Remédiation cognitive de la schizophrénie. Présentation du programme RECOS Cognitive remediation for schizophrenia. Presentation of the RECOS program

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remédiation cognitive de la schizophrénie. Présentation du programme RECOS Cognitive remediation for schizophrenia. Presentation of the RECOS program"

Transcription

1 Annales Médico Psychologiques 165 (2007) Communication Remédiation cognitive de la schizophrénie. Présentation du programme RECOS Cognitive remediation for schizophrenia. Presentation of the RECOS program P. Vianin Consultation de Chauderon, Section «E. Minkowski» 9, Avenue d Echallens, 1004 Lausanne, Suisse Disponible sur internet le 15 février 2007 Résumé L importance des déficits neurocognitifs des patients schizophrènes a conduit le Département de Psychiatrie du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois de Lausanne (DP-CHUV) à développer le programme de remédiation cognitive pour patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé (RECOS). Ce programme repose sur une évaluation neuropsychologique détaillée des déficits cognitifs et propose des modules d entraînement ciblés pour les corriger. RECOS porte une attention particulière aux déficits cognitifs susceptibles d être impliqués dans la production des symptômes cliniques de la maladie. Les répercussions fonctionnelles de ces troubles ainsi que les aspects psychoéducatifs font également partie des aspects importants du programme. Les différentes étapes du programme et leur articulation sont présentées Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Abstract The importance of neurocognitive deficits in schizophrenia has motivated the Département de Psychiatrie du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois in Lausanne (DP-CHUV) to develop a cognitive remediation program for patients with a schizophrenia spectrum disease (RECOS). This program investigates cognitive deficits using a detailed neuropsychological battery and contains targeted training modules for their remediation. RECOS particularly investigates the cognitive deficits that may be implicated in the development of clinical symptoms. Functional outcome and psychoeducation are also important elements of the program. The progresses of the different stages of the program are presented Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Psychoéducation ; Remédiation cognitive ; Répercussions fonctionnelles ; Schizophrénie Keywords: Cognitive remediation; Functional outcome; Psychoeducation; Schizophrenia 1. Introduction Adresse (P. Vianin). L impact des troubles cognitifs sur le fonctionnement général des patients est de plus en plus admis aujourd hui. Les thérapies d inspiration cognitive (entraînement aux habiletés sociales, thérapies cognitivocomportementales, programmes de rééducation cognitive) font de plus en plus partie de l arsenal thérapeutique visant à redonner progressivement une certaine autonomie aux patients, avec l objectif de les réinsérer socialement et professionnellement. Ainsi la Conférence de consensus qui s est tenue en janvier 2003 à Paris soulignet-elle que ces thérapies «doivent être mises en place dès la phase initiale de la maladie pour le patient et son entourage» et qu «il faut favoriser la recherche et l évaluation dans ce domaine» [29]. La remédiation cognitive postule, comme le fait la neuropsychologie, que les troubles cognitifs reposent sur une altération du fonctionnement cérébral. Bien que des anomalies cérébrales structurales et fonctionnelles aient souvent été mises en /$ - see front matter 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. doi: /j.amp

2 P. Vianin / Annales Médico Psychologiques 165 (2007) évidence chez les patients schizophrènes [14,36,39], cette approche n a curieusement éveillé l intérêt des cliniciens que depuis quelques années. Alors qu il paraît évident de recourir à un programme de remédiation cognitive après l apparition d une lésion cérébrale (tumeur, accident, etc.), cette démarche est en effet novatrice dans le champ des psychoses. Présents avant le début de la maladie, on pense aujourd hui que les troubles cognitifs, qui sont observés chez environ 85 % des patients, modulent le développement des symptômes psychotiques et varient en fonction du stade d évolution de la maladie [14,17,20,27]. Les principaux déficits rencontrés concernent l attention, la mémoire et les fonctions exécutives. En outre, les troubles de la socialisation, qui handicapent lourdement les patients dans leur vie quotidienne, découlent probablement de troubles cognitifs de base [17,18]. De nombreuses recherches indiquent que les déficits cognitifs rencontrés diffèrent grandement d un patient schizophrène à l autre. Pour cette raison, les programmes doivent être individualisés, conçus selon la nature des déficits de chaque patient. Consciente de l importance des déficits neurocognitifs des patients schizophrènes et de leurs répercussions fonctionnelles, la section «E. Minkowski» du Département de Psychiatrie du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois de Lausanne (DP- CHUV) a développé depuis 2002 un programme de remédiation cognitive pour jeunes patients schizophrènes (RECOS). Jusqu ici, plus de 60 patients ayant un trouble du spectre de la schizophrénie participent ou ont participé à ce programme. 2. Critères de sélection des fonctions cognitives traitées Outre le fait de tenir compte des différences interindividuelles observées lors de l évaluation neuropsychologique, deux critères ont guidé le choix des fonctions cognitives évaluées et traitées par le programme RECOS Troubles cognitifs favorisant l apparition des symptômes cliniques De récentes études, dont les plus connues sont celles élaborées par Frith [14], considèrent les troubles cognitifs comme étant des troubles fondamentaux de la maladie. Elles suggèrent que la désorganisation de la pensée et également les idées délirantes et les hallucinations proviendraient des troubles cognitifs, et non l inverse [20]. Plusieurs arguments expérimentaux permettent en effet de faire les hypothèses suivantes : la désorganisation de la pensée (troubles de la pensée formelle, associations relâchées, affects inappropriés) proviendrait d un déficit d inhibition des activités automatiques. Ce déficit d inhibition des patients désorganisés est démontré expérimentalement par le test d amorçage sémantique. On mesure l effet d amorçage sémantique en soustrayant le temps nécessaire au sujet pour identifier un mot associé (ex. : chat souris) du temps de réaction utilisé pour identifier un mot non associé (ex. : chat lampe). Plusieurs études [25,33] montrent que les patients schizophrènes souffrant d un trouble du cours de la pensée présentent un effet d amorçage sémantique plus important. Ce résultat permet de conclure à une hyperactivation des associations sémantiques chez ces patients. Autrement dit, la présence d associations relâchées qui est l une des manifestations symptomatiques des troubles du cours de la pensée pourrait être expliquée par une activation trop importante de ces réseaux sémantiques. En outre, les déficits d inhibition et d attention sélective pourraient découler de cette hyperactivation sémantique ; d après Frith [14], la symptomatologie positive (idées délirantes, hallucinations) serait comprise à partir d une altération du système de contrôle de l action. Au niveau expérimental, les études de mémoire de la source viennent appuyer cette théorie : les personnes schizophrènes souffrant d hallucinations auditives ont tendance à attribuer à une source extérieure les mots qu elles ont elles-mêmes produits [4,6,22] ; de nombreuses études ont mentionné également des troubles du raisonnement chez les patients schizophrènes avec idées délirantes : les patients schizophrènes souffrant d idées de persécution utiliseraient un nombre moins élevé d informations avant de tirer des conclusions (jump-to-conclusions) que les patients non délirants ou que les sujets témoins [15]. En termes de remédiation cognitive, ces données nous permettent de mieux cibler la prise en charge des patients en tenant compte des symptômes présents au moment de leur participation au programme. Nous penserons ainsi à améliorer la mémoire de la source chez des patients souffrant d hallucinations auditives [13], à pousser les patients présentant des idées délirantes à générer des stratégies alternatives pour résoudre un problème, ou encore à travailler l attention sélective chez des patients souffrant d un trouble du cours de la pensée Répercussions fonctionnelles des troubles cognitifs Dans toute démarche rééducative, une question centrale consiste à savoir comment les déficits cognitifs affectent la manière dont fonctionnent les patients dans leur vie quotidienne. Par exemple, ces déficits sont-ils responsables d une certaine inobservance du traitement médicamenteux, des rendez-vous manqués, du retrait social, etc.? Ces questions fondamentales n ont fait l objet que d un nombre restreint de recherches jusqu ici [16] et nous manquons de données scientifiques fiables. Néanmoins, il nous semble important de chercher à identifier les troubles cognitifs qui pourraient être à l origine de certains dysfonctionnements psychosociaux. Plusieurs programmes d intervention pour patients schizophrènes ont suivi cette réflexion et proposent des thérapies intégrant l entraînement des fonctions cognitives de base et l apprentissage des compétences psychosociales [7,17 19].

3 202 P. Vianin / Annales Médico Psychologiques 165 (2007) Déroulement du programme La Fig. 1 résume les étapes du programme RECOS, de la phase d indication au programme à l évaluation finale après l intervention cognitive Indication au programme La constatation clinique de la présence de troubles cognitifs ou l écoute des plaintes des patients à ce propos suffisent pour adresser le patient au programme RECOS Évaluation des fonctions cognitives (Tableau 2) Les tests sélectionnés permettent d évaluer les cinq fonctions cognitives proposées pour l entraînement. Nous avons cherché à sélectionner les tests neuropsychologiques couvrant au mieux les déficits cognitifs les plus souvent mesurés dans la population schizophrène. L ensemble des tests, à l exception du SPT et du BFT, sont des épreuves standardisées pour lesquelles nous disposons de normes bien établies pour une population tout-venant. Tableau 2 Tests neuropsychologiques pour l évaluation cognitive RECOS MEMOIRE DE TRAVAIL Mémoire des chiffres [37] Mémoire spatiale [38] ATTENTION SELECTIVE Stroop [11,35] D2 [8] Symbole [37] MEMOIRE VERBALE Test des 15 mots de Rey (rappel immédiat) [31] Test des 15 mots de Rey (rappel différé) [31] Mémoire Logique [38] VISUO-SPATIAL Mémoire spatiale [38] SPT/BFT [10] D2 [8] Indice de vitesse de traitement (Code+Symbole) [37] RAISONNEMENT WCST [5,24] Tour de Hanoi [9] Matrices [37] 3.3. Évaluation clinique (Tableau 1) Des questionnaires cliniques complètent l investigation cognitive. Ils évaluent la symptomatologie (symptômes négatifs et positifs), l estime de soi, les plaintes subjectives des déficits cognitifs, les troubles du cours de la pensée, ainsi que l adaptation sociale du patient. Cette évaluation clinique a lieu avant et après la phase de remédiation cognitive. Outre le fait de comprendre les relations entre les déficits cognitifs et les symptômes de la maladie, cette évaluation vise à mesurer les bénéfices cliniques d un programme de remédiation cognitive ciblé Évaluation des répercussions fonctionnelles Fig. 1. Chronologie des étapes de la participation au programme RECOS. Tableau 1 Échelles pour l évaluation clinique RECOS Échelle clinique Subjective Scale to Investigate Cognition in Schizophrenia (SSTICS) [34] Échelle de Rosenberg [32] Positive and Negative Syndrome Scale (PANSS) [21] Scale for the Assessment of Thought, Language and Communication (TLC) [2,3] Morning Rehabilitation Status Scale (MRSS) [1] Au terme de l évaluation cognitive, les résultats sont présentés au patient. Le thérapeute prend soin de lui indiquer la signification de chacun des résultats enregistrés en évoquant les différentes fonctions cognitives évaluées par la batterie RECOS. Un programme de rééducation est efficace s il est capable d améliorer la situation du patient dans sa vie quotidienne. Dès lors, il s agit d interroger le patient sur les difficultés qu il rencontre au quotidien. Il convient ensuite d analyser et de comprendre ces difficultés à la lumière des déficits rencontrés lors de l évaluation cognitive Psychoéducation et définition d objectifs Au terme de la phase évaluative, la séance psychoéducative se déroule en présence d un ou de plusieurs proche(s), du médecin et/ou du clinicien référent. Plusieurs travaux récents

4 P. Vianin / Annales Médico Psychologiques 165 (2007) [28,30] soulignent les effets bénéfiques des séances de psychoéducation pour les patients souffrant de psychose : réduction du taux de rechute, augmentation de la compliance au traitement, réduction du sentiment de culpabilité de la famille et diminution du stress lié aux symptômes. Cette séance permettra également de discuter des objectifs individualisés poursuivis durant la phase de remédiation. Ces objectifs sont définis en lien avec les répercussions fonctionnelles des troubles cognitifs observés. Ils font l objet d un accord entre le thérapeute et le patient et figurent sur le contrat de participation signé lors de la séance suivante. Ils sont rediscutés régulièrement avec le patient lors de la phase de remédiation proprement dite et sont évalués au terme du programme Remédiation cognitive La remédiation cognitive comprend cinq modules d entraînement : raisonnement, mémoire verbale, mémoire et attention visuo-spatiales, mémoire de travail, attention sélective. Chaque module d entraînement comprend : des exercices papier crayon : ils permettent au patient et à son thérapeute de développer les stratégies les plus efficaces pour faire face au problème posé. Ces stratégies seront ensuite appliquées par le patient au cours des exercices sur ordinateur. Il convient au thérapeute de proposer des exercices papier crayon adaptés au patient concerné. Un exercice est adapté s il correspond aux buts visés par le programme de remédiation (objectifs de traitement) ; s il est conforme aux capacités actuelles du patient (pertinence) ; s il aborde des thèmes en rapport avec les intérêts du patient (motivation). Chaque thérapeute veillera à modifier et à enrichir cette liste par d autres exercices répondant aux trois critères mentionnés ci-dessus ; un CD-Rom interactif : chaque exercice informatisé est composé de dix niveaux de difficulté. Chaque patient effectue l exercice en fonction du niveau atteint. Pour changer de niveau, il est nécessaire d obtenir 100 % de réussite à l exercice concerné. Outre la possibilité de proposer des exercices adaptés aux capacités du patient, l intérêt d avoir introduit ces niveaux se situe précisément dans la motivation de celui-ci à réussir des exercices de plus en plus difficiles. Les deux ou trois premiers niveaux de chaque exercice étant relativement faciles, la performance est renforcée positivement dès le début du programme. Le CD-Rom ne se limite pas à proposer des exercices. Il contient des informations sur les aspects psychoéducatifs des troubles cognitifs et de leur remédiation. Par ailleurs, les résultats sont enregistrés et un feed-back automatisé permet de voir en permanence les progrès réalisés depuis le début du programme Techniques et stratégies Un certain nombre de techniques de remédiation cognitive, dont l efficacité a été démontrée [39], ont été adaptées à des patients présentant une schizophrénie. Parmi ces techniques, les stratégies de résolution de problèmes se sont révélées efficaces pour plusieurs troubles psychiatriques, et ce dans une perspective de traitement psychothérapeutique de courte durée [26]. Elles visent à développer une progressive autonomie du patient face aux problèmes qu il rencontre dans sa vie quotidienne [12]. Dans un cadre de remédiation cognitive, cette technique a pour objectif d explorer un large éventail de stratégies possibles et de sélectionner celles qui se révèlent les plus pertinentes pour faire face à un problème donné. Les différentes étapes de la résolution de problèmes sont les suivantes : définir le problème : les objectifs visés et les obstacles pour y parvenir sont exprimés par le patient ; proposer différentes stratégies : le patient est tenu de proposer différentes stratégies pour résoudre le problème posé ; examiner les différentes solutions avec le thérapeute : à cause de l impossibilité de les mettre en pratique ou lorsqu elles apparaissent clairement inadéquates, certaines stratégies proposées au cours de l étape précédente sont éliminées lors de la discussion avec le thérapeute ; appliquer les solutions choisies : les stratégies retenues après réflexion sont mises en pratique. Les performances obtenues sont évaluées et comparées ; choix final de la stratégie : l évaluation empirique des différentes stratégies permet de décider de la meilleure stratégie à adopter face au problème posé Réévaluation cognitive et clinique Au terme des modules d entraînement, une évaluation similaire à celle réalisée initialement est effectuée dans le but de comparer les performances cognitives avant et après la phase de remédiation cognitive, ainsi que d estimer les répercussions des progrès observés sur l adaptation sociale du patient. La réévaluation clinique permet également d évaluer l impact des progrès cognitifs sur les symptômes positifs et les symptômes négatifs de la maladie. 4. Conclusion En guise de conclusion, quelques points essentiels du programme RECOS et de son développement sont soulignés. En premier lieu, notre démarche vise à développer chez le patient schizophrène une aptitude à rechercher des solutions aux problèmes posés en développant lui-même des stratégies adéquates. Les techniques de résolution de problèmes sont particulièrement importantes chez des patients qui souffrent fréquemment d une perte d initiative et d un manque de motivation (symptômes négatifs). Le fait de pouvoir résoudre des problèmes complexes va notamment renforcer une estime de soi souvent déficitaire. Ces techniques pourront ensuite être utilisées lorsqu il s agira de prendre des décisions, de faire face à un symptôme ou encore d évaluer les conséquences d un comportement.

5 204 P. Vianin / Annales Médico Psychologiques 165 (2007) Un deuxième aspect important du programme RECOS consiste à tenir compte du contexte dans lequel le patient se trouve et à proposer des exercices qui pourront lui être utiles dans sa vie quotidienne. Une réflexion mérite dès lors d être développée au sujet du passage entre les aspects purement cognitifs et les répercussions fonctionnelles. Dans une revue très bien documentée, Koren et al. [23] insistent sur les déficits de la métacognition qui constitueraient, selon eux, le facteur clé des répercussions fonctionnelles dans la schizophrénie. La métacognition concerne ce qu on connaît de nos propres compétences cognitives, et des performances qu on peut en attendre. Comme le soulignent ces auteurs, les capacités métacognitives varient indépendamment des compétences cognitives mesurées par des tests neuropsychologiques. Une personne dont les performances mnésiques sont optimales lors d une évaluation cognitive peut en effet s avérer incapable de discerner les situations où il faut faire appel à sa mémoire pour résoudre une tâche. En termes de remédiation cognitive, cela signifie que le thérapeute doit pouvoir assumer le rôle de médiateur entre les fonctions cognitives entraînées et les objectifs de remédiation. C est à ce rôle de médiateur que les futurs utilisateurs du programme RECOS devront notamment se consacrer durant la phase de remédiation cognitive. Les aspects psychoéducatifs constituent un autre point essentiel du programme. Nous pensons en effet qu il est important que les patients connaissent clairement les caractéristiques de leur trouble. Cela favorise notamment leur compliance au traitement et renforce la croyance selon laquelle ils peuvent développer des moyens de contrer les effets de la maladie. La collaboration entre les thérapeutes RECOS et les autres membres du personnel soignant psychologues, psychiatres, infirmiers, assistants sociaux, ergothérapeutes s avère également primordiale. Ayant été informés des déficits cognitifs dont peuvent souffrir les patients, les différents intervenants sont à même d identifier ces troubles et, le cas échéant, de proposer le programme RECOS à tous ceux qui pourraient en bénéficier ; par ailleurs, le rapport d évaluation cognitive permet parfois d éclairer certains comportements des patients à la lumière des déficits cognitifs observés. Les ressources du patient ayant été réévaluées à la fin du programme, de nouvelles perspectives en termes d occupation, de formation, voire d activité professionnelle peuvent être alors discutées dans le cadre du travail en réseau. À notre sens, il est nécessaire que les professionnels des soins destinés aux patients souffrant de schizophrénie puissent mieux articuler à l avenir les différents niveaux de prise en charge travail sur le contenu de la pensée, stratégies de «coping», entraînement aux habiletés sociales, remédiation cognitive, etc. Dans cet arsenal de traitements thérapeutiques, la remédiation cognitive pour patients schizophrènes est probablement l élément le moins développé aujourd hui. Nous espérons que cette lacune sera comblée dans les années à venir, car de bonnes capacités cognitives semblent essentielles tant au niveau du pronostic à moyen terme qu à celui des perspectives de réinsertion professionnelle. Références [1] Affleck JW, Mc Guire RJ. The measurement of psychiatric rehabilitation status. A review of the needs and a new scale. Br J Psychiatry 1984;145: [2] Andreasen NC. Thought, language, and communication disorders, I: Clinical assessment, definition of terms and evaluation of their reliability. Arch Gen Psychiatry 1979;36: [3] Bazin N, Lefrere F, Passerieux C, Sarfati Y, Hardy-Bayle MC. Formal thought disorders: French translation of the Thought, Language and Communication assessment scale. Encephale 2002;28: [4] Bentall RP, Baker GA, Havers S. Reality monitoring and psychotic hallucinations. Br J Clin Psychol 1991;30(Pt 3): [5] Berg EA. A simple objective treatment for measuring flexibility in thinking. J Gen Psychol 1948;39: [6] Brebion G, Amador X, David A, Malaspina D, Sharif Z, Gorman JM. Positive symptomatology and source-monitoring failure in schizophrenia: an analysis of symptom-specific effects. Psychol Res 2000;95: [7] Brenner HD, Roder V, Hodel B, Kienzler N, Reed D, Liberman RP. Intergrated Psychological Therapy for schizophrenic patients (IPT). Seattle: Hogrefe; [8] Brickenkamp R. Aufmerksamkeits-Belastungs-Test (Test d2). Göttingen: Hogrefe; [9] Bustini M, Stratta P, Daneluzzo E, Pollice R, Prosperini P, Rossi A. Tower of Hanoi and WCST performance in schizophrenia: Problemsolving capacity and clinical correlates. J Psychol Res 1999;33: [10] Cocchi L, Schenk F, Volken H, Bovet P, Parnas J, Vianin P. Visuospatial processing in a dynamic and a static working memory paradigm in schizophrenia. Psychiatry Res (in press). [11] Dodrill CB. A neuropsychological battery for epilepsy. Epilepsia 1978; 19: [12] D Zurilla TJ, Godfried MR. Problem solving and behaviour modification. J Abn Psychol 1971;78: [13] Favrod J, Vianin P, Pomini V, Mast F. A first step toward cognitive remediation of voices: a case study. Cogn Behav Ther 2006;35: [14] Frith CD. The cognitive neuropsychology of schizophrenia. Hove: Lawrence Erlbaum Associates; [15] Garety PA, Hemsley DR, Wessely S. Reasoning in deluded schizophrenic and paranoid patients: biases in performance on a probabilistic inference task. J Nerv Ment Dis 1991;179: [16] Green MF, Kern RS, Braff DL, Mintz J. Neurocognitive deficits and functional outcome in schizophrenia: are we measuring the «right staff»? Schizophr Bull 2000;26: [17] Hogarty GE, Flesher S. Developmental theory for a Cognitive Enhancement Therapy of schizophrenia. Schizophr Bull 1999;25: [18] Hogarty GE, Flesher S. Practice principles of Cognitive Enhancement Therapy for schizophrenia. Schizophr Bull 1999;25: [19] Hogarty GE, Flesher S, Ulrich R, Carter M, Greenwald D, Pogue-Geile M, et al. Cognitive enhancement therapy for schizophrenia: effects of a 2-year randomized trial on cognition and behavior. Arch Gen Psychiatr 2004;61: [20] Holden C. Deconstructing schizophrenia. Science 2003;299: [21] Kay SR, Fiszbein A, Opler LA. The positive and negative syndrome scale (PANSS) for schizophrenia. Schizophr Bull 1987;13: [22] Keefe RS, Arnold MC, Bayen UJ, Harvey PD. Source monitoring deficits in patients with schizophrenia; a multinomial modeling analysis. Psychol Med 1999;29: [23] Koren D, Seidman LJ, Goldsmith M, Harvey PD. Real-world cognitive and metacognitive dysfunction in schizophrenia: A new approach for measuring (and remediating) more right stuff. Schizophr Bull 2006; 32: [24] Loong J & J. Wisconsin Card Sorting Test. Wang neuropsychological laboratory. Licensed by Psychological Assessment Resources, version 1.0; 1989.

6 P. Vianin / Annales Médico Psychologiques 165 (2007) [25] Moritz S, Woodward TS, Kuppers D, Lausen A, Schickel M. Increased automatic spreading of activation in thought-disordered schizophrenic patients. Schizophr Res 2003;1(59): [26] Mynors-Wallis L. Problem-solving treatment in general psychiatric practice. Adv Psychol Treat 2001;7: [27] Parnas J, Vianin P, Sæbye D, et al. Visual binding abilities in the initial and advanced stages of schizophrenia. Acta Psychiatr Scand 2001;103:1 10. [28] Pitschel-Walz G, Bauml J, Bender W, Engel RR, Wagner M, Kissling W. Psychoeducation and compliance in the treatment of schizophrenia: results of the Munich Psychosis Information Project Study. J Clin Psychol 2006;67: [29] Pour la Recherche. Bull Fed Fr Psychiatr 2003;36:27. [30] Rabovsky K, Stoppe G. The role of psychoeducation in the treatment of psychiatric inpatients. Nervenarzt 2006;77: [31] Rey A. L examen clinique en psychologie. Paris: PUF; [32] Rosenberg M. Society and the adolescent self-image. Princeton: Princeton University Press; [33] Spitzer M, Braun U, Maier S, Hermle L, Maher BA. Indirect semantic priming in schizophrenic patients. Schizophr Res 1993;11: [34] Stip E, Caron J, Renaud S, Pampoulova T, Lecomte Y. Exploring cognitive complaints in schizophrenia: The subjective scale to investigate cognition in schizophrenia. Compr Psychol 2003;44: [35] Trenerry MR, Crosson B, DeBoe J, Leber WR. Stroop Neuropsychological Screening Test. Lutz, Florida: Psychological Assessment Resources, Inc.; [36] Vianin P, Posada A, Hugues E, et al. Reduced P300 amplitude in a visual recognition task in patients with schizophrenia. Neuroimage 2002;17: [37] Wechsler D. Weschsler Adult Intelligence Scale-III. San Antonio, TX: The Psychological Corporation; [38] Wechsler D. Weschsler Memory Scale-III. USA: The Psychological Corporation; [39] Wykes T, Brammer M, Mellers J, et al. Effects on the brain of a psychological treatment: cognitive remediation therapy: functional magnetic resonance imaging in schizophrenia. Br J Psychiatry 2002;181:

Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé

Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé Collaborations : 1. Fondation Santé des Etudiants de France, clinique des

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique 2 ème journée d étude de l Observatoire Régional des Risques Psychosociaux en Aquitaine Risques psychosociaux: tous préventeurs? Bordaux, 6 décembre 2012 Déterminants de la réintégration au travail des

Plus en détail

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004

Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Réhabilitation Psychiatrique, plaidoyer pour une formation de base des équipes psychiatriques de secteur Guy M. Deleu / Belgique 15-02-2004 Introduction Dans le cadre de mes activités de formateur en Réhabilitation

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT Présentation Céline psychologue clinicienne installée en libéral aux Pennes-Mirabeau Diplômée de l Université de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc.

Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf., Ph.D. Avec la collaboration de: Patrice Laplante, MD et Martine Proulx, inf., M.Sc. Regards d infirmières sur le délirium : contribution de la recherche dans la mise en place du dépistage systématique du délirium en soins de courte durée Maryse Grégoire, inf., M.A. Cécile Michaud, inf.,

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

de l invalidité Pour un retour au travail en santé

de l invalidité Pour un retour au travail en santé Services de gestion de l invalidité Pour un retour au travail en santé Nous visons un retour au travail en santé pour permettre à nos clients de continuer se concentrer sur leur entreprise Dans une petite

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX ANNEXE 9 Objectifs spécifiques du stage en Clinique spécialisée : Sclérose en plaques Programme de neurologie Université de Montréal Au terme de

Plus en détail

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale?

Quelles sont les questions associées aux problèmes de santé mentale? Santé mentale Termes clés Maladie mentale : affection médicale qui perturbe les pensées d une personne, ses sensations, son humeur, sa capacité à établir des relations avec les autres et sa vie quotidienne.

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

Présentation du Programme dépression. Conférence ATB & D jeudi 30 octobre 2008

Présentation du Programme dépression. Conférence ATB & D jeudi 30 octobre 2008 Présentation du Programme dépression Conférence ATB & D jeudi 30 octobre 2008 1 L équipe du programme dépression Les médecins: Drs G. Bondolfi (100%), V. Bancila (100%), L. Dallon- Koechlin (60%), M. Desseilles

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1

Sommaire...V. Préface...VII. Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 Sommaire...V Préface...VII Chapitre 1. Le trouble déficit d attention/hyperactivité : une approche sociologique...1 1. Introduction... 1 2. Un climat polémique... 4 3. Mutations de la psychiatrie... 7

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents

Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Faire le bilan : Un processus d'attribution des services fondé sur la valeur dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents Octobre 2015 Préparé par : William Gardner Heather Woltman

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue

L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE. David Lefebvre, psychologue L APPROCHE NEUROPSYCHOLOGIQUE EN ADDICTOLOGIE David Lefebvre, psychologue LA NEUROPSYCHOLOGIE Neuropsychologie: étude des liens entre les lésions cérébrales et les conséquences sur les comportements des

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Choisir des mesures et des indicateurs pour évaluer des programmes. Le 22 janvier 2013

Choisir des mesures et des indicateurs pour évaluer des programmes. Le 22 janvier 2013 Choisir des mesures et des indicateurs pour évaluer des programmes Le 22 janvier 2013 Les présentatrices d aujourd hui Ilana Smyth Associée au programme, Évaluation and recherche Centre d excellence de

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique

Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Approche comportementale et cognitive de la douleur chronique Françoise LAROCHE Centre Evaluation et Traitement de la Douleur Hôpital Saint-Antoine Paris 43 Rationnel dans la douleur chronique nécessité

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C

Relier l apprentissage à la pratique Comment faire un exercice de réflexion sur la pratique pour obtenir des crédits MAINPRO-C Lien à la version électronique de le formulaire l Apprentissage à la Pratique : https://www.formrouter.net/forms@cfpc/mainpro_linking_learning_practice_fr.html Relier l apprentissage à la pratique Comment

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616

SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 SOUTIEN ADMINISTRATIF adjoint de direction PROJET DE FIN D ÉTUDES (STAGE) 412-8B1-MA (1-3-3) Du 7 octobre au 1 er novembre 2013 Groupe 1616 Professeur superviseur Philippe Pelletier ppelletier@cmaisonneuve.qc.ca

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

CYCLE DE FORMATION 2014-2015

CYCLE DE FORMATION 2014-2015 Intitulé de la formation Intervenir au quotidien auprès de personnes avec autisme Public Parents d enfants présentant un trouble du spectre autistique ; professionnels intervenant auprès de personnes présentant

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

Comment réussir ce rendez-vous annuel?

Comment réussir ce rendez-vous annuel? Direction des Ressources Humaines Guide pratique de l évaluateur pour L Entretien Annuel Campagne 2011 Comment réussir ce rendez-vous annuel? 1 1. L entretien annuel, qu est- ce que c est? Un temps de

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques Bienvenue au Module 5 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment enseigner la médecine fondée sur les

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Document de base concernant le profil de compétence Conseil en soins infirmiers Version du 11 octobre 2013 1 La situation initiale dans le rapport

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises!

Entretien d évaluation : l Anact décrypte des pratiques de grandes entreprises! Patrick Conjard, chargé de mission Anact 1 - septembre 2011 Initialement déployées pour les cadres dans les grandes entreprises, les pratiques d évaluation de la performance individuelle se sont étendues

Plus en détail

Vecteurs d innovation en éducation thérapeutique au Québec. Robert PERREAULT, M.D. Marie-Josée PAQUET, inf. Direction de santé publique de Montréal

Vecteurs d innovation en éducation thérapeutique au Québec. Robert PERREAULT, M.D. Marie-Josée PAQUET, inf. Direction de santé publique de Montréal Vecteurs d innovation en éducation thérapeutique au Québec Robert PERREAULT, M.D. Marie-Josée PAQUET, inf. Direction de santé publique de Montréal CANADA province de Québec 7 687 068 hab. (2006) 4,96 habitants

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges

La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges La communication interne gagne en importance dans les entreprises belges Corporate Creative Strategies (www.ccstrategies.be), une agence belge de communication spécialisée en communication corporate, a

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Atelier 2: Formation des professionnels au travail avec interprète: nécessités et stratégies

Atelier 2: Formation des professionnels au travail avec interprète: nécessités et stratégies Atelier 2: Formation des professionnels au travail avec interprète: nécessités et stratégies Patricia Hudelson Orest Weber Lausanne, 30 septembre 2010 Contexte 25 services professionnels d interprétariat

Plus en détail

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée.

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. L e r é s e a u d e s a n t é Symbiose : Léna Po u l a i n, P i e r r e Pitsaer, F r

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant

TDAH. Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant TDAH Le TDAH et les troubles concomitants chez l enfant LE TDAH ET LES ENFANTS Le trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité (TDAH) est une affection médicale reconnue qui demande souvent l

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006

Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 Projet INSPIRAtion Conférence sur l employabilité 24 mars 2006 L autisme est un trouble vastement incompris au Québec, entre autres à cause d un manque d expertise dans la province. Parallèlement, le nombre

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail