Atelier d apprentissage sur Les Programmes de Transferts Monétaires 2012 en Afrique de l Ouest RAPPORT DE L ATELIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier d apprentissage sur Les Programmes de Transferts Monétaires 2012 en Afrique de l Ouest RAPPORT DE L ATELIER"

Transcription

1 Atelier d apprentissage sur Les Programmes de Transferts Monétaires 2012 en Afrique de l Ouest RAPPORT DE L ATELIER Dakar, Sénégal, du 12 au 14 mars 2013

2 SOMMAIRE RÉSUMÉ EXÉCUTIF... 3 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L ATELIER... 6 II. STRUCTURE DE L ATELIER Introduction Analyse Swot du CaLP Déroulement des sessions. Voir l agenda de la rencontre en annexe III. RECOMMANDATIONS POUR L AMELIORATION DES PTM IV. RECOMMANDATIONS POUR LE CaLP V. EVALUATION DE L ATELIER VI. ANNEXES Annexe 1 : Agenda de l atelier Annexe 2 : Liste participants atelier Annexe 3 : Tableau récapitulatif des contributions reçues Annexe 4 : Synthèse des Questions Clés pour les travaux de groupe Annexe 5 : Tableau comparatif des différents mécanismes de capitalisation de paiement issu des travaux de groupe Annexe 6 : Synthèse des travaux de groupe par session technique Session 1 : Préparation et formulation des PTM : Marchés, contingence Session 2 : Ciblage (bénéficiaires) Session 3 : Timing et différentes modalités Session 4 : Conditionnalités et mécanismes de distribution Session 5 : Suivi et Evaluation des PTM : PDM et mesures d impact Session 6 : Coordination en urgence et à plus long terme Session 7 : Interventions complémentaires aux PTM, transition et sortie des PTM d urgence Annexe 7 : Détails de l évaluation Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 2 sur 45

3 RÉSUMÉ EXÉCUTIF Le premier atelier d apprentissage sur les Programmes de Transferts Monétaires (PTM) organisé par le CaLP au niveau régional en Afrique de l Ouest a réuni pendant 2,5 jours (12 14 mars 2013) 49 participants de 14 pays (dont 7 de l Afrique de l Ouest) provenant de 25 structures différentes : 9 ONG Internationales, 5 agences des Nations Unies, 4 structures gouvernementales, 3 mouvements de la Croix Rouge/ Croissant Rouge, 3 structures de recherche et 1 des partenaires techniques et financiers (cf. liste des participants en annexe 2). L atelier était organisé en sessions de travail participatives et thématiques, suivant la chronologie du cycle de projet : Préparation et formulation des PTM, Ciblage, Timing et différentes modalités, Conditionnalités et mécanismes de distribution, Suivi-évaluation et impact, Coordination, Interventions complémentaires aux PTM. Cette méthodologie, jugée appropriée par plus de 80% des participants, a permis d atteindre les objectifs de partage d informations et d expériences. Parallèlement aux discussions sur les programmes de transfert monétaire, une analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces (SWOT) de l action du CaLP en Afrique de l Ouest a été effectuée dans le but de formuler des recommandations susceptibles d améliorer les activités du CaLP en Afrique de l Ouest. Au total, 05 forces et 13 menaces ont été notées ainsi que 07 opportunités et 04 faiblesses. Le rapport a été préparé par Dr Thiendou Niang en sa qualité de facilitateur de l atelier et a reçu les commentaires/ ajouts de 12 participants. Le partage d expériences et les discussions de l atelier ont permis de dégager d importantes recommandations dans le domaine de la mise en œuvre des PTM. Il s agit principalement de : Améliorer la préparation/planification (en interne et dans les contingences nationale/ sous régionales) et l élaboration des PTM en termes de timing (meilleure anticipation/préparation), d analyse des besoins et des marchés (études en amont des crises et des réponses, études plus complètes) et de contenu/dimensionnement des PTM (davantage de flexibilité, inventivité dans la mixité des modalités). Les crises à développement lent et/ou récurrentes permettent d anticiper de nombreux aspects de préparation notamment avec le secteur privé (identification/analyse comparées des coûts et des risques, pré-négociation/contractualisation ; identification des marchés, des sites de distribution, préparation des procédures et outils internes de logistique et administratives, etc.) Améliorer et opérationnaliser davantage les systèmes de plaintes (comité, ligne verte) en veillant (i) au poids relatif des comités de ciblage et de plainte, (ii) à la représentativité de toutes les couches sociales et des ménages les plus pauvres, (iii) à l implication des autorités et (iv) au respect de la confidentialité ; Adapter le ciblage en fonction des situations (phase d intervention, période, objectifs et critères, lieu) ; Envisager dès la phase de conception, la possibilité de combiner les modalités (cash/vivres/voucher), la conditionnalité et les mécanismes de paiements en fonction des objectifs et du contexte (calendrier d activité, contexte socio-culturel et familiale afin de mieux répondre aux différents besoins des populations cibles et de renforcer l impact des PTM; Plaidoyer auprès des donateurs pour permettre cette souplesse de définition et de mise en œuvre des PTM, Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 3 sur 45

4 Promouvoir la capitalisation et le partage d expériences notamment en matière d utilisation des paiements «électroniques» innovants (carte de banque, téléphonie mobile, etc.) afin de permettre leur développement en Afrique de l Ouest; Améliorer la qualité des systèmes de suivi-évaluation des PTM en privilégiant leur définition/conception avant le démarrage du projet, en adoptant un schéma rigoureux d évaluation d impact (avant / après et ici / ailleurs : base et end line + PDM évolutifs, groupe témoins) et en promouvant l utilisation d indicateurs communs (score de consommation alimentaires, échelle d insécurité alimentaire, suivi des revenus/dépenses des ménages et des stratégies, MUAC, Smart) ; Evaluer l impact sociologique des PTM ; Formaliser la mise en place de cadres d échanges techniques et de coordination/concertation tant au niveau national, régional et local; Promouvoir une application multisectorielle des PTM ainsi que des actions complémentaires afin de renforcer l impact des PTM en situation d urgence mais aussi de contribuer à la résilience des populations les plus pauvres et les plus vulnérables; Améliorer la documentation et la conception de stratégies de sortie ou de transition ; Plaidoyer auprès des donateurs pour une mise à l échelle de PTM de qualité lorsqu ils s avèrent pertinents ainsi que pour une meilleure synergie entre l urgence et le développement (cf. agenda de la résilience). Le détail des principales recommandations et des résultats des travaux de chaque session technique sont respectivement repris dans le rapport (cf. point III.) et en annexe 6. Les principales recommandations au sujet de l action du CaLP en Afrique de l Ouest ont porté sur la nécessité de : - Poursuivre et renforcer les efforts de formation au niveau des différents pays de la sous-région : formation de niveau 1 & 2 ; formations décentralisées ; modules spécialisés, ateliers d échange); - Utiliser son expérience pour s approcher davantage des décideurs gouvernementaux en vue d influencer les politiques nationales ; - Elargir la recherche/documentation d étude de cas à d autres secteurs que celui de la sécurité alimentaire : nutrition, protection, WASH, santé, etc. - Renforcer la recherche opérationnelle et revue documentaire sur les nouvelles innovations en matière de distribution de l argent et sur l impact des PTM; - Améliorer la coordination des PTM ; Les participants ont, dans leur grande majorité (79,1%) jugé les contenus des présentations de l atelier utiles et ont exprimé leur grande satisfaction pour la partie de l atelier portant sur l analyse SWOT du CaLP (87,5%) ainsi que pour les sessions portant sur l analyse des marchés (85%), la contingence et la préparation (94,5%), le ciblage (94,1%), le timing et les modalités des PTM (91%). Ils sont également satisfaits des discussions sur les conditionnalités et mécanismes de distribution (80%), le suivi-évaluation (94,7%), la coordination des PTM (58,8%) et les interventions complémentaires (58,8%). Par ailleurs, les participants se sont montrés très satisfaits sur l examen des conclusions et recommandations (72,4%). Concernant les prochaines étapes pour le CaLP, 89,2% participants ont mis l accent sur la nécessité d améliorer les actions et la visibilité du CaLP, l implication des acteurs locaux et des structures étatiques. Une diversification des sources de financements est également recommandée pour renforcer l indépendance financière du CaLP. Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 4 sur 45

5 S agissant des prochains événements d apprentissage, les participants ont jugé pertinent le principe de l appel à contributions et des fiches de bonnes pratiques 1 et ont suggéré la nécessité de réduire le nombre de thèmes pour créer plus de temps de discussions et d échanges. 1 Près de 30 fiches de bonnes pratiques ont été proposées par les participants à l atelier (voir annexe 3) Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 5 sur 45

6 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L ATELIER Les Programmes de Transferts Monétaires ont été largement utilisés lors des réponses aux crises en Afrique de l Ouest. Lors de la crise alimentaire au Sahel en 2012, les transferts monétaires ont été mis en œuvre dans de nombreux pays par de nombreux intervenants (Gouvernement, Organisations des Nations Unies (ONU), Organisations Non Gouvernementales (ONG) Internationales et locales), et dans certains cas (notamment au Niger) à grande échelle. La plupart des PTM ont été mis en œuvre durant les phases de réponse et de réhabilitation, de même que certains PTM ont également mis en œuvre en phase de prévention/atténuation des risques. Des progrès considérables ont été accomplis dans l'acceptation et l'utilisation des programmes de transferts monétaires (PTM) dans l'action humanitaire en général et en Afrique de l'ouest en particulier. Ils sont de plus en plus encouragés par les bailleurs de fonds et utilisés dans des plans nationaux d'urgence et les programmes de filet de sécurité. Ils ont été dans certains cas utilisés dans les phases de prévention, mais plus largement dans les phases de réponse d urgence et de redressement post crise humanitaires. Les programmes de transferts monétaires sont de plus en plus reconnues par les parties prenantes clés (Banque mondiale, Fonds Monétaires International (FMI), Commission européenne; agences nationales et régionales de l ONU et ONG) comme étant un outil utile pour renforcer la résilience en Afrique de l'ouest par de nombreux intervenants. Dans ce contexte, le Cash Learning Partnership (CaLP) et le Groupe de Travail Régional sur le Transfert Monétaires récemment créé (RCTWG) ont identifié un besoin de partager des expériences, des outils pratiques et des services liés aux programmes de transferts monétaires. Cet exercice d'apprentissage organisé par le CaLP avec le soutien du RCTWG a eu lieu à Dakar du 12 au 14 Mars, L atelier d apprentissage avait pour but de donner aux praticiens des ONG, Mouvement de la Croix-Rouge et du système des Nations Unies l opportunité de partager leurs expériences sur le renforcement de la résilience, la planification de l'urgence et l assistance pour les différents types de crise utilisant les transferts monétaires. Les principaux objectifs de cette activité d'apprentissage étaient les suivants : partager les leçons apprises et les études de cas tirés de la conception et la mise en œuvre des programmes de transferts monétaires dans des contextes d'urgence et d actions à long terme liés à l agenda de la résilience en Afrique de l Ouest, contribuer au développement de mécanismes de coordination des transferts monétaires de fonds et de dialogue entre les membres de la communauté de pratique de transferts monétaires en Afrique de l'ouest. Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 6 sur 45

7 II. STRUCTURE DE L ATELIER L atelier s est déroulé en plusieurs sessions, dont une session d introduction, suivie d une session d analyse SWOT du CaLP et de sept (7) blocs de sessions parallèles. 1. INTRODUCTION Tout d abord Monsieur Christophe BREYNE, Point Focal du CaLP pour l Afrique de l Ouest, a souhaité la bienvenue aux participants. Il a rappelé les objectifs de l atelier et remercié les membres du groupe technique régional sur les transferts monétaires et toutes les nombreuses personnes qui ont contribué à cette rencontre par le biais des fiches de bonnes pratiques et des présentations. Il a également remercié ECHO qui a financé cet événement d apprentissage. Ensuite, Monsieur Alexandre CASTELLANO, Point Focal de Food Assistance de ECHO, a présenté les interventions humanitaires de ECHO utilisant les transferts monétaires (cash et voucher). Il a montré l importance grandissante dans les interventions ECHO des programmes de transfert monétaire qui sont passés de 20% en 2010 à 28% en Selon lui, ces interventions financent les projets d intervention directe, des études et projets de plaidoyer, le développement d outils et de lignes directrices. Monsieur CASTELLANO a montré que ECHO encourage aussi de plus en plus le développement d outils d analyse de situation, de marchés et de réponses, de suivi-évaluation et le renforcement de la capacité à diffuser et à partager des connaissances. Monsieur Glenn HUGHSON, Point Focal du CaLP pour l Afrique de l Est a quant à lui traité la coordination des transferts monétaires et a indiqué qu une coordination efficace suppose une bonne compréhension des enjeux au sein de la communauté, la définition des écarts informationnels, des contraintes et des blocages et la définition claire des responsabilités des parties prenantes. Enfin Monsieur HUGHSON a expliqué les défis de la coordination axés sur le volontariat notamment l engagement des gens à partager les bonnes et mauvaises pratiques. Par la suite, Madame Mariana STIRBU de l Unicef a abordé la question de la pauvreté persistante et des disparités exacerbées par la crise en Afrique de l Ouest. Ensuite, elle a parlé de la protection sociale au Sahel et de l approche de l Unicef. Elle a commencé par mentionner les initiatives de socles de protection sociale des différentes organisations, au niveau global et régional. Ensuite, en abordant la question de la pauvreté, elle a fait une brève analyse de l impact de la pauvreté sur les enfants et du rôle de la gouvernance et de la consolidation fiscale sur les inégalités sociales. Elle a également fait une revue des initiatives de protection sociale dans le Sahel. En outre Madame Sigrid KUHLKE, experte régionale en assistance alimentaire à la Direction Générale Aide Humanitaire et Protection Civile de ECHO, a présenté le bilan HFA, en réponse à la crise , en mettant l accent sur les interventions ECHO en termes de transfert alimentaire, transfert monétaire et Voucher dans sept (7) pays (Niger, Mauritanie, Tchad, Burkina Faso, Mali, Sénégal, Gambie). Elle a enfin insisté sur l importance de l analyse initiale (besoins des ménages et maitrise des marchés), du ciblage participatif, de l utilité des mécanismes de plainte fonctionnelle et des dispositifs de suivi de la situation alimentaire dans les zones d intervention. Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 7 sur 45

8 Enfin, Monsieur Christophe BREYNE a présenté l historique, les faiblesses de remplissage, les premiers résultats du «mapping»/recensement régional des PTM réalisés en 2012 en Afrique de l Ouest ainsi que les objectifs de cet outil. Ce dernier, au-delà des aspects de visibilité et de coordination permet, entre autre, d analyser les volumes d interventions et les acteurs concernés, les secteurs d interventions (majoritairement lié à la sécurité alimentaire), les types de ciblages (principalement de type HEA et communautaire), les types de transferts (avec une grande diversité de mixité des modalités en 2012) et mécanismes de paiement (direct et via les IMF en majorité), le coût des TM (très peu documenté) ainsi que quelques données qualitatives de mise en œuvre. Les PTM au Niger et au Burkina Faso sont particulièrement bien documentés suivi du Mali et Mauritanie avec d importante différences entre pays (+ de 49 projets et + de 152 million pour le Niger contre 11 projet pour un total de 18 M d pour la Mauritanie. Le Tchad, le Sénégal, la Côte d Ivoire et le Nigéria sont sous-documentés. Analyse SWOT des activités du CaLP en Afrique de l Ouest 2. ANALYSE SWOT DU CALP Une analyse SWOT de l action du CaLP en Afrique de l Ouest a été effectuée dans le but de formuler des recommandations susceptibles d améliorer les activités de ladite structure. Les participants ont analysé en travaux de groupe les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces du CaLP (SWOT CaLP). La démarche empruntée a consisté à remettre à chaque participant une fiche pour chacune des quatre dimensions (forces, faiblesses, opportunités et menaces) du SWOT. Les fiches renseignées ont été recoupées par dimension. Par la suite, quatre groupes de travail ont été constitués pour identifier les questions prioritaires sur lesquelles doit porter la réflexion stratégique pour le développement du CaLP. Les principales forces du CaLP citées par les groupes concernent les aspects de : Coordination (éviter les doublons, networking, discussions techniques, plaidoyer) ; Renforcement des capacités/formations ; Capitalisation/documentation/publications techniques ; Initiatives/créativité/dynamisme/proactivité ; Lien entre urgence, développement et résilience. Les faiblesses du CaLP résident dans les constats suivants : Insuffisance des ressources humaines et financières (rotation des ressources humaines - cas du Niger) ; Faible implication dans les politiques et stratégies nationales ; Approche trop centrée sur les urgences ; Non prise en compte de la nutrition. Les opportunités du CaLP sont les suivantes : Existence d un cadre d échange et coordination au niveau national ; Intérêt grandissant des gouvernements et des bailleurs à l endroit des PTM ; Implication des structures de recherche ; Exploiter les liens entre urgence et développement ; Valoriser la programmation intégrée et multisectorielle ; Passage à l échelle des programmes de filet sociaux ; Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 8 sur 45

9 Meilleure gestion des connaissances, des bonnes pratiques et des informations. Les menaces qui pèsent sur le CaLP sont les suivantes : Manque de contribution/implication à la vie du CaLP de la part des ONG ; Capacités limitées des acteurs ; Faiblesse d implantation au niveau local ; Turn over des coordonnateurs CaLP (cas Niger) ; Manque d intégration avec l instance nationale ; Focalisation sur l humanitaire ; Défendre les intérêts/agenda des bailleurs au lieu de promouvoir les PTM ; Risque d exclusion de certains partenaires ; Esprit de «clocher» des acteurs ; Très faible engagement au niveau de la politique et de plaidoyer ; Risque de déconnexion régionale et/ou nationale ; Charge de travail: balance entre partage vs mise en œuvre ; Risque de paraître trop normatif, dogmatique. 3. DÉROULEMENT DES SESSIONS. Voir l agenda de la rencontre en annexe 1. L atelier d apprentissage a été organisé en 7 sessions techniques, suivant le cycle de projet sur des thèmes définis en concertation avec les membres du groupe de travail sur les PTM et les co-organisateurs. Chaque session a débuté par des présentations introductives, sélectionnées par les organisateurs parmi les nombreuses fiches de bonnes pratiques reçues (cf. annexe 3) suite à l appel à contribution Chaque présentation contenait les activités réalisées et outils utilisés en lien avec le thème, les difficultés et les défis rencontrés, les forces et opportunités/enjeux futurs dans la mise en œuvre des programmes. Chaque série de présentations a été suivie par des travaux de groupes, animés par un facilitateur. Les travaux de groupes étaient orientés autour de questions de débats (cf. annexe 4) propres à chaque étape clé des PTM : la préparation et formulation des PTM, le ciblage, le timing et les modalités de mise en œuvre, les conditionnalités et mécanismes de distribution, le suivi-évaluation (PDM et Impacts), la coordination des réponses d urgences et à plus long termes, les interventions complémentaires aux PTM (transition et sortie des PTM d urgence). La synthèse des travaux de groupe et des plénière pour chacune de ses sessions technique est repris en annexe 6. Pour chacune de ces étapes, les groupes de travail devaient identifier les bonnes pratiques, les difficultés et les recommandations à présenter en session plénière. A partir du 2 jour, il a été laissé davantage de souplesse au groupe de travail par rapport aux questions clés. Ces dernières servant de guide de réflexion mais ne devant pas être suivies «à la lettre». Les résultats détaillés compilés des réponses aux questions clés des travaux de groupe ainsi que les synthèse par session seront disponibles également sur le site du CaLP: Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 9 sur 45

10 III. RECOMMANDATIONS POUR L AMELIORATION DES PTM Lors du dernier jour, les participants ont été répartis par session techniques après avoir reçu l ensemble des travaux de groupe afin de dégager 3 à 4 recommandations clés ainsi que les acteurs concernés ainsi qu un échéancier. Les résultats de cette session sont repris dans le tableau ci-dessous. Recommandations Acteurs Échéancier Préparation et formulation des PTM : contingence, analyse des marchés et autres Améliorer la préparation (interne, plan de contingence nationale/ sous régionale) et l élaboration des PTM incluant de meilleures analyses de marchés. Financer les activités de préparation des acteurs en PTM (formation des RH, faire des études de marchés en amont des crises, étude de faisabilité, exercice de simulation, SOP internes, pré-agrément avec les Institutions de Micro Finance (IMF) et autres acteurs opérationnels pré-identifiés.). Inclusion des PTM dans les plans de contingence des gouvernements pour avoir une base de données communes aux acteurs PTM, avoir des lignes directrices communes pour l harmonisation de la réponse. (base de données des IMF, préparation des modalités de fonctionnement avec les IMF, orientations sur les montants à distribuer en fonction des objectifs du PTM) Tous : Donateurs, Gouvernement, acteurs humanitaires, chacun à leur niveau Bailleurs de fonds Gouvernement et instances de gestion/coordination des catastrophes et services protection sociale ONG : force de plaidoyer, d assistance technique et de remontée des expériences de terrain Fin 2013 et d ici 2014 inclusion dans les prochains plans budgétaires annuels d ici 2 ans Simplification des outils d étude de marché (pas de standardisation attendue mais une liste des questions/ données clés à collecter quand on veut faire une analyse de marché) Communauté de pratique : CaLP Fin 2013 Ciblage et opérationnalisation des mécanismes de plainte Améliorer et Formaliser un système de plainte (comité, ligne verte) en veillant (i) au poids relatif des comités de ciblage et de plainte, (ii) à l Indépendance/représentativité des comités et l implication des ONG de mise en œuvre pour la conception/sensibilisation Dès la conception du projet Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 10 sur 45

11 autorités et (iii) au respect de la gestion de la confidentialité Adaptation/Souplesse des méthodes de ciblage en fonction de la situation (période, phase de l'intervention, public, endroit, critères) Communauté (acceptation/composition) Bailleurs : acceptation ONG : revendication, capacités Plaidoyer (constant) Restitution et Validation en plénière du ciblage ; Transparence du processus Communauté, ONG, Autorités administratives & élues Après le ciblage Timing & différentes modalités (cash/in kind) en prévention, réponse, réhabilitation) Sensibiliser les pouvoirs publics et les bailleurs de fonds sur la nécessité de déclarer à temps les situations d urgence pour permettre la mise en œuvre des programmes appropriés à temps CaLP Mars 2014 Flexibilité dans le document du projet afin de pouvoir adapter le mécanisme de transfert selon le contexte pendant une crise Penser aux programmes intégrés qui permettent des combinaisons (cash/vivres/vouchers conditionné (cash contre travail) et/ou inconditionné) pour mieux répondre aux différents besoins des bénéficiaires en même temps Conditionnalités et mécanismes de distribution Avoir un outil (guideline clair, check-list, guide simple) qui permet de vérifier la conditionnalité selon les objectifs du pays et l offre existante Avoir une coordination au sein de la communauté de pratique pour négocier et assurer de meilleurs services au meilleur coût au profit des bénéficiaires Concevoir un guide méthodologique pour la mise en œuvre des PTM basés sur le payement électronique prenant également en compte les aspects de : - Qualité des services (couverture géographique, qualité réseau, etc.) - Sécurisation des contrats Bailleurs ONG Acteurs qui implémentent les PTM Communauté de pratique sous le leadership du CaLP Communauté de pratique des pays Communauté de pratique sous le leadership du CaLP Avant et pendant les PTM Pendant la planification des programmes 24 mois 12 mois 24 mois Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 11 sur 45

12 Suivi- évaluation : PDM et impacts Définir de façon systématique un système de suivi et évaluation dès la définition / conception du projet Adopter un schéma rigoureux pour l évaluation d impact : - avant / après et ici / ailleurs - groupe d intervention et groupe de comparaison doivent être le plus comparable possible (vérification lors d une enquête Baseline) Concepteur du projet et bailleur Evaluateur, opérateur et bailleur A la conception / montage du projet Avant, pendant, après Evaluer l impact sociologique des TM (enquêtes qualitatives) Evaluateur et bailleur En cours de programme et si possible aussi après le programme (effets à plus long terme) Coordination réponses d urgence et autres et de plus long terme (filets sociaux, développement) Documenter les exemples de stratégies de sortie ou de transition + Plaidoyer auprès des bailleurs pour les phases suivantes de réponse Prendre en compte les coûts de coordination et des échanges d'expérience dans la formulation de chaque projet Etudier et documenter davantage sur la protection sociale ONG d'exécution, agences des NU appropriées selon le secteur ONG et bailleurs ONG d'exécution, instituts de recherche avec le partage soutenu par le CaLP Mettre en place la coordination pour la protection sociale Tous les acteurs concernés Chercher à intégrer davantage les acteurs de développement dans les forums de discussion des PTM Coordinateurs des forums de coordination Interventions complémentaires aux PTM ; transition et sortie des PTM d urgence Mettre en place un système national de financement de filets sociaux Etats, Bailleurs de fonds (BF) Fin 2014 Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 12 sur 45

13 Intégrer les plus vulnérables dans les projets de développement avec des approches adaptées à leur vulnérabilité Promouvoir une application multisectorielle des PTM en lien avec la vulnérabilité des plus pauvres dans une perspective de résilience Promouvoir l accès des plus vulnérables à tous les services économiques et sociaux, durant et après la sortie de crise BF, ONG de développement 2014 Etat, PTF Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 13 sur 45

14 IV. RECOMMANDATIONS POUR LE CaLP Les participants ont été invités à formuler des recommandations clés pour l amélioration de la mise en œuvre du CaLP en Afrique de l Ouest en tenant compte des contraintes institutionnelles du CaLP, des résultats de l analyse SWOT du CaLP et de la nature des interventions du CaLP (Formation, Plaidoyer, Recherche/documentation d expériences, Coordination). Pour chaque recommandation, il fallait indiquer les actions prioritaires et suggérer un échéancier approprié pour la mise en œuvre de ces recommandations. Il en résulte les propositions d initiatives suivantes : Recommandations Poursuivre et renforcer les efforts de formation en essayant de toucher le maximum de ressources humaines des différents pays de la sous-région Utiliser son expérience pour s approcher davantage des décideurs gouvernementaux en vue d influencer les politiques nationales, Actions prioritaires - Organiser au moins deux sessions de formation de niveau 1 pour les acteurs en dehors de la sécurité alimentaire (toute compétence complémentaire nécessaire pour une intervention PTM y compris les spécialistes en base de données, agences de paiement ) ; - Décentraliser les formations pour encourager la participation des partenaires institutionnels ; - Préparer des modules spécialisés niveau 3 sur 2 jours sur des thèmes précis (par exemple sur l analyse de marchés, le ciblage, les filets sociaux, la coordination interne) ; - Organiser une rencontre annuelle d échange regroupant les techniciens des différents pays ; - Faciliter des visites d échange entre pays voisins ; - Définir clairement l'image du CaLP: «chevalier des PTM ou chevalier de ECHO» ; - Convaincre les divers intervenants de l'importance de partager leurs informations et documents pour alimenter la réflexion de la communauté de pratique ; - Impliquer les autorités politiques et techniques clés pour influencer les politiques en faveur des PTM dans les rencontres nationales & régionales ; - Promouvoir la participation du CaLP aux rencontres régionales stratégiques (CILSS,..) ; - Développer des outils de plaidoyer en tenant compte des politiques publiques ; - Organiser des rencontres et réunions avec les décideurs politiques ; - Profiter des rencontres internationales pour faire le plaidoyer auprès des décideurs politiques (se faire connaitre, faire connaitre ses programmes) ; - Se rapprocher des institutions de recherche spécialisées dans les secteurs autre que la sécurité alimentaire ; - Vulgariser les résultats des rencontres périodiques au niveau de la région ; - Assurer des publications périodiques au sujet des progrès et des innovations en matière de transfert monétaire ; Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 14 sur 45

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL «Transferts Monétaires»

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL «Transferts Monétaires» COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL «Transferts Monétaires» Date : 2 Mai 2013 Lieu : Bureau ONG ASB / quartier Camping Participants : ACF Espagne - ACTED - ASB - CaLP -CFS (Cellule

Plus en détail

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning.

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning. COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : CONDITIONS PRÉALABLES... 2 DESCRIPTION

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme Foire aux savoirs Consolider la Résilience à l insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel / Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso, 5-7 Novembre 2013 Appel à propositions Venez nous rejoindre

Plus en détail

ETUDE DE PROGRAMME DE TRANSFERT MONETAIRE

ETUDE DE PROGRAMME DE TRANSFERT MONETAIRE ETUDE DE PROGRAMME DE TRANSFERT MONETAIRE REGION SAHEL MALI BURKINA FASO NIGER Février 2014 1 SOMMAIRE ABBREVIATIONS... 4 REMERCIEMENTS... 4 1. INTRODUCTION... 5 2. OBJECTIFS, MÉTHODOLOGIE ET LIMITES DE

Plus en détail

TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR LE BIAIS DE CARTES

TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR LE BIAIS DE CARTES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR LE BIAIS DE CARTES GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE :

Plus en détail

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade 1 Contexte et justification: La Loi sur le Domaine Nationale aura exactement 51 ans jour pour

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015

Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena 28-30 avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

Cas de la Plateforme du Niger

Cas de la Plateforme du Niger Plateformes Nationales de Dialogue entre Acteurs pour l Adaptation de l Agriculture au Changement Climatique Cas de la Plateforme du Niger M me HIMA Fatimatou, Plateforme Paysanne/Niger avril 2013 UNE

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant

Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant Atelier Régional HHA pour le renforcement des capacités dans l analyse des budgets et le plaidoyer pour la santé de la mère et de l enfant Dr Alice N. Soumare & Secrétariat de HHA, Brazzaville Mme Kadi

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve Assistance Alimentaire

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERT MONETAIRE EN MAURITANIE

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERT MONETAIRE EN MAURITANIE DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERT MONETAIRE EN MAURITANIE Rapport final ********** BELEMVIRE Adama 01 BP 5385 Ouagadougou 01 Tél : +226 70254553 E-mail : belemvireadama@yahoo.fr Février

Plus en détail

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX RENCONTRE NATIONALE "Le financement des collectivités locales de la Côte d Ivoire à travers le Partenariat Public Privé". Du 30 au 31 Juillet 2013 à

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux Cadre de travail Avec le soutien d ECHO, ACF a publié au second semestre 2012 une série de fiches techniques pour aider

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture

BRICKS. Synthèse des travaux. De la cérémonie d ouverture & SAWAP Programme Sahel et Afrique de BRICKS SAWAP BRICKS Synthèse des travaux SAWAP 1 12 3 La conférence du Programme Sahel et Afrique de l Ouest en appui à la Grande muraille verte (SAWAP) et le lancement

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Le Réseau de Systèmes d Alerte Précoce contre la Famine Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Ouagadougou, Burkina Faso 18-20 Novembre 2013 Plan A. Qu est-ce que FEWS NET? B. Les

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST

Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST Foire aux Savoirs CONSOLIDER LA RESILIENCE A L INSECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST Ouagadougou/Burkina Faso, du 05 au 07 novembre 2013 1. Introduction Au Sahel, environ

Plus en détail

Initiatives pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest

Initiatives pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest Réseau pour l Emploi des Jeunes Afrique de l ouest (YEN-WA) Initiatives pour l Emploi des Jeunes en Afrique de l Ouest Novembre 2008 Aperçu des résultats d enquête Authors: Thais Lopes et Tendai Pasipanodya

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES

RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET AQUACULTURE DES PAYS MEMBRES Commission du Bassin du Lac Tchad Siège CBLT - BP 727 - N Djamena - Tchad Tel: +235 22 52.41.45 Fax: +235 22 52.41.37 E-mail : cblt_lcbc@intnet.td RAPPORT DE LA REUNION STATUAIRE DES EXPERTS EN PECHE ET

Plus en détail

FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale,

FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale, ATELIER MISE EN ŒUVRE PROJETS / PROGRAMMES FIDA ----- BAMAKO Avril 2005 1 / 5 FIDAFRIQUE, Réseau sur le développement rural et la lutte contre la pauvreté en Afrique de l Ouest et Centrale, Objectif principal

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA PLATEFORME DE GESTION DES CONNAISSANCES POUR LA REFORME DE LA GOUVERNANCE COMPOSANTE 3 Objectif 3.C Sous-objectif 3.C.02

Plus en détail

Transfert de Cash en Milieu Urbain dans un Contexte d Urgence. May-September 2012. Document de Capitalisation

Transfert de Cash en Milieu Urbain dans un Contexte d Urgence. May-September 2012. Document de Capitalisation Transfert de Cash en Milieu Urbain dans un Contexte d Urgence May-September 2012 Document de Capitalisation Projet de transfert de cash dans les villes de Tillabery, Tahoua et Agadez Niger Avec la Collaboration

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

La Réforme Humanitaire

La Réforme Humanitaire La Réforme Humanitaire Edifier un système de réponse humanitaire plus efficace et prévisible é Lancée en 2005 par le Coordonnateur des Secours d Urgence ERC, USG Affaires Humanitaires. La réforme cherche

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso

Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Présentation du plan national multirisques de préparation paration et de réponse aux catastrophes Burkina Faso Plan de présentation. Contexte du plan. Rôle du CONASUR But du plan. Objectifs du plan. Méthodologie

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL

PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL PROGRAMME D APPUI AUX ORGANISATIONS PAYSANNES AFRICAINES (PAOPA) PHASE PRINCIPALE DOCUMENT DE PROGRAMME REGIONAL 2 SFOAP Main Phase Regional Programme Documents - PAFO Table des matières I. Et si nous

Plus en détail

Rapport de la première visite pays

Rapport de la première visite pays Page 1 sur 10 La protection de l enfance en urgence Suivi de la situation & de la réponse Rapport de la première visite pays 14-31 Octobre, 2014, Bamako, Mali Page 2 sur 10 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte

Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014. Introduction. ETAPPE 1 : Définition du contexte Cadre de gestion des risques Du CHF en République Centrafricaine Final Nov 2014 Introduction Ce document est établi suivant la méthodologie du Cadre de Gestion des Risques (Risk Management Framework) proposé

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP

Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP Mot d ouverture de Mamadou Lamine N DONGO Lead Results Adviser Banque Africaine de Développement Coordonnateur de AfCoP 17 Septembre 2013, 9h00 Tunis, Tunisie Monsieur le Directeur du Département Assurance

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

BETTERTHANCASH. La mise en œuvre d une aide alimentaire sous forme de paiements électroniques au Kenya : Étude de cas : le Kenya HIGHLIGHTS

BETTERTHANCASH. La mise en œuvre d une aide alimentaire sous forme de paiements électroniques au Kenya : Étude de cas : le Kenya HIGHLIGHTS BETTERTHANCASH A L L I A N C E Empowering People Through Electronic Payments Étude de cas : le Kenya HIGHLIGHTS Mars 2014 La mise en œuvre d une aide alimentaire sous forme de paiements électroniques au

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

Note d Information relative à la participation du REDDA-NESDA

Note d Information relative à la participation du REDDA-NESDA REDDA NESDA Réseau pour l environnement et le développement durable en Afrique Network for Environment and Sustainable Development in Africa Contact : + 225 20 20 5419/5823 /5826 Adresse : BP 95 Guichet

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC

8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC 8 e rencontre du comité Ad Hoc Genre de la COMIFAC Compte rendu Par Julie GAGOE Date : Jeudi 05-04-12 Lieu : Bureau du SE COMIFAC Agenda 1. Evaluation de la feuille de route 2011 2. Défis et priorités

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA DU PROJET PADTICES-UEMOA/UNESCO

COMPTE RENDU DE LA DU PROJET PADTICES-UEMOA/UNESCO COMPTE RENDU DE LA 1 ERE REUNION DE PARTENARIAT DU PROJET PADTICES-UEMOA/UNESCO 28-29 mai 2013 1 La réunion s est tenue pendant toute la journée du mardi 28 mai 2013 et la demijournée du mercredi 29 mai

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Les infrastructures en quête d investissements. Rapport Post Événement FAI 2012 FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES

Les infrastructures en quête d investissements. Rapport Post Événement FAI 2012 FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES FORUM AFRICAIN DES INFRASTRUCTURES Organisateur Sous le parrainage de SE Monsieur le Premier Ministre, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice Sous l égide du Ministère de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire PArtenaire

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace?

Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace? Monitoring des AEP et maîtrise d ouvrage communale en milieu rural : quelles leçons pour une mise en œuvre efficace? Mardi 20 mai, Hôtel KING FAHD PALACE - Dakar Présenté par Sylvette Milin, ps-eau Disposer

Plus en détail

Rapport sur la Performance du Portefeuille

Rapport sur la Performance du Portefeuille 12 15 novembre 2012 Banjul, The Gambia 7ème Forum Régional des Projets financés par le FIDA Afrique de l Ouest et du Centre Rapport sur la Performance du Portefeuille Objectif à moyen terme du FIDA établi

Plus en détail

Rapport de la 1 ère visite du pays

Rapport de la 1 ère visite du pays Page 1 sur 11 Protection a l enfance en urgence Suivi de situation et de l intervention Rapport de la 1 ère visite du pays 25 Août 06 Septembre, 2014, Bangui, République Centrafricaine (RCA) Page 2 sur

Plus en détail

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Forum sur le développement social de Roussillon Assurer l équilibre 4 juin 2009 Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Assurer l équilibre Le CLD de Roussillon compte parmi ses instances la commission

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun)

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) EXPÉRIENCES DE TRAVAIL D ASSOAL AVEC L ADMINISTRATION : COGESTION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL (Cameroun) Présentation: Achille Ndaimai Atelier International sur les Droits

Plus en détail

LISTE DES PARTICIPANTS PAYS ORGANISATION NOMS ET PRENOMS ADRESSE. Monsieur Bio Goura SOULE, Agro Economiste, Consultant

LISTE DES PARTICIPANTS PAYS ORGANISATION NOMS ET PRENOMS ADRESSE. Monsieur Bio Goura SOULE, Agro Economiste, Consultant Conférence Régionale sur la transmission de la hausse des prix alimentaires mondiaux en Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso (Hôtel Palm Beach, 4-6 Avril 2011) BENIN LISTE DES PARTICIPANTS PAYS

Plus en détail

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion

(BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des terres en vue de leur diffusion PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) Recueil des meilleures pratiques en matière de gestion durable des

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Février 2012 CONTEXTE. Evénements clés:

Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Février 2012 CONTEXTE. Evénements clés: Bureau Régional pour l Afrique de l Ouest et du Centre Bulletin d Information Humanitaire Février 2012 Ce bulletin d information humanitaire, produit par le bureau régional OCHA pour l Afrique de l Ouest

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Date: 10 Novembre 2014 Pays: TUNISIE Description de la consultation: RECRUTEMENT D UN CONSULTANT NATIONAL EXPERT SOCIETE CIVILE Nom du projet: JUSTICE TRANSITIONNELLE

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8

DOCUMENT OFFICIEUX DES COPRÉSIDENTS. Chapitre Paragraphes Page. Comprendre les risques de catastrophe...14 8 Note explicative 1. Ce document est l avant-projet préliminaire du cadre de réduction des risques de catastrophe pour l après-2015. Il servira de base aux consultations informelles ouvertes à mener en

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE

5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET C A T A S T R OPHE 5ème P L A T E F ORME REGIONALE AFRICAINE ET 3 è m e REUNION MINISTERIELLE P OUR LA R E D U C T I ON DES RISQUES DE CATASTROPHE DU 13 AU 16 MAI 2014 ABUJA (NIGERIA) DECLARATION SOMMAIRE C ONTRIBUTION AFRICAINE

Plus en détail

ABA GRANGOU. 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012

ABA GRANGOU. 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012 ABA GRANGOU La Vision du Président, partagée par la Première Dame, est de voir que chaque Haïtien arrive enfin à s'alimenter sainement trois fois par jour 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012 Préparé

Plus en détail

Curriculum Vitae. Adresse : Centre de Recherches Economiques Appliquées (CREA) de Dakar, BP 16996. Education EXPERIENCES PROFESSIONNELLES

Curriculum Vitae. Adresse : Centre de Recherches Economiques Appliquées (CREA) de Dakar, BP 16996. Education EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Curriculum Vitae Prénom : Fatou Nom de Jeune Fille : Gueye Nom du Mari : LEFEVRE Adresse : Centre de Recherches Economiques Appliquées (CREA) de Dakar, BP 16996 Email : lahe2003@yahoo.fr / toufa2003@gmail.com

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010

REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010 REPORT RBM/EXD/2010/REP. 15 JUL 2010 Official document General distribution Français REUNION DE COORDINATION DU CARN RBM YAOUNDE, 13-15 JUILLET 2010 RAPPORT Le groupe de coordination du réseau Faire Reculer

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Dakar, Sénégal : du 17au 28 Juillet 2006

Dakar, Sénégal : du 17au 28 Juillet 2006 En Collaboration avec le Réseau des Partenaires Francophones en Population et Santé de la Reproduction Partenaires en Population, SR et Réformes du Système de Santé «S ADAPTER AU CHANGEMENT :: Atttteiindrre

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR LE PERSONNEL DE L ALPHABETISATION ET DE L EDUCATION NON FORMELLE AU SENEGAL

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR LE PERSONNEL DE L ALPHABETISATION ET DE L EDUCATION NON FORMELLE AU SENEGAL PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES POUR LE PERSONNEL DE L ALPHABETISATION ET DE L EDUCATION NON FORMELLE AU SENEGAL Termes de Références Atelier national de finalisation et de validation des documents

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire»

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Search for Common Ground Côte d Ivoire, Septembre 2013

Plus en détail