Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires"

Transcription

1 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

2 Cette publication est rendue possible grâce au soutien généreux du peuple américain à travers de l Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) ainsi qu au soutien de l Union Européene. Le contenu de cette publication est la seule responsabilité d Adeso et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position ou les opinions de USAID, du Gouvernement des Etats-Unis, ni de l'union Européenne.

3 Un Guide pratique pour la mise en oeuvre des interventions monétaires Publié par Adeso 2e Edition Adeso 2012 Adeso 2007 Toutes les photos Adeso Ce document est destiné à l utilisation générale. Les reproductions et les traductions sont autorisées si la source est mentionnée et si elles sont utilisées à des fins non commerciales Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

4 A propos d Adeso Adeso est une organisation humanitaire et de développement cherchant à changer la perception des gens et les modes de prestation d aide en Afrique. A Adeso, nous cherchons à nous démarquer des autres organisations car nous croyons que le développement doit venir de l intérieur et non pas de l extérieur des communautés africaines. Ce sont aux Africains eux-mêmes à qui revient la tâche de déterminer l avenir de l Afrique. Depuis plus de 20 ans, nous avons travaillé main dans la main avec les communautés africaines pour prévenir, guérir et surmonter des crises qui nuisent au bien-être des communautés. Nous sommes convaincus que c est cette approche qui permettra à l Afrique d aller de l avant sans que nous ne perdions les valeurs qui font la grandeur de notre continent. Adeso, précédemment connu sous le nom de Horn Relief, a été établi en 1991 en réponse à la crise humanitaire et à la guerre civile dévastant la Somalie. Nous avons commencé en tant que petite organisation locale ayant pour but d aider les groupes de pasteurs Somaliens, en particulier les femmes et les jeunes. Adeso s est depuis développé et est devenu une organisation africaine travaillant dans trois pays différents Kenya, Somalie et Soudan de Sud. Dans ces endroits divers, nous éduquons les populations sur les ressources nécessaires pour les communautés partenaires et travaillons à co-créer des solutions innovatrices et durables. Entre autres choses, nous étions les premiers à réaliser ce qui était alors considéré comme un programme de transfert de fonds à grande échelle en Somalie en Depuis lors, nous avons mis en place plus de 20 programmes de transfert de fonds dans la région. Nous avons mis en œuvre la majorité des programmes de façon indépendante mais également en partenariat avec Oxfam et Save the Children UK et maintenant Adeso désire partager nos expériences pratiques avec d autres organismes. En plus de ce Guide pratique sur les interventions monétaires, Adeso a publié un guide du formateur. Pour plus d informations sur Adeso, nos programmes monétaires et nos ressources, visitez notre site internet 2 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

5 Remerciements L initiative à l origine de ce manuel conçu par Adeso est le fruit de réflexions du personnel, de nombreuses discussions et consultations avec les parties prenantes, des évaluations externes et des leçons apprises au cours des cinq années de réalisation de projets d interventions monétaires en Somalie. Ce travail est le produit de nombreux mois de consultations et d apports techniques de la part d un large éventail d acteurs humanitaires. La Méthodologie de ciblage communautaire inclusif (CCI), qui est au cœur de ce manuel, a été développée par Ali Degan en collaboration avec Calum Maclean, Simon Narbeth, l équipe Adeso Pastoral Youth Leadership Program (Programme Adeso de leadership des jeunes pastoraux), en particulier Abdishakur Ali, Yusuf Khadra Ali, Abdirizak Isse Abdullahi (Sufi) Mohamed Hassan. Nous avons également utilisé des données de l Unité d Analyse de Sécurité Alimentaire et de Nutrition-Somalie (UASAN). Leur engagement dans le ciblage des bénéficiaires sur la base de la vulnérabilité nous a permis de développer, mettre à l essai et améliorer avec succès l approche CCI. Après avoir élaboré et utilisé la méthodologie CCI dans divers programmes d interventions monétaires, Adeso s est efforcé de concevoir ce manuel afin de solidifier et de partager cette méthodologie avec d autres acteurs humanitaires. Adeso tient à remercier sincèrement les consultants qui ont travaillé sur l essentiel de ce manuel, dont Fanta Touré et Tess Vall, sans oublier Laurianne Leca de l organisation Adeso. Nous tenons également à remercier Sophia Dunn qui a fourni des données supplémentaires et mis à jour la 1ère édition pour en créer cette version actuelle. Nous aimerions également remercier Dines Tony pour sa contribution à la conception du Guide du formateur de ce manuel et pour le matériel fourni. Nous adressons nos plus sincères remerciements à Oxfam Novib pour avoir soutenu le développement et l impression de la première édition de ce manuel. La deuxième édition a été élaborée et imprimée grâce au soutien de la Commission européenne (CE) et de l Agence Américaine pour le Développement International (AADI). Adeso est également reconnaissant envers les membres du comité bénévole d évaluation constitué de pairs qui, par le partage des commentaires et des rétroactions sur le projet initial de ce manuel, ont contribué à en améliorer la qualité. Il s agit notamment de Paul Harvey (Overseas Development Institute), Tilleke Kiewied (Oxfam Novib), Reginauld Cherogony (Adeso), Monica Blagescu et Emily Rogers (Humanitarian Accountability Partnership International-HAP), John Wanjohi (AFREC), Nisar Majid (consultant indépendant), Verity Johnson (Oxfam GB), Hillary Nussbaum (Adeso) et Parmjit Takhar (Oxfam Australie). Merci également à Marla Stone pour la révision des premières ébauches de la deuxième édition. Et finalement, un grand merci à Sharon Truelove, Pat Foley et Glenn Hughson pour la révision des documents définitifs Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

6 Sommaire Introduction 9 Partie 1 Aperçu général des interventions monétaires 12 Qu est-ce qu une intervention monétaire? 12 Types d interventions monétaires 13 Quand peut-on utiliser les interventions monétaires? 16 L utilisation des interventions monétaires par différents secteurs 16 La combinaison de différents types d interventions monétaires 18 Comprendre quelques principes directeurs 18 Partie 2 Evaluation 24 Quelles sont les données exigées d une évaluation? 24 Comment déterminer si une intervention monétaire est réalisable? 26 Méthodes de recueil et d analyse des données 26 Dans quels contextes les interventions monétaires sont-elles appropriées? 28 Conditions préalables pour la mise en place des interventions monétaires 29 Partie 3 - Planification 31 Étape 1 : Déterminer le type d intervention monétaire à mettre en œuvre 31 Etape 2 : Déterminer la valeur de la subvention et/ou le taux de rémunération des projets «ACT» 33 Étape 3: Déterminer la période de mise en œuvre 37 Étape 4 : Choisir un mode de paiement 37 Etape 5 : Comprendre les risques possibles inhérents au projet 40 Étape 6 : Recrutement et formation du personnel 43 Partie 4 Mise en œuvre 47 Le ciblage et l enregistrement des bénéficiaires 47 Étape 1 : Mobilisation communautaire 49 Etape 2: Mise en place d un comité 50 Étape 3: Elaboration des critères de ciblage 52 Étape 4 : Identification et inscription des bénéficiaires 53 Étape 5 : Vérification de la liste des bénéficiaires 53 Étape 6 : Production et distribution des cartes d identité 54 Étape 7 : Distribution des subventions en espèces / paiement des salaires 54 4 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

7 L utilisation de nouvelles technologies dans des mécanismes de transfert monétaire 56 Mécanismes de Plaintes 58 Mise en œuvre des projets d intervention monétaire 60 Identifier les microprojets appropriées 60 Achat de matériel 63 Etablir les normes de travail 64 Mise en œuvre des projets de coupons 66 Déterminer le type de coupon (Coupon à valeur ou coupon à provisions) 66 Conception du coupon 66 Sélection des commerçants 67 Foires 68 Le processus de remboursement de coupons 68 Le processus de paiement 68 Processus de rapprochement des coupons 69 Partie 5 - Suivi et évaluation 72 Partie 6 normes internationales 79 Conclusion 81 Bibliographie 82 Annexes 86 Liste des tableaux Tableau 1 : Trois principaux types d interventions monétaires 12 Tableau 2 : Avantages comparatifs de l utilisation des interventions monétaires 13 Tableau 3 : Quand utiliser les interventions monétaires? 15 Tableau 4 : Exemples de l utilisation des interventions monétaires par différents secteurs 15 Tableau 5 : Méthodes de collecte de données 27 Tableau 6 : Conditions préalables à l entreprise des interventions monétaires 28 Tableau 7 : Types principaux des interventions monétaires 31 Tableau 8 : Stratégies d atténuation de risques et des solutions possibles 41 Tableau 9 : Eventuelles questions pouvant découler et comment les aborder 55 Tableau 10 : Exemples de critères de sélection de microprojets 61 Tableau 11 : Ce qu il faut surveiller 73 Tableau 12 : Ce qu il faut évaluer Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

8 Liste des schémas Schéma 1 : Exemples de structure Adeso du personnel travaillant aux projets d interventions monétaires 43 Schéma 2 : Exemple Adeso de carte d identité du bénéficiaire (recto-verso) 53 Schéma 3 : Exemple de lien de cause à effet 59 Liste d encadrés Encadré 1 : Subventions indirectes en espèces aux bénéficiaires 13 Encadré 2 : Responsabilités des agences de transfert de fonds et de mise en œuvre 48 Encadré 3 : Nouvelles technologies pouvant être utilisées pour le paiement 48 Encadré 4 : Ciblage universel 47 Encadré 5 : Contexte de l approche CCI 47 Encadré 6 : Rôles et responsabilités des comités de secours du village (CSV) 51 Encadré 7 : Exemples de données permettant de déterminer le critère de sélection 52 Encadré 8 : L importance des formulaires d inscription des bénéficiaires 53 Encadré 9 : Qu est-ce qu un microprojet? 53 Encadré 10 : Exemples de moyens pour garantir la participation des femmes dans les projets «ACT» 63 Encadré 11 : Exigences minimums en matière de surveillance des projets d intervention monétaires 73 Liste des annexes Annexe 1 : Formulaire d inscription du bénéficiaire 85 Annexe 2 : Décharge de responsabilités des travailleurs occasionnels 86 Annexe 3 : Feuille de saisie des temps (feuille de présence) pour les activités «argent contre travail» 87 Annexe 4 : Feuille de paiement pour les projets «argent contre travail» 88 Annexe 5 : Quittances pour le paiement d argent liquide 89 Annexe 6 : Conception de la feuille de collecte de données pour les microprojets 91 Annexe 7 : Echantillon de cadre logique pour les programmes de subventions en espèces et pour les projets «argent contre travail» 92 6 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

9 Listes des Abréviations et sigles Adeso ACT AF BNF CCI CPM CTN DRC ECHO E-N FAO FEWSNET HR ID PFM LdA MoU MSF Non-BNF OCB OCDE-CAD OCHA ONG ONU Oxfam GB PAFU PAM PDI PNUD PRH PULSE PURVS RAARPAH SCE SIE S&E SMI STF ToR UASAN UE UN-OCHA USD VRC Solutions de Développement Africaines Argent contre travail Aide financière Bénéficiaire Méthode de ciblage communautaire inclusif Coût du panier minimum Centre thérapeutique de nutrition République démocratique du Congo Office de l aide humanitaire de la Commission européenne En nature Organisation des Nations Unies pour l aliment et l agriculture Système d alerte contre la famine Horn Relief Identification Partenariat de formation monétaire Lettre d accord Protocole d accord Médecins Sans Frontières Non-Bénéficiaire Organisations communautaires de base Organisation pour la coopération et le développement économique Comité d aide au développement Bureau de coordination des affaires humanitaires Nations Unies Organisation non gouvernementale Organisations des Nations Unies Oxfam Grande Bretagne Programme d aide financière d urgence Programme alimentaire mondial Nations Unies Personnes déplacées internes Programmes des Nations Unies pour le Développement Projet de responsabilité humanitaire Plan d urgence de lutte contre la sécheresse Projet d urgence de réduction de la vulnérabilité face à la sécheresse Réseau d apprentissage actif pour la responsabilité et la performance dans l action humanitaire Subventions conditionnelles en espèces Subvention inconditionnelle en espèces Suivi et évaluation Santé maternelle et infantile Société de transfert de fonds Termes de Référence Unité d analyse de sécurité alimentaire et de nutrition (Somalie) Union européenne Bureau de coordination des affaires humanitaires Nations Unies Dollar américain Comité d aide du Village Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

10 Introduction Les interventions monétaires sont de plus en plus reconnues par les donateurs internationaux et les agences humanitaires comme une réponse adaptée aux situations d urgence lorsque cela est faisable et approprié. Les interventions monétaires ont souvent pour objectif de «répondre aux besoins immédiats en denrées alimentaires et non alimentaires» ou de «soutenir la reprise des moyens de subsistance». Toutefois, elles sont également de plus en plus utilisées par d autres secteurs pour répondre à tout un éventail d objectifs. Quelle que soit l objectif visé, les interventions monétaires s efforcent d augmenter le pouvoir d achat des bénéficiaires en leur permettant de subvenir à leurs propres besoins. Les projets d interventions monétaires sont aujourd hui reconnus dans le manuel SPHERE «Normes Minimales applicables à la réactivité aux catastrophes» dans le chapitre «Sécurité alimentaire, nutrition et aide alimentaire». Ce manuel met en exergue l expérience Adeso et a pour mission d aider les travailleurs humanitaires à entreprendre les interventions monétaires de manière efficace et appropriée. Adeso a d abord entrepris des interventions monétaires pour répondre à une crise de grave sécheresse en Somalie en En raison de la crise humanitaire endémique en Somalie et d une situation d insécurité alimentaire chronique dans ce pays, Adeso a poursuivi ses projets d intervention monétaire de manière faisable et appropriée. Par conséquent, Adeso a mis en place des combinaisons d interventions monétaires ; des projets «argent contre travail», des subventions en espèces, des projets de distribution de coupons et de protection sociale. Depuis ses débuts modestes en Somalie, Adeso est aujourd hui un organisme africain avec une présence dans trois pays différents, au Kenya, en Somalie et au Soudan du sud. Pour garantir un ciblage efficace des bénéficiaires, c est-à-dire, faire en sorte que les ménages bénéficiaires sont ceux qui sont les plus vulnérables ou ceux-là touchés par la plus grande insécurité alimentaire, Adeso a adopté une approche de ciblage communautaire inclusif (CCI) qui s est déjà révélée comme une méthode de ciblage efficace. Ce manuel cherche à souligner l approche de ciblage communautaire inclusif (CCI) et à faire découvrir les bonnes pratiques à adopter. L approche Adeso ne se limite pas qu aux praticiens en Somalie ou en Afrique orientale, le contexte complexe d urgence de la Somalie pourrait servir d étude de cas pour d autres contextes humanitaires. Ce manuel est basé sur l hypothèse que les interventions monétaires relèvent de plusieurs types d interventions utilisées dans en contextes d urgence et qui peuvent se révéler tout aussi important. La réalité commune c est que ce n est pas toutes les organisations qui seront amenées à mettre en œuvre des interventions d urgence dans les communautés avec lesquelles elles ont déjà établi des relations. Il ne s agit pas d une approche universelle en matière de mise en œuvre des projets d interventions monétaires: le projet doit tenir compte des différences sociales, économiques, culturelles et politiques au sein et entre les régions ainsi que des relations qu entretient l agence avec la communauté. Le manuel met en lumière certains problèmes pratiques auxquels sont confrontés par les équipes de mise en œuvre à travers le monde. Il vise à aider les équipes travaillant sur les projets d interventions monétaires en cherchant à améliorer leurs propres programmes et à être davantage en mesure de traiter les questions auxquelles elles seront confrontées dans leur 8 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

11 propre contexte. Ce manuel est un guide pratique de mise en œuvre. Il explique les étapes à entreprendre lors de l entreprise des programmes d interventions monétaires en fonction du «Cycle de projet». Il expose les principes directeurs qui sont au cœur de l approche Adeso et de l action humanitaire en général, fournit des méthodes d atténuation des risques tout en proposant des solutions possibles aux problèmes de terrain communs. Le manuel est divisé en cinq parties : Partie 1 : Vue d ensemble des projets d intervention monétaire - donne un bref aperçu de ce qu impliquent les projets d interventions monétaires, différents types des programmes d interventions monétaires, pourquoi et quand on peut utiliser telle intervention dans des situations d urgence. Cette partie expose les principes directeurs qui doivent servir de base pour la planification et la mise en œuvre des ces interventions. Peut-être qu il faut également mentionner que cette partie permet de développer une compréhension conceptuelle des interventions monétaires. Section 2 : Evaluation - cette partie explique les conditions préalables à la mise en œuvre des projets d intervention monétaire ainsi que les données nécessaires à l évaluation des conditions existantes. Cela permettra aux agences humanitaires de déterminer si les interventions monétaires sont appropriées et réalisables. Partie 3 : Planification - cette étape prescrit les processus essentiels minimaux nécessaires pour la planification. Elle décrit les principes directeurs d Adeso sur la reddition de comptes, l inclusion de femmes et de groupes minoritaires, la dignité des parties prenantes, l habilitation, la transparence et la participation communautaire. Elle explique comment déterminer le montant des subventions en espèces, le calendrier et la stratégie à adopter. Partie 4 : Mise en œuvre - décrit les étapes impliquées dans la mise en œuvre des projets d intervention monétaire tout en mettant un accent particulier sur l approche du ciblage communautaire inclusif. Elle couvre à la fois les subventions en espèces, les projets «argent contre travail» et donne des conseils pratiques qui aideront à identifier le mécanisme approprié de transfert d argent, de dotation en personnel, du processus de ciblage, du processus de distribution, des stratégies d atténuation des risques et de la promotion de la participation des femmes. Partie 5 : Suivi et évaluation - cette partie fournit des principes directeurs fondamentaux pour le développement des mécanismes de surveillance et des indicateurs d évaluation pour l entreprise des activités supplémentaires. Bien qu il y ait un chapitre consacré essentiellement à cet aspect, le processus de suivi et d évaluation doit être entrepris dès l étape de planification. Section 6 : Normes internationales - cette partie fournit une compréhension de base des normes internationales pertinentes aux opérations d interventions monétaires. Pour plus d information; en fin de chaque chapitre se trouve la bibliographie Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

12 Crédit de photo: Daniel Gerstle ( Adeso) 10 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

13 Partie 1 Aperçu général des interventions monétaires Qu est-ce qu une intervention monétaire? Les interventions monétaires (également connu sous le nom des transferts en espèces) présentent un mécanisme permettant de fournir des ressources à une population sous forme d espèces ou de quasi-espèces (coupons). Les interventions monétaires peuvent également fournir une source de revenus. Dans un contexte d urgence, elles peuvent être complémentaires à des projets de prestation d aide en nature, tels que la distribution d aide alimentaire ou la fourniture de produits non alimentaires tels que du matériel pour la construction d abris. Comme les autres forme d aide, les interventions monétaires ont leurs avantages et des inconvénients. Parfois, il est possible de combiner les interventions monétaires et d autres formes d aide nonfinancière, le cas échéant. Crédit de photo: Tugela Ridley ( Adeso) Les interventions monétaires peuvent répondre aux mêmes besoins que d autres types de mécanismes d intervention d urgence tant que les produits nécessaires soient disponibles sur le marché (denrées alimentaires et non alimentaires). Elles peuvent être mises en œuvre pour répondre aux situations d urgence provoquées par de catastrophes naturelles ; inondations, sécheresse, insécurité alimentaire épisodique et chronique suite à des conflits ou pauvreté prolongé(e). Elles peuvent remplir tous ou quelques-uns des objectifs suivants: Répondre aux besoins de base tels que l approvisionnement en eau, abris, aliments et médicaments; Améliorer l accès aux services sociaux spécifiques tels que les soins de santé et l éducation; Répondre aux besoins en logement et en autres articles non alimentaires; Rétablir ou protéger des moyens de subsistance; Fournir des incitations, démobiliser, désarmer et réintégrer des soldats. Bien que l aide alimentaire et d autres formes d aides non alimentaires puissent fournir un mécanisme efficace d intervention d urgence et qu elles continuent à être très sollicitées dans les activités humanitaires, il y a toutefois des situations où elles ne peuvent pas fournir de réponse appropriée Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

14 L exemple Adeso: Dans le contexte traditionnel en Somalie, l octroi de crédit est un mécanisme essentiel d adaptation. Les ménages pastoraux et agro-pastoraux sont souvent obligés de s endetter pour satisfaire leurs besoins de base alimentaires et non alimentaires tels que l approvisionnement en eau, en nourriture, achat de semences, etc. Le remboursement ne s effectue qu une fois le bétail est vendu, ou que les cultures sont récoltées. Un faible pouvoir d achat dû à la perte de revenus ou d actifs ou résultant de l augmentation des dépenses peut entraîner des niveaux d endettement élevés au sein des ménages pauvres. Des niveaux élevés d endettement dans une communauté peuvent à leur tour conduire à l effondrement du système de crédit. Les interventions monétaires peuvent subséquemment aider à revitaliser ce système. Suite à l évaluation du premier projet d intervention monétaire mené par Adeso en Somalie (mis en œuvre sous le nom de Horn Relief 2003), il en ressort clairement que l intervention est parvenue à aider les bénéficiaires à hiérarchiser leurs besoins et leur a donné la capacité de s approvisionner en denrées alimentaires, eau, bétail et médicaments. Et plus important encore, l évaluation a révélé que les interventions monétaires aident au rétablissement des mécanismes d adaptation sociale par le biais de crédits renouvelables. Le projet a également revitalisé l économie locale en facilitant la réouverture des petits commerces. Types d interventions monétaires Il existe trois principaux types d interventions monétaires : Subventions en espèces (conditionnelles ou inconditionnelles) Projets «argent contre travail» Distribution de coupons (coupons d achat ou de provisions) Même si en principe, les projets «argent contre travail» sont, en principe, des subventions conditionnelles en espèces (le paiement est effectué à l achèvement des travaux), ils sont souvent classés en catégorie séparée en raison de la nature communautaire du travail requis. La plupart des subventions conditionnelles en espèces sont fournies à des individus ou à des groupes d individus. Chacun de ces types d intervention est décrit ci-dessous: Tableau 1 : Les trois principaux types d intervention monétaires Subventions inconditionnelles en espèces On donne des subventions aux bénéficiaires sans conditions, exigence de travail ou sans aucune attente de remboursement. Ce paiement vise normalement les populations les plus vulnérables ou les personnes en butte à l insécurité alimentaire et a pour but de répondre à leurs besoins de base ou à tout autre besoin éventuel après une urgence 12 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

15 Subventions conditionnelles en espèces (y compris les programmes «argent contre travail») Distribution de coupons Subventions conditionnelles en espèces Permettent de fournir des subventions aux bénéficiaires moyennant une contrepartie. Par exemple, SOIT le bénéficiaire doit se rendre à un centre médico-social SOIT l argent octroyé est utilisé pour un but spécifique, par exemple pour acheter du bétail ou démarrer une affaire Programmes «argent contre travail» : Des salaires en espèces sont versés aux bénéficiaires en échange de leur participation à des projets de travaux. Adeso aime bien les microprojets au niveau communautaire alors ces projets de travaux ont généralement un avantage communautaire. es coupons peuvent, soit indiquer un montant en espèces soit des produits spécifiques ou des services contre lesquels le coupon peut être échangé. Les coupons d achat et les coupons de provisions sont conçus pour être échangés dans des magasins, chez des commerçants/fournisseurs de service présélectionnés ou aux foires spécifiquement organisées. Ces coupons ont pour objectif intentionnel de restreindre les bénéficiaires dans leur choix des marchandises. Autre types d interventions monétaires: Dispense des frais constitue un moyen de réduire les dépenses encourues par le bénéficiaire. L agence fournit des fonds directement à une école ou à un fournisseur de services de santé (ou à tout autre service), permettant ainsi au bénéficiaire d utiliser le service gratuitement. L argent qu auraient dépensé les bénéficiaires peut alors être affecté ailleurs. Protection/aide sociale : Fournit des subventions en espèces (ou un soutien non financier) à long terme à des groupes vulnérables. Cette intervention fournit aux bénéficiaires au moins un niveau minimal de soutien pour que ceux-ci puissent subvenir à leurs besoins de base et pour éviter qu ils tombent dans la misère. Soutien financier indirect : Il s agit d apporter de l aide financier à quelqu un d autre qu aux bénéficiaires de façon à les soutenir indirectement. Par exemple, donner de l argent aux commerçants pour que ceux-ci puissent s approvisionner en marchandises dont les bénéficiaires ont besoin. (Il faut également donner de l argent aux bénéficiaires pour qu ils puissent s acheter ces marchandises). (Encadré 1) Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

16 Encadré 1: Soutien financier indirect aux bénéficiaires En plus de toutes les formes de soutien décrites dans le tableau 1, étant toutes des formes de soutien direct aux bénéficiaires, on peut également utiliser des subventions en espèces pour fournir un soutien indirect On fournit généralement un soutien indirect pour permettre à d autres personnes dans la communauté d apporter toute assistance possible afin d aider les bénéficiaires du projet. On fournit des subventions en espèces à des entreprises ou à des services essentiels aux bénéficiaires concernés par la situation d urgence. Étant donné que les entreprises ou les services ont également été touchés par la même catastrophe que les bénéficiaires, ceux-ci ne seront pas en mesure de fonctionner sans soutien, aggravant davantage la situation de ces derniers. On pourrait, à titre d exemple, subventionner la reconstruction des écoles après un tremblement de terre, de sorte que les bénéficiaires puissent avoir accès à l éducation ou fournir des liquidités aux commerçants afin qu ils puissent reconstituer leurs stocks et fournir les produits dont ont besoin les bénéficiaires. Le soutien indirect se fait habituellement en combinaison avec un soutien direct aux bénéficiaires. Tableau 2: Avantages comparatifs de l utilisation des interventions monétaires Flexibilité, autonomisation et dignité des bénéficiaires Réduction des coûts de mise en œuvre Les transferts inconditionnels monétaires permettent de renforcer les capacités des bénéficiaires pour que ceux-ci puissent identifier, prioriser et subvenir à leurs propres besoins. C est une intervention plus appropriée et plus digne que l aide non financière. Il permet aux bénéficiaires de subvenir à une grande variété de besoins alors que le soutien non-financier n aide qu à répondre à un besoin particulier. De façon générale, les interventions monétaires exigent une faible composante logistique que celui du soutien non financier, ce qui se traduit par des coûts de mise en œuvre réduits. Le principal coût encouru pour les interventions monétaires n est que les frais de transfert que les agences d exécution doivent payer à des sociétés de transfert d argent (le cas échéant) ou les frais de service exigés par des banques ou des compagnies de téléphone. D après notre expérience à Adeso, ces frais vont de 6% à 10% du montant total des subventions en espèces à distribuer. Ces frais constituent généralement un montant nettement inférieur au coût, y compris les coûts du personnel, d achats, de stockage, de transport et de la distribution d autres types de biens sur le terrain. Dans certains contextes où il existe un approvisionnement du marché solide, les interventions monétaires peuvent s avérer plus rentables que d autres formes d aide non-financière. 14 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

17 Effet multiplicateur sur l économie Les effets multiplicateurs sur l économie permettront de stimuler une reprise durable de l économie locale. Vu que les bénéficiaires sont en mesure de rembourser leurs dettes ou de s approvisionner en denrées alimentaires et non alimentaires de base, cet argent est diffusé directement dans l économie locale, bénéficiant les non-participants tels que les commerçants locaux, propriétaires de magasins ou d autres prestataires de services (par exemple les artisans constructeurs de maison). En outre, l augmentation de la demande déclenche souvent le transfert des produits alimentaires des zones à excédent vivrier vers des zones à déficit vivrier. Et, par opposition à l aide alimentaire, les interventions monétaires sont peu susceptibles d avoir un effet dissuasif potentiel sur la production agricole et de générer l emploi salarié pour l économie locale. En plus, les effets multiplicateurs sur l économie stimulera la reprise à long terme de la communauté. Mise en œuvre rapide Problématique hommes-femmes et intra-ménages Sécurité Les transferts en espèces peuvent être rapidement alloués aux communautés une fois que les communautés identifiées et inscrites. Cela permet aux agences de répondre aux besoins des bénéficiaires lorsque ceux-ci en ont le plus besoin. Il est important de déterminer la personne qui, au sein du ménage sera bénéficiaire des subventions monétaires. Cela dépendra des processus décisionnels dominants au sein du ménage quant à savoir si les hommes et les femmes conviennent conjointement ou indépendamment sur la façon dont sera dépensé l argent. D une façon générale, les agences doivent cibler de plus en plus les femmes comme bénéficiaires lorsqu elles cherchent à assurer la sécurité alimentaire des ménages. Des liquidités supplémentaires au sein du ménage aident à réduire la tension entre les hommes et les femmes. Dans les zones sujettes aux conflits, toute l aide fournie (aide financière et non financière) risque d être détournée. Les interventions monétaires sont donc plus sûres car il faut beaucoup moins de temps de transit que les aides en nature et en plus, une fois distribué, il est plus facile aux ménages de cacher l argent Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

18 Quand peut-on utiliser les interventions monétaires? Tableau 3: Quand utiliser les interventions monétaires? Quand Contexte préalable au sinistre Les étapes initiales d une catastrophe Période de rétablissement ou de transition Lors de situations de crises permanentes / chroniques En périodes de conflits Pourquoi? En préparation à un tremblement de terre prévisible ou dans le cadre d un programme de réduction des risques de catastrophe. Des subventions saisonnières en espèces (par exemple, en période de soudure ou disette) peuvent empêcher l utilisation de stratégies d adaptation destructrices et permettent la rétention des actifs de subsistance en période de transition. Répondre aux besoins alimentaires et non alimentaires de base, aux besoins en revenus, protéger/remettre en état les moyens de subsistance ou fournir des abris. Aider à rétablir/soutenir les moyens de subsistance et / ou fournir un abri ou les possibilités d emploi à court terme au profit de la communauté. Pour contribuer à la lutte contre la pauvreté, favoriser la transition de l aide humanitaire à l aide sociale, répondre aux besoins alimentaires et non alimentaires essentiels et renforcer/mettre en place les moyens de subsistance. Pour répondre aux besoins immédiats et contribuer au renforcement ou à la remise en état des moyens de subsistance. Source : Lignes directrices CICR / IFRC L utilisation des interventions monétaires par différents secteurs Les programmes d intervention monétaires ont été établis comme une alternative à l aide alimentaire. C est donc des programmes qui ont vu le jour dans le secteur de la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance. Depuis lors, un certain nombre d autres secteurs humanitaires et de développement utilisent les interventions monétaires pour atteindre les objectifs de leurs programmes. Aujourd hui, les interventions monétaires sont utilisées dans tous les secteurs - non seulement par le secteur de sécurité alimentaire et celui des moyens de subsistance, mais également ceux de l approvisionnement en eau, assainissement et hygiène (WASH), éducation, nutrition, santé, réinsertion / délocalisation pour n en citer que quelques-uns. Voici quelques exemples montrant comment différents secteurs utilisent les interventions monétaires. 16 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

19 Tableau 4: Exemples de l utilisation des interventions monétaires par différents secteurs Secteur Sécurité alimentaire et moyens de subsistance Soutien du marché Eau, assainissement et hygiène (WASH) Exemples de l utilisation d interventions monétaires Fournir des subventions inconditionnelles en espèces tout de suite après la phase d urgence pour aider les gens à satisfaire leurs besoins alimentaires et non alimentaires de base. Fournir des coupons pour leur permettre de s approvisionner en produits de base pendant les périodes de forte inflation de sorte que les gens aient accès à des produits alimentaires de base Mettre en œuvre les projets «argent contre travail» afin que les personnes aient des revenus de soutien temporaires pour l achat de leurs besoins alimentaires et autres besoins Fournir des espèces (ou des coupons) pour permettre aux pasteurs d acheter du bétail Fournir des subventions en espèces (ou coupons) afin que les agriculteurs puissent acheter des intrants agricoles Fournir des subventions en espèces (ou coupons) pour soutenir d autres d actifs de subsistance Mise en œuvre de projets de bons pour la mouture pour soutenir les petits agriculteurs Aider à la récupération du marché des chocs par le biais des interventions indirects sur le marché (par exemple, subventions, prêts ou garanties de prêts pour aider la récupération de transporteurs, le rétablissement des installations de stockage et aider d autres acteurs du marché soit à réparer ou à se réapprovisionner.) Mise en œuvre des projets «argent contre travail» pour construire / rénover les sources d eau communautaires Fournir des subventions en espèces (ou coupons) aux ménages pour acheter de l eau potable au lieu de mettre en œuvre des projets d approvisionnement en eau par camion Fournir des subventions en espèces (ou coupons) aux pasteurs ou agriculteurs de façon à ce qu ils puissent avoir accès à l eau pour l abreuvement du bétail ou irrigation Fournir des subventions en espèces (ou coupons) aux ménages pour acheter du matériel et trousses d hygiène de base (savon et jerricanes) Fournir du soutien financier aux structures et infrastructures communautaires pour l entretien des ressources en eau de la munauté Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires

20 Education Nutrition Fournir des dispenses de frais pour assurer que les enfants aillent à l école sans avoir à payer. Fournir des subventions en espèces (ou coupons) aux ménages pour acheter des livres et du matériel scolaires Mise en œuvre des projets «argent contre travail» pour la construction ou rénovation des écoles Fournir un appui en espèces ou sous formes de coupons pour soutenir les frais de transport scolaire Fournir des coupons pour permettre aux ménages d acheter des aliments frais ou d autres produits alimentaires hautement nutritifs (souvent, en complément des rations sèches distribuées par le PAM) Santé Fournir une dispense de frais aux ménages afin que les membres de famille puissent accéder aux services de santé sans avoir à payer Fournir un appui en espèces (ou sous forme de coupons) afin que les ménages puissent accéder à des soins de base de santé Mise en œuvre des projets «argent contre travail» pour construire ou rénover des installations de santé Réinstallation / réintégration Fournir des subventions en espèces aux réfugiés pour leur permettre de rentrer chez eux Fournir des subventions en espèces aux personnes déplacées pour leur permettre de s installer ailleurs La combinaison de différents types d interventions monétaires Il est de plus en plus fréquent de combiner différents types d interventions monétaires, soit avec de l appui non financier ou avec d autres formes d interventions monétaires afin de fournir une assistance optimale aux bénéficiaires. Voici quelques combinaisons possibles : Combiner les approches en nature et en espèces - peut-être avec la distribution de vivres et de biens non alimentaires immédiatement après une crise alors que le marché tente de répondre et ensuite stimuler le marché à l aide des transferts en espèces. Combiner différents types d interventions monétaires. Par exemple, mettre en place des programmes «argent contre travail» pour les ménages en mesure de travailler et ne réserver les subventions en espèces qu aux ménages dont la capacité de travail est limitée (ou n étant pas en mesure de travailler). Combiner des interventions monétaires différentes dans le même projet à des moments différents, par exemple, l octroi immédiat de subventions inconditionnelles en espèces (parce qu elles sont rapides à mettre en œuvre et que les besoins des bénéficiaires sont 18 Un Guide Pratique Pour La Mise En Oeuvre Des Interventions Monétaires 2012

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning.

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning. COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : CONDITIONS PRÉALABLES... 2 DESCRIPTION

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux Cadre de travail Avec le soutien d ECHO, ACF a publié au second semestre 2012 une série de fiches techniques pour aider

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Lignes directrices sur les programmes de transferts monétaires

Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Lignes directrices sur les programmes de transferts monétaires Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge Lignes directrices sur les programmes de transferts monétaires CICR et Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire.

ACTED. Bien que les guerres soient officiellement terminées, il persiste des conflits localisés à l Est du territoire. Chargé de Logistique RDC Closing date: 04 Sep 2015 I. ACTED ACTED ACTED est une association de solidarité internationale française qui a pour vocation de soutenir les populations vulnérables de par le

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010

MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 MALNUTRITION DES ENFANTS AU SAHEL (AFRIQUE) APRIL 2010 On sait avec certitude que des dizaines de milliers de familles vivant dans la partie ouest du Sahel sont en situation d extrême détresse à cause

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé INFORMATIONS GÉNÉRALES Termes de référence créés/mis à jour le 13 janvier 2015 Titre Secteur Lieu d affectation (ville, pays) Durée de l affectation Juriste associé

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR LE BIAIS DE CARTES

TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR LE BIAIS DE CARTES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR LE BIAIS DE CARTES GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE :

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Core Humanitarian STANDARD. Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité

Core Humanitarian STANDARD. Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité Core Humanitarian STANDARD Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité Document publié par : HAP International, People In Aid, le Projet Sphère et le Groupe URD. Première édition : 2015

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Cadre de Redevabilité Humanitaire

Cadre de Redevabilité Humanitaire CARE International Cadre de Redevabilité Humanitaire Déclaration de Principe Version pilote, février 2010 Déclaration de principe...2 Note d Orientation...5 a. Introduction...5 b. Les critères humanitaires...7

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Le Réseau de Systèmes d Alerte Précoce contre la Famine Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Ouagadougou, Burkina Faso 18-20 Novembre 2013 Plan A. Qu est-ce que FEWS NET? B. Les

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/information-grantees

Plus en détail

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Michael Dickmann Emma Parry Ben Emmens Christine Williamson Septembre 2010 People In Aid Cranfield University, School of Management

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE

SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE SOMMAIRE STANDARDS MINIMUMS POUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE DANS L'INTERVENTION HUMANITAIRE Veuillez trouver ci-après la version sommaire des Standards Minimums pour la protection de l enfance dans l intervention

Plus en détail

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE

PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE PARTENAIRE COMMERCIAL DE MSD CODE DE CONDUITE «Nos valeurs et nos règles» pour nos partenaires commerciaux Code de conduite pour le partenaire commercial de MSD [Édition 1] MSD est engagée dans une démarche

Plus en détail

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Juin 2010 Paula Bilinsky Anne Swindale FANTA FHI 360 1825 Connecticut

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Introduction. Sept composantes clés de la planification de S&E

Introduction. Sept composantes clés de la planification de S&E Introduction Ce numéro de Short Cuts a pour objectif de donner les directives concises nécessaires pour élaborer un système complet de suivi et d évaluation (S&E) pour les programmes internationaux d aide

Plus en détail

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B

Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B Feuille d information sommaire 3 : Attribution des dépenses de financement au formulaire T3010B L information suivante est organisée de façon à aider les organismes de bienfaisance à indiquer les dépenses

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Baux agricoles ISSN 1812-318X

Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ORGANIZATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Rome, 2004 Baux agricoles Préface Les Notes sur les régimes fonciers publiées par la FAO

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL

OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL OUTIL D AUTOEVALUATION DU DEVELOPPEMENT ORGANISATIONNEL Introduction Le module répond à un besoin réel des membres du réseau Youth to Youth (Jeunes pour Jeunes) afin des les aider à faire face aux entraves

Plus en détail

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti LEG/SGO-HA-37219927 ANNEXE Le Projet Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti I. Objectif 1.01 Les objectifs généraux du Projet sont d appuyer les objectifs suivants du Plan Opérationnel de

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Pompes à eau potable solaires pour les communautés

Pompes à eau potable solaires pour les communautés Étude de cas 6, 03 2013 Pompes à eau potable solaires pour les communautés Sujet Camp de réfugiés IFO-II de Dadaab Lieu Comté de Garissa, au nord-est du Kenya Application Surface Eau potable et eau d'assainissement

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

SCHEMA POUR LE RAPPORT FINAL DU (CO-)FINANCEMENT

SCHEMA POUR LE RAPPORT FINAL DU (CO-)FINANCEMENT SCHEMA POUR LE RAPPORT FINAL DU (CO-)FINANCEMENT (s appliquant aux projets d aide d urgence, de réhabilitation/ reconstruction et de prévention/ réduction des risques et de résilience) Le rapport final

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Centre d Appel «Tukinge Watoto»

Centre d Appel «Tukinge Watoto» RAPPORT ANNUEL 2014 INTRODUCTION Les violations des droits de l enfant continuent à être régulières dans l ensemble de la République Démocratique du Congo (RDC). L impact des conflits armés sur les enfants

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action Formation à distance pour renforcer les compétences et répondre aux exigences de formation des réseaux et des systèmes d information

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS

TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS TERMES DE REFERENCE POUR CONSULTANTS ET PRESTATAIRES INDIVIDUELS Titre: Gestionnaire de projet Type de contrat: SSA Période de la consultation: 8 mois (Février Septembre 2014) Niveau proposé: NOC Section:

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc

Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc Atelier de Tunis 14-15 septembre 2010 Contribution de l Association ESPACE RURAL Oasis Tarmguiste Maroc L Adaptation de l agriculture oasienne face aux impacts du changement climatique, à travers la restauration

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

FACTEURS AFFECTANT L OPTIMISATION DES COÛTS DES TRANSFERTS ÉLECTRONIQUES DANS LES PROGRAMMES HUMANITAIRES

FACTEURS AFFECTANT L OPTIMISATION DES COÛTS DES TRANSFERTS ÉLECTRONIQUES DANS LES PROGRAMMES HUMANITAIRES FACTEURS AFFECTANT L OPTIMISATION DES COÛTS DES TRANSFERTS ÉLECTRONIQUES DANS LES PROGRAMMES HUMANITAIRES Photo: Oxfam The Cash Learning Partnership FACTEURS AFFECTANT L OPTIMISATION DES COÛTS DES TRANSFERTS

Plus en détail

ABA GRANGOU. 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012

ABA GRANGOU. 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012 ABA GRANGOU La Vision du Président, partagée par la Première Dame, est de voir que chaque Haïtien arrive enfin à s'alimenter sainement trois fois par jour 7 Mois après le lancement du 24 Janvier 2012 Préparé

Plus en détail

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE

LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE LE PROGRAMME D AUTO ASSISTANCE DE L AMBASSADE DOSSIER DE DEMANDE UN INSTRUMENT POUR APPUYER LES INITIATIVES LOCALES PAR LES COMMUNAUTES POUR

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL.

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL. COMMISSION DE L UNION AFRICAINE REPUBLIQUE DU SENEGAL ---------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TABLE RONDE DES

Plus en détail

BETTERTHANCASH. La mise en œuvre d une aide alimentaire sous forme de paiements électroniques au Kenya : Étude de cas : le Kenya HIGHLIGHTS

BETTERTHANCASH. La mise en œuvre d une aide alimentaire sous forme de paiements électroniques au Kenya : Étude de cas : le Kenya HIGHLIGHTS BETTERTHANCASH A L L I A N C E Empowering People Through Electronic Payments Étude de cas : le Kenya HIGHLIGHTS Mars 2014 La mise en œuvre d une aide alimentaire sous forme de paiements électroniques au

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Planification de projet/programme Manuel d orientation

Planification de projet/programme Manuel d orientation Planification de projet/programme Manuel d orientation stratégie2020 Stratégie 2020 exprime la volonté collective de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix- Rouge et du Croissant-Rouge de

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Programme de Réponse à la Crise Alimentaire Mondiale. Examen des leçons apprises

Programme de Réponse à la Crise Alimentaire Mondiale. Examen des leçons apprises ProgrammedeRéponseàla CriseAlimentaireMondiale Examendesleçons apprises Introduction La flambée des prix alimentaires qui a fait les gros titres en 2007 2008 a également posé de sérieux défis d intervention

Plus en détail

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA

ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA ANNULATION DE LA DETTE EXTÉRIEURE POUR LES PAYS TOUCHÉS PAR LA MALADIE À VIRUS EBOLA Janvier 2015 Annulation de la dette extérieure pour les pays touchés par la maladie à virus Ébola ANNULATION DE LA

Plus en détail

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants :

Sujets Afin d aborder des sujets d actualité, les organisateurs de la conférence lancent un appel à propositions sur les sujets suivants : 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance, www.microinsuranceconference.org/2012 La 8 e Conférence internationale sur la micro-assurance aura lieu du 6 au 8 novembre 2012 à Dar es Salam, en

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE»)

Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Crédits d impôt pour la recherche scientifique et le développement expérimental («RS&DE») Aperçu du programme et occasions à saisir Pascal Martel Yara Bossé-Viola 8 octobre 2014 Objectifs Objectifs du

Plus en détail

Cadre de la Fédération internationale relatif à la résilience des communautés

Cadre de la Fédération internationale relatif à la résilience des communautés Cadre de la Fédération internationale relatif à la résilience des communautés 1 2 La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (Fédération internationale) est le plus

Plus en détail