entretient une bonne relation avec le successeur. Cette relation est basée sur le respect et la confiance mutuels, même si la relation parent-enfant évolue vers une relation cédant-acquéreur. Le transfert non seulement explicite, mais aussi implicite des informations de l'entreprise s avère nécessaire. Il existe de bonnes relations familiales, basées sur la confiance, l'ouverture et le respect, car un contexte successoral entraîne une certaine incertitude pour tout le monde. Il y a des accords clairs concernant le modèle de gestion et l'actionnariat (capital dormant et capital actif). Ceci permet de consolider la gouvernance de l'entreprise et de la famille. Le successeur constitue une équipe avec des non-membres de la famille. Le management externe attend une communication et une information claires sur la stratégie future de l'entreprise, liées au respect et à la compétence. Toutes les alternatives de succession sont examinées en profondeur. La transmission de l entreprise au sein de la famille, au management, à des externes, toutes les alternatives doivent être envisagées avec soin avant de prendre une décision quant à la succession. L'entreprise est gérée avec professionnalisme. La vie économique est si complexe et comprend tant de facettes qu'une professionnalisation (extension) poussée de l'équipe de management s'impose souvent. La propriété est correctement réglée. Le transfert de la propriété est, dans bien des cas, tout aussi chargé en émotions que le transfert de la direction. Il convient en effet de décider lequel des enfants deviendra le propriétaire ou à quel prix l'entreprise familiale sera transmise. Il existe une approche méthodique qui permet de faire les choix stratégiques nécessaires. Pour cette stratégie, on prévoit des moyens mais aussi du temps. 12-FEB 2 CEO

15 LA TRANSMISSION DE L ENTREPRISE : DE QUOI S AGIT-IL, POURQUOI ET COMMENT? 13-FEB 2 CEO

16 TRANSMISSION DE L'ENTREPRISE À UN TIERS 2Transmission de l entreprise à un tiers Dans cette partie de la brochure, nous abordons plus particulièrement les conséquences organisationnelles, financières, juridiques et fiscales d une transmission à un tiers. 14-FEB 2 CEO

17 TRANSMISSION DE L'ENTREPRISE À UN TIERS Déroulement du processus d acquisition 1. Quels types d acquisition existe-t-il? La distinction entre les différents types d acquisition repose sur la nature de l'indemnité ou des parties transférées de l'entreprise. Fusion ou acquisition Sur la base de l'indemnité que l on perçoit pour la cession des actions d'une entreprise, une première distinction est opérée entre acquisition et fusion. Dans le cas d'une fusion, une ou plusieurs en treprises fusionnent, et le propriétaire initial de la société absorbée acquiert un intérêt (des ac tions) dans l'entreprise qui procède à l acquisition (par absorption) ou dans l entreprise nouvellement créée. La conséquence essentielle d'une opération de fusion est que l'entité ab sorbée n'existe plus d'un point de vue juridique. Dans le cas d'une acquisition, la société absorbée continue d'exister, et le cédant des actions est indemnisé, dans le cadre de la transaction de vente, en actions de l'entité absorbante ou en espèces, et ce, au comptant ou à terme. Share deal ou asset deal Une deuxième distinction importante est opérée sur la base des éléments transférés. Si seul le fonds de commerce est transféré, il est question de ce que nous appelons un asset deal. Dans ce cas, les éléments de l'actif et du passif de l'entreprise sont transférés. Si seule une partie de l'activité totale de l'entreprise est transférée, via la scission (partielle) ou le transfert d une branche d activité, nous parlons d un carve out. Enfin, si les actions sont cédées en tout ou en partie, nous avons affaire à un share deal. 2. Que sont les LBO, MBO et auctions? Dans le monde des fusions et des acquisitions, les termes anglais sont monnaie courante. Vous trouverez ci-dessous une brève explication des termes techniques les plus utilisés. La distinction entre les différents types d acquisition repose sur la nature de l'indemnité ou des parties transférées de l'entreprise L'abréviation MBO désigne un management buy out. On entend par là l acquisition de tout ou partie des actions (avec changement de contrôle) d'une entreprise, dans le cadre de laquelle le management existant de l'entreprise acquiert un intérêt dans l'entreprise. Un MBO s accompagne souvent d un private equity deal qui implique qu un partenaire financier devient coactionnaire. Un LBO ou leveraged buy out ne fait pas tant référence à la qualification de l acquéreur, mais plutôt à la structuration et au mode de financement de l acquisition. Le terme vise une acquisition dans le cadre de laquelle on attire une grande quantité de fonds de tiers afin de financer cette acquisition. 15-FEB 2 CEO

18 TRANSMISSION DE L'ENTREPRISE À UN TIERS Le terme auction renvoie au mode d organisation du processus d acquisition. Dans le cas d une auction (vente aux enchères), le vendeur dirige la procédure d appel d'offres de manière organisée. Il sollicite simultanément plusieurs candidats d émettre une offre sur l'entreprise. Les avantages d'un tel processus de vente par rapport à une vente régulière sont doubles : 1. le vendeur conserve le contrôle du timing du processus ; 2. la concurrence entre les candidats peut provoquer une augmentation du prix de l acquisition. 3. Qu'est-ce qu'une offre publique d'acquisition? Une distinction est opérée entre une offre publique d'acquisition volontaire et une offre publique d'acquisition obli - gatoire. Il est question d'une offre publique d'acquisition volontaire dès qu'un candidat acquéreur diffuse suffisamment d informations sur son offre, sur la base desquelles les actionnaires peuvent prendre une décision quant à la cession de leur paquet d actions. Ou dès qu'il fait de la publicité pour annoncer ou recommander son offre d acquisition. Si l acquéreur fait une offre sur des actions cotées sur le marché réglementé et que cela lui permet d acquérir directement ou indirectement plus de 30% des titres avec droits de vote, une offre publique d'acquisition obligatoire est alors imposée à l'ensemble des titres émis par la société cible ou target. 4. Les différentes phases du pro - cessus d acquisition (privée) Une bonne préparation et une approche mûrement réfléchie constituent la clé du succès d'une acquisition. Un processus d acquisition comprend trois phases. Phase préparatoire Avant de lancer un trajet de vente, nous re - commandons fortement de réaliser une analyse SWOT (Strengths-Weaknesses-Op por tu - nities-threats) ou d'élaborer un business plan. Il s'agit d'un exercice qui peut servir de base et de préparation à l établissement du mé - mo randum d'information (voir ci-dessous). En outre, une telle auto-analyse critique permet de révéler ou d identifier un certain nombre d'indicateurs qui sont importants pour l'évaluation d une entreprise. On peut ainsi créer une valeur supplémentaire en procédant au préalable à une restructuration ou en se débarrassant de certaines activités (pour plus de détails en la matière, voir le chapitre Évaluation d une entreprise à la p. 23) Sur la base de ces informations, la valeur de l entreprise est déterminée en vue de la jus- 16-FEB 2 CEO

19 TRANSMISSION DE L'ENTREPRISE À UN TIERS les perspectives d avenir, la dépendance de clients ou de fournisseurs, la façon dont l entreprise est dirigée, les résultats d exploitation, le potentiel de l entreprise, etc. Bref, le mémorandum contient des informations qui suscitent l intérêt des candidats acquéreurs. tification du prix demandé et du soutien des futures négociations. Cet exercice re - quiert une analyse détaillée des états financiers, car les résultats doivent être normalisés conformément à des principes de gestion d entreprise. Les comptes annuels sont fiscalement motivés et ne reflètent donc pas toujours les valeurs objectives de marché. Une bonne préparation et une ap proche mûrement réfléchie consti - tuent la clé du succès d'une acquisition Il est également important de développer au préalable une vision claire des éventuels candidats repreneurs et de l'organisation de la procédure d appel d'offres (p.ex. vente aux enchères). L identification des candidats ap - propriés et de leur qualification (private equity, candidat industriel, intégration verticale, ) peut en effet s avérer un important générateur de valeur ( value driver ) dans la procédure finale d appel d offres. Phase de vente La phase préparatoire constitue la base du mémorandum d information. Les informations contenues dans ce document permettent au candidat acquéreur de se forger en un clin d œil une idée réaliste de la so cié - té à transmettre : la position sur le marché, Dans un premier stade de la phase de vente, l intérêt d une longue liste de candidats potentiels ( long list ) est suscité par le biais d un profil anonyme de l'entreprise à transmettre. La courte liste des candidats qui manifestent de l intérêt et qui sont retenus par le vendeur ( short list ) reçoit un exemplaire du mémorandum d information en vue de la prochaine étape de la procédure d appel d offres. Mais pas sans signer au préalable un contrat de confidentialité. Le contenu du mémorandum est trop important pour cela. Contrat de confidentialité Dans cette phase du processus d acquisition, on ignore encore si les parties parviendront à un accord définitif. D où l'importance de faire signer un contrat de confidentialité (également appelé non-disclosure agreement ou NDA). Via le mémorandum d information, le candidat acquéreur reçoit des informations confidentielles sur l entreprise à transmettre, qu il est également tenu de traiter en tant que telles. En raison de cette confidentialité, il 17-FEB 2 CEO

20 TRANSMISSION DE L'ENTREPRISE À UN TIERS est de plus capital qu outre les candidats acquéreurs, les autres parties concernées, comme les conseillers externes, signent également ce contrat de confidentialité. Le NDA décrit de préférence clairement les informations que les parties doivent considérer comme confidentielles, ainsi que la durée de cette obligation. Afin de rendre l engagement du candidat ac - qué reur et de toutes les autres parties réellement contraignant, il est recommandé de prévoir une sanction. Ainsi, le contrat peut stipuler que des dommages et intérêts doivent être payés en cas d infraction aux obligations convenues. Déclaration d intention Si les deux parties (candidat acquéreur et vendeur) manifestent un intérêt suffisant, elles procèdent à la déclaration d intention (également appelée letter of intent ou LOI). Dans celle-ci, elles confirment leurs intentions réciproques et concluent des accords concrets concernant la suite du déroulement du processus d acquisition. La déclaration d intention contient habituellement les sujets suivants (et les intérêts de l acquéreur et du vendeur sont, dans ce cadre, parfois contradictoires) : - timing : afin de ne pas laisser le processus d acquisition traîner en longueur, il est conseillé de convenir d un calendrier dans lequel les parties tentent de régler la transaction. Il convient d évaluer le timing de manière réaliste. On évite ainsi de devoir négocier sous la pression du temps, ce qui peut à nouveau influencer négativement la fixation des prix ; - due diligence : dans la déclaration d intention, les parties concluent des accords concrets concernant l examen des livres, l ampleur de celui-ci, le délai dans lequel il doit être réalisé, l organisation de la data room (l espace digital ou physique où les livres sont mis à disposition), (pour plus de détails en la matière, voir le chapitre La due diligence en pratique' à la p. 21) ; - exclusivité : le candidat acquéreur demande souvent une clause d'exclusivité afin de s'assurer que le candidat vendeur ne mène pas de négociations avec d'autres candidats pendant une période convenue ; - caractère contraignant : dans la déclaration d intention, les deux parties décrivent clairement quels accords sont contraignants ou non. Les intérêts contradictoires des parties y sont souvent exprimés, étant donné qu'une partie souhaite signer un document qui lie l'autre partie autant que possible alors que l autre partie vise justement le 18-FEB 2 CEO

La transmission d entreprises

La transmission d entreprises La transmission d entreprises www.interface-entreprises.com Janvier 2013 Plan 1 2 3 4 5 1 Contexte et enjeux de la transmission d entreprises 2 Les motivations de la transmission 3 Les points clés du processus

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE

INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE INTRODUCTION EN BOURSE EVALUATION D ENTREPRISE Avril 2013 EVALUATION D ENTREPRISE 1 Introduction en bourse Une introduction en bourse est avant tout une opération financière. Les avantages financiers de

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7. La préparation du business plan et le financement de l opération d acquisition 11

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7. La préparation du business plan et le financement de l opération d acquisition 11 Table des matières Sommaire 5 Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo et Nicolas Pirotte La préparation du business plan et le financement de l opération d acquisition 11 Jean-Michel Noé Introduction

Plus en détail

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises

Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises 1 Comment valoriser une entreprise et sur quels critères? ISEC 22 novembre 2011 Evaluation d entreprises Sommaire Préambule Comment bien évaluer une entreprise? Le diagnostic Le business plan L approche

Plus en détail

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise?

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Raphaël Abou BluFinance Arnold Raicher Optimiser la cession Processus de décision Choix d un intermédiaire Processus de cession professionnel Témoignage

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Les process particuliers d acquisition et de vente

Les process particuliers d acquisition et de vente Chapitre 3 Les process particuliers d acquisition et de vente 600 On s arrêtera ici sur deux process particuliers : d une part, la vente aux enchères d entreprises (A), d autre part les opérations dites

Plus en détail

Comment réussir la succession de son entreprise familiale?

Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Comment réussir la succession de son entreprise familiale? Contenu Service : Démarrer mon projet... 2 Service : Evaluer mon entreprise... 3 Service : Réaliser un diagnostic de mon entreprise... 4 Service

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE DU «STAGE MASTER DE REPRISE D ENTREPRISE»

PROGRAMME DETAILLE DU «STAGE MASTER DE REPRISE D ENTREPRISE» PROGRAMME DETAILLE DU «STAGE MASTER DE REPRISE D ENTREPRISE» I - CADRER SON PROJET A - Mon profil particulier de repreneur : caractéristiques et points forts B - Mes facteurs clés de réussite et mes points

Plus en détail

Préparation à la vente

Préparation à la vente Alain Schockert Administrateur-Délégué 30 mars 2011 - Namur Agenda Quand et pourquoi? A qui? Comment et spécificités de la transaction? Processus type Phase préparatoire Modes de cession Etapes d un processus

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

Les matinales du créateur d'entreprise Les avantages de reprendre une entreprise

Les matinales du créateur d'entreprise Les avantages de reprendre une entreprise Les matinales du créateur d'entreprise Les avantages de reprendre une entreprise Patrick Schefer OPI Capital Proximité Jeudi 22 juillet 2010 Office de Promotion des Industries et des Technologies Office

Plus en détail

Le financement du point de vue de l entreprise

Le financement du point de vue de l entreprise Le financement du point de vue de l entreprise Alec Vautravers Associé, Corporate Finance Genève, le 24 septembre 2010 Audit.Fiscalité.Conseil.Corporate Finance. Introduction Objectifs Cet exposé a pour

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Les différents contrats et actes juridiques nécessaires à la réalisation d une opération d acquisition d une société belge

Les différents contrats et actes juridiques nécessaires à la réalisation d une opération d acquisition d une société belge Les différents contrats et actes juridiques nécessaires à la réalisation d une opération d acquisition d une société belge Remarques introductives 30 % des opérations apportent une valeur ajoutée : ce

Plus en détail

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003

Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 CONSEILS JURIDIQUES Acquisition et transmission d entreprises Aspects juridiques 31 janvier 2003 Olivier Dunant Avocat, LL.M. Responsable du département juridique olivier.dunant@eycom.ch Tel. +41 58 286

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo. Introduction 11 Micheline Claes

Table des matières. Sommaire 5. Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo. Introduction 11 Micheline Claes Table des matières Sommaire 5 Avant-propos 7 Jean-Pierre Di Bartolomeo Introduction 11 Micheline Claes Évaluation d entreprises 15 Joseph Marko Introduction 15 Titre I er. Projet de norme relative aux

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

www.lcf-rothschild.lu

www.lcf-rothschild.lu ANVERS, BARCELONE, BORDEAUX, BRATISLAVA, BRUXELLES, FRIBOURG, GENÈVE, GUERNESEY, HONG KONG, LAUSANNE, LIÈGE, LISBONNE, LONDRES, LUGANO, LUXEMBOURG, LYON, MADRID, MARSEILLE, MILAN, MONACO, MONTEVIDEO, NANTES,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille?

7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7. Comment éviter que votre patrimoine ne revienne à votre belle-famille? 7.1. De quoi s agit-il? Si vous organisez un planning patrimonial et successoral, vous essayerez sans doute que votre patrimoine

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES

Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES Les Guides des Avocats de France LA TRANSMISSION UNIVERSELLE DE PATRIMOINE : UN OUTIL DE TRANSMISSION DES ENTREPRISES 2 Janvier 2006 Les Guides des Avocats de France Page 4 INTRODUCTION Page 6 DÉFINITIONS

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises

www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises www.pwcmaroc.com Transactions Maroc Un conseil global en acquisitions et cessions d entreprises PwC Offre de services Transactions Présentation générale Le pôle Transactions de PwC Maroc en collaboration

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport

Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise. Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Conseils pratiques pour la gestion des risques fiscaux de l entreprise Jean-Luc Wuidard Droit de rencontres 4 mai 2011 Liège Airport Le facteur fiscal = Un coût inhérent à l'activité de l'entreprise qu'il

Plus en détail

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement

Rôle de l expert-comptable dans une opération de capital investissement Petit déjeuner débat : L expert-comptable : acteur du capital investissement Organisé par : le Conseil Régional de l Ordre des Expert Comptables de Casablanca et des Régions du Centre, Tensift et Sud,

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Cabinet de Conseil Financier

Cabinet de Conseil Financier Cabinet de Conseil Financier Table des Matières Section 1 Section 2 Section 3 A propos de nous A propos de vous A propos de vous & de nous 3 9 13 2 Section 1 A propos de nous A Propos de vous A propos

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

LA CROISSANCE EXTERNE GIE BELLECOUR CONSEILS

LA CROISSANCE EXTERNE GIE BELLECOUR CONSEILS LA CROISSANCE EXTERNE GIE BELLECOUR CONSEILS La croissance externe est un mode de développement reposant sur une prise de participation capitalistique, une absorption ou une fusion. Elle se traduit par

Plus en détail

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA

Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Lignes directrices sur les modalités des interventions en prêt et en capital de la SOGEPA Les présentes lignes directrices formalisent les principes généraux de bonne gestion et de bonne administration

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

LBO et Business Angels

LBO et Business Angels Mardi 26 novembre 2013 LBO et Business Angels Laurent Simon et Jérôme Loisy Alcyaconseil Définition de l opération de LBO Définition traditionnelle : «LBO» Leveraged buy-out : terme anglais pour acquisition

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Typologie des missions de due diligence et approche par étapes

Typologie des missions de due diligence et approche par étapes Studiedag Journée d études Overdracht en overname van KMO s Transmission et reprise de PME Typologie des missions de due diligence et approche par étapes M. Vincent DE WULF, Réviseur d entreprises, Membre

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

CONSEIL EN ORGANISATION ET STRATÉGIE PATRIMONIALES L AVENIR NE SE PRÉVOIT PAS, IL SE PRÉPARE. Maurice Blondel

CONSEIL EN ORGANISATION ET STRATÉGIE PATRIMONIALES L AVENIR NE SE PRÉVOIT PAS, IL SE PRÉPARE. Maurice Blondel CONSEIL EN ORGANISATION ET STRATÉGIE PATRIMONIALES L AVENIR NE SE PRÉVOIT PAS, IL SE PRÉPARE Maurice Blondel CONSTITUER VALORISER TRANSMETTRE VOTRE PATRIMOINE Notre objectif Vous apporter un conseil sur

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014

OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 OBSERVATOIRE DE LA VALEUR DES MOYENNES ENTREPRISES > 1 ERE EDITION OCTOBRE 2014 EDITO En résonance avec l actualité, ce nouvel observatoire portant sur la valeur des moyennes entreprises consacre l utilité

Plus en détail

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248. AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.501 FUSION PAR ABSORPTION DE LA SOCIETE ANONYME IMMO RESIDENCE

Plus en détail

Je veux remettre mon entreprise

Je veux remettre mon entreprise 1) Je veux remettre mon entreprise a. Je prépare mon projet b. Je recherche un repreneur c. Je discute avec un repreneur d. Je négocie avec un repreneur e. Je contractualise la remise de mon entreprise

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS par Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A Wise, Blackman SENCRL Évaluateurs d entreprises/juricomptables Montréal

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC.

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. ARTICLE I OBJET DU RÉGIME 1) L objet du présent régime d options d achat d actions (le «régime») est de servir les intérêts de Ressources Métanor

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Société Française des Evaluateurs

Société Française des Evaluateurs Strictement confidentiel Société Française des Evaluateurs L évaluation dans le secteur bancaire : particularités, limites et changements post-crise 2008. PwC Valuation & Business Modelling Juin 2015 Projet

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

Produits hypothécaires

Produits hypothécaires Produits hypothécaires A chaque besoin sa solution www.cmvsa.ch Vous et nous parlons le même langage Vos intérêts et objectifs sont au centre de nos préoccupations. Aussi nous voulons être proches de vous.

Plus en détail

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52

Années 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 TOTAL 45 35 38 37 38 Moyenne europ. 42 37 37 36 34 Moyenne mond. 54 55 56 54 52 Quelques ratios boursiers couramment utilisés comme données de l élaboration du benchmarking du groupe Total : Total (avant les fusions avec Fina puis Elf) comparé aux moyennes des pétroliers (européenne

Plus en détail

Vade-Mecum. des demandes de crédit. Business Angel+

Vade-Mecum. des demandes de crédit. Business Angel+ 1 Vade-Mecum des demandes de crédit 2 TABLE DES MATIERES A. Terminologie 3 B. Le groupe-cible et les caractéristiques 7 C. Critères a) Critères de recevabilité b) Critères d évaluation 9 D. La demande

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé

Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé Distribution 2013 Dividende en actions Information aux actionnaires Résumé 20 mars 2013 Disclaimer Le présent document ne constitue pas une offre de vente ou une incitation à souscrire des titres de Credit

Plus en détail

Planification de la succession pour les entreprises. Vous avez les cartes en main/

Planification de la succession pour les entreprises. Vous avez les cartes en main/ Planification de la succession pour les entreprises Vous avez les cartes en main/ Votre départ à la retraite signera-t-il la fin pour votre entreprise?/ La majeure partie des PME suisses sont des entreprises

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NEUF DES PLUS GRANDES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ET CAISSES DE RETRAITE CANADIENNES PRÉSENTENT

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES»

ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» ENTREPRENEURS «À VOS AFFAIRES» 15 novembre 2012 Christine Brosseau, CPA, CA, Associée Costandino Muro, CPA, CA, Directeur principal Pourquoi incorporer mon entreprise Au Québec 3 modes d exploitation L

Plus en détail

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds

Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds ENTREPRISE ET PATRIMOINE RDV TransmiCCIon 23 mai 2013 Valoriser dans une optique de développement: réussir une levée de fonds Conseil en fusions-acquisitions et ingénierie financière Intégrité indépendance

Plus en détail

Comment bien vendre son entreprise à un tiers M. Yves Dufresne Comment trouver un acquéreur pour votre entreprise?

Comment bien vendre son entreprise à un tiers M. Yves Dufresne Comment trouver un acquéreur pour votre entreprise? Comment bien vendre son entreprise à un tiers M. Yves Dufresne Consultant, ROCG Americas LLC Montréal Comment trouver un acquéreur pour votre entreprise? 1 Courbe de l avantage transactionnelle Vendeur

Plus en détail

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque VIII. financement Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque Ce chapitre expose les différentes sources de financement à disposition ainsi que leurs

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 Comment bien choisir le financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 La détection du désir d investissement 3 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

Plus en détail

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Résumé La présente brochure d information est mise à la disposition des actionnaires suite à la convocation à l assemblée générale extraordinaire

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008 Principes d octroi de crédit et rôle des garanties Eric Schneider 25.01.2008 Introduction «Mieux vaut un bon crédit en blanc qu un crédit mal garanti» Vieil adage bancaire Responsabilité Principes d octroi

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque

Votre banquier et assureur. La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Votre banquier et assureur La déduction des intérêts notionnels, un encouragement fiscal pour le capital à risque Sommaire 1. La déduction des intérêts notionnels: 3 un stimulant pour les entreprises 2.

Plus en détail

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement?

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Dolène MINATCHY Déléguée Commerciale Professionnels BRED BANQUE POPULAIRE Marcelino BUREL Président de

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

Belfius Private Banking. Penser votre patrimoine, agir avec pertinence

Belfius Private Banking. Penser votre patrimoine, agir avec pertinence Belfius Private Banking Penser votre patrimoine, agir avec pertinence En quelque 185 ans d histoire, Belfius Banque s est forgé un savoir-faire d exception, non seulement en tant que banque universelle

Plus en détail

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge)

KBC GROUP NV SUPPLÉMENT (N 1) AU PROSPECTUS DE BASE EN DATE DU 10 FÉVRIER 2015. KBC Group NV (société à responsabilité limitée de droit belge) Ce document est la traduction du Supplément N 1 au Prospectus de Base rédigé en anglais qui a été approuvé par la FSMA. En cas de contradictions entre la version anglaise et la version française du Supplément

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail