Proposition de règlement sur la protection des données : Ne pas hypothéquer la croissance de l économie de demain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition de règlement sur la protection des données : Ne pas hypothéquer la croissance de l économie de demain"

Transcription

1 Paris, le 26 septembre 2014 Proposition de règlement sur la protection des données : Ne pas hypothéquer la croissance de l économie de demain Les débats sur la proposition de règlement sur la protection des données entrent dans une phase décisive suite au vote en plénière du Parlement européen qui a eu lieu le 13 mars dernier et en vue de la prochaine réunion du Conseil de l UE des prochains 9 et 10 Octobre ceci dans le but d obtenir un accord afin de commencer les trilogues avec le Parlement européen. L IAB et le SRI qui ont pris position le 22 mai 2014 encouragent les différents acteurs du débat à se dégager de toute position idéologique et à privilégier la mise en place de propositions pragmatiques et négociées en vue de préserver le potentiel de croissance de la France dans le secteur du numérique. I. L IAB France et le SRI sont deux associations particulièrement représentatives de l économie numérique française L'IAB France (Interactive Advertising Bureau) est une association indépendante créée en 1998 dont la mission est triple: structurer en France le marché de la communication digitale, favoriser son usage et optimiser son efficacité. Elle compte à ce jour près de 130 sociétés membres dont une grande partie sont des PME innovantes et représente l ensemble des acteurs de la chaîne de la communication interactive (éditeurs, régies, agences, annonceurs, instituts d études, fournisseurs de technologies, etc.). Le Syndicat des Régies Internet (SRI) a été créé en 2003 à l'initiative des principales régies publicitaires afin de valoriser les spécificités et la compétitivité du média online mais aussi de faciliter son accès par une simplification, une organisation et une professionnalisation de son offre publicitaire. 1

2 Aujourd'hui, les 27 régies membres du SRI, avec une audience dédupliquée de plus de 42,8 millions de VU sur l internet fixe, soit plus de 92 % des internautes et de 28 millions de VU sur l internet mobile (plus de 87% des mobinautes) 1 contribuent chaque jour à faire de la publicité un moteur de la croissance du numérique en France puisqu elle finance une partie importante des contenus. Le numérique ne concerne pas uniquement les acteurs du web mais la grande majorité des acteurs de l économie française : le rapport sur la fiscalité du numérique du Conseil National du Numérique rendu le 10 septembre 2013 reconnaît la nécessité de la France de faire de l économie numérique un levier de croissance durable Le libre accès à internet financé par la publicité en ligne permet aux internautes d économiser 69 milliards d euros (Septembre 2012, McKinsey). II. La protection des données est une préoccupation constante pour l IAB France et le SRI qui n ont pas attendu les initiatives du législateur pour agir : La plateforme YOC «Your Online Choices» Elle permet aux internautes d avoir une information complète et transparente sur l usage qui est fait de leurs données et de contrôler par eux même le paramétrage de leurs cookies. Le succès de cette approche pédagogique est réel puisque seule une minorité d internautes décide d en bloquer l accès après avoir été préalablement informé : 6,82% en septembre Les éléments de langage sur la protection des données sont largement diffusés par le réseau des IAB en Europe et au sein des membres du SRI. Le Guide des bonnes pratiques du 10 avril 2012 de l Union française du Marketing direct (UFMD) dont l IAB France et le SRI sont cosignataires impose un usage des cookies ciblé et respectueux des intérêts des internautes III. Dans le cadre de l examen de la proposition de règlement européen sur la protection des données, l IAB France et le SRI soutiennent une solution respectueuse des intérêts des internautes tout en préservant le potentiel de croissance de l économie numérique. 1 Source : Médiamétrie 1 er semestre Statistiques «Your Online choices» - IAB Europe

3 Sous leur forme actuelle, certaines propositions de la commission LIBE ont été accueillies très favorablement. Néanmoins, d autres dispositions du texte risquent d impacter de manière négative le dynamisme de la filière : L élargissement de la définition des données personnelles risque d entraver l activité d un grand nombre d acteurs du numérique, qu il s agisse de l analyse de la fréquentation des sites, du web analytics 3, du ciblage et de diffusion de la publicité ou de la facturation en ligne. Le texte en l état prévoit de l étendre à toute donnée qui contient de l information sur une personne physique identifiée ou identifiable. Une personne identifiable est celle qui peut être identifiée directement ou indirectement, notamment par référence à un identifiant tel qu un nom, un numéro, la géolocalisation, ou par référence à un identifiant spécifique lié à une caractéristique physique, physiologique, génétique, économique, culturelle, sociale ou fondée sur le sexe de cette personne. Ainsi, la définition des données personnelles retenue s efforce de couvrir tous les moyens permettant de distinguer une personne déterminée. Bien que l élargissement du champ des données traditionnellement couvertes par le Règlement inquiète les acteurs de notre secteur, ceux-ci saluent l approche des données pseudonymes adoptée par le Parlement européen. En retenant une définition fonctionnelle pour cette sous-catégorie de données personnelles, le Parlement européen a posé les jalons d un traitement différencié des identifiants numériques habituellement utilisés au soutien des pratiques commerciales de notre secteur. Le Parlement européen reconnait ainsi aux données pseudonymes un statut particulier. Le Conseil de l UE est en train d évoluer vers une conception de la pseudonymisation en tant que processus tout en reconnaissant que les travaux au niveau technique doivent poursuivre. L IAB France et le SRI, appellent les autorités nationales et européennes à soutenir la nécessité d une définition claire des données sous pseudonymes tel qu envisagé initialement pour des raisons de sécurité juridique. Un traitement différencié des données sous pseudonymes découlant d une définition explicite est parfaitement justifié dans la mesure où la nature même des données pseudonymes garantit une protection renforcée de la vie privée. Cette approche permet la protection, non seulement de la vie privée mais aussi des entreprises du numérique qui peuvent continuer à développer des services 3 Le web analytics (ou web analytique) a pour objet de quantifier la fréquentation d'un site en fonction d'indicateurs tels que le nombre de visiteurs uniques, les pages vues, les visites, la durée moyenne des visites. Il regroupe la mesure, la collecte, l'analyse et la présentation de données provenant d'internet utilisées afin de comprendre et d'optimiser l'utilisation du Web. 3

4 innovants et personnalisés sans avoir à identifier des consommateurs et des citoyens en particulier Un point positif du texte réside dans les règles relatives au profilage (suivi anonyme ou sous pseudonyme des habitudes de consommation) qui ont été assouplies dans l hypothèse où les données traitées sont sous pseudonyme, à l instar de la législation allemande dont l efficacité a été prouvée. Cette mesure qui est la seule dans le texte à pouvoir préserver l activité des différents acteurs de la publicité en ligne, mais également des filières du marketing et du web analytics doit absolument être préservée, mais nécessiterait d être incluse dans le corps du texte plutôt que dans les considérants. Les règles relatives au consentement des internautes sont durcies : il doit désormais systématiquement être précédé d une action positive et les sociétés qui le sollicitent doivent désormais prouver ce caractère explicite. Le consentement est ainsi donné au cas par cas, ce qui pose un sérieux problème aux entreprises de BtoB dont les opérations sont multiples. Les aménagements de la directive e-privacy qui laissaient une place au consentement implicite (opt-out) sont ainsi supprimés pour privilégier un consentement explicite strict (opt-in). La mise en place de ces changements portera préjudice à l ensemble de l économie numérique en ralentissant le flux de la bande passante et en imposant à tous les acteurs, dont la majorité sont des PME, des coûts de transformation additionnels. Cette approche risquerait également d engendrer un effet pervers en procurant un avantage compétitif aux entreprises qui conditionnent l accès à leurs sites à une inscription préalable ou à une connexion de l utilisateur à son compte ; ceci par rapport à celles dont les sites ne nécessitent pas une telle action de la part de l utilisateur.. Les PME risquent d être impactées : selon une récente étude 4, l application du texte pourrait engendrer une hausse des coûts fixes pour les entreprises avec un impact négatif sur l emploi et les créations d entreprises. Le BtoB risque d être particulièrement impacté par des pertes d emploi oscillant entre 0,2 et 0,6% et une disparition des entreprises variant entre 3 et 5%. La mise en place d un droit systématique à l effacement des données dans une société qui se digitalise risque de porter préjudice à l archivage et à la mémoire collective. L arrêt de la CJUE du 13 mai 2014 a eu le mérite de lancer de débat sur 4 L. Christensen (Analysis group Denver), A. Colciago (Université de Milan), F. Etro (Université de Venise) «The impact of Data regulation in the EU», 13 février

5 ce sujet, tout en faisant part de sa complexité. Il serait prudent que le Conseil ne prenne pas une décision précipitée à l égard du droit à l oubli au moment où les CNIL européennes ainsi que les acteurs privés concernés cherchent à apporter une solution technique sur ce point. Néanmoins, toute solution retenue devra assurer le juste équilibre entre le droit à la vie privée et d autres droits fondamentaux, notamment celui de la liberté d expression, ainsi que son application par les autorités publiques compétentes. Le niveau des sanctions administratives a été plus que doublé par le Parlement européen par rapport à la proposition initiale de la Commission, passant de 2% à 5% du chiffre d affaire global des entreprises. Sans remettre nécessairement en cause le principe des sanctions, leur niveau trop élevé risque de pénaliser l économie numérique européenne en affectant son attractivité par rapport à celle des autres pays. L approche des sanctions retenue apparaît comme un emprunt inapproprié aux principes du droit de la concurrence. Il conviendrait davantage d aménager des solutions spécifiques telles que des injonctions, bien plus appropriées au regard des droits de l Homme et des règles de protection des consommateurs. A ces égards, même la proposition initiale des 2% semble disproportionnée L IAB France et le SRI recommandent ainsi un certain nombre d aménagements à la version actuelle du texte afin de concilier la préservation du potentiel de la filière numérique tout en tenant compte de la protection légitime des intérêts du consommateur. La définition des données personnelles (art. 4) : L IAB France et le SRI proposent de limiter la définition aux données qui permettent d identifier directement une personne déterminée. Les données anonymes (art. 4) Ces données échappent par définition au régime imposé aux données personnelles. L IAB France et le SRI expriment leur attachement à ce qu elles soient définies clairement et à ce qu elles intègrent sans ambiguïté les données qui ne sont pas personnelles afin de dissiper toute ambigüité juridique. Les données sous pseudonyme (art.4) 5

6 L IAB France et le SRI ne peuvent que saluer la reconnaissance par le Parlement européen des données sous pseudonyme. Elle répond en effet à la fois aux attentes des professionnels du numérique et des consommateurs. Elle préserve les intérêts des consommateurs puisque les données pseudonymes sont considérées comme des données personnelles (art. 4) et assorties d un certain nombre de garanties telles que la mise en place de dispositifs de contrôle séparés et distincts techniquement (art. 4), ainsi qu un droit d objection (art. 19). Elle préserve l activité des entreprises qui peuvent par dérogation les traiter sans autorisation ou consentement préalable puisque la personne n est pas reconnaissable (art. 6 + considérants), ce qui légitime par ailleurs le recours au profilage (art considérants). L IAB France et le SRI soulignent par ailleurs que dans de nombreux pays, les données sous pseudonymes sont assimilées aux données anonymes. Ceci ne peut qu encourager les parties prenantes au débat à promouvoir cette solution pragmatique qui consiste à trouver un bon compromis entre les entreprises et les consommateurs. Ce concept est d ailleurs appliqué avec succès dans la législation allemande (Telemedia Act 15.3) et a reçu le soutien du Président de l autorité allemande de protection des données. L IAB et le SRI soutiennent l application d une telle approche qui a déjà fait ses preuves au niveau européen. Droit à l effacement ou au «gommage» (art. 17) Les dispositions actuelles du texte ont pour effet de systématiser le droit à l oubli dès lors que le sujet de données en fait la demande. Le récent arrêt de la CJUE a fait peser sur les opérateurs un élément d incertitude et va au-delà des contraintes imposées à l économie physique où l archivage papier et la conservation des fichiers est une réalité. En l état, le cadre de définition du droit à l effacement n est pas suffisamment abouti, et son articulation avec le profilage n a pas encore été clarifiée. L IAB France et le SRI souhaitent qu une solution pragmatique soit trouvée en accord avec les professionnels qui s efforceraient en contrepartie à renforcer l information des sujets de données sur la finalité du traitement de leurs données. Les aggregate data reports (web analytics) (art. 83) 6

7 Les outils d analyse des données et de fréquentation des sites sont essentiels au fonctionnement de l économie de demain. Ils permettent aux entreprises d aller au-devant des attentes du consommateur tout en préservant leurs intérêts lorsque l utilisation des données récoltées se fait de manière anonyme ou sous pseudonyme. Pour ces raisons et sous les conditions qui viennent d être évoquées, l IAB France et le SRI souhaitent que les aggregate data reports soient exclus du champ d application de la proposition de règlement. Le profilage (article 20) La proposition de règlement sous sa forme actuelle prévoit un cadre encore trop restrictif. Dans le même esprit que les points précédents, l IAB France et le SRI proposent un certain nombre d aménagements : - Remplacer le terme «personne physique» par celui de «sujet de données» qui est en cohérence avec le traitement des données sous pseudonyme - Inclure le terme effet légal adverse et supprimer le terme «affectant de manière significative» pour clarifier la terminologie - Limiter les possibilités d opposition au profilage aux hypothèses de données sensibles, à l exception du profilage produisant des effets juridiques à l égard du sujet de données. - Etudier plus profondément les conséquences juridiques du règlement en matière de transfert de responsabilité entre responsables du traitement et sous-traitants et les conflits de juridictions possibles. - Approfondir, au sein de l Article 20, le principe de l intérêt légitime appliqué aux activités de profilage à partir de pseudonymes ; ce principe n étant évoqué, pour l heure, que dans les Considérants. Le consentement (article 7) La transposition en France de l article 5.3 de la directive eprivacy de 2009 par l Ordonnance du 24 Août 2011 permet virtuellement aux entreprises numériques de présumer le consentement de l internaute tant que celui-ci ne s oppose pas au traitement de ses données (opt-out), ce qui offre aux deux parties une facilité d utilisation. La remise en cause de ce dispositif par la recherche systématique du consentement de l Internaute risque de créer des rigidités supplémentaires sur un marché où les professionnels ont eu à cœur d informer les internautes du 7

8 traitement de leurs données (exemple : la plateforme Youronlinechoice soutenue par l IAB). L IAB France et le SRI soutiennent la solution actuelle de la directive eprivacy qui laisse aux entreprises des marges de manœuvre tout en préservant les intérêts des consommateurs. Les sanctions administratives (article 79) L IAB France et le SRI font part de leur inquiétude quant à l instauration le Parlement européen de niveaux de sanctions comparables aux amendes infligées par les autorités de concurrence (5% du chiffre d affaire), ce qui serait manifestement disproportionné et fragiliserait significativement l économie numérique européenne L IAB France et le SRI ne peuvent qu attirer l attention du législateur sur les effets contreproductifs de l instauration de tels niveaux de sanctions, à l heure même où l achèvement du marché unique numérique est une priorité. IV. Prendre le temps pour trouver une solution équilibrée à l échelle européenne L IAB France et le SRI souhaitent qu un délai suffisant permette de concilier encore davantage les deux préoccupations du Conseil que sont la réalisation du potentiel de l économie numérique européenne et la légitimité de la protection des consommateurs. L IAB France et le SRI soutiennent par ailleurs la recherche d une solution au niveau européen, qui elle seule pourra supprimer les disparités législatives entre les Etats européens et garantir ainsi la visibilité et la stabilité normative nécessaire à l épanouissement de l économie numérique. Par conséquent l IAB France et le SRI estime qu un règlement européen serait l instrument adéquat à cet effet. L IAB France et SRI souhaitent sensibiliser les autorités françaises à la nécessité d une approche commune avec leurs homologues, seule à même de préserver la compétitivité du secteur digital européen et donc celui de la France. V. La saisine par le Premier ministre du Conseil National du Numérique en vue de l élaboration de la grande loi sur le numérique prévus pour 2015, donne l opportunité aux autorités françaises d accompagner favorablement les entreprises vers leur transition digitale plutôt que durcir davantage la législation européenne et pénaliser encore plus les acteurs français 8

9 L économie numérique est extrêmement volatile mais la France reste pour l instant un pays attractif pour une filière innovante et créatrice d emploi en (ex. Weborama, Criteo) L instabilité fiscale cumulée à un durcissement des règles sur la protection des données risque de créer une «double peine» La France ne doit pas être isolée et pénalisée par rapport à ses voisins européens et perdre ses avantages concurrentiels L IAB France et le SRI sont à la disposition des autorités publiques pour parvenir à concilier avec pragmatisme les deux préoccupations que sont la préservation d une filière d avenir et la protection des internautesa propos de l IAB France L'IAB France (Interactive Advertising Bureau) est une association créée en 1998 dont la mission est triple: structurer le marché de la communication digitale, favoriser son usage et optimiser son efficacité. Elle compte à ce jour 130 sociétés membres, représentant l ensemble des acteurs de la chaîne de la communication interactive (éditeurs, régies, agences, annonceurs, instituts d études, fournisseurs de technologies, etc.). A travers ses publications, ses études et les événements qu elle organise, l association se met au service des annonceurs et de leurs agences conseil pour les aider à intégrer les médias numériques efficacement dans leur stratégie de marketing globale, et entend proposer des standards, des exemples de pratiques professionnelles aux nouveaux acteurs intégrant le marché du digital. L'IAB est par ailleurs un réseau d'experts au service des autres organisations professionnelles, des institutions et des médias qui s'interrogent sur l'impact du développement de cette nouvelle donne économique. L'IAB France est une entité indépendante, faisant partie du réseau mondial d'affiliés de l'interactive Advertising Bureau. Le Président de l IAB France est David Lacombled, Directeur délégué à la stratégie de contenus, Orange A propos du SRI Le Syndicat des Régies Internet (SRI) a été créé en juillet 2003 à l'initiative des principales régies publicitaires françaises afin de promouvoir et développer le média Internet en France. La démarche du SRI : soutenir les investissements et le développement du média Internet, valoriser les spécificités et la compétitivité du média, faciliter l'accès au média Internet par une 9

10 professionnalisation et une simplification des offres, exploiter la créativité du média, et assurer la représentativité du Syndicat auprès de l ensemble des acteurs de la publicité interactive. 3W Régie, Amaury Médias, AuFéminin, Caradisiac Publicité, CCM Benchmark Advertising, Dailymotion Avdertising, Ebuzzing, Express Roularta Services, FigaroMedias, France Télévisions Publicité, GMC Connect, HiMédia, Lagardère Active Publicité, Leboncoin.fr, LesEchosmédias, M Publicité, M6 Publicité Digital, Microsoft Advertising France, Next Régie, Orange Advertising, Overviews, Prisma Media, Régie Obs, SFR Régie, Solocal Network, TF1 Publicité Digital, Yahoo et Web66 sont membres du SRI. Le président est Arthur Millet, directeur digital d Amaury Médias et le vice-président, Eric Aderdor, directeur général d Horyzon Media. 10

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

PUBLICITE EN LIGNE : (engagement, exposition, interaction)

PUBLICITE EN LIGNE : (engagement, exposition, interaction) Communiqué de presse Paris, le 15 octobre PUBLICITE EN LIGNE : La mesure de l efficacité passera par le développement de nouveaux indicateurs (engagement, exposition, interaction) Etude réalisée par PwC

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Le nouveau règlement sur la protection des données personnelles : Quel impact pour la sécurité?

Le nouveau règlement sur la protection des données personnelles : Quel impact pour la sécurité? Le nouveau règlement sur la protection des données personnelles : Quel impact pour la sécurité? Jean-Marc Suchier Samuel Vinson 23 janvier 2013 AGENDA Principales nouveautés du Règlement et de la Directive

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Préambule En février 2007, les opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs de contenu

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

6e édition de l Observatoire de l e-pub du SRI et de Capgemini Consulting, en partenariat avec l UDECAM

6e édition de l Observatoire de l e-pub du SRI et de Capgemini Consulting, en partenariat avec l UDECAM Communiqué de presse 6e édition de l Observatoire de l e-pub du SRI et de Capgemini Consulting, en partenariat avec l UDECAM Le marché français de la communication publicitaire online atteint 1,27 milliards

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles?

Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Big data : quels enjeux pour la protection des données personnelles? Sophie Vulliet-Tavernier, directrice des études, de l innovation et de la prospective Congrès big data 20 et 21 mars 2012 La protection

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

Dématérialisation et protection des données

Dématérialisation et protection des données Colloque de l AJAR 4 décembre 2012 Dématérialisation et protection des données Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d Assurances

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire

Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire Loi Informatique et libertés Cadre réglementaire 1 Loi Informatique et Libertés La loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004 définit les principes à respecter lors

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

ENQUÊTE. Nom Prénom Fonction Société Adresse Téléphone Courriel

ENQUÊTE. Nom Prénom Fonction Société Adresse Téléphone Courriel ENQUÊTE Mag-Securs, magazine spécialisé sur la sécurité de l information édité par le Groupe PC Presse, réalise une enquête sur les enjeux de conformité et de sécurité pour les données à caractère personnel

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 47 N o AS1373 Substituer aux alinéas 1 à 52 les soixante-quatorze alinéas suivants :

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : INTB1404278A Intitulé du texte : Arrêté actualisant pour 2015 les tarifs maximaux de la taxe locale sur la publicité extérieure Ministère à l origine

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF Consultation de la CNIL Relative au droit à l oubli numérique Contribution du MEDEF 2 Réflexions de la CNIL sur le droit à l oubli numérique Les origines du droit à l oubli numérique Réaffirmée par les

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Datagest, une entité de

Datagest, une entité de Datagest, une entité de Datagest en quelques mots Entité informatique de BDO à Luxembourg Gestion de l informatique du groupe Société informatique pour les clients externes Nos activités : Éditeur de logiciel

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

La vidéo sur Internet

La vidéo sur Internet La vidéo sur Internet La vidéo sur Internet Une consommation croissante de vidéos Les internautes se sont convertis à la vidéo : En France, on compte 27.9 millions de vidéonautes uniques pour 64 vidéos

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES

Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Veiller à la sécurité des échanges en évitant les restrictions inutiles MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES Le saviez vous? La valeur des échanges de produits agricoles s est élevée à 1 765 milliards

Plus en détail

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée

Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée Compte-rendu Point d étape sur l offre labellisée PARTICIPANTS PLATEFORMES Allomusic VOD Mania Vaziva Orange Vidéo @ Volonté Beezik Universal Ecompil Fnac Arte VOD Quickpartitions Alter Musique Qobuz Every

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Position du CFHE et du FEPH sur la proposition de directive relative à l accessibilité des sites web d organismes du secteur public

Position du CFHE et du FEPH sur la proposition de directive relative à l accessibilité des sites web d organismes du secteur public Position du CFHE et du FEPH sur la proposition de directive relative à l accessibilité des sites web d organismes du secteur public Mars 2013 «Dans l élaboration et la mise en œuvre des lois et des politiques

Plus en détail

Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel

Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel Commission Nationale de Contrôle de la Protection des Données à Caractère Personnel Plan de la présentation: Objectif de l encadrement de l utilisation des données personnelles. Principes généraux de la

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

PROFILAGE : UN DEFI POUR LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Me Alain GROSJEAN Bonn & Schmitt

PROFILAGE : UN DEFI POUR LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Me Alain GROSJEAN Bonn & Schmitt PROFILAGE : UN DEFI POUR LA PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Me Alain GROSJEAN Bonn & Schmitt ASPECTS TECHNIQUES M. Raphaël VINOT CIRCL SEMINAIRE UIA ENJEUX EUROPEENS ET MONDIAUX DE LA PROTECTION DES

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance

Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance Position d EuroFinUse sur la proposition de directive du Parlement europe en et du Conseil sur l interme diation en assurance La Fe de ration europe enne des usagers des services financiers (EuroFinUse)

Plus en détail

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE FR AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 8 décembre 2008 sollicité par le ministère français de l Économie, de l Industrie et de l Emploi sur un projet d ordonnance relative aux instruments financiers

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ;

Vu la Convention de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe ; DELIBERATION N 2013-129 DU 27 NOVEMBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DECLARATIONS DE TRAITEMENTS AUTOMATISES D INFORMATIONS NOMINATIVES CONCERNANT

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 14 janvier 2014 17 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition de directive relative à

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

BIG DATA Jeudi 22 mars 2012

BIG DATA Jeudi 22 mars 2012 BIG DATA Jeudi 22 mars 2012 87 boulevard de Courcelles 75008 PARIS Tel :01.56.43.68.80 Fax : 01.40.75.01.96 contact@haas-avocats.com www.haas-avocats.com www.jurilexblog.com 1 2012 Haas société d Avocats

Plus en détail

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle

Créer un cadre institutionnel favorable à la transparence des systèmes de contrôle Le Sénat formule des propositions pour lutter plus efficacement contre l'évasion fiscale - Richard Yung, s La commission d'enquête sénatoriale sur le rôle des banques et acteurs financiers dans l'évasion

Plus en détail

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers

La Cnil et le Chu de Poitiers. 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers La Cnil et le Chu de Poitiers 15/02/2012 : Jean-Jacques Sallaberry Présentation CNIL - CHU Poitiers 1 La Cnil et le CHU de Poitiers Sommaire La Loi «Informatique et Libertés» La CNIL Les Mots clés Les

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France

ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France Cabestan Livre Blanc Introduction La communication comportementale est une source essentielle de revenus pour un

Plus en détail

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 juillet 2010. PROPOSITION DE LOI visant à donner un statut à la

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Le 1 er concept 2008 METTLER TOLEDO spécialement étudié pour la grande distribution : la balance qui sait qui la regarde

Le 1 er concept 2008 METTLER TOLEDO spécialement étudié pour la grande distribution : la balance qui sait qui la regarde Le 1 er concept 2008 METTLER TOLEDO spécialement étudié pour la grande distribution : la balance qui sait qui la regarde Juillet 2008 Un outil de communication révolutionnaire METTLER TOLEDO s associe

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ;

Vu la directive 2004/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 concernant la sécurité des chemins de fer communautaires modifiée ; Avis n 2015-006 du 3 mars 2015 sur le projet d arrêté relatif aux tâches essentielles pour la sécurité ferroviaire autres que la conduite de trains, pris en application des articles 6 et 26 du décret n

Plus en détail

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009 Telecom, Media, Entertainment Syndicat des Régies Internet Le SRI en 2009, c est 15 membres qui adhèrent à une charte qualité et défendent l

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPE1409747D Intitulé du texte : Décret [n XXX du XX/XX/2014] relatif aux obligations déclaratives des entreprises d assurance et organismes assimilés.

Plus en détail

Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet.

Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet. Online Intelligence Solutions Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet. Case study Case study INTRODUCTION

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation

Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Le rôle de la publicité dans notre société Le secteur publicitaire, moteur de l autorégulation Sandrine Sepul Directrice du Conseil de la Publicité ASBL 1 12 mai 2011 Etats généraux des médias d information

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment

Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009. Telecom, Media, Entertainment Observatoire de l e-pub - 1 er semestre 2009 10 juillet 2009 Telecom, Media, Entertainment Syndicat des Régies Internet Le SRI en 2009, c est 15 membres qui adhèrent à une charte qualité et défendent l

Plus en détail

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux Assises du Médicament GT 6 Sabine Bonnot Chargée de mission Politique des produits de santé 6 avril 2011 Sommaire: -

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014

GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 28 GOUVERNANCE DES DONNEES PERSONNELLES ET ANALYSE D IMPACT OCTOBRE 2014 116 Le tableau ci-dessous reprend les définitions issues de la proposition initiale de règlement général sur la protection des données,

Plus en détail

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES

SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES SITE WEB COMMUNAUTAIRE FANVOICE CHARTE RELATIVE A LA PROTECTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL DES UTILISATEURS ET DES MARQUES 1. Définition et nature des données à caractère personnel Lors de votre

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2012-100 DU 25 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA COMMUNE DE MONACO RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU

Plus en détail

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.

L anonymisation en matière de recherche biomédicale. Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours. L anonymisation en matière de recherche biomédicale Nathalie Bosmans CPP Tours Ouest I Janvier - février 2010 nathalie.bosmans-2@etu.univ-tours.fr Plan I- Définitions : 1-Les avantages 2- Les problématiques

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL

PARLEMENT EUROPÉEN. Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2004 2009 Commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs 15.2.2008 DOCUMENT DE TRAVAIL sur le rapport d initiative sur certains points concernant l assurance automobile

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

1. Loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l égard des traitements de données à caractère personnel

1. Loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l égard des traitements de données à caractère personnel Protection de vos données à caractère personnel 1. Loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l égard des traitements de données à caractère personnel Le traitement de vos données

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : PRMX1427006D Intitulé du texte : Décret relatif aux modalités d organisation des délibérations à distance des instances administratives à caractère collégial

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail