Atelier d apprentissage sur Les Programmes de Transferts Monétaires 2012 en Afrique de l Ouest RAPPORT DE L ATELIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier d apprentissage sur Les Programmes de Transferts Monétaires 2012 en Afrique de l Ouest RAPPORT DE L ATELIER"

Transcription

1 Atelier d apprentissage sur Les Programmes de Transferts Monétaires 2012 en Afrique de l Ouest RAPPORT DE L ATELIER Dakar, Sénégal, du 12 au 14 mars 2013

2 SOMMAIRE RÉSUMÉ EXÉCUTIF... 3 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L ATELIER... 6 II. STRUCTURE DE L ATELIER Introduction Analyse Swot du CaLP Déroulement des sessions. Voir l agenda de la rencontre en annexe III. RECOMMANDATIONS POUR L AMELIORATION DES PTM IV. RECOMMANDATIONS POUR LE CaLP V. EVALUATION DE L ATELIER VI. ANNEXES Annexe 1 : Agenda de l atelier Annexe 2 : Liste participants atelier Annexe 3 : Tableau récapitulatif des contributions reçues Annexe 4 : Synthèse des Questions Clés pour les travaux de groupe Annexe 5 : Tableau comparatif des différents mécanismes de capitalisation de paiement issu des travaux de groupe Annexe 6 : Synthèse des travaux de groupe par session technique Session 1 : Préparation et formulation des PTM : Marchés, contingence Session 2 : Ciblage (bénéficiaires) Session 3 : Timing et différentes modalités Session 4 : Conditionnalités et mécanismes de distribution Session 5 : Suivi et Evaluation des PTM : PDM et mesures d impact Session 6 : Coordination en urgence et à plus long terme Session 7 : Interventions complémentaires aux PTM, transition et sortie des PTM d urgence Annexe 7 : Détails de l évaluation Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 2 sur 45

3 RÉSUMÉ EXÉCUTIF Le premier atelier d apprentissage sur les Programmes de Transferts Monétaires (PTM) organisé par le CaLP au niveau régional en Afrique de l Ouest a réuni pendant 2,5 jours (12 14 mars 2013) 49 participants de 14 pays (dont 7 de l Afrique de l Ouest) provenant de 25 structures différentes : 9 ONG Internationales, 5 agences des Nations Unies, 4 structures gouvernementales, 3 mouvements de la Croix Rouge/ Croissant Rouge, 3 structures de recherche et 1 des partenaires techniques et financiers (cf. liste des participants en annexe 2). L atelier était organisé en sessions de travail participatives et thématiques, suivant la chronologie du cycle de projet : Préparation et formulation des PTM, Ciblage, Timing et différentes modalités, Conditionnalités et mécanismes de distribution, Suivi-évaluation et impact, Coordination, Interventions complémentaires aux PTM. Cette méthodologie, jugée appropriée par plus de 80% des participants, a permis d atteindre les objectifs de partage d informations et d expériences. Parallèlement aux discussions sur les programmes de transfert monétaire, une analyse des forces, faiblesses, opportunités et menaces (SWOT) de l action du CaLP en Afrique de l Ouest a été effectuée dans le but de formuler des recommandations susceptibles d améliorer les activités du CaLP en Afrique de l Ouest. Au total, 05 forces et 13 menaces ont été notées ainsi que 07 opportunités et 04 faiblesses. Le rapport a été préparé par Dr Thiendou Niang en sa qualité de facilitateur de l atelier et a reçu les commentaires/ ajouts de 12 participants. Le partage d expériences et les discussions de l atelier ont permis de dégager d importantes recommandations dans le domaine de la mise en œuvre des PTM. Il s agit principalement de : Améliorer la préparation/planification (en interne et dans les contingences nationale/ sous régionales) et l élaboration des PTM en termes de timing (meilleure anticipation/préparation), d analyse des besoins et des marchés (études en amont des crises et des réponses, études plus complètes) et de contenu/dimensionnement des PTM (davantage de flexibilité, inventivité dans la mixité des modalités). Les crises à développement lent et/ou récurrentes permettent d anticiper de nombreux aspects de préparation notamment avec le secteur privé (identification/analyse comparées des coûts et des risques, pré-négociation/contractualisation ; identification des marchés, des sites de distribution, préparation des procédures et outils internes de logistique et administratives, etc.) Améliorer et opérationnaliser davantage les systèmes de plaintes (comité, ligne verte) en veillant (i) au poids relatif des comités de ciblage et de plainte, (ii) à la représentativité de toutes les couches sociales et des ménages les plus pauvres, (iii) à l implication des autorités et (iv) au respect de la confidentialité ; Adapter le ciblage en fonction des situations (phase d intervention, période, objectifs et critères, lieu) ; Envisager dès la phase de conception, la possibilité de combiner les modalités (cash/vivres/voucher), la conditionnalité et les mécanismes de paiements en fonction des objectifs et du contexte (calendrier d activité, contexte socio-culturel et familiale afin de mieux répondre aux différents besoins des populations cibles et de renforcer l impact des PTM; Plaidoyer auprès des donateurs pour permettre cette souplesse de définition et de mise en œuvre des PTM, Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 3 sur 45

