Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investissement étranger à la Bourse de Casablanca"

Transcription

1 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1

2 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est passé de 4560 investisseurs à fin 2012 à 4874 à fin L origine géographique des capitaux des étrangers et MRE demeure globalement stable en Le fait marquant par rapport à 2012 est la baisse de la part des européens et, en contre partie, l augmentation de la part des investisseurs du Moyen Orient. L investissement étranger en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré en 2013 une progression de 16 % en passant de 118,1 milliards en 2012 à 136,99 milliards en Cette hausse est imputable, en partie, à l introduction en bourse de JLEC détenue à hauteur de 85,79% par l Emirati TAQA. Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Année 2010 L essentiel de l investissement étranger en actions cotées est réalisé sous forme de participations stratégiques. La part de celles-ci dans le montant global de l investissement étranger en 2013 est restée identique à celle de 2012, et domine à hauteur de 89,52%. Toutefois, la part flottante des capitaux étrangers investis à la Bourse de Casablanca est en légère hausse par rapport à 2012 et s établit à 3,18% de la capitalisation boursière. Enfin, l investissement étranger en titres d OPCVM s élève à 944,2 millions de dirhams en 2013, en baisse de 27% par rapport à 2012 où il représentait 1,299 milliard Juillet de 2011 dirhams. Page 2 Page 2

3 SOMMAIRE I. Actions cotées 5 1. Evolution de la part détenue par les étrangers et les MRE 5 2. Répartition de l investissement par secteur d activité 7 3. Origine géographique des investisseurs étrangers et MRE 9 4. Répartition du montant de l investissement par type d investisseurs 9 5. Répartition par lieu de conservation 10 II. OPCVM Evolution de l investissement étranger en titres d opcvm Préference pour les OPCVM Monétaires et les OPCVM Obligataires Prépondérance des personnes physiques 12 III. Conclusion 13 IV. Annexes Structure de l investissement en actions cotées des étrangers non résidents personnes morales, conservées au Maroc, par nationalité Structure de l investissement en actions cotées des étrangers non résidents personnes physiques, conservées au Maroc, par nationalité Structure de l investissement en actions cotées des étrangers résidents personnes morales, conservées au Maroc, par nationalité Structure de l investissement en actions cotées des étrangers résidents personnes physiques, conservées au Maroc, par nationalité Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers non résidents personnes physiques, par nationalité Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers non résidents personnes morales, par nationalité Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers résidents personnes morales, par nationalité Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers résidents personnes physiques, par nationalité Répartition de l investissement étranger en titres d OPCVM selon la qualité de l investisseur et la classification des OPCVM 19 Page 3 Page 3

4 METHODOLOGIE La confection du présent rapport se base sur les informations et données suivantes : Les statistiques transmises par les organismes teneurs de comptes relatives à la ventilation des avoirs et la liste des investisseurs étrangers et des MRE ; Les déclarations de franchissement de seuils ; L estimation des flottants et des cours de valeurs fournie par la Bourse de Casablanca. Concernant les OPCVM, la valorisation est élaborée sur la base de la dernière valeur liquidative de l année ; L actionnariat des sociétés cotées tel que publié sur le site de la Bourse. Il est à préciser que, dans ce rapport, la notion d investissement étranger définit les actes d investissement effectués par les personnes physiques et morales étrangères, résidentes ou non au Maroc, mais aussi par les MRE. A ce propos, il est à souligner que : Pour les marocains établis à l étranger et les étrangers résidents au Maroc, l organisme teneur de compte recense uniquement les opérations financées par apport de devises, par débit d un compte étranger en dirham convertibles, d un compte en devises ou par tout autre mode de financement assimilé à l apport de devises selon les dispositions des articles du règlement des changes. Pour les étrangers non résidents au Maroc, toutes les opérations sont recensées dans la mesure où elles sont toutes financées par apport de devises. Page 4 Page 4

