La surveillance en milieu de travail : ce que les employeurs doivent savoir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La surveillance en milieu de travail : ce que les employeurs doivent savoir"

Transcription

1 La surveillance en milieu de travail : ce que les employeurs doivent savoir 1) Introduction Nous travaillons dans une époque où l utilisation de la technologie est omniprésente, tant dans la vie personnelle que professionnelle. La nouvelle génération qui entre sur le marché du travail appartient à un groupe qui a grandit avec le développement des nouvelles technologies et qui ignore tout de l époque pas si lointaine où les lettres étaient dactylographiées et envoyées par la poste! Ces nouveaux employés connaissent si bien les nouvelles technologies qu ils ne peuvent s en passer! Les employeurs doivent gérer l intégration de tels employés dans leur milieu de travail et s assurer que l utilisation de la technologie dans le milieu de travail rencontre son objectif premier d augmenter la productivité, et non le contraire! En parallèle, la surveillance exercée auprès des employés implique de plus en plus l utilisation de moyens technologiques afin d obtenir des renseignements utiles. Au Québec, les cadres législatif 1 et jurisprudentiel déterminent les paramètres autour desquels les employeurs peuvent surveiller, selon la technologie utilisée. 2) Pour quelles raisons un employeur peut vouloir surveiller un employé? Nous avons identifié six (6) circonstances principales dans lesquelles un employeur voudrait effectuer de la surveillance : Absentéisme : un employé souvent absent ou en retard et l employeur entretient des doutes sur la légitimité des motifs invoqués. On parle essentiellement de la vie personnelle ou de la condition médicale qui vient interférer avec la présence au travail. Vol de temps : l utilisation par un employé du temps rémunéré pour des fins personnelles. Cette problématique semble en croissance, notamment en raison de l utilisation des nouvelles technologies. Vol de biens : la disparition inexpliquée de biens appartenant à l employeur ou à d autres employés sur les lieux de travail. S applique au vol de propriété intellectuelle, notamment par la copie électronique de documents contenant des secrets commerciaux. Harcèlement : lorsqu une situation de harcèlement est portée à la connaissance de l employeur, celui-ci a une obligation d agir et pourra, si la situation s y prête surveiller le milieu de travail. Également, un employé qui se croit victime d harcèlement pourra vouloir prendre la situation en main et décider de sa propre initiative de filmer ou autrement surveiller certains collègues de travail. Baisse de productivité : un employé connaît une baisse importante dans son rendement que cela soit lié à un épisode de vol de temps ou non. Sécurité : s il y a des risques inhérents à un milieu de travail donné, il se pourrait qu une surveillance soit nécessaire. 3) Perspective juridique au Québec a) Expectative de vie privée au travail Il importe de noter que les employés ont une expectative légitime de vie privée à faire valoir au travail. Cela a nécessairement un impact sur l analyse de l utilisation de la vidéosurveillance. Il est important de noter toutefois que l expectative de vie privée est plus limitée au travail (pendant les heures de travail), qu à la maison ou à l extérieur des heures de travail. Cette expectative est d autant plus limitée lorsqu un employé utilise du matériel appartenant à l employeur. 1 Charte québécoise des droits et libertés de la personne, L.R.Q. c. C-12 ; Code civil du Québec, L.Q c. 64 [ci-après C.c.Q.] ; Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé, L.R.Q. c. P-39.1 ; Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, L.R.Q. c A-2.1 ; Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information, L.R.Q. c. C-1.1 ; Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques, L.C c 5.

2 b) Politique claire et connue À moins d une situation évidente, une politique interne sera nécessaire afin de limiter l expectative de vie privée au travail, en établissant des paramètres précis qui limiteront cette expectative et ceux qui encadreront la surveillance de l employeur. Cette politique permettra également de justifier les sanctions imposées à un employé à la suite de la transgression de celle-ci, sanctions pouvant, selon les circonstances, aller jusqu au congédiement de l employé, puisque la politique servira de guide objectif afin de démontrer que l employé savait (ou devait savoir) qu il ne pouvait adopter un comportement précis. Dans une telle politique, nous suggérons d aborder les sujets suivants : propriété de l employeur du matériel utilisé pour la prestation de travail; les usages du matériel pour des fins personnelles qui sont tolérés et ceux qui sont interdits ; les conséquences du non-respect des paramètres et un engagement de l employé envers le contenu de la politique. c) Test pour déterminer si la surveillance est légale Peu importe le moyen de surveillance utilisé, il est important d appliquer un test en cinq (5) étapes afin de déterminer si la mesure de surveillance est légale. L objectif de ce test est d atteindre un juste équilibre entre les droits de l employé 2 (droit à la vie privée, le droit à des conditions de travail justes et raisonnables et le droit de travailler sans la pression d une surveillance constante) et les droits de l employeur 3. Le test développé dans la décision Eastmond 4 et appliqué au Québec comporte les éléments suivants : la présence de motifs raisonnables (réels et sérieux) ; la nécessité de la mesure de surveillance ; l efficacité de la mesure de surveillance choisie ; la proportionnalité entre la violation de la vie privée occasionnée par la surveillance et les droits de l employeur ; la possibilité d utiliser des mesures alternatives moins intrusives à la vie privée de l employé. De plus, le législateur est venu encadrer davantage certains modes de surveillance : la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information prévoit des paramètres particuliers pour les modes de surveillance suivants : système de positionnement par satellite (GPS) et biométrie (voir ci-bas). Si la surveillance permet de détecter une faute grave de l employé, par exemple une utilisation déraisonnable des ressources informatiques, l employeur pourrait être justifié, selon les circonstances, d éviter l application du concept de gradation de sanctions et procéder directement à la terminaison d emploi. 4) Moyens de surveillance et les principes juridiques particuliers à chacun d eux? Pour les fins du présent texte, nous avons retenu certains moyens de surveillance qui nous apparaissaient être plus d actualité : la filature, la vidéosurveillance, la cybersurveillance, l utilisation d un système de positionnement par satellite (GPS) et la biométrie. L utilisation de chacun de ces moyens devra être subordonnée à l application du test en cinq (5) étapes découlant de la décision Eastmond 5. Certains commentaires additionnels s imposent quant à chacun de ces moyens : Filature : cette méthode traditionnelle consiste à suivre une personne à son insu afin d en tirer des informations. Elle peut être efficace et légale dans certaines circonstances. Dans le cadre de l analyse, on retiendra que l atteinte à la vie privée sera toutefois plus importante lorsque la filature a lieu à la résidence personnelle de l employée Conditions de travail justes et raisonnables (art. 46 de la Charte des droits et libertés de la personne et art C.c.Q.) et protection de la vie privée en milieu de travail (art. 4 et 5 de la Charte des droits et libertés de la personne et art. 35 C.c.Q.). Intérêt légitime de sécurité et d efficacité, droit à une prestation de travail adéquate, droit de se protéger contre les recours, droit à la protection des informations financières et stratégiques et droit à la protection des biens; voir également l article 2085 C.c.Q. Eastmond c. Canadian Pacific Railway, [2004] CF 852. Ibid. 2

3 Vidéosurveillance : cette méthode de surveillance est limitée, en ce qu il est généralement reconnu qu il est interdit de filmer continuellement le travail d un employé, «tel un microbe sous un microscope» 6. Il est également reconnu que l objectif premier de la vidéosurveillance ne peut être des fins de contrôle disciplinaire ou de performance. La surveillance doit être limitée dans le temps, les bandes devant être visionnées seulement si un incident intervient et accessibles à un nombre limité de personnes. Cybersurveillance (Internet et courriel) : Il existe plusieurs types de logiciels permettant à un employeur de surveiller l utilisation par un employé des ressources informatiques de l entreprise. Il peut s agir de bloquer l accès à certains sites ou prendre sporadiquement des clichés de l écran d ordinateur d un employé ou encore de la constitution de rapports décrivant l utilisation des ressources informatique (les sites visités, le nombre d heures passées sur Internet et le type d activités). Il est également possible d intercepter et réviser les courriels afin de contrôler l utilisation qui en est faite. Pour exercer un tel type de surveillance, il est très important d avoir une politique d utilisation des ressources informatiques afin de prévenir les employés qu une telle surveillance est possible et définir les balises d utilisation du matériel informatique. Dans l application du test Eastmond, les doutes raisonnables qui justifieraient une telle surveillance peuvent être de plusieurs ordres : plainte anonyme, diminution de productivité de l employé, soupçons de vol de temps, harcèlement et défaillance du système informatique inexpliquée. Système de positionnement satellite (GPS) : cette technologie permet de géolocaliser un employé, ou son véhicule, en temps réel. Cette technologie est surtout utilisée dans l industrie du transport et pour les employés dont l emploi consiste de façon fréquente à travailler sur la route. L avancement de la technologie dans ce domaine, notamment avec l utilisation d étiquettes de radio-identification passive, permet maintenant d utiliser cette technologie de façon autant subtile qu utile. Au Québec, la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l'information 7, à son article 43 al. 2 prévoit que l on «ne peut exiger qu'une personne soit liée à un dispositif qui permet de savoir où elle se trouve». Toutefois, les décisions rendues distinguent les cas où l utilisation d une technologie permet de suivre un véhicule, et non une personne, ce qui serait permis 8. Souvent, l utilisation de cette technologie sera nécessaire en l absence d alternative. Biométrie : il s agit de l analyse mathématique des caractéristiques biologiques d une personne, destinée à déterminer son identité de manière irréfutable. Ce moyen est essentiellement utilisé afin de contrôler les heures de travail et surveiller les accès à un périmètre physique ou technologique à l aide de lecteurs de données biométriques. Cet outil vise à éviter le «buddy punching», c est-à-dire la pratique de simuler l arrivée ou le départ d un employé à une heure qui ne correspond pas à la réalité, afin d être payé pour une période de temps non travaillée. Certains syndicats ont contesté cette procédure d identification en prétendant qu elle portait atteinte à la vie privée. Les quelques décisions rendues sur le sujet au Canada (à l extérieur du Québec) 9 nous indiquent que s il y a atteinte, celle-ci serait très minimale compte tenu que l empreinte digitale de la personne n est pas enregistrée ni utilisée mais qu elle ne sert qu à créer un code mathématique unique qui permettra d identifier la personne lorsqu elle balayera son doigt. Autrement dit, selon la technologie utilisée, l information emmagasinée ne permettrait pas de recréer une empreinte digitale à partir du code mathématique. De surcroît, les décideurs ont dit que l intrusion était minimale et que les autres moyens alternatifs ne seraient pas efficaces ou encore plus coûteux. Au Québec, la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l'information prévoit, à ses articles 44 et 45, qu une entreprise qui désire mettre en place un système permettant la saisie de mesures biométriques doit obtenir le consentement exprès des employés et déclarer la création d une banque de données biométriques à la Commission d accès à l information Liberty Smelting Works (1962) Ltd c. Syndicat international des travailleurs de l automobile, de l aéronautique, de l astronautique et des instruments aratoires d Amérique (TVA), section locale 1470, [1972] S.A.G. 1039, à la p 1045 (T.A.). Loi concernant le cadre juridique des technologies de l information, L.R.Q. c. C-1.1. Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, section locale 301 c. Montréal (Ville de), D.T.E. 2009T-466 (T.A.) ; Travailleuses et travailleurs unis de l alimentation et du commerce, section locale 501 c. Provigo Distribution inc (Centre de distribution St-François), (Alain Carrière), D.T.E 2009T-712 (T.A.). Agropur (Natrel) c. Milk and Bread Drivers, dairy employees, caterers and allied employees (Teamsters local union 647), 2008 CanLII (ON L.A.) ; Alberta, Information and Privacy Commissioner of Alberta, Report of an investigation on the use of a hand recognition system (Investigation F4400), Investigation Report F2008-1R-001, (7 août 2008). 3

