LE DROIT DE L HOMME À UN NIVEAU DE VIE SUFFISANT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE DROIT DE L HOMME À UN NIVEAU DE VIE SUFFISANT"

Transcription

1 LE DROIT DE L HOMME À UN NIVEAU DE VIE SUFFISANT 1. Le 19 janvier dernier, le Comité des ministres du Conseil de l Europe adoptait une Recommandation ( 1 ) aux Etats membres, les invitant à reconnaître dans leur pratique et législation internes, un droit individuel, universel et justiciable à la satisfaction des besoins humains matériels élémentaires à tout le moins la nourriture, l habillement, l hébergement et les soins médicaux de base des personnes en situation d extrême pauvreté. La Recommandation précisait que la reconnaissance d un tel droit, pour tout individu vivant sur le territoire de l Etat, est une condition à l exercice d autres droits fondamentaux et un élément indispensable dans un Etat fondé sur le droit. Elle se basait sur la considération que la satisfaction des besoins matériels élémentaires répond à un devoir d humanité de la société, découle de la dignité inhérente à tout être humain et constitue la condition d existence de l homme, ainsi que de son épanouissement. Nul ne conteste plus que la misère et l exclusion sociale qu elle entraîne, portent atteinte à la dignité humaine ( 2 ). Cette dignité n est-elle pas gravement compromise lorsque des êtres humains sont contraints à la mendicité, en y associant même parfois des enfants en bas âge? Il n est pas acceptable que les plus démunis soient écartés du champ d application de l ensemble des droits de l homme, au motif que le droit à un niveau de vie suffisant ne bénéficierait pas de la même protection que les droits classiques, civils et politiques. Les organes de contrôle de la Convention européenne des droits de l homme et à leur suite les cours et tribunaux parfois même les précédant ont su apporter la démonstration qu une société démocratique ne peut tolérer qu une partie importante de la population soit réduite à un état qui outrage la notion même de dignité (1) R(2000)3; voy. le texte complet infra dans la rubrique «Informations diverses». (2) «Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l homme sont violés», paroles du père Joseph Wrésinski gravées dans une dalle commémorative déposée le 17 octobre 1987 sur le parvis du Trocadéro, à Paris, appelé depuis lors «Parvis des libertés et des droits de l homme».

2 684 Rev. trim. dr. h. (2000) humaine. La grande pauvreté ( 3 ) constitue aujourd hui l un des défis majeurs du droit international des droits de l homme et, à ce titre, force la porte de la juridicité. Dans un article remarquable, Pierre-Henri Imbert a souligné que «la misère et l exclusion sociale sont des violations des droits de l homme (...) si l on se rappelle que la notion centrale des droits de l homme est celle de la dignité de la personne humaine» ( 4 ). Le droit à un niveau de vie suffisant entraîne le droit à un logement décent, aux soins de santé et, en définitive, au travail, qui n en sont que des composantes. Il ne doit pas être confondu avec la notion de sécurité sociale dont l ancrage historique réside dans les revendications du monde du travail à la fin du siècle dernier. Il existe une différence profonde de nature entre la sécurité sociale ou l aide sociale qui s est lentement substituée à la notion d assistance sociale et, le droit à un niveau de vie suffisant. La sécurité sociale trouve son fondement dans la double notion d assurance et de solidarité; l assistance et l aide sociale se fondent sur l idée de solidarité tandis que le droit à un niveau de vie suffisant a pour base non seulement la solidarité mais surtout le droit à la dignité. 2. Les articles 22 à 27 de la Déclaration universelle des droits de l homme du 10 décembre 1948 qui détaillent les droits économiques, sociaux et culturels, «visent sans nul doute à élaborer la protection contre la pauvreté» ( 5 ). Un considérant du Préambule affirme que «l avènement d un monde où les êtres humains seront (...) libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l homme». En proclamant à l article 22 que «toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale»( 6 ) et à l article 23, alinéa 3 que «quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale», la Déclaration universelle met en avant la lutte contre la pauvreté, au nom du droit à (3) Certes, la notion de pauvreté est subjective et le seuil s en définit malaisément. (4) Pierre-Henri Imbert, «Droits des pauvres, pauvre(s) droit(s)? Réflexions sur les droits économiques, sociaux et culturels», Rev. dr. publ. et sc. pol., 1989, p (5) Voy. Jacques Fierens, Droit et pauvreté Droits de l homme, securité sociale, aide sociale, préface de François Rigaux, Bruylant, Bruxelles, (6) Les termes de «sécurité sociale» doivent être entendus dans un sens large et visent la justice sociale (J. Fierens, op. cit., p. 117, citant A. Verdoodt, Naissance et signification de la Déclaration universelle des droits de l homme, Nauwelaerts, Louvain-Paris, 1964, pp. 213 et 215).

3 Rev. trim. dr. h. (2000) 685 la dignité. Enfin, l article 25, alinéa 1 er énonce que «toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l alimentation, l habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté». Mais on sait que la Déclaration est dépourvue d effet direct en droit interne et ne constitue qu une simple recommandation aux Etats ( 7 ). Quant au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, adopté par l Assemblée générale des Nations Unies le 16 décembre 1966, il énonce à l article 11, manifestement inspiré de l article 25 de la Déclaration universelle, mais légèrement en retrait par rapport à lui ( 8 ):«Les Etats parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, ainsi qu à une amélioration constante de ses conditions d existence. Les Etats parties prendront des mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit...» (al. 1 er )et«reconnaissent le droit fondamental qu a toute personne d être à l abri de la faim...» (al. 2). Le Pacte traçait déjà de la sorte un programme d action pour les gouvernements ( 9 ). Bien que le Pacte ne contienne d autre système de contrôle des droits qu il garantit que le mécanisme de rapports présentés par les Etats contractants et, dès lors, dépourvu de réelle effectivité, cependant, la Cour d arbitrage de Belgique ( 10 ) l a pris en compte par le truchement du principe constitutionnel d égalité et de non-discrimination : c est ainsi que par son arrêt n o 51/94 du 29 juin 1994, elle a rappelé qu aux termes de l article 11, 1 o du Pacte, les Etats «reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille» et se sont engagés à prendre «des (7) Voy. René Cassin, «La Déclaration universelle et la mise en œuvre des droits de l homme», Rev. Ac. La Haye, p (8) L article 11 ne reprend pas la restriction contenue dans l article 25 de la Déclaration universelle : «... par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.» (9) Le premier paragraphe de l article 2 énonce en effet : «Chacun des Etats parties au présent Pacte s engage à agir, (...), au maximum de ses ressources disponibles, en vue d assurer progressivement le plein exercice des droits reconnus (...) par tous les moyens appropriés, y compris en particulier l adoption de mesures législatives». L adoption du mot «progressivement» est très significative. (10) Dénomination qui s explique historiquement eu égard à sa compétence initiale restreinte; la Cour est aujourd hui véritablement une Cour constitutionnelle.

4 686 Rev. trim. dr. h. (2000) mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit», même si la Cour a estimé, certes, que le droit à un niveau de vie suffisant et à une amélioration constante des conditions d existence reconnu par le Pacte «à toute personne» ne peut raisonnablement s entendre sans restriction ( 11 ). 3. La Convention européenne des droits de l homme ne contient aucune disposition spécifique concernant le droit à un niveau de vie suffisant, ce que l ancienne Commission avait relevé dans une décision vieille de près de cinquante ans : «le droit à un niveau de vie suffisant (...) ne figure pas, quant à son principe, parmi les droits et libertés pouvant faire l objet d une requête recevable ( 12 ). Cependant, rapidement, les organes de contrôle de la Convention ont étendu par voie prétorienne, au bénéfice des plus démunis, la protection par ricochet, pour reprendre l expression de la doctrine ( 13 ) de certains droits garantis par la Convention en ses protocoles additionnels. Ce faisant, la Cour européenne fait ainsi application de ses principes d interprétation évolutive de la Convention selon lesquels il lui revient de l interpréter à la lumière des conditions actuelles en vue d assurer l effectivité des droits protégés ( 14 ). Il en résulte qu «une situation d extrême pauvreté est susceptible de porter atteinte à des droits protégés par la Convention» ( 15 ). La première décision concernant le «quart monde» de l ancienne Commission européenne des droits de l homme a malheureusement été «une bavure» dans une jurisprudence dynamique, comme l a dénoncé avec vigueur Frédéric Sudre ( 16 ). S agissant d une suspen- (11) Considérant B.5.5. de l arrêt. (12) Déc. du 29 septembre 1956, X. c. la République fédérale d Allemagne, req. n o 159/56, Ann. Conv., I, p (13) Sur «la protection par ricochet», voy. Gérard Cohen-Jonathan, La Convention européenne des droits de l homme, Economica et Presses universitaires d Aix-Marseille, Paris et Aix-en-Provence, 1989, p. 84 et Frédéric Sudre, Droit international et européen des droits de l homme, P.U.F., Paris, 4 e éd., 1999, n o 179, p (14) Voy. Walter-Jean Ganshof van der Meersch, «Quelques aperçus de la méthode d interprétation de la Convention de Rome du 4 novembre 1950 par la Cour européenne des droits de l homme», in Mélanges offerts à Robert Legros, éd. Université de Bruxelles, 1985, p. 207; L interprétation de la Convention européenne des droits de l homme (dir. Frédéric Sudre), Actes du colloque des 13 et 14 mars 1998 organisé par l Institut de droit européen des droits de l homme de l Université de Montpellier I, Nemesis/Bruylant (coll. Droit et justice n o 21), Bruxelles, (15) Frédéric Sudre, «Misère et Convention européenne des droits de l homme», loc. cit., p (16) R.U.D.H., 1990, p. 349, obs. s. Comm. eur. dr. h., déc. 9 mai 1990, req. n o 14641/89, Van Volsem c. la Belgique (ibid., p. 384).

5 Rev. trim. dr. h. (2000) 687 sion ou de menaces de suspension des fournitures d électricité dans un logement social, la Commission a estimé que, en l occurrence, elles «n atteignaient pas le niveau d humiliation et d avilissement requis pour qu il y ait un traitement inhumain ou dégradant», ce qui fait dire à son commentateur qu «à bien lire la décision rendue par la Commission, la pauvreté se situe hors le droit européen des droits de l homme». Une doctrine soucieuse de progrès a cependant démontré que la Convention de sauvegarde est en mesure d offrir sa protection aux plus démunis et est applicable aux situations de grande pauvreté par le truchement de ses articles 2, 3 et 8 ainsi que de l article 1 er du Premier Protocole additionnel, la misère portant atteinte à ces différents droits garantis par la Convention et pouvant ellemême être protégée par le procédé du «ricochet». Cette doctrine conclut qu «il appartient au justiciable d inciter tant le juge national que le juge européen à faire preuve d audace et de générosité pour s engager dans cette voie» ( 17 ). Il faut inculquer l idée, écrit Louis Edmond Pettiti, que la misère «n est pas un phénomène de marginalité imputable aux individus et aux familles, mais un phénomène résultant d un dysfonctionnement de la société, et par là une violation des droits fondamentaux» ( 18 ). La Charte sociale européenne adoptée à Turin le 18 octobre 1961 et révisée le 3 mai 1996 ( 19 ) décrite parfois, à tort, comme le pendant social de la Convention européenne des droits de l homme, mais qui en est, en fait, le «parent pauvre» ( 20 ), même si elle se donne pour objectif d améliorer le niveau de vie et de promouvoir le bien-être ne devrait être citée que pour mémoire dès l instant où le respect des obligations qu elle contient ou qui ont été imposées (17) Frédéric Sudre, «Misère et Convention européenne des droits de l homme», Quart Monde, juillet 1994, p. 19 et Cahiers de l Institut de droit européen des droits de l homme de l Université de Montpellier I, n o 3, p. 113; voy. également le numéro 5 de ces mêmes Cahiers et les contributions de Michel Levinet, Alain-Didier Olinga, Samuel-Jacques Priso, Bénédicte Peyrot et Catherine Pélissier. (18) Louis Emond Pettiti, «Misère, violation des droits de l homme en Europe aujourd hui», Quart Monde, juillet 1994, pp. 12 et s. (19) Voy. Christophe Pettiti, «La Charte sociale européenne révisée», Rev. trim. dr. h., 1997, p. 3. (20) Peter Lemprecht, «Le Conseil de l Europe et l avenir des droits économiques et sociaux», in La mise en œuvre des droits économiques et sociaux Aspects nationaux, internationaux et droit comparé, N.P. Engel Verlag, Kelh am Rhein, 1991, p. 8 ; Jean-Paul Costa, «Vers une protection juridictionnelle des droits économiques et sociaux en Europe?», in Les droits de l homme au seuil du troisième millénaire. Mélanges en hommage à Pierre Lambert, Bruylant, Bruxelles, 2000, p. 141.

6 688 Rev. trim. dr. h. (2000) par son protocole additionnel adopté le 22 juin 1965 par le Comité des ministres, n est pas soumis au contrôle juridictionnel de la Cour de Strasbourg, mais donne lieu à de simples rapports biennaux à caractère essentiellement politique, transmis au Secrétaire général du Conseil de l Europe. La recommandation 893 de l Assemblée parlementaire du Conseil de l Europe a préconisé des mesures à court et à moyen terme pour remédier à l exclusion sociale de ceux «dont les conditions de vie et d habitat ne sont pas souvent conformes aux normes habituellement admises». On appréciera la litote! Quant au Conseil des ministres des Communautés européennes, ses recommandations 92/441 et 442 relatives l une et l autre à la protection sociale invitent les Etats membres à «garantir à la personne un niveau de ressources conforme à la dignité humaine»età«reconnaître le droit fondamental de la personne à des ressources et prestations suffisantes pour vivre conformément à la dignité humaine». 4. En réalité, c est dans les législations nationales que le droit subjectif à un niveau de vie suffisant se trouvera le mieux satisfait, les législateurs nationaux n ayant pas nécessairement attendu les proclamations internationales pour élaborer des instruments juridiques de lutte contre la misère. La France a adopté, le 1 er décembre 1988, la loi n o créant le revenu minimum d insertion qui a marqué l entrée dans une nouvelle conception de la politique sociale, désormais centrée sur le droit à l insertion plutôt que sur l assistance. La loi reprend dans son article 1 er le texte du Préambule de la Constitution de 1946 : «Toute personne qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation de l économie et de l emploi, se trouve dans l incapacité de travailler, a le droit d obtenir de la collectivité des moyens convenables d existence». Le législateur a simplement ajouté le terme «situation de l emploi», qui correspond à l installation d un chômage chronique. Toutefois, le droit garanti ne concerne que les personnes âgées de plus de vingt-cinq ans et les femmes ayant des enfants à charge, les jeunes de 18 à 25 ans bénéficiant de dispositions spécifiques ( 21 ). Dans le sillage de ces dispositions, la loi du 29 juillet 1998, dite «d orientation relative à la lutte contre les exclusions», malgré ses faiblesses et ses limites, constitue un grand pas en avant dans la (21) Arlette Heymann-Doat, Libertés publiques et droits de l homme, L.G.D.J. (coll. Droit public), Paris, 5 e éd., 1998, p. 165.

7 Rev. trim. dr. h. (2000) 689 bonne direction ( 22 ). Son article 1 er, en forme d exposé des motifs, comme l écrit Olivier Pujolar ( 23 ), affirme «un impératif national ( 24 ) fondé sur le respect de l égale dignité de tous les êtres humains et une priorité de l ensemble des politiques publiques de la nation»( 25 ) et précise : «La présente loi tend à garantir sur l ensemble du territoire l accès effectif de tous aux droits fondamentaux dans les domaines de l emploi, du logement, de la protection de la santé, de la justice, de l éducation et de la formation et de la culture, de la protection de la famille et de l enfance» (al. 2). Il y est indiqué, en outre, que les pouvoirs publics, au sens large, «participent à la mise en œuvre de ces principes, poursuivent une politique destinée à connaître, à prévenir et à supprimer toutes les situations pouvant engendrer des exclusions» (et) «prennent les dispositions nécessaires pour informer chacun de la nature et de l étendue de ses droits et pour l aider, éventuellement par un accompagnement personnalisé, à accomplir les démarches administratives ou sociales nécessaires à leur mise en œuvre dans les délais les plus rapides» (art. 1 er, al. 3, 4 et 5). Quant aux organismes privés, il est dit qu ils «concourent à la réalisation de ces objectifs» (art. 1 er, al. 6). La loi comporte plusieurs volets : l accès à l emploi, l accès au logement, l accès aux soins, des mesures prises pour faire face au surendettement et des mesures de réquisitions de logements vacants, des régimes d attribution de logements locatifs sociaux, l assurance d un minimum de moyens d existence et l égalité des chances en matière d éducation et de culture. Déférée au Conseil constitutionnel, certaines de ces dispositions ont été invalidées, essentiellement celles relatives au «droit au logement». En Belgique, la réforme constitutionnelle du 31 janvier 1994 qui a introduit dans un article 23 nouveau de la Constitution le droit de chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine et, à cette (22) En juillet 1998, Geneviève de Gaulle-Anthonioz déclarait au journal La Croix : «Il y aura un avant et un après la loi. Elle marque le début d une route, même si elle a ses insuffisances et ses limites. Désormais, on ne pourra plus parler de pauvreté sans parler de droits de l homme.» (23) Olivier Pujolar, «Présentation générale de la loi», Dr. san. et soc., n o spécial, La lutte contre les exclusions, dir. Françoise Monéger, préface de Jean-Michel Belorgey, , p (24) Une affirmation similaire était déjà contenue dans la loi du 1 er décembre 1988 créant le revenu minimum d insertion. (25) Voy. le texte de la loi, Gaz. Pal., août 1998, rubrique «Législation», p. 543; la décision du Conseil constitutionnel du 29 juillet 1998 et la note de Wagdi Sabete, Rec. Dall., 13 mai 1999, J., p. 269.

8 690 Rev. trim. dr. h. (2000) fin, a prévu un certain nombre de droits économiques, sociaux et culturels, n a pas visé expressément le droit à un niveau de vie suffisant. Le Constituant a sans doute pensé que les différents droits énumérés dans le texte (travail, santé, logement, environnement sain et épanouissement) devaient y contribuer. En effet, lit-on dans l exposé des motifs de la proposition de réforme constitutionnelle, le droit à une existence digne «est formulé d une manière très générale : il est à la base des autres droits qui peuvent en être déduits» ( 26 ). Selon les travaux préparatoires du texte constitutionnel du 31 janvier 1994 ( 27 ), la signification des termes «dignité humaine» est la même que celle qui est donnée à l article 1 er de la loi du 8 juillet 1976 organique des Centres publics d aide sociale, qui énonce : «Toute personne a droit à l aide sociale. Celle-ci a pour but de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité». Cette loi s est substituée à une loi ancienne du 10 mars 1925 organique de l assistance publique qui avait, elle-même, remplacé un régime suranné en matière de bienfaisance auquel le reproche était adressé d entretenir et de perpétuer le paupérisme plutôt que de l extirper. A partir de 1976, le concept traditionnel d assistance en cas d indigence au sens de détresse matérielle est dépassé. Dorénavant, le but de l aide sociale doit être de permettre à toute personne diminuée par la maladie ou la détresse morale ou matérielle, compte tenu des conditions dans lesquelles elle se trouve, un niveau de vie qui respecte la dignité humaine ( 28 ). Selon l exposé des motifs du projet de loi qui allait être adopté et devenir la loi du 8 juillet 1976 organique des Centres publics d aide sociale, le terme «assistance», ressenti comme humiliant par bon nombre de personnes, est supprimé ( 29 ). «La loi nouvelle, a écrit Jacques Fierens, n est pas seulement le fruit d une évolution parallèle du système de sécurité sociale et du système d assistance publique, elle a marqué un tournant décisif quant à la nature des conditions relatives à l octroi de l aide due par la communauté; cette aide ne dépend plus de la qualité du travail- (26) Pasin., 1984, p. 84; voy. également Jacques Fierens, «L article 23 de la Constitution, une arme contre la misère?», Droit en quart monde, n o 3, juin 1994, p. 3. (27) Doc. parl., Sénat, sess. o , n o 100-2/2 o. (28) Voy. le commentaire, in Le manuel de droit communal (dir. Pierre Lambert), t. 2, La loi organique des centres publics d aide sociale, Nemesis/Bruylant, Bruxelles, 1996, pp. 9 et s. (29) Doc parl., Sénat, sess. o , n o du 8 avril 1975 et Pasin., 1976, p

9 Rev. trim. dr. h. (2000) 691 leur, comme c est le cas pour les principales prestations de sécurité sociale, ni de la détermination d un handicap, ni de cotisations volontaires; l aide sociale ne dépend même plus, en principe, d une demande d aide : elle est rattachée à la seule qualité de personne, c est-à-dire de sujet de droit ou d être humain» ( 30 ). La section de législation du Conseil d Etat avait critiqué cette innovation et suggéré de renoncer au terme «droit», les dispositions du projet de loi qui lui étaient soumises lui paraissant rédigées en termes à ce point imprécis qu il pouvait, selon le Conseil d Etat, être considéré que l on ne se trouvait pas en présence de «l octroi d un droit subjectif au sens usuel du mot» ( 31 ). Le législateur n a pas retenu cette objection et a maintenu sa conception ( 32 ). La loi donne pour mission aux centres publics d aide sociale d assurer l aide de la collectivité aux personnes et à leur famille lorsqu elles ne disposent pas des ressources nécessaires pour mener une vie conforme à la dignité humaine. Aux termes de l article 57 de la loi, cette aide peut être matérielle, sociale, médicale, médico-sociale ou psychologique. A ce titre, les Centres publics d aide sociale effectuent quotidiennement le paiement de loyers. S il est vrai que le Constituant de 1994 n a pas voulu conférer de droits subjectifs, «une exception doit être faite pour le droit à l aide sociale : il avait déjà cette portée dans la loi du 10 juillet 1976» et «son entrée dans la Constitution n a pas pu la lui faire perdre», en sorte que selon Paul Martens, «il devient un droit subjectif de valeur constitutionnelle» ( 33 ). Cette opinion, contraire à celle de la section de législation du Conseil d Etat, a été celle de la section d administration : par un arrêt n o en cause Haagdorens c. le Centre public d aide sociale de Zondhoven rendu le 21 mai 1981, elle a jugé que «le but des centres publics d aide sociale tel que le définit l article 1 er de la loi du 8 juillet 1976, apporte par essence une restriction à l aide sociale, en ce que cette aide n est accordée que dans (30) Jacques Fierens, «Droit à l aide sociale et droits de l homme», Journ. trib., 1984, p (31) Doc. parl., Sénat, sess. o , n o 581-1, p. 84. (32) Rapport fait au nom de la commission de la Santé publique et de la famille du Sénat par M. Verbist, Doc. parl., Sénat, sess. o , n o 581/2 du 3 juin 1976 et rapport fait au nom de la commission analogue de la Chambre des représentants par MM. Coens et Daems, Doc. parl., Chambre, sess. o , n o 923/5. (33) Paul Martens, Conclusions générales du colloque sur «Les droits économiques, sociaux et culturels dans la Constitution» tenu à l Université libre de Bruxelles, les 21 et 22 décembre 1994 (dir. Rusen Ergec), Bruylant, Bruxelles, 1995, p. 315.

10 692 Rev. trim. dr. h. (2000) la mesure où elle s impose pour permettre à une personne de mener une vie conforme à la dignité humaine» ( 34 ). Quelle que soit l interprétation généreuse ou restrictive de la disposition législative, malheureusement, il faut bien reconnaître que confrontée aux dures réalités budgétaires, l ambition de la loi de 1976 présentée avec raison comme le point de départ d un nouveau progrès social, dans l euphorie de l époque, n a pas pleinement atteint tous ses objectifs ( 35 ). Antérieurement, la loi du 7 août 1974 avait déjà institué le droit à un minimum de moyens d existence, communément appelé en Belgique «minimex», même si celui-ci est notoirement insuffisant pour permettre à son bénéficiaire d avoir un niveau de vie «satisfaisant». En outre, l article 1 er de la loi qui définit les bénéficiaires du droit à un minimum d existence ne vise que ceux qui ne sont pas en mesure de se procurer des ressources par leurs «efforts personnels» et l article 6 énonce : «Pour l octroi et le maintien du minimum de moyens d existence, l intéressé doit faire la preuve qu il est disposé à être mis au travail, à moins que cela s avère impossible pour des raisons de santé ou pour des raisons sociales impératives»( 36 ). Quoi qu il en soit, la loi ouvre en tous cas un droit subjectif à charge des autorités publiques, en l occurrence les Centres publics d aide sociale, même s il s agit d un système que l on peut qualifier de «résiduaire» ( 37 ). (34) En l espèce, le Conseil d Etat a considéré que la chambre de recours a pu raisonnablement estimer que le demandeur d aide sociale pouvait, grâce à ses capacités et aux moyens financiers dont il disposait, mener une vie conforme à la dignité humaine sans faire appel au Centre public d aide sociale. (35) Voy. Jean-Marie Berger, Le droit à l aide sociale. Mythes et réalités à la lumière de la jurisprudence des chambres de recours et du Conseil d Etat, éd. Union des villes et communes belges, Bruxelles, 1983; Martine van Ruymbeke et Jean-Marie Berger, Le prix de la dignité humaine Le droit à l aide sociale dû par les Centres publics d aide sociale, éd. Union des villes et communes belges, Bruxelles, (36) C est sur cette condition que portent essentiellement les débats judiciaires en cas de refus d octroi du «minimex»; voy. Henri Funck, «La disposition au travail au sens de la législation sur le minimum de moyens d existence», Chron. dr. soc., 1982, p (37) Voy. André Nayer, «La loi du 7 août 1974 instituant le droit à un minimum de moyens d existence Quelques réflexions critiques Son incidence sur une conception générale de la sécurité sociale», Journ. trib. trav., 1975, p. 235 et J. Hubin, «Réflexions critiques relatives à la loi du 7 août 1974 instituant un droit à un minimum de moyens d existence», Chron. dr. soc., 1983, p. 216; voy. sur le maintien de la distinction entre le fait des moyens de subsistance, nécessaires pour échapper à la prévention de vagabondage, et le droit à obtenir lesdits moyens : Xavier Dijon, «De l autonomie entre la répression du vagabondage et l aide de la collectivité», note s/ Cass., 12 mars 1986, p. 651.

11 Rev. trim. dr. h. (2000) 693 La loi du 12 janvier 1993 contenant, selon son intitulé, «un programme d urgence pour une société plus solidaire» prévoit, en son article 28, 1 er : «Lorsqu une personne sans abri sollicite l aide sociale du centre public d aide sociale de la commune où elle se trouve, le président doit lui accorder l aide urgente, dans les limites fixées par le règlement d ordre intérieur du conseil de l aide sociale, à charge pour lui de soumettre sa décision au conseil, à la plus prochaine réunion, en vue de la ratification.» Outre le fait que la loi ne définit pas la notion de «personne sans abri» ( 38 ), il est regrettable de constater qu elle ne vise que ces seuls bénéficiaires. Le Conseil d Etat, par un arrêt rendu le 14 juillet 1993 ( 39 ) a particulièrement mis en évidence la dignité humaine comme fondement du droit à l aide sociale, en jugeant intolérables «des lettres (qui) tendent à faire des demandeurs d aide les obligés des hommes politiques et à accréditer l opinion que l aide sociale s obtient grâce à leur appui, alors qu en vertu de l article 1 er de la loi du 8 juillet 1976, elle est un droit qui a pour but de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine : présenter l aide sociale comme une simple faveur laissée à la discrétion d un homme politique ou d un de ses amis, blesse la dignité humaine que la loi se donne pour but primordial de sauvegarder». 6. En conclusion Le droit à un niveau de vie suffisant implique que l on passe, dans le chef des pouvoirs publics, de la charité à une véritable organisation positive. Le recul de la pauvreté que tout le monde paraît appeler de ses vœux, est fonction de la reconnaissance effective d un droit fondamental à un niveau de vie suffisant. Force est de constater, malheureusement, que les initiatives de l Organisation des Nations Unies demeurent lettre morte. Les engagements pris lors du sommet social de Copenhague en 1995 n ont donné lieu à aucune (38) Lors des travaux préparatoires de la loi, il a été indiqué qu une «personne sans abri» est «la personne qui n a pas de résidence habitable, qui ne peut, par ses propres moyens, disposer d une telle résidence et qui se trouve dès lors sans résidence ou dans une résidence collective où elle séjourne de manière transitoire, passagère, en attendant de pouvoir disposer d une résidence personnelle» (Doc. parl., Chambre des représentants, sess. o , n o 630/5, p. 34). (39) C.E., Jaumotte c. le Centre public d aide sociale de Court-Saint-Etienne, n o , Jur. Lège, Mons et Bruxelles, 1993, p et Journ. trib., 1993, p. 780.

12 694 Rev. trim. dr. h. (2000) mesure concrète et l Assemblée générale extraordinaire qui s est tenue à Genève en juillet 2000 n a pu qu en faire le constat amer, les textes adoptés en conclusion de la réunion se bornant à une série de recommandations générales ( 40 ). Si le respect de la dignité humaine a inspiré un «principe programmatique» dans divers instruments juridiques internationaux, en revanche, des législations nationales l ont traduit en droits subjectifs, selon des modalités diversifiées. Il peut dépendre en dernière analyse des cours et tribunaux, que ce soit au niveau international ou national, de contribuer au moins à réduire, sinon éradiquer, le dénuement des plus démunis et à ne pas réserver la garantie des droits de l homme aux seuls détenteurs de la richesse et de l aisance matérielles. Pierre LAMBERT (40) Voy. Jean-Claude Buhren, «L O.N.U. disserte sur la pauvreté», Le Monde, 13 juillet 2000.

LE DROIT DE L HOMME À UN LOGEMENT DÉCENT

LE DROIT DE L HOMME À UN LOGEMENT DÉCENT LE DROIT DE L HOMME À UN LOGEMENT DÉCENT 1. Le droit à un logement décent est, sans conteste, un des éléments importants d un niveau de vie suffisant ( 1 ). S agissant d un droit fondamental conforme au

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4991 Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 41 de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre, posée par le

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME. Principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l homme

HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME. Principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l homme HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME Principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l homme HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME Principaux instruments

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

Numéro du rôle : 4952. Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4952. Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4952 Arrêt n 77/2011 du 18 mai 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 80, alinéa 6, de la loi du 8 août 1997 sur les faillites, posée par la Cour d appel

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS.

