Cadre de Développement de la Stratégie Nationale de Protection Sociale en Côte d Ivoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cadre de Développement de la Stratégie Nationale de Protection Sociale en Côte d Ivoire"

Transcription

1 Cadre de Développement de la Stratégie Nationale de Protection Sociale en Côte d Ivoire Tome 2 Une première analyse du rôle, de l impact, des coûts et de la faisabilité de diverses options de programmes de transferts sociaux monétaires... Janvier 2012

2 CADRE DE DÉVELOPPEMENT DE LA STRATÉGIE NATIONALE DE PROTECTION SOCIALE EN CÔTE D IVOIRE Tome 2 Une première analyse du rôle, de l impact, des coûts et de la faisabilité de diverses options de programmes de transferts sociaux monétaires Janvier 2012

3

4 AVANT-PROPOS / AVIS AUX LECTEURS Cette étude a été conduite entre juin et décembre 2011 par une équipe d Oxford Policy Management (OPM) composée de Anthony Hodges, Clare O Brien, Luca Tiberti, Cécile Cherrier et Nils Riemenschneider, sous la direction d un Comité de Pilotage interministériel, avec l appui financier du Fonds des Nations Unies pour l Enfance (UNICEF). Les auteurs sont très reconnaissants de l appui apporté par les divers ministères concernés, qui leur ont accordé des entretiens et qui ont mis à leur disposition la documentation et les données statistiques utilisées dans cette étude. Les auteurs remercient aussi tous les participants aux deux ateliers nationaux qui ont eu lieu en août et décembre 2011 dans le cadre de cette étape préliminaire de réflexion et d analyse si importante pour assurer le bien-fondé des orientations stratégiques du dispositif futur de protection sociale dans le pays. Les opinions exprimées dans le rapport sont celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue du Gouvernement de la Cote d Ivoire ni de l UNICEF. I

5

6 TABLE DES MATIÈRES Liste des encadrés, figures et tableaux Sigles et acronymes Préface Résumé exécutif IV V VII IX 1. Introduction Développement de la Stratégie Nationale de Protection Sociale Pourquoi les transferts sociaux monétaires? Structure du rapport 3 2 Méthodologie de l étude Types d analyse employés Les options de politique retenues pour l analyse 5 3 Analyse des options de programme de transferts sociaux monétaires Pertinence des options Couverture de la population Efficience du ciblage Impacts sur le niveau de consommation et la pauvreté monétaire Impact sur la fréquentation scolaire, le travail des enfants et l utilisation des services sanitaires Coûts, coût/efficacité et faisabilité budgétaire Faisabilité administrative des options et défis institutionnels 27 4 Conclusion 30 Références bibliographiques 36 Annexe 1 Note méthodologique sur les simulations 37 Tableau A Tableau B Résultats du modèle de test de revenu par approximation (PMT) pour le 1 er ciblage du 1 er quintile 39 Résultats du modèle de test de revenu par approximation (PMT) pour le ciblage du 1 er décile 40 Annexe 2 Méthodes de ciblage 41 III

7 Liste des encadrés LISTE DES ENCADRÉS, FIGURES ET TABLEAUX Encadré 1 Qu est-ce que l espace budgétaire? 26 Encadré 2 Implications relatives à la situation de l état civil pour la mise en œuvre d un programme de transferts sociaux 29 Liste des figures Figure 1 Erreurs de ciblage économique au moyen de PMT (%) 13 Figure 2 Dépenses mensuelles de consommation par tête (moyennes par décile en FCFA), Figure 3 Impact sur les dépenses de consommation par tête des ménages bénéficiaires, par décile (%) 16 Figure 4 Impact des programmes sur l écart de pauvreté au niveau de l ensemble de la population (%) 18 Figure 5 Scénario d expansion progressive d un programme HIMO et de transferts au 1er décile 25 Figure 6 Coût/efficacité des programmes 27 Liste des tableaux Tableau 1 Spécifications des options de programmes simulées 6 Tableau 2 Distribution de la population par tranche d âge et décile de consommation, Tableau 3 Nombre de bénéficiaires par type de transfert 12 Tableau 4 Taux d exclusion et d inclusion par rapport au 1 er quintile de la population 14 Tableau 5 Impact sur les dépenses de consommation par tête des ménages bénéficiaires, par décile (%) 15 Tableau 6 Impact sur la pauvreté monétaire des ménages bénéficiaires (%) 16 Tableau 7 Impact sur la pauvreté des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées (%) 17 Tableau 8 Impact sur les dépenses de consommation par tête de l ensemble de la population, par décile (%) 18 Tableau 9 Impact des programmes sur la pauvreté monétaire au niveau de l ensemble de la population (%) 19 Tableau 10 Impacts des options sur la fréquentation scolaire et le travail des enfants : enfants de 6 à 10 ans vivant dans les ménages bénéficiaires 20 Tableau 11 Impacts des options sur la fréquentation scolaire et le travail des enfants : enfants de 11 à 14 ans vivant dans les ménages bénéficiaires 21 Tableau 12 Impacts des options sur la consultation de services de santé en cas de maladie chez les ménages bénéficiaires 21 Tableau 13 Impacts des options sur la fréquentation scolaire et le travail des enfants : ensemble des enfants 22 Tableau 14 Impacts des options sur l utilisation des services de santé : ensemble des enfants et de la population 23 Tableau 15 Coûts des programmes à pleine échelle 24 Tableau 16 Avantages respectifs des différentes options de programme 31 IV

8 SIGLES ET ACRONYMES AGEPE AGEROUTE CGRAE CNPS EIS ENV ESPC FCFA FMI HIMO LEAP Agence d Etudes et de Promotion de l Emploi Agence de Gestion Routière Caisse Générale de Retraite des Agents de l Etat Caisse Nationale de Prévoyance Sociale Enquête sur les Indicateurs du SIDA Enquête sur le Niveau de Vie des ménages Etablissements Sanitaires de Premier Contact Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds Monétaire International Haute Intensité de Main d Œuvre Programme de renforcement des moyens de subsistance contre la pauvreté au Ghana («Livelihood Empowerment Against Poverty») MICS Enquête par Grappes à Indicateurs Multiples («Multiple Indicator Cluster Survey») OMD OPM PIB Objectifs du Millénaire pour le Développement Oxford Policy Management Produit Intérieur Brut PMT Test de revenu par approximation («Proxy Means Test») PSNP RESEN SMIG UNICEF Programme de filets de sécurité productifs en Ethiopie («Productive Safety Net Programme») Rapport du Système Educatif National Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti Fonds des Nations Unies pour l Enfance V

9

10 PRÉFACE Les chocs économiques, sociaux, et politiques qui ont touché la Côte d Ivoire ces trente dernières années ont eu un impact majeur sur le bien-être de la population ivoirienne. Le taux de ménages pauvres a quadruplé entre 1985 et 2008, et les ménages déjà pauvres se sont encore appauvris. Les déficits en matière d accès aux services essentiels tels que la santé et l éducation se sont accrus, le phénomène de malnutrition s est aggravé, et la participation à la vie économique des individus s est affaiblie. Les inégalités se sont amplifiées, risquant de porter atteinte à une cohésion sociale déjà fragile. Pour surmonter ces défis multiples, la Côte d Ivoire reconnait le potentiel que la protection sociale représente : permettre à l ensemble de la population de mieux faire face aux risques et aux chocs, faire en sorte que les personnes pauvres et vulnérables surmontent les obstacles qui les empêchent d accéder aux services essentiels, et contribuer à améliorer leurs conditions de vie et à accroître leur productivité. Les enfants qui n ont pas été éduqués, qui ont été exposés à la malnutrition, ou qui ont un accès très limité aux soins de santé ne pourront pas bénéficier du développement physique, mental et émotionnel normal dont aura besoin la Côte d Ivoire pour atteindre son objectif de pays émergent. Investir dans la protection sociale, c est contribuer à améliorer la productivité globale de la Nation et le bien-être général de la population en favorisant l éducation des populations, en améliorant durablement leur santé et en élargissant leurs opportunités d investir dans leur capital humain. Par ses effets positifs sur la réduction de la pauvreté et des inégalités, une politique efficace de protection sociale contribue également à réduire les sources de tension sociale et de conflit. Ce faisant, elle stimule l environnement requis pour une accélération des investissements nécessaires à la relance rapide de l économie, et assure une croissance plus favorable aux personnes pauvres et vulnérables. Fort de ce constat, la Côte d Ivoire souhaite s engager dans le développement progressif d un système de protection sociale intégré répondant aux besoins, priorités et ressources du pays. Pour ce faire, le Gouvernement envisage la formulation d une stratégie de protection sociale pour doter le pays d un cadre global pour l orientation des programmes, la formulation de mesures idoines et une mise en œuvre efficiente. Ce processus s appuiera sur le travail d analyse présenté dans ce rapport en deux volets, sous l intitulé Cadre de développement de la stratégie nationale de protection sociale en Côte d Ivoire, ainsi que sur d autres analyses en cours de réalisation, notamment en ce qui concerne les mesures envisagées pour améliorer l accès des populations aux soins de santé. La présente étude propose aux acteurs engagés dans ce processus un état des lieux de la situation actuelle en protection sociale, un examen des déficits, des perspectives de renforcement ainsi qu une analyse comparée de différentes options de transferts sociaux monétaires pouvant contribuer à ériger un dispositif de protection sociale plus adéquat aux besoins des couches les plus pauvres de la population ivoirienne. Elle vise à aider au processus de prise de décision, notamment par la priorisation des choix stratégiques et opérationnels qui seraient les plus pertinents et efficaces. En s engageant dans cette initiative, le Gouvernement et l UNICEF ont l intime conviction - qu en dépit d un espace sociétal fragilisé par des années de crise et d un contexte économique et financier difficile - l environnement en Côte d Ivoire ouvre de réelles opportunités pour progressivement mettre en place un socle de protection sociale et assurer la solidarité nationale indispensable pour corriger les inégalités sociales, réduire la haute vulnérabilité des populations, consolider la paix sociale et garantir le succès de la relance économique. Gilbert Koné KAFANA Ministre d Etat, Ministre de l Emploi, des Affaires Sociales et de la Solidarité Hervé Ludovic De Lys Représentant Résident UNICEF VII

11

12 RÉSUMÉ EXÉCUTIF Dans le contexte de restauration de la paix et du redressement de la grave situation économique et sociale en Côte d Ivoire, le Gouvernement place la réduction de la vulnérabilité des populations au centre de ses préoccupations. Reconnaissant le potentiel que présente la protection sociale pour faire face à ces défis majeurs, le Gouvernement de la Côte d Ivoire a proposé l élaboration d une Stratégie Nationale de Protection Sociale et un Comité de Pilotage interministériel a été établi à cet effet. Dans le cadre de cette initiative, un profil de la vulnérabilité de la population a été dressé, un état des lieux de la situation en protection sociale a été produit et les déficits de protection sociale ont été analysés. Afin de définir l orientation des programmes et mesures à mettre en œuvre pour combler les déficits et progressivement mettre en place un système de protection sociale de base universel cohérent et coordonné, des options d extension doivent être analysées. Ce rapport a pour but de fournir un cadre d analyse permettant l étude de la performance de différentes options de transferts sociaux monétaires. Il n inclut ni les transferts sociaux non monétaires ni les services d action sociale, qui sont des composantes essentielles de tout système de protection sociale et dont l expansion requiert un travail analytique spécifique. Cette étude présente les résultats d une première analyse qui a été produite sur l impact potentiel, les coûts et la faisabilité de sept options de transferts sociaux monétaires, identifiées sur base de l étude diagnostique (premier volet de la publication) et de la réflexion conjointe des acteurs engagés dans les différentes étapes de l étude. Des simulations quantitatives ont été réalisées, en utilisant les données de l Enquête sur le Niveau de Vie des ménages (ENV) de 2008, ainsi que les données économiques et démographiques pour cette même année. Les sept options de programme retenues sont : - des allocations familiales universelles pour enfants âgés de moins de 5 ans ; - des pensions sociales de vieillesse universelles pour personnes âgées de 65 ans et plus ; - des pensions d invalidité pour personnes handicapées ; - des allocations de maternité pendant une année, c est-à-dire pendant la grossesse, l accouchement et la période postnatale ; - des transferts ciblés aux ménages du premier décile (les 10% les plus pauvres en termes de dépenses de consommation) ; - des allocations familiales ciblées aux enfants de moins de 15 ans des ménages du premier quintile (les 20% les plus pauvres) ; - des transferts sous forme de salaire (au niveau du salaire minimum interprofessionnel garanti) pour les chômeurs du premier décile employés dans des travaux publics à haute intensité de main d œuvre (HIMO). Il est important de souligner que les résultats de ces simulations sont sensibles aux hypothèses faites pour chaque option, concernant le montant des transferts, le poids des coûts administratifs et d autres aspects des programmes. De plus, toutes les simulations pour cette première analyse sont basées sur des scénarios à pleine échelle, en supposant que les programmes existaient déjà en Lors de l opérationnalisation de la stratégie, ces différents paramètres devront être revus et il sera probablement sage en pratique de planifier une mise en œuvre progressive, en commençant par des expérimentations, par exemple dans des zones géographiques particulièrement démunies. Des simulations plus pointues seront nécessaires lors de la planification opérationnelle quelque soit l option de transferts, afin d estimer les coûts et les impacts résultant d une mise en œuvre progressive sur plusieurs années et/ou dans des zones spécifiques. L objectif de cet exercice est de montrer les paramètres qui entrent en jeu lors de l appréciation des avantages et inconvénients des différentes options : Quel est l impact de ces options sur la IX

13 pauvreté? Couvrent-elles les personnes les plus vulnérables? Quelle est leur rentabilité en termes de cout-efficacité? Sont-elles adaptées au contexte du pays? Pour cette première analyse, les résultats montrent que les allocations familiales universelles pour enfants de moins de 5 ans, sous les hypothèses utilisées dans ces simulations, auraient l impact le plus grand sur la pauvreté non seulement au niveau des ménages bénéficiaires mais également au niveau de l ensemble de la population en raison du poids des enfants de cet âge dans la population, en particulier dans les premiers déciles. Le rapport coût/efficacité de cette option est parmi les meilleurs, mais pas aussi bon que pour les programmes économiquement ciblés en raison de l inclusion d un nombre important d enfants non pauvres. Cette option aurait un impact moyen sur l accès des enfants à l enseignement et aux services de santé. Mais l inconvénient principal de cette option est qu elle serait très coûteuse en raison du nombre élevé d enfants bénéficiaires. Elle paraît irréaliste du point de vue budgétaire. Les options des pensions sociales de vieillesse et d invalidité sont parmi les moins efficaces à coût égal. Bien que ces options aient des impacts forts sur la pauvreté au niveau des ménages bénéficiaires, le fait que ces ménages soient peu nombreux signifie que leur impact sur la pauvreté au niveau de la population dans son ensemble serait très faible. Pour la même raison, ces options coûtent aussi beaucoup moins que les allocations familiales et sont potentiellement faisables sur le plan budgétaire. Cependant, le rapport coût/efficacité de ces options est parmi les plus faibles, ce qui suggère qu elles ne seraient pas les plus «rentables» en matière d efficience de l utilisation des ressources publiques. Les allocations de maternité semblent peu justifiées. Cette option devrait être évaluée principalement en termes d impact (et de rapport coût/efficacité) par rapport à l objectif d améliorer les taux d utilisation des services de santé maternelle, ce que les données de l ENV ne permettent pas de calculer. L opportunité de cette option dépend aussi en grande partie de la disponibilité et de la qualité de l offre de ces services, qui sont généralement considérées en Côte d Ivoire comme étant très inadéquates. En termes purement budgétaires, cette option est potentiellement aussi faisable que les pensions sociales de vieillesse et d invalidité, en raison du nombre réduit de bénéficiaires. Mais l utilité de cette option ne semble pas bien fondée. Les transferts ciblés aux ménages les plus pauvres, sous leurs deux variantes (transferts à tous les ménages du premier décile et transferts aux ménages du premier quintile ayant des enfants de moins de 15 ans), sont les options les plus efficaces à coût égal en raison du ciblage économique des ménages. Leur impact sur la pauvreté est fort pour les ménages bénéficiaires et est moyen par rapport à l ensemble de la population : les plus pauvres bénéficient plus que les «pauvres modérés», malgré les erreurs de ciblage. Ces options ont aussi des impacts positifs, même s ils sont assez faibles, sur l accès des enfants à l école et aux services de santé. En ce qui concerne les erreurs de ciblage économique, celles-ci sont liées à l utilisation d un «test de revenu par approximation» («proxy means test» ou PMT), qui évalue indirectement les moyens des ménages. Etant basée sur un nombre réduit de variables, telles que la possession de biens ménagers et les conditions d habitation, l identification des personnes éligibles n est jamais exacte. Elle produit toujours des erreurs d inclusion et des erreurs d exclusion. La question clef est donc d assurer que ces erreurs soient réduites à un niveau acceptable, tout en reconnaissant que toute méthode de ciblage à ses inconvénients propres. En fait, toutes les autres options, surtout celles qui sont purement catégorielles, impliquent des niveaux encore plus élevés d exclusion et/ou d inclusion en termes économiques (par rapport au premier quintile). Il y a deux autres défis par rapport à ces options ciblées au premier quintile ou au premier décile. Premièrement, en raison de l importance des erreurs d inclusion, qui ont gonflé le nombre de bénéficiaires, ces options s avèreraient assez coûteuses si elles étaient mises en œuvre à pleine échelle dans le court terme. Le deuxième défi pour ces options serait de développer les capacités nécessaires pour appliquer à grande échelle des mécanismes de ciblage en utilisant un PMT X

14 et/ou des mécanismes de ciblage communautaire. Il serait donc sage de planifier une mise en œuvre progressive sur plusieurs années pour assurer la faisabilité budgétaire et administrative de ces options. Par exemple, il serait possible d élargir progressivement un programme de transferts à ménages du premier décile dans un délai de 5 ans à un coût équivalent à 0,6% du PIB dans la cinquième année. Le programme de travaux publics à HIMO aurait des impacts importants, mais une approche moins ambitieuse est conseillée dans un premier temps. Ciblant également le premier décile, cette option aurait un impact fort sur la pauvreté au niveau des ménages bénéficiaires et un impact moyen sur la pauvreté au niveau de l ensemble de la population. Il aurait aussi des impacts similaires à l autre option ciblant le premier décile sur l accès des enfants aux services de santé et sur la fréquentation scolaire. Les coûts du programme sont assez élevés dans les hypothèses envisagées (cinq mois d emploi pour une personne dans chaque ménage incluant au moins un jeune chômeur) et un programme à cette échelle serait probablement difficile à financer et à gérer dans le court terme. Il serait donc mieux de commencer par un programme moins ambitieux et d aller progressivement à l échelle. Il faut souligner que, dans le cas du programme HIMO, l analyse des impacts et du rapport coût/efficacité ne prend pas en compte les bénéfices des travaux réalisés, ni leurs impacts indirects sur la pauvreté à long terme, mais uniquement les impacts directs des transferts (salaires) payés aux bénéficiaires. Les analyses suggèrent donc que les options les plus pertinentes, ayant le meilleur rapport coût-efficacité et potentiellement faisables dans le contexte ivoirien seraient (1) un programme de transferts ciblés aux ménages du premier décile de la population et (2) une variante du programme HIMO, dans les deux cas mis en œuvre progressivement pour assurer la faisabilité budgétaire et administrative. Il ne faut pas sous-estimer les défis opérationnels. En faisant ces propositions, nous ne voulons pas sous-estimer l importance des défis opérationnels, notamment ceux de la mise en application efficiente de méthodes de ciblage des ménages les plus pauvres (au moyen d un PMT et/ou de mécanismes communautaires), de la mobilisation des ressources budgétaires nécessaires et du développement des capacités administratives requises. Dans le cas du programme HIMO, il faudra aussi de fortes compétences techniques pour la préparation et l analyse de projets de travaux publics, l acquisition des matériels et équipements et la gestion de la main d œuvre, pour des centaines ou même des milliers de projets. Pour la mise en œuvre de toute option, il serait nécessaire d investir dans le développement de capacités en ressources humaines et systèmes administratifs. Il y a plusieurs pré-requis institutionnels et administratifs communs à toutes les options (un réseau dense de travailleurs sociaux, des systèmes de gestion de l information et de gestion financière, des mécanismes d identification et d enregistrement des bénéficiaires, des mécanismes de paiement, etc.). Dans quelques cas, notamment ceux des programmes les plus larges comme les allocations familiales universelles et les programmes utilisant les méthodes de ciblage les plus sophistiquées, ces exigences en capacités sont plus élevées. Pour le programme HIMO, il sera nécessaire de développer les capacités de gestion de travaux à HIMO. Les mandats institutionnels devraient être établis. Le Ministère en charge des Affaires Sociales semblerait l institution indiquée au niveau central pour la gestion d un programme de transferts sociaux, en s appuyant sur le réseau de travailleurs sociaux affectés à ses Centres Sociaux au niveau local pour la mise en œuvre. Dans le cas du programme HIMO, il serait nécessaire de renforcer l AGEPE ou de créer une nouvelle institution paraétatique spécialisée ayant les compétences requises. En outre, Il serait souhaitable de déléguer (au moyen de contrats) quelques responsabilités à des opérateurs spécialisés, par exemple pour le paiement des transferts (banques, bureaux de poste, institutions de microfinance, compagnies de téléphonie mobile, etc.) ou, dans le cas d un programme HIMO, pour la gestion des projets au niveau local. XI

15

16 1 INTRODUCTION 1.1 Développement de la Stratégie Nationale de Protection Sociale Dans le nouveau contexte de restauration de la paix et de redressement de la grave situation économique et sociale en Côte d Ivoire, le Gouvernement place la réduction de la vulnérabilité des populations au centre de ses préoccupations. Même avant la crise postélectorale de , la Côte d Ivoire se trouvait dans une situation sociale extrêmement précaire à la suite de plus de deux décennies de chocs économiques et d une décennie de crises politiques, période pendant laquelle l incidence de la pauvreté a augmenté de 10% en 1985 à 49% en 2008 (MEMPD/INS, 2008). En outre, les populations ont dû faire face quasi seules aux conséquences de ce drame politique, économique et social, sans obtenir de soutien particulier compte tenu de la faiblesse du système de protection sociale. C est dans ce contexte que le Gouvernement de la Côte d Ivoire a proposé l élaboration d une stratégie nationale de protection sociale. Basée sur une analyse approfondie des vulnérabilités et des risques, et sur une réflexion conjointe de tous les acteurs concernés sur les options de renforcement et d expansion du système de protection sociale, la stratégie viserait le renforcement des capacités des couches les plus démunies de la population afin de leur permettre de sortir de leur situation fragilisée. A cette fin, le bureau de l UNICEF en Côte d Ivoire, dans le cadre de son programme de coopération avec le gouvernement de la Côte d Ivoire, a contracté une équipe d experts d Oxford Policy Management (OPM) pour travailler étroitement avec les autorités nationales en vue de réunir les données et les analyses requises pour l élaboration de la stratégie. Ces travaux ont commencé en juin Dans le cadre de cette initiative, il a été demandé des analyses de l impact potentiel, des coûts et de la faisabilité d un certain nombre d options de programme de transferts sociaux monétaires pour aider à la prise de décisions. Ce rapport présente les résultats de cette première analyse. 1.2 Pourquoi les transferts sociaux monétaires? Les transferts sociaux monétaires sont définis comme des transferts réguliers et non contributifs en espèces, payés aux individus ou aux ménages par des organisations gouvernementales ou non gouvernementales dans le but de réduire la pauvreté et la vulnérabilité et de gérer les risques sociaux (Samson et al, 2006). Les transferts sociaux monétaires se distinguent de l assurance sociale, autre grande branche de la protection sociale, par leur nature non contributive. Ils se distinguent aussi des formes d aide sociale de courte durée, sous forme de charité ponctuelle, et aussi des transferts sociaux en nature, comme par exemple l assistance alimentaire (les cantines scolaires, la distribution de rations alimentaires, etc.), la distribution gratuite de fournitures scolaires et d uniformes aux écoliers de ménages pauvres ou la distribution gratuite d intrants productifs (engrais, graines, outils agricoles, etc.) aux petits agriculteurs. L avantage principal des transferts en espèces, par rapport aux transferts en nature, est la flexibilité donnée aux bénéficiaires d utiliser les fonds reçus pour répondre à leurs besoins divers (alimentation, transports, éducation, santé, activités génératrices de revenus, etc.) sans contrainte artificielle. Il est supposé que les ménages sont rationnels et utilisent ces fonds pour maximiser leur bien-être. Les transferts en espèces évitent aussi les effets pervers sur les marchés locaux créés par les transferts en nature, notamment sur la production agricole locale, par exemple, dans le cas de la distribution gratuite de produits alimentaires importés. Cependant, les transferts en nature peuvent se justifier dans un contexte de mauvais fonctionnement de marchés déficitaires caractérisés par des prix anormalement élevés. 1 1 Voir Ellis et al (2009), chapitre 7, sur les leçons tirées des expériences en Afrique australe. 1

17 Les transferts sociaux jouent à des degrés divers un rôle à la fois protectif, préventif et promotionnel. Bien que chaque type de transfert social monétaire (voir ci-dessous) présente ses propres particularités, les objectifs globaux des transferts sociaux monétaires peuvent se résumer ainsi : la protection des ménages et individus vulnérables ; la réduction de la pauvreté monétaire ; la réduction de l inégalité (la redistribution) ; la compensation intergénérationnelle (par exemple vers les enfants ou les personnes du troisième âge) ; le renforcement de la capacité productive des pauvres (par de petits investissements et l achat d intrants) ; le développement du capital humain (surtout des enfants) à travers l amélioration de la nutrition et un meilleur accès aux services sociaux de base, avec des impacts à long terme sur la réduction de la transmission intergénérationnelle de la pauvreté. Les transferts sociaux monétaires peuvent aussi jouer un rôle macroéconomique en stimulant la demande et en créant des effets multiplicateurs, notamment sur les marchés locaux. Globalement, on peut dire que, à titre protectif, les transferts protègent les ménages bénéficiaires des pires conséquences des chocs et des privations. A titre préventif, les transferts permettent aux ménages d éviter le recours à des mécanismes d adaptation aux chocs qui leur seraient néfastes à long terme (par exemple la vente de bétail et d autres biens ou le retrait des enfants de l école). Et de manière encore plus importante, les transferts renforcent, à titre promotionnel, les capacités des ménages et des individus en permettant l épargne, l acquisition de biens et d outils de production et un meilleur investissement dans le capital humain (santé, éducation, etc.), notamment des enfants, contribuant ainsi à la réduction de la pauvreté et de la vulnérabilité à long terme. Les transferts sociaux monétaires incluent les transferts «catégoriels» aux enfants, aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Ces transferts qui sont octroyés à des catégories spécifiques de la population incluent les pensions sociales de vieillesse, les allocations familiales (pour enfants), les prestations de maternité et les pensions d invalidité. Ces types de transferts existent aussi dans le cadre des régimes de sécurité sociale, mais il s agit ici de prestations qui ne sont pas liées à l emploi (dans le secteur formel) et qui sont financées par l Etat. Ces transferts catégoriels ou démographiques peuvent être de nature universelle, bénéficiant à tous les individus qui constituent ces catégories de la population, comme dans le cas des pensions sociales de vieillesse établies dans quelques pays d Afrique australe tels que le Botswana, le Lesotho, l Ile Maurice et la Namibie (Devereux, 2008). Dans d autres cas, comme ceux des pensions sociales de vieillesse et des allocations familiales en Afrique du Sud, les programmes ciblent les personnes âgées et les enfants vivant dans des ménages pauvres, mais restent toutefois d assez grande ampleur (avec 8 millions d enfants bénéficiaires des allocations ciblées du «Child Support Grant» en Afrique du Sud par exemple). D autres types de transferts ciblent les ménages les plus pauvres, quelquefois de manière conditionnelle pour promouvoir le développement humain. C est le cas notamment des «transferts monétaires conditionnels», très répandus en Amérique Latine, où ils ont joué un rôle clef dans la réduction de la pauvreté dans des pays comme le Brésil (sous le Président Lula) et le Mexique. Dans ces cas, les ménages les plus pauvres sont sélectionnés, souvent à travers l utilisation d un test de revenu par approximation («proxy means test»), méthode employant une formule composée d un certain nombre d indicateurs facilement observables au niveau du ménage (biens ménagers et caractéristiques d habitation, par exemple) pour «prédire» la pauvreté de celui-ci. Dans ces programmes, les bénéficiaires doivent respecter quelques obligations, telles que l envoi 2

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Réduire la pauvreté et investir dans le capital humain : le nouveau rôle des filets sociaux en Afrique

Réduire la pauvreté et investir dans le capital humain : le nouveau rôle des filets sociaux en Afrique Réduire la pauvreté et investir dans le capital humain : le nouveau rôle des filets sociaux en Afrique Études de cas dans 22 pays VUE D ENSEMBLE LA BANQUE MONDIALE 84457 Crédit photo : Andrea Borgarello

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Unissons - nous pour les enfants

Unissons - nous pour les enfants ETUDE DE FAISABILITÉ POUR UN PROGRAMME DE TRANSFERTS SOCIAUX MONÉTAIRES COMME INSTRUMENT MAJEUR D UNE PROTECTION SOCIALE CENTRÉE SUR L ENFANT AU SÉNÉGAL Unissons - nous pour les enfants Ce document est

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

TD/B/C.I/EM.7/2. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Nations Unies

TD/B/C.I/EM.7/2. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Nations Unies Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 18 septembre 2014 Français Original: anglais TD/B/C.I/EM.7/2 Conseil du commerce et du développement Commission

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique NIAMEY 12 et 13 juillet 2012 Cellule

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT

Une étude de différentes analyses réalisées par le BIT Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Comparaison des hypothèses

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE SECURITE SOCIALE NOTE ANALYTIQUE SUR LE SECTEUR DE LA PROTECTION SOCIALE

MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE SECURITE SOCIALE NOTE ANALYTIQUE SUR LE SECTEUR DE LA PROTECTION SOCIALE MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DU TRAVAIL ET DE SECURITE SOCIALE Introduction NOTE ANALYTIQUE SUR LE SECTEUR DE LA PROTECTION SOCIALE La Protection sociale peut être définie comme l ensemble de mesures

Plus en détail

Guide pour la promotion de l autonomie économique des femmes

Guide pour la promotion de l autonomie économique des femmes Guide pour la promotion de l autonomie économique des femmes Mayra Buvinic, Rebecca Furst-Nichols et Emily Courey Pryor 1 La Fondation des Nations Unies et la Fondation ExxonMobil ont commandité 18 études

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services COMMISSION EUROPÉENNE Aide humanitaire et Protection civile La gratuité des services aux mères et aux enfants au Burkina Faso améliore fortement et durablement l accès et la fréquentation des services

Plus en détail

Les flux intergénérationnels

Les flux intergénérationnels Les flux intergénérationnels Luc Arrondel & André Masson CNRS-PSE Les enjeux du vieillissement 11 juillet 2012 1 Une question qui ne date pas d hier «Avoir des parents riches et privilégiés, importait

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple Un but Une foi ----------- Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles SOMMAIRE I- PRESENTATION DES IPM 1. LE

Plus en détail

Croissance, investissement et emploi: dernières informations sur les recherches et réunions portant sur la cohérence des politiques

Croissance, investissement et emploi: dernières informations sur les recherches et réunions portant sur la cohérence des politiques BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.298/WP/SDG/2 298 e session Conseil d administration Genève, mars 2007 Groupe de travail sur la dimension sociale de la mondialisation WP/SDG POUR INFORMATION DEUXIÈME

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Décembre 2014 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE

Décembre 2014 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE Décembre 2014 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE Ce document synthétise les principales conclusions de l étude «Guide pour la configuration d un projet de protection

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Burkina Faso. Une approche intégrée d extension de la protection sociale et de promotion de l emploi productif

Burkina Faso. Une approche intégrée d extension de la protection sociale et de promotion de l emploi productif Burkina Faso Une approche intégrée d extension de la protection sociale et de promotion de l emploi productif La présente publication a été élaborée avec l aide de l Union européenne. Le contenu de la

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée

Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Chapitre 4 Un besoin de financement du système de retraite qui s établirait à 4 points de PIB en 2040, à réglementation inchangée Le Conseil d orientation des retraites s est doté d outils de projection

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES

GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES REPUBLIQUE DU BENIN COMITE SOCLE DE PROTECTION SOCIALE GUIDE UNIQUE DE MISE EN ŒUVRE ET DE GESTION DU PROCESSUS DE CIBLAGE DES MENAGES PLUS PAUVRES Banque mondiale, Mai 2014 1 Table des matières Contenu

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

L'extension de la sécurité sociale aux populations non couvertes

L'extension de la sécurité sociale aux populations non couvertes Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 L'extension de la sécurité

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail