LE DROIT DE L HOMME À UN NIVEAU DE VIE SUFFISANT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DROIT DE L HOMME À UN NIVEAU DE VIE SUFFISANT"

Transcription

1 LE DROIT DE L HOMME À UN NIVEAU DE VIE SUFFISANT 1. Le 19 janvier dernier, le Comité des ministres du Conseil de l Europe adoptait une Recommandation ( 1 ) aux Etats membres, les invitant à reconnaître dans leur pratique et législation internes, un droit individuel, universel et justiciable à la satisfaction des besoins humains matériels élémentaires à tout le moins la nourriture, l habillement, l hébergement et les soins médicaux de base des personnes en situation d extrême pauvreté. La Recommandation précisait que la reconnaissance d un tel droit, pour tout individu vivant sur le territoire de l Etat, est une condition à l exercice d autres droits fondamentaux et un élément indispensable dans un Etat fondé sur le droit. Elle se basait sur la considération que la satisfaction des besoins matériels élémentaires répond à un devoir d humanité de la société, découle de la dignité inhérente à tout être humain et constitue la condition d existence de l homme, ainsi que de son épanouissement. Nul ne conteste plus que la misère et l exclusion sociale qu elle entraîne, portent atteinte à la dignité humaine ( 2 ). Cette dignité n est-elle pas gravement compromise lorsque des êtres humains sont contraints à la mendicité, en y associant même parfois des enfants en bas âge? Il n est pas acceptable que les plus démunis soient écartés du champ d application de l ensemble des droits de l homme, au motif que le droit à un niveau de vie suffisant ne bénéficierait pas de la même protection que les droits classiques, civils et politiques. Les organes de contrôle de la Convention européenne des droits de l homme et à leur suite les cours et tribunaux parfois même les précédant ont su apporter la démonstration qu une société démocratique ne peut tolérer qu une partie importante de la population soit réduite à un état qui outrage la notion même de dignité (1) R(2000)3; voy. le texte complet infra dans la rubrique «Informations diverses». (2) «Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l homme sont violés», paroles du père Joseph Wrésinski gravées dans une dalle commémorative déposée le 17 octobre 1987 sur le parvis du Trocadéro, à Paris, appelé depuis lors «Parvis des libertés et des droits de l homme».

2 684 Rev. trim. dr. h. (2000) humaine. La grande pauvreté ( 3 ) constitue aujourd hui l un des défis majeurs du droit international des droits de l homme et, à ce titre, force la porte de la juridicité. Dans un article remarquable, Pierre-Henri Imbert a souligné que «la misère et l exclusion sociale sont des violations des droits de l homme (...) si l on se rappelle que la notion centrale des droits de l homme est celle de la dignité de la personne humaine» ( 4 ). Le droit à un niveau de vie suffisant entraîne le droit à un logement décent, aux soins de santé et, en définitive, au travail, qui n en sont que des composantes. Il ne doit pas être confondu avec la notion de sécurité sociale dont l ancrage historique réside dans les revendications du monde du travail à la fin du siècle dernier. Il existe une différence profonde de nature entre la sécurité sociale ou l aide sociale qui s est lentement substituée à la notion d assistance sociale et, le droit à un niveau de vie suffisant. La sécurité sociale trouve son fondement dans la double notion d assurance et de solidarité; l assistance et l aide sociale se fondent sur l idée de solidarité tandis que le droit à un niveau de vie suffisant a pour base non seulement la solidarité mais surtout le droit à la dignité. 2. Les articles 22 à 27 de la Déclaration universelle des droits de l homme du 10 décembre 1948 qui détaillent les droits économiques, sociaux et culturels, «visent sans nul doute à élaborer la protection contre la pauvreté» ( 5 ). Un considérant du Préambule affirme que «l avènement d un monde où les êtres humains seront (...) libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l homme». En proclamant à l article 22 que «toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale»( 6 ) et à l article 23, alinéa 3 que «quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale», la Déclaration universelle met en avant la lutte contre la pauvreté, au nom du droit à (3) Certes, la notion de pauvreté est subjective et le seuil s en définit malaisément. (4) Pierre-Henri Imbert, «Droits des pauvres, pauvre(s) droit(s)? Réflexions sur les droits économiques, sociaux et culturels», Rev. dr. publ. et sc. pol., 1989, p (5) Voy. Jacques Fierens, Droit et pauvreté Droits de l homme, securité sociale, aide sociale, préface de François Rigaux, Bruylant, Bruxelles, (6) Les termes de «sécurité sociale» doivent être entendus dans un sens large et visent la justice sociale (J. Fierens, op. cit., p. 117, citant A. Verdoodt, Naissance et signification de la Déclaration universelle des droits de l homme, Nauwelaerts, Louvain-Paris, 1964, pp. 213 et 215).

3 Rev. trim. dr. h. (2000) 685 la dignité. Enfin, l article 25, alinéa 1 er énonce que «toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l alimentation, l habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté». Mais on sait que la Déclaration est dépourvue d effet direct en droit interne et ne constitue qu une simple recommandation aux Etats ( 7 ). Quant au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, adopté par l Assemblée générale des Nations Unies le 16 décembre 1966, il énonce à l article 11, manifestement inspiré de l article 25 de la Déclaration universelle, mais légèrement en retrait par rapport à lui ( 8 ):«Les Etats parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, ainsi qu à une amélioration constante de ses conditions d existence. Les Etats parties prendront des mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit...» (al. 1 er )et«reconnaissent le droit fondamental qu a toute personne d être à l abri de la faim...» (al. 2). Le Pacte traçait déjà de la sorte un programme d action pour les gouvernements ( 9 ). Bien que le Pacte ne contienne d autre système de contrôle des droits qu il garantit que le mécanisme de rapports présentés par les Etats contractants et, dès lors, dépourvu de réelle effectivité, cependant, la Cour d arbitrage de Belgique ( 10 ) l a pris en compte par le truchement du principe constitutionnel d égalité et de non-discrimination : c est ainsi que par son arrêt n o 51/94 du 29 juin 1994, elle a rappelé qu aux termes de l article 11, 1 o du Pacte, les Etats «reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille» et se sont engagés à prendre «des (7) Voy. René Cassin, «La Déclaration universelle et la mise en œuvre des droits de l homme», Rev. Ac. La Haye, p (8) L article 11 ne reprend pas la restriction contenue dans l article 25 de la Déclaration universelle : «... par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.» (9) Le premier paragraphe de l article 2 énonce en effet : «Chacun des Etats parties au présent Pacte s engage à agir, (...), au maximum de ses ressources disponibles, en vue d assurer progressivement le plein exercice des droits reconnus (...) par tous les moyens appropriés, y compris en particulier l adoption de mesures législatives». L adoption du mot «progressivement» est très significative. (10) Dénomination qui s explique historiquement eu égard à sa compétence initiale restreinte; la Cour est aujourd hui véritablement une Cour constitutionnelle.

4 686 Rev. trim. dr. h. (2000) mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit», même si la Cour a estimé, certes, que le droit à un niveau de vie suffisant et à une amélioration constante des conditions d existence reconnu par le Pacte «à toute personne» ne peut raisonnablement s entendre sans restriction ( 11 ). 3. La Convention européenne des droits de l homme ne contient aucune disposition spécifique concernant le droit à un niveau de vie suffisant, ce que l ancienne Commission avait relevé dans une décision vieille de près de cinquante ans : «le droit à un niveau de vie suffisant (...) ne figure pas, quant à son principe, parmi les droits et libertés pouvant faire l objet d une requête recevable ( 12 ). Cependant, rapidement, les organes de contrôle de la Convention ont étendu par voie prétorienne, au bénéfice des plus démunis, la protection par ricochet, pour reprendre l expression de la doctrine ( 13 ) de certains droits garantis par la Convention en ses protocoles additionnels. Ce faisant, la Cour européenne fait ainsi application de ses principes d interprétation évolutive de la Convention selon lesquels il lui revient de l interpréter à la lumière des conditions actuelles en vue d assurer l effectivité des droits protégés ( 14 ). Il en résulte qu «une situation d extrême pauvreté est susceptible de porter atteinte à des droits protégés par la Convention» ( 15 ). La première décision concernant le «quart monde» de l ancienne Commission européenne des droits de l homme a malheureusement été «une bavure» dans une jurisprudence dynamique, comme l a dénoncé avec vigueur Frédéric Sudre ( 16 ). S agissant d une suspen- (11) Considérant B.5.5. de l arrêt. (12) Déc. du 29 septembre 1956, X. c. la République fédérale d Allemagne, req. n o 159/56, Ann. Conv., I, p (13) Sur «la protection par ricochet», voy. Gérard Cohen-Jonathan, La Convention européenne des droits de l homme, Economica et Presses universitaires d Aix-Marseille, Paris et Aix-en-Provence, 1989, p. 84 et Frédéric Sudre, Droit international et européen des droits de l homme, P.U.F., Paris, 4 e éd., 1999, n o 179, p (14) Voy. Walter-Jean Ganshof van der Meersch, «Quelques aperçus de la méthode d interprétation de la Convention de Rome du 4 novembre 1950 par la Cour européenne des droits de l homme», in Mélanges offerts à Robert Legros, éd. Université de Bruxelles, 1985, p. 207; L interprétation de la Convention européenne des droits de l homme (dir. Frédéric Sudre), Actes du colloque des 13 et 14 mars 1998 organisé par l Institut de droit européen des droits de l homme de l Université de Montpellier I, Nemesis/Bruylant (coll. Droit et justice n o 21), Bruxelles, (15) Frédéric Sudre, «Misère et Convention européenne des droits de l homme», loc. cit., p (16) R.U.D.H., 1990, p. 349, obs. s. Comm. eur. dr. h., déc. 9 mai 1990, req. n o 14641/89, Van Volsem c. la Belgique (ibid., p. 384).

5 Rev. trim. dr. h. (2000) 687 sion ou de menaces de suspension des fournitures d électricité dans un logement social, la Commission a estimé que, en l occurrence, elles «n atteignaient pas le niveau d humiliation et d avilissement requis pour qu il y ait un traitement inhumain ou dégradant», ce qui fait dire à son commentateur qu «à bien lire la décision rendue par la Commission, la pauvreté se situe hors le droit européen des droits de l homme». Une doctrine soucieuse de progrès a cependant démontré que la Convention de sauvegarde est en mesure d offrir sa protection aux plus démunis et est applicable aux situations de grande pauvreté par le truchement de ses articles 2, 3 et 8 ainsi que de l article 1 er du Premier Protocole additionnel, la misère portant atteinte à ces différents droits garantis par la Convention et pouvant ellemême être protégée par le procédé du «ricochet». Cette doctrine conclut qu «il appartient au justiciable d inciter tant le juge national que le juge européen à faire preuve d audace et de générosité pour s engager dans cette voie» ( 17 ). Il faut inculquer l idée, écrit Louis Edmond Pettiti, que la misère «n est pas un phénomène de marginalité imputable aux individus et aux familles, mais un phénomène résultant d un dysfonctionnement de la société, et par là une violation des droits fondamentaux» ( 18 ). La Charte sociale européenne adoptée à Turin le 18 octobre 1961 et révisée le 3 mai 1996 ( 19 ) décrite parfois, à tort, comme le pendant social de la Convention européenne des droits de l homme, mais qui en est, en fait, le «parent pauvre» ( 20 ), même si elle se donne pour objectif d améliorer le niveau de vie et de promouvoir le bien-être ne devrait être citée que pour mémoire dès l instant où le respect des obligations qu elle contient ou qui ont été imposées (17) Frédéric Sudre, «Misère et Convention européenne des droits de l homme», Quart Monde, juillet 1994, p. 19 et Cahiers de l Institut de droit européen des droits de l homme de l Université de Montpellier I, n o 3, p. 113; voy. également le numéro 5 de ces mêmes Cahiers et les contributions de Michel Levinet, Alain-Didier Olinga, Samuel-Jacques Priso, Bénédicte Peyrot et Catherine Pélissier. (18) Louis Emond Pettiti, «Misère, violation des droits de l homme en Europe aujourd hui», Quart Monde, juillet 1994, pp. 12 et s. (19) Voy. Christophe Pettiti, «La Charte sociale européenne révisée», Rev. trim. dr. h., 1997, p. 3. (20) Peter Lemprecht, «Le Conseil de l Europe et l avenir des droits économiques et sociaux», in La mise en œuvre des droits économiques et sociaux Aspects nationaux, internationaux et droit comparé, N.P. Engel Verlag, Kelh am Rhein, 1991, p. 8 ; Jean-Paul Costa, «Vers une protection juridictionnelle des droits économiques et sociaux en Europe?», in Les droits de l homme au seuil du troisième millénaire. Mélanges en hommage à Pierre Lambert, Bruylant, Bruxelles, 2000, p. 141.

6 688 Rev. trim. dr. h. (2000) par son protocole additionnel adopté le 22 juin 1965 par le Comité des ministres, n est pas soumis au contrôle juridictionnel de la Cour de Strasbourg, mais donne lieu à de simples rapports biennaux à caractère essentiellement politique, transmis au Secrétaire général du Conseil de l Europe. La recommandation 893 de l Assemblée parlementaire du Conseil de l Europe a préconisé des mesures à court et à moyen terme pour remédier à l exclusion sociale de ceux «dont les conditions de vie et d habitat ne sont pas souvent conformes aux normes habituellement admises». On appréciera la litote! Quant au Conseil des ministres des Communautés européennes, ses recommandations 92/441 et 442 relatives l une et l autre à la protection sociale invitent les Etats membres à «garantir à la personne un niveau de ressources conforme à la dignité humaine»età«reconnaître le droit fondamental de la personne à des ressources et prestations suffisantes pour vivre conformément à la dignité humaine». 4. En réalité, c est dans les législations nationales que le droit subjectif à un niveau de vie suffisant se trouvera le mieux satisfait, les législateurs nationaux n ayant pas nécessairement attendu les proclamations internationales pour élaborer des instruments juridiques de lutte contre la misère. La France a adopté, le 1 er décembre 1988, la loi n o créant le revenu minimum d insertion qui a marqué l entrée dans une nouvelle conception de la politique sociale, désormais centrée sur le droit à l insertion plutôt que sur l assistance. La loi reprend dans son article 1 er le texte du Préambule de la Constitution de 1946 : «Toute personne qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation de l économie et de l emploi, se trouve dans l incapacité de travailler, a le droit d obtenir de la collectivité des moyens convenables d existence». Le législateur a simplement ajouté le terme «situation de l emploi», qui correspond à l installation d un chômage chronique. Toutefois, le droit garanti ne concerne que les personnes âgées de plus de vingt-cinq ans et les femmes ayant des enfants à charge, les jeunes de 18 à 25 ans bénéficiant de dispositions spécifiques ( 21 ). Dans le sillage de ces dispositions, la loi du 29 juillet 1998, dite «d orientation relative à la lutte contre les exclusions», malgré ses faiblesses et ses limites, constitue un grand pas en avant dans la (21) Arlette Heymann-Doat, Libertés publiques et droits de l homme, L.G.D.J. (coll. Droit public), Paris, 5 e éd., 1998, p. 165.

7 Rev. trim. dr. h. (2000) 689 bonne direction ( 22 ). Son article 1 er, en forme d exposé des motifs, comme l écrit Olivier Pujolar ( 23 ), affirme «un impératif national ( 24 ) fondé sur le respect de l égale dignité de tous les êtres humains et une priorité de l ensemble des politiques publiques de la nation»( 25 ) et précise : «La présente loi tend à garantir sur l ensemble du territoire l accès effectif de tous aux droits fondamentaux dans les domaines de l emploi, du logement, de la protection de la santé, de la justice, de l éducation et de la formation et de la culture, de la protection de la famille et de l enfance» (al. 2). Il y est indiqué, en outre, que les pouvoirs publics, au sens large, «participent à la mise en œuvre de ces principes, poursuivent une politique destinée à connaître, à prévenir et à supprimer toutes les situations pouvant engendrer des exclusions» (et) «prennent les dispositions nécessaires pour informer chacun de la nature et de l étendue de ses droits et pour l aider, éventuellement par un accompagnement personnalisé, à accomplir les démarches administratives ou sociales nécessaires à leur mise en œuvre dans les délais les plus rapides» (art. 1 er, al. 3, 4 et 5). Quant aux organismes privés, il est dit qu ils «concourent à la réalisation de ces objectifs» (art. 1 er, al. 6). La loi comporte plusieurs volets : l accès à l emploi, l accès au logement, l accès aux soins, des mesures prises pour faire face au surendettement et des mesures de réquisitions de logements vacants, des régimes d attribution de logements locatifs sociaux, l assurance d un minimum de moyens d existence et l égalité des chances en matière d éducation et de culture. Déférée au Conseil constitutionnel, certaines de ces dispositions ont été invalidées, essentiellement celles relatives au «droit au logement». En Belgique, la réforme constitutionnelle du 31 janvier 1994 qui a introduit dans un article 23 nouveau de la Constitution le droit de chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine et, à cette (22) En juillet 1998, Geneviève de Gaulle-Anthonioz déclarait au journal La Croix : «Il y aura un avant et un après la loi. Elle marque le début d une route, même si elle a ses insuffisances et ses limites. Désormais, on ne pourra plus parler de pauvreté sans parler de droits de l homme.» (23) Olivier Pujolar, «Présentation générale de la loi», Dr. san. et soc., n o spécial, La lutte contre les exclusions, dir. Françoise Monéger, préface de Jean-Michel Belorgey, , p (24) Une affirmation similaire était déjà contenue dans la loi du 1 er décembre 1988 créant le revenu minimum d insertion. (25) Voy. le texte de la loi, Gaz. Pal., août 1998, rubrique «Législation», p. 543; la décision du Conseil constitutionnel du 29 juillet 1998 et la note de Wagdi Sabete, Rec. Dall., 13 mai 1999, J., p. 269.

8 690 Rev. trim. dr. h. (2000) fin, a prévu un certain nombre de droits économiques, sociaux et culturels, n a pas visé expressément le droit à un niveau de vie suffisant. Le Constituant a sans doute pensé que les différents droits énumérés dans le texte (travail, santé, logement, environnement sain et épanouissement) devaient y contribuer. En effet, lit-on dans l exposé des motifs de la proposition de réforme constitutionnelle, le droit à une existence digne «est formulé d une manière très générale : il est à la base des autres droits qui peuvent en être déduits» ( 26 ). Selon les travaux préparatoires du texte constitutionnel du 31 janvier 1994 ( 27 ), la signification des termes «dignité humaine» est la même que celle qui est donnée à l article 1 er de la loi du 8 juillet 1976 organique des Centres publics d aide sociale, qui énonce : «Toute personne a droit à l aide sociale. Celle-ci a pour but de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité». Cette loi s est substituée à une loi ancienne du 10 mars 1925 organique de l assistance publique qui avait, elle-même, remplacé un régime suranné en matière de bienfaisance auquel le reproche était adressé d entretenir et de perpétuer le paupérisme plutôt que de l extirper. A partir de 1976, le concept traditionnel d assistance en cas d indigence au sens de détresse matérielle est dépassé. Dorénavant, le but de l aide sociale doit être de permettre à toute personne diminuée par la maladie ou la détresse morale ou matérielle, compte tenu des conditions dans lesquelles elle se trouve, un niveau de vie qui respecte la dignité humaine ( 28 ). Selon l exposé des motifs du projet de loi qui allait être adopté et devenir la loi du 8 juillet 1976 organique des Centres publics d aide sociale, le terme «assistance», ressenti comme humiliant par bon nombre de personnes, est supprimé ( 29 ). «La loi nouvelle, a écrit Jacques Fierens, n est pas seulement le fruit d une évolution parallèle du système de sécurité sociale et du système d assistance publique, elle a marqué un tournant décisif quant à la nature des conditions relatives à l octroi de l aide due par la communauté; cette aide ne dépend plus de la qualité du travail- (26) Pasin., 1984, p. 84; voy. également Jacques Fierens, «L article 23 de la Constitution, une arme contre la misère?», Droit en quart monde, n o 3, juin 1994, p. 3. (27) Doc. parl., Sénat, sess. o , n o 100-2/2 o. (28) Voy. le commentaire, in Le manuel de droit communal (dir. Pierre Lambert), t. 2, La loi organique des centres publics d aide sociale, Nemesis/Bruylant, Bruxelles, 1996, pp. 9 et s. (29) Doc parl., Sénat, sess. o , n o du 8 avril 1975 et Pasin., 1976, p

9 Rev. trim. dr. h. (2000) 691 leur, comme c est le cas pour les principales prestations de sécurité sociale, ni de la détermination d un handicap, ni de cotisations volontaires; l aide sociale ne dépend même plus, en principe, d une demande d aide : elle est rattachée à la seule qualité de personne, c est-à-dire de sujet de droit ou d être humain» ( 30 ). La section de législation du Conseil d Etat avait critiqué cette innovation et suggéré de renoncer au terme «droit», les dispositions du projet de loi qui lui étaient soumises lui paraissant rédigées en termes à ce point imprécis qu il pouvait, selon le Conseil d Etat, être considéré que l on ne se trouvait pas en présence de «l octroi d un droit subjectif au sens usuel du mot» ( 31 ). Le législateur n a pas retenu cette objection et a maintenu sa conception ( 32 ). La loi donne pour mission aux centres publics d aide sociale d assurer l aide de la collectivité aux personnes et à leur famille lorsqu elles ne disposent pas des ressources nécessaires pour mener une vie conforme à la dignité humaine. Aux termes de l article 57 de la loi, cette aide peut être matérielle, sociale, médicale, médico-sociale ou psychologique. A ce titre, les Centres publics d aide sociale effectuent quotidiennement le paiement de loyers. S il est vrai que le Constituant de 1994 n a pas voulu conférer de droits subjectifs, «une exception doit être faite pour le droit à l aide sociale : il avait déjà cette portée dans la loi du 10 juillet 1976» et «son entrée dans la Constitution n a pas pu la lui faire perdre», en sorte que selon Paul Martens, «il devient un droit subjectif de valeur constitutionnelle» ( 33 ). Cette opinion, contraire à celle de la section de législation du Conseil d Etat, a été celle de la section d administration : par un arrêt n o en cause Haagdorens c. le Centre public d aide sociale de Zondhoven rendu le 21 mai 1981, elle a jugé que «le but des centres publics d aide sociale tel que le définit l article 1 er de la loi du 8 juillet 1976, apporte par essence une restriction à l aide sociale, en ce que cette aide n est accordée que dans (30) Jacques Fierens, «Droit à l aide sociale et droits de l homme», Journ. trib., 1984, p (31) Doc. parl., Sénat, sess. o , n o 581-1, p. 84. (32) Rapport fait au nom de la commission de la Santé publique et de la famille du Sénat par M. Verbist, Doc. parl., Sénat, sess. o , n o 581/2 du 3 juin 1976 et rapport fait au nom de la commission analogue de la Chambre des représentants par MM. Coens et Daems, Doc. parl., Chambre, sess. o , n o 923/5. (33) Paul Martens, Conclusions générales du colloque sur «Les droits économiques, sociaux et culturels dans la Constitution» tenu à l Université libre de Bruxelles, les 21 et 22 décembre 1994 (dir. Rusen Ergec), Bruylant, Bruxelles, 1995, p. 315.

10 692 Rev. trim. dr. h. (2000) la mesure où elle s impose pour permettre à une personne de mener une vie conforme à la dignité humaine» ( 34 ). Quelle que soit l interprétation généreuse ou restrictive de la disposition législative, malheureusement, il faut bien reconnaître que confrontée aux dures réalités budgétaires, l ambition de la loi de 1976 présentée avec raison comme le point de départ d un nouveau progrès social, dans l euphorie de l époque, n a pas pleinement atteint tous ses objectifs ( 35 ). Antérieurement, la loi du 7 août 1974 avait déjà institué le droit à un minimum de moyens d existence, communément appelé en Belgique «minimex», même si celui-ci est notoirement insuffisant pour permettre à son bénéficiaire d avoir un niveau de vie «satisfaisant». En outre, l article 1 er de la loi qui définit les bénéficiaires du droit à un minimum d existence ne vise que ceux qui ne sont pas en mesure de se procurer des ressources par leurs «efforts personnels» et l article 6 énonce : «Pour l octroi et le maintien du minimum de moyens d existence, l intéressé doit faire la preuve qu il est disposé à être mis au travail, à moins que cela s avère impossible pour des raisons de santé ou pour des raisons sociales impératives»( 36 ). Quoi qu il en soit, la loi ouvre en tous cas un droit subjectif à charge des autorités publiques, en l occurrence les Centres publics d aide sociale, même s il s agit d un système que l on peut qualifier de «résiduaire» ( 37 ). (34) En l espèce, le Conseil d Etat a considéré que la chambre de recours a pu raisonnablement estimer que le demandeur d aide sociale pouvait, grâce à ses capacités et aux moyens financiers dont il disposait, mener une vie conforme à la dignité humaine sans faire appel au Centre public d aide sociale. (35) Voy. Jean-Marie Berger, Le droit à l aide sociale. Mythes et réalités à la lumière de la jurisprudence des chambres de recours et du Conseil d Etat, éd. Union des villes et communes belges, Bruxelles, 1983; Martine van Ruymbeke et Jean-Marie Berger, Le prix de la dignité humaine Le droit à l aide sociale dû par les Centres publics d aide sociale, éd. Union des villes et communes belges, Bruxelles, (36) C est sur cette condition que portent essentiellement les débats judiciaires en cas de refus d octroi du «minimex»; voy. Henri Funck, «La disposition au travail au sens de la législation sur le minimum de moyens d existence», Chron. dr. soc., 1982, p (37) Voy. André Nayer, «La loi du 7 août 1974 instituant le droit à un minimum de moyens d existence Quelques réflexions critiques Son incidence sur une conception générale de la sécurité sociale», Journ. trib. trav., 1975, p. 235 et J. Hubin, «Réflexions critiques relatives à la loi du 7 août 1974 instituant un droit à un minimum de moyens d existence», Chron. dr. soc., 1983, p. 216; voy. sur le maintien de la distinction entre le fait des moyens de subsistance, nécessaires pour échapper à la prévention de vagabondage, et le droit à obtenir lesdits moyens : Xavier Dijon, «De l autonomie entre la répression du vagabondage et l aide de la collectivité», note s/ Cass., 12 mars 1986, p. 651.

11 Rev. trim. dr. h. (2000) 693 La loi du 12 janvier 1993 contenant, selon son intitulé, «un programme d urgence pour une société plus solidaire» prévoit, en son article 28, 1 er : «Lorsqu une personne sans abri sollicite l aide sociale du centre public d aide sociale de la commune où elle se trouve, le président doit lui accorder l aide urgente, dans les limites fixées par le règlement d ordre intérieur du conseil de l aide sociale, à charge pour lui de soumettre sa décision au conseil, à la plus prochaine réunion, en vue de la ratification.» Outre le fait que la loi ne définit pas la notion de «personne sans abri» ( 38 ), il est regrettable de constater qu elle ne vise que ces seuls bénéficiaires. Le Conseil d Etat, par un arrêt rendu le 14 juillet 1993 ( 39 ) a particulièrement mis en évidence la dignité humaine comme fondement du droit à l aide sociale, en jugeant intolérables «des lettres (qui) tendent à faire des demandeurs d aide les obligés des hommes politiques et à accréditer l opinion que l aide sociale s obtient grâce à leur appui, alors qu en vertu de l article 1 er de la loi du 8 juillet 1976, elle est un droit qui a pour but de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine : présenter l aide sociale comme une simple faveur laissée à la discrétion d un homme politique ou d un de ses amis, blesse la dignité humaine que la loi se donne pour but primordial de sauvegarder». 6. En conclusion Le droit à un niveau de vie suffisant implique que l on passe, dans le chef des pouvoirs publics, de la charité à une véritable organisation positive. Le recul de la pauvreté que tout le monde paraît appeler de ses vœux, est fonction de la reconnaissance effective d un droit fondamental à un niveau de vie suffisant. Force est de constater, malheureusement, que les initiatives de l Organisation des Nations Unies demeurent lettre morte. Les engagements pris lors du sommet social de Copenhague en 1995 n ont donné lieu à aucune (38) Lors des travaux préparatoires de la loi, il a été indiqué qu une «personne sans abri» est «la personne qui n a pas de résidence habitable, qui ne peut, par ses propres moyens, disposer d une telle résidence et qui se trouve dès lors sans résidence ou dans une résidence collective où elle séjourne de manière transitoire, passagère, en attendant de pouvoir disposer d une résidence personnelle» (Doc. parl., Chambre des représentants, sess. o , n o 630/5, p. 34). (39) C.E., Jaumotte c. le Centre public d aide sociale de Court-Saint-Etienne, n o , Jur. Lège, Mons et Bruxelles, 1993, p et Journ. trib., 1993, p. 780.

12 694 Rev. trim. dr. h. (2000) mesure concrète et l Assemblée générale extraordinaire qui s est tenue à Genève en juillet 2000 n a pu qu en faire le constat amer, les textes adoptés en conclusion de la réunion se bornant à une série de recommandations générales ( 40 ). Si le respect de la dignité humaine a inspiré un «principe programmatique» dans divers instruments juridiques internationaux, en revanche, des législations nationales l ont traduit en droits subjectifs, selon des modalités diversifiées. Il peut dépendre en dernière analyse des cours et tribunaux, que ce soit au niveau international ou national, de contribuer au moins à réduire, sinon éradiquer, le dénuement des plus démunis et à ne pas réserver la garantie des droits de l homme aux seuls détenteurs de la richesse et de l aisance matérielles. Pierre LAMBERT (40) Voy. Jean-Claude Buhren, «L O.N.U. disserte sur la pauvreté», Le Monde, 13 juillet 2000.

LE DROIT DE L HOMME À UN LOGEMENT DÉCENT

LE DROIT DE L HOMME À UN LOGEMENT DÉCENT LE DROIT DE L HOMME À UN LOGEMENT DÉCENT 1. Le droit à un logement décent est, sans conteste, un des éléments importants d un niveau de vie suffisant ( 1 ). S agissant d un droit fondamental conforme au

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B.

Commentaire. Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013. Mme Henriette B. Commentaire Décision n 2013-348 QPC du 11 octobre 2013 Mme Henriette B. (Répartition de la pension de réversion entre ayants cause de lits différents) Le Conseil d État a renvoyé au Conseil constitutionnel

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

------ GAP, le 17 juin 2009

------ GAP, le 17 juin 2009 Liberté Egalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PREFECTURE DES HAUTES-ALPES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES COLLECTIVITES LOCALES BUREAU DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ------ GAP,

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE STATUT DU BEAU-PARENT n LC 196 Avril 2009 - 3 - LE STATUT DU BEAU-PARENT Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES Allemagne...

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2801. Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2801 Arrêt n 119/2004 du 30 juin 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation du décret de la Commission communautaire française du 16 janvier 2003 modifiant la loi du 21 avril 1965

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM)

La Ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets des départements (métropole et DOM) DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial Paris, le 20 avril 2009 et de la protection sociale FP3

Plus en détail

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5633. Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5633 Arrêt n 26/2014 du 6 février 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 4 de l arrêté royal du 18 novembre 1996 «instaurant une assurance sociale en

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013

Code civil suisse. (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013. Délai référendaire: 10 octobre 2013 Délai référendaire: 10 octobre 2013 Code civil suisse (Autorité parentale) Modification du 21 juin 2013 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 16 novembre

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention (Traité sur les brevets) Conclu à Vaduz le 22 décembre 1978 Entré en vigueur

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L.

Commentaire. Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013. Mme Micheline L. Commentaire Décision n 2013-324 QPC du 21 juin 2013 Mme Micheline L. (Droits du conjoint survivant pour l attribution de la pension militaire d invalidité) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 avril

Plus en détail

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014

Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 Nouveau statut des personnes majeures déclarées incapables entré en vigueur le 1 septembre 2014 01/09/2014 Isabelle Riera Diaz Il existait jusqu ici divers statuts permettant de protéger ou représenter

Plus en détail

Langues d Europe. Méditerranée

Langues d Europe. Méditerranée Colloque international Langues d Europe et de la Méditerranée http://www.portal-lem.com Nice 31 mars 2 avril 2005 La protection juridique de la diversité linguistique en Europe Jean-Marie WOEHRLING *

Plus en détail

Origines juridiques et obligations internationales

Origines juridiques et obligations internationales Formation à la Protection des Personnes Déplacées Internes Origines juridiques et obligations internationales 1/5 Origines juridiques et obligations internationales Origines juridiques des Principes directeurs

Plus en détail

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4525. Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4525 Arrêt n 83/2009 du 14 mai 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7, 13, alinéa 2, de l arrêté-loi du 28 décembre 1944 concernant la sécurité sociale

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Numéro du rôle : 3360. Arrêt n 179/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3360. Arrêt n 179/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3360 Arrêt n 179/2005 du 7 décembre 2005 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 302 et 308 (marchés publics) de la loiprogramme du 9 juillet 2004, introduit par C.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5)

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) Fiche 5 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (C.C.A.S.) Base réglementaire : (voir annexe fiche 5) o Code de l action sociale et des familles (CASF) : articles L. 123-4 à L. 123-9 articles R.123-1 à R.123-26

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par :

Communication. Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel. du droit à la santé présentée par : Communication Thème : La reconnaissance par le droit constitutionnel du droit à la santé présentée par : Mme BENCHABANE membre du Conseil constitutionnel Algérien La place du droit à la santé par rapport

Plus en détail

- 4 - L aide ménagère

- 4 - L aide ménagère - 4 - L aide ménagère Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 49 LES 4 4 - L aide ménagère. Dispositions générales. Article 1.1 Objectifs. L aide ménagère

Plus en détail

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité

portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Décret du 7 novembre 2003 Entrée en vigueur :... portant adhésion du canton de Fribourg à la convention portant révision du concordat sur les entreprises de sécurité Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS REPUBLIQUE FRANÇAISE N 4013. Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS >> N 4013 Conflit sur renvoi du tribunal de Strasbourg M. M. et Mme S. c/ Caisse d allocations familiales du Bas-Rhin M. Edmond Honorat Rapporteur REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. Numéro du rôle : 5608 Arrêt n 105/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. La Cour constitutionnelle,

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015 (M. Jean-Pierre E.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 juillet 2015 par la Cour de cassation (première chambre civile, arrêt n 969 du même jour), dans

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328655 Publié au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président M. Philippe Josse, rapporteur M. Pierre Collin, rapporteur public SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY,

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Préambule Pour les revenus les plus modestes, le poids du budget logement

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR

Plus en détail

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6

C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE. Titre II Article 6 C. N. E. E. TRANSCRIPTION DES DIRECTIVES 92/49/CEE 92/96/CEE et 92/50/CEE Assurances vie et non vie. La Directive 92/49/CEE du Conseil du 18 juin 1992 porte coordination des dispositions législatives,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial

7 juin 2010 Journal Officiel de la République Démocratique du Congo Première partie - n spécial Première partie 51 ème année Numéro spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa - 7 juin 2010 PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Loi organique

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 781 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 18 août 2011 PROPOSITION DE LOI relative à la création d un ordre professionnel des mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Citation : K. V. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 936 K. V.

Citation : K. V. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 936 K. V. [TRADUCTION] Citation : K. V. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 936 Date : Le 30 juillet 2015 Numéro de dossier : AD-15-414 DIVISION D APPEL Entre: K. V. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail