LAURENCE LAPERRIÈRE DÉPARTEMENT DE GÉOGRAPHIE FACULTÉ DE FORESTERIE UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC. Laurence Laperrière, 2007

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LAURENCE LAPERRIÈRE DÉPARTEMENT DE GÉOGRAPHIE FACULTÉ DE FORESTERIE UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC. Laurence Laperrière, 2007"

Transcription

1 LAURENCE LAPERRIÈRE EVOLUTION POSTGLACIAIRE DU SECTEUR SUD-OUEST DU BASSIN DE FOXE, ÎLE DE SOUTHAMPTON, INFÉRÉE PAR LES ASSEMBLAGES FOSSILES DE DIATOMÉES Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en Sciences géographiques pour l'obtention du grade de Maître en Sciences géographiques (M. Se. Géogr.) DÉPARTEMENT DE GÉOGRAPHIE FACULTÉ DE FORESTERIE UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC 2007 Laurence Laperrière, 2007

2 REMERCIEMENTS Je tiens d'abord à remercier mon directeur, Reinhard Pienitz, de m'avoir encouragée tout au long de ce projet, d'avoir été disponible et de m'avoir soutenue financièrement tout au long de ces années. Grâce à lui, il m'a été possible de réaliser mes études de deuxième cycle en sciences géographiques dans un cadre professionnel exceptionnel. Merci aussi à Patrick Lajeunesse et Pierre Francus, pour leurs conseils et leurs encouragements au cours de ce mémoire. Je souhaite aussi remercier Sonja Hausmann puisqu'elle m'a introduit aux statistiques multivariées et m'a servi de support tout au long de l'élaboration et de la rédaction de ce mémoire! Merci d'avoir été si disponible et si patiente avec moi! Merci aussi à Claudia Zimmermann pour m'avoir fourni de l'aide au laboratoire et de m'avoir enseigné à manipuler tout le matériel nécessaire à la réalisation de ce projet. Un gros merci à Dermot Antoniades pour m'avoir encouragée et aidée de nombreuses fois alors que j'avais bien des questions. Merci pour les discussions qui m'ont permis de mettre certaines choses en perspective. Merci encore à Pierre Francus ainsi qu'à Nicolas Rolland pour leur aide sur le terrain. Je suis aussi vraiment heureuse d'avoir partagé la dernière année au laboratoire avec Ghislain Côté, merci pour la joie que tu dégages et ton support moral indispensable de nombreuses fois!!! Aussi, je veux remercier Caroline Lavoie de m'avoir introduit au monde des datations 14 C! Enfin, merci aux amis et aux membres du CEN pour leur présence et leurs encouragements tout au long de ce mémoire. Je remercie aussi ma famille de m'avoir soutenue si fort tout au long de ces années. Je tiens spécialement à remercier à Stéphane Bisson d'avoir à ce point cru en moi et aussi, je le remercie pour sa présence quotidienne dans ma vie! Merci aussi à ma sœur, toujours disponible, à l'écoute et si encourageante! Finalement, merci à mes amis qui ont partagé ces années avec moi! Cette étude a été rendue possible grâce au soutien financier du programme Arctic Net et du PFSN par le biais de subventions accordées à Dr. Reinhard Pienitz, alors que le support technique a été accordé par le CEN.

3 11 RÉSUMÉ Ce mémoire vise à approfondir les connaissances paléogéographique, paléoécologique et paléoclimatique sur le secteur sud-ouest du Bassin de Foxe, à l'île de Southampton, à travers l'analyse d'indicateurs biologiques et géochimiques préservés dans les sédiments lacustres. Nos objectifs spécifiques sont de fournir des données sur la variabilité régionale du climat depuis la dernière déglaciation (7,7 14 C ka BP et 6 14 C ka BP) et de préciser la nature des paléoenvironnements qui se sont succédés dans la région. Des carottes longues et courtes de sédiments ont été prélevées au nord-est de l'île. Les sédiments échantillonnés ont fait l'objet d'analyses paléolimnologiques détaillées à l'aide des diatomées. Des datations au 210 Pb et 14 C ont été effectuées et des reconstitutions quantitatives de ph, de température de l'eau et de l'air ainsi que du carbone organique dissout ont été appliquées. Cette étude nous permettra d'évaluer les éventuels changements à venir dans l'arctique canadien, car c'est souvent à travers une meilleure connaissance du passé que l'on peut mieux prédire le futur.

4 111 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS i RÉSUMÉ ii LISTE DES FIGURES v LISTE DES TABLEAUX vi LISTE DES ABRÉVIATIONS vii LISTE DES ABRÉVIATIONS vii INTRODUCTION 1 Changements climatiques globaux et modélisation 1 La paléolimnologie 2 L'intérêt de l'étude des lacs et de leurs fossiles 2 L'utilité des diatomées dans les recherches paléoclimatiques des hautes latitudes 3 L'état des connaissances dans la région du bassin de Foxe 5 Hypothèses de travail et objectifs 6 CHAPITRE 1 8 CHAPITRE Description de la région d'étude Localisation de la région d'étude Géologie, géomorphologie et contexte postglaciaire Climat et végétation Sites d'étude Géographie du Lac à l'île Géographie du Lac au Caribou 14 CHAPITRE Matériel et méthodes Récolte et traitement des échantillons Méthodes d'échantillonnage sur le terrain Préparation des échantillons et des analyses de diatomées Préparation des échantillons pour les analyses de la perte-au-feu Datation des sédiments Plomb Carbone Calcul du taux de sédimentation Traitement statistique Tri des données : espèces Application des modèles de calibration Évaluation de la compatibilité entre les diatomées fossiles et les modèles de calibration 28 CHAPITRE Résultats Datation des sédiments Datation au plomb Lac à l'île Lac au Caribou Taux de sédimentation 33

5 3.1.3 Carbone Description des zones stratigraphiques Stratigraphie des sédiments Lac à l'île Lac au Caribou Biostratigraphie de la flore diatomifère Description des zones diatomifères 40 33AALacàlîle Lac au Caribou Variation du contenu en matière organique Lac à l'île Lac au Caribou Reconstitutions quantitatives de variables environnementales Lac à l'île La température moyenne annuelle La température moyenne de l'eau en été Le ph de l'eau Le COD Lac au Caribou La température moyenne annuelle La température moyenne de l'eau en été Le ph de l'eau Le COD Évaluation de la performance des modèles 50 CHAPITRE 4, Discussion Assemblages des diatomées Lac à l'île Lac au Caribou La perte-au-feu, le ph et le COD La température de l'air et la température de l'eau La géologie des bassins versants et la chimie de l'eau 60 CONCLUSION 63 Références 65 Annexe 1 : Profils de la température, de la conductivité, du ph et de l'oxygène dissous de la colonne d'eau du Lac à l'île, 14 juillet Annexe 2 : Profils de l'oxygène dissous, du ph et de la conductivité de la colonne d'eau du Lac au Caribou, 16 juillet Annexe 2 : Profils de l'oxygène dissous, du ph et de la conductivité de la colonne d'eau du Lac au Caribou, 16 juillet Annexe 2 : Profils de l'oxygène dissous, du ph et de la conductivité de la colonne d'eau du Lac au Caribou, 16 juillet Annexe 3 : Détails des dates 14 C 79 Annexe 4 : Identification des espèces acidophiles du Lac à l'ile 80 Annexe 5 : Identification des espèces alcaliphiles du Lac au Caribou 84 IV

6 LISTE DES FIGURES Figure 1: Localisation de la région d'étude et localisation des bassins versants des deux lacs étudiés 10 Figure 2 : Photos dulac à l'île 12 Figure 3 : Bassin versant du Lac à l'île 13 Figure 4 : Photo du lac au Caribou Figure 5 : Bassin versant du Lac au Caribou 15 Figure 6: A) Décroissance de l'activité du 210 Pb dans le Lac à l'île. B) Profil âgeprofondeur entre 1880 et 2004 pour le Lac à l'île 31 Figure 7: A) Décroissance de l'activité du 210 Pb dans le Lac au Caribou. B) Profil âgeprofondeur entre 1850 et 2004 pour le Lac au Caribou 32 Figure 8: Figure illustrant les dates 14 C cal. BP du Lac à l'île obtenues par AMS par rapport à leur profondeur 37 Figure 9: Figure illustrant les dates 14 C cal BP du Lac au Caribou obtenues par AMS par rapport à leur profondeur 38 Figure 10 : Diagramme des assemblages de diatomées de la carotte courte du Lac à l'île 43 Figure 11 : Diagramme des assemblages de diatomées de la carotte courte et longue du Lac au Caribou 44 Figure 12 : Analyses statistiques du modèle de Joynt et Wolfe (2001) pour les Lac à l'ile QtLac au Caribou 51 Figure 13 : Analyses statistiques du modèle de Fallu et Pienitz (1999) pour les Lac à l'île QtLac au Caribou 52 Figure 14 : Profil de température de la colonne d'eau du Lac au Caribou, le 16 juillet Figure 15 : Température moyenne maximale de juillet entre 1934 et 2005 à Coral Harbour, île de Southampton (Environnement Canada, 2005) 62

7 VI LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Données limnologiques du Lac à l'île le 14 juillet T = Température; DO= oxygène dissous 16 Tableau 2 : Données limnologiques Lac au Caribou le 16 juillet T = température; DO = oxygène dissous 17 Tableau 3 : Caractéristiques physiques et chimiques du Lac à l'île le 14 juillet Tableau 4 : Caractéristiques physiques et chimiques du Lac au caribou le 16 juillet Tableau 5 : Liste des dates 14 C et des âges calibrés des carottes courtes L4-1G et L7-3G et de la carotte longue L7-4P 35 Tableau 6 : Liste des dates 14 C et des âges calibrés des datations effectuées par Craig (1965). Les références de ces dates sont indiquées par un astérisque (*) 36

8 vu LISTE DES ABREVIATIONS Abréviation Années cal. BP Ag Al As B Ba Be Bi Cd Ca CID Cl Co COD Cr Cu Diss. O 2 dpm Fe Ga K La Li Mg Mn Français Années calendaires BP Argent Aluminium Arsenique Bore Barium Béryllium Bismuth Cadmium Calcium Carbone inorganique dissous Chlore Cobalt Carbone organique dissous Chrome Cuivre Oxygène dissoute Degration per minute Fer Gallium Potassium Lanthane Lithium Magnésium Manganèse Anglais Calendar years BP Silver Aluminium Arsenic Bore Barium Béryllium Bismuth Cadmium Calcium Dissolved inorganic carbon Chlorine Cobalt Dissolved organic carbon Chromium Copper Dissolved oxygen Dégradation par minute Iron Gallium Potassium Lanthane Lithium Magnésium manganèse

9 Vlll Mo Na Ni NT-N-UF NKT NO 3 +NO2-F NO2-N-F NH3-N-F Pb PT-P-F PT-P-U PRS Rb Sb Se SiO 2 SO 4 Tl U V Zn Molybdène Sodium Nickel Azote totale non filtrée Azote Kjeldahl totale Nitrate+nitrite filtré Nitrite-azote filter Ammoniaque-azote filter Plomb Phosphore total filtré Phosphore total non filtré Phosphore réactif soluble Rubidium Antimoine Sélénium Silice dissoute Sulphate Thallium Uranium Vanadium Zinc Molybdenum Sodium Nickel Total nitrogen unfiltered Total nitrogen Kjeldahl Nitrate+nitrite filtered Nitrite-nitrogen filtered Ammonia-nitrogen filtered Lead Total phosphorus filtered Total phosphorus unfiltered Soluble reactive phosphorus Rubidium Antimoine Sélénium Dissolved silicia Sulphate Thallium Uranium Vanadium Zinc

10 INTRODUCTION Changements climatiques globaux et modélisation La question du réchauffement climatique préoccupe la communauté scientifique depuis plusieurs décennies. Ce questionnement se fait aussi ressentir de la part des dirigeants politiques, par la succession de conférences (Montréal 1988, Rio 1992, Kyoto 1997, Johannesburg 2002, Montréal 2005), réunissant politiciens et spécialistes, portant sur les thèmes de réchauffement global, biodiversité et développement durable. Ces conférences ont d'abord pour but de mettre sur pied des programmes visant la réduction des effets anthropiques néfastes sur les écosystèmes et aussi, de comprendre les impacts du réchauffement planétaire. Ainsi, le protocole de Kyoto a pour but de diminuer les émissions de gaz à effet de serre sous les niveaux d'émission de Une prise de conscience générale s'amorce quant aux problèmes environnementaux auxquels nous faisons face. De nombreux modèles climatiques (Canadian Center for Climate modelling and Analysis, Canada) ont été développés et plusieurs scénarios climatiques ont été avancés (A2, B2) ces dernières années dans le but de prévoir les impacts d'une augmentation de température variant de 1 C à 6 C dans la basse atmosphère. Une tendance générale semble ressortir de tous les types de modèles : les régions nordiques seront les plus affectées par le réchauffement climatique. En effet, ces régions septentrionales sont très sensibles aux moindres variations climatiques. Des phénomènes de rétroaction positive auront pour effet d'accélérer le réchauffement (ACIA, 2004). Les recherches portant sur les variations climatiques et les impacts du réchauffement dans l'arctique se sont donc multipliées depuis quelques années. Dans la région circumpolaire de l'hémisphère Nord, l'île de Southampton occupe une région-clé afin de mieux comprendre la dynamique climatique de l'arctique, puisqu'elle se situe à mi-chemin entre le Haut Arctique et le Québec subarctique. Ces deux régions ont montré des scénarios très différents de changements environnementaux jusqu'à ce jour (Pienitz et al., 2004, Smol et al., 2005). Les modèles climatiques présentés dans le rapport de l'acia, utilisant le scénario d'émission B2 (scénario de type modéré), prévoient une augmentation moyenne annuelle des températures de surface de l'air de 3 C à 4 C

11 entre 1990 et 2090 pour la région du bassin de Foxe, au nord de l'île de Southampton. Cette hausse est aussi plus importante en hiver (décembre, janvier, février), car l'augmentation atteint 8 C à 10 C dans cette même région et pour la même période de temps (ACIA 2004). Ces modèles suggèrent aussi des changements dans le régime des précipitations. Ils prévoient, de à , une augmentation d'environ 2 mm à 3 mm par année pour le mois de février et environ 5 mm à 6 mm pour le mois d'août dans la région du bassin de Foxe (ACIA, 2004). Ces augmentations auront des répercussions environnementales importantes dans ces régions sensibles. Une hausse de la température et du régime de précipitation aura comme effet de réduire l'épaisseur du pergélisol et d'accélérer sa fonte, de réduire l'épaisseur de la glace et de diminuer la durée du couvert de glace sur les lacs, d'accélérer le ruissellement par la fonte de la neige et de la glace ainsi que de hausser le niveau marin global (ACIA, 2004). La paléolimnologie La paléolimnologie est l'étude de l'information biologique, chimique et physique préservée dans les sédiments lacustres. Grâce à cette information séquestrée dans le fond des lacs, il est devenu possible de reconstituer les variations environnementales sur une longue échelle temporelle à haute résolution et recouvrant tout l'holocène. Aussi, ces reconstitutions paléoenvironnementales peuvent permettre d'évaluer les variations environnementales futures et les causes et conséquences des changements environnementaux. Ainsi, ces reconstitutions devraient être d'une importance majeure quant aux décisions prises dans les aménagements terrestres futurs. L'intérêt de l'étude des lacs et de leurs fossiles Les lacs sont des écosystèmes d'une importance particulière quant aux études écologiques réalisées dans l'arctique. En effet, en plus d'être très abondants, ils recueillent dans leur bassin lacustre des fossiles (diatomées, chironomides, pollens, etc.) qu'ils préservent dans leurs dépôts sédimentaires. Ils réagissent aussi de façon très sensible aux variations climatiques. Une augmentation de la température aura pour effet de réduire le couvert de glace presque omniprésent dans ces régions et modifiera aussi la végétation et les sols du

12 bassin versant. Ces modifications entraîneront des conséquences directes dans les lacs comme un brassage des eaux dû au ruissellement de l'eau de fonte qui, à son tour, provoque des variations dans les conditions physiques et chimiques des lacs. Toutes ces variations entraîneront elles aussi des modifications dans les communautés d'organismes aquatiques. En effet, chaque espèce possède son propre optimum écologique et son propre niveau de tolérance, ce qui implique que chaque communauté représentée dans un milieu reflète les caractéristiques naturelles de ce dernier. L'utilité des diatomées dans les recherches paléoclimatiques des hautes latitudes Dans les régions de hautes latitudes, les paysages sont généralement caractérisés par une abondance de lacs et d'étangs (Douglas et Smol, 1999, Pienitz et al., 2004). Ces régions sont localisées bien au-delà de la limite des arbres. Le pollen est donc quasi absent puisqu'on ne retrouve que quelques rares arbustes, lichens et sphaignes. Par ailleurs, on retrouve des diatomées à profusion dans tous les milieux humides, tant dans les milieux d'eau douce que marine. Les diatomées sont des algues unicellulaires de la classe des Bacillariophycées. Leur frustule siliceux est composé de deux valves et leur ornementation typique et variée permet de les identifier jusqu'à l'espèce. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les diatomées sont d'excellents paléo-indicateurs. D'abord, elles sont abondantes dans tous les milieux humides (estimées entre et taxa) et aussi très variées selon chaque milieu (lac, rivières, étangs) (Douglas et al., 2004). Ensuite, elles se reproduisent très rapidement, car leur cycle de vie est court, ce qui explique pourquoi elles répondent aussi rapidement aux moindres changements environnementaux. lin effet, elles sont sensibles aux variations physico-chimiques du milieu aquatique dans lequel elles vivent. De plus, plusieurs espèces ont des optima connus pour plusieurs variables environnementales (par exemple le ph ou le COD), ce qui permet de faire des reconstitutions paléoenvironnementales à l'aide des assemblages fossiles préservés dans les sédiments (Smol et al., 2005). Finalement, c'est l'excellente préservation de leur frustule siliceux qui permet aux paléolimnologistes d'identifier les diatomées jusqu'à l'espèce et d'en déduire des reconstitutions paléoenvironnementales fiables.

13 Afin de réaliser des reconstitutions paléoenvironnementales quantitatives à l'aide des diatomées, il s'avère nécessaire d'appliquer des modèles de calibration, c'est-à-dire des fonctions de transfert. Il est possible de construire ces modèles par l'échantillonnage de sédiments de surface provenant de plusieurs lacs localisés le long d'un transect longitudinal ou latitudinal. Ainsi, les conditions limnologiques récentes des lacs sont mesurées et les assemblages de diatomées sont identifiés pour la partie moderne des sédiments. À l'aide de techniques statistiques multivariées, il est possible de préciser les relations entre les assemblages de diatomées modernes et les conditions limnologiques du milieu. Ces modèles de reconstitution permettent donc d'identifier les variables environnementales qui exercent un contrôle statistique significatif sur la répartition des diatomées, c'est-à-dire les variables environnementales ayant le plus d'influence sur la composition des assemblages. Il est donc possible d'inférer les conditions limnologiques du passé à l'aide des assemblages fossiles de diatomées en utilisant des modèles de calibration. Joynt et Wolfe (2001) ont développé un modèle de calibration à base de 61 lacs situés le long d'un transect latitudinal sur l'île de Baffin, au Nunavut. Ils ont déterminé que le ph, la conductivité, la température estivale de l'eau du lac et la température moyenne annuelle de l'air étaient les variables environnementales significatives. Seuls les lacs situés sur un substrat précambrien cristallin ont été retenus afin d'éliminer les effets édaphiques sur les assemblages de diatomées. Des modèles de reconstitution pour chacune de ces variables environnementales ont été créés. Dans le nord du Québec, Fallu et Pienitz (1999) ont développé un modèle de reconstitution basé sur 58 lacs localisés le long d'un transect latitudinal. Parmi 49 variables environnementales, 5 ont été retenues comme celles ayant une influence statistiquement significative sur la composition des communautés de diatomées de cette région. Ce sont les concentrations en magnésium, en sodium, en COD, en silice et la profondeur des lacs qui semblent le plus influencer les assemblages dans cette région. Dans cette étude, un modèle de reconstitution du COD a été créé.

14 L'état des connaissances dans la région du bassin de Foxe Plusieurs recherches paléolimnologiques (Michelutti et al, 2003, Antoniades et al., 2005) ont démontré des signes de changements significatifs associés au réchauffement planétaire depuis plus de 60 ans dans les sédiments des lacs du Haut Arctique canadien. Par exemple, Antoniades et al. (2005) ont démontré que les assemblages de diatomées, dans trois lacs des îles Ellesmere et Ellef Ringnes, ont été grandement modifiés au cours du 19 eme et 20 eme siècle. Ces communautés aquatiques montraient un profil stable depuis des centaines, voire des milliers d'années. Avant 1850, les trois sites étaient principalement composés d'espèces benthiques de Fragilaria pinnata, Diadesmis spp. et Pinnularia spp. La période post-1850 a été marquée par des assemblages différents et plus diversifiés. Des reconstitutions de ph ont aussi montré une augmentation du ph de l'ordre de 0,5 à 0,8. En parallèle, les données de température enregistrées à Alert, sur l'île d'ellesmere, montrent aussi une augmentation dans les trente dernières années. Cette augmentation affecte principalement l'extension et la durée du couvert de glace des lacs (Antoniades et al., 2005). L'augmentation du ph et la plus grande diversité dans les assemblages de diatomées sont des effets parallèles à l'augmentation de la température de l'air dans cette région. Une autre étude, menée par Michelutti et al. (2003) à l'île de Cornwallis au Nunavut, a permis d'observer des changements majeurs dans les communautés modernes de diatomées du lac Char. Les auteurs associent ces modifications au réchauffement climatique récent, qui a entraîné une réduction dans le couvert de glace du lac et une prolongation de la saison de croissance pour les organismes aquatiques. Ainsi, ils ont observé une diversification dans les assemblages des diatomées du lac Char entre les années 1987 et Les données météorologiques de la station de Resolute montrent la même tendance, car les températures qui y ont été enregistrées ont été plus chaudes pendant cette même décennie. Ce lac révèle un potentiel d'étude très intéressant, car il est localisé à quelques kilomètres de la station météorologique de Resolute qui a enregistré les données météorologiques de façon quotidienne depuis Toutefois, les impacts du réchauffement climatique ne se font pas ressentir de la même manière dans le nord du Québec (Ponader et al, 2002, Saulnier-Talbot et al,. 2003,

15 Pienitz et ah, 2004). Ponader (2002) démontre que le climat est resté stable à la limite des arbres dans le nord du Québec. Ses données sont basées sur des mesures inférées d'alcalinité, de COD et de couleur de l'eau des modèles de reconstitution de Fallu et Pienitz (1999) et de Fallu et al. (2002). Il semble que le COD et la couleur de l'eau n'ont pas variés de manière significative, ce qui concorde aussi avec les études polliniques (Gajewski et ah, 1993) et macrofossiles de la même région (Lavoie et Payette, 1996). Comme très peu d'études géographiques ont été menées dans la région de l'île de Southampton et puisque aucune étude paléolimnologique n'a été réalisée sur cette île, il s'avère très important de documenter la région quant à sa biogéographie, sa paléoclimatologie et ses paléoenvironnements. De plus, puisqu'il n'existe pour cette région aucun répertoire de données climatiques et environnementales avant 1930, il est nécessaire de chercher cette information à travers des indicateurs paléoclimatiques, comme les diatomées ou les chironomides (Antoniades et ah, 2005). Hypothèses de travail et objectifs En se basant sur les études réalisées dans le Haut Arctique canadien et dans le nord du Québec, l'une ou l'autre des hypothèses suivantes est susceptible d'être démontrée : 1) Le réchauffement climatique récent a provoqué des changements dans les assemblages de diatomées de surface dans les lacs de la partie nord-ouest de l'île de Southampton. 2) Le réchauffement climatique récent n'a pas encore eu un impact visible sur les assemblages de diatomées de surface dans les lacs de la partie nord-ouest de l'île de Southampton. Dans le but de vérifier la véracité de l'une ou l'autre de ces hypothèses, les objectifs généraux de cette étude sont : 1) De reconstituer la nature des paléoenvironnements qui se sont succédés dans la région depuis la dernière déglaciation (entre 7,7 14 C ka BP et 6 14 C ka BP)

16 2) De comparer les résultats de cette recherche avec ceux d'autres études paléoclimatiques effectuées aux environs du Bassin de Foxe (sud-ouest de l'île de Baffin, Nord du Québec, partie est du District de Keewatin, Labrador) 3) De combler un manque d'information quant aux changements climatiques et environnementaux ressentis dans la région d'étude. Les objectifs spécifiques sont : 1) De fournir des données précises sur la variabilité limnologique naturelle de deux lacs de l'île de Southampton depuis la déglaciation ( entre 7,7 14 C ka BP et 6 14 C ka BP) à l'aide d'analyses de diatomées fossiles. 2) D'établir des reconstitutions quantitatives des conditions limnologiques, incluant les variables de ph, de température de l'eau, de température de l'air et de COD. 3) De démontrer les relations entre les communautés de diatomées et les variables environnementales et limnologiques.

17 CHAPITRE 1 1- Description de la région d'étude 1.1- Localisation de la région d'étude La région d'étude, l'île de Southampton (Coral Harbour : 64 08,095' N; 83 10,052' O; 64 m a.d.n.m.), fait partie du Nunavut (Figure 1). Elle est située dans le District de Keewatin, au nord-ouest de la Baie d'hudson et elle s'étend sur plus de 41,000 km 2. Elle est localisée dans la zone de toundra arctique (Ressources naturelles et Faune, 2006) et se caractérise par des bas reliefs à l'ouest et au sud qui s'élèvent dans le nord-est jusqu'à 610 m d'altitude (Heywood, 1969) Géologie, géomorphologie et contexte postglaciaire La région d'étude fait partie du Bouclier canadien. On distingue clairement deux provinces physiographiques sur l'île de Southampton : le plateau de Melville (roches d'âge précambrien) et la plaine de Southampton (roches d'âge paléozoïque). La première province, celle du plateau de Melville, se situe dans le nord-est de l'île et a été surélevée au milieu du Silurien ( Ma BP) pour atteindre sa topographie actuelle (Heywood, 1969). Cette région est composée de vallées escarpées, de collines et de plateaux. Le substrat du plateau de Melville est majoritairement composé de gneiss granitoïdes, caractéristiques du Précambrien. On y retrouve aussi d'autres types de granité et quelques roches volcaniques isolées, qui représentent les plus anciennes roches de l'île. Des îlots de roches basiques et ultrabasiques sont aussi répandus sur l'île (Heywood, 1969). Certaines traces de la glaciation sont présentes dans cette région tels les stries et drumlins (Heywood, 1969). La plaine de Southampton s'étend sur la côte ouest et le sud de l'île. Elle se caractérise par de très faibles reliefs où l'élévation ne dépasse que rarement 200 m. Cette formation date du Paléozoïque et est composée en majorité de roches carbonatées tels les calcaires, les dolomies et les schistes argileux (Heywood, 1969).

18 Le contexte post-glaciaire de la région de l'île de Southampton n'a que très peu été étudié. Les connaissances de ce territoire sont donc très restreintes. La région de l'île de Southampton était couverte par l'inlandsis Laurentidien au cours de la dernière glaciation. Selon Dyke et al. (2002), le maximum glaciaire se situe autour de C ka BP et se caractérise par une certaine stabilité climatique et un niveau marin très bas. La surface terrestre a alors subi des déformations importantes dues à la masse de la calotte glaciaire. Des dépressions variant entre 600 m et 900 m ont été creusées dans la croûte terrestre lors de ce maximum glaciaire. Selon Dyke et al. (2003), la déglaciation de l'île de Southampton a eu lieu entre 7,7 14 C ka BP et 6 I4 C ka BP. Toutefois, une étude récente montre que le sud de l'île aurait été libre de glace avant 8 14 C ka BP (Rouault, non publié). De 7,8 I4 C ka BP à 7,7 14 C ka BP, le drainage des lacs Agassiz et Ojibway vers le nord par la Baie James a accéléré le recul de l'inlandsis laurentidien. Cela a provoqué la rupture de l'inlandsis en deux dômes distincts vers 7,2 I4 C ka BP, l'un englobant l'actuel Nunavik, l'autre le District de Keewatin jusqu'à l'île de Baffin (Dyke et al., 2003). Vers 7 14 C ka BP, ce dernier dôme se serait séparé en deux. On retrouve alors trois dômes principaux : celui du Keewatin à l'ouest de l'île de Southampton dans le District de Keewatin, celui du bassin de Foxe situé au nord de l'île de Southampton à l'ouest de l'île de Baffin ainsi que celui du Québec Labrador, centré près de Schefferville (Kerwin, 1996, Dyke et al., 2002). Le dôme du bassin de Foxe s'est fragmenté vers 6,9 ka (Dredge, 2001). Toutefois, une masse de glace isolée a persisté sur la partie nord-est de l'île de Southampton jusqu'à 6 14 C ka BP (Dyke et al, 2003). Le relèvement glacio-isostatique du District de Keewatin aurait atteint son maximum autour de 7000 BP, alors que la glace se retirait encore (Dredge, 2001, Farrand, 1962). La région a par la suite été envahie par les eaux de la mer de Tyrrell (Dyke et Prest, 1987a). La limite marine (L.M.) a été établie par Bird (1970) dans la partie nord de l'île de Southampton, et elle aurait atteint 180 à 190 m (Dredge, 2001).

19 10 Figure 1 : Localisation de la région d'étude et localisation des bassins versants des deux lacs étudiés.

20 Climat et végétation La région d'étude, l'île de Southampton, se situe dans le Haut Arctique pour la partie nord de l'île et dans le Bas Arctique pour la partie sud (Environnement Canada, 2005). Elle se caractérise en hiver par un climat continental arctique avec des vents provenant du nord et en été, par un climat maritime arctique avec des vents dominants du nord-ouest (Grand Atlas du Canada, 2004). Les températures moyennes, enregistrées entre 1971 et 2000, sont de 9,3 C en juillet et de -30 C en janvier (Environnement Canada, 2005). Les précipitations moyennes en juillet sont de 38,4 mm, dont 100% tombe sous forme de pluie, alors qu'elles sont de 7,6 mm en janvier, dont 100% tombent sous forme de neige (Environnement Canada, 2005). L'île de Southampton est sous l'influence des eaux froides et profondes du bassin de Foxe (Stenhouse et al., 2004). Les lacs sont souvent couverts de glace jusqu'en juillet, car les températures restent froides et demeurent proche du point de congélation (Stenhouse et al., 2004). La période sans gel est de 60 jours, soit les mois de juillet et août (Environnement Canada, 2005), donc une saison de croissance très courte. La toundra arctique se caractérise par un pergélisol continu ainsi que par un couvert végétal estival composé de lichens, de dryades (Dryas integrifolia), de saxifrages (Saxifraga oppositifolia) et de saules arctiques (Salix arctica) Sites d'étude Géographie du Lac à l'île Le premier lac à l'étude (Lac à l'île aussi nommé L4) se situe au nord-est de l'île de Southampton (65 05,755'N, 83 47,178'O), dans les roches précambriennes du plateau de Melville, à 100 m a.d.n.m (Figure 3). La longueur maximale du lac est de 1,6 km et sa largeur maximale de 0,75 km. La superficie totale du lac est de 0,66 km 2. La profondeur maximale mesurée est de 30 m et il est orienté nord-ouest sud-est. Il est alimenté par les eaux de deux rivières, qui se jettent dans son bassin lacustre au sud-est, et par les eaux de fonte. La première rivière coule du sud-ouest vers le nord-est. Elle prend sa source dans une succession de lacs pour atteindre une vallée encaissée en amont du lac. L'embouchure de cette rivière se distingue par des chenaux anastomosés. La deuxième rivière coule du sud

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire

L échelle du ph est logarithmique, c està-dire Le ph Qu est-ce que le ph? Le ph mesure l acidité d un liquide. Sa valeur s exprime sur une échelle graduée de 0 à 14 où 1 désigne une substance fortement acide, 7, une substance neutre, et 14, une substance

Plus en détail

Région du lac de Gras

Région du lac de Gras E. Davey and W. Puznicki le 3 août 1997 Division de la gestion des eaux Affaires indiennes et du Nord canadien, Yellowknife (T. N.-O.) Résumé Dans ce rapport, on présente les résultats d'une étude sur

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 200 Mét. 1.2 Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon 2014-05-09 (révision 5) Comment

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

EXAMEN ET ÉVALUATION DES DONNÉES DE RÉFÉRENCE POUR LES INDICATEURS DE SURVEILLANCE DE LA ZONE DE PROTECTION MARINE DE L'ESTUAIRE MUSQUASH

EXAMEN ET ÉVALUATION DES DONNÉES DE RÉFÉRENCE POUR LES INDICATEURS DE SURVEILLANCE DE LA ZONE DE PROTECTION MARINE DE L'ESTUAIRE MUSQUASH Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2013/073 EXAMEN ET ÉVALUATION DES DONNÉES DE RÉFÉRENCE POUR LES INDICATEURS DE SURVEILLANCE DE LA ZONE DE PROTECTION MARINE DE L'ESTUAIRE

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Site d étude. Résultats

Site d étude. Résultats Avec la collaboration de l Université de Bretagne Occidentale, (Institut Universitaire Européen de la Mer, Laboratoire d'ecophysiologie et de Biotechnologie des Halophytes et Algues Marines) Site d étude

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Changement climatique et la méthode scientifique M. Dittmar Thoiry 13.12.2010

Changement climatique et la méthode scientifique M. Dittmar Thoiry 13.12.2010 Changement climatique et la méthode scientifique M. Dittmar Thoiry 13.12.2010 méthode scientifique: l'ensemble des canons guidant ou devant guider le processus de production des connaissances scientifiques,

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES

1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE 2. DESCRIPTION DE LA MASSE D'EAU SOUTERRAINE CARACTERISTIQUES INTRINSEQUES 1. IDENTIFICATION ET LOCALISATION GEOGRAPHIQUE Codes entités aquifères Code entité V1 Code entité V2 concernées (V1) ou (V2) ou secteurs hydro à croiser : 532a 532b Type de masse d'eau souterraine : Imperméable

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Reconstitution du paléoclimat ligérien à partir des pollens fossiles de la tourbe du lac de Grand-Lieu

Reconstitution du paléoclimat ligérien à partir des pollens fossiles de la tourbe du lac de Grand-Lieu Reconstitution du paléoclimat ligérien à partir des pollens fossiles de la tourbe du lac de Grand-Lieu Travaux de l'atelier Scientifique et Technique I Date d apparition des premiers angiospermes II Les

Plus en détail

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle

Sentier Alléluia. Vestige de la mine de grenat. Photo : municipalité de Labelle Sentiers pédestres Nous avons la chance d avoir sur notre territoire, la présence du sentier national. Ce sentier qui traverse tout le Canada a été initié par Douglas Campbell de Calgary en 1971. Au Québec,

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale A. El Ghorfi *, M. Boulanouar *, M. Cheggour*, N. Zahid ** * Département de biologie, ENS Marrakech ** Département d informatique,

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation

La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation La modélisation, un outil pour reconstituer (et prédire) climat et végétation Quels rôles jouent les surfaces continentales dans le système climatique? Nathalie de Noblet-Ducoudré nathalie.de-noblet@lsce.ipsl.fr

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB

Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Directive pour la réalisation d une étude sur les chauves-souris préalable a un projet de construction de parc éolien pour le NB Pêche sportive et chasse Juin 2009 * Veuillez considérer la présente directive

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Nous avons soumis la question au (( Bureau sur les changements climatiques du ministère de l'environnement D qui nous a fait la réponse suivante :

Nous avons soumis la question au (( Bureau sur les changements climatiques du ministère de l'environnement D qui nous a fait la réponse suivante : Première question de la Commission 180 DB26 Dragage d'entretien du chenal entre Hudson et Oka Lac des Deux-Montagnes 6211.02-104 c Est-ce que vous savez si les gouvernements, provincial et fédéral, ont

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET CONTRAINTES SOMMAIRE Caractéristiques des Triples vitrages p.3 Comparatif entre Doubles et Triples vitrages p.4 Bilan p.5 Conclusion p.6 Annexe 1 p.7 Méthodes Industrielles

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre?

Question 1- Quelle doit être à ton avis la force avec laquelle il faudrait jeter une pierre pour qu'elle tourne autour de la Terre? Les Satellites Introduction En astronomie, un satellite est décrit comme un corps céleste qui gravite autour d'une planète; ainsi la Lune est le satellite naturel de la Terre. En astronautique, il s'agit

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu.

Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Mesure du volume d'un gaz, à pression atmosphérique, en fonction de la température. Détermination expérimentale du zéro absolu. Auteur : Dr. Wulfran FORTIN Professeur Agrégé de Sciences Physiques TZR -

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP 63 L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES NATURELLES Perspectives pour une Expérimentation Assistée par Ordinateur (EX.A.O.) Serge CESARANO, André VIDEAUD I- OBJECTIFS DE L'EXPÉRIMENTATION

Plus en détail

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique

crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Déformations Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Carte bathymétrique Déformations crustales de l îl île de Tahiti Subsidence et érosion Carte bathymétrique Lydie Sichoix Dr. Géophysique interne Labo GEPASUD - UPF Séminaire du 21 nov 2008 17/11/2009 1 Phénom nomènes nes

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière

Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière L'impact des biocarburants sur l'effet de serre Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 9, Numéro 5, 296-8, Septembre - Octobre 2002, La filière Auteur(s) : Etienne POITRAT, ADEME (Agence de l'environnement

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey

ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey ECO-PROFIL Production Stratifié HPL mince fabriqué par Polyrey Août 2009 modifié Avril 2013 1 : Feuille décor imprimée ou teintée dans la masse, imprégnée de résine mélamine 2 : Surface de protection imprégnée

Plus en détail

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL

DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL DETERMINATION DU BESOIN CALORIFIQUE ANNUEL ) Les degrés jour unifiés : Les degrés jour unifiés ou DJU permettent de réaliser des estimations de consommation d'énergie thermique pour le chauffage d un bâtiment

Plus en détail

Plan de gestion des décanteurs viticoles du bassin versant du Boiron

Plan de gestion des décanteurs viticoles du bassin versant du Boiron Plan de gestion des décanteurs viticoles du bassin versant du Boiron Établit par Febbraro Immacolata Juin 2003 Tables des matière 1. La situation... 2 1.1 Introduction... 2 1.1 État des lieux... 3 2. Le

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Utilisation des Pneus Usagés Non Réutilisables (PUNR) dans les ouvrages de stockage d'eaux pluviales : Impacts environnementaux

Utilisation des Pneus Usagés Non Réutilisables (PUNR) dans les ouvrages de stockage d'eaux pluviales : Impacts environnementaux département Aménagement et Développement Durables Réseau Scientifique et Technique Utilisation des Pneus Usagés Non Réutilisables (PUNR) dans les ouvrages de stockage d'eaux pluviales : Impacts environnementaux

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Objectifs présentés. Discussion générale

Objectifs présentés. Discussion générale Risque de feux et productivité forestière, de part et d autre de la limite nordique d attribution des forêts dans un contexte de changements climatiques Sylvie Gauthier Collaborateur : Yves Bergeron, Martin

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP)

Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Exploitation de bases de données scientifiques en ligne : utilisation des données des forages océaniques profonds (DSDP, ODP, IODP) Les premières campagnes de forages océaniques profonds (1968) avaient

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Cahiers métho dologiques

Cahiers métho dologiques le gouvernement du grand-duché de luxembourg Inspection générale de la Sécurité sociale Cahiers métho dologiques Août 2013 Numéro 2 Christine Weisgerber MICROSIMULATION DES BÉNÉFICIAIRES ET PRESTATIONS

Plus en détail

L'ABC. Le gaz naturel

L'ABC. Le gaz naturel Le gaz naturel Composition SAVIEZ-VOUS QUE? Le pourcentage exact de méthane dans le gaz naturel varie légèrement d'un endroit à l'autre. Dans le réseau de distribution du Québec, il y a 95,4 % de méthane.

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Les calottes polaires Isostasie Champ de température

Les calottes polaires Isostasie Champ de température 1 M2R STUE / Cours «Neige et Glace» Les calottes polaires Isostasie Champ de température F. Parrenin Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l'environnement Grenoble 2 L'isostasie sous-glaciaire Rigidité

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie?

Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? Impacts de l'informatique : ressources, énergie, déchets ; que nous révèlent les analyses de cycle de vie? 8 juin 2010 Journée InTech (INRIA) Françoise Berthoud Francoise.Berthoud@grenoble.cnrs.fr Groupe

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail