Formation Continue FORMATION INTRA PRESENTATION DES TECHNOLOGIES SOLAIRES. FCIA093 Bis FORMATION DECEMBRE 2007-JANVIER 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Continue FORMATION INTRA PRESENTATION DES TECHNOLOGIES SOLAIRES. FCIA093 Bis FORMATION DECEMBRE 2007-JANVIER 2008"

Transcription

1 Formation Continue FORMATION INTRA FORMATION PRESENTATION DES TECHNOLOGIES SOLAIRES FCIA093 Bis FORMATION DECEMBRE 2007-JANVIER 2008 INES EDUCATION Bâtiment LYNX 50 avenue Lac Léman Savoie Technolac BP LE BOURGET DU LAC CEDEX Tél. : +33 (0) Tél. : +33 (0) Site :

2 INTEGRER LE SOLAIRE THERMIQUE DANS LE BÂTIMENT Thomas LETZ Docteur-Ingénieur en Energétique Responsable du Département Thermique INES EDUCATION INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire

3 Sommaire 1. Le gisement solaire, les données climatiques Les différents types de capteurs solaires thermiques Les techniques solaires Le chauffe-eau solaire individuel L'eau chaude solaire collective Le système solaire combiné Les piscines solaires Les installations collectives combinées Le froid solaire L'évaluation des besoins pour l'eau chaude collective Le dimensionnement des composants L'intégration des capteurs Le dimensionnement de l'installation Les indicateurs de performance Outils de calcul L'évaluation économique des projets Les aides et subventions Le télésuivi, la Garantie de Résultats Solaires Les conseils opérationnels Le contexte juridique Techniques actuelles et évolutions possibles INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire

4 1. Le gisement solaire, les données climatiques Un petite étoile dans l univers Diamètre : km (environ fois plus gros que la terre) Distance Terre-Soleil : km (ou 8 minutes-lumière) Au centre : La Fusion Nucléaire H ---> 4 2 He + 2e+ + 2 n e + 2, J/mole He Consommation : 576 millions de tonnes d'hydrogène à la seconde Le Soleil rayonne comme un corps noir à K A l'extérieur de l'atmosphère terrestre, une surface de 1m² perpendiculaire au rayonnement reçoit W. C'est la constante solaire Énergie reçue sur terre chaque année : à fois la consommation énergétique de l homme Espérance de vie : environ 5 milliards d années. Le soleil Le soleil est un énorme réacteur thermonucléaire, où l'hydrogène fusionne en hélium. L'énergie qu'il envoie dans toutes les directions est à la fois énorme (environ fois les besoins terrestres), mais malheureusement assez diluée, puisque la puissance maximale reçue à l'extérieur de l'atmosphère sur une surface d'un mètre carré perpendiculaire à la direction du rayonnement est au maximum d'environ 1350 W (cette valeur est légèrement supérieure en hiver car la distance Terre- Soleil est minimale à ce moment-là) Pour récupérer une quantité d'énergie importante, il faut donc nécessairement augmenter la surface qui intercepte le flux solaire. Concentrer le rayonnement solaire n'augmente pas la puissance ou l'énergie récupérés, mais seulement le niveau de température pouvant être atteint. La déclinaison L'axe de rotation de la terre est incliné par rapport au plan de l'écliptique (plan dans lequel la terre se déplace autour du soleil) La déclinaison est un angle qui permet de prendre en compte cette situation pour calculer la trajectoire apparente du soleil dans le ciel. Elle varie entre ' au solstice d'été à ' au solstice d'hiver, de manière sinusoïdale. solstice d été 23 δ = équinoxe d automne δ = 0 Déclinaison δ : angle entre direction terre-soleil et plan équatorial Le cycle des saisons équinoxe de printemps δ = δ = solstice d hiver Rotation de la Terre sur elle-même : Variation diurne Rotation de la Terre autour du soleil + axe incliné : Variation annuelle Le rayonnement solaire rayonnement extra-atmosphérique : W/m² Limite atmosphère ~2500 km Réfléchi Diffus Surface terrestre Absorbé Le rayonnement solaire Direct maximum au sol : W/m² Absorbé 0,01 ULTRA VIOLET VISIBLE 1 10 INFRA ROUGE proche moyen lointain 2,5 W/ m 2.m m Pertes par dispersion 2,0 Intensité à la limite de l'atmosphère 1,5 Absorption par H2O 1,0 Absorption par O3 0,5 spectre CO2 visible 0 0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 longueur d'onde ( µm) Spectre solaire 100 ( mm ) L'énergie solaire qui arrive sur terre est disponible sous forme de rayonnement électromagnétique émis depuis le soleil. La puissance transmise par ce rayonnement varie avec la longueur d onde du rayonnement. La plus grosse quantité d énergie est apportée par les longueurs d onde visibles (lumière blanche qui est la superposition de toutes les couleurs). Certaines longueurs d onde sont absorbées partiellement ou totalement par les particules de l atmosphère (les molécules d ozone absorbent une partie des ultra violet). Il en résulte que la puissance disponible sur un mètre carré normal au rayonnement est de l'ordre de 1000 W par temps ensoleillé alors qu elle est de l ordre de 1350 W hors atmosphère. INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 3/60

5 Pour pouvoir dimensionner une installation solaire, il est nécessaire de connaître la quantité d énergie disponible. Pour cela on utilise les données fournies par la météo nationale. Ces données sont : - la fraction d insolation, égale au rapport de la durée réelle d ensoleillement sur la durée théorique du jour. Cette grandeur est disponible dans quasiment toutes les stations météo françaises en valeur mensuelle. Elle se mesure grâce à un héliographe. - l irradiation globale (kwh/m²/j) : correspondant à l énergie solaire globale reçue sur une surface horizontale. Elle se mesure avec un solarimètre ou pyranomètre. - l irradiation diffuse (kwh/m²/j) : correspond au rayonnement reçu de la voûte céleste, hormis le rayonnement direct. L irradiation globale verticale (kwh/m²/j) peut être utilisée pour le calcul des apports passifs sur des parois verticales. Appareils de mesure Les pyranomètres délivrent une tension directement proportionnelle à l'irradiation. Cette tension provient d'une thermopile dont la partie supérieure s'échauffe par exposition à l'irradiation solaire alors que la partie inférieure protégée de cette irradiation sert de référence. Ce sont des appareils coûteux : il y a donc peu de stations météorologiques qui en utilisent en France. Le pyranomètre à rayonnement diffus est identique au précédent, mais comporte une "bande d'ombre" qui évite la composante directe du rayonnement incident. Le pyrhéliomètre mesure la composante directe du rayonnement solaire. Il a besoin d'un "suiveur solaire" et d'un collimateur pour maintenir en permanence le disque solaire focalisé et masquer le reste de la voûte céleste. Le capteur est une pile thermoélectrique. Elle mesure le rayonnement solaire direct. Par contre, la durée d'ensoleillement est mesurée dans une centaine de stations météorologiques en France par des héliographes. Mais cette grandeur donne uniquement le nombre d'heures où la puissance du rayonnement solaire dépasse 120 W/m². Pour en déduire l'irradiation, il faut utiliser des corrélations. L'irradiation C'est l'intégrale de la puissance arrivant sur un plan caractérisé par son orientation et son inclinaison. La carte d'irradiation de la France donne la valeur moyenne annuelle de l'irradiation journalière sur un plan orienté au Sud et incliné d'un angle égal à la latitude du lieu. On retrouve une valeur INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 4/60

6 supérieure d'environ 70 % dans les zones les plus favorisées par rapport aux zones les moins favorisées. Repérage du soleil Pour repérer la position du soleil dans le ciel, on utilise deux angles : la hauteur h : angle entre la direction du soleil et sa projection sur le plan horizontal L'azimut a : angle entre cette projection et la direction du Sud : a est compté positivement vers l'ouest et négativement vers l'est A noël, il n y a du soleil que de midi (solaire) à 15h00, alors qu en juin, la montagne ne le cache pas de la journée. h a hauteur sud Les masques 11h 10h Un clinomètre peut être construit avec un rapporteur et un fil à plomb est 30 sud ouest lever et de coucher du soleil en fonction de la saison.. 12h 21 juin 21 mars - 21 septembre 21 décembre 16h 17h azimut Logiciel de tracé de masque : h Ces montagnes qui nous font de l ombre... Lorsque l on veut utiliser l énergie solaire à un endroit, il faut non seulement connaître l ensoleillement du site, mais aussi déterminer quelle quantité d énergie vont amputer les obstacles entre le soleil et ce site. Il faut donc relever les masques à l endroit où l on désire implanter l installation solaire. Pour cela, il faut se munir d une boussole et d un clinomètre (ou clisimètre) et relever la hauteur angulaire et l azimut de tous les obstacles potentiels. Ces données, une fois reportées sur un graphe représentant la projection de la course fictive du soleil à l endroit du site, permettront de déterminer les heures de Variabilité de l'irradiation L'irradiance solaire est la puissance du rayonnement solaire par unité de surface. Elle s'exprime en W/m². L'irradiation solaire est l'énergie du rayonnement solaire sur un intervalle de temps déterminé. Elle s'exprime en J/m² et en kwh/m². Entre une journée sans nuages et une journée avec ciel couvert, la quantité d'énergie incidente sur un plan donné peut varier d'un facteur 4 à 5. Dans le deuxième cas, cette énergie arrive uniquement sous forme diffuse, et la puissance atteinte ne permet en général pas à un capteur thermique d'atteindre un INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 5/60

7 niveau de température suffisant pour délivrer une puissance utile. La puissance maximale atteinte en hiver est équivalente à celle qu'on peut obtenir en été. Dans l'exemple, présenté, un peu plus de 800 W/m² au midi solaire. Aux équinoxes, cette puissance est plus élevée sur un plan incliné d'un angle égal à la latitude du lieu, car l'angle d'incidence au midi solaire est nul et le rayonnement solaire arrive perpendiculairement sur le plan. Ce qui change entre l'été et l'hiver n'est donc pars la puissance maximale, mais la durée du jour. FORMATION LE SOLAIRE THERMIQUE Calcul de l'irradiation sur un plan quelconque Données météo Fraction solaire σ Global horizontal G Inclinaison β Orientation γ Données géographiques Latitude Φ Global G horizontal extra-atmosphérique G ext Diffus horizontal D mois Déclinaison δ Global incliné = direct + diffus + réfléchi G(β,γ) = (G-D).R b + (1+cosβ).D + (1-cosβ).ρ.G 2 2 Calcul de l'irradiation hémisphérique L'irradiation incidente sur un plan incliné d'un angle β et orienté avec un azimut γ se compose de 3 parties : - le direct, calculé à partir du direct sur le plan horizontal à l'aide d'un facteur de transposition géométrique R b - le diffus, qui est la proportion de diffus total "vue" par le plan en fonction de son inclinaison - le réfléchi, qui est la proportion de global horizontal total "vue" par le plan en fonction de son inclinaison et du coefficient de réflexion du sol (albedo). Masque Données du projet Rb 2. Les différents types de capteurs solaires thermiques Il existe toute une gamme de capteurs solaires qui permettent de répondre aux différents besoins. Il faut choisir le type de capteurs qui correspond le mieux au niveau de température auquel on désire «travailler». Bien entendu, plus le niveau de température est élevé, plus les technologies mises en œuvre sont évoluées et plus les coûts de production sont élevés. On n utilisera pas un capteur sous vide, permettant d atteindre de très hautes températures pour réchauffer une piscine. Le capteur moquette Très bon rendement pour les températures proches de la température de l air Les capteurs sans vitrage Chauffage des piscines Moquette solaire pour le chauffage des piscines. Un capteur simple adapté au basses températures, résistant et peu onéreux. crédit photo : ASDER Séchage en grange La toiture de la grange peut constituer un excellent capteur pour réchauffer l air nécessaire au séchage du foin. INES EDUCATION Institut National de l Energie INES Institut National Solaire de l Energie Solaire 6/60 8

8 ambiant. Ne permet pas de produire d eau chaude sanitaire. Facilité de mise en œuvre, coût d environ 100 /m². Dimensionnement : entre 1/3 et 2/3 de la surface du bassin. Les capteurs sans vitrage (2) Il existe des capteurs non vitrés sélectifs utilisant un absorbeur métallique. Ces capteurs permettent d'atteindre des températures un peu plus élevées que les capteurs moquette, ou inversement de fonctionnement également en dehors de la période estivale. Chauffage des piscines Le capteur plan non vitré en acier à revêtement sélectif permet d avoir de très bonnes performances quand les besoins sont en phase avec la ressource. Ils sont peu sensibles à l angle d incidence du rayonnement. Préchauffage de l ECS Préchauffage de l ECS sur des grosses installations. crédit photo : ASDER En caisson ou à assembler in situ, les capteurs peuvent se mettre sur châssis ou s intégrer dans l architecture des bâtiments. crédit photo : Giordano Les capteurs sous vide Les capteurs plans Eau chaude solaire Le capteur plan vitré Systèmes combinés chauffage et eau chaude Le capteur plan vitré est bien adapté aux besoins des habitations. Ses températures de fonctionnement correspondent aux températures de production de chauffage et d eau chaude sanitaire. Energie Solaire SA Le capteur plan est le capteur le plus répandu et le mieux adapté aux besoins de chauffage et d eau chaude sanitaire dans les bâtiments. Les capteurs vitrés restent les plus performants bien que les non vitrés soient assez utilisés dans de nombreux pays européens (essentiellement pour du préchauffage d eau chaude sur des installations collectives). Ce type de capteur se présente sous forme de caissons de différentes dimensions ou sous forme d éléments séparés à intégrer directement dans l architecture des bâtiments. Les surfaces mises en œuvre vont de quelques mètres carrés pour les chauffe-eau solaires individuels à plusieurs centaines de mètres carrés pour les installations collectives. Les capteurs sous vide permettent Les capteurs à tubes sous vide d atteindre des hautes températures (150 C) avec des rendements corrects. Le vide créé à l intérieur des tubes permet de Capteurs sous vide Concentration (CPC) réduire de manière importante les déperditions lors de la montée en température. Cette technique a été développée il y a une trentaine d'années afin d'améliorer les performances d'un capteur plan. L'air à l'intérieur est évacué pour faire le vide et le tube est fermé hermétiquement. Le principe est simple, mais la fabrication est difficile à cause des liaisons verre/métal nécessaires. Ainsi ils sont utilisés pour la climatisation Montage 2 tubes Montage avec caloduc par absorption où des températures de plus de 80 C sont nécessaires, ou pour la production d eau chaude haute température. Leur coût reste important. INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 7/60 10 Montage avec réflecteur 9 11

9 Leur utilisation pour le chauffage de l eau chaude sanitaire est tout à fait possible, cependant les performances d un chauffe-eau solaire équipé de capteurs sous vide ne sont pas tellement meilleures qu avec des capteurs plans vitrés, dans le cas où l on produit de l eau à 50 C. Le choix du capteur sous vide est donc intéressant pour des plages de températures où les capteurs plans vitrés ont des rendements qui chutent. Le coût de ces capteurs est souvent supérieur à 700 /m². Les capteurs sous vide à concentration combinent l effet de concentration des miroirs paraboliques (CPC = Concentrateur Parabolique Composite) avec des capteurs sous vide permettant d obtenir des hautes températures avec des surfaces de captage réduites. Le capteur plan vitré Le capteur plan vitré reste le capteur le plus répandu. Il se compose : - d un élément absorbeur, recouvert la plupart du temps d un revêtement sélectif, en contact avec des tubes métallique (souvent en cuivre) véhiculant le fluide caloporteur qui transporte l énergie jusqu à l extérieur du capteur - d un vitrage pour favoriser l effet de serre et réduire les pertes par convection. - -d un isolant afin de limiter les pertes vers l extérieur. Pour ce qui est de la structure, ces éléments peuvent être enfermés dans un caisson ou bien intégrés en toiture. Un Film réfléchissant Chaleur véhiculée par le fluide réchauffé Le capteur plan vitré joint d étanchéité en matériau élastique a pour principale fonction de maintenir l'étanchéité du capteur en empêchant l'eau de pénétrer quand il pleut. Vitrage Caisson Comment ça marche? Absorbeur Isolant Rayonnement visible Rayonnement IR 16 Text Convection 15 % 8 % Principe de fonctionnement Eu = chaleur emportée par le fluide réchauffé 60 % Rayonnement réfléchi par le vitrage 1 % 5 % Pertes thermiques 8 % 3 % E = irradiation solaire 100 % Tm Rayonnement absorbé Rayonnement visible Rayonnement IR 17 Une partie de l'irradiation solaire qui arrive sur le vitrage traverse celui-ci pour atteindre l absorbeur. Ce dernier s échauffe et transmet la chaleur au fluide caloporteur qui circule dans les tubes. Comme tout corps qui s échauffe, l absorbeur émet un rayonnement (en grande partie dans les infra-rouges) qui est d une part absorbé par le vitrage, d autre part réfléchi par le film placé sur l isolant. L isolant a pour fonction de limiter les déperditions thermiques avec l extérieur. En effet, le maximum d énergie doit être transmis au fluide, il faut donc limiter les pertes avec l environnement proche. INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 8/60

10 Des performances mesurées La puissance utile Eu que l on peut récupérer d un capteur solaire dépend de nombreux paramètres, à savoir des paramètres extérieurs : E : la puissance solaire incidente sur le plan du capteur (W/m²) Tm : la température moyenne du capteur (approximée à la moyenne entre les températures d entrée et de sortie de capteur) (en C). Text : la température extérieure (en C) et des paramètres définissant le capteur : β : le facteur optique du capteur, qui est le rapport entre l ensoleillement absorbé par l absorbeur et l ensoleillement τ α E = K m Cp η =. η = α τ K Bilan thermique d'un capteur. ( Tm Text) + m Cp ( Tsortie Tentrée) ( Tsortie Tentrée) τ α E K ( Tm Text) ( Tm Text) incident sur le vitrage. Ce facteur optique est le produit du facteur de transmission du vitrage par le coefficient d'absorption de l'absorbeur. K : le coefficient de déperditions thermiques (W/ C) Courbe de rendement (norme NF P50-501) E E E =. E m Cp (Tsortie - Tentrée) K (Tm-Text) 22 Eu = β E - K ( Tm - Text ) η = Eu ( Tm - Text ) = β -K E E 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Rendement Tm : température moyenne du capteur Text : température extérieure E : Irradiation (W/m²) pertes optiques pertes thermiques transmission vitrage facteur optique β = τ. α absorption absorbeur pente = K : coefficient de pertes ( Tm - Text ) / E L énergie utile est donc égale à la partie de l énergie incidente traversant le vitrage moins les déperditions thermiques (proportionnelles à l écart de température entre le capteur et l ambiance). 23 Nouvelle norme européenne Cette nouvelle norme introduit un deuxième coefficient de pertes thermiques, afin de mieux prendre en compte les pertes non linéaires (rayonnement) : a 0 : le facteur optique du capteur, a 1 et a 2 : coefficients de déperditions thermiques (W/m².K et W/m².K²) INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 9/60

11 Quel capteur choisir? Les courbes de rendement des capteurs montrent que pour un ensoleillement constant, les performances des capteurs baissent lorsque l on demande au capteur de «travailler» à une température éloignée de la température extérieure. Ceci est dû tout simplement aux déperditions thermiques qui augmentent avec la température (de manière linéaire pour les phénomènes de convection et conduction et à la puissance 4 pour les pertes par rayonnement). Il faut donc, pour tirer meilleur parti des capteurs, utiliser une technologie qui correspond le mieux aux niveaux de températures auxquels on veut travailler. Un capteur sous vide aura un rendement 30% supérieur à un capteur plan vitré pour produire de l eau à 90 C. Par contre il sera moins performant qu un capteur moquette pour réchauffer l eau d une piscine de deux degrés par rapport à la température ambiante. 3. Les techniques solaires 3.1. Le chauffe-eau solaire individuel Les systèmes monobloc Les systèmes monobloc sont des ensembles capteur/ballon simples et complets qui fonctionnent de manière autonome. Leur branchement est extrêmement simple. L échauffement du fluide, lorsque l ensoleillement est suffisant entraîne la mise en mouvement de ce dernier (différence de masse volumique due à la variation de température). La chaleur est donc transférée jusqu au stock qui est située au dessus du capteur. Ces systèmes simples sont difficilement intégrables dans l architecture des bâtiments et souvent de dimensions modestes. La position du ballon ne permet pas d intégrer une source d énergie d appoint dans le système. Elle devra se trouver en aval. Chauffe eau solaire individuel (CESI) Eau froide Monobloc Fonctionnement en thermosiphon Eau réchauffée Systèmes simples, pas trop chers, aux performances correctes, mais difficilement intégrables de manière esthétique. En général, volumes des ballons peu importants (150l) et l énergie d appoint non intégrée au ballon du fait de sa position allongée. Dans les climats froids, les canalisations aller et retour risquent de geler. Ce type de matériel est plutôt adapté aux pays tropicaux, où l énergie d appoint n est pas nécessaire. Dans ce cas, il n est pas nécessaire de disposer d un circuit primaire antigel. La position relative du soleil à ces latitudes permet de poser les capteurs relativement à plat sur des toitures en terrasse. 4 INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 10/60

12 Chauffe-eau à éléments séparés (convection naturelle ou thermosiphon) Lorsque la configuration le permet, c est à dire lorsque le ballon de stockage se situe à une altitude supérieure à celle des capteurs, le chauffe-eau à convection naturelle ou thermo-siphon peut être installé. Le principe de fonctionnement réside sur la différence de masse volumique générée par la montée en température dans le capteur, qui va mettre en mouvement le fluide caloporteur. Cette technique ne demande ni pièce mécanique (circulateur), ni régulation. Sa grande simplicité en fait donc un système fiable dans la durée, vu que le nombre de pièces est réduit. Son coût d investissement est moindre ainsi que son coût de fonctionnement, qui est nul. Le dimensionnement de ce type d installations doit être effectué de manières à réduire au maximum les pertes de charges dans le circuit. La mise en circulation du fluide s effectue en général pour des différences de températures (capteur/ballon) de l ordre de 15 C, ce qui fait que les performances de ces procédés sont relativement réduites en hiver (fortes déperditions, mauvais rendement). Le thermosiphon est en principe utilisé pour des installations de taille modeste (chauffe-eau solaire individuel de quelques m²). L énergie d appoint peut être intégrée dans le ballon solaire tout comme en aval de celui-ci. Ces systèmes possèdent une régulation qui enclenche le circulateur dès que l énergie solaire est disponible, ce qui permet des performances supérieures aux systèmes en thermosiphon. La taille de ces chauffe-eau solaires va de quelques mètres carrés pour les installations individuelles à plusieurs centaines de m² pour la production d eau chaude solaire collective. Hormis les capteurs (qui bénéficient des garanties constructeur), les organes du chauffe-eau solaire sont des pièces de plomberie et chauffage ordinaires, qui ne Chauffe-eau à éléments séparés Convection naturelle ou thermosiphon Implantation en toiture Des systèmes simples et assez performants. La contrainte principale étant de pouvoir mettre le ballon de stockage à une altitude supérieure aux capteurs. Les capteurs doivent être adaptés au fonctionnement en thermosiphon. Eau froide Eau réchauffée Le chauffe-eau solaire à éléments séparés et convection forcée Le chauffe-eau solaire à éléments séparés et convection forcée est le plus courant des systèmes. Il présente l avantage de s adapter à la plupart des situations, aussi bien dans le neuf que dans l existant. Les capteurs peuvent s intégrer dans l architecture du bâtiment, le ballon peut se placer n importe où dans l habitation. INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 11/60 5

13 nécessitent ni plus ni moins de maintenance qu un système de production d eau chaude ordinaire. La plupart des fabricants proposent des kits chauffe-eau solaire individuels (CESI) comprenant les capteurs, le ballon de stockage, le module hydraulique et la régulation. Ces organes sont plus ou moins bien intégrés ensemble. Les composants du chauffe-eau solaire «classique» La plupart des composants (circulateurs, vannes, soupape de sécurité, purgeurs, vase d'expansion, sondes, ) sont analogues à ceux utilisés classiquement en génie climatique. Il faut par contre faire attention à sélectionner des composants qui peuvent résister aux hautes températures pouvant être atteinte, particulièrement en été, et adopter quelques particularités de montage. Les échangeurs de chaleur Echangeur à tube lisse Echangeur externe pour les plus grosses installations. Fonction : Il permet de transférer la chaleur du circuit solaire rempli d'antigel au circuit secondaire d'ecs. Exigences : Il sera de préférence en acier inoxydable ou en cuivre, pour le protéger le plus possible des problèmes de corrosion et d entartrage. Le fait qu il soit démontable permet un nettoyage ou un remplacement facile. Il aura une surface suffisante et une configuration permettant l'échange maximal de chaleur entre le fluide antigel et l'ecs. Choix : Echangeur à ailettes 3.2. L'eau chaude solaire collective Eau chaude solaire collective Le chauffe-eau solaire collectif fonctionne sur le même principe que le chauffe-eau solaire individuel. Seules les dimensions des éléments diffèrent ainsi que les schémas hydrauliques et les systèmes de régulations dans certains cas. Les installations solaires vont de 10 m² pour une maison et un gîte rural jusqu à plusieurs centaines de mètres carrés pour INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 12/60

14 des immeubles collectifs ou des hôpitaux. Dans ce dernier cas, les installations bénéficient d une garantie de résultats solaires (GRS). Ce schéma est le type de schéma le plus couramment rencontré pour les installations de production d eau chaude sanitaire collective. A noter : Echangeur à plaques extérieur Appoint séparé en série après le préchauffage solaire Dans le cas où il est indispensable de mettre des vannes d arrêt sur ce circuit primaire, il convient de doter les capteurs solaires d une soupape de sécurité (prévoir un réservoir pour les crachats normaux ou anormaux éventuels). INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 13/60

15 Si le volume de stockage ne peut pas être couvert par un seul ballon, il faut fractionner ce volume en plusieurs ballons qui seront montés en "série". Lors de la charge des ballons par la boucle solaire, l'eau sanitaire du bas du ballon le plus froid est envoyée à l'échangeur de chaleur, et le retour se fait à hauteur intermédiaire du ballon le plus chaud. Entre les ballons, la circulation se fait du ballon le plus chaud vers le ballon le plus froid. En cas de soutirage, l'eau froide pénètre en bas du ballon le plus froid, et l'eau soutirée l'est en haut du ballon le plus chaud. Entre les ballons, la circulation se fait du ballon le plus froid vers le ballon le plus chaud. Si les ballons solaires et l'appoint sont éloignés, il faut mettre en place un bouclage qui permet d'alimenter toujours l'appoint avec de l'eau préchauffée par le solaire, même après une longue période de non-soutirage. La production solaire s en trouve légèrement pénalisée, mais la consommation d énergie d appoint est moindre. Dans le cas d une production d eau chaude d appoint collective, il y a lieu de prévoir un dispositif de maintien en température de la distribution, pour empêcher le développement de légionnelles. Différentes solutions existent, la plus courante étant cependant le bouclage. INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 14/60

16 Dans le cas d une production d eau chaude d appoint individuel, il y a lieu de prévoir un bouclage sanitaire qui permettra d irriguer en permanence en eau préchauffée, les ballons d eau chaude individuel. Lorsque la production d appoint est individuelle, il y a lieu d être vigilant sur le type de système d appoint mis en œuvre. Pour les appoints à accumulation (ballons électriques ou chaudières murales avec ballon de stockage), il n y a pas de problème particulier. Par contre, lorsqu il s agit de production instantanée, il convient de vérifier que le générateur est thermostaté et accepte des températures «d eau froide» pouvant atteindre 50 ou 60 C. Stockage solaire centralisé, appoints individuels en général, appoint par cumulus électrique (plus rarement par chauffe-eau instantané à puissance variable) Production solaire collective : un bouclage sur la partie solaire peut être intéressant : même température d'entrée dans tous les appartements 8 Stockages solaires individuels, appoints individuels en général, appoint par cumulus électrique (plus rarement par chauffe-eau instantané à puissance variable) R volume total volume appoint volume préchauffage Particularités : - la régulation différentielle fonctionne avec des sondes sur la sortie et le retour du capteur solaire - des vannes d'équilibrage doivent être placées sur chaque dérivation alimentant un appartement Production solaire individualisée = CESI individuels alimentés par une boucle primaire solaire commune 9 Lorsqu un bouclage sanitaire est mis en place, le retour de ce dernier est Les schémas : bouclage sanitaire impérativement ramené au ballon d appoint et non au ballon solaire. Un retour sur le ballon solaire conduirait à un réchauffement 70 C 17 % 55 C 100 % de ce dernier par l appoint qui serait 83 % préjudiciable aux performances. 100 % Il est aussi possible de disposer une vanne 3 70 C M 52 C voies de zone sur le retour du bouclage qui irriguera ce dernier soit vers le ballon d appoint, soit vers le ballon solaire si ce dernier est suffisamment chaud. Cette solution, qui ajoute de la complexité et des risques de dysfonctionnements, ne se justifie qu'en cas de dimensionnement conduisant à Températures ( C) Débits (m3/h) INES EDUCATION Institut Le National bouclage de l Energie est ramené Solaire vers le ballon d'appoint 15/60 BP LE BOURGET DU LAC INES CEDEX Institut National de l Energie Solaire 10

17 des périodes de durée suffisamment longue où la température atteinte dans les ballons solaires dépasse la température de retour du bouclage. Pour les installations collectives dans lesquelles le stockage d'eau sanitaire à température non maîtrisée est interdit (établissement de santé), un ballon tampon rempli d'eau morte et un échangeur instantané supplémentaires sont, nécessaires. Dans ce premier schéma, l'eau chaude sanitaire est préchauffée à partir du tampon, à l'aide d'un échangeur instantané, nécessairement de puissance importante. Le débit de la pompe P3 est variable, en fonction du débit soutiré. Système avec ballon tampon (1) Préchauffage de l'ecs en instantané P3 + Protection anti-légionelles assurée + Intégration facile - Régulation délicate - Asservissement de la pompe P3 au soutirage - Échangeur grand et cher Le système solaire combiné Si on considère les besoins énergétiques du secteur bâtiment et tertiaire, on constate que la plus grande part est relative au chauffage. Ceci est encore plus vrai dans les climats continentaux ou nordiques. Pour ces derniers, l'irradiation totale annuelle n'est guère différente ce celle des climats continentaux. Par contre, le profil annuel de la ressource solaire est différent, avec moins de soleil en hiver est plus en été. Du fait du climat plus rigoureux, la saison de chauffage y est plus longue, et c'est pendant les misaisons que le chauffage solaire se révèle intéressant. Les contraintes du chauffage solaire Le soleil n est pas une source d énergie régulière, les capteurs ne produisent de la chaleur que lorsque l ensoleillement est suffisant. Les besoins de chauffage sont les plus importants en l absence de soleil. La nuit, les capteurs ne produisent rien, d où la nécessité d une inertie suffisante du bâtiment et d un stockage de l énergie. En hiver, il n y a pas assez de soleil pour couvrir tous les besoins de chauffage ; la solution du stockage intersaisonnier rencontre des barrières techniques et économiques difficilement surmontables ; une source d énergie d appoint s impose. Pendant la belle saison, la quantité d énergie solaire disponible est nettement INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 16/60

18 supérieure aux besoins, le système devra donc prendre en compte la production d eau chaude sanitaire afin de valoriser cette énergie gratuite. La problématique du chauffage solaire ne se résume donc pas à dimensionner une surface de capteurs solaires. C est un ensemble complexe qui doit s adapter au mieux aux caprices de la météo pour en tirer le meilleur parti, alliant fiabilité, reproductibilité, adaptabilité et réalisme économique. Les systèmes solaires combinés Le soleil n est pas une source d énergie régulière, les capteurs ne produisent de la chaleur que lorsque l ensoleillement est suffisant. Les besoins de chauffage sont les plus importants en l absence de soleil. La nuit, les capteurs ne produisent rien, d où la nécessité d une inertie suffisante du bâtiment et d un stockage de l énergie. En hiver, il n y a pas assez de soleil pour couvrir tous les besoins de chauffage ; la solution du stockage intersaisonnier rencontre des barrières techniques et économiques difficilement surmontables ; une source d énergie d appoint s impose. Pendant la belle saison, la quantité d énergie solaire disponible est nettement supérieure aux besoins, le système devra donc prendre en compte la production d eau chaude sanitaire afin de valoriser cette énergie gratuite. La problématique du chauffage solaire ne se résume donc pas à dimensionner une surface de capteurs solaires. C est un ensemble complexe qui doit s adapter au mieux aux caprices de la météo pour en tirer le meilleur parti, alliant fiabilité, reproductibilité, adaptabilité et réalisme économique. Lorsqu'on veut utiliser la chaleur du soleil pour fournir une partie du chauffage d'une maison, on utilise un système solaire combiné (SSC) : c'est une installation qui en général utilise deux sources d'énergie (dans de rares cas trois sources) pour fournir de la chaleur à deux usages, éventuellement trois si une piscine est raccordée sur l'installation. Contrairement aux CESI, les SSC présentent une grande variété de schémas hydrauliques. En effet, ils peuvent se différencier par le type de stockage et la stratification de ce dernier, la nature de l'émetteur de chaleur, le mode de raccordement de l'appoint, le mode de production d'eau chaude sanitaire. Les premiers systèmes de chauffage solaire apparus étaient conçus sur le principe de l hydro-accumulation. Le soleil n étant pas présent toute la journée ni toute l année, l idée de stocker cette énergie quand elle était disponible est apparue comme la plus simple pour contrer ce problème. Les volumes de stockage conseillés dans les années 80 pour ce genre de systèmes pouvait atteindre 3 à 4 m 3, de manière à avoir une autonomie de plusieurs jours. Les émetteurs utilisés étaient les radiateurs, fonctionnant à des températures de plus de 60 C. Le stock devait donc être au moins à cette température,... difficile à atteindre et ce qui suppose des surfaces de capteurs importantes (de lors de 40 m² pour une maison individuelle). Depuis, le niveau d'isolation des maisons à a progressé, permettant de réduire très nettement les besoins de chauffage, et de ce fait également les surfaces de capteurs et les volumes de stockage nécessaires. De plus, les planchers chauffants basse température sont de plus en plus utilisés, ce qui permet d'améliorer les performances des systèmes en permettant au capteur solaire de fonctionner avec un meilleur rendement. INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 17/60

19 Créé dans les années 80 par l école supérieure d ingénieurs de Marseille (ESIM), le concept du PSD apporte une nouvelle façon d aborder le chauffage solaire. Partant du principe qu une source d énergie d appoint est nécessaire, l idée consiste à utiliser l énergie solaire quand elle est là, et avec le meilleur rendement possible, plutôt que d essayer de la stocker à tout prix. Le fluide circule donc directement des capteurs dans le plancher chauffant sans échangeur. Pas de stock hydraulique, mais une dalle en béton relativement épaisse, qui assure les rôles de stockage, diffusion et déphasage de la chaleur. La suppression des intermédiaires entre les capteurs et le plancher chauffant basse température permet à ceux-ci de «travailler» à un niveau de température plus faible et donc de gagner en rendement. Les capteurs peuvent fournir de l énergie pour le chauffage même par une froide journée d hiver. L épaisseur de dalle conseillée en était d une trentaine de centimètres afin d avoir suffisamment d inertie pour éviter les surchauffes. Depuis, et pour les mêmes raisons d'amélioration de l'isolation des maisons, les épaisseurs des dalles ont été réduites pour arriver à un optimum de 12 à 15 cm. Les différences entre les deux technologies (2) PSD Hydro Accum Avantages - Encombrement réduit - Capacité de stockage élevée - Performances élevées - Régulation assez simple - Facile à comprendre - La plupart des fabricants Inconvénients - Régulation sophistiquée - Complexe dans la compréhension - Un seul fabricant - Pertes de stockage - Encombrement en chaufferie - Médiocres performances pour certains systèmes 18 Des différences de conception CESI avec capteur surdimensionné pour assistance au chauffage 15 % en chauffage et 50% en ECS Système de chauffage solaire à part entière 35 % en chauffage et 60% en ECS Pour 150 m² habitable Hollande : 5 à 7 m² de capteur Allemagne : 8 à 12 m² de capteur Autriche : 12 à 25 m² de capteur France : 8 à 20 m² de capteur INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 18/60 19

20 3.4. Les piscines solaires L'utilisation de l'énergie solaire pour le chauffage de l'eau des bassins, notamment dans les piscines découvertes, est particulièrement adaptée puisque la demande est en phase avec la ressource solaire. La réalisation de telles installations est particulièrement simple sur le plan technique : - pour une utilisation uniquement estivale, les capteurs non vitrés sont particulièrement adaptés, compte tenu de leur très bon rendement à basse température et de leur prix réduit - le raccordement de tels capteurs peut se faire directement par dérivation d'une partie du débit traité après la filtration, sans interposition d'un échangeur. Par contre, deux obstacles limitent la diffusion pour les piscines publiques : - le calcul de telles installations est assez délicat, notamment au niveau de l'estimation des besoins qui peuvent varier beaucoup en fonction de conditions climatiques locales souvent mal connues (en particulier le vent) - malgré des coûts d'investissement bas, la rentabilité est pénalisée par les tarifs très bas de l'électricité en heures creuses et en été. En effet, pour des usages collectifs, les tarifs Vert ou Jaune permettent d'acheter des kwh à très bas prix, et la prime d'abonnement bénéficie également de coefficients d'abattement en période estivale et nocturne. Piscine de Montmélian Cette piscine est justement un exemple où des capteurs vitrés ont été utilisés et non des capteurs simplifiés : l'installation solaire assure trois fonctions : - chauffage des bassins en été - préchauffage d'eau chaude sanitaire - chauffage de locaux (salles de réunion) en hiver. Ces trois usages complémentaires et répartis sur toute l'année imposent donc le choix de capteurs ayant un rendement non nul en hiver. INES EDUCATION Institut National de l Energie Solaire 19/60

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014.

Soltherm 2014. Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Soltherm 2014 Annexe technique à partir du 1 er juin 2014 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er juin 2014. Ce document doit être complété et signé par

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf:

Un récupérateur de chaleur est donc un échangeur qui permet de transférer la chaleur et éventuellement l humidité entre l air rejeté et l air neuf: RECUPERATION D'ENERGIE I. PRINCIPE La réglementation sanitaire impose l introduction d un minimum d air neuf dans les locaux ce qui implique le rejet d air se trouvant proche des conditions de l ambiance

Plus en détail

À DRAINAGE GRAVITAIRE

À DRAINAGE GRAVITAIRE LE CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL À DRAINAGE GRAVITAIRE ET CIRCUIT HERMÉTIQUE LE DOMOSOL : AIDE AU CHAUFFAGE SE SOLAR HEAT Naturelle, renouvelable, inépuisable ~ L'énergie solaire n'est pas sujette aux

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

Centre de Développement des Energies Renouvelables Caractéristiques techniques des Chauffe-eau eau solaires M. Mohamed El Haouari Directeur du Développement et de la Planification Rappels de thermique

Plus en détail

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire 1. Coordonnées du demandeur Nom du demandeur Adresse de l installation Rue : N :. Code Postal : Commune : Age du bâtiment : - plus de 5 ans - moins de 5 ans 2. 2. Coordonnées de l installateur agréé 1

Plus en détail

Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H

Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H Primes énergie - Régime 2015-2017 Installation d un chauffe-eau solaire Annexe technique H Ce document constitue une annexe technique au formulaire de demande de prime. Il doit être rempli par l entrepreneur

Plus en détail

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective SOLAIRE THERMIQUE Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective OBJECTIFS - Connaître le principe de fonctionnement d'une installation individuel CESI - Maitriser le principe de fonctionnement

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire Annexe au formulaire de demande de prime 1. Coordonnées du demandeur Nom du demandeur Adresse Adresse de l installation Rue : N : Code Postal : Commune

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr

PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr PSD + CESI + PAC Par Stéphane Barré (29) steph.barre (at) free.fr Tous les travaux dans la rénovation de cette maison, à l exception de la pose de la PAC (manipulation de fluides frigorigènes), ont été

Plus en détail

quelles améliorations possibles?

quelles améliorations possibles? Fiche 1 - Définitions et principes Le chauffage électrique en quelques chiffres. 1,5 fois plus cher : le coût d exploitation du chauffage électrique est 1,5 fois plus élevé que celui du chauffage gaz naturel

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Economiser sur les groupes de froid

Economiser sur les groupes de froid Economiser sur les groupes de froid Mise à jour le 24/07/2009 La conservation de denrées alimentaires requiert une production de froid importante et constante, ce qui demande une grande quantité d énergie.

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

VERSION 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé les travaux

VERSION 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé les travaux VERSION 2011 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt du 1 er janvier 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

Brochure technique. Installations solaires collectives

Brochure technique. Installations solaires collectives Brochure technique Installations solaires collectives L énergie solaire est écologique, gratuite et rentable. A la condition que l on possède une installation solaire Viessmann composée de capteurs hautes

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr.

HRC 15% 23% haute température 70 C AUER 1892-2012. - 120 ans d innovations. Le chauffage garanti même par grands froids! www.auer.fr. AUER 1892-2012 1892-2012 - 120 ans d innovations www.auer.fr 70 HRC modulante haute température 70 C é néficiez 15% de Le chauffage garanti même par grands froids! ou que t d e tr a énéficiez va u x 23%

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

cubefrance www.cubefrance.fr

cubefrance www.cubefrance.fr cubefrance www.cubefrance.fr Pourquoi investir dans un chauffe-eau solaire? Pour réduire son empreinte carbone sur la planète et contribuer à limiter les conséquences du changement climatique Pour se préparer

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques

Energies renouvelables. Leader mondial en systèmes solaires thermiques Energies renouvelables Leader mondial en systèmes solaires thermiques Un choix de 3 collecteurs Tous nos collecteurs fonctionnent selon le système plug and play (branchez et ça marche) et sont disponibles

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY

PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT CHAUFFAGE PRODUCTION ECS POMPES À CHALEUR HAUTE TEMPÉRATURE PRODUCTION EAU CHAUDE SANITAIRE PROFESSIONNEL AN AIRWELL GROUP COMPANY PAC HT/ECS Pompes à Chaleur Haute Température et production d Eau

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique

Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique Production D'Eau chauffage aux Energies concepts de Chauffage chaude sanitaire renouvelables Electrique LE SOLEIL BRILLE POUR TOUS UTILISEZ L'énergie gratuite de la nature SANS ÉMISSION DE CO 2. ÉCONOMISEZ

Plus en détail

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE L ORIGINE C est dans les pays où il fait froid que l on sait mieux qu ailleurs produire et conserver la chaleur. Depuis plus de vingt ans

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique Aide à l'application EN-3 Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter pour la conception, la mise en place, la transformation

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique

Contenu et but. 1. Domaine d application, état de la technique Aide à l'application EN-3 Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter pour la conception, la mise en place, la transformation

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Préchauffage et réchauffage

Préchauffage et réchauffage Accessoires Préchauffage et réchauffage Page 6 Préchauffage et réchauffage Batterie hors-gel FSH 00 00 500 Ø 60 0 e boîtier du filtre de l'air extérieur FSH (FSH = batterie hors gel) sert à protéger l'échangeur

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Jean-Michel Maron : CA 33, Service Vigne et Vin - Tél : 05 56 35 00 00 - jm.maron@gironde.chambagri.fr

Jean-Michel Maron : CA 33, Service Vigne et Vin - Tél : 05 56 35 00 00 - jm.maron@gironde.chambagri.fr Lettre actualités n 33 mars 2008 Exploitations vinicoles et énergies renouvelables Jean-Michel Maron : CA 33, Service Vigne et Vin - Tél : 05 56 35 00 00 - jm.maron@gironde.chambagri.fr L appauvrissement

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07)

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) Comment régler son installation pour réduire de manière optimale sa consommation d énergie? 1. LE REGLAGE D UNE INSTALLATION DE CHAUFFAGE

Plus en détail

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES

COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES collecteurs solaires 9.1 11.2008 F I C H E T E C H N I Q U E plus de produit AVANTAGES POUR L INSTALLATION ET L'ENTRETIEN COLLECTEURS SOLAIRES POUR INSTALLATIONS VERTICALES Le collecteur solaire CS 25

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE CONFERENCE DERBI 1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE 1er SYSTEME SOLAIRE COMBINE La climatisation Le chauffage L eau chaude sanitaire HISTORIQUE Fin 2003 : Lancement du projet Début 2005 : 1er prototype opérationnel

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Installation solaire

Installation solaire Installation solaire Dossier technique de présentation Steve Tanner Rue du Village 6 1435 Essert-Pittet steve.tanner@bluewin.ch Contenu 1 Description générale... 2 2 Partie solaire... 3 3 Partie accumulation...

Plus en détail

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Présentation Avantages de la combinaison pompe à chaleur et chaleur solaire

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Eau chaude Eau glacée

Eau chaude Eau glacée Chauffage de Grands Volumes Aérothermes Eau chaude Eau glacée AZN AZN-X Carrosserie Inox AZN Aérotherme EAU CHAUDE AZN AZN-X inox Avantages Caractéristiques Carrosserie laquée ou inox Installation en hauteur

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 Objectif: S informer sur la mise en œuvre des procédés électriques de production de chaleur pour les locaux d'habitation Problème: La famille Durand possède une maison construite

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

UNE FABRICATION SCANDINAVE

UNE FABRICATION SCANDINAVE STOCKAGE D ENERGIE Hydro-accumulateur Série S Ballon tampon sans ballon ECS(O) Ballon tampon avec ballon ECS(B) Ballon tampon avec ballon ECS et échangeur solaire(bs) 500/750 (O) 500/750 (B) 500/750 (BS)

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

et la consommation E spec

et la consommation E spec PEB... et faire mieux que les exigences réglementaires dans le cadre de l'action "Construire avec l'énergie" Répondre à la réglementation wallonne La nouvelle réglementation sur la performance énergétique

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur 16 pompes à chaleur de 7 à 36 Géothermie CIAT : Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient et caleo une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur Nouveau design Haute température pour la rénovation

Plus en détail