UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME"

Transcription

1 UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME LES GRANDS MAGASINS PARISIENS : STRATEGIES TOURISTIQUES DE DEVELOPPEMENT ET POSITIONNEMENT DANS PARIS. Mémoire professionnel présenté pour l obtention du Diplôme de Paris 1-Panthéon Sorbonne MASTER PROFESSIONNEL «TOURISME» (2 ème année) Spécialité Développement et Aménagement Touristique des Territoires Par Mlle Sophie LE MAUFF Directrice du mémoire : Mme Maria GRAVARI-BARBAS JURY Membres du jury :.. :.. :.. Session de.

2 «Les grands magasins sont des lieux magiques. Chacun peut y trouver de quoi donner une réalité à ses songes». Paul Guimard (1957) Rue du Havre 2

3 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier Mme Gravari-Barbas pour m avoir guidée pendant cette recherche et m avoir encouragée à étudier ce sujet. Merci à toutes les personnes qui ont accepté de me recevoir ou de s entretenir avec moi au téléphone. Leur aide a été précieuse. Merci aux différents membres du personnel des grands magasins qui m ont apporté beaucoup d informations essentielles, et tiens à garantir une nouvelle fois leur anonymat. Merci à mon entourage pour m avoir soutenue, conseillée, dirigée vers des personnes ou endroits susceptibles de m intéresser, et à ma mère, pour une relecture toujours nécessaire! 3

4 SOMMAIRE INTRODUCTION I. METHODOLOGIE 1. De quels grands magasins parle-t-on? 2. Contexte 3. Comprendre les stratégies internes aux grands magasins (agencement, organisation ) 4. Comprendre le positionnement des grands magasins comme destinations de shopping 5. Comprendre la place touristique acquise par les grands magasins dans la ville de Paris II. LE CONTEXTE : PARIS, CAPITALE DE LA MODE ET DU SHOPPING 1. Paris, destination shopping 2. Actions de l OCTP et de la Mairie de Paris 3. Représentation de Paris dans le monde et marchés internationaux 4. Salons et évènements parisiens III. DES STRATEGIES INTERNES PROPRES A CHAQUE MAGASIN 1. L offre et l organisation 2. Les services 3. Les évènements 4

5 IV. PROMOTION ET COMMUNICATION, UNE STRATEGIE DE POSITIONNEMENT MULTI-SCALAIRE 1. Les «opérations d image» 2. Communiquer sur papier et sur internet 3. Un positionnement local, national et international V. DES SITES FAISANT PARTIE DES ITINERAIRES TOURISTIQUES ET DE L OFFRE TOURISTIQUE DE PARIS 1. L importance des grands magasins dans l expérience touristique 2. L influence du quartier 3. Des «zones touristiques»? CONCLUSION : LES GRANDS MAGASINS, LIEUX INCONTOURNABLES DU TOURISME A PARIS 1. Le shopping, activité touristique primordiale qui place les grands magasins dans l itinéraire touristique 2. mais les grands magasins deviennent alors des lieux à visiter, indépendamment de leur rôle commercial. 3. Typologie : stratégies, avenir et recommandations BIBLIOGRAPHIE ANNEXES TABLES «L Université n entend donnera aucune approbation ou improbation aux opinions émises dans les mémoires et thèses. Ces opinions doivent être considérées comme propres à leurs auteurs». 5

6 INTRODUCTION «La France est bien la première destination touristique mondiale avec une augmentation de 35% du chiffre d affaires de l activité shopping» 1. L acte d acheter fait partie intégrante de l expérience touristique (Jansen-Verbeke, 2002). C est désormais une évidence, soupçonnée depuis une dizaine d année. En 2001, 51% des touristes disaient que le shopping avait été la première ou seconde raison d un voyage récent (McCormick, 2001). Mais de plus en plus, l acte d acheter devient le but principal d un séjour, et n est plus toujours considéré comme une activité secondaire (Dallen, 2005 ; Rabbiosi, 2009). 1. Le shopping fait partie intégrante du cycle du voyage Le shopping est devenu un facteur dans le choix de la destination (Beck, 1998 ; Timothy and Butler, 1995, Mérenne-Schoumaker, 2001, Coeffe, 2009). Par conséquent, les lieux du shopping sont un nouveau facteur de compétition entre les métropoles. Les villes et acteurs urbains prennent l initiative de développer et promouvoir le shopping comme un produit touristique (Jansen-Verbeke, 2002). Il est devenu nécessaire pour les destinations de gérer ces lieux du shopping (Dallen, 2005), qui prennent alors une place de plus en plus importante dans les stratégies de développement et de marketing des destinations (Moscardo, 2004). Il existe des cas extrêmes de destinations qui se créent entièrement sur le thème du shopping (Pérouse, 2007), et qui se promeuvent donc en shopping destinations. Un certain nombre se sont déjà démarquées en Asie, Europe ou aux USA (Reisinger, 2008). Ainsi, certaines métropoles cherchent-elles à acquérir ce statut de destination shopping, de capitale du shopping. Mak et al (1998) montrent comment Hong-Kong s est promue paradis du shopping, pour lequel environ 50% du budget d un touriste est dépensé (McGolrick et Ho, 1992, p 62). 1 abc-luxe.com (2011) L attractivité du shopping en France. 20 mai. [En ligne] le 29 mai

7 Ainsi, les zones de shopping peuvent, voire doivent, être développées en tant qu attractions. C est aussi le cas pour les évènements du shopping. Par exemple l époque des Soldes est devenue un «enjeu stratégique pour les destinations» qui mettent en place de «vraies politiques volontaristes capables de coordonner les acteurs institutionnels autour d opérations marketing d envergure» (Coeffe, 2009, p13). Puisque le shopping prend une telle importance, d une part dans l expérience touristique, d autre part dans les stratégies des acteurs publics, il semble logique qu il s implante dans les autres secteurs de la chaîne touristique. Ainsi, les tour-opérateurs et agences de voyages promeuvent de plus en plus cette activité, et intègrent des produits spécifiques à leurs séjours (cartes de réduction ). Mais surtout, ils créent des circuits dédiés au shopping, par exemple depuis les USA jusqu à Paris pour un séjour shopping spécial Noël (Morgan et Pritchard, 2001). Il est donc nécessaire d envisager le shopping comme un «nouveau moteur du déplacement touristique et de la production des destinations» (Coeffe, 2009, p 12). De plus en plus, les lieux du shopping se construisent, se développent, sont perçus et sont visités comme des attractions touristiques à part entière. Le shopping est devenu activité structurante du tourisme, motif du séjour, et engendre l aménagement de lieux qui lui sont dédiés. C est dans ce cadre que mon étude approfondie des lieux du shopping a été engagée. 2. Les lieux du shopping comme sites touristiques et nouvelles destinations Les lieux et évènements du shopping sont donc devenus de véritables produits touristiques, qui peuvent accroître l attractivité d une destination. «Le patrimoine et le shopping sont de bons partenaires» (Dallen, 2005, p165). Ils sont en effet complémentaires, et créent un environnement de loisir attractif, une «ambiance de tourisme» (p165) dans les villes Européennes et Nord-américaines. On trouve donc très souvent des zones commerciales de ce type autour des attractions touristiques plus traditionnelles, patrimoniales, historiques. La fusion de magasins, restaurants, activités de loisirs et attractions, mais aussi de parcs, places, bâtiments historiques, crée ces «destination areas» (p149). 7

8 Ces «destination areas» contiennent des magasins qui peuvent devenir eux-mêmes des «destination stores» (Dallen, 2005, p149). C est le cas de Harrod s, décrit comme «World Destination Store» 2. De la même façon, le Mall of America est considéré comme un «symbole du centre commercial de nouvelle génération» (Ghorra-Gobin, 2002, p44)), car il combine les natures de centre commercial et parc à thème. Il est un «pôle générateur de flux» (p44), une «vitrine de la culture de masse américaine» (p46), et il «confère une image de métropole globale» (p46) à la ville. Le touriste peut y retrouver l Amérique, ou du moins une reconstitution partielle de l Amérique. Le succès des mega-malls nord-américains connaît cependant un certain déclin, dû au fait que «trop de malls se ressemblent visuellement et dans ce qu ils proposent» (Dallen, 2005, p48). C est pourquoi, face à ces mega-malls, des lieux du shopping plus traditionnels ont conservé une place importante, et en particulier les department stores, les grands magasins. 3. La permanence des grands magasins, lieux innovants pour un shopping nouveau L atout majeur du grand magasin repose sur l immense variété de produits qu il propose, qui permet aux touristes de trouver en un seul endroit une quantité de souvenirs pour eux, leurs amis, leur famille. Leurs caractéristiques majeures ont été définies par Pasdermajina (1954) : localisation centrale, occupation des étages élevés, grande variété des produits classés dans des départements bien identifiés, avec des équipes de ventes différentes voire des systèmes de comptabilité différents. Dès le 18 ème siècle, les grands magasins faisaient partie de l itinéraire des aristocrates lorsqu ils séjournaient à Paris ou à Londres, par exemple pendant le Grand Tour (Coquery, 2004). On leur confère un rôle emblématique, un statut d attraction touristique au même titre que Westminster, de must-see grâce à son architecture 3. On peut donc voir que c est d abord l aspect des grands magasins qui en fait des attractions. «Le bâtiment lui-même était donc 2 Retail Knowledge Bank 3 Coeffe, 2009 ; Chaney, 1996 ; Samson,

9 un élément crucial de l impact culturel du grand magasin», qui a participé à la transformation, pendant les 19 ème et 20 ème siècles, des centres villes en centres de divertissement et loisirs (Chaney, 1996, np). Clarke (1997) décrit la façon dont les grands magasins de la fin du 19 ème et début 20 ème ont été conçus comme des lieux destinés à être vus, avec une architecture luxueuse (grandes galeries, grands escaliers, ornements en fer forgé, miroirs, toits en forme de dôme, murs en marbres, parquets...). L importance des décorations est particulièrement vraie à Noël. «Les grands magasins parisiens, avec leurs vitrines animées, sont traditionnellement des lieux attractifs durant les fêtes de Noël.» (Audry, 2007, p6). Très vite, les grands magasins ont acquis un statut monumental (Chaney, 1996). L ouverture de Selfridge s avait été accompagnée de campagnes de publicité et de médiatisation. Mac Cannell (1976) parle du fait que les navettes touristiques à New-York déposaient les touristes de la même façon devant les attractions et devant les grands magasins. En fait, le grand magasin existe «au-delà de la seule marchandise qu il propose» (Germes, 2007, p246).les grands magasins sont donc rapidement devenus des attractions touristiques à part entière, de vrais destination stores. Cela dit, pour Chaney, ce statut monumental n est pas forcément pérenne. Ainsi, l aspect des grands magasins ne suffit pas. Il leur faut proposer plus qu une architecture transcendante, plus qu une variété de produits, plus qu une localisation centrale exemplaire. 4. Des grands magasins qui se renouvellent Les grands magasins ont été au cœur de la vie des grandes villes européennes aux 19 ème et 20 ème siècle, mais au Royaume-Uni, par exemple, le grand magasin Harrod s est le seul à avoir conservé un statut monumental. Ainsi, «cent ans plus tard, dans la société britannique, seul Harrods persiste à se traiter et à être traité comme une institution nationale, quasiment indépendante de la vente de marchandises» (Chaney, 1996, np). Harrods a été et est toujours développé comme un lieu de service public et on y a donc rajouté de multiples services, infirmerie et garderies etc. Similairement, le Wertheim Store à Berlin offrait dès le début du 20 ème siècle une gamme de services la plus complète possible : «banque, box office, 9

10 service de livraison à domicile, salle de rafraichissements, 6 cabines téléphoniques, un vestiaire, un bureau des objets perdus, un bureau d information, une salle de lecture, deux salles de travail publiques, une salle de musique avec un piano, des zones pour tranquillité, un bar à limonade, un distributeur à eau chaude et froide, une infirmerie, un bureau de change, une poste, des fontaines, des toilettes» (Coles, 1999, p38). Au-delà des services annexes et de l architecture, Dallen (2005) parle aussi de l importance des produits proposés. Selon lui, ces trois critères sont nécessaires pour qu un grand magasin, ou tout autre type de structure commerciale, réussisse. Cela dit, il pourrait avoir omis un dernier aspect, qui semble tout autant important pour le succès d un commerce. C est celui de l alliance de la «consommation de divertissement et de consommation divertissante» («consumption of fun and fun of consumption») (Ritzer, 2005, p 161). Les lieux du shopping proposent de plus en plus de produits qui s adressent aux touristes (duty free, carte discount, entrée à des défilés, dans des musées). Cette offre est nécessaire à leur attractivité. En fait, ils développent leurs propres stratégies et deviennent acteurs à part entière du tourisme. Les grands magasins tentent de se servir des ressources de la ville pour mettre en valeur leur activité. Le contraire est également vrai, puisque les acteurs publics utilisent les «pôles d attraction commerciaux pour perfectionner leurs politiques territoriales» 4. Il est alors intéressant de comprendre si toutes ces problématiques se vérifient dans le cas de la ville où la fréquentation touristique est la plus importante au monde : Paris, capitale du tourisme avec 39 millions de nuitées en , et capitale du shopping avec une densité commerciale dépassant celle des plus grandes capitales mondiales. Les grands magasins de Paris contribueraient à renforcer, selon Pearce (1991), l image de la ville. Mais de quelles façons? 4 Rabbiosi, 2009, page 1. 5 Chiffres-clés 2010, OTCP, 10

11 Ainsi, les grands magasins parisiens cherchent-ils à développer leur place dans l offre touristique de Paris au travers de stratégies de développement touristique? Plusieurs sous-questions sous-tendent cette problématique -Certaines stratégies sont-elles plus efficaces? -Tous les grands magasins parisiens peuvent-ils être considérés comme des lieux touristiques, au-delà de leur nature commerciale? -Agissent-ils seuls? Les recherches qui exploreront ces problématiques et tenteront d y répondre reposent sur l hypothèse que les grands magasins cherchent effectivement à développer, d une part, leur organisation et offre touristique dans leurs locaux (agencement, signalétique etc), et d autre part, à se positionner comme destinations à part entière en développant leur visibilité auprès des touristes, et en particulier au travers de la publicité et de la communication, qui sont deux premiers contacts entre un site et la cible que celui-ci souhaite toucher. On suppose aussi que certains grands magasins échouent dans cette quête de visibilité touristique, car il semble bien qu ils n aient pas tous la même reconnaissance internationale. Certains ont pourtant apparemment acquis un statut de monument, de site touristique, au-delà de leur nature commerciale. Ce mémoire a donc plusieurs objectifs : - définir les logiques internes aux grands magasins et leurs stratégies de développement touristique, pour comprendre ce qui est mis en place sur le terrain. - définir les stratégies de chaque grand magasin par rapport aux autres, afin de comprendre les relations de compétition ou complémentarité entre eux. - définir la place des grands magasins parisiens dans l offre touristique de Paris, pour comprendre s ils sont considérés comme incontournables et pourquoi. 11

12 - définir le positionnement touristique de lieux dont la nature est pourtant d abord commerciale, pour comprendre si cette nature touristique ne serait pas peut-être en train de prendre le dessus. Afin de répondre à la problématique posée, le chapitre I abordera les différentes méthodes de recherche utilisées. Le chapitre II posera le contexte de l étude, en expliquant la stratégie de Paris en matière de shopping. Le chapitre III abordera les techniques que je qualifierais d internes, c est-à-dire les stratégies d organisation et d accueil repérées dans chacun des grands magasins étudiés. Le chapitre IV étudiera les techniques que je qualifierais d externes, c est-à-dire destinées à être vues, et qui rassemblent les stratégies de promotion et de communication ainsi que les différents partenariats mis en place par les grands magasins, cela dans le but de se positionner comme destinations. Le chapitre V permettra de comprendre la place de ces derniers dans l offre touristique de Paris et au sein des itinéraires touristiques, et donc à comprendre leur positionnement effectivement. 12

13 CHAPITRE I. METHODOLOGIE Pendant cette recherche, il a toujours fallu garder à l esprit une dimension comparative, puisque la problématique visait à la fois à comprendre la place des grands magasins dans l offre touristique et leurs stratégies touristiques, mais aussi, à terme, à voir les différences de stratégie entre ces grands magasins. Si je souhaitais accorder une place importante aux enquêtes de terrain et en particulier aux entretiens avec les responsables des magasins, un problème de confidentialité s est rapidement posé. Il a donc fallu pallier un certain vide d informations, et cela par différents moyens. 1. De quels grands magasins parle-t-on? Il a été assez simple de définir les grands magasins à étudier. Différents moyens ont été mis en œuvre, pour aboutir aux mêmes résultats. Ainsi, la sélection des Galeries Lafayette Haussmann, du Printemps Haussmann, du BHV Rivoli et du Bon Marché a été faite après une recherche parmi de guides touristiques français et étrangers traitant de Paris 6, et parmi les documents de l OTCP. D ailleurs, à travers les recherches, j ai toujours été confrontée aux quatre mêmes grands magasins, et n ai donc jamais regretté ce choix. Le terme grand magasin renvoie même à une définition plus précise qu on ne pourrait le penser. C est ainsi Un magasin de détail, disposant d une surface de vente d au moins 2 500m2, et réalisant moins d 1/3 de leur chiffre d affaires en produits alimentaires. Ces entreprises relèvent du code d activité 47.19A (anciennement 52.1H 7 ). Et selon cette définition, seuls les Galeries Lafayette Haussmann, le Printemps Haussmann, le BHV Rivoli et le Bon Marché font partie de cette catégorie. 6 Le top 6 des meilleurs guides ciblés par GoFrance (http://gofrance.about.com/od/travelplanning/tp/tpguides.htm) : Lonely Planet, Frommer s, Fodor s, Rick Steve, Eyewitness UK Travel Guide, Roughguide, ainsi que le Routard édition Paris Selon une étude de l Observatoire Prospectif du Commerce : Panorama de branche 2010 (données 2009) «Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces (ex Magasins Populaires)» 13

14 Printemps Galeries Lafayette Bon Marché BH V Illustration 1. Les Grands Magasins dans l offre commerciale parisienne (source de la base cartographique : BDCOM 2003) Un bref aperçu historique peut s avérer utile pour le lecteur. Le Bon Marché est le premier grand magasin parisien, et a été inauguré en Le BHV a ensuite ouvert en Puis, c est un ancien employé du Bon Marché qui fonde le Printemps, derrière l Opéra, en 1865, suivi par la Samaritaine en Dernières de la liste, les Galeries Lafayette ouvrent en De rachat en fusion, chacun de ces grands magasins appartient aujourd hui à trois différents groupes globaux. Le Bon Marché et la Samaritaine appartiennent au groupe LVMH, le BHV et les Galeries Lafayette au groupe Galeries Lafayette (qui compte aussi les magasins Monoprix), et le Printemps au groupe Printemps. La Samaritaine étant actuellement en cours de rénovation, elle ne fait pas partie de l étude, bien que son cas eut été intéressant et pourra dans le futur faire l objet d études similaires. La Grande Epicerie ne fera pas non plus partie de l analyse. En effet, malgré l amalgame très fréquemment fait entre les deux, et si elle fait partie du groupe LVMH, et est reliée à une passerelle au Bon Marché, les deux magasins sont gérés indépendamment l un de l autre. 14

15 Chacun des quatre grands magasins étudiés est en fait le magasin amiral des différents groupes, et qui a été le premier de ces chaînes à ouvrir. En effet, il y a à Paris plusieurs Galeries Lafayette, plusieurs Printemps, tout comme en banlieue et en province, où existent aussi d autres branches BHV. Le Bon Marché Rive Gauche est une exception. Toutes les mentions faites dans ce mémoire des Galeries Lafayette, du Printemps, et du BHV renverront donc aux magasins amiraux, sauf indication contraire, et donc au Printemps Haussmann, aux Galeries Lafayette Haussmann, et au BHV Rivoli. 2. Contexte Tout d abord, je souhaitais établir un périmètre à ma recherche. Le contexte de mon étude reposait en effet à la fois sur l attractivité touristique de Paris, l appareil commercial de Paris, et le shopping comme activité primordiale touristique. J ai donc naturellement commencé par contacter l Office de Tourisme et des Congrès de Paris (OTCP), auprès d une directrice de département souhaitant rester anonyme, avec qui j ai réalisé un entretien téléphonique d environ 25 minutes. Une analyse de la documentation fournie par l OTCP et la Mairie de Paris a ensuite permis d approfondir ce contexte de Paris et son offre commerciale. 3. Comprendre les stratégies internes aux grands magasins (agencement, organisation ) Les entretiens constituaient un aspect important de ma recherche, puisque je souhaitais discuter non seulement avec les responsables des magasins afin qu ils m expliquent leurs gammes de services offerts aux touristes, l historique de tous ces services et leur chronologie, l aménagement des vitrines, les partenariats, mais aussi discuter avec les responsables de la communication et de la promotion internationale, pour en savoir plus sur les publicités, les campagnes d information et d affichages à l étranger etc. Tous les entretiens menés ont été rassemblés dans un tableau récapitulatif (table des entretiens) et ont été l objet de retranscriptions ou de comptes-rendus, joints en annexe. 15

16 J ai donc voulu contacter les responsables des grands magasins, directeurs, managers, ou au moins responsables de la promotion et/ou de la communication. Malheureusement, je n ai eu aucun retour positif, malgré plusieurs relances. J ai soit été ignorée, soit confrontée à des refus en bonne et due forme. Une chose étonnante a été le refus de la part du BHV, qui a clairement affirmé n avoir aucune stratégie en matière de tourisme. J avais pourtant contacté la personne qui avait reçu les étudiants de l IREST en 2010, en précisant que je venais moi-même de l IREST, que j avais suivi l atelier de terrain dans le cadre de la Démarche Qualité du 4 ème arrondissement, au sein de laquelle le BHV a une place importante, et active. De la même façon, les services de ces magasins qui auraient pu les fournir n ont pas non plus souhaité me les faire parvenir. Ensuite, je me suis dirigée vers la Mairie de Paris. Ajointe au Maire de Paris et chargée du commerce et de l artisanat entre autres, Mme Lyne Cohen-Solal n a pas souhaité me rencontrer, ni répondre à mes appels ou mes courriels, mais M. Laurent Queige, directeur de cabinet de l adjoint au Maire chargé du tourisme, a répondu positivement à ma demande d entretien, qui a duré environ 40 minutes. Ni la Mairie de Paris, ni l OTCP, n avaient de documents exploitables et intéressants pour ma recherche (fréquentations touristiques, nationalités, chiffres d affaires etc.). Une étude particulièrement intéressante réalisée par l UCV (Union du Grand Commerce de Centre-Ville) portait elle sur la synergie entre tourisme et commerce, mais ne sera publiée malheureusement qu en septembre J ai tout de même contacté l UCV, me disant que si l étude paraissait en septembre 2011, leurs études avaient déjà du commencer. J ai ainsi pu rencontrer M. Guillaume Simonin, qui m a donné de précieuses informations, ainsi que, enfin, des documents et chiffres récents sur les grands magasins. Puisque mes demandes d entretien auprès des responsables avaient tourné court, une autre partie de mes enquêtes a consisté à discuter avec les personnes travaillant dans le magasin, pour remplir une grille que je comptais remplir avec les responsables 8. Ces discussions ayant parfois pris la forme d entretiens font toutes partie des comptes-rendus d observations en annexe. J ai aussi pu m entretenir avec Mlle X, qui travaillait auparavant comme hôtesse de caisse au BHV, jusqu en 2009 ; et travaille depuis aux Galeries Lafayette comme conseillère 8 Grille disponible en annexe 1 16

17 de vente sur un stand d une marque de vêtements pour enfants haut-de-gamme. Son expérience dans deux grands magasins m a paru très intéressante à inclure dans cette recherche. Au Printemps, lors de l exposition Le Printemps c est Paris, se tenant au café Pouchkine, j ai pu poser quelques rapides questions aux serveurs. Le principe même de l exposition ayant été d installer celle-ci dans un café (ne jamais perdre l occasion de faire du chiffre?), et l espace étant assez réduit, le personnel n était pas très disponible J ai aussi utilisé les archives de l atelier de terrain conduit par Amandine Chapuis, puis par Anne-Cécile Mermet, dans le cadre de la Démarche Qualité de la mairie du 4 ème arrondissement de Paris. Ces documents et les retranscriptions des entretiens des extraits seulement, pour certains, car tous n étaient pas intéressants pour moi dans leur intégralité sont en annexe (G et H). J ai ainsi utilisé l entretien réalisé en 2009 avec Laurence Heinz, l enregistrement de la réunion du 9 décembre 2010 entre étudiants de l IREST du groupe Label Qualité, mairie du 4 ème et commerçants du 4 ème dont le BHV, ainsi que le compterendu réalisé en 2009 après la rencontre avec Laurence Heinz, et le bilan des enquêtes du M1 en 2009 réalisées au BHV même. Enfin, une analyse des brochures et plans de chaque grand magasin, ainsi que des visites approfondies ont été réalisées. Plusieurs visites ont été effectuées, pour savoir si les grands magasins changeaient leurs agencements, ambiances, signalétiques, vitrines, etc. 4. Comprendre le positionnement des grands magasins comme destinations de shopping Afin de comprendre comment les grands magasins se positionnent, il fallait d abord saisir leurs différentes stratégies de promotion et communication. Si les entretiens avec les responsables des grands magasins auraient aussi du permettre une première approche sur ces stratégies mises en place, ceux réalisés avec l OTCP et M. Queige de la Mairie de Paris ont apporté un grand nombre de réponses. 17

18 J ai ensuite réalisé une analyse comparative de contenus des sites internet de chaque grand magasin. L analyse des brochures papier a aussi permis d étudier cette hypothèse. En effet, les différences entre le contenu des sites internet et des brochures papier, mais aussi les différences selon les langues utilisées, ont été particulièrement intéressantes. De même, l analyse et les comparaisons de plusieurs affiches de publicité, et l emplacement de celles-ci dans la ville, ou au-delà de la ville, ont été importantes. Le positionnement des grands magasins est aussi le fait de partenariats locaux, nationaux et internationaux. Ce sont les entretiens avec l OTCP, dont mon interlocutrice fait partie de l organisation de Soldes by Paris, et avec M. Queige qui représentait entre autres Paris Capitale de la Mode et de la Création, qui m ont beaucoup apporté. De même, M. Simonin m a permis de comprendre réellement les partenariats entre les grands magasins, puisque l UCV réunit chacun de ces magasins en son sein. Des recherches bibliographiques et webographiques ont aussi été importantes, et ont permis de rassembler chiffres, études, communiqués de presse réalisés par ces magasins. 5. Comprendre la place touristique acquise par les grands magasins dans la ville de Paris Il fallait comprendre si les grands magasins avaient acquis une place véritablement touristique, au-delà de leur nature commerciale. Pour mieux comprendre la place des grands magasins dans l offre commerciale et touristique de Paris, j ai fait une recherche sur Google Adwords afin de savoir quels mots-clefs étaient utilisés par les touristes voulant venir à Paris entre autres pour faire du shopping. Après ma propre recherche de mots-clefs sur Google Adwords, j ai donc choisi de retenir les dix premiers mots-clefs utilisés par les internautes : 18

19 Shopping paris shopping paris france shopping paris cheap shopping sunday paris vintage paris clothes paris shopping shopping best shopping paris outlet shopping paris online shopping Sunday shopping paris paris Tableau 1. Les premiers mots-clefs tapés par des internautes et concernant le shopping à Paris J ai réutilisé chacun de ces mots-clefs dans des recherches sur Google, ce qui me permettait de voir les mêmes résultats que ceux vus par un visiteur potentiel. Je décidais de ne m intéresser qu aux résultats des deux premières pages, puisqu un internaute va rarement audelà. Cela m a permis de savoir quels sites étaient visités par les internautes souhaitant venir à Paris faire du shopping. J ai ensuite réalisé une analyse de contenu de chacun de ces sites 9. Le but était de trouver les sites qui étaient les premiers à être proposés aux internautes, et a fortiori lesquels étaient les plus visités, pour ensuite aborder une étape plus analytique. Ainsi, l étape suivante a été l analyse chacun de ces sites touristiques, premier contact entre un visiteur potentiel et la ville qu il visitera, afin de voir quelle place chacun d eux accordaient aux grands magasins. Il a aussi été intéressant de connaître les avis laissés par des touristes ayant visité les grands magasins et de comprendre quelle expérience ils y avaient eu. L analyse du site TripAdvisor.com a donc été menée, soutenue par quelques conversations avec des visiteurs dans les grands magasins. Ces questions avaient vraiment valeur d observations, et n ont pas été davantage développées puisque le but majeur de ce mémoire était de comprendre ce qui était mis en place auprès des touristes, plutôt que l image qu avaient les touristes de ce qui leur proposé. Personnes interrogées (que BHV Bon Marché Galeries Lafayette Printemps ce soit avec ou sans succès) Employés Visiteurs Tableau 2. Conversations menées pendant les observations de terrain 9 Selon les méthodes d analyse de Crouch et al (2005), et Walliman (2006) 19

20 De même, il a été intéressant à ce moment de connaître les flux générés par ces magasins. En plus de chiffres fournis par M. Simonin, j ai souhaité m en rendre compte par moi-même en utilisant la méthode de comptage pour chacun des quatre grands magasins. Ayant lu que les horaires d affluence touristique étaient clairement entre midi et 14h 10, j ai donc réalisé ces comptages pendant ces heures-là, pendant des jours de semaine, pour que les résultats soient comparables, et donc exploitables. Bien sûr, cette méthode comporte de nombreux défauts et n est pas exhaustive, et doit être considérée comme un indicateur. D abord, compter les entrées et sorties permet certes d avoir une idée des flux, mais ceux-ci sont globaux, puisqu il n était pas possible de savoir qui était touriste ou parisien. De plus, un seul comptage a été réalisé par grand magasin, alors que chacun comporte au moins quatre portes d entrée, voire plusieurs bâtiments, sans parler des passerelles entre chacun, et même des entrées de métro donnant un accès direct à certains de ces magasins! Mon entretien avec M. Simonin a aussi été précieux, puisqu une grande partie de l entretien a tourné autour de la candidature des grands magasins au statut de zones touristiques. En plus des documents qu il m a gracieusement fourni, j ai aussi recherché des documents permettant d approfondir ce sujet, en particulier le PLU de Paris qui est disponible en intégralité sur internet, et y sont visibles les différents zonages qui concernant les grands magasins. 10 Compte-rendu de la réunion du conseil de quartier Provence Opéra du 10 juin

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON II LE STAND ET SON POSITIONNEMENT BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 25 février au 04 mars 2012 Le CRT Lorraine a été invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création.

CRÉATION PARIS CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT DE PARIS La lettre d information des métiers de l artisanat parisien de création. Christian LE LANN, Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de Paris, les membres élus, Fabrice JUGNET, Secrétaire général, directeur des services et l ensemble du personnel vous souhaitent

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Liste de l ensemble des actions proposées lors de l atelier 4, classées par thème :

Liste de l ensemble des actions proposées lors de l atelier 4, classées par thème : LES ATELIERS DU TOURISME DU TERRITOIRE DE BELFORT 12 avril 2012, l ATRIA, Belfort Atelier 4 La communication et la commercialisation du territoire Animateur : Emilie LUA MaHoC Rapporteur : xxx Thème de

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

Comprendre Macao 13. Données et tendances de l économie... 27

Comprendre Macao 13. Données et tendances de l économie... 27 Sommaire Préface.......................................................................... 5 Remerciements.............................................................. 7 Comprendre Macao 13 Repères essentiels........................................................

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE. Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse COMMUNIQUE DE PRESSE 18 juin 2013 «La qualité de l accueil : un facteur clef de compétitivité pour la première destination touristique mondiale» Le Comité Régional du

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 -

Conclusion du rendez-vous du commerce «Transition numérique du commerce BtoB» -Lundi 19 octobre 2015 - MARTINE PINVILLE SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

I) Le Quizz HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. III) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le Quizz HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. III) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY II) Le contexte III) Le programme VRAI OU FAUX? Améliorer la fidélité de mes clients c est avant tout développer mon chiffre d affaires. Améliorer la fidélité de mes clients, c est avant tout développer

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

BILAN TOURISTIQUE 2011 DE LYON TOURISME ET CONGRES

BILAN TOURISTIQUE 2011 DE LYON TOURISME ET CONGRES BILAN TOURISTIQUE 2011 DE LYON TOURISME ET CONGRES Près d un demi-million de visiteurs a été accueilli dans les antennes de l Office du Tourisme du Grand Lyon en 2011, soit une fréquentation stable par

Plus en détail

MEDIA KIT - CHINESE EDITION. CHINOIS Edition annuelle

MEDIA KIT - CHINESE EDITION. CHINOIS Edition annuelle MEDIA KIT - CHINESE EDITION CHINOIS Edition annuelle EDITION ANNUELLE Juin 2012 à Mai 2013 L association et est un gage de sérieux pour co-éditer avec succès le magazine officiel d UnionPay France, destiné

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Assemblée Générale 2014

Assemblée Générale 2014 Assemblée Générale 2014 Approbation du Procès-verbal de l Assemblée Générale 2013 remis avec la convocation. Puis Rapport Moral de la Présidente Lydia Deturmeny Rapport financier Rapport de Monsieur Guillet,

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

PRESENTATION DU LABEL FAMILLE PLUS AUX PRESTATAIRES D ACTIVITES

PRESENTATION DU LABEL FAMILLE PLUS AUX PRESTATAIRES D ACTIVITES PRESENTATION DU LABEL FAMILLE PLUS AUX PRESTATAIRES D ACTIVITES Présentation du label Le marché des familles comprend 8 000 000 de familles françaises auxquelles s ajouteraient 20 000 000 de familles étrangères

Plus en détail

LES CHIFFRES CLES 2013

LES CHIFFRES CLES 2013 LES MISSIONS développer la notoriété de la destination Pézenas Val d Hérault et les retombées économiques sur le territoire, fédérer et animer les acteurs du tourisme, faire connaître et animer la destination,

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco Du 2 mai au 8 juillet. 2 P a g e a) Vie pratique : Logement : A San Francisco, je logeais dans une résidence

Plus en détail

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy

Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Village des Métiers, de la Formation et de l Emploi Du 26 au 28 Septembre 2014 Au Parc des expositions de Nancy Conférence de presse lundi 22 septembre 2014 à l Hôtel de Région, 1/10 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Améliorer sa visibilité avec Google My Business

Améliorer sa visibilité avec Google My Business Améliorer sa visibilité avec Google My Business On se présente! Au programme I. Contexte : Chiffres clés II. Google : moteur de recherche III. Google My Business IV. Intérêt pour vous V. A vous de jouer

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

(2013/2014) bilan de diffusion. éditions GRAND PUblIC

(2013/2014) bilan de diffusion. éditions GRAND PUblIC (2013/2014) bilan de diffusion éditions GRAND PUblIC SOMMAIRE OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS 25 rue des Pyramides 75001 Paris www.parisinfo.com contacts Sandrine Petit Directrice de lʼinformation

Plus en détail

Exclusive Restaurant se lance en franchise

Exclusive Restaurant se lance en franchise Dossier de Presse / Décembre 2012 Exclusive Restaurant se lance en franchise Parce qu un bon moment peut faire toute la différence. Ex c l usi ve R esta u ran ts - SAS au capital de 44 560 - RCS Par i

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire

Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Dossier de presse Animation Numérique de Territoire Contact : Laure Dubois : contact@animateurnumeriquedeterritoire.com Site web : www.animateurnumeriquedeterritoire.com Offices de Tourisme de France Fédération

Plus en détail

LE MARCHE TOURISTIQUE HONGKONGAIS A l EXPORT. Aix en Provence Mars 2013

LE MARCHE TOURISTIQUE HONGKONGAIS A l EXPORT. Aix en Provence Mars 2013 LE MARCHE TOURISTIQUE HONGKONGAIS A l EXPORT Aix en Provence Mars 2013 PREAMBULE Le marché touristique hongkongais est le plus ancien du monde chinois, avec une ouverture à l international dans les années

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

Ateliers du mercredi 9 février 2011

Ateliers du mercredi 9 février 2011 Ateliers du mercredi 9 février 2011 Barcamp Webmaster Webmasters, la technologie progresse de façon exponentielle dans un environnement marketing en perpétuel mutation. Que vous soyez technicien ou rédacteur,

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale

Structure du dossier de candidature. Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015. Tourisme & Gastronomie locale Structure du dossier de candidature Destinations européennes d Excellence en Wallonie 2015 Tourisme & Gastronomie locale 1. ÉLIGIBILITÉ DANS CE DOSSIER, JE Démontre en quelques lignes au jury que ma destination

Plus en détail

LE MARCHE CHINOIS LA BOURGOGNE : 2 ÈME DESTINATION FRANÇAISE POUR LA CLIENTÈLE CHINOISE

LE MARCHE CHINOIS LA BOURGOGNE : 2 ÈME DESTINATION FRANÇAISE POUR LA CLIENTÈLE CHINOISE LE MARCHE CHINOIS LA BOURGOGNE : 2 ÈME DESTINATION FRANÇAISE POUR LA CLIENTÈLE CHINOISE Sommaire L ESSENTIEL CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DES VOYAGES COMPORTEMENT DE LA CLIENTÈLE CHINOISE EN BOURGOGNE STYLE

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Le marché du luxe en Russie SOMMAIRE AVERTISSEMENT... 3 SYNTHESE... 9 1. PRESENTATION DE LA FEDERATION DE RUSSIE... 17

Le marché du luxe en Russie SOMMAIRE AVERTISSEMENT... 3 SYNTHESE... 9 1. PRESENTATION DE LA FEDERATION DE RUSSIE... 17 5 Le marché du luxe en Russie SOMMAIRE AVERTISSEMENT... 3 SYNTHESE... 9 1. PRESENTATION DE LA FEDERATION DE RUSSIE... 17 2. LE MARCHE DES PRODUITS DE LUXE... 21 2.1 Contexte du marché du luxe... 21 2.2

Plus en détail

Un nouvel espace de co-working Contact presse

Un nouvel espace de co-working Contact presse Un nouvel espace de co-working Contact presse Corine BUSSON BENHAMMOU Responsable des relations presse Ville d Angers/Angers Loire Métropole 02 41 05 40 33 / corine.busson benhammou@ville.angers.fr 1 Depuis

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 22 février au 02 mars 2014 Le CRT Lorraine était invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON

I CHIFFRES ET TENDANCES DU SALON BILAN SALON INTERNATIONAL DE L AGRICULTURE Paris Du 23 février au 03 mars 2013 Le CRT Lorraine a été invité par la Chambre Régionale d Agriculture à participer sur son stand au salon de l agriculture.

Plus en détail

Présentation du média salon

Présentation du média salon Présentation du média salon ll existe plusieurs type de salons : les salons professionnels, les salons grand public, les salons mixtes et les foires commerciales. Les salons professionnels sont des événements

Plus en détail

et de l Artisanat de Saint-André

et de l Artisanat de Saint-André Ville de Saint-André-Lez-Lille U n i on C o mmerc i a l e & A rt i s a n a l e D e S a i n t - An d ré Charte de Développement du Commerce et de l Artisanat de Saint-André CHARTE DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL

Plus en détail

Le tourisme chinois en France & à Monaco

Le tourisme chinois en France & à Monaco Cannes. 10 novembre 2015. JW Marriott. Le tourisme chinois en France & à Monaco Comment en profiter? En partenariat avec WAN JIA le magazine chinois des Editions COTE Le tourisme chinois en Europe - un

Plus en détail

Quoi de neuf pour le tourisme à Fontainebleau?

Quoi de neuf pour le tourisme à Fontainebleau? Petit Déjeuner de Presse : Quoi de neuf pour le tourisme à Fontainebleau? Jeudi 30 Juin 2011 Fontainebleau Tourisme 4, rue Royale 77300 Fontainebleau Tél : 01 60 74 99 99 /06 73 54 03 99 remi.dourthe@fontainebleau-tourisme.com

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

Concours National de Plaidoirie en Propriété Intellectuelle 7ème édition - Aix-en-Provence CAS PRATIQUE

Concours National de Plaidoirie en Propriété Intellectuelle 7ème édition - Aix-en-Provence CAS PRATIQUE Concours National de Plaidoirie en Propriété Intellectuelle 7ème édition - Aix-en-Provence CAS PRATIQUE La Commune d Aix-en-Provence est historiquement connue en tant que ville universitaire. Le charme

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

Les Foires de. Bien se renseigner pour réussir sa foire. Montargis. Contacts

Les Foires de. Bien se renseigner pour réussir sa foire. Montargis. Contacts 2015 Les Foires de Montargis Bien se renseigner pour réussir sa foire Contacts Foire Gastronomique de Printemps La foire gastronomique est LE rendez-vous du printemps depuis bientôt une cinquantaine d

Plus en détail

Dossier statistiques

Dossier statistiques Dossier statistiques Fréquentation touristique de l Office de Tourisme de Gardanne en Pays d Aix Sommaire I. Détail des procédures pour les questionnaires de satisfaction et pour les statistiques de fréquentation.

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur

Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce spécialité Acheteur Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

SYLVIA PINEL. Jeudi 9 janvier 2014

SYLVIA PINEL. Jeudi 9 janvier 2014 SYLVIA PINEL MINISTRE DE L ARTISANAT, DU COMMERCE ET DU TOURISME Discours Discours Vendredi 10 janvier 2014 N 340 Discours de Sylvia PINEL ministre de l Artisanat, du Commerce et du Tourisme lors de la

Plus en détail

FICHE PRATIQUE CM Viadeo

FICHE PRATIQUE CM Viadeo FICHE PRATIQUE CM Viadeo 1. Présentation Histoire : Viadeo a été fondé en France en 2004 par Dan Serfaty et Thierry Lunati pour leur permettre de rester en contact avec leurs réseaux d entrepreneurs entre

Plus en détail

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS

RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS RAPPORT DE FIN DE SEJOUR ERASMUS a/ Vie pratique Au cours de mon année Erasmus à Almeria, j ai habité dans deux logements. Tout d abord au début de l année, j ai cherché mon premier logement grâce au service

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

WORLDWIDE HOSPITALITY AWARDS 2014 15 e édition MEILLEURE OPÉRATION DE COMMUNICATION

WORLDWIDE HOSPITALITY AWARDS 2014 15 e édition MEILLEURE OPÉRATION DE COMMUNICATION WORLDWIDE HOSPITALITY AWARDS 2014 15 e édition MEILLEURE OPÉRATION DE COMMUNICATION Intercontinental Paris Le Grand Hotel 17 Novembre 2014 CRITERES D EVALUATION MEILLEURE OPÉRATION DE COMMUNICATION Ce

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE III 1/5

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE III 1/5 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE III 1/5 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE III (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Meilleure INNOVATION PRODUIT

Meilleure INNOVATION PRODUIT Meilleure INNOVATION PRODUIT MEILLEURE INNOVATION 01 MEILLEURE INNOVATION EN PRODUIT HOTELIER Ce trophée récompense un nouveau concept, un nouveau service, ou une initiative particulière d un groupe, d

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016. Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 1 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 Plan d action à l égard des personnes handicapées 2009-2012 Mise à jour le 10 juillet 2015 M:\07 RESSOURCES IMMOBILIERES\07-4000 Administration\07-4050

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure 1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 2 SOMMAIRE Green is better : Un concept innovant La genèse L innovation Green is better Les valeurs Green is better

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées

L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Ina, avec le Mondial de l Automobile, lance une nouvelle opération Ina Mémoires partagées L Institut national de l audiovisuel (INA) lance l opération Ina Mémoires partagées Automobile. Cet appel à contribution

Plus en détail

COMMERCE TULLISTE 26 PROPOSITIONS POUR UN CENTRE VILLE PLUS DYNAMIQUE

COMMERCE TULLISTE 26 PROPOSITIONS POUR UN CENTRE VILLE PLUS DYNAMIQUE COMMERCE TULLISTE 26 PROPOSITIONS POUR UN CENTRE VILLE PLUS DYNAMIQUE Présentation AJ/MHB/SE au Conseil municipal du 9 juillet 2013 Mairie de Tulle Une réflexion collective : 26 propositions pour un centre-ville

Plus en détail

Paris, Carrousel du Louvre

Paris, Carrousel du Louvre Ville de Pointe-à-Pitre Ville d art et d histoire Comité du Tourisme des îles de Guadeloupe DOSSIER DE PRESSE Paris, Carrousel du Louvre Comité du Tourisme des îles de Guadeloupe Département Culture &

Plus en détail

Guide du Professionnel

Guide du Professionnel Guide du Professionnel Forum des Métiers et de la Formation du Pays du Centre Ouest Bretagne 29 et 30 janvier 2010 à Gourin Madame, Monsieur, Vous avez accepté de participer au Forum des Métiers et de

Plus en détail

ONLYLYON Destination d Excellence. Faire de l excellence de l accueil à Lyon, un objectif pour tous!

ONLYLYON Destination d Excellence. Faire de l excellence de l accueil à Lyon, un objectif pour tous! ONLYLYON Destination d Excellence Faire de l excellence de l accueil à Lyon, un objectif pour tous! ONLYLYON Destination d Excellence Faire de l excellence de l accueil à Lyon, un objectif pour tous! Pourquoi

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

CONSULTATION Janvier 2016. Sélection d une agence de communication

CONSULTATION Janvier 2016. Sélection d une agence de communication CONSULTATION Janvier 2016 Sélection d une agence de communication pour la création de supports de communication de La Cité du Vin en 2016 1/ CONTEXTE 1-1 Contexte Général 1-2 La Cité du Vin 1-3 La Fondation

Plus en détail

Je gère ma relation client. Le 8 septembre 2015

Je gère ma relation client. Le 8 septembre 2015 Je gère ma relation client Le 8 septembre 2015 Je gère ma relation client On se présente! Qu est ce que la Gestion de la Relation Client? Définition La Gestion Relation Client (GRC) : C est l ensemble

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS DE l hôtellerie-restauration > Programme 2015 FAIRE AVANCER TOUTES LES ENVIES D ENTREPRENDRE. www.strasbourg.cci.

LES RENDEZ-VOUS DE l hôtellerie-restauration > Programme 2015 FAIRE AVANCER TOUTES LES ENVIES D ENTREPRENDRE. www.strasbourg.cci. LES RENDEZ-VOUS DE l hôtellerie-restauration > Programme 2015 FAIRE AVANCER TOUTES LES ENVIES D ENTREPRENDRE www.strasbourg.cci.fr LES RENDEZ-VOUS DE l hôtellerie-restauration > PROGRAMME 2015 Vous êtes

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Compte rendu Semaine Bourgogne à Hong Kong 24 au 27 octobre 2011

Compte rendu Semaine Bourgogne à Hong Kong 24 au 27 octobre 2011 Compte rendu Semaine Bourgogne à Hong Kong 24 au 27 octobre 2011 Contexte Vignerons, acteurs culturels, chefs de restaurants gastronomiques et Bourgogne tourisme se sont rendus à Hong Kong pour une opération

Plus en détail

ENIGMA MARKETING. Plan de Communication Marketing Intégrée Pour: Le Centre d Action Bénévole de Montréal imaginé par:

ENIGMA MARKETING. Plan de Communication Marketing Intégrée Pour: Le Centre d Action Bénévole de Montréal imaginé par: ENIGMA MARKETING Plan de Communication Marketing Intégrée Pour: Le Centre d Action Bénévole de Montréal imaginé par: ENIGMA MARKETING 1 ANALYSE DE LA SITUATION BÉNÉVOLAT AU QUÉBEC Quelques informations

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR DU 02 AU 04 JUIN 2015 LYON EUREXPO FRANCE www.capurba.com AU CŒUR DES VILLES INTELLIGENTES & INNOVANTES Parce que la ville a laissé place à la Smart City, le salon CapUrba propose une réflexion globale

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON DELEGATION DE M. Jean Charles BRON 338 D -20080325 Soutien au développement du commerce, de l artisanat et des services de la Ville de Bordeaux. Action de promotion et de prospection d enseignes présentée

Plus en détail

Rapport de fin de séjour à Bruxelles

Rapport de fin de séjour à Bruxelles Rapport de fin de séjour à Bruxelles Introduction Durant l année de mon master 2 Histoire-Histoire de l art à l Université Pierre Mendes France de Grenoble je devais réaliser un stage de 2 mois minimum.

Plus en détail

communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association

communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association communication Votre vitrine web avec Axofi Communication Présentation de votre vitrine web accèssible sur le site de l association ,, Véritable partenaire du commerce de proximité, nous vous accompagnons

Plus en détail

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION

DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION DIAGNOSTIC NUMERIQUE 2013 DOUE LA FONTAINE ET SA REGION 1 Sommaire Le contexte.. p.3 Pourquoi un diagnostic p.3 Rétroplanning.. p.3 Caractéristiques des répondants p.4 L adresse e-mail. P.5 La Google adresse.

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Accueil dans l université

Accueil dans l université L université dans laquelle j ai effectuée mon échange universitaire en S5 est Kyung Hee University dans la ville de Séoul en Corée du Sud. J ai choisi cette université pour en premier lieu le pays qui

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

Facebook. Pour une organisation ou une entreprise!

Facebook. Pour une organisation ou une entreprise! Facebook Pour une organisation ou une entreprise! Réalisé en mars 2010 Révisé en décembre 2010 Par : Sultana Ahamed, Isabelle Leblanc et Joline LeBlanc Qu est-ce que Facebook? Facebook est un réseau social

Plus en détail

ENQUÊTE. Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche?

ENQUÊTE. Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche? ENQUÊTE Quels sont les impacts du personnage de Julie auprès des @mbassadeurs de la Manche? La stratégie «ambassadeur» de Manche Tourisme La stratégie «ambassadeur»de Manche Tourisme Dans son schéma de

Plus en détail

Atelier 3 : Communiquer efficacement à l international

Atelier 3 : Communiquer efficacement à l international Atelier 3 : Communiquer efficacement à l international 1 LES OUTILS Evolution récentes Sources: agence Kinoa et agence Effiliation 2 NOR-FEED SUD Activité : Effectif : 17 CA : 4 millions CA Export : 50

Plus en détail