PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PROGRAMME EUROPÉEN SUSTAIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PROGRAMME EUROPÉEN SUSTAIN"

Transcription

1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU PROGRAMME EUROPÉEN SUSTAIN Pour l échange de bonnes pratiques et la création de l outil DeCyDe d auto-évaluation du niveau de développement durable des littoraux OCTOBRE 2012

2 AVANT-PROPOS AVANT-PROPOS Parmi les nombreux projets INTERREG IVC, SUSTAIN est un exemple de réussite et de valeur ajoutée au regard des projets «en réseau» classiques. Après deux années de mise en œuvre du projet, des activités conjointes de «coopération souple» tels que les ateliers thématiques ou les visites d étude ont permis de dresser une liste considérable de résultats tangibles dans les régions participantes. Animé par les principes d ouverture, d engagement et d implication des acteurs, le partenariat SUSTAIN montre bien que la coopération interrégionale permet aux petites municipalités et aux régions côtières d en tirer bénéfice. Ainsi est-ce un plaisir renouvelé de lire les derniers rapports et publications de projets car ils nous offrent l opportunité d en apprendre d avantage sur le transfert des bonnes pratiques, l évolution des politiques et des activités dérivées. Nul doute que des solutions telles que l utilisation des matériaux organiques sur des sentiers locaux à Chypre, présentée dans notre Salon des Bonnes Pratiques 2011 à Cracovie ou le modèle de Gran Canaria, transposé avec succès, d un consortium inter-gouvernemental pour la réhabilitation urbaine dans la Province de Teramo serviront de sources d inspiration pour les communautés côtières européennes bien audelà des partenaires SUSTAIN. D où, notre souhait de poursuivre cette coopération fructueuse avec Alan, Iris et toute l équipe projet. Thorsten Kohlisch, Conseiller Projet et Coordinateur de Points Informations, Katowice Stefania Amorosi, Responsable Finances, Lille COLOPHON Présentation générale du programme européen Sustain, octobre 2012 La Brochure finale SUSTAIN Editeur : Alan Pickaver avec la contribution de tous les partenaires SUSTAIN Design & Présentation : Erik Devilee Imprimé par : Veldhuis Media, Pays-Bas Imprimé sur papier FSC (Faire renaître la soie) Photos de gauche à droite : ARH Tejo, Valia Miltiadous, Sophia B. Nos adressons des remerciements tous particuliers à : Xenia Loizidou & Michalis Loizides (ISOTECH Ltd, Chypre) pour leur savoir et l expertise mise au service de la municipalité de Kouklia (janvier 2010 à décembre 2011) et à l Union côtière et marine (EUCC) pour le développement de l outil DeCyDe, ainsi qu à André Mascarenhas & Tomás Ramos pour le développement de l approche méthodologique et José Carlos Ferreira (tous FCT- Université de Lisbonne) via ARH - Tejo Administration régionale du Bassin du Tage. Pour le financement : ERDF - INTERREG IVC (SUSTAIN) Responsabilité : Le contenu du présent document reflète le point de vue de l auteur et l autorité de Gestion INTERREG IVC ne saurait être tenue pour responsable de toute utilisation du contenu de la présente brochure. Le Programme de Coopération interrégionale INTERREG IVC, financé par le fonds de Développement Régional de l Union Européenne, aide les Régions de l Union Européenne pour les projets communs de partage des expériences et des bonnes pratiques dans les domaines de l innovation, l économie du savoir, l environnement et la prévention des risques. Si 302 millions d EUR sont mis à disposition pour le financement du projet, les décideurs régionaux peuvent aussi profiter de la richesse des connaissances et des solutions potentielles disponibles. 2

3 PRÉSENTATION DU PROJET SUSTAIN Dans le cadre du programme INTERREG IVC, SUSTAIN est un projet sur 3 ans, en partie financé par le Fonds de Développement Régional Européen. Il s agissait d une initiative régionale traitant d abord de l environnement et de la prévention des risques (priorité 2 du programme) puis de la gestion des eaux. Le projet fût doté de 1,8 millions d Euros. L objectif de SUSTAIN était de créer un outil d aide à la décision et adaptable à toutes les autorités et les communautés côtières pour la mise en œuvre du développement durable du littoral. Cet outil serait applicable dans les 22 états côtiers de l Union Européenne. Il s appuie sur un ensemble d indicateurs du développement durable, facilement mesurables, développés et évalués tout au long du projet afin d offrir aux autorités un outil de mesure efficace du développement durable côtier. L outil peut ainsi garantir une gestion intégrée des côtes européennes plus durable et sur le long terme. Il peut contribuer à l optimisation de la stratégie du développement durable de l Union européenne, adoptée en juin 2006 par le Conseil de l Europe. Ce projet a rassemblé 12 organisations à travers l Europe. Le partenaire principal était l Union Côtière & Marine EUCC (Pays-Bas). Les partenaires SUSTAIN à la réunion de lancement à Kouklia (Chypre) «Si vous agissez comme vous l avez toujours fait, vous obtiendrez toujours le même résultat». Telle est la devise depuis l intervention du partenaire M. Patrick Mccluskey, Irlande du Nord, lors d une réunion alors que nous nous trouvions dans une impasse au cours du débat sur nos initiatives innovantes respectives. Dès le départ, SUSTAIN se voulut ambitieux : nous avions décidé de développer une méthodologie fondée sur des indicateurs et un système de notation qui permettrait l auto-évaluation, par l attribution d une note. Comparer les évaluations passées et futures permettraient ainsi aux autorités de positionner leur stratégie de développement durable par rapports aux objectifs fixés. Jusque là, aucune organisation n avait opté pour une telle méthodologie. De nos jours, l expression «développement durable» est couramment employée, mais reste un concept général plutôt qu une situation avérée. Il ne possède pas de paramètres définis scientifiquement. Il est en perpétuel évolution. Les indicateurs généralement appliqués pour suivre le développement durable prennent rarement en compte cette notion et, paradoxalement, se servent de données qui ont été mesurées avec précision. Malheureusement, les communautés et leurs autorités n ont toujours pas les moyens d évaluer avec précision la valeur des actions menées en faveur du développement durable. Durant les trois années de vie du projet SUSTAIN, un outil d aide à la décision a été développé, simple d utilisation, avec des composants innovants permettant l auto-évaluation rapide de l état d avancement d une stratégie par rapport aux objectifs du développement durable. Alan Pickaver, Union côtière & marine - EUCC, Leiden 3

4 AVANT-PROPOS PRÉSENTATION DE L OUTIL DECYDE «DeCyDe» est un outil simple dans sa mise en œuvre, composé de feuilles de calcul qui permettent l auto-évaluation ; c est un outil décisionnel qui donne une valeur numérique aux indicateurs individuels. Il comprend trois étapes distinctes : la détermination des objectifs stratégiques à partir des politiques existantes ; la mise en place d un ensemble d indicateurs de développement durable ; l utilisation de l outil d aide à la décision. A la suite de quoi, les objectifs stratégiques peuvent être revus et le processus répété à quelques années d intervalle. La première étape est la procédure cyclique qui nous emmène du point de départ au point ciblé de manière logique. Elle est orientée politique et incorpore les objectifs stratégiques européens pour le développement durable et la gestion intégrée des zones côtières. Tout d abord, les décideurs doivent s entendre sur les buts et les objectifs stratégiques pour ensuite déterminer s ils sont atteints et, éventuellement procéder à des ajustements. à appliquer un ensemble fixe et standard d indicateurs. Il s agit des indicateurs : PRINCIPAUX, d utilisation systématique dès lors qu il y a des données adéquates disponibles. Ils sont considérés comme couvrant l essentiel du développement durable côtier. OPTIONNELS, traitant des spécificités locales/régionales et pouvant être mis en œuvre et ajustés selon le besoin. Ils ont fait l objet d une sélection soignée sur la base de critères comme l adéquation au développement durable, la disponibilité des données et leur capacité à être comptabilisés. Cette approche permet aux décideurs une certaine flexibilité de sorte que les indicateurs soient adaptés aux objectifs stratégiques de l autorité. La deuxième étape est la récolte des données. On s est appuyé volontairement sur les indicateurs couramment utilisés de nos jours et qui, selon la législation de l UE, doivent faire l objet de vigilance. D autres, peut-être plus en adéquation avec le développement durable n ont pas été retenus en l absence de base de données pour leur mesure. Ils sont représentatifs des quatre piliers du développement durable : gouvernance, économie, qualité environnementale et bien-être social. Afin de montrer leur adéquation au développement durable, ils ont été groupés en un certain nombre de questions. En tout, il y a 24 problématiques clés qui se répartissent comme suit : 5 problématiques Gouvernance 5 problématiques Économie 9 problématiques Qualité environnementale 5 problématiques Bien-être social SUSTAIN propose deux ensembles d indicateurs qui s éloignent de l approche plus traditionnelle consistant Deux problématiques optionnelles supplémentaires ont été identifiées pour l Économie. Chaque partenaire a mesuré ses efforts dans le domaine du développement durable grâce à l outil DeCyDe. Il faut comprendre que les résultats présentés ne sont pas comparables les uns aux autres puisque des indicateurs différents ont été utilisés pour les produire. Cependant, ils peuvent servir de valeur de référence pour la mesure des progrès réalisés si, ultérieurement, les mêmes indicateurs sont utilisés. De plus, ces valeurs ne devraient représenter un obstacle pour le résultat final du partenaire puisque certaines données n existaient pas lorsque l indice a été initié. Les partenaires de SUSTAIN en visite à Lisbonne, photo ARH Tejo 4

5 Schiermonnikoog, Pays-Bas, photo https://beeldbank.rws.nl, Rijkswaterstaat / Joop van Houdt Les données collectées, étape la plus lourde en termes de temps consacré, celles-ci peuvent être saisies dans les feuilles de calcul de DeCyDe. Il s agit d un dossier Excel dans lequel tous les calculs sont automatiques. Le résultat de chaque indicateur est obtenu dans le cadre d une échelle de valeurs. Cette approche apporte une flexibilité méthodologique : même les données qui ne peuvent pas être identifiées spécifiquement ou pourraient être considérées imprécises, peuvent être utilisées si elles sont identifiées dans un intervalle. Normalement, les indicateurs seraient exclus si leur valeur précise ne pouvait être trouvée. Elles sont définies essentiellement par des Directives UE et lorsqu elles celles-ci ne couvrent pas les paramètres spécifiques, les limites données par les Organismes internationaux sont prises en compte. Il en est de même pour les règlements nationaux et locaux. Les questions et les piliers qui encadrent les indicateurs sont alors organisés en matrices (à partir du concept de comparaison de paires). Le nombre de matrices, à savoir le nombre de niveaux qui sera incorporé dans la méthode décisionnelle doit être fixé. Pondérer les questions et les piliers permet aux autorités d autodéterminer l importance relative de ces différents paramètres. Les décideurs peuvent prédire comment la situation existante peut évoluer si, par exemple, ils modifient la note de l une ou l autre question. Cela signifie qu ils peuvent facilement prédire ce qui va se produire s ils investissent les ressources nécessaires pour améliorer la note sur l échelle de valeurs d un indicateur donné et ainsi la note générale du développement durable ; par exemple, en augmentant le recyclage des déchets grâce à une diminution de celui prévu pour la production aquacole. Alternativement, ils peuvent anticiper les effets d un changement d importance attribuée parmi les quatre piliers, par exemple en mettant davantage de ressources dans l Économie et moins dans la Qualité de l Environnement en modifiant leur politique. Par cet exercice, les décideurs peuvent évaluer et estimer une grande variété d idées et d actions au sein des différentes options politiques. Ils obtiennent «une note» qui leur donne leur «résultat» à chaque décision, à partir de données réelles de la situation existante. Ils peuvent ainsi anticiper les influences de leurs décisions, identifier les atouts et les faiblesses des différents choix, en débattre au sein de tout le groupe d acteurs décisionnaires et atteindre une décision optimale. Par le principe même de la prise de décision dans le cadre d un processus participatif, avec le consensus des acteurs décisionnaires, il est plus vraisemblable qu ils s engageront tous dans le soutien de leur mise en œuvre. C est une question importante : promouvoir la mise en œuvre de décisions par le biais du consensus des acteurs décisionnaires. A la première mise en œuvre, le score obtenu peut être considéré comme valeur de référence et comparé lors d évaluations ultérieures, à condition que les mêmes indicateurs soient systématiquement utilisés. On voit que si l opération est répétée, une comparaison des résultats montre l évolution vers plus de développement durable. Si les résultats initiaux sont considérés comme niveau de base (par ex. = 100), toute modification ultérieure peut être convertie en pourcentage de progrès ou de dégradation. De cette manière, et à condition que les mêmes indicateurs soient utilisés à chaque évaluation, il est possible de mesurer l effort fourni pour le développement durable et son évolution dans le temps. 5

6 AVANT-PROPOS PRÉSENTATION DES 12 PARTENAIRES DU PROGRAMME GRÈCE / Samothraki (Autorité locale) Lors d une visite à Samothraki, de nombreux partenaires furent impressionnés par la beauté unique de la nature terrestre et marine de l île. Ces valeurs, restées intactes au fil des siècles, sont aujourd hui l atout majeur de l île pour l assurance d un futur plus durable. Les côtes de Samothraki sont parmi les rares exemples en Grèce et dans la Méditerranée où la côte n a pas été altérée par le développement du tourisme de masse et conserve son patrimoine naturel. De plus, la qualité des eaux côtières est très bonne puisqu il n y a aucune source de pollution industrielle, ou de tourisme de masse. La vie marine autour de l île, d une richesse exceptionnelle, démontre la qualité des eaux côtières. Ces spécificités sont des indicateurs solides de développement durable pour l île de Samothraki, et les habitants comme les autorités locales ont la volonté de les conserver durablement. Les autorités municipales encouragent les petites entreprises, détenues par les acteurs locaux et les coopératives, à vendre des produits locaux de qualité. Cette démarche contribue à la communication d une identité et de valeurs uniques en plus de la qualité environnementale locale. De même, la Municipalité a concentrée ses efforts sur d autres domaines du développement durable comme le développement des sources d énergies renouvelables et l optimisation énergétique, la protection de l environnement, la santé publique et la qualité de vie, ou encore l aménagement du territoire. En d autres termes, elle cherche à encourager l utilisation durable de ses ressources en faveur d un développement économique viable. Le score initial obtenu par Samothraki avec l outil DeCyDe s élève à 85,34. Samothraki, photo de Tamara Ristić PORTUGAL / ARH Tejo - Bassin du Tage (Autorité régionale) L utilisation durable des ressources de la côte est un objectif majeur qui stimule l activité de l ARH Tejo. Nous sommes responsables de la gestion du littoral sur une étendue de 290 km et effectuons un travail de proximité avec chacune des 13 municipalités côtières. Fin 2011, la majorité des usines de traitement des eaux usées étaient opérationnelles. Nous avons reçu le label «Pavillon Bleu» pour 45 de nos 96 plages. En outre, nous ne voulons pas voir d infrastructures, accès routier ou toute forme de bâtiment, sur certaines de nos plages. A cet effet, nous utilisons le Plan directeur du littoral comme outil de gestion, définissant l usage et l occupation de façon adaptée par rapport à la fragilité des systèmes biophysiques. A la réunion de Lisbonne, les municipalités d Almada et Cascais ont présenté des projets locaux pour le développement durable de la côte. Par la suite, les partenaires ont pu se rendre compte du travail accompli par les Plans directeur du littoral et l expérience MarGov : construire un développement durable pour la gouvernance d une Aire marine protégée un projet qui a reçu le prix de la Fondation Calouste Gulbenkian et L Océanarium de Lisbonne. Le Parc marin Professeur Luiz Saldanha a été créé à partir d une approche descendante et dans un espace de dialogue réduit. Cela a influencé le comportement des communautés de pêches artisanales et a crée une situation conflictuelle Le projet plaide en faveur du dialogue, en faisant disparaître conflits et mythes, de l adaptabilité ainsi que la promotion de l apprentissage pour une meilleure gouvernance. Les partenaires ont été sensibles, à cette occasion, au Projet Biomares : la récupération des habitats marins du Parc Marin. A Sesimbra, ils ont visité ArtesanlPesca, la coopérative de pêche qui plaide en faveur du développement durable. Ils ont pu se rendre compte comment un groupe de pêcheurs travaillait ensemble pour l optimisation du marché plutôt que de se faire concurrence sur des ressources de pêche en diminution constante. Le score initial obtenu par la Municipalité de Cascais avec l outil DeCyDe s élève à 80,26. 6 Cascais, photo de Rui Abreu, ARH Tejo

7 ITALIE / Province de Teramo (Autorité locale) La côte de Teramo est le site touristique par excellence de la Région des Abruzzes : quarante cinq kilomètres de côtes sur lesquels se déroulent de larges bandes de sable, de zones protégées et de parcs marins. Sept municipalités, connues sous le nom des Sept Sœurs, détiennent déjà le Pavillon Bleu et ont adopté une stratégie de marketing centrée sur la promotion de la mer comme produit avec le label touristique Côte Bleue. Un système de logements de plus de 500 hôtels, résidences, campings et villages vacances, une population d environ habitants qui passe à durant les mois d été, autant de raisons qui accroît les risques de pollution marine et d érosion côtière sur cette région splendide. Les partenaires ont pu visiter l Aire Marine Protégée (AMP) de Torre di Cerrano et furent impressionnés par la gestion de la zone. «Torre di Cerrano» est en effet une belle tour située au cœur de l Aire Marine Protégée. Elle domine l Adriatique et son paysage côtier depuis le 16ème siècle. L AMP s étend sur 3 miles nautiques dans la mer depuis la côte et sur 7 km le long du littoral. Composée de dunes de sable pour 2,5 km, de rivages, sa surface totale est de 37 km². La gestion de la région a été confiée à l Association de Gestion des Municipalités de Silvi et Pineto, la Province de Teramo et la Région des Abruzzes et les Présidents et maires en font membres. SLOVÉNIE / Centre de développement régional de Koper (Autorité régionale) Nous agissons, au niveau régional, pour la promotion du développement commercial et économique de notre région, la coordination des intérêts au niveau local et national, dans les domaines du développement régional, l économie, les ressources humaines et de la protection de l environnement. Nos objectifs premiers sont l amélioration de la force économique et de l organisation de son infrastructure environnementale de base. Nous allons le faire par le biais de 14 mesures divisées en un certain nombre de programmes : économie, ressources humaines, zone rurale, agriculture, pêche et forêts et infrastructure environnementale. Puisque notre pays est membre de l Union européenne depuis peu, nos premières actions portent sur l infrastructure environnementale de base pour le traitement des déchets, des eaux usées, l approvisionnement en eau potable et la mobilité durable. Durant une visite en Slovénie, les partenaires on visité les salines de Sečovlje, aujourd hui parc naturel national. Le musée de la fabrication du sel, monument culturel d importance nationale, décrit l ancien procédé, dont l origine remonte au moyen-âge. Le site comprend quatre maisons de marais salants restaurées, leurs bassins de sel et le canal d alimentation en eau de mer. Il est très intéressant de voir l utilisation de la pétola ou algue bleu-vert qui pousse Le score initial obtenu par Teramo avec l outil DeCyDe s élève à 151,78. Torre di Cerrano, photo de Tamara Ristić sur la couche de boue et sépare les cristaux de sel, en formation, des sédiments. Les salines sont aujourd hui les marécages côtiers les plus importants (650 hectares) et en parallèle, la localité slovène la plus importante du point de vue de la population d oiseaux. La variété d espèces venant nidifier et passer l hiver est bien plus importante que dans les zones environnantes, pourtant plus vastes, avec 288 espèces avérées dont 90 nichant dans la région. Le score initial obtenu par Koper avec l outil DeCyDe s élève à 92,25. Salines, photo d Alan Pickaver 7

8 ROYAUME-UNI / Conseil de Sefton (Autorité locale) Le Conseil de Sefton a été très actif dans l amélioration du développement durable. La gestion du rivage, les pratiques de développement et de tourisme durable, la protection y compris l aménagement du territoire côtier et de ses plages ; la mise en place réussie d un Plan Forêts pour ses bois côtiers ; les pratiques de recyclage, de gestion des déchets et de garantie de la qualité de l eau et de l environnement ont tous été ciblés. Nous agissons pour la réduction d émission de carbone et les énergies renouvelables, en particulier en ce qui concerne un Plan d Action pour les énergies durables pour Sefton et dans le soutien au plan d actions pour les énergies durables de Merseyside qui vient d être lancé. Nous sommes également partenaire dans deux projets financés par le Fonds Local de Transport Durable du Gouvernement britannique (LSTF) : le Projet Économie Visiteurs de Sefton et du Lancashire occidental et le projet LSTF de Merseyside, qui soutiennent les projets de transport durable qui sont plus économiques et réduisent les émissions de carbone. Les partenariats de Sefton et les expériences acquises vont nous aider à atteindre les objectifs au niveau local, la révision du Plan Forêts des bois côtiers de Sefton et pour ceux du Forum côtier du nord ouest (régional). ROYAUME-UNI / Conseil du comté de Down (Autorité locale) Le comté de Down est l une des premières destinations touristiques ayant pu profiter du retour à la paix en Irlande du Nord. Les points forts du Comté de Down, sont la gestion du rivage, les pratiques de développement du tourisme durable, la protection et l aménagement du territoire côtier et de ses plages, les pratiques de recyclage et de gestion des déchets ainsi que la garantie de la qualité de l eau et de l environnement. Ces derniers sont inégalés au Royaume-Uni, même si Newcastle qui a remporté le premier prix de design pour le concept de sa promenade qui relie visuellement, physiquement et socialement la ville à son environnement naturel. Une nouvelle approche de mur anti-vagues a été érigé un mètre au-dessus du niveau de la promenade précédente et les jardins ont été surélevés afin d unir rivage et rue. Ces travaux ont été intégrés dans le cadre du réalignement de mètres linéaires de la Rue Principale ordonnant le réaménagement des chemins existants et l installation de m² de pavés ainsi que le réalignement des bords de route en granit, le remplacement de la surface usée de la Rue Principale, de nouveaux services tels que l éclairage public, des panneaux de signalisation et le mobilier public sur les chemins. Ce concept redonnait place aux piétons avec un accès facilité à l aide d escaliers et de rampes. L espace public le plus important de la ville Le score initial obtenu par le Conseil de Sefton avec l outil DeCyDe s élève à 64,08. Photo de Dave McAleavy Images permet aujourd hui aux restaurants et bars de s étendre à l extérieur de leur établissement et d exploiter complètement la vue majestueuse sur la montagne de Slieve Donard. Cependant, la vitalité remarquable de Newcastle, comme destination touristique, cache quelques uns des problèmes rencontrés par des communautés plus petites le long des côtes du comté de Down. Autrefois, Ardglass était un des sites les plus importants pour l arrivée et le traitement du poisson en Irlande du nord. L application des politiques successives de l Europe sur la pêche a rendu l avenir d Ardglass incertain, du point de vue économique, sociologique et environnemental. Comment garantir un présent décent à la communauté sans sacrifier les générations à venir? Le score initial obtenu par le comté de Down avec l outil DeCyDe s élève à 111,76. Promenade Newcastle, Comté de Down, photo de Tamara Ristić 8

9 CHYPRE / Kouklia et Isotech Ltd. (Autorité locale et Bureau d études) Kouklia est une région administrative qui compte plus de 10 km de côtes, un riche patrimoine archéologique et des monuments de l époque byzantine. Les 10 dernières années ont vu un développement important de la zone autour de la Communauté. Toutefois, cela a fait l objet de longues négociations entre les promoteurs et les autorités centrales avant d obtenir des bénéfices pour la communauté et de travailler pour la protection de l espace naturel et du patrimoine culturel côtier. Kouklia a accueilli la réunion de lancement durant laquelle nous avons ressenti qu il était important de considérer la communauté locale, mais aussi de confronter la situation de division de Chypre et les efforts à accomplir pour que les communautés divisées puissent travailler ensemble. Pour partie, la réunion a eu lieu dans la zone Tampon de l ONU, et nous avons visité l ancien aéroport international en ruines, abandonné tel quel lors de l invasion militaire turque ; un avion se trouvait encore sur la piste. Les représentants des deux côtés ont expliqué aux participants comment ils coopéraient et travaillaient pour l avenir, depuis que les barrières étaient tombées. Le Conseil Communautaire de Kouklia a connu des élections locales en décembre 2011 et le Président sortant qui participait activement à toutes les réunions et faisait preuve d un grand intérêt pour le projet, en transposant IRLANDE / Centre de Recherches Côtières et Marines - CMRC (Institut de Recherche) Le CMRC concentre ses recherches sur l amélioration de la compréhension des environnements côtiers et marins plaidant pour un développement durable par la recherche, primordiale pour l obtention de cet objectif. Le Centre travaille en collaboration avec une série de parte- une bonne pratique qu il avait découvert aux Pays-Bas, a été battu de même que le Conseil au complet. Cela est fort regrettable, mais le nouveau Président a déclaré n avoir aucun intérêt pour le développement durable et s est retiré du projet avec effet immédiat. Toutefois, Chypre a assuré la continuité par ses consultants chypriotes, Xenia I. Loizidou and Michael I. Loizides de la société Isotech Ltd. Limassol, qui sans rejoindre le partenariat, ont travaillé à la finalisation de l outil DeCyDe. Le score initial obtenu par Kouklia avec l outil DeCyDe s élève à 67,54. Réunion des partenaires SUSTAIN, photo Alan Pickaver naires sur le plan local, national et international. Au niveau local, le Centre est intervenu avec diverses organisations du Port de Cork à la promotion et la mise en œuvre d une approche intégrée et commune de la gestion côtière. La participation dans SUSTAIN a permis au CMRC de partager de bonnes pratiques en faveur du développement durable, par exemple, l initiative des sentiers communautaires mise en place par la Région de Développement Cork Sud et Est, qui apporte son soutien aux communautés côtières et rurales afin de planifier, concevoir et aménager des sentiers sur leur commune. Les avantages sont nombreux. Ces sentiers améliorent l accès et la connectivité, font la promotion d un style de vie plus sain, attirent les visiteurs et génèrent des revenus pour la communauté et les commerces locaux, tout en promouvant la participation de la communauté dans le développement local. Ce type d initiatives peut faire toute la différence pour la qualité de vie. Les sentiers sont conçus dans l esprit du développement durable, évalués par rapport à des normes nationales et construits dans un esprit de vision à long terme pour les communautés concernées, à la fois en termes d aménagement local, et de cohésion sociale. Le score initial obtenu par le CMRC avec l outil DeCyDe s élève à 69,86. Chemin communautaire dans le Port de Cork, photo de Cathal O Mahony 9

10 Délimitation des espaces dunaires à Warnemünde, photo de Katharina Jazbec ALLEMAGNE / L Institut Leibnitz pour la Recherche en Mer Baltique - IOW (Institut de Recherche) L Institut Leibnitz pour la Recherche en Mer Baltique, situé à Rostock en Allemagne, se consacre à la recherche marine interdisciplinaire et plus particulièrement à l écosystème de la Mer Baltique. Le programme de recherche comprend une activité transversale Mer côtière et société. Dans cette activité, le Groupe de Gestion côtière et marine mène à bien des recherches interdisciplinaires pour soutenir la gestion côtière et la mise en œuvre de la politique nationale et internationale. Les partenaires ont été interpellés lors de leur visite-atelier à Warnemünde par la gestion de la plage et la répartition en zones. De même, Warnemünde utilise un procédé plus durable de conservation du sable sur les plages. A l apport traditionnel de sable, ils ont aménagé des plantations pour le maintien des dunes et la rétention du sable combinée à l utilisation de filets délimitant au-dessus de la ligne de marées qui permettent la capture du sable que le vent fait descendre de la plage pour l alimentation d un ensemble de petites dunes. La présence d aires de loisirs sur les plages permet une sensibilisation et une implication de la population locale. Le score initial obtenu par l IOW de Warnemünde avec l outil DeCyDe s élève à 67,10. ESPAGNE / Institut des Sciences marines des Canaries - ICCM (Institution de Recherche Régionale) La visite des partenaires sur l île de Gran Canaria nous a permis des échanges d expérience concernant les destinations soleil et plage du tourisme de masse côtier. L ICCM a choisi la côte pour la visite, destination touristique du sud de Gran Canaria, où les thèmes de la gestion de l observation des baleines et de la réhabilitation des zones touristiques obsolètes furent traités en profondeur. Pour de nombreux partenaires, un intérêt particulier s est porté sur le Consortium Urbain, mis en place au sud de Gran Canaria (destination qui date nécessitant une rénovation pour un avenir durable). Le Consortium comprend toutes les administrations compétentes qui coopèrent au développement et au rétablissement de l activité touristique en augmentant la valeur de la région comme destination touristique, par le biais du développement durable, de l intégration et la coopération entre les administrations. L accord entre les quatre institutions composant le consortium : le Ministère espagnol de l Industrie et du Tourisme par l Institut TURESPAÑA (national) ; la Communauté Autonome des îles Canaries (régional) ; le Gouvernement de l île de Gran Canaria (local) ; et la Municipalité de San Bartolomé de Tirajana (local) coopèrent et travaillent à des initiatives sur l intégration pour davantage de tourisme par l aménagement du territoire combiné au zonage et à la planification des ressources urbaines et naturelles. Le respect de l environnement apparaît essentiel dans la zone des dunes de Maspalomas. Un Plan a été développé en faveur de la restauration des zones touristiques, intéressant en même temps toutes les administrations compétentes du tourisme, l aménagement du territoire et la planification urbaine. Cette démarche s est avérée efficace et a assuré les échanges d informations et la transparence tout en accélérant les procédures bureaucratiques. Le score initial obtenu par l ICCM pour l île de Fuerteventura avec l outil DeCyDe s élève à 110,55. Observation des baleines, photo de Tamara Ristić 10

11 FRANCE / Observatoire Marin du Sivom du littoral des Maures (Autorité locale) Notre littoral est réputé pour ses paysages et ses plages, ce qui en fait une destination phare pour les vacances estivales. Cet afflux touristique nécessite une véritable prise de conscience de la part des autorités locales afin de minimiser les pressions anthropiques. Doté de trois piliers (observation, gestion et sensibilisation), l Observatoire marin, service intercommunal, permet de mieux appréhender et gérer les problématiques environnementales. Parmi les mesures phares mises en œuvre ces dernières années, la certification pour la qualité des eaux de baignade, le suivi du trait de côte, la mise en place d un balisage écologique Une des activités les plus remarquées par les partenaires a été le travail fournie pour favoriser la prise conscience des plaisanciers sur le front de mer. Nous avons mis en place des panneaux d information très colorés présentant les différents matériaux et le temps de dégradation en mer lorsque l on se contente de les jeter plutôt que de les mettre dans les conteneurs dédiés. Ces panneaux ont PAYS-BAS / Union côtière et marine EUCC (ONG) Nous avons emmené les partenaires sur l île particulière de Schiermonnikoog lors de leur visite aux Pays-Bas. Les îliens avancent à grands pas vers le développement durable avec l eau potable, se la procurant sur l île ellemême. Pour le moment, toute l eau de l île est pompée depuis la terre. Cependant, ce fut un autre genre de matériau qui retint l attention de nombreux partenaires : les coquillages! Nous avions organisé une sortie à bicyclette dans les dunes, une première depuis une vingtaine d années, voire plus pour un certain nombre de participants. Le temps n était pas vraiment de la partie ; vents forts et pluie battante. Mais nous avons tous entamé le circuit dans la bonne humeur. Les pistes sont construites à partir eu un effet très positif et a réduit les déchets marins dans le port de Cavalaire. Cette démarche est complétée par la campagne en mer intitulée Eco gestes Méditerranée, développée par la Région visant à expliquer les bonnes pratiques aux plaisanciers, comme jeter l ancre dans le sable ou ne pas utiliser les toilettes marines près des zones de baignade. Le score initial obtenu par l Observatoire marin avec l outil DeCyDe s élève à 97,62. Photo Observatoire marin de coquillages plutôt que de l asphalte. Ils permettent un bon écoulement des eaux et favorise la végétation naturelle qui adore la craie et qui pousse en abondance en bordure. Nous avons tous pu savourer les bonnes baies d argousiers. Cela est très plaisant d entendre le bruit des pneus sur les coquillages écrasés. Fort est de constater que l expérience a eu un effet immédiat à Chypre avec des produits locaux (bois dans un environnement d amadou sec) utilisés pour remplacer l asphalte. Nous avons aussi travaillé avec la Province de Hollande du Sud dont le personnel nous a fourni les données et les liens pour finaliser le score de développement durable. Le score initial obtenu par l EUCC avec l outil DeCyDe s élève à 109,30. Piste cyclable revêtue de coquillages, Schiermonnikoog, photo https://beeldbank.rws.nl, Rijkswaterstaat / Rob Jungcurt 11

12 EXEMPLES DE BONNES PRATIQUES TRANSFÉRÉES SUR D AUTRES TERRITOIRES AVANT-PROPOS Convertir des déchets organiques agricoles en matériau adapté pour l aménagement de sentiers Témoignage de M. Christakis Miltiadous, Président, Conseil de la Communauté de Kouklia (Chypre) «Sous ma présidence, notre cité a fait du développement durable un point permanent de notre agenda. Lors de ma visite aux Pays-Bas, on nous a fait découvrit les sentiers et pistes cyclables hollandais, aménagées à partir de produits locaux naturels, des coquillages, une alternative à l asphalte. J ai demandé si nos déchets verts, organiques et agricoles pouvaient être utilisés pour couvrir correctement en remplacement de l argile que nous utilisons actuellement. Du fait d une réponse positive et des arguments convaincants de Xenia I. Loizidou & Michael I. Loizides de la société Isotech Ltd, la communauté a investi dans un broyeur à bois. Après plusieurs mois de fonctionnement, il atteint un rendement de 40 t/semaine de matériau broyé». Le matériau a été utilisé avec succès sur les sentiers en plus d une économie sur l achat et l entretien des chemins traditionnels en argile. En outre, du fait d un excédent de matériau, celui-ci a servi au paillage des arbres dans les zones publiques, réduisant ainsi notre utilisation en eau du fait d une évaporation du sol réduite. Sur le plan économique, le nouveau procédé était bénéficiaire. La décharge des déchets agricoles nous coûtait par an. Ce coût devenu obsolète, le broyeur à bois a été remboursé en 2 ans ½. Nous voulions transférer cette pratique et la transposer dans notre politique de «gestion des déchets». Malheureusement, M. Miltiadous et l ensemble de son conseil ont perdu les élections locales en décembre 2011 et le nouveau Président et son conseil se sont retirés du projet et ont déclaré que le développement durable n était plus une priorité pour Kouklia. Le Président de la communauté de Kouklia et ses collègues utilisant les broyeurs à bois. Mettre en place un programme de surveillance des déchets sur les plages Témoignage du Dr. Gerald Schernewski, Institut Leibnitz pour la Recherche en Mer Baltique (IOW) (Allemagne) «L accumulation de déchets sur les plages est un problème dans de nombreuses régions en Europe. Ces problèmes sont apparus évidents en Méditerranée lors d une visite dans la Province de Teramo. Des inondations importantes ont transporté de grandes quantités de roseaux et de déchets en aval du fleuve et se sont accumulés sur les plages et le long de la côte. Ces problèmes et les solutions de gestion locale à Teramo, essentiellement fondés sur une bonne connaissance du problème de déchets (origines et destinations) et un public bien informé, ont motivé la volonté d améliorer le traitement des déchets marins et sur les plages de Warnemünde.» la raison pour laquelle, en s appuyant sur le programme des activités de Teramo et lors de discussions bilatérales avec son partenaire, IOW a lancé un programme de surveillance des déchets pendant la saison estivale En coopération avec l ONG «Union pour la Conservation de la Nature et de la Biodiversité» (NABU), la gestion améliorée des déchets a été développée, qui comprend les principales activités de prise de conscience de l environnement. Parmi elles, on peut citer le programme dédié aux enseignants et aux élèves pour le suivi des déchets et l échantillonnage sur les plages. De même, le magazine gratuit largement distribué «Mer et Littoral» diffuse des informations spécifiques pour sensibiliser les touristes à ce problème. Ces deux initiatives ont contribué à accroître la prise de conscience concernant les déchets marins et les conséquences possibles sur les organismes marins. Ces mesures, qui seront sans doute reprises en 2012, vont certainement aider à réduire la quantité de déchets. Elles font l objet d un nettoyage quotidien durant la saison. Cette opération est laborieuse et coûteuse. Pour autant, Il n existe pas de système de surveillance de déchets dont la source exacte n a pas fait l objet de recherches. C est 12 Plage de Warnemünde, photo de Gerald Schernewski

13 Distribution d information pour la diminution du contact des baigneurs avec les méduses Témoignage du Dr. Gerald Schernewsky, Institut Leibnitz pour les Recherches en Mer Baltique (IOW) (Allemagne) «La forte concentration de méduses est un souci récurrent en Europe. Elles peuvent entraver le développement du tourisme côtier et entraîner une interdiction de baignade, potentiellement à risque sanitaire et pouvant créer des problèmes pour la pêche commerciale. Cette question a été discutée lors d une visite chez notre partenaire français, le SIVOM à Cavalaire-sur-Mer. Cependant, il n y pas de solution en matière de gestion de la présence excessive des ces organismes et du fait que toutes ne sont pas dangereuses. C est pourquoi, une bonne information doit être diffusée par les offices du tourisme afin d améliorer le niveau de connaissance sur les méduses.» En Mer Baltique, les espèces dangereuses sont rares. La sensibilisation semble être une mesure particulièrement bien adaptée parce que les gens pensent souvent que toutes les méduses présentent un risque. S il est difficile de gérer leur présence, il est relativement plus aisé de transmettre l information aux personnes qui veulent se Méduses, photo de Gerald Schernewski rendre sur les plages et d influencer leur perception ainsi que leur acceptation des méduses. IOW a donc travaillé avec l office du tourisme de Warnemünde prospectus ont été distribués aux touristes en juillet et août 2011 sur sept plages distinctes de la Baltique allemande. Ces documents contenaient des informations sur la non dangerosité des méduses et sur le fait qu il n y avait qu une seule espèce qui posent problème. Une évaluation sur 755 personnes sur les plages, fut menée et elle montra que les informations supplémentaires avaient conduit à une réduction de la perception du danger des méduses dans les eaux de baignade. De grandes quantités de prospectus furent ensuite distribuées aux offices du tourisme des autres sites côtiers et il est prévu de répéter cette expérience les saisons prochaines. Au-delà d une divergence politique Témoignage de Mme Caroline Salthouse, Conseil de Sefton (Royaume-Uni) «Les partenaires ont été témoins des divergences entres les organisations locales des communautés turques et chypriotes qui ont trouvé des moyens de travailler ensemble, de construire des réseaux et de coopérer sur des questions d intérêt général en faveur d un changement positif lors d une visite à Chypre. Ces organisations locales comprennent mieux l histoire sous-jacente, en particulier l histoire politique. Ils font des efforts et promeuvent un travail commun sur des questions de développement durable. Le Conseil de Sefton et leur expert, le Forum côtier du nord ouest, ont reconnu que de telles approches pouvaient être récupérées au nord ouest de l Angleterre où les planificateurs marins des deux côtés des estuaires principaux, travaillent avec des personnes et des organisations qui ont un objectif commun, mais des contraintes législatives nationales différentes : l Angleterre du nord ouest a des frontières terrestres et/ou maritimes avec le Pays de Galles, l Ecosse, l île de Man, l Irlande du nord et la République d Irlande. La nécessité de travailler au-delà des frontières est cruciale pour la mise en place d un plan marin efficace.» Le Forum côtier du Nord Ouest, l Université de Liverpool et le Centre National Océanographique ont réuni les acteurs intéressés lors de divers ateliers. Cela fut une occasion de connaître ces organisations. L idée originale d un petit nombre d organisations phares s est élargie pour impliquer les 100 invités qui vont proposer et mettre en place de meilleures façons de travailler ensemble sur des questions de transversalité en Mer d Irlande sur le long terme. Grâce à ce transfert de bonnes pratiques, les organisations locales se réunissent maintenant pour lancer un travail transfrontalier pour l implication des organismes de planification et de gestion de la Mer d Irlande. Un Forum Maritime de la Mer d Irlande a vu le jour de façon officielle en Lancement du Forum Maritime de la Mer d Irlande, juin

14 Un consortium de gouvernance interministérielle transversal pour la gestion des zones côtières Témoignage de Mme Doriana Calilli, Province de Teramo (Italie) «Aux Canaries, les partenaires ont assisté à une session de travail des administrations locales, régionales ou nationales différentes pour la création d un Consortium de réhabilitation urbaine pour le sud de l île, à Maspalomas. Il est possible de développer des propositions et des accords de planification spécifique ou de gestion, une collaboration entre les administrations, des constructions majeures et mineures, etc. Son efficacité est avérée. J ai vraiment ressenti que des telles zones dans la Province de Teramo peuvent profiter de cette expérience et dès mon retour en Italie, j ai immédiatement demandé à mes collègues s ils seraient intéressés par la création d un instrument commun. Cette proposition eu un écho favorable et j ai eu le feu vert pour former un consortium pour les zones à réhabiliter dans la province.» Le Consortium de Maspalomas se compose de quatre institutions représentant le gouvernement national, régional et local. Son objet est la planification et l aménagement du territoire autour d un plan de restauration des zones touristiques. Il intègre les intérêts de toutes les administrations compétentes dans le tourisme, l aménagement du territoire et la planification urbaine. Une chute des investissements a entraîné une baisse de la compétitivité et moins de revenus, du fait du nombre de visiteurs diminuant. Dans les six premiers mois d existence, le consortium a développé un Plan dont le premier des deux objectifs à atteindre était la restauration des zones touristiques. Les autorités de Teramo pensaient que ce modèle pourrait leur convenir ainsi qu aux zones abandonnées, où la part du PIB la plus importante provient du tourisme côtier et des touristes. Il n existe aucune stratégie unifiée de développement durable et les infrastructures inadaptées résultent de l obsolescence et d une incapacité à reconnaître les nouvelles tendances du marché. De même, les services en charge du développement de la planification sont distincts et chacun a son avis sur la question et ses priorités. Lorsque Mme Calilli est rentrée en Italie, elle a consulté ses collègues des différents départements et bureaux pour savoir s ils étaient intéressés par la création d un instrument similaire. Après un accueil extrêmement favorable, le feu vert fut donné. Après plusieurs réunions avec les conseillers concernés, et des discussions bilatérales avec les maires en direct et par téléphone, un accord fut conclu pour former un Consortium. Un Accord de Coopération et des Statuts ont ensuite été signés pour la création du Consortium de la Province de Teramo. Le Consortium a son Directeur juridique et réunit les sept maires des communautés le long de la bande côtière et les trois départements de la Région des Abruzzes (Travaux Publics, Énergie et Environnement, Planification). Le Consortium va permettre la réhabilitation durable de l infrastructure publique et des résidences privées, par le biais d une vision unitaire stratégique pour la région ; un «Plan de Redéveloppement Urbain» pour la bande côtière de 45 km. A l heure actuelle, cette vision manque parce que chacune des sept municipalités a son propre Plan d urbanisme territorial qui ne s intègre pas avec les six autres. Le Consortium s est aussi engagé à accroître ses activités et a déjà obtenu un résultat adéquat : l établissement et la gestion conjoints de l observatoire provincial de développement durable qui s est appuyé sur les Indicateurs de Développement durable développés par le projet «SUSTAIN». La côte de Teramo, photo de Caroline Salthouse 14

15 Newcastle Comté de Down, photo d Alan Pickaver Affichage de la durée de vie du plastique sur les plages et dans les ports Témoignage de M. Patrick McCluskey, Conseil régional du Comté de Down (Royaume-Uni) «Lors d une présentation à Cavalaire-sur-Mer, j ai noté quelques unes des actions mises en œuvre par l Observatoire Marin du SIVOM pour la réduction des pressions anthropiques sur les écosystèmes côtiers. Nous sommes confrontés aux mêmes problèmes à Newcastle, j ai donc recommandé l adoption de ces mesures. Le conseil a accepté et nous avons installé des panneaux le long du front de mer, et modifié notre Politique «Déchets». Lors de la réunion des partenaires à Cavalaire, des panneaux et tableaux d affichage furent présentés qui montraient des objets régulièrement jetés par le public sur le Certification de la pêche dans des zones maritimes protégées en tant que stimulant économique Témoignage de Mme Margarida Nunes, ARH Tejo (Portugal) «ARH Tejo prépare actuellement le premier Plan Général d Aménagement d une zone estuaire au Portugal le Plan Général de l Estuaire du Tage. L exemple de Teramo (Italie), à savoir l utilisation d un outil économique pour soutenir une pêche plus durable dans le territoire, a été le point de départ de l implication dans ce processus. L introduction d une certification de pêche dans une zone tampon autour d une Aire marine protégée semblait être une stratégie importante à inclure dans la gestion de l Estuaire du Tage. Par la suite, cette mesure devait favoriser des activités de pêche dans une zone tampon autour d une zone maritime protégée d une manière attractive, impliquant aussi les pêcheurs; ceux-là même qui interviendraient sur ce domaine maritime respecteraient et surveilleraient en même temps la zone protégée et ses limites. Cette réglementation serait un encouragement puisque le produit mis en vente sur le marché bénéficierait d un label de qualité. Telle est la stratégie que nous souhaitons développer : un label de commercialisation pour l Estuaire du Tage, comme marque de développement durable.» front de mer ainsi que leur durée de vie. Un tel système n existe pas à Newcastle, dans le Comté de Down où le public jette de façon courante ses déchets sur le front de mer. La question a ensuite été débattue au cours d une réunion officielle du Conseil qui l a transmise au Comité de services communautaire et de loisirs. Suite à une réunion et une présentation par le représentant des partenaires SUSTAIN, le Comité a mis en place une campagne d affichage similaire. Deux Conseillers Régionaux de Down ont assisté à une réunion SUSTAIN supplémentaire à Riga durant laquelle ils ont eu l opportunité de rediscuter des panneaux d affichage pour la propreté des plages avec les représentants du SIVOM. Les fonds furent finalement levés et des panneaux pour la propreté furent érigés le long des zones les plus appropriées du front de mer de Newcastle. Les membres ont décidé d améliorer leur Politique d Éducation à la Propreté. Convaincus de l importance de ce problème, la proposition d initiative a été adoptée et la décision ratifiée par l ensemble du Conseil. Dix ans de mise en œuvre du Plan Général dans la zone côtière d Administration de la Région du Bassin du Tage (ARH Tejo) ont contribué de manière significative à une utilisation plus durable de la côte, à la régénération des plages et des infrastructures d usage public de cette partie de la zone côtière. Il vise à sectoriser ce territoire afin d en protéger les principales ressources naturelles tout en promouvant une activité économique durable au travers d un processus participatif définissant une vision commune sur un axe stratégique. Photo ARH Tejo 15

16

Lettre d information du programme européen SUSTAIN coordonné par l EUCC (Pays-Bas) N 1 - Hiver 2010/1011

Lettre d information du programme européen SUSTAIN coordonné par l EUCC (Pays-Bas) N 1 - Hiver 2010/1011 Lettre d information du programme européen SUSTAIN coordonné par l EUCC (Pays-Bas) N 1 - Hiver 2010/1011 Souhaitons la bienvenue à cette première édition du bulletin d information SUSTAIN, dans laquelle

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Fonds FEDER-INTERREG. Julie MENARD. CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation

Fonds FEDER-INTERREG. Julie MENARD. CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation Fonds FEDER-INTERREG Julie MENARD CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation Fonds FEDER - INTERREG Politique de cohésion et fonds européens structurels et d investissement

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale Les nouvelles opportunités d Interreg III A Coopération transfrontalière Provinces, départements et cantons dans les zones de frontière contiguës Création de pôles socio-écomiques transfrontaliers Italie

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée Livre bleu Vers une politique maritime nationale intégrée Rouen, 30 mars 2010 France et politique maritime Jusqu en 2009, pas de véritable politique maritime en France superposition de politiques sectorielles,

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE

EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE EXPANDING SERVICES AND GROWING : INSTITUT AFRICAIN DE GESTION URBAINE L IAGU est une ONG internationale spécialisée dans la recherche/action, l appui technique et l information dans le domaine de l environnement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la

Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive. équipe de soutien au. Plan d Action Atlantique. Financé par la Promouvoir une croissance intelligente, durable et inclusive pour l Espace Atlantique équipe de soutien au Plan d Action Atlantique Financé par la Qu est ce que l équipe de soutien au Plan d Action? En

Plus en détail

ARTICLE JOURNALISTIQUE. Quel avenir pour l écotourisme dans le bassin méditerranéen?

ARTICLE JOURNALISTIQUE. Quel avenir pour l écotourisme dans le bassin méditerranéen? ARTICLE JOURNALISTIQUE Quel avenir pour l écotourisme dans le bassin méditerranéen? Groupe n 42 LILLE Morgane Le Hir - Pierre Bossières - Agathe Lavinay - Alexande Benucci - Jérôme Andreassen - Laura Forner

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable

DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Politique de Développement Durable DESSAU ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Politique de Développement Durable Plan d action 2011-2014 Édifice Le Delta III certifié LEED-CS «Or», ville de Québec Mot DE LA DIRECTION Dessau est née d une volonté

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal

Forum jeunesse de l île de Montréal. Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Forum jeunesse de l île de Montréal Avis sur la proposition de politique de développement culturel pour la Ville de Montréal Adopté le 17 janvier 2005 Avant-propos Le Forum jeunesse de l île de Montréal

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises

Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Introduction à la responsabilité sociale des entreprises pour les petites et moyennes entreprises Ce guide fait partie de la campagne paneuropéenne de sensibilisation sur la RSE menée à l initiative de

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat»

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX (du 6 au 8 octobre 2010 à Angerville l Orcher) «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» Intervenant : Katy Carville Animatrice du Contrat Global

Plus en détail

LE CONTRAT DE BAIE DE LA RADE DE TOULON et DE SON BASSIN VERSANT

LE CONTRAT DE BAIE DE LA RADE DE TOULON et DE SON BASSIN VERSANT LE CONTRAT DE BAIE DE LA RADE DE TOULON et DE SON BASSIN VERSANT La rade de Toulon Toulon St Mandrier /Mer vue depuis le balcon La Seyne / naturel du mont Mer Faron. «Perle bleue méditerranéenne enchâssée

Plus en détail

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi

Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Traduction juridique du concept de réserve de biosphère en droit national Marie BONNIN (C3ED-IRD, Guyancourt), Mireille JARDIN (MAB France) Proposition de modèle de loi Ce projet de modèle de loi a été

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Rencontres Océaniennes 2015 «Mobiliser les savoirs pour la gouvernance face aux défis du changement climatique

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Programme de l atelier Cadre bâti sain

Programme de l atelier Cadre bâti sain Programme de l atelier Cadre bâti sain Ce document est destiné à servir de modèle pour un atelier s adressant aux professionnels de la santé environnementale. Cet atelier nécessite un animateur et un conférencier.

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf

Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Annexe 1 L Agenda politique d Istikshaf This project is funded by The European Union Istikshaf: explorer la mobilité Agenda politique régional pour la mobilité

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

DOSSIERDEPRESSE2014 Campagne Eco Attitude, le jeu interactif pour un tourisme durable. Une campagne du

DOSSIERDEPRESSE2014 Campagne Eco Attitude, le jeu interactif pour un tourisme durable. Une campagne du DOSSIERDEPRESSE2014 Campagne Eco Attitude, le jeu interactif pour un tourisme durable Une campagne du Une campagne répondant aux enjeux régionaux La Région Provence-Alpes-Côte d Azur : première région

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA)

Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Stimuler le développement durable de l aquaculture au Canada : Initiative nationale pour des plans d action stratégiques en aquaculture (INPASA) Éric Gilbert Pêches et Océans Canada Atelier OCDE, Avril

Plus en détail

Regional economic development. Développement économique régional

Regional economic development. Développement économique régional Regional economic development REDER Développement économique régional La vision du DER est de contribuer au développement socio économique des communautés qui nous accueillent, afin de soutenir leur croissance

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale

le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale Lille du 24 au 26 septembre 2013 74 e Congrès de l Union sociale pour l habitat le Congrès annuel de l Union sociale pour l habitat : un événement d ampleur nationale La préparation et l organisation du

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail