SEQUENCE 08 CHAPITRE 11 LA PROTECTION DE L ACHETEUR À CRÉDIT I. L INFORMATION DE L EMPRUNTEUR ET LES MESURES DE PROTECTION..

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEQUENCE 08 CHAPITRE 11 LA PROTECTION DE L ACHETEUR À CRÉDIT... 63 I. L INFORMATION DE L EMPRUNTEUR ET LES MESURES DE PROTECTION.."

Transcription

1 SEQUENCE 08 CHAPITRE 11 LA PROTECTION DE L ACHETEUR À CRÉDIT I. L INFORMATION DE L EMPRUNTEUR ET LES MESURES DE PROTECTION.. 63 A. LA NOTION DE CREDIT A LA CONSOMMATION B. LA PROTECTION DE L EMPRUNTEUR PAR L INFORMATION La publicité des prêts L offre préalable de crédit C. LE DROIT DE RETRACTATION D. LES CREDITS AFFECTES Définition Protection Avantages du crédit affecté Remboursement du crédit affecté II. LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR SURENDETTÉ A. LE SURENDETTEMENT B. LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT Qu est-ce que la commission de surendettement? À quelles conditions une personne peut-elle bénéficier de la procédure de traitement des situations de surendettement? Comment saisir la commission de surendettement? Comment se déroule la procédure devant la commission? EXERCICES D ENTRAINEMENT A NE PAS ENVOYER A LA CORRECTION CORRIGE DES EXERCICES D ENTRAINEMENT POUR ALLER PLUS LOIN TE PA 02 61

2 NUMÉRO DU CHAPITRE ET DURÉE D ÉTUDE THÉORIQUE MOYENNE Chapitre 11 La protection de l acheteur à crédit (3 heures 30) À retenir Exercices à ne pas envoyer à la correction Pour aller plus loin PRESENTATION DE LA SEQUENCE 08 COMPÉTENCES Analyser une offre préalable de crédit. Repérer le lien entre le contrat de vente et l opération de crédit, en tirer les conséquences. Cerner la notion de surendettement. Repérer la raison d être d un dispositif spécifique. Identifier les dispositions essentielles de protection du surendetté. QCM Les crédits en cascade surendettent les Varois. MOTS CLÉS Délai d acceptation Délai de réflexion Délai de rétractation Plan de rétablissement personnel Surendettement TE PA 02 62

3 CHAPITRE 11 LA PROTECTION DE L ACHETEUR À CRÉDIT I. L INFORMATION DE L EMPRUNTEUR ET LES MESURES DE PROTECTION Objectif Être capable d analyser une offre préalable de crédit, repérer le lien entre le contrat de vente et l opération de crédit et en tirer les conséquences. On distingue deux types principaux de crédits : le crédit à la consommation et le crédit immobilier. Nous étudierons plus particulièrement le crédit à la consommation. A. LA NOTION DE CREDIT A LA CONSOMMATION Par le terme «crédit», il faut comprendre tout prêt ou crédit consentis par les banques et les commerçants. Ce sont : les ventes et les prestations de services dont le paiement est échelonné, fractionné ou différé ; dans ce cas, le crédit est consenti directement par le vendeur sans recours à un organisme de crédit ; les opérations de location-vente et de location avec option d achat ; les prêts d argent : découvert en banque pour plus de trois mois, ouverture d un crédit avec une carte d achat, prêt personnel sans affection particulière et prêt affecté à l achat d un bien ou d une prestation. Par le terme «à la consommation», sont exclus tous les crédits destinés à financer une activité professionnelle. Le crédit à la consommation est consenti pour une durée supérieure à trois mois, et pour un montant inférieur ou égal à euros. B. LA PROTECTION DE L EMPRUNTEUR PAR L INFORMATION 1. La publicité des prêts Depuis le 2 février 2004, une loi a renforcé les obligations relatives à la publicité sur le crédit à la consommation et sur le crédit immobilier : par exemple, l offre préalable de crédit doit être distincte de la publicité. Quel que soit le type de crédit (sauf s il s agit d un prêt consenti pour une durée inférieure à trois mois ou pour un montant supérieur à euros) et le support publicitaire utilisé, doivent être mentionnés : l identité du prêteur (banque, établissement financier) ; la nature de l opération proposée (crédit affecté, location avec option d achat, crédit gratuit) ; le montant du crédit offert et sa durée, le nombre et le montant des remboursements par échéance ou le moyen de le préciser (pour les opérations à durée déterminée) ; le Taux effectif global (TEG) annuel, s il y a lieu, à l exclusion de tout autre taux ; le caractère fixe ou révisable du taux utilisé ; la période, pour un taux promotionnel, durant laquelle il s applique ; le coût total du crédit (ce montant inclut le coût de l assurance lorsqu elle est obligatoire et, le cas échéant, le coût des perceptions forfaitaires) TE PA 02 63

4 Toutes ces informations doivent figurer dans le corps principal du texte publicitaire et être écrites de façon aussi lisible que la description du financement. 2. L offre préalable de crédit Une offre préalable de crédit doit être établie, en au moins deux exemplaires. Un exemplaire supplémentaire est éventuellement remis aux personnes cautions. Cette offre doit mentionner : le nom et l adresse de l établissement qui propose le crédit ainsi que les coordonnées de l emprunteur et celles des personnes cautions ; la description du bien ou de la prestation pour laquelle le crédit est envisagé (sauf s il s agit d un prêt personnel) et son prix au comptant. Elle doit également mentionner : le montant du crédit, sa durée, le TEG, les frais d assurance éventuels ; le nombre et le montant des échéances de remboursement ; le coût total du crédit ; la date de remise de l offre préalable ; les principales dispositions de la loi du 10 janvier 1978 relative au crédit. L offre préalable doit préciser, si l assurance est obligatoire pour le financement, la faculté de souscrire une assurance auprès de l assureur de son choix. Si elle est facultative, elle indique les modalités permettant de ne pas y adhérer. Lorsqu il y a proposition d assurance, l offre préalable comporte une notice avec les conditions générales de l assurance (nom, adresse de l assureur, durée, risques couverts et exclus). Si une offre préalable ne contient pas les mentions obligatoires ou si aucune offre préalable n a été remise à l emprunteur, le prêteur est passible d une amende et perd le droit à percevoir des intérêts. L emprunteur bénéficie alors d un véritable crédit gratuit. L emprunteur n est pas tenu de signer immédiatement l offre préalable. Pendant un délai de quinze jours à compter de sa proposition, l organisme prêteur ne peut pas modifier les conditions du crédit décrites dans l offre. À partir du moment où l offre est signée, s ouvre un délai de sept jours pendant lequel le demandeur peut se rétracter. AVANT la signature de l offre préalable de crédit, aucun paiement, sous quelque forme que ce soit, ne peut être réclamé. APRÈS signature, aucun paiement, en plus du prix payé au comptant, ne peut être réclamé. C. LE DROIT DE RETRACTATION L offre préalable doit comprendre un bordereau détachable, dit de rétractation. Il permet d annuler le contrat une fois signé, dans un délai de sept jours, ou de trois jours minimum en cas de livraison anticipée. L emprunteur n a pas à motiver sa décision. Le bordereau de rétractation doit être adressé, par lettre recommandée avec accusé de réception, au plus tard le dernier jour du délai de rétractation, à la banque ou à l établissement de crédit prêteur. Si l emprunteur souhaite une livraison rapide, il peut demander une réduction du délai de rétractation, avec un minimum de trois jours. Toutefois, cette réduction est impossible en cas de vente à domicile. Enfin, si l emprunteur a emporté le bien immédiatement (par exemple, s il s agit d un véhicule), il peut se rétracter, dans le délai de sept jours, mais il doit restituer le bien. Si un acompte avait été versé, le vendeur doit rembourser dans les huit jours qui suivent l annulation du contrat TE PA 02 64

5 D. LES CREDITS AFFECTES 1. Définition Ce type de crédit est accordé en vue de l achat d un bien mobilier (une voiture, par exemple) ou d une prestation déterminée, à la différence du crédit à la consommation qui permet à l emprunteur d utiliser les fonds comme il le souhaite. Ils sont accordés par les établissements de crédit et les banques. Ils sont souvent contractés sur les lieux de vente, lors de l achat. Le caractère «affecté» du prêt doit être expressément stipulé dans le contrat. 2. Protection L emprunteur bénéficie de la protection prévue par le droit de la consommation, en particulier l obligation pour l établissement de présenter une offre préalable et le délai de sept jours pour se rétracter. Lorsqu il remplit l offre préalable de crédit affecté, le bien ou la prestation que le crédit est destiné à financer doit être précisé. Le montant, le taux, les conditions de remboursement y sont également fixés. Mais, cette protection ne s applique que sous réserve de certaines conditions : le crédit doit être d un montant inférieur ou égal à euros et accordé pour une durée supérieure à trois mois. 3. Avantages du crédit affecté Si le contrat de vente ne se réalise pas, l annulation du contrat de crédit est automatique. Si l emprunteur a un litige sur le contrat d achat, il peut demander, sous conditions, la suspension du remboursement. Enfin, si, au moment de l achat, l emprunteur a demandé un crédit à une banque, il doit le mentionner sur le bon de commande établi par le vendeur afin que l achat soit conditionné à l obtention du crédit. 4. Remboursement du crédit affecté Aucun paiement n est exigible avant la signature de l offre préalable et avant l expiration du délai de rétractation qui suit la conclusion du contrat. Le remboursement ne commence qu à compter de la livraison du bien ou de la fourniture de la prestation TE PA 02 65

6 DOCUMENT 1 Crédit de moins de 3 mois CA Metz, 25 mars 2004, Felker-Martin c/ SA Aterno : Juris-Data n (...) Attendu que selon l article L du Code de la consommation les prêts, contrats et opérations de crédit consentis pour une durée totale inférieure ou égale à trois mois sont exclus du champ d application des dispositions relatives au crédit à la consommation ; Attendu que le contrat conclu le 21 décembre 1999 entre Madame MARTIN et la Société ATERNO prévoit une livraison de radiateurs le 21 mars 2000 et des paiements en trois fois le jour de la livraison, puis le 21 avril 2000, le 21 mai 2000, et le 16 juin 2000 ; Attendu que ce mode de règlement échelonné limité à une durée inférieure à trois mois entre le 21 mars 2000 et le 16 juin 2000 ne permet pas de soumettre la convention des parties à la législation sur le crédit à la consommation ; Attendu que dès lors la violation par le vendeur des dispositions de l article du Code de la consommation invoquée par Madame Martin à hauteur d appel ne peut être retenue ; Questions Attendu que le contrat conclu par les parties permet à Madame Martin de profiter d un crédit inférieur à trois mois ; que par la suite les modalités de livraison et de paiement ont été modifiées à la demande de Madame Martin qui a fini par renoncer à sa commande, (au mois d août 2000) ; Attendu que le Tribunal a observé à juste titre que Madame Martin n avait pas exercé la faculté de rétractation dans le délai de 7 jours prévue au contrat ; Attendu qu il y a lieu de faire application de l article 1134 du Code civil suivant lequel «les conventions légalement fournies tiennent à ceux qui les ont faites. Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel ou pour les causes que la loi autorise. Elles doivent être exécutées de bonne foi» ; Attendu que Madame Martin n a effectué aucun paiement ni aux dates prévues par le contrat ni ultérieurement ; Que le jugement qui a condamné Madame Martin à respecter son obligation de payer la somme de 5 274,74 e en règlement des radiateurs à livrer par la Société Aterno mérite d être confirmé en toutes ses dispositions... JurisClasseur Contrats, Concurrence, Consommation, janvier Que précise l article L , 2 du Code de la consommation? 2. En l espèce, quelle est la véritable difficulté rencontrée? 3. Est-ce que la cour d appel de Metz fixe le point de départ du délai au jour de la formation du contrat de crédit? 4. La cour précise que rien dans les documents présentés par les parties ne permet de dire qu elles ont entendu contracter un crédit de plus de trois mois. Quelle est la conséquence? Votre réponse Réponses 1. L article L , 2 du Code de la consommation précise que les contrats conclus pour une durée inférieure ou égale à 3 mois sont exclus des textes relatifs au crédit à la consommation. 2. La véritable difficulté rencontrée est le point de départ du délai de 3 mois. 3. Le point de départ de 3 mois est fixé au jour de la livraison, c est-à-dire au jour où l obligation de payer le prix est exécutoire. 4. Le consommateur ne peut bénéficier du droit de repentir de 7 jours et c est alors le droit commun des contrats qui doit s appliquer TE PA 02 66

7 DOCUMENT 2 Renonciation au délai de rétractation Attendu cependant qu il lui appartenait de faire apposer sur le bon de commande, dans des conditions régulières, la demande expresse de l acheteur d obtenir la livraison immédiate du véhicule, de sorte qu elle ne peut faire grief à l organisme de crédit d avoir fait adresser les fonds correspondant au prêt, alors qu elle a manqué à ses obligations ; (...) CA Dijon, 20 févr. 2004, El Fhiyel c/ SA Descollonges : Juris-Data n NOTE : C est encore à un rappel des règles élémentaires en matière de crédit à la consommation que se livre la Cour d appel de Dijon dans l arrêt ci-dessus rapporté. Le délai de repentir de sept jours peut être réduit à trois jours (C. consom., art. L ), lorsque le consommateur souhaite une livraison immédiate, à condition qu il ait apposé de sa main, et non pas en cochant une case comme le relève la Cour d appel de Dijon, sur le contrat, une demande ainsi conçue (C. consom., art. R ) : «Je demande à être livré immédiatement (ou à bénéficier immédiatement de la prestation de services). Je reconnais avoir été informé que cette demande a pour effet de réduire le délai légal de rétractation ; celui-ci expirera le jour de la livraison du bien (ou de l exécution de la prestation) sans pouvoir être inférieur à trois jours ni supérieur à sept jours». En l absence de mention manuscrite, le consommateur n est pas censé avoir renoncé au délai normal de sept jours ( ). La Cour de Dijon précise que «la demande de livraison immédiate aurait dû être, apposée sur le contrat de vente et non sur une «demande de financement» détachée du contrat de crédit conclu avec la Caisse de Crédit Agricole». Elle rappelle que le formalisme imposé est d ordre public («Crédit Formalisme Sanctions en droit de la consommation» in La sanction du droit, Mélanges Pierre Couvrat : PUF, publications de la Faculté de droit et des sciences sociales de Poitiers, 2001). Mais, pour que le consommateur bénéficie de cette mesure de protection, il importe que, en dépit de la clause de réduction du délai de livraison, il ait exercé son délai de repentir dans le délai imparti par la loi. G.R. JurisClasseur Contrats, Concurrence, Consommation, janvier 2005 Questions 1. Quel est le délai légal de rétractation? 2. Quelle est la possibilité offerte au consommateur qui désire une livraison immédiate? 3. Quel est le formalisme exigé? 4. Que doit respecter le consommateur pour bénéficier de cette mesure de protection? Votre réponse Réponses 1. Le délai légal de rétractation est de sept jours. 2. La possibilité est offerte au consommateur qui désire une livraison immédiate de réduire le délai : délai compris entre 3 et 7 jours. 3. Une demande manuscrite de réduction du délai légal de rétractation est exigée. 4. Avoir exercé le délai de repentir dans le délai imparti par la loi TE PA 02 67

8 Questions DOCUMENT 3 Une nouvelle loi de «protection» des consommateurs Le second point vise à mieux encadrer le crédit renouvelable (ou «revolving», comme disent certains) : remise d une offre préalable non plus seulement lors de la formation du contrat initial, mais aussi de toute augmentation du crédit ; possibilité à tout moment pour l emprunteur de réduire sa réserve de crédit, suspendre ou résilier le contrat ; renforcement de l obligation d information mensuelle de l article L du Code de la consommation, texte qui, il est vrai, datait déjà de l été Un troisième ensemble de mesures laisse plus dubitatif : «Libérer le crédit gratuit», annonce le titre III de la loi. Comme il n a jamais été interdit, c est en réalité sa publicité, jusqu ici strictement confinée à l intérieur des lieux de vente, qu il s agit de «libérer». Endettez-vous! Endettez-vous! Consommez à crédit! Laissez-vous séduire par les sirènes publicitaires! Mais la pente n est-elle pas dangereuse, qui glisse vers le surendettement? N ayez crainte! Ayez confiance dans votre Parlement qui, dans sa frénésie, adoptera toujours au profit des débiteurs victimes d un trop grand endettement les mesures de protection a posteriori qui apparaîtront nécessaires! JurisClasseur Contrats, Concurrence, Consommation, mars Dans cet article, quelle amélioration apporte la loi du 28 janvier 2005 qui tend à conforter la confiance et la protection du consommateur? 2. Sur quoi porte cette amélioration en ce qui concerne l information? 3. Concernant l exécution du contrat, quelle est la possibilité offerte au consommateur? 4. Que craint l auteur en ce qui concerne la libéralisation du crédit gratuit? Votre réponse Réponses 1. La loi du 28 janvier 2005 apporte un meilleur encadrement du crédit renouvelable, appelé aussi crédit revolving. 2. Cette amélioration consiste en la remise d une offre préalable pour toute augmentation de crédit et meilleure information mensuelle. 3. La possibilité est offerte au consommateur de réduire la réserve de crédit, suspendre ou résilier le contrat. 4. L auteur craint une augmentation des cas de surendettement. II. LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR SURENDETTÉ Objectif Être capable de cerner la notion de surendettement, repérer les raisons d être d un dispositif spécifique, identifier les dispositions essentielles de protection du surendetté TE PA 02 68

9 A. LE SURENDETTEMENT La personne surendettée est celle qui se trouve dans l impossibilité manifeste de faire face à l ensemble de ses dettes non professionnelles exigibles ou à échoir. Pour estimer l état de surendettement, on procède à une comparaison entre l actif (ensemble des biens et ressources) et le passif (ensemble des dettes échues et impayées ou à échoir) de la personne. IMPORTANT La protection du surendetté que nous allons développer ne concerne pas les dettes liées à une activité professionnelle. Il s agit d une procédure de règlement du surendettement des particuliers. B. LA COMMISSION DE SURENDETTEMENT 1. Qu est-ce que la commission de surendettement? Par une loi de 1989 (loi Neiertz), le législateur a mis en place un dispositif spécifique afin de traiter le phénomène du surendettement des particuliers et de désengorger les tribunaux. Ce dispositif est basé sur l action de «commissions de surendettement» composées du préfet ou de son représentant, du directeur de la Banque de France, du trésorier-payeur général, du directeur des services fiscaux, d un représentant des établissements de crédit et d un représentant des associations familiales ou de consommateurs. Dans chaque département siègent une ou plusieurs commissions de surendettement des particuliers à la Banque de France. 2. À quelles conditions une personne peut-elle bénéficier de la procédure de traitement des situations de surendettement? La personne doit : avoir fait des emprunts devenus trop importants par rapport à ses ressources : elle ne peut plus rembourser les mensualités ; avoir vécu, ou vivre, des événements imprévus (chômage, divorce, maladie, accident ) qui l empêchent de payer ses dépenses de la vie courante (loyer, charges ). 3. Comment saisir la commission de surendettement? Il faut adresser un courrier ou déposer une demande signée au secrétariat de la commission du département concerné en indiquant : nom, prénom, adresse, téléphone, situation familiale (célibataire, marié(e)), conditions de logement (locataire, propriétaire, logement social ), montant des ressources, biens, dettes et dépenses courantes, noms et adresses des créanciers, noms et adresses des cautions éventuelles. 4. Comment se déroule la procédure devant la commission? Il y a deux hypothèses : soit la commission n accepte pas le dossier : le demandeur ne peut bénéficier de la procédure de règlement du surendettement ; TE PA 02 69

10 soit la commission accepte le dossier du demandeur. Dans ce cas, trois issues possibles : un plan conventionnel de remboursement des dettes est établi par la commission OU seulement des mesures sont recommandées par cette même commission OU, enfin, une demande d ouverture d un rétablissement personnel peut être formulée et c est alors le juge qui traite le dossier. a. Le plan conventionnel de remboursement des dettes La commission peut proposer un plan amiable de remboursement des dettes qui peut durer au maximum 10 ans. C est un accord entre la personne surendettée et les personnes à qui elle doit de l argent. Cet accord est signé par le demandeur et ses créanciers. L intérêt de ce plan est de permettre l étalement dans le temps du remboursement de vos dettes, de diminuer le montant total de ce qui est dû à différentes personnes ou à différents organismes, de demander à un juge de suspendre les poursuites exercées par les créanciers. Mais, en contrepartie, la commission peut demander au débiteur d avoir un comportement qui facilitera le paiement des dettes : par exemple, offrir des garanties aux créanciers (hypothèques, cautions ), ne plus emprunter ou faire de dettes tant que les dettes existantes n auront pas été remboursées ou, éventuellement, vendre un bien. b. Les mesures recommandées par la commission de surendettement Si un plan conventionnel de remboursement des dettes ne peut être mis en place car aucun accord amiable n a pu être trouvé, la commission demande des mesures qui peuvent être : un étalement dans le temps du remboursement des dettes (délais de paiement), une réduction du montant des dettes (diminution des taux d intérêt), une suspension du paiement des dettes d une durée maximum de deux ans, suivi d un effacement partiel si la situation du demandeur le justifie. Mais, en contrepartie, la commission peut demander au débiteur d avoir un comportement qui facilitera le paiement des dettes : offrir des garanties aux créanciers (hypothèques, cautions ), ne plus emprunter ou faire de dettes tant que tout n est pas remboursé, vendre un bien. Ces mesures proposées par la commission peuvent être envoyées à un juge qui les rend obligatoires. c. La demande d ouverture d une procédure de rétablissement personnel (ou faillite personnelle) Cette procédure permet l effacement des dettes. Mais, des conditions strictes doivent être réunies : le demandeur doit se trouver dans une situation extrêmement difficile à tel point que même un remboursement des dettes en plusieurs fois n est pas possible. La situation financière du demandeur est alors considérée comme «irrémédiablement compromise». Le juge pourra alors prononcer la liquidation judiciaire du débiteur, dont sont exclus les biens meublants nécessaires à la vie courante (table, cuisinière, lit ) et les biens indispensables à l exercice d une activité professionnelle (voiture ). La liquidation judiciaire du patrimoine personnel du débiteur est prononcée. Ce dernier ne peut plus disposer de ses biens. Le juge désigne un liquidateur qui a douze mois pour vendre les biens du débiteur à l amiable ou par vente forcée. Puis le produit des ventes est réparti entre les créanciers pour rembourser les créances TE PA 02 70

11 DOCUMENT 4 L état de surendettement Var-Matin, vendredi 26 novembre 2004 DOCUMENT TE PA 02 71

12 DOCUMENT 5 (suite) 31 Origine du surendettement (%) 26 Trop de crédits Licenciement, chômage Séparation, divorce 11 Maladie, accident 2 Décès Autres Étude nationale 2004 Source : Banque de France 36 Statut matrimonial des surendettés (%) 33 Couples (mariés, autres) Divorcés, séparés Célibataires femmes Célibataires hommes Veufs Étude nationale 2004 Source : Banque de France Var-Matin, lundi 31 octobre 2005 Questions 1. Que désigne-t-on par l appellation «situation de surendettement»? 2. Quelle est l évolution de ces situations (article de presse du 26 novembre 2004)? 3. D après l article, quelles sont les principales causes de cette situation? 4. Quel est le parcours que doit suivre un dossier en surendettement? 5. Quel est le profil des surendettés? 6. Comment s explique l augmentation du surendettement des plus de 55 ans? 7. Quelles peuvent être les autres causes du surendettement? 8. Quel est le principal reproche fait aux maisons de crédit? Votre réponse TE PA 02 72

13 Réponses 1. La situation de surendettement est la situation dans laquelle l emprunteur ne peut faire face à ses échéances compte tenu de ses ressources présentes et futures. 2. On constate une augmentation de 25 % des procédures en surendettement. 3. Une précarisation accrue des ménages et la loi Borloo sur le rétablissement personnel en sont la cause. 4. Le dossier doit être approuvé par la commission de surendettement puis transmis au juge d exécution. 5. Les surendettés sont essentiellement des chômeurs salariés, Rmistes, retraités, personnes en invalidité (les plus de 55 ans sont de plus en plus représentés). 6. Les personnes âgées font des prêts pour aider leurs enfants et petits-enfants. 7. Le logement (flambée des prix), les divorces ou séparations 8. «C est très facile d emprunter, jusqu au jour où tout bascule» Questions DOCUMENT 6 La notion de «bonne foi» TI Poitiers, 6 juin 2005, E... M... c/ Banque Populaire Val de France et a. La mauvaise foi de M. E... M... est donc tout à fait avérée et elle s oppose à son éligibilité au bénéfice de la procédure de surendettement ; Sa demande d infirmation de la décision prise par la Commission de la banque de France à son endroit ne pourra donc qu être rejetée et la décision de la Commission confirmée (...). NOTE : La bonne foi est présumée, le juge de l exécution de Poitiers le rappelle en citant l article 2268 du Code civil et il appartient donc aux différents créanciers de rapporter la preuve de la mauvaise foi à partir des éléments qui sont en leur possession. Dans l appréciation de la bonne foi de ce débiteur par le juge, entrent en jeu plusieurs considérations qui ne sont pas toutes de même importance, mais l ensemble des faits conduit à l existence de la mauvaise foi et donc au rejet de la demande d éligibilité du débiteur au bénéfice de la procédure de surendettement. Les éléments indiscutables qui vont dans le sens de la mauvaise foi sont constitués par les fausses déclarations du débiteur qui se sont accumulé auprès des différents organismes de crédit, alors même que le débiteur était un professionnel de l assurance donc bien au fait des questions financières. Il faut en effet rappeler que l article R du Code de la consommation demande à ce que le débiteur fournisse au secrétariat de la commission de surendettement un état détaillé de ses revenus et des éléments actifs et passifs de son patrimoine. Par ailleurs, on sait que les organismes de crédit demandent à leurs emprunteurs de les éclairer sur leur situation financière et que les fausses déclarations qui leur sont faites pourraient être constitutives de dol au sens de l article 1116 du Code civil. L élément plus discutable est l importance du passif et le nombre des emprunts. En effet, la jurisprudence considère, en général, que la multiplication des emprunts ne doit pas être un critère suffisant de la mauvaise foi (CA Paris, 7 juill : JCP E 1994, E, panor. 88). Pourtant la Cour de cassation (Cass. 1 re civ., 6 déc : Dix ans de jurisprudence commentée en droit de la consommation : Contrats, conc. consom. 2000, Hors série, comm. 231) a admis qu était de mauvaise foi le débiteur qui augmente «son passif par dépenses ou un appel répété aux moyens de crédit dans une proportion telle au regard de ses ressources disponibles, qu elle manifeste le risque consciemment pris de ne pas pouvoir exécuter ses engagements ou la volonté de ne pas pouvoir les exécuter». Et ici, dans l appréciation du juge de l exécution, on voit réapparaître la qualification professionnelle du débiteur qui ne pouvait pas ignorer que son recours à de multiples crédits, compte tenu de ses ressources, ne pouvait que le conduire au surendettement. Si la fuite en avant peut être admise pour certains débiteurs, elle ne peut l être pour des professionnels rompus aux techniques du crédit. C est ce qui justifie la décision du juge de l exécution de Poitiers qui dispose, en la matière, d un pouvoir souverain d appréciation, sous réserve de l appel formé par le débiteur débouté de sa demande. G.R. JurisClasseur Contrats, Concurrence, Consommation, octobre Que dispose l article 2268 du Code civil? 2. En l espèce, à qui incombe la preuve de la mauvaise foi? 3. Quels sont les éléments indiscutables qui vont dans le sens de la mauvaise foi? 4. En général, comment la jurisprudence considère-t-elle la multiplication des emprunts? TE PA 02 73

14 5. Mais quelle est la particularité professionnelle du débiteur? 6. Sur quel élément se fonde le juge de l exécution pour apprécier la bonne ou mauvaise foi de ce débiteur? 7. Quel recours a le débiteur débouté de sa demande? Votre réponse Réponses 1. L article 2268 du Code civil précise que la bonne foi est toujours présumée et il incombe à celui qui allègue la mauvaise foi de la prouver. 2. La preuve de la mauvaise foi incombe aux créanciers, à partir des éléments qui sont en leur possession. 3. Les éléments indiscutables qui vont dans le sens de la mauvaise foi sont de fausses déclarations auprès des différents organismes de crédit. 4. La multiplication des emprunts ne constitue pas un critère de mauvaise foi. 5. E M est agent d assurance exerçant en profession libérale. 6. La qualification professionnelle du débiteur qui lui donne les moyens de connaître les arcanes du crédit. 7. Le débiteur débouté de sa demande peut faire appel. DOCUMENT 7 Inscription au FICP Cass. 1 re civ., 23 nov. 2004, A... c/ Crcam Haute-Normandie : Juris-Data n (...) Attendu que par ordonnance en date du 12 mars 1998, le tribunal d instance de Dieppe a reporté de six mois le paiement par M. A... du solde débiteur du crédit «Open» consenti par le Crédit Agricole ; qu à la suite de la mise en demeure qui lui avait été délivrée le 2 juillet 1998, le Crédit Agricole a avisé M. A... par lettre du 3 août suivant de ce qu il procédait à son inscription au Fichier des incidents de paiement de la Banque de France ; que la cour d appel (Rouen, 18 octobre 2000), a débouté M. A... de sa demande tendant au retrait de l inscription au Fichier des incidents de paiement ; Attendu que M. A... fait grief à l arrêt attaqué d avoir validé la procédure d inscription au fichier de la Banque de France pour incident dans le délai pendant lequel le juge avait suspendu l exigibilité de la dette sur le fondement de l article du Code civil, et d avoir ainsi violé les articles L , alinéa 2, du Code de la consommation et les articles 3 et 4 du règlement du 11 avril 1990 homologué par l arrêté du 11 mai 1990 ; Mais attendu qu en application des dispositions de l article L , alinéa 2, du Code de la consommation, les établissements de crédit sont tenus de déclarer à la Banque de France les incidents de paiement caractérisés, liés aux crédits qu ils accordent aux personnes physiques ; qu il résulte également des dispositions de l article 4 du règlement du 11 avril 1990 que la demande est transmise passé le délai d un mois sauf si les sommes ont été réglées ou si une solution amiable a été trouvée ; que la cour d appel qui relève que M. A... se trouvait dans une situation d incident de paiement caractérisé lorsqu il avait saisi le juge d une demande de délai et qu à la date de son inscription au fichier, il n avait pas régularisé sa situation ni trouvé une solution amiable avec la banque, loin de violer les textes invoqués en a fait une exacte application ; Par ces motifs : Rejette le pourvoi (...) JurisClasseur Contrats, Concurrence, Consommation, février TE PA 02 74

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT

LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Code de la consommation - Livre III - Titre III DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT Cachet du secrétariat de la commission compétente AVEZ-VOUS DÉJÀ DÉPOSÉ UN DOSSIER?

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141

Rapport sur la prévention et le traitement du surendettement des ménages ANNEXE 16. Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 ANNEXE 16 Observations d ORGECO TOURAINE LE FICP COMITÉ CONSULTATIF 141 142 COMITÉ CONSULTATIF LE TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT (RECEVABILITÉ ET PHASE AMIABLE) COMITÉ CONSULTATIF 143 Sommaire 1. RECEVABILITÉ...

Plus en détail

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le surendettement. Nouvelle édition Mars 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

INC document LE CRÉDIT RENOUVELABLE FICHE PRATIQUE E. 23/07-05 FORMES ET RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CRÉDIT RENOUVELABLE

INC document LE CRÉDIT RENOUVELABLE FICHE PRATIQUE E. 23/07-05 FORMES ET RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CRÉDIT RENOUVELABLE INC document FICHE PRATIQUE E. 23/07-05 annule et remplace la fiche E. 23 / 07-94 LE CRÉDIT RENOUVELABLE Le crédit renouvelable est une formule de crédit à la consommation appelée également crédit revolving,

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES

VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES POUR VOUS AIDER À FAIRE FACE À VOS DETTES LA PROCÉDURE DE SURENDETTEMENT Document élaboré par l Association Française des Sociétés Financières (ASF) en concertation avec plusieurs organisations de consommateurs

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Le surendettement des particuliers

Le surendettement des particuliers Note d information Le surendettement des particuliers La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles», dite «loi Neiertz»,

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Crédit à la consommation: Principes généraux

Crédit à la consommation: Principes généraux Crédit à la consommation: Principes généraux Protection du consommateur: Pour tout achat faisant appel à un crédit, vous bénéficiez de la protection prévue dans le droit de la consommation (obligation

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Repère n 13. Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 13 Redécouvrez le crédit à la consommation FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE juillet 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Conditions générales de vente Leeuwenburgh Fineer B.V.

Conditions générales de vente Leeuwenburgh Fineer B.V. Conditions générales de vente Leeuwenburgh Fineer B.V. Conditions générales Leeuwenburgh Fineer B.V, sise Raamsdonksveer, Bliek 9-13 (4941 SG) et enregistrée à la Chambre de commerce et d industrie sous

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

LE CREDIT RENOUVELABLE

LE CREDIT RENOUVELABLE LE CREDIT RENOUVELABLE Le crédit renouvelable (autrefois appelé "crédit revolving" ou "crédit permanent") est une formule de crédit à la consommation qui correspond à la mise à disposition d une somme

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»?

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»? Centre Européen des Consommateurs Luxembourg CREDIT «FACILE»? GIE 2009 CREDIT «FACILE»? Cette brochure vise à informer le consommateur, au moyen de conseils et informations pratiques, sur les droits et

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque

Glossaire. Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque Glossaire Pour bien comprendre le vocabulaire de la banque A COMME... AGIOS Également appelés «intérêts débiteurs», les agios sont les intérêts dus à la banque, lorsqu un compte présente un solde débiteur

Plus en détail

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER PRÊT SINISTRE IMMOBILIER 1 - OBJET Le prêt sinistre immobilier est destiné à couvrir des dépenses liées au logement occasionnées par des situations de catastrophe ou de sinistre majeur (tel qu incendie,

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 2 avril 2014 N de pourvoi: 13-11025 ECLI:FR:CCASS:2014:C100359 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation 013 Le crédit à la consommation L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Nouvelle édition Septembre 2011 Sommaire Qu est-ce qu un crédit à la consommation? 2 Quels sont les différents types de crédit

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation

Guide du crédit à la consommation Guide du crédit à la consommation Ce qu il faut savoir avant de s engager Sommaire Le crédit à la consommation, qu est-ce que c est?... page 4 Ce qu il faut savoir avant de s engager...page 12 Que faire

Plus en détail

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat.

Avant le bail. Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. CHAPITRE 1 Avant le bail Un bail lie toujours un locataire et un bailleur, qui peuvent chacun préparer leur engagement en amont de la signature du contrat. Concernant le locataire Ça y est, vous avez choisi

Plus en détail

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil)

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) présentée à Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) Monsieur ou Madame le Juge aux Affaires Familiales TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE 21 Place Saint Pierre 55 000 BAR-LE-DUC

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

Se porter caution LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 19

Se porter caution LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 19 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 19 Se porter caution Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 19. Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 19. Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 19 Se porter caution FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2005 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois.

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois. LA LOCATION VENTE Dans la plupart des cas en matière de transfert de propriété de biens immobiliers, nous employons la technique du contrat de vente immobilière pure et simple. Lors de la signature dudit

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA!

Prévenir et faire face aux impayés de loyers. Vous êtes locataire L ADIL VOUS CONSEILLE, CONSULTEZ-LA! L ADIL réunit l État, les collectivités locales, les organismes d intérêt général, les professionnels publics et privés et les représentants des usagers. Elle est agréée par le Ministère chargé du Logement

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction»

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Partenariat entre la Mutuelle de l Armée de l Air et la Banque Française Mutualiste BANQUE FRANCAISE MUTUALISTE Profession

Plus en détail

Réforme du Crédit à la Consommation

Réforme du Crédit à la Consommation Réforme du Crédit à la Consommation Christine LAGARDE Ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie Vendredi 29 avril 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet de Christine

Plus en détail

FAILLITE sommaire ordinaire. PROPOSITION consommateur concordataire NOM DU DOSSIER : Dossier conjoint N/DOSSIER :

FAILLITE sommaire ordinaire. PROPOSITION consommateur concordataire NOM DU DOSSIER : Dossier conjoint N/DOSSIER : FAILLITE sommaire ordinaire PROPOSITION consommateur concordataire NOM DU DOSSIER : Dossier conjoint N/DOSSIER : RENSEIGNEMENTS DE BASE ENTREVUE FAITE PAR : RECOMMANDATION FAITE PAR : DATE DE L ENTREVUE

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle Dispositions Générales DG 2012 Des Intermédiaires en Assurances Des Intermédiaires en Opérations de Banque & Services de Paiement Des Démarcheurs Bancaires et Financiers Des

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

MAA. DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Tél :

MAA. DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Tél : MAA DEMANDE D AIDE REMBOURSABLE «1ère INSTALLATION» (ARI) Mutuelle de l Armée de l Air - Pôle Social - 48, rue Barbès - 92544 Montrouge Cedex Tél. : 0 970 809 721 (appel non surtaxé). Site internet : www.mutaa.fr

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 septembre 2012 N de pourvoi: 11-20756 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Le Griel, SCP Thouin-Palat et Boucard,

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation (1) NOR : ECEX0906890L. TITRE I er CRÉDIT À LA CONSOMMATION

LOIS. LOI n o 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation (1) NOR : ECEX0906890L. TITRE I er CRÉDIT À LA CONSOMMATION LOIS LOI n o 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation (1) NOR : ECEX0906890L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

DEMANDE D AIDES LOCA-PASS

DEMANDE D AIDES LOCA-PASS A RETOURNER A VOTRE CORRESPONDANT GIC : GIC - Service Juridique Plate-forme loca-pass 149 rue de Grenelle 75340 Paris Cedex 07 DEMANDE D AIDES LOCA-PASS - VEUILLEZ COCHER LA CASE CORRESPONDANT À VOTRE

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts chirographaires. Du 20 mars 2014 (état au 21 mars 2014) pour les prêts chirographaires Du 0 mars 04 (état au mars 04) du 0.0.04 (état au.0.04) TABLE DES MATIERES Article Principes généraux Article Décision d octroi ou de refus du prêt Article Documents à signer

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Comment remplir votre demande d aides LOCA-PASS

Comment remplir votre demande d aides LOCA-PASS Comment remplir votre demande d aides LOCA-PASS Un exemplaire de cette liasse va devenir une annexe de votre bail. Il doit donc être rempli complètement et avec tout le soin requis. Les indications ci-dessous

Plus en détail

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Nouvelle édition Juin 2007 018 Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES Nouvelle édition Juin 2007 Sommaire 2 4 6 8 10 12 14 18 Le compte joint Qu est-ce qu un compte joint? Quels sont les comptes qui peuvent être joints? Comment

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

LE PRÊT Nouvel Équipement

LE PRÊT Nouvel Équipement vous propose : LE PRÊT Nouvel Équipement Profitez de conditions exceptionnelles pour améliorer votre bien-être et réaliser des économies d énergie LE PRÊT Nouvel Équipement Le prêt Nouvel Équipement est

Plus en détail

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014

Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 Dossier 1 : Analyse d arrêt (20 points) Corrigé BTS Banque E32 Session 2014 1.1 Analysez l arrêt présenté en annexe (12 points) - Présentation de la décision.1 point Il s agit d un arrêt de la chambre

Plus en détail

SE DÉFAIRE D UN CONTRAT

SE DÉFAIRE D UN CONTRAT SE DÉFAIRE D UN CONTRAT Comment s y prendre? E n tant que consommateur, vous êtes amené à conclure régulièrement des contrats. Ceci concerne aussi bien l achat de biens (vêtements, mobilier, ordinateur)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Des envies d emménager plein la tête?

Des envies d emménager plein la tête? Solutions Acquisition MGEN Solutions Acquisition MGEN Pour en savoir plus contactez-nous au 36 76 Coût d un appel local depuis un poste fixe, hors coût opérateur, seulement pour la métropole. Consultez

Plus en détail

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011

Crédit Consommation. Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Crédit Consommation Ce qui change avec la réforme du 1/5/2011 Sommaire Les points clés de la réforme Les changements Notre philosophie de la réforme Les changements Notre philosophie Le crédit : - est

Plus en détail

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 3 avril 2012 N de pourvoi: 11-11161 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables

La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables L A LETTRE DROIT ECONOMIQUE CONSOMMATION La légalité du mécanisme du «découvert utile» et du «découvert maximum autorisé» dans le cadre des crédits renouvelables Dans un arrêt très contestable en date

Plus en détail