5 I. Actions cotées 1. EVOLUTION DE LA PART DETENUE PAR LES ETRANGERS ET LES MRE Concernant l exercice 2013, l analyse des données portant sur l investissement étranger en actions cotées à la Bourse de Casablanca permet de tirer les conclusions suivantes : Hausse de la valeur des investissements étrangers en titres cotés Au 31 décembre 2013, le montant global des investissements étrangers en valeurs cotées enregistre une hausse de 16% par rapport à l année précédente, pour passer de 118,10 milliards de dirhams à 136,99 milliards et ce, après deux années de baisse consécutives. Cette hausse s explique en partie par l introduction en bourse de la société JLEC capitalisée à plus d un milliard de dirhams et détenue principalement par des étrangers. La hausse s explique également par la progression du nombre des investisseurs étrangers qui passe à 4874 à fin 2013 contre 4560 à fin En effet, à prix constants par rapport à 2012, le portefeuille actuel serait valorisé à 140,08 milliards de dirhams. Evolution de la part des actions cotées détenues par les étrangers et les MRE dans la capitalisation boursière (en Milliards de Dhs) ,00% 30,00% 29,00% 28,00% 27,00% 26,00% 25,00% 24,00% Encours détenus par les étrangers et MRE Taux moyens de détention Capitalisation Boursière Source : Teneurs de comptes, Bourse de Casablanca, Calculs CDVM La part du capital détenu par les investisseurs étrangers et les MRE dans les sociétés cotées varie selon l entreprise et le secteur d activité. La répartition du montant détenu n a pas connu de changements notables tandis que les taux moyens de détention ont toutefois varié entre 2012 et Page 5 Page 5

6 Part du capital détenu par les étrangers et les MRE Nombre de sociétés cotées Taux moyens de détention par les étrangers et les MRE de 0 à 25% ,80% 3,69% 4,67% de 25 à 50% ,20% 30,55% 33,46% de 50 à 75% ,60% 54,83% 57,85% plus de 75% ,50% 79,73% 84,29% Total Source : Teneurs de comptes, Bourse de Casablanca, Calculs CDVM D une manière générale, les participations des investisseurs étrangers et MRE demeurent minoritaires au sein des sociétés cotées puisque plus des deux tiers des entreprises cotées affichent un taux moyen de détention de 4,67%. Typologie des investissements étrangers et des MRE en actions cotées marocaines (en millions de Dhs) Montant Montant Montant % % % Investissements des étrangers et des MRE conservés au Maroc, dont : % % % - Part stratégique ,70% ,90% ,52% - Flottant ,30% ,10% ,48% Capitalisation boursière Capitalisation boursière flottante Investissements étrangers et MRE/Capitalisation boursière Part stratégique/ Capitalisation boursière Flottant/Capitalisation boursière Flottant/Capitalisation boursière flottante 28,60% 26,50% 30,37% 25,70% 23,80% 27,18% 3,00% 2,70% 3,18% 12,70% 11,70% 14,18% Source : Teneurs de comptes, Bourse de Casablanca, Calculs CDVM Page 6 Page 6

7 Nette Présence des participations stratégiques Il est à rappeler que pour mesurer la part du flottant détenue par les investisseurs étrangers et les MRE, le CDVM considère comme une participation stratégique, une participation qui représente plus de 4% du capital. A cet effet, le poids des participations stratégiques dans le montant total des investissements étrangers à la bourse revêt toujours la même importance. La proportion des participations stratégiques dans le montant de l investissement étranger en actions cotées est presque identique à celle de l année précédente et se situe à 89,52 % à fin Rapportées à la capitalisation boursière, les participations stratégiques représentent près de 27,18% en 2013 contre 23,8% en Hausse de la part flottante des capitaux étrangers en actions cotées La part flottante par rapport à la capitalisation boursière des capitaux étrangers investis à la Bourse de Casablanca et conservée au Maroc est en hausse pour l année 2013 pour s établir à 3,18% après avoir enregistré 2,7% en 2012 et 3% en La part flottante rapportée à la capitalisation flottante représente, de son côté 14,18%. 2. REPARTITION DE L INVESTISSEMENT PAR SECTEUR D ACTIVITE L investissement étranger à la bourse est concentré dans 13 secteurs d activité, à savoir : l électricité (JLEC 87%), les équipements électriques et électroniques (NEXAN Maroc 84%), les télécommunications (IAM 57%), l agroalimentaire (52%), les services aux collectivités (LYDEC 51%), l ingénierie et biens d'équipement industriels (51%), le secteur du bâtiment et des Matériaux de construction (49%), les loisirs et hôtellerie (35%), le pétrole et gaz (24), le secteur pharmaceutique (22%), le transport (20%), les distributeurs (19%), et les banques 19%. Page 7 Page 7

8 Source : Teneurs de comptes, Bourse de Casablanca, Calculs CDVM Page 8

9 3. ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES INVESTISSEURS ETRANGERS ET MRE Prédominance des investisseurs de la zone Euro L origine géographique des capitaux des étrangers et MRE demeure globalement stable en Le fait marquant par rapport à 2012 est la baisse de la part des européens et en contrepartie l augmentation de la part des investisseurs du Moyen Orient et ce suite à l introduction en bourse de JLEC détenue à hauteur de 85,79% par l Emirati TAQA. L analyse de la répartition des investisseurs en actions cotées par nationalité montre que les investisseurs européens demeurent les principaux détenteurs avec 80,55% du total des investissements étrangers en volume. En second plan, viennent les investisseurs du Moyen Orient avec 10,47% et l Amérique du Nord avec 3,98% Origine géographique Part de la Part de la Part de la Part de IE Part de IE Part de IE capitalisation capitalisation capitalisation Europe 25,19% 88,02% 24,05% 90,68% 24,46% 80,55% Moyen Orient 1,27% 4,44% 0,88% 3,30% 3,18% 10,47% Amérique du Nord 0,81% 2,82% 1,39% 5,23% 1,21% 3,98% Afrique 1,27% 4,44% 0,14% 0,52% 0,71% 2,34% Asie, Océanie et Amérique du Sud 0,08% 0,28% 0,07% 0,27% 0,81% 2,66% Total 28,62% 100,00% 26,52% 100,00% 30,37% 100,00% Source : Teneurs de comptes, Bourse de Casablanca, Calculs CDVM 4. REPARTITION DU MONTANT DE L INVESTISSEMENT PAR TYPE D INVESTISSEURS Place centrale des personnes morales étrangères non résidentes Le montant investi par les investisseurs non résidents (personnes morales) est en hausse de 15,40% à fin 2013, avec plus de 134,1 milliards de dirhams. La part de cette catégorie d investisseurs a légèrement baissé par rapport à 2012 et représente 97,90% du montant de l investissement étranger en actions cotées. Qualité ENR Catégorie 31/12/ /12/ /12/2013 Variation 2012vs2013 Montant % Montant % Montant % % PM ,60% ,40% ,90% 15,40% PP 245 0,20% 191 0,20% 222 0,16% 16,17% PM ,70% ,00% ,81% -5,05% ER PP 349 0,20% 213 0,20% ,90% 478,83% MRE PP 383 0,30% 308 0,30% 308 0,22% -0,04% Total % % ,00% 16,00% Source : Teneurs de comptes, Bourse de Casablanca, Calculs CDVM Page 9

10 Forte présence des personnes morales françaises non résidentes L analyse de la structure de l investissement étranger par nationalité et par type d investisseurs fait ressortir une quasi-prépondérance des personnes morales françaises. Toutefois, la part des personnes morales françaises dans l investissement des personnes morales étrangères non résidentes a diminué en passant de 77,22% en 2012 à 69,90% en REPARTITION PAR LIEU DE CONSERVATION Prédominance des titres conservés au Maroc Près de 99,92% de la capitalisation boursière est conservée auprès des teneurs de comptes marocains affiliés au Dépositaire Central Maroclear. Une valeur est en partie conservée hors du Maroc La part des titres conservés en dehors du Maroc est en baisse passant de 0,12% de la capitalisation boursière en 2012 à 0,08% à fin Seule la valeur Maroc Telecom est en partie conservée hors du Maroc, auprès de teneurs de comptes conservateurs affiliés au dépositaire central français Euroclear France. Répartition de la capitalisation boursière selon le lieu de conservation (En Millions de Dirhams) Capitalisation Boursière dont : Conservée hors du Maroc dont : - Valeur Maroc Telecom Conservée au Maroc dont : Détenue par les résidents Marocains Détenue par les étrangers et les MRE, dont : - Etrangers résidents - Etrangers non résidents 31/12/ /12/ /12/2013 Variation 2012/2013 Montant % Montant % Montant % ,00% ,00% ,00% 1,31% 740 0,14% 536 0,12% 379 0,08% -29,29% 740 0,14% 536 0,12% 379 0,08% -29,29% ,86% ,90% ,92% 1,35% ,20% ,70% ,63% -4,29% ,60% ,20% ,37% 15,99% ,30% ,30% ,52% 69,65% ,30% ,80% ,78% 16,97% - MRE 383 0,10% 308 0,10% 308 0,07% -0,04% Source : Teneurs de comptes, Bourse de Casablanca, Calculs CDVM Page 10 Page 10

11 II. OPCVM 1. EVOLUTION DE L INVESTISSEMENT ETRANGER EN TITRES D OPCVM Au 31 décembre 2013, le montant de l investissement étranger en titres d OPCVM a atteint 944,2 millions de dirhams contre 1,299 milliard de dirhams en 2012, enregistrant une régression annuelle de 27 %. Durant la même période, l actif net global sous gestion des OPCVM a connu une hausse de 1,53% pour s établir à 245,5 milliards contre 241,8 milliards en La part en titres d OPCVM détenue par les étrangers et les MRE par rapport à l actif net total des OPCVM a baissé légèrement passant de 0,54 % en 2012 à 0,38% en Les investisseurs (personnes physiques) étrangers résidents au Maroc affichent la plus forte progression en termes de montant investi. En effet, le volume détenu par les étrangers résidents a fortement augmenté en une année passant de 236,7 millions de dirhams en 2012 à 316,4 millions de dirhams en 2013, soit une augmentation de près de 34% en montant d investissement. Les plus fortes baisses cette année concernent principalement les MRE qui représentaient en 2012, 59,56% du total de l'investissement étranger en titres d OPCVM alors que cette année, ils ne représentent que 39,26%, soit une baisse de 52% en montant investi. La deuxième baisse en 2013 concerne les personnes morales étrangères résidentes dont l investissement en OPCVM a reculé de 47%. En 2012, cette catégorie d investisseurs contribuait à hauteur de 4,15% du total investissement étranger en titres d OPCVM alors que cette année, elle ne représente que 3,02%. Evolution de la structure de l investissement étranger en OPCVM (en Dhs) Qualité Catégorie 31/12/ /12/ /12/2013 Montant % Montant % Montant % Variation 2012/2013 ENR ER PM ,76 8,09% ,61 4,97% ,73 7,21% 5% PP ,26 18,58% ,17 13,10% ,93 17,00% -6% PM ,06 2,40% ,41 4,15% ,61 3,02% -47% PP ,67 29,88% ,03 18,22% ,49 33,51% 34% MRE PP ,38 41,05% ,37 59,56% ,88 39,26% -52% Total ,00% ,00% ,00% -27% Actif net global des OPCVM Total/Actif net global ,39% 0,54% 0,38% Page 11 Page 11

12 2. PREFERENCE POUR LES OPCVM MONETAIRES ET LES OPCVM OBLIGATAIRES Le montant global de l investissement en titres d OPCVM détenu par les investisseurs étrangers en 2013 montre encore une fois la préférence pour les OPCVM «Monétaires» avec une part de 30% (contre 49% en 2012) suivie des obligations MLT avec 27% contre 18% en La part investie dans les OPCVM contractuels représente de son côté 19% du montant investi. Répartition de l'investissement étranger et MRE par catégorie d'opcvm 4% 27% 19% Actions 5% Contractuel Diversifiés 15% Monétaire 30% Obligations CT Obligations MLT 3. PREPONDERANCE DES PERSONNES PHYSIQUES La tendance observée durant ces dernières années se confirme encore cette année avec les personnes physiques qui dominent les investissements étrangers en titres d OPCVM. En montants d investissements, la part des personnes physiques est au même niveau que l année précédente et s est établie à fin 2013 à 847,6 millions de dirhams contre 1181,01 millions de dirhams en 2012 (soit une baisse de 28% en volume). Les MRE représentent près de 40% du total des investissements étrangers en OPCVM, contre une part de 59% en Les étrangers résidents arrivent en second lieu avec 36,5% et enfin les étrangers non résidents en dernier avec 24,21% du total des investissements en titres d OPCVM. Page 12 Page 12

13 III. Conclusion La part de la capitalisation boursière détenue par les étrangers et les MRE s élève à 30,37% en 2013 contre 26,5% en La hausse du montant de l investissement des étrangers est expliquée par une augmentation du nombre d investisseurs et par l introduction en bourse de JLEC. Les européens demeurent les premiers investisseurs étrangers à la Bourse de Casablanca avec 24,46 % de la capitalisation boursière dont 71,07 % concernent les investissements français. Même si elle représente un poids négligeable dans la capitalisation boursière, la part flottante détenue par les étrangers et les résidents marocains à l étranger dans la capitalisation boursière est en légère hausse en 2013 avec 3,18 % contre 2,7% en Les participations stratégiques dominent à hauteur de 89,52% l investissement total des étrangers et MRE à la Bourse de Casablanca. L encours des investissements étrangers en titres d OPCVM affiche une baisse de 27% mais ne représente qu une part négligeable dans l actif net global (0,38%). Page 13 Page 13

14 IV. Annexes Abréviations ENR : Etranger non résident ER : Etranger résident MRE : Marocain résidant à l étranger PM : Personne morale PP : Personne physique U.E.B.L : Union Economique Belgo-Luxembourgeoise 1. Structure de l investissement en actions cotées des étrangers non résidents personnes morales, conservées au Maroc, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ENR PM FRANCE ,92 71,40% ENR PM EMIRATS ARABES UNIS ,20 7,87% ENR PM ETATS-UNIS ,95 3,60% ENR PM U.E.B.L ,76 3,04% ENR PM SINGAPOUR ,29 2,70% ENR PM ESPAGNE ,00 2,44% ENR PM GRANDE-BRETAGNE ,45 2,26% ENR PM ARABIE SAOUDITE ,00 1,77% ENR PM SUEDE ,00 1,59% ENR PM KOWEIT ,70 0,95% ENR PM PORTUGAL ,00 0,71% ENR PM SOUTH AFRICA ,50 0,60% ENR PM Autres ,15 1,07% Total ,92 100,00% Page 14 Page 14

15 2. Structure de l investissement en actions cotées des étrangers non résidents personnes physiques, conservées au Maroc, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ENR PP FRANCE ,64 70,25% ENR PP EMIRATS ARABES UNIS ,00 18,88% ENR PP ARABIE SAOUDITE ,00 7,13% ENR PP SUISSE ,80 0,91% ENR PP ESPAGNE ,80 0,76% ENR PP SUEDE ,00 0,53% ENR PP ALGERIE ,50 0,45% ENR PP KOWEIT ,00 0,28% ENR PP ITALIE ,00 0,22% ENR PP TAIWAN ,00 0,12% ENR PP CANADA ,60 0,12% ENR PP ALLEMAGNE ,65 0,10% ENR PP Autres ,80 0,24% Total ,79 100,00% 3. Structure de l investissement en actions cotées des étrangers résidents personnes morales, conservées au Maroc, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ER PM FRANCE ,05 97,50% ER PM ETATS-UNIS ,60 2,49% ER PM U.E.B.L ,00 0,01% Total ,65 100,00% Page 15 Page 15

16 4. Structure de l investissement en actions cotées des étrangers résidents personnes physiques, conservées au Maroc, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ER PP LIBAN ,20 66,09% ER PP FRANCE ,21 28,99% ER PP EMIRATS ARABES UNIS ,00 2,88% ER PP ALLEMAGNE ,45 0,77% ER PP ESPAGNE ,57 0,45% ER PP ARABIE SAOUDITE ,70 0,24% ER PP U.E.B.L ,60 0,09% ER PP ALGERIE ,60 0,08% ER PP SYRIE ,90 0,05% ER PP IRAQ ,20 0,05% ER PP TUNISIE ,20 0,04% ER PP ITALIE ,60 0,04% ER PP Autres ,75 0,23% Total ,98 100,00% 5. Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers non résidents personnes physiques, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ENR PP FRANCE ,97 85,65% ENR PP SUISSE ,51 3,48% ENR PP ESPAGNE ,83 3,02% ENR PP U.E.B.L ,45 2,25% ENR PP ALGERIE ,73 0,94% ENR PP ARABIE SAOUDITE ,52 0,64% ENR PP ALLEMAGNE ,48 0,63% ENR PP MAURITANIE ,09 0,47% ENR PP ETATS-UNIS ,58 0,40% ENR PP GRANDE-BRETAGNE ,31 0,38% ENR PP Autres ,47 2,15% Total ,93 100,00% Page 16 Page 16

17 6. Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers non résidents personnes morales, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ENR PM FRANCE ,35 64,78% ENR PM GRANDE-BRETAGNE ,84 17,03% ENR PM U.E.B.L ,70 12,62% ENR PM ESPAGNE ,84 5,57% Total ,73 100% 7. Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers résidents personnes morales, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ER PM FRANCE ,03 89,91% ER PM ETATS-UNIS ,98 6,15% ER PM ALGERIE ,60 3,93% Total ,61 100,00% Page 17 Page 17

18 8. Structure de l investissement en titres d OPCVM des étrangers résidents personnes physiques, par nationalité Qualité Catégorie Nationalité Montant Pourcentage ER PP FRANCE ,37 73,78% ER PP ALLEMAGNE ,51 4,98% ER PP ETATS-UNIS ,71 4,98% ER PP ESPAGNE ,57 3,37% ER PP ITALIE ,42 3,17% ER PP SUEDE ,53 2,93% ER PP LIBYE ,96 1,80% ER PP IRAN ,75 0,70% ER PP PAYS BAS ,11 0,70% ER PP TUNISIE ,55 0,57% ER PP GRANDE-BRETAGNE ,18 0,54% ER PP PALESTINE ,57 0,49% ER PP IRAQ ,13 0,33% ER PP U.E.B.L ,89 0,28% ER PP DANEMARK ,84 0,24% ER PP Autres ,41 1,14% Total ,49 100,00% Page 18 Page 18

19 9. Répartition de l investissement étranger en titres d OPCVM selon la qualité de l investisseur et la classification des OPCVM QUALITE ENR ER MRE CATEGORIE PM PP PM PP PP Actions Contractuel Diversifiés Monétaire Obligations CT Obligations MLT Total général % 21% 0% 11% 1% 0% 7% % 2% 20% 28% 28% 9% 17% % 1% 0% 8% 1% 1% 3% % 63% 27% 31% 37% 15% 34% % 14% 53% 22% 33% 74% 39% Total général Page 19

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

Guide pratique des OPCVM

Guide pratique des OPCVM 2010 Guide pratique des OPCVM Service Education des Epargnants CDVM V 3 06/10/2010 Produits de gestion collective OPCVM Les OPCVM au Maroc Qu est ce qu un OPCVM Comment fonctionnent-ils? Quels sont les

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES LES PERSONNES CONCERNÉES Personnes physiques ou morales résidentes : disposant d une résidence, d un

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

L actif net des organismes de placement collectif français non monétaires augmente en 2013 en dépit de retraits nets

L actif net des organismes de placement collectif français non monétaires augmente en 2013 en dépit de retraits nets L actif net des organismes de placement collectif français non monétaires augmente en 213 en dépit de retraits nets Gisèle FOUREL et Stephen LECOURT Direction des Statistiques monétaires et financières

Plus en détail

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Semaine du 20/04/2015 au 24/04/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Etats-Unis : Croissance de 2,7% attendue Sur le plan national -

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Note relative à l investissement direct étranger dans le monde et au Maroc

Plus en détail

ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015

ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015 ACTIVITE MONETIQUE 1ER TRIMESTRE 2015 L activité monétique durant le 1 er trimestre 2015 est marquée par la progression de l usage des cartes bancaires marocaines et une quasistagnation dans l acceptation

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

IV - Domaine social 1 - Accords de circulation et de réadmission des personnes

IV - Domaine social 1 - Accords de circulation et de réadmission des personnes IV - Domaine social 1 - Accords de circulation et de réadmission des personnes 20 septembre 1955-17 janvier 1956 : Échange de notes constituant accord au sujet de la gratuité des visas accordés aux personnels

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam

Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam Focus sur Asie 9 pays: Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Singapour, Corée du Sud, Taiwan, Thaïlande et Vietnam 1 Chine Singapour Hong Kong Cross Border ZBA Crédit Agricole CIB succursale du Japon solutions

Plus en détail

Distribution interdite aux États-Unis, au Canada, en Australie et au Japon

Distribution interdite aux États-Unis, au Canada, en Australie et au Japon Communiqué de presse Rabat, le 10 décembre 2004 MAROC TELECOM ANNONCE LE SUCCES DE SON INTRODUCTION EN BOURSE SUR LES PLACES DE CASABLANCA ET DE PARIS L introduction en bourse de Maroc Telecom a rencontré

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2011/25 NOTE COMMUNE N 16/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Entretiens Louis le Grand. 30 et 31 août 2007

Entretiens Louis le Grand. 30 et 31 août 2007 Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007 Étude de cas Orange- FT Alexandre Pébereau Thierry Dubly Entretiens Louis le Grand 30 et 31 août 2007 2 Entretiens Louis le Grand 2007 étude de cas Orange-FT

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en :

Les opérations par cartes étrangères se répartissent en : 1 er trimestre 2014, croissance confirmée pour l usage des cartes bancaires au Maroc : progression de +31% des opérations de paiement en ligne et de +21% pour les opérations de paiement sur TPE De source

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Introductions à la Bourse de Casablanca :

Introductions à la Bourse de Casablanca : Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Introductions à la Bourse de Casablanca : tendances, déterminants et résultats techniques Novembre 2 0 0 9 Sommaire Synthèse 1 Introduction......

Plus en détail

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3. Données techniques 7

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3. Données techniques 7 Semaine du 05/08/2013 au 08/08/2013 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Chine: les échanges commerciaux retrouvent des couleurs Sur le

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Giorgia Giovannetti Directrice du volet «Développement» du Programme de gouvernance mondiale Centre d études Robert Schuman Institut universitaire

Plus en détail

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97 analyses 2 2 analyses 1 La position extérieure globale du Luxembourg 98 1.1 Introduction 98 1.2 La position nette par catégorie d actifs : vue d ensemble 99 1.3 La position d investissements directs 11

Plus en détail

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie

Région Haute-Normandie. Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Région Haute-Normandie Plan régional pour l internationalisation des entreprises en Haute-Normandie Novembre 2013 ! "# $"% &%'' $ (')#!*+,*'-#&+,./ 0 $1&/2+,(.'1&/2+,(.'' 3,/,// 4 (553 5#+' 2 '+ 0 6 #

Plus en détail

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions RESUME Le régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d intentions, réformé

Plus en détail

L ATTRACTIVITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS

L ATTRACTIVITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS L ATTRACTIVITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FRANÇAIS 1/ Un enseignement très ouvert aux étudiants étrangers En raison de l importance des partenariats développés par des universités et grandes écoles françaises

Plus en détail

Les indices de la Bourse de Casablanca

Les indices de la Bourse de Casablanca Les indices de la Bourse de Casablanca PAGE DE COUVERTURE Hassan FASSI FIHRI Statistiques et Indices Plan Les indices boursiers Qu est ce qu un indice? Caractéristiques des indices Ajustement des indices

Plus en détail

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE

PROSPECTUS COMPLET PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PROSPECTUS COMPLET OPCVM conforme aux normes européennes PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE Présentation succincte : Dénomination : Forme juridique : Compartiments/nourricier : Société de gestion

Plus en détail

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma Nouvelle Classification Europerformance Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma ANCIENNE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE NOUVELLE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE Famille Trésorerie Tresorerie

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST»

AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST» AVIS AUX ACTIONNAIRES SUISSES DE LA SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE DE DROIT LUXEMBOURGEOIS «DNCA INVEST» Les actionnaires suisses de la société d investissement à capital variable (ci-après

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

HSBC Receivables Finance

HSBC Receivables Finance HSBC Receivables Finance A strength for a Global & Sustainable Business Lionel CHOURAKI Directeur Commercial Adjoint STRATEGIE DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES AFFACTURAGE: LEVER DU CASH EN TOUTE SIMPLICITE

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Sommaire INVESTIR AU MAROC

Sommaire INVESTIR AU MAROC INVESTIR AU MAROC Sommaire Profil du pays 3 Économie du Maroc 3 Infrastructures 4 Axes de développement majeurs du Maroc 6 Avantages comparatifs du Maroc 6 Incitations pour les investisseurs étrangers

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM conforme aux normes européennes SG MONETAIRE EURO PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SG MONETAIRE EURO FORME JURIDIQUE : SICAV de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger Rabat, le 15 juillet 2008. Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger Dans le cadre de la libéralisation

Plus en détail

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014

Attijariwafa bank Présentation. Conseil d administration. Chiffres-clés Consolidés / IFRS. Réseau et effectifs Décembre 2014 Février 2015 Attijariwafa bank Présentation Attijariwafa bank est le premier groupe bancaire et financier du Maghreb et de l UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine) et acteur de référence

Plus en détail

des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes

des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes La réglementation r des changes : Application pratique des principes du contrôle des changes Le contrôle des changes Définition = système de réglementation des mouvements de fonds entre les résidents et

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12

LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 LE CAPITAL-INVESTISSEMENT, UN OUTIL PLEINEMENT RÉGULÉ AU SERVICE DU FINANCEMENT DIRECT DE L ÉCONOMIE RÉELLE Rencontres institutionnelles de l AF2i 12 juin 2013 Introduction Les chiffres clés du capital-investissement

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE

SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE SOMMAIRE ETUDE DU MOIS : FISCALITE MOBILIERE TITRE 1 : REGIME FISCAL DES PERSONNES PHYSIQUES I- PERSONNES PHYSIQUES RESIDENTES 2 A- TAXATION DES PROFITS DE CESSION 2 a- Champ d'application de la taxe 2

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : Conforme aux normes européennes DENOMINATION :

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : Conforme aux normes européennes DENOMINATION : SOGEMONE CREDIT PROSPECTUS SIMPLIFIE Conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : DENOMINATION : SOGEMONE CREDIT FORME JURIDIQUE : FCP de droit français COMPARTIMENTS/NOURRICIER

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

Présentation pour Salon international des innovations financières Paris 04 Mars 2010

Présentation pour Salon international des innovations financières Paris 04 Mars 2010 Présentation pour Salon international des innovations financières Paris 04 Mars 2010 Présentation du Groupe Attijariwafa Bank Couverture géographique de plus en plus large Attijariwafa bank, banque née

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3

Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Semaine du 25/05/2015 au 29/05/2015 Synthèse du marché 2 Marchés Internationaux 2 Infos marchés et secteurs 3 Sur le plan international - Lafarge-Holcim : Cèdent 6,5 milliards d'actifs Sur le plan national

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s

de résultat opérationnel courant (3) en hausse de 20,7 % (4) Ratings AA-, perspective stable par Fitch Ratings et A2, perspective stable par Moody s REGARD SUR COFACE / Le Groupe Coface est un leader mondial de l assurance-crédit et un expert reconnu des risques commerciaux. Il propose aux entreprises du monde entier des solutions pour les protéger

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015

Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015 Chiffre d affaires pour le premier trimestre 2015 Un bon début d année en ligne avec les objectifs 2015 Chiffre d'affaires: 2 427 millions d euros +17,6% par rapport au premier trimestre 2014 Prises de

Plus en détail

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance.

Courtage de détail. en valeurs mobilières au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC. Quatrième trimestre 2013. ÉCONOMIE // Finance. ÉCONOMIE // Finance INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Courtage de détail en valeurs mobilières au Québec Mars 14 Quatrième trimestre 13 L Enquête sur le courtage de détail en valeurs mobilières au Québec

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français

PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE. BNP PARIBAS INDICE FRANCE Fonds commun de placement de droit français OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE DU FCP «BNP PARIBAS INDICE FRANCE» A. PARTIE STATUTAIRE 1 - PRESENTATION SUCCINCTE

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Le Colloque d une Place mobilisée au service des défis économiques du Royaume

Le Colloque d une Place mobilisée au service des défis économiques du Royaume COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Colloque d une Place mobilisée au service des défis économiques du Royaume Skhirat. Mercredi 30 septembre 2009. Plusieurs centaines d intervenants de la place financière marocaine

Plus en détail

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver?

«Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? «Les financements exports» ou comment en bénéficier, comment s y retrouver? Mme BLEYER et M. LEMESRE (Banque Populaire) M. BREHIER (Oséo) M. BRUN (Coface) M. HAM (DIRRECTE) Sommaire 1. Je m informe Grâce

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000

Tranche C Non cotée MAD 1 000 000 000 CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER EXTRAIT DE LA NOTE D INFORMATION EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE MONTANT GLOBAL DE L EMISSION : 1 MILLIARD DE DIRHAMS Tranche A Cotée Tranche B Non cotée Tranche

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE OPCVM conforme aux normes européennes PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010736355 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MAI 2009) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

FCPI Idinvest Patrimoine N 5

FCPI Idinvest Patrimoine N 5 FCPI Idinvest Patrimoine N 5 Profitez d une expertise de premier plan avec Idinvest Partners Un acteur de longue date De nombreuses institutions financières, classées parmi les premières en Europe, font

Plus en détail

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet Bilans 2012 des IDE en Méditerranée é en 2012 Focus sur les investissements t européens au Liban 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet www.anima.coop Observatoire des Investissements et Partenariats en

Plus en détail