4 5) Conclusion Il est bien important de respecter les conditions permettant d effectuer la surveillance d un employé, puisque les conséquences potentielles de l illégalité de la surveillance peuvent être multiples : exclusion devant un tribunal de la preuve recueillie par le moyen de surveillance utilisé illégalement, ce qui peut avoir pour effet d empêcher un employeur de faire la preuve d un comportement fautif d un employé, avec les conséquences que cela implique ; plainte devant un tribunal administratif, notamment la Commission d accès à l information pour atteinte à la vie privée ; recours en dommages dans une instance civile pour atteinte à la vie privée. Il est à noter que dans des circonstances de filature notamment, les tribunaux ont récemment eu tendance à se montrer plus généreux, tel qu en fait foi deux arrêt récents de la Cour d appel du Québec, lesquels ont respectivement octroyé $ 10 et $ 11 en dommages pour une filature illégale. Ainsi, il est conseillé d agir en amont, plutôt qu en aval. En effet, en plus des conséquences énumérées ci-haut, il serait dommage de devoir cesser l utilisation d un système ou d un équipement de surveillance acheté à fort prix. Personnes-ressources Antoine Aylwin Karine Fournier Veilleux c. Compagnie d assurance-vie Penncorp, [2008] QCCA Compagnie d assurance Standard Life c. Tremblay, [2010] QCCA

5 RÉFÉRENCES Perspective légale Compagnie d assurance Standard Life c. Tremblay, [2010] QCCA 933. Veilleux c. Compagnie d assurance-vie Penncorp, [2008] QCCA 257. Eastmond c. Canadian Pacific Railway, [2004] CF 852. Liberty Smelting Works (1962) Ltd c. Syndicat international des travailleurs de l automobile, de l aéronautique, de l astronautique et des instruments aratoires d Amérique (TVA), section locale 1470, [1972] S.A.G. 1039, à la p 1045 (T.A.). Vidéosurveillance Syndicat des travailleuses et travailleurs du CSSS du Sud de Lanaudière (CSN) c. Lalande, [2010] QCCS Syndicat des employées et employés de métiers d Hydro-Québec, section locale 1500 SCFP (FTQ) c. Hydro-Québec, D.T.E. 2009T-273 (T.A.). Syndicat des travailleurs unis du Québec STUQ (FTQ) c. Pomatek inc, D.T.E. 2007T-784 (T.A.). Syndicat national de l automobile, de l aérospatiale, du transport et des autres travailleurs et travailleuses du Canada (TCS-Canada) c. BMW Canbec, D.T.E. 2007T-697 (T.A.). Système de positionnement satellite (GPS) Union des employées et employés de service, section locale 800 c. Université McGill, (George Forbes), D.T.E. 2010T-412 (T.A.). Travailleuses et travailleurs unis de l alimentation et du commerce, section locale 501 c. Provigo Distribution inc (Centre de distribution St- François), (Alain Carrière), D.T.E. 2009T-712 (T.A.). Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal, section locale 301 c. Montréal (Ville de), (Jean-Claude Bourdon), D.T.E. 2009T-466 (T.A.). Commissariat à la protection de la vie privée du Canada, Conclusion du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE) ; Examen de l utilisation des renseignements personnels recueillis au moyen d un système mondial de localisation, en ligne : Commissariat à la protection de la vie privée du Canada <http://www.priv.gc.ca/cf-dc/2006/351_ _f.cfm>. Mesures biométriques Agropur (Natrel) c. Milk and Bread Drivers, dairy employees, caterers and allied employees (Teamsters local union 647), 2008 CanLII (ON LA). Alberta, Information and Privacy Commissioner of Alberta, Report of an investigation on the use of a hand recognition system (Investigation F4400), Investigation Report F2008-1R-001, (7 août 2008). Cybersurveillance Houle c. St-Basile-le-Grand (Ville de), [2010] QCCRT 0390 (Division des relations du travail). Syndicat des travailleuses et travailleurs de Sucre Lantic-CSN c. Sucre Lantic Ltée, (Michel De Carufel), D.T.E. 2010T-186 (T.A.). Bourassa c. La Tuque (Ville de), [2009] QCCRT 0322 (Division des relations du travail). Renaud c. Ali Excavation inc, [2009] QCCLP Rassemblement des techniciens ambulanciers du Québec-CSN c. Services préhospitaliers Laurentides-Lanaudière Ltée, (Véronique Dumont), D.T.E. 2009T-443 (T.A.). Syndicat de la fonction publique du Québec-Fonctionnaires c. Québec (Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale), (Joël Crevier),D.T.E. 2008T-642 (T.A.). Gilles c. Ciba Spécialités chimiques Canada inc., [2008] QCCRT 0134 (CRT). Lethbridge College c. Lethbridge College Faculty Assn (Bird Grievance), [2007] AGAA No. 67 (Alta, Grievance Arbitration). Syndicat des employés municipaux de Beloeil (SCFP) c. Beloeil (Ville de), (Daniel Nadeau), D.T.E. 2007T-874 (T.A.). Services d administration PCR Ltée c. Daigle, D.T.E. 2003T-177 (CS). 5

Les médias sociaux en milieu de travail

Les médias sociaux en milieu de travail Les médias sociaux en milieu de travail M e Mélanie Morin, associée M e Josée Gervais, avocate Médias sociaux 2 Médias sociaux Travail Perte de temps Diffamation Vie privée Mesures displinaires Droits

Plus en détail

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L.

L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS. Présentation du 27 octobre 2008. Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. L ASSURANCE COLLECTIVE : LES DÉFIS ÉMERGEANTS Présentation du 27 octobre 2008 Par Me MICHEL GILBERT GRONDIN POUDRIER BERNIER S.E.N.C.R.L. I- CONTRAT D ASSURANCE COLLECTIVE A) Définition du contrat d assurance

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION RÈGLEMENT RELATIF À L'UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Adopté par le Conseil le 7 février 2006 En vigueur le 7 février 2006 Abrogé par le Conseil et entré en vigueur le 24 avril 2012 Règlement

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

VOL. 3, NO. 2 AUTOMNE 2009 TABLE DES MATIÈRES

VOL. 3, NO. 2 AUTOMNE 2009 TABLE DES MATIÈRES VOL. 3, NO. 2 AUTOMNE 2009 VOL. 3, NO. 2 AUTOMNE 2009 TABLE DES MATIÈRES LES NOUVEAUX VISAGES DE LA SURVEILLANCE 3 À QUI LA COMPÉTENCE? 7 CHANGEMENTS SIGNIFICATIFS À LA LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE 11 DROITS

Plus en détail

Les réclamations pour troubles subjectifs

Les réclamations pour troubles subjectifs Les réclamations pour troubles subjectifs Michel Gilbert Novembre 2009 Introduction 2 «Ce qu on sait, savoir qu on le sait; Ce qu on ne sait pas, savoir qu on ne le sait pas; C est savoir véritablement.»

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX Service émetteur : Direction des ressources humaines Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Dernière

Plus en détail

Présenté dans le cadre de la journée de réflexion

Présenté dans le cadre de la journée de réflexion L'ASSURANCE COLLECTIVE : GUIDE JURIDIQUE ET PRATIQUE Présenté dans le cadre de la journée de réflexion sur les assurances collectives Service de l'éducation FTQ ÎLE CHARRON, LONGUEUIL, LE 20 JANVIER 2010

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

Le harcèlement psychologique au travail

Le harcèlement psychologique au travail COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL Le harcèlement psychologique au travail COMPRENDRE PRÉVENIR COMPRENDRE Au Québec, chaque salarié a droit à un milieu de travail où il n y a pas de harcèlement psychologique.

Plus en détail

de la SEPE ou d une société pouvait néanmoins détenir les actions de la SEPE dans son REER si les critères suivants étaient satisfaits :

de la SEPE ou d une société pouvait néanmoins détenir les actions de la SEPE dans son REER si les critères suivants étaient satisfaits : Lavery PME NUMÉRO 1, SEPTEMBRE 01 Bulletin d information juridique à l intention des entrepreneurs et des décideurs DERNIER APPEL : DÉTENEZ-VOUS DES ACTIONS DE SOCIÉTÉS PRIVÉES DANS VOTRE REER? CAROLYNE

Plus en détail

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence.

La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. 1 CHAMP D APPLICATION La Société dispose d un pouvoir d enquête sur toute matière qui relève de sa compétence. La présente directive s applique à l ensemble du personnel du Fonds d assurance dans l exercice

Plus en détail

Cat. 2.178.6 SURVEILLANCE VIDÉO DANS LES GARDERIES, DIFFUSION ET ACCESSIBILITÉ DES IMAGES

Cat. 2.178.6 SURVEILLANCE VIDÉO DANS LES GARDERIES, DIFFUSION ET ACCESSIBILITÉ DES IMAGES Cat. 2.178.6 SURVEILLANCE VIDÉO DANS LES GARDERIES, DIFFUSION ET ACCESSIBILITÉ DES IMAGES Mars 2003 Document adopté à la 479 e séance de la Commission, tenue le 14 mars 2003, par sa résolution COM-479-5.1.1

Plus en détail

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Août 2014 Bulletin vie privée Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Le contrat d'assurance collective implique

Plus en détail

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2 Cat. 2.115.9.3 L'UTILISATION DES INFORMATIONS OBTENUES LORS D'UN EXAMEN MÉDICAL PRÉ- EMBAUCHE POUR CONTESTER UNE RÉCLAMATION POUR LÉSION PROFESSIONNELLE ET LE DROIT AU RESPECT DE SA VIE PRIVÉE Novembre

Plus en détail

Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels

Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels Présenté par M e Karl Delwaide Associé principal et membre-fondateur du groupe de pratique national Protection de l information et

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : N. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 11 Appel n o : GE-13-726 ENTRE : N. P. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

Type d'action REQUÊTE pour ordonnance spéciale fondée sur l'article 158 de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. REJETÉE.

Type d'action REQUÊTE pour ordonnance spéciale fondée sur l'article 158 de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. REJETÉE. EYB 2014-239422 Résumé Cour supérieure Villégiature du Lac Carling inc. (Proposition de) 500-11-041210-119 (approx. 8 page(s)) 3 juillet 2014 Décideur(s) Roy, Claudine Type d'action REQUÊTE pour ordonnance

Plus en détail

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau

Karl Delwaide, associé et responsable du groupe de pratique national Protection de l information et de la vie privée de Fasken Martineau La protection des renseignements personnels en entreprise en vertu des lois fédérale et québécoise en la matière L Institut des Secrétaires et des Administrateurs Agréés du Canada Division Québec Le 6

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

LE NOUVEAU R.A.L.A. DANS LA PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE EN MILIEU DE TRAVAIL

LE NOUVEAU R.A.L.A. DANS LA PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE EN MILIEU DE TRAVAIL LE NOUVEAU R.A.L.A. DANS LA PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE EN MILIEU DE TRAVAIL Par Serge Bouchard avocat associé CRIA et Julien Sirois avocat 6 et 13 octobre 2011 Formation UFC 1 But de la formation

Plus en détail

La procédure VOLUME 3 - numéro 2 JUIN 2008

La procédure VOLUME 3 - numéro 2 JUIN 2008 VOLUME 3 - numéro 2 JUIN 2008 PROCÉDURE - n.f. 1344 ; de procéder 1. vx Manière de procéder pour aboutir à un résultat. [ ] Le Nouveau Petit Robert, 2004. La présente édition vous propose : Téléphone cellulaire

Plus en détail

Cat. 2.178.1 SURVEILLANCE PAR CAMÉRA VIDÉO DES LIEUX DE TRAVAIL: COMPATIBILITÉ AVEC LA CHARTE

Cat. 2.178.1 SURVEILLANCE PAR CAMÉRA VIDÉO DES LIEUX DE TRAVAIL: COMPATIBILITÉ AVEC LA CHARTE Cat. 2.178.1 SURVEILLANCE PAR CAMÉRA VIDÉO DES LIEUX DE TRAVAIL: COMPATIBILITÉ AVEC LA CHARTE Août 1995 2 Document adopté à la 394 e séance de la Commission tenue le 17 août 1995, par sa résolution COM-394-6.1.1

Plus en détail

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Maître Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

Cybersurveillance: quelle sécurité Internet en interne et en externe pour l entreprise? 23/03/2012

Cybersurveillance: quelle sécurité Internet en interne et en externe pour l entreprise? 23/03/2012 Cybersurveillance: quelle sécurité Internet en interne et en externe pour l entreprise? 1 INTRODUCTION La sécurité informatique: quelques chiffres Internet a crée 700.000 emplois sur les 15 dernières années

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET. www.carrefourfrontenac.com

MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET. www.carrefourfrontenac.com MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET www.carrefourfrontenac.com L'accès au site internet du Carrefour Frontenac www.carrefourfrontenac.com («le site internet») vous est offert sous réserves

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET

RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT SUR L UTILISATION DES TECHNOLOGIES INFORMATIQUES ET INTERNET Adoption et entrée en vigueur : 28 janvier 1999 Premier amendement : 25 septembre 2014 RÈGLEMENT NUMÉRO 12 RÈGLEMENT

Plus en détail

Que reste-t-il de la discrétion d'un organisme public confronté à une irrégularité mineure du plus bas soumissionnaire?

Que reste-t-il de la discrétion d'un organisme public confronté à une irrégularité mineure du plus bas soumissionnaire? Bulletin CCH municipal de septembre 2010, Volume 12, No 3 Le Bulletin CCH municipal de septembre 2010, Volume 12, No 3, comprend les articles suivants : 1. L'application parfois incertaine de la norme

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

protection des données personnelles

protection des données personnelles MSc in Management, option Information Systems and Services Science Maîtrise Universitaire en Management Public (MAP), mention Science des Services Selected Topics Principes généraux g en matière de protection

Plus en détail

Fondation du Barreau

Fondation du Barreau Professeur Frédéric Levesque Faculté de droit - Université Laval Fondation du Barreau L obligation in solidum en droit privé québécois Montréal - 12 juin 2012 Origine - Notion - Régime juridique Lorsque

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes Table des matières 1. Objet de la politique... 4 2. Cadre légal et règlementaire...

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES CONTRAT DE SOUS-LOCATION TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE... 10 0.00 INTERPRÉTATION... 11 0.01 Terminologie... 11 0.01.01 Activités... 12 0.01.02 Bail... 12 0.01.03 Cas de Défaut... 12 0.01.04 Changement

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D'ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 21 99 Date : 3 février 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Croix Bleue, Assurance collective Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question

Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question Accéder, ou ne pas accéder au matériel informatique de son employé, telle est la question Patrick Gingras, avocat et agent de marques de commerce Éloïse Gratton, avocate Leg@l IT, 31 mars 2014 Les opinions

Plus en détail

LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques

LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques LE CONTRAT D ADHÉSION Caractéristiques et Conséquences Juridiques À la conclusion d un contrat, il n est pas rare que les parties contractantes ne soient pas sur un pied d égalité. On a qu à penser aux

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Règlements de participation

Règlements de participation CONCOURS «Challenge Art Latte Mon grand coup de cœur latte» Règlements de participation 1. Le concours «Challenge Art Latte Mon grand coup de cœur latte» est tenu par Agropur coopérative, Division Natrel

Plus en détail

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE Cat. 2.120-12.48 AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification

Plus en détail

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire.

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire. Loi sur la santé et la sécurité du travail soyez plus sécuritaires soyez plus productifs INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Information à l intention de l employeur, du maître d œuvre et du travailleur

Plus en détail

Notre retraite : prendre en main COLLECTIVEMENT notre avenir

Notre retraite : prendre en main COLLECTIVEMENT notre avenir La responsabilité fiduciaire et l assurance responsabilité des comités de retraite : Comment s y retrouver sans perdre sa chemise Michel Gilbert, avocat Luc Brunet, B.A.A., C. D A. Ass. Notre retraite

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 12768 FRA Québec, le : 10 juillet 2013 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Personne salariée Partie plaignante et Maçonnerie Pigeon

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MEDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR SPRL LES COMPTABLES ET FISCALISTES ASSOCIES / SPRL EKITAS CONSULTING Affaire N 44286 : cfabelgium.be 1. Les parties 1.1. Le Plaignant

Plus en détail

Article. «Les défis du télétravail à l égard de la vie privée du télétravailleur» Johanne Drolet et Karim Lebnan

Article. «Les défis du télétravail à l égard de la vie privée du télétravailleur» Johanne Drolet et Karim Lebnan Article «Les défis du télétravail à l égard de la vie privée du télétravailleur» Johanne Drolet et Karim Lebnan Les Cahiers de droit, vol. 54, n 2-3, 2013, p. 303-336. Pour citer cet article, utiliser

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES?

LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES? LES COMMISSIONS D INTERMÉDIAIRE SONT-ELLES LÉGALES? Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau Dans la dernière édition d espace Montréal, nous avons vu qu à l exception de certaines personnes

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

POINT D'INFORMATION MENSUEL

POINT D'INFORMATION MENSUEL POINT D'INFORMATION MENSUEL - avril 2013-1 Sommaire Passage d un élève en classe supérieure - page 3 Application de la règle du sursis en matière de sanction disciplinaire - page 3 IMPORTANT : date de

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE #36 LÉGISLATION ET INTERVENANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ DU TRAVAIL DÉFINITIONS ET CHAMP D'APPLICATION La législation québécoise en matière de santé et de sécurité du travail est constituée

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉNONCIATION

POLITIQUE DE DÉNONCIATION POLITIQUE DE DÉNONCIATION APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 11 DÉCEMBRE 2013 APPROUVÉE PAR LE COMITÉ D AUDIT LE 25 MARS 2014 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Le Responsable de l'accès : véritable décideur ou courroie de transmission?

Le Responsable de l'accès : véritable décideur ou courroie de transmission? PRÉSENTÉ À L ASSOCIATION DES CADRES SCOLAIRES DU QUÉBEC, 11 AVRIL 2014 Le Responsable de l'accès : véritable décideur ou courroie de transmission? Prisonnier du cadre imposé par la loi ou habilité à faire

Plus en détail

a c e a c e f Un compte de banque, c est un droit! association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides

a c e a c e f Un compte de banque, c est un droit! association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides Un compte de banque, c est un droit! Les moyens pour défendre vos droits a c e a c e f association coopérative d économie familiale des Basses-Laurentides 42b, rue Turgeon Sainte-Thérèse, Québec J7E 3H4

Plus en détail

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca

Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca Le 8 juillet 2014 [TRADUCTION] Par courriel : ministre@mess.gouv.qc.ca L honorable François Blais Ministère de l'emploi et de la Solidarité sociale 425, rue Saint-Amable 4e étage Québec (Québec) G1R 4Z1

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

Présenté à la : Commission de la culture

Présenté à la : Commission de la culture Mémoire relatif au projet de loi 122 Loi modifiant la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

Réseaux. sociaux MELANÇON MARCEAU GRENIER ET SCIORTINO. M e Michel Gilbert

Réseaux. sociaux MELANÇON MARCEAU GRENIER ET SCIORTINO. M e Michel Gilbert Réseaux sociaux et vie privée Présenté par M e Michel Gilbert «Dans un réseau social, la confidentialité n existe jamais. Il y a toujours une autre «personne» dans la pièce, qui est l enti ité qui fournit

Plus en détail

20 SEPTEMBRE. juin 2010

20 SEPTEMBRE. juin 2010 05224 19 20 SEPTEMBRE juin 2010 2014 LEGISLATION Les principaux changements relatifs à l organisation et au fonctionnement des SST Décision de la Direction Générale du Travail 29 avril 2014 Annulation

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal

Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal Le Régime de retraite des pompiers de la Ville de Montréal Nous sommes heureux de vous présenter cet aperçu des dispositions de votre régime de retraite en vigueur depuis le 1 er janvier 2006. La Ville

Plus en détail

MISE EN GARDE. Le Syndic d un ordre professionnel

MISE EN GARDE. Le Syndic d un ordre professionnel ISBN 2-550-33029-3 Dépôt légal-bibliothèque nationale du Québec, 1998 Dépôt légal-bibliothèque nationale du Canada, 1998 MISE EN GARDE Le lecteur voudra bien retenir que le présent document est essentiellement

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

Bâtir son entreprise sur du SOLIDE

Bâtir son entreprise sur du SOLIDE Bâtir son entreprise sur du SOLIDE Pieux Vistech possède une solide équipe à travers le Québec. Elle recherche actuellement de nouveaux distributeurs pour le reste du Canada et à l international. Avec

Plus en détail

Outil d évaluation aux fins de la notification en cas d atteinte à la vie privée

Outil d évaluation aux fins de la notification en cas d atteinte à la vie privée Outil d évaluation aux fins de la notification en cas d atteinte à la vie privée Décembre 2006 Commissaire à l information et à la protection de la vie privée de l Ontario David Loukidelis Commissaire

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

- et - - et - - et - - et - - et -

- et - - et - - et - - et - - et - CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N o 500-06-000197-034 (Recours collectif) COUR SUPÉRIEURE RÉAL MARCOTTE, domicilié et résidant au 815, avenue d'argenson Sud, à Alma, dans le district d'alma,

Plus en détail

1 LE NOUVEAU R.A.L.A. DANS LA PRATIQUE DE

1 LE NOUVEAU R.A.L.A. DANS LA PRATIQUE DE 1 LE NOUVEAU R.A.L.A. DANS LA PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE EN MILIEU DU TRAVAIL Par : Me Serge Bouchard et Me Julien Sirois 1 Les auteurs remercient M. Michel Ferland pour sa précieuse collaboration

Plus en détail

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité

Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Proposition de règlement municipal concernant l installation et l exploitation d un pipeline terrestre dans le territoire d une municipalité Richard E. Langelier Docteur en droit (LL.D.) Doctorant en sociologie

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

DÉCISION. [1] Le plaignant a saisi la Commission de la plainte suivante concernant Lou-Tec Location Chomedey Inc. («Lou-Tec»):

DÉCISION. [1] Le plaignant a saisi la Commission de la plainte suivante concernant Lou-Tec Location Chomedey Inc. («Lou-Tec»): Dossier : PV 01 18 02 Date : 29 septembre 2003 Commissaires : M e Hélène Grenier M e Diane Boissinot M e Christiane Constant X Plaignant c. LOU-TEC LOCATION CHOMEDEY INC. Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE

Plus en détail

La surveillance des employés au travail et en dehors du travail

La surveillance des employés au travail et en dehors du travail La surveillance des employés au travail et en dehors du travail Me Stéphane Lacoste avocat général Teamsters Canada Conférence prononcée le 26 novembre 2010 À l hôtel Westin Ottawa dans le cadre de la

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Conditions générales d utilisation

Conditions générales d utilisation Conditions générales d utilisation de l Espace Client Employeur La Banque Postale Assurance Santé La Banque Postale Assurance Santé a développé le site internet Espace Client Employeur (le Site) pour des

Plus en détail

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE Juillet 2014 INDEX INTRODUCTION... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. LES SYSTEMES D'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ RÈGLES GÉNÉRALES... 3 3. UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC

LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC LA MISSION DE L APER EST DE REPRÉSENTER ET DE DÉFENDRE LES DROITS DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DU QUÉBEC SOUTIEN, DÉVELOPPEMENT, REPRÉSENTATION L APER EST LA

Plus en détail

Conditions générales de vente e-commerce. www.vulture.fr

Conditions générales de vente e-commerce. www.vulture.fr Conditions générales de vente e-commerce 1. Objet www.vulture.fr Le présent contrat a pour objet de définir les conditions générales de vente des produits et services proposés par le site www.vulture.fr

Plus en détail

CONCOURS «LIRE» Règlements de participation

CONCOURS «LIRE» Règlements de participation CONCOURS «LIRE» Règlements de participation 1. Le concours est organisé par Attraction Images Productions inc. (ci-après les «Organisateurs du concours») dans le cadre de l émission «Lire» diffusée à Artv

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (S.A.A.Q.) DÉCISION

LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (S.A.A.Q.) DÉCISION Y.D. c. Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) Commission d accès à l information du Québec Dossier : 09 03 82 Date : Le 20 octobre 2009 Commissaire : M e Jean Chartier 2009 QCCAI 226 Y D Demandeur

Plus en détail

Politique relative à l utilisation de la vidéosurveillance dans les lieux publics exploités par l AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18

Politique relative à l utilisation de la vidéosurveillance dans les lieux publics exploités par l AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18 Politique relative à l utilisation de la vidéosurveillance dans les lieux publics exploités par l AMT ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 18 DÉCEMBRE 2009 PAR VOIE DE RÉSOLUTION N O 09-CA(AMT)-348

Plus en détail

Directive Lpers no 50.1

Directive Lpers no 50.1 Directive Lpers no 50.1 Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, de la téléphonie et du poste de travail RLPers 125 1 Base 2 But La présente directive est prise en application de l article

Plus en détail

Bureau de décision et de révision en valeurs mobilières

Bureau de décision et de révision en valeurs mobilières 2. Bureau de décision de révision en valeurs mobilières 2.1 Rôle d'audiences 2.2 Décisions.. 2. Bureau de décision de révision en valeurs mobilières 24 novembre 2006 - Vol. 3, n 47 6 RÔLE DES AUDIENCES

Plus en détail

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY

RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY RAPPORT INTERVENTION À LA RÉSIDENCE PARC JARRY DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DU CŒUR-DE-L ÎLE Le 6 juin 2012 Avis Le présent rapport rend compte d une intervention du Protecteur du citoyen

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

Technologies de l information et de la communication

Technologies de l information et de la communication les infos DAS - n 055 21 avril 2015 Technologies de l information et de la communication L employeur dispose du droit de surveiller et de contrôler l activité de ses salariés au travail. Cependant, cette

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

POLITIQUE N o : DPS-015 POLITIQUE SUR LE CAVIARDAGE

POLITIQUE N o : DPS-015 POLITIQUE SUR LE CAVIARDAGE 1. INTRODUCTION La loi exige que l identité des personnes ne soit pas révélée dans diverses matières (famille, protection de la jeunesse, adoption, etc.) et parfois, les décideurs ordonnent la non-publication

Plus en détail

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ SEULS LES RÉSIDENTS CANADIENS SONT ADMISSIBLES À CE CONCOURS RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. PÉRIODE DU

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. RESPONSABLE DE L APPLICATION La Direction des affaires corporatives et la coordination des Services financiers.

CAHIER DE GESTION. RESPONSABLE DE L APPLICATION La Direction des affaires corporatives et la coordination des Services financiers. CAHIER DE GESTION POLITIQUE ET PROCÉDURES CONCERNANT LES CONTRATS D ENTREPRISE (LOUAGE D OUVRAGE) ET L EMBAUCHE DE PERSONNEL TEMPORAIRE (LOUAGE DE SERVICE) EXCLUANT LE SALARIÉ-ÉLÈVE COTE 50-50-01-04 OBJETS

Plus en détail