VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier Direction de la vérification (SIV)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier 2001. Direction de la vérification (SIV)"

Transcription

1 Contenu archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage. Les pages archivées sur le Web ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez obtenir cette information dans un format de rechange en communiquant avec nous.

2 AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GENERAL VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION 31 janvier 2001 Direction de la vérification ()

3 TABLE DES MATIÈRES Résumé... 3 Objectifs de la vérification... 4 Portée et démarche... 4 Observations et recommandations Système de comptabilité pour les prêts à l affectation Processus de rapprochement Résultats de l échantillonnage aléatoire Calculs des intérêts sur les prêts Allocation des ressources pour la fonction Surveillance et établissement de rapports Politiques et procédures en matière de fonctionnement Page 2 de 14

4 RÉSUMÉ Une vérification de l exactitude du solde dû pour les prêts à l affectation et une évaluation de l adéquation des pratiques en matière de gestion et d administration de la Direction de l'administration et de la politique des Directives (HPM) du service extérieur, qui a la responsabilité des prêts à l affectation, ont été réalisées en septembre et octobre L Équipe de la vérification ne peut donner à la direction l assurance raisonnable que le solde dû pour les prêts à l affectation, que le SGI établissait le 31 août 2000 à $, est exact en raison des lacunes observées qui suivent : le SGI ne dispose pas de fonctions particulières pour calculer et afficher le solde net dû au Ministère par chacun des emprunteurs. Seule la valeur totale des prêts à l affectation octroyés et celle des sommes payées pour rembourser ces prêts y sont établies, la différence de ces deux termes, soit $, étant le solde dû des prêts; le Ministère utilise le progiciel Annui-T pour gérer les prêts à l affectation. Or, la somme totale calculée par le progiciel ne concorde pas à celle du SGI établie le 31 août 2000, à savoir $; le «rapport sur la différence des remboursements entre les paies et Annui-T» d août 2000 mentionne les dossiers de 588 des 965 prêts à l affectation en cours, soit 61 %, sont erronés; l Équipe de vérification a examiné 64 de ces erreurs et conclut que dans 59 % des cas, ces erreurs sont d ordre administratif et dans 41 %, d ordre financier. Les observations et les recommandations de la vérification sont résumées cidessous : il faut veiller à ce que les opérations dont ont fait l objet les prêts à l affectation concordent avec les données du SGI. Des mesures correctives doivent être prises sans délai afin de retracer et de corriger les erreurs révélées par le rapprochement entre la liste de paie et les données de Annui-T. Toutes les corrections financières à effectuer à la suite de ce dernier rapprochement doivent être saisies dans le SGI afin d assurer l exactitude du soldes dû pour les prêts à l affectation soit exacts; Page 3 de 14

5 il est conseillé que HPM tienne des consultations avec la Direction générale des finances et de la planification (SMD) afin de déterminer s il est nécessaire que HPM transfert en tout ou en partie ses responsabilités en matière de gestion financière à SMD; HPM doit instaurer un mécanisme de surveillance et d établissement de rapports pour la fonction des prêts à l affectation; des procédures et des instructions sur le fonctionnement doivent être formulées et appliquées en vue du renforcement du contrôle interne sur cette fonction. L Équipe de vérification se dit préoccupée par le contrôle qu exerce le Ministère sur le solde qu on lui doit pour les prêts à l affectation. Il est impératif que HPM règle ce problème en consultation étroite avec SMD. OBJECTIFS DE LA VÉRIFICATION La vérification vise : à donner une assurance raisonnable que le solde dû pour les prêts à l affectation, que le SGI établissait à $ le 31 août 2000, est exact, à évaluer l adéquation des pratiques en matière de gestion et d administration. PORTÉE ET DÉMARCHE La vérification porte sur un échantillon d opérations dont ont fait l objet les prêts à l affectation et qui ont été effectuées entre le 1 er avril 1999 et le 31 août 2000, soit une période de 17 mois. L Équipe de vérification a donc procédé à l examen et à l analyse de documents se rapportant à ces prêts, notamment la DSE 10, des énoncés de politique, des instructions et des documents tenus à jour à l appui de la fonction de prêts à l affectation. La vérification se scinde en deux phases. D abord, le contrôle préliminaire a permis de cerner un certain nombre d éléments susceptibles de devenir des problèmes lors de la vérification. L équipe de la vérification et HPM ont par la suite examiné ces Page 4 de 14

6 éléments avant de décider de la nécessité de mener un examen plus approfondi des domaines suivants : le système de comptabilité pour les prêts à l affectation; le processus de rapprochement; le calcul des intérêts sur les prêts; l allocation des ressources pour la fonction; la surveillance et l établissement de rapports les politiques et les procédures en matière de fonctionnement. OBSERVATIONS ET RECOMMANDATIONS 1.0 Système de comptabilité pour les prêts à l affectation 1.1 En vertu de la politique du Conseil du Trésor sur les prêts, les ministères doivent utiliser un système de comptabilité qui permette d obtenir en tout temps le solde dû au gouvernement et ce, pour tous les emprunteurs. Actuellement, le SGI établit la valeur totale des prêts à l affectation octroyés et des sommes remboursées pour ces prêts, la différence entre ces deux termes étant le solde dû de ces prêts. En outre, il n existe pas de grand livre auxiliaire où serait consigné le solde du prêt de chacun des emprunteurs. 1.2 Au moment où le Ministère a changé le système FINEX pour le SGI, celui-ci ne contenait pas de module de prêts à l affectation, parce que, selon ce qu a appris l Équipe de la vérification, la direction avait décidé à cette époque de ne pas en faire l acquisition. HPM se retrouvait donc dépourvu de système comptable pour gérer ces prêts. Comme mesure provisoire, on lui a conseillée de se procurer un progiciel lui permettant de gérer la fonction de prêts à l affectation. Il s agit d Annui-T, qui est en fait une base de données et non un système de comptabilité même s il dispose de fonctions de calculs de prêts; toutefois, le progiciel permet d établir le solde dégressif du capital du prêt et des intérêts courus à percevoir. 1.3 HPM sait que l absence d un système de comptabilité de prêts qui fonctionne pose des problèmes et, cherchant à régler son problème, il a approché SMD. Malheureusement, il ne semble pas que le développement et la mise en œuvre d un module de prêts dans le SGI ait fait partie à ce moment-là de la liste des priorités. Pourtant il faut une solution, particulièrement face à l introduction de la comptabilité d exercice, le 1 er avril Comme HPM ne compte dans ses rangs aucun employé ayant les connaissances requises pour mener une analyse de rentabilisation en vue de choisir un Page 5 de 14

7 système de comptabilité de prêts adéquat, il a besoin d aide à cet égard. Nous ignorons toujours pour l instant si l installation d un module de prêts dans le SGI est une solution convenable et il reste encore à étudier d autres options avant de prendre une décision finale pour régler ce problème. Recommandation à l intention de HPM 1.5 Que HPM, en consultation avec SMD, développe et mette en œuvre un système de comptabilité pour les prêts à l affectation permettant d obtenir le solde dû par chacun des bénéficiaires de ces prêts. Réponse de HPM 1.5 SMD a fait savoir à HPM que la mise en œuvre d un module pour les prêts à l affectation dans le SGI constitue une amélioration qui doit être présentée au Comité de gestion des changements aux fins de l établissement de l ordre des priorités. Présentement, un gel a été imposé sur le perfectionnement du SGI jusqu au prochain exercice. Conséquemment, HPM intégrera un rapport dans Annui-T qui calculera le solde dû par chacun des bénéficiaires des prêts à l affectation. Ce rapport sera opérationnel le 31 mars Processus de rapprochement 2.1 HPM ne dispose pas, en ce qui a trait au rapprochement, de démarche fonctionnelle qui permette de garantir que tous les soldes dus pour les prêts sont recouvrés puis saisis correctement dans le SGI. Actuellement, pour effectuer un rapprochement, on compare la liste de paie de TPSGC (la plupart des employés ont souscrit à des prélèvements retenus sur le salaire pour rembourser leur prêt) avec les données d Annui-T, mais il faut souligner que ce genre de rapprochement n a pas été mené depuis le 31 mars Le «rapport sur la différence des remboursements entre les paies et Annui-T» d août 2000 indique que les dossiers de 588 des 965 prêts à l affectation en cours, soit 61 %, contiennent des erreurs qui requièrent des correctifs et la saisie de l ajustement nécessaire dans le SGI pour que ce système soit en mesure d afficher le solde dû exact. Comme les ajustements n ont pas été apportés, on constatait, le 31 août 2000, au chapitre du total de soldes dus pour les prêts à l affectation, une différence de $ entre Annui-T et le SGI. 2.2 HPM s efforce de réaliser ces rapprochements. Reconnaissant l importance du processus de rapprochement, il a récemment embauché d autres employés qui Page 6 de 14

8 aideront à accomplir cette tâche. À la conclusion de la vérification, d importants progrès avaient été réalisés, la différence entre Annui-T et le SGI ayant été réduite à moins de un million $, quoiqu il reste encore beaucoup de travail à faire. 2.3 Il est important d effectuer les rapprochements mentionnés ci-dessus afin d apporter les ajustements nécessaires dans le SGI. Cependant, comme les ajustements financiers n ont pas été apportés, l Équipe de la vérification n est pas en mesure d assurer à la direction que le total des soldes dus pour les prêts affiché dans le SGI soit exact. On a fait savoir à l Équipe que le dernier rapprochement entre les prêts à l affectation et le grand livre remonte à l époque où le FINEX était utilisé. En considération des incidences financières d un rapprochement des transactions avec celles du SGI, l Équipe de la vérification est d avis que SMD doit participer au processus de rapprochement. À la conclusion de la vérification, aucune décision n avait encore été prise quant à la participation de SMD à ce processus. Recommandations à l intention de HPM 2.4 Que HPM, en consultation avec SMD, élabore et mette en œuvre des procédures de rapprochement qui garantiront la tenue de rapprochements mensuels et la saisie de tous les ajustements financiers dans le SGI. 2.5 Que HPM, en consultation avec SMD, élabore et finance un plan de travail officiel visant à éliminer l arriéré de rapprochement et à saisir les ajustements financiers dans le SGI. Réponses de HPM 2.4 HPM effectue actuellement le rapprochement des renseignements donnés par la liste de paie et ceux contenus dans Annui-T. Une fois cette étape achevée, les prêts et les intérêts à percevoir feront l objet d un rapprochement avec les données du SGI puis les ajustements nécessaires seront apportés. Tous les rapprochements seront menés à terme d ici le 31 mars 2001, date à partir de laquelle un rapprochement sera effectué à tous les mois afin de se conformer à la SIF. 2.5 HPM a élaboré un plan de travail et a retenu les services de deux employés temporaires afin de terminer le plan sur le rapprochement avant le 31 mars SMD a annoncé à HPM qu il lui fournira de l aide afin d accélérer la saisie des ajustements financiers dans le SGI. Page 7 de 14

9 3.0 Résultats de l échantillonnage aléatoire 3.1 Au cours du contrôle, l Équipe de la vérification a passé en revue le rapport axé sur les lacunes «rapport sur la différence des remboursements entre les paies et Annui-T» d août 2000 et a constaté un taux d erreurs très élevé. Selon ce rapport, les dossiers de 588 des 965 prêts à l affectation en cours, soit 61 %, sont erronés. L Équipe classe ces erreurs selon les trois catégories suivantes : A. aucun prélèvement inscrit sur la paie alors que, selon l échelonnement du prêt enregistré dans Annui-T, des remboursements sont dus (août 2000) - 49 % [288]; B. différence entre le montant des prélèvements inscrits sur la paie et la somme des remboursements affichée par Annui-T - 22 % [127] C. erreurs d arrondissement : 0,01 $ ou 0, 02 $ (ces montants ne sont pas considérés comme des erreurs) - 29 % [173] 3.2 Les techniques d échantillonnage statistique utilisées ont permis d obtenir un échantillon choisi ayant un niveau de confiance de 95 % et un taux d erreur de moins de 5 %. L échantillon ainsi obtenu se compose de 64 dossiers, qui contiennent surtout des erreurs de la catégorie «A». Le tableau suivant résume les résultats du contrôle. Page 8 de 14

10 Tableau des erreurs échantillonnées Description des erreurs Erreurs d ordre administratif 1. Le code d identification de dossier personnel (CIDP) inscrit dans Annui-T avec un trait d union, est signalé comme une anomalie puisque le CIDP de la paie ne contient pas de trait d union. 2. Le montant qu affiche Annui-T pour août 2000 ne représente que les intérêts et le premier prélèvement aura lieu en septembre Divers (diverses erreurs mineures d ordre administratif). Nombre d erreurs Pourcentage Erreurs d ordre administratif, total partiel Erreurs d ordre financier 4. Erreurs dans les retenues salariales servant à payer le prêt par rapport au calendrier du remboursement inscrit dans Annui-T. 5. Absence de preuve, dans la paie, de prélèvements pour le prêt. 6. Absence de preuve de l acquittement des intérêts couvrant la période entre le moment où l emprunteur a touché le prêt et le premier remboursement. 7. Prêt acquitté, mais la base de données Annui-T ne l indique pas. 8. Prêt acquitté; toutefois, le montant remboursé est inférieur au solde dû au moment du remboursement du prêt. 9. Dossier du prêt manquant Erreurs d ordre financier, total partiel Erreurs, total Page 9 de 14

11 Interprétation des résultats du contrôle Erreurs d ordre administratif 3.3 Les erreurs d ordre administratif sont mineures, car elles n ont pas de conséquence sur la situation financière du Ministère. Avec la mise à jour de la base de données, nous prévoyons que les prochains rapports axés sur les lacunes feront état d un nombre d erreurs d ordre administratif beaucoup moins élevé. Erreurs d ordre financier 3.4 Les erreurs d ordre financier, pour leur part, sont importantes, car elles affectent la situation financière du Ministère. Elles se produisent principalement lorsque des remboursements de prêt ne sont pas prélevés correctement dans le cas d employés (emprunteurs) qui partent en congé non payé. En l occurrence, les retenus salariales ne sont plus effectuées; or, elles ne sont pas de nouveau appliquées lorsque ces employés reprennent le travail. Nous constatons que cette situation survient le plus fréquemment avec des employés d autres ministères gouvernementaux. 3.5 Autre erreur relevée, il n existe pas d élément prouvant la date où ont commencé les retenues salariales. Bien que ce problème (point nº 5 dans le tableau) ne se répète pas souvent en comparaison de la taille de l échantillon (64) au complet, nous escomptions un taux d erreurs moins élevé pour les opérations financières de cette nature. 3.6 Autre importante préoccupation, le très grand nombre d erreurs dû à l omission de la mise à jour d Annui-T afin d intégrer les prêts acquittés de façon anticipée (point nº 7 dans le tableau). Le solde actuel des prêts en cours se trouve ainsi grandement surévalué. Un bon nombre de ces prêts ont été acquittés il y a plus d un an. Un taux d erreur de 20 % abaisse le niveau d assurance concernant la précision financière des actuels soldes dus pour les prêts. 3.7 Nous avons relevé trois cas pour lesquels il n existe pas de preuve que les intérêts ont été acquittés pour la période couvrant la date où l emprunteur a touché le prêt et celle où ont débuté les remboursements (point nº 6 dans le tableau). Cette situation est sans doute attribuable à la fréquente absence d une piste de vérification adéquate. Quoi qu il en soit, un taux d erreurs qui s élève à près de 5 % nous semble inacceptable. 3.8 Pour ce qui est des deux dossiers manquants (point nº 9 dans le tableau), dans les deux cas le prêt était inscrit dans Annui-T, mais il n existait aucun dossier papier qui aurait permis d expliquer les raisons pour lesquelles aucune retenue salariale n a été effectuée. Page 10 de 14

12 3.9 En résumé, l Équipe de la vérification considère que le taux d erreurs d ordre financier, très élevé, est d une ampleur inacceptable (taux d erreurs maximal escompté : moins de 5 %; taux d erreurs constaté : 41 %). Recommandation à l intention de HPM 3.10 Que HPM contrôle les prélèvements inscrits sur la paie et ce pour tous les prêts octroyés entre le 1 er avril 1999 et le 30 septembre Ce contrôle nécessitera, aux fins de la validation, l utilisation des données du SGI et de celles de la liste de paie. Il sera ainsi possible d obtenir un niveau d assurance supérieur à celui découlant de l actuel processus de rapprochement (comparaison entre la liste de paie et Annui-T), assurance selon laquelle le Ministère recouvre les prêts consentis aux employés au moyen des retenues salariales. Réponse de HPM 3.10 La procédure de contrôle est prévue par notre plan général de travail, comme l indique la réponse donnée aux points 2.4 et Calculs des intérêts sur les prêts 4.1 Le remboursement des prêts (paiement du capital et des intérêts réunis) est calculé avec Annui-T. Le montant du remboursement est divisé en mensualités à verser pendant la durée du prêt; or, pour rembourser le prêt, des retenus salariales sont effectuées deux fois par mois sur la paie. Avec cette méthode de calcul et de remboursement, l emprunteur verse donc un trop-perçu d intérêts. L Équipe de la vérification conclut que le trop-perçu des intérêts est relativement modeste (moins de 30 $ pour un prêt de $ d une durée de 48 mois). Quoi qu il en soit, les intérêts doivent être calculés avec la méthode adéquate (bimensualités du paiement au lieu de mensualités). L Équipe a discuté de ce point avec la direction de HPM, qui se range à cet avis. 4.2 Les coûts administratifs découlant du calcul du trop-perçu versé par chacun des employés devraient être importants, alors que ces trop-perçus sont peu élevés. Comme les employés bénéficient d un taux d intérêts - de 4 % bien souvent - qui est toujours inférieur à celui qu exigent les banques commerciales et les établissements de crédit dans le cas de prêts non garantis, l Équipe de la vérification juge que le taux d intérêts préférentiel rend moins nécessaire le calcul des trop-perçus par le Ministère. Page 11 de 14

13 Recommandation à l intention de HPM 4.3 Qu on effectue tous les prochains calculs des intérêts sur les prêts en tenant compte de la bimensualité du remboursement. Réponse de HPM 4.3 Mesure prise. 5.0 Allocation des ressources pour la fonction 5.1 Au cours du contrôle, il est apparu manifeste que HPMX était à court de personnel. Plus particulièrement, les employés en place ne venaient pas à bout de la charge de travail, alourdi par l arriéré du rapprochement. Pendant la réalisation de la vérification, HPM a reconnu la charge de travail dû au rapprochement et a donc autorisé l embauche d autres employés pour régler ce problème. Toutefois, compte tenu de la nature financière de la fonction des prêts à l affectation, l Équipe de la vérification est d avis que le transfert, en tout ou en partie, vers SMD, des responsabilités financières de la fonction des prêts à l affectation doit être envisagé. Il est également conseillé de recueillir des statistiques sur la charge de travail afin d obtenir un meilleur aperçu du nombre optimal d employés et des niveaux de compétences nécessaires à l administration efficace de la fonction. Recommandations à l intention de HPM 5.2 Que HPM, en collaboration avec SMD, envisage le transfert, en tout ou en partie, vers SMD, des responsabilités en matière d administration financière qui incombent à la fonction des prêts à l affectation. 5.3 Que HPM, en collaboration avec SMD, amorce la collecte de statistiques sur la charge de travail afin d établir le nombre adéquat d employés et les niveaux de compétences nécessaires à l administration de la fonction. Aucune décision à l égard de ce transfert ne devrait se prendre avant la fin de l analyse. Réponses de HPM 5.2 La fonction de prêts à l affectation, transférée à HPM en 1998, n était accompagnée d aucune ressource. Nous convenons que SMD doit accorder plus de soutien pour la fonction du rapprochement financier tout Page 12 de 14

14 en reconnaissant cependant que la grande partie de ce soutien devrait prendre la forme d améliorations apportées au SGI afin de permettre un meilleur suivi des soldes dus pour les prêts. Pour l heure, le Système ne dispose pas d une telle capacité sans compter qu il y a un gel sur les changements. 5.3 HPM bénéficie d un soutien temporaire pour la mise à jour des statistiques. Il faudra de nouvelles ressources pour assurer la continuité du rapprochement. HMP tient présentement des consultations avec SMD et SMF à propos de possibles améliorations à court et à moyen terme. Plusieurs options sont actuellement à l étude, notamment des perfectionnements du SGI et l impartition de la fonction. Une fois l option choisie, les ressources nécessaires seront déterminées. 6.0 Surveillance et établissement de rapports 6.1 Le chargé de programme de HPMX relève directement de HPM et l établissement de rapports se fait, dans la plupart des cas, de façon verbale. Comme HPMX ne contient que deux employés, cela se comprend facilement. Toutefois, en raison de la nature financière de la fonction, de la charge de travail et de l arriéré du rapprochement, de la fréquence des erreurs d ordre administratif et financier dans le traitement des prêts et des incohérences que contiennent les dossiers, l Équipe de la vérification aimerait voir s élaborer une approche plus structurée pour la surveillance et l établissement de rapports. Au minimum, les rapprochements mensuels, les soldes dus et leur recouvrement de même que les statistiques sur la charge de travail devraient faire l objet d une surveillance et d un établissement de rapports. Recommandation à l intention de HPM 6.2 Que HPM instaure un mécanisme formel de surveillance et d établissement de rapports qui permettra la production de rapports mensuels sur l état des rapprochements, les soldes dus sur les prêts, les sommes recouvrées et les statistiques sur la charge de travail. Réponse de HPM 6.2 L élaboration d un mécanisme de surveillance et d établissement de rapports est prévue par notre plan de travail, comme l indique la réponse donnée aux points 2.4 et 2.5, et ce mécanisme sera entièrement opérationnel le 31 mars Page 13 de 14

15 7.0 Politiques et procédures en matière de fonctionnement 7.1 La Directive sur le service extérieur DSE 10 constitue le principal document de politique qui guide HPMX dans son administration de la fonction des prêts à l affectation. On a récemment ajouté à cette Directive des modifications qui apportent des précisions sur le moment de renégocier des prêts, la façon de le faire et les limites à cette pratique. 7.2 À part la DSE 10 et un bulletin d interprétation de Revenu Canada traitant des avantages imposables en raison des intérêts, HPMX ne dispose d aucune formalité administrative formelle; par conséquent, il n existe aucune instruction écrite pour d importants éléments de la fonction de prêts à l affectation. Par exemple, d importantes activités telles que le processus de rapprochement mensuel, le processus pour l octroi d un nouveau prêt, le processus de renégociation, le contrôle de la documentation; le recouvrement et les pouvoirs délégués pour la DSE 10 ne font l objet d aucun document facile à consulter. En outre, le nombre d incohérences dans le contrôle de la documentation relevées au cours de notre test d échantillonnage pourrait être réduit si l on élaborait et mettait en œuvre une «une liste de vérification pour le contrôle et le processus de la documentation». L élaboration de formalités administratives fournira un moyen d assurer que les importants processus et procédures sont connus et observés uniformément par le personnel en place et les nouveaux employés. Recommandation à l intention de HPM 7.3 Que HPM élabore et mette en œuvre les formalités administratives appropriées pour la fonction de prêts à l affectation et que, en outre, à titre de mesure pour le contrôle de la documentation, il élabore et mette en œuvre une «liste de vérification du contrôle et du processus documentaire». Réponse de HPM 7.3 Mesure prise. Page 14 de 14

Rapport de vérification. du Groupe de la rémunération du Service des ressources humaines. Secteur des services intégrés.

Rapport de vérification. du Groupe de la rémunération du Service des ressources humaines. Secteur des services intégrés. Rapport de vérification du Groupe de la rémunération du Service des ressources humaines Secteur des services intégrés Avril 2010 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectifs, portée et méthode... 4

Plus en détail

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée

Équipe de la vérification et de l évaluation. Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Équipe de la vérification et de l évaluation Vérification de la gestion financière des ententes de recherche concertée Septembre 2003 Table des matières 1. Conclusions...1 2. Résumé des observations...1

Plus en détail

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement

Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement Direction générale des services de vérification interne Audit de l article 33 de la Loi sur la gestion des finances publiques Phase 1B Dépenses de fonctionnement Février 2014 Non Classifié SP-609-03-14F

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

Vérification interne de la trésorerie et de la gestion bancaire Juin 2009

Vérification interne de la trésorerie et de la gestion bancaire Juin 2009 Vérification interne de la trésorerie et de la gestion bancaire Juin 2009 Affaires étrangères et Commerce international Canada Bureau du dirigeant principal de la vérification Ce document peut ne pas être

Plus en détail

Services de travail temporaire

Services de travail temporaire Chapitre 4 Section 4.14 Ministère des Services gouvernementaux Services de travail temporaire Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.14 du Rapport annuel 2005 Chapitre 4 Section

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS ACTIVITÉS DU BUREAU DU CAISSIER

VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS ACTIVITÉS DU BUREAU DU CAISSIER AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES SERVICES FINANCIERS ACTIVITÉS DU BUREAU DU CAISSIER MARS 2003 Direction de la vérification (SIV) Ce document

Plus en détail

SERVICES DE CERTIFICATION VÉRIFICATION DU TRANSFERT DU BUDGET SALARIAL. Février 2006

SERVICES DE CERTIFICATION VÉRIFICATION DU TRANSFERT DU BUDGET SALARIAL. Février 2006 SERVICES DE CERTIFICATION VÉRIFICATION DU TRANSFERT DU BUDGET SALARIAL Février 2006 A aires étrangères Canada et Commerce international Canada Bureau de l inspecteur général Direction de la véri cation

Plus en détail

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ

VÉRIFICATION COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DU COMPTE À FINS DÉTERMINÉES DES RÉCLAMATIONS CONTRE L IRAQ SEPTEMBRE 2003 Direction de la vérification ( SIV )

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport de vérification interne sur le Groupe de l assurance-vie Conglomérats Bureau du surintendant des institutions financières Groupe de l assurance-vie Conglomérats Juin 2012 Table des matières 1. Contexte... 2 2. Objectif, portée et méthodologie... 3 3. Conclusion... 4 4. Réponse

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes

Etat de la mise en oeuvre des recommandations du Commissaire aux Comptes ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE COMMISSION DE VERIFICATION DES COMPTES DU CONSEIL EXECUTIF Septième réunion Point 2.1 de l ordre du jour provisoire EBAC7/2 30 décembre 2002 Etat de la mise en oeuvre

Plus en détail

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014

Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Gestion du capital Rapport de vérification final Rapport n o 13/13 17 février 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014

États financiers. du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 États financiers du Sénat du Canada pour l exercice clos le 31 mars 2014 KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (613) 212-KPMG (5764) Bureau 1800 Télécopieur (613) 212-2896 150, rue Elgin Internet www.kpmg.ca

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE

RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois SOMMAIRE RAPPORT D'ENQUÊTE SPÉCIALE DU PROTECTEUR DU CITOYEN: Gestion de la crise de listériose associée aux fromages québécois LE CONTEXTE SOMMAIRE Le 19 août 2008, le ministère de la Santé et des Services sociaux

Plus en détail

VÉRIFICATION DU PROCESSUS DE PRÉPARATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ET DES RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03

VÉRIFICATION DU PROCESSUS DE PRÉPARATION DES ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ET DES RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03 ET DES RAPPORTS FINANCIERS TRIMESTRIELS DE L AGENCE SPATIALE CANADIENNE RAPPORT DE VÉRIFICATION NO DE PROJET 12/13 01-03 MARS 2013 Table des matières 1.0 SOMMAIRE... 5 1.1 OBJECTIF DE LA VÉRIFICATION...

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude

Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada Améliorations recommandées pour étude Rapport d inspection des pratiques professionnelles Date : le 16 janvier 2012 Table des matières DÉCLARATION DU VALIDATEUR

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification de la délégation des pouvoirs, de la conception organisationnelle et de la classification Préparé par la

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Régime de retraite des Employé(e)s saisonnier(ère)s et à temps partiel de la province du Nouveau-Brunswick. Renseignements : 1-800-242-1704

Régime de retraite des Employé(e)s saisonnier(ère)s et à temps partiel de la province du Nouveau-Brunswick. Renseignements : 1-800-242-1704 Régime de retraite des Employé(e)s saisonnier(ère)s et à temps partiel de la province du Nouveau-Brunswick Renseignements : 1-800-242-1704 Renseignements au sujet du : Régime de retraite des employé(e)s

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Date : Le 28 octobre 2013 NOTE D INFORMATION Destinataires : Institutions financières fédérales Objet : Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Les cyberattaques sont de plus en plus

Plus en détail

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Direction générale des services de vérification interne Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Février 2014 Non Classifié SP-611-03-14F Vous pouvez télécharger

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES YOUSIGN v1.4 A - CONDITIONS APPLICABLES A TOUTES LES PRESTATIONS YOUSIGN

CONDITIONS GENERALES YOUSIGN v1.4 A - CONDITIONS APPLICABLES A TOUTES LES PRESTATIONS YOUSIGN CONDITIONS GENERALES YOUSIGN v1.4 A - CONDITIONS APPLICABLES A TOUTES LES PRESTATIONS YOUSIGN Article 1. Définitions Les mots écrits en gras dans le présent article (et repris dans le corps du texte avec

Plus en détail

Chapitre 5 Ministère des Finances Gestion de la trésorerie

Chapitre 5 Ministère des Finances Gestion de la trésorerie Ministère des Finances Gestion de la trésorerie Contenu Contexte................................................................. 75 Étendue..................................................................

Plus en détail

Guide du test de l industrie

Guide du test de l industrie Numéro de la version : 2.3 Date de la version : Novembre 2011 Historique des versions du document Version Date Description 1.0 Le 3 septembre 2008 Version initiale 1.0 Le 6 octobre 2008 Version finale

Plus en détail

Contrats d assurance vie avec droits acquis

Contrats d assurance vie avec droits acquis Contrats d assurance vie avec droits acquis Introduction Le budget fédéral de novembre 1981 proposait des modifications fondamentales à l égard du traitement fiscal avantageux accordé aux contrats d assurance

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

ERREUR DANS LE CALCUL DU COMPTE DE DIVIDENDE EN CAPITAL

ERREUR DANS LE CALCUL DU COMPTE DE DIVIDENDE EN CAPITAL Été 2009 Le groupe d expertise en droit fiscal de Miller Thomson Pouliot publie périodiquement des bulletins à l intention des clients du cabinet. Nous vous invitons à acheminer ce courriel à toute personne

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3

Introduction... 3. Objectif et portée de la vérification... 3. Opinion de la Vérification interne... 3 Assurance et cautionnement de contrats (CIB) Octroi de crédit, souscription de prêts, facturation, recouvrement et surveillance Rapport de vérification final Rapport n o 12/13 17 février 2014 Diffusion

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES

COMMENTAIRE. Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES COMMENTAIRE Services économiques TD HAUSSES RÉCENTES DES TAUX HYPOTHÉCAIRES AU CANADA RÉPONSES À DES QUESTIONS COURANTES Dans le contexte d une diminution continue des taux d intérêt depuis le milieu des

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

de l assurance-santé au Canada Juin 2014

de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Étude de cas GUIDE SUR LA FISCALITÉ de l assurance-santé au Canada Juin 2014 Assurance maladies graves détenue par une entreprise La vie est plus radieuse sous le soleil La Sun Life du Canada, compagnie

Plus en détail

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA.

Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. Rapport d audit et d inspection sur la conformité et la qualité des ETA. 1. INRODUCTION La page de garde reprend la signalétique de l ETA ainsi que quelques informations utiles quant au déroulement de

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

Votre compte Sélect Banque Manuvie peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas. L assurance crédit Sélect Banque Manuvie

Votre compte Sélect Banque Manuvie peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas. L assurance crédit Sélect Banque Manuvie Votre compte Sélect Banque Manuvie peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L assurance crédit Sélect Banque Manuvie 1 Sans revenu, auriez-vous encore une maison? Si vous avez

Plus en détail

Crédit hypothécaire. Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides.

Crédit hypothécaire. Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides. Crédit hypothécaire Prospectus n 4 d application à partir du 27/02/2015 Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides. Votre but Vous avez

Plus en détail

Condition féminine Canada Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers

Condition féminine Canada Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers La responsabilité de l intégrité et de l objectivité des états financiers ci-joints pour l

Plus en détail

L assurance-vie temporaire de la Great-West

L assurance-vie temporaire de la Great-West L assurance-vie temporaire de la Great-West Une protection transformable, souple et rentable Il s agit de vos besoins Transformation en une protection temporaire plus longue Si vous choisissez une police

Plus en détail

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX

PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 16 décembre 2013 PROJET DE LOI 27 DU NOUVEAU BRUNSWICK LOI SUR L ASSURANCE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE ET MÉDICAMENTS ONÉREUX Le 10 décembre 2013, le projet de loi 27, la Loi sur l assurance médicaments

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014

Document de travail de l ACPM. Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Document de travail de l ACPM Propositions visant à modifier le Règlement sur la surveillance du pari mutuel 2014 Recommandations Les documents de travail jouent un rôle important dans l élaboration du

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 PROCÉDURES A METTRE EN ŒUVRE PAR L'AUDITEUR EN FONCTION DE SON ÉVALUATION DES RISQUES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-3 Réponses globales... 4-6 Procédures d'audit

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile

Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile Chapitre 4 Section 4.01 Commission des services financiers de l Ontario Surveillance de la réglementation en matière d assurance automobile Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.01

Plus en détail

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE SÉRIE L ABC DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques TABLE DES MATIÈRES Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal

Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Mémoire relatif au Règlement sur le dépannage et le remorquage des véhicules sur le territoire de la Communauté urbaine de Montréal Présenté à La Commission du développement économique de la Communauté

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

AGENCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA ACCÈS À L INFORMATION ET PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

AGENCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA ACCÈS À L INFORMATION ET PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS AGENCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA ACCÈS À L INFORMATION ET PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS R A PP O R T A N NU E L 2007-2008 Table des matières Introduction 1. À propos de l organisation

Plus en détail

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE La Ville de Montréal et le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP) LE 9 FÉVRIER 2011 Dans le cadre du deuxième affichage faisant

Plus en détail

Politique relative au personnel

Politique relative au personnel Politique relative au personnel Date de mise en œuvre : le 23 mars 1985 Dates de modification : novembre 1987, novembre 1988, novembre 1989, novembre 1990, novembre 1999 (N o E99.16S), novembre 2000 (N

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance

Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Un guide pour le conseiller Le Régime de retraite assurée d entreprise de BMO MD Assurance Parce que les entreprises prospères ont besoin d une sécurité et d un revenu Table des matières Introduction au

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Dans tous les secteurs de notre service, partout au Canada, voire à l échelle mondiale, les volumes de plaintes sont en hausse. En très forte hausse.

Dans tous les secteurs de notre service, partout au Canada, voire à l échelle mondiale, les volumes de plaintes sont en hausse. En très forte hausse. Nouvelles et information de l OSBI, le service indépendant de résolution de différends Numéro 7, Avril 2009 Dans tous les secteurs de notre service, partout au Canada, voire à l échelle mondiale, les volumes

Plus en détail

Crédit : Comment vous êtes coté

Crédit : Comment vous êtes coté Crédit : Comment vous êtes coté Comprendre et gérer votre situation à l égard du crédit à titre de consommateur et d entreprise D-IN0440F-0201 Introduction Nous vivons dans un monde en évolution constante

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA JUSTICE CANADA RAPPORT D AUDIT SUR LA DÉLÉGATION DES POUVOIRS FINANCIERS

MINISTÈRE DE LA JUSTICE CANADA RAPPORT D AUDIT SUR LA DÉLÉGATION DES POUVOIRS FINANCIERS MINISTÈRE DE LA JUSTICE CANADA RAPPORT D AUDIT SUR LA DÉLÉGATION DES POUVOIRS FINANCIERS Février 2014 Le contenu de cette publication ou de ce produit peut être reproduit en tout ou en partie, par quelque

Plus en détail

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs

Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte. Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation des comptes fournisseurs Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU CANADA

OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU CANADA PCT Guide du déposant Phase nationale Chapitre national Page 1 OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU NADA EN TANT QU OFFICE DÉSIGNÉ (OU ÉLU) TABLE DES MATIÈRES L OUVERTURE DE LA PHASE NATIONALE RÉSUMÉ

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»?

Chapitre 1 : Notions. Partie 9 - Rente viagère. Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Chapitre 1 : Notions Qu est-ce q u u n e «r e n t e v i a g è r e»? Principe. Une rente viagère, c est en fait une dette à vie d une personne envers une autre, que l on connaît surtout dans le cadre de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité.

Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables. Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Le montant pour invalidité. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois 19 Exemples de crédits d'impôt fédéral non remboursables Le montant personnel de base. Le montant en raison de l âge. Les montants pour conjoint et pour

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran

Les permis de travail temporaires. Présenté par: Me Gilda Villaran Les permis de travail temporaires Présenté par: Me Gilda Villaran 18 avril 2012 «Immigration Canada et les Ambassades nous diront quoi faire» Certains mythes entourant les permis de travail. «Je ne rémunèrerai

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

Bureau du vérificateur général. V.4. Gestion des allocations automobiles

Bureau du vérificateur général. V.4. Gestion des allocations automobiles Bureau du vérificateur général V.4. Gestion des allocations automobiles TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...151 2. PORTÉE DE LA MISSION...152 3. S, RECOMMANDATIONS ET PLANS D ACTION...152 3.1. Respect

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA

GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA PRÉPARATION DES DÉCLARATIONS FISCALES GUIDE FISCAL RELATIF AUX CARTES D ACHAT AU CANADA Des conseils simples pour réclamer des crédits de taxe sur intrants à l égard de transactions effectuées au moyen

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

La maison Ecole d ' Amortissement d un emprunt Classe de terminale ES. Ce qui est demandé. Les étapes du travail

La maison Ecole d ' Amortissement d un emprunt Classe de terminale ES. Ce qui est demandé. Les étapes du travail La maison Ecole d ' Amortissement d un emprunt Classe de terminale ES Suites géométriques, fonction exponentielle Copyright c 2004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence L objectif de cet exercice

Plus en détail

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT. options de paiements

ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT. options de paiements ASSURANCE- SOLDE DE CARTE DE CRÉDIT options de paiements À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de ses outils interactifs,

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions, exercices, problèmes, cas.

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Questions, exercices, problèmes, cas. Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 8 QEPC/MAJ 2008 MGLBD Page 134 Remplacer l exercice E6 par le suivant. E6. L écriture d ajustement à partir de l information tirée du rapprochement bancaire Le comptable

Plus en détail

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013

Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Restructuration des prêts et recouvrements sur prêts Rapport de vérification final Rapport n o 5/13 9 octobre 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Comprendre les frais sur remboursement anticipé

Comprendre les frais sur remboursement anticipé Comprendre les frais sur remboursement anticipé Pour choisir un type d hypothèque, vous devez tenir compte de nombreux facteurs. Voulez-vous une hypothèque à court ou à long terme? À taux fixe ou variable?

Plus en détail

Accord N 34 La complémentaire santé au GIE AtlantiCA En date du 05 mars 2008

Accord N 34 La complémentaire santé au GIE AtlantiCA En date du 05 mars 2008 Accord N 34 La complémentaire santé au GIE AtlantiCA En date du 05 mars 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, CGT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail