Jacques Pelegrin. Une industrie particulière, à la charnière des Paléolithiques moyen et supérieur. Une aire géographique relativement restreinte

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jacques Pelegrin. Une industrie particulière, à la charnière des Paléolithiques moyen et supérieur. Une aire géographique relativement restreinte"

Transcription

1 Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien Jacques Pelegrin Marie Soressi Une industrie particulière, à la charnière des Paléolithiques moyen et supérieur Le Châtelperronien ou Castelperronien doit son nom à la commune de Châtelperron, dans le département de l Allier, où la grotte des Fées livra dès les années une industrie riche en petits couteaux ou pointes à dos (fig. 1). C est l abbé Breuil, célèbre préhistorien de la première moitié du xx e siècle, qui en fit le premier terme du Paléolithique supérieur, entre le Moustérien et l Aurignacien. Depuis lors, le Châtelperronien a vu sa position chronologique confirmée, mais sa signification et sa place dans la succession des industries et des sociétés humaines de l Europe occidentale sont toujours discutées. Une aire géographique relativement restreinte Grâce à ces pointes et couteaux à dos dits de Châtelperron, assez bons fossiles directeurs dans la mesure où il n existe pas ou peu de pièces semblables dans d autres industries, le Châtelperronien fut assez vite identifié comme tel dans diverses régions, à commencer par l Aquitaine. À l heure actuelle, cette industrie relativement rare reste essentiellement confinée dans un grand quart sud-ouest de la France (fig. 2). Une cinquantaine de sites sont ainsi connus, depuis l Yonne (avec le riche et important gisement d Arcy-sur-Cure), le centre-ouest de la France et le nord de l Aquitaine, jusqu aux Landes et au Piémont pyrénéen, à compléter de traces en Bretagne (et peut-être dans le Jura) et de quelques sites de Catalogne espagnole et des Cantabres. Bien que les sites du début du Paléolithique supérieur aient été infiniment plus nombreux que ceux qui nous sont actuellement connus, l absence du Châtelperronien paraît avérée dans les grottes de Belgique et de Rhénanie, tout comme dans celles du Gard et de l Ardèche, où il paraît remplacé par un Moustérien particulier, le Néronien, avec lames et pointes à retouche convergente inverse ou «pointes de Soyons» ; mais ce Néronien est encore surmonté d une occupation moustérienne plus classique (Combier, 1955 et 1967 ; Slimak, 2004). Une position chronologique récemment précisée Dans divers abris offrant de longues stratigraphies (La Ferrassie en Dordogne, Arcy-sur-Cure dans l Yonne, etc.), le Châtelperronien a été observé depuis longtemps comme succédant à des niveaux moustériens et sous-jacent à des Les Néandertaliens. Biologie et cultures. Paris, Éditions du CTHS, 2007 (Documents préhistoriques ; 23), p

2 Les Néandertaliens. Biologie et cultures 284 Figure 1. Outillage de la grotte des Fées à Châtelperron, dans l Allier (d après Delporte, 1999) niveaux aurignaciens anciens. Seuls deux abris-sous-roche du nord-ouest du Lot faisaient exception à cette généralité : Roc de Combe et Le Piage, où F. Bordes et collaborateurs avaient cru distinguer une «interstratification» de Châtelperronien au-dessus de témoins aurignaciens (F. Bordes et Labrot, 1967 ; F. Bordes, 1968 ; Champagne et Espitalié, 1981). Cette occurrence tardive plaidait ainsi pour une coexistence d une durée significative entre groupes châtelperroniens et aurignaciens dans une même région. Mais, déjà perçues avec suspicion, ces interstratifications ont été récemment expliquées comme le résultat de perturbations des couches archéologiques (J.-G. Bordes, 2002). Le Châtelperronien est donc toujours antérieur à l Aurignacien, et la notion d une longue coexistence a perdu son meilleur argument. Cette position chronoculturelle confirmée, entre Moustérien et Aurignacien ancien, renvoie à un âge mieux cerné du Châtelperronien, tout au moins quant à sa terminaison (fig. 3). Ce progrès est dû à de nouvelles datations 14 C, mieux étalonnées, de plusieurs niveaux d Aurignacien ancien d Aquitaine, qui confirment la riche et cohérente séquence de l abri Pataud. Cet Aurignacien ancien, très cohérent dans sa culture matérielle et sa parure, s étend de à BP : sous-jacent, le Châtelperronien ne peut qu être plus ancien, ce que quelques récentes mesures 14 C viennent d ailleurs confirmer. Une tranche d ancienneté 14 C BP de 40 à ans (soit à ans avant J.-C.) est donc acceptable pour le Châtelperronien. Dans l ensemble, cette tranche de temps correspond aux prémisses du Würm récent, peu avant la phase très froide et sèche qui voit dans tout le sud-ouest de la France la puissante occupation de l Aurignacien ancien, avec une faune à renne très dominant.

3 J. Pelegrin et M. Soressi Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien 285 Figure 2. Localisation géographique des principaux sites châtelperroniens (d après Pelegrin, 1995) En revanche, les débuts du Châtelperronien sont très mal connus et de datation très incertaine. D une part, très peu de ses dépôts ont résisté à l érosion de l interstade würmien (une période ou oscillation climatique plus tempérée et humide entre le Würm ancien et le Würm récent) ; d autre part, la méthode du carbone 14 trouve ici sa limite de viabilité : les tentatives de datation d échantillons plus vieux que BP se heurtent à la quasi-disparition du 14 C qu ils contiennent, au prix d une imprécision grandissante. Nous verrons que cette méconnaissance des débuts du phénomène châtelperronien et de leur durée, au cours de l obscur interstade würmien, complique l appréciation de son origine, même si une hypothèse peut être avancée. Cultures synchrones Par sa position chronologique, comme par ses particularités industrielles et son ambiguïté anthropologique, le Châtelperronien peut être considéré comme l un des technocomplexes «transitionnels» entre la très longue période des industries moustériennes et les sociétés beaucoup mieux connues du Paléolithique supérieur (Aurignacien, Gravettien, etc.). Dans cette même tranche d âge, on reconnaît en Italie le technocomplexe uluzzien, caractérisé par des petites pièces à dos arqué en demi-lune. Dans une large portion sud de la péninsule Ibérique (Espagne et Portugal), perdureraient des industries moustériennes, comme dans le centre-sud de la France. En Europe centrale, des industries à débitage Levallois (Bohunicien) et/ou à pièces foliacées (Széléttien, Jankovichien) en sont contemporaines (fig. 4). Les sites du Châtelperronien Les sites sous abri rocheux (en pied de falaise, avec un auvent plus ou moins avancé) sont les plus fréquents.

4 Les Néandertaliens. Biologie et cultures Aurignacien Châtelperronien Moustérien Figure 3. Position chronologique du Châtelperronien dans l ouest de la France ans non calibré 286 Mais de tels sites, sans doute appréciés des groupes préhistoriques pour s y protéger des intempéries, sont aussi les plus facilement repérables et explorés par les préhistoriens depuis un siècle et demi. La petite grotte du Renne, du complexe karstique d Arcy-sur-Cure (fig. 5), fouillée en décapage par A. Leroi-Gourhan et son équipe, a livré une succession de sols d habitat dont l un des plus profonds, largement teinté d ocre (restes de peaux traitées à l ocre laissées au sol?), a livré des défenses de mammouth très probablement utilisées comme armatures de tentes (Baffier, 1999). Dans l ensemble, les sites d abri du Châtelperronien paraissent petits, bien plus restreints que ne le seront certaines puissantes occupations de l Aurignacien ancien et du Magdalénien récent (15 à BP), par exemple. Ainsi, on ne connaît pas, ou pas encore, de sites châtelperroniens très étendus où l on pourrait supposer que plusieurs groupes élémentaires étaient réunis. Dans le complexe de petites grottes de Brassempouy, dans les Landes, les Châtelperroniens ont essentiellement abandonné des couteaux et pointes de Châtelperron, ce qui suggère qu ils ont utilisé le site comme halte de chasse, pour y réparer leur armement et y découper du gibier. Les sites de plein air connus en Aquitaine (Canaule en rebord de plateau, Creysse, etc.) et dans le Piémont pyrénéen (Le Basté, Les Tambourets, etc.) sont souvent le lieu d une notable activité de taille du silex, matériau disponible dans les environs. Mais c est peut-être le résultat d un biais de visibilité : un niveau d occupation préhistorique est plus facilement repérable si l on y a beaucoup exploité le silex, par la densité des restes de taille identifiables, que si l on y a seulement abandonné quelques outils épuisés ou cassés en cours d usage ou de ravivage. Le petit site de La Côte, en bordure de l Isle, en Dordogne, offre une portion d un petit campement de plein air brièvement occupé (quelques jours à quelques semaines?). Ces occupations peu denses, même si elles furent répétées au cours de longues périodes dans certains de ces abris (Saint-Césaire, Quinçay, Arcy, Châtelperron, le Trou de la Chèvre à Bourdeilles, etc.), au vu de niveaux en couches épaisses ou superposées, évoquent de petits groupes en mouvement périodique dans un territoire assez large. En effet, quelques mouvements de silex de plusieurs dizaines de kilomètres sont connus. Certaines variétés de silex sont bien spécifiques de leur milieu géologique et géographique d origine, et à ce titre identifiables par des spécialistes : on peut alors en déduire le déplacement des Hommes qui les ont transportées et abandonnées à distance. Le milieu, la faune Les restes de faune, c est-à-dire les restes d ossements animaux retrouvés dans les niveaux préhistoriques, nous renseignent à la fois sur les espèces que les Hommes ont consommées (et donc chassées ou récupérées, en plus de ce que certains carnivores ont pu apporter), et, indirectement, sur le type de climat et de milieu auxquels ces espèces particulières sont biologiquement adaptées. Malheureusement, très peu de niveaux châtelperroniens nous ont livré des restes de faune. Les ossements ne sont généralement pas conservés dans les sites de plein air, comme parfois dans certains sites sous abri ou en grotte. Les rares ensembles de faune rapportés au Châtelperronien Arcy (David : cf Baffier, 1999), Roc de Combe (Delpech, 1983), Saint-Césaire (Morin et al., 2005) indiquent la dominance de trois espèces associées : renne, cheval et bovinés (aurochs, ou plutôt bison). Ceci indique, pendant ces trois successions d occupations, un paysage assez

5 J. Pelegrin et M. Soressi Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien 287 Figure 4. Szélétien et Bohunicien, cultures d Europe centrale synchrones du Châtelperronien (Széletien de Vedrovice, Moravie, République Tchèque, dessins d après Valoch et al., 1993 ; photos de pointes foliacées du Blattspitzien de Ranis, Thuringe, Allemagne, d après Müller-Beck, 2004 ; photo et dessins du Bohunicien de Stranska Skala, Moravie, République Tchèque, d après Svoboda, 2003)

6 Les Néandertaliens. Biologie et cultures ouvert, avec de larges plages d herbes, dans un contexte plutôt froid. À Camiac, en Gironde (Guadelli et al., 1988), dont la pauvre industrie est peut-être rapportable à du Châtelperronien ancien, la faune constituée principalement de cheval, bison et rhinocéros laineux, surtout apportée par les hyènes, indique aussi un climat plutôt froid avec pin sylvestre (selon les pollens), herbages et zones plus humides. Industrie lithique 288 Les outils de pierre les plus caractéristiques du Châtelperronien, nous l avons vu, sont les pointes de Châtelperron : de petites lames, dont un côté est aménagé par une retouche abrupte formant un «dos» plus ou moins arqué jusqu à la pointe qui peut être inclinée (déjetée) ou axiale. La base peut aussi être retouchée, ce qui suggère que certains au moins de ces objets étaient ensuite emmanchés. Des usures sur le bord tranchant indiquent que beaucoup ont servi de couteau. Des écrasements caractéristiques d un choc violent, visibles sur certaines pièces, témoignent d un emploi comme armature de sagaies ou de piques pour la chasse (fig. 6). Des grattoirs ronds épais sont également assez caractéristiques, de même que des lames ou éclats tronqués (petits couteaux?), des grattoirs sur éclats allongés ou lames, des Figure 5. Vues de l entrée de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure et de la grotte des Fées à Châtelperron (d après Baffier, 1999)

7 J. Pelegrin et M. Soressi Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien lames à dos et des lames à retouche irrégulière, quelques burins simples (fig. 7). S y ajoutent, moins caractéristiques car présents à d autres périodes, des denticulés, des becs, quelques racloirs et pièces esquillées. Dans deux sites de Dordogne, un outil rare, le micro-denticulé, a été identifié. Ces micro-denticulés sont formés, sur le bord d un éclat ou d une lame, d une succession serrée de petites coches obtenues par pression à l aide d un autre tranchant de silex. Plutôt que d une «scie», il pourrait s agir d un outil utilisé pour nettoyer, en les peignant, des fibres végétales. Techniques et méthodes de taille des outils de silex Le débitage châtelperronien est, dans la plupart des sites, orienté vers la production d éclats allongés détachés parallèlement l un après l autre, c est-à-dire de véritables «lames». Ce débitage est souvent mené sur la tranche et la face inférieure d un gros éclat, après aménagement d une crête simple et d un plan de frappe principal, complété d un plan de frappe opposé. La technique de débitage recourt à des percuteurs de pierre tendre soigneusement sélectionnés, comme des galets de grès ou de calcaire tendre. Les petites lames les plus régulières sont ensuite retouchées en couteaux et en pointes d armatures. Les lames plus larges ou plus épaisses servent pour quelques grattoirs, burins, bords retouchés ou simplement utilisés. Sur les éclats de mise en forme, épais ou minces, sont retouchés d autres grattoirs (circulaires à front épais, minces à front plus étroit), des denticulés, racloirs, etc. Outils en os et parure Dans la plupart des sites où les vestiges osseux sont conservés, les outils en os du Châtelperronien sont plutôt rares et peu diversifiés. Il s agit surtout de poinçons sur os ou esquilles appointés par raclage, qui existent déjà dans le Moustérien. Le site d Arcy-sur-Cure (Yonne) fait exception, avec une riche industrie osseuse, diversifiée et élaborée : poinçons souvent entièrement façonnés, longues épingles en os, sagaies obtenues par rainurage, dont une probable en ivoire de mammouth, fins bâtonnets d ivoire et d os, tubes en os d oiseau sciés au silex, etc. (fig. 8). Figure 6. Probable trace d impact liée à l utilisation en projectile d une pointe de Châtelperron d Arcy-sur-Cure (d après Plisson et Schmider, 1990) À La Grande Roche, à Quinçay (Vienne, fouilles F. Lévêque), 6 dents percées de renard, loup et cervidé proviennent de niveaux Châtelperroniens (Granger et Lévêque, 1997), comme il en existe à Arcy-sur-Cure en plus de dents rainurées, et à l unité (et peut-être intrusives), dans quelques autres sites. L origine du Châtelperronien On a vu plus haut que les débuts du Châtelperronien étaient à la fois très mal connus (dépôts archéologiques très rares ou érodés) et mal datés. Son origine reste donc incertaine, sur la base de comparaisons industrielles sujettes à caution. Pourtant, déjà en 1948, D. Peyrony voyait les racines du Châtelperronien dans les industries moustériennes qui le précèdent, et en particulier dans le faciès moustérien dit «de tradition acheuléenne» sous sa forme récente dite «B» ; non pas pour les bifaces de ce dernier, mais pour d autres outils 289

8 Les Néandertaliens. Biologie et cultures 290 Figure 7. Outillage châtelperronien de Quinçay (d après Airvaux et al., 2005)

9 J. Pelegrin et M. Soressi Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien similaires («prémonitoires» pourrait-on dire) qu il contient : pièces à dos rares et de forme assez variable, quelques grattoirs, abondance de denticulés (fig. 9). Cette proposition, confirmée par les fouilles de F. Bordes au Pech de l Azé, en Dordogne (Bordes, ), reste valable, d autant qu elle a été renforcée par l analyse des intentions du débitage de certains ensembles MTA, cette analyse montrant que ce sont les seuls ensembles moustériens connus qui témoignent de l intérêt pour des produits allongés et à dos (fig. 10). Nous trouvons donc des niveaux moustériens récents (de la fin du Würm ancien, vers ans BP) dans lesquels des pièces à dos sont déjà présentes, mais avec un débitage laminaire encore inabouti, qualitativement et quantitativement, et avec des panoplies d outils variables dont certains vont être privilégiés et adaptés au Châtelperronien. Figure 8. Outillage en os et parure châtelperroniens de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure (d après Baffier, 1999) De plus, les répartitions géographiques du MTA et du Châtelperronien se superposent presque parfaitement. Le sud-est, l est et le nord de la France ne sont pas occupés (alors que d autres Moustériens, comme le Moustérien de type Quina ou le denticulé, y sont présents), tandis que le Centre-Ouest et le Sud-Ouest sont au cœur de la répartition spatiale de ces deux industries. Par ailleurs, de récentes études technologiques ont suggéré que le succès d une invention et sa généralisation par adoption (devenant alors une innovation) pourraient expliquer l ensemble de la formation de l industrie lithique du Châtelperronien depuis un «fonds» moustérien. Cette invention consisterait à fixer, selon un même principe, une petite lame pointue à dos dans un manche pour s en servir de couteau, et au bout d une hampe pour armer la pointe de sagaies ou de piques. L adoption d une telle innovation rendrait alors bien compte des particularités du débitage laminaire châtelperronien, dont l étude technologique a justement montré qu elles cherchaient en priorité à satisfaire la production de petites lames transformables en pointes de Châtelperron. Elle rendrait aussi bien compte, en cascade, de la transformation secondaire d autres types d outils du Châtelperronien, confectionnés non plus sur des éclats produits à partir de nucléus à éclats comme dans le Moustérien, mais sur des produits de second choix et des sous-produits du débitage des petites lames à pointes de Châtelperron. Le mécanisme ici évoqué n est qu une hypothèse. Nous ne connaissons ou ne percevons que les termes d un changement, et pas ses «raisons» intimes qui ne sont pas directement démontrables. Mais du moins cette hypothèse est-elle parcimonieuse elle propose de rendre compte de l évolution de plusieurs caractères typologiques et technologiques à partir d une seule cause, d un même primum movens et elle permet également de poser quelques implications prédictives que de nouveaux faits pourront satisfaire ou contredire. L une de ces implications est le développement de l emmanchement précédant la généralisation des pointes de projectiles. Il s agit de multiplier les études fonctionnelles sur la fin du Moustérien et sur le Châtelperronien pour tester cette hypothèse par la recherche d emmanchements et de pointes de projectiles en silex. Une autre serait que cette innovation aurait pu aussi intéresser d autres groupes moustériens que ceux du MTA B dans laquelle Peyrony voyait sa racine, en témoin de leur 291

10 Les Néandertaliens. Biologie et cultures 292 Figure 9. Outillage du Moustérien de tradition acheuléenne de Pech de l Azé I et de La Rochette (d après Soressi, 2002) «unification évolutive», en un Châtelperronien qui occupe seul l aube du Würm récent dans une grande partie de la France mais dont l extension géographique reste cependant assez confinée, suggérant un comportement relativement «casanier» ou «régionaliste». L hypothèse de l acculturation Il y a déjà plus d une vingtaine d années, trois arguments ont été évoqués pour soutenir l hypothèse d une acculturation des groupes néandertaliens par des contacts avec les premiers Aurignaciens, acculturation qui serait responsable du phénomène châtelperronien. Le premier tenait à l apparente longue coexistence, dans le sud-ouest de la France, de Châtelperroniens et d Aurignaciens, a priori propice à des échanges d idées techniques et symboliques. On a vu plus haut que cette notion d une longue coexistence se basait sur les stratigraphies de deux sites (Roc de Combe et Le Piage) reconsidérés récemment comme remaniés, et ce premier argument n est plus valable. Le deuxième argument considérait le débitage laminaire du Châtelperronien comme un caractère «moderne», adopté par influence ou imitation des Aurignaciens, par des Néandertaliens soupçonnés d incapacité à le développer de leur propre chef. Déjà, cet argument semblait ignorer que les Néandertaliens du début du Würm ancien (vers ) se sont montrés capables de débiter de véritables lames, avec mise en forme ajustée du nucléus et facettage soigneux du plan de frappe. Ensuite, on ne voit guère ce que le débitage châtelperronien devrait au débitage laminaire aurignacien : il en diffère tant dans l intention les produits finis que dans les modalités, et en particulier dans sa technique, la pierre tendre, alors que les Aurignaciens utilisent un percuteur organique (bois de cervidé). En fait, c est l absence de tout métissage ou échange de caractère entre l industrie lithique du Châtelperronien et celle de l Aurignacien qui se dégage de leur comparaison, en contradiction avec l hypothèse de l acculturation. Le troisième argument se référait à l apparition de la parure et d un travail sophistiqué d objets en os et en ivoire dans certains sites châtelperroniens ; en particulier à Arcy,

11 J. Pelegrin et M. Soressi Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien et aussi, pour la parure, à Quinçay. Cependant, des études récentes ont montré qu il existait des originalités, des différences, entre les pratiques châtelperroniennes et aurignaciennes dans ce domaine également. Reste ainsi, peut-être, l idée générale d un travail des matières osseuses traditionnellement négligées par les Moustériens, sauf pour de simples poinçons et celle, il est vrai capitale, de la notion de parure. Mais, sur ce dernier point, toute la question est de savoir si l apparition de la parure chez les Châtelperroniens ne représente pas le résultat endogène de l évolution de leur société, comme le plaident F. D Errico et J. Zilhao (D Errico et al., 1998), plutôt que le résultat d une acculturation qui, si elle a existé, serait ainsi restée limitée à des notions générales, peut-être diffusées à longue distance de proche en proche en avant-vague des arrivants aurignaciens, sans nécessiter de «contacts» soutenus ; ce qui suppose quand même de démontrer que de la parure était déjà fabriquée quelque part en Europe ou aux marges de l Europe avant qu elle apparaisse dans le Châtelperronien. Dans cette ligne d hypothèses de plus en plus ténues, une autre coïncidence peut paraître troublante : à la même époque (45? BP), l industrie de l Ahmarien du sud du Proche-Orient voit aussi le développement de petites pièces à dos, concurremment au débitage de petites lames qui leur servent de support. Des pionniers ahmariens, ou plutôt certains de leurs concepts techniques, de proche en proche, seraient-ils parvenus jusqu en Europe occidentale, avant même les Aurignaciens tels que nous les imaginons? Nous entrons là dans la science-fiction. Face à l éventail passionnant des «possibles», la vérité oblige à rappeler que nous ne disposons que de très rares sites et données sur les plusieurs millénaires en jeu, sans compter l incertitude et l imprécision des datations 14 C. Le devenir du Châtelperronien Le devenir du Châtelperronien est encore plus obscur que son origine. L industrie châtelperronienne semble disparaître peu avant la généralisation de l occupation aurignacienne, pendant la grande phase froide steppique du début du Würm récent, vers BP tout au moins dans le Sud-Ouest ; un doute persiste à Arcy, et peut-être aussi à Quinçay, quant à une éventuelle perduration du Châtelperronien pendant cette phase froide. Comment peut ainsi «disparaître» une industrie? Par évolution, en se transformant en une industrie différente ; par délocalisation, si ses auteurs se déplacent ailleurs ; ou par disparition pure et simple de ses auteurs. 293 Figure 10. Proportions d objets allongés et à dos dans différents ensembles moustériens (d après Soressi, 2005)

12 Les Néandertaliens. Biologie et cultures 294 Il semble que cette dernière réponse soit la seule possible ici. On a déjà mentionné que l on ne retrouvait pas de caractères châtelperroniens dans les industries aurignaciennes qui lui font suite (sauf à rapprocher, comme J.-G. Bordes, l idée des probables éléments d armatures à retouche directe de l Aurignacien le plus ancien des pointes de Châtelperron, mais l argument est limité). Quant à la délocalisation, elle reste ici théorique, car on ne voit pas où le Châtelperronien se serait déplacé. Ainsi, la disparition de l industrie châtelperronienne semble bien renvoyer à celle de ses auteurs, et, si l on retient les données anthropologiques actuellement disponibles (cf ce volume), aux causes et aux circonstances du remplacement des Néandertaliens par les Hommes modernes en Europe. Certains archéologues ont proposé d y voir le résultat d une compétition, pas forcément brutale, mais dans laquelle les Néandertaliens auraient ainsi révélé une infériorité, en termes d accès aux ressources, de coefficient de natalité, de capacité de socialisation Cette implication d infériorité semble mal assurée, au vu des remarquables capacités d adaptation dont ont fait preuve les populations néandertaliennes, pour s être maintenues en Europe pendant les centaines de milliers d années précédentes, au cours d oscillations climatiques tout aussi marquées que celles qu ils ont traversées pendant leurs derniers moments. Mais une autre hypothèse permet de dépasser cette vision du problème en termes de compétition et d infériorité. Souvenons-nous des nombreux groupes ethniques disparus depuis le xvi e siècle : ce sont les virus de la grippe, de la rougeole et de la variole, apportés par les colons européens, qui sont pour l essentiel responsables de l effondrement des Fugéens de Patagonie, de nombreux groupes d Indiens des Amériques, de la disparition des Hottentots et autres Aborigènes de Tasmanie, qu aucun ethnologue ne viendrait présenter comme «inférieurs». Dans Tristes tropiques (1955), Claude Lévi-Strauss a décrit l impact dramatique de telles épidémies sur des petits groupes de l Amazonie, encore au début du xx e siècle. Même s ils seront très difficiles à prouver, de tels phénomènes épidémiques semblent possibles, et même probables, en conséquence du très long isolement des Néandertaliens dans la péninsule européenne.

13 J. Pelegrin et M. Soressi Le Châtelperronien et ses rapports avec le Moustérien Bibliographie Airvaux J., Duport L., Lévêque F., Primault J. (2005). L Homme préhistorique et la pierre, vol. IV. Paris, Maison de la géologie, 64 p. Baffier D. (1999). Les derniers Néandertaliens : le Châtelperronien. Paris, Maison des roches, 113 p. (Histoire de la France préhistorique). Bordes F. ( ), avec une note paléontologique de J. Bouchud. Les gisements du Pech de l Azé (Dordogne), I : Le Moustérien de tradition acheuléenne. L Anthropologie, 58, p et 59, p Bordes F. (1968). La question périgordienne. In : La Préhistoire : problèmes et tendances. Paris, Éditions du CNRS, p Bordes F. et Labrot J. (1967). La stratigraphie du gisement de Roc de Combe (Lot) et ses implications. Bulletin de la Société préhistorique française, 64 (1), p Bordes J.-G. (2002). Les interstratifications Châtelperronien/Aurignacien du Roc de Combe et du Piage (Lot, France). Analyse taphonomique des industries lithiques ; implications archéologiques. Thèse, Université Bordeaux I. Champagne F. et Espitalié R. (1981). Le Piage, site préhistorique du Lot. Paris, Société préhistorique française, 205 p. (Mémoire de la Société préhistorique française ; 15). Combier J. (1955). Pointes levalloisiennes retouchées sur la face plane (pointes, type Soyons). Bulletin de la Société préhistorique française, 52, p Combier J. (1967). Le Paléolithique de l Ardèche dans son cadre paléoclimatique. Bordeaux, Institut de préhistoire de l Université de Bordeaux (Publications de l Institut de préhistoire de l Université de Bordeaux ; mémoire n 4). D Errico F., Zilhão J., Julien M., Baffier D., Pelegrin J. (1998). Neanderthal Acculturation in Western Europe? A Critical Review of the Evidence and Its Interpretation. Current Anthropology, 39, p. s1-s44. Delpech F. (1983). Les faunes du Paléolithique supérieur dans le sud-ouest de la France. Paris, CNRS, 453 p. (Cahiers du Quaternaire ; 6). Delporte H. (1999), avec la collaboration de F. Surmely et de A. Urgal. Châtelperron, un grand gisement préhistorique de l Allier. Aurillac, Conseil général de l Allier, 48 p. (Archéologie en Auvergne). Delporte H. (1957). La Grotte des Fées de Châtelperron (Allier). In : Congrès préhistorique de France, Poitiers-Angoulême, Paris, Société préhistorique française, p Granger J.-M. et Lévêque F. (1997). Parure castelperronienne et aurignacienne : étude de trois séries inédites de dents percées et comparaisons. Comptes rendus de l Académie des sciences de Paris, 325, p Guadelli J.-L., Lenoir M., Marambat L., Paquereau M.-M. (1988). Un gisement de l interstade würmien en Gironde : le gisement de Camiac à Camiac-et-Saint-Denis. In : M. Otte, éd., L Homme de Neandertal. Actes du colloque international de Liège (4-7 décembre 1986), vol. 4. Liège, Université de Liège (ERAUL ; 31), p Lévi-Strauss C. (1955). Tristes tropiques. Paris, Plon, 490 p., réimp (coll. Terre humaine). Morin E., Tsanova T., Sirakov N., Rendu W., Mallye J.-B., Lévêque F. (2005). Bone refits in stratified deposits : testing the chronological grain at Saint-Césaire. Journal of Archaeological Science, 32 (7), p Müller-Beck H. (2004). Die Ilsenhöle unter Burg Ranis (Kreis Pösneck). In : Paläolithikum und Mesolithikum, Halle, Landesmuseum für Vorgeschichte (Kataloge zur Dauerausstellung in Landesmuseum für Vorgeschichte Halle ; 1), p Pelegrin J. (1995). Technologie lithique : le Châtelperronien de Roc de Combe (Lot) et de La Côte (Dordogne). Paris, CNRS, 297 p. (Cahiers du Quaternaire ; 20). 295

14 Les Néandertaliens. Biologie et cultures 296 Peyrony D. (1948). Une mise au point au sujet de l industrie de l abri Audit et de celle de Châtelperron. Bulletin de la Société préhistorique française, 45, p Plisson H. et Schmider B. (1990). Étude préliminaire d une série de pointes de Châtelperron de la grotte du Renne à Arcy-sur-Cure. Approche morphométrique, technologique et tracéologique. In : Paléolithique moyen récent et Paléolithique supérieur ancien en Europe. Colloque international de Nemours, 9-11 mai 1988, Nemours, Association pour la recherche archéologique en Ile-de-France (Mémoires du Musée de préhistoire d Ile-de-France ; 3), p Slimak L. (2004). Les dernières expressions du Moustérien entre Loire et Rhône. Thèse, Université de Provence, 647 p. Soressi M. (2005). Late Mousterian lithic technology. Its implications for the pace of the emergence of behavioural modernity and the relationship between behavioural modernity and biological modernity. In : L. Backwell et F. D Errico, éd., From Tools to Symbols, Johannesburg, University of Witswatersand Press, p Soressi M. (2002). Le Moustérien de tradition acheuléenne du sud-ouest de la France. Discussion sur la signification du faciès à partir de l étude comparée de quatre sites : Pech de l Azé I, Le Moustier, La Rochette et la Grotte XVI. Thèse, Université Bordeaux I, 399 p. Svoboda J. (2003). Bohunician and Aurignacian Typology at Stránská Skála. In : Svoboda J. A. et Bar- Yosef O., éd., Stránská Skála : origins of the Upper Paleolithic in the Brno Basin, Moravia, Czech Republic, Cambridge (Mass.), Peabody Museum of Archaeology and Ethnology/Harvard University (Bulletin of the American School of Prehistoric Research ; 47 / Dolní Vestonice Studies ; 10). Valoch K., Koci A., Mook G., Opravil E., Pflicht J. v. d., Smolíkóva L., Weber Z. (1993). Vedrovice V : eine Siedlung des Szeletien in Südmähren. Quartär, 43-44, p

un très vieux parent!

un très vieux parent! Le parcours des objets,... de la fouille au musée! Dessin : Sonia Souvenir CEDARC Tous les objets présentés dans le musée ont été découverts lors de fouilles archéologiques. Ils ont été dégagés de la terre,

Plus en détail

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans...

LE BATON D ISHANGO. Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... LE BATON D ISHANGO Une machine à calculer vieille de 20 000 ans... Les collections du Muséum des Sciences naturelles à Bruxelles abritent un artefact aussi unique que remarquable : le bâton d Ishango.

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Sémiotique des Nouveaux Médias

Sémiotique des Nouveaux Médias Sémiotique des Nouveaux Médias Les Sites Web. Description Conception Spécification d une maquette Peter Stockinger Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM)

Plus en détail

Découverte de sites du Paléolithique moyen sur le tracé d un gazoduc en Picardie (France)

Découverte de sites du Paléolithique moyen sur le tracé d un gazoduc en Picardie (France) Découverte Notae Praehistoricae de sites 17-1997 du Paléolithique : 25-38moyen sur le tracé d un gazoduc en Picardie (France) 25 Découverte de sites du Paléolithique moyen sur le tracé d un gazoduc en

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015

UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015 UNIVERSITE PARIS 10 Référence GALAXIE : 4015 Numéro dans le SI local : 0828 Référence GESUP : 0828 Corps : Professeur des universités Article : 46-1 Chaire : Non Section 1 : 20-Anthropologie biologique,

Plus en détail

Une scénographie UNIQUE

Une scénographie UNIQUE Contact presse Mairie de Sers Tél. : +33 (0) 5 45 24 91 10 Dossier de presse La plus ancienne frise sculptée de l humanité au cœur de la Charente Une scénographie UNIQUE Cliché S. Tymula, 2015 Conception

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

L étude microtopographique et la visualisation 3D dans l analyse de gravures préhistoriques L exemple des pierres gravées de La Marche

L étude microtopographique et la visualisation 3D dans l analyse de gravures préhistoriques L exemple des pierres gravées de La Marche Nicolas Mélard, conservateur du patrimoine au Service régional de l'archéologie, DRAC Nord-Pas-de-Calais nicolas.melard@culture.gouv.fr L étude de pierres gravées préhistoriques pose depuis longtemps des

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe?

Séquence 4. Comment expliquer la localisation des séismes et des volcans à la surface du globe? Sommaire Séquence 4 Tu as constaté que les séismes et les éruptions volcaniques se déroulaient toujours aux mêmes endroits. Tu vas maintenant chercher à expliquer ce phénomène. Problématique : Comment

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

ANALYSE SPATIALE, MODELISATION DES DYNAMIQUES DE PEUPLEMENT ET DE GESTION DE L ESPACE DU PLATEAU DE SACLAY DE LA PROTOHISTOIRE A L EPOQUE MEDIEVALE.

ANALYSE SPATIALE, MODELISATION DES DYNAMIQUES DE PEUPLEMENT ET DE GESTION DE L ESPACE DU PLATEAU DE SACLAY DE LA PROTOHISTOIRE A L EPOQUE MEDIEVALE. Résumé : ANALYSE SPATIALE, MODELISATION DES DYNAMIQUES DE PEUPLEMENT ET DE GESTION DE L ESPACE DU PLATEAU DE SACLAY DE LA PROTOHISTOIRE A L EPOQUE MEDIEVALE. Doctorante à Paris I - UMR 4586 Laboratoire

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Présentation de la leçon

Présentation de la leçon Branche : Eveil historique Sujet : Histoire de l écriture Situation de la leçon dans le programme : 734 p.143, 750 p.145 Compétences : 734 : Analyser de nombreux documents historiques ou autres et s entraîner

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

Localiser S orienter «Priorité à trois»

Localiser S orienter «Priorité à trois» «Priorité à trois» 5-21 Niveau 2 Entraînement 1 Objectifs Applications Matériel - Prendre conscience de l orientation de quelque chose en fonction de sa position. - S entraîner à déterminer une priorité

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments 23B Grange étable située au 18 21, rang des Lacs, Notre Dame des Monts. Patri Arch, 2011 INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST Le positionnement des bâtiments Décembre 2011 Le

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Cahier pédagogique. «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» :

Cahier pédagogique. «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» : Cahier pédagogique «Sur les traces de l Homme : ENQUÊTE SUR LA PRÉHISTOIRE» : une exposition réalisée par Cap Sciences présentée au Centre de Culture Scientifique de l ULB du 22 septembre au 22 décembre

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Exemple d utilisation de méthodes statistiques pour l étude des caracteres dimensionnels (modules) d industries préhistoriques

Exemple d utilisation de méthodes statistiques pour l étude des caracteres dimensionnels (modules) d industries préhistoriques (1) 285 MUNIBE (San Sebastián) Sociedad de Ciencias Naturales ARANZADI Año XXIII - N.º 2/3 1971 - Páginas 285-322 Exemple d utilisation de méthodes statistiques pour l étude des caracteres dimensionnels

Plus en détail

Table basse avec tablette encastrée

Table basse avec tablette encastrée Table basse avec tablette encastrée A table! Table basse avec tablette encastrée Cette table-basse à tablette encastrée permet d offrir à vos invités plein de friandises. 1 Introduction Offrez à vos invités

Plus en détail

Le magmatisme à la Réunion

Le magmatisme à la Réunion GEOLOGIE 15 avril 2009 Durée : 2 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve (1pt) Le magmatisme à la Réunion L île de la Réunion est située dans l océan Indien. Elle constitue la

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1

JEAN-LUC VIRUÉGA. Traçabilité. Outils, méthodes et pratiques. Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 JEAN-LUC VIRUÉGA Traçabilité Outils, méthodes et pratiques, 2005 ISBN : 2-7081-3260-1 2 à l assurance qualité Après la définition de la traçabilité dans la métrologie, on peut remarquer que le domaine

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE DESTINE AUX ENSEIGNANTS

DOSSIER PEDAGOGIQUE DESTINE AUX ENSEIGNANTS DOSSIER PEDAGOGIQUE DESTINE AUX ENSEIGNANTS Ce document est réalisé à l intention des enseignants de manière à faciliter leur visite du Centre d interprétation du Roc-aux-Sorciers. Ce document comprend

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

La pression. 1. Trois personnes qui ont le même poids, marchent sur une couche de neige fraîchement tombée

La pression. 1. Trois personnes qui ont le même poids, marchent sur une couche de neige fraîchement tombée Unité 3 LA PREION Un corps peut se déformer s il est soumis à une force pressante, c est-à-dire, une action de contact répartie sur sa surface. Ainsi, si on fixe une affiche sur un mur à l aide d une punaise,

Plus en détail

NEANDERTAL L EUROPÉEN Rencontre avec une fascinante humanité, antérieure à la nôtre!

NEANDERTAL L EUROPÉEN Rencontre avec une fascinante humanité, antérieure à la nôtre! NEANDERTAL L EUROPÉEN Rencontre avec une fascinante humanité, antérieure à la nôtre! EXPOSITION ITINÉRANTE ET MODULABLE Une exposition clé sur porte, adaptable à la préhistoire locale La première communauté

Plus en détail

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique

Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique Fiche professeur - 4 e Activité 54 : Modélisation des phénomènes associés à la convergence au niveau d une fosse océanique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : L activité interne du globe Connaissances

Plus en détail

2. Quel a été l'événement majoritairement responsable d'un développement massif de la technologie éolienne?

2. Quel a été l'événement majoritairement responsable d'un développement massif de la technologie éolienne? 1. Décrire rapidement l'origine de l'exploitation de l'énergie du vent. Les premières éoliennes datent de 200 ans avant JC ressemblant à des roues à aubes et utilisées principalement pour écraser les céréales.

Plus en détail

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion.

Pour l environnement. Strength. Performance. Passion. Strength. Performance. Passion. Pour l environnement Réduire les émissions de CO 2 en optimisant les matériaux de construction et les méthodes de production Holcim (Suisse) SA Les fondements de notre avenir

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires!

Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! COUVERT Atelier 10 Les chiroptères : des mammifères extraordinaires! Thème La chauve-souris Cycle visé : 1 er cycle du secondaire Résumé de l atelier Permettre aux élèves d approfondir leurs connaissances

Plus en détail

L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall

L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall Réza Assadi et Karim Khattar École Polytechnique de Montréal Le 1 mai 2002 Résumé Les réseaux de neurones sont utilisés dans

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

LE PALÉOLITHIQUE MOYEN EN BELGIQUE

LE PALÉOLITHIQUE MOYEN EN BELGIQUE LE PALÉOLITHIQUE MOYEN EN BELGIQUE MÉLANGES MARGUERITE ULRIX CLOSSET Michel Toussaint, Kévin Di Modica et Stéphane Pirson (dir.) Les Chercheurs de la Wallonie Hors-serie No 4 2011 LE PALÉOLITHIQUE MOYEN

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com

Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com Le bridge c'est quoi? Laval Du Breuil École de bridge Picatou, Québec picatou@picatou.com 1. Historique Le bridge moderne fait partie de la famille du Whist, popularisé au XIX e siècle par Edmond Hoyle

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

LES DISQUES DURS. Catégorie. Fiche. technique N 8. Hardware. Tête de lecture et d écriture. Axe de rotation. Alimentation

LES DISQUES DURS. Catégorie. Fiche. technique N 8. Hardware. Tête de lecture et d écriture. Axe de rotation. Alimentation Plateau Tête de lecture et d écriture Axe de rotation Bras de lecture et d écriture Alimentation Jumpers Interface Connecteur IDE Alimentation IDE Alimentation SATA Connecteur SATA www.alphatic.be : fiches

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

Observer dans la durée les atteintes aux voitures

Observer dans la durée les atteintes aux voitures Observer dans la durée les atteintes aux voitures I. Une baisse continue À l échelle nationale 1, le seul indicateur qui permette de suivre l évolution des atteintes aux véhicules sur le long terme est

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES

Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES CAPES CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVES D ADMISSIBILITE EPREUVES D ADMISSION Ministère de l Education nationale > www.education.gouv.fr - Sujet de dissertation

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

Le Bronze moyen et l'origine du Bronze final

Le Bronze moyen et l'origine du Bronze final COLLOQUE INTERNATIONAL «BRONZE 2014» du 17 au 20 juin 2014 à Strasbourg, Hôtel du Département Le Bronze moyen et l'origine du Bronze final en Europe occidentale, de la Méditerranée aux pays nordiques (XVII

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 Fondation Simone et Cino del Duca 10 rue Alfred de Vigny, 75009 Paris Comité scientifique

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

CHIROPTÈRES ET SITES MILITAIRES CONNAISSANCE ET PROTECTION LES CHAUVES-SOURIS

CHIROPTÈRES ET SITES MILITAIRES CONNAISSANCE ET PROTECTION LES CHAUVES-SOURIS Plan National d'actions Chiroptères 2009-2013 CHIROPTÈRES ET SITES MILITAIRES 02 LES CHAUVES-SOURIS Seuls mammifères à vol actif ; 34 espèces présentes en France métropolitaine ; Insectivores (quelques

Plus en détail

2 joueurs dès 8 ans But: pour les chèvres: encercler les 4 tigres; pour les tigres: manger 12 chèvres.

2 joueurs dès 8 ans But: pour les chèvres: encercler les 4 tigres; pour les tigres: manger 12 chèvres. PLACE DE MILAN 1 - Bagh Chal Jeu de stratégie - Népal - ASIE Le Bagh Chal est le jeu national du Népal. Il fait partie d une famille de jeux appelée jeux de chasse dans laquelle les joueurs n ont pas le

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015

COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 COLLOQUE DE L ACADÉMIE DES SCIENCES «L ÉVOLUTION HUMAINE : DES GÈNES À LA CULTURE» Mardi 12 mai et mercredi 13 mai 2015 Fondation Simone et Cino del Duca 10 rue Alfred de Vigny, 75009 Paris (Métro Courcelles)

Plus en détail

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE Samedi 30 mai 2015 Photo : Jaymantir UNE DESTINATION, C EST QUOI? Juin 2015 Brigitte Bloch Le touriste, un oiseau migrateur Le touriste n a pas de frontière. Sa vision

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie.

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. 4.0 Contrôles /4 4 e enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. RPPEL de 0. Wikipédia 2/2 Dans le chapitre : XX e siècle : ( 4.0 mythe paroxysme ) sous la photo d un

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Exploitation et diffusion des silex de la région du Grand-Pressigny au Paléolithique.

Exploitation et diffusion des silex de la région du Grand-Pressigny au Paléolithique. Exploitation et diffusion des silex de la région du Grand-Pressigny au Paléolithique. Jérôme Primault To cite this version: Jérôme Primault. Exploitation et diffusion des silex de la région du Grand-Pressigny

Plus en détail

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE?

LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? LE CREDIT A LA CONSOMMATION, VECTEUR DE CROISSANCE QUEL EQUILIBRE ENTRE EFFICACITE ECONOMIQUE ET RESPONSABILITE? Michel PHILIPPIN Directeur Général de Cofinoga Notre propos concerne la rentabilité économique

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE :

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : 1. DANS LA PEAU D UN ARCHEOLOGUE Tu vas te glisser dans la peau d un archéologue pour

Plus en détail

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur?

Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Atelier Donnees de sante et esante: quelles opportunites de creation de valeur? Les opportunités pour les entreprises? Christophe RICHARD Pour mémoire Open Data Big Data «Open» signifie «ouvert» «Data»

Plus en détail

Dossier de sponsoring

Dossier de sponsoring Dossier de sponsoring Soutenez l équipe d ISIBOT L Institut Supérieur d Informatique, de Modélisation et de leurs Applications est l une des écoles publiques d ingénieurs les plus dynamiques de la région

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2005 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

Optimiser la dose de semis du maïs

Optimiser la dose de semis du maïs Optimiser la dose de semis du maïs La moyenne des taux de semis de maïs utilisés par les producteurs aux États-Unis et au Canada a augmenté de 23 000 grains/acre en 1985 à plus de 30 000 grains/acre aujourd

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Evaluer l ampleur des économies d agglomération

Evaluer l ampleur des économies d agglomération Pierre-Philippe Combes GREQAM - Université d Aix-Marseille Ecole d Economie de Paris CEPR Janvier 2008 Supports de la présentation Combes, P.-P., T. Mayer et J.-T. Thisse, 2006, chap. 11. Economie Géographique,

Plus en détail

À chaque nuance son domaine d application Conseil d utilisation

À chaque nuance son domaine d application Conseil d utilisation > Les nuances de carbure à grain ultra-fin se caractérisent par une dureté très élevée et une excellente résistance à l usure. Elles sont utilisées à la fabrication d outils de fraisage et de forets pour

Plus en détail

Grottes et Avens des Grands Causses

Grottes et Avens des Grands Causses Grottes et Avens des Grands Causses Rappel (voir la page «les grands Causses) : suite au soulèvement des Alpes et des Pyrénés, les dépôts jurassiques calcaro-dolomitiques se trouvant à l'air libre vont

Plus en détail

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats Analyses et résultats Numéro 84 - mai 2014 La production agricole est par nature soumise aux aléas climatiques. Le phénomène n est pas nouveau. Toutefois, au cours des vingt dernières années, le profil

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (Ottawa, 1988) Note explicative par le Secrétariat d UNIDROIT

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (Ottawa, 1988) Note explicative par le Secrétariat d UNIDROIT CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (Ottawa, 1988) Note explicative par le Secrétariat d UNIDROIT I. HISTORIQUE 1. Bien que les origines de l affacturage remontent à l Antiquité, et que

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail