QUEL EST LE ROLE DE LA COMMISSION D INTERCHANGE DANS LA COMPETITION BANCAIRE? UNE REPONSE PAR L EXPERIMENTATION ARTIFICIELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUEL EST LE ROLE DE LA COMMISSION D INTERCHANGE DANS LA COMPETITION BANCAIRE? UNE REPONSE PAR L EXPERIMENTATION ARTIFICIELLE"

Transcription

1 QUEL EST LE ROLE DE LA COMMISSION D INTERCHANGE DANS LA COMPETITION BANCAIRE? UNE REPONSE PAR L EXPERIMENTATION ARTIFICIELLE Sandra DEUNGOUE Unversté Lyon II/ GATE INTRODUCTION La ueston de la tarfaton des serves de paeent est depus uelues années au entre de nobreux débats auss ben dans le leu éonoue ue dans le erle des gestonnares, vore dans l héyle des autortés régleentares. Générée notaent au regard des onséuenes de l nnovaton tehnologue sur les oyens de paeent, du développeent de l éonoe de réseau et surtout de la onstruton d un espae unue de paeent en Europe, ette ueston a aboutt à l élaboraton de nobreux odèles théorues analysant l pat des dfférentes stratéges de tarfaton sur les oporteents des onsoateurs fnaux des deux ôtés du réseau. Plus réeent ette lttérature s est orentée sur la oexstene de pluseurs platefores de paeent et sur l pat de la struture du arhé dans la déternaton des prx faturés aux dfférents ateurs ave en tole de fond ertanes pratues tarfares telles ue la osson nterbanare de paeent. En effet, à haue fos u une transaton est réglée par arte banare, la banue auéreuse, u affle le oerçant, verse à la banue éettre de la arte une osson proportonnelle au ontant de la transaton (f : shéa -dessous). Cette osson appelée osson nterbanare de paeent ou osson d nterhange, peret de transférer les oûts afférents au rsue de fraude et d nsolvablté de la banue éettre vers la banue auéreuse. Depus uelues années, ladte osson fat l objet d une attenton toute partulère auss ben de la part des éonostes ue des autortés régleentares. En effet lorsu une telle osson devent un éléent déternant du oût de la transaton pusue les banues éettres et auéreuses la réperutent sur les prx faturés respetveent aux onsoateurs et aux oerçants, l se pose alors la ueston de sa neutralté vs-à-vs de la opétton entre systèes banares. 1

2 Consoateur Bens et serves Coerçant Prx d ahat + fras d abonneent Prx d ahat fras de onnexon Banue éettre de la arte Prx d ahat osson d nterhangee Banue auéreuse Ce problèe est aratérstue des arhés à «double fae» dans lesuels deux types d agents dstnts nteragssent sur une platefore oune générant une double externalté de réseau ndrete: Ans plus le nobre de lents détenteurs de arte banare est élevé, plus l utlté des oerçants aeptant les paeents par arte augente. De êe, plus le nobre de oerçants éupés en ternaux de paeent életronues est élevé, plus l utlté des lents détenteurs d une arte de paeent est grande. La possblté pour le proprétare de la platefore, à savor l nterédare de paeent, d appluer une tarfaton dstnte pour haue fae du arhé ontre ue la struture des prx n est pas neutre (Rohet et Trole, 2001), ar l peut alors exster des subventons rosées. Ans, une osson nterbanare élevée renhért le oût pour les oerçants de l aeptaton des artes et pso fato dnue elu pour les lents de la détenton des artes, les enourageant a en auérr davantage. Dès lors, la osson peut devenr un outl utlsé par les banues pour augenter la talle du arhé, est pouruo les éonostes se sont nterrogés sur son nveau soaleent optal. En outre, de nobreux autres aratérstues ont poussé les autortés régleentares à s ntéresser de plus près aux pratues des soétés de paeent : D une part, la déternaton olletve par les éetteurs et les auéreurs d une osson d nterhange ultlatérale, est-à-dre dentue pour toutes les banues peut onsttuer une restrton llte à la onurrene du fat de l exstene d une olluson ; D autre part, l poston de la règle de non-dsrnaton oblgeant les oerçants à aepter toutes les artes de paeent, uelue sot leur éetteur, peut gêner la onurrene entre nstruents de paeent et ondure à une sur utlsaton des artes banares, en leu et plae par exeple des espèes. 2

3 En 2002, la osson européenne a dédé d exepter les ossons ultlatérales d'nterhange (CMI) applables aux paeents transfrontalers par arte Vsa. Ben u elle adette ue la fxaton ultlatérale de la CMI entre banues onurrentes onsttue une restrton de onurrene, la osson européenne a onsdérée u elle pouvat ondure à des gans d'effene et à des éonoes bénéfues dans le adre d'un réseau de paeent. Toutefos l exepton n entrera en vgueur u après ue Vsa at apporté une sére de odfaton à la CMI : Le taux oyen pondéré de la CMI applable aux paeents par arte à débt dfféré et par arte de rédt Vsa sera progressveent rédut à 0,7% d' En e u onerne les paeents par arte de débt, une CMI d'un ontant forfatare de 0,28 sera réée. En plus, la CMI devra être plafonnée au nveau des oûts de trateent des transatons, de garante de paeent, et de gratuté de la pérode de fnaneent. Ces odfatons devraent entraîner pour Vsa une réduton des revenus de la CMI de 20%. Par alleurs, Vsa devra autorser les banues de son systèe à ounuer aux oerçants le ontant de ette CMI. En 2005, la osson de la onurrene Susse (COMCO), après avor enuêté sur le aratère éventuelleent llte de l entente sur la osson d nterhange 1 dans les systèes de artes de rédt MasterCard et Vsa, a obtenu des partes onernées un aord aable devant aboutr à une aéloraton de la onurrene. Cet aord prévot la ltaton de la osson aux seuls oûts de réseau, sot une basse oyenne d au ons 20% (de 1,7% en oyenne à 1,35%), l abrogaton de la lause de non-dsrnaton, et la ounaton aux oerçants du ontant de ette osson pour leur seteur. Des esures seblables ont été prses par les banues entrales australenne et aérane. Le but de e paper est de fournr un adre d analyse de ette dynaue de hangeent nsufflée par les autortés régleentares et d étuder les dfférents sénaros suseptbles d en éerger. S ette étude s nsrt dans la lgnée de Chakravort et Roson (2004), en e sens ue les onsoateurs et les oerçants basent essentelleent le hox de leur réseau de paeent sur le bénéfe net u ls en trent, elle s en dstngue toutefos d une part par le proédé de odélsaton, à savor la sulaton au oyen d agents artfels, et d autre part par l élargsseent du arhé des paeents à des opérateurs non banares. 1 La COMCO este u en 2003, le hffre d affare des banues éettres s élevat à CHF 840 llons, dont CHF 160 llons de osson nterbanare, sot 20%. 3

4 La struture du paper est oe sut. Dans la preère seton, nous ferons une rapde revue de la lttérature dans lauelle nous présenterons les dfférentes probléatues généraleent tratées ndvduelleent, pus nous présenterons, en deuxèe seton, la onstruton du odèle ave les aratérstues des dfférents agents et le albrage des varables. Ensute, nous analyserons les stratéges banares dans deux types de sénaros : le preer en l absene des opérateurs de téléounaton dans le systèe de paeent, le seond en leur présene. Enfn, les prnpales onlusons seront énuérées dans la dernère seton. I REVUE DE LA LITTERATURE Au regard du nobre d agents aux ntérêts dvers et parfos dfférents u ntervennent dans les systèes de paeent, la lttérature y relatve s est développée sur de ultples sujets très souvent appréhendés ndvduelleent. Ans ertans auteurs se sont ntéressés aux onséuenes de la faturaton de fras suppléentares ou de l otro des rabas par les oerçants aux utlsateurs de ertans nstruents de paeent, la dsrnaton portant généraleent sur les artes de rédt ou les paeents en espèes. Rohet et Trole (2002) ontre ue la pratue des prx dfférents ondut à une augentaton des tarfs pour les détenteurs de oyens de paeents oûteux, et de fato, rédut la deande de es derners. Lorsue les harges nettes supportées par le proprétare de l nstruent sont supéreures au oût total des banues éettre et réeptre dnué du bénéfe du oerçant, la poltue des prx ultples rédut le ben-être général. Pour Katz (2001) au ontrare, la poltue du prx unue défore la nature de la opétton et epêhe la neutralté des ossons de paeent nterbanare. Ces ossons sont dtes neutres lorsue la onsoaton, le proft du oerçant et les oûts nets banares ne sont pas dépendants du nveau des fras. Wrght (2003) et Chakravort et Eons (2003) trouvent uant à eux ue l pat de la poltue du prx unue sur le benêtre dépend du nveau de opétton entre oerçant. Dans un arhé onurrentel, la non-pratue de tarfs dsrnants en fonton du oyen de paeent utlsé ondut les oerçants à se spéalser et à n aepter u une seule fore de paeent. D autres auteurs se sont ntéressés uant à eux à la déternaton du ontant de la osson d nterhange. C est une osson payée par la banue réeptre du paeent à lauelle est afflé le oerçant, à la banue éettre de l nstruent, généraleent les 4

5 artes de rédt. Dans de nobreux pays, ette osson a fat l objet d nvestgatons afn d établr s l entente entre les banues pour fxer forfatareent le ontant de ette osson onsttuat une restrton llte à la onurrene. Le pont de vue des éonostes sur ette ueston dffère selon les auteurs. Ans pour Baxter (1983), ette osson se justfe lorsu elle peret d éulbrer la deande des serves de paeent par les arhands et les oerçants ave les oûts supportés par les banues éettre et réeptre. Shalensee (2002) prolonge e odèle en ntrodusant le pouvor du arhé. Il déontre ue dans un onopole blatéral, la osson d nterhange résultant d une axsaton du proft est olletveent optale. Wrght (2001) uant à lu, en obnant la axsaton du proft, des ventes et du ben-être, ontre ue la osson fxée forfatareent dffère de elle olletveent optale. En e u onerne la neutralté, pluseurs auteurs dont Rohet et Trole (2002), Shalensee (2002) et Gans et Kng (2003), s aordent généraleent pour dre ue la osson d nterhange est neutre lorsue les oerçants peuvent appluer des surharges en fonton de l nstruent de paeent utlsé. En e u onerne la opétton entre platefore de paeent, Guthre et Wrght (2003) ontre ue lorsue les onsoateurs possèdent un seul nstruent et ue les oerçants sont hétérogènes, la opétton entre réseau de paeent ondut à une surfaturaton des oerçants au proft des onsoateurs. Pourtant, lorsue les onsoateurs possèdent pluseurs nstruents, les oerçants ont tendane à n aepter ue l nstruent le ons oûteux. Les banues sont don ntées à basser les taux d esopte, e u ondut à une dnuton de la osson d nterhange en deçà de son nveau olletveent optal. Chakravort et Roson (2004) ontrent ue la opétton entre systèes de paeent augente le ben-être des oerçants et des onsoateurs et dnue le proft des banues. S la lttérature relatve aux systèes de paeent ouvre touts les aspets y afférents, auun odèle théorue n en apture toutes les aratérstues à ause de la ultplté des agents et de leurs nteratons. De êe, la dffulté de réunr des données epêhe de tester eprueent es odèles théorues. C est pouruo l approhe par l éonoe oputatonnelle perettant d appréhender la oplexté des effets de réseaux et de générer des données artfelles a été adoptée dans ette étude. 5

6 II LA CONSTRUCTION DU MODELE Le odèle est onsttué de 4 atégores d agents : banues, j arhands, k onsoateurs et un opérateur de téléounatons. Chaue onsoateur dot hosr la banue dans lauelle l ouvre son opte, pus effetuer des ahats auprès des oerçants en utlsant sot un nstruent de paeent banare, sot un téléphone oble, sot des espèes. L utlsaton des espèes produt une utlté nulle pour les onsoateurs et les arhands. Le odèle analyse les oporteents onjonts des agents, ans ue la fore de opétton résultant de leurs nteratons. Enadré 1 : Note tehnue Pour réalser ette sulaton nous nous soes servs du logel Swar-2.2 onté dans l envronneent de développeent Cygwn. Swar peret la onstruton de systèes ult-agents dans lesuels un enseble d agents artfels, autonoes, ntellgents et hétérogènes, nteragssent dans un envronneent oun. Dans notre as, haue agent représente une atégore d ateur éonoue : onsoateur, banue, arhands. et l unvers est le arhé des paeents. Chaue agent est doté d un systèe de déson et d un odèle ogntf u lu perettent de développer un oporteent téléonoue défnssant sa ollaboraton ave l envronneent. Ses proprétés ntentonnelles sont anpulées par des atttudes nforatonnelles et des pro-atttudes. La tehnologe Java a été utlsée à la fos oe platefore d exéuton et oe langage de prograaton (prograaton orentée objet : les proprétés et les éthodes sont enapsulées dans les lasses). Chaue objet peut lre et odfer la valeur des varables d état d un agent. L nterfae graphue peret d observer en teps réel l évoluton du systèe. La sulaton ult-agents représente un opléent à la odélsaton aroéonoue tradtonnelle en e sens u elle peret d observer sultanéent oent le oporteent de haue agent odfe l état du arhé et réproueent oent l état du arhé ontrant les désons de haue ateur. 6

7 1 Les agents Les onsoateurs Le onsoateur agrégé est aratérsé par son revenu, I { 300, 3000}, son pouvor d épargne, s { 0, 0.75}, ans ue le nobre de transatons de paeents, Q { 4, 30}. Le ontant total de ses dépenses est V = ax[ 300; (1 s ) I ]. Toutes les varables sont aléatoreent générées selon une dstrbuton unfore. Tout onsoateur dot verser à sa banue des fras fxes ensuels d abonneent, f lu perettant d effetuer un nobre llté de paeent sot par arte sot en espèes. Les arhands peuvent appluer une surtaxe b aux paeents par artes. Ans pour une transaton donnée, l utlté du onsoateur s ért: ( τ, τ b p ) u = ax * (1) Où p représente le ontant de la transaton, et τ l enseble des oûts de transaton lés à un paeent en espèe hez un arhand donné. Les arhands Les paeents en espèes étant entahés de rsues dvers, tels ue la ontrefaçon, le vol et autres, tout arhand se onnete à un systèe de paeent pour bénéfer d un nveau de séurté plus élevé. Pour ela, l dot s autter d une osson f dont le ontant dépend partelleent du taux d esopte ε applué à la valeur de haue transaton. Pour une transaton donnée, l utlté du arhand est de e fat : ave { 0 ; 0,1} [ η p, ( η + b ε p ] u ax ) = (2) η le degré d averson au rsue relatf à l utlsaton des espèes. Plus est élevé, plus le arhand est rsuophobe. L expérene est ρ La banue Chaue banue a une lste d objetfs de proft, π, à partr de lauelle elle défnt la lste des prx possbles de ses serves. Elle supporte haue os un oût fxe h, et un oût varable, g tel ue : g = ) + ( pe p a r s I (3) 7

8 où p e est la valeur des ahats effetués par arte de rédt par les lents des banues onurrentes auprès des oerçants de la banue en ueston ; p est la valeur des ahats effetués par arte de rédt par les lents de la banue auprès des oerçants afflés à une autre banue ; a est le taux de la osson d nterhange versée par la banue du oerçant à la banue éettre de l nstruent ; enfn, r est le taux d ntérêt rédteur u réunère l épargne du lent. Le proft de haue banue est don : π = f + f h g (4) Toutes les banues ont la êe poltue d alloaton des oûts entre onsoateur et arhands et dsposent au début du êe nobre J de arhand. Le arhé Le arhé est représenté par un retangle dont la largeur est égale au nobre B de banues et la longueur au nobre ntal J de arhands par banue (f : shéa -dessous ave 4 banues possédant haune ntaleent 5 arhands). Les DAB sont plaés aux uatre ons du arhé. Le déplaeent du onsoateur à l ntéreur du arhé se fat de anère aléatore. Chaue transaton payée par arte de débt ou de rédt génère une éonoe en teres de oûts de transaton lés aux paeents en espèe. Cette éonoe est esurée par la dstane u sépare le arhand du dstrbuteur autoatue de bllets (DAB) le plus prohe. Ans, un onsoateur effetuant un ahat au oyen d une arte 2 2 banare payante hez le arhand stué en (1,2) réalsera une éonoeτ = d = x. 1 + y τ DAB DAB2 d d 2 1 y x 3 4 d 3 d 4 5 DAB3 THE MARKET DAB4 8

9 2 Le dérouleent. L expérene se déroule en 3 étapes. - Dans la preère, un onsoateur est généré ave ses aratérstues, à savor un revenu I, un pouvor d épargne s, et un nobre de transatons Q à effetuer dans le os. Ces aratérstues ne sont pas observables par les banues. En fonton de la stratége de proft prédéfne, haue banue propose un ouple prx taux d ntérêt et le onsoateur host l offre u axse son bénéfe net,.e. les ntérêts nets des fras. Le prx proposé par une banue est observable par tous. Nous fasons l hypothèse ue le oût des serves de paeent est suffsaent élevé pour ue le onsoateur n ouvre de opte ue dans une seule banue et ne possède u un seul nstruent de paeent. - Dans la deuxèe étape, le onsoateur effetue ses ahats auprès des arhands. A la fn des transatons, haue oerçant reverse à sa banue les ossons dues. La banue éettre de la arte verse aux autres banues les ossons d nterhange. Pus, haue banue évalue son résultat net et déde des odaltés de sa répartton lors du tour suvant entre les dfférents agents. Chaue banue alule égaleent les prx u auraent générées les autres stratéges de proft et déde de hanger de stratége au tour suvant s elle s aperçot u un autre prx lu aurat pers d augenter sa arge ou sa part de arhé du ôté des onsoateurs. - Enfn, dans la dernère étape, haue arhand évalue la dfférene entre la osson versée à sa banue et elle u l aurat payée à la banue u affhe les tarfs les ons élevés et déde de hanger de réseau de paeent s ette dfférene est supéreure au oût du transfert, θ. III LES RESULTATS Le but de es sulatons est de tester la neutralté des fras d nterhange sur le nveau d utlté général et sur la struture du arhé. Deux as sont envsagés : en stuaton de duopole et en stuaton de onopole. Pour haue as, des hypothèses afférentes au aratère unlatéral ou ultlatéral de la osson nterbanare, et à l applaton de la poltue de non-dsrnaton sont prses en optes. Pour haue varante du odèle, la neutralté de la osson d nterhange est testée en oparant les nveaux ndvduels et globaux d utlté 9

10 pour dfférents taux de osson. Son pat sur la onurrene banare est appréé en observant l évoluton de la part de arhé de haue banue sur haue ôté de la platefore. 1 Copétton entre banues en stuaton de duopole La stuaton de onopole est ntéressante à étuder non pas seuleent d un pont de vue théorue, as égaleent pare ue dans la plupart des espaes de paeents, e sont les entreprses Vsa et Masterard u se partagent le arhé des artes de rédt Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de prx unue Dans ette sulaton, l nteropérablté entre systèe de paeent est gratute pour les onsoateurs. Le proft objetf de haue banue est répart de anère égale entre les deux partes. Les banues hosssent d puter les harges d ntérêt réunérant l épargne du onsoateur à e derner ( r s I ), les ossons d nterhange reçues ( a ) venant en déduton des fras faturés. L ntégralté du oût fxe du réseau ( h ) et les ossons d nterhange versées ( p e a ) sont putées aux oerçants, proportonnelleent à leur hffre d affare. Les prx respetfs du onsoateur et des arhands sont don : Où f 1 = π t + r, t 1st 1I t 1 p, t a (5) 2, t 1 π = + ε p (6) t f, t, t 2n t n est le nobre de arhands de la banue. Le taux d esopteε, applué par la banue est égal à : h + p a e, t 1 ε, t = (7) p, t 1 Le taux d esopte du début est le êe pour tous les arhands et égal à la osson nterbanare de paeent ntale. Par la sute, l varera en fonton des oûts supportés par la banue. Seuls les arhands u hangent u hangent de banue bénéfent du nouveau taux d esopte. Les arhands pratuent la poltue du prx unue, est à dre u ls n appluent pas de dsrnaton tarfare en fonton de l nstruent utlsé ( = 0) p b ou du réseau auuel 10

11 appartent le onsoateur. Les fontons d utlté respetves du onsoateur et des arhands sont de e fat : U = r s I + Q = 1 u f (8) U = Q = 1 u f (9) Il apparaît ans ue le arhand a tout ntérêt à être onneté au systèe de paeent de la banue u a la plus grande part de arhé du ôté des arhands afn de bénéfer des éonoes d éhelles. De êe l a ntérêt à appartenr au êe systèe de paeent ue le onsoateur, afn de rédure les oûts relatfs à la osson d nterhange de sa banue et don de basser le taux d esopte u elle lu applue. La pratue de la poltue du prx unue ondut tout onsoateur à préférer systéatueent des paeents par arte. Mas, s pour une transaton donnée, l utlté du arhand est supéreure lorsue le paeent s effetue en espèe, elu- refuse l nstruent de paeent banare et la transaton est réglée en espèes, rédusant ans l utlté du onsoateur. Ce derner a don égaleent ntérêt à hosr la banue u a la plus grande part de arhé du ôté des oerçants afn de axser son utlté. En notant U s obtent par : Π le proft réalsé par la banue, l utlté générale U U U = + + Π (10) Les graphues 1.1 -dessous ontrent l évoluton des profts banares, des utltés et du ben être général et de la onurrene dans haue ôté du arhé et e pour dfférents nveaux de osson nterbanare (a=0, a=5% et a=10%). La preère onluson relevée dans les graphues est ue l utlté des onsoateurs est axale lorsue la osson d nterhange est égaleent axale, et a ontraro elle des arhands est axale lorsue la osson d nterhange est nulle. En e u onerne le proft banare, on se rend opte ue les deux banues réalsent des pertes nettes struturelles lorsue la osson est nulle. Par ontre pour une osson postve, une banue réalse des bénéfes, lesuels sont toutefos ons portants lorsue la osson attent le nveau de 10%. Il en résulte ue le ben être général est plus élevé lorsue la osson est égale à 5%. En e u onerne l évoluton de la onurrene, la banue u réalse les elleurs profts détent un uas-onopole sur le arhé des onsoateurs pour une osson 11

12 nulle ou égale à 5%. Cette poston de onopole s observe égaleent sur le arhé des arhands lorsue la osson est égale à 5%. Enfn, on rearue ue lorsue la osson d nterhange est nulle, l utlsaton de la arte est systéatue, as elle dnue ave l augentaton de ladte osson. La onluson u en déoule est ue dans un duopole, lorsue la osson d nterhange est ultlatérale et ue les arhands ne font pas de dsrnaton entre les nstruents de paeent, une osson nulle n est souhatable pour auun des ateurs. Le nveau optal de la osson d nterhange est attent lorsue le suppléent de désutlté supporté par le arhand onséutveent à une augentaton de ladte osson est égal au suppléent d utlté ue retre le onsoateur (f. shéa -dessous). Cosson d nterhange COMMISSION D INTERCHANGE OPTIMALE Désavantage argnal du arhand a* Avantage argnal du onsoateur Utlté 12

13 Graphue 1.1.a - Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de prx unue : a = 0 13

14 Graphue 1.1.b - Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de prx unue : a = 0,05 14

15 Graphue Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de prx unue : a = 0,1 15

16 1.2. Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de dsrnaton La varante dans e as est ue la surtaxe pénalsant les paeents par arte n est plus nulle. Chaue arhand peut effetuer une dsrnaton entre les paeents. Le taux de dsrnaton est b { 0 ; 0,03}. Il est le êe pour un arhand durant toute l expérene. Les résultats sont llustrés par les graphues 1.2 suvants. Pour une transaton donné, l nstruent de paeent utlsé est elu u proure une utlté totale axale pour le onsoateur et le arhand ( u + u ). La prnpale dfférene ue l on rearue dans es résultats par rapport à la onfguraton préédente est ue l utlté des onsoateurs préédeent observée se transfore en désutlté, tands ue la désutlté des arhands devent une utlté. On onstate égaleent ue uelue sot le nveau de la osson d nterhange, l utlsaton des espèes est argnale. Ce hox des paeents par arte se tradut par une dnuton du ontant des pertes des banues notaent lorsue la osson est nulle. Il en résulte ue le proft oyen des banues ans ue le ben être soal sont optaux lorsue la osson est égale à 10%. En e u onerne la struture du arhé, la stuaton de duopole ntale évolue dans la grande ajorté des as en une opétton asyétrue de haue ôté du arhé au proft de la banue u réalse les plus grands bénéfes. Seul le arhé des arhands onserve une opétton syétrue dans le seul as où la osson est nulle. En onluson, on peut affrer ue oe dans la onfguraton préédente, une osson d nterhange nulle n est préférable pour auun des ateurs. En plus, la pratue d une surtaxe profte ajortareent aux arhands et aessoreent aux banues, les onsoateurs étant les prnpaux perdants. 16

17 Graphue 1.2.a - Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de dsrnaton : a = 0 17

18 Graphue 1.2.b - Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de dsrnaton : a = 0,05 18

19 Graphue Sous hypothèse de osson d nterhange ultlatérale et de poltue de dsrnaton : a = 0,1 19

20 Bblographe Baxter, W.F. (1983) Bank nterhange of transatonal paper: perspetves, Journal of Law & Eonos, 26: Chakravort, S. and W.R. Eons (2003) Who pays for redt ards? Oasonal Paper; Eergng Payents of the Federal Reserve Bank of Chago, EPS Chakravort, S and R. Roson, (2004) Platfor opetton n two-sded arkets: the ase of payent networks WP-04-09, Federal Reserve Bank of Chago Gans, J.S. and S.P. Kng (2003) The neutralty of the nterhange fees n the payent systes, Tops n Eono Analyss & Polts, 3, 1, Artle 1. Guthre, G. and J. Wrght (2003) Copetng payent shees, Unversty of Aukland Workng Paper No Katz, M. (2001) Refor of Credt Card Shees n Australa II, Sydney, Australa: Reserve Bank of Australa. Rohet, J.-C., et J. Trole (2002) Cooperaton aong opettors: Soe eonos of payent ard assoatons, RAND Journal of Eonos, 33: Rohet, J.-C., and J. Trole (2003) Platfor opetton n two-sded arkets, Journal of European Eono Assoaton, forthong. Shalensee, R. (2002) Payent systes and nterhange fees, Journal of Industral Eonos, 50: Wrght, J. (2001) The deternants of optal nterhange fees n payent systes, Unversty of Aukland Workng Paper No Wrght, J. (2003) Optal ard payent systes, European Eono Revew, 47:

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl.

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl. CIGI 2011 Processus d accélératon de proets sous contrantes de ressources avec odes de chevaucheent LUCAS GREZE 1, ROBERT PELLERIN 1, PATRICE LECLAIRE 2 1 CHAIRE DE RECHERCHE JARISLOWSKY/SNC-LAVALIN EN

Plus en détail

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence Chaptre 1 Éulbre partel et optmalté en stuaton de concurrence Au terme de ce chaptre, vous saurez : calculer les prx et les uanttés d éulbre ; caractérser les dfférents surplus ; défnr la noton de perte

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé 4th Internatonal Conference on Coputer Integrated Manufacturng CIP 2007 03-04 Noveber 2007 Perforances de la classfcaton par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): applcaton au dagnostc vbratore autoatsé

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Le Village de l Image

Le Village de l Image Le Vllage de l Image Lste de Prx Place de la Gare 1-1009 Pully Tél. 021 728 93 94 - Fax 021 728 87 02 vllage@paradsecommuncaton.ch www.vllagemage.ch Lund: fermé le matn 13h30-18h15 Mard-vendred: 08h45-12h30

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

COUPLÉS THÉORIE DES OSCILLATEURS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES RÉSEAUX

COUPLÉS THÉORIE DES OSCILLATEURS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES RÉSEAUX Sentf Bulletn of the Eletral Engneerng Faulty no. / 9 COUPLÉS THÉOIE DES OSCILLATEUS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES ÉSEAUX Iula DUMITESCU, Mhaela IONITA, Jean-Mare PAILLOT, Mha IODACHE L Unversté Poltehna

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

[1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunion 11, 26, (1937) ; reprinted in Collected

[1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunion 11, 26, (1937) ; reprinted in Collected Bblography [1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunon 11, 6, (1937) ; reprnted n Colleted Papers of L. D. Landau, ed.d. Ter Haar (Pergamon Press, New York, 1965) [] V. L. Gnzburg and L. D.Landau, Zh. Eksp.

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes.

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes. Méthodes de atégosaton : éseau aesens naïfs le Aad E-Moton goup Unesté Joseph Foue http://emoton.nalpes.f/aad le.aad@mag.f lan du ous Intéêts éseau aesens naïfs Appentssage de éseau aesens naïfs ésentaton

Plus en détail

Le vrai prix cle revient

Le vrai prix cle revient GENERATON 25 AVENUE DES MARGUERTES 94389 BONNEUL SUR MARNE - 0 43 77 42 84 Bmestrel Surface appro. (cm²) : 3844 Page /7 Le vra pr cle revent Vous êtes nombreu à nous demander des nformatons précses sur

Plus en détail

II - Notions de probabilité. 19/10/2007 PHYS-F-301 G. Wilquet 1

II - Notions de probabilité. 19/10/2007 PHYS-F-301 G. Wilquet 1 II - Notos de probablté 9/0/007 PHYS-F-30 G. Wlquet Ue varable aléatore est ue varable dot la valeur e peut être prédte avec certtude mas dot la probablté d occurrece d ue valeur (varable dscrète) ou d

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC

CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC CNCEM 09 ère Conférene Natonale sur la Compatblté életromagnétque Taret, 22-24 novembre 2009 CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC Abdelal Allal and Mah Djllal Unversty of Sene and Tehnology

Plus en détail

Les bases de données. Historique

Les bases de données. Historique 1 Les bases de données Aujourd hui indispensables dans tous les systèes de gestion de l inforation, les bases de données sont une évolution logique de l augentation de la deande de stockage de données.

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités

Forme juridique Noms et adresses des filiales à assurer. Date de création ou début de l activité Description PRÉCISE de vos activités 1 Portage Salarial pour les métiers du Conseil by Hisox Questionnaire préalable d assurane Identifiation du proposant Raison soiale Adresse de la soiété Site web Code APE Code SIREN Forme juridique Noms

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

2.1 Comment fonctionne un site?

2.1 Comment fonctionne un site? Coent fonctionne un site? Dans ce chapitre, nous allons étudier la liste des logiciels nécessaires à la création d un site ainsi que les principes de base indispensables à son bon fonctionneent. 2.1 Coent

Plus en détail

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes Étranglement du crédt, prêts bancares et poltque monétare : un modèle d ntermédaton fnancère à projets hétérogènes Mngwe Yuan et Chrstan Zmmermann Introducton et objet de l étude Par étranglement du crédt

Plus en détail

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite Claver et sours vrtuels pour personnes handcapées à moblté rédute Naoures Belhabb et Ans Rojb Unversté Pars8, THIM, EA 4004 CHART 2, rue de la Lberté 93526 Sant-Dens nawres_habb@yahoo.fr ; ans.rojb@unv-pars8.fr

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération

Mécanique : Cinématique du point. Chapitre 1 : Position. Vitesse. Accélération 2 e B et C 1 Position. Vitesse. Accélération 1 Mécanique : Cinéatique du point La écanique est le doaine de tout ce qui produit ou transet un ouveent, une force, une déforation : achines, oteurs, véhicules,

Plus en détail

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015

DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO 4 - JANVIER 2015 DOSSIER SUR LE SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE VOLUME 11 - NUMÉRO - JANVIER 2015 RAPPORT DE VERISIGN SUR LES NOMS DE DOMAINE LEADER MONDIAL DU SECTEUR DES NOMS DE DOMAINE ET DE LA SÉCURITÉ D'INTERNET, VERISIGN

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Coefficient de partage

Coefficient de partage Coeffcet de partage E chme aque, la sythèse d'u composé se fat e pluseurs étapes : la réacto propremet dte (utlsat par exemple u motage à reflux quad la réacto dot être actvée thermquemet), les extractos

Plus en détail

Méthodologie version 1, juillet 2006

Méthodologie version 1, juillet 2006 Méthodologe verson, ullet 2006 Tendances Carbone résente chaque mos sx groues d ndcateurs :. Synthèse du mos 2. Clmat 3. Actvté économque. Energe 5. Envronnement nsttutonnel 6. Tableau de bord Ce document

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir!

La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! La planification en cas d inaptitude. Vous avez le pouvoir d agir! Août 2015 Jaie Golobek Directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale Services consultatifs de gestion de patrioine CIBC

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU

GRAFCET. 1- Structure générale. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur C60 Cours GRAFCET. Divergence en OU C60 GRAFCET 1- Structure générale Etape initiale : généraleent associée à une attente ou à une ise en réérence de la partie opérative Réceptivité : cobinaison d inorations reçues par la partie coande et

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Etude salaires : le marketing s'en sort bien

Etude salaires : le marketing s'en sort bien Page 1/5 Etude salaires : le arketing s'en sort bien Public- le i:» 12 2013 pai ('ATI IF RI M; UFrRTFHISi Selon l'étude Maesina Marketing Search/Aon Hewitt, les arketers ont vu leur réunération progresser

Plus en détail

3. Veuillez indiquer votre effectif total :

3. Veuillez indiquer votre effectif total : 1 Métiers du marketing et de la ommuniation Questionnaire préalable d assurane Préambule Le présent questionnaire préalable d assurane Marketing et Communiation a pour objet de réunir des informations

Plus en détail

Semestre : 4 Module : Méthodes Quantitatives III Elément : Mathématiques Financières Enseignant : Mme BENOMAR

Semestre : 4 Module : Méthodes Quantitatives III Elément : Mathématiques Financières Enseignant : Mme BENOMAR Semestre : 4 Module : Méthodes Quattatves III Elémet : Mathématques Facères Esegat : Mme BENOMAR Elémets du cours Itérêts smples, précompte, escompte et compte courat Itérêts composés Autés Amortssemets

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail