L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel"

Transcription

1 Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel Lubica Hikkerova Jean-Michel Sahut IPAG Business School 184, Boulevard Saint-Germain Paris France IPAG working papers are circulated for discussion and comments only. They have not been peer-reviewed and may not be reproduced without permission of the authors.

2 L efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier : proposition d un cadre conceptuel Lubica Hikkerova IPAG Business School, Paris Université Matej Bel (Banska Bystrica, Slovaquie) Jean-Michel Sahut IPAG Business School Paris. Cerege-Université de Poitiers Résumé La généralisation des programmes de fidélisation dans le secteur touristique nous amène à s interroger sur leur pouvoir différenciant et plus globalement sur l avantage réel qu ils procurent pour les firmes. Nous proposons, dans le cadre du secteur hôtelier, un modèle conceptuel sur les déterminants de la fidélité à un hôtel ou une chaîne d hôtels. L hypothèse sous-jacente est de déterminer si un programme de fidélisation et ses avantages associés arrivent à rendre les autres facteurs de choix secondaires et à modifier ainsi la probabilité de choix de l hôtel. Plus précisément, on cherche à mieux comprendre les antécédents de l engagement et la confiance ainsi que la manière dont ces facteurs influencent la fidélité des clients d une part, l impact des programmes de fidélisation d autre part. The effectiveness of loyalty programs in the hospitality industry: a conceptual framework Abstract The widespread use of loyalty programs in the tourism sector raises questions about their differentiating capacity and more globally on the real advantages they offer firms. We propose, in the hotel sector, a conceptual model on the determinants of loyalty to a hotel or a hotel chain. The subjacent hypothesis is to determine if a loyalty program and its associated perks manage to make other factors which influence choice of secondary importance and thus modify the probability of the hotel being chosen. More precisely, we seek to better understand the antecedents of commitment and trust as well as look at how these factors influence customer loyalty on the one hand, the impact of loyalty programs on the other. Post Print : Gestion

3 L accroissement de la concurrence oblige les entreprises à chercher constamment le moyen d être plus attractives et donc compétitives. Comme les coûts de rétention d un client serait moins élevés que les coûts d acquisition, de nombreuses firmes ont lancé des programmes de fidélisation. Ces programmes sont définis comme des actions marketing visant à récompenser et donc à encourager les comportements fidèles. Leur coût par rapport aux bénéfices qu ils rapportent aux firmes a amené de nombreux auteurs à s interroger sur leur efficacité réelle (Meyer-Waarden, 2002). En effet, le coût des programmes est souvent sous estimé (et a amené certaines firmes à le revoir comme Air France avec son programme Flying Blue) d une part, l imitation des concurrents anéantit peu à peu l avantage concurrentiel qu il représentait initialement. Le secteur touristique a été le pionner dans ce domaine avec les compagnies aériennes puis les chaînes hôtelières. Cet article propose donc de s interroger sur l efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier. Cela suppose de hiérarchiser les déterminants de la fidélité : un client est-il fidèle à un hôtel ou une chaîne d hôtels pour des raisons pratiques et de confort, ou alors parce qu il est satisfait, ou encore parce que le programme de fidélisation suscite son intérêt, ou enfin pour tous ces facteurs réunis? La réponse à ces questions devrait permettre de déterminer si un programme de fidélisation et ses avantages associés arrivent à rendre les autres facteurs de choix secondaires et à modifier ainsi la probabilité de choix de l hôtel. Plus précisément, on cherche à mieux comprendre les antécédents de l engagement et la confiance ainsi que la manière dont ces facteurs influencent la fidélité des clients d une part, l impact des programmes de fidélisation d autre part. Après une revue de la littérature des théories de la fidélité, nous proposons un modèle conceptuel visant à d expliquer la fidélité du consommateur à un hôtel ou une chaine hôtelière et donc à évaluer l efficacité des programmes de fidélisation. I/ De la fidélité à la fidélisation Dans cette section, nous proposons une revue synthétique des principaux apports de la littérature en marketing sur les concepts de fidélité et fidélisation afin de mieux comprendre leurs liens intrinsèques. 1) Du paradigme transactionnel au paradigme relationnel L approche marketing de l échange a connu durant ces dernières décennies des évolutions remarquables dues aux changements de préoccupations des firmes. En effet, le concept de marketing traditionnel s intéresserait principalement à la satisfaction des besoins et des désirs du consommateur ainsi qu à la création d une orientation vers un produit ou une marque sans prise en compte du lien social possible entre les acteurs. Dans ce cadre, la communication entre les coéchangistes (entreprises et clients) était presque inexistante. Ces derniers étaient considérés comme totalement étrangers et n éprouvant aucun intérêt quant à la personnalité de 2

4 leur partenaire car le rôle qui leur était attribué consistait à respecter leurs obligations conformément aux termes de l échange. Cet échange, nommé par les chercheurs «échange transactionnel» (Dwyer et al., 1987) ou également «échange restreint», possède également un caractère discontinu dans le sens où chaque transaction réalisée est considérée comme étant unique et indépendante des autres transactions qui ont déjà eu lieu ou qui pourraient se conclure à l avenir. Le client n a aucune préférence, ni considération, ni fidélité vis-à-vis du vendeur. Réciproquement, le vendeur n exprime aucune envie de connaître les préférences du client, ni sa perception et évaluation personnelle du produit ou service vendu. Cette vision très restrictive de l échange a été critiquée compte tenu de ses limites à expliquer les comportements et pratiques réelles. Elle laisse progressivement la place à une nouvelle voie de recherche qui s est développée ces dernières décennies, aussi bien sur le plan théorique que pratique, laquelle se focalise sur la notion d échange relationnel et fait de la relation entre les partenaires l objet principal de l analyse (Oliver, 1999). Ce concept d échange relationnel se caractérise par son aspect réaliste reposant sur deux hypothèses de base à savoir ; le caractère temporel continu du processus d échange, et l existence de lien social entre les deux parties de l échange (entreprises et client). Nous remarquons ici l introduction de la notion de coopération entre les deux partenaires pour la réussite de l acte d échange dans un cadre relationnel. Cela sous-tend un certain niveau de connaissance et de compréhension réciproque entre les coéchangistes, qui nous ramène à supposer que le développement de liens sociaux entre les acteurs favorise le maintien des partenaires dans la relation. L existence d une relation partenariale entre les deux acteurs entraîne la réduction d incertitude entre eux, l augmentation de la fréquence des échanges, et une meilleure circulation de l information, permettant ainsi à chaque partie une meilleure connaissance des attentes de son partenaire, et créant un environnement de confiance partagée et d engagement mutuel. C est dans ce cadre que se construit la fidélité du consommateur. 2) Typologie des théories de la fidélité en marketing Les chercheurs en marketing se sont intéressés fortement ces dernières décennies au concept de fidélité (notamment à la marque) pour tenter de le définir et mesurer précisément. Pour préciser ce concept, nous retenons la définition avancée par Jacoby et Keyner (1973) qui stipulent que la fidélité est «une réponse comportementale biaisée (car non aléatoire) exprimée dans le temps par une entité de décision, considérant une ou plusieurs marques prises dans un ensemble, en fonction d un processus de décision». Ainsi, un comportement d achat répété (dans le temps), et orienté (non aléatoire), ainsi qu une attitude favorable doivent être observés pour introduire la notion de fidélité. 3

5 Cette définition pose une question sous-jacente : est-ce que pour parler de fidélité, les chercheurs doivent se limiter à l observation et la description des comportements, ou doiventils prendre en compte également les sensations, les croyances, les intentions et les attitudes des acteurs? En effet, les recherches initiales reposant sur l observation et la description des comportements d achats répétés pour caractériser la fidélité (approche behavioriste) ont été largement critiquées car elles ne tiennent pas compte du processus cognitif influençant la décision d achat. De nouvelles approches ont alors émergé considérant que la fidélité est formée, en plus du comportement d achat répété, d un ensemble de facteurs psychologiques d évaluation et de prise de décision d ordre cognitif, affectif ou conatif. La littérature a essayé de cerner certaines variables explicatives de la fidélité que nous synthétiserons dans ce qui suit, sachant qu à ce jour tous les facteurs qui peuvent être associés à la fidélité ne sont pas encore identifiés : 1) La fidélité dépend des attitudes envers une marque ou un prestataire. Ces attitudes ont été définies comme étant l ensemble des intensions et prédispositions établies à partir des achats précédents et construisant un comportement de fidélité. Ce concept a fait l objet de nombreuses recherches, toutefois, le reproche majeur qui lui a été attribué concerne essentiellement les problèmes de fiabilité et de validité des mesures attitudinales, 2) Pour un consommateur, l intention de ré-achat ne conduit pas automatiquement à la décision effective. En fait, une phase de réévaluation est introduite pour identifier la conformité des attentes à la qualité réelle (suite à l expérience de consommation), d où l introduction de la notion de la satisfaction 1 comme antécédent à la fidélité, De ce fait, la satisfaction éprouvée envers une marque va stimuler la préférence pour cette marque, favoriser la construction d attitude positive, renforcer l intention de réachat, et par la suite conduire à la fidélité. 3) La fidélité se construit et se développe dans le cadre d une relation durable que le client établit avec l entreprise suite à ses différentes expériences de consommation. La confiance et l engagement mutuel constituent donc des facteurs déterminants pour le maintien de la relation et la construction de la fidélité. La littérature a accordé un grand intérêt à ces deux concepts déterminants de la qualité relationnelle dont nous nous limitons, dans cet article, à donner de brèves définitions. L engagement a été définit dans la littérature comme étant une promesse implicite ou explicite de la continuité de la relation entre les partenaires de l échange, c est également le désir de maintenir une relation appréciée. 1 De Wulf., Oderkerken-Schroder & Iacobucci (2001), Garbarino & Johnson (1999). 4

6 Plus récemment 2, l engagement a été identifié en tant que concept à deux dimensions, l une cognitive ou calculée liant la continuité de l échange aux anticipations de gains ou de pertes issues du maintien ou cessation de la relation, et l autre dimension est affective reflétant le degré d attachement envers la marque ou l entreprise, l appréciation du partenaire, le partage d intérêts et de valeurs communes. D autre part, la confiance 3 a été abordée dans la littérature selon plusieurs aspects qui la construisent tels que l honnêteté, la fiabilité, la réduction de l incertitude, la crédibilité et la bienveillance. 4) La fidélité est également influencée par les coûts de changement dans le sens où les efforts déployés par un consommateur pour changer de prestataire ou de marque sont importants par rapport aux gains espérés de ce changement, qui peuvent parfois s avérer non significatifs. Il en résulte que la création d une relation durable et solide avec le client devient une préoccupation majeure pour les entreprises. La recherche de la satisfaction des intérêts du client aussi bien cognitifs qu affectifs devient primordiale, et la firme cherche à bâtir avec ses clients une relation continue et axée sur le long terme dans le cadre d un marketing relationnel. De nombreuses entreprises se sont donc lancées dans des programmes de fidélisation coûteux dont l efficacité ne serait pas garantie. Dans le cadre de cette réflexion sur l efficacité de ces programmes, il nous parait nécessaire de s interroger sur les antécédents de la fidélité et d appréhender la manière dont les programmes de fidélisation les influencent. II/ La fidélité de la clientèle hôtelière : une proposition de modèle conceptuel Sur la base de la revue de la littérature, nous proposons un modèle conceptuel 4 permettant d expliquer la fidélité du consommateur à un hôtel ou une chaine hôtelière. Ce modèle repose sur deux concepts ; l engagement et la confiance, dont on cherche à identifier les antécédents : (les facteurs économiques, liés et sociaux) ainsi que l influence des programmes de fidélisation. * Le triptyque confiance-engagement-fidélité Pour définir le concept de confiance, nous nous référons à Gefen et al. (2003) pour lesquels «la confiance est un ensemble de croyances relatives à l honnêteté, à la bienveillance (le partenaire de l échange devrait agir dans les intérêts de l autre partie), à la compétence (la 2 Ganesan. & Hess (1997), Gilliland & Bello (2002) 3 Gurviez & Korchia (2002) 4 Selon Gravitz (1988), un modèle conceptuel est «une représentation idéale cherchant à expliquer un phénomène». 5

7 capacité du partenaire à répondre aux besoins de l autre partie) et à la prédictibilité (le comportement du partenaire devrait être constant et prévisible) du fournisseur de services». L engagement a de nombreuses définitions dans la littérature en marketing et a fortement évolué ces dernières années. C est pourquoi, nous retenons celle de Rylander et al. (1997) pour lesquels l engagement correspond au désir de développer entre un consommateur et une firme une relation durable dans l objectif de générer des bénéfices à long terme pour les deux partenaires. En se référant à Mc Knight et al. (2002), on relie la confiance et l engagement à la théorie de l action raisonnée (Fishbein et Ajzen, 1975). Ainsi, les réactions du consommateur peuvent être modélisées par la séquence suivante: croyance, attitude, intention, comportement. Par analogie à cette proposition, nous supposons que la confiance (exprimée en tant que croyance) entraîne l engagement du consommateur (attitude). Cet engagement donne lieu, ensuite à une intention et un comportement effectif de réachat exprimé à travers la fidélité comportementale. La confiance apparaît alors comme un élément implicite dans l intention de fidélité et constitue un facteur fondamental dans l orientation à long terme du consommateur (Chaudhuri et Holbrook, 2001). Bien que la thèse de l influence de la confiance sur la dimension attitudinale de la fidélité (engagement) soit plus soutenue, celle qui suggère l impact positif de la confiance sur la dimension comportementale de la fidélité trouve également un certain appui théorique et empirique (Jarvenpaa et Tractinsky, 1999). En se référant aux résultats des recherches mentionnées ci-dessus, nous formulons les hypothèses suivantes : H1 : Pour un consommateur, la confiance dans une firme est positivement liée à son engagement vis-à-vis de cette firme, H12b : L engagement est associé à une plus forte fidélité, H12c : La confiance est associée à une plus forte fidélité. * L impact médiateur des programmes de fidélisation Les consommateurs adhèrent à un programme de fidélisation dans l objectif d accroître leur utilité par des gains (monétaires ou en nature) supplémentaires ou une meilleure reconnaissance (services additionnels liés au programme). Les programmes de fidélisation apparaissent dans notre modèle conceptuel comme une variable médiatrice. Il importe donc d identifier comment leurs avantages sont jugés par les consommateurs, s ils influencent leur engagement et confiance vis-à-vis de l hôtel et par conséquent leur décision d achat de nuitée. On aboutit ainsi aux hypothèses suivantes : H2 : Les programmes de fidélisation sont associés à un degré élevé d engagement. H3 : Les programmes de fidélisation sont associés à un degré élevé de confiance. H12a : Les programmes de fidélisation sont associés à une plus forte fidélité. 6

8 Nous allons maintenant nous intéresser aux antécédents de l engagement et de la confiance, que nous avons regroupés en trois catégories : les facteurs économiques, les facteurs liés et les facteurs sociaux. Selon Meyer-Waarden (2002), la confiance, l engagement et les programmes de fidélisation renforcent la dépendance fonctionnelle du client par rapport à l entreprise à la fois de manière positive du fait d une valeur économique perçue plus importante de la relation fournisseurclient, et négative via une augmentation de la perception des coûts de changement. Dans le domaine des services, les coûts de changement comprennent les coûts en termes de temps, d argent et d effort nécessaire pour changer de prestataire. L hôtellerie ne peut pas facturer des coûts de changement explicites, à l inverse de certains autres secteurs (comme la banque au travers des frais de fermeture et transfert de compte). Le seul recours des hôtels est de créer une proposition de valeur telle qu il devient difficile pour le client de trouver un substitut chez les concurrents. Ainsi, un des objectifs des programmes de fidélisation est d accroître la proposition de valeur pour le consommateur et par conséquent la valeur perçue des coûts de changements de manière à le verrouiller. De plus, la perception de cette proposition de valeur est liée à son degré d engagement vis-à-vis de la firme. En effet, un consommateur qui a investi significativement dans un programme de fidélisation trouve que ses coûts de changement sont bien supérieurs à un consommateur moins fortement engagé dans sa relation avec la firme (Lee et al., 2001). On en déduit les hypothèses suivantes : H4a : Pour un consommateur, la valeur économique perçue par le consommateur pour une firme est positivement liée à son engagement vis-à-vis de cette firme. H4b : Les programmes de fidélisation sont associés à un haut niveau de valeur économique perçue. H5b : Pour un consommateur, les coûts perçus pour changer de firme sont positivement liés à son engagement vis-à-vis de cette firme. H5a : Les programmes de fidélisation sont associés à un haut niveau de coûts de changement. Au-delà de la valeur perçue, la seconde condition pour développer l engagement du consommateur est, d après la théorie des ressources, la présence de certains facteurs liés aux ressources de la firme lesquels déterminent sa position concurrentielle. La littérature en recense généralement deux : la réputation en termes de qualité et la personnalisation du service (Barney, 1991 ; ainsi que Hunt et Morgan, 1995). La réputation en terme de qualité de l entreprise attribuée par le consommateur dépend de sa représentation de la qualité de service passée mais également anticipée, donc de nombreux jugements de valeur sur les produits ou services de l entreprise (Nguyen, 1991). Elle porte généralement sur la réputation globale de la firme et pas sur un produit ou service particulier. La littérature a montré l influence directe de ce facteur sur la fidélité mais également via l engagement et la confiance (Téboul, 1999). En effet, plus la réputation est forte, plus la 7

9 confiance dans le prestataire l est également car l incertitude sur le service et ses attributs délivrés au client devient faible, ce qui lui procure un certain confort. Ce qui nous amène à poser les hypothèses suivantes : H6a : Pour un consommateur, la réputation en termes de qualité de la firme est positivement liée à l engagement vis-à-vis de cette firme. H6b : Pour un consommateur, la réputation en termes de qualité de la firme est positivement liée à la confiance vis-à-vis de cette firme. H6c : Les programmes de fidélisation sont associés à un haut niveau de réputation en termes de qualité de la firme. Un autre facteur lié à l engagement et la confiance est la personnalisation du service. Elle créée un attachement émotionnel à la marque ou au service (Rust et al., 2000) car le client se sent reconnu et bénéfice d un traitement particulier. Ainsi, la personnalisation du service devient un enjeu crucial dans le processus de fidélisation du consommateur. C est d ailleurs un des objectifs des programmes de fidélisation qui procurent à leurs membres des services spécifiques, comme le choix des caractéristiques de la chambre (fumer ou non, type de lit, etc.) dans l hôtellerie. De plus, ces programmes permettent de sauvegarder les préférences des clients et par conséquent de spécifier le service à leurs besoins sans leur avoir à les questionner. De plus, le processus de réservation est facilité car la nécessité d échanger des informations avec l hôtel est moins grande (Bendapudi et Berry, 1997). Nous formulons ainsi les hypothèses suivantes : H7a : Pour un consommateur, une personnalisation du service est positivement lié à l engagement vis-à-vis de cette firme. H7b : Pour un consommateur, une personnalisation du service est positivement lié à la confiance vis-à-vis de cette firme. H7c : Les programmes de fidélisation sont associés à une meilleure personnalisation du service de la firme. Le troisième élément parmi les facteurs relationnels favorisant l intensification d une relation marketing porte sur les facteurs sociaux. Il comprend la communication et le partage de certaines valeurs éthiques ou morales (Czepiel, 1990). La communication entre l hôtel et ses clients se définit comme l action de transmettre de manière formelle ou informelle un message à ses clients visant à les informer ainsi qu à promouvoir ses produits, services et activités. Si la communication de l hôtel est fréquente et que les informations sont pertinentes et transmises au moment opportun, alors l engagement et la confiance du consommateur se renforcent de part l alignement de sa perception du service avec ses attentes. La communication concerne toutes les informations diffusées pendant les différentes phases de l acte d achat : avant vente (publicité), vente (informations délivrées à la réservation et dans l hôtel en particulier à la réception), et après vente (questionnaire de satisfaction et retour d expérience). 8

10 Les programmes de fidélisation sont généralement utilisés par les firmes comme un de véhicule privilégié de leur politique de communication. Cette communication est facilitée et rendue moins onéreuse avec la diffusion d outils électroniques comme le mail et les newsletters. Ces résultats nous conduisent à établir les hypothèses suivantes : H8a : Pour un consommateur, la communication de la firme est positivement liée à l engagement vis-à-vis de cette firme. H8b : Pour un consommateur, la communication de la firme est positivement liée à la confiance vis-à-vis de cette firme. H8c : Les programmes de fidélisation sont associés à une haute qualité de communication. Enfin, le partage des valeurs correspond dans notre cadre conceptuel aux perceptions du consommateur des buts, politiques et croyances de l hôtel qui sont compatibles avec les siens. La perception de partager des valeurs avec l hôtel accroit la relation marketing et favorise l engagement relationnel ainsi que la confiance (Sirdeshmukh et al., 2002). Même s il n est pas dans la logique initiale des programmes de fidélisation d inclure des préoccupations écologiques ou sociales (via par exemple des systèmes de donation à des œuvres caritatives ou de défense de l environnement au lieu d attribuer des avantages aux membres de ce type de programme), les firmes les utilisent pour communiquer sur leur politique de développement durable qui s immisce de plus en plus au cœur de leur stratégie. On peut citer en exemple le cas d Accor qui a fait du développement durable un des axes majeurs de sa stratégie et qui incite fortement l ensemble des hôtels de ses marques, même ceux qui sont franchisés, à appliquer sa charte «Environnement» (Guillon, 2006). On élabore ainsi les trois hypothèses suivantes : H9a : Pour un consommateur, le partage de valeurs est positivement lié à l engagement vis-àvis de cette firme. H9b : Pour un consommateur, le partage de valeurs est positivement lié à la confiance vis-àvis de cette firme. H9c : Les programmes de fidélisation sont associés à un fort partage de valeurs. 9

11 Programme de fidélisation H3 H12a H4b Facteurs économiques Valeur économique H4a H2 H5a Coûts de changement H5b H6c H7c Facteurs liés aux ressources Réputation de la firme/qualité Personnalisation H6a H6b H7a H7b Engagement H1 H12b H12c Fidélité H 8 c Facteurs sociaux Communication H 8 a H8 b Confiance H9c Valeurs H9a H9b Conclusion Cet article permet, au travers du modèle conceptuel exposé, de mieux comprendre les déterminants de la fidélité et par conséquent l efficacité des programmes de fidélisation dans le secteur hôtelier. En particulier, nous avons analysé l impact des stratégies relationnelles de la firme sur la confiance et l engagement lesquels influencent la fidélité du consommateur. Les relations de ce modèle nécessitent d être vérifiées empiriquement afin d identifier celles qui ont le plus d importance et d en tirer des conclusions managériales sur l efficacité des programmes de fidélisation. Il pourrait ainsi paraître plus opportun d améliorer certains attributs du service plutôt que d ajouter des avantages monétaires ou non à un programme de fidélisation déjà fort coûteux. Bibliographie Barney, B.J., 1991, Firms resources and sustained competition advantage, Journal of Management, 17, p Bendapudi, N., and Berry L.L., 1997, Customers' motivations for maintaining relationships with service providers, Journal of Retailing, vol. 73, n 1, p Chaudhuri, A., and. Holbrook, M.B., 2001, The chain effects from brand trust and brand affect to brand performance: the role of brand loyalty, Journal of Marketing, vol. 65, April, p

12 Czepiel, J.A., 1990, Service encounters and services relationships: implications for research, Journal of Business Research, vol. 20, January, p De Wulf., K., Oderkerken-Schroder, G., and Iacobucci, D, 2001, Investments in consumer relationships: A cross-country and cross-industry exploration, Journal of Marketing, vol. 65, October, p Dwyer, F.R, Schurr, P.H., and Oh, S., 1987, Developping Buyer-Seller relationships, Journal of Marketing, vol. 51, April, p Fishbein, M.A., and Ajzen, I., 1975, Belief, attitude, intention and behaviour: an introduction to theory and research, Reading, MA, Addison Wesley. Ganesan, S., and Hess, R., 1997, Dimensions and levels of trust: Implications for commitment to a relationship, Marketing Letters, vol. 8, n 4, p Garbarino, E., and Johnson, M., 1999, The different roles of satisfaction, trust and commitment in customer relationships, Journal of Marketing, vol. 63, April, p Gefen, D., and Straub, D., 2003, Managing user trust in B to C e-services, e-service Journals, vol. 1, n 1, p Gilliland, D., and Bello, D., 2002, Two sides to attitudinal commitment: The effects of calculative and loyalty commitment on enforcement mechanism in distribution channel, Journal of the Academy of Marketing Science, vol. 30, n 1, p Gravitz, M., 1988, Lexique des sciences sociales, Paris: Dalloz. Guillon, B., 2006, La généralisation de la responsabilité environnementale au niveau internationale : le cas d un groupe spécialisé dans le tourisme, dans Responsabilité sociale de l entreprise et changement de contrat social, dirigé par JJ Rosé, Coll. Méthode et Recherche en Management, De Boeck, octobre. Gurviez, P., and Korchia, M., 2002, Proposition d une échelle de mesure multidimensionnelle de la confiance dans la marque, Recherche et Applications en Marketing, vol. 17, n 3, p Hunt, S.D., and Morgan, R.M., 1995, The comparative advantage theory of competition, Journal of Marketing, vol. 59, April, p Jacoby, J., and Keyner, D.B., 1973, Brand loyalty versus repeat purchasing behaviour, Journal of Marketing Research, vol.10, p.1-9. Jarvenpaa, S.L., and Tractinsky, N., 1999, Consumer Trust in an Internet Store: A Cross-Cultural Validation, Journal of Computer Mediated Communication, vol. 5, n 2. Lee, J., Lee, J., and Feick, L., 2001, The impact of switching costs on the customer satisfactionloyalty link: mobile phone service in France, The Journal of Services Marketing, vol. 15, n 1, p Mc Knight, H.D., Choudhury, V., and Kacmar, C., 2002, The Impact of Initial Consumer Trust on Intentions to Transact with a Web Site: A Trust Building Model, Strategic Information Systems, vol. 11, p Meyer-Waarden, L., 2002, Les sources d efficacité des programmes de fidélisation Une étude empirique sur la base d un panel single source, Thèse de doctorat soutenue le 09 décembre, Université de Pau et des Pays de l Adour - IAE. 11

13 Meyer-Waarden, L., et Benavent, C., 2006, La théorie de la motivation intrinsèque et extrinsèque appliquée à la problématique des gratifications des programmes de fidélisation, Actes du 22ème Congrès de l Association Française du Marketing, 11 et 12 Mai 2006, Nantes. Nguyen, N, 1991, Un modèle explicatif de l'évaluation de la qualité d'un service : une étude empirique, Recherche et Applications en Marketing, vol. 6, n 2, p Oliver, R.L., 1999, Whence consumer loyalty?, Journal of Marketing, vol.63, Special Issue, p Price L.L., and Arnould, E.J., 1999, Commercial friendships: service provider-client relationships in context, Journal of Marketing, vol. 63, October, p Rylander, D., Strutton, D., and Pelton, L.E., 1997, Toward a synthesized framework of relational commitment: implications for marketing channel theory and practice, Journal of Marketing Theory and Practice, vol. 5, n 2, p Sirdeshmukh, D., Singh, J., and Sabol B., 2002, Consumer trust, value and loyalty in relational exchanges, Journal of Marketing, vol. 66, January, p Téboul, J., 1999, Le temps des services, Editions d organisation. 12

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Gérer votre programme Frequent Flyer - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001)

Gérer votre programme Frequent Flyer - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001) Gérer votre programme - administrer les tâches et répondre aux défis (Module FFP 001) Améliorer les compétences et le niveau de confiance des personnes responsables pour la gestion du programme Une journée

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation?

Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation? Les facteurs explicatifs de l engagement du client envers sa banque : la nature du client est-elle un facteur de différenciation? Jean-Charles Rico Maître de Conférences Université de La Rochelle jean-charles.rico@univ-lr.fr

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr La gestion du risque s organise Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 Risques individuels... 2 I.0 La gestion de risques individuels... 2 I.1 La responsabilité des

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010 Projet Tempus Présentation de la psychologie économique 28-30 juin 2010 Introduction Qu est est-ce que la psychologie économique? Etude du comportement du consommateur recouvre l ensemble des décisions

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux COMPRENDRE L ACHAT INDUSTRIEL Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux Plan de la présentation Introduction La situation

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise

Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Communiquer avec les banques : une étape importante dans la vie de votre entreprise Ou de la nécessitéde structurer sa communication pour répondre aux attentes de son banquier. Présentation AIBT du 9 Novembre

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Navigator Book Schindler Définir les objectifs. Tracer la voie. Les orientations stratégiques pour réussir sur le marché de l ascenseur et de l

Navigator Book Schindler Définir les objectifs. Tracer la voie. Les orientations stratégiques pour réussir sur le marché de l ascenseur et de l Définir les objectifs. Tracer la voie. Les orientations stratégiques pour réussir sur le marché de l ascenseur et de l escalier mécanique. 2 Notre engagement Chers collègues, Le marché de l ascenseur et

Plus en détail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail

Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail Rapport de recherche, vol. 3 (1), 2014 Le flexwork et ses effets sur le bien-être, la collaboration et la productivité au travail Rapport

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture

Restaurer la confiance? Etudes Empiriques Conclusion et ouverture Restaurer la confiance des investisseurs : une exploration expérimentale systématique de l effet des politiques d investissement socialement responsable. Marco Heimann Sous la direction de Jean-François

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 1 Introduction : Qu est ce que la stratégie? 1- Processus

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGE TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGE TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Niveau : 1 ème année Master TC Groupes : 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 Date : 21/05/2012 Module : Recherche Marketing Durée : 2h CORRIGE TYPE DE L EXAMEN Correction 1 ère Partie

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY

Apprendre en stage. Présentation aux référents 02.09.2010. C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Apprendre en stage Présentation aux référents 02.09.2010 C. MASIAS-VALDES Ch. BORALEY Et pour commencer De quoi un étudiant a-t-il besoin pour apprendre en stage? Contenu de la présentation Introduction

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010

Livre Blanc. Optimiser la gestion et le pilotage des opérations. Août 2010 Livre Blanc Optimiser la gestion et le pilotage des opérations Août 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com Web : http://www.nqicorp.com

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Le présent outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion est conçu

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Michael Dickmann Emma Parry Ben Emmens Christine Williamson Septembre 2010 People In Aid Cranfield University, School of Management

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Marketing. Printemps 2014

Marketing. Printemps 2014 Marketing Printemps 2014 «Le marketing est à la fois l activité, l ensemble des institutions et des processus visant à créer, communiquer, délivrer et échanger les offres qui ont de la valeur pour les

Plus en détail

MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Développement durable et Management

MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Développement durable et Management PRINTEMPS DE L INDUSTRIE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Développement durable et Management Béatrice Gengembre Nathalie Altet Intitulé de la séquence : Hyris et la démarche de développement durable (Blanchisserie

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

De La Génération De Leads Online Au Lead Management

De La Génération De Leads Online Au Lead Management De La Génération De Leads Online Au Lead Management Piloter ses campagnes d acquisition en revenant aux fondamentaux du marketing relationnel Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Lead

Plus en détail

Systèmes de confiance et de réputation. Talel.Abdessalem@telecom-paristech.fr http://dbweb.enst.fr. Confiance

Systèmes de confiance et de réputation. Talel.Abdessalem@telecom-paristech.fr http://dbweb.enst.fr. Confiance Systèmes de confiance et de réputation Talel.Abdessalem@telecom-paristech.fr http://dbweb.enst.fr Une multitude de sens et de définitions : 1. Valeur subjective (sentiment, croyance) qu on associe à la

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Les grands principes d un programme de fidélisation

Les grands principes d un programme de fidélisation Chapitre 16 Les différents types de programmes de fidélisation Partie 4 483 l essai d une offre concurrente. Un programme de fidélisation peut aussi se révéler particulièrement utile pour effacer une mauvaise

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

Coaching et la relève

Coaching et la relève Coaching et la relève Coaching Faire usage de son intégrité, de sa crédibilité, de son leadership et de ses compétences pour amener un ou des individus à agir, dans le cadre de leurs fonctions, en personne

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Pourquoi Komon Conseil?

Pourquoi Komon Conseil? Pourquoi Komon Conseil? La spécificité du tissu économique français, ce qui en fait aussi sa richesse et sa force est qu il est en grande partie composé de PME/PMI, voire de TPE, et cet état de fait implique

Plus en détail

OUTIL D AIDE À LA PLANIFICATION DE LA PÉRENNISATION DE PROJETS

OUTIL D AIDE À LA PLANIFICATION DE LA PÉRENNISATION DE PROJETS OUTIL D AIDE À LA PLANIFICATION DE LA PÉRENNISATION DE PROJETS Direction de la planification, de la performance, des connaissances et des ressources humaines réseau Octobre 2014 RÉDACTION Sylvie Cantin,

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Module 5 - Transparents

Module 5 - Transparents Module 5 - Transparents Qu est-ce que le marketing? Les cinq principes de base du marketing 87 Activités de marketing (PRIX) 89 Concept de marketing 90 Le marketing mix (quatre principes). 91 Marketing

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail