IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire"

Transcription

1 IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l accès aux pièces de culture cellulaire :... 2 III -Conduite à tenir en cas d incident matériel ou d accident corporel... 2 IV -Recommandations d utilisation de la pièce culture :... 3 V -Entretien des locaux et équipements :... 4 VI -Tri des déchets :... 4 VII -Conduite à tenir en cas de contamination des cultures :... 4 VIII -Règlementation / niveaux de confinement... 5 IX -Annexes :... 6 Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 1

2 I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP : Numéro de la pièce Nom du Téléphone Adresse mail responsable Pièce S04, Sous sol P2+ Bernard Verrier Pièce S 30 sous sol P3 Bertrand Duclos bactériologie Pièce R45, Rez de Chaussée Géraldine Aimond et Sandrine Magnard Pièce , 1 er étage Isabelle Grosjean Pièce 115, 1 er étage Suzana Salcedo Pièce B, 1 er étage Emeline Groult Pièce 161 bis, 1 er étage Christophe bactériologie Grangeasse Pièce 377, 3 ème étage Patricia Rousselle II -Conditions requises pour l accès aux pièces de culture cellulaire : - Avoir l autorisation de la médecine du travail qui vérifie que la personne ne présente pas de contre-indication médicale. - Se présenter aux responsables des pièces de culture pour obtenir une habilitation. - Suivre le séminaire technique sur la pratique de la culture cellulaire programmé au moment de la journée des nouveaux entrants. - Lire, comprendre et signer le règlement intérieur de la pièce culture (N ) définissant l organisation de travail (gestion des stocks de consommable /entretien et ménage de la pièce / utilisation des Poste de Sécurité Microbiologique (PSM) et autres équipements / Gestion des déchets). Le règlement intérieur engage le manipulateur à respecter les règles d utilisation des pièces de culture en vigueur à l IBCP, le document signé est conservé par le responsable de la pièce. - L habilitation est matérialisée par un badge d accès qui est personnel. - Seules les personnes habilitées peuvent manipuler dans une pièce de culture cellulaire. - Les personnels permanents et non permanents sont sous la responsabilité du chef de leur équipe. - Les stagiaires n ayant pas de badge d accès ne sont pas autorisés à rester seuls en pièce de culture, ils seront donc accompagnés. - Cas particulier des utilisateurs occasionnels : ils seront sous la responsabilité du responsable de la pièce de culture. Ils doivent avoir une habilitation pour leur propre laboratoire de culture cellulaire, et devront signer le règlement intérieur de la pièce culture qu ils souhaitent utiliser de manière occasionnelle. - Jours et Horaires de travail : Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 8h00 à 19h00, l accès est autorisé exceptionnellement les week end avec accord préalable du responsable de la pièce culture. III -Conduite à tenir en cas d incident matériel ou d accident corporel La procédure en cas d accident corporel est affichée dans la pièce culture. - En cas de coupure ou piqûre : laver aussitôt au savon liquide pendant 3 minutes au moins, rincer soigneusement, désinfecter pendant 15 minutes avec de l alcool 70 C, de la javel diluée au tiers ou du dakin. Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 2

3 - En cas de projection dans l œil : laver aussitôt à l eau courante pendant 15 minutes, ne pas enlever les lentilles cornéennes, ne pas utiliser de collyres, consulter un ophtalmologiste en urgence. - En cas de projection sur la peau : laver aussitôt à l eau courante. - Dans tous les cas : consulter le médecin référent dans les 2h qui suivent l accident, faire une déclaration d accident de travail, avertir le responsable des risques biologiques : Géraldine Aimond poste 26-92, ainsi que l ACMO de l IBCP : Perrine Mercier poste et la direction de l IBCP. - Pour un incident de type renversement d un liquide potentiellement dangereux sur le plan de travail du PSM : Couvrir le liquide d un papier absorbant. Déterminer les priorités. Refermer les tubes et flacons. Essuyer en entourant la zone d épandage de l extérieur vers l intérieur. Décontaminer en fonction du danger. Par exemple : Nettoyer d abord avec un agent mouillant ou détergent puis ensuite avec un désinfectant (de l alcool 70 C, 15min ou de la javel 2 de Chlore, 15 min ou Ecodiol). Tous les déchets de nettoyage partent ensuite dans les poubelles jaunes. IV -Recommandations d utilisation de la pièce culture : - Entrée dans la pièce Respecter le planning des réservations Se laver les mains (voir annexe n 2) Mettre une blouse pour culture cellulaire et des gants - Microscope Le premier utilisateur allume le microscope le matin et le dernier utilisateur l éteint le soir. - PSM Se laver les mains avant et après le travail Mise en marche du PSM 5min avant de travailler Prévoir un protocole d évacuation des déchets avant de commencer à travailler. Organiser son plan de travail, minimiser la production d aérosols. Ne pas obturer les grilles de reprise d air. Ne pas encombrer plus de 40% de la zone de travail. Vider et nettoyer le plan de travail après utilisation. - Centrifugeuse : Equilibrer correctement les tubes 2 à 2 et utiliser des tubes bien fermés afin de limiter la production d aérosol. - Incubateurs Respecter la propreté de l incubateur Annoter vos flacons de culture en identifiant la culture, le pseudo du manipulateur et une date. - Bain marie Surveiller la propreté de l eau. - Réfrigérateur-congélateur Annoter vos flacons de culture en indiquant les suppléments, la date d ouverture et votre pseudo. Il est conseillé de travailler avec sa bouteille de milieu personnelle. - Poubelles Lorsqu elles sont pleines, fermer les poubelles jaunes hermétiquement, annoter avec «le numéro de la pièce + IBCP» et les descendre dans le local déchets bio au sous sol. Lorsqu il est plein, fermer le sac plastique noir contenant les déchets banals (emballage, papier essuie tout...) et le poser dans le couloir. - Les stocks de consommables Maintenir les stocks de consommables communs à la pièce et prévenir le responsable si un matériel commun doit être commandé. - Les ressources biologiques manipulées Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 3

4 Les cultures cellulaires seront manipulées en fonction de leur niveau de danger et du niveau de danger des expériences réalisées. Les manipulations de culture cellulaire doivent respecter la règlementation du domaine. La traçabilité des ressources biologiques doit être documentée et accessible aux manipulateurs. Les manipulations doivent faire l objet d un compte rendu dans le cahier de laboratoire ou autre support. - Respecter le mode de fonctionnement de la pièce culture Se rappeler que «la communication et la courtoisie sont les piliers du bon fonctionnement d un laboratoire de culture cellulaire multi-utilisateurs». Tout manquement aux respects des règles établies entrainera l exclusion et le retrait de l accès à la pièce de culture (la décision est prise en concertation par le responsable de la pièce culture et le responsable d équipe après en avoir informé la direction de l IBCP). Inscrivez dans le cahier de suivi de la pièce les évènements comme : les séances ménage, les épisodes de contamination, la date et résultat du contrôle annuel des PSM, la révision des pipetmans. V -Entretien des locaux et équipements : La société «ONET» lave le sol des pièces culture (à l exception de la salle de culture du sous sol) tous les 1 ers vendredi de chaque mois. Chaque responsable de pièce culture définit et rédige les instructions concernant l entretien de la pièce et gère le planning des séances ménage assurées à tour de rôle par les utilisateurs. En ce qui concerne les pièces : Les équipements de la pièce sont entretenus selon la procédure P_GEI_laboratoire de culture cellulaire. Cette procédure est disponible dans la pièce de culture et dans la base de données Labcollector VI -Tri des déchets : Le tri des déchets dépendant de la nature et de la quantité de déchets générés par le manipulateur : solide ou liquide, dangereux, Organisme Génétiquement Modifié (OGM), toxiques, chimiques Le manipulateur doit connaitre la nature des déchets et la manière de les gérer avant de commencer à les produire; Et contacter son responsable d équipe ou le responsable de la pièce culture ou l ACMO en cas de doute. - Les poubelles «blanches» équipées d un sac plastique noir sont prévues pour accueillir les déchets non souillés par les expériences ou déchets banals : emballages plastiques, papier - Les poubelles «jaunes» en plastique sont destinées à éliminer les Déchets d Activités de Soin à Risque Infectieux (DASRI) solides tel que pipettes, flacons, tubes, tip, gants,... - Les liquides utilisés pour la culture sont inactivés par un traitement javel 2 de Chlore pendant 12 heures (eau de javel est entre 9 et 10 de Chlore donc la diluer au 1/5 ème ), puis jetés à l évier (Enr_utilisation javel_2012) ou bien traités par la chaleur de l autoclave puis jetés à l évier. VII -Conduite à tenir en cas de contamination des cultures : En cas de contamination isolée par des moisissures, des levures, des bactéries ou des mycoplasmes: traiter, inactiver puis jeter vos cultures sans ouvrir les boites dans la pièce de culture et signaler le problème dans le cahier de la pièce culture en précisant : date, nom de la culture, nom de l opérateur et mesures prises. Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 4

5 Dans le cas d une contamination sur une culture très précieuse il est éventuellement possible de traiter la culture à condition de pouvoir réaliser le traitement dans un espace de quarantaine. En cas de contamination récurrente le responsable de la pièce prendra des mesures collectives par exemple : nettoyage exceptionnel + revoir les méthodes de travail. VIII -Règlementation / niveaux de confinement Les manipulations en culture cellulaire sont encadrées par des règlementations, vous pouvez consulter sur internet les documents suivants : - Document BPL en culture cellulaire du CNRS ou de l université. - Code de la santé publique, Article L1245-2, modifié par la Loi N du 6 aout 2004 art. 12 JORF 7 aout Pour l obtention des consentements de patients. - Autorisation de conservation et préparation d éléments du corps humain : COnservation D Eléments du Corps Humain. (CODECOH) - Agrément OGM - Règlementation Micro-Organismes et Toxine (MOT) - Transport des cellules - Règlementation sur l utilisation de l azote liquide - Cahier de prévention sur les risques biologiques du CNRS : Nom et Prénom du manipulateur : Fonction : Date et Signature : Nom et Prénom du responsable d équipe : Date et Signature : Nom et Prénom du responsable de la pièce culture qui habilite le manipulateur : Date et Signature : Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 5

6 IX -Annexes : - 1-Qui fait quoi en culture cellulaire à l IBCP? Numéro de la pièce Pièce S04, Sous sol P2+ Pièce S30, sous sol P3 Pièce R45, Rez de Chaussée Pièce , 1 er étage Pièce B, 1 er étage Pièce 115, 1 er étage Pièce 377, 3 ème étage Activités/ Techniques maitrisées Sang humain, Nanoparticules, culture de Leishmania, production de virus MVA, culture primaire de kératinocytes, culture de lignées cellulaires Brucella (MOT) Fibroblastes humains, hypoxie, culture cellules d insectes/baculovirus, culture de lignées cellulaires Lignées cellulaires, contrôle qualité, décontamination, mise au point de protocole. Culture primaire chondrocytes, transfection, hypoxie, production de protéines jusqu à 1L de culture, fibroblastes, lignées cellulaires Culture de cellules eucaryotes et de bactéries Culture en l absence d antibiotique, Culture primaire fibroblastes et kératinocytes, lignées cellulaires, marquage métabolique (radioactivité) - 2-Lavage hygiénique des mains Quand? Avant de commencer à travailler en pièce culture et avant de sortir du laboratoire de culture cellulaire. Savon? Une partie de la molécule de savon est lipophile = elle s accroche au sébum. L autre partie est hydrophile = avec un bon rinçage, l eau entraine le savon accroché au sébum porteur de micro-organismes. Comment? Bien mouiller les mains et les poignets, prendre une dose de savon, frotter les mains et les poignets au moins 30 secondes, rincer abondamment pour éliminer le savon, sécher soigneusement mains et poignets avec un essuie-mains à usage unique, fermer le robinet avec l'essuie-mains, jeter ensuite ce dernier dans la poubelle. - 3-Situation de la pièce et plan de son aménagement Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 6

7 Situation du laboratoire de culture cellulaire au 1 er étage, pièce 117 et sas + 1 placard Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 7

8 Ne pas oublier qu une cellule en culture : «Se nourrit» donc elle consomme les constituants nutritifs du milieu et l'épuise. «Digère» donc elle rejette des déchets toxiques qui s'accumulent dans le milieu. «Respire» et donc effectue des échanges gazeux O2-CO2 «Si adhère au support» peut arrêter de se multiplier à confluence. «Se multiplie exponentiellement» = consomme exponentiellement. «Est sensible au ph» sans être capable d'assurer l'équilibre du ph du milieu. «Est fragile» donc à manipuler avec précaution. «Est une particule» donc sédimente spontanément. «Préfère en générale la multitude à la solitude» mais peut être clonée «Se déplace» même si elle adhère. (Denis Gerlier, version initiale ~1988, révisée 03/2010) Document créé par Date Validé par Isabelle Grosjean et Marielle Pasdeloup Christophe Geourjon Document modifié par Date Validé par Changements Géraldine Aimond Enumération des pièces cultures selon le nouvel agencement. Marielle Pasdeloup Précisions traitement des déchets liquides et contaminations. Ce document sera éliminé lorsque la version suivante sera disponible 8

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Procédure de tri et traitement des déchets Pro 032

Procédure de tri et traitement des déchets Pro 032 Service de Sécurité Ferme de la Mouline Tél. 021 692 2570 / Fax 021 692 2575 Procédure Procédure de tri et traitement des déchets Pro 032 Contenu 1. Objet... 1 2. Domaine d application... 1 3. Abréviations...

Plus en détail

Life Sciences. Les bonnes pratiques de culture cellulaire

Life Sciences. Les bonnes pratiques de culture cellulaire Life Sciences Les bonnes pratiques de culture cellulaire Les bonnes pratiques en culture cellulaire EPI (Equipement de protection individuel) Porter des gants pour manipuler des cellules Changer les gants

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des risques professionnels Inventaire des risques Etablissement : Faculté de médecine Unité de travail : UMR 1092 INSERM laboratoire de microbiologie Année : 2013 Locaux Dangers ou facteurs

Plus en détail

s 1Equipements de otection individuelle : urquoi?

s 1Equipements de otection individuelle : urquoi? s 1Equipements de otection individuelle : urquoi? Connaître un PSM 2 Object tifs Connaître la façon de travailler sous un PSM 2 Connaître les bonnes pratiques de laboratoires Connaître le nettoyage e,

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Nocif Comburant Corrosif Toxique Inflammable CMI - 2008 Introduction Des produits chimiques de différents degrés de danger sont utilisés

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

Procédures Utilisation des laboratoires L2

Procédures Utilisation des laboratoires L2 N PROCEDURES Personnes page concernées I PROCEDURES D UTILISATION I-1 Entrée/sortie du personnel Utilisateurs 2 I-2 Utilisation d un PSM de type II Utilisateurs 3 I-3 Elimination des déchets solides Biologiques

Plus en détail

Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie. D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV

Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie. D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV Sécurité biologique dans les laboratoires de microbiologie D.S. Blanc Médecine Préventive Hospitalière CHUV Buts protection du personnel protection des personnes en dehors du laboratoire protection de

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Plan INTRODUCTION BIBERONNERIE organisation architecturale Entretien

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Désignation commerciale : KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Date de création : 29/02/2000 Date de révision : 01/04/2005 FICHE DE DONNEES DE SECURITE

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 6 : Les compétences sociales et civiques. Contribution attendue : Utiliser un produit chimique

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Manuel d utilisation. Laboratoire de chimie

Manuel d utilisation. Laboratoire de chimie Version n 4 Mise à jour le 09 octobre 2008 Manuel d utilisation du Laboratoire de chimie Laboratoire Utilisateurs Manuel Utilisateurs pour le Laboratoire de Chimie n 1 1 1 Sommaire 1 Sommaire... 2 2 Avant

Plus en détail

entilles e contact Entretien des Lentilles de contact

entilles e contact Entretien des Lentilles de contact entilles e contact Entretien des Lentilles de contact Les lentilles de contact respectent vos yeux. Les lentilles de contact sont de petites coques en matière synthétique flottant sur le film lacrymal

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA PREPARATION ET DE L ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA PREPARATION ET DE L ENTREPRISE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DE LA PREPARATION ET DE L ENTREPRISE Nom du produit KOD COULEURS SEJOURS ET CHAMBRES SATIN Usage prévu Revêtements en phase aqueuse pour intérieurs Fournisseur INDUSTRIAS QUÍMICAS

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

TITRE : Utilisation des différents appareils

TITRE : Utilisation des différents appareils TITRE : Utilisation des différents appareils POS 05-2010 AUTEUR(ES) : Marie-Ève Ouellette, biotechnologue. OBJECTIF : Ce POS a pour objectif de vous guider dans l utilisation des différents appareils présents

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux (181) La gestion des déchets de soins médicaux dans les laboratoires médicaux reste une question sensible

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES Un guide à l intention des usagers et leurs proches Pour vous, pour la vie Ce document a comme objectif de vous donner des informations concernant

Plus en détail

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA Les Modalités et les Conditions de Gestion des DAS Projet de démonstration et de promotion des bonnes techniques et pratiques pour gérer les DAS et les PCB en Tunisie FEM (Don n : TF 11541) 2 ème atelier

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle Fiche technique relative à l entretien manuel de la OBJECTIF : Mettre en œuvre une technique de lavage de la en respectant le mode opératoire. N OPERATIONS MATERIELS ET PRODUITS 1 ORGANISATION lavette

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Note. Charte Hygiène et Sécurité

Note. Charte Hygiène et Sécurité 1/5 Préambule L ENSCMu est un ERP (Etablissement Recevant du Public) de 3 ème catégorie, de type R (enseignement et recherche). Dans ce cadre, l école est soumise au respect de différentes réglementations

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION La méthode HACCP olet 3 : Ressource documentaire 1 Exemples de protocoles (A1 à A5) 2 Exemples de fiches de contrôle (B1 à B4) Année : 2005-2006 A - 1 PROTOCOLE DE FABRICATION

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275

Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Les Normes requises Bactéricide : NF EN 1040 NFT72-170/171 Fongicide : NF 1275 Qualités Spectre d activité large Peu inhibé par les matières organiques Vision correcte du site opératoire Action rapide

Plus en détail

Les étiquettes de danger et leur signification (transport)

Les étiquettes de danger et leur signification (transport) Les étiquettes de danger et leur signification (transport) 1 Explosif 2.2 Gaz non inflammable et non toxique 3 + 2.1 Liquide ou gaz inflammable 4.1 Solide inflammable 4.2 Spontanément inflammable 4.3 Dégage

Plus en détail

Procédures d utilisation des salles de culture _ NC1

Procédures d utilisation des salles de culture _ NC1 1- Fonctionnement (novembre 2013) Procédures d utilisation des salles de culture _ NC1 Les salles de culture au CRCHUM ont été réparties entre les chercheurs pour en faciliter le fonctionnement mais ne

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

CHAPITRE 12 DECHETS. Marie-Hélène Hours Centre Hospitalier Bourgoin Jallieu Isabelle Poujol C.CLIN Sud-Est Pierre-Bénite

CHAPITRE 12 DECHETS. Marie-Hélène Hours Centre Hospitalier Bourgoin Jallieu Isabelle Poujol C.CLIN Sud-Est Pierre-Bénite CHAPITRE 12 DECHETS Coordonnateurs et Auteurs Marie-Hélène Hours Centre Hospitalier Bourgoin Jallieu Isabelle Poujol C.CLIN Sud-Est Pierre-Bénite Guide Technique d'hygiène Hospitalière 2004 C.CLIN Sud-Est

Plus en détail

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille»

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille» Entretien des locaux «Faut qu ça brille» Besson Martine cadre hygièniste ARLIN Auvergne Oui, mais pas seulement! L entretien de l environnement à 2 objectifs : Maintenir une propreté visuelle par le nettoyage

Plus en détail

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement.

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. L eau de javel s utilise soit pure, pour désinfecter uniquement, soit mélangée à du détergent, dans un

Plus en détail

A F F I C H A G E O B L I G A T O I R E

A F F I C H A G E O B L I G A T O I R E 2010-2011 9002-9323 Québec inc. (Agence de soins infirmiers Chantal Côté- division ASICC-MED) A F F I C H A G E O B L I G A T O I R E N o mutuelle MUT00724 Association(s) sectorielle(s) paritaire(s) Affaires

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

EQUIPE GEOCHIMIE REGLEMENT DES LABORATOIRES DE GEOCHIMIE 1 er étage

EQUIPE GEOCHIMIE REGLEMENT DES LABORATOIRES DE GEOCHIMIE 1 er étage EQUIPE GEOCHIMIE REGLEMENT DES LABORATOIRES DE GEOCHIMIE 1 er étage Numéros et noms des salles concernées par ce règlement : 109 : Altération des minéraux 108 : Géochimie des sols et plantes 107 : Préparation

Plus en détail

Précautions standard. Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux

Précautions standard. Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux Précautions standard Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux = ensemble de mesures pratiques que tout soignant est tenu

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux ENTRETIEN DES LOCAUX Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Classification des locaux selon le risque infectieux L entretien doit prendre en compte : la diversité des locaux les

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Accueillir un enfant allaité, c est possible possible, pendant le temps de l accueil, par l intermédiaire des biberons Ce

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES Groupe de travail composé de : Floriane Douet - CH d'alençon Sylvie Guezet - CH d'avranches-granville Dr Stéphanie Lefflot - CH de Cherbourg Dr Claire Lesteven - CHP St Martin

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

Précautions Standard et Précautions Complémentaires

Précautions Standard et Précautions Complémentaires Précautions Standard et Précautions Complémentaires FORMATION DES REFERENTS HYGIENE DES E.M.S. 2014 INTRODUCTION Le terme «Isolement» a disparu (en 2009) au profit du terme «Précautions complémentaires»

Plus en détail

Fonctionnement Pratique

Fonctionnement Pratique Fonctionnement Pratique Ce document à pour but de vous informer sur le fonctionnement des salles de TP et de son matériel afin de travailler dans des conditions de sécurité optimales pour vous et les autres.

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail

Nouvelle procédure pour l analyse de la Chlamydia et Gonorrhée par PCR

Nouvelle procédure pour l analyse de la Chlamydia et Gonorrhée par PCR 5990 Côte-des-Neiges, Montréal, (Québec) H3S 1Z5 Tél. : (514) 344-8022 Fax : (514) 344-8024 Courriel : service@laboratoirescdl.com Lundi au vendredi de 8h00 à 20h00 Dimanche de 10h00 à 14h00 MEMORANDUM

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

BON USAGE DES DESINFECTANTS

BON USAGE DES DESINFECTANTS BON USAGE DES DESINFECTANTS Agents antiinfectieux DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010 Objectif Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de

Plus en détail

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène 1 Détergent Définition: Substance contenant des tensio actifs, destinée à favoriser l élimination par l eau de souillures non solubles dans l eau pure Propriétés

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage

Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage Sommaire Instructions pour l utilisation de votre flaconnage... 3 Recommandations générales sur les prélèvements... 7 Le protocole de cerclage des glacières...

Plus en détail