4 Promouvoir la capitalisation et le partage d expériences notamment en matière d utilisation des paiements «électroniques» innovants (carte de banque, téléphonie mobile, etc.) afin de permettre leur développement en Afrique de l Ouest; Améliorer la qualité des systèmes de suivi-évaluation des PTM en privilégiant leur définition/conception avant le démarrage du projet, en adoptant un schéma rigoureux d évaluation d impact (avant / après et ici / ailleurs : base et end line + PDM évolutifs, groupe témoins) et en promouvant l utilisation d indicateurs communs (score de consommation alimentaires, échelle d insécurité alimentaire, suivi des revenus/dépenses des ménages et des stratégies, MUAC, Smart) ; Evaluer l impact sociologique des PTM ; Formaliser la mise en place de cadres d échanges techniques et de coordination/concertation tant au niveau national, régional et local; Promouvoir une application multisectorielle des PTM ainsi que des actions complémentaires afin de renforcer l impact des PTM en situation d urgence mais aussi de contribuer à la résilience des populations les plus pauvres et les plus vulnérables; Améliorer la documentation et la conception de stratégies de sortie ou de transition ; Plaidoyer auprès des donateurs pour une mise à l échelle de PTM de qualité lorsqu ils s avèrent pertinents ainsi que pour une meilleure synergie entre l urgence et le développement (cf. agenda de la résilience). Le détail des principales recommandations et des résultats des travaux de chaque session technique sont respectivement repris dans le rapport (cf. point III.) et en annexe 6. Les principales recommandations au sujet de l action du CaLP en Afrique de l Ouest ont porté sur la nécessité de : - Poursuivre et renforcer les efforts de formation au niveau des différents pays de la sous-région : formation de niveau 1 & 2 ; formations décentralisées ; modules spécialisés, ateliers d échange); - Utiliser son expérience pour s approcher davantage des décideurs gouvernementaux en vue d influencer les politiques nationales ; - Elargir la recherche/documentation d étude de cas à d autres secteurs que celui de la sécurité alimentaire : nutrition, protection, WASH, santé, etc. - Renforcer la recherche opérationnelle et revue documentaire sur les nouvelles innovations en matière de distribution de l argent et sur l impact des PTM; - Améliorer la coordination des PTM ; Les participants ont, dans leur grande majorité (79,1%) jugé les contenus des présentations de l atelier utiles et ont exprimé leur grande satisfaction pour la partie de l atelier portant sur l analyse SWOT du CaLP (87,5%) ainsi que pour les sessions portant sur l analyse des marchés (85%), la contingence et la préparation (94,5%), le ciblage (94,1%), le timing et les modalités des PTM (91%). Ils sont également satisfaits des discussions sur les conditionnalités et mécanismes de distribution (80%), le suivi-évaluation (94,7%), la coordination des PTM (58,8%) et les interventions complémentaires (58,8%). Par ailleurs, les participants se sont montrés très satisfaits sur l examen des conclusions et recommandations (72,4%). Concernant les prochaines étapes pour le CaLP, 89,2% participants ont mis l accent sur la nécessité d améliorer les actions et la visibilité du CaLP, l implication des acteurs locaux et des structures étatiques. Une diversification des sources de financements est également recommandée pour renforcer l indépendance financière du CaLP. Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 4 sur 45

5 S agissant des prochains événements d apprentissage, les participants ont jugé pertinent le principe de l appel à contributions et des fiches de bonnes pratiques 1 et ont suggéré la nécessité de réduire le nombre de thèmes pour créer plus de temps de discussions et d échanges. 1 Près de 30 fiches de bonnes pratiques ont été proposées par les participants à l atelier (voir annexe 3) Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 5 sur 45

6 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L ATELIER Les Programmes de Transferts Monétaires ont été largement utilisés lors des réponses aux crises en Afrique de l Ouest. Lors de la crise alimentaire au Sahel en 2012, les transferts monétaires ont été mis en œuvre dans de nombreux pays par de nombreux intervenants (Gouvernement, Organisations des Nations Unies (ONU), Organisations Non Gouvernementales (ONG) Internationales et locales), et dans certains cas (notamment au Niger) à grande échelle. La plupart des PTM ont été mis en œuvre durant les phases de réponse et de réhabilitation, de même que certains PTM ont également mis en œuvre en phase de prévention/atténuation des risques. Des progrès considérables ont été accomplis dans l'acceptation et l'utilisation des programmes de transferts monétaires (PTM) dans l'action humanitaire en général et en Afrique de l'ouest en particulier. Ils sont de plus en plus encouragés par les bailleurs de fonds et utilisés dans des plans nationaux d'urgence et les programmes de filet de sécurité. Ils ont été dans certains cas utilisés dans les phases de prévention, mais plus largement dans les phases de réponse d urgence et de redressement post crise humanitaires. Les programmes de transferts monétaires sont de plus en plus reconnues par les parties prenantes clés (Banque mondiale, Fonds Monétaires International (FMI), Commission européenne; agences nationales et régionales de l ONU et ONG) comme étant un outil utile pour renforcer la résilience en Afrique de l'ouest par de nombreux intervenants. Dans ce contexte, le Cash Learning Partnership (CaLP) et le Groupe de Travail Régional sur le Transfert Monétaires récemment créé (RCTWG) ont identifié un besoin de partager des expériences, des outils pratiques et des services liés aux programmes de transferts monétaires. Cet exercice d'apprentissage organisé par le CaLP avec le soutien du RCTWG a eu lieu à Dakar du 12 au 14 Mars, L atelier d apprentissage avait pour but de donner aux praticiens des ONG, Mouvement de la Croix-Rouge et du système des Nations Unies l opportunité de partager leurs expériences sur le renforcement de la résilience, la planification de l'urgence et l assistance pour les différents types de crise utilisant les transferts monétaires. Les principaux objectifs de cette activité d'apprentissage étaient les suivants : partager les leçons apprises et les études de cas tirés de la conception et la mise en œuvre des programmes de transferts monétaires dans des contextes d'urgence et d actions à long terme liés à l agenda de la résilience en Afrique de l Ouest, contribuer au développement de mécanismes de coordination des transferts monétaires de fonds et de dialogue entre les membres de la communauté de pratique de transferts monétaires en Afrique de l'ouest. Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 6 sur 45

7 II. STRUCTURE DE L ATELIER L atelier s est déroulé en plusieurs sessions, dont une session d introduction, suivie d une session d analyse SWOT du CaLP et de sept (7) blocs de sessions parallèles. 1. INTRODUCTION Tout d abord Monsieur Christophe BREYNE, Point Focal du CaLP pour l Afrique de l Ouest, a souhaité la bienvenue aux participants. Il a rappelé les objectifs de l atelier et remercié les membres du groupe technique régional sur les transferts monétaires et toutes les nombreuses personnes qui ont contribué à cette rencontre par le biais des fiches de bonnes pratiques et des présentations. Il a également remercié ECHO qui a financé cet événement d apprentissage. Ensuite, Monsieur Alexandre CASTELLANO, Point Focal de Food Assistance de ECHO, a présenté les interventions humanitaires de ECHO utilisant les transferts monétaires (cash et voucher). Il a montré l importance grandissante dans les interventions ECHO des programmes de transfert monétaire qui sont passés de 20% en 2010 à 28% en Selon lui, ces interventions financent les projets d intervention directe, des études et projets de plaidoyer, le développement d outils et de lignes directrices. Monsieur CASTELLANO a montré que ECHO encourage aussi de plus en plus le développement d outils d analyse de situation, de marchés et de réponses, de suivi-évaluation et le renforcement de la capacité à diffuser et à partager des connaissances. Monsieur Glenn HUGHSON, Point Focal du CaLP pour l Afrique de l Est a quant à lui traité la coordination des transferts monétaires et a indiqué qu une coordination efficace suppose une bonne compréhension des enjeux au sein de la communauté, la définition des écarts informationnels, des contraintes et des blocages et la définition claire des responsabilités des parties prenantes. Enfin Monsieur HUGHSON a expliqué les défis de la coordination axés sur le volontariat notamment l engagement des gens à partager les bonnes et mauvaises pratiques. Par la suite, Madame Mariana STIRBU de l Unicef a abordé la question de la pauvreté persistante et des disparités exacerbées par la crise en Afrique de l Ouest. Ensuite, elle a parlé de la protection sociale au Sahel et de l approche de l Unicef. Elle a commencé par mentionner les initiatives de socles de protection sociale des différentes organisations, au niveau global et régional. Ensuite, en abordant la question de la pauvreté, elle a fait une brève analyse de l impact de la pauvreté sur les enfants et du rôle de la gouvernance et de la consolidation fiscale sur les inégalités sociales. Elle a également fait une revue des initiatives de protection sociale dans le Sahel. En outre Madame Sigrid KUHLKE, experte régionale en assistance alimentaire à la Direction Générale Aide Humanitaire et Protection Civile de ECHO, a présenté le bilan HFA, en réponse à la crise , en mettant l accent sur les interventions ECHO en termes de transfert alimentaire, transfert monétaire et Voucher dans sept (7) pays (Niger, Mauritanie, Tchad, Burkina Faso, Mali, Sénégal, Gambie). Elle a enfin insisté sur l importance de l analyse initiale (besoins des ménages et maitrise des marchés), du ciblage participatif, de l utilité des mécanismes de plainte fonctionnelle et des dispositifs de suivi de la situation alimentaire dans les zones d intervention. Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 7 sur 45

8 Enfin, Monsieur Christophe BREYNE a présenté l historique, les faiblesses de remplissage, les premiers résultats du «mapping»/recensement régional des PTM réalisés en 2012 en Afrique de l Ouest ainsi que les objectifs de cet outil. Ce dernier, au-delà des aspects de visibilité et de coordination permet, entre autre, d analyser les volumes d interventions et les acteurs concernés, les secteurs d interventions (majoritairement lié à la sécurité alimentaire), les types de ciblages (principalement de type HEA et communautaire), les types de transferts (avec une grande diversité de mixité des modalités en 2012) et mécanismes de paiement (direct et via les IMF en majorité), le coût des TM (très peu documenté) ainsi que quelques données qualitatives de mise en œuvre. Les PTM au Niger et au Burkina Faso sont particulièrement bien documentés suivi du Mali et Mauritanie avec d importante différences entre pays (+ de 49 projets et + de 152 million pour le Niger contre 11 projet pour un total de 18 M d pour la Mauritanie. Le Tchad, le Sénégal, la Côte d Ivoire et le Nigéria sont sous-documentés. Analyse SWOT des activités du CaLP en Afrique de l Ouest 2. ANALYSE SWOT DU CALP Une analyse SWOT de l action du CaLP en Afrique de l Ouest a été effectuée dans le but de formuler des recommandations susceptibles d améliorer les activités de ladite structure. Les participants ont analysé en travaux de groupe les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces du CaLP (SWOT CaLP). La démarche empruntée a consisté à remettre à chaque participant une fiche pour chacune des quatre dimensions (forces, faiblesses, opportunités et menaces) du SWOT. Les fiches renseignées ont été recoupées par dimension. Par la suite, quatre groupes de travail ont été constitués pour identifier les questions prioritaires sur lesquelles doit porter la réflexion stratégique pour le développement du CaLP. Les principales forces du CaLP citées par les groupes concernent les aspects de : Coordination (éviter les doublons, networking, discussions techniques, plaidoyer) ; Renforcement des capacités/formations ; Capitalisation/documentation/publications techniques ; Initiatives/créativité/dynamisme/proactivité ; Lien entre urgence, développement et résilience. Les faiblesses du CaLP résident dans les constats suivants : Insuffisance des ressources humaines et financières (rotation des ressources humaines - cas du Niger) ; Faible implication dans les politiques et stratégies nationales ; Approche trop centrée sur les urgences ; Non prise en compte de la nutrition. Les opportunités du CaLP sont les suivantes : Existence d un cadre d échange et coordination au niveau national ; Intérêt grandissant des gouvernements et des bailleurs à l endroit des PTM ; Implication des structures de recherche ; Exploiter les liens entre urgence et développement ; Valoriser la programmation intégrée et multisectorielle ; Passage à l échelle des programmes de filet sociaux ; Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 8 sur 45

9 Meilleure gestion des connaissances, des bonnes pratiques et des informations. Les menaces qui pèsent sur le CaLP sont les suivantes : Manque de contribution/implication à la vie du CaLP de la part des ONG ; Capacités limitées des acteurs ; Faiblesse d implantation au niveau local ; Turn over des coordonnateurs CaLP (cas Niger) ; Manque d intégration avec l instance nationale ; Focalisation sur l humanitaire ; Défendre les intérêts/agenda des bailleurs au lieu de promouvoir les PTM ; Risque d exclusion de certains partenaires ; Esprit de «clocher» des acteurs ; Très faible engagement au niveau de la politique et de plaidoyer ; Risque de déconnexion régionale et/ou nationale ; Charge de travail: balance entre partage vs mise en œuvre ; Risque de paraître trop normatif, dogmatique. 3. DÉROULEMENT DES SESSIONS. Voir l agenda de la rencontre en annexe 1. L atelier d apprentissage a été organisé en 7 sessions techniques, suivant le cycle de projet sur des thèmes définis en concertation avec les membres du groupe de travail sur les PTM et les co-organisateurs. Chaque session a débuté par des présentations introductives, sélectionnées par les organisateurs parmi les nombreuses fiches de bonnes pratiques reçues (cf. annexe 3) suite à l appel à contribution Chaque présentation contenait les activités réalisées et outils utilisés en lien avec le thème, les difficultés et les défis rencontrés, les forces et opportunités/enjeux futurs dans la mise en œuvre des programmes. Chaque série de présentations a été suivie par des travaux de groupes, animés par un facilitateur. Les travaux de groupes étaient orientés autour de questions de débats (cf. annexe 4) propres à chaque étape clé des PTM : la préparation et formulation des PTM, le ciblage, le timing et les modalités de mise en œuvre, les conditionnalités et mécanismes de distribution, le suivi-évaluation (PDM et Impacts), la coordination des réponses d urgences et à plus long termes, les interventions complémentaires aux PTM (transition et sortie des PTM d urgence). La synthèse des travaux de groupe et des plénière pour chacune de ses sessions technique est repris en annexe 6. Pour chacune de ces étapes, les groupes de travail devaient identifier les bonnes pratiques, les difficultés et les recommandations à présenter en session plénière. A partir du 2 jour, il a été laissé davantage de souplesse au groupe de travail par rapport aux questions clés. Ces dernières servant de guide de réflexion mais ne devant pas être suivies «à la lettre». Les résultats détaillés compilés des réponses aux questions clés des travaux de groupe ainsi que les synthèse par session seront disponibles également sur le site du CaLP: Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 9 sur 45

10 III. RECOMMANDATIONS POUR L AMELIORATION DES PTM Lors du dernier jour, les participants ont été répartis par session techniques après avoir reçu l ensemble des travaux de groupe afin de dégager 3 à 4 recommandations clés ainsi que les acteurs concernés ainsi qu un échéancier. Les résultats de cette session sont repris dans le tableau ci-dessous. Recommandations Acteurs Échéancier Préparation et formulation des PTM : contingence, analyse des marchés et autres Améliorer la préparation (interne, plan de contingence nationale/ sous régionale) et l élaboration des PTM incluant de meilleures analyses de marchés. Financer les activités de préparation des acteurs en PTM (formation des RH, faire des études de marchés en amont des crises, étude de faisabilité, exercice de simulation, SOP internes, pré-agrément avec les Institutions de Micro Finance (IMF) et autres acteurs opérationnels pré-identifiés.). Inclusion des PTM dans les plans de contingence des gouvernements pour avoir une base de données communes aux acteurs PTM, avoir des lignes directrices communes pour l harmonisation de la réponse. (base de données des IMF, préparation des modalités de fonctionnement avec les IMF, orientations sur les montants à distribuer en fonction des objectifs du PTM) Tous : Donateurs, Gouvernement, acteurs humanitaires, chacun à leur niveau Bailleurs de fonds Gouvernement et instances de gestion/coordination des catastrophes et services protection sociale ONG : force de plaidoyer, d assistance technique et de remontée des expériences de terrain Fin 2013 et d ici 2014 inclusion dans les prochains plans budgétaires annuels d ici 2 ans Simplification des outils d étude de marché (pas de standardisation attendue mais une liste des questions/ données clés à collecter quand on veut faire une analyse de marché) Communauté de pratique : CaLP Fin 2013 Ciblage et opérationnalisation des mécanismes de plainte Améliorer et Formaliser un système de plainte (comité, ligne verte) en veillant (i) au poids relatif des comités de ciblage et de plainte, (ii) à l Indépendance/représentativité des comités et l implication des ONG de mise en œuvre pour la conception/sensibilisation Dès la conception du projet Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 10 sur 45

11 autorités et (iii) au respect de la gestion de la confidentialité Adaptation/Souplesse des méthodes de ciblage en fonction de la situation (période, phase de l'intervention, public, endroit, critères) Communauté (acceptation/composition) Bailleurs : acceptation ONG : revendication, capacités Plaidoyer (constant) Restitution et Validation en plénière du ciblage ; Transparence du processus Communauté, ONG, Autorités administratives & élues Après le ciblage Timing & différentes modalités (cash/in kind) en prévention, réponse, réhabilitation) Sensibiliser les pouvoirs publics et les bailleurs de fonds sur la nécessité de déclarer à temps les situations d urgence pour permettre la mise en œuvre des programmes appropriés à temps CaLP Mars 2014 Flexibilité dans le document du projet afin de pouvoir adapter le mécanisme de transfert selon le contexte pendant une crise Penser aux programmes intégrés qui permettent des combinaisons (cash/vivres/vouchers conditionné (cash contre travail) et/ou inconditionné) pour mieux répondre aux différents besoins des bénéficiaires en même temps Conditionnalités et mécanismes de distribution Avoir un outil (guideline clair, check-list, guide simple) qui permet de vérifier la conditionnalité selon les objectifs du pays et l offre existante Avoir une coordination au sein de la communauté de pratique pour négocier et assurer de meilleurs services au meilleur coût au profit des bénéficiaires Concevoir un guide méthodologique pour la mise en œuvre des PTM basés sur le payement électronique prenant également en compte les aspects de : - Qualité des services (couverture géographique, qualité réseau, etc.) - Sécurisation des contrats Bailleurs ONG Acteurs qui implémentent les PTM Communauté de pratique sous le leadership du CaLP Communauté de pratique des pays Communauté de pratique sous le leadership du CaLP Avant et pendant les PTM Pendant la planification des programmes 24 mois 12 mois 24 mois Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 11 sur 45

12 Suivi- évaluation : PDM et impacts Définir de façon systématique un système de suivi et évaluation dès la définition / conception du projet Adopter un schéma rigoureux pour l évaluation d impact : - avant / après et ici / ailleurs - groupe d intervention et groupe de comparaison doivent être le plus comparable possible (vérification lors d une enquête Baseline) Concepteur du projet et bailleur Evaluateur, opérateur et bailleur A la conception / montage du projet Avant, pendant, après Evaluer l impact sociologique des TM (enquêtes qualitatives) Evaluateur et bailleur En cours de programme et si possible aussi après le programme (effets à plus long terme) Coordination réponses d urgence et autres et de plus long terme (filets sociaux, développement) Documenter les exemples de stratégies de sortie ou de transition + Plaidoyer auprès des bailleurs pour les phases suivantes de réponse Prendre en compte les coûts de coordination et des échanges d'expérience dans la formulation de chaque projet Etudier et documenter davantage sur la protection sociale ONG d'exécution, agences des NU appropriées selon le secteur ONG et bailleurs ONG d'exécution, instituts de recherche avec le partage soutenu par le CaLP Mettre en place la coordination pour la protection sociale Tous les acteurs concernés Chercher à intégrer davantage les acteurs de développement dans les forums de discussion des PTM Coordinateurs des forums de coordination Interventions complémentaires aux PTM ; transition et sortie des PTM d urgence Mettre en place un système national de financement de filets sociaux Etats, Bailleurs de fonds (BF) Fin 2014 Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 12 sur 45

13 Intégrer les plus vulnérables dans les projets de développement avec des approches adaptées à leur vulnérabilité Promouvoir une application multisectorielle des PTM en lien avec la vulnérabilité des plus pauvres dans une perspective de résilience Promouvoir l accès des plus vulnérables à tous les services économiques et sociaux, durant et après la sortie de crise BF, ONG de développement 2014 Etat, PTF Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 13 sur 45

14 IV. RECOMMANDATIONS POUR LE CaLP Les participants ont été invités à formuler des recommandations clés pour l amélioration de la mise en œuvre du CaLP en Afrique de l Ouest en tenant compte des contraintes institutionnelles du CaLP, des résultats de l analyse SWOT du CaLP et de la nature des interventions du CaLP (Formation, Plaidoyer, Recherche/documentation d expériences, Coordination). Pour chaque recommandation, il fallait indiquer les actions prioritaires et suggérer un échéancier approprié pour la mise en œuvre de ces recommandations. Il en résulte les propositions d initiatives suivantes : Recommandations Poursuivre et renforcer les efforts de formation en essayant de toucher le maximum de ressources humaines des différents pays de la sous-région Utiliser son expérience pour s approcher davantage des décideurs gouvernementaux en vue d influencer les politiques nationales, Actions prioritaires - Organiser au moins deux sessions de formation de niveau 1 pour les acteurs en dehors de la sécurité alimentaire (toute compétence complémentaire nécessaire pour une intervention PTM y compris les spécialistes en base de données, agences de paiement ) ; - Décentraliser les formations pour encourager la participation des partenaires institutionnels ; - Préparer des modules spécialisés niveau 3 sur 2 jours sur des thèmes précis (par exemple sur l analyse de marchés, le ciblage, les filets sociaux, la coordination interne) ; - Organiser une rencontre annuelle d échange regroupant les techniciens des différents pays ; - Faciliter des visites d échange entre pays voisins ; - Définir clairement l'image du CaLP: «chevalier des PTM ou chevalier de ECHO» ; - Convaincre les divers intervenants de l'importance de partager leurs informations et documents pour alimenter la réflexion de la communauté de pratique ; - Impliquer les autorités politiques et techniques clés pour influencer les politiques en faveur des PTM dans les rencontres nationales & régionales ; - Promouvoir la participation du CaLP aux rencontres régionales stratégiques (CILSS,..) ; - Développer des outils de plaidoyer en tenant compte des politiques publiques ; - Organiser des rencontres et réunions avec les décideurs politiques ; - Profiter des rencontres internationales pour faire le plaidoyer auprès des décideurs politiques (se faire connaitre, faire connaitre ses programmes) ; - Se rapprocher des institutions de recherche spécialisées dans les secteurs autre que la sécurité alimentaire ; - Vulgariser les résultats des rencontres périodiques au niveau de la région ; - Assurer des publications périodiques au sujet des progrès et des innovations en matière de transfert monétaire ; Atelier Régional de Bilan des PTM mars, Dakar Page 14 sur 45

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu

Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu Lieu Durée Bureau Unicef/Goma De 11h00 à 13h00 Date 28.08.2015 Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu Facilitation Unicef Secrétariat Unicef Agenda 1. Suivi des recommandations

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST

ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport atelier ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET DE GESTION INTEGREE DE LA SECHERESSE EN AFRIQUE DE L OUEST 28 et 29 janvier 2015 GWP/ Afrique de l Ouest NOTE CONCEPTUELLE ATELIER DE LANCEMENT DU PROJET

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

Annexe A : Termes de références de l évaluation en temps réel du projet Naata

Annexe A : Termes de références de l évaluation en temps réel du projet Naata Annexe A : Termes de références de l évaluation en temps réel du projet Naata 1. Contexte et justification: Au Mali, 80% de la population vie de l agriculture. La campagne agricole 2011 passée a connu

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE

MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE MISE EN PLACE D UN STOCK REGIONAL ALIMENTAIRE UNE ACTION DU RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST (RESOGEST)

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme

Appel à propositions. La gestion durable des ressources naturelles et changements climatiques. L`élevage avec un focus sur le pastoralisme Foire aux savoirs Consolider la Résilience à l insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel / Afrique de l Ouest Ouagadougou, Burkina Faso, 5-7 Novembre 2013 Appel à propositions Venez nous rejoindre

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Bamako, Mali, 06 au 07 juin 2011. Rapport Succinct

Bamako, Mali, 06 au 07 juin 2011. Rapport Succinct 1 Réunion Transfrontalière des Services Vétérinaires et des Laboratoires Nationaux pour le Renforcement de la Surveillance Epidémiologique de la Fièvre de la Vallée du Rift entre le Mali, la Mauritanie

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

PROFIL DE POSTE TITRE DU POSTE : PROGRAM MANAGER VILLAGE/ECOLES ASSAINIES. (EAU, HYGIENE ET ASSAINISSEMENT)

PROFIL DE POSTE TITRE DU POSTE : PROGRAM MANAGER VILLAGE/ECOLES ASSAINIES. (EAU, HYGIENE ET ASSAINISSEMENT) PROFIL DE POSTE TITRE DU POSTE : PROGRAM MANAGER VILLAGE/ECOLES ASSAINIES. (EAU, HYGIENE ET ASSAINISSEMENT) DIVISION / DEPARTEMENT / LOCATION: International / HECA / DRC / Bukavu SALAIRE: Cfr barème FAMILLE

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010

Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Centre Régional de Formation en Suivi et Evaluation des Résultats, 2010 Dr. El Hadji Guèye / Arianne Wessal Journées béninoises de l évaluation 2-4 Juillet 2012 Cotonou, Bénin Plan 1. Introduction de CLEAR

Plus en détail

à même d apprécier les avancées sur les principaux axes stratégiques des politiques suivies.

à même d apprécier les avancées sur les principaux axes stratégiques des politiques suivies. ATELIER REGIONAL DE RELANCE DES DISPOSITIFS NATIONAUX DE SUIVI EVALUATION DES POLITIQUES ET STRATEGIES DE SECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE DE SEPT PAYS TEST Note conceptuelle I- Contexte et justification

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation sur l élaboration

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES FORUM REGIONAL SUR LA POLITIQUE HUMANITAIRE Dakar 2-3 octobre

Plus en détail

Diagnostic et Leçons à tirer

Diagnostic et Leçons à tirer Atelier sur le diagnostic des systèmes d information et d alerte précoce au Tchad Diagnostic et Leçons à tirer 20 Mars 2012, N Djamena, Tchad Plan de la présentation Les attentes d un système d information

Plus en détail

Note d Information relative à la participation du REDDA-NESDA

Note d Information relative à la participation du REDDA-NESDA REDDA NESDA Réseau pour l environnement et le développement durable en Afrique Network for Environment and Sustainable Development in Africa Contact : + 225 20 20 5419/5823 /5826 Adresse : BP 95 Guichet

Plus en détail

LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS

LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Appel de Candidature

Appel de Candidature Appel de Candidature Formation sur l assurance qualité interne dans l Afrique de l Ouest 2015-16 Le projet «Training on Internal Quality Assurance in West Africa (TrainIQAfrica)» est une formation pour

Plus en détail

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL ------------------------------------------------------------------------------------------ Titre: CONSULTANT(E) CHARGE(E) DE L APPUI A LA REVUE ET

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Cas de la Plateforme du Niger

Cas de la Plateforme du Niger Plateformes Nationales de Dialogue entre Acteurs pour l Adaptation de l Agriculture au Changement Climatique Cas de la Plateforme du Niger M me HIMA Fatimatou, Plateforme Paysanne/Niger avril 2013 UNE

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX

CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX CENTRE INTERNATIONAL DE FORMATION DES ACTEURS LOCAUX RENCONTRE NATIONALE "Le financement des collectivités locales de la Côte d Ivoire à travers le Partenariat Public Privé". Du 30 au 31 Juillet 2013 à

Plus en détail

Rapport du mini-atelier de réflexion et de planification du Groupe de Travail régional sur l Education en Situations d Urgence 2 novembre 2012

Rapport du mini-atelier de réflexion et de planification du Groupe de Travail régional sur l Education en Situations d Urgence 2 novembre 2012 Groupe de Travail Régional Afrique de l Ouest et du Centre Rapport du mini-atelier de réflexion et de planification du Groupe de Travail régional sur l Education en Situations d Urgence 2 novembre 2012

Plus en détail

RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016

RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016 RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016 Rapport présenté par Brigitte KONKOBO Adama GNANOU Juin 2015 1 INTRODUCTION Depuis 2010, les partenaires de Christian Aid que

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade

TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade TDR de l atelier de lancement de l Observatoire National de la Gouvernance Foncière 16 17 juin 2015, Good Rade 1 Contexte et justification: La Loi sur le Domaine Nationale aura exactement 51 ans jour pour

Plus en détail

Projet associatif d Action Contre la Faim

Projet associatif d Action Contre la Faim Projet associatif d Action Contre la Faim Adopté par l Assemblée Générale du 18 juin 2011 PREAMBULE Ce projet est un cadre de référence ordonnant nos valeurs et les principes directeurs de notre action,

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Ateliers de Formation, Région du Gorgol, République Islamique de Mauritanie

Ateliers de Formation, Région du Gorgol, République Islamique de Mauritanie TERMES DE REFERENCES S entendre sur les causes de la Malnutrition pour agir ensemble Renforcement des capacités des acteurs pour une meilleure intégration de la Nutrition dans les programmes de Sécurité

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU PLAN, DE l AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE Fraternité - Travail - Progrès Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 Les choix

Plus en détail

Burkina Faso Ministère de l Environnement et du Développement Durable. PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER (PIF Burkina Faso) Termes de référence

Burkina Faso Ministère de l Environnement et du Développement Durable. PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER (PIF Burkina Faso) Termes de référence Burkina Faso Ministère de l Environnement et du Développement Durable PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER (PIF Burkina Faso) Termes de référence Deuxième mission conjointe 18-22 Avril 2011 - 2 - PROGRAMME

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT

TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT TERMES DE REFERENCES POUR UNE ASSISTANCE TECHNIQUE A MI TEMPS SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES TECHNIQUES ET SCIENTIFIQUES DU CILSS SUR LE CLIMAT (LE RECRUTEMENT D UNE FIRME) Appui à la mise en œuvre

Plus en détail

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah.

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. Date Chair/Présidence Organisations participantes Agenda Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. 23 juillet 2015 Mr le Chargé de l enfance, avec appui

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga

L élaboration de politique et pratiques gouvernementales pour éliminer le travail des enfants dans les mines de Kolwezi, sud-katanga PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 L élaboration de politique et pratiques gouvernementales

Plus en détail

Accélérer la mise en œuvre de la Charte pour la Gestion et la Prévention des Crises Alimentaires

Accélérer la mise en œuvre de la Charte pour la Gestion et la Prévention des Crises Alimentaires Accélérer la mise en œuvre de la Charte pour la Gestion et la Prévention des Crises Alimentaires Réunion des ministres en charge de l agriculture en 2011 à Conakry propose un mécanisme régulier de suivi

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Termes de Référence. Pour un Consultant Chargé d une «étude ex ante sur l impact socioéconomique et environnemental des OGM en Afrique de l Ouest»

Termes de Référence. Pour un Consultant Chargé d une «étude ex ante sur l impact socioéconomique et environnemental des OGM en Afrique de l Ouest» CED EAO Co mmunau t é Économiq u e de s Ét ats d Af r iq u e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econo m ic Co mmunit y of West Af r ica

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE»

STAGE DE FORMATION SOUS REGIONALE SUR LE «MODALITES DE MISE EN ŒUVRE DE L APPROCHE SECTORIELLE» Contact et information Cesar Goudon Initiatives Conseil International (ICI) 40 avenue Kwame Nkrumah 01 BP 6490 Ouagadougou 01 Burkina Faso, Tél : 00226 50310553/50310580 cesar.goudon@ici-partenaire-entreprises.com

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Appel à manifestation d intérêt --------------------------- Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à manifestation d intérêt ---------------------------

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

Note conceptuelle. Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices

Note conceptuelle. Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices Note conceptuelle Pour des paysages forestiers résilients aux changements globaux en zones arides : des lignes directrices Deuxième Atelier International Hotel King Fahd, Dakar, Sénégal, 25-28 février

Plus en détail

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire

UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire UNIVERSAL HEALTH COVERAGE DAY JOURNEE MONDIALE DE LA COUVERTURE SANTE UNIVERSELLE 12 décembre 2014 Abidjan, INADES-Formation, Côte d Ivoire Photos de famille des participants à la journée mondiale de la

Plus en détail

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment?

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment? 3-32 GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES La planification est indispensable pour atteindre les objectifs escomptés. Ce diagramme (figure 5) illustre quelques points clés relatifs à la gestion du

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Termes de Référence Spécialiste en Gestion Financière

Plus en détail

Réunion restreinte du réseau de prévention des crises alimentaires

Réunion restreinte du réseau de prévention des crises alimentaires Réunion restreinte du réseau de prévention des crises alimentaires RESEAU DES SOCIETES, COMMISSARIATS, OFFICES CHARGES DE LA GESTION DES STOCKS DE SECURITE ALIMENTAIRE AU SAHEL ET EN AFRIQUE DE L OUEST

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine

Budget Participatif, Décentralisation et Démocratie locale : de l expérience africaine Journée «Promotion d une économie territoriale coopérante pour lutter contre la pauvreté et l exclusion sociale.» Vers des P Actes européens. Réunion accueillie par le Comité des Régions européennes Bruxelles,

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya

IUCN Position Paper. Première réunion de l Assemblée Plénière d IPBES, 3-7 Octobre 2011, Nairobi, Kenya Position de l UICN IUCN Position Paper LA VISION DE L UICN POUR UNE PLATEFORME INTERGOUVERNEMENTALE ET PLURI-ACTEURS SCIENTIFIQUE ET POLITIQUE SUR LA BIODIVERSITE ET LES SERVICES ECOSYSTEMIQUES (IPBES)

Plus en détail

1. Contexte de l atelier

1. Contexte de l atelier 1. ATELIER DE MISE A NIVEAU SUR LA MICROFINANCE ISLAMIQUE 06-07 février 2013, Radisson Blu Hotel (SENEGAL) 1 1. Contexte de l atelier A l instar du reste du monde, au Sénégal et dans la sous région des

Plus en détail

Atelier Régional de Formation: 10-12 Juin 2014 & Formation de Formateurs: 9-14 Juin 2014. Afrique de l Ouest/Sahel Dakar, Sénégal (Lieu à confirmer)

Atelier Régional de Formation: 10-12 Juin 2014 & Formation de Formateurs: 9-14 Juin 2014. Afrique de l Ouest/Sahel Dakar, Sénégal (Lieu à confirmer) Atelier Régional de Formation: 10-12 Juin 2014 & Formation de Formateurs: 9-14 Juin 2014 Afrique de l Ouest/Sahel Dakar, Sénégal (Lieu à confirmer) Le Sahel 1 constitue l une des régions avec les taux

Plus en détail

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf. CED E AO Co mmunaut é Éco no miq u e d es Ét ats d Af r iqu e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econom ic Co mmunit y of W est Af r

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail