REGLEMENT INTERIEUR DU SCOUTISME FRANCAIS. Approuvé par l'assemblée générale extraordinaire du 18 novembre Page 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGLEMENT INTERIEUR DU SCOUTISME FRANCAIS. Approuvé par l'assemblée générale extraordinaire du 18 novembre 2004. Page 1"

Transcription

1 REGLEMENT INTERIEUR DU SCOUTISME FRANCAIS Approuvé par l'assemblée générale extraordinaire du 18 novembre 2004 Page 1

2 REGLEMENT INTERIEUR DU SCOUTISME FRANCAIS Préambule Entre 1911 et 1923, six associations de scoutisme se fondent en France: Eclaireurs de France, Eclaireurs Israélites de France, Eclaireurs Unionistes, Fédération Française des Eclaireuses, Guides de France, Scouts de France. Très vite, elles établissent entre elles un organisme de concertation et de représentation internationale: le Bureau Inter Fédéral (BIF) pour le scoutisme masculin, le Comité de liaison pour le scoutisme féminin. C'est en 1940 que le Scoutisme Français a été créé. La Charte de l'oradou adoptée alors par les six associations fondatrices marque clairement les choix qui sont à l'origine de cette création. Dans les années 60, le Scoutisme Français se constitue autour de 5 associations pour faire suite aux fusions de la Fédération Française des Eclaireuses avec d'autres associations membres. Au 1 er janvier 1994 le Scoutisme Français admet en son sein une sixième association, les Scouts Musulmans de France. En juin 1999 les six associations adoptent la déclaration commune reproduite en annexe afin de bien rappeler ce qui caractérise la Fédération. En 2004, les Guides de France et les Scouts de France fusionnent au sein des Scouts et Guides de France. CHAPITRE 1 PRINCIPES 1.1 Le Scoutisme Français est constitué par la réunion de diverses associations qui pratiquent le scoutisme en métropole et Outre Mer. En France, à la date d'approbation du présent règlement ces associations sont: 1. les Eclaireuses et Eclaireurs de France, 2. les Eclaireuses et Eclaireurs Israélites de France, 3. les Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France, 4. les Scouts et Guides de France, 5. les Scouts Musulmans de France Chacune de ces associations a son caractère propre et sa mission particulière. Aussi ces associations, en se fédérant dans le Scoutisme Français, entendent-elles, dans le cadre du présent règlement, conserver leur originalité et leur liberté. Page 2

3 Toute modification, autre que de forme, aux statuts d'une association membre doit être communiquée aux autres associations et pourra faire l'objet d'un examen par le Conseil national. 1.2 Si chacune de ces associations a son caractère particulier, toutes ensemble considèrent que les buts principaux du scoutisme sont: - l'épanouissement de l'individu par le développement de ses capacités physiques, intellectuelles, affectives et spirituelles; - le civisme par l'emploi de ses capacités individuelles dans le service d'autrui ; - la participation au développement de la société dans le respect de la dignité de l homme et de l intégrité de la nature. 1.3 Les associations peuvent être amenées à tenter des expériences et à chercher des formes nouvelles, mais il leur est demandé: a) de tenir les autres associations informées de leurs entreprises; b) de conserver les caractères typiques du scoutisme (et en particulier la vie d'équipe, la vie de plein air, l'esprit de recherche et de découverte, la loi scoute et la promesse) hors desquels elles s'excluraient d'ellesmêmes; c) d'étudier les remarques et suggestions des autres associations à propos d'éventuelles expériences; d) d'éviter les innovations qui entraîneraient des inconvénients graves pour les autres associations et d'y renoncer éventuellement; e) de rechercher avec elles une collaboration aussi fréquente que possible. CHAPITRE 2 ADHESION D UNE ASSOCIATION 2.1 Peut être admise au Scoutisme Français toute association ayant une représentativité nationale (en particulier agrément national de jeunesse et d éducation populaire), et représentant un courant de pensée ou une famille spirituelle de la société française ayant une expression permanente dans cette société. L'association candidate doit faire la preuve qu'elle est reconnue par les institutions représentatives d'un courant de pensée ou de cette famille spirituelle. 2.2 L'association ne doit pas entrer en concurrence déloyale avec les associations existantes déjà représentatives d'un courant de pensée ou d'une famille spirituelle. 2.3 L'association doit avoir un fonctionnement démocratique, s'abstenir de toute polémique publique vis-à-vis de l'une ou de l'autre des associations membres. Page 3

4 Le Scoutisme Français est un lieu de convergence, ses membres reconnaissent les valeurs positives des autres courants de pensée ou de familles spirituelles sans exclusion. 2.4 L'association doit faire siens les principes de la "Déclaration du Scoutisme Français" et adhérer à la constitution de l'une et/ou l'autre des organisations mondiales que sont l Association Mondiale des Guides et Eclaireuses et l Organisation Mondiale du Mouvement Scout. Ses textes de référence, et statuts en particulier, doivent être compatibles avec la présente déclaration, avec les statuts du Scoutisme Français et avec la/les constitution(s) de l'organisation mondiale à laquelle elle se rattache. 2.5 Pour être présentée à l'admission du Scoutisme Français, l'association doit avoir préalablement rencontré les associations membres du Scoutisme Français. Le Conseil national désigne alors deux rapporteurs pour examiner la demande. Au vu du rapport, le Conseil national prendra une décision. En cas de rejet, celui-ci sera motivé. En cas d'acceptation, il y aura un accord définitif après une période probatoire d'un an renouvelable une fois à la demande du Conseil national. Durant cette période probatoire, l'association cotise au Scoutisme Français, participe avec voix consultative aux divers travaux des instances. Elle ne peut se prévaloir des avantages liés à l appellation «Scoutisme Français» que sous couvert d'une association du Scoutisme Français nommée par le Conseil national et chargée de son suivi (formation, pédagogie, qualité du scoutisme, etc.) pendant la période probatoire. Toute association définitivement membre a une voix en cas de vote. Toutefois, un nouveau membre ne peut accéder au Bureau qu'après deux mandats, soit six ans. 2.6 Dans certains cas particuliers, des groupements spécifiques peuvent bénéficier du statut de membres associés du Scoutisme Français. Un contrat de coopération doit alors être établi entre le Scoutisme Français, représenté par son président, et l'association en question. Les modalités de ce contrat, sous libellé d'un contrat-type, sont précisées dans le document n 2 annexé. Le Conseil national est habilité à accepter l'adhésion d'une nouvelle association ou à attribuer le statut de membre associé. CHAPITRE 3 FONCTIONNEMENT 3.1 CONSEIL NATIONAL Le Conseil national est composé et fonctionne comme il est dit aux articles V et VI des statuts. Il est présidé par le (la) président(e) du Scoutisme Français ou, à défaut par le (la) vice-président(e). Page 4

5 3.2 MISSION DU PRESIDENT La mission du président est: - d'établir l'ordre du jour des réunions du Conseil national, - de présider ses débats, - de s'assurer de l'exécution des décisions de l'assemblée générale, en particulier la Motion d'orientation en cours, et de celles du Conseil national, - de veiller au respect des règles du Scoutisme Français. En cas de différend entre associations membres, le président peut proposer au Conseil national la constitution d'une commission chargée de formuler des propositions tant aux associations concernées qu'au Conseil national. 3.3 SECRETARIAT EXECUTIF Le rôle du secrétaire exécutif est fixé par la Conseil national au moment de sa nomination. Sous la responsabilité du secrétaire du Bureau : - il assure en particulier les comptes rendus des réunions du Conseil national et du Bureau, - il effectue toutes tâches pour lesquelles il est mandaté par le Conseil national, - il peut être appointé par le Scoutisme Français. 3.4 SECRETARIAT ADMINISTRATIF Le secrétaire administratif a en charge la gestion budgétaire, comptable et financière du Scoutisme Français dans son ensemble, sous la responsabilité du trésorier. Il peut être appointé par le Scoutisme Français. 3.5 REPRESENTATIONS Pour chaque secteur de représentation, le Conseil national désigne la ou les personnes chargées de la représentation du Scoutisme Français, détermine leur mandat et définit les limites et la durée de leurs pouvoirs. Page 5

6 3.6 COMMISSIONS Le Conseil national peut créer des commissions constituées chacune d'un ou deux représentants de chaque association conformément à l'article XII des statuts, et fixe leurs mandats. Chaque commission fonctionne sous la responsabilité d'un(e) président(e) et désigne en son sein un ou une secrétaire qui établit les comptes rendus diffusés par le secrétariat du Scoutisme Français aux membres de la dite commission puis aux membres du Conseil national. Ces commissions, générales ou spécialisées, permettent une meilleure information mutuelle et favorisent des recherches et des actions communes. Les commissions peuvent disposer d'un budget propre, attribué par le Conseil national. 3.7 COMMISSIONS GENERALES COMMISSION DES RELATIONS INTERNATIONALES DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE L'ASSOCIATION MONDIALE DES GUIDES ET ECLAIREUSES (CRIAMA) Elle est composée d'un ou deux représentants, dûment mandatés, de chacune des associations du Scoutisme Français membres de l'association Mondiale des Guides et Eclaireuses (AMGE). Elle est reconnue par l'amge sous la dénomination Scoutisme Féminin Français. Elle a un rôle consultatif et peut préparer des décisions du Conseil national pour des questions concernant exclusivement les associations membres de l'amge. Elle examine notamment les questions internationales et assure les relations avec les instances européennes et mondiales de l'amge. Elle diffuse à chaque association les informations et invitations reçues ainsi que les demandes d'accueil des guides et éclaireuses étrangères en France. Elle aide les délégations françaises à préparer leurs voyages à l'étranger, en particulier par l'édition de documentation appropriée. Pour la participation du Scoutisme Français aux manifestations internationales de l'amge, elle prend toutes mesures préliminaires jusqu'à la constitution éventuelle d'une commission spécialisée. Elle choisit ses représentants aux camps, rencontres, conférences et séminaires internationaux. Page 6

7 La présidence de cette commission est assurée à tour de rôle pour trois ans par une représentante de chaque association. Cette présidente est la commissaire internationale du Scoutisme Français pour l'amge. Les attributions de la présidente sont les suivantes: - assister aux séances du Conseil national (en cas d'empêchement, elle peut y déléguer un autre membre de la commission). Entre les séances, elle examine avec le président du Scoutisme Français les cas urgents qui pourraient survenir; - mettre en oeuvre les décisions du Conseil national sur le plan international; - établir l'ordre du jour des réunions de la commission et les présider; - établir ou maintenir la liaison avec les organisations ou mouvements étrangers pour toutes les questions touchant l'ensemble des associations; - diffuser les informations et invitations tant de l'étranger vers les associations françaises qu'en sens inverse; - représenter les associations membres de l'amge dans certaines réunions internationales. La commission se réunit au moins 5 fois par an. Elle est convoquée par sa présidente, à son initiative ou à la demande d'une association. La commission ou sa présidente peut en outre être chargée de toute autre question particulière, à la demande du Conseil national. Le secrétariat est assuré par le Scoutisme Français COMMISSION DES RELATIONS INTERNATIONALES DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE L'ORGANISATION MONDIALE DU MOUVEMENT SCOUT (CRIAMO) Elle est composée d'un ou deux représentants dûment mandatés, de chacune des associations du Scoutisme Français membres de l'organisation Mondiale du Mouvement Scout (OMMS). Elle a un rôle consultatif et peut préparer des décisions du Conseil national pour des questions concernant exclusivement les associations membres de l'omms. Elle examine notamment les questions internationales et assure les relations avec les instances européennes et mondiales de l'omms. Page 7

8 Elle diffuse à chaque association les informations et invitations reçues ainsi que les demandes d'accueil des scouts et éclaireurs étrangers en France. Elle aide les délégations françaises à préparer leurs voyages à l'étranger, en particulier par l'édition de documentation appropriée. Pour la participation du Scoutisme Français aux manifestations internationales de l'omms, elle prend toutes mesures préliminaires jusqu'à la constitution éventuelle d'une commission spécialisée. Elle choisit ses représentants aux camps, rencontres, conférences et séminaires internationaux. La présidence de cette commission est assurée à tour de rôle pour trois ans par un représentant de chaque association. Ce/cette président(e) est le/la commissaire international(e) du Scoutisme Français pour l'omms. Les attributions du/de la président(e) sont les suivantes: - assister aux séances du Conseil national (en cas d'empêchement, il/elle peut y déléguer un autre membre de la commission). Entre les séances, il/elle examine avec le président du Scoutisme Français les cas urgents qui pourraient survenir; - mettre en oeuvre les décisions du Conseil national sur le plan international; - établir l'ordre du jour des réunions de la commission et les présider ; - établir ou maintenir la liaison avec les organisations ou mouvements étrangers pour toutes les questions touchant l'ensemble des associations; - diffuser les informations et invitations tant de l'étranger vers les associations françaises qu'en sens inverse; - représenter les associations membres de l'omms dans certaines réunions internationales. La commission se réunit au moins 5 fois par an. Elle est convoquée par son/sa président(e), à son initiative ou à la demande d'une association. La commission ou son/sa président(e) peut en outre être chargée de toute autre question particulière, à la demande du Conseil national. Le secrétariat est assuré par le Scoutisme Français DISPOSITIONS COMMUNES A CES DEUX COMMISSIONS Lors des conférences mondiales et européennes seules peuvent être engagées par les votes, déclarations, motions ou toute autre intervention les associations membres de l'association Mondiale des Guides et Eclaireuses et/ou de l Organisation Page 8

9 Mondiale du Mouvement Scout, sauf mandat explicite et préalable fixé par le Conseil national. Ces choix ne doivent pas être en contradiction avec les principes fondamentaux de la Fédération. A l'issue de chaque conférence, dans un souci d'information permettant un bon fonctionnement, un rapport est présenté par les délégations en Conseil national. Ce dernier peut, le cas échéant, apporter son soutien à tout ou partie des orientations, comme manifester le fait que celles-ci ne concernent exclusivement que les associations membres de l'amge et/ou de l'omms, et en faire part s'il le souhaite aux instances internationales. Dans les conférences internationales où le Scoutisme Français a plusieurs mandats, deux attitudes sont possibles. Priorité est donnée à la recherche d'un consensus. Si la recherche de consensus n'aboutit pas, le Président de la Fédération et le/la/les président(es) des commissions internationales du Scoutisme Français s'abstiennent et chaque association reçoit un mandat. Les deux commissions internationales ont des séances de travail communes chaque fois qu elles le jugent nécessaire ou sur demande du Conseil national COMMISSION FORMATION La commission est composée d'un ou deux membres par association. Elle se réunit suivant les besoins au moins cinq fois par an. Le compte rendu de ses réunions est adressé sous quinzaine aux membres du Conseil national. Le compte rendu des travaux de la commission figure dans le rapport du président du Scoutisme Français à l'assemblée générale. La présidence de la commission est assurée par chaque association, à tour de rôle, pour une durée de trois ans. Les propositions de la commission doivent recueillir le consensus de toutes les associations. Les décisions sont prises par le Conseil national. Cette commission est un organe d'étude, d'information, de proposition et de coopération entre les associations du Scoutisme Français, pour les points suivants: organisation de stages dont prévision, réalisation et étude des problèmes rencontrés dans les associations membres ; Page 9

10 recherche et cohérence pédagogique dont échange et mise en commun des contenus de formation au niveau des programmes de stages et des méthodes, et au niveau de la formation permanente et de la pratique de chaque association ; organisation des sessions nationales à l'intention des responsables nationaux de la formation, en particulier pour le perfectionnement des formateurs ; concertation avec la Commission des Relations Internationales des Associations Membres de l'amge et la Commission des Relations Internationales des Associations Membres de l'omms pour la participation des formateurs au niveau européen et international ; liaison avec l'administration et sur mandat du Conseil national, avec les structures nationales de concertation ; concertation pour la coopération avec les structures européennes de formation COLLEGES DU SCOUTISME FRANCAIS Conformément à l'article XIII des statuts, le Conseil national peut être représenté localement, départementalement ou régionalement par un collège du Scoutisme Français. Le fonctionnement de ces collèges est précisé dans le document n 1 annexé. Les Statuts et Règlement intérieur avec ses quatre documents annexes adoptés par l'assemblée Générale Extraordinaire du 10 juin 2003 remplacent tous les textes antérieurs qui se trouvent de ce fait abrogés. Page 10

11 Document annexe 1 FONCTIONNEMENT D'UN COLLEGE DU SCOUTISME FRANCAIS (cf. article XIII des Statuts et article 3.8 du Règlement intérieur) Un collège du Scoutisme Français ne constitue pas une association indépendante mais un établissement de l'association nationale. Il n'a pas de personnalité propre et ne peut agir que sous le couvert et par délégation du Conseil national. Le Conseil national, étant juridiquement responsable,a le devoir de contrôler le fonctionnement des divers collèges. La comptabilité de ceux-ci doit être intégrée annuellement dans celle du Scoutisme Français. Compte tenu des Statuts et du Règlement intérieur du Scoutisme Français ainsi que de ce qui précède, le Conseil national établit les règles de fonctionnement suivantes. La création d'un collège du Scoutisme Français résulte d'une décision du Conseil national qui définit le territoire géographique de ce collège. Chaque collège est formé d'un responsable de chacune des associations du Scoutisme Français représentée dans son territoire. Le collège élit un délégué, dont le mandat est d'un an, et peut-être renouvelé pour une seconde année. Les procès-verbaux des délibérations du collège sont adressés au secrétariat du Scoutisme Français. En vue de la préparation de l'assemblée générale le collège adresse un rapport annuel d'activités. Le collège tient une comptabilité selon le plan comptable du Scoutisme Français. Il adresse chaque année au trésorier du Scoutisme Français, avant le 28 février, le bilan et le compte de résultats certifiés par le délégué. En fin d'année, il envoie également son projet de budget pour l'exercice suivant. Le collège peut être autorisé par délibération du Conseil national à ouvrir un compte bancaire au nom de "Scoutisme Français, collège de...". Ce compte fonctionne sous la signature du président et du trésorier du Scoutisme Français qui peuvent déléguer nominativement leurs pouvoirs au délégué du collège. Toute convention comportant des conséquences financières, tout achat ou location d'immeuble, tout emprunt ne peut être effectué qu'en vertu d'une Page 11

12 délibération du Conseil national. Cette délibération indique la personne à qui le Conseil national délègue le pouvoir de signer au nom du Scoutisme Français la transaction autorisée. Le président du Scoutisme Français peut, après accord du Conseil national, inviter à une séance du Conseil national, ou à l'assemblée générale, le délégué d'un collège ou son représentant, en tant qu'observateur. Le collège peut, sur mandat explicite du Conseil national, représenter le Scoutisme Français auprès des élus et administrations de la zone géographique de sa compétence. Page 12

13 Document annexe 2 CONTRAT DE COOPERATION (cf. article 2.6 du Règlement intérieur) La Fédération du Scoutisme Français peut faire bénéficier de ses activités et services les adhérents d'associations spécifiques dont les statuts font référence au scoutisme. Il est alors établi, entre la Fédération du Scoutisme Français représentée par son président et l'association, un contrat fixant les modalités suivant lesquelles les adhérents de ladite association apportent leur appui et/ou bénéficient des activités et services du Scoutisme Français auquel ils sont associés après accord du Conseil national. CONTRAT TYPE 1 - L'association X déclare connaître et approuver les principes et méthodes du scoutisme et du guidisme tels qu'ils sont exprimés par les constitutions de l'association Mondiale des Guides et Eclaireuses (AMGE) et de l'organisation Mondiale du Mouvement Scout (OMMS). Les textes de référence et les statuts de l'association ci-annexés sont compatibles avec les statuts du Scoutisme Français. 2 - Le Scoutisme Français s'engage à faire bénéficier les adhérents de l'association X de la formation qu'elle organise en tant que Fédération ou par l'intermédiaire des associations membres, à permettre leur participation éventuelle à certaines activités internationales de l'association Mondiale des Guides et Eclaireuses et/ou de l'organisation Mondiale du Mouvement Scout, et à toute activité organisée sous son égide. Ils sont autorisés à porter l'insigne spécifique "Scoutisme Français - Membre Associé". 3 - L'association X s'engage de son côté à faciliter chez ses membres la connaissance des principes et méthodes du scoutisme et/ou du guidisme, et à justifier à tout moment de la compatibilité de son activité avec les buts et méthodes du Scoutisme Français. 4 - En cas de modification statutaire l'association X doit en informer obligatoirement le Scoutisme Français. Elle doit en outre adresser chaque année son rapport moral et d'activités. Page 13

14 5 - Le président du Scoutisme Français peut inviter à une séance du Conseil national ou à l'assemblée générale un responsable de l'association X, en tant qu'observateur. 6 - Le présent contrat est applicable après accord du Conseil national du Scoutisme Français en date du Le présent contrat est conclu pour un an à compter du... et prendra fin le... Il est renouvelable chaque année par tacite reconduction sauf dénonciation de l'une des parties signataires trois mois à l'avance, par lettre recommandée. Fait à..., le... Page 14

15 Document annexe 3 CHARTE DE L'ORADOU En l'absence du Général Lafont, président du Bureau inter fédéral et chef des Scouts de France, retenu en zone occupée, le Père Forestier, aumônier général des Scouts de France, préside la réunion. Il fait remarquer que le scoutisme est sorti de la terrible épreuve de la guerre, grandi dans l'opinion publique et que les services assumés en commun ont fait désirer et rendu possible une union plus étroite entre les associations désireuses de travailler avec passion à la grandeur de la France. Le Chef Gastambide, commissaire national des Eclaireurs Unionistes, premier rapporteur, souligne que cette union revêt un caractère de spéciale opportunité, mais aussi qu'elle a des raisons permanentes d'exister, puisque les associations de scoutisme ont toutes en vue les cinq buts de Baden-Powell dans leur entreprise d'éducation. La discussion qui suit fait apparaître qu'il ne peut s'agir d'un nivellement de toutes les particularités, d'une fusion complète, mais d'une union dans la diversité, ou, pour reprendre le mot du rapporteur, d'une Fédération. Cette union, pour ne pas être équivoque, suppose entre les associations un "dénominateur commun", comme aimait à le dire le Maréchal Lyautey, premier président d'honneur du Scoutisme Français. Tous, dans cette union, ne penseront pas totalement de même. Aucun ne devra y professer des idées en contradiction avec les principes essentiels ci-après définis. Ce qui unit tous les membres du Scoutisme Français, tant masculin que féminin c'est d'abord qu'ils sont les tenants d'un système d'éducation qui crée un certain type d'homme ou de femme. Cette pédagogie a, sur la nature de l'homme, une vision d'un optimisme mesuré. Elle sait que l'homme n'est pas totalement bon, mais que l'on doit toujours, pour l'éduquer, faire appel à sa collaboration active et à son sens inné de l'honneur. Elle vise avant tout le perfectionnement corporel et spirituel de ses membres, au service du prochain et de la patrie. Le scoutisme est une école de civisme qui veut former des citoyens actifs, joyeux et utiles. La méthode de B.P. n'est pas une méthode quelconque de pédagogie active: on constate, que le scoutisme de B.P. est d'inspiration chrétienne et qu'il a, dans ses préoccupations, la recherche de Dieu, les devoirs envers Lui, le service des autres, l'amour du pays. Un scoutisme qui négligerait systématiquement ou mépriserait cela ne serait plus le scoutisme de B.P. Page 15

16 Les membres du Scoutisme Français ne veulent donc pas s'unir d'après une formule de neutralité purement négative. Ils entendent manifester de la compréhension et du respect pour toute croyance. D'inspiration religieuse, le scoutisme cependant n'aboutit pas de par soi à un credo déterminé. Mais il est conforme à son esprit qu'il encourage la recherche de la vérité parmi ses membres et revête un caractère confessionnel dans certaines associations. En France et dans l'empire colonial, le scoutisme s'adresse à de très nombreux garçons et filles, qui ne professent pas la foi chrétienne mais qui désirent vivre un idéal de franchise, de service et de pureté conforme à la tradition de la chevalerie française. Dans ces conditions le Scoutisme Français doit grouper dans la fidélité à l'idéal défini précédemment, les scouts croyant en Dieu, et ceux qui sans adhérer explicitement à une religion se sentent en sympathie avec les croyants et recherchent, pour leur part, le vrai, le juste et le bien dans la sincérité de leur coeur. Note importante: Ce texte doit être utilisé intégralement et non par extraits, qui seraient susceptibles d'en altérer le sens. 25 septembre 1940 Page 16

17 Document annexe 4 DECLARATION DU SCOUTISME FRANÇAIS Du 21 juin 1999 Au nom de la Fédération du Scoutisme Français nous déclarons : Nos Nos valeurs et nos références Membres du Scoutisme Français, nous adhérons à la proposition éducative et aux valeurs partagées par l Organisation Mondiale du Mouvement Scout (OMMS) et par l Association Mondiale des Guides et Eclaireuses (AMGE) fondées par Baden-Powell. Ces six associations sont les seules reconnues en France par ces deux organisations mondiales, et elles sont les seules détentrices du label d authenticité du scoutisme. Héritière des valeurs du scoutisme, nos six associations enracinent leurs actions dans la société d aujourd hui. Elles s efforcent de répondre aux besoins actuels des jeunes et de la société, dans un monde en perpétuelle mutation. Par leur appartenance aux plus importantes organisations internationales de jeunesse du monde, elles permettent de nombreux échanges contribuant ainsi à la connaissance, à la solidarité, et à la paix entre les peuples. Le scoutisme est un mouvement d auto-éducation pour les jeunes, dans lequel des adultes les accompagnent. Il a pour but d aider le jeune (fille ou garçon) à développer individuellement au sein d une équipe son potentiel physique, intellectuel, émotionnel, social et spirituel. Il a pour ambition d aider ce jeune à devenir un citoyen autonome - capable de prendre ses propres décisions -, solidaire - se préoccupant des autres et partageant les préoccupations d autrui -, responsable - assumant ses choix, capable de tenir ses engagements et d aller jusqu au bout de ce qu il entreprend -, actif et engagé - s affirmant par rapport à des valeurs, une cause, un idéal et agissant en conséquence - dans la cité, en France, en Europe et dans le monde. Reconnus d utilité publique et agréés par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, en tant qu associations de jeunesse et d éducation populaire, nos mouvements sont fondés sur le volontariat / bénévolat. Indépendants et non politiques, ouverts à tous sans discrimination de religion, d origine sociale ou de sexe, ils complètent les autres formes d éducation (la famille, l école, les amis, etc.). L une des forces de la Fédération du Scoutisme Français est sa diversité, aussi bien dans le pluralisme des religions et courants de pensée qu elle Page 17

18 regroupe, que dans les pratiques pédagogiques qu elle propose. Cette diversité se traduit par une capacité à remettre en question ses méthodes éducatives pour qu elles répondent aux attentes de tous les jeunes appliquant ainsi les principes du scoutisme définis par Baden-Powell, tout en tenant compte d une réalité qui a profondément évolué depuis sa création. Nos activités Tout au long de l année et dans la perspective d une progression continue, nous proposons aux enfants et aux jeunes des activités variées et adaptées à leur âge et à leurs éventuels handicaps ou difficultés sociales : rencontres, sorties d une journée ou d un week-end, camps pendant les périodes de vacances. Organisés en équipes, les jeunes décident de leur programme d activités avec l aide de leurs responsables. Ils vivent des jeux, des activités techniques, artistiques, sportives et de plein air, ainsi que des activités de solidarité (services, protection de l environnement, rénovation du patrimoine, ). Le camp d été marque l aboutissement des projets choisis par les jeunes et préparés pendant l année. Les activités sont adaptées en type et en durée à l âge et au nombre des participants. Les jeunes prennent également en charge leur vie quotidienne (installations et équipement de leur lieu de vie, cuisine et entretien, rangement et toilette, ) dans le respect de leur environnement naturel. A partir de 11 ans, les filles et garçons peuvent vivre une réelle expérience d aventure et d autogestion par une découverte de leur cadre de vie au cours d une " exploration " en équipe dont le programme est établi avec les responsables du camp et dans les conditions fixées de l arrêté du 23 avril 1998 portant réglementation des activités et camps de scoutisme. Nos engagements Nos engagements Nous nous engageons tout au long de l année : à permettre à tous les enfants et à tous les jeunes qui le souhaitent de vivre le projet scout dans le respect de chacun et de ses convictions personnelles et familiales et quels que soient ses éventuels handicaps ou difficultés sociales ; à mettre en œuvre des projets pédagogiques au service de la progression des enfants et des jeunes dans différents domaines de leur développement : social, personnel, spirituel, civique, culturel et affectif ; Page 18

19 à permettre aux enfants et aux jeunes de bâtir leur propre projet dans un esprit d ouverture au monde et dans le respect des règles de la démocratie, de participation à la vie de la cité, d éducation à la dimension internationale ; à assumer des conditions optimales de sécurité dans les projets des enfants et des jeunes en autorisant nos camps dans le respect du cadre réglementaire, notamment celui de l arrêté ministériel du 23 avril 1998 ; à garantir la qualification de notre encadrement tant vis-à-vis de ce cadre réglementaire que vis-à-vis des valeurs et méthodes du scoutisme. Nos formations sont agréées au titre du BAFA et du BAFD (brevets d aptitudes homologués et reconnus par les services de l Etat). De plus, nous apportons à nos responsables une formation complémentaire menant à des diplômes d encadrement de camp reconnus par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. " Vivre ensemble, s éduquer par le jeu, prendre des responsabilités sont les moyens que nos six associations choisissent pour permettre à chaque enfant et à chaque jeune de bâtir ses repères dans le monde où il vit. " Page 19

CHAPITRE II : LES ASSOCIATIONS A BUT NON LUCRATIF

CHAPITRE II : LES ASSOCIATIONS A BUT NON LUCRATIF CHAPITRE II : LES ASSOCIATIONS A BUT NON LUCRATIF En droit des associations, une association est, en France et dans de nombreux pays colonisés à l époque par la France, une association à but non lucratif

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L'ENFANT

CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L'ENFANT CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DE L'ENFANT (A.G. res. 44/25, annex, 44 U.N. GAOR Supp. No. 49, à 167, U.N. Doc. A/44/49, 1989) PRÉAMBULE Les Etats parties à la présente Convention, Considérant que, conformément

Plus en détail

Clausier pour la rédaction des statuts d un fonds de dotation.

Clausier pour la rédaction des statuts d un fonds de dotation. Clausier pour la rédaction des statuts d un fonds de dotation. Propos liminaires : Ce clausier a pour objet d éclairer les créateurs de fonds de dotation sur les bonnes pratiques en matière de rédaction

Plus en détail

PRÉAMBULE. (*) Les modifications résultant de l'avenant du 9 décembre 1994 sont en italiques. 2001.09.09.K.530.U - ADASE Impr.

PRÉAMBULE. (*) Les modifications résultant de l'avenant du 9 décembre 1994 sont en italiques. 2001.09.09.K.530.U - ADASE Impr. ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 10 FÉVRIER 1969 SUR LA SÉCURITÉ DE L'EMPLOI, MODIFIÉ PAR LES AVENANTS DU 21 NOVEMBRE 1974, DU 20 OCTOBRE 1986, DU 12 AVRIL 1988, DU 22 JUIN 1989, DU 22 DÉCEMBRE 1993

Plus en détail

Statuts et règlement intérieur du PS

Statuts et règlement intérieur du PS Statuts et règlement intérieur du PS Présentation du travail de codification statutaire Le Conseil national du 18 juillet 2012 a donné mandat à un groupe de travail, composé à la proportionnelle des sensibilités

Plus en détail

STATUT CATHOLIQUE DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT

STATUT CATHOLIQUE DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT 2010 STATUT DU CHEF D'ÉTABLISSEMENT DU PREMIER DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Texte adopté par le Comité national de l Enseignement catholique le 19 mars 2010 et promulgué par la Commission Permanente

Plus en détail

30.3.2010 Journal officiel de l Union européenne C 83/13 VERSION CONSOLIDÉE DU TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE

30.3.2010 Journal officiel de l Union européenne C 83/13 VERSION CONSOLIDÉE DU TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE 30.3.2010 Journal officiel de l Union européenne C 83/13 VERSION CONSOLIDÉE DU TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE 30.3.2010 Journal officiel de l Union européenne C 83/15 PRÉAMBULE SA MAJESTÉ LE ROI DES BELGES,

Plus en détail

CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES CONVENTION SUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES PRÉAMBULE La Conférence générale de l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture,

Plus en détail

Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants

Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants CPT/Inf/C (2002) 1 Français Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines

Plus en détail

STATUT DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE EN FRANCE

STATUT DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE EN FRANCE STATUT DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE EN FRANCE Publié le 1 er juin 2013 STATUT DE L ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE EN FRANCE Voté par le Comité national de l Enseignement catholique le 15 février 2013. Adopté

Plus en détail

Réflexions en vue d un système éducatif plus performant pour tous les enfants

Réflexions en vue d un système éducatif plus performant pour tous les enfants Réflexions en vue d un système éducatif plus performant pour tous les enfants Centre d étude et de défense de l école publique Réflexions en vue d un système éducatif plus performant pour tous les enfants

Plus en détail

La Convention Collective Nationale du Sport et ses commentaires

La Convention Collective Nationale du Sport et ses commentaires Convention Collective Nationale du Sport La Convention Collective Nationale du Sport et ses commentaires Mise à jour Janvier 2015 Cet ouvrage a été conçu et réalisé par le CNEA. -1- Sommaire Sommaire CHAPITRE

Plus en détail

Annexe 1 Convention sur l Élimination de toutes les Formes de Discrimination à l égard des Femmes

Annexe 1 Convention sur l Élimination de toutes les Formes de Discrimination à l égard des Femmes VI. Annexes Annexe 1 Convention sur l Élimination de toutes les Formes de Discrimination à l égard des Femmes CONVENTION SUR L ÉLIMINATION DE TOUTES LES FORMES DE DISCRIMINATION À L ÉGARD DES FEMMES*

Plus en détail

Petite enfance. Plus d égalité. par une prévention des discriminations. Guide des professionnels

Petite enfance. Plus d égalité. par une prévention des discriminations. Guide des professionnels Petite enfance Plus d égalité par une prévention des discriminations Guide des professionnels Avant propos Construire avec les professionnels de la petite enfance une réflexion et un changement des pratiques

Plus en détail

Circulaire relative à la négociation dans la fonction publique NOR : BCRF1109888C

Circulaire relative à la négociation dans la fonction publique NOR : BCRF1109888C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Circulaire relative à la négociation dans la fonction publique NOR : BCRF1109888C Le 22

Plus en détail

Objet : Exercice du droit syndical dans la fonction publique de l Etat. Application du décret n 82-447 du 28 mai 1982 modifié P. J.

Objet : Exercice du droit syndical dans la fonction publique de l Etat. Application du décret n 82-447 du 28 mai 1982 modifié P. J. MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE LA MINISTRE Paris, le 3 juillet 2014 Mesdames et Messieurs les ministres Mesdames et Messieurs les secrétaires généraux et directeurs des ressources

Plus en détail

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT

MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Guide pratique des concours administratifs à l usage des présidents et membres de jury collection Ressources

Plus en détail

ADOPTER UN ENFANT. Guide à l usage des futurs adoptants

ADOPTER UN ENFANT. Guide à l usage des futurs adoptants Ministère des solidarités et de la cohésion sociale ADOPTER UN ENFANT Guide à l usage des futurs adoptants Ce guide constitue la mise à jour du "guide pratique à l'usage des adoptants" élaboré grâce au

Plus en détail

Conception et mise en page : Ariane Bilodeau. Illustrations : Maud Gauthier

Conception et mise en page : Ariane Bilodeau. Illustrations : Maud Gauthier Document produit par : Yves Sabourin, membre du regroupement cégep affecté à l élaboration de la formation Micheline Thibodeau, vice-présidente de la FNEEQ Jean Trudelle, président de la FNEEQ Conception

Plus en détail

VI. PROCEDURES SPECIALES

VI. PROCEDURES SPECIALES VI. PROCEDURES SPECIALES Les procédures spéciales en bref De quoi s agit-il? «Procédures spéciales» est le nom général donné aux mécanismes mis en place par la Commission des droits et repris par le Conseil

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER

REGLEMENT PARTICULIER COMMISSION SPECIALISEE DES DAN ET GRADES EQUIVALENTS "C.S.D.G.E." REGLEMENT PARTICULIER SOMMAIRE PREAMBULE - Principes déontologiques TITRE I - FONCTIONNEMENT DE LA C.S.D.G.E. DE L'UFA, composition, organisation

Plus en détail

LA CHARTE EUROPÉENNE POUR L ÉGALITÉ des femmes et des hommes dans la vie locale

LA CHARTE EUROPÉENNE POUR L ÉGALITÉ des femmes et des hommes dans la vie locale [ [ LA CHARTE EUROPÉENNE POUR L ÉGALITÉ des femmes et des hommes dans la vie locale Présentée aux états généraux du CCRE, Innsbruck, mai 2006 Rédigée par le CCRE dans le cadre du V e programme d action

Plus en détail

CONSTITUTION DE L OMS 1. Documents fondamentaux, supplément à la quarante-cinquième édition, octobre 2006

CONSTITUTION DE L OMS 1. Documents fondamentaux, supplément à la quarante-cinquième édition, octobre 2006 CONSTITUTION DE L OMS 1 Documents fondamentaux, supplément à la quarante-cinquième édition, octobre 2006 Le texte ci-dessous remplace celui qui figurait aux pages 1 à 18 de la quarante-cinquième édition

Plus en détail

PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME

PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME 1 TABLE DES MATIERES PROTOCOLE PREAMBULE Chapitre I : Fusion de la cour africaine des droits de l'homme et des peuples

Plus en détail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail

Les textes en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 2 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

EMAKINA Group Société anonyme Rue Middelbourg, 64A 1170 Bruxelles RC 630 741 TVA 464.812.221

EMAKINA Group Société anonyme Rue Middelbourg, 64A 1170 Bruxelles RC 630 741 TVA 464.812.221 EMAKINA Group Société anonyme Rue Middelbourg, 64A 1170 Bruxelles RC 630 741 TVA 464.812.221 CHARTE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE Mise à jour par le Conseil d administration du 19 mars 2015 TABLES DES MATIERES

Plus en détail

Vademecum Bien-être au travail

Vademecum Bien-être au travail Vademecum Bien-être au travail Vademecum Bien-être au travail 3 4 HOMMES / FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. ....................................................................................................................................................................................................

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR LA SÉCURITÉ ET LA COOPÉRATION EN EUROPE ACTE FINAL HELSINKI 1975

CONFÉRENCE SUR LA SÉCURITÉ ET LA COOPÉRATION EN EUROPE ACTE FINAL HELSINKI 1975 CONFÉRENCE SUR LA SÉCURITÉ ET LA COOPÉRATION EN EUROPE ACTE FINAL HELSINKI 1975 La Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, ouverte le 3 juillet 1973 à Helsinki et poursuivie à Genève du

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE DECRET ATL

TOUT SAVOIR SUR LE DECRET ATL TOUT SAVOIR SUR LE DECRET ATL Le décret du 3 juillet 2003 relatif à la coordination de l accueil des enfants durant leur temps libre et au soutien de l accueil extrascolaire. INTRODUCTION Actuellement,

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE DU 8 DÉCEMBRE 1961 ET DÉLIBÉRATIONS PRISES POUR SON APPLICATION

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE DU 8 DÉCEMBRE 1961 ET DÉLIBÉRATIONS PRISES POUR SON APPLICATION Textes mis à jour au 18 février 2015 ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE DU 8 DÉCEMBRE 1961 ET DÉLIBÉRATIONS PRISES POUR SON APPLICATION Sommaire SOMMAIRE Pages Organisations

Plus en détail