Toutefois, cette vie sociale est réduite à un nombre limité de personnes qui participent aux conseils d'administration et aux assemblées générales.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Toutefois, cette vie sociale est réduite à un nombre limité de personnes qui participent aux conseils d'administration et aux assemblées générales."

Transcription

1 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant la Société Fermière de la Maison de l'alsace à PARIS Exercices 1992 à 1999 STATUTS, OBJET ET ACTIVITES DE LA SOCIETE FERMIERE Les deux départements alsaciens ont acquis à Paris, en 1968, un immeuble qu'elles ont décidé de faire gérer par une société d'économie mixte créée le 10 décembre 1968, et dénommée Société Fermière de la Maison de l'alsace (SFMA). Vie sociale : Cette société a une vie sociale active. Le conseil d'administration est réuni en tant que de besoin, jusqu'à quatre séances annuelles (1992 et 1999), deux à trois en général : l'assemblée générale a lieu chaque année au mois de juin et les collectivités actionnaires sont tenues largement informées de la vie de la société et de ses résultats, et des études prospectives proposant diverses solutions leur sont soumises. Toutefois, cette vie sociale est réduite à un nombre limité de personnes qui participent aux conseils d'administration et aux assemblées générales. En ce qui concerne les conseils d'administration, le quorum est certes atteint, mais aux assemblées générales, les présents sont en général entre 6 et 10, exceptionnellement 14 pour l'assemblée du 20 juin 1997, alors que les procurations l'emportent en nombre (32 procurations au Président ZETER à l'assemblée générale du 28 juin 1999) et que les ni présents ni représentés se chiffrent à une dizaine de personnes. Cette situation, déjà relevée lors du contrôle précédent, fragilise la société dont les orientations peuvent être fixées par quelques personnes seulement. Toutefois, une tentative faite à l'assemblée générale du 23 décembre 1993 pour changer l'objet de la société en l'engageant résolument dans des activités commerciales et pour changer la composition du conseil d'administration en augmentant la représentation des communes s'est heurtée au refus des départements exprimé par une lettre du 2 mars 1994 qui a imposé le retour au statu quo ante. Objet social Le statut de société d'économie mixte locale qui est celui de la société fermière de la Maison de

2 l'alsace l'oblige à respecter deux principes : Le premier, énoncé à l'article l'article 1er de la loi du 8 juillet 1983, impose aux sociétés d'économie mixte locales d'exercer des activités d'intérêt général : " Les communes, les départements, les régions et leurs groupements peuvent, dans le cadre des compétences qui leur sont reconnues par la loi, créer des sociétés d'économie mixte locales qui les associent à une ou plusieurs personnes privées et, éventuellement, à d'autres personnes publiques pour réaliser des opérations d'aménagement, de construction, pour exploiter des services publics à caractère industriel ou commercial, ou pour toute autre activité d'intérêt général ; lorsque l'objet de sociétés d'économie mixte locales inclut plusieurs activités, celles-ci doivent être complémentaires ". Le deuxième principe est celui de la liberté du commerce et de l'industrie énoncé par l'article 7 de la loi des 2-17 mars 1791 dont la jurisprudence a dégagé le principe de l'interdiction de la concurrence des entreprises privées par les services publics. Il ne peut être dérogé à cette interdiction, sous le contrôle du juge administratif, que lorsque " en raison de circonstances particulières de temps et de lieu " un " intérêt public " justifie l'intervention des collectivités locales (CE 30 mai 1930, chambre syndicale de commerce en détail de Nevers). Dans tous les cas, il doit s'agir d'un intérêt général dicté par des circonstances socio-économiques particulières de temps et de lieu. Le Conseil d'etat a rappelé que ce principe de la liberté du commerce et de l'industrie s'applique également à l'action des collectivités locales au travers de leurs sociétés d'économie mixte (Conseil d'etat 10 octobre 1994, Préfet de la Région Lorraine, 23 décembre 1994, commune de Clairvaux d'aveyron et autres). L'article 2 des statuts de la SEM dispose " La société a pour objet l'exposition, la représentation, la présentation des produits régionaux et la promotion touristique de l'alsace et, généralement, toutes opérations se rapportant aux activités ci-dessus susceptibles d'en favoriser la réalisation ou le développement. La Société assurera en particulier : a) l'étude des conditions d'installation et de fonctionnement de la Maison de l'alsace à Paris dans l'immeuble 39, avenue des Champs Elysées, à l'angle de la rue Marbeuf, appartenant en copropriété indivise aux départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin ; b) la prise à ferme de cet immeuble ;

3 c) l'aménagement et l'exploitation de l'immeuble comme Maison de l'alsace à Paris ". Cet objet social tel que l'ont défini les créateurs de la société et qui comprend à titre principal la représentation de l'alsace à Paris, et à titre annexe et complémentaire des activités telles que la présentation de produits régionaux, la promotion touristique, l'aménagement et l'exploitation de l'immeuble des Champs Elysées en tant que Maison de l'alsace, ne paraît donc pas appeler de remarques du point de vue de la régularité. Ces rappels, tant de l'environnement juridique des SEM que de la vocation même de la Société fermière, étant effectués, il convient d'examiner successivement les différentes activités de la SEM au cours de la période vérifiée, et aussi bien celles encore pratiquées que celles abandonnées ou déléguées. I. - ACTIVITES IMMOBILIERES L'immeuble sis 39, avenue des Champs Elysées à PARIS, qui a été acquis par acte du 18 juillet 1968 pour un montant de F par le Département du Bas-Rhin, est devenu copropriété indivise des deux départements alsaciens par acte du 12 décembre Le Département du Bas-Rhin a, au surplus, financé les travaux d'aménagement de l'immeuble, effectués notamment en 1970 et 1972 pour un montant d'environ F. Les redevances annuelles à la charge de la société pour mise à disposition de l'immeuble initialement prévues, et dont le montant et les dates à partir desquelles elles devaient être versées étaient contractuellement laissées à l'appréciation des conseils généraux, n'ont, depuis l'origine de la SEML, jamais été réclamées. En ce qui concerne la charge des réparations incombant normalement au propriétaire, une partie est prise en charge par chaque département selon des dispositions non harmonisées entre elles (subvention 2000 : Haut-Rhin : F correspondant à 50 % des travaux, Bas-Rhin : 50 % des travaux HT, dans la limite de F), mais en tenant compte du fait qu'une partie peut être supportée par la SEM sur les excédents qu'elle réalise, notamment du fait qu'il ne lui est pas réclamé de loyer. Ces libéralités, compensées par le fait que les excédents sont utilisés à la représentation de l'alsace à Paris, créent une situation peu nette où les droits et obligations réciproques de chacun - propriétaire et locataire - font pour partie l'objet de compensations et n'apparaissent donc pas clairement. En outre, des problèmes fiscaux pourraient découler de la disparition, par ce biais, de recettes taxables. Ce problème de compensation se retrouvait d'ailleurs avec les mêmes inconvénients dans les relations entre la SFMA et sa filiale, la BMAP.

4 En ce qui concerne les activités immobilières, cette absence de délimitation claire entre les dépenses incombant aux parties n'est sans doute pas étrangère au vieillissement des installations intérieures de l'immeuble qui, en tant que centre d'affaires, se trouve nettement déclassé par rapport à ses concurrents. Quant à l'exploitation de l'immeuble, elle correspond à deux modes de gestion distincts : - la location par bail commercial du restaurant occupant le rez-de-chaussée de l'immeuble, - la gestion d'un centre d'affaires avec bureaux, salons, services divers. En ce qui concerne la location du restaurant Cette activité peut être considérée comme conforme à l'objet social de la SEM qui comporte " l'exploitation de l'immeuble comme Maison de l'alsace à Paris " dans la mesure toutefois où le restaurant lui-même est représentatif de la gastronomie alsacienne, ce qui peut être contesté si l'on remarque : - l'identité des preneurs à bail, les frères Blanc, qui n'ont aucune attache alsacienne particulière et sont, au contraire, connus comme propriétaires d'une chaîne de restaurants typiquement parisiens : " Le Pied de Cochon, l'arbucci... " - la carte du restaurant, qui ne réserve pas une part exclusive, ni même majoritaire aux spécialités culinaires de l'alsace. Au surplus, la rentabilité de cette location, dont il convient de rappeler qu'elle prive la Maison de l'alsace d'un périmètre de vitrines et d'une salle en rez-de-chaussée facilement accessible, accessoires indispensables d'une maison de pays, n'est pas avérée. La Chambre a noté la procédure engagée pour tenter d'obtenir le réajustement d'un bail commercial qui n'a pas tenu compte de l'évolution de l'environnement résultant de l'aménagement des Champs Elysées à la fin du bail précédent. Les deux experts successifs qui sont intervenus ont estimé un loyer annuel de 1,7 MF, soit pratiquement le double du loyer actuellement pratiqué de 0,876 KF, tout en ne retenant pas la même date d'application, l'un le fixant dès le début de l'actuel bail, le , l'autre à l'issue de la première période triennale. La Chambre a pris note du fait que si cette dernière date était finalement retenue à l'issue du contentieux en cours, le manque à gagner induit par le raccourcissement de la période durant laquelle les arrièrés sont dus serait en partie compensé par le fait que le réajustement du loyer serait, en cette hypothèse, plus important. En ce qui concerne la gestion du centre d'affaires

5 La partie de l'immeuble des Champs Elysées qui n'est pas occupée par le restaurant est exploitée sous la forme de locations de bureaux aménagés avec prestations de services, de salons, de boîtes aux lettres avec services pouvant comprendre la domiciliation, le tout constituant un " centre d'affaires ". Les utilisations de ce centre d'affaires, que ce soit les locations permanentes de bureaux ou les locations à la journée, ou encore les manifestations organisées dans les salons, n'ont un lien avec l'alsace, et parfois très ténu, que dans une proportion d'environ 20 % du chiffre d'affaires généré par le centre. En outre, du fait de son aménagement vétuste, de l'exiguïté de ses espaces de circulation et notamment de son entrée, cette partie de l'immeuble, pas plus que le restaurant, n'est productive de revenus au niveau qui pourrait être attendu, compte tenu de la localisation de l'immeuble. Conclusions sur la gestion de l'immeuble des Champs Elysées Cette gestion de l'immeuble des Champs Elysées par la Société Fermière, tant pour ce qui concerne le restaurant que le centre d'affaires, pose deux questions différentes, quoique très liées, l'une relative à la conformité de cette gestion à l'objet social de la société et à l'intérêt général qui doit s'y attacher, l'autre à la rentabilité économique de cette même gestion. La première question tient au fait que la location du restaurant et la gestion du centre d'affaires représentent 90 % de la production vendue de la société fermière, alors que ces activités n'ont pas de rapport, ou qu'un rapport très marginal et parfois lointain, avec " l'exploitation, la représentation, la présentation des produits régionaux et la promotion touristique de l'alsace " qui constituent l'objet social de la société d'économie mixte. Ce fait devrait conduire les collectivités locales actionnaires de la Société Fermière de la Maison de l'alsace à poser la question de savoir si la gestion de l'immeuble des Champs Elysées d'une part, et l'existence d'une société d'économie mixte chargée de gérer cet immeuble d'autre part, sont encore les outils les mieux adaptés à la mission d'intérêt général initiale, celle de la promotion de l'alsace à Paris. Cette question paraît d'autant plus devoir être posée que de nombreux organismes subventionnés par la Région et les deux départements ont déjà, sous des formes diverses, la mission de la promotion de l'alsace au-delà des limites de la région. La deuxième question découle de la première. En effet, si la gestion de l'immeuble des Champs Elysées est, ou est devenue, pour l'essentiel, étrangère à la mission d'intérêt général pour laquelle les deux départements ont créé la Société Fermière de la Maison de l'alsace, il convient alors de se demander si la gestion de cet immeuble ne doit pas être examinée d'un autre point de vue, celui des intérêts patrimoniaux de ses propriétaires. A cet égard, le fait qu'aucun loyer ne soit versé par la société fermière aux deux départements qui

6 supportent, au moins en partie, les charges du propriétaire, est à rapprocher des revenus que ces deux départements pourraient obtenir soit de la vente, soit de la location, aux conditions du marché, d'un immeuble situé aux Champs Elysées. Dans l'hypothèse où les deux départements feraient le choix de conserver cet immeuble comme élément de leur domaine privé et de le louer aux conditions du marché, il leur reviendrait de définir les modalités de cette gestion locative dans le respect de la réglementation en vigueur. La Chambre a pris acte des réponses apportées à ses observations tant par la Société Fermière de la Maison de l'alsace que par les présidents des deux conseils généraux qui précisent que la situation actuelle découle du fait que la Société Fermière, et l'outil qui lui a été confié, ont été conçus il y a 30 ans, à une époque où n'existaient pas les différents organismes émanant des collectivités locales alsaciennes, chargés également de missions de développement du tourisme et qui sont apparus depuis. Elle note que la volonté exprimée par les présidents des conseils généraux de poursuivre la réflexion sur le devenir de la structure au regard du réajustement de ses missions et en fonction de son environnement actuel marqué par une multiplicité d'intervenants, va dans le sens de ses observations. II. - ACTIVITES DITES COMMERCIALES PRECEDEMMENT GEREES PAR LE BIAIS DE LA FILIALE BMAP ET ACTUELLEMENT SOIT DELEGUEES SOIT ABANDONNEES Lors de son précédent contrôle portant sur les exercices 1990 à 1991 mais terminé en décembre 1993, la Chambre avait également fait porter ses investigations sur la filiale de la société fermière, la Boutique de la Maison de l'alsace (BMAP), ainsi que sur une filiale de celle-ci, la société Michel Marc. S'agissant de la Boutique de la Maison de l'alsace, la juridiction financière avait, dans sa lettre d'observations définitives du 20 avril 1994, relevé le caractère artificiel et générateur de risques pour la société d'économie mixte d'une filiale dont elle détenait 99 % des capitaux. En soulignant l'absence de transparence pour les collectivités locales actionnaires d'un tel montage et en s'interrogeant sur les motifs qui conduiraient à le conserver, la Chambre n'entendait pas se prononcer sur le bien-fondé des activités de cette filiale qui pouvaient être considérées comme des activités annexes et complémentaires de l'activité principale de la SEM, celle de la promotion de l'alsace.

7 La fusion-absorption de la filiale BMAP, devenue un démembrement sans objet de la SFMA par concentration du capital sur cet unique actionnaire, ne peut donc être considérée que comme une mesure de simplification rétablissant une transparence nécessaire pour les collectivités territoriales actionnaires et mettant un terme à une aventure coûteuse sans véritable profit pour le renom de l'alsace. Les opérations de fusion n'appellent en elles-mêmes aucune observation particulière en ceci que la valorisation des éléments corporels et incorporels de la société absorbée a été effectuée dans le strict respect des règles en la matière. Cependant, la valorisation des fonds de commerce correspondant aux concessions du château du Haut-Koenigsbourg et de son pavillon, valeurs amortissables rapidement en raison de l'expiration à court terme des concessions (3 ans pour le château, 10 ans 5 mois pour le pavillon) conduit à des amortissements importants qui se répercutent sur les résultats constatés après fusion. En ce qui concerne les activités de la BMAP qui ont été abandonnées, il convient de noter que la plupart ont été la source de pertes financières importantes pour une représentation de l'alsace dont il n'est pas certain qu'elle ait servi le renom de la région. Sociétés franchisées Dès son précédent contrôle, la juridiction financière avait constaté que la situation financière de la société Michel Marc, société de restauration franchisée par la BMAP, devrait être réglée avant absorption de la BMAP par la société fermière. La déconfiture de cette filiale a eu pour la BMAP une incidence négative de F provisionnée sur l'exercice 1995 par la BMAP et reprise par la SFMA lors de l'absorption de sa filiale. En ce qui concerne les trois autres restaurants franchisés à Lyon, Nice et Angers, tous on dû fermer leurs portes et ont généré des contentieux dont l'un est encore pendant devant les tribunaux et dont les deux autres ont connu des sorts divers. Dans l'affaire de Lyon opposant la BMAP Conseil à la SNC Réal, la BMAP a été condamnée en appel à verser F à titre principal, F à titre accessoire et à lui rembourser ,67 F. Dans l'affaire de Nice, la SFMA - solidairement avec le Crédit Lyonnais - a été condamnée en première instance le 28 septembre 1998 à un remboursement de préjudice évalué à un F à titre principal et F au titre des frais. La Cour d'appel de Paris a, le 20 mars 2001, infirmé ce jugement, considérant qu'il n'était pas

8 suffisamment établi que la Société Fermière de la Maison de l'alsace ou le Crédit Lyonnais aient commis des fautes ayant entraîné directement pour la société alsacienne ou pour M. et Mme MARCEL un préjudice identifiable. Mais les circonstances propres à l'espèce ne permettent pas d'affirmer qu'une telle exonération des responsabilités pourra être obtenue dans l'affaire d'angers. En tout état de cause, cette incursion aventureuse dans un domaine commercial qu'à l'évidence elle maîtrisait mal n'a été pour la filiale de la Société Fermière que source de déboires qui se sont répercutés en tant que charges diverses pour la société mère. Gestion du château du Haut-Koenigsbourg, du Pavillon et de la Boutique Parisienne Après avoir effectué plusieurs consultations juridiques, la SFMA, après absorption de la BMAP, a décidé de donner en location gérance ses activités dites commerciales, à savoir la concession du château du Haut-Koenigsbourg, de son pavillon ainsi que de la Boutique sise rue du Colisée à Paris. Les autorisations nécessaires ayant été obtenues d'une part des propriétaires des biens pour transférer les concessions en cours, et d'autre part de la justice pour mettre en location gérance des fonds exploités insuffisamment longtemps en gestion directe, une large campagne d'information a permis la constitution de la Compagnie Alsacienne de Promotion destinée à exercer les activités déléguées sous couvert de conventions de location gérance. Celles-ci ont pris la forme de trois contrats distincts : - un pour la boutique signé le 27 août 1997 à Sainte-Croix aux Mines, - un pour le pavillon signé le 1er septembre 1997 à Colmar, - un pour le château, signé le 1er septembre 1997 à Colmar. Ils ne sont pas liés entre eux et se présentent comme totalement indépendants, ce qui permettra par la suite au locataire gérant de se dégager sans peine de la gestion déficitaire de la Boutique, en ne gardant des missions et représentations de l'alsace que celles qu'il estimait rentables. Il doit être tenu compte des empêchements de divers ordres, exposés dans la réponse aux observations de la Chambre, qui rendaient difficile, voire impossible, l'établissement d'un contrat unique. Cependant, il aurait été possible de rendre interdépendants les trois contrats en y insérant des clauses résolutoires qui auraient rendus caducs les deux autres en cas de résiliation de l'un d'eux.

9 Toutefois cette précaution n'aurait eu d'utilité que dans le cas où la société fermière aurait eu la volonté de reprendre la totalité de ces activités en régie et surtout aurait eu les moyens de dédommager le locataire évincé. En ce qui concerne la redevance due à la SFMA, elle sera selon contrats susvisés, calculée de la manière suivante en ce qui concerne le château et le pavillon : " Le présente location-gérance est consentie et acceptée, indépendamment des charges et conditions ci-dessus énoncées, moyennant le paiement d'une redevance annuelle hors taxes correspondante à (10 %) du résultat brut d'exploitation réalisé au titre de l'exploitation du fonds loué ". Cette clause initiale, qui assoit la redevance sur un résultat d'exploitation (solde intermédiaire de gestion inconnu du plan comptable actuel) n'incite en rien le locataire gérant à dégager un résultat positif. C'est en tout cas ce qui est advenu, les résultats du château et du pavillon étant de : F en 1995, F en 1996, aux temps de la gestion directe et retombant à F en 1997 et F en 1998, après la mise en location gérance. Les renégociations intervenues lors de l'abandon de la boutique et qui ont conduit, entre autres, à calculer la redevance sur le chiffre d'affaires et non plus sur un résultat ont eu un effet positif sans que pour autant la location gérance ne soit devenue financièrement aussi intéressante que la location directe. En effet, face à des revenus qui, avant location-gérance et après avoir épongé le déficit de la boutique d'environ 525/ F, étaient en 1996 d'environ F/an, la redevance calculée sur le résultat d'exploitation représentait environ F, et F en 1999, hors charges refacturées et avec calcul sur le chiffre d'affaires. Même s'il paraît probable que les résultats en gestion directe s'expliquaient en partie par les transferts de charge de frais de structure sur les activités immobilières, le manque à gagner du fait de la mise en location gérance a déséquilibré les résultats de la société fermière. En outre, à terme, le manque à gagner deviendra perte définitive de revenus puisqu'à l'expiration des concessions la Caisse des monuments historiques et la Ville de Sélestat pourront traiter directement avec le véritable concessionnaire, soit la Compagnie Alsacienne de Promotion. Sur le plan économique et financier, et en faisant abstraction des problèmes juridiques de compétences soulevés par les collectivités actionnaires, il apparaît qu'il aurait été préférable

10 d'attendre 2002 pour le château et 2006 pour le pavillon, soit l'échéance du renouvellement des concessions, avant de songer à gérer ces biens et notamment le château et le pavillon par des contrats de location gérance aussi peu rémunérateurs. La SFMA aurait ainsi pu s'assurer des revenus substantiels plus longtemps et étaler l'amortissement des actifs incorporels générés par la fusion. En ce qui concerne la boutique, dont la gestion directe était déjà à l'époque largement déficitaire, la compagnie alsacienne de promotion, en dépit des mesures prises dès 1998 par la SFMA pour diminuer les charges de cette exploitation, a décidé de ne plus renouveler ce contrat de location gérance au-delà du 31 décembre Au cours des négociations entreprises, la société fermière a su défendre ses intérêts et imposer à la société locataire gérante des concessions dont - la reprise des stocks, - la reprise des immobilisations, - la prise en charge du licenciement du personnel, - l'achat d'une partie des éléments incorporels couvrant financièrement le solde de l'emprunt relatif à l'acquisition du local par la Maison de l'alsace en 1997, qui toutes confondues, et selon la réponse apportée aux observations provisoires, auraient permis d'économiser F sur le coût final de l'opération. Mais la société fermière n'en a pas moins supporté une perte exceptionnelle de F dans le même temps qu'elle transférait au locataire gérant l'organisation de manifestations extérieures rentables. Une fois de plus, une activité annexe à la représentation de l'alsace à Paris intervenant en plein secteur soumis à la concurrence et mal maîtrisée se solde, après avoir accumulé les déficits, par une perte finale. III. - AUTRES ACTIVITES Les autres activités, notamment la promotion touristique en faveur de l'alsace et des Vosges, la gestion des vitrines de l'immeuble, l'organisation de manifestation en faveur d'organismes alsaciens, la gestion subventionnée par la Région d'un centre de documentation correspondent mieux que les activités ci-avant décrites à l'objet social de la société fermière, mais présentent, du point de vue des recettes d'une société d'économie mixte, jouissant d'une totale autonomie financière et tenue d'équilibrer ses comptes, un caractère tout à fait marginal, la grande masse

11 des recettes étant procurée par des activités au caractère de plus en plus éloigné de l'objet social, comme il a été souligné plus haut. Dans le même temps, la location de la quasi-totalité du rez-de-chaussée à un restaurant - dont l'authenticité alsacienne n'est pas avérée - prive l'immeuble du rôle de maison de pays qu'il devrait jouer, en confisquant les locaux les plus indiqués pour ce faire. Une mention particulière doit être faite en ce qui concerne le Club Alsace dont l'aménagement vétuste limite le caractère attractif, y compris pour les élus alsaciens censés en être les principaux utilisateurs Sur ce point, il est donné acte de la réponse aux observations de la Chambre, qui reconnaît la nécessité de redéfinir les missions du Club et de réfléchir à son mode de gestion. IV. - AVENIR DE LA SFMA ET DE L'IMMEUBLE Depuis que la gestion du château du Haut-Koenigsbourg et de son pavillon a été déléguée, les résultats nets de la SFMA sont devenus nettement négatifs, d'environ 1 million de francs en 1998 et en La juridiction financière est consciente, ainsi qu'il lui a été fait valoir en réponse à ses observations provisoires, de l'influence négative sur les résultats de l'amortissement des fonds de commerce du Haut-Koenigsbourg. Elle donne volontiers acte du fait que la valorisation de ces fonds a été effectuée dans le strict respect des règles comptables et que le montant élevé des annuités d'amortissement résulte de la brièveté de la durée des concessions restant à courir. Elle a également noté les réponses qui lui ont été apportées en ce qui concerne le rééquilibrage depuis deux ans des résultats et de la situation de la trésorerie, ainsi que le fait que le nonversement de loyer aux départements propriétaires de l'immeuble ne constitue pas une libéralité sans cause de leur part, mais correspond à un subventionnement des missions d'intérêt général imposées à la SEM. Il n'en demeure pas moins, et bien que les perspectives actuelles soient meilleures, que la société fermière a envisagé, pour faire face à ses difficultés de trésorerie subsistantes, de demander aux deux départements et à la Région une avance en compte courant. Sous réserve de l'appréciation des autorités chargées du contrôle de la légalité des actes des collectivités territoriales et, le cas échéant, de celle de la juridiction administrative, la chambre rappelle que les collectivités locales actionnaires d'une société d'économie mixte ne peuvent lui consentir des avances, et plus généralement des concours financiers, que pour l'exécution d'une mission précise résultant d'une convention, et en aucun cas pour éponger un passif ou pour remédier à une absence chronique de rentabilité de la société.

12 Pour des problèmes structurels et permanents, les collectivités doivent recourir à une recapitalisation sous réserve de trouver les partenaires privés consentant à investir eux aussi pour maintenir à 20 % minimum la part privée du capital de la SEM (CE du Préfet du Département des Alpes de Haute-Provence c/commune d'allos). Toutefois, une décision consensuelle de recapitalisation de la société fermière de la Maison de l'alsace ne devrait intervenir qu'après que les collectivités actionnaires et notamment les collectivités propriétaires de l'immeuble des Champs Elysées se seront prononcées sur l'avenir de la société et sur celui de cet immeuble, étant noté que des études ont été lancées à ce propos. A leur lumière, pourront être débattues les deux questions essentielles déjà évoquées que sont : - l'adaptation du bien immobilier aux missions redéfinies, si toutefois le maintien d'une représentation physique de l'alsace à Paris est jugé indispensable, - l'adaptation du statut juridique de la SFMA aux missions ainsi redéfinies. Toutes les décisions qui doivent en découler concernant l'aliénation éventuelle de l'immeuble, la liquidation de la SEM, la poursuite de la représentation in situ de l'alsace à Paris, éventuellement dans d'autres locaux et sous une autre forme juridique, demeurent des questions d'opportunité qui relèvent de la seule compétence des collectivités locales concernées. Il doit seulement être indiqué que la persistance de la situation actuelle, structurellement déficitaire, génératrice d'un manque à gagner significatif, insatisfaisante sur le plan même de l'accomplissement de l'objet social de la SFMA et juridiquement incertaine, ne relève ni d'une bonne gestion financière ni d'une bonne administration. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE Strasbourg, le 8 juin 2001 Le Président JPH/CR/N /GR RECOMMANDEE AVEC A.R Monsieur le Président de la Société Fermière

13 de la Maison de l'alsace 39, avenue des Champs Elysées PARIS OBJET : Observations définitives à la suite de l'examen des comptes de la Société Fermière de la Maison de l'alsace P-J : 1 Monsieur le Président, Par lettre du 29 mars 2001, je vous avais fait part des observations provisoires que la chambre régionale des comptes avait formulées sur la gestion de la Société Fermière de la Maison de l'alsace au titre des exercices 1992 à Vous voudrez bien trouver, ci-joint, la version définitive de ces observations arrêtées par la Chambre, dans sa séance du 29 mai 2001, après examen, conformément à l'article L du code des juridictions financières, des éléments de réponse contenus dans votre lettre du 12 avril Conformément aux dispositions de l'article L du code des juridictions financières, les présentes observations définitives sont transmises aux maires et présidents des différentes collectivités locales actionnaires de la SEM, qui devront les communiquer à leurs assemblées délibérantes respectives dès leurs plus proches réunions. En application du principe du libre accès aux documents administratifs institué par la loi n du 17 juillet 1978, les observations seront de plein droit communicables à toute personne qui en fera la demande, à compter de la réunion des assemblées délibérantes concernées. En tout état de cause, ces observations seront considérées comme communicables à compter du dernier jour du trimestre qui suit celui de la notification. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération distinguée. signé : Bernard LEVALLOIS

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant le Comité d'action pour le Progrès Economique et Social Haut-Rhinois (C.A.H.R) Exercice 1994 à 1997 1. Les comptes et la situation

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître

PREFECTURE DE L OISE. Beauvais, le 2 mai 2006. Objet : modification du régime juridique des biens vacants sans maître PREFECTURE DE L OISE Direction des Relations avec les Collectivités Locales Bureau de l'urbanisme, des affaires foncières et scolaires Affaire suivie par : M. ABDELLATIF Mme LENGLIN Tel : 03 44 06 12 76/

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Monsieur le Président, Par courrier en date du 3 octobre 2006, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 4 octobre 2006. En application

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public

Les degrés de délégations de service public. Typologie des modes de délégation du service public Il n'existe pas de définition légale ou réglementaire explicite des modes de délégation de service public que représentent la concession, l'affermage, la régie intéressée ou la gérance (Circulaire du 7

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

Conditions Générales Location d équipements terminaux

Conditions Générales Location d équipements terminaux Conditions Générales Location d équipements terminaux Vous trouverez dans le présent document les conditions générales qui s'appliquent à la location des équipements terminaux de Orange. Elles peuvent

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Monsieur le Maire, Par courrier en date du 5 mars 2004, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 6 mars 2004. En application de l'article

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître?

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître? BIENS SANS MAITRE Qu'est ce qu'un bien sans maître? Il ne peut s'agir que de biens immobiliers. Ces immeubles par leur nature sont susceptibles de propriété privée mais ils ne font l'objet d'aucune appropriation

Plus en détail

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux

Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux Partie 2.2 : Le champ d application des bénéfices industriels et commerciaux La détermination du résultat imposable de l entreprise individuelle industrielle et commerciale suppose, avant toute étude des

Plus en détail

Financements bancaires des travaux en copropriété

Financements bancaires des travaux en copropriété Logement social & SEM Immobilières Financements bancaires des travaux en copropriété Serge Tisserant Caisse d Epargne Ile-de-France Direction du Marketing et du Développement Pôle Banque du Développement

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND MAI 2015 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires qu'elle vous avait adressées le 8 juin 1998 sur la gestion de la mutuelle de retraite

Plus en détail

Ces observations sont également notifiées au Maire du Grau-du-Roi en application du même article.

Ces observations sont également notifiées au Maire du Grau-du-Roi en application du même article. Monsieur le Président, Par lettre du 7 juillet 2000, la Chambre a porté à votre connaissance ses observations provisoires concernant la gestion de la société d'aménagement du Grau-du-Roi (SAGR) au cours

Plus en détail

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration.

STATUTS. Elle a son siège au Havre (76), 45 rue Lord Kitchener. Il pourra être transféré ailleurs par simple décision du Conseil d'administration. STATUTS I. Individualisation de l'association Article 1 : constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association, régie par la loi du 1er juillet 1901 modifiée

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

Démolition et relogement : le droit applicable

Démolition et relogement : le droit applicable Novembre 2005 Démolition et relogement : le droit applicable Direction juridique et fiscale Hervé des Lyons 4, rue Lord Byron - 75008 Paris Tél.: 01 40 75 68 68 - Fax: 01 40 75 68 10 djef@union-habitat.org

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE. Apport compte courant d associé à la SEM Cité de la Mer et capital social

COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE. Apport compte courant d associé à la SEM Cité de la Mer et capital social COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE Séance du 22 décembre 2005 Délibération n 2005/326 Apport compte courant d associé à la SEM Cité de la Mer et capital social La Cité de la Mer, comme

Plus en détail

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678

ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 ARRET Cour Administrative d Appel de Paris 30 avril 2013 n 12PA02246 et 12PA02678 Vu I ) la requête, enregistrée le 22 mai 2012 sous le n 12PA02246, présentée pour la société ebay France, dont le siège

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

LA RÉVISION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX PROFESSIONNELS

LA RÉVISION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX PROFESSIONNELS LA RÉVISION DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX PROFESSIONNELS LA MISE À JOUR PERMANENTE DES VALEURS LOCATIVES DES LOCAUX PROFESSIONNELS LA DECLARATION DES LOYERS Quand déclarer? Comment déclarer? Que déclarer?

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire

- JURISPRUDENCE - Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive européenne Action récursoire 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (4 ième chambre ) 18 avril 2001 Assurances Contrat type d assurance R.C. auto Inapplication d une directive

Plus en détail

Le compteur d eau individuel

Le compteur d eau individuel Le compteur d eau individuel Le comptage individuel, qui peut être une source d'économies, peut aussi être une source de complications s'il ne fait pas l'objet d'une mise en oeuvre rigoureuse. Avant de

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Le coût prévisionnel TTC et le financement de l opération sont les suivants :

Le coût prévisionnel TTC et le financement de l opération sont les suivants : Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 17 mars 2000 ----------------- Rapporteur : Mme LE DOUARIN ----------------- N 22 GARANTIE D EMPRUNT

Plus en détail

Le président. jff/fs/n 1098/gr. Strasbourg, le 10 septembre 2004. Recommandé avec A.R

Le président. jff/fs/n 1098/gr. Strasbourg, le 10 septembre 2004. Recommandé avec A.R Le président jff/fs/n 1098/gr Strasbourg, le 10 septembre 2004 Recommandé avec A.R Objet : Notification du rapport d observations définitives relatif à l examen de la gestion du comité régional du tourisme

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 9 - Le louage Réponses aux questions 9.1 Le louage de meubles est le contrat par lequel une personne, le locateur,

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE

PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE Inscrit au Registre des Mandats de location sous le numéro : PROCURATION ET MANDAT DE GESTION LOCATIVE Au Profit de : L'AGENCE IMMOBILIERE «OPEN IMMOBILIER» Carte professionnelle N 2010 140 G délivrée

Plus en détail

Décision déférée à la Cour : Ordonnance du 15 Janvier 2008 -Tribunal d'instance de BOBIGNY - RG n 1207000889

Décision déférée à la Cour : Ordonnance du 15 Janvier 2008 -Tribunal d'instance de BOBIGNY - RG n 1207000889 Page 1 Document 10 de 11 Cour d'appel Paris Chambre 14, section A 2 Juillet 2008 N 08/04461 MANICOR / OPAC HLM VILLE DE DRANCY Classement :** Contentieux Judiciaire Résumé Numéro JurisData : 2008-369448

Plus en détail

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 -

LAVIGNE & ZAVANI. Administration de biens Syndics de Copropriété. - page 1 - LAVIGNE & ZAVANI Administration de biens Syndics de Copropriété - page 1 - CONTRAT DE GESTION IMMOBILIERE (Mandant : personne physique) Loi n 70-09 du 2 Janvier 1970, décret n 72-678 du 20 Juillet 1972)

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

Petites Informations Juridiques n 1

Petites Informations Juridiques n 1 L OBLIGATION DE REPRISE DU PERSONNEL DANS LES CONTRATS DE TRANSPORT Cadre législatif et réglementaire Droit communautaire Règlementation interne Article 4.5 du règlement n 1370/2007/CE du 23 octobre 2007

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Activation des frais de constitution d'une société

Activation des frais de constitution d'une société I. Frais d'établissement Sont portés sous cette rubrique, s'ils ne sont pas pris en charge à un autre titre durant l'exercice au cours duquel ils ont été exposés, les frais qui se rattachent à la constitution,

Plus en détail

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI adoptée le N 18 SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR LE SÉNAT modifiant la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de

Plus en détail

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE 17/11/2011 L'entreprise peut être désignée par un ensemble de signes distinctifs. Une entreprise individuelle est identifiable par son nom commercial,

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL 4.5.1 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL relatif au transfert du patrimoine immobilier de la S.I. Le Locle-Avenir S.A. en faveur de la Commune du Locle Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1. Champs d application. Toutes les fournitures de biens matériels et de prestations de services (telles que, sans caractère limitatif : réalisation de site internet, réalisation

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

N /G/131/07-1160 B NOISIEL, le 26 OCT. 2007 N 07-0457 R

N /G/131/07-1160 B NOISIEL, le 26 OCT. 2007 N 07-0457 R C20 G/MCL Le Président N /G/131/07-1160 B NOISIEL, le 26 OCT. 2007 N 07-0457 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

LA CYBER COMPAGNIE 3 7 r u e g u i b a l - 1 3 0 0 3 M A R S E I L L E Tel : 04 91 05 64 49 Site : www.snoos.fr www.snoos-pro.fr

LA CYBER COMPAGNIE 3 7 r u e g u i b a l - 1 3 0 0 3 M A R S E I L L E Tel : 04 91 05 64 49 Site : www.snoos.fr www.snoos-pro.fr LA CYBER COMPAGNIE 3 7 r u e g u i b a l - 1 3 0 0 3 M A R S E I L L E Tel : 04 91 05 64 49 Site : www.snoos.fr www.snoos-pro.fr Termes et conditions L'achat de produits et de services La Cyber Compagnie

Plus en détail

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES Art. 1 Généralités 1.1 Ces Conditions Générales ont été élaborées afin d'être appliquées avec les Conditions Particulières

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

DOSSIER LOGEMENT LOCATIF

DOSSIER LOGEMENT LOCATIF DOSSIER LOGEMENT LOCATIF Pourquoi cette enquête? Le logement est le poste de dépense le plus important pour les consommateurs. Il représente 22% 1 des dépenses des ménages. De plus, en termes de litiges

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises A l occasion de l examen du projet de loi Pinel sur l artisanat, le commerce et les très

Plus en détail

CONTENTEUX N 1961 Maison pour personnes âgées «Retraite de la Combe» 1 04, quai Clemenceau, 69300 Caluire

CONTENTEUX N 1961 Maison pour personnes âgées «Retraite de la Combe» 1 04, quai Clemenceau, 69300 Caluire CONSEIL SUPERIEUR DE L'AIDE SOCIALE Section permanente CONTENTEUX N 1961 Maison pour personnes âgées «Retraite de la Combe» 1 04, quai Clemenceau, 69300 Caluire Au nom du peuple français, La section permanente

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

MAJ Août 2015 FOIRE AUX QUESTIONS. PRECISIONS SUR LES MODALITES DE DECLARATION DES LOYERS DES LOCAUX PROFESSIONNELS (art.

MAJ Août 2015 FOIRE AUX QUESTIONS. PRECISIONS SUR LES MODALITES DE DECLARATION DES LOYERS DES LOCAUX PROFESSIONNELS (art. MAJ Août 2015 FOIRE AUX QUESTIONS PRECISIONS SUR LES MODALITES DE DECLARATION DES LOYERS DES LOCAUX PROFESSIONNELS (art. 1498 bis du CGI) Sommaire Thème 1 La déclaration des loyers : EDI-REQUETE et EDI-TDFC

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts Garantie des dépôts des banques et négociants en valeurs mobilières suisses Etat du 5 septembre 005 Convention des banques et négociants en valeurs mobilières suisses relative à la garantie des dépôts

Plus en détail

Titre premier : des résidences immobilières de promotion touristique

Titre premier : des résidences immobilières de promotion touristique Dahir n 1-08-60 du 17 joumada I 1429 portant promulgation de la loi n 01-07 édictant des mesures particulières relatives aux résidences immobilières de promotion touristique et modifiant et complétant

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers e-bulletin Droit immobilier, n 16, mai 2013 BAUX COMMERCIAUX Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers La fixation d un loyer à paliers n est pas un obstacle

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.

AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248. AEDIFICA SOCIETE ANONYME SICAF IMMOBILIERE PUBLIQUE DE DROIT BELGE AVENUE LOUISE 331-333 1050 BRUXELLES R.P.M. BRUXELLES N ENTREPRISE 0877.248.501 FUSION PAR ABSORPTION DE LA SOCIETE ANONYME IMMO RESIDENCE

Plus en détail

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT :

LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT SUIVANT : A.10/00346 Rép. :1255 Date: 14.03.2011 œpie NON Sk3NEE ast 79'.2 C, Exemption citi droit d'ex An. 2$0 2 du. cc* déle droite crenspyorreern 1 LE TRIBUNAL DE COMMERCE SEANT A NIVELLES A RENDU LE JUGEMENT

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008

CONDITIONS GÉNÉRALES. Référence : 12008 Assurance PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule 3 Article 1 Objet du contrat 4 Article 2 Dépenses garanties 4 Article 3 Durée du contrat 4 Article 4 Etablissement du compte d amortissement

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la gestion du casino municipal de Cagnes-sur- Mer.

OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la gestion du casino municipal de Cagnes-sur- Mer. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR Référence à rappeler : Greffe/BA/ n 1225 Lettre recommandée avec AR n 9288 5821 8 FR OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la

Plus en détail

DEBIT DE TABAC I. CONDITIONS D'ACCES. A. Conditions générales d'agrément. B. Adjudication de la gérance

DEBIT DE TABAC I. CONDITIONS D'ACCES. A. Conditions générales d'agrément. B. Adjudication de la gérance DEBIT DE TABAC 23/07/2012 Le débit de tabac ne constitue pas un fonds de commerce. Il s agit en fait d une concession accordée à un exploitant qui vend les produits du monopole de l Etat. Cependant l exploitant

Plus en détail

Rapport d'activité -Année2011 -

Rapport d'activité -Année2011 - METZ TECHNOPOLE Société Anonyme d'economie Mixte Locale Au capital de 266 785,78 4 Rue Marconi 57070 METZ RCSMetz TIB 391 705 787 Rapport d'activité -Année2011 - A - ACTIVITE OE LA SOCIETE 1-LA SECTION

Plus en détail

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration.

ARTICLE 5 : SIEGE SOCIAL Le siège social est à Nantes. Il peut être transféré sur simple décision du conseil d administration. Association loi 1901 ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, et le décret du 16 août 1901 ayant pour

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Publication no 5 immeubles de placement Les normes internationales d'information financière (IFRS) et les principes comptables généralement reconnus (PCGR)

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail