Les variations relatives du niveau de la mer à Marseille depuis 5000 ans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les variations relatives du niveau de la mer à Marseille depuis 5000 ans"

Transcription

1 Marseille. Trames el paysages urbains de Gypris au Roi Reni. Acles du colloque de Marseille Aix-en-Provence, ~ludes Massaliètes 7, Les variations relatives du niveau de la mer à Marseille depuis 5000 ans Christophe MORHA GE Le récolement de différents indices relevés au cours des/ouilles archéologiques et terrassements pratiqués depuis plus d'un siècle auiour du Vieux-Port aboutit à la restilutioll de l'évolutioll relative du niveau du plan d'eau au cours des 5000 dernières allnées. Trois phases principales d'exhaussement du niveau de la mer olll ainsi été mises en évidence: ulle phase rapide, entre 2500 et 500 ans av. J. C. un ralentissement net depuis l'antiquité tardive, puis, après une quasi-stabilisation du niveau depuis 500 ans, une reprise sensible de l'exhaussement depuis environ lui siècle. Ces données sont en accord avec celles qui ont été observées sur plusieurs points du littorol provençal à l'est de la/aille de la Durance. The piecing together ofdifferent clues discovered du ring the archaeological diggings and excavations around the Old Port, which have been carried out for more thon one hundred years, has final/y come to a head with the reconstruction of water level evolurion throughour the last 5000 years. Three main phases ofsea level risings have thus been high lighted : a rapid phase. between 2500 alld 500 years B.C, a marked abatement[rom the late period ofallliquity, andfinally, after a quasi-stabilisation ofthe levelfor 500 years, a perceptible rise for approximately one century. This data is in accortlance with that observed at several paillis on the coast of Provence ta the east ofthe Durance fault. L'objectif de cette recherche en cours était d'établir une «courbe» des variations relatives du niveau de la mer depuis 5000 ans la plus précise et la plus fiable possible du point de vue bathymétrique et chronologique '. Ces travaux précisent les données plus anciennes (Bonifay 1973 et 1989 ; Bonifay, Courtin 1995 ; Bonifay, Courtin, Thommeret 1971) parfois difficiles d'accès ou dispersés et non publiés (archives F. Benoit). Il nous a semblé important de présenter un état de la question. 1. Recherches avant la Seconde Guerre mondiale Cette question n'est traitée que de manière allusive, les mesures de variations du niveau de la mer n'étant pas précisées et les datations restant approximatives. Les auteurs décrivent la découverte des restes de plusieurs navires romains lors du percement, entre 1862 et 1864, de la rue Impériale (actuelle rue de la République). La seule épave à avoir été étudiée se positionnait vers 2 m sous le niveau de la mer (Varoqueaux ). Deux tronçons d'un alignement de blocs de pierre, sur une longueur de 30 m, sont interprétés comme un quai. Une deuxième épave de grande dimension a aussi été observée à proximité (Vasseur 1911). Sous le grand magasin des ouvelles Galeries, le long de la Canebière, une petite barque attachée par une chaîne à un pieu (Clerc ) se positionnait le long de la berge d'un ruisseau à environ 4 m d'altitude au-dessus de la mer (Denizot 1957). La pose des égouts et les travaux de voirie à la fin du XIX' s. ont également permis à l'ingénieur Lan de faire des observations sur les formations superficielles et le tracé de la ligne de rivage. Par exemple, il a signalé sous la place Vivaux un sédiment marin sableux vers 3,5 à 4 m de profondeur (sans préciser si c'était sous la surface du sol ou sous le niveau de la mer?). Aucune autre indication n'est fournie (Vasseur 1914, ). Ces éléments ont ensuite été surinterprétés et les cartes publiées des rivages antiques correspondent souvent à des spéculations graphiques, la plupart des auteurs confondant variation latérale du trait de côte et mobilité verticale du niveau de la mer. Cette recherche, contribution au PICG 437 (Coasral er/viranmental change dllri1lg sea-ievel highstands), a été développée dans le cadre de quatre fouilles archéologiques des places Jules-Verne et Villeneuve-Bargemon, dirigée par A. Hesnard (CNRS Centre Camille-Jullian) assistée de M. Pasqualini (DRAC SRA-PACA) puis par F. Conche (AFAN), de la place Général-de-Gaulle, dirigée par M. Souiron (Atelier du Patrimoine de Marseille), assisté de F. Cagnard (AFAN) et des fouilles récentes du jardin des Vestiges (Centre Bourse) sous la direction de H. Tréziny (CNRS Centre Camil1e Jullian).

2 36 Christophe MORHA GE 2. Recherches de l'immédiat après-guerre Des fouilles archéologiques ont été effectuées dans un premier temps par H. Rolland, puis sous la direction de E Benoit, dans le quartier détruit au nord du Vieux-Port. Une équipe pluridisciplinaire s'était alors formée avec Claude Gouvernet pour la stratigraphie, Paul Mars pour la malacologie et René Molinier pour la botanique. Malheureusement, la plupart des résultats sont restés inédits ou ont été dispersés. Cinq secteurs ont fourni de précieux renseignements (fig. 1). 1) À l'angle sud-est du carrefour de la rue de l'amandier et de la rue Saint-Laurent, E Benoit a découvert «une construction en grand appareil, avec incrustations de coquillages, paraissant appartenir à un quai romain» (Benoit 1947 et fig. 2). Celle découverte n'a pas été positionnée par rapport au 0 NGE 2) Dans le secteur de la Vieille-Poissonnerie (2' sondage du secteur Il) au nord de la rue Saint-Christophe et sous la chaussée de la rue de la Daurade, C. Gouvernet a décrit une stratigraphie caractérisée par quatre types de sédiments (Gouvernet 1946 et fig. 3). Les tessons ayant été mélangés, cette stratigraphie n'est pas calée dans le temps. Au sommet, apparaissent des remblais divers sous les fondations et les caves des immeubles. Des bancs de graviers grossiers et roulés, enduits de concrétions ferrugineuses, évoquent un écoulement de type torrentiel. Ces sédiments sont riches en débris de poteries. Des masses lenticulaires de graviers et de sables correspondent à une formation de plage de mode calme. Les sédiments «révèlent par leur distribution en petits amas, l'action constante et puissante des eaux de ruissellement sur des formations littorales non soumises à l'action brutale de la vague, ou à celle de la marée» (Gouvernet 1946). ns'agit d'une plage émergée contenant des coquilles marines (Cardium sp., Lima sp.) et terrestres (Cepaea nemoralis). À la base, un «complexe fossilifère de plage» pauvre en débris de poteries est constitué principalement de lentilles de sables et de galets quartzeux et calcaires. Il contient de nombreux morceaux de bois et des débris osseux d'animaux domestiques et d'élevage. La limite supérieure de celle couche correspondrait au niveau marin de l'époque. 3) Rue de l'araignée (secteurs IX, XlI et Xml, le long d'une coupe nord-sud, de 50 m de long, C. Gouvernet (1947 et 1948) distingue à nouveau deux principaux corps sédimentaires. VIEUX-PORT... Fig. 1. Localisation des principaux secteurs ayant révélé des indices paléogéographiques (M. Bouiron). Fig. 2. Blocs de pierre trouvés lors du creusement d'une tranchée. Récupération de deux dalles présentant des faunes marines fixées. La dalle au premier plan mesure 1,68 m de long pour 0,54 m de large et 0,50 m de hauteur. Elle a pu appartenir à un quai (coll. Benoit. SRA, Aix-en-Provence).

3 LES VARIATIONS OU NIVEAU DE LA MER À MARSEILLE 37 À la base: des sables jaunes et des graviers littoraux en bancs irréguliers et inclinés vers le sud el s'appuyant contre une petite falaise oligocène. Les faunes ont été déterminées en vrac : P. Mars (1947) Ydistingue trente-quatre espèces de mollusques caractérisant un environnement marin à légère tendance saumâtre. Les dépôts sont d'origine mixte et «résultent de la mise en place par la mer de matériaux transportés par les eaux de ruissellement. Ces formations révèlent l'action permanente d'une mer s'étalant dans le Vieux-Port, au voisinage du 0 actuel» au début du VI' s. av. J.-C. (Gouvernet 1948). La formation littorale est scellée par des éléments torrentiels ferruginisés. «Il en résulte que le plan d'eau du Lacydon antique s'étalant, par temps calme, jusqu'à la base du cordon littoral, était sensiblement au niveau de la mer actuelle» (Gouvernet 1948). Étant donné la continuité de la stratigraphie sur plus de 5 m d'épaisseur, l'auteur exclut toute régression marine entre la période grecque et le Moyen Âge, confirmant ainsi la thèse de la fixité du niveau de la mer Méditerranée au cours des temps historiques, en vogue depuis les travaux de E. Suess ( ), L. Cayeux (1907) puis G. Denizot (1939, 1951 et 1957). 4) Au pied de la butte Saint-Laurent, en bordure du port et à environ 30 m en retrait par rapport à l'angle nord-est du /. 1",... "(,6 pavillon oriental de la consigne de Saint-Jean, F. Benoit (1953, ) a reconnu «les substructions d'un quai antique». Ce quai a été dégagé sur 20 m de long. Il est constitué de blocs juxtaposés sans mortier ni fondation, en calcaire rose de la Couronne. Les faces latérales des dalles étaient incrustées de balanes, donc baignées par l'eau de mer. Cette structure, datée de la seconde moitié du In s. de notre ère, reposerait vers - 0,25 m NGF (Benoit 1972). 5) Au sud de la place Vivaux, F. Benoit (1948, ) a décrit à l'aval des entrepôts romains (conservés in silll dans le musée des Docks) une zone de halage constituée de quatre poutres de bois posées sur la plage antique sableuse vers - 0,20 m NGF (fig. 4). Les céramiques étudiées par L.-F. Gantès (communication personnelle) la datent du li' s. av. J.-c. F. Benoit a aussi décrit un appontement, constitué de pieux en pin d'alep et en chêne (Molinier 1948), il indique en outre que «des huîtres de Viti 3. Fouilles de la Bourse 1'....=0 Fig. 3. Stratigraphie sous la rue de la Daurade (secteur II. 1) (coll. Benoit, 1948, SRA, Aix-en-Provence). grande taille sont restées collées aux pilotis après leur mort, auxquelles adhèrent des petites huîtres». La profondeur de cette structure n'est malheureusement pas indiquée. 11 mentionne aussi à proximité une estacade constituée de «six files de piliers de bois, ayant conservé à la partie supérieure les traces d'un cercle de métal, alignés parallèlement au port» (Benoit 1972). L.-F. Gantès a démontré qu'il s'agissait des fondations de bâtiments d'époque moderne (Gantès 1992). Les fouilles du bassin de la Bourse (Guéry 1992), entreprises à partir de 1967, ont mis en évidence la présence d'une invagination marine dans l'angle nord-est du N

4 38 Christophe MORHANGE l: vu Pt Il.~---..., 1 -"7-.-.~t. 1 ';;.~.:..,.~l~.,... r;::;:a) \~f~;;:yf,~i:~ ~; :f:-;?~fq~y:\ :,:...,..,-- '7''' 1 l,, 1 l,., r T-i ~, 1 : L, 1, r " :..--"~.. :! '1,,., t t ~...,_.. :' t,:,,;. U ,.. lt~... "... J. t<h.r(, '1...,- I--~--i Fig. 4. Sondage IX. s. Zone de halage hellénistique (coll. Benoit, SRA, Aix-en-Provence). Lacydon. On a malheureusement peu d'information concernant les vestiges préromains. Les équipements mis au jour (drain, canalisation, quai «primitif») sont difficilement utilisables pour estimer la variation verticale du niveau de la mer, faute de cote d'altitude précise disponible (Guéry 1992). En revanche, le port romain a été reconnu sur 180 m de long. On dispose de cinq indicateurs de mobilité relative du niveau de la mer. 1) Dès 1969, M. Euzennat rapporte que le niveau marin antique est marqué par une ligne d'érosion soulignée par des coquillages encore attachés au quai (Euzennat 1969, ). P. Pirazzoli et J. Thommeret (1973) ont daté les balanes de la limite supérieure du peuplement (à - 0,25 m GF) de 2220 ± 80 ans BP 2 et de 2290 ± 80 ans BP '. Les balanes sont donc mortes entre 400 et 500 ans ap. J.-c., au moment où ce secteur colmaté a cessé d'être en communication avec la mer (Jourdan 1976). 2) La base d'un trop-plein du réservoir d'eau douce, daté de la première moitié du II' s. de notre ère, se situe à 2 MC 697 A, date calibrée, selon les tables de Stuiver et Braziunas (1993), 35 ans av. J.-c ans ap. J.-C. 3 MC 697 B, date calibrée 132 ans av. J.-c ans ap. J.-C.

5 LES VARIATIONS DU NIVEAU DE LA MER À MARSEILLE 39-0,20 m NGF, ce qui suppose un niveau de la mer inférieur d'au moins 0,30 m par rapport au 0 NGF, pour que l'orifice du trop-plein soil fonctionnel (Guéry, Pirazzoli, Trousset 1981). 3) Une surface de circulation est dalée du débul du Il' s. de notre ère. Celle aire, vers 0 NGF, serait aujourd'hui ennoyée (Guéry, Pirazzoli, Troussel L981). 4) Une roue à aubes, dalée des IV' et V, s. ap. J.-c., alimentée par des eaux de source, a son berceau à -0,80 m NGE Le fossé d'évacuation (à - 0,35 m NGF) dirigeait l'écoulemenl vers le niveau de base (Guéry, Pirazzoli, Trousset 1981). 5) Les surfaces d'utilisation, datées du VI' s. ap. J.-c., se positionnent entre 0 et + 0,20 m NGF (Bonifay 1983) et seraient donc aujourd'hui partiellement ennoyées. 4. Nouvelles données obtenues sur les récents chantiers La méthodologie suivie (Laborel, Laborel Deguen 1994 ; Morhange 1994) et les données correspondantes ont déjà été présentées (Morhange et al. 1996; Morhange et al ; Morhange, Laborel, Hesnard 2001). Nous ne donnons ici que les mesures les plus fiables et les plus précises. 1) Sous la place Villeneuve-Bargemon, à la base de la stratigraphie, une couche de galets trangresse Le substrat oligocène jusqu'à - 0,164 m NGE L'épaisseur de la couche est de 0,20 m au sud et de 0,70 m au nord. Les J.-C _.. _~ ~-----; _.. ~.. _--_.._ ' galets présentent une morphologie marine particulière avec de la faune fixée (Osrrea sp., Chama sp., SerpuLa concharum et Pomaroceros Lamarckii) qui indique le sommet de l'étage infralilloral en mode calme. Les coquilles ont été datées 4420 ± 45 ans BP (Ly 8423), soit L5 ans av. J.-c. Ce sédiment indique donc un niveau marin avec une précision médiocre de ± 0,20 m. 2) Une bio-accumulation d'algues calcaires (Mesophyllum coralloides) constitue un faciès de maërl jusqu'à une hauteur maximale de - 0,148 m NGE L'épaisseur minimale de la couche est de 0,10 m au nord du chantier Villeneuve-Bargemon. Les thalles ont été datés 3705 ± 45 ans BP (Ly 8374), soit ans av. J.-c., indiquant un niveau marin, correspondant au sommet de l'étage infralittoral avec une précision médiocre de ± 0,20 m. 3) Place Villeneuve-Bargemon, un quai, daté vers ans av. J.-c., montre une limite supérieure moyenne des balanes vers -0,63 m NGF correspondant au niveau marin de l'époque à ± 0,5 m près (Hermary, Hesnard, Tréziny 1999). Un niveau comparable, vers - 0,67 m ± 0,10 m NGF (vers ans av. J.-C.), a été observé sur les pieux d'un quai aménagé devant la muraille archaïque de la Bourse (Herrnary, Hesnard, Tréziny 1999). 4) Sur le quai hellénistique de la place Jules-Verne, fondé vers 100 ans av. J.-c., une limite supérieure de balanes indique un niveau marin vers - 0,68 m NGF (± 0,10 ml. Les balanes sont mortes lors du colmatage et 2000., ONGF , , ~ , ; : F05S~-mo~er <>,2 Çluai ra ain , ~- (LB) ;- (DG) ,3 ---~ ~ ,4 f--~-+_- ;_;=±=:_'_-_.,_f--:----+_-_;_-_t0.5 : Quai r main : : ;-----{V~}-o-.oJarrôiriâ ri------: ~'~-l!~~bt_c!'!1-~_-~~~i he l~tiq-j~jy.~ ;- --:------(-V}-----, { ,.., '.. 0-, J _ ; ;; ;-;--t---+-:_-+1 m -- :ct.. ---~ :----.-;--- -" )... _---...~ ; : Ligne- ~-~i~~~~ r j :'Agé-d 'B'rb-riz~-" 'UtiidphyÎÎü - iicîîênqiifes i---"'''''--4~'j--'-' --l---ka~'9lall ' --+ 1,5 Li e de rivage Laborel et al, 1994 : --1éol(~~i)qy::::::e Mort:range al.; Donhées M rseille : (JV~ Jules erne : DG:::; de Ga Ile : VB=, Villene ve Baréemon LB=:La. Bou se.' '_ : :$E- 1 '--_L-_-'--_~--'---...L ~_...L._-'- de l'abandon du quai vers 50 ans av. J.-c. 5) Sur le quai romain de la place Jules-Verne, fondé vers 20 ans ap. J.-c., une limite supérieure de balanes indique un niveau marin vers - 0,65 m NGF (± 0,10 m) datant de la deuxième moitié du Il' s. de notre ère. 6) Sur un mur bordant un fossé de la fouille de la place Général-de-Gaulle, une limite supérieure de balanes vers - 0,12 m NGF a été datée 250 ± 130 BP (LGQ 906) ou plus jeune que 1440 ans de notre ère. Cette datation est compatible avec la date connue du comblement du fossé en 1660 par Louis XlV. Aucun indice de niveau marin supérieur à la cote actuelle n'a été identifié. 5. Discussion Le diagramme âge/profondeur (fig. 5) montre que le niveau relatif de la mer a connu trois principales phases depuis 5000 ans. Fig. 5. Mobilité relative du niveau de la mer à Marseille et à La Ciotat (c. Morhange).

6 40 Christophe MORHANGE Entre 2500 ans av. J.-c. et 500 ans ap. J.-c., la montée du niveau de la mer est relativement rapide, de l'ordre de 0,7 mm/an. Depuis l'antiquité tardive, on assiste à un ralentissement marqué de la vitesse de montée relative du niveau de la mer de l'ordre de 0,1 mm/an depuis 1500 ans. Cette décélération des vitesses aboutit à une quasi-stabilisation du plan d'eau depuis environ 500 ans. Enfin, depuis la fin du siècle dernier, les marégraphes indiquent une nouvelle montée du niveau marin de l'ordre de 0.11 m (B lanc, Faure 1990). Cette observation est compatible avec la théorie actuelle de l'effet de serre et de ses impacts sur la montée du niveau marin. Ces données marseillaises se superposent bien au nuage de points que nous avons obtenu par l'étude des bioconstructions littorales d'algues calcaires à Lylhophylllllll lichenoides à La Ciotat (Morhange el al ; Laborel el al. 1994). Les autres courbes obtenues sur le littoral méditerranéen français par J. Aloïsi, A. Monaco, N. Planchais, J. et Y. Thommeret (Aloïsi el al. 1978), localement précisées par A. L'Homer, F. Bazile, J. et y. Thommeret (L' Homer el al. 1981), M. Dubar et E. Anthony (1995), Blanc ( ) et S. Sartoretto, M. Verlaque, J. Laborel (1996) mettent aussi en évidence cette décélération des vitesses depuis 5000 ans BP qui est bien connue dans le monde (Pirazzoli 1991 ; Pirazzoli 1996). La signalisation, fréquemment citée, d'un niveau holocène supérieur au niveau actuel au cap Romarin en Languedoc (Aloïsi el al. 1978) s'est récemment révélée correspondre à une période beaucoup plus ancienne (Laborel el al. 1998). Sur le site très particulier de Fos, C. Vella, M. Bourcier et M. Provansal (Vella, Bourcier, Provansal 1998 ; Vella, Provansal 2000) mettent en évidence des niveaux marins nettement au-dessous des autres mesures, avec un décalage maximal de - 2 m par rapport à Marseille ou La Ciotat (Vella 1999). Ces observations doivent être discutées en relalion avec le schéma tectonique régional. À Fos, les substrats pléistocène et miocène semblent peu susceptibles de tassement. Au sein de la série holocène, les points retenus à la base des tourbes permettent de limiter l'hypothèque de compactions éventuelles. C. Vella et ses collaborateurs retiennent donc la probabilité de mouvements tectoniques négatifs pour expliquer la différence observée avec les autres sites (Vella, Bourcier, Provansal 1998). Cette hypothèse serait compatible avec la présence de la faille active de Salon-Cavaillon (Combes 1984 ; Terrier 1991 ; Tesson, Allen 1995 ; Peulvast el al. 1999). La similitude des résultats obtenus entre Marseille et La Ciotat plaide donc en faveur d'une slabilité relative à l'est de la faille de la Durance. La mobilité tectonique et isoslatique est inférieure aux fourchettes de précision des indicateurs utilisés. La mise en évidence récente de plusieurs niveaux marins submergés, attribués à l'holocène, entre Carry-le-Rouet et Port-Cros, semble confirmer cette hypothèse (Collina-Girard 1992 et 1997 ; Lambeck, Bard 2000). Christophe MORHANGE Maître de conférences à l'université de Provence Institut universitaire de France CEREGE (UMR 6635) Europâle Méditerranéen de l'arbois BP80 F - Aix-en-Provence Cedex 4 Abréviations bibliographiques Aloïsi el al : ALOïSt (J.-c.). MO ACO (A.). PLANCHAtS (.), THOMMERET (J.), THOMMERET (Y.) - The Holocene transgression in the golfe du Lion, Southwestern France: paleogeographie and paleobotanicaj evolution. Géographie Physique et Quaternaire. 32, 2, 1978, J Benoit 1947 : BE OIT (F.) - Notes de terrain 1947, Fonds F. Benoit. Avignon, archives du Palais du Roure. Benoit 1948 : BE OIT (E) - Informations archéologiques, XIIe circonscription. GaJfîa, , Benoit 1953 : BE OIT (E) - Informations archéologiques, XIIe cir conscription. Ga/lia. Il, 1953, Benoit 1972: BENOIT (E) - L'évotution topographique de Marseille. Le port et l'enceinte à la lumière des fouilles. Latomus, 31, 1972, Blanc 1995-t996 : BLANC (J.-J.) - Réflexions sur l'érosion liltorale et les variations du niveau marin, du Pléistocène supérieur à J'ac tuel, en Méditerranée, relations avec les données de la Préhistoire. 8ul/. Mu~. Arlfhropol. MOllaco, 38, , Blanc, Faure 1990: BLANC (J.-J.), FAURE (H.) - La montée récente du niveau de la mer. exemples de Marseille, Gênes et Venise (Méditerranée). Géologie Méditerranéenne, 17,2,1990, Bonifay 1973 : BONIFAY (E.) - Données géologiques sur la transgression versilienne le long des côtes françaises de la Méditerranée. In : Le Quaternaire, géodynamique, stratigraphie el environnemerlf, Acles du ~ congrès de l'/nqua. Christchurch. Paris, CNRS, t973, t (Bull. AFEQ Suppl. 36). Bonifay 1980 : BO IFAY (E.) - Niveaux marins plio-pléistocènes et tectonique récente des côtes françaises de la Méditerranée. ln : Nil'eaux marills et tectonique dans l'aire méditerranéenne, Acles du callaque. CNRS, t Bonifay 1983 : BONtFAY (M.) - Étéments d'évotution des céramiques de l'antiquité tardive à Marseille d'après les fouilles de la Bourse. RAN, t6, t983, Bonifay, Courtin 1995 : BONIFAY (E.), COURTtN (1.) - Les remplissages des grottes immergées de la région de Marseille. In : CAMPS (G.), éd. - L'Homme préhistorique et la mer, Actes du

7 LES VARIATIONS DU NIVEAU DE LA MER À MARSEILLE 41 12& congrès national des sociétés historiques et scîelltifiqlles, Aixen-Provence, 23-26oclobre Paris, CTHS, 1995, Bonifay, CourHn, Thommerel1971: BONIFAY (E.), COURTIN (J.) THüMMERET (J.) - Datation de la transgression versilienne dans la région de Marseille. C. R. Acad. Sc. Paris, 273, D. 1971, Cayeux 1907 : CAYEUX (L.) - Fixité du niveau de la Méditerranée à l'époque historique. Annales de Géographie , Clerc : CLERC (M.) - Massalia, histoire de Marseille dans l'antiquité des origines à la fin de j'empire romain d'occident (476 après l-c). Marseille, ,2 tomes (480; 489 p.). Collina-Girard 1992 : COLLINA-GIRARD (J.) - Présentation d'une cane bathymétrique au 1/25()(X) du préconlinent marseillais (au large de la zone limitée par la groue Cosquer ell'habilal préhistorique de Carry-le Rouet). Géologie Méditerranée,me, 19,2,1992, Collina-Girard 1997 : COLLINA-GlRARD (1.) - Profils littoraux en plongée el niveaux d'érosion eustatiques près de la grotte Cosquer (Marseille) et en Provence. C. R. Acad. Sc. Paris, 324, lia, 1997, Combes 1984 : COMBES (P.) - La tectonique récenle de la Provence occidentale, microlectonique, caractéristiques dynamiques el cinématiques. Méthodologie de zonation tectonique et relations avec la séismicité. Strasbourg, Université Pasteur, 1984, 182 p. (thèse de 3 e cycle). Denizot 1939 : DENIZOT (G.) - Le niveau récent et les dernières variations. In : Titres et travaux de Georges Denizot, notice sur les recherches de géologie. Marseille, Impr. Marseillaise, Denizot 1951 : DENIZOT (G.) - Les anciens rivages de la Méditerranée française. Bull. IlIsr. Océanogl: Monaco, , 56 p. Denizot 1957 : DENIZOT (G.). - Le rivage de Provence el Languedoc au temps des Ligures, la côte provenç:tle. Revue d'études Ligures. 1-2, 1957,5-50. Dubar, Anthony 1995 : DUBAR (M.). ANTHONY (E.) - Holocene environmental change and river mouth sedimenullion in the Baie des Anges. French Riviera. Quatemary Research, , Euzennat 1969 : EUZENNAT (M.) - Circonscription de Provence Côte d'azur-corse (région Sud). Gallia, 27, Ganlès 1992 : GANTÉS (L.-E) - La topographie de Marseille grecque. Bilan des recherches ( ). In : Marseille grecque et la Gallle, Gnuvernet 1946 : GOUVERNET (C) - Fouilles archéologiques exécutées dans les quartiers du Vieux-Port à Marseille. rapports du 30 mars el du 10 mai 1946, Fonds F. Benoit. Aix-en-Provence, Archives du SRA, 1946,2 p.-i pl. el 2 p. Gouvernet 1947 : GOUVERNET (c.) - Fouilles archéologiques exécutées dans les quartiers du Vieux-Port à Marseille. rapport du 8 décembre 1947, Fonds F. Benoit. Avignon. archives du Palais du Roure, 1947,6 p. Gouvernet 1948 : GOUVERNET (c.) - Une plage ancienne dans le Lacydon à Marseille. Bull. Soc. LinlJ. de Prov., 16, 1948, Guéry 1992 GUÉRY (R.) - Le port antique de Marseille. In : Marseille grecque et la Gaule, Guéry, Pirazzoli, Troussel 1981 : GUÉRY (R.), PIRAZZOLI (P.), TROUSSET (P.) - Les variations du niveau de la mer depuis l'antiquité à Marseille et à La Couronne. Histoire et archéologie, 1981,8-17. Guieu 1968 GUIEU (G.) - Élude tectonique de la région de Marseille. Marseille, Université de Provence Aix-Marseille l, Marseille Sai ni-charles, 1968,608 p. (thèse de doctorat d'état). Guieu 1977 GUIEU (G.) - Élude tectonique de la région de Marseille. Géologie Méditerranéenne, 4, ,9-24. Guieu, Ricour, Rouire 1996 : GUIEU (G.), RICOUR (J.), ROUIRE (1.) - Découverte géologique de Marseille et de sml décor montagne/lx. Marseille, Laffine. 1996,215 p. Hermary, Hesnard, Tréziny 1999 HERMARY (A.), HES- NARD (A.), TRÉZINY (H.), dir. - Marseille grecque, av. J.-c. La cité phocéenne. Paris, Errance, 1999, 181 p. Hesnard 1994 : HESNARD (A) - Une nouvelle fouille du port de Marseille, place Jules Verne. CRA/, janvier-mars. 1994, Jourdan 1976 : JOURDAN (L.) - La faune dit site gallo-romain et paléochrétien de la Bourse (Marseille). Aix-Marseille, CNRS, 1976,338 p. L'Homer el al : L'HOMER (A.), BAZILE (E), THOMMERET (l), THOMMERET (Y.) - Principales étapes de l'édification du della du Rhône de 7000 BP à nos jours. variations du niveau marin. Ocean;" 7. 4, 1981, Laborel el al : LABOREL (J.), MORHANGE (C), LAFONT (R.), LE CAMPION (J.), LABOREL-DEGUEN (E), SARTO RETrO (S.) - Biological evidence of sea-ievel rise during the lasl 4500 years. on the rocky coasts of continental southwestern France and Corsica. Marine Geology, 120, 1994, Laborel et al : LABOREL (J.). ARNOLD (M.), LABOREL DEGUEN (E), MORHANGE (C). TISNERAT-LABORDE (.) Confirmation de l'âge pléistocène de l'encoche marine de Cap Romarin, Port-La-Nouvelle, Languedoc, France. Géomorphologie, 2, 1998, Laborel, Laborel-Deguen 1994 LABOREL (J.). LABOREL- DEGUEN (F.) - Biological indicators of relative sea level varia lions and of co-sei smic displacements in Ihe Mediterranean region. Journal ofcoasral Research , Lambeck, Bard 2000 : LAMBECK (K.), BARD (E.) - Sea-Ievel change along Ihe French medilerranean coast for the past years. Earth and Planetary Science Let/ers. 175,2000, Mars 1947 ; MARS (P.) ~ Les mollusques des plages grecques et romaines du Lacydon à Marseille. BIIII. Mus. Hist. Nat. Mars., 7, 4,1947, Marseille grecque et la Gaule BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGÉS (G.), TRÉZINY (H.), éd. - Marseille grecque et la Gaule. Actes du colloque international d'histoire et d'archéologie et du v~ congrès archéologique de Gaule méridionale, Marseille, /8-23 novembre Laltes/Aix-en-Provence, ADAMlUniversité de Provence, 1992,497 p. (Ét. Massa. 3). Molinier 1948: MOUNIER (R.) - Rapport de R. Molinier chargé par la Direction Régionale des Antiquités de l'étude botanique des fouilles du Vieux-Port, note sur les pieux, débris d'objels de bois divers et de fruits exhumés lors des fouilles du Vieux Port à Marseille, Fonds F. Benoit., arch. SRA, Aix-en-Provence, 1948,3 p. Morhange 1994 : MORHANGE (C) - La mobilité des littoraux provençaux Élémenls d'analyse géomorphologique. Aix-en Provence, Université de Provence, 1994,269 p. (thèse de doctorat). Morhange el al : MORHANGE (C), LABOREL (J.), LABO REL-DEGUEN (E), LOUNNAS (V), VERRECCHIA (E.) Indicateur biologique el variations relatives du niveau de la mer sur les côtes rocheuses de Provence. Géologie méditerranéenne, 20, 1993, Morhange el al : MORHANGE (C), LABOREL (J.), HES NARD (A.). PRONE (A.) - Varialion of Relative Mean sea Level during the last 4000 years on the northern shores of the Lacydon, the ancient harbour of Marseille. Journal of coastal research, 12, ,

8 42 Christophe MORHANGE Morhange el al : MORHANGE (e.), PROVANSAL (M.), VELLA (C)., AR AUD (P.), BOURCIER (M.), LABOREL (J.) Montée relative du niveau de la mer el mouvements du sol à l'holocène en basse Provence (France. Méditerranée). Allnales de Géographie, 600, 1988, Morhange, Lahorel, Hesnard 2001 : MORHANGE (e.), LABO REL (1.), HES ARD (A.) - Changes of relative sea level during the pasl 5000 years in the ancien! harbour of Marseilles. Southem France. PaJaeogeografy, PalaeoclimalO/ogy, Palaeoecology, , Nury 1988 : NURY (D.) - L'Oligocène de Prove'lce méridionale, slra ligraphie dynamique sédimentaire, reconstitutions paléogéographiques. 1988,395 p. (DocumenlS du BRGM 163). Peulvast el al : PEULVAST (J.-P.), BAROUX (E.), BELLIER (O.), SEBRJER (M.) - Le prohlème de J'activité des failles de Nîmes, de Salon-Cavaillon et de la Moyenne Durance (Sud-Est de la France) : apports de la géomorphologie structurale. Giomor phologie, 4, 1999, Pirazzoli 1991 : PIRAZZOLI (P. A.) - World atlas of holocene sealevel changes. Elsevier. Oceanography Series, 58, 1991, 300 p. Pirazzoli 1996 : PIRAZZOLI (P. A.) - Sea level Challges. Wiley, 1996,211 p. Pirazzoli, Thommerel 1973 : P[RAZZOLI (P.), THOMMERET (J.) Une donnée nouvelle sur le niveau marin à Marseille à J'époque romaine. C. R. Acad. Sc. Paris, 277, D, 1973, Sarlorelto, Verlaque, Lahorel 1996 : SARTORETTO (S.), VER LAQUE (M.), LABOREL (J.) - Age of senlement and accumulalion rate of submarine «coralligène» (-10 m to -60 m) ofthe notthweslern Mediterranean Sea ; relation to Holocene rise in sea level. Morille Ceology, 130, 1996, Stuiver, Brazuinas 1993 : STUIVER (M.), BRAZIUNAS (T. E) Modelling atrnospheric 1 4 C influences of marine samples to Be. Radiocarboll, 35, l, 1993, Suess : SUESS (E.), MARGERIE (E.) trad. - Das Amlin der Erde [La face de la terre). Paris, Colin, [ Terrier 1991 : TERRIER (M.) - NéOleclonique de la Provence occidentale, France: vers ulle analyse multicritères des défannotions récentes. Application à /a classification des structures sismogènes. Orléans, BRGM, p. Tesson, Allen 1995 : TESSON (M.), ALLEN (G.). - Contrôle tectonique et eustatique haute fréquence de l'architecture et de la stra tigraphie de dépôts de plate-forme péricratonique. Exemple du golfe du Lion (Méditerranée, France) et des dépôts quaternaires. C. R. Acad. Sc. Paris, 320, lia, 1995, Varoqueaux : VAROQUEAUX (e.) - L'épave du musée des Docks à Marseille. ttudes classiques (Aix) Vasseur 1911 : VASSEUR (G.) - Nouvelles découvertes et observa tians relatives à Massalia. Bull. Soc. Arch/o. Prove,rce. 17, Vasseur 1914 : VASSEUR (G.) - L'origine de Marseille. Fondation des premiers comptoirs ioniens de Massalia vers le milieu du vne siècle. Résultats de fouilles archéologiques exécutées à Marseille dans le Fort Saint-Jean. Ann. Mus. Hist. Nal. Marseille. XIII, 1914,2 vol. (284 p.). Vella 1999 : VELLA (e.) - Perception et évaluation de la mobilité du littoral holocène sur la marge orientale du delta du Rhône. Marseille. Université de Provence. 225 p. (thèse). Vella, Provansal 2000 : VELLA (e.), PROVANSAL (M.) - Relative sea level rise and neotectonic events during the last6500 years on the Southern Eastern Rhône Della, France. Marine Ce%gy. 170, 2000, Vella, Bourcier, Provansal 1998 : VELLA (C.), BOURCIER (M.), PROVANSAL (M.) - Montée du niveau marin et sédimentation holocène sur la marge orientale du delta du Rhône. Provence, France. Bull. Soc. Céol. France, 169,3,1998,

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle 7ème Journée de restitution des résultats de l Observatoire du Patrimoine Naturel Marais poitevin jeudi

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

ANALYSE SPATIALE, MODELISATION DES DYNAMIQUES DE PEUPLEMENT ET DE GESTION DE L ESPACE DU PLATEAU DE SACLAY DE LA PROTOHISTOIRE A L EPOQUE MEDIEVALE.

ANALYSE SPATIALE, MODELISATION DES DYNAMIQUES DE PEUPLEMENT ET DE GESTION DE L ESPACE DU PLATEAU DE SACLAY DE LA PROTOHISTOIRE A L EPOQUE MEDIEVALE. Résumé : ANALYSE SPATIALE, MODELISATION DES DYNAMIQUES DE PEUPLEMENT ET DE GESTION DE L ESPACE DU PLATEAU DE SACLAY DE LA PROTOHISTOIRE A L EPOQUE MEDIEVALE. Doctorante à Paris I - UMR 4586 Laboratoire

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure

Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation d une campagne de sondages dans la plaine alluviale du Rhône à Péage-de-Roussillon Rapport de mesure Réalisation Nicolas Talaska, Anthony Guinchard Juin 2014 1 Table des matières 1. Contexte

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

MARSEILLE PROVENCE UN ACCENT DU SUD

MARSEILLE PROVENCE UN ACCENT DU SUD LG VOYAGES à Pessac 3 avenue E et M Dulout 33600 PESSAC Tél : 05 56 45 31 52 E-mail : lgvoyages.accueil@orange.fr LG VOYAGES à Pessac 3 avenue E et M Dulout 33600 PESSAC Tél : 05 56 45 31 52 E-mail : lgvoyages.accueil@orange.fr

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

L évolution du trait de côte : un bon indicateur de la dynamique sédimentaire de l avant côte? Le cas du Languedoc-Roussillon

L évolution du trait de côte : un bon indicateur de la dynamique sédimentaire de l avant côte? Le cas du Languedoc-Roussillon XIII èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Dunkerque, 2-4 juillet 2014 DOI:10.5150/jngcgc.2014.029 Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online L évolution

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR. Une base de données bibliographiques unique sur

GUIDE UTILISATEUR. Une base de données bibliographiques unique sur GUIDE UTILISATEUR Une base de données bibliographiques unique sur la Manche pour les scientifiques et gestionnaires du milieu marin. 1 2 ChanneLIS, une base de données bibliographiques scientifique unique

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778»

Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle - 1700-1778» LE DOUDIC Kévin Doctorant en Histoire Moderne Document actualisé le 03/01/2015 THÈMES DE RECHERCHES Titre de la thèse : «L Inde vécue. De l objet à la société, les Français à Pondichéry au XVIII e siècle

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011

Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 Plan de Prévention des Risques Naturels sur les Bas-Champs du Sud de la Baie de Somme Rencontre Nationale IFFORME Dimanche 23 octobre 2011 D.D.T.M de la Somme SOMMAIRE Les risques majeurs sur le littoral

Plus en détail

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90)

TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE (90) SOCIETE TRAITEMENT-RECUPERATION-TRANSFORMATION ZONE INDUSTRIELLE - UNGERSHEIM - 68 190 ENSISHEIM TÉL. : (89) 48.27.80 ETUDE DE LA FAISABILITE D'UNE DECHARGE DE DECHETS INDUSTRIELS DANS LA CARRIERE DE FOUSSEMAGNE

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015

UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015 UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015 Numéro dans le SI local : 0828 Référence GESUP : 0828 Corps : Professeur des universités Article : 46-1 Chaire : Non Section 1 : 20-Anthropologie biologique,

Plus en détail

maison ; atelier ; garage de réparation automobile

maison ; atelier ; garage de réparation automobile Maison et atelier, puis garage de réparation automobile 24 avenue de Tresserve Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73001964 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques

Un forum d échanges pour les professionnels de la construction Un site à l usage des conducteurs de travaux Une plateforme d informations techniques Rapport technique / Machines Contenu : Système pousse-tube Rédaction Date : Laurent Chevrier / Etudiant ETC 3ème année : 8 janvier 2013 Système pousse-tube Introduction Anciennement, les travaux de mise

Plus en détail

Eléments de doctrine de maîtrise de l'urbanisation dans les zones à risques proposée par la DDTM en l'attente de validation en CAR

Eléments de doctrine de maîtrise de l'urbanisation dans les zones à risques proposée par la DDTM en l'attente de validation en CAR Eléments de doctrine de maîtrise de l'urbanisation dans les zones à risques proposée par la DDTM en l'attente de validation en CAR 1) contexte général Le département du Morbihan est soumis aux risques

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem.

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien long Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... a bien longte Il y a bien lon longtemps... Il y a bien longtemps... Il

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique

SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND. Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56. Notice Technique SIVOM DE LA VALLEE D AULPS BP 24 74 110 ESSERT ROMAND Tél. : 04.50.79.58.51. Fax. : 04.50.79.58.56 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été élaborée

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

Les Lieux de Mémoire Communs franco-québécois

Les Lieux de Mémoire Communs franco-québécois Les Lieux de Mémoire Communs franco-québécois Les Cartes Régionales des Lieux de Mémoire Communs I Historique du Projet 1-Initiatives et Premiers Pas : année 2001 année 2002. 2-Mise en œuvre du Projet:

Plus en détail

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation

SOMMAIRE. III.2.2 ) LE FILTRE A SABLE VERTICAL NON DRAINE III.2.2.1 ) Dimensionnement III.2.2.2 ) Installation SOMMAIRE I ) L'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF I.1 ) Généralités I.2 ) Le SPANC II ) PRETRAITEMENT II.1 ) Principe II.2 ) Dimensionnement II.3 ) Installation II.4 ) Entretien III ) TRAITEMENT III.1 ) L'EPANDAGE

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE

ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE 1 ENSA Paris-Val de Seine Yvon LESCOUARC H ETUDE D UN BATIMENT EN BETON : LES BUREAUX E.D.F. A TALENCE Architecte : Norman FOSTER 2 LES BUREAUX EDF A TALENCE Ce bâtiment de bureaux conçu par l'agence de

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD Mail : leonardlouisearchitecte@yahoo.fr Site Web : www.leonardlouisearchitecte.sitew.com BI-CURSUS, DESS, MATERIAUX POUR L ARCHITECTURE 2003-2004 École d

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

Canal Latéral à La Loire Région Centre, Département du Cher

Canal Latéral à La Loire Région Centre, Département du Cher Figure 1 : arbre tombé au niveau de la passerelle de Cuffy, PK112 PK113 Fallen tree by the Cuffy footbridge, Km marker 113 Crédit Photo : Michèle et Gérard B. D B A / E n t e n t e d e s C a n a u x d

Plus en détail

Maison, actuellement bureaux

Maison, actuellement bureaux Maison, actuellement bureaux 95 avenue du Grand-Port Chourdy-Pont Rouge Aix-les-Bains Dossier IA73002139 réalisé en 2013 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique - Filtre à sable vertical non drainé: Cette filière a été

Plus en détail

ÉTUDE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES SALISSURES BIOLOGIQUES DE PLAQUES EXPÉRIMENTALES IMMERGÉES EN PLEINE EAU

ÉTUDE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES SALISSURES BIOLOGIQUES DE PLAQUES EXPÉRIMENTALES IMMERGÉES EN PLEINE EAU TETHYS 1 (3), 1969 pp 709 714 ( ~~1ol ÉTUDE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES SALISSURES BIOLOGIQUES DE PLAQUES EXPÉRIMENTALES IMMERGÉES EN PLEINE EAU I. - Conditions de l'expérience par Denise BELLAN.SANTINI,

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail

Venez tourner aux Gobelins

Venez tourner aux Gobelins enez ourner ux obelins Le site du Mobilier national se compose de deux ensembles architecturaux distincts, disposés de chaque côté de la rue Berbier-du-Mets dont le tracé suit celui de la Bièvre recouverte

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

Ywood Les Docks Libres à Marseille

Ywood Les Docks Libres à Marseille Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 1 Ywood Les Docks Libres à Marseille Stéphane Bouquet NEXITY / YWOOD FR-Paris, Marseille 2 Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 5 ème Forum International

Plus en détail

CAR/ASP. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin G. Pergent

CAR/ASP. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin. J. G. Harmelin G. Pergent Liste de Référence des Types d Habitats Marins pour la sélection des sites à inclure dans les inventaires nationaux de sites naturels d intérêt pour la conservation CAR/ASP G. Pergent Juillet 2006 Avant-propos

Plus en détail

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015

RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 15/01/2015 RN1569 Déviation de Miramas Construction de l'oa16 Sommaire Données générales et contraintes Caractéristiques de l'ouvrage Les études de projet Quelques photos du chantier 2 Données générales et contraintes

Plus en détail

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal

Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal Ancienne usine de construction métallique de la Société des Ponts et Travaux en Fer, devenue usine métallurgique Usinor, puis Arcelor-Mittal rue de Finsterwalde Montataire Dossier IA60001666 réalisé en

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

France Provence, près de St. Rémy-de-Provence

France Provence, près de St. Rémy-de-Provence France Provence, près de St. Rémy-de-Provence Luxueuse maison de maître de style provençal situé proche de St. Rémy et les Bauxde-Provence, 3 min dehors d un des villages les plus charmant de la région.

Plus en détail

TOSSA DE MAR ITINÉRAIRES ET PARCOURS

TOSSA DE MAR ITINÉRAIRES ET PARCOURS FR OFICINA DE TURISME OFFICE DE TOURISME MUNICIPAL Avinguda del Pelegrí, 25 - Edifici La Nau 17320 Tossa de Mar Costa Brava Girona Spain Tel. +34 972 340 108 email: info@infotossa.com www.infotossa.com

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

ETAT CIVIL FONCTIONS

ETAT CIVIL FONCTIONS ETAT CIVIL Nom : Prénom : REGAD - ALBERTIN Caroline Date de naissance : 08/04/1984 Adresse professionnelle : Courriel : Université de Toulon Faculté de droit 35, avenue Alphonse Daudet BP 1416 83056 TOULON

Plus en détail

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Cahier spécial des charges «Placement de fascines» Document de référence à l attention des Administrations communales en vue de l attribution d un marché

Plus en détail

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 1'910'000.- pour la rénovation des conduites d'eau, de gaz, d'électricité,

Plus en détail

Le Bronze moyen et l'origine du Bronze final

Le Bronze moyen et l'origine du Bronze final COLLOQUE INTERNATIONAL «BRONZE 2014» du 17 au 20 juin 2014 à Strasbourg, Hôtel du Département Le Bronze moyen et l'origine du Bronze final en Europe occidentale, de la Méditerranée aux pays nordiques (XVII

Plus en détail

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin Passage de véhicules particuliers Si il est installé suivant nos consignes, le système offrira des décennies de sécurité. Vous pouvez même l intégrer sous une allée avec un passage de véhicules particuliers.

Plus en détail

BREST METROPOLE OCEANE

BREST METROPOLE OCEANE BREST METROPOLE OCEANE SUIVI MORPHO-SEDIMENTAIRE DE LA PLAGE DE SAINTE-ANNE-DU-PORTZIC (COMMUNES DE BREST ET PLOUZANE) DANS LE CADRE DES OPERATIONS DE REHABILITATION Bernard FICHAUT Serge SUANEZ Marianne

Plus en détail

L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés

L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés Hervé HAVARD Directeur adjoint Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées d'angers Gilles SINOIR Technicien supérieur Division Informatique

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL

BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL BUREAU DE RECHERCHES GÉOLOGIQUES ET MINIÈRES SERVICE GÉOLOGIQUE NATIONAL B.P. 6009-45018 Orléans Cedex - Tél.: (38) 63.00.12 VILLE DE WOIPPY (57) S.I.V.O.M. DE L'AGGLOMERATION MESSINE (57) CURAGE ET APPROFONDISSEMENT

Plus en détail

ETUDE DES BRANCHEMENTS AU RESEAU COLLECTIF. Syndicat Intercommunal d' Assainissement du Haut des Rangs (S.I.A.H.R.)

ETUDE DES BRANCHEMENTS AU RESEAU COLLECTIF. Syndicat Intercommunal d' Assainissement du Haut des Rangs (S.I.A.H.R.) ETUDE DES BRANCHEMENTS AU RESEAU COLLECTIF Syndicat Intercommunal d' Assainissement du Haut des Rangs (S.I.A.H.R.) PROGRAMME DE LA REUNION Objectifs de cette étude Moyens mis en œuvre Programme Coûts Et

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE)

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) Cadastre de 1981, section F, parcelle 141 Cadastre de 1841, section F, parcelle 200 Coordonnées : Lambert zone 3, x = 982,63 y = 178,21 DESCRIPTION DESCRIPTION GENERALE EXTERIEURE

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Objectif : le fonctionnement de la planète et une application (géothermie) - EXAO, tableur Observation : Quelle est la température moyenne au sol sur la terre? Comparer avec les données des documents suivants

Plus en détail

Les revêtements alvéolaires

Les revêtements alvéolaires GUIDE De la définition et des bons usages Des MATERIAUX DE REVETEMENT Et du PETIT MOBILIER URBAIN Relatifs à l espace public Les matériaux de revêtement Les revêtements alvéolaires Année 2011 Syndicat

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Communauté de Communes du Canton de Lorris

Communauté de Communes du Canton de Lorris Communauté de Communes du Canton de Lorris S.P.A.N.C : Service Public d Assainissement Non Collectif MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (selon Arrêté du 7 septembre 2009, Norme

Plus en détail

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3

SYLLABUS 2015-2016 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE L3 Contact Accueil Scolarité : Valérie Séris Responsable pédagogique : Sandrine VICTOR Coordonnées CUFR Jean-François Champollion, Campus d'albi Place Verdun F 81012 Albi Cedex 9 Téléphone : 05 63 48 19 81

Plus en détail

Paléocéanographie et Paléoclimatologie MER30005

Paléocéanographie et Paléoclimatologie MER30005 Université du Québec à Rimouski Paléocéanographie et Paléoclimatologie MER30005 (Pré-requis:GEO-21105 Le géosystème planétaire) Module de Géographie Session d'hiver 2011 Forçages climatiques (wikipédia.fr)

Plus en détail

LICENCE ARCHEOLOGIE. skin.:program_main_bloc_presentation_label. skin.:program_main_bloc_objectifs_label. Mention : Histoire de l'art et archéologie

LICENCE ARCHEOLOGIE. skin.:program_main_bloc_presentation_label. skin.:program_main_bloc_objectifs_label. Mention : Histoire de l'art et archéologie LICENCE ARCHEOLOGIE Mention : Histoire de l'art et archéologie skin.:program_main_bloc_presentation_label L enseignement de la licence est fondé sur une spécialisation progressive au cours des trois années

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte ANNEXE G Méthode de traversée des rivières Etchemin, Chaudière et Beaurivage en tranchée ouverte MÉTHODE DE TRAVERSÉE DES RIVIÈRES EN TRANCHÉE OUVERTE Cette annexe présente les principales étapes à réaliser

Plus en détail

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25.

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25. FICHE DECLARATIVE Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5 Demande d avis

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

association française du gaz

association française du gaz association française du gaz RECOMMANDATIONS TECHNIQUES POUR LES TRAVAUX A PROXIMITÉ DES OUVRAGES DE DISTRIBUTION DU GAZ Partie 1 : prescriptions générales Article 10 du décret n 91-1147 du 14.10.1991

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

La valeur, la vulnérabilité, la menace et le besoin de protection des grottes suisses (Géotopes spéléologiques)

La valeur, la vulnérabilité, la menace et le besoin de protection des grottes suisses (Géotopes spéléologiques) SOCIETE SUISSE DE SPELEOLOGIE SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR HÖHLENFORSCHUNG SOCITETA SVIZZERA DI SPELEOLOGIA KOMMISSION FÜR DOKUMENTATION COMMISSION DE DOCUMENTATION Concept pour l évaluation de La valeur,

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

École doctorale 124. «Histoire de l art et Archéologie» (ED VI) Formation doctorale obligatoire

École doctorale 124. «Histoire de l art et Archéologie» (ED VI) Formation doctorale obligatoire École doctorale 124 «Histoire de l art et Archéologie» (ED VI) Formation doctorale obligatoire 2014/2015 Présentation de la formation doctorale obligatoire L originalité de l École doctorale réside dans

Plus en détail

Dossier Médias Année 2012

Dossier Médias Année 2012 Dossier Médias Année 2012 Mise à jour le 02 mars 2013 Association LUERN Association Loi 1901 enregistrée le 12 août 2008 et reconnue d Intérêt Général le 8 octobre 2008 Siège Social : Maison du Patrimoine

Plus en détail