TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION"

Transcription

1 TABLE RONDE MISE EN PLACE DE RECOURS EFFECTIFS VISANT A CONTESTER LES CONDITIONS DE DETENTION organisée dans le cadre du projet financé par le Fonds fiduciaire «droits de l homme» (HRTF) Conseil de l Europe, Strasbourg, les 8 et 9 juillet 2014 Présentation par M. Jean-Pierre Restellini Normes du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants EN MATIÈRE DE DÉTENTION Les opinions exprimées dans ce document sont celles de l auteur.

2 PREAMBULE Résumé très succinct (mais ciblé) des normes du CPT NB: accès aisé à toute sa jurisprudence! ü rapports du CPT ; ü déclarations publiques du CPT ; ü "normes" des rapports généraux annuels du CPT. Evolution de la jurisprudence du CPT? Plutôt précisions progressivement apportées par le CPT Recommandations «plancher» du CPT Approche systémique nécessaire Place et rôle futurs des mécanismes nationaux (NPMs) 2

3 PLAN I. Rappel des droits fondamentaux des personnes privées de liberté II. CONDITIONS MATÉRIELLES DE DÉTENTION III. RÉGIME IV. SERVICES MÉDICAUX V. CONTACTS AVEC LE MONDE EXTÉRIEUR VI. ISOLEMENT 3

4 DROITS FONDAMENTAUX DES PERSONNES PRIVÉES DE LIBERTÉ 1. Droit d'informer un proche ou un tiers de leur choix de leur détention, 2. Droit d'avoir accès à un avocat, 3. Droit d'avoir accès à un médecin. 4

5 1. Taille minimale et configuration des cellules 2. Accès à la lumière 3. Accès à l air frais/ exercice à l air libre; cours de promenade 4. Accès à l eau potable / aux toilettesdouches 5. Literie CONDITIONS MATÉRIELLES DE DÉTENTION 5

6 Taille minimale et configuration des cellules Pour tout séjour dépassant quelques heures a. Cellule occupée par une seule personne Environ 7 m² avec minimum 2 mètres entre les murs et 2,50 m entre sol et plafond. b. Cellules occupée par plusieurs personnes Au moins 4 m² par détenu. Eventuellement un peu moins à condition que les détenus bénéficient de la possibilité de passer une partie raisonnable de la journée hors de leur cellule/dortoir. L espace occupé par les éventuelles annexes sanitaires/toilettes intégrées ne devrait pas être comptabilisé dans ce calcul. Cloisonnement des toilettes «intra- cellulaires» 6

7 Accès à la lumière Les cellules doivent bénéficier de la lumière du jour Pendant la nuit, la lumière artificielle doit être suffisante pour lire Les vitres opaques / jalousies sont à éviter 7

8 Accès à l air frais/ exercice à l air libre; cours de promenade Cellules avec accès direct à l air frais (sinon ventilation efficace) Promenade d une heure/j au minimum Cours de promenade munies d un abri pluie/soleil Éviter les murs trop élevés qui empêchent la pénétration du soleil / la vue sur l horizon 8

9 Accès à l eau potable / aux toilettesdouches Accès à l eau potable garanti en tout temps Accès permanent aux toilettes Interdiction des seaux «hygiéniques» Accès quotidien à l eau chaude, à la douche au minimum 1x/semaine Fourniture des articles de toilette de base / de produits de nettoyage pour les cellules 9

10 Literie Tous les détenus disposent à leur arrivée d un lit, ainsi que d un matelas propre, de couvertures et de draps propres; La literie est nettoyée à intervalles réguliers 10

11 1. Tous les détenus (y compris les prévenus) devraient passer au minimum 8 heures hors de leur cellule. RÉGIME (de base) 2. Activités motivantes de nature variée à leur proposer : travail, formateur de préférence ; études ; sport ; activités de loisir/collectives. 11

12 SERVICES MÉDICAUX vles détenus malades doivent séjourner dans des établissements où ils peuvent recevoir les soins appropriés. vle refus de les y accepter ou le manque d infrastructures adéquates peut être assimilé à un traitement inhumain et dégradant. 12

13 SERVICES MÉDICAUX 1. Principe de l équivalence 2. Service médical minimal 3. Accès au service médical / au médecin 13

14 Principe de l équivalence v Le service de santé pénitentiaire doit être en mesure d'assurer v les traitements médicaux et les soins infirmiers, v les régimes alimentaires v la physiothérapie, la rééducation v ou toute autre prise en charge spéciale qui s'impose dans des conditions comparables à celles dont bénéficie la population en milieu libre et ceci pour tous les détenus! 14

15 Principe de l équivalence vun détenu malade mental doit être pris en charge et traité dans un milieu hospitalier équipé de manière adéquate et doté d'un personnel qualifié. vcette structure peut être soit un hôpital psychiatrique civil, soit une unité psychiatrique spécialement équipée, établie au sein du système pénitentiaire. 15

16 Service médical minimal Une consultation ambulatoire régulière et un dispositif d'urgence è un médecin doit pouvoir être atteint en permanence une personne en mesure de fournir les premiers soins doit toujours être présente dans les locaux pénitentiaires. Une unité de lits de type hospitalier / soutien direct d'un service hospitalier bien équipé (hôpital civil / hôpital pénitentiaire) 16

17 Service médical minimal Un dentiste diplômé Des consultations spécialisées Notamment un médecin qualifié en psychiatrie, qui doit être attaché au service de santé de chaque prison Certains infirmiers doivent avoir reçu une formation dans ce domaine. 17

18 Accès au service médical / au médecin Examen de tout nouvel arrivant par un professionnel de santé dans les 24 heures suivant l admission En cours de détention, tout détenu doit pouvoir faire appel confidentiellement au service de santé, par exemple sous la forme d'un message sous pli fermé Le personnel de surveillance ne doit pas trier les demandes de consulter un médecin. 18

19 DISCUSSION 19

I. PRINCIPES FONDAMENTAUX

I. PRINCIPES FONDAMENTAUX I. PRINCIPES FONDAMENTAUX Règle 1. Les personnes privées de liberté doivent être traitées dans le respect des droits de l homme. La question des droits de l homme se pose inévitablement en cas de recours

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE : CH Montluçon (Allier) Chambres des détenus hospitalisés. Chambres sécurisées Centre hospitalier de Montluçon (Allier)

RAPPORT DE VISITE : CH Montluçon (Allier) Chambres des détenus hospitalisés. Chambres sécurisées Centre hospitalier de Montluçon (Allier) RAPPORT DE VISITE : CH Montluçon (Allier) Chambres des détenus hospitalisés Chambres sécurisées Centre hospitalier de Montluçon (Allier) le 21 avril 2011 2 Contrôleurs : Anne Galinier, Jean-François BERTHIER.

Plus en détail

Rapport Annuel 2008 du Controleur général des lieux de privation de liberté (page 128).

Rapport Annuel 2008 du Controleur général des lieux de privation de liberté (page 128). L HYGIÈNE Pour mettre un terme aux pratiques des jets de déchets par les fenêtres, l administration a entrepris de condamner les ouvertures par des grillages métalliques. Plusieurs détenus, non-auteurs

Plus en détail

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GHIROGA c. ROUMANIE. (Requête n o 53168/12) ARRÊT STRASBOURG. 16 juin 2015

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE GHIROGA c. ROUMANIE. (Requête n o 53168/12) ARRÊT STRASBOURG. 16 juin 2015 TROISIÈME SECTION AFFAIRE GHIROGA c. ROUMANIE (Requête n o 53168/12) ARRÊT STRASBOURG 16 juin 2015 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention. Il peut

Plus en détail

Contrat de location saisonnière. Entre les soussignés : Il a été convenu d'une location saisonnière pour la période du au

Contrat de location saisonnière. Entre les soussignés : Il a été convenu d'une location saisonnière pour la période du au Entre les soussignés : Nom : Monsieur et Madame Amouroux Prénom : Josiane Adresse : Lieu dit «la serre «- Dénommé le bailleur d une part, et : Nom : Prénom : Adresse : Dénommé le locataire d autre part,

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

JE SUIS PRISON Guide du détenu arrivant 3e édition

JE SUIS PRISON Guide du détenu arrivant 3e édition JE SUIS EN PRISON Guide du détenu arrivant 3 e édition Sommaire Je suis incarcéré Je suis incarcérée Je suis mineur incarcéré Écrire à ma famille Téléphoner Obtenir un avocat Réduire ma peine Ma situation

Plus en détail

Strasbourg, le 12 octobre 2000 CPT (2000) 52

Strasbourg, le 12 octobre 2000 CPT (2000) 52 Strasbourg, le 12 octobre 2000 CPT (2000) 52 COMITE EUROPEEN POUR LA PREVENTION DE LA TORTURE ET DES PEINES OU TRAITEMENTS INHUMAINS OU DEGRADANTS (CPT) LISTE DE CONTRÔLE POUR DES INSPECTEURS INDEPENDANTS

Plus en détail

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01 EHPAD «Théodore ARNAULT» (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) Contrat de séjour «Hébergement temporaire» EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. :

Plus en détail

A. Recommandations générales

A. Recommandations générales Lettre de la FARAPEJ n 4 Décembre 2008 Le Conseil d administration de la FARAPEJ 13 décembre 2008 recommande vivement la lecture de : Synthèse des recommandation de la Commission Nationale Consultative

Plus en détail

Déclaration d admission pour admission en hôpital psychiatrique: choix de chambre et conditions financières

Déclaration d admission pour admission en hôpital psychiatrique: choix de chambre et conditions financières ADRESSOGRAMME Déclaration d admission pour admission en hôpital psychiatrique: choix de chambre et conditions financières 1. Suppléments de chambre - suppléments d'honoraires J'ai pris connaissance des

Plus en détail

Réponse. du 27 au 30 novembre 2012. CPT/Inf (2013) 40

Réponse. du 27 au 30 novembre 2012. CPT/Inf (2013) 40 CPT/Inf (2013) 40 Réponse du Gouvernement de la Principauté de Monaco au rapport du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) relatif à

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

CONSOLIDATION OFFICIEUSE

CONSOLIDATION OFFICIEUSE 30 AOÛT 2007. Arrêté du Gouvernement wallon déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l article 1 er, 19 à 22 bis, du Code wallon

Plus en détail

CORVÉE : 4 DÉCEMBRE 2011 SALLE DES ENTRAÎNEURS

CORVÉE : 4 DÉCEMBRE 2011 SALLE DES ENTRAÎNEURS SALLE DES ENTRAÎNEURS Équipe responsable : BANTAM AA - Nettoyer les murs, portes et le mobilier; - Nettoyer les vitres; - brosse à long manche pour laver les murs??; - lave-vitres **; - escabeau??; Nombre

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage LIVRET D ACCUEIL Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage Médecine Soins de suite et de réadaptation Hôpital Saint-Charles - 4 rue Charles de Gaulle

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) Modification du 22 octobre 2008 Le Conseil fédéral

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum

Votre limite globale Silver Gold Platinum 1 000 000 USD 800 000 EUR 650 000 GBP. Vos garanties médicales standard Silver Gold Platinum Assurance médicale internationale Nos assurances disposent de 3 niveaux de couverture distincts : Silver, Gold et Platinum. Choisissez votre niveau de couverture à l'aide du tableau ci-dessous. Tous les

Plus en détail

démarche qualité Hygiène

démarche qualité Hygiène démarche qualité Hygiène SALLES DE CLASSE, BUREAUX Chaise, table, bureau, sols, armoire, tableau, portes, interrupteurs, poubelle 1 z LAVETTE z SEAU z BALAI z SYSTEME DE LAVAGE DE SOL 1 z Eliminer tous

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire. Je suis en détention. Guide du détenu arrivant. 6 e édition

Direction de l administration pénitentiaire. Je suis en détention. Guide du détenu arrivant. 6 e édition Direction de l administration pénitentiaire Je suis en détention Guide du détenu arrivant 6 e édition Vous venez d'arriver en détention soit parce que vous êtes prévenu, soit parce que vous êtes condamné.

Plus en détail

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB)

Différentes aides en nature. (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) (bons alimentaires, vêtements, cartes STIB) Version n : 1 Dernière actualisation : 03-07-2008 1) Mode d emploi de la fiche et abréviations utilisées 2) Mise en contexte 3) Qu est-ce qu une aide en nature?

Plus en détail

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION

TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION FICHE ANIMATION OBJECTIF > Entretien, gestion et suivi TABLEAU À POCHES SUIVI ET GESTION Définir les responsabilités concernant chacune des tâches de gestion et d entretien du système construit. Relever

Plus en détail

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G.

PROPRETÉ & NETTOYAGE. Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. PROPRETÉ & NETTOYAGE Tél : 09 51 55 12 18-108, rue de Bellevue -92100 Boulogne - Billancourt contact@lionservices.fr - www.lionservices.fr L.S.G. Présentation Depuis ses débuts. Lion Services Group est

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR 1 MAISON DE RETRAITE. Dénommé(e) le Résident

CONTRAT DE SEJOUR 1 MAISON DE RETRAITE. Dénommé(e) le Résident a RESIDENCE LE MISSILIEN 10 rue d ORENSE 29 000 QUIMPER Tel : 02 98 55 59 20 Fax : 02 98 55 94 69 Courriel : le-missilien@fondation-masse-trevidy.com CONTRAT DE SEJOUR 1 MAISON DE RETRAITE Le présent contrat

Plus en détail

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent

DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Pôle Aménagement du Territoire Plan Départemental d'action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Bas-Rhin DDELIND Dispositif Départemental d'eradication du Logement Indigne ou Non Décent Fiche

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

1. Informations générales 124

1. Informations générales 124 L Accès au droit, LE recours et LES requêtes 122 11_4 4 Contrôles extérieurs des conditions de détention Le Comité de prévention de la torture et des traitements inhumains et dégradants (CPT) Le CPT est

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur Institut d'etudes Politiques de Rennes Représentant du pouvoir adjudicateur Monsieur le

Plus en détail

Ensoleillement et rayonnement calorifique

Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Ensoleillement et rayonnement calorifique Page 1 sur 5 Dangers principaux Des endroits ombragés, un habillement adéquat (coiffure) voire une crème solaire doivent

Plus en détail

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage

Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage 80101 Nettoyeur en bâtiment/nettoyeuse en bâtiment Gebäudereiniger/Gebäudereinigerin Pulitore di edifici/pulitrice di edifici A. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage B. Programme

Plus en détail

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Thermique. Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique Ventilation naturelle de confort thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS www.territoires.gouv.fr

Plus en détail

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT AMNESTY INTERNATIONAL ET LE PRINCIPE DE NON-REFOULEMENT Pour prévenir la torture, les mauvais traitements et les traitements dégradants, Amnesty International

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 364584,364620,364621,364647 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 364584,364620,364621,364647 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 364584,364620,364621,364647 SECTION FRANÇAISE DE L OBSERVATOIRE INTERNATIONAL DES PRISONS et autres RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Ordonnance

Plus en détail

UNODC/CCPCJ/EG.6/2012/NGO/1

UNODC/CCPCJ/EG.6/2012/NGO/1 Réunion du groupe d experts sur l ensemble des règles minima pour le traitement des détenus Buenos Aires, 11 13 décembre 2012 Point 5 de l ordre du jour UNODC/CCPCJ/EG.6/2012/NGO/1 4 décembre 2012 Français

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

A agrafer à la fiche d enquête impérativement. Logement dans une concession avec cour et plusieurs logements

A agrafer à la fiche d enquête impérativement. Logement dans une concession avec cour et plusieurs logements 62 Numéro questionnaire (par équipe) Numéro échantillon Date de l enquête: Nom de la famille déplacée Ville/Commune Latitude (GPS) - si applicable 1. SITUATION ABRI 1. Comment définiriez-vous l abri actuel?

Plus en détail

Centre SSR - EHPAD La Chimotaie B.P. 10014 85613 CUGAND Montaigu Cedex

Centre SSR - EHPAD La Chimotaie B.P. 10014 85613 CUGAND Montaigu Cedex Centre SSR - EHPAD 85613 CUGAND Montaigu Cedex SSR (orientation en rééducationréadaptation) SSR (orientation en cancérologie et soins palliatifs) SSR polyvalents Secrét. Médical : 02.51.45.68.23 Secrét.

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente ( Particuliers ) Affichage : Des panneaux spécifiques sont à votre disposition dans la plupart des salles : pas de clou, pas de punaise et pas de scotch en dehors de ces panneaux

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Chapitre 1 : Equipements et aménagements

Chapitre 1 : Equipements et aménagements Légende : X = critère obligatoire - O = critère optionnel - NA = critère non applicable CRITERES DE CLASSEMENT (le cas échéant des précisions sont apportées par critère dans la colonne de droite du tableau)

Plus en détail

Conditions de réservation et Tarifs

Conditions de réservation et Tarifs LE DOMAINE DE LA FERME DE GRISIEN DESCRIPTION DES LIEUX Conditions de réservation et Tarifs Avec la réservation de la salle (le week-end) sont automatiquement compris dans la location : l office, le vestiaire,

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Rapport du Contrôleur externe sur les privations de liberté par la Police grand-ducale. Commentaires et réactions

Rapport du Contrôleur externe sur les privations de liberté par la Police grand-ducale. Commentaires et réactions Rapport du Contrôleur externe sur les privations de liberté par la Police grand-ducale Commentaires et réactions Remarque introductive : Les recommandations et les commentaires qui s y rapportent, repris

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) Assurance complémentaire d hospitalisation HOSPITAL CLASSICA Le Groupe Helsana comprend Helsana Assurances SA, Helsana Assurances complémentaires SA, Helsana Accidents SA, Avanex Assurances SA, Progrès Assurances SA, Sansan Assurances SA et Maxi.ch Assurances SA.

Plus en détail

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR 1 SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR II.PRESTATIONS ASSUREES PAR L ETABLISSEMENT 2.1 description du logement et du mobilier fourni par l établissement 2.2 restauration 2.3 le linge et son entretien 2.4 animation

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA

Conditions Complémentaires (CC) Edition janvier 2009. Organisme d assurance: Sanitas Assurances privées SA HirslandenCare Assurance complémentaire selon la Loi fédérale sur le contrat d assurance (LCA) pour une chambre à un lit en division privée dans des cliniques du groupe de cliniques privées Hirslanden

Plus en détail

Des failles dans le système

Des failles dans le système Des failles dans le système La situation des personnes en garde à vue en Tunisie Version abrégée en français : Résumé et recommandations Human Rights Watch 2013 Tous droits réservés pour tous pays. Imprimé

Plus en détail

NOUVEAU Structure des formules améliorée. World. Globality YouGenio. Une assurance individuelle dans un monde globalisé

NOUVEAU Structure des formules améliorée. World. Globality YouGenio. Une assurance individuelle dans un monde globalisé Globality YouGenio World Une assurance individuelle dans un monde globalisé Structure des formules améliorée Prestations améliorées Plus de flexibilité : Notre meilleur plan de santé pour vous et votre

Plus en détail

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond;

ATTENDU QUE la Ville de Richmond souhaite développer et promouvoir le développement résidentiel dans la ville de Richmond; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU VAL-SAINT-FRANÇOIS VILLE DE RICHMOND L assemblée régulière du conseil de la Ville a eu lieu au 745 rue Gouin, le lundi 1 er octobre 2012 à 19 h, sous la présidence de monsieur

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Date de la demande : ae ae azze Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Accueil de jour Foyer de vie Foyer d accueil médicalisé Maison d accueil spécialisée Unité pour

Plus en détail

H A C C P. Hazard Analysis, Critical Control Point. Analyse des dangers, maîtrise des points critiques. Programme de formations.

H A C C P. Hazard Analysis, Critical Control Point. Analyse des dangers, maîtrise des points critiques. Programme de formations. H A C C P Hazard Analysis, Critical Control Point Analyse des dangers, maîtrise des points critiques Objectifs : L'HACCP est une norme de mise en œuvre destinée à évaluer les dangers, et, mettre en place

Plus en détail

Conditions générales de location à quai du bateau ORCA

Conditions générales de location à quai du bateau ORCA Conditions générales de location à quai du bateau ORCA Le PROPRIETAIRE dénommé Hubert MARTY loue au client identifié au formulaire de location, le bateau de plaisance identifié audit formulaire. Cette

Plus en détail

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ Ce livret est offert par la Carsat Nord-Picardie à : Nom, prénom :... Adresse :......... Pour bien vieillir chez moi, mon domicile en toute

Plus en détail

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC Denis Desanges A - Introduction I - La retraite du régime général Différentes

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS

RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 03-096 RÈGLEMENT SUR LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES LOGEMENTS Attendu que l administration municipale désire assurer des conditions de logement acceptables pour tous les Montréalais

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES

Plus en détail

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire?

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? A L USAGE DES BENEVOLES OU SALARIES D ASSOCIATION introduction 3 Une personne sans-papiers se présente dans un lieu d accueil de

Plus en détail

Les Baraquins. 36 rue des Loges 37460 VILLELOIN COULANGE. Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendante et pour personnes handicapées

Les Baraquins. 36 rue des Loges 37460 VILLELOIN COULANGE. Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendante et pour personnes handicapées Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendante et pour personnes handicapées Commun lecture/ DOSSIER ADMISSION/ contrats de séjour/ contrat séjour 1 Les Baraquins CONTRAT DE SEJOUR 36 rue

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

GESTION DE STOCK. July 2009. Hilde De Boeck

GESTION DE STOCK. July 2009. Hilde De Boeck GESTION DE STOCK July 2009 Hilde De Boeck Table des matières Introduction Organisation du stock centrale 1. Gestionnaire de stock 2. Stockage: - Les Conditions - Rangement des produits 3. Les outils de

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger

PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger PRIVATE INTERNATIONAL Assurance pour les traitements ambulatoires et stationnaires à l étranger Conditions complémentaires (CC) Sanitas Corporate Private Care Edition de juillet 2007 (version 2013) Table

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES?

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES? Une maison, une vocation, un soutien QUI SOMMES-NOUS? La Maison de soins palliatifs Source Bleue a pour mission de prodiguer gratuitement des soins à des personnes atteintes d une maladie avec un pronostic

Plus en détail

LA SANTE AU DANEMARK. 1. Etat de santé des danois:

LA SANTE AU DANEMARK. 1. Etat de santé des danois: LA SANTE AU DANEMARK On trouvera ici une présentation générale de la situation de La situation du Danemark en matière de santé. Autrefois performant, le Danemark est maintenant devenu un pays dans la moyenne

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quel nombre de pièces indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans

Plus en détail

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES A Paris au moins 30 000 logements ont été soustraits du marché de l habitation pour être loués à des touristes. Le site Airbnb

Plus en détail

«LE SOIN, LE DROIT ET L ISOLEMENT»

«LE SOIN, LE DROIT ET L ISOLEMENT» 1 «LE SOIN, LE DROIT ET L ISOLEMENT» La réflexion qui est la nôtre aujourd hui témoigne d une volonté d améliorer la condition de l individu privé de liberté et corrélativement, la préoccupation de poser

Plus en détail

EDPR - CREATION DE SIX PLACES DE DETENTION SUPPLEMENTAIRES 14.015

EDPR - CREATION DE SIX PLACES DE DETENTION SUPPLEMENTAIRES 14.015 EDPR - CREATION DE SIX PLACES DE DETENTION SUPPLEMENTAIRES 14.015 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil à l appui d un projet de décret portant octroi d un crédit complémentaire urgent de 670.000

Plus en détail

L enfant de quelqu un d autre Campagne nationale de placement en famille d accueil privée

L enfant de quelqu un d autre Campagne nationale de placement en famille d accueil privée L enfant de quelqu un d autre Campagne nationale de placement en famille d accueil privée Le placement en famille d accueil privée en quelques mots Les obligations légales de l accueillant privé Êtes-vous

Plus en détail

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté :

RÈGLEMENT 569. Et résolu à l unanimité des conseillers présents que le règlement suivant soit adopté : 2011-06-117 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT 569 RÈGLEMENT ÉTABLISSANT LES CONDITIONS DE SALUBRITÉ ET D'ENTRETIEN DES LOGEMENTS CONSIDÉRANT QU en

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Votre séjour à l Hôpital Thermal

GUIDE PRATIQUE. Votre séjour à l Hôpital Thermal GUIDE PRATIQUE Votre séjour à l Hôpital Thermal Accueil-renseignements Indications thérapeutiques - Rhumatologie - Rhumatologie + Phlébologie Informations pratiques Période d ouverture de l Hôpital Thermal

Plus en détail

Rapport de visite. Maison d arrêt de CHERBOURG

Rapport de visite. Maison d arrêt de CHERBOURG Rapport de visite Maison d arrêt de CHERBOURG 9-10 décembre 2008 1 Contrôleurs Martine Clément, chef de mission Xavier Dupont En application de la loi du 30 octobre 2007 instituant un contrôleur général

Plus en détail

Royaume du Maroc Ministère de la Santé. règlement Intérieur des ôpitaux

Royaume du Maroc Ministère de la Santé. règlement Intérieur des ôpitaux Royaume du Maroc Ministère de la Santé règlement Intérieur des ôpitaux Ce Document reprend l intégralité des dispositions de l arrêté du Ministère de la Santé N 456-11 du 2 Rajeb 1431 (6 juillet 2010)

Plus en détail

Notice d'information & Frais de santé

Notice d'information & Frais de santé Couverture mondiale (Zone A) Couverture mondiale inclus les USA et le Canada, exclus la Suisse Notice d'information & Frais de santé Plans: Platinum - Classic - Essential SANS FRANCHISES Couverture mondiale

Plus en détail

Notice d'information & Frais de santé

Notice d'information & Frais de santé Couverture mondiale (Zone B) Couverture mondiale inclus la Suisse, exclus les USA et le Canada Notice d'information & Frais de santé Plans: Platinum - Classic - Essential SANS FRANCHISES Couverture mondiale

Plus en détail

Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés

Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés Examen de l habitat à des fins de prévention des chutes Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés 1. Aspects d ordre général Ces points sont à examiner pour chaque pièce du logement utilisée

Plus en détail

1 aux moyens de transports utilisés en dehors de l entreprise ou de l établissement, ni aux lieux de travail à l intérieur des moyens de transports;

1 aux moyens de transports utilisés en dehors de l entreprise ou de l établissement, ni aux lieux de travail à l intérieur des moyens de transports; Arrêté royal du 10 octobre 2012 fixant les exigences de base générales auxquelles les lieux de travail doivent répondre (M.B. 5.11.2012, éd. 2; erratum: M.B. 20.3.2013, ed. 2) Transposition partiellement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SPECIFIQUES

CAHIER DES CHARGES SPECIFIQUES CAHIER DES CHARGES SPECIFIQUES (En complément du cahier des charges Caractéristiques générales) HEBERGEMENTS INSOLITES (Cabanes ou nid ou bulles dans les arbres, cabanes flottantes, lodges, tipis, yourtes,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR VERSION DU 8 JUIN 2011

REGLEMENT INTERIEUR VERSION DU 8 JUIN 2011 Téléphone:+33(0)146837000 Télécopie:+33(0)149732352 APE590ZSiret5721843800010RcsNanterre MAISONDESELÈVESDEL ECOLECENTRALEDESARTSETMANUFACTURES SAHLMAUCAPITALDE345000EUROS 5AVENUESULLYPRUDHOMME 92295CHATENAYMALABRYCEDEX

Plus en détail

CCPQ. AIDE AUX PERSONNES (M/F) (À domicile, en maisons de repos, en maisons de repos et de soins) PROFIL DE QUALIFICATION 1/9

CCPQ. AIDE AUX PERSONNES (M/F) (À domicile, en maisons de repos, en maisons de repos et de soins) PROFIL DE QUALIFICATION 1/9 CCPQ Bd Pachéco - 19 - boîte 0 1010 Bruxelles Tél. : 02 210 50 65 Fax : 02 210 55.33 Email : ccpq@profor.be www.enseignement.be SERVICES AUX PERSONNES AIDE AUX PERSONNES AIDE AUX PERSONNES (M/F) (À domicile,

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1-Caractéristiques de l'activité restauration

Plus en détail

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ - 1 - Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ RESIDENCE LE VERGER Rue de la Mairie 56700 MERLEVENEZ Le présent contrat est

Plus en détail

FORMULAIRE D AUTO-EVALUATION POUR PATIENTS SLA

FORMULAIRE D AUTO-EVALUATION POUR PATIENTS SLA 1 FORMULAIRE D AUTO-EVALUATION POUR PATIENTS SLA Afin de donner un bon aperçu de mes possibilités et mes limitations à la DG Personnes handicapés, je coche ce que je peux faire ou ne plus faire. Ci-dessous

Plus en détail

FICHE D ETAT DES LIEUX

FICHE D ETAT DES LIEUX FICHE D ETAT DES LIEUX Chambres I 1 I 2 I 3 - I 4 I 5 I 7 Logement N : Nom du locataire : Nom du vérificateur lors du départ : Date : NATURE DU MOBILIER TBE = Très Bon Etat BE = Bon Etat EU = Etat d Usage

Plus en détail

DUPUP. Soins enfermés

DUPUP. Soins enfermés M DUPUP Soins enfermés Sommaire Etendue du problème Aux origines de la contrainte Les soins «médicalement» contraints : En milieu fermé (réforme de la Loi du 27 juin 1990) De manière indirecte ( suite

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail