16 novembre Didier Rocrelle Directeur d établissement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "16 novembre 2010. Didier Rocrelle Directeur d établissement"

Transcription

1 CLI AREVA Romans 16 novembre 2010 Didier Rocrelle Directeur d établissement

2 Sommaire de la présentation L actualité de Romans depuis la dernière CLI Plan de surveillance environnementale AREVA Romans Questions / Réponses

3 L actualité de Romans La rénovation de l outil de production de Romans est terminée Derniers équipements (3 me four de conversion et 2 ème ligne de crayonnage en phase de tests et de qualification) Plan d action environnemental en cours pour réduire davantage notre impact L outil industriel démontre ses performances en termes de radioprotection et sûreté Radioprotection globalement améliorée: transport pneumatique et davantage d équipements confinés Sûreté de fonctionnement accrue: encours matière d uranium plus faible (suppression) de stocks intermédiaire Contexte du marché / Poursuite d un plan de charge bas en 2011 et tonnes de poudre 500 tonnes d assemblages

4 La sécurité et la santé Résultats sécurité fragiles accidents avec arrêt de travail depuis le début de l année Aucun accident dû au métier (traumatismes essentiellement liés à des déplacements et de postures) Une implication forte du management et des salariés (visites sécurité participatives, surveillance chantier, refonte module «accueil», journée sécurité, )

5 La sûreté nucléaire Baisse significative du nombre d incidents sûreté Accident majeur Accident grave Accident Accident Incident grave Incident Anomalie Ecart 2010 Aucune anomalie depuis le début de l année écarts

6 La surveillance environnementale du site de Romans

7 Les objectifs de la surveillance environnementale Vérifier que les rejets des activités industrielles sont en cohérence avec les autorisations réglementaires : objectif de surveillance réglementaire Permettre la détection rapide et caractériser toute augmentation significative due à un rejet involontaire : objectif d alerte Notre objectif: Minimiser notre impact sur l environnement Tous les résultats sont consultables sur le site du Réseau National de Mesure de la Radioactivité dans l Environnement

8 La prise en compte de 2 phénomènes naturels du Pays de Romans L influence des vents dominants L hydrogéologie du Pays de Romans

9 Rose des vents du site Données relevées à la station météo du site: vent de tendance nord, généralement entre 1 à 5 m/s Nord % % La zone d influence prépondérante est donc située au sud du site % Sud

10 Etude hydrogéologique et hydraulique du Pays de Romans Ligne de partage des eaux souterraines Les eaux de la nappe au niveau du site s écoulent vers l Isère Pas de risque d inondation par une crue (y compris centennale)

11 Plan de surveillance Externe N

12 La nappe phréatique µg d'u / l Concentrations moyennes en uranium des puits TRICOT PSI RIFFARD FBFC FBFC FBFC FBFC FBFC FBFC La valeur du puits Tricot est historiquement à ce niveau et stable Pour rappel: la valeur guide de l OMS pour les eaux de consommation est de 15 micro gramme / litre

13 Les rejets liquides du site GBq/an E+ Suivi des rejets annuels liquides Isotopes de l'u Transuraniens (SD) Produits de fission (SD) Volume m/an E+ E+ E- E- E- E- Le pic 2008 sur l uranium s explique par l incident de la station Neptune d octobre 2008 (INES 1)

14 Rivières Isère et Joyeuse Concentrations moyennes en uranium de l'isère et de la Joyeuse Isère Amont Isére Aval proche Isére Aval lointain Joyeuse µg d'u / l (m) Uranium naturel: 0,70% en U 235 Aucun impact du site en terme de concentration d uranium dans les différentes rivières «mitoyennes» du site

15 Les végétaux autour du site Concentrations moyennes en uranium des végétaux hors site µg d'u /kg sec Tendance à la baisse depuis l arrêt de l incinérateur mi 2006

16 Surveillance du Fluor 1 08 Mesure du fluor dans l'air Répartition géographique Ouest Est Sud Nord µg/dm2/jour Le point le plus élevé n est pas sous les vents dominants du site Il est situé dans la zone industrielle vers la voie ferrée

17 La terre superficielle autour du site Concentrations moyennes en uranium total dans la terre (produit frais) Ouest Nord Sud Est µg d'u / kg frais L ensemble des valeurs présentées ci-dessus sont d une isotopie naturelle soit 0,70% d uranium 235 Les variations du point Ouest sont certainement dues aux chantiers successifs de génie civil dans cette partie de la zone industrielle

18 Plan de surveillance Intérieur site N Piézomètres FBFC Préleveurs atmosphériques Mesure Gamma site Pins noirs d Autriche Rejets gazeux Boitiers dosimètres

19 La dosimétrie aux limites du site Dose annuelle (msv) DOSE AU LIMITE DU SITE en msv EST SUD OUEST NORD Valeur limite: 1mSv/an Valeurs moyennées sur 10 dosimètres situés aux 4 points cardinaux du site

20 Toute reproduction, modification, transmission à tout tiers ou publication totale ou partielle du document et/ou de son contenu est interdite sans l accord préalable et écrit de FBFC Ce document et toute information qu il contient ne doivent en aucun cas être utilisés à d autres fins que celles pour lesquelles ils ont été communiqués Tout acte de contrefaçon ou tout manquement aux obligations ci-dessus est passible de poursuites judiciaires

Bilan électrique 2014

Bilan électrique 2014 Bilan électrique 214 Edition du 29/1/215 215 RTE Réseau de transport d électricité RTE Réseau de transport d électricité se réserve le droit de revendiquer les droits attachés à sa qualité d auteur et

Plus en détail

GREENPEACE.Fr. 50 % de nucléaire : 5 centrales nucléaires à fermer en priorité

GREENPEACE.Fr. 50 % de nucléaire : 5 centrales nucléaires à fermer en priorité GREENPEACE.Fr 50 % de nucléaire : 5 centrales nucléaires à fermer en priorité Introduction En matière nucléaire la France présente trois particularités : la plus forte dépendance au nucléaire qui produit

Plus en détail

La radioprotection des travailleurs

La radioprotection des travailleurs R A P P O R T R A P P O R T La radioprotection des travailleurs Exposition professionnelle aux rayonnements ionisants en France : bilan 2013 PRP-HOM/2014-007 Pôle radioprotection, environnement, déchets

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 285/10 Journal officiel de l Union européenne 31.10.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 octobre 2009 établissant un cadre pour la fixation d exigences en matière

Plus en détail

LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS

LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS SFEN/GR21 Janvier 2014 LE GRAND CARÉNAGE DU PARC NUCLÉAIRE EDF ET LES ACTIONS POST FUKUSHIMA 1 AMBITIONNER DE PORTER À 50 OU 60 ANS L EXPLOITATION DES RÉACTEURS Le Grand carénage du parc nucléaire d EDF

Plus en détail

R A P P O R T. Fukushima, un an après. Premières analyses de l accident et de ses conséquences

R A P P O R T. Fukushima, un an après. Premières analyses de l accident et de ses conséquences R A P P O R T Fukushima, un an après Premières analyses de l accident et de ses conséquences du 12 mars 2012 Editorial Dès le 11 mars 2011, l IRSN s est mobilisé pour contribuer à analyser le déroulement

Plus en détail

ACCIDENT NUCLÉAIRE OU RADIOLOGIQUE MAJEUR

ACCIDENT NUCLÉAIRE OU RADIOLOGIQUE MAJEUR Premier ministre PLAN NATIONAL DE RÉPONSE ACCIDENT NUCLÉAIRE OU RADIOLOGIQUE MAJEUR NUMÉRO 200/SGDSN/PSE/PSN - ÉDITION FÉVRIER 2014 2 PRÉFACE L a France a choisi d exploiter les technologies nucléaires

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ÉTUDE D IMPACT 1 > 1 RÉSUMÉ NON TECHNIQUE de l étude d impact (objet de la pièce 6) INTRODUCTION... 3 PRÉSENTATION DU PROJET... 4 L (usine UP3-A)... 4 Vitrification et déchets

Plus en détail

1. CHAPTER LIGNES DIRECTRICES POUR LE REPORTING DÉVELOPPEMENT DURABLE

1. CHAPTER LIGNES DIRECTRICES POUR LE REPORTING DÉVELOPPEMENT DURABLE 1. CHAPTER 1 LIGNES DIRECTRICES POUR LE REPORTING DÉVELOPPEMENT DURABLE TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 4 2. UTILISATION DU GUIDE DE MISE EN OEUVRE 6 3. PPRINCIPES DE REPORTING 8 3.1 Principes de contenu

Plus en détail

Observatoire de la Supply Chain Sourcing dans les pays à bas coûts : Quels impacts sur la performance et l organisation de la Supply Chain?

Observatoire de la Supply Chain Sourcing dans les pays à bas coûts : Quels impacts sur la performance et l organisation de la Supply Chain? Management & Technology Consultants Observatoire de la Supply Chain Sourcing dans les pays à bas coûts : Quels impacts sur la performance et l organisation de la Supply Chain? JANVIER 2007 BearingPoint

Plus en détail

Priorités stratégiques :

Priorités stratégiques : Chapitre 8 Priorités stratégiques : Un nouveau cadre de politique pour le développement des ressources en eau et en énergie Basé sur les conclusions de la Revue globale de la CMB, ce chapitre développe

Plus en détail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail

Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail Guide pour la mise en place par étapes d un système de management de la santé et de la sécurité au travail 1 Ce document méthodologique a été élaboré par un groupe de travail animé par Pierre-Olivier Viac,

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Rôle. de l Administrateur dans la maîtrise des risques. en collaboration avec

Rôle. de l Administrateur dans la maîtrise des risques. en collaboration avec Rôle de l Administrateur dans la maîtrise des risques en collaboration avec 71 Rôle de l Administrateur dans la maîtrise des risques en collaboration avec 1 Rôle de l Administrateur dans la maîtrise des

Plus en détail

Contrat de Service Public entre L Etat et EDF

Contrat de Service Public entre L Etat et EDF Contrat de Service Public entre L Etat et EDF - 1 - CONTRAT DE SERVICE PUBLIC ENTRE L ÉTAT ET EDF SA. Préambule L électricité est au cœur de la vie quotidienne, elle est indispensable à toute économie

Plus en détail

Préparation de l ISO 14001 au sein du Centre de Recherche et d Etudes Européen de Cavaillon de SAINT-GOBAIN

Préparation de l ISO 14001 au sein du Centre de Recherche et d Etudes Européen de Cavaillon de SAINT-GOBAIN Master de Management de la qualité Préparation de l ISO 14001 au sein du Centre de Recherche et d Etudes Européen de Cavaillon de SAINT-GOBAIN Rapport de stage de fin d études Rédacteur : Aryanne MOUNGUENGUI

Plus en détail

Bâtir un plan de continuité d activité d un service public

Bâtir un plan de continuité d activité d un service public Les guides du CEPRI Bâtir un plan de continuité d activité d un service public Les collectivités face au risque d inondation Les collectivités en Europe pour la prévention du risque d inondation Éditorial

Plus en détail

climatiques 2013-2020

climatiques 2013-2020 Stratégie gouvernementale d adaptation aux changements climatiques 2013-2020 Un effort collectif pour renforcer la résilience de la société québécoise Juin 2012 Dépôt Légal Bibliothèque et Archives nationales

Plus en détail

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau

Note sur les enjeux dans le domaine de l eau Soutenabilité du Grand Paris juin 2012 Note sur les enjeux dans le domaine de l eau - 3 - Introduction Le projet Grand Paris vise à faire du cœur de l Île de France une métropole de taille mondiale durablement

Plus en détail

ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS (SE4ALL): MODÈLE DE PROGRAMME D ACTION NATIONAL. Mars 2014

ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS (SE4ALL): MODÈLE DE PROGRAMME D ACTION NATIONAL. Mars 2014 ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS (SE4ALL): MODÈLE DE PROGRAMME D ACTION NATIONAL Mars 2014 Le présent modèle est destiné à orienter les Gouvernements et les partenaires de l initiative énergie durable pour tous

Plus en détail

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT PLUVIAL

REGLEMENT D ASSAINISSEMENT PLUVIAL REGLEMENT D ASSAINISSEMENT PLUVIAL Règlement d assainissement pluvial du Grand Toulouse 1 SOMMAIRE CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES...3 ARTICLE 1 - OBJET DU REGLEMENT...3 ARTICLE 2 - DEFINITION DES

Plus en détail

NOTE DU SECRÉTARIAT TECHNIQUE DU SDAGE QU EST-CE QUE LE BON ÉTAT DES EAUX?

NOTE DU SECRÉTARIAT TECHNIQUE DU SDAGE QU EST-CE QUE LE BON ÉTAT DES EAUX? NOTE DU SECRÉTARIAT TECHNIQUE DU SDAGE QU EST-CE QUE LE BON ÉTAT DES EAUX? Mars 2011 Crédit photos : F. Abraham, F. Barratier, A. Cabot, L. Cadilhac, C. Lasnier, R. Lengereau, T. Marguet, M. Martini, B.

Plus en détail

10 ème PROGRAMME (2013 2018)

10 ème PROGRAMME (2013 2018) 10 ème PROGRAMME (2013 2018) Version adoptée par le comité de bassin du 18 octobre 2012 (délibération n CB 12-15) et par le conseil d administration des 18 octobre 2012 (délibération n CA 12-12) 14 novembre

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l accès à l information environnementale sans avoir jamais osé le demander

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l accès à l information environnementale sans avoir jamais osé le demander Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l accès à l information environnementale sans avoir jamais osé le demander L.Coudercy Version 2, 08-2010 L.Coudercy Version 2, 08-2010 Avertissement... 2

Plus en détail

FOCUS PARKINGS CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2010

FOCUS PARKINGS CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2010 FOCUS PARKINGS CB RICHARD ELLIS I FRANCE JANVIER 2010 La Problématique du stationnement La France est un grand pays de l automobile Si personne ne sait quelle sera la place de l automobile dans le futur

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Principes fondamentaux pour un contrôle bancaire efficace Septembre 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

EIE. Volume I : Etude d'impact sur l'environnement et Etude d'impact Social. 190044.10 07 Juin 2008

EIE. Volume I : Etude d'impact sur l'environnement et Etude d'impact Social. 190044.10 07 Juin 2008 EIE 190044.10 07 Juin 2008 MMPHERHPEN Ministère des Mines, du Pétrole, des Hydrocarbures, de l'energie, des Ressources Hydrauliques et de la Promotion des Energies Nouvelles Gabon Projet Hydroélectrique

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

RAPPORT SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE RAPPORT SUR LA SITUATION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2014 2 sommaire 01 La démarche développement durable de la Drôme en 2014 7 02 Analyse des politiques conduites par le département de la drôme

Plus en détail

BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN VERSANT DU JOURDAIN EN JORDANIE EVOLUTIONS ET PROSPECTIVES SUR LA PERIODE 1950-2025 COURCIER REMY &

BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN VERSANT DU JOURDAIN EN JORDANIE EVOLUTIONS ET PROSPECTIVES SUR LA PERIODE 1950-2025 COURCIER REMY & BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN VERSANT DU JOURDAIN EN JORDANIE EVOLUTIONS ET PROSPECTIVES SUR LA PERIODE 190- COURCIER REMY & VENOT JEAN-PHILIPPE BILAN DES RESSOURCES EN EAU AU SEIN DU BASSIN

Plus en détail