PENSION APRÈS DIVORCE ET DROIT TRANSITOIRE, JURISPRUDENCE RÉCENTE DE LA COUR D APPEL DE MONS. Dans un arrêt du 26.03.2008 (R.G. 2007/719, inédit, déposé à la bibliothèque), la 17 ème chambre de la Cour d Appel de Mons s est prononcée sur une question délicate d application des dispositions législatives

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5169 Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant les articles 23 et 25 du décret de la Communauté flamande du 30 avril 2004 relatif à l

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE ZICCARDI c. ITALIE. (Requête n o 27394/02)

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE ZICCARDI c. ITALIE. (Requête n o 27394/02) TESTO INTEGRALE TROISIÈME SECTION AFFAIRE ZICCARDI c. ITALIE (Requête n o 27394/02) ARRÊT STRASBOURG 8 juin 2006 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

PROPOSITION DE BASE POUR LE NOUVEL ACTE DE L ARRANGEMENT DE LISBONNE SUR LES APPELLATIONS D ORIGINE ET LES INDICATIONS GEOGRAPHIQUES

PROPOSITION DE BASE POUR LE NOUVEL ACTE DE L ARRANGEMENT DE LISBONNE SUR LES APPELLATIONS D ORIGINE ET LES INDICATIONS GEOGRAPHIQUES F LI/DC/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 14 NOVEMBRE 2014 Conférence diplomatique pour l adoption d un nouvel Acte de l Arrangement de Lisbonne concernant la protection des appellations d origine et leur enregistrement

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE LIEGE Section de Liège. ARRÊT Audience publique du 17 décembre 2008 AH/SC

COUR DU TRAVAIL DE LIEGE Section de Liège. ARRÊT Audience publique du 17 décembre 2008 AH/SC N D'ORDRE Rép. :2063 * AIDE SOCIALE AIDE FINANCIÈRE DEMANDEE POUR ACQUERIR UN MATÉRIEL INFORMATIQUE ET UNE LIAISON INTERNET NOTION DE DIGNITE HUMAINE NOTION D ETAT DE BESOIN - AH/SC COUR DU TRAVAIL DE

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4315. Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4315 Arrêt n 136/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 118, alinéa 2, de la loi relative à l assurance obligatoire soins de santé

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale

Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale Union des Villes et Communes de Wallonie asbl Commentaire des articles du modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl communale Le modèle de contrat de gestion entre une commune et son asbl

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Numéro du rôle : 5755. Arrêt n 167/2014 du 13 novembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5755. Arrêt n 167/2014 du 13 novembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5755 Arrêt n 167/2014 du 13 novembre 2014 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 31 des lois sur le Conseil d Etat, coordonnées le 12 janvier 1973, posées

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne «Programme commun pour l intégration : Cadre relatif à l intégration des ressortissants de pays tiers dans l Union européenne» (COM

Plus en détail

La compétence du juge administratif

La compétence du juge administratif La violation des règles de l intérim a pour conséquence la substitution de l utilisateur, en sa qualité d employeur, à l entreprise de travail temporaire. Dans cette logique, le Tribunal des conflits vient

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454 Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1258 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l

Plus en détail

Numéro du rôle : 4326. Arrêt n 130/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4326. Arrêt n 130/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4326 Arrêt n 130/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 10, 1er, alinéa 4, du livre III, titre VIII, chapitre II, section 2, du Code civil,

Plus en détail

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION

CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE JURISPRUDENCE CONTRAT OBSEQUES ET TUTELLE : UN ARRET* PRECISE LES MODALITES D APPLICATION La Cour d appel de Douai a rendu le 16 Juin

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Numéro du rôle : 2065. Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2065. Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2065 Arrêt n 11/2002 du 16 janvier 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 444 du Code de commerce (loi du 18 avril 1851 sur les faillites, banqueroutes

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 133 5 L acompte sur dividende face au dividende intercalaire. Avis du 14 janvier 2009 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES L acompte sur dividende face au dividende intercalaire Avis du 14 janvier 2009 La Commission a été interrogée sur le mode de calcul, la périodicité et la comptabilisation

Plus en détail

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels :

Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : Conclusions de M. l'avocat général Jean Spreutels : 1. L'article 29, 3, alinéa 4, de la loi du 5 août 2003 relative aux violations graves du droit international humanitaire rend votre Cour compétente pour

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève

Statuts. de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Statuts de la Chambre de commerce, d industrie et des services de Genève Avril 2010 1 I. DÉNOMINATION, SIÈGE, BUT Article 1 er : Dénomination Il est constitué, sous la dénomination «Chambre de commerce,

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle (https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/feuille-federale.html) fait foi. Texte original Convention

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25)

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) Loi concernant les unités de négociation dans le secteur des affaires sociales et modifiant la Loi sur le régime de

Plus en détail

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P.

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P. Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010 M. Mathieu P. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée à l occasion

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2697 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 129 110 22 22 juillet mai 2009 2013 S o m m a i r e PROFESSIONELS

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail