Dynamiques démographiques : quelles stratégies bancaires?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dynamiques démographiques : quelles stratégies bancaires?"

Transcription

1 D I R E C T I O N D E S É T U D E S É C O N O M I Q U E S N U M É R O A V R I L C R É D I T A G R I C O L E S. A. Dynamiques démographiques : quelles stratégies bancaires? Quels réseaux bancaires pour une population à plus longue espérance de vie? L impact du vieillissement de la population française sur le crédit à la consommation Bien-être des seniors : le rôle clef des assurances Le Japon et sa démographie Vieillissement de la population et perspectives pour les marchés actions La formation financière, gage d une préparation efficace à la retraite Quel montant investir pour créer et rénover les établissements pour personnes âgées?

2

3

4 R E I A M O M HORIZONS BANCAIRES NUMÉRO 336 AVRIL 2008 Dynamiques démographiques : quelles stratégies bancaires? S Éditorial... 5 GILLES GRAPINET, DIRECTEUR DE LA STRATÉGIE, MEMBRE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE CRÉDIT AGRICOLE S.A. L ADAPTATION DES BANQUES Quels réseaux bancaires pour une population à plus longue espérance de vie?... 9 MOHAMMED AGOUMI DIRECTEUR ADJOINT DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, CRÉDIT AGRICOLE S.A. L impact du vieillissement de la population française sur le crédit à la consommation GUIRAL DE RAFFIN, DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, FINAREF Les baby-boomers, une triple opportunité commerciale CHRISTINE KLEIS-GRUBER, DIRECTION DU MARCHÉ DES PARTICULIERS, CRÉDIT AGRICOLE S.A. L APPORT DES ASSURANCES Bien-être des seniors : le rôle clef des assurances FRÉDÉRIQUE BOULANGER, RESPONSABLE D ÉTUDES, PÔLE CRÉDIT AGRICOLE ASSURANCES Les actuaires face aux risques de longévité et de dépendance EDOUARD DE BONNAFOS, REPRÉSENTANT DE LA FFSA À LA COMMISSION D AGRÉMENT DES ACTUAIRES Le Japon et sa démographie RICHARD SUTTON, PRÉSIDENT ET CEO, CRÉDIT AGRICOLE LIFE INSURANCE JAPAN LE RÔLE DE LA GESTION D ACTIFS Vieillissement de la population et perspectives pour les marchés actions FLORIAN ROGER, STRATÉGISTE GLOBAL, CRÉDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Comment les services financiers adaptent-ils leur offre au vieillissement démographique? JEAN-FRANÇOIS BOULIER, ANCIEN RESPONSABLE DE LA GESTION DE TAUX EURO ET CRÉDIT, CRÉDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT ET PHILIPPE TAFFIN, RESPONSABLE «DÉVELOPPEMENT ET SPÉCIALISTES PRODUITS» DE LA GESTION DE TAUX EURO ET CRÉDIT, CRÉDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Le défi du vieillissement de la population pour l entreprise MICHELINE BOURNY-THAUMIAUX, ANALYSE EXTRA-FINANCIÈRE, CAAM LES REPÈRES ESSENTIELS La formation financière, gage d une préparation efficace à la retraite ALEXIS PETITJEAN, ANALYSES STRATÉGIQUES GROUPE, CRÉDIT AGRICOLE S.A. Quel montant investir pour créer et rénover les établissements pour personnes âgées? BERNARD BLONDEEL, RESPONSABLE DU MARCHÉ DES INSTITUTIONNELS, CRÉDIT AGRICOLE S.A. L Europe et la démographie DENYS LANGET, DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES, CRÉDIT AGRICOLE S.A. Service aux lecteurs

5 DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Jean-Paul Betbèze RÉDACTION EN CHEF Rémy Contamin, Serge Oppenchaim SECRÉTARIAT DE RÉDACTION Véronique Champion-Faure CONTACTS Crédit Agricole S.A Paris Cedex 15 - Fax : Internet : Études Économiques CONCEPTION - MISE EN PAGES Bleu comme une Orange RÉALISATION CAG IMPRESSION Crédit Agricole S.A. «Cette publication reflète l opinion du Crédit Agricole à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole ou de l une de ses filiales. Le Crédit Agricole ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Le Crédit Agricole ne saurait donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication.» 4

6 É D I T O R I A L GILLES GRAPINET DIRECTEUR DE LA STRATÉGIE, MEMBRE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE CRÉDIT AGRICOLE S.A. Terra incognita... Le monde nouveau dans lequel nous entrons, celui des sociétés «senior», demeure un espace largement inexploré de la sociologie humaine. Nul ne peut, en effet, dire d expérience comment les comportements humains vont s adapter à ce nouveau rapport à la durée de la vie. L humanité n a tout simplement jamais vécu aussi longtemps, aussi bien soignée, aussi largement protégée des guerres et des épidémies. En un mot, nous n avons aucun précédent... Et la soudaineté du phénomène en démultiplie l impact : à la fatalité éternelle de la brièveté du temps terrestre des hommes succède, en deux générations à peine, la certitude de vies désormais centenaires. Or, à l implacable évidence du phénomène du vieillissement lui-même, force est d avouer que correspond encore une immense interrogation sur la substance même de ses conséquences, tant sur les besoins que sur les comportements de nos concitoyens et partant, de nos clients. Car pour la banque en général, le vieillissement constitue un défi non moins important que celui qui bouscule déjà, un peu partout en Occident, les systèmes de santé et de retraite. Sur le plan quantitatif, les chiffres parlent d eux-mêmes : en 2050, nous aurons plus de clients retraités que de jeunes ou d actifs et la population des plus de 85 ans dans nos fichiers aura quadruplé... Mais le plus important est ailleurs, et plus précisément dans le nouveau rapport au temps et donc à l argent qui se construit sous nos yeux, redéfinissant tout à la fois les rapports de chaque génération avec elle-même comme avec les autres. Et qui dit nouveau rapport à l argent, dit nouveau rapport à la Banque. La bancarisation de masse s est logiquement faite en accompagnant, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la modernisation de la vie économique et la naissance de la société de consommation. À la jeunesse de nos populations de baby-boomers, avides d autonomie et de consommation, correspondaient les mécanismes anciens de conquête et de fidélisation de nos clientèles : domiciliation salariale, épargne «forcée» via les prêts à l habitat, équipement de base des ménages via le crédit à la consommation... Ces moteurs de notre croissance passée sur le segment de la banque de détail vont désormais mécaniquement ralentir. Il nous incombe de leur trouver de nouveaux relais, en revisitant en profondeur nos offres, nos stratégies /... 5

7 /... marketing et nos canaux de distribution, à l aune des nouvelles réalités démographiques, économiques et sociologiques qui bouleversent déjà les comportements de consommation, d investissement et d épargne. De la même manière, l émergence d une véritable économie «senior» est certainement une opportunité majeure pour retrouver, à travers son financement, des espaces de profit et de croissance aussi durables que le vieillissement lui-même. Le comportement des «jeunes seniors» commence désormais à être raisonnablement bien cerné, on le verra dans les articles qui suivent : ils souhaitent profiter de la vie après le travail, sont en meilleure santé que la génération qui les a précédés, ont ainsi accès à des activités de loisirs et de voyages plus variées, à un mode de vie plus libre. Bref, ils sont devenus à la fois plus consommateurs et plus investisseurs et, en bons adeptes du téléphone portable et d internet, aussi «technophiles» que leurs enfants. Ces certitudes peuvent cependant être remises en cause par l arrivée au statut de «jeune senior» de la génération des baby-boomers, la fameuse «génération 68» dont, à chaque étape, les comportements se sont avérés en rupture avec ceux de leurs aînés : préserveront-ils le contrat non écrit de solidarité intergénérationnelle ou bien modifieront-ils l arbitrage «épargne/consommation» en cédant à la tentation hédoniste, seront-ils majoritairement des «désépargnants» attachant plus de prix à la liquidité qu au rendement? La consommation elle-même sera-t-elle librement consentie (consommation plaisir) ou fortement contrainte (prévoyance individuelle) en raison de l insécurité perçue ou subie quant à la pérennité de leurs retraites et de leur autonomie? Devra-t-on réinventer les formes traditionnelles, non intermédiées, de solidarité intergénérationnelle? Mais alors, comment les imaginer avec la généralisation des recompositions familiales? Ce ne sont là que quelques-unes des grandes questions approfondies dans les pages qui suivent. Elles démontrent le caractère assez largement schizophrénique du problème du vieillissement et la nécessité, pour l industrie financière, de se mobiliser réellement afin de prendre à bras-le-corps ce nouveau défi. Il lui faudra faire preuve de flexibilité stratégique et de créativité pour inventer des solutions durables à des problèmes encore largement mouvants et en faire partager, suffisamment tôt, le bien fondé à ses clients. C est l esprit de ce numéro d Horizons Bancaires que d inviter à l exploration de cet inconnu avec prudence et humilité. Moins Indiana Jones que Lévi- Strauss, il propose de multiplier les angles de vues pour aider chacun à revisiter les repères anciens au regard de ces changements immenses et mieux identifier, chemin faisant, les grands axes de transformation de nos métiers et de nos produits afin que ce nouvel âge gris soit aussi un nouvel âge d or, pour les banques comme pour leurs clients. 6

8 L adaptation des banques 7

9 8

10 Quels réseaux bancaires pour une population à plus longue espérance de vie? MOHAMMED AGOUMI DIRECTEUR ADJOINT DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL, CRÉDIT AGRICOLE S.A. Plus nombreuse, plus mobile, plus exigeante, plus diverse, la clientèle des seniors dépassera bientôt celle des jeunes et des actifs. Lui apporter un haut niveau de service devient un enjeu capital. Une distribution organisée par types de besoin y contribue. La moyenne d âge de la population française est de 39 ans environ, alors qu elle est proche de 26 ans au niveau mondial. Malgré l exigence de 40 annuités travaillées pour bénéficier d une retraite à taux plein et le report mécanique de l âge de départ à la retraite qui en découle, le nombre de retraités continuera d augmenter plus vite que la croissance moyenne de la population. La part de la population âgée de 60 ans et plus est passée de 16,5 % à 21,3 % de la population totale en 50 ans, avec une accélération du phénomène dans les dix dernières années. /... graphique 1 PYRAMIDES DES ÂGES DE LA FRANCE MÉTROPOLITAINE EN 2005 ET 2050, SELON LES SCÉNARIOS BAS, CENTRAL ET HAUT Hommes Âge Femmes Effectifs en 2005 Scénario haut et bas Scénario central La part de la population âgée de 60 ans et plus est passée de 16,5 % à 21,3 % de la population totale en 50 ans. 9

11 /... L observation de la projection de la pyramide des âges de la population française montre qu au-dessous de soixante ans, la structure reste comparable à celle de En revanche, l essentiel de la déformation, et donc de la croissance, provient de l augmentation de la population au-dessus de soixante ans. Ainsi, les différentes projections démographiques indiquent que la population au-dessus de soixante ans aura doublé d ici À ce rythme, les banques auront bientôt dans leur base de clientèle plus de retraités que de jeunes et d actifs. Certains retraités recherchent des lieux de vie dans le monde avec un climat clément et un niveau de vie qui valorise leur retraite. UN SEGMENT DE CLIENTÈLE À PART ENTIÈRE Sur le plan des besoins d abord, il est d usage d évoquer les besoins en termes de santé ou de services à la personne. Mais cette clientèle souhaite profiter de la vie après le travail. Pendant les dix à quinze ans qui suivent la retraite, elle devient dépensière, géographiquement mobile et gère de ce fait un nouvel équilibre entre son épargne et sa consommation. Il en résulte que son attente vis-à-vis de sa banque a évolué. Ses besoins sont différents : elle attend de sa banque qu elle s y adapte. Il ne s agit pas ici de revenir sur les différentes offres spécifiques destinées aux seniors, mais essentiellement de caractériser le type de relation bancaire qu il convient de nouer avec cette clientèle. L équilibre nouveau entre épargne et consommation ouvre les seniors au crédit, alors qu ils étaient principalement concernés par les placements et l épargne réglementée. Ainsi, chez les plus de 65 ans, le recours à l endettement s accélère (21,7 % en 2004, 24,6 % en 2005) En outre, l un des effets induits de la mondialisation réside dans la recherche de lieux de vie dans le monde avec un climat clément et un niveau de vie qui valorise la retraite acquise. Ceci crée des besoins nouveaux de conseil et de financement en dehors des frontières. Dans ces conditions, les banques à implantation mondiale ont incontestablement un avantage compétitif majeur pour aider cette population à acquérir des biens immobiliers hors de France. Mais le besoin ne s arrête pas au conseil et au financement. En effet, l acquisition de biens génère une forme de multisédentarisation. Elle engendre des besoins bancaires à la fois dans les pays d accueil et dans les pays d origine. L enjeu de fidélisation de cette clientèle réside dans la nécessité de la servir de façon équivalente là où elle se trouve et quand elle le souhaite. Il s agit donc d une relation bancaire nouvelle, plus globale, plus étendue géographiquement et plus disponible aux besoins, plus complexes, de ces clients. 10

12 Quels réseaux bancaires pour une population à plus longue espérance de vie? M O H A M M E D A G O U M I UN ENJEU DE FIDÉLISATION CAPITAL L a clientèle de plus de soixante ans dépasse aujourd hui le tiers du nombre des clients des banques, plus des trois quarts en capitaux et donc en rentabilité. Il convient donc de lui apporter le niveau de service approprié pour la fidéliser. La question de lui consacrer des conseillers spécifiques peut se poser pour améliorer le niveau de service offert et s assurer de la continuité de la relation. Cette vision ignore cependant deux phénomènes essentiels. Le premier réside dans l hétérogénéité de cette population. En effet, 10 % des retraités perçoivent moins de 350 euros par mois et 10 % disposent de plus de euros par mois. Les inégalités sont également fortes entre les anciens fonctionnaires et les ex-salariés du secteur privé. Les sommes perçues par les anciens fonctionnaires représentent en moyenne 75 % de leur dernier salaire (calculé sur les six derniers mois), contre 47 % dans le secteur privé (calculé sur les vingt-cinq meilleures années). Les écarts sont également très marqués entre salariés et non-salariés. Les premiers perçoivent en moyenne euros en 2005, les seconds 650. Toutes ces données sont à comparer au revenu disponible brut moyen par ménage en 2005 qui était de euros par an, soit de euros par mois. Les données patrimoniales sont, en sens inverse, plus favorables à ce segment qu au reste de la population. Il n en reste pas moins vrai que l essentiel des placements effectués par ce segment est concentré sur un pourcentage faible de cette population. On pourrait retenir de ces chiffres que le raisonnement en moyenne et en évolution sur une tranche d âge cache plusieurs réalités et donc plusieurs besoins financiers. Spécialiser un réseau ou des conseillers reviendrait à traiter de façon équivalente des clients dont la réalité des revenus et des patrimoines est différente. Cela aurait pour conséquences soit de niveler par le bas, donc de prendre le risque de l insatisfaction de la tranche la plus rentable de ce segment, soit de niveler par le haut, au risque de subir des coûts d exploitation prohibitifs rapportés au PNB dégagé. Le deuxième phénomène est relatif à l évolution de l exigence de la clientèle vis-à-vis de sa banque. Le client bancaire demande plus d expertise de la part de son conseiller dans le domaine pour lequel il sollicite sa banque. Un spécialiste «Crédit» doit pouvoir conseiller le client sur la meilleure formule, par exemple pour emprunter en monnaie locale ou en euros pour l achat d une résidence à l étranger. Il doit pouvoir le renseigner sur les meilleures garanties pour lui, compte /... La clientèle de plus de soixante ans dépasse aujourd hui le tiers du nombre des clients des banques, plus des trois quarts en capitaux et donc en rentabilité. 11

13 La commodité d exécution des opérations est également un élément déterminant du service rendu. /... tenu de son patrimoine, de ses revenus et de l équilibre optimal entre niveau d épargne et montant de crédit. Cette exigence d expertise traverse toutes les catégories de clientèle. Il s agit d un signe de maturité du marché et d une évolution du comportement du consommateur, quel que soit son âge. Le client «senior» n échappe pas à cette règle. Il préfère avoir en face de lui un expert de son univers de besoin plutôt qu un «gérontospécialiste». Lorsque la spécialisation est nécessaire, elle est liée à des services nouveaux, spécifiquement destinés à cette population. On peut ainsi imaginer la vente de produits d assurance ou de services à la personne dont les interlocuteurs seront des experts qui dialoguent avec le client et le conseillent via des plateformes téléphoniques. C est essentiellement pour ces deux raisons majeures que la fidélisation de la clientèle senior passe par un modèle de distribution qui spécialise les conseillers par univers de besoin du client et non selon sa tranche d âge. LA TECHNOLOGIE, POUR ACCOMPAGNER DES CLIENTS MOBILES Cependant, la fidélisation ne s obtient pas uniquement par le biais des conseillers en agence. La commodité d exécution des opérations est également un élément déterminant du service rendu. Le téléphone portable est désormais généralisé et Internet en voie de l être. Pour toute la population mobile, ces deux techniques de communication sont à la fois un outil de liberté et une fenêtre ouverte en permanence sur ses différents repères et besoins. Le client attend de sa banque qu elle soit le partenaire de cette liberté. Plus la mobilité géographique est importante, plus le client a besoin d un accès libre à sa banque pour ses besoins quotidiens, et d un accès facilité à un spécialiste pour des besoins plus spécifiques. Ce qui différencie la clientèle senior des autres catégories, c est principalement la fréquence et l intensité de cette mobilité. Que ce soit par les lieux multiples de résidence ou par la fréquence des séjours touristiques, ce segment de clients a encore plus besoin que d autres catégories d une «Banque à Accès Libre». Le téléphone portable pourrait ainsi devenir un terminal privilégié, voire unique, de paiement. Le canal Internet pourrait également répondre à des besoins élargis 24 h/24 h de façon sécurisée. Certaines expériences sont en cours pour avoir un dialogue en «visio» entre le client et son conseiller. 12

14 Quels réseaux bancaires pour une population à plus longue espérance de vie? M O H A M M E D A G O U M I Enfin, l existence d une plateforme téléphonique professionnelle qui prend en charge le problème du client, et qui le résout, est un atout important dans l accompagnement. La banque à accès libre n est pas une spécificité de la clientèle senior, mais elle répond de façon pertinente à la nouvelle donne de mobilité de cette clientèle. Ceux qui craignaient qu elle ne soit pas réceptive à la technologie en sont pour leurs frais! Selon différentes enquêtes, il n y a en effet que peu de différence de comportement, vis-à-vis d Internet par exemple, entre les clients de plus de 60 ans et les autres. Ceci est renforcé par le fait que cette différence s estompe au fil des ans, à mesure que les «jeunes seniors» accèdent à leur nouveau statut. Il est donc clair que le développement des canaux d accès à distance constitue une commodité nécessaire pour tous les segments de clients, une commodité dont les seniors sont très largement demandeurs. LA SÉCURITÉ DES PLACEMENTS, UNE EXIGENCE DE LA RÉGLEMENTATION ET DU CONSUMÉRISME C e besoin nouveau de liberté et d autonomie n exclut pas une exigence grandissante en termes de sécurité des opérations, notamment en matière de placement. Les «soixante ans et plus», qui représentent moins du tiers de la population, effectuent près des trois quarts de l ensemble des placements des Français. Les plus de soixante-quinze ans ont un taux d épargne deux fois plus élevé que la moyenne. La problématique de la sécurité des placements est donc essentielle. La réglementation sur la connaissance et le profilage des clients incite à une vigilance particulière sur la vente de produits de placement à toute population âgée qui n aurait qu une connaissance sommaire de la complexité des produits. Qu il s agisse de l adoption de la directive européenne MIFID, ou bien des recommandations émises par la commission présidée par Jacques Delmas-Marsallet, la protection du consommateur est au centre des préoccupations de la législation bancaire. L AMF est, pour ce qui la concerne, très soucieuse de ce point. Elle vérifie avec soin toutes les ventes de produits risqués à une population qui pourrait ne pas être en mesure d apprécier l entièreté du risque sous-jacent aux produits complexes ou aux actions. Le critère d âge fait partie des critères d évaluation de la pertinence de la vente de produits et du risque qui y est attaché. Ce dispositif réglementaire, ainsi que l exigence forte des mouvements de consommateurs pour plus de transparence dans les relations entre les banques et leurs clients, conduit /... La protection du consommateur est au centre des préoccupations de la législation bancaire. 13

15 /... ainsi le système bancaire à adapter son dispositif de distribution pour se conformer à la nouvelle législation. La première conséquence en est la formation de tous les conseillers tant sur les produits, les outils de connaissance et de profilage des clients que sur la méthode de conseil aidée par des outils de simulation et de proposition de vente tenant compte des besoins et du profil de risque des clients. Le devoir de conseil Le devoir de conseil va jusqu à refuser au client l acquisition va jusqu à refuser de produits relevant d une catégorie de risque supérieure au au client l acquisition profil élaboré par la banque, sur la base des informations données par celui-ci. de produits relevant d une catégorie On imagine aisément l impact que cette vigilance peut avoir de risque supérieure. sur la gestion de la relation entre le conseiller et son client. Si, en outre, le client est une ancienne relation de la banque et que son âge justifie un profil de risque en-deçà de ses souhaits, la gestion de la relation nécessite une grande expérience et compétence du conseiller et, probablement, une dose non négligeable de diplomatie. C est pour cette raison, et pour professionnaliser davantage le service aux clients à forte capacité de placements, que les grandes banques créent de plus en plus des réseaux spécifiques pour la clientèle haut de gamme. De la sorte, les outils et la compétence nécessaires au traitement des besoins de ces clients sont concentrés sur un nombre limité de points de vente. En gérant la relation bancaire des clients à forte capacité de placements au sein de ces unités, les banques se dotent des moyens de respecter la sécurité des opérations en conformité avec le profil de risque du client, mais également d offrir le meilleur service de conseil et d évaluation du couple «Risque/Performance». Ainsi, la clientèle senior se trouve largement représentée dans ces segments de clients haut de gamme. Il n est donc nul besoin de lui dédier un univers spécifique pour le traitement de ses opérations ou leur sécurisation. NE PAS SPÉCIALISER LES RÉSEAUX PAR ÂGE Un tour du monde rapide montre a priori qu aucun réseau n a spécifiquement opté pour une segmentation de son réseau de distribution par tranche d âge. L observation de l Europe et de l Amérique, deux grandes zones concernées par le vieillissement, indique qu aucune des grandes banques y opérant n a modifié sa distribution pour la spécialiser pour les clients seniors. Cela ne veut pas dire qu il n existe aucune adaptation des offres ou aucune formation particulière aux besoins de cette clientèle. Cela montre simplement que les besoins de cette clientèle sont les mêmes 14

16 Quels réseaux bancaires pour une population à plus longue espérance de vie? M O H A M M E D A G O U M I que toutes les autres, en fonction du segment auquel elle appartient. La valeur, pour la banque, de la rentabilité de ces clients et leur comportement bancaire sont les facteurs déterminants du mode de distribution et de l organisation sousjacente des établissements, plus que leur âge. Cela explique probablement aussi pourquoi nous n avons observé jusqu ici aucun nouvel entrant sur ce marché spécialisé sur ce type de clientèle. UNE DISTRIBUTION MODERNISÉE, QUI RÉPOND AUX BESOINS DES SENIORS Il est clair que la clientèle de plus de 60 ans représente un potentiel important sur le plan commercial et sur le PNB (produit net bancaire) pour les banques. L exploitation de ce potentiel, sa conquête et sa fidélisation passent en priorité par des réponses adaptées à l univers de besoins qui correspond à l évolution du mode de vie de cette clientèle. De par sa diversité, cette population ne peut être traitée de façon uniforme. On ne peut donc imaginer lui dédier un réseau ou un mode spécifique de distribution qui serait soit trop coûteux, soit insuffisant par sa trop grande spécialisation. Mais le monde bancaire se doit de rester en permanence à l écoute des besoins de ces clients, s il souhaite s en attacher la fidélité. Ces besoins sont liés à leur âge et proviennent des demandes d assistance et de financement des services à la personne et des dépenses de santé. Ils sont également liés au mode de vie nouveau, plus nomade et plus libre, plus consommateur et plus investisseur, plus sécuritaire et plus prêt à prendre quelques risques. Cette adaptation à cette nouvelle manière de vivre sa liberté doit se traduire par un accès libre à sa banque, pour sa gestion au quotidien, et un accès professionnalisé à des conseillers mieux formés et plus experts dans le traitement de la demande de cette clientèle. C est donc simplement une organisation modernisée de la distribution par types de besoin et non par âge qui arrivera à convaincre une clientèle de plus en plus soucieuse d être totalement intégrée dans les dispositifs qui traitent toutes les tranches d âge en fonction du besoin du segment. La Banque moderne qui répond le mieux à la demande des seniors est donc à l exact opposé d une «Gérontobanque». De par sa diversité, la population des seniors ne peut être traitée de façon uniforme. 15

17 16

18 L impact du vieillissement de la population française sur le crédit à la consommation GUIRAL DE RAFFIN DIRECTEUR GÉNÉRAL ADJOINT, FINAREF La population qualifiée de «seniors» est aujourd hui en passe de devenir un moteur économique incontournable en France. Le vieillissement de la population se traduit par des évolutions révélatrices sur le secteur du crédit à la consommation. D ailleurs, l Observatoire de l endettement indique qu entre 1990 et 2006 la détention d un crédit de trésorerie chez les plus de 55 ans a crû de 62 %. Aujourd hui, près d une personne sur deux de plus de 55 ans détient un crédit de trésorerie (47,7 %). Force est de constater que le recours au crédit s est propagé et développé et que l allongement du temps de vie encourage les seniors à consommer plus et plus longtemps. UN RAPPORT DE CONSOMMATION QUI A CHANGÉ ENTRE SENIORS ET CRÉDIT Longtemps en France, les seniors ont sous-utilisé le crédit à la consommation. Cela est particulièrement vrai de la population active d après-guerre. Leur modèle de consommation consistait alors à «économiser et épargner pour acheter un bien». Les générations suivantes, celles du baby boom, ont accompagné le développement du crédit à la consommation dans les années 70. Cette génération rompt avec l idée que «le recours au crédit doit rester restrictif à l achat de biens spécifiques». Une utilisation du crédit pour chaque période de la vie commence à faire son chemin. Actuellement, les plus de 50 ans sont ceux qui vont spontanément citer les organismes /... Une utilisation du crédit pour chaque période de la vie commence à faire son chemin. 17

19 /... tableau 1 tableau 2 PLUS DE 50 ANS : LES PLUS ENCLINS À SOLLICITER UN ORGANISME DE CRÉDIT Exemple, en demandant aux clients FINAREF «En cas de dépenses exceptionnelles ou imprévues, vous faites appel à :...» Organismes Entourage Votre de crédit banque Autres ans 5 % 39 % 38 % 18 % ans 7 % 24 % 46 % 23 % ans 10 % 15 % 54 % 21 % ans 13 % 8 % 62 % 17 % ans 16 % 5 % 64 % 15 % Plus de 75 ans 14 % 7 % 64 % 15 % Source : FINAREF de crédit comme étant le deuxième interlocuteur vers lequel ils se tourneraient après leur banque en cas de dépense imprévue (voir tableau 1). Cette tendance se traduit de façon très concrète dans les niveaux de consommation de crédits. En effet, les ans non réfractaires au crédit renouvelable connaissent une utilisation constante du crédit tout à fait comparable à celle des tranches d âge inférieures. Montant des achats Montant des agios générés ans ans ans ans ans Plus de 75 ans Source : FINAREF - Éléments de suivis sur une année - Base 100 sur les ans On peut parler de «fragmentation» de la population des seniors qui se traduit par des habitudes et des besoins très différents en fonction des personnes. UNE ÉMERGENCE DE NOUVEAUX BESOINS POUR UNE POPULATION PLUS ÂGÉE C ette évolution du rapport au crédit est certes issue du changement des mentalités au cours des quarante dernières années, mais aussi de l émergence de nouveaux besoins. Les besoins ne se limitent plus à pouvoir «couler des jours heureux dans une retraite paisible». L allongement de l espérance de vie a considérablement fait évoluer ce marché. D abord, le développement des services a été important sur cette population, ensuite, la meilleure santé des seniors a conduit à des activités plus variées (loisirs, voyages, résidence secondaire...). On peut parler de «fragmentation» de la population des seniors qui se traduit par des habitudes et des besoins très différents en fonction des personnes. 18

20 L impact du vieillissement de la population française sur le crédit à la consommation G U I R A L D E R A F F I N encadré 1 POINT DE VUE DE NICOLAS BOUZOU Directeur de la société de prévision économique Asterès Que la population française vieillisse, c est un fait. Que ce vieillissement soit défavorable au marché du crédit à la consommation, rien n est moins sûr. Une analyse rapide considère généralement que la propension à consommer serait décroissante avec le vieillissement. En effet, le revenu d un retraité (mais pas son patrimoine) est souvent moins élevé que celui d un actif. Il est donc logique qu il consomme moins. Pourtant, lorsque l on regarde l évolution de la consommation dans le monde, il ne semble pas qu elle soit moins dynamique dans les pays où la population est la plus âgée. Ce point est particulièrement frappant en Europe de l Est. En Russie, en Bulgarie ou en Slovénie, les dépenses des ménages sont dynamiques, et la demande de crédits à la consommation l est aussi. La réalité de l impact du vieillissement de la population sur le crédit à la consommation est complexe. Déjà, il faut bien avoir en tête que les seniors d aujourd hui ne sont pas ceux d hier. Les baby-boomers consomment davantage que leurs aînés ne le faisaient au même âge. Les distributeurs de mobile home ou de bateaux de plaisance le savent bien. À la différence de leurs parents, ils n ont jamais connu de privation, ils ont toujours beaucoup dépensé. Depuis 1960, la consommation mesurée en volume n a baissé qu à une seule reprise : en Surtout, ils ont toujours connu le crédit à la consommation : Finaref et Sofinco, par exemple, sont nés alors qu ils étaient à peine adolescents. Ils n hésitent donc pas à s endetter le moment de la retraite venu. D autant plus que leur espérance de vie le leur permet. Celle-ci progresse d environ un trimestre chaque année. Chaque trimestre de gagné, c est autant de marge de possibilité pour rembourser un crédit! Ces questions relatives aux seniors et aux comportements de consommation et de crédit commencent à être bien documentées. Il existe cependant d autres types de relations entre vieillissement et crédit, jusqu ici moins explorées. L une d entre elles, qui me semble particulièrement importante, est liée à l allongement de la durée de cotisations et à l abrogation des mécanismes de retraite anticipée. Il est en effet établi que l allongement de l espérance de vie génère des pressions financières intenables si nous n adaptons pas notre système de retraite par répartition. Pour le conserver, il n existe guère d autre voie que de repousser l âge légal de départ à la retraite, particulièrement bas en France (en Norvège, au Japon ou aux États-Unis, on part plus souvent à la retraite à 70 ans qu à 60 ans). Ce qui signifie qu il faudra trouver du travail à la partie de la population âgée de ans. Autrement dit, le taux d emploi des seniors devra augmenter en France, comme il a augmenté ailleurs. Or les tests économétriques que nous avons menés au sein d Asterès font état d une très forte corrélation entre emploi et encours de crédit à la consommation, et ce quel que soit le type de prêts considéré (revolving, affecté, personnel...). Dit plus simplement, l inévitable allongement de la durée de cotisation entraînera très certainement un surcroît de demande de crédit à la consommation. Autre voie qui n a pas encore été explorée : l augmentation des flux migratoires. En effet, le vieillissement de la population va entraîner (cela commence déjà) des pénuries de maind œuvre dans certains secteurs. Pour y faire face, le recours à l immigration paraît la voie la plus sage. C est tout le débat sur «l immigration choisie» que nous connaissons depuis Dans ce cas, la France accueillerait dans quelques années une population étrangère, jeune, diplômée, très encline à souscrire des crédits à la consommation. Ce qui, au niveau marketing, constituera un défi pour les banques et les spécialistes. On pense par exemple au développement des produits de crédit halal. Comme la plupart des évolutions macroéconomiques, les conséquences du vieillissement sont plus redistributives que négatives à proprement parler. Une population plus âgée, cela ne signifie pas forcément une croissance économique plus faible, une consommation moins vigoureuse, un marché du crédit atone. En revanche, cela nécessite de commercialiser des produits qui collent à une demande dont les caractéristiques ne sont pas encore complètement connues. 19

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Seniors & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Seniors & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Seniors & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Les seniors représentent une part croissante des utilisateurs de crédit

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3)

Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement 2011 (point 3) Observatoire UFF / IFOP de la clientèle patrimoniale Perception du risque et comportement d investissement (point 3) 12 octobre 2010 Pourquoi un Observatoire UFF-IFOP de la Clientèle Patrimoniale? Parce

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES Septembre 2012 Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES 1 Qu elle vise à protéger nos biens ou à garantir notre santé, l assurance est aujourd hui une dépense contrainte pour la majorité des

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? Ménages et consommation 1er thème: comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? question 1: comment le revenu des ménages est-il réparti? question 2: quelle est l influence

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

Le marché des seniors : nouvelle cible a privilégier par les promoteurs de logements collectifs et les constructeurs de maisons individuelles

Le marché des seniors : nouvelle cible a privilégier par les promoteurs de logements collectifs et les constructeurs de maisons individuelles Le marché des seniors : nouvelle cible a privilégier par les promoteurs de logements collectifs et les constructeurs de maisons individuelles Les nouveaux enjeux d'un marché encore peu cerné D un point

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité

Repères. La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites. Pénibilité 50 Repères Pénibilité La prise en compte de la pénibilité dans le cadre d une réforme systémique des retraites Les mesures prévues par la loi de 2010 en matière de compensation de la pénibilité ne prennent

Plus en détail

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite PERP Gaipare Zen Prévoir le meilleur pour votre retraite On a tous une bonne raison d épargner pour sa retraite Composante de votre avenir, la retraite s envisage comme une nouvelle vie, synonyme de liberté.

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 1 RE PARTIE Questions et réponses sur le thème des banques Les banques en tant qu intermédiaires financiers Qu est-ce qu une banque? Une banque est une entreprise dont l activité principale consiste à recevoir l épargne en dépôt, à accorder des crédits et à fournir

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé L offre FOBA Des outils d aide à la vente Budget Retraite Augmenter la vente des différentes solutions retraite ANI Générer des rendez-vous qualifiés et réduire le délai de décision pour la souscription

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO L Utilité Économique du Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Février 2009 L utilité économique du crédit à la consommation Sommaire Synthèse Cette étude

Plus en détail

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN

Cardif Retraite. Professionnels Plus. Donnez plus de vie à votre future retraite CONTRAT LOI MADELIN Cardif Retraite Professionnels Plus CONTRAT LOI MADELIN Donnez plus de vie à votre future retraite BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Recruter et intégrer des seniors

Recruter et intégrer des seniors Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Enjeux Le recrutement de seniors correspond à des enjeux spécifiques pour les entreprises, que cette action relève d une politique affichée de lutte contre les

Plus en détail

Les seniors, une cible délaissée

Les seniors, une cible délaissée Les seniors, une cible délaissée Pascale HEBEL, Franck LEHUEDE Aujourd hui, plus d un tiers de la population française a plus de 50. Depuis dix, la croissance de la part des seniors d la population s est

Plus en détail

Forticiel Génération 2

Forticiel Génération 2 Forticiel Génération 2 Donnez de la couleur à votre retraite Contrat Retraite - Loi Madelin Vous exercez une profession libérale, êtes artisan, commerçant ou travailleur indépendant? Les prestations offertes

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine.

Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine. Prêts pour l avenir. A travers l épargne et le placement. Tout sur la planification de la prévoyance et du patrimoine. Prêts pour l avenir. Et pour la réalisation de ses rêves. Avoir un but, c est bien.

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.

5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele. 5, avenue des Quarante Journaux CS 50037-33070 Bordeaux Cedex Tel : 05 56 112 112 Fax : 05 56 112 110 www.jardinsdecybele.com Le 15/06/2011 Dossier de Presse Sommaire 1. Présentation du groupe..page 3

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget.

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Votre partenaire Budget Ce guide vous est offert Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Pourquoi? Parce que sans cette étape, il n est pas possible de bien gérer son compte bancaire

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 premium banking Conseil Anlageberatung, financier global Vermögensverwaltung, Finanzierung Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 Se poser en partenaire solide

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE. La banque des agents du secteur public. BFM, partenaire du groupe Société Générale BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE La banque des agents du secteur public BFM, partenaire du groupe Société Générale BFM, LA BANQUE Plus d un million de clients en métropole et dans les DOM 190 626 prêts BFM

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France L Avenir des Retraites Après la vie active? Rapport France Sommaire 4 5 6 7 9 11 14 16 Avant-propos Introduction Principaux résultats Partie 1 - Le départ à la retraite Partie 2 - Les aspirations à la

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA SOMMAIRE 1. Définition d une résidence services seniors OVELIA 2. Les atouts de cet investissement A / Un marché porteur B / Un investissement

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER PRÊTS PRÊT CLÉ DE SOL Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque,

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN

prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN prévoyance Assurance Autonomie CHOISIR AUJOURD HUI COMMENT VIVRE DEMAIN LA PERTE D AUTONOMIE, EN PARLER, C EST DÉJÀ L ANTICIPER Sources : (1) Revue Risques n 78 - juin 2009. Avec l allongement de l espérance

Plus en détail

le Club Mantica Bienvenue à vous, nouveau membre du Club MANTICA. Bienvenue à vos proches, qui ont besoin de nos services. www.mantica.

le Club Mantica Bienvenue à vous, nouveau membre du Club MANTICA. Bienvenue à vos proches, qui ont besoin de nos services. www.mantica. Devenez un parrain MANTICA en : - nous communiquant les coordonnées de la personne à contacter, - transmettant les nôtres à votre fi lleul et en lui précisant de vous annoncer comme son «parrain» au moment

Plus en détail

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z.

Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. Zugerberg Asset Management ZAM. Gestion de fortune exclusive principalement basée sur des titres individuels. ZAM Z. 1 Mesdames et messieurs, Une gestion de fortune clairvoyante, réaliste et compétente

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT

Europimmo LFP. SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT LFP Europimmo SCPI d entreprise, immobilier européen AVERTISSEMENT Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine.

Plus en détail

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Les Matinales SILVER ECO La Synthèse Assurance et Silver économie 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Une matinale animée par Hélène Delmotte (Care Insight) et Benoît Goblot (agence Matinal)

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail