INC document ACHETER OU VENDRE UN LOGEMENT FICHE PRATIQUE J. 168

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INC document ACHETER OU VENDRE UN LOGEMENT FICHE PRATIQUE J. 168"

Transcription

1 INC document FICHE PRATIQUE J. 168 Actualisation le ACHETER OU VENDRE UN LOGEMENT Cette note s adresse aux personnes qui achètent ou vendent un bien immobilier achevé, neuf ou ancien. La vente dite clés en main correspond à la vente par un professionnel d un logement neuf, achevé à la date de la transaction (par opposition à la vente sur plan), n ayant jamais été occupé. Un professionnel qui commercialise des logements dans un immeuble en cours de rénovation est soumis à une autre réglementation (cf. note «Contrat de vente en l état futur d achèvement»). L achat d un logement achevé (appartement ou maison) est soumis au droit commun de la vente. C està-dire qu il n existe pas de législation particulière, ce sont les règles du Code civil qui s appliquent (art et suiv.). On appelle acte sous seing privé, un contrat signé entre particuliers ou avec un autre professionnel que le notaire. L acte authentique est un acte signé devant notaire. VENDRE OU ACHETER Pour trouver un logement ou un acheteur, il existe de nombreuses possibilités: petites annonces par voie de presse ou sur Internet, marchands de listes, agents immobilier ou notaires. Dans le contrat de diffusion passé avec le marchand de listes figurent les caractéristiques du bien, la nature de la prestation proposée, la rémunération et les conditions de remboursement. Les marchands de listes Il s agit de professionnels qui commercialisent des listes d adresses de biens à vendre. Comme les agents immobiliers, ils sont tenus de se faire délivrer une carte professionnelle transaction sur immeuble et de justifier d une garantie financière. Mais à l inverse des agents immobiliers qui n ont droit à leurs honoraires que si la vente est réalisée, les marchands de listes ne garantissent pas le succès de la démarche du vendeur. Le prix payé par le vendeur correspond aux frais d insertion dans des revues ou sur tout autre support. Le marchand de listes ne s occupe pas de la transaction qui intervient ensuite entre vendeur et acheteur, il les met simplement en contact. Il faut comparer le prix proposé avec celui d une insertion dans une revue à grande diffusion vendue en kiosque, car souvent les vendeurs se plaignent du prix élevé pour une diffusion restreinte sur un marché très concurrentiel. Les agences immobilières, les notaires Vendeurs et acheteurs peuvent demander à un notaire ou à un agent immobilier de les aider dans leur recherche. Ils signeront un mandat de vente ou un mandat de recherche. Le plus souvent ce sont les vendeurs qui signent un mandat. Plus rarement l acheteur, car l offre est suffisante (pour plus d information sur les agents immobiliers, cf. note «L agent immobilier»). Les honoraires de négociation des agents immobiliers sont librement fixés avec le client. Ils varient de 4 à 10 %. Les émoluments de négociation des notaires sont fixés par décret. Ils sont calculés sur le prix de vente hors taxes, par tranches dégressives: 5 %, de 0 à euros; 2,5 %, au-dessus de cette somme. I

2 LA VISITE DES LIEUX La visite d une maison demandera plus de soin que celle d un appartement. Dans un immeuble, en effet, le syndic conserve la trace des travaux effectués. Pour une maison Une expertise peut être utile pour apprécier l état de la construction et le coût d éventuelles réparations. Sans compter que c est un élément important pour juger du prix offert. Les points faibles: la toiture, l installation de chauffage, l humidité. Pour un appartement Il ne faut pas s en tenir à l appartement lui-même, mais faire également le tour des parties communes (jardin, caves, garages). Les points faibles: l isolation phonique, l humidité, l état du gros œuvre. Ce qu il faut regarder Quelques exemples les murs: quel matériau, état de conservation, décollement du revêtement, qualité des joints, traces d humidité, salissures, fissures les fenêtres: étanchéité, fermeture; les balcons et terrasses: qualité des joints, fissures, scellement des garde-corps, éclats de béton, infiltrations; la toiture: raccords des cheminées, faîtage, couverture, présence de mousses; la charpente: qualité, présence de sciure au sol ou de perforation du bois; les réseaux et sanitaires: vérifier leur bon fonctionnement; la ventilation: vérifier leur bon fonctionnement. AVANT TOUTE SIGNATURE Renseignez-vous sur les prêts nécessaires à votre acquisition. Les centres d information sur le logement peuvent vous aider à monter un plan de financement (cf. in fine Adresse utile). L AVANT-CONTRAT Le contrat de vente doit être signé devant notaire. Il est précédé de la signature d un avant-contrat : promesse de vente, compromis L acheteur peut prendre une simple option d achat ou un engagement ferme. Un délai de plusieurs mois sépare la signature de l avantcontrat du contrat de vente. Ce délai permet au notaire de rassembler les documents et de procéder aux vérifications nécessaires. L avant-contrat peut être signé directement entre l acheteur et le vendeur, ou encore par l intermédiaire d un notaire ou d un agent immobilier. AVEC OU SANS NOTAIRE Entre particuliers : ceux qui veulent s occuper du contrat sans intermédiaire trouveront dans le commerce des modèles de contrats (papeteries spécialisées, imprimeurs). Avec un professionnel: notaires et agents immobiliers proposent des contrats prérédigés qui ne sont pas toujours très clairs. Pour lire le contrat tranquillement et consulter au besoin une personne de votre choix, demandez un exemplaire du modèle type. Il doit vous être remis gratuitement (art. 3, loi du 29 juin 1989). Avec un notaire : si vous confiez à un même notaire la rédaction de l avant-contrat et la préparation du contrat de vente, aucun honoraire supplémentaire ne sera décompté pour le premier acte. Vous avez donc tout intérêt à vous adresser d emblée au notaire Avec un ou deux notaires : si le vendeur propose son notaire pour rédiger les actes, l acheteur peut également se faire représenter par le sien. N hésitez pas, ce sera sans coût supplémentaire, les deux notaires se partageant les honoraires. QUEL AVANT-CONTRAT CHOISIR Il existe plusieurs formules d avant-contrats. Elles sont plus ou moins contraignantes. Les formules les plus courantes sont la promesse et le compromis de vente. Les engagements peuvent être tempérés par une faculté de dédit ou par des clauses suspensives ou résolutoires. Avec une clause suspensive: l engagement est suspendu à la réalisation d un événement. Avec une clause résolutoire: l engagement sera résilié si, par exemple, un document demandé n est pas communiqué. Les formules d avant-contrats sont généralement prérédigées. Leur titre peut prêter à confusion. Pour connaître la portée de l engagement pris, mieux vaut le lire attentivement avant de signer. Les professionnels n attirent pas toujours l attention de leurs clients sur l existence des différentes formules. Certains ont tendance à choisir à la place du client. LA PROMESSE UNILATÉRALE DE VENTE La promesse de vente n est pas un engagement à acheter. Le vendeur consent à réserver le logement pendant la durée du II

3 délai d option convenu. À l expiration du délai, l acheteur qui lève l option sera alors engagé fermement. Sinon, il sera libre de tout engagement, mais le vendeur conservera le montant versé à la signature à titre d indemnité d immobilisation. Le montant de l indemnité d immobilisation qui est demandé est souvent de l ordre de 10 %; ce qui nous paraît excessif. Rien n empêche l acheteur de proposer une somme inférieure. Lorsque le délai d option n est pas entièrement utilisé, une réduction de l indemnité peut être demandée au prorata du temps pendant lequel le logement a été réservé. LE COMPROMIS DE VENTE C est un engagement ferme d acheter et de vendre. Chacun peut contraindre l autre à passer le contrat de vente devant notaire ou exiger, en contrepartie de la rupture du compromis, des dommages et intérêts. Ceux-ci peuvent être fixés dans le contrat. Le compromis peut prévoir la possibilité de renoncer à passer l acte définitif moyennant la perte de l acompte versé. L acheteur qui veut se prémunir contre ses incertitudes négociera une clause suspensive ou résolutoire. L OFFRE D ACHAT Celui qui convoite un logement qui n est pas mis en vente par son propriétaire a la possibilité de provoquer la vente en faisant une offre d achat avec le prix qu il serait prêt à payer. Certains agents immobiliers détournent cette formule en la proposant à la signature d un client acheteur, alors qu ils ont reçu du propriétaire un mandat pour vendre. Cette pratique se rencontre notamment lorsque le bien est difficile à vendre. L acheteur doit veiller à faire une offre très précise, car dès que le propriétaire donne son accord, le contrat est formé et l acheteur engagé. Si les deux parties ont utilisé un intermédiaire, un décalage peut se produire dans les réponses: celui qui faisait une proposition l a retirée, alors que l autre l a acceptée entre-temps. L offre peut être retirée tant qu elle n a pas été acceptée, à moins qu un délai de maintien de l offre ait été convenu. Mieux vaut se réserver dans la proposition la possibilité de retirer l offre à tout moment. L offre est considérée comme acceptée si toutes les conditions de l offre le sont. Il ne suffit pas que le vendeur réponde par une contre-proposition. Une fois l accord intervenu, l acheteur peut encore utiliser son droit de rétractation de sept jours. LES VÉRIFICATIONS À FAIRE L agent immobilier ou le notaire sont tenus de s assurer de la loyauté des transactions. Ils poseront des questions au vendeur et feront un certain nombre de vérifications plus ou moins complètes selon leur mission. L acheteur qui réalise directement la transaction avec le vendeur doit lui poser quelques questions préalables avant de signer l avant-contrat. Côté vendeur Est-il effectivement propriétaire? A-t-il le droit de s engager seul? Si le logement est en indivision ou si le vendeur est marié, la signature des autres propriétaires ou du conjoint est indispensable. À défaut, le contrat serait nul. Côté logement Est-il libre ou loué? S il est loué, demander la copie du bail afin de vérifier la situation du locataire. Les hypothèques: si le bien est hypothéqué, l acheteur vérifiera que le montant des hypothèques ne dépasse pas le prix de vente demandé. Le notaire doit conserver les fonds versés par l acheteur tant qu il n a pas obtenu un certificat du bureau des hypothèques attestant que l hypothèque a été levée. Les délais pour obtenir ce document sont souvent longs. Aussi, certains notaires couverts par une compagnie d assurances procèdent au versement des fonds sous réserve d avoir obtenu au moment de la vente un renseignement hypothécaire hors formalités. Demandez un certificat d urbanisme récent (moins de un an). Il vous donnera des indications sur l avenir de l immeuble ou du quartier, voire sur l existence de servitudes administratives (servitude d alignement). Existe-t-il des servitudes privées? (droit de passage d un voisin sur le terrain). L immeuble est-il situé dans une zone où peut s exercer le droit de préemption de la mairie? Ce droit lui donne priorité pour acheter le bien mis en vente. LES QUESTIONS À DÉBATTRE AVANT DE SIGNER Pour éviter les conflits au moment de la signature devant notaire, il faut auparavant faire la liste des questions à régler et transcrire l accord intervenu, éventuellement en annexe du contrat. Les impôts locaux Les impôts locaux sont dus par celui qui occupe les lieux au 1er janvier de l année d imposition. En cas de vente du logement en cours d année, les parties peuvent prévoir le partage de ces taxes. Le contrat devra le préciser. L assurance multirisque habitation Si l acheteur ne désire pas profiter de l assurance du vendeur, il doit le faire préciser dans le contrat. Sinon, il en bénéficiera automatiquement (art. L C. assur.) et ne pourra la résilier avant la date d échéance. Les biens accessoires ou les meubles intégrés Les accessoires du logement sont compris dans la vente (art C. civ.) car ils sont nécessaires à son utilisation normale. III

4 Sont également inclus les immeubles par destination (art. 517 C. civ.). Il s agit des meubles scellés, tels les placards, les boiseries, les glaces murales, un dessus de cheminée Au moment de la visite, le vendeur devra prévenir son acheteur s il souhaite emporter certains de ces éléments. Pour éviter tout litige, l avant-contrat indiquera les éléments retirés de la vente. Autres objets mobiliers Il peut arriver que le logement soit vendu meublé, ou que le vendeur propose quelques éléments mobiliers (meubles, équipements de cuisine). Une liste sera annexée au contrat et le prix fixé séparément pour ne pas être inclus dans le prix à déclarer au fisc ou dans le calcul des frais de notaire. LE CONTENU DE L AVANT-CONTRAT L avant-contrat doit être établi par écrit. Il indiquera avec précision: l adresse du bien immobilier; sa superficie; la description des pièces principales et des dépendances; l état civil complet du vendeur et de l acheteur; l origine de la propriété: date du précédent acte de vente, nom du précédent propriétaire, l étude du notaire qui a authentifié l acte; le prix et les modalités de vente; la date de régularisation du contrat de vente devant notaire, éventuellement les sanctions en cas de retard; la date prévue pour l entrée dans les lieux (notamment lorsque l appartement est occupé par un locataire en fin de bail). D autres mentions sont à prévoir, selon le bien vendu ou la négociation. Quelques exemples: les références des assurances construction, de l assurance multirisque habitation; les servitudes éventuelles, privées et publiques; les clauses suspensives (ou résolutoires); les clauses de dédit; les clauses pénales; la liste de biens meubles compris dans la vente. En cas de promesse de vente: la date à laquelle l option doit être levée et dans quelles conditions; le montant de l indemnité d immobilisation (10 % max.); les sanctions à l égard du vendeur qui n aurait pas respecté le délai d option. En cas de compromis: le montant de l acompte (10 % max.); éventuellement, une faculté de dédit: en faveur de l acheteur seul ou pour les deux signataires; si un versement d arrhes est prévu, l acheteur abandonnera la somme versée en cas de dédit tandis que le vendeur devra rembourser le double des sommes versées, s il se désiste. > Le jour même de la signature, vous devez recevoir une copie de l acte. Cela évitera à un intermédiaire indélicat la tentation de modifier l acte à votre insu. INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES La surface Le vendeur particulier peut ne pas indiquer la surface du bien vendu (sauf vente d un logement en copropriété)). S il le fait et qu il se trompe, l acheteur pourra réclamer une réduction du prix (cf. infra). Les clauses pénales Elles fixent le montant de l indemnité qui sera due en cas de non-respect du contrat. Par exemple, un retard apporté à la signature du contrat ou à la libéralisation des locaux, ou le refus de signer le contrat de vente. L indemnité compensera automatiquement le préjudice subi sans recours au juge, ou bien elle sera utilisée comme astreinte pour obtenir l exécution des engagements pris. Dans ce dernier cas, la clause indique la somme à payer pour chaque jour de retard à libérer les lieux. Si l indemnité est à la charge du vendeur, elle sera déduite du prix de vente ou restera consignée chez le notaire jusqu à l exécution. Le juge peut réduire l indemnité si elle est excessive au regard du préjudice subi, voire l augmenter si elle est insuffisante. Les clauses suspensives Si l acheteur compte financer son acquisition avec le produit de la vente d un bien immobilier qu il possède, il aura intérêt à négocier une clause suspensive dans laquelle il fera dépendre son engagement de la réalisation de la vente. Lorsque l acheteur demande un certificat d urbanisme et que le vendeur ne peut le communiquer au moment de la signature de l avant-contrat, une clause du contrat précisera que l acheteur ne s engage que sous réserve de la production de ce certificat. LES DOCUMENTS ANNEXES Certains documents sont obligatoirement annexés au contrat, d autres sont facultatifs. Pour les appareils et les équipements, par exemple, la transmission des notices d utilisation et d entretien est utile, même au-delà de la garantie. IV

5 LE LOGEMENT A MOINS DE DIX ANS L acheteur doit vérifier que l immeuble à été régulièrement construit, et qu il est couvert par l assurance construction. Le vendeur lui remettra les documents suivants: le permis de construire; le certificat de conformité; il est délivré par la direction départementale de l équipement, après contrôle du respect des prescriptions du permis de construire; le nom du constructeur ou du vendeur professionnel; les assurances de responsabilité et celles de dommages-ouvrage (cf. note J 159, L assurance construction); le procès-verbal de réception. Les logements de moins de dix ans sont encore sous garantie. Le procès-verbal de réception vous renseignera sur la durée de vos garanties et sur les réserves qui ont été faites. Consultez l assureur construction (cf. note L assurance construction). Il vous dira si des sinistres lui ont été déclarés. LES DIAGNOSTICS OBLIGATOIRES Selon l âge de l immeuble, ou sa situation, plusieurs expertises sont à faire par le vendeur. Elles sont réunies dans un dossier, avec une fiche récapitulative, remis le jour de la signature de l avant-contrat ou chez le notaire. Les certificats délivrés par l expert ont des durées de validité différentes ; c est pourquoi le vendeur doit calculer le moment où les demander pour respecter son obligation de renseigner son acheteur sans avoir non plus à recommencer l expertise. Dans un immeuble en copropriété, le vendeur ne doit que le contrôle de ses parties privatives. Pour les parties communes, il demandera au le syndic copie des expertises éventuellement réalisées. Cette obligation n est pas sanctionnée. La seule conséquence pour le vendeur est qu il sera tenu de garantir son acheteur en cas de découverte de l un des vices visés par les diagnostics. Amiante Le propriétaire doit remettre à son client un certificat mentionnant la présence ou l'absence de matériaux ou de produits contenant de l'amiante. Dans un immeuble en copropriété, le vendeur se fera communiquer par le syndic une copie du dossier technique «amiante» pour les parties communes. Toutes les constructions antérieures au 1 er juillet 1997 sont concernées, y compris les maisons individuelles. Plomb (peinture) La recherche de plomb dans les peintures, ne concerne que les logements construits avant le 1er janvier Termites Dans les zones contaminées par les termites délimitées par les préfets, le vendeur doit produire un état parasitaire établi depuis moins de trois mois. Gaz et électricité Le diagnotic de l installation gaz et électricité est obligatoire pour les installations de plus de 15 ans. Performance énergétique Cette expertise n a qu une valeur informative. Elle permet à l acheteur d évaluer le coût d usage du logement et d envisager éventuellement des travaux d amélioration. Risques naturels et technologiques Dans des zones couvertes par un plan de prévention des risques technologiques ou des risques naturels, le vendeur doit remettre un état des risques établi à partir des informations mises à disposition par le préfet. Lorsque l'immeuble a subi un sinistre ayant donné lieu au versement d'une indemnité, le vendeur est tenu d'informer par écrit l'acquéreur.cette information est reproduite dans l'acte de vente signé chez le notaire. La sanction pour le vendeur peut-être au choix de l acquéreur, la résolution de la vente ou une diminution du prix. L ACHETEUR RENONCE A SON PROJET Pour que les engagements soient pris au calme et avec réflexion, la loi a prévu un droit de repentir pour l acheteur. UN DÉLAI DE RÉTRACTATION DE SEPT JOURS L'acheteur bénéficie d'un délai de réflexion de 7 jours pour se rétracter lorsqu'il signe un avant-contrat pour un logement neuf ou ancien. Le contrat sera envoyé en recommandé avec accusé de réception si la transaction est faite directement avec un particulier. En présence d un intermédiaire (agent immobilier, notaire), le contrat peut-être remis contre décharge avec l indication manuscrite de l acquéreur qu il a bien été informé de ses droits. Décompte du délai Le délai de réflexion court à compter du lendemain de la première présentation de la lettre recommandée. Si le délai expire un jour férié, la date est repoussée jusqu au jour ouvrable suivant. En cas de résiliation, la demande doit être envoyée dans les mêmes formes avant l expiration du délai. Si le contrat est remis contre décharge par un professionnel, le délai court du lendemain de la remise de l acte. Remise d une somme d argent Dans les ventes entre particuliers, aucun versement ne peutêtre effectué le jour de la signature de l avant-contrat. Tout versement d argent est interdit dans les offres ou promesses d achat. Les professionnels sont autorisés à accepter une somme d argent à la signature à la condition que le versement soit fait auprès d un organisme disposant d une garantie financière. Cette somme sera remboursée en cas de renoncement à l achat dans les délais. Ils seront restitués sous vingt et un jours au plus tard; ce qui est bien long pour un délai de réflexion de sept jours. La somme étant importante, nous vous conseillons d attendre la fin du délai de réflexion pour faire ce versement. V

6 L ACHETEUR N OBTIENT PAS SES PRÊTS Quelle que soit sa dénomination, l avant-contrat est toujours conclu sous la condition suspensive de l obtention des prêts nécessaires à la réalisation de la vente. Si les prêts ne sont pas obtenus, et ce quel qu en soit le montant, le contrat sera caduc et les sommes versées intégralement remboursées (cf. note «Le crédit immobilier»). Le délai pour obtenir les prêts est de un mois minimun à compter de la signature du contrat ou de sa date d enregistrement, si le contrat n est pas passé devant notaire. L avant-contrat doit indiquer si le prix sera payé comptant ou à crédit. Si rien n est précisé, le contrat est considéré comme conclu sous la condition suspensive d obtention des prêts. À moins que dans une clause manuscrite l acheteur ait déclaré ne pas solliciter de prêt et renoncer au bénéfice de la loi en toute connaissance de cause. Pour garantir le remboursement rapide des sommes dues lorsque l affaire ne peut être conclue, la loi a prévu que ces sommes produisent des intérêts au taux légal majoré de moitié, à compter du quinzième jour suivant la demande de remboursement. VERSEMENT D ARGENT L acheteur ne doit rien verser avant la signature de l avant contrat. Si le contrat prévoit une condition suspensive, l acheteur peut refuser de verser une somme d argent avant qu elle soit réalisée. Il évitera bien des difficultés pour la récupérer. Si le contrat est passé par l intermédiaire d un professionnel, l acheteur remettra un chèque barré à l ordre d une banque (agent immobilier) ou d un notaire. Il recevra un reçu précisant la nature des fonds versés (arrhes, acompte, indemnité d immobilisation). Si le contrat est passé sans intermédiaire, le chèque sera consigné chez un séquestre, c est-à-dire remis entre les mains d un tiers (banque, établissement financier, notaire). Nous avons indiqué plus haut qu il ne fallait pas verser plus de 10 %. Si, dans la pratique, les intermédiaires demandent généralement 10 %, il faut savoir que c est aux parties de décider et qu elles ne sont pas tenues par les usages de la profession. Elles fixeront la somme en fonction de la nature de l acte (promesse de vente ou compromis) et du montant de la transaction. Ainsi dans le cas d une promesse de vente, puisqu il n y a pas obligation d acheter, la somme versée devrait être inférieure à ce qui est habituellement demandé pour un compromis. ENREGISTREMENT ET PUBLICITÉ FONCIÈRE Enregistrement La promesse de vente signée sous seing privé (sans notaire) doit être enregistrée à la recette des impôts, dans les dix jours de l acceptation par l acheteur, sous peine de nullité. Il s agit d une sanction pénale destinée à déjouer la spéculation (art A CGI). Publication La publication de la promesse de vente à la Conservation des hypothèques permet d opposer le contrat à un autre acheteur en cas d indélicatesse du vendeur. Le compromis de vente peut également être enregistré si l on veut lui donner une date certaine, non contestable par un tiers. LE CONTRAT DE VENTE Le contrat de vente est obligatoirement signé devant notaire. Comme pour l avant-contrat, chacune des parties peut se faire représenter par son notaire, sans frais supplémentaires. Le contrat reprendra les clauses figurant dans l avant-contrat. Avant de signer Le notaire doit exiger du vendeur la communication du titre de propriété complet retraçant l historique du bien vendu. Il attendra d être en possession de toutes les pièces nécessaires et de tout renseignement demandé avant de convoquer les parties pour la signature, et ce quelle que soit leur hâte à conclure. Vous pouvez demander au notaire de vous soumettre le projet de contrat avant la date fixée pour signer. Bien que le notaire soit tenu de vous en faire lecture et de vous expliquer les clauses obscures, il est plus facile de le lire chez soi tranquillement et de préparer ses questions, voire de consulter une personne de son choix. Publicité foncière Le contrat de vente est publié à la Conservation des hypothèques, dans un délai de trois mois après sa signature. Droit de préemption Si le logement mis en vente est situé dans une zone permettant au maire de faire jouer son droit de préemption, le notaire doit en informer la mairie. Elle a deux mois (trois dans certains cas) pour répondre. Frais de la vente Le Code civil met les frais de la vente à la charge de l acheteur (art. 1593). Ils comprennent les frais d acte, les honoraires du notaire, les droits d enregistrement et de publication À l inverse, c est au vendeur de payer les frais de levée d hypothèque. VI

7 LE PRIX ET LE FISC Dessous-de-table Certains sont tentés de dissimuler une partie du prix pour payer moins de frais de mutation. Cette pratique n est pas sans risque. Celui qui promet ne peut être contraint à respecter sa parole. Il faut envisager les conséquences dans le temps. La différence entre le prix réel payé et le prix déclaré au moment de la vente pénalisera l acheteur en cas de revente avec plus-value ou d expropriation. Valeur vénale Les bonnes affaires sont risquées avec le fisc. Si vendeur et acheteur s entendent sur un prix de vente inférieur au prix du marché, le fisc pourrait les suspecter de fraude et réclamer un supplément de taxes sur la base de la valeur vénale estimée par ses services. L administration devra fournir des éléments de comparaison à l appui de sa réclamation. Cette évaluation peut être contestée en saisissant la Commission départementale de conciliation du lieu où est situé le bien (art. L. 59 LPF). Si aucun accord intervient, il restera à saisir le juge. REFUS DE VENDRE OU REFUS D ACHETER Le compromis signé, l option levée, les deux parties sont définitivement engagées. Le contrat ne peut être résilié automatiquement. Si l une des parties ne veut plus donner suite, deux solutions: obtenir l exécution forcée ou demander la résolution du contrat au tribunal. Première démarche: faire une sommation par acte d huissier à la partie défaillante de signer le contrat à une date donnée. Deuxième démarche: en cas d absence au rendez-vous fixé, le notaire dressera un procès-verbal de carence, qui sera publié au bureau des hypothèques pour le rendre opposable aux tiers. Si la partie présente soulève une contestation, le notaire établira un procès-verbal d opposition. Troisième démarche: assignation au tribunal. LE PAIEMENT DU PRIX Il est prudent avant toute remise des fonds de procéder à une ultime visite des lieux. Il arrive que des vendeurs indélicats enlèvent certains accessoires compris dans la vente, ou ne respectent pas les engagements pris de réaliser certains travaux. Si l appartement était occupé par des locataires en fin de bail, il faut vérifier qu ils ont bien quitté les lieux. Pour éviter les chèques sans provision, le notaire peut demander à l acheteur un chèque certifié par la banque. C est une garantie pour le vendeur si les clés sont remises le jour de la signature devant notaire. LA REMISE DES CLÉS Le vendeur doit se garder de remettre les clés avant la signature du contrat définitif et le versement des fonds. Il peut toujours se produire un imprévu. Si l acheteur est autorisé à engager des travaux et que la vente ne se fasse pas, le vendeur ne pourra pas faire remettre les choses en l état. VOS GARANTIES Le vendeur particulier n est pas traité avec la même rigueur que le vendeur professionnel. Toutefois, les clauses par lesquelles le vendeur prévient l acheteur qu il prend les biens en l état sont de moins en moins acceptées, et nombreux sont les acheteurs qui engagent des procédures contre leur vendeur. Le vendeur peut se prémunir contre ce risque en s adressant à un professionnel pour un diagnostic technique et pour mesurer la superficie du bien qu il vend. LA GARANTIE DE LA CONTENANCE Le vendeur est tenu de garantir la surface annoncée dans le contrat (art C. civ.). Le Code civil fait une distinction selon que la contenance a été ou non déterminante dans la fixation du prix: si la vente a été faite avec indication de la superficie, à raison de x F le mètre carré, le vendeur remboursera le trop-perçu; dans le cas contraire, l acheteur obtiendra une réduction du prix si la surface est inférieure de plus de un vingtième à celle énoncée dans le contrat. VII

8 L acheteur pourra demander l annulation du contrat si le défaut de contenance l empêche de réaliser ses projets. Le vendeur non professionnel peut tenter d échapper à ses obligations en mettant dans le contrat une clause de non-garantie de contenance. Le vendeur professionnel, tenu de vérifier la contenance du bien qu il vend, ne pourra s exonérer de la garantie qu il doit à l acheteur. LA GARANTIE DES VICES CACHÉS L immeuble a moins de dix ans Le constructeur et le maître de l ouvrage, c est-à-dire celui qui a fait construire, ont souscrit une assurance contre les vices de la construction. Les garanties du contrat sont transmises à l acheteur. La date de la réception effectuée par le maître de l ouvrage marque le point de départ des différentes garanties (parfait achèvement, biennale, décennale). Vous saurez donc suivant la date de la vente, les garanties qui restent à courir pour l immeuble. En cas de désordres couverts par la garantie décennale, vous ferez une déclaration auprès de l assureur dommages-ouvrage (cf. note «L assurance construction»). L immeuble est ancien Le vendeur professionnel doit toujours garantir son client contre les vices cachés, même s il a pu les ignorer. Le vendeur particulier peut se décharger de toute responsabilité dans le contrat. Bien entendu, cette clause sera sans valeur si l acheteur peut prouver que son vendeur avait forcément connaissance du vice de la chose vendue. L ACHAT DANS UN IMMEUBLE EN COPROPRIÉTÉ L achat d un appartement dans un immeuble en copropriété est soumis au régime particulier de la loi de Des règles particulières viennent s ajouter ou se substituer à celles que nous venons d examiner. LES DOCUMENTS À CONSULTER AVANT LA VENTE Entre deux copropriétés, le choix peut se faire sur des critères de charges ou d harmonie entre les résidents. Pour opérer ce choix, il faut consulter les documents disponibles avant de s engager. Le règlement de copropriété Le copropriétaire est soumis à des règles qui concernent son mode d occupation, l usage des parties communes et privatives. Le partage de certaines charges se fait selon un tableau précis. L acheteur doit en prendre connaissance avant d acheter s il veut connaître les limitations qui seront apportées à sa liberté de créer dans son espace réservé. Ces règles sont contenues dans le règlement de copropriété et l état descriptif de division. Ces deux documents seront annexés au contrat. Les procès-verbaux d assemblée générale Toutes les copropriétés n ont pas le même train de vie. Certaines sont dépensières ou mal gérées. La consultation des comptes rendus d assemblées générales et les décomptes de charges vous donneront un aperçu du coût trimestriel du logement que vous convoitez, du style d occupation des résidents et des rapports qu entretiennent les copropriétaires. Le carnet d entretien Le syndic doit tenir et mettre à jour un carnet d entretien de l immeuble. C est au vendeur d en demander une copie au syndic et de la remettre à son client. Ainsi, l acquéreur aura une idée précise des travaux réalisés ou des contrats de maintenance des équipements souscrits par la copropriété. Ce carnet contient des mentions obligatoires et d autres facultatives. Les mentions obligatoires Le carnet d entretien doit contenir les mentions suivantes: l adresse de l immeuble; l identité du syndic en exercice; les références et la date d échéance des contrats d assurance de l immeuble; l année de réalisation des travaux importants (ravalement, réfection des toitures, remplacement de la chaudière ); l identité des entreprises ayant réalisé ces travaux et la référence des contrats d assurance travaux lorsqu ils sont obligatoires (assurance responsabilité de l entreprise et assurance dommages-ouvrage souscrits par le syndic); les références des contrats d entretien et de maintenance des équipements communs et leur date d échéance; l échéancier du programme pluriannuel de travaux, lorsqu il a été voté par l assemblée générale. Les mentions facultatives Le syndicat peut en faire un document évolutif plus complet qui enregistre toutes les interventions et les études techniques réalisées et qui fasse le bilan de l état de l immeuble, en dressant un tableau des travaux d entretien à réaliser régulièrement. VIII

9 LES VÉRIFICATIONS À FAIRE Le vendeur est-il à jour de ses charges? Le vendeur remet au notaireun certificat datant de moins d un mois, établi par le syndic, attestant qu il est à jour de ses paiements (art. 20 de la loi du ). Si le certificat n a pas été fourni ou s il montre un solde débiteur, le notaire devra informer le syndic de la vente par lettre recommandée avec accusé de réception. Cet avis permettra au syndic, s il y a lieu, de faire opposition sur le prix de vente. Charges en cours et travaux votés: qui doit payer? La loi donne la règle, mais des accords entre le vendeur et l acheteur sont possibles et il vaut mieux dans ce cas, les transcrire dans le contrat de vente. Il faut savoir aussi que ces accords ne sont pas opposables au syndic ; ce qui signifie que si l un des partenaires ne respecte pas la convention, le syndic réclamera les charges à celui qui les doit d après la règle légale de répartition. Le syndic remet au notaire un état daté concernant les charges en cours, les avances et provisions hors budget courant (article 5 du décret du ). C est le canevas qui permettra à l acheteur de connaître les dépenses qu il aura à payer. Rappelons déjà les différences entre les sommes réglées par les copropriétaires : - les provisions pour charges : elles sont réglées chaque trimestre et représentent un quart du budget voté par l assemblée. A la fin de l exercice annuel, le solde sera positif si le syndic n a pas dépensé l intégralité du budget ou négatif si des dépenses imprévues ont été engagées. Mais le résultat de l exercice doit être confirmé par l assemblée puisqu elle pourrait refuser certaines dépenses, ou contester des factures. Il faut donc attendre l approbation des comptes pour connaître le résultat du compte individuel du copropriétaire vendeur. - les provisions pour les dépenses non comprises dans le budget courant : ces provisions sont destinées à financer des travaux ponctuels. Elles sont réglées aux dates fixées par l assemblée, à l occasion du paiement des provisions pour charges ou par des appels de fonds particuliers si la dépense est importante. - les avances : elles sont votées par l assemblée pour se constituer une trésorerie en vue de travaux importants. La règle de répartition : La règle de répartition entre le vendeur et l acheteur est la suivante : - le paiement des provisions pour charges courantes incombe au vendeur s il est encore propriétaire au moment de l exigibilité. - le solde de l exercice comptable annuel se traduit par un crédit ou un débit pour celui qui est propriétaire le jour de l assemblée qui approuve les comptes. - les provisions pour dépenses non comprises dans le budget sont à payer par celui qui est propriétaire au moment de l exigibilité. - les avances votées mais non utilisées sont remboursées au vendeur L état daté comporte 4 parties : 1- Le relevé des charges, provisions, avances exigibles dans un bref délai : l acheteur pourra ainsi évaluer selon les prévisions de la date de la vente, ce qu il aura à payer selon la règle de répartition donnée ci-dessus. Il saura également si le vendeur a des dettes vis à vis de la copropriété. Ce sont des prévisions tant que les comptes n ont pas été approuvés par l assemblée. 2- Les sommes que le syndicat devrait rembourser pour les dépenses non engagées à la fin de l exercice comptable. 3- Les provisions et avances qui seraient à la charge de l acheteur parce que leur exigibilité serait postérieure à la vente ou en raison de la règle de répartition. 4- Le syndic communique le total des dépenses payées par le propriétaire vendeur sur son lot pour les deux exercices comptables précédant la vente. Si des procédures sont en cours contre un copropriétaire ou un prestataire de service, le syndic donne toute information utile sur la cause et l état d avancement de la procédure. En effet, cette procédure peut se solder par des indemnités qui profiteront à l acheteur quand elles sont versées après la vente ou au contraire par des charges à payer si le syndicat perd le procès. LA SURFACE DES LOTS DE COPROPRIÉTÉ L indication de la surface est obligatoire pour les lots vendus dans une copropriété. Elle doit figurer dans l avant-contrat, mais l omission peut être réparée dans l acte notarié. L absence de mention entraîne la nullité de l acte si l acheteur agit dans le mois de la signature de l acte notarié. Comment se calcule la surface? La superficie prise en compte pour le calcul est celle des planchers des locaux clos et couverts, d une hauteur supérieure ou égale à 1,80 mètre, déduction faite des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d escalier, gaines, embrasures de portes et de fenêtres. Les loggias qui sont closes et couvertes sont intégrées dans le calcul. Les emplacements de stationnement, les garages, les caves, et les lots ou fractions de lots inférieurs à 8 m2 ne sont pas concernés. Faut-il s adresser à un professionnel? Le recours à un professionnel est facultatif, mais une erreur de plus de 5 % au détriment de l acheteur peut entraîner la restitution du trop-perçu par le vendeur, au prorata du nombre de mètres carrés en moins. L acheteur peut demander la diminution du prix dans un délai de un an à compter de la signature de l acte notarié. Les erreurs de métré peuvent être corrigées dans les jours qui suivent la signature de l avant-contrat, mais l acheteur peut renoncer à la vente. IX

10 VOS RECOURS Avant d envisager une procédure judiciaire, des démarches amiables valent d être entreprises. La voie amiable La direction départementale de la consommation Les agents de cette administration peuvent intervenir pour faire respecter certaines dispositions de la loi ou contrôler les pratiques des professionnels. Par exemple, l application de la loi sur le crédit immobilier ou la loi Hoguet sur les agents immobiliers. La tentative de conciliation devant le juge d instance C est une procédure rapide et gratuite qui peut permettre de régler un différent entre deux parties disposées à tenter un règlement amiable (cf. note «La tentative de conciliation à l amiable»). La voie judiciaire Si une infraction sanctionnée par le Code pénal a été commise, celui qui demande réparation peut saisir le juge pénal ou le juge civil. En l absence d infraction, le juge d instance ou de grande instance sera compétent. Les juridictions civiles Vous devez saisir le tribunal du lieu du domicile de votre adversaire ou le tribunal du lieu de l immeuble. Le tribunal d instance est compétent pour les litiges portant sur des sommes inférieures à euros. Au-delà, c est le tribunal de grande instance. Les juridictions pénales Les infractions peuvent être relevées par les agents de la direction de la consommation ou être soumises directement au procureur de la République. Vous saisirez le tribunal du domicile de votre adversaire ou celui du lieu où l infraction a été commise. Chantal MARTIN X

11 DIAGNOSTICS TECHNIQUES Aide mémoire REFERENCES DATE D'APPLICATION VALIDITE CHAMP D APPLICATION AMIANTE Art. L et et Contrôle à 3 ans. Construction antérieure à juillet 1980, R (si présence) 1996, 1997, selon l équipement code santé (repérage étendu). Partie privative (vendeur). Parties communes (syndicat) PLOMB Art. L et s.1998 : vendeur Moins d'un an. Construction antérieure au 1er peinture et R à : copropriété (si présence). Partie privative (vendeur) code santé. Parties communes (syndicat) PLOMB Décret Canalisations intérieures canalisations et branchements TERMITES Art. L et s Moins de 6 mois. Zone contaminée et R et s.. Partie privative (vendeur) code construction GAZ Art. L et Moins de 3 ans. Installation de + 15 ans R et s.. Partie privative (vendeur) code construction ELECTRICITE Art.L et Moins de 3 ans. Installation de + de 15 ans R et s.. Partie privative (vendeur) code construction RISQUES Art. L et Moins de 6 mois Zone à risques NATURELS et R et s. TECHNOLOGIQUES code environnement PERFORMANCE Art. L et s Moins de 10 ans. Partie privative et parties communes ENERGETIQUE et R et s. Juin 2007 (neuf) -si équipement collectif- (vendeur) code. Neuf et rénovation lourde construction DIAGNOSTIC Art. L Immeuble de + de 15 ans TECHNIQUE code MISE EN construction COPROPRIETE ASSAINISSEMENT Art. L ans Assainissement non collectif code santé SUPERFICIE Art Permanente Parties privatives ` Loi BORNAGE Art.L Permanente.Terrain à bâtir avec intention code de construire construction.lotissement XI XI

12 NOTES : AIDE MÉMOIRE DIAGNOSTICS Remise des documents Les documents sont remis à l acheteur lors de la signature de l avant-contrat ou de l acte de vente notarié. Validité Le diagnostic doit être valide à la date de l acte notarié (L code const.) Sanctions Le vendeur particulier ne peut s exonérer de la garantie des vices cachés (article L code const.). Pour l état des risques, l acheteur peut demander l annulation de la vente ou une diminution du prix (article L c.envirt.) Diagnostiqueurs Tous les diagnostiqueurs sont assurés, indépendants et certifiées depuis le 1er novembre La superficie du logement peut être faite par toute personne et l état des risques sera demandé par le vendeur ou son représentant. Performance énergétique dans le neuf Pour tous les immeubles dont le permis de construire a été délivré à compter du 30 juin 2007, le vendeur professionnel remet un certificat de performance énergétique. ADRESSES UTILES Agence nationale pour l information sur le logement (Anil): 2, boulevard Saint-Martin, Paris (elle vous comm uniquera la liste des centres d information de votre région). Tél.: (les consultations sont gratuites). Voir aussi site Internet (www.anil.org). Ministère du logement : Site internet (www.logement.equipement.gouv.fr) - rubrique : informations pratiques, dossier : infos amiante. NOTES JURIDIQUES COMPLÉMENTAIRES L assurance construction. Le crédit immobilier. Maîtrisez votre budget. Les droits du locataire lors de la vente de son logement. Location: la durée du contrat et les congés. La tentative de conciliation à l amiable. XII Institut national de la consommation 80, rue Lecourbe Paris <www.conso.net>

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente Offre d achat, promesse de vente, compromis de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente La vente d un bien immobilier est presque toujours précédée d un «avantcontrat»

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SON BIEN IMMOBILIER. Troisième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SON BIEN IMMOBILIER. Troisième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL et Renaud TURC SAVOIR VENDRE SON BIEN IMMOBILIER Troisième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2003, 2007 De Particulier à Particulier,

Plus en détail

ACHETER SON BIEN IMMOBILIER

ACHETER SON BIEN IMMOBILIER Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL ACHETER SON BIEN IMMOBILIER Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2005, 2007, 2011 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002,

Plus en détail

LES AVANT-CONTRATS LES TROIS TYPES D ACTES D ENGAGEMENT

LES AVANT-CONTRATS LES TROIS TYPES D ACTES D ENGAGEMENT LES AVANT-CONTRATS L avant-contrat constitue un contrat au sens juridique du terme, qui entraîne des obligations importantes pour les deux parties signataires. Il est donc primordiale d accorder la plus

Plus en détail

SE CRéER UN PATRIMOINE IMMOBILIER

SE CRéER UN PATRIMOINE IMMOBILIER SE CRéER UN PATRIMOINE IMMOBILIER www.gsi-immobilier.com se créer un patrimoine immobilier Sommaire Acheter un bien immobilier pour investir, le placement dans la pierre est une valeur sûre. À condition

Plus en détail

Les obligations du vendeur

Les obligations du vendeur Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF»

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» ENTRE. Agissant en qualité de cédants des biens et des droits immobiliers ci-après énoncés ET MAÎTRE AVOCAT au Barreau de Domicilié au

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1 Présentation 3 PARTIE 1 Les professionnels de l immobilier Chapitre 1 Les métiers de l immobilier 21 1 Les principaux métiers de l immobilier 21 Le promoteur immobilier 21 L agent immobilier 21 Le négociateur

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE Acheter un bien immobilier est une opération juridique sensible. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre

Plus en détail

Perrot - Doucet-Bon - Barrut

Perrot - Doucet-Bon - Barrut Kit Vendeur Les pièces obligatoires Pour préparer le compromis de vente de son bien immobilier, il faut dans tous les cas réunir : le titre de propriété le dernier avis de taxe foncière la liste des biens

Plus en détail

MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER. Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier

MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER. Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier MODE D EMPLOI ACHAT IMMOBILIER Conseils aux acquéreurs : Faciliter l acquisition de votre bien immobilier Quels sont mes interlocuteurs? L agent immobilier La profession est réglementée. Elle nécessite

Plus en détail

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email...

CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE. LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... CONTRAT D ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE Entre les soussignés : LE MAITRE d OUVRAGE Représenté par :... Domicilié à :. Téléphone Télécopie Email... Et L ASSISTANT A MAITRISE D OUVRAGE Représenté par :...

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS LA COPROPRIÉTÉ Quatrième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2006 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002, 2006 ISBN

Plus en détail

DE LA VISITE D'UN BIEN IMMOBILIER À LA SIGNATURE DE L'ACTE DE VENTE

DE LA VISITE D'UN BIEN IMMOBILIER À LA SIGNATURE DE L'ACTE DE VENTE Publié sur Notaires de Paris - Ile-de-France (http://www.notaires.paris-idf.fr) Accueil > Immobilier > Achats immobiliers > Déroulement d'un dossier d'achat > De la visite d'un bien immobilier à la signature

Plus en détail

Le Petit. Immobilier. Les pratiques clés en 20 fiches. Evelyne Cornu-Gaidan

Le Petit. Immobilier. Les pratiques clés en 20 fiches. Evelyne Cornu-Gaidan Le Petit 2014 Immobilier Les pratiques clés en 20 fiches Evelyne Cornu-Gaidan Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage BBC : Bâtiment basse consommation CCH : Code de la construction et de l habitation

Plus en détail

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Les diagnostics dans l habitat OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN Les diagnostics dans l habitat Tableau récapitulatif 11 Contrat de risque d exposition au plomb Diagnostic de performance énergétique Etat mentionnant la présence ou l absence

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

OFFICE NOTARIAL D'OLIVET

OFFICE NOTARIAL D'OLIVET Cédric PLEAU Charline REGNIER-PLEAU Notaires OFFICE NOTARIAL D'OLIVET Notaires assistants Typhaine BOURGEOIS Soizic MARION Notaire stagiaire Charlotte FENNINGER Comptabilité Céline LEMAITRE 52 rue de Picardie

Plus en détail

Vente immobilière Mode d emploi

Vente immobilière Mode d emploi Vente immobilière Mode d emploi Quels documents dois-je fournir? Dès qu un accord est trouvé avec l acquéreur, je remets au notaire Les documents portant sur ma situation personnelle Si je suis un particulier

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER

LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER IMMOBILIER LE PARCOURS DE VENTE LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LES OBLIGATIONS DU VENDEUR D UN BIEN IMMOBILIER De manière générale, le vendeur

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs gie Luxembourg

Centre Européen des Consommateurs gie Luxembourg Centre Européen des Consommateurs gie Luxembourg 4ème édition - décembre 2015 ACHAT D UN BIEN IMMOBILIER EN FRANCE SOMMAIRE_ INTRODUCTION 3 1 - ACHETER / VENDRE UN LOGEMENT 4 A - VENDEURS PROFESSIONNELS

Plus en détail

> Centre Européen des Consommateurs GIE 55, rue des Bruyères L-1274 Howald Grand-Duché de Luxembourg

> Centre Européen des Consommateurs GIE 55, rue des Bruyères L-1274 Howald Grand-Duché de Luxembourg > Centre Européen des Consommateurs GIE 55, rue des Bruyères L-1274 Howald Grand-Duché de Luxembourg Tél. : +352 26 84 64-1 Fax : +352 26 84 57 61 info@cecluxembourg.lu www.cecluxembourg.lu Bus ligne 16,

Plus en détail

IMMOBILIER SERVICE / REGIE DES CELESTINS 6 place des Célestins LYON

IMMOBILIER SERVICE / REGIE DES CELESTINS 6 place des Célestins LYON MANDAT EXCLUSIF DE VENTE EN CAS DE DÉMARCHAGE N (article 6 loi n 70-9 du 2 janvier 1970 et article 72 décret n 72-678 du 20 juillet 1972) (rémunération à la charge du vendeur) LE MANDANT LE MANDATAIRE

Plus en détail

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le parcours de vente les obligations du vendeur d un bien immobilier De manière générale, le vendeur d un bien immobilier a une obligation d information. À cet effet, la loi lui impose de remettre

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER OFFERT PAR AXA Banque PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER FICHE 2 LES ÉTAPES DE L ACHAT IMMOBILIER AXA Banque PETITS e-guides PRATIQUES - N 2 FICHE 2 LES ÉTAPES DE L ACHAT IMMOBILIER Comptez environ

Plus en détail

CONTRAT PRELIMINAIRE DE RESERVATION

CONTRAT PRELIMINAIRE DE RESERVATION CONTRAT PRELIMINAIRE DE RESERVATION ENTRE LES SOUSSIGNES, FINANCIERE BARBATRE, société à responsabilité limitée au capital de 1 500 000, dont le siège social est à Chevreuse (78460) 7, route de Choisel,

Plus en détail

VEFA : Vente en l état futur d achèvement

VEFA : Vente en l état futur d achèvement VEFA : Vente en l état futur d achèvement La vente en l'état futur d'achèvement est le contrat par lequel le vendeur transfère immédiatement à l'acquéreur ses droits sur le sol ainsi que la propriété des

Plus en détail

Rappel des droits et obligations

Rappel des droits et obligations GAZ Norme XP P 45-500 A compter du 1er novembre 2007 le vendeur d'un logement équipé d'une installation intérieure au gaz naturel ou GPL datant de 15 ans ou plus devra produire un diagnostic gaz de l installation

Plus en détail

VENDRE SON BIEN IMMOBILIER

VENDRE SON BIEN IMMOBILIER Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Laurent LAMIELLE VENDRE SON BIEN IMMOBILIER Groupe Eyrolles, 1998, 2003, 2007, 2011 De Particulier à Particulier, 1998, 2003, 2007, 2011 ISBN :

Plus en détail

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010)

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) La location meublée consiste à mettre à la disposition d un locataire un logement comportant des meubles indispensables à la vie quotidienne. Le régime

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Les novations dans la copropriété

Les novations dans la copropriété Les novations dans la copropriété Le document que nous publions a comme objet de faire le point sur les dernières modifications importantes en matière de copropriété. Ce secteur de la consommation est

Plus en détail

Conditions générales de vente - individuel

Conditions générales de vente - individuel Conditions générales de vente - individuel Article 1 : Information préalable au contrat. Le présent document constitue l information préalable à l engagement du client. Des modifications peuvent toutefois

Plus en détail

Compromis de vente immobilier

Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier Compromis de vente immobilier 2/7 Entre les soussignés : (nom(s), prénom(s), profession, domicile, TVA) 1....... Et (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale, siège social)

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

MANDAT MULTIPLE "Open" Mandat de vente en exclusivité multi-diffusée avec faculté de présentation d un acquéreur par le Mandant

MANDAT MULTIPLE Open Mandat de vente en exclusivité multi-diffusée avec faculté de présentation d un acquéreur par le Mandant N d ordre : N de registre : MANDAT MULTIPLE "Open" Mandat de vente en exclusivité multi-diffusée avec faculté de présentation d un acquéreur par le Mandant LE MANDANT : M. Mme Mlle Nom :...Prénom :...

Plus en détail

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Loi Alur. Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi Alur Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Loi ALUR - Principales dispositions en copropriété 13/15 Objectif : Les principales dispositions

Plus en détail

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE

CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE CABINET-MARUANI.com SYNDIC DE COPROPRIETES - GESTION LOCATIVE Contrat Type Contrat type à titre indicatif. Vous pouvez contacter le cabinet pour avoir plus d'informations au 01.40.26.35.67 ou par notre

Plus en détail

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété Une copropriété doit être entretenue et nécessite parfois la réalisation de

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit :

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit : CONTRAT DE SYNDIC «Le Syndicat des Copropriétaires» de La Résidence «PATRICIA» sise Bld Paul Cezanne, rue Georges Braque et rue Paul Gauguin 78280 GUYANCOURT, représenté par la personne spécialement mandatée

Plus en détail

COMPROMIS DE VENTE ENTRE LES SOUSSIGNES. M. (nom et prénom)... demeurant à...

COMPROMIS DE VENTE ENTRE LES SOUSSIGNES. M. (nom et prénom)... demeurant à... COMPROMIS DE VENTE ENTRE LES SOUSSIGNES M. (nom et prénom)... demeurant à... et (en cas de pluralité de propriétaires) M. (nom et prénom)... demeurant à... agissant en qualité de propriétaire(s) ci-après

Plus en détail

Qu est-ce que la copropriété?

Qu est-ce que la copropriété? Qu est-ce que la copropriété? 2 On parle de copropriété dès qu il y a au moins 2 propriétaires dans le même immeuble. Le copropriétaire est propriétaire d un ou de plusieurs lots privatifs (par exemple

Plus en détail

Décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008. La Vente d immeuble à rénover

Décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008. La Vente d immeuble à rénover UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER Décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008 La Vente d immeuble à rénover Le décret n 2008-1338 du 16 décembre 2008, paru au Journal Officiel du 18 décembre 2008, vient préciser

Plus en détail

LISTE DES PIECES et INFORMATIONS A fournir préalablement à la rédaction DE L AVANT-CONTRAT

LISTE DES PIECES et INFORMATIONS A fournir préalablement à la rédaction DE L AVANT-CONTRAT Y a n n Notaire Successeur de son père B R O D I N 20, rue du 4 ème Zouaves B.P. 15 93114 ROSNY SOUS BOIS CEDEX Tel : 01 48 55 60 89 Fax : 01 48 12 63 44 Toute lettre sans référence reste en attente LISTE

Plus en détail

LE PETIT IMMOBILIER. Les pratiques clés en 25 fiches. Evelyne Cornu-Gaidan

LE PETIT IMMOBILIER. Les pratiques clés en 25 fiches. Evelyne Cornu-Gaidan LE PETIT 2016/17 IMMOBILIER Les pratiques clés en 25 fiches Evelyne Cornu-Gaidan Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ALUR : loi pour l Accès au Logement et un Urbanisme Rénové BBC : Bâtiment

Plus en détail

Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale)

Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale) 1 Réfléchir au choix de votre achat immobilier (habitation principale) Faire le point sur l essentiel avant de commencer sa recherche STABILITE Etes-vous stable professionnellement et personnellement?

Plus en détail

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu.

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. Vous êtes victime ou responsable d un dégât des eaux? Pas de panique. Dans la majorité des cas, ces

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand. Quelle est la différence entre un contrat et un devis?

FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand. Quelle est la différence entre un contrat et un devis? FICHE RECAPITULATIVE COMPAREE Démarchage à domicile d un artisan allemand Avec le retour des beaux jours, nombreux sont les consommateurs qui souhaitent faire effectuer des travaux de toiture, peinture

Plus en détail

L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété. Petit. mémo. copropriétaire

L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété. Petit. mémo. copropriétaire L essentiel à retenir quand on achète ou possède un bien en copropriété Petit mémo du copropriétaire Petit mémo du copropriétaire Etre copropriétaire : C est avoir des droits mais aussi des obligations

Plus en détail

Achat immobilier Mode d emploi

Achat immobilier Mode d emploi Achat immobilier Mode d emploi Acheter un bien immobilier relève souvent du parcours du combattant. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre projet et surtout, ne signez

Plus en détail

LE GUIDE D ACHAT DE L IMMOBILIER NEUF

LE GUIDE D ACHAT DE L IMMOBILIER NEUF LE GUIDE D ACHAT DE L IMMOBILIER NEUF Devenir propriétaire dans un logement neuf, quelles sont les différentes étapes? Un logement neuf pour habiter ou pour investir : Vous souhaitez devenir propriétaire

Plus en détail

LA SCP COUTANCE - LELIEVRE

LA SCP COUTANCE - LELIEVRE Mise à jour : 01/03/2010 LA SCP COUTANCE - LELIEVRE VOUS ACCUEILLE VENDRE ET ACHETER UN BIEN IMMOBILIER Patrick COUTANCE & Sylvie LELIEVRE, Notaires 13 rue Nicolas Caristie - BP 106 89203 AVALLON Tél :

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE Dossier n 10-11-10 07773 Date : 11/11/2010 Propriétaire : Représenté par Mme Leprévost MINISTERE DE LA CULTURE - DRAC IDF Cabinet Agenda Le Pégase 2, boulevard de la Libération 93284 SAINT - DENIS CEDEX

Plus en détail

LA LOI ALUR ET LES NOUVEAUX DOCUMENTS A ANNEXER AUX PROMESSES DE VENTE

LA LOI ALUR ET LES NOUVEAUX DOCUMENTS A ANNEXER AUX PROMESSES DE VENTE LA LOI ALUR ET LES NOUVEAUX DOCUMENTS A ANNEXER AUX PROMESSES DE VENTE La loi ALUR (pour l accès au logement et un urbanisme rénové), qui est sur le point d être promulguée, a notamment pour objectif de

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Contrat Syndic de Droit

Contrat Syndic de Droit Pour le Syndicat des copropriétaires de la Résidence.. Contrat Syndic de Droit XX février 2015 Office public de l habitat des communes de l Oise 4 rue du Général Leclerc CS 10105-60106 Creil Cedex 1 T.

Plus en détail

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I.

A cet effet, un exemplaire des présentes Conditions est annexé à toute Offre Commerciale émise par A.M.O.I. Article 1 : Définitions A.M.O.I. SARL (ciaprès dénommée «A.M.O.I.») est une société de prestations de services informatiques intervenant dans le domaine des réseaux informatiques et des nouvelles technologies

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété vous informe COPROPRIETE : Décret n 2004-479 du 27 mai 2004 modifiant le décret n 67-223 du 17 mars 1967 Principaux

Plus en détail

OFFRE D ACHAT BIEN COMMERCIAL

OFFRE D ACHAT BIEN COMMERCIAL OFFRE D ACHAT BIEN COMMERCIAL Les modèles de documents sur ce site sont à titre de référence seulement ; ils peuvent être modifiés par les parties, notamment en ce qui concerne les conditions et les délais

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.)

LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.) LA VENTE D IMMEUBLE À RÉNOVER (V.I.R.) Textes Loi ENL du 13 juillet 2006 Décret d application du 19 décembre 2008 Décret n 2010-1128 du 27 septembre 2010 Articles L. 111-6-2-1 à 4 et L. 262-1 et suivants

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

Contrat Préliminaire À LA VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT

Contrat Préliminaire À LA VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT Contrat Préliminaire À LA VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT La résidence Les TERRASSES DE MAZZETTA Rue Maréchal JUIN 20137 PORTO VECCHIO CE CONTRAT PRELIMINAIRE COMPREND : La détermination des parties

Plus en détail

comparaison France-Allemagne

comparaison France-Allemagne Démarchage à domicile d un artisan : comparaison France-Allemagne Centres Européens des Consommateurs France et Allemagne angieconscious / pixelio.de Actualisé en octobre 2014 Avec le retour des beaux

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire.

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire. CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY DISPOSITIONS GENERALES Le locataire ne pourra en aucune circonstance se prévaloir d un quelconque droit au maintien dans les lieux à l expiration

Plus en détail

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Le dossier de diagnostic technique DDT permet à l acquéreur ou au locataire de mieux connaître les éléments essentiels du logement pouvant avoir des conséquences sur la sécurité

Plus en détail

à l attention du citoyen consommateur et usager de services Guide de conseils pratiques pour résoudre des petits litiges

à l attention du citoyen consommateur et usager de services Guide de conseils pratiques pour résoudre des petits litiges à l attention du citoyen consommateur et usager de services Guide de conseils pratiques pour résoudre des petits litiges A l attention du consommateur Ce guide de conseils pratiques, pour résoudre les

Plus en détail

Les modalités de la vente. La vente en l état Futur d achèvement - vefa. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La vente en l état Futur d achèvement - vefa. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La vente en l état Futur d achèvement - vefa www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente LA VENTE EN L état FUTUR D ACHèVEMENT VEFA La vente en l état futur

Plus en détail

AMIANTE: utilisation et localisation dans le logement

AMIANTE: utilisation et localisation dans le logement Diagnostic AMIANTE AMIANTE: utilisation et localisation dans le logement 1- Calorifugeages 2- Flocages 3- Amiante ciment plaques 4- Amiante ciment conduits 5- Dalles vinyle Dans quels cas est-ce obligatoire?

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau).

PROMESSE D ACHAT. l' «acheteur» (nom), (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). (téléphone, domicile) ; (téléphone, bureau). PROMESSE D ACHAT La présente promesse d achat est conclue entre : l' «acheteur» (nom), (domicile actuel) (téléphone, domicile) (avec coacquéreur) (nom) domicile actuel) (téléphone, domicile) et le «vendeur»

Plus en détail

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH.

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. LOI «ALUR» COPROPRIETE Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. L immatriculation des copropriétés Chaque copropriété devra être immatriculée

Plus en détail

DEPARTEMENT DE l YONNE

DEPARTEMENT DE l YONNE DEPARTEMENT DE l YONNE CAHIER DES CHARGES DRESSE POUR PARVENIR A LA VENTE PAR SOUMISSION CACHETEE DE l ENSEMBLE IMMOBILIER sis 12 Boulevard Gallieni à AUXERRE COPROPRIETE de l ETAT et du DEPARTEMENT de

Plus en détail

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission.

DOSSIER VENTE. ou par un technicien de la construction qualifié ayant contracté une assurance professionnelle pour ce type de mission. DOSSIER VENTE Dossier de diagnostic technique L obligation de fournir un dossier de diagnostic technique s inscrit dans l obligation générale pesant sur le vendeur d informer l acquéreur sur les caractéristiques

Plus en détail

La Loi ALUR : les éléments importants. concernant la copropriété. et leurs délais d application

La Loi ALUR : les éléments importants. concernant la copropriété. et leurs délais d application La Loi ALUR : les éléments importants concernant la copropriété et leurs délais d application La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014 et publiée au Journal Officiel le

Plus en détail

VENTE D UN APPARTMENT. Les documents ou informations à fournir par le vendeur au notaire

VENTE D UN APPARTMENT. Les documents ou informations à fournir par le vendeur au notaire VENTE D UN APPARTMENT Les documents ou informations à fournir par le vendeur au notaire Vous vendez un appartement Afin de préparer au mieux l acte de vente et de conseiller utilement vendeur et acquéreur

Plus en détail

1. ACQUISITION SITION 1. ACQUI-

1. ACQUISITION SITION 1. ACQUI- 1. ACQUI 1.1 Le marché immobilier en France 1.1.1 Les chiffres clés Nombre de logements en France : 32,5 millions dont 27,4 millions de résidences principales (84 %) et 3 millions de résidences secondaires

Plus en détail

MANDAT DE VENTE SANS EXCLUSIVITÉ

MANDAT DE VENTE SANS EXCLUSIVITÉ MANDAT DE VENTE SANS EXCLUSIVITÉ EN CAS DE DÉMARCHAGE N (article 6 loi N 70-9 du 2 janvier 1970 et articles 72 et suivants du décret N 72-678 du 20 juillet 1972) (rémunération à la charge du vendeur) 1.

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

Tableau comparatif France Allemagne : Annexe. catégories d'imposition, abattements personnels et taux d'imposition

Tableau comparatif France Allemagne : Annexe. catégories d'imposition, abattements personnels et taux d'imposition Achat d un bien immobilier en Allemagne 1. L agent immobilier (der Immobilienmakler) 2. Le notaire (der Notar) 3. Le contrat de vente 4. Les prix 5. Les modalités de paiement 6. L inscription au livre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009

CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 CONDITIONS GENERALES DE VENTE N 2009/01 AU 1 er MAI 2009 PREAMBULE : 0.1 Le client déclare avoir pris connaissance des présentes conditions générales de vente avant la conclusion du contrat avec la Société

Plus en détail

Vous & L AGENT IMMOBILIER

Vous & L AGENT IMMOBILIER Vous & L AGENT IMMOBILIER Vous cherchez un logement à louer ou à acheter Vous consultez les petites annonces : Vous entrez alors en contact - soit directement avec le propriétaire : votre recherche n entraîne

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat

Cahier des conditions de vente. Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat VENTE DES ACTIFS IMMOBILIERS DEPENDANT D UNE LIQUIDATION JUDICIAIRE Cahier des conditions de vente Extrait du Règlement Intérieur National de la profession d avocat Article 12 et Annexe n 3 Version avril

Plus en détail

«Les deuxièmes rencontres des syndics bénévoles» LE SYNDIC BENEVOLE ET SES MISSIONS ADMINISTRATIVES

«Les deuxièmes rencontres des syndics bénévoles» LE SYNDIC BENEVOLE ET SES MISSIONS ADMINISTRATIVES «Les deuxièmes rencontres des syndics bénévoles» LE SYNDIC BENEVOLE ET SES MISSIONS ADMINISTRATIVES Etre syndic bénévole : en pratique La gestion administrative fait partie intégrante de la gestion d une

Plus en détail

GARANTIES LOCATIVES. Le Cabinet ATI GESTION gère aujourd hui environ 800 lots en gérance et 1000 en copropriété.

GARANTIES LOCATIVES. Le Cabinet ATI GESTION gère aujourd hui environ 800 lots en gérance et 1000 en copropriété. GARANTIES LOCATIVES LES SERVICES D ATI GESTION LA GESTION LOCATIVE (quittancement, reddition mensuelle des comptes, suivi des travaux ) LE SYNDIC DE COPROPRIETE LA MISE EN LOCATION (sélection des locataires,

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE SAISONNIERE

CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE SAISONNIERE - Page N 1 - CONTRAT DE LOCATION MEUBLEE SAISONNIERE Entre les soussignés : IDENTIFICATION DES PARTIES La société «NEOTHEM», société à responsabilité limitée, au capital de 15,000,00 euros, ayant son siège

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

Table des matières. Préface... Instructions aux lecteurs...

Table des matières. Préface... Instructions aux lecteurs... Table des matières Préface... Instructions aux lecteurs... vii ix SECTION I La copropriété... 1 1010 La définition du contexte juridique de la copropriété... 1 1038 La naissance de la copropriété : publication

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs gie Luxembourg 4ème édition - décembre 2015 ACHAT D UN BIEN IMMOBILIER EN BELGIQUE

Centre Européen des Consommateurs gie Luxembourg 4ème édition - décembre 2015 ACHAT D UN BIEN IMMOBILIER EN BELGIQUE Centre Européen des Consommateurs gie Luxembourg 4ème édition - décembre 2015 ACHAT D UN BIEN IMMOBILIER EN BELGIQUE SOMMAIRE_ INTRODUCTION 3 1 - AVANT LA SIGNATURE 4 A - PRÉCAUTIONS ET FORMALITÉS PRATIQUES

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail