AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle"

Transcription

1 AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil

2

3 Objectif Déterminer l inocuité du laser diode micropulse transfovéolaire dans l'œdème maculaire diabétique fovéolaire.

4 Méthodes Etude rétrospective, dans 2 cliniques américaines Inclusion : 39 yeux de 27 patients (moyenne de 69 ans). Patients traités par laser micropulsepour OM diabétique atteignant la fovéa diagnostiqué par SD OCT. AV 20/40. Suivi de 3 à 36 mois (suivi moyen = 11 mois). 14 patients DID, et 19 avaient une RDNP.

5 Résultats Aucun œil n avait de lésion maculaire induite par le laser, quelque soit la modalité d imagerie utilisée. Absence d effet indésirable du laser. AVaméliorée en moyenne de 0,03 unités logmar de 4 mois à 7 mois de suivi (P = 0,0449) et stable par ailleurs. L'épaisseur fovéolaire centrale était améliorée de 4 mois à 7 mois (p = 0,05) et de 8 à 12 mois après laser (p = 0,04). L'épaisseur maculaire maximale était améliorée de 4 mois à 7 mois après laser (p = 0,01).

6 Conclusion Dans une petite série rétrospective, le laser micropulseétait sûr et efficace pour le traitement de l'oedèmemaculaire diabétique avec atteinte fovéolaire, dans des yeux ayant une bonne AV pré traitement (non candidats à un laser conventionnel ou à des IVT) Une étude plus approfondie est justifiée.

7

8 Objectif Evaluer les concentrations plasmatiques et sérique de VEGFchez des patients atteints de DMLA exsudative traités tous les deux mois par IVT de ranibizumab ou aflibercept.

9 Méthodes Etude prospective, interventionnelle 17 yeux de 17 patients traités par 2 mg aflibercept 15 yeux de 15 patients traités par 0,5 mg de ranibizumab 12 patients atteints de cataracte (groupe contrôle). Les concentrations sériques et plasmatiques de VEGF ont été quantifiés à l'aide du dosage immunoenzymatique (ELISA).

10 Résultats La concentration moyenne initiale de VEGF sériquene différaient pas significativement entre les 3 groupes (p = 0,99). Groupe aflibercept: 28,3 pg/mlau départ, indétectable à 1 semaine (P < 0,0001), augmentée à 11,7 pg/mlà 1 mois (mais inférieur à la valeur initiale, P < 0,001), et remontée à 23,9 pg/ml(p = 0,35) à 2 mois. Groupe ranibizumab : pas de différences significatives. La concentration moyenne initiale de VEGF plasmatique ne diffèrent pas significativement entre les 3 groupes (p = 0,64). Groupe aflibercept: 16,2 pg/mlau départ, indétectable à 1 semaine (P < 0,01) et à 1 mois (P < 0,05), et remontée à 13,6 pg/mlà 2 mois (P = 0,73). Groupe ranibizumab: pas de différences significatives.

11 Conclusion L Aflibercept diminue de manière significative les concentrations sériques et plasmatiques de VEGF à 1 mois après IVT. Le ranibizumab n'a eu aucun effet significatif sur le niveau de VEGF sérique ou plasmatique.

12

13 Objectif L objectif de l étude est d étudier les effets de l'aflibercept sur les cellules primaires de l épithélium pigmentaire rétinien.

14 Méthodes Des cellules primaires d EP ont été préparées à partir d yeux de cochons fraîchement abattus. Ont été étudiés : L impact d aflibercept sur la viabilité des cellules (MTT and trypan blue exclusion assay) L influence d aflibercept sur la cicatrisation cellulaire (scratch assay) L absorption intracellulaire de l aflibercept (immunohistochimie) L influence sur la phagocytosedes cellules de l EP (billes de latex opsonisées)

15 Résultats L aflibercept ne présente aucune cytotoxicitésur les cellules de l'ep mais altère leur capacité de cicatrisation. L Aflibercept est absorbé dans les cellules de l EP et peut être détecté en intracellulaire pendant au moins 7 jours. L Aflibercept intracellulaire altère la capacité de phagocytose des cellules de l'ep.

16 Conclusion L aflibercept est absorbé dans les cellules de l EP et interfère avec leur physiologie, qui se traduit par une réduction de leur capacité de phagocytose. En outre, il nuit aux capacités de cicatrisation des cellules de l EP. Ces effets sur la physiologie des cellules de l EP peuvent conduire à des effets secondaires potentiels.

17

18 Objectif Evaluer la concordance entre pseudodrusen (dépôts drusenoïdessous-rétiniens) et gros vaisseaux de la choroïde en utilisant une analyse stéréologique d images d OCT-SD.

19 Méthodes Rétrospective, observationnelle. 31 patients consécutifs avec pseudodrusen. Une grille de 19 lignes verticales régulièrement espacées a été superposée sur chaque image d OCT- SD de façon aléatoire (utilisant le logiciel ImageJ) pour effectuer un échantillonnage systématique aléatoire uniforme. Le critère de jugement principal était la probabilité d'association entre pseudodrusenet gros vaisseaux de la choroïde.

20

21 Résultats Analyse de 31 x 19 = 589 échantillons. L échantillonnage systématique aléatoire uniforme retrouve comme probabilité d intersection de : Pseudodrusen: 0,28 Gros vaisseaux de la choroïde : 0,65 L association des deux : 0,19 Cette valeur était presque identique au produit des probabilités conjointes et était dans l'intervalle de confiance de 95% (0,15-0,21) de l'estimation ponctuelle calculée, indiquant une indépendance mutuelle.

22 Conclusion Nos résultats démontrent qu'il n'y a pas concordance entre les pseudodrusenet les gros vaisseaux choroïdiens. En conséquence, les hypothèses postulant que les pseudodrusensont associés à de gros vaisseaux choroïdiens devraient être abandonnées.

23

24 Objectif Déterminer la fréquence des différents sous-types de néovascularisation choroïdienne dans la DMLA Evaluée par angiographie à la fluorescéine (FA) seule vs FA et tomographie par cohérence optique (OCT)

25 Cohorte rétrospective Méthodes Patients atteints de DMLA néovasculaire nouvellement diagnostiqués, ayant débuté un traitement par anti VEGF du 1er Octobre 2005 au 1er Décembre Deux évaluateurs indépendants classaient les lésions à l'aide de : FA seule et FA + OCT. Critère de jugement : analyse de la fréquence des soustypesde lésions par FA seule ou FA + OCT. La concordance entre les deux systèmes de classification a été effectuée.

26 Résultats 232 patients (266 yeux). Age moyen : 86,3 ans. Distribution des sous-types avec FA seule : Type 1 : 49,6% (132/266) Type 2 : 12,0% (32/266) Type 3 : 28,6% (76/266) Mixte: 9,8% (26/266) Distribution avec FA + OCT : Type 1 : 39,9% (106/266) Type 2 : 9,0% (24/266) Type 3 : 34,2% (91/266) Mixte: 16,9% (45/266) Le κentre les 2 systèmes de classification était de 0,65 (±écart-type de 0,37, P <0,001), ce qui représente une bonne concordance.

27 Conclusion Avec les 2 systèmes de classement (FA seule et FA + OCT), nous avons trouvé une incidence plus élevée de type 3que dans les études antérieures. Le coefficient κentre les 2 systèmes de classification a montré une «bonne» concordance. Les écarts sont probablement attribuables à l'identification d'une fréquence plus élevée de type 3 et NVX mixtes et d une fréquence moins importante de Type 1 à l'aide de l OCT.

28 Merci

Revue de la littérature du 29/10/14

Revue de la littérature du 29/10/14 Revue de la littérature du 29/10/14 AJO / BJO septembre 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Méthodes Objectif : Etude multimodale de la choroïde

Plus en détail

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle AJO/ IOVS Janv 2015 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Evaluer le taux de serum solubles Flt-1 chez les patients atteints de DMLA néovasculaire

Plus en détail

Revue de littérature du 26 février 2014

Revue de littérature du 26 février 2014 Revue de littérature du 26 février 2014 AJO/BJO/Ophtalmology Janvier Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil AJO janvier 2014 1Centre for Vision Research,

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

REVUE BIBLIO 04 MARS 2015. David MARTIANO Service du Pr Eric SOUIED Ophtalmologie CHIC Créteil. UPEC Paris XII

REVUE BIBLIO 04 MARS 2015. David MARTIANO Service du Pr Eric SOUIED Ophtalmologie CHIC Créteil. UPEC Paris XII REVUE BIBLIO 04 MARS 2015 David MARTIANO Service du Pr Eric SOUIED Ophtalmologie CHIC Créteil. UPEC Paris XII MANAGEMENT DE L OMC Abstract : L oedème aigu peut se résoudre spontanément ou se chroniciser

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique Juin 2012 QUELS SIGNES FONCTIONNELS DOIVENT FAIRE ÉVOQUER UNE DMLA? La baisse d acuité

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins.

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins. EMA/92475/2015 EMEA/H/C/002392 Résumé EPAR à l intention du public aflibercept Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

Exercices de révision pour l examen 2

Exercices de révision pour l examen 2 Exercices de révision pour l examen 2 1) Lors d une étude sur la rainette aux yeux rouges (une grenouille vivant au sud du Mexique), nous avons observé un échantillon de 150 grenouilles pour mesurer la

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie»

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Sylvia NGHIEM-BUFFET Centre d Imagerie et de Laser, Paris Hôpital Avicenne, Bobigny Sud Rétine, Monaco,14 juin 2013 INTRODUCTION

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Le Service Civique vu par les jeunes inscrits sur le site

Le Service Civique vu par les jeunes inscrits sur le site Le Service Civique vu par les jeunes inscrits sur le site Paris, le 19 avril 2011 L Agence du Service Civique a confié à TNS Sofres la réalisation d une enquête qualitative et quantitative auprès de jeunes

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Essai de répétabilité et de reproductibilité : calculs à effectuer à la main pour comprendre la démarche générale.

Essai de répétabilité et de reproductibilité : calculs à effectuer à la main pour comprendre la démarche générale. 4. EXEMPLE N 4 Essai de répétabilité et de reproductibilité : calculs à effectuer à la main pour comprendre la démarche générale. 4.1. Objectif Le calcul de la répétabilité et de la reproductibilité implique

Plus en détail

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge La DMLA Dégénérescence maculaire liée à l âge Définition Maladie dégénérative de la rétine, qui débute après 55 ans. Elle est due à l accumulation de déchets au niveau de la rétine qui ne sont plus évacués.

Plus en détail

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA»

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» «Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» Place du médecin traitant dans la prise en charge de la Dégénérescence Maculaire liée à l Âge (DMLA). Dr Sarah PERIGNON Toutes formes confondues, la DMLA

Plus en détail

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE

Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Chapitre 5 UE4 : Biostatistiques Tests paramétriques de comparaison de 2 moyennes Exercices commentés José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

VOLET I GUIDE D ÉTUDE DES CANDIDATS SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE

VOLET I GUIDE D ÉTUDE DES CANDIDATS SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE VOLET I GUIDE D ÉTUDE DES CANDIDATS SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE Introduction L objectif de ce guide est de fournir au candidat une compréhension du format utilisé pour le volet I de l Examen National des Spécialités

Plus en détail

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar K.Chevreul 1, F.Ballereau 2 1. Department of Social Policy, London

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

Théorie des sondages : cours 5

Théorie des sondages : cours 5 Théorie des sondages : cours 5 Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne e-mail : camelia.goga@u-bourgogne.fr Master Besançon-2010 Chapitre 5 : Techniques de redressement 1. poststratification 2. l estimateur

Plus en détail

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée SUD RETINE, Monaco, 14/6/2013 Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée C. FAVARD 1 Centre Ophtalmologique de l Odéon, 2 Centre Iéna Vision, 3 Fondation Rothschild, Introduction Anastomoses

Plus en détail

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals ANNEXE I LISTE REPRENANT LES NOMS, LA FORME PHARMACEUTIQUE, LE DOSAGE DU MÉDICAMENT, LA VOIE D ADMINISTRATION, LE DEMANDEUR, LE TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ DANS LES ÉTATS MEMBRES

Plus en détail

Enquête sur la tarification des cliniques privées de physiothérapie. (pour la clientèle privée) RÉSULTATS

Enquête sur la tarification des cliniques privées de physiothérapie. (pour la clientèle privée) RÉSULTATS Enquête sur la tarification des cliniques privées de physiothérapie (pour la clientèle privée) RÉSULTATS JANVIER 2013 Faits saillants Quelque 178 cliniques ont répondu au sondage de la FPPPQ sur la tarification

Plus en détail

Epreuve E4 RELATIONS COMMERCIALES

Epreuve E4 RELATIONS COMMERCIALES Epreuve E4 RELATIONS COMMERCIALES Épreuve orale - durée 40 minutes - Coefficient 4 U4 1. Finalités et objectifs Les objectifs visés par l épreuve sont d apprécier la capacité du candidat à : - analyser

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Les stratégies d écarts sur options (suite)

Les stratégies d écarts sur options (suite) Mars 2012 Les stratégies d écarts sur options (suite) Les écarts sur options sont regroupés en deux catégories : les écarts verticaux et les écarts calendaires. Dans le premier bulletin 2012, nous avons

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail

Design Rétrospective, série de cas

Design Rétrospective, série de cas 6 janvier 2016 Objectif Evaluer l'incidence et les facteurs de risque associés à une déchirure de l'épithélium pigmentaire rétinien (EP) après traitement par injection de ranibizumab intravitréenne dans

Plus en détail

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Prévalence... 3 2. Facteurs

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2014 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) L attention des candidats est attirée sur le fait que la qualité de la rédaction, la clarté et la précision des raisonnements

Plus en détail

L analyse de variance à deux critère de classification

L analyse de variance à deux critère de classification L analyse de variance à deux critère de classification Objectif : comparer l influence de chaque facteur sur la moyenne de plusieurs (k) groupes indépendants d observations La méthode détaillée ci-dessous

Plus en détail

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA)

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) I. INTRODUCTION II. PRÉVALENCE III. FACTEURS DE RISQUE IV. DIAGNOSTIC A. Circonstances de découverte B. Examen clinique 1. mesure de l acuité

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

Baccalauréat général Antilles-Guyane

Baccalauréat général Antilles-Guyane Baccalauréat général Antilles-Guyane Mathématiques-informatique - série L - juin 2004 La calculatrice est autorisée. Le candidat doit traiter les DEUX exercices Les annexes 1 et 2 sont à rendre avec la

Plus en détail

201-DUA-05 Probabilités et statistique

201-DUA-05 Probabilités et statistique 1. La longueur de tiges usinées est une variable de moyenne 47,0 cm et d écart-type 0,36 cm. (a) Si l on prélève un échantillon aléatoire de taille 51, alors quelle est la probabilité que la moyenne échantillonnale

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

Analyses de protéines dans la levure

Analyses de protéines dans la levure Analyses de protéines dans la levure Romain Laverrière, Noé Mage, Elias Laudato, Samuel Joseph Introduction Le but de ce travail pratique est la détermination de la concentration d une sorte de protéine,

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat ES Antilles Guyane 24 juin 2015

Corrigé du baccalauréat ES Antilles Guyane 24 juin 2015 Corrigé du baccalauréat ES Antilles Guyane 2 juin 2015 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats Aucune justification n était demandée dans cet exercice. 1. La fonction f définie sur R par f (x)= x 3 + 6x

Plus en détail

myopie! Libérez-vous enfin de votre Votre vision et l implant AcrySof Cachet

myopie! Libérez-vous enfin de votre Votre vision et l implant AcrySof Cachet Libérez-vous enfin de votre myopie! Votre vision et l implant AcrySof Cachet Informations sur l implant AcrySof Cachet et ses effets bénéfiques sur votre vue Faites le point sur votre vue Si vous cherchez

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA R Raache Service d immunologie, Institut Pasteur d Algérie IPA Faculté des Sciences Biologiques (USTHB) I- Introduction

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

Revue de littérature du 03/12/2014

Revue de littérature du 03/12/2014 Revue de littérature du 03/12/2014 AJO and BJO Novembre 2014 Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Introduction VEGF: rôle important dans pathogenèse

Plus en détail

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles

Final. Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270. Conseil des normes actuarielles Final Normes de pratique Normes de pratique applicables aux assureurs (assurances IARD), sous-sections 2260 et 2270 Conseil des normes actuarielles Janvier 2011 Document 211005 This document is available

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire)

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 juin 2015 LUCENTIS 10 mg/ml, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 seringue préremplie de 0,165 ml (CIP : 34009 276 711 9 7) LUCENTIS 10 mg/ml, solution

Plus en détail

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires CANEGE Leçon 9 Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : comprendre le fonctionnement d une organisation dépôt central

Plus en détail

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations

Chapitre V : Résultats. 5.1 Présentation des résultats obtenus. 5.1.1 Interprétation des corrélations Chapitre V : Résultats Les corrélations présentées par la suite, sont celles qui correspondent aux chiffres choisis (corrélation de 0,13 ou 0,13), et celles que nous avons jugées les plus significatifs

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon

VI. Tests non paramétriques sur un échantillon VI. Tests non paramétriques sur un échantillon Le modèle n est pas un modèle paramétrique «TESTS du CHI-DEUX» : VI.1. Test d ajustement à une loi donnée VI.. Test d indépendance de deux facteurs 96 Différentes

Plus en détail

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme Les petits déjeuner du Réunion n 7 du Club de Laboratoires Accrédités Cartes de contrôle Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes Vendredi 21

Plus en détail

Règlement complémen. Titre : Exécutif facultaire. Entrée. Table. des matièress. 3. Types d évaluations

Règlement complémen. Titre : Exécutif facultaire. Entrée. Table. des matièress. 3. Types d évaluations Faculté d administration Règlement ADM-ENS-03-01 Titre : Règlement complémen taire d évaluation des apprentissages Approuvé par : Exécutif facultaire Date : Adoptéé le 2003-06 Modifiéé le 2011-05-30 Modifiéé

Plus en détail

Division Évaluation, Prospective et Logistique

Division Évaluation, Prospective et Logistique RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL

Plus en détail

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan DUCLOT Julie, SERRE Manon, GIBERT Philippe Service d Odontologie, C.H.R.U. Montpellier Département de Parodontologie

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport :

Mise à jour du 2ème trimestre 2015 30 juin 2015 Dans ce rapport : Miseàjourdu2èmetrimestre 2015 30juin2015 Dcerapport: Miseàjourdesinformationsauxmembres OùinvestissentlesmembresduRRCID? Rendementdesplacements Des frais réduits Mise à jour des informations aux membres

Plus en détail

Les Français et l ostéopathie

Les Français et l ostéopathie Les Français et l ostéopathie Sondage réalisé par pour le Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français interrogés par Internet les 4 et 5 septembre 2015 Echantillon Echantillon

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail

1. Principe et portée

1. Principe et portée Circulaire n 2011/09 du 04/10/2011 Appréciation de la notion de fratrie 1. Principe et portée 2. Date d appréciation de la fratrie 3. Détermination des enfants entrant dans la composition de la fratrie

Plus en détail

Évaluation du rapport bénéfice-risque

Évaluation du rapport bénéfice-risque ANNEXE II CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES ET MOTIFS DE L AVIS POSITIF ET DE LA MODIFICATION DU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT, DE L ETIQUETAGE ET DE LA NOTICE, PRESENTES PAR L AGENCE EUROPEENNE DES MEDICAMENTS

Plus en détail

pour Observatoire de la profession de conseil en recrutement

pour Observatoire de la profession de conseil en recrutement pour Observatoire de la profession de conseil en recrutement Juin 2009 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A Les préoccupations à six mois des Directeurs de Ressources Humaines B

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

ELAO. Efficient Language Assessment Online E L A O DESCRIPTION GENERALE

ELAO. Efficient Language Assessment Online E L A O DESCRIPTION GENERALE ELAO E L A O Efficient Language Assessment Online DESCRIPTION GENERALE ELAO est un logiciel d'évaluation linguistique dont la particularité est d'être à la fois précis, rapide et objectif, disponible sur

Plus en détail

L orthoptiste et le patient diabétique

L orthoptiste et le patient diabétique L orthoptiste et le patient diabétique Céline FIZAINE Complications oculaires du diabète: La Rétinopathie Diabétique (RD) La rétine est un tissu nerveux, constituée de deux zones : la macula qui permet

Plus en détail

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne 3 La rétine médicale en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne Dr Catherine Favard 1 Introduction Les traitements médicaux des pathologies rétiniennes évoluent

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV

Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Rapport 3 Dosage de la caféine dans des sodas et des boissons énergisantes par spectroscopie UV Raphaël Braunschweig, Stefan Binder Groupe A, Binôme 3 Résultats selon Benjamin Buhr et Lucile Koch-Schlund

Plus en détail

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus

Rapport de synthèse L impact économique des touristes perdus Rapport de synthèse L objectif de cette étude était d évaluer la mise en œuvre actuelle des dispositions communes concernant les visas dans l espace Schengen du point de vue de l industrie touristique

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète (French) Programmes de dépistage Maladies oculaires liées au diabète Suivi plus régulier et traitement de la rétinopathie diabétique Closer monitoring and treatment for diabetic retinopathy Informations

Plus en détail

TD de statistique : tests du Chi 2

TD de statistique : tests du Chi 2 TD de statistique : tests du Chi 2 Jean-Baptiste Lamy 6 octobre 2008 1 Test du Chi 2 C est l équivalent de la comparaison de moyenne, mais pour les variables qualitatives. 1.1 Cas 1 : comparer les répartitions

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert

Couleur des objets. Voici les spectres de quelques lumières obtenues grâce à des spots rouge, vert et bleu : Spot bleu Spot vert Séance n 2 Couleur des objets Une couleur spectrale correspond à une lumière dont le spectre ne présente qu une seule couleur. Il existe 6 couleurs spectrales : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, violet.

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée. 2015-2016 Centre de formation générale des adultes

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée. 2015-2016 Centre de formation générale des adultes PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE Version abrégée 2015-2016 Centre de formation générale des adultes 1 L école et son milieu Tous les services d enseignement offerts à plus de 2000 adultes; Clientèle répartie

Plus en détail

Représentation d une distribution

Représentation d une distribution 5 Représentation d une distribution VARIABLE DISCRÈTE : FRÉQUENCES RELATIVES DES CLASSES Si dans un graphique représentant une distribution, on place en ordonnées le rapport des effectifs n i de chaque

Plus en détail

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT

ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT 2010 ETUDE DE PERCEPTION PRODUIT Que reprochent les applicateurs au mortier de plâtre projeté Lafarge? UNIVERSITE MONTPELLIER I Faculté d Administration et de Gestion des Entreprises Rapport d étude Master

Plus en détail

1.1. Le 15 août 2010, jour de repos hebdomadaire pour un salarié dont le repos hebdomadaire est toujours le dimanche

1.1. Le 15 août 2010, jour de repos hebdomadaire pour un salarié dont le repos hebdomadaire est toujours le dimanche Régulièrement les aléas du calendrier nous amène à réinterroger le régime légal et conventionnel sur les jours fériés. Après la coïncidence du Jeudi de l Ascension et du 8 mai en 2008, le calendrier 2010

Plus en détail