Proposition de directive sur les droits des consommateurs AMENDEMENTS ET OBSERVATIONS DE LA CCIP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition de directive sur les droits des consommateurs AMENDEMENTS ET OBSERVATIONS DE LA CCIP"

Transcription

1 Proposition de directive sur les droits des consommateurs AMENDEMENTS ET OBSERVATIONS DE LA CCIP Rapport de Monsieur Jérôme CANLORBE 23 septembre 2010

2 Proposition de directive sur les droits des consommateurs AMENDEMENTS ET OBSERVATIONS DE LA CCIP Rapport de Monsieur Jérôme CANLORBE Avec la collaboration de Madame Céline DELACROIX, Département de droit public et économique à la Direction générale adjointe chargée des études, de la prospective et de l innovation Présenté au nom de la Commission du commerce et des échanges Et adopté par l Assemblée générale du 23 septembre 2010

3 2

4 SOMMAIRE SYNTHESE DES PROPOSITIONS INTRODUCTION 1. LES DEFINITIONS VISEES PAR LA LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LE CHAMP D APPLICATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LE NIVEAU D HARMONISATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP L INFORMATION DES CONSOMMATEURS LA OBSERVATIONS DE LA CCIP L INFORMATION DES CONSOMMATEURS ET LE DROIT DE RETRACTATION POUR LES CONTRATS A DISTANCE ET LES CONTRATS HORS ETABLISSEMENT LES OBLIGATIONS D INFORMATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP DUREE ET DEBUT DU DELAI DE RETRACTATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP DEFAUT D INFORMATION SUR LE DROIT DE RETRACTATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP EXERCICE DU DROIT DE RETRACTATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP EFFETS DE LA RETRACTATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP OBLIGATIONS DU PROFESSIONNEL EN CAS DE RETRACTATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP 16 3

5 5.7 OBLIGATIONS DU CONSOMMATEUR EN CAS DE RETRACTATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP CONTRATS A DISTANCE ET CONTRATS HORS ETABLISSEMENT EXCLUS LA OBSERVATIONS DE LA CCIP AUTRES DROITS DES CONSOMMATEURS SPECIFIQUES AUX CONTRATS DE VENTE CHAMP D APPLICATION LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LA LIVRAISON LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LE TRANSFERT DU RISQUE LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LES RECOURS EN CAS DE DEFAUT DE CONFORMITE D UN BIEN LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LES DELAIS ET LA CHARGE DE LA PREUVE LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LES GARANTIES COMMERCIALES LA OBSERVATIONS DE LA CCIP LES DROITS DES CONSOMMATEURS CONCERNANT LES CLAUSES CONTRACTUELLES LA OBSERVATIONS DE LA CCIP 20 ANNEXE 21 4

6 LES PRINCIPALES PROPOSITIONS La proposition de directive relative à l harmonisation des droits des consommateurs, rédigée en 2008 par la Commission européenne, arrive devant le parlement, avec comme rapporteur le Député Andréas Schwab. L enjeu est majeur car si ce texte vise tant la vente directe que la vente à distance, il prend une acuité particulière dans un contexte économique où le e-commerce devrait franchir le cap des 30 milliards d euros de chiffre d affaires, offrant ainsi des opportunités considérables pour les transactions transfrontalières et nationales. Dans le prolongement de son premier rapport du 11 juin 2009, à la veille du débat parlementaire et à l aune du rapport de M. Schwab qui propose d importantes évolutions du texte, la CCIP entend contribuer à l amélioration des dispositions les plus déterminantes pour les entreprises. Proposition n 1 Sur l harmonisation - Prévoir une harmonisation des législations nationales complète mais ciblée sur certains domaines, cette approche étant de nature à apaiser les vives critiques soulevées de concert par les professionnels et les associations de consommateurs. PROPOSITION N 2 Sur le champ d application de la directive - Traiter les définitions et les questions communes de la même façon pour l ensemble des contrats ; les consommateurs comme les professionnels devant bénéficier de règles stables et claires. PROPOSITION N 3 Sur les définitions Dans le contrat de vente : - Ajouter la référence au transfert de propriété, à défaut, la définition serait si large que pourraient être englobés d autres contrats tels le bail ou le prêt, sans compter les bouleversements que cela entraînerait dans les droits nationaux ; Dans le contrat de service : - Le définir comme tout contrat au titre duquel un service est fourni par le professionnel au consommateur ; La diligence professionnelle : - Exclure toute référence à une telle notion difficile à cerner et présentant le risque de multiplier les divergences d interprétation ; L enchère publique : - Exclure les enchères publiques du champ de la directive dans la mesure où elles recouvrent un domaine très spécifique qui ne trouve pas sa place dans ce texte ; 5

7 La garantie commerciale : - Élargir la définition en ce qu elle recouvre d autres aspects de la vente tels la durée et les modalités d exercice du délai de rétractation, la livraison, l exemption de frais de devis PROPOSITION N 4 Sur les obligations d information - Prévoir des dispositions simples et courtes, dans la mesure où il s agit de la période précontractuelle en excluant toute information trop détaillée ou trop large (codes de bonne conduite, règlement amiable des litiges, conclusion du contrat avec un professionnel ). PROPOSITION N 5 Sur le droit de rétractation - Porter le délai de rétractation à 14 jours ; - Clarifier les différents points de départ du droit de rétractation dans la perspective de la création de contrats mixtes ; - Maintenir la disposition selon laquelle les Etats membres ne doivent pas empêcher l exécution des obligations contractuelles pendant ce délai. PROPOSITION N 6 Sur le défaut d information du droit de rétractation - Allonger le délai de rétractation en tant que «délai-sanction» en le portant à 3 mois et non à 12 mois, mais seulement à compter de la réception des biens ou de l acceptation de l offre pour les prestations de services. PROPOSITION N 7 Sur les obligations du professionnel en cas de rétractation - Maintenir le délai de restitution du bien à 30 jours et non à 15 jours ; - Prévoir que le professionnel n est pas tenu de rembourser les frais de livraison supplémentaires plus onéreux (envoi colissimo ) choisis par le consommateur pour obtenir le bien acheté plus rapidement. PROPOSITION N 8 Sur les obligations du consommateur en cas de rétractation - Supprimer l ajout d un délai supplémentaire de 14 jours pour le renvoi du produit par le consommateur consécutivement à l exercice de son droit de rétractation PROPOSITION N 9 Sur les exceptions au droit de rétractation - Exclure du droit de rétractation les livres ainsi que les produits alimentaires et cosmétiques pour des raisons d hygiène. PROPOSITION N 10 Sur les contrats à distance et contrats hors établissement exclus - Faire peser les mêmes obligations sur les professionnels qui vendent leurs biens sur des sites privés d enchères en ligne en soumettant leurs produits au droit de rétractation afin d éviter toute distorsion de concurrence. 6

8 PROPOSITION N 11 Sur la livraison - Définir de manière harmonisée la livraison comme la prise de possession matérielle du bien par le consommateur sauf si les parties en décident autrement ; - Laisser aux Etats membres toute latitude pour maintenir ou adopter des dispositions nationales quant aux modes de dédommagement en cas de non livraison dans les 30 jours ; - Ne pas fixer un remboursement automatique en cas de retard de livraison mais inviter le consommateur à préciser clairement son souhait : une demande de livraison dans un délai minimal de sept jours ou alors un remboursement ; - Atténuer l obligation de livrer dans les 30 jours en cas de force majeure compte tenu de la spécificité de la nature de certains produits. PROPOSITION N 12 Sur le recours en cas de défaut de conformité - Tout en préservant la gradation des recours, donner au professionnel la possibilité de choisir entre la réparation ou le remplacement, en fonction de la situation qui se présente à lui ; - Préciser néanmoins que le consommateur ne pourra pas bénéficier de la hiérarchie des remèdes s il a préalablement eu l occasion de procéder à certaines réparations par l intermédiaire d un tiers sans l accord du professionnel. PROPOSITION N 13 Sur les délais et la charge de la preuve - Préciser que la responsabilité du professionnel n est engagée que pour la partie des éléments défectueux qui ont fait l objet d une réparation dans le produit initial, afin d éviter d étendre à l infini la période de garantie ; - Instaurer un délai de notification du constat du défaut pour éviter toute remise en cause indéfinie de la garantie. PROPOSITION N 14 Sur la garantie commerciale - Supprimer toute obligation, pour le professionnel, de rédiger une déclaration de garantie comprenant le descriptif des droits légaux et de la garantie commerciale ; le simple rappel de l existence de la garantie légale étant suffisant. PROPOSITION N 15 Sur les clauses contractuelles - Aboutir à une harmonisation maximale en matière de clauses abusives et supprimer toute procédure de comitologie contraire au processus législatif en vigueur. 7

9 INTRODUCTION Dans le souci constant de parvenir à l achèvement du marché intérieur, la Commission européenne a élaboré en 2008 une proposition de directive visant à harmoniser les droits des consommateurs tant dans le cadre de la vente directe que de la vente à distance 1. Si l objectif poursuivi par ce texte recueille l adhésion des professionnels comme des consommateurs, il en va différemment quant aux nouvelles mesures envisagées. Dès lors et avant même son examen devant le parlement européen, la Chambre de commerce et d industrie de Paris (CCIP) avait vivement réagi en se prononçant sur la méthode d harmonisation et le contenu des domaines visés, qu il s agisse du droit de rétractation ou encore du contenu de la garantie légale et commerciale 2 En 2010, la vente à distance devrait franchir le cap de plus de 30 milliards d euros de chiffre d affaires 3. Le proposition de directive actuellement en discussion revêt donc une importance majeure en ce qu elle a vocation à clarifier le droit applicable au sein de l Union et tout particulièrement dans le cadre du e-commerce dont la révolution est en progression constante : chaque jour de nouveaux acheteurs et de nouveaux secteurs sont séduits par ce vecteur et de nouveaux usages font leur apparition à travers le développement des smartphones et des tablettes numériques, autant d opportunités pour développer et doper le commerce national et transfrontalier. Aujourd hui, le député européen Andréas Schwab, rapporteur sur ce texte, propose - comme la CCIP le préconisait dès une nouvelle approche en faveur d une harmonisation des législations nationales complète mais ciblée sur certains domaines, et non plus générale, afin d apaiser les vives critiques soulevées de concert par les professionnels et les associations de consommateurs. Le rapport de M. Schwab modifie ainsi la logique de la proposition de directive. Pour ce faire, il distingue les contrats à distance et hors établissement pour lesquels il propose une harmonisation complète ciblée, des autres contrats. Si à première vue cette approche apparaît didactique, on peut craindre une plus grande confusion dans l esprit du chef d entreprise lorsqu il faudra confronter les textes et leur application pratique : rédaction de deux modèles de conditions générales de vente, deux bons de commandes, deux sites marchands Est-ce là une bonne méthode pour aboutir à la réalisation du marché intérieur? La CCIP reste donc réservée sur cette démarche Elle estime que les définitions et les questions communes doivent être traitées de la même façon pour l ensemble des contrats. Les consommateurs comme les professionnels doivent bénéficier de règles stables et claires. Par ailleurs, elle observe que la proposition de directive aborde des questions liées au droit général des contrats, ce qui interfère avec les réflexions en cours au niveau européen 4 et dépasse donc les seules problématiques liées aux contrats de consommation. C est pourquoi, il est primordial de porter une attention toute particulière aux seuls aspects clés tels que les définitions, l obligation générale d information, le droit de rétractation, la notion de livraison, le transfert du risque, ou encore, la garantie légale et les clauses abusives. Dans ce contexte, la CCIP soutient pleinement l harmonisation des règles relatives aux ventes directes ainsi qu à la vente à distance. Il va de soi que cette dernière et tout particulièrement le commerce en ligne doit 1 COM (2008) 614 du 8 octobre Pour mémoire, la directive proposée refond en un document unique quatre directives établissant les droits contractuels des consommateurs. Elle tient compte des pratiques récentes du commerce électronique et des nouvelles technologies de vente en ligne ou mobile. Ce futur texte vient refondre : la directive 93/13/CEE relative aux clauses abusives dans les contrats ; la directive 1999/44/CE sur la vente et la garantie des biens de consommation ; la directive 97/7/CE concernant la protection des consommateurs en matière de contrats à distance et de vente à distance ; la directive 85/577/CEE sur le démarchage à domicile. 2 Rapport de M. Canlorbe du 11 juin Selon le rapport d activité 2009 de la FEVAD. 4 Voir en ce sens le Livre vert de la Commission «Actions envisageables en vue de la création d un droit européen des contrats pour les consommateurs et les entreprises», COM (2010)348 final. 8

10 se développer selon des règles capables de susciter la confiance du consommateur européen ; c est seulement sur cette base que ce mode de commercialisation connaîtra davantage de succès en Europe. C est pourquoi, tout en répondant aux propositions du député Schwab, elle souhaite contribuer à l amélioration de la réforme envisagée en apportant un certain nombre de propositions et d amendements au texte initial, afin de peser sur les débats parlementaires qui se dérouleront en octobre prochain ainsi que sur la prochaine proposition modifiée de la Commission européenne. 9

11 1. Les définitions visées par la proposition de directive 1.1. La proposition de directive Pour assurer un niveau élevé de protection des consommateurs, la proposition de directive comporte une vingtaine de définitions explicitant le contenu des termes visés par le texte qui auront vocation à être harmonisés. La CCIP en a sélectionné un certain nombre afin d émettre des propositions de modifications ou de suppressions. - Le contrat de vente La Commission propose une large définition du contrat de vente en incluant les contrats à objet mixte portant à la fois sur des biens et des services. - Le contrat de service Il est défini comme tout contrat autre qu'un contrat de vente au titre duquel un service est fourni par le professionnel au consommateur. - Le bon de commande Instrument contenant les clauses contractuelles, il est destiné à être signé par le consommateur en vue de la conclusion d'un contrat hors établissement. - Le «produit» Il s agit de tout bien ou service, y compris les biens, obligations et droits immobiliers. - La diligence professionnelle Elle est entendue comme le niveau de compétence spécialisée et de soins dont le professionnel est raisonnablement censé faire preuve vis-à-vis du consommateur, conformément aux pratiques de marché honnêtes et/ou au principe général de bonne foi dans son domaine d'activité. - L enchère publique Est visée une méthode de vente selon laquelle le professionnel propose un bien au moyen d'une procédure de mise en concurrence dirigée par un commissaire-priseur, à laquelle assistent ou peuvent assister les consommateurs, et au terme de laquelle le plus offrant est tenu d'acquérir ledit bien. - Le producteur Sont concernés le fabricant d'un bien, l'importateur d'un bien sur le territoire de la Communauté ou toute personne qui se présente comme producteur en apposant sur le bien son nom, sa marque ou un autre signe distinctif; - La garantie commerciale Elle comprend tout engagement du professionnel ou du producteur (le «garant») à l'égard du consommateur en vue du remboursement du prix d'achat, du remplacement du bien ou de la prestation de tout autre service en relation avec le bien si ce dernier ne répond pas aux spécifications énoncées dans la déclaration de garantie ou dans la publicité correspondante faite au moment de la conclusion du contrat ou avant celle-ci. 1.2 Observations de la CCIP - S agissant du contrat de vente : La CCIP estime que, dans le projet initial, la référence au transfert de propriété doit être rajoutée, à défaut, la définition serait si large que pourraient être englobés tout le droit commun des contrats tels le bail ou le prêt, sans compter les bouleversements que cela entraînerait dans les droits 10

12 nationaux. Une telle solution serait mieux adaptée aux obligations posées par la directive comme le délai de rétractation, la livraison, le transfert des risques ou la garantie de conformité. Devrait également être supprimée la référence aux contrats à objet mixte, trop large en l état dans la mesure où ne doit être visé que le cas d un service joint à la vente d un bien au consommateur. Dès lors, il semble plus clair de les viser seulement dans le cadre de la garantie de conformité. Dans le prolongement de ces observations, la CCIP approuve la nouvelle définition du contrat de vente préconisée par le projet de rapport de M. Schwab. - S agissant du contrat de service : La CCIP propose une définition plus claire selon laquelle le contrat de service viserait tout contrat au titre duquel un service est fourni par le professionnel au consommateur. Dans le cas contraire, la référence par défaut au contrat de vente tendrait à englober tout le droit commun. La proposition de définition de M. Schwab est en adéquation avec celle préconisée par la CCIP. - S agissant du bon de commande : Tout comme le projet de M. Schwab, la CCIP estime qu une telle définition n est pas appropriée et doit être supprimée dans la liste de la Commission. - S agissant du produit : Cette définition s articule mal avec celle du bien et vise assez curieusement les droits immobiliers. La CCIP propose de la supprimer. - S agissant de la diligence professionnelle : Cette notion est difficile à cerner et risque de multiplier les divergences d interprétation. Aujourd hui, elle n est visée que par la directive sur les pratiques commerciales déloyales dont le domaine est plus facile à circonscrire. La CCIP, tout comme le projet de rapport Schwab, propose de la supprimer. - S agissant de l enchère publique : Elle recouvre un domaine très spécifique qui ne trouve pas sa place dans la proposition de directive dont le champ est trop vaste. La CCIP estime qu elle requiert un texte particulier, alors que le projet de rapport Schwab maintient la définition des enchères et l affine, considérant qu elles trouvent leur place dans ce texte. - S agissant du producteur : Cette référence à la directive «produits défectueux» n a pas lieu d être car par définition, le producteur n est pas visé par la directive. Le projet de rapport Schwab la maintient. La CCIP ne le suit donc pas sur ce point. - S agissant de la garantie commerciale : La définition de la garantie commerciale n est pas définie de manière assez large : le texte de la directive lie exclusivement la garantie commerciale à la garantie de conformité alors qu elle recouvre d autres aspects de la vente tels la durée et les modalités d exercice du délai de rétractation, la livraison, l exemption de frais de devis Le projet de rapport de M. Schwab n élargit pas la définition de la garantie commerciale mais précise qu elle est un engagement du professionnel en vue du remboursement ou du remplacement du bien en complément des obligations légales auxquelles il est tenu. 11

13 2. Le champ d application 2.1 La proposition de directive Tout en excluant du champ de la directive les services financiers au regard de certains contrats conclus hors établissement, des clauses contractuelles abusives et d autres dispositions générales, la Commission ne parvient pas à donner une définition compréhensible du champ d application de la proposition de directive. 2.2 Observations de la CCIP Alors que le champ d application de la directive constitue le cœur même de l étude de ce texte, la Commission donne une définition extrêmement complexe des domaines, en principe, soumis au futur document. Dans la mesure où l approche préconisée par la CCIP est une harmonisation maximale ciblée, il serait logique et plus lisible que chaque chapitre définisse son champ d application et, si besoin, son interaction avec d autres textes communautaires. La CCIP propose donc une version visant les contrats de vente et de service sans préjudice des dispositions contenues dans d autres législations communautaires et de l application du droit général des contrats des Etats membres. Ainsi, dans la référence à ce droit général des contrats, sont ici concernées notamment les règles de conclusion et de validité. En tout état de cause, la CCIP tient à préciser que sont exclusivement visés ici les contrats de vente entre professionnels et consommateurs. 3. Le niveau d harmonisation 3.1 La proposition de directive La Commission propose une harmonisation maximale par laquelle les États membres ne peuvent maintenir ou introduire dans leur droit national des dispositions divergeant de celles fixées par la future directive, notamment des dispositions plus strictes ou plus souples visant à assurer un niveau de protection des consommateurs différent. 3.2 Observations de la CCIP L harmonisation complète ciblée est la solution privilégiée par la CCIP. Dans ces conditions, la précision selon laquelle les Etats membres peuvent prévoir des dispositions plus protectrices garantit toute latitude à ces derniers pour préserver leurs dispositions nationales. Cette solution est également préconisée par le projet de rapport de M. Schwab qui remodèle l article 4 en spécifiant que les Etats membres ne pourront déroger à la directive s agissant des contrats visés par celle-ci ; en revanche et toujours selon ce rapport, ils pourront étendre son application aux contrats exclus du champ d application des dispositions relatives à l information des consommateurs, au droit de rétractation, au transfert du risque, à la garantie de conformité ainsi qu aux clauses abusives (par exemple, inclure les services financiers pour les soumettre au droit de rétractation alors que la proposition de directive les exclut). 4. L information des consommateurs 4.1 La proposition de directive La Commission dresse une liste des informations générales que le professionnel doit fournir au consommateur avant la conclusion de tout contrat de vente ou de services. Outre les caractéristiques principales du produit, sont à mentionner les coordonnées du vendeur ou du prestataire ou encore les modalités de paiement et de livraison ; sont visées les modalités de traitement des réclamations, la diligence professionnelle, les garanties financières demandées par l entreprise, les enchères publiques 12

14 4.2 Observations de la CCIP Pour une meilleure lisibilité du texte, la CCIP estime que les termes «biens ou services» traduisent le champ d application de la directive et propose de les substituer au mot «produits». Le projet de rapport de M. Schwab adopte la même approche. Excluant la notion de diligence professionnelle, trop sujette à des divergences d appréciation, la CCIP souhaite limiter l information aux modalités de paiement et de livraison, qui sont les principales modalités d exécution de l accord. De même, au titre de l information précontractuelle, il ne lui semble pas nécessaire de viser le traitement des réclamations à un tel stade. Qui plus est, toutes les tailles d entreprises ne seraient pas aptes à traiter ces informations. Comme évoqué précédemment, la CCIP entend abroger toute référence aux enchères publiques, ce qui s inscrit dans la volonté de les exclure du champ de la directive. Dans ce domaine, la compétence des Etats membres doit être privilégiée. Sur ce point le rapport Schwab adopte la même position. La CCIP est en désaccord avec la proposition de la directive selon laquelle les informations précontractuelles font partie intégrante du contrat de vente ou de service. Elle insiste sur le fait qu il ne faut pas confondre les obligations d information relatives à l annonce et à la proposition commerciale, qui relèvent de la période précontractuelle et qui ne nécessitent pas une information aussi exhaustive que celle relative à la conclusion du contrat. Une information pré-contractuelle trop détaillée constituerait une charge et serait en complet décalage avec la rapidité de certaines transactions, comme celles liées aux achats de la vie courante. Néanmoins, la CCIP approuve les précisions apportées par le projet de rapport Schwab en matière d information précontractuelle, pour les contrats à distance et hors établissement auxquels il est rajouté le numéro de téléphone et de télécopieur, le courriel et l adresse commerciale au titre des informations à fournir à l instar du droit français : il est indispensable de pouvoir identifier et joindre le professionnel de manière distincte. Enfin, le projet de rapport de M. Schwab ajoute la définition de la notion de «contrat mixte» comme étant tout contrat comportant à la fois des éléments de contrat de vente et des éléments de contrat de service. Si cette définition était retenue par le texte de la directive, de nombreuses précisions devront être apportées. 5. L information des consommateurs et le droit de rétractation pour les contrats à distance et les contrats hors établissement 5.1 Les obligations d information La proposition de directive Outre les informations relatives aux modalités de paiement, au droit de rétractation et aux coordonnées du professionnel, la proposition de texte vise également les codes de conduite existants et, le cas échéant, les modalités d'obtention de ces codes, tout comme la possibilité de recourir à un règlement amiable des litiges, s'il y a lieu Observations de la CCIP La CCIP estime qu il n est pas nécessaire de soumettre le professionnel à une obligation d information trop détaillée de nature à brouiller le message délivré au consommateur. 13

15 Les codes de bonne conduite, le règlement amiable des litiges, la conclusion du contrat avec un professionnel déclenchant l application de la directive sont des informations qui doivent relever de la libre appréciation de l entreprise. La CCIP souhaite donc que soient abrogées les obligations d information visées par la proposition de texte. 5.2 Durée et début du délai de rétractation La proposition de directive Le consommateur dispose d'un délai de quatorze jours pour se rétracter d'un contrat à distance ou d'un contrat hors établissement sans avoir à motiver sa décision. Il commence à courir lorsque le consommateur signe le bon de commande ou, si ce dernier n'est pas sur papier, lorsqu'il reçoit une copie du bon de commande sur un autre support durable. Dans le cas d'un contrat à distance portant sur la vente de biens, le délai de rétractation démarre du jour où le consommateur ou un tiers autre que le transporteur et désigné par le consommateur prend matériellement possession de chacun des biens commandés. Pour un contrat à distance portant sur la prestation de services, le délai de rétractation part à compter du jour de la conclusion du contrat. Les États membres s'abstiennent d'interdire aux parties d'exécuter leurs obligations contractuelles pendant le délai de rétractation Observations de la CCIP Le délai de rétractation doit faire l objet d une harmonisation maximale. 15 Etats sur 27 disposent d un délai de rétractation qui varie entre 7 et 10 jours ; les autres entre 14 et 15 jours. Certains délais sont computés en jours calendaires, d autres en jours ouvrables. La CCIP est favorable à l allongement du délai de rétractation à 14 jours. La proposition de directive a d ores et déjà tendance à multiplier les points de départ en fonction du type de contrat. Le projet de M. Schwab accentue encore ce mouvement en proposant : un point de départ unique pour la vente (prise de possession matérielle des biens), deux points de départ pour la fourniture de services (jour de la conclusion du contrat pour les services à distance et jour de réception d une copie du contrat sur support durable pour les contrats hors établissement). Quant aux contrats mixtes, le point de départ est la prise de possession matérielle des biens et le jour où le service est fourni ou, pour un service à terme, le jour où il commence à l être. La multiplication des différents points de départ soulève beaucoup d interrogations et ne paraît pas suffisamment claire. La CCIP préfère se référer à la proposition de directive qui va déjà suffisamment loin. En tout état de cause, la CCIP maintient, et ce dans le même sens du rapport Schwab, son attachement à la disposition, prévue par la proposition de directive, selon laquelle les Etats membres n empêchent pas l exécution des obligations contractuelles pendant ce délai. Il faut ici tenir compte de la spécificité de certains secteurs d activité qui ne peuvent pas se soumettre à une quelconque interdiction d agir pendant le délai de rétractation. 5.3 Défaut d information sur le droit de rétractation La proposition de directive Si le professionnel omet d'informer le consommateur de son droit de rétractation, le délai de rétractation expire trois mois après que le professionnel a complètement exécuté ses autres obligations contractuelles. 14

16 5.3.2 Observations de la CCIP La proposition de directive précise que le délai de rétractation expire 3 mois après l exécution par le professionnel de ses obligations contractuelles en cas de défaut d information sur l existence d un tel droit. Une telle solution est disproportionnée et allonge considérablement le délai pour les contrats de prestation de service dont l exécution est différée dans le temps ou plus spécialement pour les biens qui deviennent rapidement obsolètes tels que les produits bruns (informatique, hifi ). Le défaut d information ne doit pas être perçu systématiquement comme une intention frauduleuse mais peut résulter d autres circonstances (problème technique ). La solution prévue par le texte actuel reviendrait à donner au consommateur un droit quasiment perpétuel ; en outre, économiquement, cela ferait peser de lourdes charges sur les entreprises qui récupéreraient un bien usagé, voire détérioré. Pour ces raisons, la CCIP estime que l allongement du délai de rétractation en tant que «délai-sanction» doit être porté à 3 mois mais seulement à compter de la réception des biens ou de l acceptation de l offre pour les prestations de services. En conséquence, la proposition de M. Schwab consistant à allonger la durée du délai d exercice du droit de rétractation à 12 mois ne lui semble pas pouvoir être approuvée. 5.4 Exercice du droit de rétractation La proposition de directive Si le consommateur se rétracte, il doit le faire sur un support durable soit par une déclaration rédigée dans ses propres termes, soit au moyen du formulaire standard figurant en annexe de la proposition de directive. Pour les contrats à distance conclus par le biais de l'internet, le professionnel peut donner au consommateur la faculté de remplir et de transmettre le formulaire de rétractation standard en ligne, sur son site web Observations de la CCIP Si la CCIP souhaite le maintien de l ensemble de ces dispositions, elle remarque que seul est visé Internet, alors que l évolution des techniques permettra inéluctablement d exercer le droit de rétractation par d autres supports technologiques (SMS ). De même, pour l adaptation des modèles de formulaires à la diversité des biens et services et à leur spécificité, il serait opportun de prévoir plusieurs formulaires standards. La proposition de M. Schwab consistant à supprimer la référence à l internet converge avec la position de la CCIP. Par ailleurs, la multitude de points de départ soulève beaucoup d interrogations et ne paraît pas suffisamment claire. La CCIP estime que si la notion de contrat mixte était retenue, de nombreuses clarifications devront intervenir. Le rapport de M. Schwab ne contient pas de dispositions quant à l objet du droit de rétractation, il est donc impossible de déterminer clairement si la rétractation porte sur l ensemble du contrat ou sur l un de ses éléments (bien ou service). Dans ces conditions, elle considère que la future directive devra imposer au consommateur de préciser son intention. 15

17 5.5 Effets de la rétractation La proposition de directive Le professionnel rembourse tout paiement reçu dans les trente jours suivant la date de réception de la communication de la rétractation. Concernant les contrats de vente, le professionnel peut différer le remboursement jusqu'à réception ou récupération des biens, ou jusqu'à ce que le consommateur ait fourni une preuve d'expédition des biens Observations de la CCIP La CCIP s oppose à toute réduction du délai de restitution et notamment à 15 jours comme le propose le projet de M. Schwab. En revanche, elle approuve la disposition du même rapport qui prévoit que le professionnel n est pas tenu de rembourser les frais de livraison supplémentaires plus onéreux (envoi colissimo ) choisis par le consommateur pour obtenir le bien acheté plus rapidement. Au demeurant, elle pense qu il convient de cerner l ensemble de la problématique liée aux remboursements, les frais d installation de certains matériels devraient également rester à la charge du consommateur. 5.6 Obligations du professionnel en cas de rétractation La proposition de directive Le consommateur dispose d'un délai de quatorze jours suivant la communication de sa rétractation au professionnel pour renvoyer ou rendre les biens au professionnel ou à une personne habilitée par ce dernier à les réceptionner, sauf si le professionnel propose de récupérer lui-même ces biens Observations de la CCIP L ajout d un délai supplémentaire de 14 jours pour le renvoi du produit constitue une mesure antiéconomique, en particulier pour les PME-TPE qui ne sont pas armées pour gérer une immobilisation de leurs stocks pendant 28 jours. De surcroît, la mise en place d un tel délai pose de nouvelles contraintes au regard de la réglementation sur la conservation des données personnelles qui impose une durée de conservation très courte. Ce délai doit être supprimé. Sur ce point, cette position diffère de celle de M. Schwab qui en préconise le maintien. 5.7 Obligations du consommateur en cas de rétractation La proposition de directive La Commission précise que la responsabilité du consommateur n'est engagée qu'à l'égard de la dépréciation de biens résultant de manipulations autres que celles nécessaires pour s'assurer de la nature et du bon fonctionnement de ces biens Observations de la CCIP La CCIP estime que la formulation actuelle est inéquitable pour le professionnel. Comment peut-il prouver que la dépréciation du bien provient d une manipulation anormale qui seule engagerait la responsabilité du consommateur? M. Schwab maintient cette disposition pour les contrats de vente et la supprime pour les contrats de service, il n en demeure pas moins qu elle ne suit pas cette position. 16

18 5.8 Contrats à distance et contrats hors établissement exclus La proposition de directive La Commission dresse une liste des produits et services qui, une fois achetés par le consommateur, ne peuvent pas faire l objet d un droit de rétractation. S agissant des contrats à distance, outre les produits et services dont les prix dépendent de la fluctuation des marchés, ceux confectionnées selon les spécifications du consommateur ou les services ayant commencé avec l accord préalable de celui-ci, la proposition de directive recense également la fourniture d enregistrements audio ou vidéo, les logiciels informatiques descellés, les journaux, périodiques, magazines, les services de jeux et loteries ainsi que les contrats conclus lors d une enchère Observations de la CCIP Dans la perspective de l allongement du délai de rétractation, il serait logique d inclure les livres dès lors que leur emballage a été descellé et d exclure les produits alimentaires et cosmétiques pour des raisons d hygiène. S agissant du cas spécifique des contrats mixtes nouvellement crées dans le projet de rapport de M. Schwab, la CCIP estime qu il conviendrait, pour une meilleure compréhension du texte, de les faire bénéficier des exceptions au droit de rétractation. Cette précision s avère importante si un service était fourni avant la fourniture du bien (cas de la téléphonie mobile). Enfin, pour éviter toute distorsion de concurrence, il est naturel de faire peser les mêmes obligations sur les professionnels qui vendent leurs biens sur des sites privés d enchères en ligne que sur les professionnels vendant à travers leur propre site de e-commerce, c est la raison pour laquelle la CCIP considère que les enchères en ligne ne doivent pas faire l objet d exception au droit de rétractation. Le rapport Schwab ne semble pas clair sur ce point en ce qu il vise seulement les enchères publiques. 6. Autres droits des consommateurs spécifiques aux contrats de vente 6.1 Champ d application La proposition de directive consacre un chapitre sur les droits spécifiques des consommateurs relatifs aux contrats de vente. Sont ainsi visés la livraison, le transfert du risque, la conformité au contrat, la garantie légale, les recours en cas de défaut de conformité, les coûts et indemnités, la charge de la preuve et, enfin, les garanties commerciales La proposition de directive D emblée, la Commission souhaite exclure du champ d application de la future directive les pièces de rechange utilisées par le professionnel pour remédier à la non-conformité des biens par le moyen d une réparation Observations de la CCIP Le rapport de M. Schwab supprime cette disposition, pour autant la CCIP souhaite la maintenir dans la mesure où l extension de la garantie de conformité aux pièces de rechange comporte de nombreux risques tant au niveau de l identification certaine que le défaut provient réellement de la pièce changée qu au regard de l extension indéfinie de la garantie concernée. En cas de panne répétée, il va de soi que le professionnel optera pour un remplacement du produit ou un remboursement. 17

19 6.2 La livraison La proposition de directive La livraison est réalisée lorsque le professionnel livre les biens en en transférant la possession matérielle au consommateur, ou à un tiers autre que le transporteur désigné par le consommateur, dans un délai maximum de trente jours à compter de la date de conclusion du contrat. Par ailleurs, en cas de manquement du professionnel à l'obligation de livraison, le consommateur peut prétendre au remboursement de toute somme payée dans les sept jours suivant la date de livraison Observations de la CCIP Il n existe pas de définition commune de la livraison, cette notion doit donc impérativement être harmonisée en la définissant comme la prise de possession du bien par le consommateur sauf si les parties en décident autrement. Toutefois, la CCIP observe que des retards et des problèmes de livraison peuvent intervenir indépendamment de la volonté du professionnel ; pour cette raison, compte tenu de la spécificité de la nature de certains produits il est impératif d atténuer l obligation de livrer dans les 30 jours en cas de force majeure. La proposition de directive donne au consommateur le droit de demander le remboursement de sa commande en cas de manquement du professionnel à son obligation de livraison dans les sept jours suivant la date de livraison, le rapport Schwab précise quant à lui les conditions de mise en œuvre de ce droit : le consommateur peut ainsi inviter, sur un support durable, le professionnel à procéder à la livraison dans un délai qui ne peut être inférieur à 7 jours tout en ayant la faculté de résilier le contrat s il n obtient pas satisfaction. En outre, si le délai de sept jours expire sans que la livraison ait eu lieu, le consommateur est réputé avoir procédé à la résiliation du contrat de vente. A l instar de la proposition de directive, le rapport prévoit que le consommateur dispose d un droit à remboursement de ses versements dans un délai de sept jours à compter de ladite résiliation et des dommages-intérêts qui en découlent. Enfin, il est précisé que les Etats membres peuvent prévoir d autres modes de dédommagement lorsque le professionnel ne respecte pas ses engagements après avoir été mis en demeure. La CCIP accueille favorablement toute clarification relative aux droits des consommateurs en cas de manquement du professionnel à son obligation de livraison et tout spécifiquement les dispositions proposées par M. Schwab. En effet, il est préférable de ne pas fixer un remboursement automatique en cas de retard de livraison mais d inviter le consommateur à préciser clairement son souhait : une demande de livraison dans un délai minimal de sept jours ou alors un remboursement. De nombreux facteurs pouvant expliquer un retard (mauvaise communication avec le transporteur, mauvaise adresse ), il serait excessif d obliger le professionnel de procéder à un tel remboursement. 6.3 Le transfert du risque La proposition de directive Le risque de perte ou d'endommagement des biens est transféré au consommateur lorsque ce dernier, ou un tiers autre que le transporteur désigné par le consommateur, prend matériellement possession de ces biens Observations de la CCIP Le transfert du risque marque la cessation de l obligation pour le professionnel de veiller à la conservation du bien. La CCIP approuve la solution de la Commission qui consiste à subordonner le transfert du risque au transfert de propriété à l instar du droit français, c est également la position du rapport Schwab. 18

20 6.4 Les recours en cas de défaut de conformité d un bien La proposition de directive Le professionnel remédie au défaut de conformité, au choix, par voie de réparation ou de remplacement Observations de la CCIP La CCIP accueille favorablement la proposition de la Commission qui redonne au professionnel la possibilité de choisir entre la réparation ou le remplacement en fonction de la situation qui se présente à lui tout en ouvrant la possibilité pour le consommateur de demander une réduction du prix ou la résolution du contrat si les premiers modes de remplacement sont impossibles ou disproportionnés. Le professionnel est en effet le mieux placé pour évaluer le mode de réparation que requiert un bien non conforme. Le rapport de M. Schwab supprime quant à lui cette faculté. Dans le prolongement de la position de la CCIP, il est impératif d ajouter que le consommateur ne pourra pas bénéficier de la hiérarchie des remèdes s il a préalablement eu l occasion de procéder à certaines réparations par l intermédiaire d un tiers sans l accord du professionnel. Certains biens requièrent en effet une spécificité et une expertise qui imposent au consommateur de recourir au savoirfaire du professionnel concerné. Cela est par exemple valable pour l automobile mais aussi pour les biens faisant appel à une haute technologie (hi-fi ) ou encore la bijouterie. La CCIP reste attachée à la gradation des recours avec d abord la réparation et le remplacement du bien et en cas d impossibilité, la réduction du prix ou la résolution des contrats. Enfin, pour le cas où un défaut réapparaîtrait plusieurs fois en peu de temps, le consommateur pourrait demander directement la réduction du prix ou la rescision du contrat sans être soumis à la phase de réparation ou de remplacement. Cette disposition comporte de nombreux risques et tout particulièrement pour les produits très onéreux. Qui plus est, on peut se demander si c est au consommateur d évaluer la régularité du défaut? La CCIP estime, tout comme le projet de rapport de M. Schwab, qu il convient de supprimer cette disposition. 6.5 Les délais et la charge de la preuve La proposition de directive Si le professionnel a remédié au défaut de conformité par voie de remplacement, il est responsable lorsque le défaut apparaît dans un délai de deux ans à compter du moment où le consommateur ou un tiers désigné par celui-ci a matériellement pris possession du bien reçu en remplacement Afin de faire valoir ses droits, le consommateur informe le professionnel du défaut de conformité dans un délai de deux mois à compter de la date à laquelle il l a constaté Observations de la CCIP Le droit français ne comporte pas de disposition prévoyant que le professionnel est à nouveau responsable du défaut de conformité si, après avoir remplacé le bien, ce défaut apparaissait à nouveau dans un délai de deux ans. La proposition de directive instaure cette possibilité tandis que le rapport Schwab l abroge. Pour éviter d étendre à l infini la période de garantie, la CCIP estime qu il conviendrait de préciser que la responsabilité du professionnel n est engagée que pour la partie des éléments défectueux qui ont fait l objet d une réparation dans le produit initial. 19

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles

DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles DIRECTIVE SUR LES DROITS DES CONSOMMATEURS Bilan et présentation des nouvelles règles La directive 2011/83/UE sur les droits des consommateurs du 25 octobre 2011 visant à accroitre la protection des consommateurs

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Proposition de directive sur les droits des consommateurs Premières réactions de la CCIP

Proposition de directive sur les droits des consommateurs Premières réactions de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Proposition de directive sur les droits des consommateurs Premières réactions de la CCIP Rapport de Monsieur

Plus en détail

CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME

CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME La Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME) est une organisation

Plus en détail

La protection des cyber-consommateurs européens : ce que prévoit la directive relative aux droits des consommateurs

La protection des cyber-consommateurs européens : ce que prévoit la directive relative aux droits des consommateurs La protection des cyber-consommateurs européens : ce que prévoit la directive relative aux droits des consommateurs 1 La directive 2011/83/UE du 25 octobre 2011 relative aux droits des consommateurs, modifiant

Plus en détail

E-COMMERCE : Un consommateur averti en vaut deux

E-COMMERCE : Un consommateur averti en vaut deux E-COMMERCE : Un consommateur averti en vaut deux Sommaire Présentation et législation applicable Achat sur Internet: Infos précontractuelles Formation du contrat Droits du consommateur / Obligation du

Plus en détail

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance

FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance FICHE PRATIQUE RELATIVE A LA PROTECTION DES CONSOMMATEURS Les contrats conclus à distance Edition 2014 Cette fiche pratique est élaborée sur la base des dispositions de la loi 31-08 édictant des mesures

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

Les offres de Produits sont valables tant qu ils sont visibles sur le Site Internet, dans la limite des stocks disponibles.

Les offres de Produits sont valables tant qu ils sont visibles sur le Site Internet, dans la limite des stocks disponibles. CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente (ci-après les «Conditions Générales de Vente») régissent toutes les transactions effectuées par le biais du site internet

Plus en détail

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ;

1. Délai de réflexion : le délai durant lequel le consommateur peut utiliser son droit de rétraction ; Conditions générales SHOP.BELGIANREDDEVILS.BE Table des matières Article 1 - Définitions Article 2 Identité de l entreprise Article 3 - Domaine d application Article 4 L'offre Article 5 La convention Article

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 224 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 janvier 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à renforcer la protection des consommateurs

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

Fiche pratique n 14 Le Délai de Rétractation (31/05/10)

Fiche pratique n 14 Le Délai de Rétractation (31/05/10) Fiche pratique n 14 Le Délai de Rétractation (31/05/10) Le délai de rétractation, tout le monde en a entendu parler. Beaucoup ont même déjà employé cette notion mais souvent, dans un contexte qui n était

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi dite Hamon relative à la Consommation Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi n 2014-344 du 17 mars 2014 parue au JO n 65 du 18 mars 2014 Mardi 10 juin 2014 1 Loi «Hamon» : les nouvelles

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Dernière mise à jour : le 08/06/2015 Préambule Ce site est édité par la Société COFFEA, SAS Z.I. Les Alizés III Parc du Hode - Zone 5 76430 Saint-Vigor d'ymonville en France,

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE ARTICLE I - Objet...2 ARTICLE II - Etendue de la Sous-licence...3 ARTICLE III - Territoires concédés...3 ARTICLE IV - Conditions d accès...3

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

MAN Diesel & Turbo France SAS

MAN Diesel & Turbo France SAS CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. ACCEPTATION DE LA COMMANDE PAR LE VENDEUR 1.1. L acceptation de la commande par le vendeur implique : Son acceptation des conditions particulières de la commande Son adhésion

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Page 1 sur 5 Table des matières 1. FICHE de SUIVI D AMENDEMENTS... 3 2. GENERALITES... 4 3. DEVIS ET BONS DE COMMANDE... 4 4. PRIX... 4 5. FACTURES ET PAIEMENTS... 4 6. DELAIS...

Plus en détail

Les nouvelles obligations du droit de la consommation résultant de la loi du 2 avril 2014

Les nouvelles obligations du droit de la consommation résultant de la loi du 2 avril 2014 Les nouvelles obligations du droit de la consommation résultant de la loi du 2 avril 2014 La nouvelle loi sur la consommation transposant la Directive 2011/83/UE relative aux droits des consommateurs 1

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Quatre dispositions essentielles de protection :

Quatre dispositions essentielles de protection : Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation DEMARCHAGE A DOMICILE OU LES CONTRATS HORS ETABLISSEMENT Le démarchage à domicile ("porte à porte") nommé aujourd hui, le contrat hors établissement,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU CONTRAT DE DEMENAGEMENT

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU CONTRAT DE DEMENAGEMENT CONDITIONS GENERALES DE VENTE DU CONTRAT DE DEMENAGEMENT Les présentes conditions générales de vente et les conditions particulières négociées entre l entreprise et le client déterminent les droits et

Plus en détail

Conditions générales de Fon et Politique d'achat

Conditions générales de Fon et Politique d'achat Conditions générales de Fon et Politique d'achat Définitions Termes et conditions: Conditions générales régissant la vente de matériel (ciaprès CGVM ). Fon Technology, S.L. : L'entreprise qui fournit ou

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits

Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Vendre sur Internet et organiser la livraison des produits Les différentes stratégies pour vendre en ligne Les plateformes e-commerce Le site marchand Le blog boutique Les spécificités du ecommerce sur

Plus en détail

comparaison France-Allemagne

comparaison France-Allemagne Démarchage à domicile d un artisan : comparaison France-Allemagne Centres Européens des Consommateurs France et Allemagne angieconscious / pixelio.de Actualisé en octobre 2014 Avec le retour des beaux

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Nos coordonnées Dénomination : SILURES.BE Adresse : Rue Fabricienne, 21-4130 Esneux (Belgique) N entreprise : 0880 007 655 Adresse e-mail : Info@silures.be Téléphone : 0032(0)487

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Domaine d application Le Vendeur est la société «COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME», association dont le siège social est situé à ALENCON (61000) 86 rue St Blaise. Le site

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014)

2/ Dispositions issues de la loi du 17 mars 2014 (*ces nouvelles dispositions ne s appliquent qu aux contrats conclus après le 13 juin 2014) CONTRATS A DISTANCE/ CONTRATS HORS ETABLISSEMENT/DEMARCHAGE TELEPHONIQUE Nouvelles dispositions issues de la loi n 2014-344 du 17 mars 2014 1/ Dispositions antérieures à la loi du 17 mars 2014 Rappel :

Plus en détail

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR

GARANTIE LEGALE DU VENDEUR GARANTIE LEGALE DU VENDEUR L ensemble des biens achetés auprès d Apple, y compris les biens qui ne sont pas de la marque Apple, sont couverts par la garantie légale de deux ans du vendeur contre les défauts

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE

PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE PRISE DE POSITION DU CCBE SUR LA PROPOSITION DE DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL RELATIVE AUX DROITS DES CONSOMMATEURS COM(2008) 614/3 Prise de position du CCBE sur la proposition de directive

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Mentions légales. Livraisons et retours

Mentions légales. Livraisons et retours Mentions légales Occasports est le nom de l auto-entreprise de : M. Marco MAZZINI Demeurant : 8 impasse du 14 juillet - 94800 - Villejuif N SIRET : 522 722 453 00027 Conformément à la loi, le site «www.occasports.fr»

Plus en détail

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Généralités champ d application 1. Seules nos conditions générales d achat sont applicables ; nous ne reconnaissons pas de conditions du fournisseur

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE PICTOGRAMMES ET DE PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE PICTOGRAMMES ET DE PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE PICTOGRAMMES ET DE PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES Article 1 Champ d application des conditions générales de vente de produits : Les présentes conditions générales

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le

Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le Observations du Groupe France Télécom à la consultation sur le Livre Blanc de la Commission européenne sur les actions en dommages et intérêts pour infraction aux règles communautaires sur les ententes

Plus en détail

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS périmètre Rédacteur Diffusion SOC SOC D2R Conseil D2R Conseil Tous Date de Rédaction 1 er Août 2012 Date de 1ère application 1 er Sept 2012 Commentaire Modification suite nouvelle Instruction AMF N 2012-07

Plus en détail

Conditions Générales de Vente. So Gourmets! Sàrl

Conditions Générales de Vente. So Gourmets! Sàrl Conditions Générales de Vente So Gourmets! Sàrl 1 Champs d application des Conditions Générales de Vente Les présentes Conditions Générales de Vente réglementent toutes les prestations et produits offerts

Plus en détail

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006

Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Procédure d injonction de payer européenne Règlement CE n 1896/2006 Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon Avec le concours de Mademoiselle Camille Brauer Stagiaire

Plus en détail

Services Serveur Virtuel Dédié Conditions Particulières

Services Serveur Virtuel Dédié Conditions Particulières Services Serveur Virtuel Dédié Conditions Particulières Les présentes Conditions Particulières et les Conditions Générales de DCLUX doivent être interprétées et appliquées comme un seul et même instrument

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand. Quelle est la différence entre un contrat et un devis?

FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand. Quelle est la différence entre un contrat et un devis? FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand Avec le retour des beaux jours, nombreux sont les consommateurs qui souhaitent faire effectuer des travaux de toiture, peinture

Plus en détail

*** Observations du MEDEF

*** Observations du MEDEF Consultation de la Commission européenne sur les projets de communication et de règlement relatifs aux «procédures de transaction engagées dans les affaires d ententes». *** Observations du MEDEF En vue

Plus en détail

Radices Fiduciam S.A.

Radices Fiduciam S.A. Support 5 Traitement des réclamations de la clientèle 1 Page 1 sur 7 PROCÉDURE RELATIVE AU TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DE LA CLIENTÈLE 1. Environnement réglementaire Cette matière est traitée par le Règlement

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Marché de fournitures passé selon la procédure adaptée. Objet du marché : Vidéoprojecteurs. Référence du Marché : MAPA 2_2015

CAHIER DES CHARGES. Marché de fournitures passé selon la procédure adaptée. Objet du marché : Vidéoprojecteurs. Référence du Marché : MAPA 2_2015 Lycée Agricole de Cibeins Domaine de Cibeins 01600 Misérieux 04.74.08.88.22 04.74.08.88.34 Site Internet : www.epl.cibeins@educagri.fr CAHIER DES CHARGES Marché de fournitures passé selon la procédure

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. 2.1. Toutes les commandes sont effectuées sur le site http://devialet.com.

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. 2.1. Toutes les commandes sont effectuées sur le site http://devialet.com. CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1) General Le site Web http://devialet.com est administré par la société Devialet, enregistré au Registre du Commerce et des Sociétés sous le n 502 155 682, dont le siège

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Conseil des Notariats de l Union Européenne

Conseil des Notariats de l Union Européenne Conseil des Notariats de l Union Européenne Réponses du CNUE au Livre Vert de la Commission européenne sur la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs COM (2006) 744

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société SARL MAGUY domiciliée 35 rue St Jacques 58200 Cosne cours sur

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel Article 1 Définitions / généralités a) Dans les conditions générales de l association VACO, on entendra par : - fournisseur de VACO : toute

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail

Politique de traitement des réclamations

Politique de traitement des réclamations 1 Type de document : Politique Auteur : AGAMA Conseil Politique de traitement des réclamations Réf. : PR 01 Version : 19/05/2014 REFERENCES REGLEMENTAIRES Article L. 520-1 I du Code des assurances Articles

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 Objet et champ d application Les conditions générales ont pour objet de définir les droits et obligations des parties dans le cadre de la vente en ligne des biens

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes conditions régissent les relations commerciales entre les ÉDITIONS DE LA RAMONDA et son client, les deux parties les acceptant sans réserve. Ces conditions générales

Plus en détail

Guide pour e-commerçants

Guide pour e-commerçants Guide pour e-commerçants Explications claires des obligations légales des e-commerçants Conseils pratiques pour mettre votre site en conformité Modèles de textes faciles à adapter Mars 2015 Glynnis Makoundou

Plus en détail

Wink - Conditions générales de vente Points de retrait

Wink - Conditions générales de vente Points de retrait Wink - Conditions générales de vente Points de retrait En vigueur à partir du 13/04/2016 1 Généralités 1.1 Les présentes conditions générales régissent les ventes en ligne conclues via le site internet

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

Si ces documents ne sont pas fournis ou si les documents fournis s avèrent nonconformes, FD Eclairage pourra annuler la commande.

Si ces documents ne sont pas fournis ou si les documents fournis s avèrent nonconformes, FD Eclairage pourra annuler la commande. Les présentes conditions générales de vente ont pour but de fixer la liste des règles qui régissent chaque accord passé entre FD Eclairage et son client. Toute commande effectuée sur le site www.fdeclairage.com.com

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES

CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net CONDITIONS GENERALES PRESTATIONS DE SERVICES Auteur: Me Marie Dupont, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente AccepTV 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente détaillent les droits et obligations de la société AccepTV et de son client (ci-après le «Client») dans le

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS POSITIF

ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS POSITIF Groupe Europe Directive «Droits des consommateurs» 16 mars 2010 ETUDE COMPARATIVE : PROPOSITION DE DIRECTIVE RELATIVE AU DROIT DES CONSOMMATEURS PAR RAPPORT AU DROIT COMMUNAUTAIRE ET AU DROIT FRANÇAIS

Plus en détail

Conditions d achat applicables aux fournisseurs et soustraitants

Conditions d achat applicables aux fournisseurs et soustraitants Page 1 sur 6 1. Généralités et Définitions 1.1. Les conditions d achat sont applicables aux commandes émises par MECASPRING S.A. auprès des fournisseurs et sous-traitants lorsque les commandes font appel

Plus en détail

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE

EXPOSE DE LA PROBLEMATIQUE Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T.127.884 d.d. 05.10.2015 Agences de voyages Assurances Assujettissement

Plus en détail